La ville d`Athènes… - Histoire du monde secondaire 1

advertisement
Sec.1
Histoire et Éducation à la citoyenneté
Enquête 3
Une première expérience de démocratie (65)
Dossier 2
Comment fonctionnait la démocratie athénienne? (80)
À surligner :
Intro
-démocratie athénienne
système politique
nouvelle conception du monde et de la justice
Les origines de la démocratie
-en Mésopotamie, chaque cité…par un roi tout-puissant.
Le peuple…aucun pouvoir
Les premiers régimes politiques d’Athènes
-Du 13e au 6e siècle avant J.C., la cité-État d’Athènes…
plusieurs régimes politiques
Lire le tableau
monarchie – oligarchie - tyrannie
Les lois de Solon
-Au 6e siècle av. J.C., Solon, riche Athénien, proposa des lois
qui favoriseraient les paysans pauvres et faisaient passer
l’intérêt de la cité avant celui des riches propriétaires.
-507, l’homme politique, Clisthène met fin à la
tyrannie, début de démocratie, régime politique dans
lequel le pouvoir appartient au peuple
-démocratie= le pouvoir au peuple
L’influence des philosophes (81)
-…les Grecs expliquaient le monde… des dieux.
-Vers le 6e siècle avant J.C., …commencent à s’interroger…
sans faire intervenir les dieux. Ils s’appuient sur la logique
et le raisonnement…
-ces penseurs sont appelés philosophes (qui aiment la
sagesse)
-Les philosophes s’intéressent à l’astronomie, à la
géographie, aux sciences de la nature, aux
mathématiques.
-profonde influence sur leurs concitoyens, les encouragent
à mettre leur intelligence au service de leur cité et à
participer à la vie politique.
-enseignent l’art de l’argumentation.
-Socrate, premier philosophe athénien. Enseignait aux fils
de citoyens se connaître, discerner le Bien du Mal, se
montrer juste et refuser la tyrannie.
« Connais-toi
toi-même »
-Platon, philosophe, élève de Socrate. Cité-État idéale =
trois groupes : les philosophes pour gouverner de façon
juste, les guerriers pour défendre la cité, les fournisseurs de
biens matériels pour procurer aux trois groupes ce qu’il
faut pour vivre.
Le fonctionnement de la démocratie athénienne (84)
-En instaurant la démocratie, Clisthène crée de nouvelles
institutions politiques : l’Ecclésia, la Boulè, l’Héliée, les
archontes et les stratèges.
-Tous les citoyens pouvaient participer à l’Ecclésia
à vie.
-Les citoyens pouvaient se présenter à la Boulè, à l’Héliée,
comme archonte ou comme stratège.
-Étudier le document 3.14 Les institutions démocratiques
d’Athènes.
-Le tirage au sort était considéré…une procédure
démocratique…tous les candidats avaient les mêmes
chances d’être choisis,
-sauf dans le cas des stratèges, qui étaient élus par
l’Ecclésia. La défense et la sécurité de la cité étaient en
effet trop importantes et trop complexes…pour les confier
au hasard, à n’import quel citoyen.
-Le plus grand stratège…Périclès.
-Périclès : homme politique durant une trentaine d’années,
réélu stratège quatorze fois consécutives.
-Il accorda une allocation ($) aux citoyens pauvres qui
siégeaient à la Boulè et à l’Héliée.
-Il a entrepris de grands travaux
-Le 5e siècle avant J.C. est appelé le « siècle de Périclès ».
Les lieux (places) de la vie publique (88)
-La ville d’Athènes…plusieurs espaces (lieux, places)
réservés à la vie politique ou à la religion.
-cinq quartiers, situés dans l’enceinte de la ville : Le
Céramique, l’Aréopage, la Pnyx, l’Agora et l’Acropole.
-Observer le document 3.16
-L’Ecclésia se réunissait sur la Pnyx (colline);
-La Boulè, l’Héliée et les stratèges, à l’Agora;
-les archontes, à l’Aréopage;
-des activités politiques dans le quartier Céramique;
-L’Acropole
le centre de la vie religieuse. Doc. 3.17 (89)
La Colline de Pnyx
-En plein air, face à l’Acropole
se tenaient les réunions
de l’Ecclésia, environ 40 fois par année.
-site assez vaste pour accueillir plusieurs milliers de
citoyens.
-Un minimum de 6000 citoyens devaient être présents pour
permettre à l’Ecclésia de siéger (faire la réunion).
-le citoyen qui souhaitait prendre la parole montait sur une
tribune et s’exprimait haut et fort.
-On votait à main levée ou secrètement par écrit.
p.89
-L’Acropole (ville élevée) d’Athènes
une colline fortifiée
sur laquelle se dressaient des temples. Le Parthénon le
plus grand
des fêtes publiques en l’honneur des dieux.
-Les monuments de l’Acropole
prospérité d’Athènes.
-La colline
attaquée.
la puissance et de la
aussi de lieu de refuge lorsque la cité était
Les lieux de la vie privée (89)
-Les espaces réservés à la vie privée se limitaient … à la
maison.
-Les femmes de citoyens
dans le gynécée : préparer les
repas, confectionner les vêtements, éduquer les jeunes
enfants.
-Les maisons de citoyens
aussi une salle pour les repas,
généralement réservée aux hommes et aux invités.
Les limites de la démocratie athénienne (92)
-Les Athéniens étaient fiers de leur démocratie.
-elle (la démocratie) permettait à tous les citoyens, riches
ou pauvres, de prendre part à la vie politique.
-cette démocratie avait des limites.
La citoyenneté restreinte (92)
-seuls les citoyens, c'est-à-dire les hommes de plus de 20
ans nés d’un père citoyen et d’une mère fille de citoyen,
avaient le droit de participer à la vie politique.
-une minorité de la population
-Observer le document 3.18
Le faible taux de participation à la vie politique (92)
-À Athènes, tous les citoyens se présentaient en personne
aux réunions de l’Ecclésia pour y voter les lois = une
démocratie directe.
-Observer le tableau p.92
-L’Ecclésia se réunissait environ tous les dix jours.
-De nombreux citoyens petits cultivateurs pouvaient
difficilement délaisser les travaux des champs
-Périclès avait accordé une allocation (argent) aux citoyens
pauvres, mais pas pour les réunions de l’Ecclésia.
-Dans les faits, moins du quart des citoyens étaient actifs
(participaient aux réunions) en politique.
L’esclavage (92)
-Les citoyens riches,
possédaient des esclaves pour
accomplir les travaux agricoles à leur place.
-L’esclavage les (citoyens riches) libérait de l’obligation de
travailler,
permettait d’être actifs sur la scène
politique.
-La démocratie athénienne reposait (existait grâce) sur le
travail gratuit des esclaves.
L’ambition personnelle (93)
-Les Athéniens craignaient qu’un homme politique
influent détienne trop de pouvoir
-La popularité et l’ambition personnelle n’étaient donc pas
des qualités qu’ils appréciaient beaucoup.
L’utilisation du trésor de Délos (93)
-À la suite des guerres médiques, Athènes forma une
alliance militaire avec d’autres cités grecques
-Chaque cité alliée devait lui verser un tribut (sorte
d’impôt) en argent en échange Athènes entretenait une
armée et une flotte (navires de guerre) puissantes.
-Le trésor (argent des cités alliées) était conservé sur l’île
de Délos.
-Athènes décide de transférer le trésor dans ses murs et
s’en servit pour embellir la ville et verser une allocation aux
citoyens participant à la vie politique
-Le fonctionnement des institutions démocratiques
reposait en partie sur les tributs payés par les cités
alliées.
L’ostracisme (93)
-À Athènes, si on considérait qu’un citoyen avait une trop
grande influence ou qu’il mettait en danger la démocratie,
on pouvait le bannir (expulser) de la cité pendant dix ans,
par une procédure appelée « ostracisme ».
-L’exil était prononcé si le nom du citoyen apparaissait sur
6000 tessons (poterie)
Document 3.19
-La chouette était le symbole de la déesse Athéna.
-L’argent (silver) provenait de mines d’argent qui
appartenaient à Athènes.
Téléchargement