Cramer, Valma, "Kreuzpredigt und Kreuzzugsgedanke von

publicité
1
Cramer, Valma, "Kreuzpredigt und Kreuzzugsgedanke von Bernhard von Clairvaux
bis Humbert von Romans", Das Heilige Land in Vergangenheit und Gegenwart Heft 1720, 1939, p. 43-204
2e croisade: Eugène III, Bernard, Pierre d'Oporto
Eugène = disciple de Bernard
bulle "quantum praedecessores nostri" 1145, envoyé en France et Italie, premier témoignage
écrit
Louis VII décide d'organiser une croisade en Syrie, contre Suger de Saint-Denis
frère de Louis VII = moine à Citaux
B. élargit la prédicaiton de la croisade à toute l'Europe, écrit des lettres dans les pays où il ne
peut pas aller.
Allemagne: gagne Conrad III
croisade contre les slaves = partie de LA croisade
1147 départ des armées de France et Allemagne
bulle: narratio, exhortatio: exemple de Mathatias, privilèges: indulgences (p.47): pouvoir des
clés, remission des peines se joue entre Eglise et fidèle (48)
Bernard prèche à Vézelay en 1146 et envoie de nombreuses lettres aux seigneurs, évêques etc;
Allemagne, Bohème, Angleterre :
ajoute le motif du "tempus acceptabile": croisade = occasion unique offerte au pécheur de
gagner le salut; lalibération de la Terre sainte apparaît presque secondaire
dépeint l'idéal du chevalier chrétien: opposition entre malitia et militia (54)
Pierre d'Oporte prèche aux croisé qui viennent d'Angleterre, de Flandre et Allemagne du Nord
et s'arrêtent au Portugal: la libération de Lisbonne de Maures fait partie intégrante de la
croisade (55)
3e croisade: Alexandre III, Grégoire VIII, Henri d'Albe, Henri de Strasbourg et
Gottfried de Würzbourg
Alexandre souligne le péché des chrétiens comme cause pour les défaite en Terre Sainte
Alexandre III souligne le mérite des prédicateurs de la croix qui devient au XIIIe s. une
formule particulière d'indulgence à leur égard.(68)
Audita tremendi de Grégoire VIII = sommet de la prédication des croisades du XIIe;
adhortatio reprend la Tempus acceptabile et la réf. à Mathatias; privilèges: protection des
biens et remise de dette; croisade = pénitence.
Henri d'Albe: pas de textes de prédications, mais lettres qui en ont la forme; reprend tempus
acceptabile; appelle à reproduire et diffuser les lettres; ses exhorations laissent entendre que la
ferveur religieuse des laïcs est plus grand que celui des clercs.
Son traité "de peregrinante civitate Dei": la Jérusalem terrestre est perdu parce que les
chrétiens ont laissé perdre la Jérusalem céleste. Mathatias. Croix = arche d'alliance, échelle
pour monter au ciel. Réf. à Luc 14,27 et Mt 10,38 "quiconque ne porte pas sa croix et ne me
suit pas n'est pas digne d'être mon disciple". Elabore une véritable symbolique de la croix.
Appelle ses frères à précher la croisade dans les différents pays, chacun dans celui qu'il
connaît le mieux. Donne un modèle de prédication. Prèche en Allemagne alors qu'il ne parle
pas allemand.
Henri de Strasbourg souligne le premier l'obligation vassallique.
2
4e croisade: Innocent III, Martin de Paris
Célestin III appelle l'Angleterre à la croisade pour contenir la puissance d'Henri VI (croisade
allemande, p. 93), Henri meurt, puis Célestin
Innocent III: politique énergique, (contre la volonté du pape et des allemands, les français et
les véniciens détournent la 4e croisade vers Byzance).
Défaite interprétée comme châtiment.
"Post miserabile" 1198 : à la France, l'Angleterre, la Hongrie et Sicile. Développe fortement
l'idée vassalique (p. 99), encore précisée dans "Quia major" (1213), l'idée de pénitence moins
développée chez lui.
Martin de Paris est un des rares à promettre des avantages terrestres aux croisés.
Césure: avec le XIIIe siècle ce ne sont plus les cisterciens mais les dominicains qui prèchent
la croisade. Nous avons ici moins de prédications et plus de traités.
5e croisade: Innocent III, Honorius III, Philippe d'Oxford, Jacques de Vitry
Innocent :Multiplication des prédicateurs et des appels. Les croisades contre les maures,
mongoles, albigeois et les Staufer reçoivent les mêmes privilèges que ceux de la Terre sainte,
d'où une perte d'énergie.
"Quia major" (1213), envoyé dans toute l'Europe, jusqu'en Scandinavie, sauf en Espagne déjà
occupé dans la lutte contre les maures. Reprend le tempus acceptabile: la misère en Terre
Sainte est un artifice de Jésus pour donner aux croyants la possibilité de prouver leur fidélité
et pour gagner le salut. Définit les privilèges des croisés et ordonne des processions
mensuelles, des jeûnes et aumônes pour soutenir la croisade. But premier est la libération de
Terre Sainte, la pénitence lui est subordonnée. Reprend l'idée féodale. (111)
Après la mort d'Innocent, Honorius n'a pas le même punch. S'adresse surtout à Frédéric II.
Termine les appels traditionnels. Pénitence prioritaire: utilise volontiers le vocabulaire de
pélérinage. reprend tempus acceptabile et l'idée vassalique. Rajoute aux motifs traditionnels
la réf. à Abraham, et au fils prodigue.
Angleterre: Philippe d'Oxford: traité "ordinacio de praedicacione S.Cricis in Anglia": montre
la nouvelle façon de précher du XIIIe s.: allégories et exempla. parabole du grain. AdamChrist: au paradis la mort vient sous l'image de la vie, avec Christ la vie vient sous l'image de
la mort. Chez Philippe l'indulgence est plus une condition pour l'engagement qu'une
récompense: pour que le fidèle puisse être libre de toute charge qui pèserait sur lui.
Méditation sur la symbolique de la croix: les deux clous des deux mains= vita activa et
contemplativa.
Jacques de Vitry: importance des pouvoirs des légats papaux. Jacques évêque d'Akkon.
Dans ses prédications se réfère à Mathathias (Macchabées et développe l'idée vassalique.
(131). La croix est un drapeau et une clé. Tempus acceptabile. Croisades apporte le salut aussi
aux familles des croisés (135), salut indépendant du succès de la croisade (136). Même
écouter une prédication de croisade apporte déjà une remise de 20-40 jours de purgatoire
(137). Compare la prise de la croix avec l'hommage et l'investiture du vassal dans son fief.
Réf. à Abraham: il faut quitter son pays (ailleurs croisade = retour au pays!)
Généralisation de l'idée de croisade au XIIIe s. a) tout est croisade (contre albigeois, contre
prussiens) b) personne ne peut gagner le salut sans y participer (153). Argumente contre les
3
détracteurs qui invoquent la réf. à l'interdiction de la violence dans la Bible: comprennent mal
la Bible; quand c'est pour l'Eglise, le combat armée est nécessaire et méritoire.
(6e croisade pas traité par Cramer)
7e croisade : Louis IX, Odon de Châteauroux, Stéphane de bourbon et Humbert de
Romans
1248,
Odon prèche devant des franciscains et dominicains.
Réf. à Abraham = suivance; réf. à Mathathias
souligne l'abolition des rangs sociaux parmi les croisés
croisés accumulent des indulgences aussi pour leurs familles
croisés comparés aux cerfs qui quittent leur territoire à l'heure du rut (173)
croix= glaive
Stéphane: terre sainte= héritage du chrétien (181)
Humbert de Romans: 1266: double but des croisades: libération de la terre sainte et
sanctification du croisé. Tout chrétien est obligé de participer à l'effort des croisades comme
lutte du bien contre le mal. Reprend tempus acceptabile, Mathathias, Abraham et idée
vassalique
Périodes:
1. XIe: surtout narratio
2. XIIe: 2e-4e croisade: narratio, exhortatio, privilegia; prédication plus mystique
3. XIIIe: 5e-7e croisade: peu de narratio et exhortatio, dévelppement des privilèges;
prédication plus exégétique, scolastique
pénitence soulignée par Grégoire VIII et Célestin III et Henri d'Albe
libération de Terre: Innocent III
Téléchargement