Le 17 Tammouz

publicité
Le 17 Tammouz
Le 17 Tammouz (héb. ‫ זומתב רשע העבש‬shiva assar betammouz) est la date de
commémoration de plusieurs malheurs ayant frappé le peuple judéen.
Le judaïsme prescrit en ce jour un jeûne de l’aube au crépuscule. Ce n’est
toutefois pas un jour chômé, et il n’est pas interdit d’effectuer des travaux.
Origine
Il est fait allusion au 17 Tammouz dans l’un des Livres des Nevi’im, « le jeûne du
quatrième mois » (Zach. 8:19).
La mishna énonce dans le traité Ta’anit 4:6 cinq calamités tombées sur le peuple
juif en ce jour :
Moïse brise les premières Tables, par Rembrandt
Moïse brise les premières Tables, par Rembrandt
1. Descendant du mont Sinaï, Moïse vit le peuple adorer le Veau d’or, et brisa
les premières Tables de la Loi ;
2. Le sacrifice quotidien (korban tamid) fut sicontinué pour la première fois de
l’histoire, durant le Siège de Jérusalem, et il n’y eut plus de sacrifices
animaux ;
3. La première brèche dans la muraille d’enceinte de Jérusalem, fut percée,
prélude à la destruction du Second Temple ;
4. Avant la révolte de Bar Kokhba, le chef militaire romain, un nommé
Apostamos, brûla un rouleau de la Torah ;
5. Une idole fut érigée dans le sanctuaire du Second Temple de Jérusalem.
Le Talmud de Babylone (Taanit 28b) situe les seconde et cinquième calamités à
l’époque du Premier Temple, mais datent la troisième calamité (brêche de
Jérusalem) de la période du Second Temple, puisque la brèche de Jérusalem à
l’époque du Premier Temple eut lieu le 9 Tammouz (cf. 2 Rois 25:3-4 & Jer.
52.6-7).
Les karaïtes, membres d’un courant juif rejetant l’autorité de la Torah orale,
commémorent d’ailleurs le jeûne du quatrième mois le 9 Tammouz, date de la
première brèche dans la muraille d’enceinte de Jérusalem par l’armée de
Nabuchodonozor, prélude à la destruction du Premier Temple et au premier exil.
Observances
Le 17 Tammouz est un jeûne mineur, de l’aube au crépuscule, mais les autres
signes de deuil ne sont pas observés, et il est permis de travailler.
On lit à la synagogue une section de la Torah et des Nevi’im particulières, et le
Anenou, une prière prononcée lors des jeûnes collectifs, est intercalée dans la
Amida des offices de Shaharit et de Minha.
Place au sein des quatre jeûnes
Le 17 Tammouz est le second des quatre jeûnes commémorant la destruction du
Temple et l’exil. Il est précédé de sept mois par le jeûne du 10 Tevet et arrive
trois semaines avant le 9 Av. Le dernier des quatre jeûnes, le jeûne de
Guedaliah, qui est observé le 3 Tishri.
Bein haMetzarim
Les trois semaines inaugurées par le 17 Tammouz et conclues par le 9 Av sont
connues dans la tradition juive comme les Yemei bein haMetzarim (« entre les
détroits, » i.e. entre les jours de détresse) ou simplement comme les Trois
Semaines. Certaines coutumes de deuil, commémorant la destruction de
Jérusalem, sont observées depuis le début des trois semaines.
La plus ancienne référence à ces jours en tant que bein hametzarim, qui est
aussi la première source quant au statut spécial des Trois Semaines, est le
midrash Eikha Rabba 1:29, lequel midrash commente le verset Lam. 1:3 (« Tous
ses persécuteurs l’ont surpris bein hametzarim » - La Bible du Rabbinat traduit
par « entre les détroits »).
Voir aussi
Le jeûne du 10 Tevet, qui marque le début du siège du Temple
Les trois semaines (yemei bein hametzarim), commençant le 17
Tammouz et se concluant le 9 Av, jour de jeûne commémorant la destruction
des Temples
Le jeûne de Guedaliah, commémorant l’assassinat de Guedaliah
(Godolias), gouverneur nommé par Babylone, le 3 Tishri, c’est-à-dire
immédiatement après Rosh Hashana. Plus que cet assassinat, l’on déplore la
fuite des Judéens non exilés qui en fut la conséquence : l’œuvre de
Nabuchodonosor était en quelque sorte parachevée.
**Les jeûnes du 17 tamouz et du 9 av.
Titus souille le Temple
Les romains brûlent le second Temple de Jérusalem.
Jérusalem ; quatrième année de siège.
Vespasien encercle la ville. Année de jachère.
Le 1 tichri 3829 au 1 tichri 3830, marque le début de la quatrième année du
siège de Jérusalem par les légions romaines. L’année hébraïque 3829 débute le
15 septembre 68 et se termine le 4 septembre 69. Dès le début du mois de
nissan 3829, soit en mars/avril 69, Vespasien place la 5 ème légion autour de
Jérusalem. Dans un second temps, il lancera une campagne contre les
opposants iduméens qu’il massacrera. Puis, il s’emparera de la Samarie et de
Jéricho, et retournera à Césarée. A Césarée, Titus réunira ses légions
auxquelles se sont alliées les légions venues d’Egypte commandées par Tibère
Alexandre, ainsi que des mercenaires iduméens, arabes, ismaéliens, moabites,
hamonites, ainsi que 40 000 archers palmyriens.
Le 3 nissan, soit le mardi 14 mars 69, Titus place ses troupes en Samarie près
de Guivat-Chaoul. Il part inspecter les alentours de Jérusalem accompagné de
600 cavaliers. A ce moment, lors d’un combat avec les Zélotes, il échappe à la
mort. Le 14 nissan, soit le samedi 25 mars 69, Jean de Guischala tente de
s’emparer de Jérusalem par la force et signe une alliance avec Simon bar
Guiora. Titus placera ensuite ses légions, l’une sur le « Har Hatsofim » ou le
Mont Scopus, l’une sur le « Har ha- Zétim » ou le mont des Oliviers, puis
assiègera Jérusalem où règne l’anarchie. Titus égorgera ou crucifiera tous les
Juifs qui tenteront de fuir la famine et le siège de Jérusalem.
Du 22 nissan au 7 yyar 3829, soit le lundi 17 avril 69, les romains font une
ouverture dans l’ancienne muraille de Jérusalem. Le 12 yyar, soit le samedi 22
avril, les romains font une ouverture dans la deuxième muraille, entrent dans la
nouvelle ville et sont repoussés à deux reprises par les Juifs. Le 16, soit le
mercredi 26 avril, Titus interrompt les combats jusqu’au 20 yyar (dimanche 30
avril), afin de démoraliser les assiégés. Le 29 yyar, soit le mardi 9 mai, les
romains ont fini de construire quatre ponts leur permettant d’accéder au sommet
des murailles. Ils sont rejoint dans leur entreprise de guerre par 80 000
mercenaires macédoniens, arméniens, perses et chaldéens, ainsi que des
africains originaires de Kédar.
Les Sages d’Israël sont assassinés.
Le 6 sivan 3829, soit le lundi 15 mai 69, lors de la fête de Chavouhot, Titus
propose aux Juifs de se rendre, mais ces derniers refusent. Joseph ben
Mattathias est dépêché par Titus pour négocier avec les Zélotes. Ces derniers
préfèrent combattre jusqu’à la mort et s’enferment dans l’enceinte du Temple.
Par la suite, le gouverneur prétorien nommé par Titus, Lucillius Bassus, ordonne
l’arrestation de rabban Chimhon ben Gamliel I, de raby Ichmaël ben Elichah, de
raby Eléhazar ben Dama, de raby Hanina et de raby Yéhoudah. Afin que ces
derniers lui soient livrés, Lucillius prendra 208 000 disciples en otages qu’il
menacera de mettre a mort. Le 25 sivan, rabban Chimhon aura la tête tranchée
et plus tardivement, raby Ichmaël aura la peau du visage arrachée. Elle sera
conservée par la fille de l’empereur en souvenir de sa beauté.
Le 17 tamouz, les soldats romains font une brèche
dans les murailles.
Le 1 tamouz 3829, le vendredi 9 juin 69, Jean de Guischala tente de mettre le
feu aux constructions romaines et échoue, puis le 5 tamouz, mercredi 13 juin, les
romains s’emparent de Métsoudat Tsion. Au terme de quatre années de guerre
et de siège de Jérusalem, Le 17 tamouz, le dimanche 25 juin, les romains font
une brèche et traversent la muraille du Temple de Jérusalem. Ce jour, les
Cohanim ou les prêtres qui officiaient à ce moment, cesseront définitivement
d’offrir les sacrifices quotidiens, le « Korban ha-Tamid ». Le 27 tamouz, mercredi
5 juillet, des résistants juifs attaquent un palais où ils mettent le feu, faisant 21
000 victimes parmi les romains. Les légions romaines déferlent sur la ville de
Jérusalem ainsi que sur plusieurs villes et villages du pays : «..des civils sans
force et sans armée, représentant une grande partie de la population, étaient
égorgés là ou chacun se faisait prendre ; une foule de cadavres s’amoncelait
près de l’autel, le long des marches du sanctuaire ruisselait le sang et roulaient
les corps des victimes ». Les témoignages de l’époque avancent le chiffre de
plus d’un million d’hommes, femmes et enfants massacrés, mais également de
milliers d’autres réduits à l’esclavage. Une fois parvenu à l’intérieur du Temple,
Titus pénètrera dans le « Saint des Saint », le lieu le plus sacrée du Temple, et
se livrera à la débauche avec une prostituée sur un Rouleau de la Torah. Avant
de partir, il dérobera toute la vaisselle en or qui servaient aux offices, près de 5
400 pièces.
Ben ha-Metsarim
La période qui s’étend depuis Le 17 tamouz au 9 av, jour durant lequel le Temple
de Jérusalem a brûlé, porte le nom de « Ben ha-Métsarim » ou « entre les
limites ». Du fait que ce jour ont céssé les sacrifices quotidiens et en raison
d’autres événements tragiques qui se sont déroulés ce jour, le 17 tamouz est
institué jour de jeûne national par le Sanhédrine. Lors de cette période de trois
semaines de deuil, plus exactement de 24 jours, les Juifs ont pour coutume de
s’abstenir de manger de la viande et de boire du vin, aliment et boisson qui sont
considérés comme des aliments de fête, mais également de voyager, de se
baigner ou d’acheter des vêtements neufs.
**Le 9 av, les romains mettent le feu au Temple de Jérusalem.
Le 16 juillet 69, soit Le 9 av 3829, sur ordre de Titus les soldats romains mettent
le feu au second Temple de Jérusalem, puis ils détruisent le Temple, et
massacrent des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. En conséquence de
cet épisode tragique de l’histoire juive, événement qui mettra un terme à
l’indépendance nationale des Juifs, et selon la législation en vigueur formulée par
le Sanhédrine, tous les Juifs sans distinction d’origine, ont le commandement de
jeûner ce jour-là en souvenir de la destruction du Temple de Jérusalem : Zéker
ha-Hourban. Le jeûne du 9 av est inauguré par un repas de deuil et commence
la veille au soir, du crépuscule jusqu’au lendemain soir à la sortie des étoiles.
Les usages du 9 av
Le 9 av, il est d’usage de s’asseoir à même le sol de la synagogue et de lire les
Kinoth, le livre des « Lamentations » du prophète Jérémie, celle-ci est appelée
aussi lettre de « Eïkha ». En règle générale et selon la législation en vigueur, le
jour du 9 av il est interdit de manger, de boire, de se laver, de se frictionner avec
des parfums, de porter des souliers en cuir (en guise de mortification) et d’avoir
des relations conjugales. Le jeûne incombe à tous, même aux femmes enceintes
et aux nourrices. Cependant, les personnes malades, même sans gravité, en
sont exemptes, et il est important de demander l’avis d’un Rav et d’un médecin.
Le matin, on fait comme à l’accoutumée « Nétilat Yadaym », c’est à dire que l’on
se lave les mains, cependant, on ne verse pas l’eau sur toute la main, mais
seulement sur les doigts. On ne doit pas saluer les personnes que l’on rencontre,
mais il est permis de répondre à voix basse si l’on vous salue, il est interdit
d’envoyer des cadeaux. L’étude de la Torah est interdite le jour du 9 av, du faiit
qu’elle réjouit le cœur. Il n’est permis d’étudier que des passages tristes, comme
ceux relatifs à la destruction du Temple ainsi que ceux traitant du deuil.
Révolte à Alexandrie et à Cyrène.
En août 69 à Alexandrie, les Juifs s’insurgent contre les romains et leur
gouverneur Lupus. Des centaines d’hommes seront arrêtés et 600 d’entre eux
seront torturés en public. A Cyrène, une révolte éclate sous la conduite d’un
certain Jonathan, provocant des discordes avec des notables de la communauté
juive qui s’opposent à toute rébellion. Le gouverneur romain de Cyrénaïque
Ktulus, écrase la révolte et suite à une intrigue avec Jonathan, il lance une vague
d’arrestation des notables. Près de 3 000 d’entre eux seront tués et leurs biens
confisqués. Plus tard, Vespasien ordonnera à Lupus la destruction du Temple où
officiait le prêtre Onias.
Hep hep hep…hourra !
Le 7 elloul 3829, soit le 13 août 69, Titus lance une offensive sur la partie
supérieure de Jérusalem où se sont retranchés des résistants commandés par
Simon bar Guiora. Celui-ci se rendra peu de temps après, puis sera conduit à
Rome. Jean de Guischala est arrêté et conduit auprès de Titus qui le fait
condamner à mort. A la suite de cet épisode, Joseph ben Mattathias
accompagnera Titus à Rome avec tous les objets et ustensiles en or volés dans
le Temple. Il y deviendra son conseiller. Titus placera à la tête des Juifs de
Judée le frère de Joseph nommé Bounim ben Gourion. De retour à Rome, Titus
entrera victorieusement à la tête de ses légions et annoncera au peuple la chute
de Jérusalem au cri de « Hyrosalaïm Esta Perdita » ou « Jérusalem est
perdue ». L’acronyme de Hiérosalyma Est Perdita est la célèbre formule
germanique « HEP », notamment des cris de joie que poussèrent les armées de
Titus et dix huit siècles plus tard, les allemands lors des pogroms contre les
Juifs.
3830 / 69 - 70
Du mois de Av 3829 à Av 3830
»Année de la destruction du Temple de Jérusalem ».
Il existe une controverse dans le Talmud de Babylone, quant à la détermination
de « l’année » durant laquelle fut brûlée le Temple de Jérusalem, et dont le récit
est évoqué plus haut. Cette année est appelée « Année effective de la
destruction », une année qu’il reste à comprendre dans le temps et en rapport à
l’expression utilisée. Une année mentionnée dans les sources hébraïques et
reprise par plusieurs exégètes dont le Radbaz, le Ri, et le Rambam, principale
autorité sur ce sujet. C’est sur la base de cette étude que nous proposons de
commencer exceptionnellement cette « année » par la date du « 9 du mois de Av
de l’an 3829 », un mois avec le mois de Elloul qui clôt l’année 3829. Cette année
est également une année de jachère, soit une septième année, selon le compte
des années établi depuis la Création de l’homme, voir année 2503 à propos de la
Jachère. Ainsi, « l’année effective de la destruction », qui s’appelle aussi
« Motsahé Chévihit », c’est-à-dire, la fin de la septième année, comprend les
deux derniers mois de l’année 3829 (av et elloul) et englobe l’année 3830 depuis
le premier tichri au mois de av 3830. Ce que l’on appelle « l’année effective »,
débute donc après le mois de av 3829, (av, elloul 3829), puis continue et
redémarre le premier tichri 3830 jusqu’au mois de av prochain. Ainsi, on trouve
que 10 mois de l’année 3830 complètent donc la majeure partie des mois de
cette « année effective », celle-ci chevauche sur deux années hébraïques, et
c’est elle qu’il est convenu d’appeler « l’année effective de destruction », soit du
9 av 3829 au 9 av 3830. Il est également important de rappeler que l’année
hébraïque 3830 chevauche sur deux années du calendrier commun, notamment
du 5 septembre 69 au 23 septembre 70.
La révolte des Germains.
En 70, des sources hébraïques témoignent d’une coalition militaire qui aurait été
organisée par un chef franc nommé Datyri. Ce dernier, suite aux succès des
romains en Judée, craindra que ces derniers ne s’attaquent aux tribus
germaniques. Il réunira des milliers de Barbares, autochtones des régions du
Rhin, de la Wesphalie et de la Saxe, puis déclaront ensemble ne plus vouloir
payer les taxes de vassalité à Rome.
Téléchargement
Explore flashcards