PD Plus de respect pour le travail

publicité
Service de presse de Travail.Suisse – No 13 – 21 septembre 2009 – Marché du travail
_______________________________________________________________________________
Plus de respect pour le travail
Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, demande une politique plus respectueuse du travail et des travailleurs et
travailleuses. Une politique plus respectueuse du travail fiable, précis et appréciable qui constitue le fondement de la prospérité de notre pays et de la bonne
réputation de ce dernier dans le monde. Une politique respectueuse du travail
vise le travail, le salaire et la sécurité sociale des travailleurs et travailleuses et
ne donne pas la priorité au profit des banques et des entreprises.
Au sein de la société du travail suisse, le travail occupe une place centrale assurant la cohésion sociale. Le travail a en outre, pour la plupart des gens, une grande valeur intérieure.
Le travail en tant que valeur primordiale, indispensable à la réussite économique et à la
manière dont la Suisse perçoit sa place dans le monde, a été de plus en plus relégué à
l’arrière-plan ces dernières décennies. Les travailleurs et travailleuses ont souvent réalisé
qu’en politique ce n’est plus le travail créant de la valeur qui est au premier plan, mais
uniquement le gain des entreprises. Lorsqu’il était question de bonnes conditions de base,
il ne s’agissait pas de conditions de travail optimales pour les travailleurs et travailleuses,
mais exclusivement de bonnes conditions de base assurant aux entreprises les gains les
plus élevés, ce qui a conduit le rapport entre capital et travail dans une situation anormale.
La crise affecte durement les travailleurs et travailleuses
Les conséquences d’une telle situation sont apparues au grand jour en pleine crise financière. L’orientation exclusive vers une croissance purement quantitative a poussé en partie
l’économie de marché au bord de l’effondrement. La crise économique qui s’abat sur nous
aujourd’hui et qui va avoir des retombées sur le marché du travail encore pendant longtemps, affecte durement et surtout les travailleurs et travailleuses.
Jusqu’à présent, peu de choses ont changé en politique. Certes, le ton des idéologues néolibéraux est désormais un peu plus retenu, mais en réalité les intérêts des banques et des
entreprises figurent toujours en tête de l’ordre du jour. Par contre, le bien-être et la sécurité sociale des travailleurs et travailleuses ainsi que les mesures de soutien au travail et à
l’emploi continuent d’avoir la vie dure.
Au lieu de se préoccuper des travailleurs et travailleuses et de veiller au maintien et à la
création de places de travail, au lieu de veiller aussi à ce que tous aient un porte-monnaie
suffisamment garni et à ce que la sécurité sociale des travailleurs et travailleuses soit ga-
Service de presse de Travail.Suisse – No 13 – 21 septembre 2009 – Marché du travail
_______________________________________________________________________________
rantie, le Conseil fédéral et le Parlement rampent devant les banques et les banquiers dont
les spéculations ont fait perdre des centaines de milliards et qui, aveuglés par la cupidité
et l’avide recherche de profits, nous ont précipités dans la crise économique désastreuse
que nous subissons. Aucune entrave aux bonus, aucune mise à mal du frein à
l’endettement visant un paquet conjoncturel acceptable, par contre un démantèlement de
l’assurance chômage et de l’AVS etc., ce qui ne va évidemment pas dans le sens du bienêtre des travailleurs et travailleuses en Suisse.
Le Conseil fédéral doit faire une politique
qui respecte les travailleurs et les travailleuses
Nous n’acceptons pas cette politique. Nous ne sommes pas responsables de cette crise et
nous ne voulons pas en payer les pots cassés avec des programmes d’austérité imposés
par les pouvoirs publics et avec le démantèlement des assurances sociales etc. Nous exigeons de la part du Conseil fédéral



une politique qui crée des places de travail,
une politique qui veille à ce que tous aient suffisamment d’argent dans leur portemonnaie.
une politique qui améliore l’assurance-chômage et l’AVS au lieu de les démanteler.
Nous exigeons travail, salaire et sécurité sociale, synonymes pour nous de respect du travail et des travailleurs et travailleuses en Suisse.
Martin Flügel, président de Travail.Suisse
Travail.Suisse, Hopfenweg 21, 3001 Berne, Tél. 031 370 21 11, info@travailsuisse.ch,
www.travailsuisse.ch
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire