Anne Destrooper.pmd

publicité
Rev. do Museu de Arqueologia e Etnologia, São Paulo, 14: 379-381, 2004.
LE MONNAYAGE DE DELOS DANS LE CADRE DES MONNAIES
CYCLADIQUES: UNE INTRODUCTION
Anne Destrooper*
Les premières monnaies
Le monnayage de Délos est encore mal connu
comme celui des autres îles des Cyclades. La phase
la plus ancienne est la plus systématiquement
étudiée. Il semble bien que depuis le dernier quart
du VIe siècle monnaie a été frappée à Délos comme
dans d’autres îles des Cyclades, à Tènos, Naxos,
Paros, Kythnos, Siphnos et Kéos notamment.1
Notre connaissance de ce monnayage demeure
pourtant lacunaire (Hackens 1983: 107). Ceci
résulte notamment du nombre restreint de monnaies
qui nous sont parvenues et qui se trouvent dans les
collections numismatiques du monde entier.
Pour déterminer la chronologie relative des
monnaies déliennes, on peut étudier leur style,
lequel permet de déterminer la succession des
émissions. Pour la chronologie absolue, rares sont
les pièces qui proviennent de couches bien datées
de fouilles scientifiques. En réalité, le seul indice
chronologique fiable est fourni par un triobole
trouvé dans un sondage à l’Ouest de l’Héraion,
dans les remblais comblant la tranchée de fondation
du temple, datée par la céramique des environs de
510.2 Cette date sera confirmée ou infirmée par les
fouilles récentes. Le didrachme inclus dans le trésor
(*) Ancien Membre Belge de l´École Fraçaise d´Athènes.
(1) Voir Kraay (1976: 45/6); Oikonomidou (1999: 318); les
monnayages de Myconos, Mèlos, Andros, Syros, Théra
et Amorgos n’ont pas encore fait l’objet d’une étude
systématique; pour Délos: Hackens (1973: .209-226);
Tènos: Artemis-Gijselen (1977: 5-15); Naxos: Nicolet-Pierre
(1997: 63-121); Paros: Sheedy (thèse de doctorat non
publiée); Siphnos: Norman (étude sous publication);
Kythnos: Sheedy, Papageorgiadou-Banis (1998: 649-656);
Kéos: Papageorgiadou-Banis (1997).
(2) Bulletin de Correspondance Hellénique 89, 1965,
p.999 et fig.3: monnaie enfouie dans les terres amenées
pour la construction du temple ou perdue lors de la
construction même du Temple, la datation de la monnaie
peut ainsi diverger de quelques années.
égyptien de Démanhûr, enfoui vers 500 av. J.-C. ou
peu après, est une seconde indication pour la
chronologie absolue des premières monnaies
déliennes (Dressel & Regling 1927: 57-58 n° 78).
Les monnaies cycladiques de la première
période, datée de vers 525 à 478 avant J.-C., sont
toutes en argent. Celles de Délos suivent l’étalon
euboïco-attique (didrachme de 8.6g) alors que
celles des autres ateliers cycladiques suivent l’étalon
éginétique (statère = didrachme de 12.2g), à
l’exception de celles de Mèlos, qui suivent l’étalon
milésien (lydien) dont les statères pèsent 14.1g.
Initialement, seul le droit des monnaies porte
un type, alors que le revers est garni d’un carré
creux fruste, plus ou moins irrégulier. Plus tard, vers
500, le fond du revers creux devient plus régulier et
un croisillon qui divise le carré est formé de bandes
épaisses comme sur les monnaies éginétiques. Bien
qu’à Délos l’influence éginétique ne soit pas
prépondérante, le style des revers y suit la même
évolution et est en fait un critère précieux pour
l’établissement de la chronologie relative de la série.
Au droit figure une cithare, attribut privilégié
d’Apollon, divinité titulaire de Délos.
Les premières monnaies cycladiques sont
encore caractérisées par l’absence de toute
légende. Leur attribution à un atelier bien défini est
donc malaisé, voire parfois impossible. Dans le cas
de Délos, non seulement le type, la cithare, est
éclairante, mais sur quelques petites pièces du
début du Ve siècle, des tritémoria, figurent
exceptionnellement une roue à quatre rayons, entre
lesquels on lit les lettres D-H-L-I.
Après les guerres médiques et la victoire
d’Athènes suivie de la fondation de la Ligue
délienne, l’activité monétaire est interrompue dans
les Cyclades, à fortiori à Délos où Athènes
contrôle le sanctuaire d’Apollon où le trésor de la
Ligue est gardé.
Avec la défaite d’Athènes en 404, les Cyclades,
Délos incluse, reprennent leurs droits et leur
379
Anne Destrooper.pmd
379
9/4/2006, 14:00
DESTROOPER, A. Le monnayage de Delos dans le cadre des monnaies cycladiques: une introduction. Rev. do Museu de
Arqueologia e Etnologia, São Paulo, 14: 379-381, 2004.
monnayage. Pourtant, au IVe siècle ce monnayage
est réduit. Par ailleurs, les monnaies en argent
frappées à Délos ne suivent plus l’étalon attique
mais l’étalon rhodien (drachme de 7.8g), que
suivent aussi les autres ateliers des Cyclades et ceux
d’Asie Mineure. De plus, à partir de ce moment, les
monnaies en argent sont souvent de petites
dénominations; des monnaies en bronze sont
également frappées, d’un style souvent archaïsant
qui rend leur datation et leur distinction de celles du
IIIe siècle difficiles. A la différence des monnaies
plus anciennes, les monnaies plus récentes, du IVe
siècle et après, portent un type aussi bien au droit
qu’au revers. Ceux-ci sont empruntés du répertoire
du siècle précédent.
A Délos les drachmes, hémidrachmes et
trihémioboles frappés suivant l’étalon rhodien
représentent au droit la tête d’Apollon de profil,
couronnée de laurier, au revers une cithare bordée
par l’inscription DHLIWN ou D-H et parfois
flanquée des symboles apolliniens. Sur les bronzes,
la tête d’Artémis, sœur jumelle d’Apollon, est
également représentée; au revers des bronzes des
IIIe et IIe siècles figure entre autres un palmier,
parfois surmonté d’un cygne, une allusion probable
au lieu où Léto a donné naissance à Apollon et
Artémis. Les monnaies hellénistiques, qui sont des
petites monnaies en argent et des bronzes de valeur
moindre que celles de l’époque archaïque,
correspondent sans doute mieux aux besoins
locaux. Elles sont de toute façon beaucoup plus
communes comme par ailleurs les autres monnaies
cycladiques de la même époque.
En 167/6 avant J.-C., le Sénat romain livra
Délos aux Athéniens, ce qui marqua la fin du
monnayage délien mais non l’importance
commerciale de l’île qui fut déclarée port-franc par
Rome et connut un grand succès international
jusqu’en 88, puis en 69 avant J.-C., quand l’île fut
saccagée par Mithridate ou par ses alliées, les
pirates d’Athénodôros.
Dés lors les monnaies athéniennes, surtout les
bronzes, circulent en grand nombre dans l’île et ce
sont ces monnaies qu’on trouve le plus souvent
dans les fouilles à Délos (elles forment au moins la
moitié et parfois la quasi totalité des monnaies dans
les fouilles). Les monnaies des Cyclades,
essentiellement des îles proches de Délos comme
Myconos et Tènos, et celles de la côte d’Asie
mineure occidentale et des îles adjacentes sont les
monnaies étrangères les mieux représentées. Elles
forment respectivement environ cinq et six pourcent du total des monnaies, celles de Délos
indépendante entre cinq et dix pour-cent. Les
autres monnaies proviennent de lieux très dispersés
dans le monde grec; elles témoignent du passage
d’individus, notamment des pèlerins, plutôt que de
circuits commerciaux réguliers.3
Les monnaies incluses dans les trésors trouvés
à Délos sont également le plus souvent des monnaies
athéniennes. Ce sont fréquemment des monnaies en
argent, des tétradrachmes, auxquelles s’ajoutent
parfois quelques cistophores de Pergame, des
plinthophores de Rhodes en argent et
exceptionnellement en or (Thompson; Mørkholm;
Kraay 1973).
En revanche, les monnaies de Délos ont
rarement été trouvées hors de l’île. Ce sont
quelques monnaies archaïques en argent trouvées
dans des trésors en Egypte et au Proche Orient et
quelques bronzes hellénistiques trouvés isolés dans
les Cyclades et à Athènes, à l’Agora par exemple
(Kroll 1993).
On remarquera que les monnaies des autres
îles des Cyclades ont connu la même zone de
diffusion aux mêmes époques (Sheedy 1997).
(3) Sur la circulation monétaire à Délos, voir entre autres
Hackens (1970) et Destrooper-Georgiades (2001).
380
Anne Destrooper.pmd
380
9/4/2006, 14:00
DESTROOPER, A. Le monnayage de Delos dans le cadre des monnaies cycladiques: une introduction. Rev. do Museu de
Arqueologia e Etnologia, São Paulo, 14: 379-381, 2004.
References bibliographiques
ARTEMIS-GIJSELEN, L.
1977
Les monnaies archaïques de Ténos. Revue
Belge de Numismatique et de Sigillographie,
123: 5-15.
DESTROOPER-GEORGIADES, A.
2001
Les monnaies trouvées à l’Archégésion en
1961-1962. Leur apport à l’étude de la
circulation monétaire à Délos et les Cyclades.
Bulletin de Correspondance Hellénique,
125: 145-174.
DRESSEL, H.; REGLING, K.
1927
Zwei ägyptische Funde altgriechischer
Silbermünzen. Zeitschrift für Numismatik, 37:
57-58, n° 78.
HACKENS, T.
1970
Les monnaies. Exploration Archéologique
de Délos XXVII, L’îlot de la maison des
Comédiens: 387-419.
1973
Le monnayage de l’atelier de Délos à l’époque
archaïque. Bulletin de Correspondance
Hellénique. Supplémént 1, Études déliennes,
Paris: 209-226.
1983 Les monnaies. Ph.Bruneau, J. Ducat (Éds.)
Guide de Délos, (Sites et Monuments – 1,
Ecole française d’Athènes), Paris: 107.
KRAAY, C.M.
1976
Archaic and Classical Greek coins. London:
45/6.
NICOLET-PIERRE, H.
1997
Naxos (Cyclades) archaïque: monnaies et
histoire. La frappe des canthares. Quaderni
Ticinesi, XXVI: 63-121.
NORMAN, N.G.
Étude sous publication.
OIKONOMIDOU, M.
1999
«Kykladitikà nomísmata apò to Mousêio
Kykládikes Téchnes». N. Chr. Stampoulides (Éd.)
Phôs Kykladikón. Timetikós tómos sti mnéme
tou Níkou Zapheiropóulou,, Athènes : .318.
PAPAGEORGIADOU-BANIS, CH.
1997
The coinage of Kea, Research Centre for
Greek and Roman Antiquity. National Hellenic
Research Foundation, Meletémata 24, Athènes.
SHEEDY, K.
1997
Late Archaic hoards in the Cyclades and
some thoughts on the regional pattern of
trade. K.A. Sheedy, Ch. PapageorgiadouBanis (Éds.) Numismatic Archaeology.
Archaeological Numismatics. Proceedings of
an International Conference held to honour
Dr. Mando Oeconomides in Athens 1995
(Oxbow monograph 75), Oxford: 107-117.
Inedite The Archaic and Early Classical Mint of
Paros, thèse de doctorat non publiée.
SHEEDY, K.A.; PAPAGEORGIADOU-BANIS, CH.
1998
The coinage of Kythnos. L.G. Mendoni; A.
Mazarakis Ainian (Orgs.) Kythnos: history
and archaeology, Proceedings of an
International Symposium Kea-Kythnos, 2225 June 1994, Research Centre for Greek and
Roman Antiquity. National Hellenic Research
Foundation, Meletémata 27, Athènes: 649-656.
THOMPSON, M.; MØRKHOLM, O.; KRAAY, C.M.
1973
An inventory of Greek Coin hoards, New
York, 30 trésors: nos 110, 126, 256, 272, 284,
285, 286, 290, 292, 293, 294, 295, 297, 298, 319,
320, 321, 322, 323, 324, 325, 328, 329, 333, 334,
335, 336, 347, 348, 349.
Recebido para publicação em 11 de agosto de 2004.
381
Anne Destrooper.pmd
381
9/4/2006, 14:00
Téléchargement
Flashcards connexes
Créer des cartes mémoire