Un accord différencié, juste, durable, dynamique, équilibré et

advertisement
« Un accord différencié, juste, durable, dynamique, équilibré et juridiquement
contraignant. » C’est en ces termes que le président de la COP21, Laurent Fabius, a
présenté l’accord universel sur le climat qui a été adopté par consensus, le samedi
12 décembre 2015 au soir, par les 195 Etats participant à la conférence.
En dessous de 2 °C, si possible 1,5 °C
L’accord est plus ambitieux que l’objectif initial de la COP21, qui visait à contenir le réchauffement
sous le seuil des 2 °C. Il prévoit de le maintenir « bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux
préindustriels » et de « poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C ».
La mention du seuil de 1,5 °C était une revendication portée par les petits Etats insulaires menacés de
submersion par la montée des mers.
Pour être en conformité avec cet objectif, les Etats devront réviser à la hausse
leurs engagements de réductions d’émissions de GES. Pour l’instant, leurs
contributions nationales mettent la planète sur une trajectoire de 3°C
d’augmentation. «On a la ligne d’arrivée, entre 1,5°C et 2°C, mais pas le chemin
pour y parvenir, déplore Yannick Jadot, eurodéputé Europe Ecologie-les Verts.
A part l’outil du cycle de révision.»
Des versions antérieures retenaient un objectif de baisse de 40 % à 70 %, ou même de 70 %
à 95 %, d’ici à 2050. Ces mentions, jugées trop contraignantes par certains pays, ont été
gommées.
« Sur la base de l’équité »
Il pose que les efforts doivent être accomplis « sur la base de l’équité », et acte que « les
pays développés continuent de montrer la voie en assumant des objectifs de réduction des
émissions en chiffres absolus ». Les pays en développement « devraient continuer
d’accroître leurs efforts d’atténuation (…) eu égard aux contextes nationaux différents »,
formulation qui prend donc en compte leur niveau de développement. Enfin, l’accord
souligne qu’« un soutien doit être apporté aux pays en développement » par les nations
économiquement plus avancées.
100 milliards de dollars, « un plancher »
Pour solder leur « dette climatique », les pays du Nord ont promis à ceux du Sud, en 2009,
de mobiliser en leur faveur 100 milliards de dollars (91 milliards d’euros) par an, d’ici à 2020.
Les nations pauvres veulent davantage, après 2020, pour faire face aux impacts du
dérèglement climatique, sécheresses, inondations, cyclones et montée des eaux.
Le texte entrouvre une porte, en faisant de ces 100 milliards « un plancher », qui est donc
appelé à être relevé. De plus, « un nouvel objectif chiffré collectif » d’aide financière devra
être présenté « avant 2025 ». C’est une nette avancée, même si elle laissera les pays
1
pauvres sur leur faim.
Pas d’indemnisation pour les pertes et dommages
Sur ce sujet très sensible pour les pays les plus menacés par le dérèglement climatique,
l’accord reconnaît « la nécessité d’éviter et de réduire au minimum les pertes et dommages
associés aux effets négatifs du changement climatique, incluant les événements
météorologiques extrêmes [inondations, cyclones…] et les événements à évolution lente
[montée des eaux…], et d’y remédier, ainsi que le rôle joué par le développement durable
dans la réduction du risque de pertes et dommages ».
Mais il se contente, de façon très générale, de mentionner que les parties « devraient
renforcer la compréhension, l’action et le soutien » sur cette question. Il exclut toute
« responsabilité ou compensation » des pays du Nord pour les préjudices subis par les pays
en développement.
Des engagements revus tous les cinq ans
C’est un point essentiel de l’accord. Les « contributions prévues déterminées au niveau
national » annoncées par les Etats, c’est-à-dire leurs promesses de réduction
d’émissions de gaz à effet de serre, sont aujourd’hui nettement insuffisantes pour
contenir le réchauffement à un maximum de 2 °C, et a fortiori de 1,5 °C. A ce jour, 190
pays sur 195 ont remis leurs contributions qui, additionnées, mettent la planète sur
une trajectoire de réchauffement d’environ 3 °C. Ces engagements seront annexés à
l’accord, mais ils n’en font pas partie stricto sensu. Etant volontaires, ils n’ont pas de valeur
contraignante.
Le texte prévoit un mécanisme de révision de ces contributions tous les cinq ans, donc
théoriquement à partir de 2025, l’accord global devant entrer en vigueur en 2020.
C’est la première fois que tous les pays du globe acceptent le principe de faire des efforts
régulièrement revus à la hausse. Ce qui coince ? Le prochain cycle des engagements n’est pas
obligatoire avant 2025. Trop de temps perdu…
Possibilité de retrait
Pour entrer en vigueur en 2020, l’accord devra être ratifié, accepté ou approuvé par au
moins 55 pays représentant au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de
serre. Mais, « à tout moment après un délai de trois ans à partir de l’entrée en vigueur de
l’accord pour un pays », celui-ci pourra s’en retirer, sur simple notification.
Les grands absents :
Pour les avions et les bateaux, on repassera
Zappée. Il n’y a plus aucune référence aux émissions de gaz à effet de serre de l’aviation et du
transport maritime international. Celles-ci représentent pourtant 8 % du total des émissions
mondiales et augmentent si vite - deux fois plus vite que celles des autres secteurs - que si
rien n’est fait, elles pourraient compter pour 39 % des émissions en 2050.
Pour la mention aux énergies fossiles, on repassera aussi
«Voici quelque chose que chacun devrait savoir sur l’accord climat de la COP 21 : les mots
"énergies fossiles" n’apparaissent pas. Ni les mots "pétrole" ou "charbon"» relève l’écrivaine
et altermondialiste Naomi Klein. L’Arabie saoudite y a veillé jusqu’au bout. Or, difficile de
trouver un remède à une maladie quand on ferme les yeux sur son origine. Les énergies
fossiles - pétrole, gaz et charbon - sont la première cause du changement climatique : elles
pèsent 65 % de toutes les émissions de GES.
Sources : Libération 13 Décembre 2015 et Le Monde 12 Décembre 2015
2
Téléchargement