Santiago - 2012

advertisement
de Fréminville Quiterie
RAPORT DE STAGE IFMSA
INTRODUCTION
Je suis étudiante en DCEM3 à Créteil, et j’ai réalisé pendant l’été 2012 un stage au Chili
grâce au programme IFMSA.
J’ai connu l’IFMSA par l‘EMC, l’association des étudiants en médecine de la fac de Créteil.
J’ai décidé de participer à cet échange car il représente l’une des seule opportunité de
réaliser un stage à l’étranger durant nos études de médecine. Je pense que réaliser un
stage à l’étranger est une expérience enrichissante. Cela permet de découvrir le
fonctionnement d’un système de santé différent et d’appréhender la pratique de la médecine à
travers une autre culture, un autre mode de fonctionnement. Ce stage me permettait de me
confronter à un milieu différent dans des conditions moins évidentes qu’en France en raison
de la barrière de la langue et m’obligeait donc à faire d’avantage d’efforts pour m’intégrer et
aller à la rencontre des malades. Ce type de voyage était aussi l’occasion de pratiquer une
langue étrangère, chose que nous faisons peu dans les filières médicales.
MISE EN PLACE DU SEJOUR
Ce stage à l’étranger me permettait également de valider mon stage d’été et ainsi d’effectuer
un long voyage pendant l’été entre ma D2 et ma D3. J’ai choisi de partir avec Pierre
Gazengel, mon petit-ami afin de pouvoir partager cette expérience et car je ne me sentais pas
capable de partir seule. Nous avons décider ensemble de partir en Amérique du sud, car nous
avons eu la chance de réaliser chacun de nombreux voyages, et l’Amérique du Sud était un
continent que nous ne connaissions pas mais que nous avions très envie de découvrir. Nous
voulions tout d’abord parti en Argentine mais l’IFMSA ne proposait pas d’échange avec ce
pays. Nous avons donc choisi le Chili car Santiago possède l’avantage d’être une ville très
européenne avec un système de transport public très développé ce qui permet une adaptation
plus facile surtout pour moi qui n’ai jamais appris l’espagnol pendant mes études. De plus le
Chili est un pays très intéressant avec une richesse naturelle impressionnante. Notre 2ème
choix était le Pérou et le Brésil notre 3ème choix.
Ne parlant pas espagnol je devais faire mon stage dans un service de chirurgie, j’ai choisi la
chirurgie orthopédique car j’ai découvert cette chirurgie lors de mes gardes en DCEM2 et
c’est une chirurgie pendant laquelle l’externe peu rapidement assister sans que la barrière de
la langue ne soit un gros handicap.
Pendant toute mon année de DCEM2 j’ai pris une heure de cours particulier d’espagnol
afin de pouvoir communiquer un minimum, mais je ne me suis pas investie
suffisamment et je n’ai pas réussi à comprendre l’accent chilien, ni à me faire
comprendre en espagnol. J’ai communiqué en anglais mais malheureusement
l’apprentissage d’une langue étrangère ne fait pas parti du cursus scolaire au Chili et très
peu de personnes parlent anglais.
STAGE A L’HOPITAL UNIVERSITAIRE SANTIAGO DU CHILI
Le lundi 2 juillet étant un jour férié au Chili, j’ai été accueilli après une visite de
l’université dans l’unité de traumatologie par le Dr Infante, l’un des chef du service, le
mardi 3 juillet. Le Dr Infante m’a tout de suite conduis au bloc opératoire où il réalisait
une méniscectomie sous arthroscopie. Je fus impressionnée par le nombre de médecin
qu’il y avait dans le bloc opératoire pour regarder la même intervention. Je suis restée
au bloc toute la journée à regarder des arthroscopies du genou et de l’épaule.
L’arthroscopie est la spécialité du Dr Infante.
J’ai suivie le Dr Infante pendant une grande partie de mon stage.
Je devais arriver tous les matins à 7H30, pendant 30min nous avions un cours avec tous
les étudiants et le Dr Infante responsable des étudiants. Ce cours était préparé par l’un
des internes du service, toute la présentation se passait en espagnol mais mes
connaissances en traumatologie ainsi que la présence du diaporama me permettait de
comprendre. Cela devenait plus difficile lorsque qu’il se détachait du support afin de
discuter de questions plus complexes en rapport avec la présentation.
A 8h la visite dans les chambres des patients débutait, il y avait dans le service 2
chambres avec 6 lits (une chambre d’homme, une chambre de femme) 1 chambre de 3
lits et 2 chambres seules. Lors de la visite tous les médecins du service étaient là ce qui
représentait une quarantaine de médecins. Je fus impressionnée par le nombre de
médecins présents dans ce service où il y avait peu de malade. Pendant cette visite, qui
durait 30min, les externes du service présentaient leur patient en décrivant leur histoire
et leur prise en charge.

Le lundi, mardi et mercredi j’allais au bloc opératoire après la visite.

Le jeudi je passais la journée en consultation.

Le vendredi il y avait un staff qui débutait à 8h, pendant lequel chaque médecin
présentait tous les patients qu’ils avaient opéré pendant la semaine, ce staff se
terminait vers 10h30, et un petit déjeuner était ensuite offert par un laboratoire
pharmaceutique, puis nous terminions notre matinée au bloc opératoire.
Journée au bloc opératoire :
Tous les jours il y avait 2 salles d’orthopédies, dans l’une des salles le Dr Infante opérait,
il s’agissait généralement d’une méniscectomie, d’une réparation de la coiffe des
rotateur, ou d’un remplacement du ligament croisé antérieur sous arthroscopie. Dans
l’autre Bloc j’ai pu assister à un Hallux valgus, une prothèse de genou, une résection de
tumeur et de multiples ostéosynthèses sur fractures humérales et tibiales.
Malheureusement il y avait déjà un grand nombre d’étudiants dans le service et je n’ai
donc jamais pu m’habiller et assister aux chirurgies. Nous étions 5 étudiants à regarder
la même intervention, certains internes parlaient anglais et m’expliquaient en détail les
différentes techniques.
Journée en Consultation :
J’allais tous les jeudi en consultation avec le Dr infante. Celle-ci débutait à 8h30 et se
terminait généralement vers 17h. Lors de cette journée, le Dr Infante voyait une
trentaine de patients, il s’agissait de suivi post opératoire ainsi que de nombreux
nouveaux patients souffrant de douleur de genou et d’épaule avec perte de la
mobilisation. Le Dr Infante examinait chaque patient, les envoyait faire des examens
complémentaires et décidait ensuite si le patient avait besoin d’une prise en charge
médicale ou chirurgicale.
J’ai également été en consultation avec d’autre médecin qui faisait de la chirurgie
orthopédique générale ce qui m’a permis de voir des cas plus variés. Lors de ces
consultations j’ai pu découvrir plus largement l’examen orthopédique.
Toutes les consultations se déroulaient en espagnol, mais le Dr Infante m’expliquait les
cas compliqués en anglais.
Toute l’équipe d’orthopédie a été très accueillante et a fait de nombreux efforts pour que
j’apprenne et que je découvre l’orthopédie pendant tout ce mois de juillet. Même si la
barrière de la langue rendait parfois l’apprentissage compliqué, de nombreux médecins
et internes ont fait l’effort de me parler en anglais.
Le fonctionnement de cet hôpital chilien est très proche du fonctionnement d’un hôpital
Français, la différence que je note concerne essentiellement le nombre de personne
présente dans le service ainsi que le rôle des étudiants et notamment de l’interne qui a
un statut beaucoup moins important que l’interne en France.
MON OUTCOMMING
Famille d’accueil :
A mon arrivée à l’aéroport, il y a eu un problème d’organisation et personne n’était là
pour m’accueillir. Heureusement j’avais voyagé avec Pierre et l’étudiant qui l’accueillait
était venu le chercher je suis donc allée dans sa famille d’accueil toute la journée le
temps de pouvoir échanger des mails avec ma famille afin de pouvoir récupérer leur
adresse. Pierre vivait chez la mère de l’étudiant en médecine qui accueillait déjà 3
autres étudiants, 2 étudiants du Salvador et 1 étudiante d’Equateur. Dans cette famille
personne ne parlait anglais et j’avais vraiment beaucoup de mal à les comprendre
lorsqu’il parlait espagnol. J’étais soulagée lorsque je suis arrivée dans ma famille de
pouvoir communiquer en anglais avec l’étudiante en médecine et sa mère. Nous étions 3
étudiantes en médecine à être accueillies en même temps, Marina venait de Grèce et
Ozum venait d’Allemagne mais faisait ses études en Turquie. Nous étions toutes les 3
incapable de parler espagnol nous avons donc communiqué en anglais, et j’étais
soulagée de voir que je n’étais pas la seule à être venu dans un pays hispanique sans
parler la langue.
La mère de ma famille d’accueil était très accueillante mais certainement un peu dépassé
par les évènements, son mari était reparti vivre en Colombie il y a 1 an et elle se
retrouvait mère célibataire avec ces 3 enfants et devait travailler beaucoup pour lancer
son entreprise d’ingénieur informatique. Il n’y avait donc pas de repas de famille le soir
et la seule chose qui nous était proposée était un hotdog ou une part de pizza. On est
donc souvent sorti pour aller au restaurant, ce qui n’est pas financièrement possible
pendant un mois. De plus l’hygiène dans la maison était vraiment limite, la vaisselle et le
ménage n’étaient jamais faits et le chien faisait ses besoins dans la maison. La situation
n’était pas toujours facile à vivre, j’ai du coup passé le moins de temps possible dans la
maison, ce qui n’est pas très agréable quand on doit y passer un mois.
Programme social:
Une quarantaine d‘étudiants étaient accueillis pendant le mois de juillet au Chili, nous
avons donc fait de nombreuse rencontre grâce à l’organisation mise en place par les
étudiants responsable de l’IFMSA. La première semaine, une visite de la ville était
organisée le mercredi après midi, ce qui nous a permis de tous nous rencontrer et on a
ainsi pu organiser des choses entre nous pendant les semaines qui ont suivi.
Le premier week end une marche ainsi que le repas international étaient proposé, mais
avec Pierre nous avions déjà réservé un hôtel à Valparaiso, nous n’avons donc pas pu y
participer.
Le second week end nous sommes partis avec une trentaine d’étudiants à coté de Talca
dans les montagnes. Les étudiants chiliens avaient réservé un gite et organisé une
journée en montagne, c’était vraiment un super programme, le transport, l’hébergement
et la nourriture étaient pris en charge et ce n’était vraiment pas cher. Nous avons tous
passé un très bon week end, la randonnée en montagne était magnifique.
Le troisième week end était organisé à Valparaiso, nous n’y sommes pas retourné avec
pierre car l’hôpital nous avait donné un jour de congé afin qu’on puisse aller visiter le
désert d’Atacama. Nous avons pris l’avion pour San Pedro et passé trois jours à visiter
les différents sites. C’était vraiment un très bon week end les paysages sont incroyables.
Le quatrième week end une visite des vignes ainsi qu’un journée au ski était organisé,
encore une fois nous n’avons pas pu y participer parce que nous sommes parti à Lima
rejoindre Marion qui avait fait son échange en Equateur. Nous avions décidé de nous
rejoindre au Perou pour visiter Cusco et ses alentours et finir notre voyage par le machu
pitchu.
Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il y ait autant d’activités organisées, c’est vraiment
très bien même si nous n’avons pas pu participer à toutes, nous avons fait la rencontre
de tous les étudiants ce qui nous a permis de nous revoir fréquemment pendant la
semaine en fin d’après midi et en soirée pour aller boire des verres, danser, écouter de la
musique.
Je n’aurais pas oser partir seule pour un échange au Chili, parce qu’à Paris lorsque nous
accueillons il y seulement 2 ou 3 étudiants en même temps et nous ne proposons donc
pas toutes ces activités. Mais au Chili grâce au nombre d’étudiants et à toute
l’organisation on peut vraiment partir seul sans avoir peur de s’ennuyer le week end.
MON INCOMMING
J’ai accueilli au mois de février 2012 Yenny Arroyo, une étudiante en 4ème année de
médecine du Pérou, qui venait faire son stage en rhumatologie à l’hôpital Henry Mondor.
Yenny parlait très bien français et était déjà venu 3 fois en échange avec l’IFMSA en
France. Nous avons visité Paris avec elle tous les week end qu’elle a passé à Paris, nous
sommes allée à Beaubourg, la grande mosquée le petit et le grand palais. Nous lui avons
fait découvrir les soirées parisiennes et les soirées de médecine de Créteil. C’était
vraiment très sympa d’accueillir pendant un mois une étudiante étrangère, même s’il est
parfois difficile de prendre sur notre temps de travail lorsque les examens approchent.
Mais Yenny connaissait du monde à Paris et une étudiante à Nancy chez qui elle a passé
2 week end. Nous sommes resté en contact avec Yenny et nous sommes allés chez elle à
Lima cet été. Avec Pierre nous allons accueillir au mois de novembre un étudiant
ghanéen, j’espère que nous arriverons a prendre suffisamment de temps pour lui faire
découvrir paris. Parce que après être partie je me rends compte que c’est vraiment
agréable d’être pris en charge et que des activités soient organisées.
CONCLUSION
Cette expérience à l’étranger était vraiment enrichissante, même si le stage n’était pas
toujours passionnant je ne regrette absolument pas d’être parti. J’ai fait énormément de
rencontre et un très beau voyage. Je remercie tous les étudiants en médecine en France
et au Chili qui organise L’IFMSA ainsi que les médecins de l’hôpital universitaire
Santiago du Chili qui m’ont accordé beaucoup de leur temps pour m’apprendre leur
spécialité alors que je ne parlais pas espagnol.
Téléchargement