ronéo 11 mai de 16à18

publicité
NUISANCES ANIMALES
INTRODUCTION
Objectifs : - présentation d’espèce animales pouvant porter atteinte aux condition de vie, altérer la
santé, dégrader l’environnement
- identifier et distinguer une espèce animale
- connaître le risque
- conseiller à l’officine
RAPPELS
 Espèce = unité taxonomique
Sa description et sa détermination repose sur des éléments morphologiques, génétiques, biologiques
et depuis peu sur la biologie moléculaire.
Regroupe des individus semblables et se reproduisant entre eux.
 Genre = regroupe des espèces proches à affinité étroite pouvant encore s’hybrider mais
donnant des hybrides inféconds.
 Type = désigne le premier exemplaire décrit et se situe à la base du taxon espèce.
NUISIBLES À CAUSE DE …
Ces animaux sont nuisibles pour l’homme car :
- les piqûres et les morsures sont douloureuses
- certains sont venimeux ou vénéneux
 ils sont parfois vecteurs de maladies
Différences entre animaux venimeux et vénéneux :
 Animaux venimeux : - produisent un venin élaboré par un groupe de cellules ou un organe
sécréteur : glande venimeuse
- font usage actif du venin avec un appareil inoculateur
- morsures, piqûre = envenimation
 Animaux vénéneux : - produisent des composés toxiques dans des glandes ou des tissus
- récupèrent au sein de l’environnement (animaux, plantes et
microorganismes) et accumulent
- usage passif sauf exceptions ; crapaud qui projettent leur salive, salamandre…
- ingestion = envénénation
LES VENINS
 poison d’origine animale de composition complexe
 les principaux groupes de molécules présentent dans les venins sont :
- les toxines qui peuvent posséder un pouvoir antigénique puissant pouvant conduire
à un choc anaphylactique. Le fait que ce soient des allergènes puissants peut faire envisager une
sérothérapie (ex : pays du Maghreb , envenimation scorpionique traitée par sérothérapie on
réalise du sérum polyclonale en piquant les chevaux) voire même une vaccination.
- les enzymes = phospholipases, protéinases, glucidases activent sur les membranes
biologique. Ce sont là aussi de puissants allergènes.
- les amines biogènes ; issues du métabolisme des cides-aminés = sérotonine
(neuromédiateur à activité proaggrégante), acétyl choline (dans le venin du serpent Mamba
provoquant une paralysie tétanisante), dopamine, histamine.
 les espèces marines ont des venins assez différents des espèces terrestres.
 les venins sont actifs seulement quand ils pénètrent par voie parentérale (IV, IM, SC, ID, IP)
Animaux nuisibles ou venimeux invertébrés.
Les insectes : Embranchement des Arthropodes
Sous-embranchement des Mandibulates
NB : Mandibulates  Chélicérates
Appendices de la tête = 1paire de mandibule et 1 paire d’antenne
Ex : crustacés, myriapodes, insectes
I) INSECTES
- Classe la plus vaste du règne animale aussi bien en nombre qu’en biodiversité (poux, coccinelle,
mante religieuse, phasme, morpion…)
830000 espèces décrites, on estime qu’il en existe 30 fois plus.
- présents dans tous les écosystèmes
- importance pour l’homme car peuvent être : parasites et vecteurs de parasites
ravageurs
pollinisateurs
prédateurs vis à vis d’autres espèces
(coccinelle puceron)
- peu de famille ou d’espèces sont venimeuses pour l’homme
A) Les Lépidoptères : ordre des Lépidoptéra
165000 espèces
Métamorphose complète (chenille  papillon)
Morphologie : Des ailes écailleuses solidaires
Un appareil buccal suceur avec trompe
Une larve eruca ou chenille
Nuisance pour l’homme : Contact avec les soies irritantes des larves
Signes d’envenimation locaux
Réactions allergiques
Lépidoptérisme = envenimation due au contact avec un Lépidoptère
L’érucisme = envenimation due au contact avec ne larve eruca
Espèces non dangereuses pour l’homme rencontrées en France :
- Pyralidae = Pyrale du maïs, ravageur de cultures (maïs, tournesol, houblon, chanvre)
- Tineidae = Tinea pellionella, mite infestant lainages, fourrures et peax
- Bombycidae = Bombix mori (ver à soie) produit de la soie au stade de chenille pour faire son
cocon
Espèces nuisibles pour l’homme rencontrées en France :
- Thaumetopoïdae = Thaumetopoïdae pityocamapa = Processionnaire du Pin
Thaumetopoïdae processionnea = Processionnaire du Chène , chenille
extrêmement urticante
Retrouvées au niveau méditéranéen et des côtes atlantiques selon le cycle de développement.
L’adulte pond ,à l’extrémitée d’une branche d’arbre, environ 200 œufs.
Il existe 5 stades larvaires (L1  L5), l ‘espèce perdure en hiver et au printemps L5 descendent de
l’arbre et se déplacent en procession (d’où leur nom) jusqu’à trouver un sol humide et ensoleillé
pour éclore.
ATTENTION : Projection au niveau de l'œil
Les envenimations touchent essentiellement les animaux domestique qui ils mangent
les processionnaires d'où on observe une inflammation des babines. L'envenimation peut aller
jusqu'à des convulsions voire un choc.
L’erucisme = le venin contient notamment de la thaumatopéine irritante et hautement allergénique.
Envenimation : - dermatite ; érythème, prurit, œdème local
- conjonctivite
- réaction inflammatoire des cavités nasales, du pharynx et du tractus bronchique
- si terrain allergique les symptômes seront plus sévères
Conduite à tenir et traitement :
- enlever les vêtements, rincer à l’eau
- utiliser du scotch pour enlever les soies, peigne pour les cheveux
- antihistaminique et corticoïde
- consulter un ophtalmologiste si projection dans l'œil
Moyens de lutte : - lutte biologique : Bacillus thuringiensis ; propriétés insecticides sur les
Lépidoptères, le coléoptères et les Diptères
- lutte mécanique : arrachage des nids mais risque car possibilité de contact massif
- lutte chimique : Diflubenzuron qui est un inhibiteur de la chitine le seul problème
est l’impact sur l’environnement
B) Les Hyménoptères : ordre des Hymenoptera
- insectes à métamorphose complète (larve  adulte)
- 4 ailes membraneuses
- pièces buccales types broyeur/lécheur
- tête séparée du thorax par un cou très mince, abdomen également séparé du thorax auquel il est
relié par un pétiole encore plus mince que le cou
- chez la femelle l’abdomen est toujours porteur d’un organe particulier soit ténébrant (scie ou
tarière pour creuser un trou) soit vulnérant (aiguillon)
- constituent les piqûres d'insectes les plus courantes
- pas de conséquences sérieuses (douleur immédiate et léger œdème) les symptômes disparaissent
en quelques heures
- venins contenant de très puissants allergènes d'où chez certaines personnes on aura des réactions
sévères
Piqûres et réactions systémiques: 0,38 à 3,9% de la population globale
environ 10 à 20 morts / an
Les Hyménoptères sont divisés en 2 groupes : - symphytes : primitifs, aucune espèce vénéneuse
 apocrites : les plus nombreuses, divisées en
Aculéates (avec aiguillon) et Ténébrants
Écologie : Tous les milieux sauf le milieu marin
Saison chaude
Nourriture : Les imagos se nourrissent exclusivement de nectar
Comportement : - protection de l'espèce d'où risque supérieur de piqûre quand on se trouve à
proximité d'un nid
 activité des femelles = oviposition
Vie sociale : tous les insectes vivent en société sauf les termites appartenant à l'ordre des
hyménoptères.
Type guêpe sociale et bourdon : colonies annelles, disparition en hiver sauf la femelle
fécondée qui fondera une nouvelle colonie
Type fourmi : colonie permanente
Type abeille domestique : perpétuent indéfiniment et se multiplient par essaimage.
a) Les guêpes.
Famille Vespidae. Tribu Vespini ( Abdomen tronqué droit). Genre Vespula
Tête : 2gros yeux composés, 3 yeux simples ou ocelles, capteurs IR. 2 antennes, 3mandibules.
Abdomen rattaché au thorax par le pétiole
Thorax
Pattes rayées
Vespula germanica. Vespula vulgaris ( la plus courante)
Aiguillon lisse, carnivores, comportement aggressif
Nid de guêpe = salive + morceau bois, pond dedans. Société d’environ 10 000 individus.
b) Les polistes.
Même famille. Tribu Pollinisti. Genre Pollista ( Abdomen effilé à l’avant et à l’arrière)
Caractéristique : en Méditerranée
14 à 16 mm. Pattes jaunes entièrement et corps rayé.
Mâle < à femelle en taille et dimorphisme. Mâle tout jaune.
Nid = que des cellules pas d’enveloppe.
Agressivité < guêpe commune
c) Le frelon.
1 espèce en France. Vespa crabo
25 à 40 mm : vol bruyant !!!!
Piqûre peu fréquente (heureusement !)
Attaques ont lieu à proximité du nid : attention au risque de piqûres multiples important.
Piqûre très douloureuse ( gde qtté de venin)
Nid 35 à 40 cm de diamètre, bois malaxé + salive de la reine
Peu individus dedans max 100.
d) Les abeilles.
20 000 espèces. 1200-1500 en Europe.
Famille Apidae. Hiérarchie sociale, coordination de l’activité individuelle. Régulation de la
population numérique des castes. Régulation comportement.
Les Bourdons
Bombus sp
34 espèces en France dont Bombus terrestris
Les femelles pvt piquer
Ts le cul blanc
La fonction venimeuse :
Incidents d’envenimation :
 Abeilles
 Guêpes communes
 Polistes
 Frelons
Les Abeilles
Apis mellifica = mellifera, elles sont élevées
et considérées comme une espèce
domestique ( à cause apiculture)
Ne pas porter de couleurs vives
Pattes noires. Aspect duveteux.
Le mâle = faux bourdon ne pique pas !
Irascibilité :
- Facteur intrinsèque = âge (jeunes ++++ attaques), reine, hérédité, comportement naturel.
- Facteur extrinsèque = proximité de la ruche, tps venteux ou orageux, stimulus odorant (
acétate d’iso-amyl présent dans le venin est un phéromone d’alarme), stimulus visuel (
couleurs sombres), stimulus sonore ( bruissement des gardiennes), chaleur.
Pas à savoir- (Abeilles tueuses : USA, Amérique du Sud, Mexique. Attaque en masse : 100 à 2000
piqûres)
Différence guêpe/ abeille :
Guêpe : peut piquer plusieurs fois avec faible temps d’intervalle. Musculation plus puissante.
Moins de barbelures sur la lancette.
Abeille : Pique et meurt. Laisse le dard et la glande à venin.
Venin :
Les venins sont un mélange complexe composé de :
- Amine biogène : L’histamine provoque une douleur immédiate et une réaction inflammatoire.
- Enzyme : * Phospholipases A2 : très puissant allergène. Responsable d’une réaction type
allergénique = 10 à 18 % du poids sec du venin.
* Hyaluronidase = facteur de diffusion du venin.
- Peptides : Abeille : apamine 18 acides aminés- action sur le SN et mélitine : 28 acides aminés,
responsable de la douleur immédiate suite à la piqûre d’abeille, effet sur les hématies. V/D les
vaisseaux. Mastoparanes responsables de la libération d’histamine par les mastocytes et kinines
responsables de la douleur immédiate.
Les deux types de réactions :
1) Locales
Toxiques
Vasoactives / pro-inflammatoire. Réaction au
point de piqûre. Erythème/œdème. Attention à
évolution : pharynx, visage.
Allergiques
Réaction locale étendue > 10 cm, lésion
indurée +/- prurit persistant > 24h.
Loco-régionale ds certains cas quand
dépasse 2 articulations ap le site de
piqûre.
Généralement immédiate
2) Généralisées
Toxiques
Allergiques
Piqûres multiples : trbles digestifs, qq signes Classification de Mueller : 4 stades fonction de la
neurologiques, petite fièvre et urticaire.
gravité
Attention si plus de 100 piqûres suspectées, Voir diapo transmise par le prof prochainement
risque de décès.
Facteur de gravité de la piqûre : risque augmente en fct :
 Localisation : de la piqûre : muqueuse buccale ou pharyngées (risque œdèmes, obstructionparalysie)
 Piqûres multiples : 50 : à l’urgence !
 Etat de sensibilisation du sujet allergique  diagnostic allergie
o
o
Faire Tests cutanés à condition d’avoir accès à du matériel de réanimation à portée.
Dosage IgE spécifiques, ne reflète pas gravité de la prochaine piqûre
Désensibilisation possible mais très longue. Mini 5 ans en général. CI : si traitement de béta-bloqt par
exemple.
La réaction ultérieure ( 2ndr-3iaire) dépend de la réaction 1aire.
Rem : Les personnes allergiques aux abeilles ont bcp plus de risque de faire une réaction générale
que ceux qui sont allergiques aux venins de guêpe.
Le choc anaphylactique se produit :
17% des Hyménoptères. Il y a 2,5 fois plus de décès suite ça cela qu’à cause des serpents !
Conduite à tenir :
1) En cas de réaction locale
a. Eviter le garrot ( enlever bijoux, bagues….)
b. Rechercher dard et l’enlever (si abeille). Ne pas presser la glande à venin.
c. Désinfecter : dakin ®, héxomédine ® , biseptine ®
d. Soulager la douleur : vessie de glace, antihistaminique/ corticostéroïdes,
i. à partir 6 ans Cétirizine/ Réactine/Zyrtecset
ii. Plus de 6 ans : Apaisyl enfant ®
e. Homéopathie :
i. Apis mellifica : Ci chez les personnes allergiques
ii. Belladona : si rouge et brûlant
iii. Histaminium : prévention de réaction allergique
iv. Baume de gel homéo
2) En cas de réaction cutanéo-muqueuse = à distance du site de piqûre.
a. Antihistaminique + corticostéroïdes
b. Examen complet ( pression, pouls, auscultation pulmonaire)
c. Surveillance du patient
3) Dans les cas de bronchospasmes :
Idem au 2) + β2 mimétiques en spray
4) En cas de détresse respiratoire/collapsus : hospitalisation !
a. Injection d’Adrénaline voie IM- face antéro- latérale cuisse
Enfant de + de 5ans : 0,25 mg
Adulte : 0,5mg
Seringues fractionnées augmentent de 0,25mg. Ex Anahelp ® Anapen ®
b. + SAMU
c. Injection corticost + Antihistaminique
d. Perfusion soluté de remplissage
e. Oxygénothérapie
Conseils :
 Eviter parfums et eaux de toilettes qd saison chaude
 Porter des vêtements couvrants et clairs
 Mettre du répulsif
 Détenir une trousse d’urgence : autorisé sur prescription !
Téléchargement
Explore flashcards