Telechargé par Oscar CHABI

PONAME Rapport provisoire 25122019 Draft (1)

publicité
Programme 11ème FED de l’Union Européenne
Pour la République du Bénin
Assistance Technique dans le cadre de
l’appui institutionnel et du renforcement des
capacités des acteurs du secteur de l’énergie
au Bénin (RECASEB)
Contrat n° 029/RECASEB/AT/ENP/PONAME
Rapport provisoire
ELABORATION DE LA POLITIQUE NATIONALE DE
MAITRISE D’ENERGIE AU BENIN
Réf : 029/RECASEB/AT/ENP/PONAME
25 décembre 2019
Projet financé par
l’Union Européenne
Projet mis en œuvre
par le consortium SOFRECO,
AF-Mercados EMI
AT RECASEB
Historique de révision du document :
Version
Préparé
par
Date
Revu par
Ver.
#01
Consultants
11 juillet 2019
Chef de mission
Ver.
#02
Consultants
7 octobre 2019
Chef de mission
Ver.
#03
Consultants
13 novembre 2019
Chef de mission
Consultants
25 décembre 2019
Chef de mission
Ver.
#04
Date
Approuvé par
Date
Commentaires
Le contenu de la présente publication relève de la seule responsabilité de
SOFRECO- AF-Mercados EMI et ne peut en aucun cas être considéré comme
reflétant l’avis de l’Union Européenne.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
1
AT RECASEB
TABLE DES MATIERES
LISTE DES FIGURES ....................................................................... 5
LISTE DES TABLEAUX ................................................................... 6
DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATIONS ........................................... 7
ABREVIATIONS ..............................................................................10
RESUME EXECUTIF .......................................................................14
INTRODUCTION ..............................................................................25
1
CONTEXTE, DEMARCHE METHODOLOGIQUE ET
PROBLEMATIQUE .................................................................28
1.1.1
1.1.2
1.1.3
1.1.4
1.2.1
1.2.2
2
Contexte général .......................................................................... 28
Présentation et contexte socio-économique du Bénin .................. 28
Contexte mondial de la maîtrise d’énergie .................................... 29
Contexte régional de la maîtrise d’énergie .................................... 31
Contexte national de la maîtrise d’énergie .................................... 32
Démarche méthodologique d’élaboration de la PONAME ....... 36
Démarche adoptée ........................................................................ 36
Collecte des informations .............................................................. 36
Problématique de la maîtrise d’énergie au Bénin .................... 38
DIAGNOSTIC STRATEGIQUE DU SOUS-SECTEUR DE LA
MAÎTRISE D’ÉNERGIE ...........................................................42
2.1.1
2.1.2
2.1.3
2.1.4
2.2.1
2.3.1
2.3.2
2.4.1
2.4.2
2.4.3
Analyse du secteur de l’énergie ................................................. 42
Potentiel d’énergie primaire ........................................................... 42
Production et importation d’énergie ............................................... 44
Consommation d’énergie ............................................................... 45
Pertes sur le réseau électrique ...................................................... 52
Analyse du cadre stratégique du sous-secteur de la maîtrise
d’énergie ...................................................................................... 52
Barrières et obstacles au développement de la maîtrise de l’énergie
au Bénin ........................................................................................ 54
Analyse des actions entreprises et en cours dans le domaine
de la maîtrise d’énergie .............................................................. 56
Actions de maîtrise d’énergie entreprises et en cours dans le
secteur de l’électricité .................................................................... 56
Actions de maîtrise d’énergie entreprises et en cours dans le
domaine des énergies renouvelables ........................................... 62
Analyse du cadre politique, institutionnel et réglementaire de
la maîtrise de l’énergie ............................................................... 64
Analyse du cadre politique ............................................................. 64
Analyse du cadre institutionnel ...................................................... 65
Analyse du cadre réglementaire .................................................... 72
SOFRECO – AF-Mercados EMI
2
AT RECASEB
2.5.1
2.5.2
2.5.3
2.6.1
2.6.2
2.6.3
2.7.1
2.7.2
3
FONDEMENTS, VISION, OBJECTIFS ET ORIENTATIONS
STRATEGIQUES ....................................................................97
3.2.1
3.3.1
3.3.2
3.3.3
3.3.4
3.4.1
3.4.2
3.4.3
3.4.4
4
Fondements de la PONAME ....................................................... 97
Vision de la PONAME .................................................................. 99
Principes directeurs de la PONAME ............................................ 100
Objectifs stratégiques de la PONAME ..................................... 102
Objectif global de la PONAME ..................................................... 102
Objectifs spécifiques et résultats attendus .................................. 103
Matrice des objectifs et des résultats ........................................... 108
Portée de la théorie du changement de la PONAME .................. 110
Orientations et axes stratégiques ............................................ 113
Orientation stratégique de l’objectif spécifique n°1 ...................... 115
Orientation stratégique de l’objectif spécifique n° 2 ..................... 118
Orientation stratégique de l’objectif spécifique n° 3 ..................... 124
Orientation stratégique de l’objectif spécifique n° 4 ..................... 131
Cadre des résultats de la PONAME ......................................... 135
Cadre de mesure de la performance de la PONAME ............. 139
MECANISME DE MISE EN OEUVRE, DE FINANCEMENT
ET DE SUIVI-EVALUATION .................................................144
4.3.1
4.3.2
4.3.3
4.4.1
4.5.1
4.5.2
5
Leçons clés utiles à la politique nationale de maîtrise
d’énergie ...................................................................................... 79
La faiblesse de certaines actions ................................................... 80
Des menaces à prendre en compte............................................... 80
La question de la pauvreté ............................................................ 81
Synthèse de l’analyse diagnostique (analyse SWOT) ............. 81
Analyse de l’environnement externe à la PONAME ...................... 81
Analyse de l’environnement interne à la PONAME ....................... 83
Analyse spécifique de l’offre électrique ......................................... 89
Défis et enjeux majeurs ............................................................... 90
Défis majeurs ................................................................................. 91
Enjeux majeurs .............................................................................. 91
Outils de mise en œuvre ........................................................... 144
Coordination des activités du programme ............................. 144
Financement de la maîtrise d’énergie au Bénin ..................... 145
Financement par les bailleurs de fonds ....................................... 145
Financement des technologies efficaces ..................................... 146
Les revenus carbone (MDP) ........................................................ 147
Mécanisme de suivi-évaluation ................................................ 147
Organisation d’un atelier national de validation de la PONAME . 148
Analyse des risques et des conditions de succès ................. 149
Analyse des risques ..................................................................... 149
Conditions de succès ................................................................... 150
PROGRAMME DECENNAL DE MAÎTRISE D’ÉNERGIE .....153
Programme décennal de la maîtrise d’énergie au Bénin (2021 –
2030) ........................................................................................... 156
5.1.1 Le secteur des ménages ............................................................. 157
5.1.2 Le secteur des services ............................................................... 159
SOFRECO – AF-Mercados EMI
3
AT RECASEB
5.1.3 Le secteur industriel ..................................................................... 160
5.1.4 Le secteur des transports ............................................................ 161
5.1.5 Production d’électricité d’origine renouvelable (offre électrique) . 161
Cadre logique du programme décennal .................................. 165
Mesures d’accompagnement ................................................... 170
5.3.1 Mise en place des conditions préalables à l’application de la
PONAME ..................................................................................... 173
5.3.2 Etudes techniques et préparations de projets ............................. 173
5.3.3 Formation et renforcement des capacités ................................... 174
5.3.4 Sensibilisation et communication ................................................. 176
CONCLUSION ...............................................................................177
ANNEXES ......................................................................................179
ANNEXE 1 : Hypothèses de calculs .................................................. 179
ANNEXE 2 : Proposition d’Unité de Coordination du Programme
(UCP) .......................................................................................... 185
Programmation des activités de la Coordination ................................... 186
SOFRECO – AF-Mercados EMI
4
AT RECASEB
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Emissions de GES par secteur au Bénin en 2012 ................................................................ 35
Figure 2 : Démarche méthodologique ................................................................................................... 36
Figure 3 : Structure de la production électrique du Bénin en 2017 ....................................................... 45
Figure 4 : Structure de la consommation finale par forme d'énergie au Bénin en 2017 ....................... 46
Figure 5 : Structure de l’usage de l'énergie par secteur d’activité en 2017 .......................................... 47
Figure 6 : Intensité énergétique nationale en tep par 1000 USD .......................................................... 50
Figure 7 : Intensités énergétiques et électriques des secteurs des industries et des services ............ 51
Figure 8 : Gouvernance de la Maîtrise d'énergie .................................................................................. 93
Figure 9 : Evolution prévisionnelle de l'offre et de la demande électrique (2018 - 2035) ................... 105
Figure 10 : Théorie de changement de la PONAME ........................................................................... 111
Figure 11 : Répartition du budget de la PONAME par objectif spécifique .......................................... 156
Figure 12 : Graphique de répartition des économies d’énergie sur la durée du programme, par secteur
............................................................................................................................................................. 157
SOFRECO – AF-Mercados EMI
5
AT RECASEB
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Synthèse du potentiel d'énergies renouvelables du Bénin ................................................ 34
Tableau 2 : Tableau synthèse de l'analyse SWOT ............................................................................... 85
Tableau 3 : Matrice des objectifs et des résultats de la PONAME...................................................... 109
Tableau 4 : Tableau récapitulatif des objectifs et axes stratégiques de la PONAME ......................... 133
Tableau 5 : Cadre des résultats de la PONAME ................................................................................. 135
Tableau 6 : Cadre de mesure de la performance de la PONAME ...................................................... 140
Tableau 7 : Répartition du financement de la PONAME par axe stratégique ..................................... 154
Tableau 8 : Programme décennal de développement de la PONAME ............................................... 163
Tableau 9 : Cadre logique du programme décennal ........................................................................... 166
Tableau 10 : Tableau des mesures d'accompagnement de la PONAME ........................................... 171
SOFRECO – AF-Mercados EMI
6
AT RECASEB
DEFINITIONS ET
INTERPRETATIONS
Économie d’énergie
La quantité d'énergie épargnée à la suite de la réduction de la consommation
ou de la demande d'énergie aux installations désignées au cours d'une période
donnée.
Mesure d’économie
d’énergie (MEE)
Modifications à apporter dans un édifice, dans le but de réduire la
consommation énergétique et/ou les coûts liés à l’énergie. Il peut s’agir d’un
programme de conservation, d’un projet d’amélioration, d’équipements et de
mesures qui doivent être implantés dans le cadre d’un projet et qui
entraîneront notamment des économies de coûts et d’énergie.
Efficacité énergétique
En physique, l’efficacité énergétique désigne le rapport entre l’énergie utile
produite par un système et l’énergie totale consommée pour le faire
fonctionner. C’est un indicateur qui mesure le rendement de l’utilisation de
l’énergie finale. Dans la pratique, elle est souvent plus largement utilisée pour
désigner l’ensemble des technologies et pratiques qui permettent de diminuer
la consommation d’énergie tout en conservant le même service final (« faire
mieux avec moins »).
Intensité énergétique
A l’échelle d’un pays, c’est un indicateur qui désigne le rapport entre la
consommation d'énergie d’un pays et son produit intérieur brut (PIB). Elle
permet de mesurer le degré d’« efficacité énergétique » d’une économie.
Au niveau d’un secteur donné, elle correspond au rapport entre la quantité
d'énergie consommée par un secteur et une variable représentative de ce
secteur (habitants, travailleurs, nombre ou surface de logements ou de
bureaux, valeur ajoutée, …).
Dans une unité industrielle, on parle de l’intensité énergétique industrielle qui
se définit comme le rapport entre la consommation énergétique finale de ce
secteur et la production industrielle. L’efficacité énergétique est le rapport
inverse (plus l’efficacité énergétique s’accroît, plus l’intensité énergétique
diminue).
Services écoénergétiques
Approche visant à offrir aux gestionnaires immobiliers, un ensemble de
services et une garantie technique et financière sur le rendement d’un
investissement pour la réalisation d’un projet visant à réduire les coûts
d’exploitation (énergie, entretien, gestion) des bâtiments par le biais
d’améliorations physiques des infrastructures, la modification des modes de
gestion de la formation des ressources humaines et de la sensibilisation des
usagers à une utilisation rationnelle de l’énergie, à l’environnement et au
développement durable.
Entreprise de services
écoénergétiques (ESE)
Une entreprise qui est à l’initiative de projets permettant d’améliorer l’efficacité
énergétique des installations et de réduire les coûts de ses clients. Cette forme
de contrat permet à ses clients de réaliser un bénéfice économique fondé sur
l’optimisation et la rationalisation des consommations énergétiques. Entre
autres services, ce contrat comprend la conception, le financement, la mise en
œuvre de l’installation, l’entretien et l’exploitation, la gestion énergétique. Les
risques peuvent être soit assumés soit partagés par l’une ou l’autre des
parties.
Mesurage et vérification
(M&V)
Processus d'utilisation du mesurage pour déterminer, de façon fiable, les
économies de coûts d’énergie réelles, générées dans un Établissement
individuel, par un projet de gestion de l’énergie. Étant donné que les
économies générées par un projet représentent en fait une absence de
consommation d’énergie, elles ne peuvent pas être mesurées directement ;
elles sont plutôt établies en comparant la consommation mesurée, avant et
après la réalisation et l’implantation d'un projet écoénergétique, tout en faisant
SOFRECO – AF-Mercados EMI
7
AT RECASEB
des ajustements, périodiques ou non, appropriés, pour prendre en
considération les changements de conditions.
Période de récupération de
l’investissement (PRI)
La période de temps nécessaire pour que le budget du projet (incluant les frais
de financement du projet et tout autre ajustement convenu) soit complètement
amorti par les économies de coûts d’énergie et les économies de coûts
d’entretien.
Attention ! : c’est un paramètre qui ne permet pas de juger de la rentabilité d’un
projet.
Maîtrise de l’énergie
La maîtrise de l’énergie est un concept holistique d’optimisation de la valeur
sur l’ensemble du cycle de vie de chaque unité d’énergie, et ce, sous l’angle
du développement durable, en s’adaptant aux contextes économiques, local,
social et technique.
Le terme cache plusieurs notions :
Économie d'énergie à proprement parler, c'est-à-dire la sobriété
énergétique : éviter le gaspillage, ne consommer que l'énergie dont
on a besoin ;
Performance énergétique, qui suppose de faire appel à du matériel
efficace (technologies efficaces) ;
Limitation voire la suppression du recours aux énergies fossiles,
notamment en privilégiant les sources d'énergie renouvelables ;
Minimisation de l’empreinte écologique.
Maîtrise de la demande
d’énergie (MDE)
La maîtrise de la demande en énergie vise à optimiser les dépenses
énergétiques des consommateurs, tout en limitant les coûts d’infrastructures
publiques ainsi que les impacts sur l’environnement, dans tous les secteurs.
Son objectif est double : améliorer le rendement du système électrique, au
niveau de la consommation des équipements situés après le compteur et
réduire les puissances de pointe, car ce sont elles qui déterminent
principalement l’éventuelle nécessité de construire de nouvelles
infrastructures ou de renforcer les réseaux actuels. On peut aussi la définir
comme le regroupement d’actions d’économies d’énergie mis en place pour le
consommateur final et non pour le producteur d’énergie.
La maîtrise de la demande d’énergie est aujourd’hui liée à la notion de
transition énergétique, parce qu’elle vise l’optimisation des dépenses
énergétiques des consommateurs tout en limitant les coûts d’infrastructures
publiques de même que les impacts sur l’Environnement.
La MDE met en œuvre des solutions d’efficience énergétique et de gestion de
l’électricité en vue de diminuer la consommation électrique et les pertes liées
à cette consommation.
Sobriété énergétique
La sobriété énergétique est une démarche qui vise à réduire les
consommations d’énergie par des changements de comportement, de mode
de vie et d’organisation collective. Elle se distingue de l’EE qui fait
exclusivement usage à des technologies permettant de réduire les
consommations d’énergie à l’échelle d’un objet ou d’un système donné.
Taux d’électrification
Le taux d'électrification c’est le nombre d’abonnés BT multiplié par la taille des
ménages divisé par la population totale. C’est aussi la population effectivement
raccordée sur la population totale. Il est certes très précis, mais ne reflète pas
la réalité de tous les ménages ayant accès à l’électricité.
Taux d’accès à l’électricité
C’est le quotient du nombre de ménages ayant accès à l’électricité par le
nombre total de ménages
Taux de desserte
C’est le quotient de la population desservie par la population totale
Taux de couverture
C’est le quotient du nombre localités électrifiées par le nombre total de localités
du pays
Transition énergétique
La transition énergétique désigne l’ensemble des transformations du système
de production, de distribution et de consommation d’énergie effectuées sur un
territoire dans le but de le rendre plus écologique. Concrètement, la transition
énergétique vise à transformer un système énergétique pour diminuer son
impact environnemental.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
8
AT RECASEB
SOFRECO – AF-Mercados EMI
9
AT RECASEB
ABREVIATIONS
ABE
Agence Béninoise pour l'Environnement
ABeNOR
Agence Béninoise de Normalisation et de Gestion de la Qualité
ABERME
Agence Béninoise d'Électrification Rurale et de Maîtrise d'Énergie
ABMCQ
Agence Béninoise de Métrologie et de Contrôle de la Qualité
AFD
Agence Française pour le Développement
AGoSEREE
Amélioration de la Gouvernance du Secteur des Energies Renouvelables et l’Efficacité Énergétique
en Afrique de l’Ouest
AISER
Association Interprofessionnelle des Spécialistes du domaine des Énergies Renouvelables
ANADER
Agence Nationale pour le Développement des Énergies Renouvelables et de l’Efficacité
Énergétique
ANCB
Association Nationale des Communes du Bénin
ANM
Agence Nationale de Normalisation, de Métrologie et du Contrôle de la Qualité
ARE
Autorité de Régulation de l'Électricité
ARREC
Autorité de Régulation Régionale du secteur de l’Electricité de la CEDEAO
BAD
Banque Africaine pour le Développement
BOAD
Banque Ouest Africaine pour le Développement
CDN
Contributions déterminées au niveau national
CEB
Communauté Electrique du Bénin
CEDEAO
Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
CEE
Certificat d’Economie d’Energie
CEREEC
Centre pour les Energies Renouvelables et l'Efficacité Energétique de la CEDEAO
CFA
Communauté Française d’Afrique
CGE
Comité de Gestion de l’Energie
CONTRELEC
L’Agence de Contrôle des Installations Electriques Intérieures
COPIL
Comité de Pilotage
CPE
Contrat de Performance Energétique
CRESUCE
Cellule Chargée du Redressement de la Facturation, du Suivi et de l’optimisation des
Consommations Electriques du secteur public
DAEM
Projet de Développement de l’Accès à l’Énergie Moderne
DEL
Direction de l’Electricité
DERMEE
Direction des Énergies Renouvelables, de la Maîtrise d’Énergie et de l’Efficacité Énergétique
DGEFC
Direction Générale des Eaux, Forêts et Chasse
DGHC
Direction Générale de l’Habitat et de la Construction
DGRE
Direction Générale des Ressources Energétiques
DST
Direction des Services Techniques
EE
Efficacité Energétique
END
Energie non distribuée
SOFRECO – AF-Mercados EMI
10
AT RECASEB
EnR
Energie Renouvelable
EPAC
Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi
FAME
Fonds d’Appui à la Maîtrise de l’Energie
FDE
Fonds de Développement Energie
FEM
Fonds pour l’Environnement Mondial
FER
Fonds pour l’Electrification Rurale
FMI
Fonds Monétaire International
GERBES
Gestion Rationnelle de la Biomasse-Energie et des Energies de Substitution
GRVSE
Groupe de Réflexion sur la Vision du Secteur de l’Energie Electrique
GES
Gaz à Effet de Serre
GIZ
Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (Coopération Allemande)
GPL
Gaz de Pétrole Liquéfié
GWh
Gigawattheure
HAAC
Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication
IDA
Association Internationale de Développement (en anglais, IDA)
IDH
Indice de Développement Humain
IEC
Information Education Communication
IEPF
Institut de l’Energie et des Pays Francophones
IFDD
Institut de la Francophonie pour le Développement Durable
INSAE
Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique
IRED
Initiative Régionale pour l’Energie Durable
ISO
International Organization for Standardization (Organisation internationale de normalisation)
kteCO2
Kilotonne équivalent CO2
ktep
Kilotonne équivalent pétrole
kWh
Kilowattheure
LBC
Lampe Basse Consommation
LED
Light Emitting Diode (diode électroluminescente)
M&V
Mesurage et Vérification
MCA
Millenium Challenge Account
MCVDD
Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable
MDE
Maîtrise de la demande d’énergie
MDP
Mécanisme pour un développement propre
MEE
Mesure d’Efficacité Energétique
MteCO2
Mégatonne équivalent CO2
MW
Mégawatt
NDF
Nordic Development Fund (Fonds Nordique pour le Développement, en français)
NEPA
National Electric Power Authority
NMPE
Norme Minimum de Performance Energétique
OCEF
Off-grid Clean Energy Facility (Facilité d’Energie Propre Hors-réseau, en français)
ODD
Objectifs pour le Développement Durable
ONAB
Office National du Bois
SOFRECO – AF-Mercados EMI
11
AT RECASEB
ONG
Organisation Non Gouvernementale
OS
Objectif Stratégique
OSD
Orientation Stratégique de Développement
PAG
Programme d’Action du Gouvernement
PANEE
Plan d’Action National d’Efficacité Énergétique
PANER
Plan d’Action National des Energies Renouvelables
PASE
Projet d’Appui aux Services de l’Energie
PC2D
Programme de Croissance pour le Développement Durable
PDDSSE
Plan directeur de développement du sous-secteur de l’électricité
PDEHR
Plan directeur d’électrification hors réseau
PDU
Plan de Déplacements Urbains
PEEI
Programme d’Efficacité Energétique dans l’Industrie
PFSE
Projet de Fourniture de Service d’Énergie de 2008 à 2012
PME
Programme de maîtrise d’énergie
PIB
Produit Intérieur Brut
PNUD
Programme des Nations-Unis pour le Développement
PONADER
Politique Nationale de Développement des Energies Renouvelables
PONAME
Politique Nationale de Maîtrise d’Energie
PPP
Partenariat public-privé
PRI
Période de retour sur investissement
PSDSE
Plan stratégique de développement du secteur de l’électricité
PTF
Partenaire Technique et Financier
PV
Procès-Verbal
RECASEB
Renforcement des Capacités des Acteurs du Secteur de l’Énergie au Bénin
REEEP
Renewable Energy and Energy Efficiency Partnership
RESUCE
Redressement et Suivi de la Consommation Electrique dans le secteur public
RGPH
Recensement général de la population et de l’habitat
SBEE
Société Béninoise d’Énergie Électrique
SE4ALL
Initiative de l’Energie Durable pour Tous
SCRP
Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté
SHB
Société des Huileries du Bénin
SIE
Système d’Informations Energétiques
SUNREF
Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance
SWOT
Strengths – Weaknesses – Opportunities –. Threats ou AFOM (Atouts – Faiblesses – Opportunités
– Menaces)
TVA
Taxe sur la Valeur Ajoutée
UC
Unité de Coordination
UC/PDER
Unité Chargée de la Politique de Développement des Energies Renouvelables
UE
Union Européenne
UEMOA
Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
URE
Utilisation Rationnelle de l’Energie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
12
AT RECASEB
USD
United States Dollar
WAPP
West African Power-Pool
SOFRECO – AF-Mercados EMI
13
AT RECASEB
RESUME EXECUTIF
CONTEXTE
Le contexte socio-économique du Bénin est marqué par la pauvreté et ne semble
favorable ni pour l’amélioration des revenus des ménages qui constituent le secteur
le plus sensible dans la consommation de l’énergie ni pour la mise en place d’une
politique de maîtrise d’énergie. Aujourd’hui, il est évident que les Objectifs pour le
Développement Durable (ODD) ne pourront pas être atteints à l’horizon 2030 parce
que pour ce faire, la moitié au moins des populations des zones rurales et
périurbaines devrait avoir accès aux services énergétiques modernes, ce qui n’est
pas le cas.
En effet, les écarts entre les chiffres réels et les prévisions restent encore grands,
ce qui justifie l’initiative d’une Politique Nationale de Maîtrise d’Energie et les actions
à mettre en œuvre pour approcher les ODD7.
L’analyse des problématiques mondiale, régionale et nationale du potentiel en
ressources énergétiques naturelles démontre la nécessité d’une coopération
régionale et internationale efficace pour réussir le défi du changement d’échelle qui
s’annonce et augmenter significativement l’accès aux services énergétiques au
Bénin.
DEMARCHE METHODOLOGIQUE
L’approche méthodologique qui a conduit cette étude a été participative et inclusive,
elle cadre avec les orientations du guide méthodologique d’élaboration des
politiques et stratégies sectorielle et thématique au Bénin élaboré par le Ministère
en charge du développement. Les résultats issus des investigations à différents
niveaux ont permis de cerner la problématique de la maîtrise d’énergie au Bénin,
identifiée comme un équilibre offre-demande électrique encore faible malgré le
potentiel énergétique disponible et des difficultés à respecter les contraintes liées au
développement de la maîtrise d’énergie, le tout né d’une approche mal conçue de la
gestion de la filière énergétique.
Il convient de souligner que des difficultés ont été rencontrées au cours de la
mission, mais elles n’ont pas empêché les acteurs du secteur d’avancer dans le
travail.
DIAGNOSTIC STRATEGIQUE DU SOUS-SECTEUR
Le diagnostic du sous-secteur de la maîtrise d’énergie a conduit à des analyses,
sur :
 Le potentiel énergétique du Bénin, l’approvisionnement et de la
consommation d’énergie par forme et par usage ;
 Le cadre stratégique de la maîtrise d’énergie ;
 Les barrières et obstacles au développement de la maîtrise de l’énergie au
Bénin ;
 Les actions entreprises et en cours dans le domaine de la maîtrise d’énergie
au Bénin ;
 Le cadre politique, institutionnel et réglementaire de la maîtrise d’énergie.
Les leçons tirées de ces analyses montrent que malgré la volonté politique affichée
dans le développement du secteur de l’énergie, l’efficacité énergétique est peu
SOFRECO – AF-Mercados EMI
14
AT RECASEB
promue. De plus, les quelques actions entreprises ne sont pas assez suivies et les
expériences ne sont pas capitalisées.
L’analyse diagnostique de l’environnement externe de la PONAME révèle qu’au
Bénin, la maîtrise d’énergie offre de nombreuses perspectives sur les plans politique
et technologique qui, si elles sont activées, permettront de relever les défis en termes
d’atteinte des objectifs contenus dans les ODD7. De plus, l’émergence de nouvelles
technologies dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité
énergétique, s’accompagne de nombreuses opportunités de financement et de
références en ce qui concerne leurs modèles d’intégration. Cependant, les plans de
développement de la maîtrise d’énergie peuvent être remis en cause par diverses
menaces fondamentales telles que la volatilité des cours du pétrole, l’amenuisement
des ressources fossiles et les orientations politiques sous-régionales.
Des forces et faiblesses sont également mises en évidence à partir de l’analyse de
l’environnement interne de la PONAME. Les atouts majeurs sont : (i) l’élaboration
progressive de documents fondamentaux régissant la maîtrise d’énergie, (ii)
l’ouverture du secteur énergétique aux opérateurs privés, (iii) l’ouverture du réseau
national d’électricité sur les réseaux des pays voisins et comme faiblesse, nous
pouvons citer : (i) la faiblesse des institutionnelle pour la promotion de la maîtrise
d’énergie, (ii) l’inexistence de documents d’orientation ou de stratégie adoptés par
le gouvernement, (iii) le manque d’attrait du système bancaire local et de
microfinance pour le financement des technologies propres et (iv) l’absence d’une
approche intégrée pour le développement du marché de l’EE.
Dans le contexte énergétique difficile dans lequel se trouve le Bénin, la maîtrise
d’énergie constitue donc un véritable levier stratégique, qui permet d’adresser les
nombreux défis. De même, des enjeux majeurs sont à prendre en compte dans
l’élaboration de la PONAME. Il s’agit : (i) d’un portage politique fort nécessaire pour
impulser l’efficacité énergétique, (ii) d’un cadre institutionnel et réglementaire
adéquat, (iii) de l’exploitation du potentiel d’économie d’énergie disponible et (iv) de
la mise en place d’instruments financiers adéquats.
FONDEMENTS, VISION, OBJECTIFS ET ORIENTATIONS
STRATEGIQUES
Tenant compte des leçons tirées de l’étude diagnostique du sous-secteur de la
maîtrise d’énergie, la PONAME se fonde sur les ODD7 qui « garantit l’accès de tous
à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable ».
Elle prend également en compte les grandes orientations en matière d’efficacité
énergétique et d’énergies renouvelables définies dans les politiques et stratégies
sous régionales et nationales. Ces choix énergétiques de moyen et long terme
basés sur la sobriété en énergie et en carbone s’inscrivent dans la perspective d’une
croissance économique soutenue et durable.
Par conséquent, la vision du gouvernement du gouvernement du Bénin relative à la
maîtrise des consommations énergétiques est de : « Faire de la maîtrise d’énergie,
un facteur de réduction de la dépendance et des dépenses énergétiques du
Bénin, à effet positif sur la croissance économique, l’environnement et l’accès
des populations aux services énergétiques de base ».
Il s’agit donc d’inscrire les économies d’énergie au rang des ressources, au même
titre que les autres ressources du pays, en contribuant à augmenter le nombre de
personnes ayant accès aux services énergétiques de base, selon les principes de
SOFRECO – AF-Mercados EMI
15
AT RECASEB
cohérence transversale, de l’existence d’un cadre unique de référence pour les
actions de maîtrise d’énergie, de concertation et d’implication de tous les acteurs,
de décentralisation, du développement d’un partenariat public privé, de compétitivité
économique, de préservation de l’environnement, de bonne gouvernance et de
renforcement des capacités.
Objectifs stratégiques
Afin d’atteindre ces objectifs ambitieux, l’objectif global de la PONAME est de «
Contribuer au développement de la maîtrise d’énergie, à travers la gestion de
l’offre et de la demande énergétique, la gestion durable des ressources en
biomasse et de l’environnement, la mise en place d’un cadre institutionnel et
réglementaire efficace et un mécanisme de financement adéquat ».
La Politique Nationale de Maîtrise d’Energie est donc axée autour de quatre objectifs
spécifiques :
Objectif spécifique n°1 : Gérer l’offre et la demande énergétique
Cet objectif permettra au Bénin de disposer d’infrastructures électriques modernes
et de qualité pour relever le défi du développement économique et social. Pour ce
faire, il s’agira de conjuguer les objectifs gouvernementaux relatifs au sous-secteur
dans une logique d’intégration sous-régionale
Objectif spécifique n°2 : Gérer de manière durable les ressources en biomasse
et l’environnement
L’objectif permettra de mettre en place au Bénin, une stratégie globale de
préservation des ressources en biomasse et de réduire les émissions des GES. Pour
ce faire, il faut une politique volontariste, une mobilisation de toutes des parties
concernées et une bonne sensibilisation et communication.
Objectif spécifique n°3 : Mettre en place un cadre institutionnel et
réglementaire efficace
Un tel objectif permettra de développer un cadre institutionnel favorable pour la mise
en place d’un programme de maîtrise d’énergie auprès du public et de mettre en
place une réglementation propre à la maîtrise d’énergie au Bénin. Pour ce faire, il
s’agit d’améliorer la gouvernance de la maîtrise d’énergie au Bénin.
Objectif spécifique n°4 : Mettre en place un mécanisme de financement
adéquat
Il s’agira de créer, à travers des actions spécifiques, le cadre approprié pour faire de
l’utilisation rationnelle de l’énergie un marché pouvant procurer des bénéfices aux
secteur public et privé, au consommateur et à la société. A travers cet objectif
spécifique, la PONAME vise à mettre en place au Bénin, des instruments financiers
capables d’apporter des changements au niveau des agents économiques.
Les objectifs et les résultats sont présentés dans la matrice ci-après.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
16
AT RECASEB
Objectif global
Objectifs spécifiques
Effets attendus
L'infrastructure de distribution électrique du Bénin est modernisée et la capacité du réseau
pour supporter la croissance future du pays est augmentée
Gérer l’offre et la demande énergétique
Les pertes et les coupures d’électricité sont réduites en vue d’améliorer la productivité des
entreprises et le bien-être des populations
Les sources d’énergies alternatives sont promues
Contribuer au développement de la
maîtrise d’énergie, à travers la gestion de
l’offre et de la demande énergétique, la
gestion durable des ressources de la
biomasse et de l’environnement, la mise Gérer de manière durable les ressources
en place d’un cadre institutionnel et en biomasse et l’environnement
réglementaire efficace et un mécanisme
de financement adéquat.
Les coûts de l’énergie sont maîtrisés pour la compétitivité de la production nationale
La courbe de charge électrique est optimisée grâce à une bonne maîtrise de la pointe
Les investissements sont promus dans le sous-secteur de l’efficacité énergétique
Les ressources en biomasse sont mieux gérées
Les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) sont réduites
Un cadre réglementaire favorable à la maîtrise de l’énergie est mis en place
Mettre en place un cadre institutionnel et Le cadre institutionnel dédié à la maîtrise de l’énergie est renforcé
réglementaire efficace
Les capacités des différentes parties prenantes impliquées dans la maîtrise de l’énergie au
Bénin sont renforcées
Mettre en place un mécanisme de Un fonds d’appui à la maîtrise d’énergie est créé et opérationnel
financement adéquat
Une fiscalité incitative est mise en place pour le développement de la maîtrise d’énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
17
AT RECASEB
Les axes d’intervention de la PONAME
L’analyse du contexte national en matière énergétique permet de considérer que le
Bénin peut, de façon significative, lever certaines barrières au développement de la
maîtrise d’énergie.
Par ailleurs, l’analyse de la valeur ajoutée que pourraient apporter les actions à
mener du côté de l’offre, de la demande, de l’environnement et de la forêt, du
renforcement des capacités et du cadre institutionnel et financier rassure quant à la
réussite du programme.
De ces analyses, dix axes d’intervention ont été identifiés et se présentent comme
suit :
Axe stratégique n°1.1 : Optimisation des capacités de production en vue d’améliorer
l’offre d’électricité
Cet axe vise donc à diversifier les sources d’approvisionnement en vue de garantir
un taux d’accès de 37,3% en 2021 à 55% en 2025, pour atteindre 77,6% en 2030 et
100% en 2035.
Axe stratégique n° 1.2 : Développement d’un programme de réduction des pertes
électriques
Il s’agira, par cet axe, d’améliorer l’efficacité du parc de production afin de réduire
les pertes dans le système de transport et de distribution de la SBEE.
Axe stratégique n° 1.3 : Promotion de l’utilisation rationnelle de l’énergie dans les
bâtiments, l’industrie et l’éclairage public
Il s’agit d’une part, de favoriser la pénétration massive des équipements et appareils
performants sur le marché local et, d’autre part, d’améliorer la performance de
l’enveloppe des bâtiments par l’application des règles de réduction des apports
énergétiques (intérieurs et extérieurs) par le choix de matériaux économes en
énergie.
Axe stratégique n° 1.4 : Développement d’un programme d’efficacité énergétique au
niveau des structures grosses consommatrices d’énergie (industrie et service)
L’objectif visé par cet axe est d’amener les gros consommateurs à plus d’efficacité
dans leurs consommations énergétiques.
Axe stratégique n° 2.1 : Optimisation de la consommation des produits pétroliers
L’axe vise la réduction des nuisances environnementales dans les transports et les
ménages.
Axe stratégique n° 2.2 : Promotion de l’utilisation rationnelle des ressources en
biomasse et vulgarisation des techniques modernes de cuisson
Il s’agira par cet axe d’améliorer l'accès des ménages aux foyers améliorés et aux
GPL, de réduire la pression sur le couvert végétal et d’améliorer l'accès des
ménages aux équipements de cuisson à gaz. Les actions permettront de créer des
activités alternatives génératrices de revenus aux producteurs de charbon de bois,
de réduire la demande de charbon et du bois de feu, surtout en milieu urbain.
Axe stratégique n° 3.1 : Sensibilisation et renforcement des capacités des acteurs
de la maîtrise d’énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
18
AT RECASEB
L’objectif est de développer des compétences locales en vue de doter les différents
secteurs de l’expertise requise (industrie, résidentiel, service et transport).
Axe stratégique n° 3.2 : Renforcement du cadre institutionnel de l’ABERME
Permettre à L’ABERME de jouer pleinement son rôle dans le domaine de la maîtrise
d’énergie.
Axe stratégique n° 3.3 : Aménagement d’un cadre réglementaire favorable à la
maîtrise de l’énergie au Bénin
Revue du cadre réglementaire en vue d’encourager, d’encadrer et de sanctionner
en cas de manquement aux prescriptions qui seront édictées pour la promotion de
la maitrise d’énergie au Bénin.
Axe stratégique n° 4.1 : Financement de la maîtrise d’énergie
L’axe vise à mettre en place des canaux, instruments et procédures spécifiques
favorables pour faciliter les investissements privés afin de compléter les ressources
publiques.
RESULTATS ATTENDUS DE LA PONAME
Le programme décennal de maîtrise de l’énergie (2021-2030) proposé dans le
présent document, permettrait de réaliser des économies d’énergie primaire
d’environ 634 ktep cumulée sur la durée du programme. Ce qui représente plus de
29% de la consommation d’énergie primaire hors bois énergie du Bénin pour l’année
2017. En considérant la durée de vie des mesures, l’économie d’énergie serait de 1
042 ktep, équivalant à 26% de l’énergie totale consommée au cours de l’année
2017.
Aussi, la mise en œuvre de la PONAME devrait aussi permettre d’atteindre les
résultats suivants :
 Un taux d’accès de 55% en 2025 ; 77% en 2030 et 100% en 2035 ;
 Un taux d’électrification de 58% en 2025 et atteindre 79% en 2030 ;
 Une autonomie de 51% en 2025 et de 79% en 2030 ;
 Une réduction des pertes sur le réseau de distribution électrique pour arriver
à 15% au moins en 2025 et 10% en 2030
Le programme décennal 2021-2030 comprend quinze (15) actions avec plusieurs
objectifs qui visent à la fois la maitrise de la demande d’énergie dans les différents
secteurs d’activité et un mix énergétique pour diversifier les sources d’énergie
primaire du côté de l’offre. Les mesures retenues sont réparties par secteur d’activité
de la manière suivante : ménages : 6 mesures ; services : 4 mesures ; industries : 2
mesures ; transports : 1 mesure et production d’électricité à partir de sources
renouvelables : 2 mesures.
FINANCEMENT REQUIS
Le coût total du programme décennal est à peu près de 46 milliards de FCFA. Il sera
essentiellement financé par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et le
Gouvernement, à hauteur de 84% et le secteur privé à hauteur de 16%. Il convient
de souligner les mécanismes de financement dont l’’importance dans la
démultiplication des ressources financières allouées au programme est élevée.
La répartition du financement des actions de la PONAME par axe stratégique est
étalée, année par année, sur les dix années que dureront le programme.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
19
AT RECASEB
Coûts prévus sur la période d'exécution du programme (en millions de FCFA)
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Coût total
(millions de
FCFA)
OG
Contribuer au développement de la
maîtrise d’énergie, à travers la
gestion de l’offre et de la demande
énergétique, la gestion durable des
ressources en biomasse et de
l’environnement, la mise en place
d’un cadre institutionnel et
réglementaire efficace et un
mécanisme de financement adéquat.
415
14 478
16 842
3 276
2 296
3 416
1 708
1 508
1 488
1 388
288
47 104
100,00%
OS1
Gérer l’offre et la demande d’énergie
90
12 285
14 815
1 498
518
1 638
1 658
1 458
1 438
1 338
238
36 976
78,50%
90
11 489
11 489
0
0
0
0
0
0
0
0
23 069
48,97%
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
0
796
2 926
1 018
438
738
738
638
638
538
238
8 707
18,48%
0
0
400
480
80
900
920
820
800
800
0
5 200
11,04%
0
1 956
1 904
1 704
1 704
1 704
0
0
0
0
0
8 972
19,05%
0
1 852
1 800
1 600
1 600
1 600
0
0
0
0
0
8 452
17,94%
0
104
104
104
104
104
0
0
0
0
0
520
1,10%
CODE
AS 1.1
AS 1.2
AS 1.3
AS 1.4
OS 2
AS 2.1
AS 2.2
Objectifs/Axes Stratégiques/Activités
Optimisation des capacités de
production en vue d’améliorer l’offre
d’électricité
Développement d’un programme de
réduction des pertes électriques
Promotion de l’utilisation rationnelle de
l’énergie dans les bâtiments, l’industrie
et l’éclairage public
Développement d’un programme
d’efficacité énergétique au niveau des
structures grosses consommatrices
d’énergie (industrie et service)
Gérer de manière durable les
ressources en biomasse et
l’environnement
Optimisation de la consommation des
produits pétroliers
Promotion de l’utilisation rationnelle de
la biomasse-énergie et vulgarisation
des techniques modernes de cuisson
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Proportion
(%)
0,00%
20
AT RECASEB
Coûts prévus sur la période d'exécution du programme (en millions de FCFA)
CODE
OS 3
AS 3.1
AS 3.2
AS 3.3
OS 4
AS 4.1
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Coût total
(millions de
FCFA)
205
237
122
74
74
74
50
50
50
50
50
1 036
2,20%
70
122
122
74
74
74
50
50
50
50
50
786
1,67%
20
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
20
0,04%
115
115
0
0
0
0
0
0
0
0
0
230
0,49%
120
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
120
0,25%
120
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
120
0,25%
Objectifs/Axes Stratégiques/Activités
Mettre en place un cadre
institutionnel et réglementaire
efficaces
Sensibilisation et renforcement des
capacités des acteurs de la maîtrise
d’énergie
Renforcement du cadre institutionnel de
l’ABERME
Aménagement d’un cadre
réglementaire favorable à la maîtrise de
l’énergie au Bénin
Mettre en place un mécanisme de
financement adéquat
Financement de la maîtrise d’énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Proportion
(%)
21
AT RECASEB
Des activités préparatoires accompagneront le programme décennal vers une série
d’activités horizontales qui le mèneront à la préparation de projets d’envergure, le
renforcement des capacités nationales, les activités d’IEC entrant dans le cadre de
la maîtrise de l’énergie.
Les économies attendues sont estimées à plus de 8 milliards de FCFA par an, d’où
l’intérêt pour le Bénin surtout que la facture électrique de l’État dépasse les 7
milliards de FCFA par an.
Le coût du programme d’accompagnement est de 1,298 milliards de FCFA, financé
essentiellement par les bailleurs de fonds.
L’appui financier des partenaires tels que la BAD, la BOAD, l’AFD, la Commission
de l’Union Européenne, la kfW, la GIZ, etc. est indispensable pour appuyer le
Gouvernement dans la mise en œuvre du programme.
Il a été prévu dans les activités de suivi du programme, un atelier national en vue
d’obtenir l’adhésion des acteurs sectoriels dans la politique gouvernementale de
maîtrise d’énergie pour une bonne exécution du programme. Cet atelier permettra
d’établir un consensus sur les choix retenus et d’impliquer directement les acteurs
indiqués.
Les mesures d’accompagnement sont présentées comme ci-dessous.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
22
AT RECASEB
Coût en
millions
de FCFA
Mise en place des
conditions préalables
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
20
Adoption de la PONAME
en Conseil des Ministres
Appropriation par les
différents acteurs
Etudes et préparation de
projets
Etude stratégique du mix
énergétique pour la
production d'électricité au
Bénin
Etude pour la mise en
place du mécanisme de
financement
Etude de la stratégie
d'optimisation de l'usage
des véhicules pour
l'économie de carburant
Formation et
renforcement des
capacités
Organiser un voyage
d'étude dans le domaine de
la maîtrise d'énergie pour
trois cadres (1 du ministère
de la DGRE, 1 de
l'ABERME et 1 de
l'UC/PDER)
Former les entreprises
privées à la mise en place
des ESE (3 formations)
Former en renforcer les
capacités des entreprises
industrielles au principe du
gestion de l'énergie basée
20
262
90
120
52
466
20
72
72
SOFRECO – AF-Mercados EMI
23
AT RECASEB
Coût en
millions
de FCFA
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
sur la norme ISO 50001 (3
formations)
Formation des formateurs
du système éducatif
béninois (3 formations)
Conception et mise en
œuvre des mesures
réglementaires favorables à
la maîtrise d'énergie
72
230
Sensibilisation et
communication
550
Elaboration et mise en
place des outils de
communication auprès du
public, décideurs publics et
partenaires au
développement
550
Total
1 298
SOFRECO – AF-Mercados EMI
24
AT RECASEB
INTRODUCTION
Cadre de l’étude
L’approvisionnement, la production et la distribution de l’énergie ont été pendant
longtemps les principaux éléments de la gestion du secteur énergétique au Bénin.
Pendant des années, la politique énergétique du pays a été orientée vers la
satisfaction de la demande et l’amélioration de l’offre de l’énergie au détriment de sa
maîtrise.
Dans les années 1990, des actions ont été menées par la Direction Générale de
l’Energie (DGE) à travers la mise en place du projet RESUCE, mais les résultats
obtenus se sont résumés en la réalisation d’audits énergétiques ainsi que des
actions de sensibilisation et de redressement de la facture électrique de l’État.
Pour pérenniser les acquis du projet RESUCE, la DGE a mis en place en 2006 une
Cellule chargée du Redressement de la facturation, du Suivi et de l’optimisation des
Consommations Électriques du secteur public (CRESUCE). Deux autres projets, le
Projet de Fourniture de Services d’Energie (PFSE) et le Projet de Développement
de l’Accès à l’Energie Moderne (DAEM) ont, à travers leur volet Efficacité
Energétique, essayer de poursuivre les actions de CRESUCE par l’actualisation des
travaux d’audit énergétique réalisés dans le cadre du projet RESUCE, la mise en
œuvre d’actions pilotes sur certains bâtiments administratifs, la distribution
subventionnée à coût réduit de près de 340 000 lampes à basse consommation
d’énergie (LBC), la formation des acteurs de la chaine de distribution des
équipements électroménagers et l’élaboration de normes minimales de performance
énergétique pour les lampes et climatiseurs.
Ces actions, bien qu’encourageantes, ne couvrent pas tous les secteurs concernés
par l’utilisation de l’énergie à savoir, les transports, l’industrie, le résidentiel, etc. De
plus, aussi louables qu’elles soient, elles n’émanent pas d’une politique et d’une
stratégie coordonnées de maîtrise d’énergie. Une Politique Nationale de Maîtrise
d’Energie s’impose donc pour prendre en compte toutes les dimensions de la
maîtrise d’énergie. Par ailleurs, la maîtrise d’énergie bien qu’évoquée dans les
grands axes de la politique énergétique du pays, n’est abordée que de manière
sommaire.
Pour combler ce vide, un premier document de PONAME, assorti d’un programme
d’actions, a été élaboré et validé en 2009 pour être introduit en conseil des ministres.
Conformément au relevé n°14 des décisions prises en Conseil des Ministres, en sa
séance du mercredi 02 mai 2012, des recommandations ont été faites au Ministère
en charge de l’énergie pour l’amélioration du contenu du document, conformément
à la méthodologie en matière d’élaboration de Politique Nationale. C’est donc à la
suite de cette décision que le présent mandat a été confié à un groupe de trois
consultants pour l’élaboration du nouveau document.
Objectifs de l’étude
Objectif général
La présente étude vise l’élaboration de la politique et la stratégie nationale de
Maîtrise d’Energie au Bénin ainsi que la feuille de route qui la compose.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
25
AT RECASEB
Objectifs spécifiques
De façon spécifique, il s’agit de :
 Elaborer sur la base des informations existantes, le document de Politique
Nationale de Maîtrise d’Energie ;
 Réaliser le diagnostic stratégique qui fonde les orientations à retenir dans le
cadre de la maîtrise d’énergie au Bénin ;
 Définir les axes stratégiques pour le développement de la maîtrise d’énergie
au Bénin ;
 Elaborer le programme d’actions à mettre en œuvre pour assurer
l’opérationnalisation de cette politique, assorti d’un mécanisme de
financement.
Détail des résultats attendus
 Le diagnostic stratégique devant conduire aux orientations à retenir dans le
cadre de la maîtrise d’énergie au Bénin est réalisé ;
 Les axes stratégiques pour le développement de la maîtrise de d’énergie au
Bénin sont définis ;
 Un programme d’actions pour l’opérationnalisation de la PONAME est
élaboré et un mécanisme de financement est défini ;
 Le document de Politique Nationale de Maîtrise d’Energie élaboré est validé.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
26
AT RECASEB
CHAPITRE 1
CONTEXTE,
DEMARCHE METHODOLOGIQUE ET
PROBLEMATIQUE
SOFRECO – AF-Mercados EMI
27
AT RECASEB
1 CONTEXTE, DEMARCHE
METHODOLOGIQUE ET
PROBLEMATIQUE
Contexte général
1.1.1 Présentation et contexte socio-économique du Bénin
Pays de l’Afrique de l'Ouest, la République du Bénin est située dans la zone
tropicale, entre l'équateur et le tropique du Cancer (entre les parallèles 6°30' et
12°30' de latitude nord et les méridiens 1° et 30°40' de longitude est). Elle est limitée
au nord par le fleuve Niger qui la sépare de la République du Niger, au nord-ouest
par le Burkina Faso, à l'ouest par le Togo, à l'est par la République Fédérale du
Nigéria et au sud par l'océan Atlantique. Sa capitale est Porto-Novo, bien que
Cotonou soit le centre des activités économiques.
D’une superficie de 114 763 km², la République du Bénin a une population estimée
en 2018 à 11 527 412 habitants1. Le taux d’accroissement de la population se situe
autour de 3 %, et la densité moyenne est de 100,17 habitants au km², avec des
disparités d’une région à une autre. L’urbanisation est rapide ; en 2017, 46,77% de
la population vivait dans les zones urbaines 2. Selon les projections de l’Institut
National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE), approximativement
60% de la population habiteront dans les cités en 20253, principalement dans les
zones côtières. Avec cette urbanisation galopante, le risque d’une forte
augmentation de la demande énergétique est élevé.
Au Bénin, environ 49,5% de la population vit en dessous de 1,90 $ par jour (World
Bank, 2015), ce qui traduit un pouvoir d’achat faible.
Par ailleurs, dans son rapport 2018 sur les perspectives économiques en Afrique, la
Banque africaine de développement (BAD) a noté que le taux de croissance du
Produit intérieur brut (PIB) réel du Bénin en 2017 est estimé à 5,5 %, et est en
progression par rapport aux 4 % de 2016. La croissance s’est accélérée ensuite pour
passer de 5,5 % à 6 % en 2018 (soit un taux de croissance du PIB par habitant de
3,1 %)4. La forte croissance démographique et la répartition des bénéfices de la
croissance économique ont conduit à une amélioration marginale de la pauvreté
(36,2% de pauvres en 2011 contre 40,1% en 2015 au Bénin, l'année la plus récente
pour laquelle des données sont disponibles).
Pour le Fonds monétaire international (FMI), la croissance économique du Bénin
devrait s’établir à 6,3% en 2019 et à 6,7% en 2020. Cependant, selon le rapport sur
les projections de croissance, les effets du climat sur l’agriculture et la dépendance
vis-à-vis du Nigeria laissent planer l’incertitude 5. Ces prévisions de la croissance ne
garantissent donc pas l’amélioration du cadre socio-économique au Bénin.
1
https://www.insae-bj.org/
Données Banque mondiale
BAD : Bénin ; Document de stratégie pays 2012 – 2016, Mai 2012
4
Banque mondiale (2019)
5
INSAE (Août 2018)
2
3
SOFRECO – AF-Mercados EMI
28
AT RECASEB
En 2018, suivant l’Indice de développement humain (IDH), le Bénin a occupé le
163ème rang sur 189 pays (30ème en Afrique), avec un indice égal à 0,526. Avec cette
performance, le pays se retrouve dans la catégorie des pays à plus faible IDH. Par
rapport à ces chiffres, le rapport de la BAD indique que la croissance inclusive du
Bénin reste un défi majeur.
Toutefois, le Bénin figure parmi les dix meilleurs pays réformateurs en 2015 et 2016,
mais sa place de 153ème sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2019 témoigne
des efforts à accomplir pour améliorer le climat des affaires. D’autre part, le taux
d’inflation du Bénin s’est accéléré pour s’établir à 2,3 % en 2018 (contre 0,1 % en
2017 et -0,8 % en 2016), notamment en raison de l’augmentation des prix des
produits alimentaires. Quant au déficit des transactions courantes, il s’est
légèrement amélioré, passant de 9,9 % du PIB en 2017 à 8,9 % du PIB en 2018
sous l’effet des exportations agricoles7.
Les réformes initiées à travers le Programme d’action du gouvernement (PAG ;
2016–2021), intitulé « Bénin révélé » ont amélioré les performances du pays
pendant la période 2016–2017. En effet, ce programme a visé l’augmentation des
dépenses publiques d’investissement dans les infrastructures, l’agriculture, le
tourisme ou les services de base. Ces performances positives s’expliquent, entre
autres, par la considérable augmentation de la production agricole, notamment du
coton, estimée à 450 000 tonnes en 2016, qui a atteint un chiffre record de 678 000
tonnes pendant la campagne 2018-20198. Grâce à la politique de stabilité des prix
de l’UEMOA ainsi qu’à une bonne campagne agricole et aux faibles prix du pétrole,
l’inflation devrait rester inférieure aux 3 % définis par l’UEMOA.
En dépit des investissements, le contexte économique ne semble pas favorable pour
l’amélioration des revenus des ménages qui constituent le secteur le plus sensible
dans la consommation de l’énergie. La simple raison est que si les gens n’ont pas
un revenu adéquat, il leur sera impossible de se procurer d’équipements efficaces.
Le contexte socio-économique du Bénin ne semble donc pas favorable à la mise en
place d’une politique de maîtrise d’énergie.
1.1.2 Contexte mondial de la maîtrise d’énergie
Selon le point sur les politiques publiques d’énergie durable dans le monde, présenté
dans le Rapport du Rural Investment Support for Europe (RISE) 2018, le nombre de
pays qui se sont dotés de cadres structurants solides en matière d’énergie durable
a plus que triplé entre 2010 et 2017, pour passer de 17 à 59.
Un grand nombre de pays parmi les plus gros consommateurs mondiaux d’énergie
ont donc considérablement amélioré leurs réglementations relatives aux énergies
renouvelables et se sont fixé des objectifs chiffrés dans ce domaine ainsi qu’en
matière d’efficacité énergétique dans le cadre des négociations préparatoires à
l’accord de Paris de 2015.
Un contexte énergétique mondial instable et incertain
Pour répondre aux besoins d’énergie que sont l’électricité, la chaleur et les
transports, la demande énergétique mondiale a augmenté. L’effet du dynamisme
démographique se fait déjà ressentir où la population mondiale a atteint sept
milliards d’êtres humains en 2010 et atteindra neuf en 2050. L’Agence Internationale
PNUD : Rapport 2018 ; indices et indicateurs du développement humain.
https://www.banquemondiale.org/fr/country/benin/overview
8
http://www.quotidienlematin.net/article/contenu.php?id=865
6
7
SOFRECO – AF-Mercados EMI
29
AT RECASEB
d’Energie (AIE) prévoient une hausse de la demande de plus de 90 % dans les pays
hors OCDE. De même, cette prévision tournerait autour de 40% pour la période
2009 – 2035 selon le scénario dit des « nouvelles politiques », qui intègre le respect
des engagements de Cancun par les États9.
Les énergies fossiles ont satisfait pour 85,2% la consommation mondiale d’énergie
primaire en 2017 ; le pétrole est la principale source d’énergie du mix énergétique
mondial (34,2%), avec une hausse de la consommation de 1,7 million de barils par
jour (Mb/j) en 2017. D’après les scénarios de l’AIE, les ressources fossiles pourraient
encore contribuer à plus de 40 % du mix énergétique mondial en 2050.
Les énergies renouvelables ont connu la plus forte croissance au sein du mix
énergétique mondial en 2017 avec près de 25% de la hausse de la consommation
mondiale. Ces résultats ont été rendus possibles grâce à l’éolien, au solaire
photovoltaïque et à l’hydroélectricité, qui a compté à elle seule pour 65% de la
production électrique renouvelable en 2017.
Les sources fossiles n’étant pas illimitées, l’efficacité énergétique est la seule
ressource énergétique que tous les pays possèdent en abondance, même si elle
n’est pas exploitée de la même manière dans tous les pays.
En Chine par exemple, l’intensité énergétique a diminué de 5,6% en 2015 (et de
30% depuis 2010). Pendant ce temps, la consommation d’énergie chinoise a
seulement augmenté de 0,9% alors que le pays a connu une croissance annuelle
de 6,9%. Ce résultat a été possible par la mise en place de programmes d’efficacité
énergétique contraignants dans l’industrie qui ont ciblé les entreprises les plus
énergivores. Entre 2006 et 2014, la Chine a investi au total près de 370 milliards de
dollars dans des actions d’efficacité énergétique. Selon l’AIE, ces actions auraient
évité à la Chine d’émettre 1,2 milliard de tonnes supplémentaires de CO2 en 2014,
soit l’équivalent des émissions annuelles de CO 2 du Japon.
Au Brésil cependant, l’intensité énergétique est partie à la hausse et ceci est dû à la
baisse du PIB national de 3,8% en 2015. Il convient toutefois de noter que l’intensité
énergétique mondiale n’a baissé que de seulement 1,7% en 2017, contre 2,3% en
moyenne au cours des trois années précédentes.
Dans le même temps, les investissements mondiaux en matière d’efficacité
énergétique en 2015 sont estimés par l’AIE à 221 milliards de dollars (près de 14%
des dépenses totales dans le système énergétique mondial), ce qui constitue une
hausse de 6% par rapport à 2014.
Pour l’AIE, la croissance attendue de la demande mondiale d’énergie est de 37%
d'ici 2040 (selon son scénario central) et la consommation d'énergie stagnerait dans
la plupart des pays européens, au Japon, en Corée du Sud et en Amérique du nord
pour se déplacer vers le reste de l'Asie (Inde et Asie du sud-est) avec 60% de la
demande mondiale, en Afrique sub-saharienne, au Moyen-Orient et en Amérique
latine.
Aujourd’hui, les défis mondiaux de la maîtrise d’énergie sont :
 Faire face à une demande en énergie primaire en passe de doubler d’ici
quelques années ;
Catherine Tissot-Colle, Jean Jouzel. La transition énergétique : 2020 – 2050 ; un avenir à bâtir, une voie
à tracer. 2013
9
SOFRECO – AF-Mercados EMI
30
AT RECASEB
 Répondre aux besoins de 1,4 milliard de personnes n’ayant pas encore accès
à l’électricité et à 2,8 milliards sans mode de cuisson propre ;
 Investir dans la modernisation d’infrastructures énergétiques vétustes tout en
réduisant les impacts environnementaux de la production et de l’utilisation de
l’énergie.
1.1.3 Contexte régional de la maîtrise d’énergie
Les gisements d'économies d’énergie sont encore à leur maximum en Afrique. Sur
le continent, la maîtrise de l’énergie s’est d’abord développée dans les pays
d’Afrique du Nord (Tunisie, Maroc…). Aujourd’hui, le thème prend de l’ampleur en
Afrique subsaharienne grâce à sa prise en compte dans les politiques énergétiques
nationales et les initiatives structurantes au niveau régional. Aussi, la lutte contre les
changements climatiques est de plus en plus considérée dans les différents
programmes africains d’accès et de maîtrise de l’énergie.
D’ici 2050, la croissance démographique de l’Afrique sera supérieure à celle
mondiale. Il y aura probablement plus de 2,4 milliards d’Africains, contre environ un
milliard en 2010. La demande en énergie primaire, ainsi que celle d’électricité
devraient alors augmenter sur le continent. Néanmoins, les situations énergétiques
et électriques resteront très différentes en Afrique du Nord et en Afrique
subsaharienne.
En Afrique du Nord, la demande en énergie primaire devrait presque doubler d’ici
2050 (environ 326 Mtep), par rapport à sa valeur de 2012 (171 Mtep). La part du
pétrole dans le mix énergétique baissera, dépassant de peu les 29%. La demande
en énergies renouvelables pourrait représenter près de 18% du mix énergétique.
En Afrique subsaharienne, l’augmentation de la demande en énergie primaire
devrait être plus importante qu’en Afrique du Nord. Cette demande devrait
probablement être proche de 1 190 Mtep en 2050 selon la majorité des scénarios
étudiés (567 Mtep en 2012). Le mix énergétique sera toujours basé sur les
bioénergies, même si leur part devrait baisser fortement (d’au moins 20%) avec une
part d’énergies renouvelables (hors bioénergies et hydraulique), de 7 à 9% 10.
En Afrique, l’absence totale de ressources en énergie propre pour les populations
et le fait qu’une bonne partie des 1,4 milliards (environ 20% de la population
mondiale) n’ayant pas accès à l'électricité vive dans les pays du Sud est troublant.
Ces populations n’ont que le bois de chauffe à utiliser avec son lot de conséquences
négatives : temps perdu à chercher le bois, exposition à la fumée (surtout pour les
femmes et les enfants), impacts sanitaires, déforestation, désertification et émission
de CO2.
De nombreuses initiatives visant le renforcement de la maîtrise de l’énergie
émergent à travers le monde en faveur de l’accès à l’énergie combiné à la lutte
contre le changement climatique. Il s’agit de :
 Energie Durable pour tous (Initiative SE4All - Sustainable Energy for All), qui
vise trois objectifs essentiels d'ici à l'horizon 2030 qui sont : (i) assurer l'accès
universel aux services énergétiques, (ii) multiplier par deux la proportion de
l'énergie renouvelable dans le mix énergétique global et (iii) l'efficacité
énergétique mondiale ;
10
Adea, L’Énergie en Afrique à l’horizon 2050 ; septembre 2015
SOFRECO – AF-Mercados EMI
31
AT RECASEB
 Partenariat UE-Afrique11 qui s’inscrit désormais dans le cadre de SE4All ;
 Politiques régionales en faveur des énergies renouvelables et l’efficacité
énergétique de la CEDEAO (PEEC et PERC), en phase avec la dynamique
SE4All.
En somme, on assiste à une disparité entre les consommations énergétiques des
pays d’Afrique du nord et ceux au Sud du Sahara, mais il existe une multitude
d’initiatives à l’échelle sous-régionale qu’africain en matière d’EE dont le Bénin peut
profiter.
1.1.4 Contexte national de la maîtrise d’énergie
L’une des priorités du Gouvernement du Bénin en matière de réduction de la
pauvreté est la disponibilité et l’accessibilité de l’énergie pour l’ensemble de la
population ; cette aspiration figure en bonne place dans le « Programme d’Action du
Gouvernement 2016-2021 ». Pour atteindre cette vision, l’État Béninois accorde une
importance particulière à la promotion de l’énergie sous toutes ses formes et en
particulier aux énergies renouvelables qui constituent la base d’un développement
durable. Le manque de moyens financiers et la volonté politique ont fait que les
efforts consentis pour promouvoir la maîtrise d’énergie n’ont pas encore porté les
fruits attendus. Par exemple les travaux d’audits énergétiques réalisés dans 44
bâtiments administratifs sont restés jusqu’aujourd’hui sans lendemain. En effet, dans
le contexte du Bénin, la maîtrise d’énergie présente un grand avantage qu’il faudrait
saisir pour l’atteinte des objectifs de développement.
L’efficacité des consommations énergétiques bénéficie aujourd’hui d’une attention
particulière dans le PAG dans lequel l’objectif stratégique s’oriente vers un
Programme National d’efficacité énergétique pour le Bénin, dans tous les secteurs :
industriels, tertiaire (bâtiments de l’administration), ménages et une réduction du
besoin de puissance en pointe de 80 MW.
A travers cet objectif, il s’agira de :
 Mettre en place des normes contraignantes de réduction des consommations
énergétiques ;
 Installer dans les principaux bâtiments administratifs l’énergie solaire PV avec
stockage ;
 Assurer l’installation des chauffe-eau solaires ;
 Substituer des ampoules à incandescence par des LED basse consommation
;
 Utiliser l’énergie solaire PV et aussi dans l’éclairage public ;
 Prendre en compte l’Efficacité énergétique dans les ménages.
Le MCA-Bénin 2 dispose également d’un volet Efficacité énergétique qui renferme
beaucoup d’activités susceptibles d’améliorer la situation énergétique nationale. Il
s’agit, entre autres, des projets d’audits énergétiques dans les bâtiments et
industries, la mise en œuvre de projets pilotes dans 10 bâtiments de l’administration
publique, la mise en œuvre de projets de renforcement de capacité des acteurs du
secteur de l’industrie par une assistance technique et un accompagnement dans la
construction des mesures d’EE, le renforcement des capacités des acteurs clés du
secteur de l’énergie, etc.
Le partenariat Afrique-UE est le cadre officiel de la coopération entre l'Union européenne et le continent
africain.
11
SOFRECO – AF-Mercados EMI
32
AT RECASEB
Le programme Promouvoir l’Economie Verte (PREVER), vise à promouvoir le
développement de l'économie verte au Bénin grâce à des investissements
structurants en contribuant, entre autres, à réduire la dépendance du Bénin aux
énergies fossiles et à développer des sources de production électriques soutenables
pour le développement et la croissance économique du Bénin.
La présence du PNUD permet de renforcer la résilience du secteur de l’énergie aux
impacts des changements climatiques au Bénin et celle de l’IFDD permet de
renforcer les capacités dans le domaine de l’efficacité énergétique et de la politique
énergétique.
Dans le passé, plusieurs études ont été réalisées et ont révélé que le Bénin dispose
d’un fort potentiel en efficacité énergétique. En 2010, les prévisions d’économie
d’énergie estimées annonçaient 448 GWh du côté de l’offre et 310,6 GWh du côté
de la demande pour les dix années à suivre 12. Ces prévisions ne sont plus d’actualité
car la plupart des activités prévues n’ont pas été réalisées.
En évaluant l’impact des composantes « Efficacité énergétique » des projets PASE
(financement Banque Mondiale) et MCA-Bénin 2, en cours de réalisation, on
constate qu’il est possible de réaliser une économie d’énergie considérable, si
l’ensemble des mesures est mis en œuvre selon les règles de l’art.
Les économies d’énergie attendues, à l’issue de l’exécution complète de la Phase 1
du volet EE du PASE sont estimées à 7,7 GWh/an et une réduction de puissance
de près de 2 MW sur l’éclairage public. Celles du volet EE du MCA-Bénin 2 sont
estimées à plus de 43,5 GWh/an pour une réduction de puissance de 20 MW. On
attend donc de ces deux volets, une économie totale de plus de 51 GWh pour une
réduction totale de puissance de 22 MW, le tout, pour une économie financière totale
de près de 6 milliards FCFA, à partir de 202113. Dans l’ensemble, le potentiel est
considérable, mais peut être amélioré avec la mise de la politique nationale de
maîtrise d’énergie.
Nous pouvons affirmer qu’à l’échelle nationale, on constate la volonté du
gouvernement d’user de l’EE pour réduire la demande d’électricité, ce qui a été
martelé à travers le PAG dans son projet phare n° 29.
Par ailleurs, le Bénin dispose d’un potentiel intéressant de ressources en énergies
renouvelables, mais qui reste globalement sous-exploité, à l’exception de la forme
traditionnelle de la biomasse-énergie que constitue le bois de feu.
L’évaluation des potentialités énergétiques a été réalisée à partir d’une base de
données qui prend en compte non seulement le potentiel en énergies renouvelables
de chaque département ou zone écologique, mais aussi leur classification. La
synthèse des données de cette base est présentée dans le tableau qui suit :
12
13
Projet ACE-WA. Étude de la situation de base au Bénin. Septembre,2016
Documents MCA-Bénin 2 & PASE
SOFRECO – AF-Mercados EMI
33
AT RECASEB
Tableau 1 : Synthèse du potentiel d'énergies renouvelables du Bénin
Solaire PV
Biogaz
Résidus de
récolte
Potentiel
Potentiel en
Potentiel
énergétique
biogaz (m³)
d’électricité
moyen (kWh/m²j)
disponible (GWh)
5,03
7 797 600
Éolien
Hydroélectricité
exploitable
Énergie
productible
(MWh)
Puissance
maximale (MW)
1,3
2,84
26,3
Source : Rapport de « Etude d’identification des opportunités de création d’entreprises innovantes dans
les chaines des valeurs du secteur des énergies renouvelables » Décembre 2017.
Le secteur de l’énergie est également une grande source productrice de gaz à effet
de serre et les principaux problèmes environnementaux liés à la production,
distribution et consommation d'énergie au Bénin sont principalement la déforestation
et la pollution. Nous pouvons citer comme causes :
 Le dioxyde de carbone provient de la combustion des carburants fossiles, en
particulier dans le secteur des transports et de l'industrie, et contribue
grandement à la pollution de l'air dans les villes ;
 Les gaz autres que le CO2 sont émis à l’occasion de la combustion (en dehors
du fait que ces gaz peuvent aussi être des polluants locaux divers) ; c'est
notamment le cas des oxydes d’azote (NOx). Ces produits de combustion
(CO2, N2O, etc.) sont des gaz à effet de serre (GES) et conduisent au
réchauffement climatique avec des conséquences négatives sur l'agriculture,
l'approvisionnement en eau, les ressources forestières, l'élévation du niveau
de la mer, la santé, etc. ;
 Des fuites de méthane qui surviennent pendant l'exploitation des
hydrocarbures et la décomposition des matières organiques. Le méthane,
principal constituant du gaz naturel, est lui-même un gaz à effet de serre 25
fois plus puissant - à poids égal - que le gaz carbonique. De plus, deux tiers
de l'électricité consommée dans le monde sont produits à partir de
combustibles fossiles. Cela étant, les facteurs d’émission associés à l’énergie
correspondent pour l'essentiel à des émissions de CO 2.
Il est à remarquer que :
 La seule énergie qui ne pollue pas, c’est celle que l’on ne consomme pas ;
 Toute utilisation de l’énergie impose une contrainte environnementale ;
 La production d’énergie génère des pollutions parmi les plus graves :
 Pollution de l’air (NOx, SOx, particules, CO, Benzène, etc.) ;
 Pollution de l’eau ;
 Déchets non désirables et encombrants : Nucléaire.
Augmentation des gaz à effet de serre (GES)
 Moins on consomme de l’énergie, moins on pollue.
 Mieux on consomme de l’énergie, moins on pollue.
Les principaux gaz à effet de serre anthropogènes sont donc le dioxyde de carbone
(CO2), le méthane, le N2O, et les composés fluorés HFC et PFC.
Engagements du Bénin par rapport au climat
À la veille de la 21ème Conférence des Parties (COP21) de la Convention Cadre
des Nations Unies sur les Changements Climatiques, le Bénin, à l’instar d’autres
SOFRECO – AF-Mercados EMI
34
AT RECASEB
pays, avait élaboré ses Contributions Prévues Déterminées au niveau National
(CPDN). Ces contributions, prévues pour réduire le réchauffement climatique au
niveau national s’appuyaient sur les programmes nationaux de réduction de la
pauvreté et de gestion des changements climatiques, l’objectif global étant de
contribuer au développement durable et résilient aux changements climatiques avec
des solutions répondant aux défis liés aux changements climatiques.
Au niveau du bilan des émissions (14,9 MteCO2) et des absorptions (50,3 MteCO2)14
de GES, on note que le Benin reste globalement un puits de GES. Les émissions
proviennent principalement des secteurs de l’agriculture et de l’énergie dont les
contributions sont estimées à 45,9% % et 47,4 % respectivement en 2012 (Figure
1).
Emissions globales de GES au Bénin par secteur
45,90%
1,60%
7%
5%
47,40%
Energie
Agriculture
Déchets
Procédés industriels
Figure 1 : Emissions de GES par secteur au Bénin en 2012
Par rapport à ces résultats, le Bénin s’est engagé, d’ici 2030, à :
 atténuer ses émissions dans les secteurs de production et de consommation
d’énergie, du transport, de l’agriculture et de la foresterie ;
 mettre en œuvre des plans et programmes dans le domaine de l’adaptation
avec des co-bénéfices pour l’atténuation.
De tous ces efforts prévus, il est attendu un impact d’atténuation estimé, pour les
émissions évitées à 120 MteCO2 et pour les séquestrations à 163 MteCO2 de 2020
à 203015. La séquestration du carbone, due aux efforts nationaux de reforestation
constitue la contribution inconditionnelle.
La production d’électricité à partir du gaz naturel et des énergies renouvelables
(hydroélectricité et énergie solaire photovoltaïque) constitue une des solutions de
mitigation des émissions de CO2. La mise en œuvre de ce programme aidera à
porter à 20% au moins, à l’horizon 2030, la part des énergies renouvelables dans la
consommation finale totale d’énergie.
DGEC/MCVDD. Première contribution déterminée au niveau national au Bénin au titre de l’accord de
Paris - CDN.
15
Projet ACE-WA. Accélérer la mise en œuvre des politiques régionales sur les énergies propres.
Septembre 2016
14
SOFRECO – AF-Mercados EMI
35
AT RECASEB
Démarche méthodologique d’élaboration de la
PONAME
La méthodologie utilisée dans le cadre de cette étude a été un assemblage de :
 travail documentaire, utilisant l'information disponible écrite au niveau national
(rapports, documents de politique, décisions du parlement et du
gouvernement, avis des ONG, etc.), sous-régional et international ;
 consultations de personnes ressources de la société civile, du secteur de
l’énergie ayant eu de grandes responsabilités au Bénin, des universités, du
secteur privé et des collectivités locales ;
 séances de travail avec le DPP du Ministère de l’énergie avant la production
des rapports.
1.2.1 Démarche adoptée
La démarche adoptée dans le cadre de l’élaboration du présent document de
Politique Nationale de Maitrise d’Energie (PONAME) se résume comme suit :
• Phase de Terrain pour la collecte des données
• Analyse des données et rédaction
• Réunion de validation des TDRs
• Lancement officiel de l'étude
• Élaboration du questionnaire de complément d'informations
• Appropriation des Termes de Référence (TDRs)
• Recherche et étude documentaire
Figure 2 : Démarche méthodologique
1.2.2 Collecte des informations
Après l’appropriation des Termes de références, la collecte des informations s’est
basée sur deux aspects :
La revue de littérature
Elle a consisté en la collecte, la lecture et la synthèse des documents d’informations
issus d’anciennes études telles que la vision 2025 du scénario Alafia, le Document
de Politique et de Stratégie de Développement du Secteur de l’Energie Electrique
au Bénin du Groupe de Réflexion sur la Vision du Secteur de l’Energie Electrique
(GRVSE), le Plan Stratégique de Développement du Secteur de l’Electricité, le Plan
Directeur de Développement du Sous-Secteur de l’Electricité (PDDSSE), la Version
projet de la PONAME de 2009, le Plan d’Actions National pour l’Efficacité
Energétique (PANEE), le Plan d’Actions National des Energies Renouvelable
(PANER), l’Initiative de l’Energie Durable pour Tous (SE4ALL), la première
Contribution Déterminée au niveau National du Bénin au titre de l’accord de Paris
(CDN), la Politique énergétique de la CEDEAO, l’Initiative Régionale pour l’Energie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
36
AT RECASEB
Durable (IRED) de l’UEMOA, le Plan Directeur d’Electrification Hors Réseau
(PDEHR), le Rapport 2013 du RGPH/INSAE, le Programme de Croissance pour le
Développement Durable (PC2D)/2018-2021, etc. Ces documents ont été complétés
par des informations collectées au niveau des structures comme la Direction
Générale des Ressources Énergétiques (DGRE), l’Agence Béninoise
d’Électrification Rurale et de Maîtrise d’Énergies (ABERME), la Direction Générale
de l’Habitat et de la Construction du Ministère de Cadre de Vie et du Développement
Durable (DGHC/MCVDD), l’Agence Nationale de Normalisation, de Métrologie et du
Contrôle Qualité (ANM), la Mairie de Cotonou, l’Association des consommateurs, le
Projet d’Appui aux Services Energétiques (PASE), l’Agence CONTRELEC et
l’UC/PDER. Des recherches ont été également effectuées sur des sites internet du
Gouvernement du Bénin, du MCA-Bénin 2, du CEREEC, de la Banque mondiale, de
l’INSAE, etc., pour compléter certaines informations. Toutes ces investigations ont
permis de :
 faire un état des lieux de la politique énergétique au Bénin ;
 faire un état des lieux des possibilités du Bénin en matière de maîtrise de
l’énergie.
L’élaboration des questionnaires
Les questionnaires de complément d’informations et d’état des lieux ont été élaborés
en tenant compte des objectifs de l’étude et des résultats de la revue documentaire.
Ces questionnaires ont été conçus de manière à permettre de recueillir des
informations qui puissent confirmer ou actualiser certaines informations contenues
dans les documents consultés.
Lancement de l’étude
La mission a débuté, le 25 Mars 2019 par une séance tenue dans la salle de réunion
de l’Assistant Technique du RECASEB en présence des représentants de
l’ABERME, de l’UC/PDER, du RECASEB et de la DGRE. Cette réunion de
lancement a permis aux participants de discuter d’un cadrage méthodologique et
d’échanges pour le suivi de l’exécution de la mission d’élaboration du document de
politique et de ses axes stratégiques. Elle a également permis d’harmoniser les
points de vue sur les TDRs et à retenir une approche de méthodologie pour servir
de base aux consultants dans l’élaboration du document.
Au cours de ladite réunion, l’équipe de consultants a eu à formuler des demandes à
l’autorité contractante pour la mise à disposition d’autres documents phares de
politiques et de projets du secteur de l’énergie qui pourraient les aider dans la
mission. A l’issue des discussions, les points essentiels ci-après ont été retenus pour
être étudiés dans l’élaboration dudit document. Il s’agit de :
 cadre stratégique du secteur de l’énergie au Bénin ;
 actions entreprises et les expériences et en cours dans le domaine de la
maîtrise de l’énergie ;
 cadre institutionnel et réglementaire ;
 la formulation des stratégies ;
 la définition du programme d’actions ;
 orientations de la politique de maitrise d’énergie.
La réunion de lancement a été l’occasion d’échanger sur divers sujets, notamment
l’approche suggérée par les termes de référence pour l’élaboration de la politique et
des stratégies.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
37
AT RECASEB
Phase de terrain
L’enquête et la consultation sur le terrain ont été les étapes qui ont permis à l’équipe
de consultants de se déplacer vers l’administration publique et privée intervenant
dans le secteur, les centres de recherche et les organisations non
gouvernementales du secteur de l’énergie afin de recueillir des informations et leur
appréciation sur la façon dont les politiques énergétiques en général, et celles
relatives à l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables en particulier, sont
conçues et mises en œuvre au Bénin ainsi que leur collaboration avec les institutions
sous-régionales et internationales dans le domaine.
Organisation de deux séances de travail avec le DPP du Ministère de l’énergie
Deux séances ont été organisées avec le DPP et son assistant. Ces séances ont
permis d’affiner la table des matières et de permettre aux consultants de se
conformer aux exigences du plan d’élaboration de la PONAME, exigé par le
ministère du développement.
Organisation d’une séance de brainstorming entre les consultants pour
l’identification des éléments du changement de comportement
Cette séance a permis au groupe de consultants d’exprimer, chacun en ce qui le
concerne, sa vision sur les changements que pourra apporter la PONAME, au sein
de la société et pour l’État béninois, dans sa mise en œuvre.
Un rapport provisoire a été rédigé et envoyé à la partie contractante, qui s’est
chargée d’organiser l’atelier de validation, après amendements des différentes
parties prenantes.
Problématique de la maîtrise d’énergie au
Bénin
Un équilibre offre-demande électrique encore faible malgré le potentiel
énergétique disponible
Le Bénin est caractérisé par une pauvreté électrique malgré le potentiel énorme en
énergies renouvelables dont il dispose, mais dont la part dans le mix énergétique
reste marginale. Pendant ce temps, une grande partie de la production d’électricité
est basée sur les combustibles fossiles (43,1% du total des approvisionnements nets
en énergie du pays en 2017), ce qui fait du Bénin un pays vulnérable aux
augmentations du prix des produits pétroliers.
Dans le bilan énergétique du Bénin, la part de l’électricité est faible et le pays dépend
fortement de l’importation provenant de la CEB. Le taux de dépendance énergétique
du pays est élevé (45,9%) et constitue une préoccupation majeure.
La consommation finale totale d'énergie est faible par habitant. L’usage énergétique
des secteurs créateurs de valeur ajoutée, d’emplois et de croissance est également
faible et traduit le niveau de développement embryonnaire du pays. L’évolution des
intensités énergétiques des différents secteurs d’activité montre aussi la difficulté du
pays à maintenir une croissance économique soutenue.
Les pertes d’électricité restent encore élevées et montrent les faiblesses du principal
fournisseur d’électricité à assumer ses fonctions régaliennes dans le secteur. La
politique de tarification ne bénéficie pas aux ménages les plus précaires et ne
contribue pas à la promotion d’une utilisation rationnelle de l’énergie de façon
SOFRECO – AF-Mercados EMI
38
AT RECASEB
générale (faiblesse du pouvoir d’achat). En effet, à l’instar de plusieurs pays dans le
monde, la SBEE a opté pour un régime de facturation résidentielle en tranches
progressives. Ce qui fait qu’en l’absence d’une distinction des revenus, ces prix
moyens (par tranche) de consommation peuvent masquer une hétérogénéité
importante des types de consommateurs.
Les défis énergétiques du Bénin sont donc nombreux, si l’on ajoute les problèmes
de sécurité énergétique et de changements climatiques qui se posent. En effet, les
coupures d’électricité continuent (même si elles ont diminué) et perturbent les
activités alors que seul un tiers de la population a accès à l'électricité. Le bois
demeure la principale source d’énergie pour la cuisson dans les ménages et la
demande sans cesse croissante de la biomasse accentue la pression sur les
ressources forestières.
Des difficultés à respecter les contraintes liées au développement de la
maîtrise d’énergie
Depuis des années, les institutions régionales telles que l’UEMOA et la CEDEAO
développent un certain nombre de politiques et stratégies sur l’énergie durable.
De son côté, le Bénin a adopté les politiques et stratégies de développement des
énergies renouvelables et d’efficacité énergétique de la CEDEAO et s’est engagé à
élaborer et à mettre en œuvre des politiques nationales basées sur ces accords
régionaux et internationaux. Ainsi, ces politiques et stratégies de la CEDEAO ont été
prises en compte dans les politiques et stratégies nationales, et les plans d’actions
nationaux du secteur de l’énergie électrique. Dans ce cadre, des plans d’actions
nationaux pour le développement des énergies renouvelables et efficacité
énergétique PANER/PANEE ont été élaborés en même temps que l’initiative
Énergie Durable pour Tous (SE4ALL-Bénin) affichant le mix énergétique du Bénin à
25% d’énergie renouvelable à l’horizon 2030. Malheureusement ces politiques et
stratégies ne sont pas toujours suivies d’une mise en œuvre effective et efficace au
niveau national à cause, le plus souvent, d’un manque de contextualisation.
Sur le plan institutionnel, malgré son existence, l’ABERME n’arrive pas encore à
assumer pleinement sa mission dans le domaine de la maîtrise d’énergie. En effet,
elle dispose d’un personnel assez limité. La plupart de ses directions sont étoffées
en nombre insuffisants de cadres supérieurs alors qu’il en faut beaucoup plus pour
les animer. Cette insuffisance en ressources humaines, notamment en cadres
supérieurs énergéticiens, est en grande partie à la base du fait que la DGRE, malgré
l’existence de l’ABERME, continue par piloter certains projets de maîtrise d’énergie,
ce qui pourrait être source de conflits institutionnels. En effet, le rôle de la DGRE
doit être conceptuel et celui de l’ABERME, opérationnel. Cependant, il est constaté
que la DGRE se retrouve depuis des années dans l’opérationnel par exemple, la
mise en œuvre des phases pilotes des Projet PFSE et DAEM et actuellement du
volet Efficacité Energétique du PASE. La PONAME propose donc que le cadre
institutionnel soit clarifié à travers le plan stratégique 2019-2023 du Ministère de
l’Energie.
Sur le plan réglementaire, le cadre est en cours d’amélioration, mais le processus
de prise de certains Décrets pouvant favoriser la mise en œuvre rapide de certaines
dispositions traine.
Sur le plan technique, l’absence de l’intégration d’une politique de maîtrise des
consommations d’énergie dans le développement de l’électrification des localités
SOFRECO – AF-Mercados EMI
39
AT RECASEB
par la promotion des équipements à basse consommation d’énergie, n’est pas de
nature à favoriser l’accès des populations à bas revenus, à l’électricité. De plus,
l’application de normes techniques rendant coûteux la construction des réseaux et
l’absence d’initiatives pour la recherche de solutions originales (construction de
réseaux moins coûteux, exploitation des sources d’énergies renouvelables de
proximité) a considérablement limité les possibilités d’électrification des zones
rurales.
Sur le Plan financier, il n’existe pas de modèle ni d’outils de financements des
actions de maîtrise d’énergie.
Globalement, malgré le potentiel important d’économie d’énergie dont dispose le
Bénin, surtout dans les principaux secteurs de la demande énergétique, à savoir les
ménages, les services, l'industrie et les transports, l’utilisation de l’énergie dans
l’économie nationale est loin d’être efficace.
Une approche mal conçue de la gestion de la maîtrise de l’énergie
De tout ce qui précède, il ressort que dans la satisfaction des besoins en énergie de
manière générale, et de l’énergie électrique de manière spécifique, en quantité, en
qualité et à moindre coût sans porter préjudice à l’environnement, le Bénin n’a pas
pu s’orienter vers la création d’un environnement favorable pour les investissements
dans les technologies propres, efficaces et renouvelables. De plus, face à cette
problématique, le pays n’a pas pu se doter de politiques et stratégies cohérentes de
développement de la maîtrise d’énergie, basées sur une bonne analyse de la
situation énergétique aux niveaux national, régional, et international, ainsi que d’un
bon ancrage institutionnel, avec des moyens financiers, techniques et humains
nécessaires pour leur mise en œuvre efficace.
On pourrait dire que sur le plan stratégique, les politiques de maitrise d’énergie
expérimentées par le Bénin jusqu’à présent, à travers les cadres institutionnel,
réglementaire, technique, financier, etc., ont été inefficaces et ont handicapé le
développement de la maîtrise d’énergie au Bénin. Ce qui signifie qu’en somme,
l’approche du Bénin dans la gestion de la filière des services énergétiques a été
mauvaise.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
40
AT RECASEB
CHAPITRE 2
DIAGNOSTIC DU SOUS-SECTEUR DE LA
MAITRISE D’ÉNERGIE AU BÉNIN
SOFRECO – AF-Mercados EMI
41
AT RECASEB
2 DIAGNOSTIC STRATEGIQUE
DU SOUS-SECTEUR DE LA
MAITRISE D’ENERGIE
Analyse du secteur de l’énergie
2.1.1 Potentiel d’énergie primaire
Énergies conventionnelles
Le gazole, l’essence, le pétrole lampant et le gaz butane sont des produits raffinés
du pétrole disponible à partir des importations. Selon l’Agence Ecofin (2013), des
réserves de pétrole brut sont découvertes à Sèmè, à 15 km au large des côtes
atlantiques et seraient estimées à 87 millions de barils. L’exploitation de ces
réserves pourrait permettre de réduire le déséquilibre de la balance commerciale du
Bénin, d’augmenter son indépendance énergétique et sa capacité de production
d’électricité.
Énergies renouvelables
La biomasse
Le potentiel en biomasse du Bénin (résidus de récolte, bois- énergie, noix de coco
et de palmiste, essences à croissance rapide et à fort pouvoir calorifique etc.) est
impressionnant. En 2017, la quantité totale de bois de feu prélevée sur la forêt
s’élève à 7 531 174,3 tonnes (Rapport SIE-Bénin 2017).
Les ordures ménagères existent en quantités importantes dans les grandes
agglomérations et leur valorisation devra être envisagée pour le développement des
capacités de production d’énergie électrique à injecter sur le réseau de distribution.
L’intérêt du développement de cette filière est à la fois d’ordre énergétique,
économique, sanitaire et environnemental. D’après les études réalisées par la Mairie
de Cotonou, la ville générerait plus de 700 tonnes d’ordures par jour. Ce potentiel
existant pourrait permettre l’installation d’une centrale électrique d’une capacité
minimale de 5 MW.
Les résidus de transformation agro-alimentaire proviennent des usines agroalimentaires de production d’huile de coton ou de palme, qui rejettent d’importantes
quantités de déchets (coques et tourteaux de graine de coton, de palme ou de coco,
etc.). Cela pourrait permettre à ces entreprises de développer des capacités de
cogénération (production simultanée d’électricité et de chaleur) pour leurs propres
besoins et d’injecter le surplus d’électricité sur le réseau de distribution. Les
entreprises telles que FLUDOR, SHB installées dans la zone de Bohicon disposent
déjà de projets dans ce sens pour une capacité avoisinant 6 MW. Cette expérience
est déjà mise en œuvre à la Société sucrière de Savè (SUCOBE) qui produit sa
propre énergie électrique (2 x 3,5 Mégawatt) à partir des résidus de canne à sucre
(bagasses) pendant la saison de production. Il faut également noter la présence
d’une centrale d’une capacité installée de 500 kW au Complexe Oléagineux
d’Agonvi (CODA), située à Ikpinlè, Commune d’Adja-Ouèrè, fonctionnant à partir des
résidus de transformation de palmier à huile.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
42
AT RECASEB
Les résidus de transformation du bois d’œuvre sont des produits sous forme de
sciure, copeau, etc. L’unité industrielle de l’Office national du bois (ONAB) à Bohicon
rejette annuellement 14 000 m³ de déchets soit 9 800 tonnes ayant un pouvoir
calorifique de 12500 kJ/kg récupérés en partie par les ménages pour des usages
d’énergie de cuisson alimentaire. Ces résidus constituent également une matière
première importante pour la production d’électricité à partir d’une centrale à
biomasse.
Les résidus de production agricole sont également disponibles et pourront fournir
environ 4681,5 GWh/an d’énergie électrique. Toutefois, des études plus
approfondies doivent être réalisées pour évaluer les ressources réellement
disponibles pour la production d’énergie à l’échelle locale.
Les biocarburants : la stratégie pour la promotion de la filière des biocarburants au
Bénin a été adoptée par le Gouvernement, le 18 Avril 2012. Selon cette stratégie, le
Bénin devrait produire 1150 millions de litres de bioéthanol et 229 millions de litres
de biodiésel à l’horizon 2025 pour couvrir le marché national de mélange à 10%
avec l’essence et avec le gasoil, et substituer 15% du bois-énergie dans les
ménages par l’éthanol. Pour le moment, le projet de Loi sur les biocarburants est
suspendu, ce qui suspend momentanément les activités du secteur.
Le solaire
Les différentes études réalisées pour la détermination du gisement solaire révèlent
que les moyennes mensuelles d'irradiation journalière, pour une durée
d'ensoleillement de 7 heures par jour, varient de 3,9 kWh/m² au Sud à 6,1 kWh/m²
au Nord ; ce qui constitue un potentiel important pouvant être valorisé. Il ressort que
la partie nord du Bénin dispose de plus de potentialité en énergie solaire que le
sud16. Les ressources solaires peuvent être utilisées à des fins de production
d’électricité et de production de chaleur pour les applications domestiques et
industrielles.
L’éolien
La vitesse du vent mesurée à 10 m d’altitude varie en moyenne de 3 à 5 m/s. Une
campagne de mesures d’au moins une année sur les sites les plus favorables entre
40 et 60 mètres d’altitude est en cours.
Par ailleurs, une étude de faisabilité et d’élaboration de plans d’actions pour la
promotion de la fabrication de composantes d’éoliennes de petites échelles au Bénin
financée par l’ONUDI en 2018 s’est révélée concluante. Ainsi les turbines Pasaat de
1,4 kW et Montana de 6 kW seront utilisées parce qu’elles sont adaptées au vent de
vitesses variant entre 3 m/s et 8 m/s. L’étude technico-économique prévoit d’ici l’an
2020 un projet pilote d’installation de 20 aérogénérateurs pour une production
annuelle de 471 MWh. Entre 2020 et 2025 le projet prévoit l’installation de 1000
éoliennes qui produiront 23,56 GWh et après 2025, les éoliennes installées pourront
produire plus de 100 GWh.
L’hydro
D’importantes ressources hydriques existent au Bénin avec un potentiel énergétique
estimé à 1230 GWh, et une puissance estimée à 624 MW 17. Les principaux sites tels
16
17
PNUD. Projet développer le Bénin à partir des sources d’énergie renouvelable, 2010
PNUD-Bénin ; document de projet GEF ID 5431
SOFRECO – AF-Mercados EMI
43
AT RECASEB
que Kétou, Adjarala, Kétou-Dogo peuvent servir à l’aménagement de grands, miniou micro-barrages hydroélectriques.
Les sites potentiels d’aménagement de Microcentrale hydro électrique (MCH) sont
répartis sur toute l’étendue du territoire national. On observe une forte concentration
des sites de MCH de puissance inférieure à 1000 kW au nord-ouest et au centre.
Les sites de capacités comprises entre 1000 et 2000 kW sont plutôt concentrés au
centre tandis que les sites de capacités supérieures à 2000 kW se retrouvent au
nord-est.
L’exploitation de ces sources constitue un enjeu important pour le Bénin, dont la
dépendance au pétrole (importé) est inquiétante.
2.1.2 Production et importation d’énergie
Les approvisionnements nets en énergie se sont élevés à 5025,9 ktep en 2017, soit
un taux d’accroissement moyen annuel de 4,1% par rapport à 2010. La source
d’énergie dominante est la biomasse énergie (bois de feu, charbon de bois et
marginalement les résidus agricoles) qui représente 54% des approvisionnements
nets, soit 2711,5 ktep répartis entre le bois de feu (97,2%) et d’autres formes de
biomasse à savoir, les résidus agricoles pour 2,8%18. Avec cette part, le bois énergie
qui compte dans la production du charbon de bois a un impact important sur les
ressources forestières naturelles.
L’énergie produite par les centrales publiques et des auto-producteurs est passée
de 114 GWh en 2010 à 325 GWh en 2017, dont 226 GWh pour les centrales
publiques seules. Cette production à la hausse qui traduit l’évolution de la demande
est rendue possible grâce à la modernisation des outils, la rénovation et la
construction de nouvelles centrales. Les centrales publiques regroupent les unités
thermiques de la CEB et de la SBEE, et assurent leur production principalement à
partir de ressources thermiques (17,14 ktep de gasoil et 53,13 ktep de gaz naturel).
En 2018, la SBEE a su assurer 1,54% de la demande en électricité de ses clients19,
mais reste extrêmement dépendante des importations d’hydrocarbures avec un taux
d’autosuffisance faible en énergies commerciales. La pénétration du gaz naturel à
partir de 2011 a contribué à améliorer les rendements des centrales électriques et
continue d’exercer un impact positif sur la réduction des émissions de gaz à effet de
serre (GES) au Bénin.
Le développement de la production s’est réalisé avec un mix énergétique plus
diversifié. Ainsi, les centrales thermiques de la SBEE ont fourni 15,7% de cette
production et les centrales hydroélectriques (Yéripao gérée par la SBEE et
Nangbéto gérée par la CEB) ont contribué à hauteur de 7,3%. La part des autoproducteurs (6,8%) est assurée par des sources d’énergie plus diversifiées
constituées de produits pétroliers (fioul et gasoil), de biomasse-énergie (résidus
agricoles). Enfin, l’énergie solaire a apporté 0,4%. En 2017, l’autoproduction
d’électricité était de 98 GWh.
La demande de pointe actuelle est estimée à 240 MW avec une offre disponible
propre de 157 MW et 130 MW de location. Il convient de souligner que les centrales
en location seront démobilisées d’ici la fin de l’année 2019. Sur la période 20102018, la SBEE a mis en service près de 150 MW de nouvelles capacités faisant
passer la puissance installée de 140 MW en 2010 à 287 MW en 2018.
18
19
SIE – Bénin, 2017
SBEE. Rapport statistique annuel 2018 ; avril 2019
SOFRECO – AF-Mercados EMI
44
AT RECASEB
Structure de l'approvisionnement en énergie
électrique en 2017
6,80%
7,30%
0,40%
15,70%
69,90%
Hydroélectricité
Energie solaire
Centrales thermiques SBEE
Autoproducteurs
Importations CEB
Figure 3 : Structure de la production électrique du Bénin en 2017
La Figure 3 illustre la faible proportion des énergies renouvelables dans la structure
de production. Les installations d’éoliennes en ont une part pratiquement nulle.
En 2017, la Communauté Electrique du Bénin (CEB) a approvisionné le Bénin à
hauteur de 69,9% de ses besoins en électricité en 2017, ce qui constitue une
préoccupation majeure. Les importations nettes d’énergie (formelle et informelle) ont
atteint 3494 ktep la même année pour une offre énergétique totale du pays de
5025,9 ktep. Le taux de dépendance énergétique est de 45,9%. Ce déficit se
conjugue avec une vulnérabilité accrue du fait de la dépendance du Bénin vis-à-vis
de ses voisins (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigéria) pour son approvisionnement, situation
qui ne laisse pas assez de perspectives d’industrialisation à court ni à moyen termes
au pays.
2.1.3 Consommation d’énergie
Consommation par forme d’énergie
Le secteur énergétique actuel béninois est caractérisé par l’utilisation des produits
pétroliers qui représentent 52% de la consommation totale d’énergie du pays.
Viennent ensuite la biomasse-énergie, 46% et une quantité marginale d’électricité
qui ne représente que 2% des consommations finales d’énergie 20 comme le montre
la Figure 4. D’autres formes d’énergie à savoir, le gaz naturel, le solaire, etc. sont
aussi utilisées.
20
Rapport SIE-Bénin 2017
SOFRECO – AF-Mercados EMI
45
AT RECASEB
2%
46%
52%
Biomasse
Produits pétroliers
Electricité
Figure 4 : Structure de la consommation finale par forme d'énergie au Bénin en 2017
La consommation finale totale d'énergie du Bénin était d’environ 0,45 tep par
habitant en 2017, pratiquement les 2/3 de la moyenne africaine (0,67 tep), contre
une moyenne mondiale estimée à 1,85 tep et ceci, malgré la légère progression
(5,2%) de la consommation spécifique d’électricité par habitant au cours de la
période 2010-2017 ; 101 kWh par habitant en 201721. Ce faible niveau de
consommation est l’expression de la situation de pauvreté énergétique et sociale qui
caractérise les zones rurales et périurbaines. Il traduit aussi l’insuffisance du taux de
disponibilité des services énergétiques, nécessaire pour le développement des
activités économiques et l’accès à des services sociaux de base pour contribuer à
la réduction de la pauvreté.
Il existe une corrélation entre le niveau de développement économique et la
consommation d’énergie par tête d’habitant qui fait observer que, si le Bénin
maintient le rythme actuel de croissance de la consommation finale d’énergie par
tête d’habitant sans aucune autre dynamique (taux d’accroissement annuel moyen
de 0,65%), il n’atteindra la consommation par habitant de la moyenne africaine que
dans 61 ans, et celle du Nigéria qu’en 90 ans.
Il convient de noter que l’évaluation de la consommation d’électricité ne prend pas
en compte tous les bénéficiaires des kits solaires domestiques pour l’éclairage ni
tous les ménages ayant accès à l’électricité à partir de leurs propres groupes
électrogènes.
Taux d’électrification, d’accès à l’électricité
L'accès aux services d'électricité s’est beaucoup amélioré au Bénin avec un taux
croissant et bien soutenu d'électrification rurale. En effet, le taux d'électrification
nationale en 2017 s’élevait à 29,7 % à l’échelle nationale, à 54,8% en zone urbaine
et à près de 6,6 % en zone rurale22. Le taux d’électrification, bien que très précis, ne
reflète cependant pas la réalité de tous les ménages ayant accès à l’électricité.
En effet, le taux d’accès prend en compte les ménages ayant accès à l’électricité
par des systèmes décentralisés ou en ayant recours à leurs propres moyens de
21
22
Rapport SIE-Bénin, 2017
Rapport SIE Bénin, 2017
SOFRECO – AF-Mercados EMI
46
AT RECASEB
production. Des enquêtes récentes de l’INSAE ont permis d’avoir une bonne
estimation du taux d’accès à l’électricité. Ainsi, les taux d’accès national, urbain et
rural en 2017 sont respectivement de 32,8%, 59,3% et 8,3%.
Consommation d’énergie, par secteur d’activité
La grande partie de l'énergie consommée est utilisée par les transports (49,5%) et
les ménages (39%). Le reste est réparti entre les services (8,8%), l’industrie et
l’agriculture. Ces deux derniers secteurs, créateurs de valeur ajoutée, d’emplois et
de croissance, n’absorbent qu’environ 3 % de la consommation finale. Cette
distribution par secteurs a peu évolué entre 2010 et 2017 et révèle la faiblesse des
secteurs qui créent une forte valeur ajoutée, notamment l’industrie et l’agriculture.
La grande consommation des ménages se justifie par l'utilisation importante du bois
de feu et du charbon de bois pour la cuisson. Cette consommation représente le
profil type des pays non industrialisés où l’essentiel de la consommation de l’énergie
se fait dans les ménages et les transports (Figure 5).
Structure de l'usage de l'énergie par secteur
d'activité en 2017
2%
0,70%
8,80%
39%
49,50%
Ménages
Transports
Services
Industrie
Agriculture
Figure 5 : Structure de l’usage de l'énergie par secteur d’activité en 2017
Analyse sectorielle
Secteur résidentiel
Dans le secteur résidentiel, la biomasse représente près de 96% des parts, alors
que les produits pétroliers, le GPL et l’électricité ont un rôle limité, respectivement
de 1,2%, 0,8% et 2%. L’usage excessif du bois s’explique par des coûts beaucoup
plus bas comparativement à ceux des énergies commerciales (produits pétroliers et
électricité).
Dans ce secteur, l’utilisation de l’électricité répond à des besoins essentiels tels que
l’éclairage, la réfrigération des aliments, le refroidissement de l’air (avec ventilateurs
ou climatiseurs selon la classe de ménage) et les divertissements tels que la
télévision, la radio, les téléphones portables et d’autres produits électroniques. Une
baisse importante du pétrole lampant est notée depuis 2012 grâce aux actions de
promotion des lampes basse consommation (LBC) et à la percée des lampes
torches à piles et celles rechargeables. Malgré cet effet, la croissance de la demande
en électricité reste faible, 1,6% par an.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
47
AT RECASEB
Secteur des transports
Le secteur des transports utilise à 100 %, des énergies fossiles. Au Bénin, le secteur
routier consomme la quasi-totalité de cette énergie, soit 49% des 52% que
représente la part des produits pétroliers dans la consommation finale d’énergie. La
consommation du secteur routier est répartie entre le gazole (36%) et l’essence
(64%)23.
La croissance du secteur du transport est de l’ordre de 13,7% et l’essence est le
carburant le plus utilisé, qui connaît la plus forte progression à savoir 15,5% en
moyenne par an.
Secteur des services
En 2017, ce secteur a consommé 357 ktep, dont 68% de bois de feu, 16% de
charbon de bois, 12% d’électricité, 3% d’autres biomasses et 1% de gaz butane. La
part des petites unités (boutiques, les supermarchés, les boulangeries et les petites
unités de transformation agro-alimentaires, etc.) est de 88% tandis que les PME, les
hôtels et restaurants représentent respectivement 9% de la consommation d’énergie
et 69% de la consommation d’électricité de ce sous-secteur. Les sociétés et offices
de l’Etat ne représentent que 3% de la consommation finale d’énergie et 27% de la
consommation finale d’électricité.
L’électricité consommée dans le secteur a néanmoins augmenté avec un taux
d’accroissement annuel de 7,6%, mais sa part relative est restée pratiquement
stable entre 2010 et 2017 avec environ 11% de la consommation finale totale.
Secteur industriel
La consommation du secteur industriel est passée de 59,23 ktep à 63,54 ktep entre
2010 et 2017, soit une augmentation de 7,27%. Ce secteur est caractérisé par une
part importante de l’électricité (35%) et du coke de pétrole (32%). La part de la
biomasse énergie est également assez importante et représente près de 15% de la
consommation totale. L’usage de l’électricité par le secteur industriel est, cependant,
relativement faible.
En 2017, les résidus agricoles, le fioul, le coke de pétrole et l’électricité
représentaient plus de 90% de la consommation finale du secteur de l’industrie. Ce
sont les cimenteries qui constituent la branche la plus grosse consommatrice
d’énergie avec près de 71% de la consommation finale, suivies des brasseries avec
près de 7%. Les cimenteries constituent également le plus gros sous-secteur de
consommation d’énergie électrique avec près de 55% de la consommation totale
d’électricité du secteur.
Secteur agricole24
Ce secteur ayant changé de statut, la consommation du secteur a connu un
changement à la fois structurel et quantitatif. Les principales formes d’énergies
consommées sont le gazole (88%), l’électricité (8%) et le pétrole lampant (4%).
L’agriculture reste, avec l’industrie, marginale dans la consommation électrique. De
plus, le secteur agricole n’est pas mécanisé, ce qui traduit un faible développement
de ces secteurs.
Le jet A1 utilisé dans le transport aérien n’est plus comptabilisé dans la consommation intérieure du
secteur des transports depuis 2013.
24
Depuis 2017, les usines d'égrenage de coton sont classées dans le secteur agricole, selon la nouvelle
nomenclature de l'INSAE.
23
SOFRECO – AF-Mercados EMI
48
AT RECASEB
Les tarifs d’électricité
Le régime de facturation résidentielle de la SBEE s’effectue en tranches
progressives à savoir, la tranche sociale (pour les consommations inférieures à 20
kWh par mois), la tranche 1 (pour les consommations comprises entre 21 et 250
kWh) et la tranche 2 (pour les consommations supérieures à 251 kWh mensuelles) 25.
Ces tranches sont respectivement facturées aux prix de 78, 109 et 115 FCFA. Les
tarifs sont stables, en monnaie courante, depuis plusieurs années. Les petites
entreprises sont facturées à 111 FCFA, les services à 94 FCFA et les industries
pures à 78 FCFA. Le FCFA étant lié à l’Euro, l’inflation est faible. Ces prix constituent
un enjeu majeur, d’une part, pour les entreprises et leur compétitivité, surtout pour
les industries électro-intensives ; et, d’autre part, pour les ménages qui voient leur
pouvoir d’achat influencé par ces prix. La différence entre les revenus n’étant pas
prise en compte, ces prix moyens appliqués par tranche de consommation peuvent
masquer une hétérogénéité importante des types de consommateurs.
En effet, la tarification se faisant par blocs, elle peut avoir des effets inverses sur les
populations les moins riches et sur les petits consommateurs. Par conséquent,
l’impact de la politique de tarification peut être controversé du fait que les ménages
les plus précaires n’en bénéficient pas ; ce qui ne contribue pas à la promotion d’une
utilisation rationnelle de l’énergie de façon générale.
L’intensité énergétique
L’intensité énergétique est un indicateur d’efficacité énergétique. Il peut se calculer
pour un pays, mais aussi pour chaque secteur d’activité. C’est un indicateur de
référence par lequel passent toutes les analyses de long terme dans le domaine
énergétique. Une évolution à la hausse de l’intensité énergétique d’un secteur traduit
en général une mauvaise maîtrise des consommations d’énergie dans ce secteur.
De 2010 à 2014, ce paramètre a connu une légère baisse qu’on pourrait interpréter
comme une amélioration. Cette décrue est en réalité la conséquence des crises
énergétiques qui se sont intensifiées avec les flambées des cours de pétrole et
électriques au Bénin, elles aussi intensifiées depuis 1998 au fil des ans avec les
délestages quotidiens qui pénalisent gravement les activités économiques du pays
et altèrent le bien-être des populations. A partir de 2014, une dégradation du
paramètre l’a fait atteindre un point haut de 0,61 en 2016 avant de commencer par
s’améliorer, expliquant une consommation d’énergie qui augmente plus vite que
l’activité économique (Figure 6). Cela a bien sûr des conséquences aussi bien sur
la croissance économique que sur l’environnement du pays.
Leonide Michael SINSIN. Economie de l’énergie et accès à l’électricité : Trois essais sur le Bénin.
Thèse de doctorat, décembre 2017
25
SOFRECO – AF-Mercados EMI
49
AT RECASEB
0,65
0,61
0,60
0,60
0,55
0,54
0,51
0,50
0,49
0,50
2012
2013
0,50
0,48
0,45
0,40
2010
2011
2014
2015
2016
2017
Figure 6 : Intensité énergétique nationale en tep par 1000 USD
Source : SIE-Bénin, 2017
Les données d’intensité énergétique par secteur d’activités n’existent pas dans les
statistiques béninoises. Elles ont donc été calculées, à partir des données de la
Banque mondiale, afin d’identifier les secteurs d’activités prioritaires dans lesquels
une politique de maîtrise des consommations pourrait être mise en œuvre. Pour la
Banque mondiale, le PIB du secteur des services comprend la valeur ajoutée dans
le commerce de gros et au détail (y compris les hôtels et restaurants), les transports,
les services gouvernementaux, les services financiers, professionnels et personnels
tels que l'éducation, les soins de santé et les services immobiliers, les frais de
services bancaires à payer, les droits sur les importations et les TVA.
Les figures suivantes présentent les différentes tendances obtenues.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
50
AT RECASEB
Intensité électrique dans le secteur
industriel (GWh_él par 1000 USD)
0,200
Intensité électrique dans le secteur
des services (GWh_él par 1000 USD)
0,115
0,110
0,105
0,100
0,095
0,090
0,085
0,150
0,100
0,050
0,000
20102011201220132014201520162017
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Intensité énergétique dans le secteur des
transports (tep par 1000 USD)
0,50
0,40
0,30
0,20
0,10
0,00
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Figure 7 : Intensités énergétiques et électriques des secteurs des industries et des
services26
La Figure 7 montre que les intensités électriques des secteurs industriels et des
services tournent respectivement autour de 0,113 et 0,104 entre 2010 et 2017, avec
de brusques chutes par endroits. La forme en dents de scie de l’intensité électrique
du secteur des services entre 2011 et 2015 est due à la crise qui a secoué ce
secteur, ce qui a contribué au ralentissement de sa croissance.
Pour le Bénin, l’intensité énergétique est de 0,27 sans la biomasse et de 0,60 avec
la biomasse, ce qui illustre la faible efficacité de l’utilisation traditionnelle de la
biomasse, qui constitue pourtant près de la moitié de la consommation totale
d’énergie au Bénin.
Il convient de souligner que l’analyse prospective de la demande électrique ne sera
pas effectuée à partir des intensités énergétique et électrique, qui mesurent
seulement un ratio de poids, mais en utilisant plutôt l’élasticité de la consommation
par rapport au PIB, qui est une mesure de l’accélération de la croissance et peut
donc être utilisé à des fins de prévision.
Il faut également noter que les taux de croissance des consommations d’électricité
des secteurs industriel et de service sont respectivement de 7,84% et 5,39% pour
des croissances de PIB respectives de 4,32% et 5,22% entre 2010 et 2017 ; et que,
pour la même période, la croissance de la consommation du secteur des transports
est de 9,58% pour une croissance du PIB de 5,22%. Cette situation explique la
difficulté du pays à maintenir constamment la croissance du développement
économique dans ces secteurs, indiquant que chaque année les consommations
énergétiques tendent à croître plus rapidement que la production économique de
ces secteurs d’activités.
Les estimations émanent du consultant. Elles sont faites à partir des données croisées de la BM et du
SIE-Bénin 2017
26
SOFRECO – AF-Mercados EMI
51
AT RECASEB
2.1.4 Pertes sur le réseau électrique
En 2018, le rendement du réseau électrique de la SBEE s’est amélioré de 0,90%
par rapport à 2017, ce qui a entraîné la réduction du taux de pertes (techniques et
commerciales) de 23,09% à 22,40% entre 2017 et 2018, soit un point de 0,69 et une
baisse de 2,99% malgré les efforts déployés par la SBEE, bien que ce taux ne soit
pas le plus élevé de la région.
Ce niveau de pertes suggère l’urgence d’une véritable stratégie de Maîtrise des
Pertes, en particulier non techniques. Ces pertes non techniques concernent
essentiellement le commercial ; elles résultent de l’exploitation et du vol d’électricité
pour lesquelles des plans d’actions efficaces doivent être mis en place.
En 2017, les pertes constatées sur le réseau interconnecté de la SBEE se sont
élevées à 297,7GWh ; elles sont supérieures à la production d’électricité de
l’ensemble des unités de la SBEE qui ne sont que de 87,6 GWh27. Une comparaison
des pertes sur les réseaux de la SBEE et de la CEB permet de déduire que les
pertes de la SBEE sont bien supérieures à celles de la CEB 28.
En raison de nouveaux branchements sur le réseau, les pertes vont probablement
s’accentuer sauf si de nouvelles infrastructures sont construites pour soutenir
l'augmentation prévue de la demande.
Il ressort de cette analyse que le Bénin dispose d’un fort potentiel en ressources
naturelles dont l’exploitation n’est pas encore efficace pour l’attente des ODD.
Analyse du cadre stratégique du sous-secteur
de la maîtrise d’énergie
Plusieurs documents de politique et stratégies ont été élaborés au Bénin. En 2004,
le gouvernement du Bénin a adopté le document dénommé « Politique et Stratégie
Énergétique du Bénin ». D’autres tels que Bénin Alafia (2006-2025), Document de
politique et de stratégie de développement du secteur de l’énergie électrique au
Bénin (2007), Stratégie et plan d’actions d’économie d’énergie dans les bâtiments
administratifs (2007), Plan stratégique de Développement du Secteur de l’Energie
au Bénin (2009), Plan stratégique du secteur de l’énergie au Bénin (2009) ont été
également adoptés.
Dans le sous-secteur de l’efficacité énergétique, beaucoup d’actions ont été
entreprises par les acteurs pour peu de résultats atteints.
En adoptant les politiques et stratégies de développement des énergies
renouvelables et d’efficacité énergétique de la CEDEAO, le Bénin est bien conscient
du rôle prédominant que joue l’énergie dans l’économie d’un pays. Il s’est donc
engagé à élaborer et à mettre en œuvre des politiques nationales basées sur les
accords régionaux et internationaux afin d’améliorer, de façon convenable, la
situation de l’EE et des énergies renouvelables. Ainsi, des plans d’actions nationaux
pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique
PANER/PANEE ont été élaborés en même temps que l’initiative Énergie Durable
pour Tous (SE4ALL-Bénin).
27
28
SBEE, Rapport statistique annuel 2018
SIE-Bénin, 2017
SOFRECO – AF-Mercados EMI
52
AT RECASEB
D’une manière générale, les principaux documents cadres qui affichent les
ambitions de développement du Bénin font du secteur énergétique une priorité.
Dans les « Orientations Stratégiques du Développement du Bénin (OSD) »,
l’Orientation Stratégique 3 dédiée au développement des infrastructures
économiques et sociales au Bénin, consacre un axe stratégique au renforcement
des capacités énergétiques du pays.
Les principales lignes qui y sont proposées sont :
 L’amélioration de la qualité et du volume de l’offre d’énergie électrique et la
privatisation effective du secteur ;
 L’incitation des opérateurs privés à s’impliquer dans sa production ;
 La réalisation des interconnexions CEB (Bénin-Togo) - NEPA (Nigeria) et
Nord Togo - Nord Bénin ;
 La construction des barrages hydroélectriques de Dyodyonga et d’Adjralala ;
 La diversification des sources et types d’énergie. Plus particulièrement, en
matière d’énergie rurale, les sources d’énergie alternative telles que l’énergie
solaire et la biomasse seront explorées.
Dans la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP), le
Gouvernement décline dans l’axe stratégique n°2, les principaux objectifs en matière
d’énergie :
 La création d’un cadre institutionnel, juridique et réglementaire adéquat ;
 La consolidation de la mise en place d'un système d'information énergétique
en vue d’acquérir des outils d'aide à la décision en matière de politique
énergétique ;
 La promotion de l'utilisation rationnelle de l'énergie dans tous les secteurs
d’activités
 La diversification des sources d’énergies domestiques ;
 La mise en valeur des ressources énergétiques nationales économiquement
rentables ;
 L’amélioration du système de tarification ;
 La réduction du délai de branchement électrique.
Par ailleurs, dans la perspective d’accompagner les ambitions de développement du
Bénin par une politique énergétique conséquente, la Présidence de la République a
mis en place en 2008, le Groupe de Réflexion sur la Vision du Secteur de l’Energie.
Les travaux de ce groupe ont permis de dégager des objectifs de production, de
demande et de couverture énergétique, sur la base de plusieurs scénarios dont le «
Scénario Bénin Emergent ». En matière d’accès à l’électricité, ce scénario visait à :
 Porter le taux d’électrification en zones urbaines à 76% en 2015 et 95% en
2025 contre 51,6% en 2005 ;
 Porter le taux d’électrification en zones rurales à 36% en 2015 et 65% en 2025
contre 2% en 2005 ;
La consommation totale d’électricité passerait donc de 560 GWh en 2005 à 1 647
GWh en 2015 et 3 781 GWh en 202529.
L’efficacité énergétique visait de manière globale à « Contribuer, grâce à une
utilisation rationnelle de l’énergie, à l’amélioration de la compétitivité, de la balance
commerciale et à la préservation de l’environnement au Bénin ». A travers cet
29
Plan stratégique du développement du secteur de l’énergie, 2009
SOFRECO – AF-Mercados EMI
53
AT RECASEB
objectif, une gestion saine des coûts d’énergie était envisagée, ce qui aurait permis
de diminuer les coûts des services privés et étatiques et d’être compétitif à tout point
de vue.
Avec toutes ces différentes initiatives, le Bénin se doit de mettre en place un véritable
dispositif de suivi et d’appropriation de ces projets nationaux et régionaux pour qu’ils
bénéficient pleinement au pays, mais beaucoup de blocages subsistent encore au
développement de la maîtrise d’énergie au Bénin ; ils sont présentés dans les
sections qui suivent.
2.2.1 Barrières et obstacles au développement de la maîtrise de
l’énergie au Bénin
Beaucoup de barrières entravent le développement de la maîtrise d’énergie au
Bénin. Les barrières désignent tout ce qui s’oppose à la diffusion des biens d’usage
efficace de l’énergie. Il peut s’agir de défaillances de marché ou de simples
obstacles. Les sections qui suivent présentent ces différentes barrières et les
mesures de mitigation possibles.
Au niveau du système électrique
Le taux global de perte des pays comme le Cameroun, le Niger et la Côte d’Ivoire
varie entre 10 à 12%. Ces pertes englobent des pertes techniques et non techniques
et avoisinent les 23% au Bénin.
Les pertes techniques enregistrées sont imputables à la faible normalisation de la
longueur des réseaux urbains et ruraux, à la faible optimisation du système de
distribution et au transit d'énergie réactive. Elles sont évaluées en faisant la
différence entre les injections et les soutirages entre les différents niveaux. La
réduction de ces pertes passe par l’amélioration .de l’efficacité et de l’exploitation
des outils de production.
Les pertes non techniques sont imputables aux branchements clandestins, à
l'utilisation frauduleuse de l'énergie électrique. C'est en fait de l'énergie consommée
non facturée. En dehors des fraudes, ces pertes peuvent provenir aussi bien de
compteurs défectueux voire inadaptés et des absences de mesure. Par ailleurs, les
pertes de facturation liées aux erreurs de lecture et aux coefficients de facturation
erronés font perdre de l'argent à la SBEE. Enfin, les factures impayées constituent
aussi des pertes de recouvrement. Les origines de ces pertes n’étant pas toujours
évidentes, elles ne peuvent être mesurées précisément. Des mesures et des
contrôles sur le terrain aident à les réduire. Ces opérations sont relativement
difficiles et complexes et nécessitent de l’organisation et de la méthode.
L’autre faiblesse au niveau de l’inefficacité du système électrique béninois concerne
le rendement de production thermique qui est relativement bas (inférieur à 40%).
Au niveau des énergies renouvelables
L'absence d'un environnement favorable clair pour la production de l'électricité à
base des ressources d’énergies renouvelables a pendant longtemps empêché le
Bénin d'exploiter pleinement son potentiel identifié et ce, à travers des
investissements dans le secteur. Il existe des actes, des faits et des gestes pris par
les gouvernements successifs pour mieux réglementer les investissements dans les
EnR au Bénin, mais le problème est que le pays ne disposait pas encore d'un cadre
national solide pour promouvoir les énergies renouvelables et il y avait une
SOFRECO – AF-Mercados EMI
54
AT RECASEB
insuffisance de capacités humaines pour soutenir le développement d'une industrie
commercialement viable des énergies renouvelables. La réglementation n’excluait
pas le développement des investissements dans les EnR, mais aucune politique
spécifique visant à promouvoir les énergies renouvelables n’était mise en place. Il
n'existait pas non plus de cadre juridique ou réglementaire en vigueur pour les
projets d'énergies renouvelables, ni de mécanisme accordant des tarifs préférentiels
ou l'accès au réseau à des taux préférentiels pour les producteurs d'énergie.
Actuellement, un effort est fait pour améliorer l’environnement des EnR à travers
plusieurs textes et lois qui sont pris et d’autres qui sont en cours dans le soussecteur. La Loi n°2016-24 du 28 juin 2017 - PPP portant cadre juridique du
partenariat public‐privé (PPP) en République du Bénin et la PONADER pourraient
faciliter les investissements dans le domaine des EnR. De plus, avec l’actuelle Loi
sur les EnR, en cours d’élaboration, une solution sera trouvée au problème.
Au niveau de l’Efficacité Energétique
La nécessité de sensibiliser et de renforcer les capacités des parties prenantes est
un atout majeur dans la réussite des projets d’efficacité énergétique.
Les obstacles et risques qui peuvent être associés à l’aspect financier dans ce
domaine sont :
 La disponibilité limitée du capital et l’absence du rôle du système bancaire
local dans le domaine ;
 Le manque d’un financement des investissements pouvant inciter la création
d’entreprises éco énergétiques ;
 Les coûts élevés des transactions liés à l’identification et à l’installation
d’équipements efficaces ;
 Les fluctuations liées au prix de l’énergie.
Les défis à relever consistent donc à mobiliser le financement nécessaire pour la
mise en œuvre des projets d’efficacité énergétique.
Au niveau des capacités techniques et de la disponibilité de l'information.
Les capacités techniques liées à la planification, au développement, au financement
et à l'exploitation de projets d'énergie renouvelable et d’EE dans les secteurs public
et privé au Bénin sont insuffisantes surtout dans le secteur privé national. Certaines
sources d'énergie renouvelables (éolienne, solaire, biomasse) sont perçues comme
difficiles à gérer en raison de la variabilité de la production d'électricité. En outre, des
sources de production d'énergie spécifiques, telles que la biomasse renouvelable,
nécessitent une main d’œuvre qualifiée.
Cette situation constitue une limite pour les différents projets et pourrait justifier le
faible niveau de mise en œuvre des objectifs convenus dans les PANER/PANEE et
les agendas SE4ALL. Il est donc utile de promouvoir le transfert de technologie et la
formation professionnelle pour développer une main d’œuvre qualifiée. Cette
condition est un préalable pour la réussite de tout projet de maîtrise d’énergie.
Au niveau de la rentabilité des investissements
Les projets de développement du secteur de l’électricité (projets d’aménagement
hydroélectrique, de construction de centrale thermique, de construction de ligne de
transport, etc..) nécessitent de lourds investissements dont la mobilisation est
parfois difficile à cause des problèmes de rentabilité des projets. Le problème de
rentabilité est surtout lié dans notre contexte à la faiblesse de la demande potentielle
SOFRECO – AF-Mercados EMI
55
AT RECASEB
d’électricité qui reste essentiellement domestique et dont l’évolution est conditionnée
par le pouvoir d’achat des populations. Mais au-delà de la faiblesse de la demande
potentielle d’électricité et des problèmes d’organisation et réglementaires, les
capacités des pouvoirs publics et des entreprises du sous-secteur de la maîtrise
d’énergie sont aussi limitées par le système de tarification de l’électricité trop rigide,
le manque d'efficacité dans la gestion des activités du secteur, la propension des
agents économiques locaux vers les activités spéculatives pour des raisons de
ressources limitées ou de recherche de rentabilité financière à court terme.
En somme, le passage de la décision à la réalisation d’un programme de maîtrise
d’énergie dépend essentiellement de la capacité de financement. L'intérêt pour les
pouvoirs publics de s’investir dans la maîtrise d’énergie, et le fait que cette dernière
conduit à l'amélioration de la compétitivité économique, conduit ces pouvoirs publics
à, d'une part, créer un cadre législatif et réglementaire qui facilite le développement
du sous-secteur et, d'autre part, mettre en place un système d'incitation financière
aux investissements, soit sous forme directe (subventions), soit par la participation
ou le soutien à des mécanismes financiers originaux facilitant ces investissements.
Les critères usuels de calcul économique facilitent l’évaluation de la rentabilité des
investissements dans l’efficacité énergétique. En comparaison, les déterminants des
comportements d’utilisation de l’utilité sont moins accessibles et difficilement
mesurables. Pour cette raison, l’étude de la maîtrise de l’énergie a souvent été
réduite à la seule efficacité énergétique.
Analyse des actions entreprises et en cours
dans le domaine de la maîtrise d’énergie
2.3.1 Actions de maîtrise d’énergie entreprises et en cours dans
le secteur de l’électricité
Des projets et programmes ont été mis en œuvre et d’autres sont en cours de
réalisation au Bénin dans le domaine de la maitrise de l’énergie. Les sections
suivantes présentent les différents projets et programmes relatifs à l’efficacité
énergétique, exécutés et en cours d’exécution au Bénin.
Projets gouvernementaux
Redressement et Suivi des Consommations Electriques du Secteur public
(RESUCE) ; 1995 – 2004
Lancé par le Ministère en charge de l’énergie à travers la Direction générale de
l’énergie (DGE), le projet RESUCE a bénéficié du soutien de l’Institut de l’Energie et
de l’Environnement de la Francophonie (IEPF) dans son élaboration. Son objectif
était de promouvoir l’efficacité énergétique dans les bâtiments administratifs aux fins
de réduire la facture électrique de l’État par la réduction de la consommation
d’électricité de l’Administration publique. Les principales activités sont :
 Collecte des factures d'électricité des bâtiments publics auprès de la SBEE et
centralisation à la Cellule du projet RESUCE pour traitement ;
 Saisie des factures et correction des anomalies de facturation ;
 Analyse des consommations et optimisation des contrats ;
 Vérification des conditions administratives et techniques de prise en compte
des abonnements ;
 Fixation des objectifs de consommation ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
56
AT RECASEB
 Suivi des consommations et vérification du respect des objectifs.
Financement : Budget national
Résultats obtenus
 Audits énergétiques de 44 bâtiments administratifs publics (gains de 168
millions FCFA) ;
 Installation de plus de 400 kVAr de batteries de condensateurs sur des sites
administratifs (gains de 125 millions de FCFA) ;
 Campagnes de sensibilisation dans toutes les structures administratives
publiques ;
 Mise en place d’un fichier central informatisé sur un logiciel de gestion
d’énergie (RESUCIEL) afin de créer une banque de données des
consommations d’électricité pour le suivi systématique des factures de l’État.
Cellule chargée du redressement de la facturation, du suivi et de l’optimisation des
consommations électriques du secteur public (CRESUCE) ; 2004 – 2008
Lancée à partir de 2004 à la DGE pour la pérennisation des acquis du RESUCE.
Financement : Budget national (2 millions de FCFA/an)
Résultat obtenu
 Actualisation des travaux d’audits énergétiques des bâtiments publics réalisés
;
 Suivi de la mise en œuvre des mesures dans cinq (05) bâtiments pilotes ;
 Élaboration d’une stratégie d’efficacité énergétique dans les bâtiments
publics.
Projets issus des accords bilatéraux et internationaux
Projet de Fourniture de Services d’Energie (PFSE) ; 2005 – 2010
La composante « Efficacité Énergétique » a été chargée d’apporter un soutien
technique et financier à la CRESUCE de la DGE dans sa mission d’Agent-Énergie
de l’Administration Publique. Cela a permis réaliser des études et activités visant
l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les bâtiments administratifs.
Financement : IDA, NDF, BOAD, Gouvernement du Bénin, SBEE et CEB
Résultat obtenu
 Sensibilisation des chefs matériels de l’administration publique aux principes
de gestion de l’énergie, création et formation des comités de gestion de
l’énergie (CGE) dans les ministères et institutions de la République ;
 Installation de batteries de condensateurs sur 14 sites administratifs pour le
redressement de leur facteur de puissance
 Pose de dispositifs de coupure automatique pour la limitation de la
consommation d’électricité dans 80 bureaux de l’administration publique ;
 Elaboration d’un document de Code d’EE des bâtiments pour l’administration
publique ;
 Initiation des entreprises énergétiques du secteur privé à l’efficacité
énergétique.
Développement de l’Accès à l’Énergie Moderne (DAEM) ; 2010 – 2016
SOFRECO – AF-Mercados EMI
57
AT RECASEB
Le sous-volet Efficacité Énergétique a pour objectif principal d’accroître la fiabilité et
l’efficacité de l’accès aux services d’énergie moderne au Bénin. Il s’agit de :
 Promouvoir l’éclairage efficace et les équipements électriques efficaces ;
 Etablir et adopter les normes d’efficacité énergétique pour les ampoules et les
climatiseurs et mettre en place un système d’étiquetage et des labels pour
ces équipements électriques au Bénin ;
 Faire adopter les Normes et l’étiquetage énergétique par le Conseil des
Ministres et mettre en œuvre un plan spécifique de communication et un projet
pilote d’étiquetage des lampes et climatiseurs au Bénin.
Les gains énergétiques estimés sont : la réduction de la demande de pointe
électrique d’environ 10 MW pour une économie d’énergie électrique de 18 GWh.
Financement : Don du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) pour un montant
de 2 millions USD pour le volet EE.
Résultat obtenu
 Renforcement de la capacité technique et managériale des agences
publiques et des acteurs privés du marché ;
 Développement des actions de communication pour la promotion des AFC et
des équipements efficaces ;
 Acquisition et distribution à prix subventionnés de 340 000 LBC aux ménages
abonnés de la SBEE dans les localités de Cotonou, Parakou, Abomey et
Bohicon ;
 Conception d’un logiciel de gestion de la distribution et du suivi des
statistiques de vente des LBC ;
 Sensibilisation et formation des importateurs, distributeurs, grossistes et
semi-grossistes par ville cible pour la mise en place des chaînes de
distribution des équipements efficaces (ampoules fluorescentes compactes,
climatiseurs et réfrigérateurs efficaces et de qualité) ;
 Réalisation d'une étude sur les Normes et l'étiquetage énergétique des
lampes, climatiseurs et réfrigérateurs
 Adoption des Normes Minimales de Performance Energétique (NMPE)
élaborées par le Comité Technique sectoriel de Normalisation et le Conseil
National de Normalisation ;
 Acquisition, installation et opérationnalisation d'un laboratoire de test des
ampoules au Bénin.
Projet d’accès aux services énergétiques (PASE), en cours… 2017 – 2022
L’objectif du sous-volet EE est de mettre l’accent sur l’optimisation des performances
dans le secteur de l’énergie, mais également sur l’amélioration de la gouvernance
et du fonctionnement de la compagnie nationale d’électricité. De manière spécifique,
le projet contribuera à optimiser les performances opérationnelles de la SBEE en
limitant les pertes commerciales et techniques, à entretenir une dynamique positive
en faveur du sous-secteur de la biomasse et à tracer une feuille de route pour
développer progressivement et durablement le secteur de l’énergie tout en
renforçant les capacités des principaux acteurs.
Financement : IDA
Résultat attendu
Acquisition et distribution de lampes DEL pour l’éclairage public
SOFRECO – AF-Mercados EMI
58
AT RECASEB
Millenium Challenge Account, 2ème Compact (MCA Bénin 2), en ours, 2017 2022
Ses sous-activités « Réforme des politiques et renforcement des Institutions » et «
Energie Propre Hors réseau » (en cours) visent à réduire non seulement les coûts
globaux pour les consommateurs d’électricité mais également les demandes en
énergie électrique du réseau et hors-réseau, créant ainsi de la disponibilité pour
améliorer l’accès de l’électricité à un nombre plus élevé de ménages.
Les activités sont :
1- Réformes de politiques et renforcement des Institutions pour la promotion, de
manière durable, de l’EE au Bénin :
 étendre, renforcer et veiller à la mise en œuvre des normes et de l’étiquetage
énergétique des équipements électriques au Bénin ;
 organiser la promotion des produits efficaces, à travers l’information, la
formation, la communication et la distribution des lampes efficaces aux
ménages ayant accès à l’électricité ;
 appuyer les structures administratives et/ou industrielles pour la mise en place
d’un système de management de l’énergie basée sur la norme ISO 50001;
2- Appui et financement des promoteurs de projets visant la mise en œuvre de
mesures d’EE à travers la Facilité d’Energie Propre Hors-Réseau (O - Off-grid
Clean Energy Facility).
Financement : Gouvernement américain
Résultat attendu
 Expansion et renforcement des normes et du programme d'étiquetage
énergétique au Bénin ;
 Audits énergétiques et gestion de la demande d'électricité dans 20 structures
administratives et 10 structures industrielles ;
 Information, Education et Communication sur l’efficacité énergétique ;
 Mesures d’efficacité énergétique au niveau de l’administration publique ;
 Mesures d’efficacité énergétique au niveau des petites et moyennes
entreprises, des hôtels et des industries ;
 Projets d’éclairage public efficace ;
 Nouvelles acquisitions d’équipements de climatisation ou d’éclairage de
meilleure efficacité énergétique dans les bâtiments administratifs ;
 Diffusion de produits efficaces au niveau du secteur résidentiel.
Ces activités devraient générées des économies d’énergie due à la gestion de la
demande (EEDSM and DG programs), de 422 GWh/an en 2026 et une réduction de
la demande de pointe de 62 MW en 2026.
Renforcement des Capacités des Acteurs du Secteur de l’Energie du Bénin
(RECASEB) en cours ; 2016 – 2020
Le projet apporte un appui conseil et développement des capacités des acteurs du
secteur de l’énergie au Bénin. Il s’agit de redonner les moyens aux acteurs du
secteur et de ses principaux sous-secteurs pour jouer leur rôle de définition et de
mise en œuvre des politiques de stratégies sectorielles (électricité, biomasse,
promotion des énergies renouvelables, amélioration de l’efficacité énergétique,
règlementation et régulation, planification, élaboration de politiques et de stratégies,
SOFRECO – AF-Mercados EMI
59
AT RECASEB
promotion du partenariat public-privé, etc.), dans toutes les thématiques pertinentes
de l’initiative SE4All (accès, énergies renouvelables, efficacité énergétique).
De manière spécifique, il s’agira d’améliorer le cadre institutionnel du secteur au
niveau réglementaire et organisationnel et accompagner/encourager les réformes.
Financement : UE
Résultat attendu
 Faire réaliser des études institutionnelles, organisationnelles, politiques et
stratégiques, de planification, de faisabilité ;
 Aider à l’amélioration de l’efficacité dans les institutions publiques par la
collecte, le traitement et la diffusion des données et des documents ;
 Contribuer à lutter contre la pauvreté en favorisant l’atteinte des objectifs de
l’initiative SE4All (accès, énergies renouvelables, efficacité énergétique)
Program “Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance” - (SUNREFAO)
L’objectif de SUNREF est d’aider les entreprises de la région à saisir les opportunités
créées par la transition écologique. Il s’agit de mobiliser les banques publiques et
privées dans les pays partenaires pour financer les investissements dans le secteur
privé (entreprises et particuliers) qui assurent une plus grande utilisation des
technologies vertes et des énergies durables à travers le choix des équipements de
meilleure qualité, et d’accroître leur compétitivité grâce à une meilleure gestion de
l’énergie et une prise en compte de l’environnement.
Financement : AFD
Résultat obtenu
Accompagnement d’une usine de production de jus de fruit à Allada pour
l’amélioration de l’EE de sa ligne de production à travers le remplacement de cette
par une autre plus efficace.
Projets régionaux
Projet de Code modèle d’efficacité énergétique dans les bâtiments des pays de
l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ; 2014 - 2016
Ce projet permettra, à termes, d’élaborer un code régional d'efficacité énergétique
des bâtiments (CEEB) qui servira de modèle à l’intégration des exigences minimales
en matière d’EE dans les normes de construction des pays de l’UEMOA et qui
contribuera ainsi à réduire les émissions de dioxyde de carbone, grâce à
l'amélioration des performances énergétiques des bâtiments neufs des secteurs
résidentiel, institutionnel et commercial.
Financement : Fonds de Développement Energie (FDE)/UEMOA, Renewable
Energy and Energy Efficiency Partnership (REEEP), Institut de la Francophonie pour
le développement durable (IFDD), Econoler.
Résultat atteint
 Élaboration d’un document de code d’EE pour les bâtiments des Étatsmembres de l’UEMOA ;
 Mise à disposition des États-membres, une directive régionale, transposable
au niveau national.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
60
AT RECASEB
Programme d’étiquetage énergétique d’appareils électroménagers dans l’espace
de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ; 2014 – 2016
Le projet constitue la deuxième phase du programme d’étiquetage mis en œuvre en
2012-2013 dans l’espace UEMOA. Il a pour objectif, à long terme, d’améliorer l’EE
des équipements électriques utilisés dans les bâtiments résidentiels et publics par
l’adoption de normes et d’étiquetage pour les lampes électriques, les climatiseurs et
les réfrigérateurs dans les pays de l’UEMOA.
Financement : Fonds de Développement de l’Electrification (FDE)/UEMOA, l’Institut
Francophone pour le Développement Durable (IFDD), Econoler.
Résultat obtenu
 Élaboration d’un document de Normes de performance énergétique (NMPA)
pour les appareils électriques domestiques dans les États-membres de
l’UEMOA ;
 Mise à disposition des États-membres, une directive régionale, transposable
au niveau national.
Amélioration de la Gouvernance du Secteur des Energies Renouvelables et
l’Efficacité Énergétique (AGoSEREE-AO) dans les Etats membres de la
Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest et la Mauritanie, en
cours ; 2018 - 2020
Le projet permet d’appuyer la mise en œuvre des normes minimales de performance
énergétique (NMPE) régionales existantes pour les appareils électriques, élaborer
un projet de NMPE régionales pour d’autres appareils et procéder à une évaluation
des installations d’essais et l’étiquetage des appareils en Afrique de l’Ouest, en
général, et dans les États membres de la CEDEAO en particulier.
Financement : GIZ
Résultat attendu
Promotion des normes et étiquetage régionaux relatifs à l'efficacité énergétique (EE)
pour deux ou trois appareils électriques, en dehors des lampes, climatiseurs et
réfrigérateurs.
Projet d’Efficacité Energétique dans le secteur industriel (PEEI) dans les pays
francophones de la CEDEAO, en cours ; 2017 - 2020
Il s’agira, avec ce projet d’accélérer le développement d’un marché de l’EE dans le
secteur industriel, renforcer les capacités des acteurs clés, conformément à la
politique d’EE de la CEDEAO (PEEC) et contribuer à l’effort mondial de réduction
des GES par l’adoption de pratiques et de mesures d’EE dans le secteur industriel
notamment par la mise en œuvre ou l’adaptation de la norme ISO 50001.
Financement : Gouvernement du Québec, à travers le Fonds vert.
Résultat attendu
 Accroître l’intérêt des États-membres pour la création d'entreprises de service
énergétiques (ESE), l’utilisation de contrats de performance énergétique
(CPE) et l’adoption de systèmes de gestion de l’énergie ;
 Accroître les capacités des décideurs politiques et des autres acteurs
pertinents dans l’élaboration des mesures et des initiatives de développement
de marché de l'EE dans le secteur industriel ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
61
AT RECASEB
 Accroître l’intérêt des gestionnaires et des responsables techniques
d'entreprises industrielles dans les pays-cibles à mettre en place un système
de management d'énergie (SME) dans leurs usines ;
 Susciter la mise en place d’un système de management de l'énergie selon la
norme ISO 50001 ou l’un de ses dérivés dans des entreprises
manufacturières des pays cibles.
Programme de développement des énergies renouvelables et de l’Efficacité
énergétique (PRODERE/IRED) – Phase 1
Le volet EE du projet consiste à l’installation de 1 303 LBC de type LED pour le
remplacement des lampes SHP de l’éclairage public
Financement : UEMOA
Résultats atteints :
Substitution de 1 303 lampes à SHP par des LBC de type LED dans l’éclairage public
à Cotonou. L’évaluation des impacts en termes de réduction de puissance et
d’économie d’énergie n’a pas été réalisée.
Programme régional d’économie d’énergie – Composante 2 (PREE/IRED)
La mise en œuvre du volet a permis la diffusion de lampes à basse consommation
dans les établissements et administrations publics de l’espace UEMOA.
Financement : UEMOA
Résultats atteints :
Distribution de 3 361 LBC de type LED dans l’administration publique béninoise.
L’évaluation des impacts en termes de réduction de puissance et d’économie
d’énergie n’a pas été réalisée.
2.3.2 Actions de maîtrise d’énergie entreprises et en cours dans
le domaine des énergies renouvelables
Beaucoup d’actions ont été entreprises dans le sous-secteur de la biomasse au
Bénin, mais ces actions sont souvent dispersées. En effet, les ONGs et les centres
de recherches interviennent dans le développement des foyers améliorés dans le
but de réduire la consommation de la biomasse énergie dans les ménages. L’Ecole
Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC) a beaucoup œuvré dans la conception et
l’amélioration des foyers améliorés et l’utilisation de résidus végétaux comme
combustibles énergétiques avec des résultats intéressants. Malheureusement, le
prix d’achat de ces foyers n’était pas à la portée des petites bourses. Il convient de
noter que dans ce sous-secteur, aucune coordination n’était jusque-là effectuée par
l’état.
La DGE, à travers la composante GERBES du PFSE, a lancé un processus qui a
impliqué les ONGs locales dans l’intermédiation sociale pour la promotion de l’accès
des ménages aux foyers améliorés et aux équipements de cuisson à gaz butane. La
DGE a aussi engagé une série d’actions qui a contribué à une meilleure organisation
des acteurs de la filière bois-énergie dans la région du Moyen-Ouémé, considérée
comme le principal bassin de production de bois-énergie au Bénin. Des mielleries
ont été créées afin de diversifier les activités des populations ; cette activité a permis
de réduire l’action des populations sur l’appauvrissement de la forêt.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
62
AT RECASEB
Dans le cadre du DAEM, plus de 260 paysans ont été formés aux techniques
améliorées de carbonisation et de bucheronnage et d’acquisition d’équipements de
carbonisation. D’autres actions ont été réalisées dans le cadre de ce projet à savoir :
 Faciliter l’accès des ménages au gaz butane et aux foyers améliorés par la
subvention de 30% des prix d’acquisition de 4 000 équipements à gaz et de
20 000 foyers NANSU. Une intermédiation sociale a permis la promotion des
4 000 équipements de cuisson à gaz et des 20 000 foyers améliorés à
Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi et Parakou30 ;
 Faciliter l’accès des ménages au gaz butane par la subvention des prix
d’acquisition de 12 000 équipements à gaz à de Cotonou, Abomey-Calavi,
Bohicon et Lokossa ;
 Faciliter l’accès des ménages aux foyers améliorés à hauteur de 10 000
foyers améliorés testés et étiquetés. Dans cette dynamique, un appui direct a
été apporté aux producteurs en termes de formations (marketing, techniques
de production, business plan) et de communication, dans le cadre de ce
mécanisme.
Le Plan directeur d’électrification hors-réseau (PDHR) du MCA Bénin 2 est un outil
de mise en œuvre de la Politique d'électrification hors réseau et d’inventaire des
opportunités d'investissement pour l'EHR au Bénin. En effet, ce plan constitue l’outil
de mise en œuvre de la politique EHR et servira de cadre pour les futurs
investissements du secteur. Sa mise en œuvre couvrira une période de 10 ans et
pourra aider les promoteurs du secteur privé dans l’évaluation des possibilités de
développement de projets d’électrification hors-réseau au Bénin.
Au niveau sous-régional, des progrès ont été enregistrés avec l’IRED. En effet, dans
le cadre du développement des mini-réseaux, des actions ont été menées et permis
de réaliser les projets suivants :
Programme de Développement des Énergies Renouvelables (PRODERE/IRED),
Phase 1
Exécution de projets de minicentrales solaires avec mini-réseaux de distribution
électrique.
Financement : UEMOA
Résultats atteints : construction de six minicentrales solaires avec mini-réseaux de
distribution électrique
Projet de Valorisation de l’Énergie Solaire (PROVES/IRED)
Construction de 105 minicentrales et installation des lampadaires solaires.
Financement : UEMOA
Résultats atteints :
Construction de 105 minicentrales et installation de lampadaires solaires au Bénin.
Au vu de tout ce qui précède, il convient de retenir que plusieurs projets n’ont pas
donné les résultats escomptés ; les estimations exagérées de certains gains et le
manque de rigueur dans l’évaluation de certaines actions d’économie d’EE freinent
les ardeurs de certains décideurs pour de nouveaux financements. Une analyse des
actions entreprises et des résultats obtenus permet de tirer certaines conclusions.
30
DAEM. Rapport d’achèvement du Projet DAEM. Avril, 2019
SOFRECO – AF-Mercados EMI
63
AT RECASEB
Points forts des actions entreprises
 Introduction de quelques technologies adaptées au contexte du Bénin à travers
les projets pilotes notamment pour les lampes à basse consommation (LBC), les
appareils de cuisson, etc. ;
 Certaines activités sont des réponses aux problèmes d’approvisionnement en
énergie électrique et au défi lié au changement climatique ;
 Développement des capacités techniques notamment des acteurs publics et
privés qui interviennent dans le domaine.
Points faibles des actions entreprises
 Politique des techniques de cuisson propres insuffisamment accompagnée ;
 Manque de suivi des impacts des projets et manque de collaboration avec les
programmes sectoriels ;
 Limite des financements disponibles et absence du rôle du système bancaire
local dans le domaine ;
 Insuffisance dans la mise en œuvre des mesures d’économies d’énergie
identifiées par les cabinets.
Analyse du cadre politique, institutionnel et
réglementaire de la maîtrise de l’énergie
Cette section se base sur les résultats des études d’évaluation des capacités
politique, législative et institutionnelle conduites par les consultants, pour une
Politique Nationale de Maîtrise d’Energie.
2.4.1 Analyse du cadre politique
Pendant longtemps, le Bénin ne s’est pas doté d’une politique nationale de maitrise
d’énergie, mais depuis la prise de conscience des pouvoirs publics du rôle
prépondérant de l’énergie dans le processus du développement du Bénin, plusieurs
initiatives et projets sont mis en œuvre à travers le pays même s’ils n’ont pas toujours
été couronnés de succès. Le regain d’intérêt des pouvoirs publics pour la question
de l’énergie appuyé par le concours de divers partenaires au développement permet
actuellement d’élaboration une véritable politique dans ce domaine.
Rappelons que le Bénin a entrepris des réformes du secteur de l’énergie qui ont
abouti à l’adoption en 2004 d’un document dénommé « Politique et stratégie
énergétique du Bénin » qui a servi de base à l’élaboration, en 2009, d’un « Plan
stratégique du secteur de l’énergie au Bénin » et à des documents d’orientation des
politiques nationales (OSD31 et SCRP32).
Ces divers documents de politiques et de stratégies de développement du secteur
de l’énergie n’ont pas spécifiquement pris en compte la question de la maitrise
d’énergie. C’est donc en 2009, avec l’élaboration par l’ABERME du premier projet
de document de « Politique Nationale de Maitrise d’Energie » (PONAME), que le
Bénin a su aborder la problématique de la maîtrise d’énergie dans un document. Ce
projet de document a eu le mérite d’explorer la problématique de la maitrise
d’énergie et de relever les avantages importants qui en découlent.
31
32
OSD : Orientations Stratégiques de Développement
Stratégies de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté
SOFRECO – AF-Mercados EMI
64
AT RECASEB
Aujourd’hui, il est nécessaire d’actualiser ce document en tenant compte des
nouvelles données promues en la matière afin d’avoir des informations fraiches pour
prendre des initiatives pertinentes qui permettent de faire face aux exigences
actuelles du secteur.
Les difficultés relatives au déficit énergétique du pays ont conduit les autorités à
adopter des politiques et des objectifs relatifs à la diversification des sources
d'approvisionnement, notamment les biocarburants, la production d’électricité à
partir des résidus agricoles, animaux et ménagers, la construction prochaine du
barrage d’Adjarala commun au Bénin et au Togo, le développement des
interconnexions sous-régionales, etc. La mise en œuvre d’une politique cohérente
de maîtrise de l’énergie pourra également contribuer à la réduction des importations
d’énergie.
D’importants efforts restent à faire dans le domaine de la résilience énergétique,
dans la mesure où la part des importations d’énergie croît d’année en année.
Toutefois, il faut remarquer que des dispositions encourageantes se prennent au
niveau national pour augmenter les capacités de production nationale, notamment
dans le domaine des énergies renouvelables (production d’hydroélectricité, de
biocarburants, etc.). Ces projets permettront de réduire le niveau des importations
d’énergie.
De l’analyse du cadre politique, il ressort une volonté politique affichée à travers
l’élaboration de nombreux documents de stratégies dans le secteur de l’énergie.
Toutefois, malgré cette volonté politique, les gouvernements successifs ne se
conforment pas aux documents existants. L’impression qui se dégage est que les
objectifs des dirigeants au sommet de l’État en matière de maîtrise d’énergie ne sont
pas toujours ceux contenus dans les documents élaborés. Les gouvernants donnent
l’impression de n’être jamais convaincus du contenu des documents. La visibilité est
beaucoup plus recherchée, ce qui fait glisser les actions vers une propagande qui
détourne ces actions de leurs objectifs respectifs.
2.4.2 Analyse du cadre institutionnel
La configuration actuelle du paysage institutionnel du Bénin dans le secteur de
l’énergie, nous a permis d’identifier, en dehors du Ministère de l’Énergie qui joue le
rôle central de l’administration publique, les institutions pertinentes pouvant
intervenir dans un programme de PONAME au Bénin.
Les institutions identifiées sont l’Unité Chargée de la Politique de Développement
des Energies Renouvelables (UC/PDER) de la Présidence de la République,
l’Agence Nationale de Normalisation, de Métrologie et du Contrôle Qualité (ANM),
l’Agence Béninoise d’Electrification Rurale et de Maîtrise d’Energie (ABERME), la
Direction Générale de l’Environnement et du Climat (DGEC), la Direction générale
de l’habitat et de la construction (DGHC), la Société Béninoise d’Énergie Électrique
(SBEE), la Direction Générale des Ressources Énergétiques (DGRE), l’Agence de
Contrôle des Installations Électriques Intérieures (CONTRELEC), l’Autorité de
Régulation de l’Électricité (ARE). Par ailleurs, des institutions régionales et
internationales interviennent également dans le domaine de la maîtrise d’énergie à
travers des projets de renforcement de l’offre électrique. On peut citer à cet effet, le
MCA Bénin 2, le WAPP et l’UE.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
65
AT RECASEB
L’Unité Chargée des Politiques de Développements des Énergies
Renouvelables au Bénin (UC/PDER)
Dans le cadre de sa mission d’assistance technique auprès du Gouvernement,
l’UC/PDER, créée par Décret n° 2018-50 du 15 février 2018 est chargée entre
autres, d’apporter une assistance à la maîtrise d’ouvrage pour les travaux, opération
ou projets relatifs à la politique de développement des énergies renouvelables et de
l’efficacité énergétique. A ce titre, elle est un interlocuteur privilégié dans la mise en
œuvre de la PONAME.
L’Agence Nationale de Normalisation, de Métrologie et du Contrôle Qualité
(ANM)
Née de la fusion de l’ex Agence Béninoise de Normalisation et de Gestion de la
Qualité (ABeNOR) d’une part et de l’ex Agence Béninoise de Métrologie et du
Contrôle Qualité (ABMCQ) d’autre part., l’ANM a été créée par Décret N°2017-031
du 23 janvier 2017. Elle est placée sous la tutelle du Ministère en charge de
l’Industrie.
L’ANM a pour mission la mise en œuvre et le suivi-évaluation de la politique
nationale de normalisation, de métrologie, de certification, de vérification des
produits et de promotion de la qualité et assiste les acteurs en charge de la
production des biens et des services à faire face aux défis de la compétitivité, de la
croissance économique durable, de la protection du consommateur et de toutes
autres parties intéressées et ce, conformément aux lois et règlements en vigueur au
Bénin et aux normes de qualité admises au plan international.
Partenaire du MCA pour la mise en œuvre du volet EE, l’ANM aura à assurer les
responsabilités suivantes :
 Contribuer activement à faire adopter des normes de performance
énergétique, des étiquettes-énergie et des règlements techniques en rapport
à l’efficacité énergétique et l’électrification hors-réseau ;
 Sensibiliser et informer le secteur privé sur les normes et règlements
techniques relatifs à l’efficacité énergétique et l’électrification hors-réseau ;
 Appuyer techniquement le gestionnaire de la Facilité OCEF pour la
certification des équipements et le contrôle de conformité des installations
d’électrification hors-réseau.
Ministère de l’énergie
Par Décret n° 2018-072 du 12 mars 2018 portant AOF du Ministère de l’énergie, le
ministère de l’énergie a pour mission l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation
de la politique du gouvernement en matière de production, de transport et de
distribution de l’énergie. A cet effet, il est le principal organe de l’administration
publique qui est chargé de faire l’état des lieux de la politique énergétique du Bénin
en se basant sur le Programme d’Action du Gouvernement (PAG 2016-2021) et sur
les orientations des Objectifs de Développement Durable (ODD) et l’Agenda 2063
de l’Union Africaine dans le secteur de l’énergie.
Il est soutenu dans sa mission par des directions techniques et des institutions
parapubliques et privées dont les importantes se présentent comme suit :
Direction Générale des Ressources Énergétiques (DGRE)
Sous tutelle du Ministère de l’Énergie, elle a en charge la politique énergétique du
gouvernement et veille à sa mise en œuvre. Elle abrite une direction dite Direction
SOFRECO – AF-Mercados EMI
66
AT RECASEB
des Énergies Renouvelables, de la Maîtrise et de l’Efficacité Énergétique
(DERMEE). Son rôle est d’élaborer, en liaison avec les structures nationales
compétentes, la politique du Gouvernement relative au développement des énergies
renouvelables, de la maîtrise d’énergie et à l’efficacité énergétique et de veiller à sa
mise en œuvre.
Agence Béninoise d’Electrification Rurale et de Maîtrise d’Energie (ABERME)
Créée par Décret N° 2009-150 du 30 Avril 2009, elle est chargée dans le domaine
spécifique de la maîtrise de la consommation de l'énergie de :
 Suivre la réalisation des audits énergétiques et d'agréer les experts devant
procéder à ces audits ;
 Promouvoir les actions visant l'efficacité énergétique dans les secteurs
consommateurs d'énergie ;
 Contribuer à établir et veiller à la mise en œuvre des normes d'efficacité
énergétique des équipements et matériels consommant de l'énergie en
collaboration avec les autres organismes nationaux concernés ;
 Attester l'efficacité énergétique des équipements et matériels consommant de
l’énergie ou relatifs aux énergies renouvelables ;
 Approuver les rapports d'audit énergétique ;
 Promouvoir les actions de formation dans le domaine de l’utilisation
rationnelle de l'énergie en collaboration avec les organismes nationaux et
internationaux de formation ;
 Mener des campagnes d’informations et de sensibilisation destinées aux
utilisateurs de l'énergie.
Nous pouvons donc retenir que l’ABERME a pour mission de mettre en œuvre la
politique de l'État par l’élaboration et la réalisation des programmes de maîtrise
d’énergie et d’électrification rurale. Son expérience en EE est faible, et se limite à
l’élaboration d’un guide de sensibilisation sur l’économie d’énergie dans les
ménages, à une étude de faisabilité pour la diffusion des lampes à basse
consommation (LBC) à Sèmè, à l’audit énergétique du Complexe Textile du Bénin
(COTEB), basé à Parakou et à une étude de faisabilité pour le remplacement des
LBC et climatiseurs individuels dans 400 bâtiments administratifs. Néanmoins, une
faiblesse de ses capacités est notée dans l’élaboration, la gestion et la conduite des
programmes de normes et d’étiquetage des équipements.
Agence de Contrôle des Installations Électriques Intérieures (CONTRELEC)
Elle est l’Agence de contrôle des installations électriques intérieures avant mise sous
tension. C’est une structure du Ministère de l’énergie créée par Décret n° 2008-69
du 22 octobre 2008 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de
l’Agence de Contrôle des Installations Electriques Intérieures. CONTRELEC veille
sur le respect des normes et principes techniques en vigueur en matière de
conception et de réalisation des installations électriques intérieures. La finalité est
de mettre les Béninois à l’abri des risques d’électrisation, de brûlures,
d’électrocution, d’incident et d’explosion qui sont autant d’événements malheureux
qui ont des conséquences dramatiques. Pour toute installation intérieure qui soit
raccordée pour la première fois au réseau de fourniture, de la SBEE ou autres
fournisseurs, il faut que l’utilisateur s’assure que les installations qui seront
alimentées par le courant électrique sont réalisées conformément au respect des
normes et des prescriptions techniques, afin d’éviter qu’elles ne soumettent les
Béninois à des risques d’accident.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
67
AT RECASEB
On peut aisément déduire des missions indiquées que la cible de CONTRELEC
couvre toutes populations des zones fournies ou qui aspirent à être fournies en
énergie électrique. Il s’agit en fait, non seulement, de les protéger contre les risques
de chocs électriques, mais aussi de les amener à utiliser des matériels électriques
adaptés qui prônent la réduction de la consommation d’énergie. Son rôle serait
pertinent dans la mise en œuvre d’un Code d’Efficacité Energétique (CEE) dans les
bâtiments.
Société Béninoise d’Énergie Électrique (SBEE)
Elle est une société à caractère commercial et industriel dont les statuts ont été
approuvés par Décret n° 2004-098 du 1er mars 2004 avec l’acte uniforme de
l’OHADA. Elle a pour mission l’achat, la production et la distribution de l’énergie
électrique sur tout le territoire national.
L’énergie ainsi distribuée provient de deux services à savoir l’énergie thermique
provenant des centrales thermiques de la SBEE et l’énergie hydroélectrique fournie
par la Communauté Électrique du Bénin (CEB).
L’énergie fournie par la Communauté Électrique du Bénin à la SBEE est vendue à
la clientèle. Par ces activités, la SBEE se trouve être le concessionnaire public pour
l’achat, le transport et la distribution d’électricité.
Autorité de Régulation de l’Electricité (ARE)
Créée par décrets n° 2009-182 du 13 mai 2009 et n°2015- 074 du 27 février 2015
portant modification des articles 3, 8, 18, et 19 du décret n°-182 du 13 mai 2009,
l’ARE a pour missions de :
 Veiller au respect des textes législatifs et règlementaires régissant le secteur
de l’électricité au Bénin ;
 Protéger l’intérêt général ;
 Garantir la continuité et la qualité du service public d’électricité ;
 Veiller à l’équilibre financier du secteur et son développement harmonieux ;
 Veiller au respect des normes en matière de production, de transport et de
distribution de l’énergie électrique ;
 Veiller à l’exercice d’une concurrence effective, saine et loyale dans l’intérêt
de l’État, des opérateurs et des consommateurs ;
 Conseiller les autorités sur les orientations de la politique du secteur ;
 Définir et approuver les normes et services fournis par les opérateurs ;
 Approuver les dossiers d’appel d’offre en vue de la sélection des exploitants
privés ;
 Approuver l’octroi des concessions ;
 Rendre des avis motivés sur les différends qui lui sont soumis ;
 Concilier les parties en conflit ;
 Régler à l’amiable les litiges nés les intervenants du secteur sans préjudices
des actions éventuelles devant les tribunaux compétents ;
 Délivrer les autorisations de production aux autos producteurs ;
 Approuver le modèle de contrat d’achat/vente d’énergie électrique à conclure
entre les fournisseurs d’énergie électrique et les revendeurs et /ou les
utilisateurs ;
 Approuver les modèles de bordereau de prix des branchements et autre
service aux usagers ;
 Contrôler la bonne exécution des conventions de concession ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
68
AT RECASEB
 Recevoir et examiner les contestations des opérateurs et des consommateurs
;
 Approuver les grilles tarifaires avant leur publication par l’État et vérifier leur
application.
Il découle de ces décrets qu’il n’est pas explicitement assigné à l’ARE, des tâches
liées à la maîtrise d’énergie et à l’efficacité énergétique.
Acteurs de la société civile
La présence des acteurs privés dans le secteur de l’énergie est récente et a connu
son existence avec l’adoption de la loi N° 2006-16 du 27 Mars 2007 portant Code
de l’électricité en République du Bénin. C’est donc ce code qui a libéralisé le secteur
de l’énergie et a vu l’arrivée de la société civile et des entreprises privés
Aujourd’hui les acteurs privés actifs dans le secteur de l’énergie se regroupent
autour des structures ci-après : les bureaux d’études, les entreprises de travaux et
la société civile.
Bureaux d’études et entreprises des travaux énergétiques
On compte un nombre important d’intervenants dans ces domaines. Faute de
statistiques disponibles, il est difficile d’apprécier leur représentativité.
Ils sont présents dans plusieurs champs d’activités liés à la gestion de l’énergie
(audit énergétique, commercialisation des matériels et équipements électriques,
étude d’exécution, contrôle et suivi des travaux d’installation d’équipements et
matériels électriques …).
C’est un secteur marqué par l’absence d’une réglementation spécifique régissant
ces activités. Il travaille le plus souvent à la remorque des projets à grands
financements extérieurs ou en sous-traitance des sociétés étrangères. Il souffre
cependant de la faiblesse de ses capacités (moyens techniques et technologiques
limités, manque de personnel qualifié et faiblesse des chiffres d’affaires…).
Association des consommateurs
Il regroupe un ensemble d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) dont
l’objectif est, non seulement de défendre l’intérêt des consommateurs, mais aussi,
d’aider les organismes publics à avoir des informations fiables et en temps réel afin
de satisfaire au mieux les consommateurs.
Elle pourrait être d’une importance capitale pour la sensibilisation des
consommateurs sur l’importance de la maitrise d’énergie.
Communes du Bénin
Dans les communes du Bénin, les municipalités développent une politique
d’efficacité énergétique fondée sur la diversification des sources d’énergie et
l’utilisation des lampes électriques efficaces. De plus en plus, l’utilisation des
lampadaires solaires PV prend un essor important. Cependant dans certaines
localités, la source d’énergie est mixte (solaire PV et réseau conventionnel de la
SBEE). Ainsi, la ligne budgétaire des mairies allouée à l’électricité se trouve allégée
du fait de la prise en compte du volet « efficacité énergétique ».
Par exemple à Cotonou, la gestion des feux tricolores est assurée par la municipalité
à travers sa Direction des Services Techniques (DST) qui dispose d’un service
électricité et éclairage. Cependant, l’éclairage public est assuré en collaboration
SOFRECO – AF-Mercados EMI
69
AT RECASEB
avec la SBEE, chargée de réhabiliter le réseau et qui contrôle le personnel de
gestion. Il convient de noter que la ville paye elle-même ses consommations à la
SBEE.
Dans le domaine de la maîtrise d’énergie, la Mairie de Cotonou mène des actions
de réhabilitation et d’aménagement des carrefours. Ainsi, la ville a réhabilité :
 Dix (10) axes en éclairage public en 2018 pour un budget propre de 1,2
milliards de franc CFA ;
 Onze carrefours en 2019 dont :
 Quatre (04) carrefours en énergie solaire PV ;
 Sept (07) carrefours en énergie conventionnelle.
La mairie a en cours le projet d’équipements de 30 carrefours en énergie solaire PV
ou conventionnel. Le système est prévu pour être mixte afin d’éviter des interruptions
répétées d’énergie électrique.
Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable
Il est le Ministère de tutelle dont la mission est d’élaborer et d’assurer la mise en
œuvre ainsi que le suivi-évaluation de la politique et des stratégies de l’Etat en
matière d’environnement, de gestion des changements climatiques, de reboisement,
de protection des ressources naturelles et forestières, de préservation des
écosystèmes d’urbanisme, de protection des berges et des côtes, d’assainissement,
d’habitat, de construction, du foncier et des domaines, de cartographie, du cadastre,
de géomatique et de l’aménagement du territoire.
Les structures enquêtées au niveau de ce ministère sont les suivantes :
La Direction Générale de l’Habitat et de la Construction (DGHC)
La DGHC est l’organe national d'élaboration, d'animation, de contrôle et de suivi de
la mise en œuvre des politiques et stratégies de l'Etat dans les domaines de l'habitat,
de la construction, de la réhabilitation du patrimoine architectural national, de la
promotion immobilière et de la promotion des matériaux locaux.
En 2017 la Direction à faire élaborer les lignes directrices de l’Efficacité énergétique
dans les bâtiments », ce qui permettra de prendre en compte les mesures à mettre
en place pour l’Efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment.
La Direction Générale des Eaux, Forêts et Chasse (DGEFC)
La mission de la DGEFC est d’assurer la stratégie de gestion durable des forêts et
des ressources naturelles au Bénin. La contribution de la DGEFC aux politiques
énergétiques se manifeste par l’existence de la Direction du reboisement et de
l’aménagement des forêts au sein duquel il existe un service de gestion des boisénergie. Ce service est chargé de pérenniser les acquis de nombreux projets.
La Direction Générale de l’Environnement et du Climat (DGEC)
La mission de la DGEC est d’organiser et promouvoir les métiers et professions liés
à l’environnement, à la gestion des risques et de l’adaptation aux changements
climatiques, à la gestion rationnelle des ressources forestières et fauniques, à
l’habitat, à l’aménagement et au développement urbain. Elle a également pour rôle
de suivre la mise en œuvre des engagements du Bénin en matière de
développement durable ainsi que des conventions internationales et régionales
relatives à ses domaines de compétence.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
70
AT RECASEB
Acteurs sous-régionaux
Sur le plan sous-régional et dans le contexte du Pool Energétique de l’Afrique de
l’Ouest (West African Power Pool – WAPP), les réseaux synchrones de l’Est et du
Centre prévoient d'intégrer les systèmes d'énergie nationaux dans un marché
régional unifié de l'électricité avec pour objectif ultime de fournir une électricité fiable
à un coût compétitif pour toute la région. L’objectif étant la mise en place d’un
dispositif permettant à l’espace régional de relever les défis liés à l’accès à l’énergie,
à travers le Plan directeur de la CEDEAO pour le développement des moyens
régionaux de production et de transport d’énergie électrique 2019-2033, et la
Directive pour la sécurisation des échanges transfrontaliers d’énergie électrique du
marché régional de l’électricité.
La mise en place de cet outil sera un appui important aux efforts qui se consentent
sur le plan national en vue de la diversification des sources d’énergie et de la
tendance à promouvoir les énergies renouvelables dans le mix énergétique pour
améliorer l’accès à l’énergie et réduire la dépendance énergétique du pays.
Par ailleurs, il convient de souligner qu’à travers l’Autorité de Régulation Régionale
du secteur de l’Electricité de la CEDEAO (ARREC) - en anglais : ECOWAS Regional
Electricity Regulatory Authority (ERERA) -, les États membres de la CEDEAO se
sont engagés à réaliser des interconnexions électriques pour la mise en commun et
le partage des ressources énergétiques dans la région. A cet effet, les dispositions
pour l’établissement d’un cadre juridique et institutionnel approprié pour le
développement du secteur sont déjà adoptées.
Parmi les principales missions de ERERA il y a, entre autres, la mise en place d'une
méthodologie de fixation des tarifs claire et transparente pour le pool énergétique
régional, l’assistance à la Commission de la CEDEAO dans la définition de la
stratégie de la politique énergétique régionale, la mise en place de méthodes
efficaces de résolution des litiges entre les acteurs du marché régional et
l’assistance des organismes de réglementation nationaux de la CEDEAO sur le
renforcement des capacités et les problèmes techniques sur demande.
D’une manière générale, nous pouvons retenir que les dispositions institutionnelles
précitées sont pour la plupart conçues pour participer à un programme de maîtrise
d’énergie pour le développement du secteur de l’énergie. Par la présente analyse,
le cadre institutionnel devra traduire, non seulement, les objectifs que les pouvoirs
publics veulent atteindre pour le développement du secteur de l’énergie, mais
également, la manière et les moyens qu’ils entendent mettre en jeu à travers les
différents projets et acteurs pour promouvoir la maitrise d’énergie. Il sera donc vu
comme un instrument de première importance au service de la politique nationale
de maîtrise d’énergie mise en en place par l’État et qui, en principe, est censée
traduire les aspirations de l’immense majorité des acteurs.
Au nombre des reformes en vue, il y a celle du Code béninois de l’électricité qui offre
la possibilité aux producteurs privés de s’installer au Bénin, et qui va permettre à la
SBEE d’avoir des apports de production extérieure. De même, l’adhésion du Bénin
à l’Alliance Solaire Internationale permettra au pays de bénéficier de projets, de
transfert de technologie et de compétences. Tout ceci va engendrer, par une
convention de concession, l’installation de producteurs indépendants et donc des
contrats d’achat d’énergie négocié. Ce qui offrira des opportunités pour de meilleurs
tarifs à la SBEE et lui permettra d’axer son plan de communication sur la promotion
de la maitrise d’énergie.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
71
AT RECASEB
Le cadre présente des atouts à savoir l’existence des institutions comme l’ABERME,
la DGRE, l’existence d’acteurs déjà formés, informés et sensibilisés aux questions
de la maîtrise d’énergie, de programmes de formation au niveau de certaines
universités du pays (EPAC, IUT/Lokossa, ESGC Verechaguine, UATM GASA
Formation, ESMER), permettant de disposer, sur le plan national, de ressources
humaines qualifiées pour les programmes d’efficacité énergétique. Malgré ses
atouts, le cadre souffre de l’inexistence de bureaux d’études spécialisés dans le
domaine spécifique de la maîtrise de l’énergie sur le plan national. Ce qui l’affaiblit
dans son efficacité.
D’autres difficultés du cadre institutionnel sont l’éparpillement de la prise en charge
institutionnelle de la maitrise de l’énergie par différentes institutions du ministère de
l’énergie, le manque de coordination entre institutions voire concurrence entre les
agences. En effet dans un passé récent, face au manque de ressources financières
pour le volet « maîtrise d’énergie » de l’ABERME (le FER étant utilisé pour
l’électrification rurale), l’ex ANADER a été créée pour combler ce vide, dans l’espoir
de la doter d’un « Fonds Vert ». La création de l’ex ANADER impliquait la
modification des statuts de l’ABERME, ce qui n’a pas été fait d’où les conflits
d’attribution qui ont existé entre les deux institutions.
De tout ce qui précède, il ressort que le renforcement du cadre institutionnel relève
du domaine de la gouvernance, et doit être considéré comme un ensemble de règles
établies en vue de la satisfaction d’intérêts collectifs se rapportant au secteur de
l’énergie et l’ensemble des organes qui sont créés pour appliquer ces règles et
satisfaire ces intérêts. À cet effet, l’UC/PDER peut jouer un rôle important en
travaillant en bonne intelligence avec le Ministère de l’énergie. L’avantage de
l’UC/PDER est d’être implantée à la Présidence de la République. De ce fait, elle
peut facilement plaider pour les projets entrant dans le cadre de la maîtrise de
l’énergie.
2.4.3 Analyse du cadre réglementaire
Depuis son accession à l’indépendance en 1960, les rares textes législatifs dont le
Bénin s’est doté dans le secteur de l’énergie sont davantage tournés vers
l’importation, le transport et la distribution de l’énergie électrique.
Dans son évolution, les normes constitutionnelles du Bénin n’ont pas renvoyé,
même de manière incidente, au concept de maitrise d’énergie.
Toutefois, l’article 27 de la constitution du 11 Décembre 1990 précise que « Toute
personne a droit à un environnement sain, satisfaisant, et durable, et a le devoir de
le défendre. L’État veille à la protection de l’environnement ». Dans son application,
cet article de la constitution sonne comme un gage de l’État à œuvrer pour la
préservation de l’environnement et donc à promouvoir la maitrise d’énergie afin de
pallier les problèmes environnementaux liés à l’usage de l’énergie dans nos
pratiques et activités quotidiennes.
Mais depuis peu, avec la prise de conscience des enjeux de l’énergie sur le
développement économique et social du pays, les pouvoirs publics ont initié à foison
des textes législatifs et règlementaires, et ratifié des normes conventionnelles qui
démontrent, à suffisance, que l’énergie est au cœur des préoccupations des
politiques publiques.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
72
AT RECASEB
Il s’agira donc de présenter ici, non seulement, les bases juridiques du Bénin en
matière d’énergie, mais de voir comment ces différents textes font la promotion de
la maitrise d’énergie.
Le Code bénino-togolais d’électricité
Il a connu plusieurs amendements dont sa révision en 2004 qui a mis fin au
monopole de la Communauté Électrique du Bénin (CEB) dans le domaine de la
production, ouvrant ainsi cette manche du secteur aux opérateurs privés.
En effet, l’objectif principal de l’accord international bénino-togolais de l’électricité
est la modification de l’accord international portant code bénino-togolais de
l’électricité du 23 décembre 2003 notamment son préambule et son article premier
et les articles L5 et L8 du code. Ainsi, cette modification introduit non seulement la
suppression du statut de la CEB en tant qu’acheteur unique de l’énergie électrique ;
mais aussi permet aux distributeurs nationaux ou tout autre acheteur désigné par
l’État concerné, de signer des contrats d’achat/vente d’énergie électrique avec tout
producteur indépendant le cas échant et met en conformité les dispositions du code
bénino-togolais de l’électricité aux obligations souscrites par les États.
La Loi n° 2006-16, du 27 mars 2007, portant Code de l’électricité au Bénin
La présente loi, en cours de révision, a eu le mérite de définir la politique générale
d'organisation du secteur de l'électricité, le cadre juridique au sein duquel sont
exercées les activités de production, de transport, de distribution, d'importation et
d'exploitation de l'énergie électrique, les modalités de participation des entreprises
privées, la mise en place des règles de concurrence et les structures de
l'administration intervenant dans le secteur.
Elle fixe les règles d'exercice des activités du secteur de l'électricité et a pour
objectifs notamment de garantir l'indépendance énergétique et la sécurité de
l'approvisionnement en énergie électrique ; de promouvoir le développement des
énergies nouvelles et renouvelables ; de développer l'énergie électrique et de
favoriser l'accès à cette énergie ; de créer les conditions économiques permettant la
rentabilisation des investissements ; de promouvoir les droits des consommateurs
et de promouvoir la concurrence et les droits des opérateurs.
Ce Code bien que novateur, à bien des égards, n’a pas spécifiquement pris en
compte dans sa forme actuelle, le volet de la maitrise d’énergie ou d’efficacité
énergétique qui est un atout indispensable pour l’optimisation de l’énergie électrique.
La loi N° 98-030 du 12 Février 1999 portant Loi-cadre sur l’environnement en
République du Bénin
Il consacre en son article 105 des mesures d’incitation fiscale aux entreprises qui
adoptent des technologies propres ou moins polluantes et/ou utilisent durablement
les ressources naturelles.
Cette loi, qui ne porte pas spécifiquement sur la maitrise d’énergie, aborde la
question sous l’angle de la protection de l’environnement. Elle parle de manière
subtile de la promotion des matériels et équipements issus de technologies propres
et donc moins énergivores et insiste sur ces avantages dans la protection de
l’environnement.
La loi 2016 – 24 du 28 Juin 2017 pour Partenariat Public - Privé
SOFRECO – AF-Mercados EMI
73
AT RECASEB
Elle fixe les conditions de partenariat entre l’État et les privés et constitue un gage
de qualité et d’efficacité pour l’ensemble des acteurs désireux d’investir dans le
secteur de l’énergie au Bénin. Elle est donc un cadre légal qui met en confiance les
entreprises privées qui pourront investir dans l’acquisition des matériels et
équipements modernes qui ne sont pas énergivores.
Toutefois, cette loi n’est pas la seule disposition légale incitative des entreprises
privées à investir dans le secteur de l’énergie.
Le Code des investissements au Bénin
Il promeut la sécurité et des mesures incitatives qui peuvent impacter
l’investissement des privés dans le secteur de l’énergie. Il comporte des innovations
qui portent, entre autres, sur la simplification des régimes d’agrément avec des
incitations claires et précises pendant les périodes d’installation et d’exploitation
pour encourager les acteurs à investir dans les domaines comme le secteur de
l’énergie à travers l’acquisition de matériels électriques qui promeuvent la maitrise
d’énergie.
En dehors de ces dispositions légales ci-dessus, nous pouvons également citer,
entre autres :
 La loi N° 2011-20 du 12 Octobre 2011 portant lutte contre la corruption et
autres infractions connexes en République du Bénin
 La loi N° 2018-12 du 02 Juillet 2018 portant bail en République du Bénin
Il est à noter que ces textes législatifs ci-dessus cités ne sont pas spécifiquement
conçus pour le secteur de l’énergie mais comportent, par endroits, des articles qui
interviennent dans la promotion du secteur de l’énergie au Bénin.
Par ailleurs, dans le secteur des transports, l’élaboration et le vote de la loi cadre sur
l’environnement, sous l’impulsion du ministère en charge de l’environnement d’alors,
est une action non seulement environnementale, mais entrant aussi dans le cadre
de l’EE. En effet, cette loi dispose d’un ensemble de prescriptions sur la limitation
des effluents gazeux liées à la combustion des hydrocarbures dans les moteurs. Le
respect de ces prescriptions conduit à des économies de carburant, et participe ainsi
à l’efficacité énergétique du secteur des transports. Outre le vote de cette Loi, il y a
les mesures gouvernementales visant la promotion des moyens de transports
interurbains, et les exonérations de taxes sur les bus neufs qui participent à
l’amélioration de l’EE dans le secteur.
L’utilisation des biocarburants (bioéthanol et biodiesel) dans les transports avait été
explorée par la DGE, ce qui a abouti à un projet de Loi sur les biocarburants et
l’élaboration d’une stratégie sur les biocarburants.
En mettant en place un volume important d’instruments juridiques à ce sujet, le
législateur a manifesté la prise de conscience et la volonté d’appropriation et de
maîtrise de cette question fondamentale pour le développement économique et le
bien-être social.
Cette armature juridique traite pour l’essentiel des problèmes relatifs à la production,
au transport et à la distribution de l’énergie électrique et définit le régime juridique
applicable en matière de promotion des ressources énergétiques.
Ainsi, le secteur de l’énergie qui, autrefois, était du pouvoir régalien de l’Etat, a connu
une libéralisation en vue de favoriser l’implication du secteur privé pour accroitre,
non seulement, le potentiel de ressources en énergies disponibles avec
SOFRECO – AF-Mercados EMI
74
AT RECASEB
l’introduction de nouvelles technologies et l’acquisition de matériels et
d’équipements modernes, mais aussi pour promouvoir la maitrise d’énergie. Mais
toutes ces règles proviennent de sources diverses et disparates.
Il reste néanmoins que le Bénin a adopté depuis 2007, la Loi n° 2006-16, du 27 mars
2007, portant sur le Code de l’électricité au Bénin, la Loi n° 2007-21, du 16 octobre
2007, portant sur la protection des consommateurs et le Décret N° 2018 _ 563 du
19 décembre 2018 fixant les normes minimales de performance énergétique
(NMPE) et le système d'étiquetage énergétique des lampes et climatiseurs
individuels en République du Bénin.
Loi portant sur le Code de l’électricité au Bénin
Ce texte consacre l’encadrement de la production, du transport, de la distribution,
de l’importation et de l’exportation de l’énergie électrique, ainsi que de toutes les
activités qui s’y rattachent, dans des normes législatives, réglementaires,
institutionnelles et techniques, de sécurité et de maîtrise de l’énergie électrique, en
termes de qualité et de satisfaction des besoins des États concernés, soit le Benin
et le Togo. Il exige, à cet effet, la formulation et la révision à temps des politiques
sectorielles en matière d’énergie électrique, la réglementation et la régulation de
toutes les activités s’y rattachant, la surveillance, les investigations nécessaires au
respect des normes et obligations.
L’article 9 du Code confère à la Direction Générale des Ressources Énergétique
(DGRE) la mission de fixer, par voie réglementaire, les normes et spécifications
techniques applicables aux installations électriques.
A l’article 10, la Loi spécifie les différents intervenants du secteur de l’électricité, soit
le ministère chargé de l’énergie, l’autorité de régulation et les institutions de
coopération régionale en matière de production, de transport, d’importation et
d’exportation de l’énergie électrique. Elle mentionne que l’autorité de régulation doit
veiller aux problèmes tarifaires et de qualité des prestations fournies, ainsi qu’au
respect des accords contractuels entre différents exploitants intervenant dans le
secteur électrique.
En conclusion, bien que traitant essentiellement de la fourniture de l’énergie
électrique, ladite Loi mentionne les normes et spécifications techniques applicables
aux installations électriques et néglige l’aspect lié à l’EE du côté de la demande.
Ainsi, elle ne mentionne ni les NMPE, ni l’étiquetage énergétique comme étant
obligatoires pour les appareils électriques, utilisés dans les secteurs résidentiel et
commercial, ni de test de performance énergétique de ces équipements, encore
moins la maîtrise de l’énergie.
Du point de vue de l’ordonnancement juridique, les accords et traités internationaux
bénéficient d’une primauté sur les lois internes et même sur la Constitution. Cela
signifie qu’aucun texte législatif ou réglementaire de promotion de l’efficacité
énergétique ne peut être utilisé sans avoir recours aux procédures et aux organes
ayant fondé l’accord bilatéral entre le Togo et le Bénin. De plus, le Bénin et le Togo
n’ont pas encore de Politique nationale relative à la maîtrise d’énergie et il est à
craindre, dans l’option d’amender la Loi portant Code de l’Électricité en République
du Bénin, que de longues procédures et des arrangements diplomatiques retardent
la mise en œuvre de l’efficacité énergétique. Par conséquent, cette Loi n’est pas
idéale pour l’ancrage légal d’une PONAME dans le pays.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
75
AT RECASEB
Loi portant sur la Protection des consommateurs
Elle définit son domaine d’application à l’article 3 qui stipule qu’elle est applicable à
toutes les transactions et activités en matière de consommation relative à la
fourniture, à la distribution, à la vente ou à l’échange de biens et de services, y
compris l’énergie.
A l’article 20, elle interdit toute publicité comportant, sous quelque forme que soit,
des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en
erreur.
Les articles 24 et 25 stipulent que, pour être commercialisé sur le marché béninois,
tout produit non agricole, fabriqué localement ou importé, doit faire l’objet d’un
enregistrement par les services compétents des ministères sectoriels qui délivrent
un certificat, preuve de l’enregistrement. Cet enregistrement doit être fait avant toute
mise en consommation du produit et après évaluation des critères de qualité, de
sécurité et d’efficacité, selon les normes nationales et internationales.
L’article 28 précise que tout vendeur de produits et tout prestataire de services
doivent, par voie de marquage, d’étiquetage, d’affichage ou par tout autre procédé
approprié, informer le consommateur, d’une part, sur les références de
l’enregistrement de son produit, les prix, les limitations éventuelles de la
responsabilité contractuelle et les conditions particulières de la vente et, d’autre part,
sur les modalités et conditions fixées par voies législative et réglementaire. Cet
article, qui traite de l’étiquetage de produits, peut être renforcé en exigeant que les
vendeurs et distributeurs de lampes et climatiseurs y apposent aussi une étiquetteénergie, comme prescrite par la réglementation, afin d’informer les consommateurs
de la performance énergétique de ces équipements.
Pour les tromperies, la Loi prévoit, aux articles 30 et 31, que le responsable de la
première mise en marché d’un produit ou d’un bien est tenu de vérifier que celui-ci
est conforme aux prescriptions en vigueur et, à la demande des agents habilités
pour appliquer la Loi, il est tenu de justifier les vérifications et contrôles effectués.
Elle interdit à toute personne, qu’elle soit ou non partie au contrat, de tromper ou de
tenter de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même
par l’intermédiaire d’un tiers.
En conclusion, cette Loi peut être utilisée pour protéger les consommateurs des
appareils électriques, en plus de la Loi sur les normes de performance et
d’étiquetage énergétiques desdits appareils.
Décret N° 2018 _ 563 DU 19 DECEMBRE 2O1B fixant les normes minimales
de performance énergétique et le système d'étiquetage énergétique des
lampes et climatiseurs individuels en République du Bénin
Cet outil juridique important dont le Bénin vient de se doter est la matérialisation de
la volonté du pouvoir public à faire de la maitrise d’énergie un levier important pour
la gestion rationnelle de la disponibilité énergétique dont dispose le pays. Il dispose
en son article 3 qu’il « s’appliquent aux lampes et climatiseurs destinés à un
utilisateur final, y compris les pièces détachées dont la performance
environnementale peut être évaluée de manière indépendante, qui ont une
incidence significative directe ou indirecte durant leur utilisation sur la consommation
d’énergie ainsi que, le cas échéant, sur la consommation de toutes autres
ressources essentielles (…) ». Il vient préciser les normes que doivent respecter les
équipements électriques souvent utilisés dans nos administrations et maisons en
SOFRECO – AF-Mercados EMI
76
AT RECASEB
vue d’éviter les pertes en énergies qui sont souvent relevées dans nos usages. Mais
ce décret est aussi resté limitatif et ne fixe les normes à respecter qu’à quelques
équipements et matériels électriques.
En clair, la prise de ce décret est à saluer, mais son champ d’application est resté
restrictif. Il aurait pu être étendu à d’autres matériels et équipements électriques qui
sont utilisés dans les administrations et les maisons au Bénin.
L’état des lieux révèle que la maitrise d’énergie au Bénin n’est pas dotée de tous les
instruments juridiques indispensable et l’absence incompréhensible d’une loi sur la
maitrise d’énergie vient renforcer ce point de vue. Il s’avère donc judicieux, pour une
gouvernance efficace et efficiente de l’énergie au Bénin de corriger toutes ces
lacunes.
Par ailleurs, le droit béninois sur l’énergie présente nombre d’insuffisances.
L’ensemble complexe et diversifié de lois et de règlements relatifs à la gestion de
l’énergie ou l’absence de lois dans le cas de la maitrise d’énergie, ont pour effet une
incertitude qui entrave souvent la mise en valeur du volet maitrise d’énergie ou
efficacité énergétique pourtant nécessaire.
D’abord, dans le cas de la maitrise d’énergie, la législation ne renseigne pas ou
renseigne peu sur les contraintes auxquelles les acteurs et les utilisateurs de
l’énergie doivent être soumises en vue de sa préservation pour son usage au profit
du développement économique et social du Bénin.
Ceci est dû à une méconnaissance totale de l’importance que la maitrise d’énergie
a dans la préservation du potentiel existant en ressources énergétiques.
Au demeurant, il ressort de l’analyse que le socle juridique de la maitrise d’énergie
au Bénin reste relativement inefficace. Et ces textes jugés insuffisants nécessitent
des précisions dans le domaine de la maitrise d’énergie.
Par ailleurs, l’absence ou la déficience de documents de référence tenant lieu de
politique nationale de Maitrise d’énergie au Bénin sur lequel devrait s’appuyer la
réglementation vient amplifier cette faiblesse normative et structurelle du soussecteur de la maîtrise d’énergie au Bénin.
Recommandations sur l’amélioration du cadre législatif et réglementaire
L’environnement législatif et réglementaire actuel du Bénin ne permet pas un
encadrement juridique efficace des activités de la maîtrise d’énergie. Avec le
nouveau projet de loi portant Code de l’électricité en République du Bénin, les
institutions publiques du secteur de l’énergie du Bénin seront appelées à :
a) édicter des règlements à caractère technique ;
b) élaborer des normes et services fournis par les opérateurs du secteur de
l’Électricité et veiller au respect desdites normes, des standards et
spécifications techniques en matière de production, de transport, de
distribution et de commercialisation de l'énergie électrique, et à ce titre
adopter des règlements d’application et modèles de cahier des charges
afférents.
En effet, l’article 17 de cette loi pose le cadre législatif concernant la mise en œuvre
de la maîtrise de l’énergie. Par ailleurs, l’article 74 du futur code prévoit des
sanctions pour les receleurs et vendeurs d’équipements contrefaits, mais ne
spécifient rien sur les produits ne respectant pas les NMPE et les exigences en
SOFRECO – AF-Mercados EMI
77
AT RECASEB
matière d’étiquetage. Malgré la prise en compte de l’aspect « sanction », la
disposition ne prend pas en compte les manquements et obligations relatives à la
performance électrique des équipements.
En attendant l’élaboration d’une loi spécifique sur la Maitrise d’Energie, il
conviendrait de prendre en compte les amendements proposés par les Experts du
MCA Bénin 2 pour l’amélioration des dispositions évoquées aux articles 17 et 74 du
projet de loi portant code de l’électricité en cours d’examen à L’Assemblée
Nationale. Ces amendements pourront servir de fondement législatif pour un futur
décret de fixation des NMPE des réfrigérateurs au Bénin et permettre d’élargir les
sanctions au non respect des NMPE et les exigences en matière d’étiquetage. Le
volet répressif relatif à l’étiquetage énergétique serait ainsi régi par cette disposition
du code.
Pour assurer un dynamisme réel du volet de la maitrise d’énergie au Bénin, on
pourrait, non seulement, procéder à un réaménagement profond des différents
textes qui régissent le secteur de l’énergie, mais aussi initier d’autres textes
législatifs qui mettent un accent particulier sur la maitrise d’énergie.
Le code d’efficacité énergétique dans les bâtiments au Bénin réalisée par la DGE
dans le cadre du PFSE pour l’amélioration des performances énergétiques des
bâtiments doit préciser les normes à respecter dans le choix des équipements de
production et de consommation énergétique, et dans les matériaux utilisés lors de
l’érection des bâtiments.
L’élaboration et le vote d’une loi sur la maîtrise d’énergie ainsi que l’adoption de ses
textes d’application doit se faire. Cette loi sur la maitrise d’énergie doit prendre en
compte l’ensemble des actions à mettre en œuvre en vue de l’utilisation rationnelle
de l’énergie, la promotion des énergies renouvelables et la substitution de l’énergie.
Au cours de son élaboration, un accent particulier doit être mis sur l’amélioration du
niveau d’efficacité énergétique et de diversification des sources d’énergie non pris
en compte dans le Code de l’électricité, et ce, à travers notamment :





L’audit énergétique obligatoire et périodique et ses conditions de réalisation ;
La consultation préalable concernant les projets consommateurs d’énergie ;
Le recours aux établissements de services énergétiques ;
La réglementation thermique des nouveaux bâtiments ;
L’utilisation rationnelle de l’énergie dans l’éclairage public.
Le cadre législatif et réglementaire de la maîtrise de l’énergie au Bénin doit
également régir la production et l’intégration d’électricité d’origine renouvelable en
garantissant l’accès au réseau électrique pour les producteurs indépendants
d’électricité renouvelable en introduisant un tarif d’achat d’électricité d’origine
renouvelable différencié selon les technologies, ainsi que les règles de leur
application et révision, et en assouplissant les modalités de l’autoproduction
électrique à partir des énergies renouvelables pour permettre le tiers investissement.
Il doit par ailleurs repréciser les obligations des consommateurs d’énergie en
révisant les conditions d’application de l’audit énergétique (seuil, fréquence, etc.) et
y introduire progressivement les obligations de mesurage et vérification (M&V) des
actions d’économie d’énergie subventionnées au niveau des établissements
assujettis à l’obligation de l’audit énergétique.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
78
AT RECASEB
A court terme et en attendant qu’une loi soit rédigée et adoptée au parlement sur la
maitrise d’énergie, il est recommandé de prendre un décret pour établir un cadre
légal à la politique de maitrise d’énergie au Bénin.
Ce décret doit :
 Assurer que les acteurs publics, les entreprises privés, les autorités locales et
les ménages soient contraintes à observer des mesures d’efficacité
énergétique ;
 Exiger des normes de rendement énergétique pour les appareils électriques ;
 Interdire la commercialisation et l’utilisation des ampoules à forte
consommation d’énergie ;
 Exiger des normes d’économie de carburant pour les véhicules.
Enfin comme point positif de l’analyse du cadre législatif et réglementaire, on peut
citer : l’élaboration et l’adoption des premières NMPE pour les lampes, climatiseurs
et réfrigérateurs au Bénin et prise de Décret pour les deux premiers, l’élaboration
d’un projet de Code d’EE des bâtiments administratifs pour le secteur public, le
renforcement du cadre réglementaire actuel pour les normes minimales de
performance énergétique (NMPE) et l’étiquetage énergétique des lampes,
climatiseurs et réfrigérateurs par l’introduction d’articles dans le nouveau Code de
l’électricité, en cours, la libéralisation du secteur pour favoriser l’implication du
secteur privé, l’existence de textes de Lois dont la modification pourrait favoriser
l’émergence de la maîtrise d’énergie.
Toutefois, des points négatifs ont été également recensés tels que l’absence de
cadre réglementaire spécifique à la maitrise de l’énergie. Les textes qui abordent la
maîtrise d’énergie ne renseignent pas assez les utilisateurs de l’énergie sur les
contraintes auxquelles ils sont soumis. On pourrait conclure après cette analyse que
le socle juridique de la maîtrise d’énergie est encore relativement inefficace.
Leçons clés utiles à la politique nationale de
maîtrise d’énergie
Depuis quelques années, on note de la part des politiques une certaine ambition et
une volonté affichée pour le développement du secteur de l’énergie de manière
générale, mais l’accent mis sur l’efficacité énergétique est encore très peu prononcé.
Les grands projets dans le domaine sont orientés vers l’offre énergétique notamment
la sécurisation, la diversification et l’accroissement des sources et capacités
d’approvisionnement énergétique. Les gouvernements successifs semblent très peu
sensibilisés ou informés sur les opportunités offertes par l’efficacité énergétique, et
qu’il est possible d’accroître les sources d’approvisionnement en promouvant
l’utilisation rationnelle de l’énergie.
L’Efficacité énergétique est peu promue et il y a un manque de suivi et de
capitalisation des expériences. Les capacités techniques et de gestion des
intervenants sont limitées, en plus d’une insuffisance de sensibilisation des acteurs
et consommateurs, ainsi qu’une mauvaise qualité de certaines études réalisées par
des consultants. Des précisions sur l'efficacité de certaines mesures manquent, ce
qui ne permet pas de disposer d'une bonne vue d'ensemble de leur impact. Ce
problème est, pour une grande part, lié à l'absence de rigueur dans l’évaluation de
certains programmes nationaux, d'objectifs ex-ante dans le domaine de l'efficacité
énergétique, d'exigences en matière de suivi et/ou d'évaluations ex-post. De plus,
SOFRECO – AF-Mercados EMI
79
AT RECASEB
lorsque des évaluations ex-ante ou ex-post ont lieu, il est difficile de les comparer
en raison de l'utilisation d'indicateurs et de méthodes de mesures non prouvées,
ainsi que des champs d'application différents des instruments.
Pour les projets régionaux, il est remarqué que dès que les bailleurs de fonds
annoncent l’existence d’un fonds, cet argent est récupéré par les institutions
régionales, qui vont chercher et proposer des copies collées de projets vendus
ailleurs. En conséquence, les projets ne sont pas contextualisés et le résultat final
ressemble à du saupoudrage.
Toutefois, certains projets ont eu le mérite d’éveiller les consciences par exemple :
la distribution des LBC par le volet EE du DAEM.
2.5.1 La faiblesse de certaines actions
La promotion des GPL dans les centres urbains
Dans le cadre de la promotion des GPL dans le projet DAEM, le manque de moyens
de micro-paiement et l'incapacité à offrir les prêts à long terme, nécessaires aux
bénéficiaires pour acheter des équipements, a constitué un obstacle majeur à la
réussite du projet. Ce qui signifie que la forte dépendance vis-à-vis de l’aide
internationale, le faible capacité d’investissement des entreprises, la faible
participation des institutions bancaires nationales aux activités de maîtrise d’énergie
et l’absence de fonds de garantie constituent des freins à la maîtrise de l’énergie.
La distribution des LBC par le DAEM
L’évaluation des résultats de distribution des LBC aurait pu donner de meilleurs
résultats si l’approche avait été conduite autrement. En effet, il aurait fallu choisir
une zone tampon plutôt tout le territoire. Cela aurait rendu plus facile l’évaluation de
l’impact de cette activité.
La promotion des normes
Dans le secteur de l’électricité, les facteurs qui ont freiné la bonne mise en œuvre
des activités sont : l’insuffisance de normes pour les équipements et services qui a
favorisé la présence sur le marché d’équipements de mauvaise qualité.
2.5.2 Des menaces à prendre en compte
Le Bénin est vulnérable dans plusieurs domaines notamment ceux :
 Des ressources énergétiques face aux chocs possibles associés au climat
(agriculture, biomasse, hydroélectricité) ;
 Aux marchés internationaux (cours du pétrole) ;
 Aux conditionnalités des partenaires techniques et financiers (poids élevé de
l’aide internationale dans l’économie).
Le Bénin ne peut se contenter d’investir uniquement dans l’augmentation des
capacités de production de la SBEE. Il doit également améliorer son efficacité
énergétique, d’autant que la gestion de la demande d’énergie a une rentabilité
souvent bien supérieure à la création de nouvelles unités de production. Il y a comme
un manque de compréhension des programmes de gestion de la demande
énergétique (DSM) en tant que solution pour gérer la charge.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
80
AT RECASEB
2.5.3 La question de la pauvreté
Dans nos pays pauvres, pour préserver le climat, il faut pouvoir préserver les
ressources naturelles. Il convient de noter que le comportement des populations ne
change pas du jour au lendemain et que le pouvoir d’achat des populations joue un
rôle important dans la question de la maîtrise d’énergie. Pour cela, l’aspect climat
vient après l’aspect pauvreté et par conséquent, la réduction des émissions de GES
passe par la réduction de la pauvreté. Lorsque les populations sont pauvres,
l’instinct de survie les amène à s’attaquer aux ressources naturelles et à l’utilisation
des sources qui polluent (émission de fumées, sources des nuisances liées à santé).
Les immondices d’ordures ménagères se créent et produisent du méthane (CH4),
ce qui entraîne la production d’un GES qui est 25 fois plus dangereux que le CO2,
même sur la durée.
En agissant donc sur les hommes, par la réduction de la pauvreté, on réduit
l’empreinte écologique.
Synthèse de l’analyse diagnostique (analyse
SWOT)
2.6.1 Analyse de l’environnement externe à la PONAME
Le Bénin fait partie des organisations sous-régionales (CEDEAO, UEMOA…) et
internationales et donc, est lié par des accords relatifs à l’énergie, aux changements
climatiques ; il est également lié à certains organismes de coopération technique et
financière. A travers ces engagements, le Bénin est tenu d’intégrer les politiques,
stratégies et programmes de maîtrise d’énergie définis au niveau sous-régional et
international dans ses plans d’actions.
Aujourd’hui, il existe de nouvelles technologies pour l’amélioration de la performance
énergétique et plusieurs mécanismes financiers à l’échelle mondiale du fait de la
prise de conscience de l’enjeu que constitue la maîtrise d’énergie. Pour leur part, les
mécanismes financiers pourraient contribuer au besoin de financement nécessaire
à la mise en œuvre de la stratégie béninoise de maîtrise d’énergie. Le financement
carbone, notamment le Mécanisme de Développement Propre (MDP) proposé dans
le protocole de Kyoto permet désormais d’obtenir des incitatifs financiers pour la
mise en œuvre de programmes d’efficacité énergétique et de réduction de Gaz à
Effet de Serre (GES).
Ces technologies et accords, constituent pour la plupart des opportunités au
développement de la maîtrise d’énergie au Bénin. Toutefois, les plans de
développement de la maîtrise d’énergie peuvent être remis en cause par diverses
menaces fondamentales telles que la volatilité des cours du pétrole.
Les opportunités et menaces qui ressortent de l’analyse de l’environnement externe
à la PONAME sont résumées comme suit :
L’environnement externe de la maîtrise d’énergie au Bénin offre de
nombreuses perspectives sur les plans politique et technologique qui, si elles
sont activées, permettront de relever les défis en termes d’atteinte des
objectifs.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
81
AT RECASEB
L'accès aux
financements et
implication des
bailleurs pour les
projets d'EnR et
d'EE
Existence des
initiatives pour le
développement
des
interconnexions
régionales (WAPP)
Possibilité
d'intégration du
mécanisme MDP aux
projets de maîtrise
d'énergie (enagement
face aux
changements
climatiques)
Existence de
nouvelles
technologies pour
l'amélioration de la
performance
énergétique des
équipements
Possibilité
d'intégration des
documents de
stratégies et
programmes sousrégionaux et
internationaux
pour booster la
maîtrise d'énergie
Existence de
nombreux
modèles
d'intégration
réussie des EnR
ayant abouti à
des mix
énergétiques
Opportunités
L’émergence de nouvelles technologies dans le domaine des énergies
renouvelables et de l’efficacité énergétique, s’accompagne de nombreuses
opportunités de financement et de références en ce qui concerne leurs
modèles d’intégration.
Maturité des EnR
en termes de coûts
et de
développement
des technologies
Attention particulière
de la population et
de l'État aux
problématiques
environnementales
et des opportunités
de financement qui
en découlent
Promotion de l'EE
à travers les
propositions sur la
MDE
Opportunités
Développement de
nouvelles approches
d'intégration des
EnR dans le réseau
électrique à travers
la production
décentralisée
Cependant, les plans de développement de la maîtrise d’énergie peuvent être
remis en cause par diverses menaces fondamentales telles que la volatilité
des cours du pétrole, l’amenuisement des ressources fossiles et les
orientations politiques sous-régionales.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
82
AT RECASEB
Volatilité des cours
des ressources
énergétiques fossiles
Orientations
politiques émanant
des institutions
sous-régionales
(UEMOA, CEDEAO)
et internationales
Amenuisement des
ressources fossiles
Menaces
2.6.2 Analyse de l’environnement interne à la PONAME
L’examen des principaux documents qui affichent les options de développement du
Bénin révèle une volonté politique tournée vers le développement du secteur
énergétique dans le renouveau économique du Bénin. Ceci constitue un atout dans
l’impulsion de la politique de maîtrise d’énergie.
D’une manière générale, pour le cadre stratégique, politique, institutionnel et
réglementaire, les atouts majeurs sont les suivants : (i) l’élaboration progressive de
documents fondamentaux régissant la maîtrise d’énergie, (ii) l’ouverture du secteur
énergétique aux opérateurs privés, (iii) l’ouverture du réseau national d’électricité
sur les réseaux des pays voisins.
Principales forces mises en évidence
Existence d'un
dispositif
institutionnel pour la
promotion de la
maîtrise d'énergie
Existence d'une
volonté politique
affichée
Cadre stratégique en
cours d'amélioration
Forces
Elaboration et
réaménagement
progressifs des textes
réglementaires dans
le domaine de la
maîtrise d'énergie
Existence d'une
expertise locale et
d'une base technique
dans le domaine de
l'EE et des EnR
Principales faiblesses
SOFRECO – AF-Mercados EMI
83
AT RECASEB
Inexistence de
documents
d'orientation ou de
stratégie adoptés par
le Gouvernement
Manque d'attrait du
système bancaire local
et de microfinance
pour le financement
des technnologies
propres
Faiblesse
institutionnelle pour la
promotion de la
maîtrise d'énergie
Absence d'une
approche intégrée
pour le développement
du marché de l'EE
Faiblesses
Les résultats de l’analyse SWOT sont présentés dans le tableau synthèse suivant.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
84
AT RECASEB
Tableau 2 : Tableau synthèse de l'analyse SWOT
Opportunités
Externe
CADRES
Stratégique et Politique
Technique
Institutionnel
Réglementaire
Possibilité d'intégration des documents de
stratégies et programmes sous-régionaux
et internationaux pour booster la maîtrise
d'énergie ;
Existence
de
nouvelles
technologies pour l’amélioration de
la performance énergétique des
équipements ;
Possibilité
d’accès
aux
financements et implication des
bailleurs pour les projets d’EnR et
d’EE ;
Volatilité du cours du pétrole et
amenuisement des ressources fossiles
(l’offre énergétique pourrait l’anticiper par
l’amélioration
de
la
performance
d’exploitation et par la couverture du risque
de hausse. De plus, ces éléments
pourraient amener le secteur privé à
s’engager dans les actions de maîtrise
d’énergie du fait de factures énergétiques
trop élevées) ;
Maturité
des
technologies Existence
de
plusieurs
renouvelables en termes de coût et mécanismes financiers à l’échelle
technologie ;
mondiale du fait de la prise de
conscience
internationale
Existence
d’une
assistance
(possibilité
d’intégration
du
technique internationale.
mécanisme MDP aux projets de
maîtrise d’énergie - engagement
face
aux
changements
climatiques).
Possibilité de transposer
les textes réglementaires
de la CEDEAO et de
l’UEMOA
relatifs
à
l’énergie.
Existence
de
nombreux
modèles
d'intégration réussie des EnR ayant abouti
à des mix énergétiques ;
Existence
des
développement
régionales ;
initiatives
pour
le
des
interconnexions
La décision d’autoriser des constructions
de centrales d’origine renouvelable
connectées au réseau constitue un signal
politique fort qui, s’il est accompagné des
décisions politiques nécessaires relatives
au rachat de l’électricité, va engendrer une
SOFRECO – AF-Mercados EMI
85
AT RECASEB
très forte croissance de la production
d’électricité d’origine renouvelable ;
Les emplois liés à la réalisation
d’installations efficaces en énergie, et qui
concernent les professions du second
œuvre de différents secteurs peuvent
contribuer directement à l’économie du
Bénin ;
Développement de nouvelles approches
d'intégration des EnR dans le réseau
électrique à travers la production
décentralisée.
Volatilité (fluctuation) du cours du pétrole et Indisponibilité
de
l’assistance Lenteurs dans
l’amenuisement des ressources fossiles ; technique internationale.
administratives.
les
procédures Mauvaises
réglementations.
Menaces
Influence des orientations politiques
émanant des institutions sous-régionales
(UEMOA, CEDEAO) et internationales ;
Insuffisance de la prise en compte des
populations (Ex. refus des populations pour
l’implantation d’une centrale) ;
Dépendance de ressources énergétiques
extérieures ;
Intégration des énergies renouvelables
inappropriée sur le plan contractuel (IPP) et
technique (intermittence).
SOFRECO – AF-Mercados EMI
86
Forces
Interne
AT RECASEB
Une forte volonté de l’Etat à respecter les Existence d'une expertise locale et
engagements pris vis-à-vis de la CEDEAO d'une base technique dans le
dans l’élaboration et l’adoption des domaine de l'EE et des EnR ;
politiques ;
Expérience de mise en œuvre de
L’existence de certaines initiatives réussies mesures d’EE dans les institutions
dans des pays comme le Ghana, le publiques et privées ;
Sénégal et le Cap vert, qui ont déjà
Formations
de
plusieurs
développé et adopté des politiques dans le
industriels,
responsables
de
domaine des énergies renouvelables et de
bâtiments publics et spécialistes
l’efficacité énergétique ;
des secteurs public et privé à la
Cadre stratégique en cours d'amélioration. maitrise d’énergie.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Existence
d'un
dispositif Existence de Décrets
institutionnel pour la promotion de pour les NMPE et
la maîtrise d'énergie ;
Etiquetage énergétique
des lampes (en cours)
Existence d’un programme de
pour
les
lampes,
restructuration des institutions en
climatiseurs
et
charge de l’énergie ;
réfrigérateurs ;
Existence de ressources humaines
Elaboration
et
spécialisées dans les questions
réaménagement
énergétiques dans les différentes
progressif des textes
institutions (institutions privées et
réglementaires dans le
d’État,
universités,
bureaux
domaine de la maîtrise
d’études) ;
d'énergie.
Existence de programmes de
formation dans le domaine de la
maîtrise d’énergie dans certaines
universités.
87
Faiblesses
AT RECASEB
Inexistence de documents d’orientations Faiblesse et imprécision des Faiblesse institutionnelle pour la Inexistence de textes
ou de stratégie adoptés par le données relatives au potentiel promotion de la maîtrise d'énergie ; spécifiques à la maîtrise
Gouvernement ;
d’EE ;
de l’énergie ;
Faiblesse des capacités de
Absence d’un cadre d’émergence de PMI Difficulté d’obtention de données production et de transport du Inexistence
de
et PME pour la promotion des technologies sur les besoins socio-économiques système électrique et faible documents d’orientations
énergétiquement efficaces.
des
secteurs
stratégiques valorisation
des
ressources ou de stratégie adoptés
(éducation,
santé,
eau
et énergétiques nationales ;
par le Gouvernement.
agriculture) ainsi que leurs
Absence d'une approche intégrée
relations respectives au secteur
pour développement du marché de
énergétique ;
l'EE ;
Faiblesse des données sur les
Conflit d’attributions entre certaines
coûts réels d’accès aux services
structures ;
énergétiques selon les usagers et
Manque de financements des
les aires géographiques ;
technologies propres (faible attrait
Faiblesse dans le montage des
au système bancaire, difficultés
dossiers techniques ;
d’accès au financement extérieur,
A part quelques pionniers, les absence de cadre financier adapté
corps de métiers traditionnels pour la promotion de la maîtrise
concernés par la mise en œuvre d’énergie, manque d’information
des mesures d’EE n’ont pas sur les mécanismes de crédit
encore entrepris les mesures de disponible) ;
formation et de transformation de
Manque de mesures incitatrices
leurs entreprises pour offrir des
dans le domaine ;
prestations de qualité dans ce
Faiblesse des programmes de
secteur.
formation dans le domaine de la
maîtrise d’énergie (universités,
lycées, collèges et enseignement
de base) ;
Insuffisance de qualification des
ressources humaines évoluant
dans le domaine de la maîtrise
d’énergie.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
88
AT RECASEB
2.6.3 Analyse spécifique de l’offre électrique
Cette analyse se fait par rapport à l’environnement externe de la SBEE ;
l’environnement interne reste dans le cadre strict de la gestion de la société et ne
rentre pas dans celui de cette étude.
La production de la SBEE est en croissance régulière et est essentiellement portée
jusqu’à maintenant par le diesel et la location des groupes électrogènes, suggérant
une réflexion sur les IPP et le modèle d’intégration des acteurs privés dans le
secteur.
Le niveau d’indisponibilité aléatoire de l’offre nuit à la qualité du service et traduit le
niveau des faiblesses techniques du fournisseur (entretien et maintenance). Malgré
une amélioration de la performance ces dernières années, les coûts de production
croissent régulièrement au gré des variations du cours du pétrole, mais aussi du fait
des retards importants dans l’introduction des technologies à bas coûts.
Dans le même temps, la pointe stagne et le déficit de puissance augmente. Cela
signifie que pour maîtriser les investissements du côté de l’offre, l’accroissement des
capacités de production ne doit pas être la seule solution envisagée parce que
l’utilisation non optimale des capacités de production installées offre également un
important levier d’action c’est-à-dire, la maîtrise de la demande d’énergie (MDE). Il
ressort de l’analyse stratégique de l’évolution de l’équilibre entre l’offre et la
demande qu’il est nécessaire de maîtriser et d’optimiser la planification de l’offre et
d’améliorer la capacité d’exploitation des moyens de production.
De nombreuses opportunités s’offrent à la SBEE telles que l’augmentation de la
demande, l’intérêt des acteurs privés et la possibilité de renforcer les capacités de
l’offre grâce à des partenariats ciblés. Ces opportunités se présentent sous forme
de :
 Augmentation de la demande électrique ;
 Possibilité d'exploiter les réseaux sociaux et d'applications mobiles, pour
faciliter la communication interne et externe à la SBEE ;
 Importance accordée au secteur de l'énergie par le Gouvernement et les
PTF ;
 Intérêt marqué de plusieurs acteurs du secteur privé pour investir dans le
développement de l'offre ;
 Possibilités de développer des partenariats multiples (formations,
renforcement des capacités, etc.).
Toutefois, les plans de développement de l’offre peuvent être remis en cause par
diverses menaces fondamentales telles que la volatilité des cours du pétrole, la
recrudescence du vandalisme, le niveau d’indisponibilité de l’offre, le manque de
gaz du Nigéria, etc. Ces menaces sont, d’une part :
 Les coûts de production et de vente qui sont parmi les plus élevés en Afrique,
en partie du fait du prix du kWh provenant des producteurs indépendants
d’électricité ;
 La forte volatilité des cours du pétrole et la forte dépendance des ressources
énergétique fossiles pour la production électrique ;
 La recrudescence des actes de vandalisme et de vol d'électricité sur les
équipements de comptage de l'énergie de la SBEE ;
 Le niveau d'indisponibilité de l'offre électrique.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
89
AT RECASEB
D’autre part, les retards dans la mise en œuvre des projets, les lenteurs dans les
procédures de passation des marchés ainsi que la non-anticipation des
transformations fondamentales du métier des professionnels de l’électricité
constituent des menaces qui se traduisent dans :
 Les retards dans la mise en œuvre des grands projets de l'État et lenteurs
dans les procédures administratives ;
 Les rigidités réglementaires pour l'implémentation de nouvelles technologies
efficaces ;
 L’accroissement de la pression urbaine qui peut menacer la sécurité des
infrastructures de la SBEE ;
 Les risques d'adopter des modèles contractuels d'intégration des EnR
inappropriées et d'EE (IPP centralisés, CPE) ;
 La lourdeur excessive de la législation concernant la passation des marchés
et la faiblesse des règles d'accès s'appliquant aux fournisseurs (peu fiable,
mauvaise qualité) ;
 Le recours à la location de GE par la SBEE (Coûts élevés) ;
 Le non-respect des programmes de maintenance par la SBEE (Surcoûts
d’exploitation, délestages…).
Défis et enjeux majeurs
Le secteur énergétique béninois est confronté à plusieurs difficultés d’ordres
technique, opérationnel, réglementaire et institutionnel qui, à des degrés divers,
touchent tous les sous-secteurs, dans un contexte d’accroissement continu de la
demande.
Les prévisions des agendas SE4ALL prévoyaient pour l’année 2030 :
 Une réduction de la demande finale de bois de feu et du charbon de bois par
habitant (national, urbain et rural) de 50 % ;
 Un objectif d’utilisation des foyers améliorés et des sources d’énergie pour la
cuisson d’au moins les 90% ;
 Une amélioration de la consommation finale spécifique d'énergie (tep/pers/an)
permettant une économie d’énergie de 23,8%,
 Une amélioration de la consommation spécifique d’électricité (kWh/pers/an)
permettant d’atteindre une économie d’énergie de 24% ;
 Des pertes totales sur le réseau électrique réduites à 8% ;
 Un potentiel d’économie globale d’énergie maximum réalisable de 20% sur la
demande nationale d’énergie déjà à l’horizon 2025.
Dans le PDDSE, il est prévu une évolution de 241% sur la demande entre 2018 et
2030 (NOCIBE et SCB non compris) selon le Scénario moyen, et de 205% pour le
Scénario faible. La pointe annuelle, qui était en 2017 d’environ 240 MW, atteindrait
1 014 MW dans le Scénario Moyen et 768 MW dans le Scénario Faible en 2035.
Aujourd’hui, force est de constater que l’atteinte de ces objectifs est difficile. La
pointe de 400 MW prévue pour 2021 stagne depuis 2017 à 240 MW. Le taux d’accès
est faible (seul un tiers de la population a accès à l'électricité) et inéquitable, l’offre
est déficitaire, le prix de l’électricité est élevé, l’énergie non distribuée (END) et les
pertes techniques sont élevées, la diversification du mix énergétique reste faible.
Au niveau de la principale source d’énergie (biomasse), la demande est croissante
et les équipements utilisés pour son exploitation sont inefficaces. La déforestation
SOFRECO – AF-Mercados EMI
90
AT RECASEB
sévit avec le risque d’érosion des sols. On note également une faible utilisation
d’énergie alternative et la pollution de l’air sévit dans les grandes villes.
2.7.1 Défis majeurs
Dans le contexte décrit ci-dessus, la Maîtrise de l’énergie constitue un véritable
levier stratégique, qui permet d’adresser les nombreux défis du secteur. La
PONAME permettra de faire face à d’énormes défis comme la faible efficacité
énergétique, la faible capacité de production, les fournitures énergétiques instables
et peu fiables, le faible accès à l’énergie moderne et l’insuffisance de capacités
institutionnelles, techniques et réglementaires pour exploiter le potentiel. Ces défis
sont :







La maîtrise de la demande d’énergie (MDE) ;
L’amélioration de l’accès à l’énergie ;
L’optimisation de l’offre électrique et des investissements ;
Le renforcement du cadre institutionnel et réglementaire ;
La création d’emplois et la réduction de la pauvreté ;
La compétitivité et la maîtrise des budgets des entreprises ;
La protection de l’environnement.
L’avantage macroéconomique qu’offre la maîtrise d’énergie est certain, mais les
efforts réalisés pour sa promotion n’ont pas porté suffisamment de fruits.
2.7.2 Enjeux majeurs
Les principaux enjeux majeurs de la politique de maîtrise d’énergie au Bénin seront
de quatre (04) ordres :
 Un portage politique fort pour impulser l’efficacité énergétique ;
 Un cadre institutionnel et réglementaire adéquat pour l’optimisation de l’offre
et de la demande d’énergie ;
 Une exploitation rationnelle du gisement d’économie d’énergie disponible ;
 Des instruments financiers adéquats.
Un portage politique fort pour impulser l’efficacité énergétique
Sur le plan de la gouvernance, la volonté politique s’est affichée avec l’introduction
d’un volet Efficacité énergétique dans le 2 ème compact du Millenium Chalenge
Account (MCA-Bénin 2), qui a pris en compte l’amélioration de l’offre et la maîtrise
de la demande d’énergie. De même l’UE, à travers RECASEB, apporte un soutien
financier et technique au Bénin dans l’élaboration de politiques dans le secteur de
l’énergie (PONAME, PONADER), réalise l’étude de la demande électrique à horizon
2035 et s’active aussi dans le renforcement des capacités des acteurs du secteur.
Cette volonté s’est confirmée dans le PAG dans son Projet phare n°29, relatif à la
maîtrise des consommations énergétiques, qui témoigne du fait que sans un portage
politique fort, il est difficile d’assurer une mise en œuvre efficiente à la politique de
maîtrise d’énergie. L’un des éléments clés à prendre en compte dans l’élaboration
de la politique est la réussite d’une bonne gouvernance de la maîtrise d’énergie.
La gouvernance de la maîtrise d’énergie est la combinaison de cadres législatifs et
de mécanismes de financement, des arrangements institutionnels et des
mécanismes de coordination, qui travaillent ensemble pour soutenir la mise en
œuvre de stratégies, de politiques et de programmes de maîtrise d’énergie. Une
politique de maîtrise d’énergie a plus de chances de réussir si un système efficace
SOFRECO – AF-Mercados EMI
91
AT RECASEB
de gouvernance est mis en place. Des cadres juridiques aux institutions qui
élaborent et mettent en œuvre la politique, jusqu’aux parties prenantes qui
participent à la mise en œuvre sur le marché, la gouvernance de la maîtrise
d’énergie (Figure 8) est complexe et pourtant constitue un élément essentiel du
système de fourniture d’efficacité énergétique.
Points clés de la Gouvernance de la maîtrise d’énergie33
1
2
3
33
Les dispositifs d’encadrement : confèrent une autorité, créent un consensus,
attirent l'attention et fournissent des ressources pour la mise en œuvre de
la Politique Nationale de Maîtrise d’Energie. Ces dispositifs constituent la
pierre angulaire de la gouvernance en matière de maîtrise d’énergie. Ils
activent littéralement les politiques d’EE et programmes à mettre en œuvre
en fournissant une base juridique, une stratégie globale liée aux objectifs de
développement et les ressources nécessaires à l’action gouvernementale.
Les éléments importants du dispositif comprennent les lois et décrets, les
stratégies et les plans d'action et mécanismes de financement.
Les arrangements institutionnels : constituent le deuxième pilier de la
gouvernance en matière de maîtrise d’énergie. Six principaux types
d'arrangements institutionnels sont possibles : les agences d'exécution, les
besoins en ressources, les fournisseurs d’énergie, la coopération entre les
secteurs public et privé, l’engagement des parties prenantes et les
partenaires techniques et financiers. Ces arrangements permettent de
mettre sur pied les instruments pratiques par lesquels la politique de
maîtrise d’énergie est formulée et mis en œuvre.
Les mécanismes de coordination : comprennent la coordination
gouvernementale, les objectifs et l'évaluation. La création de ces
mécanismes à différents niveaux du gouvernement regroupant plusieurs
entités administratives, mais qui travaillent ensemble influence directement
la qualité et l’efficacité des résultats de la politique de maîtrise d’énergie.
Cet aspect de la gouvernance de la maîtrise d’énergie répond au besoin de
coordonner la mise en œuvre des politiques et des programmes et pour
surveiller les résultats. Une attention insuffisante à la coordination
gouvernementale est l'une des raisons pour lesquelles les politiques de
maîtrise d’énergie n’atteignent pas toujours leurs objectifs.
IEA. Energy efficiency governance. Paris, 2010
SOFRECO – AF-Mercados EMI
92
AT RECASEB
Gouvernance de la Maîtrise d’énergie
Dispositifs d’encadrement
Arrangements institutionnels
Mécanismes de coordination
Lois et Décrets
Agences de mise en œuvre
Stratégies et Plans d’action
Ressources
Coordination
gouvernementale
Mécanismes de financement
Fournisseurs d’énergie
Cibles
Parties prenantes
Évaluation
Partenariat Public Privé
Assistance internationale
Figure 8 : Gouvernance de la Maîtrise d'énergie
Un cadre institutionnel et réglementaire adéquat pour l’optimisation de l’offre
et de la demande d’énergie
Les dysfonctionnements et conflits d’attribution notées dans un passé récent entre
certaines institutions n’étaient pas de nature à favoriser la mise en place d’un
programme de maîtrise d’énergie pouvant permettre d’atteindre des objectifs
concrets. La dissolution de l’ex ANADER et l’émergence de l’ABERME arrange un
peu le paysage institutionnel, mais ne constitue pas encore une solution définitive.
La création de l’UC/PDER constitue un atout dans la mise en place d’un cadre
institutionnel favorable à la promotion de la maîtrise d’énergie au Bénin. Mais pour
que les effets escomptés par les réformes soient visibles, le dispositif institutionnel
doit bien fonctionner. L’ABERME joue bien son rôle en matière d’électrification
rurale, mais le financement de la maîtrise d’énergie doit être redéfini.
Par ailleurs, dans le cadre d’une bonne maîtrise de l’énergie, un aménagement du
cadre institutionnel doit être fait en ce qui concerne les rôles respectifs de l’ABERME,
de l’UC/PDER et de la DGRE. Le défi à ce niveau, sera donc de rétablir chaque
acteur dans son rôle. Beaucoup d’initiatives de mise en œuvre de projets d’EE sont
parties de la DGRE alors qu’elles ne devraient pas l’être. En tant qu’organe
définissant la politique énergétique du pays, ses actions ne devraient pas s’étendre
à la mise en œuvre, rôle dédié à une agence.
Le cadre réglementaire de la maîtrise d’énergie commence heureusement à évoluer
dans le sens de son amélioration. Il existe aujourd’hui un Décret sur les NMPE pour
les lampes et climatiseurs individuels, un autre est en cours pour les réfrigérateurs.
Par ailleurs, un projet d’amendement du Code de l’électricité, prenant en compte le
volet maîtrise d’énergie se trouve actuellement au parlement en attente d’être voté.
Une exploitation rationnelle du gisement d’économie d’énergie disponible
Les gisements d’économie d’énergie identifiés lors des différentes études laissent
penser à l’existence d’un fort potentiel d’économie d’énergie qui reste encore
inexploité dans les secteurs des bâtiments, des normes et étiquetages, des
industries, et même du côté de l’offre énergétique. En dehors des ménages et des
bâtiments publics qui n’ont pas connu des programmes aboutis, un fort potentiel
SOFRECO – AF-Mercados EMI
93
AT RECASEB
existe également dans les bâtiments privés (hôtels, tours administratives, etc.) qui
sont encore presqu’intacts.
Une bonne politique de maîtrise d’énergie doit donc prendre en compte le défi de
puiser considérablement dans le gisement d’économie d’énergie disponible au
Bénin, à travers l’impulsion d’opération de maîtrise d’énergie dans les principaux
secteurs d’activités. Avec le projet phare n°29 du PAG, le volet EE du MCA-Bénin 2
et le volet EE du PASE, les autorités béninoises semblent avoir pris conscience du
potentiel d’économies d’énergie et des actions d’envergure sont en cours de
préparation pour atteindre des objectifs d’efficacité énergétique à long terme pour
l’économie béninoise, dans son ensemble.
Des instruments financiers adéquats
La mise en place, dans le cadre de la politique nationale de maîtrise d’énergie, des
instruments financiers adaptés au contexte énergétique béninois et capables de
contribuer à la promotion des économies d’énergie est une nécessité. La
mobilisation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre des actions
d’efficacité énergétique est donc un impératif et l’expérience de l’échec de la
promotion des GPL aux petits fonctionnaires en est un exemple concret. En effet,
l’objectif de cette activité était de faire passer ces ménages au gaz afin de réduire la
pression sur le couvert végétal ; la production du charbon de bois étant la principale
source d’appauvrissement des forêts. Le manque de fonds de garantie où les
salariés pourraient puiser pour acquérir ces équipements (le 1 er investissement est
élevé) et rembourser à petit coups a manqué.
La question du financement dépasse très largement celle de la mobilisation des
ressources financières des PTF. Les institutions financières nationales doivent être
associées au développement de montages financiers adaptés au profil et à
l’économie des investissements de maîtrise de l’énergie et, lorsque c’est nécessaire,
d’apporter des ressources et financements publics pour permettre aux banques
d’aider les porteurs de projets à réaliser des montages financiers incitatifs
permettant d’enclencher la décision d’investissement. Au Bénin, le gouvernement
peut donc faire recours à des partenariats divers, notamment avec des structures
privées, afin de mettre en œuvre des mesures d’amélioration de l’EE sans avoir à
financer tous seuls, la totalité des investissements requis. Par rapport à cela, l’enjeu
sera de tirer la meilleure partie des mécanismes financiers régionaux et
internationaux disponibles.
Il convient de noter aussi que l’action des bailleurs de fonds dépend de l’impulsion
des gouvernements puisque c’est à ces derniers qu’il revient de fixer les priorités,
les objectifs et règles contraignantes à partir desquels ils peuvent construire des
programmes et développer des projets en apportant leurs ressources et leur
expertise.
Des opportunités et atouts liés au système énergétique mondial existent. Au niveau
national, les forces et faiblesses qui se dégagent et les enjeux ainsi présentés sont
autant d’éléments qui permettront de définir les orientations et axes stratégiques de
la politique nationale de maîtrise d’énergie au Bénin.
Cas de financement de la maîtrise d’énergie dans certains pays africains.
Algérie : L’un des objectifs de la Loi algérienne sur la maîtrise d’énergie est la
gestion rationnelle de la demande d’énergie. Pour ce faire, le Gouvernement a mis
en place, un fonds pour la maîtrise de l’énergie. L’article 3 du décret d’application
SOFRECO – AF-Mercados EMI
94
AT RECASEB
prévoit, au titre des actions et projets éligibles au chapitre des dépenses du fonds
national pour la maîtrise de l’énergie, l’organisation du contrôle de l’EE des
bâtiments, des équipements et des véhicules et encourage l’émergence et le
développement des entreprises, des services et des associations spécialisés dans
les activités de promotion de l’efficacité énergétiques, toutes choses qui contribuent
à établir un partenariat entre les secteur public et privé pour la mise en œuvre du
programme gouvernemental en matière de maîtrise de l’énergie.
Tunisie : Depuis 1985, le Gouvernement tunisien apporte un soutien financier en
matière de promotion des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et de
la production propre. Ce financement est assuré concomitamment par le budget de
l’État et par la mobilisation des ressources financières locales et internationales. Le
cadre institutionnel mis en place a permis l’établissement d’un environnement
favorable pour promouvoir les partenariats avec le secteur privé.
La loi n° 2005-82 du 15 août 2005, portant création d’un “ système de maîtrise de
l’énergie ” permet de mettre en œuvre et pérenniser les actions visant la
rationalisation de la consommation de l’énergie, la promotion des énergies
renouvelables et la substitution de l’énergie. Elle a permis de mettre en place un
“Fonds National de Maîtrise de l’Energie”, objet de la loi n° 2005-106 du 19
décembre 2005, permettant ainsi le financement des investissements publics de
maîtrise de l’énergie en Tunisie à travers l’octroi des subventions.
Côte d’Ivoire : Le pays disposait depuis 1986, d’un programme de maîtrise de
l’énergie dont le financement était assuré uniquement sur les fonds publics. Ce
programme visait entre autres, la maîtrise des dépenses d’électricité de l’État par un
suivi de la facturation des abonnements publics et la mise en œuvre de mesures de
corrections des mauvais facteurs de puissance, sources de pénalités.
Par la suite, la création des Entreprises de service énergétique (ESE) a constitué un
vecteur pour mobiliser les financements additionnels nécessaires pour exploiter les
gisements d’économies d’énergie estimés et qui impliquent le secteur privé. Cette
approche, basée sur l’expérience canadienne, a été transférée et implantée en Côte
d’Ivoire dans le cadre d’un projet co-financé par l’IEPF, la Banque mondiale et le
Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Grâce à ce projet, un partenariat
énergétique public-privé a pu être établi entre les entreprises retenues et la Banque
Nationale d’Investissement (BNI) qui gère les fonds publics, à travers la mise en
place d’une ligne de crédit pour servir de fonds de garantie aux ESE qui souhaitent
lever des fonds pour la réalisation des projets d’économie d’énergie dans les
bâtiments publics.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
95
AT RECASEB
CHAPITRE 3
FONDEMENTS, VISION, OBJECTIFS ET
ORIENTATIONS STRATEGIQUES
SOFRECO – AF-Mercados EMI
96
AT RECASEB
3 FONDEMENTS, VISION,
OBJECTIFS ET ORIENTATIONS
STRATEGIQUES
Considérant les limites des programmes relatifs à l’offre énergétique, qui ont toujours
été la principale préoccupation des différents décideurs, il devient aujourd’hui
nécessaire, voire indispensable d’accorder plus ou autant de considération à la
demande afin de promouvoir effectivement une croissance économique. La
présente politique indique aux différentes parties prenantes, les étapes à suivre pour
l’atteinte des objectifs en matière de maîtrise d’énergie durant les dix prochaines
années. Elle prend en compte les leçons tirées de l’étude diagnostique du soussecteur de la maîtrise d’énergie, et tire ses fondements des référentiels nationaux,
sous régionaux et internationaux en matière de maîtrise d’énergie. Cette politique, à
travers son objectif, permettra de :
 Réduire la dépense énergétique globale du pays à travers une plus grande
efficacité énergétique dans les services (secteurs public et privé confondus),
les ménages, les industries et les transports ;
 Atténuer la pression sur l’environnement et les ressources naturelles, liée à
l’utilisation de l’énergie ;
 Disposer d’un instrument d’amélioration de l’efficacité de la production
nationale.
Les sections qui suivent décrivent les fondements, la vision et les principes
directeurs d’une PONAME au Bénin.
Fondements de la PONAME
Sur le plan international, la PONAME s’intègre dans l’ODD 7 ; « Garantir l’accès de
tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable
» et l’Agenda 2063 de l’Union Afrique (UA) relatif à la détermination des pays
africains à suivre une nouvelle voie pour parvenir à une croissance et à un
développement économiques inclusifs et durables. Dans cet Agenda, les chefs des
États membres ont réaffirmé la vision panafricaine pour une « Afrique intégrée,
prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens, et représentant une force
dynamique sur la scène mondiale ». A travers les objectifs 6 et 7 de l’aspiration n°1
de l’Agenda : l’UA vise une économie bleue (océanique) pour une croissance
économique accélérée, des économies et communautés durables sur le plan
environnemental et résilientes au climat. Les domaines prioritaires sont, entre
autres, les ressources marines et l’énergie, la gestion durable des ressources
naturelles et la conservation de la biodiversité, les modes de consommation et de
production durables, la résilience au climat et la prévention et préparation face aux
catastrophes naturelles ainsi que l’énergie renouvelable. La PONAME prend
également en compte les grandes orientations en matière d’efficacité énergétique et
d’énergies renouvelables définies dans les politiques et stratégies sous régionales,
notamment :
 La Politique Energétique Commune (PEC) de l’UEMOA en ses articles 1, 2 et
3 dont les objectifs sont :
SOFRECO – AF-Mercados EMI
97
AT RECASEB
 garantir la sécurité des approvisionnements énergétiques de l'Union ;
 mettre en valeur et assurer la gestion optimale des ressources
énergétiques de l'Union en systématisant l'interconnexion des réseaux
électriques et la réalisation des ouvrages communautaires ;
 promouvoir les énergies renouvelables ;
 promouvoir l'efficacité énergétique ;
 développer et améliorer l'accès des populations rurales de l'Union aux
services énergétiques ;
 contribuer à la préservation de l'environnement.
 Le Livre Blanc pour une Politique Régionale CEDEAO/UEMOA sur l’accès
aux services énergétiques des populations rurales et périurbaines pour la
réduction de la pauvreté et l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le
Développement, qui comportait des objectifs ambitieux pour l’accès à
l’énergie à l’horizon 2015, à savoir : 100 % d’accès à un service de cuisson
moderne, un accès aux services productifs dans les villages, en particulier de
force motrice, pour accroître la productivité des activités économiques à au
moins 60 % des personnes résidant en milieu rural, un accès au service
électrique individuel pour 66 % de la population résidant en milieu périurbain
et rural ;
 Le Système d’Échanges d’Énergie Électrique Ouest Africain (EEEOA),
institution spécialisée de la CEDEAO créé le 10 décembre 1999 par la
Conférence des Chefs d’États et de Gouvernement qui a pour mission
d’harmoniser les politiques énergétiques des Etats membres et accroître
l’autonomie collective en matière d’énergie, de développer des moyens de
production d’énergie et d’interconnexion des réseaux électriques, avec pour
objectif affiché de multiplier par quatre la capacité d’interconnexion entre les
Etats membres sur la période 2005-2020 et d’assurer la coordination des
échanges d’énergie électrique entre les 14 États membres de l’espace
CEDEAO excepté le cap vert ;
 La Politique d’Efficacité Energétique de la CEDEAO, qui stipule en son Article
2 que « l’objectif global de la politique régionale est d’ici 2020, d’améliorer
l’efficacité énergétique de la région de la CEDEAO à des niveaux
comparables à la norme internationale » ;
 La Politique d‘énergies renouvelables de la CEDEAO qui stipule en son Article
1er que « les États membres et l’organe régional (CEDEAO) s’engagent à
mettre e place une politique régionale d’énergies renouvelables avec l’objectif
de contribuer à l’accès aux sources énergétiques durables pour tous dans la
région CEDEAO d’ici 2030 ».
Au niveau national, la PONAME tire ses fondements de l’Etude nationale
prospective « Bénin 2025, Alafia » et du Plan National de développement (PND)
2018-2025 dont l’objectif général est « d’atteindre une croissance soutenue,
inclusive et durable de 10% en 2025 axée sur le développement de l’agro-industrie,
des services et du tourisme dans un cadre de gouvernance nationale et locale plus
efficace en misant sur le développement du capital humain et des infrastructures ».
Dans le scénario qui soutient l’aboutissement de la vision Bénin 2025, la
consolidation des bases matérielles de l’économie, notamment la question de
développement et de la maîtrise de l’énergie, est considérée comme un facteur clé.
De façon spécifique, la diversification et l’utilisation rationnelle des ressources
énergétiques constituent l’une des options de développement des potentialités
SOFRECO – AF-Mercados EMI
98
AT RECASEB
physiques favorables à une économie prospère. Le rapprochement de ce choix au
contexte énergétique actuel du Bénin, caractérisé par un faible taux d’accès à
l’électricité et une forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur confirme la nécessité de
disposer d’une politique de maîtrise d’énergie.
La PONAME s’appuie également sur les fondements du plan stratégique 2019-2023
du Ministère de l’Énergie, la Loi nº 2006-16 du 27 mars 2007 portant Code de
l'électricité en République du Bénin qui définit en son Article 2 ses domaines
d'application, qui concernent, entre autres, les « activités de production, de transport
et de distribution de l'Énergie ». Le chapitre II de cette Loi est relatif à l'organisation
et à la gestion du secteur de l'électricité, tandis que le chapitre III précise le régime
juridique du secteur de l'électricité.
Le Programme d’Action du Gouvernement 2016-2021 affiche une volonté politique
forte d’améliorer durablement la qualité du service public de l’électricité. L’une des
priorités du gouvernement est d’accroître la capacité de production de l’énergie
électrique et la diminution de son coût à travers le renforcement de l’offre, la sécurité
énergétique, la diversification des sources de production, une gouvernance
rationnelle, la réduction des pertes (technique et commerciale) dans la distribution
de l’électricité et la maîtrise des consommations énergétiques, qui repose sur la mise
en œuvre d’une stratégie basée sur deux composantes : l’utilisation rationnelle de
l’énergie et le développement des énergies renouvelables.
La PONAME s’impose pour relever les défis énergétiques, économiques et sociaux
auxquels le pays se trouve confronté. Elle se décline selon des principes directeurs
qui en constituent les fondements et une vision à long terme du système
énergétique, avec des objectifs à la fois ambitieux et réalistes.
Ces choix énergétiques de moyen et long terme basés sur la sobriété en énergie et
en carbone s’inscrivent dans la perspective d’une croissance économique soutenue
et durable. Le Gouvernement s’engage donc, à travers les objectifs stratégiques
pour la maîtrise de l’énergie contenus dans la PONAME à :
 Réduire les consommations énergétiques du pays par un programme national
d’EE dans tous les secteurs (résidentiel, industriel, services et transport) ;
 Réduire l’impact écologique lié à l’utilisation de l’énergie.
Vision de la PONAME
La vision du gouvernement du Bénin à travers la maîtrise des consommations
énergétiques est de : « Faire de la maîtrise d’énergie, un facteur de réduction de
la dépendance et des dépenses énergétiques du Bénin, à effet positif sur la
croissance économique, l’environnement et l’accès des populations aux
services énergétiques de base ». Il s’agit donc à terme, d’engager le Bénin sur la
voie de l'efficacité énergétique dans les secteurs industriels, tertiaire (bâtiments de
l’administration et hôtels), des ménages et des transports, afin de parvenir à réduire
la dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur. Il s’agit de parvenir à doter
l’Administration compétente, d’une stratégie cohérente et d’un plan d’action qui
devra intégrer les préoccupations de maîtrise des dépenses d’énergie tant au niveau
de l’État que des usagers afin de parvenir, à travers cette réduction, à accroître la
compétitivité de l’économie béninoise en général. Du point de vue de l’offre
énergétique, le pays devra tendre vers son autonomie en réduisant progressivement
sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
99
AT RECASEB
La PONAME tient à inscrire les économies d’énergie au rang des ressources, au
même titre que les autres ressources du pays, en contribuant à augmenter le nombre
de personnes ayant accès aux services énergétiques de base. En effet, l’énergie
n’est pas simplement une condition au développement économique d’un pays. Elle
participe à la qualité des services sociaux de base (santé, éducation, etc.) ainsi qu’à
la pérennité du service public. Ainsi, les kWh économisés pourront servir à satisfaire
les besoins d’autres abonnés supplémentaires et lorsque l’électricité est d’origine
thermique, une petite quantité de sauvée peut contribuer à réduire l’empreinte
écologique.
3.2.1 Principes directeurs de la PONAME
Habituellement, deux principes clés sous-tendent la stratégie de maîtrise de
l’énergie à savoir : vision globale et objectifs de long terme et, élaboration et mise
en œuvre par la concertation et le partenariat.
Les hypothèses et les scénarios permettant de fixer les objectifs doivent être fondés
sur des conditions réalistes de faisabilité technique et économique ayant fait l’objet
d’une large concertation avec les différentes parties prenantes. La stratégie et le
programme d’actions doivent être validés par l’ensemble des acteurs concernés
(institutions et organismes publics et privés, société civile, experts, organismes
financiers, universités...), conformément aux exigences d’une bonne gouvernance
de la maîtrise d’énergie.
Les différentes articulations de la PONAME prendront en compte les éléments
suivants sous forme de principes directeurs :
La cohérence transversale
La PONAME doit être en bonne cohérence avec les autres politiques sectorielles qui
visent également le développement durable du pays. Ce principe consiste à établir
de bonnes relations d’une part, entre le secteur de l’énergie et les autres secteurs
d’utilisation des services énergétiques du pays et d’autre part, entre les différents
sous-secteurs de l’énergie. La présente politique doit donc être en cohérence avec
les différents choix stratégiques affichés. En d’autres termes, elle doit s’arrimer avec
ces choix et non sortir du cadre stratégique ainsi tracé pour éviter des conflits entre
les projets et programmes des sous-secteurs de l’énergie.
Un seul cadre de référence pour les actions de maîtrise d’énergie
Parallèlement à la PONAME, la PONADER est également en cours d’élaboration.
Le terrain n’est donc pas vierge en matière de maîtrise d’énergie ; mieux, un risque
de confusion est probable au niveau de certaines actions. Pour capitaliser
efficacement les acquis, que les initiatives et les actions à venir ne continuent pas
d’être éparpillées comme c’est le cas depuis des années et que les conflits entre
institutions ne viennent réduire les chances de réussite de la PONAME, il est
important que ce document de politique soit, après son adoption, le seul cadre de
référence des actions de maîtrise d’énergie à mettre en œuvre au Bénin, en
adéquation avec la vision du gouvernement.
La concertation et l’implication de tous les acteurs
L’approche participative vise à créer une synergie entre tous les acteurs (promoteurs
et bénéficiaires), depuis la conception des projets et programmes jusqu’à
l’exploitation des ouvrages et équipements, en vue de créer les conditions optimales
SOFRECO – AF-Mercados EMI
100
AT RECASEB
de la pérennisation des services énergétiques. Le succès de la PONAME repose
donc sur l’implication de tous les acteurs.
La décentralisation
La décentralisation étant devenue une réalité au Bénin, chaque collectivité
territoriale est responsabilisée dans la gestion du développement socioéconomique
de sa circonscription territoriale. Ainsi, toutes les opportunités devront être saisies
pour décentraliser les services énergétiques avec des transferts appropriés de
compétences et de ressources. La PONAME devra considérer cette réalité, en
tenant compte du fait que ces collectivités locales jouent désormais un rôle important
dans la gestion de l’énergie des centres urbains et dans la gestion rationnelle des
ressources forestières.
Le Partenariat Public Privé
La loi 2016 – 24 du 28 Juin 2017 pour le Partenariat Public – Privé votée par le Bénin
est un instrument Juridique important pour inciter l’intérêt et la confiance des
partenaires privés à s’intéresser au secteur de l’énergie.
Les investissements dans le secteur énergétique sont généralement coûteux et le
Bénin ne peut pas faire face, tout seul, aux besoins de financement des
constructions. Il doit donc développer de façon adéquate et dans des domaines bien
ciblés, des partenariats mutuellement avantageux et durables avec le secteur privé
pour le financement, la réalisation et/ou la gestion des ouvrages, installations et
services énergétiques. Les investissements doivent, pour une bonne part, provenir
du secteur privé, qui détient un potentiel important d’économie d’énergie dans les
secteurs industriels et des services. Pour ce faire, l’État se chargeant de garantir un
bon mécanisme de régulation. Le Partenariat Public Privé reste à cet effet, un
mécanisme important dont la formalisation légale est un atout important pour la
maîtrise de l’énergie au Bénin.
La compétitivité économique
La dépendance énergétique du Bénin vis-à-vis de l’extérieur contribue à accentuer
le déficit de la balance commerciale. L’énergie constitue un des facteurs de
production non négligeable dans l’appareil productif béninois. La compétitivité du
secteur de l’énergie vise l’amélioration de ses performances technico-économiques
intrinsèques et celles de tous les secteurs du développement socioéconomique
national, dont l’énergie constitue un facteur de production. À travers la PONAME, le
Gouvernement cherche à mettre en exergue la compétitivité économique qui reste
un de ses principes forts, mais aussi à rendre le prix de l’énergie accessible au plus
grand nombre de consommateurs, tout en préservant un seuil de rentabilité
raisonnable pour les fournisseurs de services énergétiques et le développement
significatif du secteur énergétique.
La préservation de l’environnement
Le Bénin a voté le 18 juin 2018 la Loi n° n°2018-18 portant réglementation des
changements climatiques en République du Bénin, et a eu l’accès au Fonds Vert
pour le Climat lors de la 25 -ème conférence des parties (COP 25) à Madrid. Par
rapport à l’énergie, le défi se pose dès lors à deux niveaux. Il s’agit d’une part de
réduire la dépendance énergétique du Bénin ; d’autre part de favoriser le
développement de sources d’énergie propre et/ou renouvelables.
Or, l’énergie consommée au Bénin provient essentiellement des produits pétroliers
SOFRECO – AF-Mercados EMI
101
AT RECASEB
(52%) et de la biomasse (46%), sources d’émissions des GES et de déforestation.
Les changements climatiques constituent donc l’un des défis majeurs auxquels le
Bénin doit faire face pour assurer la sécurité alimentaire des populations.
L’économie béninoise est principalement basée sur l’agriculture qui est
essentiellement pluviale, et pour lutter efficacement contre les répercussions des
changements climatiques, le Bénin, à travers bon nombre d’accords, s’est engagé à
mener des actions visant à protéger l’environnement tant global que national. Au
regard de l’ampleur des nuisances environnementales liées à la consommation de
l’énergie, la préservation de l’environnement reste un moteur fort des différentes
actions de la PONAME.
La bonne gouvernance
Avec la stabilisation macro-économique, la bonne gouvernance s'est imposée
comme impératif universel des politiques de développement. C’est un principe qui
reste une nécessité pour toute action de développement. La PONAME s’inscrit dans
cette dynamique surtout du fait de ses actions qui visent l’EE. L’énergie représente
aujourd’hui un bien public commun qui devra donc être utilisée et gérée comme tel
dans le respect des normes de confort et de sécurité. La bonne gouvernance
constitue un gage pour le développement durable.
Le renforcement des capacités
Compte tenu du fait que le développement des capacités humaines et
institutionnelles n’ait pas été rapide, anticipatif et assez élargi pour répondre aux
besoins d’un contexte socioéconomique national, régional et international en
perpétuelle mutation, le renforcement des capacités doit concerner tant les acteurs
privés que publics, que ce soit sur le plan technique ou politique. Le principal
obstacle étant de surmonter l’inégale répartition des ressources humaines
compétentes et présentes dans les zones rurales et périurbaines.
L’accent doit être également mis sur la mise au point d’outils et de méthodes ainsi
que la formation des acteurs à l’utilisation et à l’appropriation de ces outils. Les outils
doivent aussi permettre de suivre la mise en œuvre des politiques et programmes
et les résultats atteints, ainsi que leur impact sur la pauvreté et le développement
économique.
Objectifs stratégiques de la PONAME
3.3.1 Objectif global de la PONAME
L’objectif global de la PONAME est de : « Contribuer au développement de la
maîtrise d’énergie, à travers la gestion de l’offre et de la demande énergétique,
la gestion durable des ressources en biomasse et de l’environnement, la mise
en place d’un cadre institutionnel et réglementaire efficace et un mécanisme
de financement adéquat ».
En effet, le système énergétique du Bénin est confronté, depuis quelques années,
aux défis de l’accès à l'énergie, de la sécurité énergétique et de la dégradation de
l’environnement (notamment due à la déforestation et au changement climatique).
Dès lors, une crise énergétique entrave le développement économique et social du
pays et affecte particulièrement les populations à faible revenu.
L'augmentation de la demande d'énergie, les fluctuations des prix des produits
pétroliers, l'incertitude pesant sur les approvisionnements énergétiques et les
SOFRECO – AF-Mercados EMI
102
AT RECASEB
craintes liées aux changements climatiques ont renforcé la priorité accordée par
plusieurs pays dont le Bénin, aux politiques d'efficacité énergétique notamment par
la mise en œuvre de nouveaux instruments adaptés à leurs spécificités nationales
aussi bien sur le plan économique que sur le plan social et environnemental. La
maîtrise de l’énergie devra donc se conduire sur certaines dimensions à savoir :
produire l’énergie dans des conditions optimales, maîtriser la demande, savoir
investir pour tirer avantage de ses investissements et, savoir pérenniser ses actions.
La production de l’énergie se traduira par la promotion des énergies renouvelables,
propres, à coût réduit et respectueuses de l’environnement. Dans les faits, et selon
le contexte du Bénin, l’efficacité résidera dans l’ensemble des actions qui visent une
exploitation optimale de toute forme d’énergie (électrique, mécanique ou thermique)
obtenue à partir de la transformation de l’énergie solaire, du vent, de la biomasse ou
de toute autre source renouvelable.
Par ailleurs, l’efficacité énergétique est l’épine dorsale de la maîtrise de l’énergie,
dont l’application concrète peut se mesurer de manière quantitative. Si son but est
d’en tirer des avantages environnementaux, économiques et sociaux, elle nécessite
plus qu’une technologie. La maîtrise de l’énergie exige donc d’agir de manière
stratégique en s’adaptant aux contextes économique, local, social et technique, et
de manière intégrée par l’implication des parties prenantes et en recherchant la
synergie la plus performante au niveau des techniques et technologies.
L’objectif stratégique est de « Disposer d’un programme national de maîtrise
d’énergie, sur tous les secteurs d’activités pour une bonne maîtrise des
consommations énergétiques et la réduction de la puissance de pointe ».
Ainsi, pour les dix années qu’elle couvrira, la PONAME devra permettre de créer un
environnement favorable au changement d’échelle dans les opérations de maîtrise
d’énergie au Bénin.
3.3.2 Objectifs spécifiques et résultats attendus
L’objectif stratégique de la PONAME est décliné en objectifs spécifiques qui sont
subdivisées en axes stratégiques. La description des objectifs spécifiques permet
de préciser les activités autour desquelles leur opérationnalisation devra se
focaliser. En vue donc d’atteindre l’objectif général, quatre objectifs spécifiques ont
été identifiés. Ce sont : 1) Gérer l’offre et la demande énergétique, 2) Gérer
durablement biomasse-énergie et l’environnement, 3) Mettre en place un cadre
institutionnel et réglementaire efficace et 4) Mettre en place un mécanisme de
financement adéquat.
Objectif spécifique n° 1 : Gérer l’offre et la demande énergétique
L’approvisionnement en énergie électrique du Bénin est caractérisé par une faible
capacité nationale de production et donc, une dépendance vis-à-vis de l’extérieur.
Dans le cadre du renforcement du réseau électrique et pour faire face à la vétusté
des infrastructures de production de la SBEE, des projets sont en cours. A ce sujet,
le MCA Bénin 2 (USA) finance le renforcement et la réhabilitation du réseau de
distribution d’électricité de la SBEE. De son côté le programme Promouvoir
l’Economie Verte (PREVER) de l’UE contribue, à travers ses composantes
DEFISSOL, PEDER et ELECTRIFI, à (i) réduire la dépendance du Bénin aux
énergies fossiles et à développer des sources de production électriques soutenables
pour le développement et la croissance économique du Bénin, (ii) améliorer l’accès
SOFRECO – AF-Mercados EMI
103
AT RECASEB
à l’électricité à moindre coût à travers la mise en œuvre d’une composante
d’électrification rurale par extension de réseau qui permettra de raccorder 50
localités de notre pays au réseau de la SBEE et (iii) augmenter les capacités du
secteur privé à produire et à distribuer de l’électricité (sur ou hors réseau) ainsi qu’à
améliorer l’efficacité énergétique dans les secteurs productifs tels que l’industrie,
l’agro-business et le tourisme/l’hôtellerie.
Il importe dans ce cas que les installations de production, de transport et de
distribution soient adaptées en tout instant et en tout lieu au développement de la
demande car, un sous-équipement se traduira par des pertes économiques parce
que la capacité de production ne serait pas utilisée à plein potentiel, faute d'énergie.
De même, une installation suréquipée assurera la satisfaction de la demande mais,
en revanche, aura immobilisé des capitaux excédentaires qui auraient été mieux
utilisés par ailleurs. Dans tous les cas, il y aurait un gaspillage qui pourrait être évité
par une évaluation correcte des besoins futurs en énergie.
L’objectif de la gestion de l’offre électrique vise donc à :
 diversifier les sources d’approvisionnement qui pourrait garantir au plan
national une autonomie de 51% en 2025 et de 79% en 2030 ;
 développer un réseau de transport d’électricité à travers des projets qui
s’intègrent dans celui des grands réseaux de transport et du système
d’échanges régional de la CEDEAO en matière d’électricité ;
 développer un réseau de distribution à partir d’un ensemble de programmes
et projets pour atteindre un taux d’accès à l’électricité de 77,6% à l’horizon
2030 et de 100% en 2035 ;
 réduire les pertes sur le réseau de distribution électrique pour arriver à 15%
au moins en 2025 et 10% en 2030.
Son impact est que d’ici 2025, le Bénin dispose d’infrastructures électriques
modernes et de qualité pour relever le défi du développement économique et social.
Pour ce faire, il s’agira de conjuguer les objectifs gouvernementaux relatifs au soussecteur dans une logique d’intégration sous-régionale.
Les effets attendus de cet objectif sont :
 l'infrastructure de distribution électrique du Bénin est modernisée et la
capacité du réseau pour supporter la croissance future du pays est
augmentée ;
 les pertes et les coupures d’électricité sont réduites en vue d’améliorer la
productivité des entreprises et le bien-être des populations ;
 les sources d’énergies alternatives sont promues.
Du côté de la gestion de la demande énergétique, les besoins en énergie électrique
revêtent un caractère impérieux qui apparaît dans les périodes de pénurie. Ainsi, la
réduction de la consommation d'énergie électrique dans une certaine proportion
peut entraîner des troubles graves.
La Figure 9 présente, en GWh, l’évolution prévisionnelle de l’offre électrique de la
SBEE par rapport à la demande d’électricité d’ici 2035.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
104
AT RECASEB
6000
5000
4000
3000
2000
1000
0
2018
Offre électrique
Scénario Haut
2020
2025
Scenario Référence
Scenario Haut-Industrie
2030
2035
Scenario Bas
Figure 9 : Evolution prévisionnelle de l'offre et de la demande électrique (2018 - 2035)
À travers ce graphique, on constate qu’il existe un gap important entre l’offre
prévisionnelle de la SBEE et la demande, pour presque tous les scénarios, sauf pour
le scénario bas où l’offre électrique commence à satisfaire la demande à partir de
202634. Compte tenu de l’évolution de l’offre, il est impérieux d’agir sur la demande,
non pas en réduisant les besoins, mais en réduisant les pertes et gaspillages
pendant la consommation.
Pour prévoir la consommation, la première étape consiste à identifier les principaux
déterminants de la demande avec un modèle de prévision qui se fonde sur une
représentation analytique de la consommation par usage et par secteur d’activité.
Ce type de prévision de la consommation d’énergie sert d’intrant majeur à la
réalisation de la prévision de la demande car, si les demandes effectives en énergie
peuvent être à peu près cernées à partir des inventaires du matériel et des modes
de fonctionnement, il est beaucoup plus difficile de prévoir l’évolution de la
consommation quand une localité sera électrifiée.
La croissance démographique influence directement sur la demande en énergie et,
de manière spécifique, en électricité au niveau des secteurs résidentiel, commercial
et institutionnel à travers les lampes d’éclairage, les climatiseurs et l’eau chaude
sanitaire (électrique). Elle influence indirectement aussi la demande industrielle via
la croissance économique. Les liens sont donc évidents entre l’évolution
démographique et les besoins en énergie.
Pour les secteurs de production de biens et d’équipements, au sein desquels on
distingue le secteur de l’industrie, qui fait appel pour ses procédés et son
fonctionnement à des usages de chaleur et d’électricité spécifique, l’analyse de la
demande se fait en partant des besoins de production de biens et d’équipements,
en lien avec les secteurs précédents, pour remonter à des besoins de production
primaire.
L’objectif est donc d’introduire de manière durable les techniques d’efficacité
énergétique au niveau des programmes de développement sectoriels, d’encourager
les entreprises industrielles à la gestion de l’énergie selon la norme ISO 50001 et de
recourir aux énergies renouvelables et à la cogénération, d’introduire le gaz naturel
comme combustible pour réduire le coût des consommations d’énergie, de
généraliser les audits énergétiques au niveau des PME-PMI, d’élaborer un code
Sources : Rapport SBEE 2018 et Étude sur la demande d’électricité au Bénin 2018-2035 de
RECASEB ; septembre 2019
34
SOFRECO – AF-Mercados EMI
105
AT RECASEB
d’efficacité énergétique dans le bâtiment prévoyant la promotion des énergies
renouvelables (ECS par capteurs plans et solaire PV), de généraliser l’usage des
lampes à basse consommation et d’utiliser des équipements efficaces au niveau de
l’éclairage public. Dans les faits, cette démarche pourrait conduire à l’objectif de
maîtrise d’énergie fondé sur l’efficacité et la maîtrise des intensités énergétiques et
électriques.
Dans le cas de l’introduction progressive du gaz naturel, une étude a révélé en
France qu'en coût global annualisé sur quinze ans, le gaz naturel utilisé dans les
chaudières (à condensation) serait l'énergie la plus compétitive en chaufferie35.
Dans les bâtiments, l’orientation et les exigences thermiques minimales de
l’enveloppe du bâtiment sont des éléments à prendre en compte pendant la phase
de conception.
L’impact de la gestion de la demande est la mise en place par le Bénin d’une
stratégie globale de promotion des technologies efficaces et techniques matures
pour une compétitivité accrue du secteur économique. Pour ce faire, il faut une
politique volontariste, une mobilisation de toutes des parties concernées et une
bonne sensibilisation et communication.
Les effets attendus de cet objectif sont :
 Les coûts de l’énergie sont maîtrisés pour la compétitivité de la production
nationale ;
 La courbe de charge électrique est optimisée grâce à une bonne maîtrise de
la pointe ;
 Les investissements sont promus dans le sous-secteur de la maîtrise
d’énergie.
Objectif spécifique n° 2 : Gérer de manière durable les ressources en
biomasse et l’environnement
La biomasse-énergie consommée (surtout par les ménages) provient des forêts
nationales où les ressources sont surexploitées pour la satisfaction des besoins en
bois-énergie avec de graves conséquences sur le couvert végétal. En conséquence,
le bilan de l’offre et de la demande de bois-énergie au niveau national au cours des
dernières années laisse apparaître un déficit global de l’offre. Si aucune mesure de
régénération forestière n’est prise, le déficit risque de croître aux dépens de notre
environnement.
Par ailleurs, la croissance démographique influence directement la demande en
énergie, qui joue inévitablement sur l’environnement. L’évolution de la demande
dans le secteur des transports concentre l’essentiel des usages énergétiques sur la
mobilité. On y distingue dans un premier temps, la mobilité des personnes, qui reste
très liée aux activités de service, et dont la modélisation tient compte d’éléments
croisés d’aménagement du territoire, avec la prospective sur les secteurs résidentiel
et tertiaire. Dans un second temps, le transport de marchandises est davantage lié
aux activités productives, et peut être modélisé par des éléments liés à la
relocalisation d’activités et à l’évolution des besoins de production, croisés avec la
prospective sur les secteurs industriel et agricole.
35
https://www.futura-sciences.com/maison/questions-reponses/batiment-gaz-naturel-il-energiecompetitive-7242/
SOFRECO – AF-Mercados EMI
106
AT RECASEB
L’impact de l’objectif est la préservation des ressources en biomasse, avec une
réduction sensible des émissions de GES. Pour ce faire, il faut une politique
volontariste, une mobilisation de toutes des parties concernées et une bonne
sensibilisation et communication.
L’effet attendu de cet objectif est :
 Les ressources en biomasse sont mieux gérées ;
 Les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) sont réduites.
Objectif spécifique n° 3 : Mettre en place un cadre institutionnel et
réglementaire efficace
Le diagnostic des réformes institutionnelles, législatives et réglementaires dans le
sous-secteur révèle une prise de conscience de l’État dans la mise en place d’un
cadre favorable à la promotion de la maîtrise d’énergie au Bénin. Mais, la
concrétisation des résultats attendus exige que les actions engagées se
poursuivent, afin de rester dans la ligne souhaitée par le PAG 2016-2021 dans la
promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.
L’aménagement du cadre institutionnel est donc indispensable pour clarifier le rôle
des institutions dans la gestion de la maîtrise d’énergie. De plus, il manque un cadre
législatif réglementaire spécifique pour l’établissement d’un régime fiscal et douanier
propice au développement rapide et durable de la maîtrise d’énergie. La mise en
place du dispositif législatif et réglementaire a déjà commencé, reste à le renforcer.
En somme nous pouvons retenir que les cadres institutionnel, législatif et
réglementaire du Bénin pour la maitrise d’énergie restent à améliorer par rapport
aux exigences actuelles qui s’imposent pour l’atteinte de bonnes performances dans
le sous-secteur. L’objectif sera non seulement de renforcer et spécialiser les
institutions qui interviennent dans ce domaine, mais aussi d’initier effectivement des
textes législatifs et règlementaires adaptés, à l’instar du Projet du Code d’électricité
en cours de révision au niveau du parlement ainsi que les décrets d’application.
L’impact attendu de cet objectif est qu’un cadre institutionnel favorable pour la mise
en place d’un programme de maîtrise d’énergie auprès du public est développé et
qu’une réglementation propre à la maîtrise d’énergie existe au Bénin. Pour ce faire,
il s’agit d’améliorer la gouvernance de la maîtrise d’énergie au Bénin.
Les effets attendus de cet objectif sont :
 Un cadre réglementaire favorable à la maîtrise de l’énergie est mis en place ;
 Le cadre institutionnel dédié à la maîtrise de l’énergie est renforcé ;
 Les capacités des différentes parties prenantes impliquées dans la maîtrise
de l’énergie au Bénin sont renforcées.
Objectif spécifique n° 4 : Mettre en place un mécanisme de financement
adéquat
Les gouvernements n’ont pas souvent la possibilité de financer, sur fonds propre,
les programmes d’EE. Bien sûr qu’ils utilisent également leurs propres budgets pour
soutenir certaines actions d'efficacité énergétique, mais beaucoup de projets ont
besoin de financement extérieur soit par le biais de subventions soit par des prêts à
faible taux d'intérêt ou même par des incitations fiscales. Il est avéré que la définition
et la mise en œuvre d’instruments financiers adéquats contribuent pour beaucoup à
la réussite des politiques de maitrise d’énergie. Il faut donc faciliter l’accès au
financement.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
107
AT RECASEB
Pour transformer le marché de l’EE, il faut le financement surtout lorsqu’il est
appliqué dans le cadre d’une stratégie à long terme qui vise à passer des incitatifs
qui encouragent les règlements pour imposer l’efficacité énergétique. C’est donc un
outil précieux.
L’absence de financement constitue un obstacle majeur à la mise en œuvre de la
politique, mais cet obstacle peut être atténué en partie par des mesures
gouvernementales c’est-à-dire par le financement public. Ce type de financement
peut être affecté aux programmes d’information, éduction et communication (IEC),
au renforcement de capacités pour s’assurer que les évaluations techniques et
financières des projets sont bien menées, de façon responsable et vérifiable.
Des dispositions peuvent être également mises en place, tels que les contrats de
performance énergétique (CPE), les unités de quantité attribuée au titre du protocole
de Kyoto et les obligations des fournisseurs d'énergie.
La PONAME visera donc à créer, à travers des actions spécifiques, le cadre
approprié pour faire de l’utilisation rationnelle de l’énergie un marché pouvant
procurer des bénéfices aux secteur public et privé, au consommateur et à la société.
Cette politique, à travers cet objectif spécifique, vise à mettre en place au Bénin, des
instruments financiers capables d’apporter des changements au niveau des agents
économiques.
Les effets attendus de cet objectif sont :
 Un fonds d’appui à la maîtrise d’énergie est créé et opérationnel ;
 Une fiscalité incitative est mise en place pour le développement de l’EE.
3.3.3 Matrice des objectifs et des résultats
Le tableau suivant présente la matrice des objectifs et des résultats de la PONAME
SOFRECO – AF-Mercados EMI
108
AT RECASEB
Tableau 3 : Matrice des objectifs et des résultats de la PONAME
Objectif global
Objectifs spécifiques
Effets attendus
L'infrastructure de distribution électrique du Bénin est modernisée et la capacité du réseau
pour supporter la croissance future du pays est augmentée
Gérer l’offre et la demande énergétique
Les pertes et les coupures d’électricité sont réduites en vue d’améliorer la productivité des
entreprises et le bien-être des populations
Les sources d’énergies alternatives sont promues
Contribuer au développement de la
maîtrise d’énergie, à travers la gestion de
l’offre et de la demande énergétique, la
gestion durable des ressources en
biomasse et de l’environnement, la mise Gérer de manière durable les ressources
en place d’un cadre institutionnel et en biomasse et l’environnement
réglementaire efficace et un mécanisme
de financement adéquat.
Les coûts de l’énergie sont maîtrisés pour la compétitivité de la production nationale
La courbe de charge électrique est optimisée grâce à une bonne maîtrise de la pointe
Les investissements sont promus dans le sous-secteur de l’efficacité énergétique
Les ressources en biomasse sont mieux gérées
Les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) sont réduites
Un cadre réglementaire favorable à la maîtrise de l’énergie est mis en place
Mettre en place un cadre institutionnel et Le cadre institutionnel dédié à la maîtrise de l’énergie est renforcé
réglementaire efficace
Les capacités des différentes parties prenantes impliquées dans la maîtrise de l’énergie au
Bénin sont renforcées
Mettre en place un mécanisme de Un fonds d’appui à la maîtrise d’énergie est créé et opérationnel
financement adéquat
Une fiscalité incitative est mise en place pour le développement de la maîtrise d’énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
109
AT RECASEB
3.3.4 Portée de la théorie du changement de la PONAME
L’élaboration de la PONAME découle de diverses motivations, notamment :
 La nécessité de sensibiliser les citoyens et de leur inculquer l'importance de
se préoccuper de la maîtrise de l’énergie ;
 Le désir de pousser les individus à réaliser qu'ils ont un rôle à jouer dans la
réduction de la demande en énergie, et
 La conscience que le comportement habituel et/ou d'investissement des
individus est lui-même un élément essentiel de la réduction des schémas de
consommation.
La volonté du Bénin de disposer d’un document de Politique nationale de maîtrise
d’énergie est guidée par le fait que les efforts consentis, dans le domaine de l’EE,
depuis le début des années 1990 par les Gouvernements successifs, n’ont pas
produit les résultats escomptés. La maîtrise de l’énergie connaît encore des
difficultés structurelles et un ciblage insuffisant des principaux objectifs devant
conduire à une meilleure exploitation des ressources énergétiques. Ces causes
structurelles sont surtout dues à la limite des capacités budgétaires et la faible
capacité des divers acteurs institutionnels à animer le secteur.
En effet, les insuffisances du cadre institutionnel et réglementaire, la faible capacité
du capital humain, peu adapté aux exigences de développement souhaité de l’EE
par le Bénin ont freiné le sous-secteur.
Au niveau de la gouvernance du sous-secteur, les causes immédiates sont
marquées par la mauvaise conduite du sous-secteur. Les causes sous-jacentes sont
l’inefficacité des politiques publiques et l’insuffisance de financement. Enfin, les
causes profondes sont l’inexistence d’une véritable politique de gestion de la
demande énergétique et l’insuffisante participation des PTF et des institutions sousrégionales à des actions coordonnées dans le domaine de la maîtrise de l’énergie.
La réflexion de groupe qui s’est basée sur l’approche de la théorie du changement
a permis de confirmer et d’affiner les lignes d’actions sur la base d’une vision
prospective, des attentes du gouvernement et des acteurs du développement en
termes de changements attendus dans le cadre des stratégies définies, dans la
perspective que les effets induits des actions prévues conduiront à court, moyen et
long terme à une sécurité énergétique et une maîtrise de la demande énergétique
voulues par le gouvernement.
Le changement attendu à long terme est la garantie de l’accès de toute la population
béninoise à des services énergétiques de qualité, sécurisés, durables, efficaces et
à un coût abordable. Ce changement sera réalisé au niveau de plusieurs vecteurs
de changement dans le cadre de l’orientation stratégique et des objectifs spécifiques
à travers treize (13) produits attendus issus des actions mises en œuvre dans le
cadre des dix (10) axes stratégiques et de quatre (04) effets.
À moyen terme, la réalisation des changements nécessite que les résultats issus de
la mise en œuvre à court terme de la PONAME 2020-2030 soient très satisfaisants.
Les axes stratégiques définis s’appuieront sur quatre objectifs spécifiques que sont
(i) la gestion de l’offre et de la demande d’énergie, (ii) la gestion durable des
ressources en biomasse et de l’environnement, (iii) la mise en place d’un cadre
SOFRECO – AF-Mercados EMI
110
AT RECASEB
institutionnel et réglementaire efficace et (iv) la mise en place d’un mécanisme de
financement adéquat.
Le changement attendu dépendra de plusieurs conditions à savoir :
 La mobilisation des ressources financières pour la réalisation des
investissements structurants ;
 La revue du cadre institutionnel de maîtrise d’énergie ;
 La mise en place d’un cadre réglementaire adéquat ;
 L’implication active de tous les acteurs concernés dans le processus de
réalisation du programme décennal de la PONAME.
Figure 10 : Théorie de changement de la PONAME
SOFRECO – AF-Mercados EMI
111
AT RECASEB
Raison d'être de l'élaboration de la Politique nationale de maîtrise d'énergie : la faiblesse de la prise en compte par les programmes de la Maîtrise d'énergie comme tremplin
pour stimuler la croissance économique
Changement à court terme : la PONAME permettra d'obtenir dans les deux prochaines années des services améliorés avec moins d'énergie
Changement à moyen terme : (i) réduction des pertes électriques aux valeurs des normes internationales; (ii) approvisionnement sécurisé en énergie du pays; (iii)
accroissement des capacités de production et de transport d'électricité; (iv) réorganisation du mix énergétique par des sources durables; (v) renforcement des capacités
Cibles de l'intervention du
des acteurs, (vi) maîtrise de la demande d'énergie, (vii) réduction de l'impact environnemental, (viii) gouvernance efficace dans le secteur; (ix) mécanisme de
changements
financement approprié.
Changement à long terme : la garantie de l'accès de toute la population béninoise à des services énergétiques de qualité, sécurisés, durables et efficaces à un coût
abordable.
Objectifs de l'intervention
Intrants / Ressources
Actions / Activités
Ressources du budget
national
1
2
3
4
:
:
:
:
Gérer l'offre et la demande énergétique
Gérer durablement les ressources en biomasse et l'environnement
Mettre en place un cadre institutionnel et réglementaire efficace
Mettre en place un mécanisme de financement adéquat
Extrants / Produits
L'infrastructure de distribution électrique du
Bénin est modernisée et la capacité du
réseau pour supporter la croissance future
du pays est augmentée
Résultats liés à la réduction des
pertes électriques et à un
approvisionnement sécurisé en
électricité
Les pertes et les coupures d’électricité sont
réduites en vue d’améliorer la productivité
des entreprises et le bien-être des
populations
Résultats liés à la
réorganisation du mix
énergétique par des sources
durables
Les sources d’énergies alternatives sont
promues
Résultats liés aux mesures de
renforcement des capacités des
acteurs
Les coûts de l’énergie sont maîtrisés pour la
compétitivité de la production nationale
Projets,
Programmes,
Réformes
Résultats liés à la gestion des
forêts et aux mesures de
réduction de l'impact
environnemental
Ministère du Cadre de
Vie et du
Développement Durable
Effets à court terme
Résultats liés à l'accroissement
des capacités de production et
de transport d'électricité
Résultats liés aux mesures de
maîtrise de la demande
d'énergie
Contribution des
Partenaires techniques
et financiers
Personnel de
l'administration centrale,
des structures soustutelle du ministère de
l'énergie
Objectif
Objectif
Objectif
Objectif
Effets à moyen terme
Optimisation de l'offre et de
la demande énergétique
Le Bénin dispose
d’infrastructures électriques
modernes et de qualité pour
relever le défi du développement
économique et social
La courbe de charge électrique est optimisée
grâce à une bonne maîtrise de la pointe
Les investissements sont promus dans le
sous-secteur de l’efficacité énergétique
Les ressources en biomasse sont protégées
Maîtrise des coûts au
niveau des entreprises
La mise en place par le Bénin
d’une stratégie globale de
maîtrise de la demande par la
promotion des technologies
efficaces et techniques matures
pour une compétitivité accrue du
secteur économique est
effective
Les émissions de Gaz à Effet de Serre
(GES) sont réduites
Ministère des
Infrastructures et des
Travaux Publics
Un cadre réglementaire favorable à la
maîtrise de l’énergie est mis en place
Résultats liés à l'efficacité de la
gouvernance du secteur
(ancrage institutionnel, législatif
et réglementaire)
Ministères en charge de
l'éducation
Le cadre institutionnel dédié à la maîtrise de
l’énergie est renforcé
Impacts
Financement et attractivité
du sous-secteur
Un cadre institutionnel favorable
pour la mise en place d’un
programme de maîtrise
d’énergie auprès du public est
développé et une réglementation
propre à la maîtrise d’énergie
est adoptée
Les capacités des différentes parties
prenantes impliquées dans la maîtrise de
l’énergie au Bénin sont renforcées
Cabinets et Bureaux
d'études du secteur de
l'énergie
Résultats liés au financement de
la maîtrise d'énergie
Nature de l'intervention : la PONAME sera mise
en œuvre par l'ABERME suivant le programme
décennal de maîtrise d'énergie
Une fiscalité incitative est mise en place pour
le développement de l’EE
Des instruments financiers
capables d’apporter des
changements au niveau des
agents économiques sont mis
en place
Croissance économique
Clientèle - Cible
Tous les agents économiques (ménages,
services, industries, transports) de
l'Administration publique et du Secteur privé
Populations, Entreprises
publiques et privées,
Administration publique
Populations et Entreprises
des secteurs public et privé
PÉRIODE DE MESURE DES
EFFETS / IMPACTS
2022
2025
2030
Risque financier en cas de subvention d'une activité (risque de recouvrement), Risque du niveau de pénétration de certains produits promus, Risque environnemental (non
Risque de durabilité (non effectivité des dispositifs de contrôle de conformité aux normes), Insuffisance d'actions pour la
prise de conscience de la maîtrise d'énergie, Faible volonté politique pour la création d'un cadre réglementaire, économique et financier incitatif, Manque de synergie entre
les parties prenantes dans l'implémentation des actions prévues.
SOFRECO – AF-Mercados
EMI
adéquation
du dispositif de gestion des déchets),
FACTEURS
EXTERNES OU
HYPOTHESES
Un fonds d’appui à la maîtrise d’énergie est
créé et opérationnel
112
AT RECASEB
Orientations et axes stratégiques
Cette section traite du cadre logique de la PONAME, conformément aux principes
directeurs qui sous-tendent l’accès à l’électricité et la maîtrise des consommations
énergétiques, découlant des options politiques du Gouvernement du Bénin.
L’objectif de la politique gouvernementale dans le domaine de la maîtrise de
l’énergie est d’optimiser l’offre électrique, permettre un accès équitable des services
énergétiques modernes aux consommateurs, réduire leurs dépenses énergétiques
à travers la réduction des consommations, l’accès aux technologies efficaces et
enfin, préserver l’environnement.
Le choix des secteurs stratégiques prioritaires tiendra donc compte du poids de
chaque secteur, de sa typologie et des formes d’énergie consommées dans le bilan
énergétique.
Du côté de l’offre électrique
Le rendement du secteur de transformation du Bénin (rapport entre l’énergie
finale et l’énergie primaire disponible) est faible (17%) 36 ; c’est le signe d’une faible
performance énergétique. Toutefois, le rendement du parc électrique hors
hydroélectricité (production d’électricité / input d’énergie primaire), présente une
valeur moyenne de 30,2% entre 2010 et 2017. On avait noté un regain de rendement
de 11,7% entre 2010 et 2016 avec une évolution non linéaire au cours de la période.
Entre 2016 et 2017, la baisse du rendement (36,9% à 27,7%) est due à la
maintenance de la turbine à gaz de la CEB.
Dans le même temps, les pertes globales (techniques et non techniques) élevées
du réseau de la SBEE participent de l’objectif de la SBEE d’améliorer son réseau.
Bien que la SBEE entrevoit la réduction de ces pertes, aucun objectif n’est fixé dans
ce sens dans les documents de la société. Toutefois, pour l’ensemble du système
électrique (production, transport et distribution), 9% à 10 % de perte globale est
convenable et 17% le maximum tolérable. Pour le réseau de transport, 2% à 3 %
est convenable et 6% le maximum tolérable 37. Ces taux ont tous pour référence la
totalité de l’énergie injectée dans le réseau de transport.
Du côté de la demande énergétique
Dans le secteur de l’électricité
La consommation d’énergie et les perspectives de son évolution par forme d’énergie
permet de prioriser les secteurs à cibler et de cerner les types de mesures à
préconiser.
Les services ont consommé 43,4% de l’électricité totale, contre 33% pour les
ménages et près de 22% pour l’industrie. En effet, dans le PAG 2016-2021, un
accent particulier a déjà été mis sur la nécessité de réduire la consommation
d’électricité des bâtiments de l’administration publique, dont la facture électrique
annuelle dépasse les huit (8) milliards de FCFA.
Les ménages, en consommant le tiers de l’électricité totale, pourront bénéficier de
la densification du réseau électrique compte tenu des programmes ambitieux
36
UEMOA. Statistiques SIE, 2017
ALIA/ELECTRICITE, https://sites.google.com/site/aliaelectricite/professional-experiences, visité le
06/07/19 à 14h55.
37
SOFRECO – AF-Mercados EMI
113
AT RECASEB
d’extension du réseau électrique d’une part, de la modernisation des techniques de
cuisson et d’autre part, de la grande marge d’équipements et d’appareils
électroménagers. Ce secteur constitue également une cible prioritaire.
L’industrie, bien que pauvre dans son aspect développement, bénéficiera aussi
d’un programme de relance. Il convient de souligner que le secteur industriel est
important dans le développement économique d’un pays et qu’il faille le relancer
parce qu’il constitue un enjeu important pour le secteur électrique. Il doit être
immédiatement ciblé par des mesures ponctuelles d’économie d’énergie (électrique
et autres source). Il est urgent de le prioriser à court terme parce que les mesures
préconisées dans le secteur seront relativement faciles à mettre en œuvre compte
tenu du nombre limité des industries grosses consommatrices d’énergie au Bénin.
Dans le secteur des produits pétroliers
Dans ce sous-secteur, les ménages et les transports prennent à eux seuls, près
de 90% de la totalité dont 49,5% pour les transports (routiers) et 40% pour les
ménages. On constate que même si les ménages utilisent en grande partie de la
biomasse, elles se rabattent aussi sur le pétrole lampant, surtout pour l’éclairage
dans les zones rurales.
La demande du secteur des transports est en nette progression depuis quelques
années et connaît un taux d’accroissement annuel moyen de 13,7%. Elle a connu
une augmentation de près de 190% entre 2010 et 2017, alors qu’au niveau des
ménages, la tendance de la consommation du pétrole lampant est à l’abandon
progressivement : une chute de près de 95% des consommations et donc, une
régression de -44,1% sur la période.
L’augmentation de la demande du secteur des transports s’explique par
l’accroissement du parc des véhicules d’occasion et le nombre élevé de motos taxis.
La consommation du secteur des transports représente donc un défi à relever
Du fait de la dépendance du Bénin de l’extérieur dans la consommation des produits
pétroliers, le secteur des transports représente donc un défi majeur pour le Bénin.
Il est certes difficile d’entreprendre des mesures d’efficacité énergétique dans ce
secteur, cela suppose que la politique de maîtrise d’énergie à mettre en place dans
ce secteur doit l’être sur un long terme.
Dans le secteur de la biomasse
C’est la source d’énergie la plus importante pour les ménages. Elle représente 96%
de la consommation totale du secteur et donc, représente un enjeu environnemental
et social majeur. La réduction de sa consommation constituerait un acte majeur de
la politique de maîtrise d’énergie.
L’atteinte des orientations stratégiques de la PONAME, au nombre de quatre,
permettra la réalisation de la vision exprimée dans la Plan Stratégique de
Développement du Secteur de l’Energie qui est de « faire du Bénin une économie
émergente en rendant disponible les services énergétiques de qualité en
quantité suffisante et aux conditions optimales de coût et de sécurité des
approvisionnements ».
Les orientations stratégiques sont : (1) l’accroissement des capacités de production,
des moyens de transport et de distribution de l’électricité, de la réduction des pertes
et de la promotion de la maîtrise de la demande d’énergie, (2) la gestion durable des
ressources en biomasse et la protection de l’environnement, (3) la mise en place
SOFRECO – AF-Mercados EMI
114
AT RECASEB
d’un cadre institutionnel et réglementaire efficaces et (4) la mise en place d’une
politique de financement de la maîtrise d’énergie.
Ces orientations stratégiques sont formulées sous formes d’axes de développement
de la politique de maîtrise de l’énergie. Les axes stratégiques (AS), au nombre de
dix (10) sont focalisés sur (1) l’optimisation des capacités de production, (2) le
développement d’un programme de réduction des pertes électriques, (3) la
promotion de l’utilisation rationnelle de l’électricité, (4) le développement d’un
programme d’EE au niveau des structures grosses consommatrices, (5) la maîtrise
de la consommation des produits pétroliers, (6) la promotion de l’utilisation
rationnelle de la biomasse-énergie et vulgarisation des techniques modernes de
cuisson, (7) la sensibilisation et renforcement des capacités des acteurs de la
maîtrise d’énergie, (8) le renforcement du cadre institutionnel de l’ABERME, (9)
l’aménagement d’un cadre réglementaire favorable à la maîtrise d’énergie et (10) le
financement de la maîtrise d’énergie.
3.4.1 Orientation stratégique de l’objectif spécifique n°1
La présente orientation vise dans un premier temps l’amélioration de la
consommation spécifique de la production d’électricité et la qualité du service de la
SBEE à travers deux axes. Ensuite, la maîtrise de la demande d’énergie vise
plusieurs objectifs, notamment l’allégement de la facture énergétique de l’État par la
réduction de la consommation d’électricité, la réduction des dépenses énergétiques
des ménages pour contribuer à la lutte contre la pauvreté, l’amélioration de la
compétitivité et de la viabilité des activités économiques dans le pays, la
préservation des ressources forestières et la contribution à la réduction des
émissions de GES et la lutte contre les changements climatiques.
Du côté de l’offre électrique, les activités s’intègrent dans celles des grands réseaux
de transport et du système d’échanges régional de la CEDEAO à travers le WAPP
et l’ERERA en matière d’électricité ainsi que dans celles des grands projets en cours
de développement par le Gouvernement béninois et le MCA-Bénin 2. On peut
également noter le projet d’introduction du gaz naturel dans le mix de production
dans le but de réduire les coûts.
Les projets d’interconnexions électriques en cours de réalisation à partir desquelles
les extensions de réseau seront faites pour l’électrification des centres urbains, par
département, contribueront à renforcer l’offre électrique. En effet, le taux
d’électrification prévu dans le rapport du GRVSE pour l’année 2015 était de 76% et
de 95% pour 2025. Malheureusement, ce taux est encore de 29,7% en 2017. De
plus en 2017, le nombre de foyers ayant accès à l’électricité est de 611 000, pour
un taux de 32,8%. Ce pourcentage devrait passer à 58% en 2025 et atteindre 79%
en 2030. Cette orientation stratégique constitue une priorité pour le Gouvernement
béninois.
Pour sa part, la politique de promotion de l’efficacité des consommations d’électricité
pourra être étendue à l’éclairage public. Les mesures relatives au secteur électrique
pourraient permettre de réduire la pointe du réseau de 25 MW.
Axe stratégique n°1.1 : Optimisation des capacités de production en vue
d’améliorer l’offre d’électricité
De manière générale, cet axe rentre dans le cadre de la politique énergétique
nationale sous l’objectif de la diversification des sources énergétiques et la
valorisation des ressources renouvelables hors hydroélectricité. Le chauffage
SOFRECO – AF-Mercados EMI
115
AT RECASEB
n’étant pas le seul usage du gaz naturel, il connaît également du succès dans le
secteur de la production d'électricité, notamment parce que les investissements et
les coûts opératoires nécessaires sont, eux, plus faibles, par exemple, que dans le
cas de centrales à charbon. De plus, les rendements des centrales à gaz peuvent
dépasser 55 % (contre quelque 40 % pour une centrale à charbon), surtout dans le
cas des centrales à cycle combiné. Par ailleurs, pour un même contenu énergétique,
le coût de transport du gaz est cinq fois supérieur à celui du pétrole. C’est donc une
solution intéressante ainsi, le volume du gaz est réduit et son transport sur de
longues distances est facilité.
Par conséquent, même si le gaz naturel n’est pas considéré comme une énergie
renouvelable, il présente des avantages environnementaux sur les combustibles
fossiles. Pendant sa combustion, il n’émet pas poussière et sa fumée contient très
peu de dioxyde de soufre (SO2), de dioxyde d'azote (NO2) et de dioxyde de carbone
(CO2).
La production d’électricité renouvelable injectée au réseau doit toutefois être prise
en compte du fait des dispositions réglementaires encourageantes qui existent
actuellement au Bénin dans ce domaine.
Cet axe vise donc à diversifier les sources d’approvisionnement en vue de garantir
un taux d’accès de 37,3% en 2021 à 55% en 2025, pour atteindre 77,6% en 2030 et
100% en 2035.
Après considération des différentes sources d’approvisionnement possibles pour la
satisfaction de la demande intérieure, le schéma retenu, s’appuie :
 à très court terme sur les productions thermiques de Maria Gléta 1 et 2
ainsi que sur les importations. L’arrêt des groupes électrogènes étant
prévu pour la fin de l’année 2019 ;
 à moyen terme, sur de nouvelles sources thermiques utilisant le gaz
naturel venant du Nigéria, et le développement des énergies
renouvelables qui viendront consolider progressivement le parc de
production existant.
Pour ce qui concerne le moyen terme, l’approvisionnement en gaz naturel venant
du Nigéria et la fluctuation de son coût pourraient constituer un risque. L’existence
sur les sites de Maria Gléta, de tanks de stockage de combustible liquide constitue
un facteur de mitigation de ce risque. Il faudra toutefois :
Activité 1 : Réaliser une étude d’actualisation des sources d'approvisionnement pour
l’amélioration de l’offre électrique.
Axe stratégique n° 1.2 : Développement d’un programme de réduction des
pertes électriques
L’amélioration de l’efficacité du parc de production et la réduction des pertes dans
le système de transport et de distribution représentent les principaux défis de la
SBEE. Les activités à mener, au niveau des structures de gestion de l’énergie, sont
les suivantes :
Activité 2 : Mettre en place un système de gestion des informations qui distingue les
pertes techniques et celles non techniques ;
Activité 3 : Renforcer et moderniser le réseau de distribution national ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
116
AT RECASEB
Activité 4 : Mettre en œuvre un plan d’urgence de lutte contre la fraude, de détection
et de vérification des compteurs défectueux, accompagné de la mise en place d’un
système plus fiable de codification, de vérification et de relevé des compteurs.
Dans l’état actuel des équipements et avec le niveau actuel des pertes, le coût
estimé des mesures ci-dessus ne pourra être totalement remboursé par les
économies réalisées à partir de la réduction des pertes qu’après 2030, sur la base
d’une réduction du taux des pertes de 1,3% par an sur la période et ceci, à partir de
2021. Toutefois, le renforcement et la modernisation du réseau de distribution
national pourrait aider à raccourcir la durée de récupération.
Axe stratégique n° 1.3 : Promotion de l’utilisation rationnelle de l’énergie
dans les bâtiments, l’industrie et l’éclairage public
Il s’agit d’une part, de favoriser la pénétration massive des équipements et appareils
performants sur le marché local, notamment des lampes à basse consommation
(LBC) dans les bâtiments, les industries et dans l’éclairage public ; des climatiseurs
efficaces dans les bâtiments et l’industrie et des réfrigérateurs efficaces dans les
ménages. La vulgarisation des produits performants sera favorisée par les
campagnes d’information, un étiquetage adéquat et éventuellement des aides
financières. Ces actions cibleront les concepteurs, les manufacturiers, les
importateurs, les distributeurs et les vendeurs et enfin les consommateurs.
D’autre part, il s’agira d’améliorer la performance de l’enveloppe des bâtiments par
l’application des règles de réduction des apports énergétiques (intérieurs et
extérieurs) en choisissant les matériaux économes en énergie et d’appareils
efficaces dès la phase de conception et en renforçant l’isolation thermique de
certains administratifs. En effet, la performance énergétique de l'enveloppe d'un
bâtiment est influencée par un certain nombre de facteurs au nombre desquels nous
pouvons citer les murs, les fenêtres, les portes, les planchers ainsi que le toit. De
plus, cette même performance peut être aussi influencée par les infiltrations
naturelles d'air à travers l'enveloppe du bâtiment. La plupart de nos bâtiments
administratifs climatisés sont construits avec des fenêtres à simples vitrages alors
que les fenêtres à double vitrage représentent aujourd'hui l’une des solutions
d'isolation thermique les plus performantes pour réaliser des économies d'énergie.
Deux vitres sont espacées par un vide d’air pour une meilleure isolation thermique.
Cependant, il est primordial de prendre en compte le coefficient de transmission, qui
est la référence en termes d’isolation thermique. Plus ce chiffre est bas, plus
l’isolation des fenêtres est bonne. La réduction des apports solaires peut aussi se
faire avec des films solaires. Beaucoup de bâtiments de l’administration publique ne
comportent pas non plus de protection solaire sur la toiture. De telles protections
réduiraient les charges climatiques du bâtiment.
Par ailleurs, des mesures seront prises pour le respect des normes d’installations
électriques intérieures, avant mise sous tension des bâtiments. Ces mesures
permettront de transformer le marché de l’efficacité énergétique avec des appareils
électriques domestiques et d’améliorer la performance énergétique des bâtiments
neufs.
Il s’agit de :
Activité 5 : Promouvoir les lampes à basse consommation d’énergie dans les
ménages, les services, l’industrie et dans l’éclairage public ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
117
AT RECASEB
Activité 6 : Promouvoir les climatiseurs efficaces dans les ménages, les services et
l’industrie ;
Activité 7 : Promouvoir les réfrigérateurs efficaces dans les ménages et les services ;
Activité 8 : Promouvoir l’installation de panneaux solaires PV sur les toits des
bâtiments et services ;
Activité 9 : Promouvoir des actions pilotes de rénovation thermique des bâtiments.
Axe stratégique n° 1.4 : Développement d’un programme d’efficacité
énergétique au niveau des structures grosses consommatrices d’énergie
(industrie et service)
Cet axe représente un enjeu majeur pour la maîtrise de l’énergie dans l’industrie et
les services du fait que la consommation énergétique de ces secteurs est appelée à
croître avec la relance des activités, surtout dans le secteur industriel. L’objectif sera
d’amener les gros consommateurs à plus d’efficacité dans leurs consommations
énergétiques. Pour ce faire, les sous activités à mener sont :
Activité 10 : Généraliser les audits énergétiques (obligatoires et périodiques) basés
sur la norme ISO 50002 et le contrôle des procédés industriels qui permettront
d’identifier les gisements d’économie d’énergie substantiels et de préconiser des
plans d’actions correctifs ;
Activité 11 : Mettre en place dans les industries et les services, un système de
gestion de l’énergie basé sur la norme ISO 50001 ;
Activité 12 : Réaliser des audits énergétiques et projets pilotes dans 60 bâtiments
administratifs.
Dans le cadre de la mise en œuvre de la PONAME, les audits énergétiques seront
financés par les agences publiques avec l’appui des producteurs d’énergie,
principaux fournisseurs du Bénin ainsi que les PTF. Ils seront généralement gratuits
pour les consommateurs en vue d’encourager leur réalisation.
3.4.2 Orientation stratégique de l’objectif spécifique n° 2
Selon le rapport du “World Resources Institute” et le “Greenpeace”, le Bénin a un
des taux de déforestation les plus élevés d’Afrique de l’Ouest.
En 2010, la forêt béninoise couvrait 7,67 millions d’hectares (soit 68% de la surface
du pays). L’agriculture et l’énergie sont les principaux acteurs de la déforestation à
cause des feux pour déboiser (extension des terres cultivables), les feux de bois
pour la cuisine des ménages ruraux et la production du charbon de bois dans les
zones périurbaines. D’après la FAO, la réduction du couvert végétal du Bénin a pour
sources, l’absence de croissance planifiée des villes, l’explosion démographique, la
pauvreté et les problèmes de gouvernance.
Ces situations constituent des problèmes majeurs pour la gestion des ressources
naturelles et des changements climatiques.
Par ailleurs, la Direction Générale de l’Environnement et du Climat (DGEC/MCVDD),
à travers la Première Contribution Déterminée au niveau National (CDN) du Bénin
au titre de l’Accord de Paris, reconnaît que les émissions de GES proviennent
essentiellement des secteurs de l’énergie et de l’agriculture et confirme que le Bénin
reste globalement un puits de GES avec une capacité d’absorption nette de 35,4 Mt
SOFRECO – AF-Mercados EMI
118
AT RECASEB
CO2 en 201238. En matière de stratégie, le Bénin prévoit de mettre en œuvre des
activités sectorielles d’atténuation dans l’agriculture, l’énergie et la foresterie, au titre
de la CDN.
Plusieurs actions sont en conséquence ciblées pour réduire l’impact sur le couvert
végétal et atténuer les effets des changements climatiques. Ainsi, au niveau des
forêts, à l’horizon 2030, il est prévu de réduire la vulnérabilité des communautés à
la dégradation des écosystèmes forestiers, de promouvoir l’agroforesterie, de
développer les écosystèmes de mangroves (formations forestières caractéristiques
du littoral) et de promouvoir le reboisement intensif par des mesures incitatives sur
l’ensemble du territoire national.
Rappelons que l’objectif 2020, au niveau des forêts, était de promouvoir la gestion
durable des forêts domaniales et communales, d’adapter le cadre législatif et
réglementaire du secteur forestier au contexte des changements climatiques et
enfin, d’actualiser l’inventaire forestier national.
Pour ce qui concerne les mesures de réduction des émissions il est prévu, pour le
secteur de la foresterie :
 La limitation de la déforestation afin d’éviter des émissions cumulées de 110
MtECO2 pour la période 2021-2030 ;
 La séquestration du carbone afin d’éviter 32 MtECO2 durant la période 20212030.
Dans le secteur de l’énergie il est prévu, de réduire les émissions cumulées de 23,35
MtECO2 sur la période 2021-2030. Il convient de souligner que les mesures prévues
dans ce secteur intègrent, entre autres, le développement de la production
d’électricité à partir du gaz naturel et les sources d’énergies renouvelables, l’accès
des ménages à l’éclairage électrique en remplacement de l’éclairage au kérosène,
la substitution partielle des consommations du bois-énergie par le gaz butane, la
promotion des technologies basses consommatrices de bois-énergie.
Axe stratégique n° 2.1 : Optimisation de la consommation des produits
pétroliers
Les plus gros consommateurs sont les ménages et les transports. De ce fait,
d’importantes nuisances environnementales sont attendues.
Dans le secteur des transports
Dans le cas spécifique de la mobilité des personnes, la voiture individuelle constitue
aujourd’hui la principale réponse, qu’elle soit à courte, moyenne ou longue distance,
ou que le motif du déplacement soit personnel ou professionnel. Sur les routes, le
transport des passagers est aujourd’hui largement dominé par des véhicules
individuels nettement surdimensionnés pour la majorité des usages au quotidien.
L’essentiel des trajets quotidiens s’effectue donc sur des distances courtes (30 à 50
km) avec des taux d’occupation des véhicules très faibles, ce qui mobilise des
véhicules pour déplacer 1 à 2 personnes. Les caractéristiques des véhicules actuels,
en termes de taille, de poids, de puissance ne correspondent donc pas à leur
utilisation effective mais déterminent pourtant largement à la fois leur coût et leur
consommation de carburant.
38
DGEC. Première CDN au titre de l’accord de Paris
SOFRECO – AF-Mercados EMI
119
AT RECASEB
La logique consiste en premier lieu, à évaluer les besoins de mobilité puis à adapter
le mode de déplacement à ces besoins. Pour cela, il est nécessaire de mieux définir
le type de mobilité, le type de zone dans laquelle elle se déroule et les modes de
déplacement disponibles.
Pour décrire la mobilité des personnes, il est utile de découpler le secteur selon deux
axes d’analyse qui sont : le mode de transport et le type de mobilité. Viennent ensuite
l’urbanisme et la densité de la zone considérée, pour la mobilité régulière et locale.
Modes de transport : les véhicules individuels motorisés (deux-roues ou quatreroues) et les transports en commun ;
Types de déplacement : comprenant deux grandes catégories de déplacement :
 Déplacements réguliers et locaux, c'est à dire effectués au moins 3 fois par
semaine et dans un périmètre de 40 km autour du domicile : il s'agit là des
trajets domicile-travail et domicile-école principalement ;
 Déplacements longue distance (plus de 40 km du domicile).
L’évolution du parc de véhicules individuels
La voiture individuelle est un moyen de mobilité capable d’emporter 4 ou 5
personnes à plus de 100 km/h sur des centaines de kilomètres. Ces véhicules
présentent généralement un poids compris entre 1 tonne et 1,5 tonne, mais sont en
réalité rarement utilisés pour cet usage. En effet, ils sont utilisés au quotidien pour
parcourir quelques dizaines de kilomètres, à une vitesse relativement lente, et le
plus souvent pour transporter une seule personne. Il s’agira donc de reconsidérer
ce moyen de déplacement dans le secteur.
Pour mettre en adéquation les besoins et les outils, le choix d’introduire
progressivement dans les milieux urbains et péri-urbains de petits véhicules de
quelques centaines de kilogrammes devra être fait. Normalement, les transports en
commun devraient régler le problème, mais lorsque ces types de transports ne
pourront pas répondre à la demande (exemple de Ben Afrique à Cotonou et
environs), ces véhicules légers, peu gourmands en énergie, pourront remplacer les
voitures actuelles pour la grande majorité des trajets pendulaires, permettant
d’améliorer en termes de consommation, de bruit, de pollution de l’air, mais
également au niveau du coût et de l’occupation de l’espace dans nos villes, comme
on le voit dans les villes comme Casablanca, Tunis, etc.
L’évolution des motos
Aujourd’hui les déplacements à moto des personnes dépendent à 100 % des
produits pétroliers parce qu’en matière d’énergie consommée, les énergies fossiles
représentent 100 % de l’énergie utilisée par les voyageurs. Dans ce scénario, les
deux-roues motorisés connaissent un fort développement, principalement pour les
trajets domicile-travail. Cette dépendance quasi-totale de ce type de mobilité vis-àvis de l’essence peut difficilement se poursuivre à moyen et long terme : le déclin de
cette ressource et la hausse du prix de l’énergie qui y est associée doit nous pousser
à réfléchir dès aujourd’hui à des véhicules ne dépendant plus uniquement des
énergies fossiles. D’où la nécessité de prospecter le secteur des biocarburants.
Les activités à mener dans ce secteur nécessitent d’importantes actions de
préparation.
Activité 13 : Réaliser une étude sur la mobilité à Cotonou pour le développement
d’un type de transport adapté aux conditions de la ville
SOFRECO – AF-Mercados EMI
120
AT RECASEB
Le transport public est un levier pour lutter contre les changements climatiques. En
effet, les plans de mobilité permettent de mener une réflexion sur les déplacements
et les transports que cela engendre afin de mettre en place des solutions qui
réduisent la consommation d’énergie.
Le plan de mobilité concerne les types de déplacements suivants :




les déplacements domicile-travail ;
les déplacements réalisés dans le cadre du travail ;
les déplacements des fournisseurs et des visiteurs ;
le transport des marchandises.
Il faut donc une politique qui encourage les villes à préparer des plans de
déplacements urbains (PDU) associés aux politiques « Climat », avec des objectifs
ambitieux de réduction de l’empreinte carbone. Le plan de déplacements urbains est
un document qui définit à l’intérieur d’une ville, les principales orientations à suivre
en matière de déplacement et ce dans le souci de limiter la pollution de l’air et la
consommation énergétique. Le volet transport et mobilité dans l’aménagement du
territoire doit viser la réduction de l’étalement urbain.
Activité 14 : Mettre en place des actions de substitution des hydrocarbures par les
biocarburants
Il s’agira de reprendre le programme de développement des biocarburants (biodiesel
et bioéthanol) pour sa mise en œuvre aux fins de leur usage comme carburant de
substitution dans les véhicules. Ce programme visera la promotion des carburants
les plus disponibles et les moins polluants pour enrichir la structure de l’offre des
carburants et de contribuer à réduire la part de l’essence et du gazole, en plus des
retombées bénéfiques sur la santé et l’environnement. Cette activité rentre
beaucoup plus dans le cadre d’une stratégie de développement des énergies
renouvelables.
Activité 15 : Encourager les économies de carburant dans les véhicules
Cette activité aidera les usagers à mieux exploiter les capacités de leurs véhicules
en réalisant des économies d’énergie et en réduisant les émissions des polluants.
L’activité permettra d’optimiser l’usage des véhicules et de faire réaliser des
économies importantes de carburant. Un guide pratique sur les économies de
carburant pourrait être élaboré à cet effet.
Economie de carburant par l’entretien et la conduite du véhicule
Pneumatiques
Le bon gonflage des pneumatiques assure la sécurité, améliore le comportement
routier et la stabilité dans les virages et évite des surconsommations de carburant
de l’ordre de 3% pour 0,3 bar de moins.
Filtres
L’entretien et le remplacement du filtre à air peut éviter une surconsommation de
carburant qui peut atteindre 40%
Bougies
Le remplacement des bougies à temps permet d’éviter entre 20% et 30% de
surconsommation
SOFRECO – AF-Mercados EMI
121
AT RECASEB
Diagnostic du moteur
C’est un bilan de contrôle des différents circuits du moteur qui permet d’éviter une
surconsommation qui peut atteindre 30% de la consommation. Il est recommandé
de faire le diagnostic moteur de son véhicule tous les 10 000 km.
La conduite économique
À partir de 90 km/h, la consommation de carburant augmente plus que la vitesse.
Sur le même parcours, la surconsommation de carburant entre un conducteur
nerveux et un conducteur calme peut atteindre 40%. De plus, il y a des règles de
conduite qui permettent d’éviter la surconsommation de carburant et augmenter la
longévité du véhicule. Le conducteur doit respecter les règles suivantes :
 Eviter de faire chauffer le moteur à l’arrêt ; plutôt rouler doucement jusqu’à ce
que le moteur soit chaud et éviter les excès de vitesse ;
 Effectuer des démarrages progressifs et sans à coup et conserver une vitesse
stable sur terrain plat ;
 Voir loin afin d’éviter des accélérations ou des freinages brusques et apprendre
à connaître la plage de rendement optimum du moteur.
Une autre possibilité pour économiser du carburant est de prendre en compte
l’utilisation du gaz naturel dans le transport pour réduire les coûts et les émissions
de GES. En effet, le rôle du gaz naturel dans les transports pourrait se développer
davantage non seulement pour le transport de personnes, mais aussi pour les
véhicules lourds. L’utilisation du gaz à la place des carburants fossiles comporte des
avantages économiques, stratégiques et environnementaux. En effet, le gaz pourrait
réduire la dépendance au pétrole importé. Cependant, l’utilisation du gaz dans les
véhicules n’a pas forcément un impact positif certain sur le climat. De plus, les
véhicules à gaz sont souvent plus chers que les véhicules standards et la densité
énergétique du gaz naturel est beaucoup plus faible que celle des autres carburants,
ce qui fait un combustible moins pratique pour le transport. Il suffira d’étudier le
pourcentage de mélange à faire pour optimiser son utilisation.
Dans le secteur des ménages
Activité 16 : Promouvoir les kits solaires PV domestiques dans les localités rurales
et urbaines du Bénin
Dans les zones rurales, 73 % des populations non desservies par la SBEE utilisaient
encore le pétrole lampant en 201539 et 4% pour l’éclairage solaire (lampes ou kits
solaires). En effet, seulement 3% des localités (101) bénéficient de kits PV
individuels dans ces zones rurales. Il s’agira donc, dans un programme adapté, et
dans le cadre du programme d’électrification, de continuer l’effort de promotion des
kits solaires domestiques pour la substitution du pétrole lampant dont l’utilisation
reste encore élevée dans les ménages, selon le bilan énergétique national contenu
dans le rapport SIE-2017. Des incitations à l’autoproduction avec des kits solaires
PV en milieu spécifiquement urbain doivent aussi être encouragées.
Axe stratégique n° 2.2 : Promotion de l’utilisation rationnelle des ressources
en biomasse et vulgarisation des techniques modernes de cuisson
La demande croissante de l’énergie tirée de la biomasse, ajoutée à celle des
produits agricoles a entraîné une augmentation de la pression exercée sur les
MCA-Bénin 2. Plan Directeur d’Électrification Hors Réseau. Étude pour la mise en place d’un
environnement propice à l’électrification. Oct. 2017
39
SOFRECO – AF-Mercados EMI
122
AT RECASEB
ressources forestières disponibles. De plus, la grande partie du charbon de bois
produit dans les zones rurales est utilisée dans les centres urbains, ce qui fait de
l’économie du bois un axe fort d’intervention du Gouvernement du Bénin.
L’amélioration de l'accès des ménages aux foyers améliorés et la création d’activités
alternatives génératrices de revenus aux producteurs de charbon de bois,
permettront de réduire la demande de charbon, surtout en milieu urbain, et du bois
de feu. Cela aidera à réduire la pression sur le couvert végétal. De même, la
promotion de l’utilisation du GPL permettra d’améliorer l'accès des ménages aux
équipements de cuisson à gaz.
Le développement des filières intégrées agriculture-énergie permettra également de
valoriser, sur le plan énergétique, une partie des résidus de productions agricoles
pour la production de l’électricité et de la chaleur. La fabrication de briquettes et la
réalisation de bio digesteurs devront également être envisagées.
Activité 17 : Contribuer à la réduction de la pression anthropique sur le couvert
végétal pour la gestion durable des ressources forestières à travers la création
d’activités alternatives génératrices de revenus.
La mesure consiste à trouver des activités alternatives aux populations qui exploitent
le bois pour la fabrication du charbon. Les volets « biomasse » du PFSE et du DAEM
ont permis une meilleure exploitation et une protection des ressources forestières
en trouvant des activités alternatives aux populations qui exploitent le bois pour la
fabrication du charbon. Dans ce cadre, des mielleries ont été créées pour détourner
les producteurs de charbon vers d’autres activités génératrices de revenus. L’activité
n’a pas été évaluée, mais elle a néanmoins permis d’orienter ces producteurs vers
une autre activité procurant des gains financiers. La mesure permettra de réduire la
pression sur le couvert végétal. Ces activités devront être poursuivies par le
MCVDD, à travers la DGFEC pour atteindre des objectifs plus grands.
Activités 18 ; 19 : Renforcer les conditions favorisant l’utilisation des foyers
améliorés et des substitutions énergétiques dans le sens d’une meilleure efficacité
énergétique (substituer le charbon de bois par le GPL)
Des activités de renforcement de capacité sur l’utilisation des technologies
modernes de carbonisation pour l’augmentation des rendements du charbon de bois
et de promotion des foyers améliorés ont été organisées dans le passé avec les
volets « gestion rationnelle de la biomasse énergie et des énergies de substitution »
des projets PFSE et DAEM.
La réalisation de la présente activité passera par le développement des normes
nationales pour les foyers améliorés, la vulgarisation de ces foyers et la promotion
d’autres techniques domestiques modernes de cuisson pour la substitution du
charbon de bois. En effet, les centres urbains constituent le lieu privilégié de
consommation du charbon végétal produit dans les campagnes. Cette activité vise
à atteindre à l’horizon 2030 un taux national de possession des ménages en foyers
améliorés de 100%.
Par ailleurs, en réussissant la substitution du bois de chauffe par le GPL, la demande
du charbon de bois sera aussi réduite. L’objectif étant que les petits fonctionnaires
passent au gaz.
La promotion du GPL doit être soutenue par les pouvoirs publics à travers la mise
en place, par l’État, d’un fonds de garantie ou à travers l’établissement d’un
SOFRECO – AF-Mercados EMI
123
AT RECASEB
partenariat avec les institutions de finance existant sur le territoire, pour permettre
aux acquéreurs de faire le premier investissement. Dans ce cas, les capacités
nationales de planification et de gestion du sous-secteur des combustibles
domestiques, et de maîtrise de la biomasse- énergie doivent être renforcées.
Cette activité vise à atteindre à l’horizon 2030, un taux national de possession en
équipements de cuisson à gaz de 41%40.
3.4.3 Orientation stratégique de l’objectif spécifique n° 3
La réussite de la vision est conditionnée par la formation des ressources humaines
de qualité. De même, pour promouvoir la maîtrise de l’énergie au Bénin, il est
nécessaire d’assurer un portage politique fort, de canaliser et de mettre en synergie
les différents acteurs, et mobiliser des fonds conséquents pour des actions
pertinentes. Cela exige le renforcement du cadre institutionnel, législatif et
réglementaire actuellement en place.
Ce renforcement institutionnel et réglementaire doit se baser sur la nécessité de
faire porter les actions de maîtrise d’énergie par le sommet de l’Etat, dans une
logique de bonne gouvernance de la maîtrise d’énergie présentée au point 2.7.2.1
Pour ce faire, il est important de renforcer la principale institution existante.
Axe stratégique n° 3.1 : Sensibilisation et renforcement des capacités des
acteurs de la maîtrise d’énergie
La mise en œuvre d’un programme de maîtrise d’énergie exige l’intervention de
plusieurs compétences. C’est un concept horizontal multi-acteurs qui a besoin que
les intervenants disposent de bonnes connaissances dans le domaine de l’EE et des
énergies renouvelables.
L’activité vise donc à développer des compétences locales en vue de doter les
différents secteurs de l’expertise requise (industrie, résidentiel, service et transport).
Dans le domaine spécifique des énergies renouvelables notamment le solaire
(thermique et photovoltaïque), l’éolien, la biomasse, l’hydroélectricité et les
biocarburants, les mesures qui doivent couvrir aussi ces filières devront permettre
de mieux adapter les nouvelles technologies et de maitriser leur utilisation.
A terme, le Bénin devrait disposer des compétences locales aptes pour
accompagner les programmes nationaux : auditeurs énergétiques, ingénieurs
conseils, spécialistes de la construction, installateurs d’équipements, Responsables
Energie des secteurs des bâtiments et de l’industrie, techniciens d’exploitation et de
maintenance, etc.,
Les activités de sensibilisation concernent les mesures d’information, d’éducation et
de communication (IEC). Pour le renforcement des capacités, elles visent à fédérer
les acteurs concernés autour de la stratégie et du programme d’intervention
proposés dans le cadre de cette politique de maîtrise d’énergie. L’objectif étant de
mettre en place une équipe polyvalente capable de relever les défis qui se posent à
l’ABERME par rapport à la mobilisation des acteurs autour des enjeux liés à la
maîtrise d’énergie ainsi que la conduite de la mise en œuvre de la PONAME qui
constitue une mission fondamentale de l’ABERME.
40
MERPMEDER. Plan d'Actions National des Energies Renouvelables (PANER) ; juillet 2015.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
124
AT RECASEB
La mobilisation et le renforcement des capacités des acteurs concernés par la
maîtrise d’énergie constituent une nécessité transversale pour la mise en œuvre de
la PONAME.
Volet Sensibilisation
Activité 20 : Développer une culture de l’efficacité énergétique par des actions de
sensibilisation et de promotion auprès du public
L’activité permet la prise en compte public cible. Même si des actions de
sensibilisation ont été déjà menées dans le passé, l’IEC n’est jamais suffisante
quand il s’agit d’atteindre de grands objectifs. Cette mesure permettra de renforcer
à tous les niveaux, la culture d’efficacité énergétique. Les Groupes cibles à
sensibiliser sont :
1
2
3
4
La Société civile et les médias : Ces institutions jouent un rôle très important
dans la diffusion de l’information et dans l’éducation de la population. Elles
doivent être sensibilisées pour relayer l’information et transmettre les
bonnes pratiques de la maîtrise d’énergie ;
Les ménages : C’est un secteur sensible qui mérite de grandes actions de
sensibilisation. L’attention du plus grand nombre doit être attirée vers les
bénéfices qui découlent des petits gestes à faire dans le domaine de
l’efficacité énergétique. Ils constituent avant tout, des agents économiques
importants.
Le milieu éducatif béninois : Les centres de formation (écoles, lycées,
universités) constituent des lieux privilégiés dans la transmission des enjeux
et des bonnes pratiques de maîtrise d’énergie. Il convient donc que ces
structures soient sensibilisées afin d’intégrer dans leurs différents
programmes, un volet « utilisation rationnelle de l’énergie » par le biais
d’une collaboration entre le ministère en charge de l’énergie et ceux en
charge des différents ordres d’enseignement.
Les secteurs de l’industrie, des services et des transports routiers : L’objet
est de montrer à ces différents secteurs les enjeux de la maîtrise de l’énergie
et les gains qu’ils peuvent tirer de l’adoption des comportements et
technologies énergétiquement propres. L’accent sera mis sur les avantages
tirés de la réalisation des investissements en matière d’économie
d’énergies. Ils seront également informés des différents mécanismes
conçus pour les appuyer dans la mise en œuvre des mesures d’économies
d’énergies dans leurs unités de production. Pour le cas particulier du secteur
des transports, l’accent sera mis sur les avantages liés à la réduction de
l’utilisation des sources fossiles et ceux liés à la bonne conduite des
véhicules.
Pour une bonne réussite de cette mesure, les principaux instruments à développer
par l’ABERME sont :
 Organiser des séances d’IEC à travers des ateliers organisés au profit des
structures ciblées. Dans ce cadre, les actions de communication grand public
et audiovisuelles (affiches géantes, spots, débats télévisés, etc.) seront
organisées à l’endroit des différentes cibles ;
 Organiser des journées portes ouvertes ou salons de l’efficacité énergétique
;
 Intégrer l’URE dans les programmes scolaires et académiques, du cours
primaire à l’université.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
125
AT RECASEB
Activité 21 : Sensibiliser les Décideurs publics et des Partenaires au développement
Au niveau des décideurs, la sensibilisation doit être orientée vers l’adoption d’un
cadre normatif pour la maîtrise d’énergie. Les instances ci-après seront ciblées :
1
Les ministères et autres institutions de l’Etat : Le programme de
sensibilisation des ministères et institutions de l’État, mis en œuvre par le
PFSE au profit de ces institutions en 2010 avait échoué pour des raisons
organisationnelles et structurelles. Aucun résultat n’a été observé sur le
terrain à la fin du programme. Leur sensibilisation est donc importante car il
s’agit des décideurs au plus haut niveau.
Les membres du Gouvernement, les députés, les institutions de l’Etat
notamment la Cour Constitutionnelle, le Conseil Economique et Social
(CES) et la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication
(HAAC) doivent être sensibilisés à l’occasion sur la maîtrise de l’énergie afin
de s’approprier les enjeux de la maîtrise d’énergie et de jouer, chacun en ce
qui le concerne, le rôle qui est le sien dans la mise en œuvre de la PONAME.
Quant à l’administration publique à différentes échelles (nationale,
départementale et locale), la sensibilisation permettra aux différentes entités
de mieux comprendre les enjeux de la maîtrise d’énergie aujourd’hui et leur
part dans la PONAME.
L’intérêt de la sensibilisation dans l’administration publique est d’autant
important que le secteur est hautement énergivore et que la facture
électrique de l’État est l’une des plus élevée à savoir, plus de 7 milliards de
FCFA par an.
2
Les partenaires techniques et financiers (PTF) en place au Bénin. Les PTF
n’ont pas besoin d’être sensibilisés sur les enjeux de la maîtrise d’énergie
parce qu’ils les maîtrisent assez bien déjà. Ils ont plutôt besoin de savoir les
objectifs, les efforts à faire et les besoins du Gouvernement pour la
promotion d’un développement énergétiquement durable au Bénin. Cette
démarche pourrait renforcer la coopération institutionnelle internationale
portée sur la maîtrise d’énergie et aider l’ABERME, à travers son ministère
de tutelle, à nouer des partenariats bilatéraux ou multilatéraux Sud-Sud ou
Nord-Sud avec des structures similaires d’autres pays tels que l’Algérie, le
Maroc, la Tunisie, le Ghana, la France, la Belgique, l’Allemagne le Canada
et l’Inde. Cela lui permettra de puiser dans les longues et fructueuses
expériences de maîtrise d’énergie menées dans ces pays.
Pour ce faire, l’ABERME devra organiser des séances d’information à travers des
ateliers et débats télévisés au profit de cette cible.
Volet Formation et renforcement des capacités
Activité 22 : Former et renforcer les capacités des entreprises privées du secteur de
l’énergie à la mise en place et gestion des Entreprises de Services Energétiques
(ESE)
Les entreprises privées du secteur de l’énergie doivent être accompagnées
techniquement pour pouvoir répondre aux exigences du marché de l’efficacité
énergétique.
En effet, le développement du marché de l’EE passe aussi par la mise en évidence
des gisements d’économies d’énergies dans les différents secteurs d’activités et la
SOFRECO – AF-Mercados EMI
126
AT RECASEB
mise en œuvre des mesures rentables d’EE. Des audits énergétiques doivent être
réalisés et un financement doit être trouvé pour la mise en œuvre des mesures
retenues. Des experts bien formés, capables de relever les défis du diagnostic
énergétique et de l’installation des équipements efficaces appropriés doivent pouvoir
être disponibles. Ces experts doivent maîtriser, ou faire partie d’un groupe qui
maîtrise les aspects financiers liés aux projets et les mécanismes de financement
des projets. L’ABERME, en tant qu’organe d’impulsion et de coordination, ne peut
répondre seule à ce besoin. Elle doit s’appuyer sur le secteur privé notamment les
bureaux d’études et cabinets spécialisés en efficacité énergétique et énergies
renouvelables. Ces acteurs doivent donc bénéficier de formations appropriées de
renforcement de leur capacité d’intervention. Ceci conduirait vers le développement
des ESE. Ainsi, les entreprises formées ou celles qui peuvent fournir la preuve d’une
expertise qualifiée en matière de maîtrise d’énergie, d’utilisation des contrats de
performance énergétique (CPE) et aux principes de mesurage et vérification (M&V)
des mesures d’EE ainsi que de mobilisation de Fonds peuvent être associées au
programme.
Pour promouvoir un marché d’efficacité énergétique autonome au Bénin, le
partenariat public-privé reste un instrument privilégié mais avant, l’Etat devra créer
un ensemble de conditions pour garantir un fonctionnement réel à ce marché. Il
s’agira essentiellement pour l’Etat, de :
 S’assurer de l’existence d’un vivier de compétences ou d’entreprises capables
de faire face à la conception et à la mise en œuvre de projets d’efficacité
énergétique surtout dans les secteurs du bâtiment et de l’industrie ;
 S’assurer que des entreprises privées de financement ont la confiance
nécessaire pour répondre aux besoins financiers liés à la mise en œuvre des
projets d’efficacité énergétique.
Le concept des entreprises de service énergétique (ESE) est une approche
gagnante, une méthode éprouvée pendant plus de 30 ans dans la réalisation de
projets par des experts en efficacité énergétique. Elle apporte de la valeur ajoutée à
l’entreprise et le risque est amoindri par une méthode de mesurage et vérification
(M&V) des mesures mises en œuvre. Ce concept facilite la réalisation de projets
d’EE, qui mènent à des avantages économiques, stratégiques et opérationnels.
Mode opératoire des ESE
Ce sont des entreprises de services qui offrent, de façon intégrée, le développement
et l’implantation des projets d’Efficacité Energétique. Contrairement à un bureau
d’études traditionnel qui est rémunéré pour ses conseils, et non pour les résultats
découlant de ceux-ci, l’ESE offre des projets basés sur la performance énergétique.
La compensation est liée aux économies réalisées. Le financement des mesures est
organisé par l’ESE qui ne finance pas généralement à partir de ses propres fonds,
l’entreprise n’étant pas une banque.
L’ESE assume un certain nombre de risques liés au projet et garantit, en fonction
des cas, une économie d’énergie définie sur une période donnée. Ce modèle permet
de garantir au client que le potentiel d’économie d’énergie sera exploité le plus
largement possible. Ce qui est rarement le cas lorsque des mesures d’efficacité
énergétique sont mises en œuvre de manière indépendantes.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
127
AT RECASEB
Si c’est offert par l’ESE, à travers une institution financière, le financement est facilité
par une garantie à travers le CPE qui permet de prioriser les projets d’économies
d’énergie à l’intérieur de la structure organisationnelle du client.
On peut dire que : Projet d’EE + CPE = ESE
Le contrat de performance, qui intègre dans un seul contrat l’ensemble des services
nécessaire au projet et organise son financement, permet à l’ESE d’offrir l’avantage
de surmonter les multiples barrières qui entravent la mise en œuvre des projets
d’efficacité énergétique. La principale motivation pour recourir à un contrat de
performance énergétique pour réaliser des économies d'énergie repose
essentiellement sur une logique de transfert du risque sur le cocontractant de la
personne publique. Le recours aux ESE permet donc de faciliter non seulement la
gestion des projets d’efficacité énergétique mais aussi leur financement. Sans
compter qu’en tant que sources de création d’emplois, elles dynamisent l’économie
nationale.
Cette stratégie consistera donc à doter le paysage institutionnel national d’ESE
pouvant répondre aux besoins du marché, et à offrir la possibilité d’évaluer les
potentiels d’économies d’énergies dans différentes structures de production, et de
mettre en œuvre des mesures concrètes visant à réduire la facture énergétique
desdites structures.
Activité 23 : Former et renforcer les capacités des entreprises industrielles et de
service au principe de la gestion de l’énergie basée sur la norme ISO 50001.
Dans le cadre des projets antérieurs en efficacité énergétique (RESUCE, CRESUCE
et PFSE) il a été mis en place, au sein des ministères et institutions publiques, des
Hommes énergies et des Comités de gestion de l’énergie (CGE). Ces activités n’ont
pas donné les résultats attendus. La mise en œuvre de la PONAME prendra donc
en compte la nécessité de poursuivre ou de reprendre ces activités, selon les cas et
de les étendre à travers des activités de formation et de renforcement de capacités
sur les principes de la gestion de l’énergie basée sur la norme ISO 50001.
Activité 24 : Former et renforcer les capacités des enseignants du milieu éducatif
béninois
En dehors de la sensibilisation dont bénéficieront les enseignants, ils seront formés
aux outils pédagogiques, au développement des matériels de formation à l’URE et
aux technologies efficaces pour éduquer les enfants d'âge scolaire et les étudiants
à l’URE et les motiver à mettre leurs connaissances en pratique.
Cette activité permettra de mettre à la disposition de ces centres, des matériels
didactiques et kits, conçus pour être facilement installés et utilisés dans les écoles.
Cette formation servira de base pour :
 Développement des partenariats entre les écoles et les autres parties
prenantes travaillant dans le domaine de l'éducation et de la formation en
efficacité énergétique ;
 Assurer une coordination et une communication adéquate entre les
concepteurs de programme, les exécutants et les organismes de
financement ;
 Échanger les meilleures pratiques dans l'enseignement sur l’efficacité
énergétique.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
128
AT RECASEB
Activité 25 : Former et renforcer les capacités des centres de recherches et instituts
de normalisation dans le domaine de l’efficacité énergétique
Les centres de recherche et instituts de normalisation contribueront à mettre en
place des équipements, normes et standards en matière d’efficacité énergétique.
Elles aideront à mettre sur le marché béninois, des spécialistes bien outillés dans le
domaine de l’efficacité énergétique. Dans le cadre de la PONAME, les centres de
recherche et instituts de normalisation seront appuyés pour pouvoir répondre aux
efforts attendus d’eux. Par conséquent, l’appui pourra être un renforcement du
niveau d’équipements des centres.
Axe stratégique n° 3.2 : Renforcement du cadre institutionnel de l’ABERME
Dans l’analyse du cadre institutionnel, il a été constaté que la situation actuelle est
caractérisée par un éparpillement de la prise en charge institutionnelle de la maîtrise
de l’énergie qui ne favorise pas la capitalisation des acquis, du fait que plusieurs
institutions interviennent de manière parcellaire dans ce domaine. Il est important
que la fonction de sa promotion et d’animation des acteurs du domaine soit bien
définie avec un ancrage institutionnel adéquat. A cet effet, les missions de
l’ABERME consistent à :
 Suivre l’évolution du cadre réglementaire et incitatif spécifique de la maitrise
de l’énergie en vue de son amélioration continuelle ;
 Assurer le développement opérationnel de la production d’électricité, hors
hydroélectricité, à partir des énergies renouvelables (éolien, centrales
solaires, valorisation des décharges et biomasse) pour la production
d’électricité connectée au réseau ;
 Promouvoir la diffusion du solaire thermique domestique (eau chaude
sanitaire) ;
 Mettre en œuvre les programmes de l’Etat dans le domaine de l’efficacité
énergétique et des énergies renouvelables ;
 Promouvoir l’amélioration des performances thermiques dans bâtiments
neufs (efficacité énergétique de l’enveloppe du bâtiment) ;
 Promouvoir les équipements économes en énergies ;
 Promotion l’efficacité énergétique dans tous les secteurs économiques
(industrie, services, transport, agriculture) ;
 Réaliser les études nécessaires pour le développement de ces domaines ;
 Renforcer les capacités des acteurs publics et privés en matière d’efficacité
énergétique et d’énergies renouvelables ;
 Sensibiliser les consommateurs d’énergie en vue de promouvoir les actions
de maîtrise de l’énergie ;
 Mobiliser les financements pour les investissements de maitrise de l’énergie
et mettre en place les mécanismes appropriés dans ce domaine ;
 Suivre et évaluer le programme de maitrise d’énergie.
Les fonctions suivantes devront être intégrées dans les attributions de l’ABERME :
(i) fonction technique couvrant l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables,
(ii) fonction d’étude et de planification des actions de maîtrise d’énergie, (iii) fonction
de suivi-évaluation du programme quinquennal, (iv) fonction de sensibilisation et
communication et (v) fonction de mobilisation des financements et de renforcement
de la coopération.
Activité 26 : Renforcement du cadre institutionnel de l’ABERME
SOFRECO – AF-Mercados EMI
129
AT RECASEB
Axe stratégique n° 3.3 : Aménagement d’un cadre réglementaire favorable à
la maîtrise de l’énergie au Bénin
L’analyse du cadre réglementaire actuel a révélé des lacunes importantes qui ne
favorisent pas la promotion de la maitrise d’énergie au Bénin.
Il est donc impérieux que pour une bonne Politique Nationale de Maitrise d’Energie,
le cadre réglementaire soit revu en vue d’encourager, d’encadrer et même de
sanctionner en cas de manquement aux prescriptions qui seront édictées pour la
promotion de la maitrise d’énergie au Bénin.
L‘établissement de ce cadre constituera un pas important dans la maitrise d’énergie,
mais les plus urgents sont :
 La Loi sur la maîtrise d’énergie et ses décrets d’application ;
 Le code d’efficacité énergétique des bâtiments.
La Loi sur la maîtrise d’énergie
Elle apportera un réel dynamisme pour le secteur de la maitrise d’énergie. Pour cela,
elle doit être conçue avec rigueur et précision autour des points forts ci-après :
 Le renforcement des attributions du Ministère de l’énergie et de ses directions
techniques ;
 La mise en place de mesures incitatives ;
 Les sanctions.
En termes clairs, la loi sur la maitrise d’énergie doit pouvoir inciter ou même
contraindre les acteurs à adopter des matériels et équipements modernes qui
prônent l’économie d’énergie et les bénéficiaires à faire une utilisation rationnelle de
l’énergie.
Le Décret n° 2018 – 563 du 19 Décembre 2018 fixant les normes minimales de
performances énergétiques et le système d’étiquetage énergétique des lampes et
climatiseurs individuels en République du Bénin et le nouveau code d’électricité en
cours d’adoption à l’Assemblée Nationale constituent des avancées notables.
Mais il reste que la loi sur la maitrise d’énergie est indispensable pour la mise en
place d’un cadre légal qui interpelle tous les acteurs et bénéficiaires à faire de
l’utilisation rationnelle de l’énergie un tremplin pour sa pérennité.
A cet effet, l’ABERME qui est l’institution phare pour ce volet du secteur de l’énergie
au Bénin, sera commise pour développer un ensemble d’instruments et de stratégies
politiques, techniques et financiers pour la promotion de l’efficacité énergétique.
La loi sur la maitrise d’énergie restera donc un instrument incontournable et devra
être axée autour des prescriptions telles que :
 Les certificats d’économie d’énergie ;
 L’audit énergétique obligatoire et périodiques des industries et des bâtiments
qui abritent une forte densité d’occupants ;
 La cogénération (production simultanée de chaleur et d’électricité) afin
d’atteindre une efficacité énergétique supérieure à la production séparée de
chaleur et d’électricité ;
 La publicité dans le domaine de l’énergie pour la promotion de l’utilisation
rationnelle de l’énergie ;
 Le diagnostic de performance énergétique afin d’informer sur la performance
énergétique d’un bâtiment en évaluant sa consommation d’énergie afin de
SOFRECO – AF-Mercados EMI
130
AT RECASEB




pouvoir faire les recommandations nécessaires pour améliorer sa
performance ;
L’évaluation du potentiel d’efficacité énergétique des réseaux afin d’éviter les
pertes éventuelles sur les infrastructures de raccordement et les installations
de production électrique ;
L’étiquetage de tous produits, matériels et équipements ayant une incidence
sur la consommation énergétique ;
La prise de mesures incitatives par les pouvoirs publics à travers le système
fiscal, qui promeut l’acquisition de voitures neuves qui ne sont pas
énergivores ;
La mise en place d’incitatifs et d’un fonds pour la promotion de l’efficacité
énergétique.
La loi pourrait avoir le caractère d’une Loi-cadre dont les modalités d’applications
seraient précisées par décret.
Le Code d’efficacité énergétique des bâtiments
Le code d’efficacité énergétique des bâtiments administratifs commandité par la
DGE et validé en 2012 comporte des précisions sur les lampes et climatiseurs
individuels à utiliser dans l’implantation des bâtiments, mais la portée de ce code
doit être étendue à tous les types de bâtiments, depuis leur conception jusqu’à leur
équipement et leur utilisation.
Avant l’élaboration et l’adoption de la loi sur la maitrise d’énergie et le Code
d’efficacité énergétique, qui nécessitent des mesures et procédures administratives
très complexes, des décrets peuvent être initiés en vue de pallier le plus vite à ce
vide juridique afin de promouvoir la maitrise d’énergie au Bénin.
Activité 27 : Aménagement d’un cadre réglementaire favorable à la maîtrise de
l’énergie au Bénin.
3.4.4 Orientation stratégique de l’objectif spécifique n° 4
Le principal handicap de la mise en œuvre des actions de maîtrise d’énergie est le
financement. Pour les consommateurs béninois (ménages et entreprises privées),
les investissements initiaux en efficacité énergétique sont souvent jugés élevés. De
plus, la période de retour sur investissement (PRI) est également jugée longue,
empêchant ainsi les consommateurs de prendre des décisions d’investissements à
moyen terme. Enfin, l’accès aux investissements est faible et les taux pratiqués par
les institutions bancaires installées au Bénin ne favorisent pas l’investissement
initial. Toutes ces barrières empêchent d’atteindre les objectifs de changement
d’échelle.
Axe stratégique n° 4.1 : Financement de la maîtrise d’énergie
Le financement est une donnée importante dans la mise en place d’une politique de
maîtrise d’énergie au Bénin. Il s’avère donc nécessaire de mettre en place des
canaux, instruments et procédures spécifiques favorables pour faciliter les
investissements privés afin de compléter les ressources publiques tout en mettant
en place un programme de repositionnement et de renforcement des capacités des
institutions sectorielles (Ministère, régulateur, opérateurs, agences d’exécution et
d’appui, etc.) pour leur permettre de mieux accomplir les fonctions nécessaires à la
mise en œuvre de la vision.
Pour ce faire, deux aspects essentiels doivent sont pris en considération :
SOFRECO – AF-Mercados EMI
131
AT RECASEB
 La mobilisation des financements auprès des PTF et à travers des ressources
locales ;
 La conception et la mise en place de mécanismes de financement appropriés
pour faciliter la diffusion des technologies efficaces dans les domaines de l’EE
et des énergies renouvelables.
En effet, pour l’opérationnalisation de la politique de maitrise de l’énergie, le Bénin
a besoin des partenaires techniques et financiers pour financer le programme
quinquennal proposé.
La mise en place des instruments financiers de promotion de maîtrise d’énergie doit
s’appuyer sur la nécessité de :
 Doter l’ABERME de ressources financières pour les activités de maîtrise
d’énergie ;
 Créer un Fonds d’appui à la maîtrise d’énergie ;
 Mettre en place une fiscalité incitative.
Activité 28 : Doter l’ABERME de ressources financières pour les activités de maîtrise
d’énergie
L’ABERME a besoin de ressources financières conséquentes pour asseoir un
environnement de travail moderne et des rémunérations motivantes pour un bon
fonctionnement de l’institution, comme le prévoient ses textes fondateurs. Elle doit
jouir d’une autonomie de gestion nécessaire à un fonctionnement optimal.
À travers ce renforcement des capacités, l’ABERME devrait paraître comme :
 Une structure entièrement consacrée à tous les aspects de la maîtrise
d’énergie, avec un potentiel pour mener des études, planifier, coordonner et
impulser, évaluer et prospecter les aspects économiques et technologiques ;
 Une structure capable d’introduire la maîtrise d’énergie et ses mécanismes
dans les politiques et stratégies sectorielles.
Activité 29 : Créer un Fonds d’appui à la maîtrise d’énergie (FAME)
Les financements spécifiques pour la mise en œuvre des actions de maîtrise
d’énergie ne devraient pas rester le seul fait du budget alloué par l’Etat à l’ABERME
et qui devrait en partie servir à assurer le fonctionnement de l’institution. Il est
nécessaire que soit mis en place un fonds qui vienne porter la mise en œuvre de la
PONAME. Il sera donc créé un Fonds d’Appui à la Maîtrise d’Énergie (FAME) à
travers lequel l’Etat béninois pourrait octroyer des subventions dont le montant sera
variable selon le type de mesures.
Le FAME constituera l’instrument de soutien financier de la politique de maîtrise de
l’énergie au Bénin ; il servira comme ressource stable pour le financement des
programmes nationaux et sera alimenté par des taxes affectées provenant
notamment de :








La taxation due à la première immatriculation des voitures ;
L’assurance des véhicules ;
Les visites techniques ;
Les passages de permis de conduire catégorie A (motos) ;
La taxation sur les motos vendues ;
La garantie des emprunts ;
Les subventions de l’État ;
Le produit des taxes sur les appareils énergivores ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
132
AT RECASEB
 Les amendes prévues dans le cadre de la Loi sur la Maîtrise d’Energie ;
 Le produit des remboursements des prêts ;
 Autres ressources ou contributions.
Le FAME sera instituée par la loi des finances de 2020 pour appuyer la politique
nationale de maitrise d’énergie en général.
Activité 30 : Mettre en place une fiscalité incitative
La fiscalité est un instrument financier qui permet de mobiliser des ressources
financières pour les mesures d’EE, ou d’alléger les fonds nécessaires à leurs mises
en œuvre. Dans le cadre de la PONAME, la fiscalité constitue un des instruments
financiers important à développer. Une panoplie de mesures existe, visant soit la
réduction des charges fiscales qui pèsent sur les activités de promotion de l’efficacité
énergétique, soit l’augmentation des charges fiscales dues aux activités qui
contribuent à l’inefficacité énergétique.
Certaines incitations sont axées sur la réduction des coûts et l'amélioration de la
compétitivité relative aux technologies innovantes d’efficacité énergétique,
accordant des avantages fiscaux indirects existent. D’autres consistent à accorder
des avantages fiscaux directs.
L’avantage fiscal indirect est une approche classique qui consiste à accorder des
avantages sur les taxes indirectes sur les équipements d’énergies renouvelables
(systèmes solaires PV et thermiques) et ceux économes en énergie. Il consiste à
accorder une exonération de TVA et de droit de douane à l’importation. Dans le
cadre de la PONAME, lors de la phase de démarrage du marché, cette mesure
constituerait une incitation peu coûteuse pour l’État ; l’assiette de son application
étant encore faible dans le pays.
Les avantages fiscaux directs consistent à accorder aux investisseurs, dans les
projets de maîtrise d’énergie, des avantages en termes d’impôt sur le revenu (ou sur
les bénéfices pour les personnes morales).
De ces types de fiscalité d’Efficacité Energétique existants, et tenant compte du
contexte économique national, les incitations fiscales qui pourront être développées
sont :
 Exonérations d'impôt sur les travaux d’Efficacité Energétique pour encourager
l’installation des ESE et amoindrir le coût des opérations et études en matière
d’efficacité énergétique ;
 Exemption de taxes sur les carburants de substitution.
Les ESE potentielles n’ayant pas encore une surface financière qui leur permette de
financer des projets, elles doivent se baser sur des capitaux tiers. L’Etat, à travers
la mise en œuvre de la PONAME, doit donc mettre en place un cadre propice qui
incite les entreprises privées de financement à se lancer dans le marché de
l’efficacité énergétique. Le tableau 4 présente les objectifs spécifiques et axes
stratégiques.
Tableau 4 : Tableau récapitulatif des objectifs et axes stratégiques de la PONAME
Objectifs spécifiques
Orientations stratégiques
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Axes stratégiques
133
AT RECASEB
Objectif spécifique n° 1 :
Gérer l'offre et la
demande énergétique
Orientation stratégique n° 1 :
l’accroissement des capacités de
production, des moyens de
transport et de distribution de
l’électricité ainsi que la réduction
des pertes et de la promotion de la
maîtrise de la demande d’énergie
Axe stratégique n°1.1 : Optimisation des
capacités de production en vue d’améliorer l’offre
d’électricité
Axe stratégique n° 1.2 : Développement d’un
programme de réduction des pertes électriques
Axe stratégique n° 1.3 : Promotion de l’utilisation
rationnelle de l’énergie dans les bâtiments,
l’industrie et l’éclairage public
Axe stratégique n° 1.4 : Développement d’un
programme d’efficacité énergétique au niveau
des structures grosses consommatrices
d’énergie (industrie et service)
Objectif spécifique n° 2 :
Gérer de manière durable
les ressources en
biomasse et
l’environnement
Orientation stratégique n° 2 : la
Axe stratégique n° 2.1 : Optimisation de la
gestion durable des ressources en consommation des produits pétroliers
biomasse et la protection de
l’environnement
Objectif spécifique n° 3 :
Mettre en place un cadre
institutionnel et
réglementaire efficace
Orientation stratégique n° 3 : la
mise en place d’un cadre
institutionnel et réglementaire
efficaces
Axe stratégique n° 2.2 : Promotion de l’utilisation
rationnelle des ressources en biomasse et
vulgarisation des techniques modernes de
cuisson
Axe stratégique n° 3.1 : Sensibilisation et
renforcement des capacités des acteurs de la
maîtrise d’énergie
Axe stratégique n° 3.2 : Renforcement du cadre
institutionnel de l’ABERME
Objectif spécifique n° 4 :
Mettre en place un
mécanisme de
financement adéquat
Orientation stratégique n° 4 : la
mise en place d’une politique de
financement de la maîtrise
d’énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Axe stratégique n° 3.3 : Aménagement d’un
cadre réglementaire favorable à la maîtrise de
l’énergie au Bénin
Axe stratégique n° 4.1 : Financement de la
maîtrise d’énergie
134
AT RECASEB
Cadre des résultats de la PONAME
Tableau 5 : Cadre des résultats de la PONAME
N°
RESULTATS / AXES D'INTERVENTION
RESPONSABILITES
INDICATEURS
SOURCES DE
VERIFICATION
RISQUES ET
HYPOTHESES
OBJECTIF GLOBAL : Contribuer au développement de la maîtrise d’énergie, à travers la gestion de l’offre et de la demande énergétique, la
gestion durable de la biomasse-énergie et de l’environnement, la mise en place d’un cadre institutionnel et réglementaire efficace et un
mécanisme de financement adéquat
OBJECTIF SPECIFIQUE 1 : Gérer l’offre et la demande énergétique
Effet 1 :
D'ici 2030, le Bénin dispose d'infrastructures
électriques modernes et de qualité pour
relever le défi du développement
économique et social et une stratégie
globale de maîtrise de la demande, par la
promotion des technologies efficaces et
techniques matures est effective pour une
compétitivité accrue du secteur économique
DGRE, SBEE,
ABERME, SECTEUR
PRIVÉ, ANM,
DDE/ME, Direction du
Développement
Industriel du Ministère
en charge de
l'industrie
Taux d'autosuffisance électrique
Rapport SIE
Puissance installée disponible
Rapport SBEE,
Rapport ARE
Nombre de bâtiments et de
structures industrielles audités et
suivis dans la mise en œuvre de la
norme ISO 50001
Rapport ABERME
Nombre de bâtiments administratifs
Rapport ABERME
rénovés
L'infrastructure de distribution électrique du
Bénin est modernisée et la capacité du
Produit 1.1
réseau à supporter la croissance future du
pays est augmentée
SOFRECO – AF-Mercados EMI
DGRE, SBEE,
ABERME, SECTEUR
PRIVÉ
Puissance installée disponible
Rapport SBEE,
Rapport ARE
Taux de couverture
Rapport SIE
Taux d'électrification
Rapport SIE
135
AT RECASEB
N°
RESPONSABILITES
Les pertes et les coupures d’électricité sont
réduites en vue d’améliorer la productivité
Produit 1.2
des entreprises et le bien-être des
populations
DGRE, SBEE,
ABERME, SECTEUR
PRIVÉ
Taux de perte électrique
Rapport SIE,
Rapport SBEE
DGRE, SBEE,
ABERME, DDE/ME,
SECTEUR PRIVÉ
Taux de pénétration des énergies
renouvelables
Rapport SIE,
Rapport SBEE
Montants des factures électriques
des diférents secteurs d'activités
Rapport INSAE
Appel de puissance à la pointe
Rapport SBEE,
Rapport ARE
Nombre de nouveaux projets d'EE
financés
Rapport ABERME
Produit 1.3
Les sources d’énergies alternatives sont
promues
Produit 1.4
Les coûts de l’énergie sont maîtrisés pour la DGRE, ABERME,
compétitivité de la production nationale
ANM
La courbe de charge électrique est
Produit 1.5 optimisée grâce à une bonne maîtrise de la
pointe
Produit 1.6
Les investissements sont promus dans le
sous-secteur de l’efficacité énergétique
DGRE, SBEE,
ABERME, ANM
DGRE, ABERME,
DDE/ME, PTF,
SECTEUR PRIVÉ
INDICATEURS
SOURCES DE
VERIFICATION
RESULTATS / AXES D'INTERVENTION
RISQUES ET
HYPOTHESES
OBJECTIF SPECIFQUE 2 : Gérer de manière durable la biomasse-énergie et l'environnement
Effet 2 :
Une politique de gestion efficace des
ressources en biomasse et de
l'environnement est mise en place pour
répondre aux propositions faites par le
Bénin dans le cadre des CND
Taux de pénétration des
équipements électriques efficaces
(lampes, climatiseurs,
réfrigérateurs)
DGRE, DDE/ME,
DGEC/MCVDD,
DTT/MIT
Rapport DGRE,
Rapport ABERME
Proportion de ménages utilisant les Rapport DGRE,
foyers améliorés
Rapport ABERME
Proportion de ménages utilisant les Rapport DGRE,
GPL pour la cuisson
Rapport ABERME
Produit 2.1 La biomasse-énergie est bien gérée
SOFRECO – AF-Mercados EMI
DGRE, ABERME,
DGEFC/MCVDD
Consommation de charbon de bois
et de bois de chauffe
Rapport
ABERME,
Rapport MCVDD
136
AT RECASEB
N°
RESULTATS / AXES D'INTERVENTION
Les émissions de Gaz à Effet de Serre
Produit 2.2
(GES) sont réduites
RESPONSABILITES
DGRE, ABERME,
DTT/MIT, DDE/ME,
DGEC/MCVDD,
ABE/MCVDD
INDICATEURS
Taux d'émission de GES dans les
principales ville du Bénin
SOURCES DE
VERIFICATION
RISQUES ET
HYPOTHESES
Rapport MIT,
Rapport MCVDD,
Rapport ABERME
OBJECTIF SPECIFIQUE 3 : Mettre en place un cadre institutionnel et réglementaire favorable efficace
Effet 3 :
Un cadre institutionnel favorable pour la
mise en place d’un programme de maîtrise
d’énergie auprès du public est développé et
une réglementation propre à la maîtrise
d’énergie est adoptée
ANM, ABERME,
DGRE, DDE/ME,
Indice de satisfaction des usagers
et nombre de textes actualisés et
proposés
Rapport ANM,
Rapport DGRE,
Rapport ABERME
Produit 3.1
Un cadre réglementaire favorable à la
maîtrise de l’énergie est mis en place
DGRE, DDE/ME,
ANM, ABERME
Nombre de textes actualisés et
nouveaux textes votés
Rapport ANM,
Rapport ABERME
Produit 3.2
Le cadre institutionnel dédié à la maîtrise de
l’énergie est renforcé
DGRE, DDE/ME,
ABERME
Textes de l'ABERME actualisés
Rapport DGRE,
Rapport ABERME
DGRE, DDE/ME,
ABERME
Nombre de personnes formées
Rapport ABERME
Les capacités des différentes parties
Produit 3.3 prenantes impliquées dans la maîtrise de
l’énergie au Bénin sont renforcées
OBJECTIF SPECIFIQUE 4 : Mettre en place un mécanisme de financement adéquat
Des instruments financiers capables
d’apporter des changements au niveau des
agents économiques sont mis en place
Effet 4 :
Produit 4.1
Un fonds d’appui à la maîtrise d’énergie est
créé et opérationnel
SOFRECO – AF-Mercados EMI
DGRE, ABERME,
DDE/ME, DPP/MEF,
PTF
DGRE, DDE/ME,
DPP/MEF, ABERME
Budgets détaillés de
fonctionnement
Rapport DGRE,
Rapport ABERME
Décret de création d'un organe de
financement de l'EE
Rapport DGRE,
Rapport ABERME
Décret pris en conseil des ministres Rapport DGRE,
pour la création du Fonds
Rapport ABERME
137
AT RECASEB
N°
RESULTATS / AXES D'INTERVENTION
Une fiscalité incitative est mise en place
Produit 4.2 pour le développement de lla maîtrise
d'énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
RESPONSABILITES
DGRE, DPP/MEF,
ABERME
INDICATEURS
Décret de mise en place des
mesures prises en conseil des
ministres
SOURCES DE
VERIFICATION
RISQUES ET
HYPOTHESES
Rapport DGRE,
Rapport ABERME
138
AT RECASEB
Cadre de mesure de la performance de la
PONAME
L’ambition du Bénin est de réduire de manière conséquente sa consommation
énergétique à l’horizon 2030 par une meilleure utilisation de l’énergie dans tous les
domaines d’activité économique et sociale. Le tableau suivant présente le cadre de
mesure de la performance de la PONAME.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
139
AT RECASEB
Tableau 6 : Cadre de mesure de la performance de la PONAME
Cibles indicatives
Indicateurs objectivement
vérifiables
Résultats / Axes d'intervention
Objectif global : Contribuer au
développement de la maîtrise
d’énergie, à travers la gestion
de l’offre et de la demande
énergétique, la gestion durable
de la biomasse-énergie et de
l’environnement, la mise en
place d’un cadre institutionnel et
réglementaire efficace et un
mécanisme de financement
adéquat.
Objectif spécifique 1 : Gérer
l'offre et la demande
énergétique
Moyen de vérification
Valeurs de référence
(2017)
Degré de contribution du
sous-secteur au PIB
Rapport INSAE
N/D
Degré de contribution du
sous-secteur à l'atteinte des
ODD7
Etudes d'impact
spécifique
N/D
Part du renouvelale dans le
mix énergétique
Rapport SBEE;
Rapport SIE
9,70%
Valeur du rendement de
production thermique
Rapport SBEE;
Rapport SIE
27,70%
Taux d'autosuffisance
électrique
Rapport SBEE;
Rapport SIE
23%
Valeur de l'intensité
énergétique (tep/1000 US $)
Dépenses moyennes
d'électricité des secteurs
d'activités
Taux de pénétration des
appareils électriques
efficaces (lampes,
climatiseurs, réfrigérateurs)
Economie d'énergie réalisée
grâce au programme
décennal (GWh)
Rapport SIE, Rapport
INSAE
0,6
Rapport INSAE
N/D
Rapport INSAE,
Rapport d'activité
ABERME
N/D
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Rapport SIE
0
A court
terme (2021
- 2022)
A moyen
terme (2023
- 2025)
A long terme
(2026 - 2030)
53,4
199,7
547,6
140
AT RECASEB
Cibles indicatives
Indicateurs objectivement
vérifiables
Résultats / Axes d'intervention
Objectif spécifique 2 : Gérer
de manière durable les
ressources en boimasse et
l'environnement
Objectif spécifique 3 : Mettre
en place un cadre institutionnel
et réglementaire efficaces
Moyen de vérification
Valeurs de référence
(2017)
A court
terme (2021
- 2022)
A moyen
terme (2023
- 2025)
A long terme
(2026 - 2030)
Economie d'énergie réslisée
grâce au programme
décennal (ktep)
0
141,6
249,5
634,0
Economie d'énergie attendue
à l'échelle du Bénin (GWh)
N/D
26,4
154,3
930,5
Réduction de l'appel de
puissance à l'échelle du
Bénin (MW)
N/D
Proportion de ménages
utilisant les foyers améliorés
efficaces de cuisson ou
nombre de foyers vendus
Rapport INSAE,
Rapport d'activités
ABERME
N/D
19%
26%
37%
Proportion de ménages
utilisant des GPL ou nombre
de GPL vendus
Rapport INSAE,
Rapport d'activités
ABERME
N/D
14%
21%
32%
Réduction des émissions de
GES (kteCO2)
Rapport SIE, Rapport
MCVDD
N/D
Rapport d'activité
N/D
Rapport d'activité
N/D
Taux d'exécution des plans
de formation et de
renforcement des capacités
et nombre d'acteurs formés
Rapport d'activité
N/D
Indice d'attractivité du soussecteur
Rapport d'activité
N/D
Situation du cadre
institutionnel dédié à la
maîtrise d'énergie
Nombre de textes
réglementaires actualisés et
votés
SOFRECO – AF-Mercados EMI
1 468
141
AT RECASEB
Cibles indicatives
Indicateurs objectivement
vérifiables
Résultats / Axes d'intervention
Objectif spécifique 4 : Mettre
en place un mécanisme de
financement adéquat
Moyen de vérification
Valeurs de référence
(2017)
Ratios de couverture des
budgets d'exécution
Rapport d'activité
N/D
Nombre d'ESE créées
Rapport d'activité;
Rapport INSAE
0
SOFRECO – AF-Mercados EMI
A court
terme (2021
- 2022)
A moyen
terme (2023
- 2025)
A long terme
(2026 - 2030)
142
AT RECASEB
CHAPITRE 4
MECANISME DE MISE EN ŒUVRE, DE
FINANCEMENT ET DE SUIVI-EVALUATION
DE LA PONAME
SOFRECO – AF-Mercados EMI
143
AT RECASEB
4 MECANISME DE MISE EN
OEUVRE, DE FINANCEMENT ET
DE SUIVI-EVALUATION
Outils de mise en œuvre
Par rapport au positionnement du document de la PONAME, les outils de sa mise
en œuvre sont :
 le Plan Stratégique du Ministère de l’Énergie (PSME) ;
 le Document de Programmation Pluriannuelle des Dépenses (DPPD) à
travers le programme énergie ;
 les Plans de Travail Annuels (PTA) de certaines structures sous-tutelle du
Ministère de l’Énergie à savoir :
 la Direction Générale des Ressources Énergétiques (DGRE),
 l’Agence Béninoise d’Electrification Rurale et de Maîtrise d’Energie
(ABERME), la Société Béninoise d’Energie Electrique (SBEE),
 l’Agence de Contrôle des installations Electriques intérieures
(CONTRELEC),
 le PTA du Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable (MCVDD)
à travers :




la Direction Générale de l’Habitat et de la Construction (DGHC),
la Direction Générale de l’Environnement et du Climat (DGEC),
la Direction Générale des Eaux, Forêts et Chasse (DGEFC),
l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE).
 le PTA du Ministère des Infrastructures et des Transport (MIT) à travers la
Direction Générale des Transports Publics (DGTP) ;
 les PTA des Ministères en charge de l’éducation ;
 les PTA des villes à statut particulier.
L’insertion ou l’inscription d’une action à ces différentes structures leur garantit une
affection de ressources pour la mise en œuvre des actions relevant de leur
responsabilité. Les PTA quant à eux, permettront une exécution par tranche
annuelle des actions programmées.
Coordination des activités du programme
L’Agence Béninoise d’Électrification Rurale et de Maîtrise d’Énergie est une
institution publique stratégique, dont la mission est de contribuer à la mise en œuvre
de la politique énergétique nationale, visant la réduction de la dépendance
énergétique et la préservation de l’environnement, à travers la promotion de
l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Sa principale mission
consiste à réaliser la coordination des programmes de maîtrise d’énergie.
Pour une mise en œuvre bien coordonnée et réussie des actions proposées, il est
recommandé de créer une d’unité de coordination dont le rôle, la mission et la
composition se trouvent à l’Annexe 2 du présent document.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
144
AT RECASEB
Financement de la maîtrise d’énergie au
Bénin
Le fonctionnement de l’efficacité énergétique devient une réalité dès que les
mécanismes de financement sont mis en place.
En effet, le manque de financement constitue un des obstacles majeurs à la mise
en place de projets d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables. Les
institutions bancaires sont souvent frileuses quant à leur participation du fait que la
plupart d’entre elles ne possèdent pas les outils techniques nécessaires pour faire
les études d’opportunités appropriées.
Considérant l'élément « risque » présenté par les projets énergétiques, les
investissements dans le sous-secteur devrait être capable de produire des
rendements élevés et des retours sur investissement rapides afin d'attirer les
investisseurs. Par ailleurs, à cause d'autres besoins concurrents, les gouvernements
successifs n’arrivent pas à fournir seuls les financements majeurs pour les activités
du secteur de l'énergie. La participation du secteur privé est donc nécessaire et
impérative. Pour attirer les investissements étrangers dans le secteur de l'énergie,
certaines conditions nécessaires devront être respectées. Il s'agit notamment de :
 L'amélioration
de
la
performance
financière
des
entreprises
d'approvisionnement énergétique dans le pays ;
 Un environnement propice à l'investissement qui protège aussi les intérêts
nationaux.
Le manque de financement est une barrière qui empêche souvent d’atteindre les
objectifs de changement d’échelle, qui trouve ses origines dans :
 Le coût initial élevé des investissements pour les consommateurs (ménages
et entreprises privées) ;
 La période de retour sur investissement (PRI) souvent élevée, qui empêche
le consommateur de prendre des décisions en faveur d’un investissement à
moyen terme ;
 Le faible accès aux financements bancaires qui pourraient constituer une
solution pour faciliter l’investissement initial.
Dans le cas du Bénin, trois orientations sont envisagées :
 La mobilisation des financements auprès des bailleurs de fonds et à travers
des ressources locales ;
 La conception et la mise en place de mécanismes de financement appropriés
permettant de faciliter la diffusion des technologies d’efficacité énergétique et
d’énergies renouvelables ;
 La prise en compte des opportunités offertes par le marché carbone dans le
cadre du mécanisme pour un développement propre (MDP).
4.3.1 Financement par les bailleurs de fonds
Pour la mise en œuvre efficace de la PONAME, le Bénin a besoin des bailleurs de
fonds pour le financement du programme décennal proposé. Il s‘agit (i) du
financement du programme prioritaire de développement sur la période 2021-2030
comprenant les actions sectorielles de maitrise de l’énergie et les projets de
production d’électricité à partir des énergies renouvelables et, (ii) du programme
SOFRECO – AF-Mercados EMI
145
AT RECASEB
d’accompagnement qui comprend les actions d’assistance technique, de
renforcement des capacités ainsi que les études spécifiques.
Pour ce faire, l’acteur responsable de la mobilisation des financements et
d’allocation des ressources est l’État central. La coopération internationale devra
être sollicitée dans le cadre des accords d’assistance et de développement du
secteur de l’énergie. Les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) qui
accompagnent le gouvernement seront invités à communiquer sur les opportunités
qu’ils offrent au sous-secteur de la maîtrise d’énergie et à l’accessibilité des
conditions d’accès à leurs financements.
4.3.2 Financement des technologies efficaces
Pour mitiger la barrière qui empêche la diffusion des technologies efficaces liée au
coût de l’investissement initial du consommateur, globalement, deux grandes
classes de mécanismes de financement sont recommandées pour le Bénin : (1) un
programme de financement à l’aide d’un fonds publics ou multilatéral et, (2) un
financement novateur de type ESE utilisé par les entreprises spécialisées dans le
domaine de l’efficacité énergétique.
Financement des projets par fonds publics ou multilatéraux
La mise en place d’un fonds intégralement destiné au financement des projets de
maîtrise d’énergie permet de répondre aux besoins de financement des entreprises
pour des actions énergétiques. Ce fonds, que nous dénommons « Fonds d’Appui à
la Maîtrise d’Energie (FAME) » peut prendre plusieurs formes ; soit il est institué par
le gouvernement en tant que partie intégrante de la politique de maîtrise d’énergie
et de réduction des émissions des gaz à effet de serre, soit il prend la forme d’un
programme multilatéral pour la lutte contre les changements climatiques (Ex. Fonds
pour l’Environnement Mondial), soit encore sous forme de combinaison du fonds
gouvernemental et multilatéral, surtout dans un pays en développement comme le
Bénin. Ces types de financement demandent la mise en place d’un cadre qui institue
un véritable partenariat entre les services publics et le secteur privé ; il peut se
présenter sous plusieurs formes :
 Fonds rotatif : c’est une formule qui permet de partir d’une réserve initiale qui
sera alimentée par les intérêts que paient les entreprises emprunteuses,
augmentant ainsi le volume de financement du fonds. Dans une première
hypothèse, le fonds est placé sur le marché des capitaux ; il sera alors
possible de profiter du différentiel entre le coût de la ligne de crédit et les
produits financiers générés. Les intérêts serviront dans ce cas à faire perdurer
le fonds. Dans une deuxième hypothèse, les remboursements des
établissements bancaires, sur une base annuelle, seraient reversés
directement dans le fonds. À partir du moment où il existe un décalage positif
entre les rentrées financières et les déboursements à l’ordre du bailleur de
fonds, le fonds rotatif pourrait multiplier les possibilités de placement et
d’intervention. Le fonds rotatif peut provenir d’une source unique ou multiple.
 Fonds de financement des projets d’EE : le Gouvernement peut décider de
mettre en place un fonds (Exemple) qui sera alimenté par des ressources
publiques ou par des ressources multilatérales. Le fonds sera accessible à
tous les consommateurs qui peuvent l’utiliser pour réaliser leurs projets
d’efficacité énergétique. Les critères d’emprunt seront dans ce cas, bien
définis.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
146
AT RECASEB
La diffusion des lampes à LED et l’installation du solaire PV sur les toits des
bâtiments administratifs pourraient se faire à travers un de ces mécanismes. Cela
constitue une priorité compte tenu des impacts immédiats sur l’appel de puissance
d’électricité, la facture énergétique des structures consommatrices et le budget des
ménages.
Le gouvernement doit donc mobiliser l’épargne tant publique que privée, avoir
recours au marché financier et boursier, mettre en place une politique fiscale
incitative et susciter des financements innovants pour le sous-secteur de la maîtrise
d’énergie.
Financement de type ESE
Cela apparaît comme une nouvelle forme de financement née pour faire face à
l’ampleur des risques, réels ou hypothétiques, inhérents aux projets d’EE. Elle
permet de réduire les inconvénients et se présente sous deux formes : contrat à
garantie de résultat (ou garantie de performance) et contrat à économie partagée.
Ce type de financement ne peut pas fonctionner au Bénin dans les premières
années de mise en œuvre de la PONAME. Il faudrait d’abord qu’il existe de telles
entreprises au Bénin ; c’est pourquoi il est prévu, dans les mesures
d’accompagnement de la politique, des formations et renforcements de capacités à
l’intention des bureaux d’études et entreprises de services d’énergie au concept des
ESE et du Contrat de Performance Energétique (CPE).
4.3.3 Les revenus carbone (MDP)
Le mécanisme pour un développement propre (MDP) constitue l’un des trois
mécanismes de flexibilité issus du protocole de Kyoto. Il profite beaucoup plus aux
pays industrialisés parce qu’il leur permet de s'acquitter plus facilement de leurs
engagements de réduction des émissions en procédant à l’achat des permis ou
unités de réduction, à des prix beaucoup plus bas que s’ils devraient réaliser ces
réductions chez eux.
Le programme décennal du Bénin permettrait d’éviter 1 468 kteCO2 qui pourront
être valorisées par le MDP ; il pourrait apporter des revenus additionnels et améliorer
l’économie du programme.
Compte tenu de ce potentiel de réduction des émissions de GES, il est souhaitable
d’élaborer un portefeuille de projets MDP pour le secteur de la maîtrise d’énergie et
de promouvoir rapidement ce mécanisme auprès des porteurs.
Mécanisme de suivi-évaluation
Le suivi de la PONAME permet de situer son avancement par rapport aux objectifs
fixés ; il s’appuie sur des indicateurs qui alimentent un tableau de bord. Ces
indicateurs élaborés en amont permettent de suivre la mise en œuvre des actions
et de vérifier qu’elles permettent d’atteindre les objectifs.
L’objectif de l’évaluation est de porter un jugement de valeur sur l’avancement et
l’efficacité du programme décennal au regard des objectifs fixés. L’évaluation
portera sur les actions à mettre en œuvre dans le cadre du programme et d’autre
part sur le processus en tant que tel.
L’ABERME, dès le départ, doit se baser sur le système d’information énergétique
(SIE). En effet, pour une bonne PONAME, il faut un bon SIE. Il est donc important
SOFRECO – AF-Mercados EMI
147
AT RECASEB
de doter le système existant de moyens techniques et humains qui lui permettent de
bien remplir sa mission.
L’outil de suivi permettra d’apprécier les impacts des activités du programme et de
disséminer les résultats obtenus afin de créer une dynamique permettant d’accélérer
la mise en œuvre des autres actions. De manière concrète, l’outil permettra
d’élaborer les indicateurs énergétiques pertinents pour permettre une dissémination
des informations et une communication pour capitaliser et valoriser les résultats. En
outre, il constitue un outil de monitoring stratégique devant permettre de suivre les
impacts de la politique de maitrise de l’énergie au Bénin.
L’ABERME devra :
 Se doter d’outils et de moyens pour suivre et évaluer le programme décennal ;
 disposer d’un tableau de bord opérationnel pour le suivi du programme :
 avoir un indicateur de suivi mesurable, pertinent et compréhensible par
l’organe de gestion, avec une fréquence de mise à jour et une source de
données identifiées pour chaque objectif opérationnel,
 avoir une planification pluriannuelle, un budget, un champ et identifier un
responsable pour renseigner l’état d’avancement pour chaque action,
 prévoir avec précision les modalités du suivi : fréquence annuelle de réunion
à minima, date de mise à jour du tableau de bord, modalités de collecte des
données nécessaire à l’actualisation du tableau de bord, etc. ,
 constituer et mettre en place une instance spécifique de suivi-évaluation,
 planifier l'information des résultats annuels au public.
 Suivre et évaluer régulièrement l’atteinte des objectifs ;
 l'atteinte des objectifs est régulièrement vérifiée pour l’ensemble des
thématiques à travers des indicateurs qualitatifs et quantitatifs (éviter les
reports fréquents et espacements des réunions de suivi),
 le calendrier, le budget, les personnes responsables et l'état d'avancement
des activités sont actualisés annuellement,
 le tableau de bord est partagé au sein de l’équipe projet qui le renseigne et le
fait évoluer.
 Communiquer et informer les acteurs et autres parties prenantes de
l’avancement du programme décennal ;
 synthétiser les résultats des activités,
 publier les résultats et le suivi annuel en interne et en externe sur le site de
l’ABERME (s’il en existe), lors de réunions publiques, dans le rapport
d’activité, etc.
 Faire évoluer le programme décennal en l’actualisant et en l’adaptant
régulièrement (annuel ou triennal).
4.4.1 Organisation d’un atelier national de validation de la
PONAME
L’objectif de l’atelier est d’obtenir un consensus national en vue d’adopter la politique
nationale de maîtrise de l’énergie et de valider les orientations stratégiques qu’elle
propose. L’atelier doit être organisé à un niveau décisionnel suffisamment élevé pour
obtenir un engagement réel des différents organismes concernés. Les décideurs
SOFRECO – AF-Mercados EMI
148
AT RECASEB
politiques, les représentants des organismes concernés, les bailleurs de fonds, les
organismes d’appui, les experts et la société civile seront invités à cet atelier.
La rencontre permettra d’évaluer le niveau d’engagement et d’ambition des
différentes parties prenantes dans le processus d’opérationnalisation des
orientations stratégiques. Les conclusions de la présente étude et les résultats de
l’atelier national feront l’objet d’une lettre de politique de maîtrise de l'énergie au
Bénin. Cette lettre exprimera les intentions politiques du Gouvernement en faveur
d’un engagement proactif pour la promotion de maîtrise de l’énergie.
Analyse des risques et des conditions de
succès
4.5.1 Analyse des risques
La maîtrise de l’énergie est un secteur multisectoriel ; elle fait état de besoins divers
et accrus en termes de financement et d’appui technique, notamment en matière de
renforcement institutionnel, de développement de politiques et de renforcement de
compétences.
La maîtrise d’énergie est également un enjeu-clé en matière de lutte contre le
changement climatique, car il s’agit de mettre en place une transition énergétique
qui soit la plus juste et équitable possible. Dans ce sens, la PONAME peut aider le
Bénin à faire face aux effets du changement climatique, car elle permet à travers
l’efficacité énergétique, de mettre en œuvre à la fois des mécanismes d’adaptation
et de mitigation.
Les difficultés de mise en œuvre de la PONAME pourraient résulter du fait que le
sous-secteur de la maîtrise d’énergie ne soit pas encore une priorité, en raison des
nombreuses autres contraintes et priorités de développement économique, humain
et social. Cette contingence n’est guère favorable à l’épanouissement et la stabilité
d’un marché pourtant prometteur, qu’il s’agisse de l’efficacité énergétique, ou encore
de la transition définitive vers les énergies renouvelables.
En dépit de son potentiel et des opportunités qu’elle offre, la PONAME peut être
entravée par des risques, notamment pour le secteur privé. Ce secteur a un rôle
important à jouer dans la promotion de l’efficacité énergétique, il lui faudrait par
conséquent, bénéficier de plus de facilités, d’appuis financiers, de la part des
banques commerciales notamment. Le problème est que les bailleurs se
représentent le marché de l’efficacité énergétique comme un secteur à risques, et
sont réticents à y injecter trop d’argent ni trop rapidement.
Les risques les plus courants sont :
 Risque financier : manque de financement ou en cas de subvention partielle
des équipements efficaces aux ménages, risque de recouvrement sur la base
de la facture de l’électricité ;
 Risque d’un faible niveau de pénétration des équipements efficaces ;
 Risque environnemental : en cas de non mise en place ou de non-adéquation
du dispositif de gestion des déchets des produits récupérés ;
 Risque de durabilité : en cas de non-effectivité des dispositifs de contrôle de
conformité aux normes ;
 Insuffisance d’actions pour la prise de conscience de la maîtrise de l’énergie
pour un changement de comportement et l’adoption des bonnes pratiques ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
149
AT RECASEB
 Manque de volonté politique pour la création d’un cadre réglementaire,
économique et financier incitatif et favorable à l’émergence de la maîtrise
d’énergie ;
 Manque de synergies entre les parties prenantes ;
 Manque de capacités des ressources humaines pour l’implémentation des
actions prévues.
4.5.2 Conditions de succès
L’atteinte des résultats escomptés de la PONAME reste tributaire d’une forte volonté
politique, qui opère les arbitrages en faveur du sous-secteur. En effet, cet
engagement politique, qui transparait dans les documents d’orientation nationaux et
dans le projet du Gouvernement, devra se concrétiser par la mobilisation effective
de ressources financières suffisantes, qu’elles proviennent du Budget national, des
contributions des PTF ou encore du secteur privé. Même dans des conditions
favorables et malgré son intérêt économique, il est rare que l'efficacité énergétique
se développe spontanément. Elle a besoin de promoteurs, d'animateurs, de
coordinateurs. Un système efficace de pilotage et de coordination des actions est
une des variables conditionnant également la réussite de la PONAME. Les
conditions de son succès imposent qu’après avoir établi et institué un environnement
propice et stable pour son développement, il est nécessaire de renforcer les
capacités techniques des acteurs concernés et de toutes les parties prenantes.
Enfin, et non des moindres, il faudrait aussi réguler, communiquer et sensibiliser
pour éveiller les consciences collectives sur son importance, en vue d’un accès à
l’énergie qui soit efficient, durable et à moindre coût.
L’appropriation du Programme et de ses objectifs par tous les acteurs, et une forte
mobilisation des cadres et techniciens de l’ABERME sont d’autant plus importantes
que le redéploiement des missions de l’institution nécessite un changement
important dans les méthodes de travail et une réorganisation des attributions de
certaines directions. Pour ce faire, la PONAME doit reposer sur trois piliers
essentiels qui sont :
 Un dispositif institutionnel public (ABERME) dédié à la maîtrise d’énergie,
chargé de la promotion, de l’animation et de l’incitation pour la mise en œuvre
des programmes, notamment par la sensibilisation, la communication, la
formation et l’animation de réseaux. L’ABERME doit pouvoir proposer des
réglementations, organiser les procédures d’aide et les mécanismes
d’incitation, diffuser l’information, mettre en œuvre la sensibilisation, la
promotion et la formation, assurer la coopération régionale et internationale.
Elle doit travailler en partenariat avec tous les secteurs d’activités et tous les
agents économiques afin d’ancrer la PONAME dans le quotidien de leurs
activités ;
 Une législation et des réglementations spécifiques à la maîtrise d’énergie. En
effet, le processus réglementaire, lorsqu’il est bien conduit, est un facteur de
stimulation économique. Il place les entreprises dans une logique
d’amélioration de leurs performances énergétiques et de la qualité de leurs
produits qui leur est bénéfique sur le marché national et international. Le
processus de concertation en amont de la réglementation et le processus
d’accompagnement et de contrôle en aval de la promulgation d’un texte sont
des conditions indispensables à son efficacité ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
150
AT RECASEB
 Des incitations financières publiques et des mécanismes de financement
adaptés à la politique de mobilisation des moyens du marché.
Dans la perspective de voir la PONAME produire les résultats attendus, il importe
véritablement d’œuvrer pour que les conditions ci-dessus énumérées soient réunies.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
151
AT RECASEB
CHAPITRE 5
PROGRAMME DECENNAL DE MAITRISE
D’ENERGIE
SOFRECO – AF-Mercados EMI
152
AT RECASEB
5 PROGRAMME DECENNAL DE
MAITRISE D’ENERGIE
Pour promouvoir la maîtrise de l’énergie qui aidera le Bénin à améliorer sa balance
commerciale, et à réduire la pollution environnementale de source énergétique, la
stratégie de la PONAME doit passer par :
 La maîtrise de la demande électrique ;
 La maîtrise de la consommation des produits pétroliers ;
 La promotion de l’utilisation rationnelle de la biomasse-énergie et la
vulgarisation des techniques modernes de cuisson ;
 L’optimisation de l’offre électrique ;
 La sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs de la maîtrise
d’énergie ;
 Le financement de la maîtrise d’énergie ;
 Le renforcement des cadres institutionnels, législatif et réglementaire du soussecteur de la maîtrise d’énergie.
La feuille de route pour l’opérationnalisation des axes stratégiques comporte deux
principales orientations qui sont :
 Un volet d’accompagnement qui comprend des actions de renforcement de
capacité, d’études spécifiques et d’assistance technique pour faciliter la mise
en œuvre du programme d’investissement. Ce volet commence dès l’année
2020 ;
 Un volet technique prioritaire de développement sur la période 2021 – 2030
(programme décennal), comprenant des actions sectorielles d’efficacité
énergétiques et des projets de génération d’électricité à partir de sources
renouvelables. Ce volet technique ne commencera qu’après le volet
d’accompagnement, qui inclut en même temps, les phases de préparation du
programme.
Les interventions envisagées pour l’année de préparation et les dix prochaines
années afin de donner le meilleur service aux populations en termes de maîtrise
d’énergie, mais aussi de doter les différentes parties prenantes de capacités
nécessaires pour jouer le rôle qui est le leur dans une logique de performance sont
présentées dans le Tableau 6. Ce tableau présente sur la période référencée, les
objectifs poursuivis et les axes stratégiques suivants lesquels les actions sont
définies. Ces objectifs et axes sont suivis d’indications de coûts estimatifs annuels
(en millions de FCFA).
SOFRECO – AF-Mercados EMI
153
AT RECASEB
Tableau 7 : Répartition du financement de la PONAME par axe stratégique
Coûts prévus sur la période d'exécution du programme (en millions de FCFA)
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Coût total
(millions de
FCFA)
OG
Contribuer au développement de la
maîtrise d’énergie, à travers la
gestion de l’offre et de la demande
énergétique, la gestion durable des
ressources en biomasse et de
l’environnement, la mise en place
d’un cadre institutionnel et
réglementaire efficace et un
mécanisme de financement adéquat.
415
14 478
16 842
3 276
2 296
3 416
1 708
1 508
1 488
1 388
288
47 104
100,00%
OS1
Gérer l’offre et la demande d’énergie
90
12 285
14 815
1 498
518
1 638
1 658
1 458
1 438
1 338
238
36 976
78,50%
90
11 489
11 489
0
0
0
0
0
0
0
0
23 069
48,97%
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
N/D
0
796
2 926
1 018
438
738
738
638
638
538
238
8 707
18,48%
0
0
400
480
80
900
920
820
800
800
0
5 200
11,04%
0
1 956
1 904
1 704
1 704
1 704
0
0
0
0
0
8 972
19,05%
0
1 852
1 800
1 600
1 600
1 600
0
0
0
0
0
8 452
17,94%
CODE
AS 1.1
AS 1.2
AS 1.3
AS 1.4
OS 2
AS 2.1
Objectifs/Axes Stratégiques/Activités
Optimisation des capacités de
production en vue d’améliorer l’offre
d’électricité
Développement d’un programme de
réduction des pertes électriques
Promotion de l’utilisation rationnelle de
l’énergie dans les bâtiments, l’industrie
et l’éclairage public
Développement d’un programme
d’efficacité énergétique au niveau des
structures grosses consommatrices
d’énergie (industrie et service)
Gérer de manière durable les
ressources en biomasse et
l’environnement
Optimisation de la consommation des
produits pétroliers
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Proportion
(%)
0,00%
154
AT RECASEB
Coûts prévus sur la période d'exécution du programme (en millions de FCFA)
CODE
AS 2.2
OS 3
AS 3.1
AS 3.2
AS 3.3
OS 4
AS 4.1
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Coût total
(millions de
FCFA)
0
104
104
104
104
104
0
0
0
0
0
520
1,10%
205
237
122
74
74
74
50
50
50
50
50
1 036
2,20%
70
122
122
74
74
74
50
50
50
50
50
786
1,67%
20
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
20
0,04%
115
115
0
0
0
0
0
0
0
0
0
230
0,49%
120
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
120
0,25%
120
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
120
0,25%
Objectifs/Axes Stratégiques/Activités
Promotion de l’utilisation rationnelle de
la biomasse-énergie et vulgarisation
des techniques modernes de cuisson
Mettre en place un cadre
institutionnel et réglementaire
efficaces
Sensibilisation et renforcement des
capacités des acteurs de la maîtrise
d’énergie
Renforcement du cadre institutionnel de
l’ABERME
Aménagement d’un cadre
réglementaire favorable à la maîtrise de
l’énergie au Bénin
Mettre en place un mécanisme de
financement adéquat
Financement de la maîtrise d’énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Proportion
(%)
155
AT RECASEB
Il ressort du tableau ci-dessus que la PONAME nécessitera sur la période 2020 2030, une enveloppe financière de 47,104 milliards de FCFA. La majorité des
ressources servira à l’opérationnalisation des axes stratégiques AS 1.1 et AS 1.3 et
AS 1.4 de l’objectif spécifique OS1 et AS 2.1de l’OS 2.
Répartition du budget par Objectif spécifique
2%
0%
19%
79%
OS1 : Optimiser l'offre électrique et la demande d'énergie
OS2 : Gérer de manière durable la biomasse-énergie et l'environnement
OS3 : Mettre en place un cadre instititutionnele et réglementaire efficace
OS4 : Mettre en place un mécanisme de financement ladéquat
Figure 11 : Répartition du budget de la PONAME par objectif spécifique
Programme décennal de la maîtrise d’énergie
au Bénin (2021 – 2030)
Le programme décennal de maitrise de l’énergie pour la période 2021-2030
permettrait la réalisation de 634 ktep d’économie d’énergie sur la période du
programme et 1 042 ktep sur la durée de vie des actions, contre un investissement
total de près de 46 000 millions de FCFA. La part de l’Etat et des partenaires
techniques et financiers représente 38 276 millions de FCFA et le reste constitue la
contribution du secteur privé.
Le programme décennal comprend :
 Des actions relatives à la demande dans les secteurs résidentiel, tertiaire,
industriel et des transports. La répartition des économies d’énergie se
présente telle que présentée sur la Figure 12.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
156
AT RECASEB
Répartition des économies d'énergie par secteur
(ktep)
10%
3%
7%
580
ktep
80%
Ménages
Services
Industries
Transports
Figure 12 : Graphique de répartition des économies d’énergie sur la durée du
programme, par secteur
 Des actions de renforcement de l’offre électrique à partir des énergies
renouvelables : solaire PV et biomasse, qui représentent 29% des économies
escomptées pendant la durée de vie des projets (54 ktep sur la durée du
programme et 302 ktep sur la durée de vie des installations). Ce renforcement
vise l’installation de 21 MW d’électricité renouvelable, pour un coût total
d’environ 23 000 millions de FCFA dont près de 5 600 millions à supporter par
le secteur privé et 17 400 millions par les PTF.
Volet technique de développement du programme
5.1.1 Le secteur des ménages
Six mesures sont proposées pour le secteur des ménages.
Mesure 1 : Promouvoir les LBC, à travers la distribution de 1 000 000 lampes
de type LED auprès des ménages
Cette mesure est très rentable et les gains sont immédiats. Elle permet de réaliser
des économies d’énergie primaire de 109,2 ktep sur la durée du programme et 179,5
ktep sur la durée de vie des LBC à travers la diffusion de 1,5 million de LBC de type
LED dans les ménages du Bénin. La diffusion se fera à raison de 500 000 lampes
la première année et 1 000 000 la deuxième année, telle que présentée dans
l’Annexe 1. Elle se fera dans des zones tampons choisies à cet effet afin de faciliter
l’évaluation des impacts. Cette mesure permettrait ainsi de réduire la puissance
appelée d’environ 21 MW à la fin du programme et d’éviter les émissions de 282,9
kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Renforcer la transformation du marché par l'élimination des
lampes de mauvaise performance
 Coût de l’opération : 3 741 millions de CFA
SOFRECO – AF-Mercados EMI
157
AT RECASEB
 Financement : PTF
Mesure 2 : Promouvoir les réfrigérateurs efficaces à travers une distribution
à prix subventionné dans les ménages
L’activité consiste à instaurer l’étiquetage énergétique des réfrigérateurs
commercialisés et à rendre accessible, des réfrigérateurs efficaces à prix
subventionné aux ménages. Cette double opération permettrait à la fois, d’informer
le consommateur sur la classe énergétique des réfrigérateurs se trouvant sur le
marché et de rendre accessible aux ménages 7 000 réfrigérateurs efficaces selon le
principe de pénétration indiquée dans l’Annexe 1. Les mesures engendreront des
économies d’énergie primaire cumulées d’environ 0,9 ktep sur la durée du
programme et 1,2 ktep sur la durée de vie des réfrigérateurs. L’opération permettrait
aussi d’éviter les émissions de 2,2 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Transformer le marché des réfrigérateurs au Bénin vers une
élimination progressive des réfrigérateurs moins efficaces
 Coût de l’opération : 700 millions de CFA
 Financement : PTF et Privé
Mesure 3 : Promouvoir les climatiseurs efficaces à travers une distribution à
prix subventionné dans les ménages
L’activité consiste à instaurer l’étiquetage énergétique des climatiseurs individuels
commercialisés et à rendre accessible, des climatiseurs efficaces à prix
subventionné aux ménages. La double opération permettrait d’informer le
consommateur sur la classe énergétique des climatiseurs existant sur le marché et
de rendre accessible aux ménages 2 500 climatiseurs efficaces. Les mesures
engendreront des économies d’énergie primaire cumulées d’environ 1,3 ktep sur la
durée du programme et 1,8 ktep sur la durée de vie des climatiseurs. Elle permettrait
aussi d’éviter les émissions de 3,4 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Transformer le marché des climatiseurs au Bénin vers une
élimination progressive des climatiseurs moins efficaces
 Coût de l’opération : 500 millions de CFA
 Financement : PTF et Privé
Mesure 4 : Renforcer la promotion des kits solaires PV dans les ménages
ruraux non desservis par la SBEE
L’objectif de cette mesure et de réduire la consommation du pétrole lampant pour
l’éclairage. L’opération concernera à doter 100 000 nouveaux ménages ruraux de
kits solaires PV domestiques à raison de 20 000 kits par an, pendant les cinq
premières années de programme (Annexe 1).
Cette opération engendrera des économies d’énergie de 224,3 ktep sur la durée du
programme. Elle permettra aussi de réduire les besoins en produits pétroliers et
d’éviter 52 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Maîtriser la consommation des produits pétroliers des
ménages ruraux par la promotion des kits solaires PV
 Coût de l’opération : 8 000 millions de CFA
 Financement : PAG/PTF + Privé
SOFRECO – AF-Mercados EMI
158
AT RECASEB
Mesure 5 : Promouvoir les GPL dans les ménages
L’objectif de cette mesure et de réduire la demande du charbon de bois dans les
ménages. L’opération consistera à la distribution, à prix subventionné, de 20 000
équipements à répartir sur les cinq premières années du programme. Elle
engendrera des économies d’énergie de 157 280 tonnes de charbon de bois sur la
durée du programme, soit 92,51 ktep et permet aussi de réduire les émissions de
GES de 469,07 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Vulgariser les techniques modernes de cuisson par la
promotion des GPL dans les ménages urbains
 Coût de l’opération : 440 millions de CFA
 Financement : PTF + Privé
Mesure 6 : Promouvoir les foyers améliorés
L’opération consistera à commercialiser des foyers améliorés répondant aux normes
de qualité en vigueur. Un appui à la filière de production, de distribution et de
commercialisation de foyers améliorés répondant aux normes de qualité mises en
place permettra de mettre sur le marché, 20 000 foyers améliorés à répartir sur cinq
ans selon la répartition de l’Annexe 1. L’opération engendrera des économies
d’énergie de 47 184 tonnes de charbon de bois sur la durée du programme, soit 33
ktep et permettra aussi de réduire les émissions de GES de 154,7 kteCO2 sur la
durée du programme.
 Objectif : Transformer le marché des foyers améliorés au Bénin par une
élimination progressive des foyers peu efficaces
 Coût de l’opération : 80 millions de CFA
 Financement : PTF + Privé
5.1.2 Le secteur des services
Quatre mesures sont prévues pour ce secteur :
Mesure 7 : Réaliser des actions pilotes de rénovation thermique de 60
bâtiments administratifs
Elle consiste à réaliser des actions pilotes permettant d’améliorer les performances
thermiques de soixante bâtiments publics (2 000 m² en moyenne, par bâtiment). Une
première phase de dix bâtiments sera réalisée à la suite de laquelle, une année
d’évaluation sera observée avant la généralisation de l’opération de cinquante
autres bâtiments dans une deuxième phase (Annexe 1). L’opération concernera
donc 120 000 m² et permettra de réaliser des économies d’énergie primaire
d’environ 3,3 ktep sur la durée du programme et 8,3 ktep sur la durée de vie des
opérations. Elle permettrait aussi d’éviter les émissions de 8,6 kteCO2 sur la durée
du programme.
 Objectif : Réduire la facture énergétique des bâtiments administratifs à
travers l'optimisation de l'efficacité de l'enveloppe
 Coût de l’opération : 1 800 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF
Mesure 8 : Réaliser des audits énergétiques et projets pilotes dans 60
bâtiments administratifs
La mesure consiste à réaliser des diagnostics énergétiques dans soixante bâtiments
de l’administration publique afin de mettre en œuvre des actions pilotes. Une
SOFRECO – AF-Mercados EMI
159
AT RECASEB
première phase de dix bâtiments sera réalisée à la suite de laquelle, une année
d’évaluation sera observée avant la généralisation de l’opération de cinquante
autres bâtiments dans une deuxième phase (Annexe 1). Ces actions pilotes
permettront de réaliser des économies d’énergie primaire de 13,3 ktep sur la durée
du programme et 31,1 ktep sur la durée de vie des opérations. Elles permettront
aussi d’éviter les émissions de 34,3 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Mettre en œuvre des mesures de démonstration des
économies d'énergie dans les bâtiments administratifs
 Coût de l’opération : 4 800 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF
Mesure 9 : Installer des panneaux solaires PV sur les toits de 55 bâtiments
de l’administration publique
Elle constitue à installer des panneaux solaires PV de 100 kWc, à titre expérimental,
sur les toits de 55 bâtiments de l’administration publique pour réduire les factures
d’électricité de l’État. Les capacités pourront être augmentées par la suite.
L’opération permettra de réaliser des économies d’énergie primaire d’environ 12,6
ktep sur la durée du programme et 25,2 ktep sur la durée de vie des panneaux. Elle
permettrait aussi de réduire les émissions de 32,6 kteCO2 sur la durée du
programme. Cette action commencera avec 5 bâtiments et sera ensuite évaluée
dans le but de généraliser les opérations dans une deuxième phase selon la
répartition présentée dans l’Annexe 1.
 Objectif : Améliorer la consommation spécifique des grands bâtiments
en diversifiant les sources d'énergie
 Coût de l’opération : 990 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF
Mesure 10 : Remplacer 5 000 lampes de type SHP par des LBC de type LED
dans l’éclairage public
Le projet consiste à remplacer les lampes SHP des lampadaires publics par des
LBC de type DEL. La mesure permettra de réduire la consommation de 10,3 ktep à
la fin du programme et de 15,5 ktep à la fin de vie des lampes. Elle permettrait aussi
de réduire la puissance appelée d’environ 0,98 MW à la fin du programme et d’éviter
les émissions de 26,8 kteCO2 sur la durée du programme. La répartition des lampes
est présentée dans l’Annexe 1.
 Objectif : Transformer le marché de l'éclairage public vers une
élimination progressive des lampes peu performantes
 Coût de l’opération : 975 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF/Communes
5.1.3 Le secteur industriel
Deux mesures sont proposées dans ce secteur.
Mesure 11 : Réaliser des audits énergétiques dans 15 entreprises
industrielles
Elle consiste à réaliser 15 audits énergétiques dans des entreprises privées
appartenant à différentes branches industrielles selon la répartition de l’Annexe 1,
dans le but de révéler leurs potentiels d’économies d’énergie. La mesure permettra
de réaliser des économies d’énergie primaire de 16 ktep sur la durée du programme
SOFRECO – AF-Mercados EMI
160
AT RECASEB
et 23,9 ktep sur la durée de vie des opérations. Elle permettrait aussi d’éviter les
émissions de 62 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Faire l'état des lieux des industries grosses consommatrices
dans le but de prendre des mesures de réduction de leur facture
d'électricité
 Coût de l’opération : 300 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF + Privé
Mesure 12 : Mettre en place un système de gestion de l’énergie basée sur la
norme ISO 50001 dans 10 entreprises industrielles
La mesure consiste à aider les entreprises industrielles à mettre en place un système
de gestion de l’énergie (SGE) selon la norme ISO 50001 en leur apportant une
assistance. Les entreprises seront suivies dans la mise en œuvre des mesures
préconisées par un diagnostic énergétique de base. L’opération permettra de
réaliser des économies d’énergie primaire de 3,4 ktep sur la durée du programme
et 5,1 ktep sur la durée de vie des opérations. Elle permettrait aussi d’éviter les
émissions de 13,2 kteCO2 sur la durée du programme.
 Objectif : Maîtriser la demande d’électricité et réduire la facture
électrique des entreprises du secteur privé
 Coût de l’opération : 100 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF
5.1.4 Le secteur des transports
Une seule mesure a été proposée dans ce secteur.
Mesure 13 : Mise en place d’un plan de déplacements urbains pour les trois
villes à statut particulier du Bénin
Cette opération consiste à réaliser à titre pilote le Plan de Déplacements Urbains
(PDU) pour Cotonou, Porto-Novo et Parakou, et de mettre en place les actions
d’économie d’énergie qui y sont issues, elle permettrait de réaliser des économies
d’énergie primaire d’environ 60,04 ktep sur la durée du programme et 96,07 ktep sur
la durée de vie des opérations. Cette action permettrait aussi d’éviter environ 187
kteCO2 sur la durée du programme quinquennal.
 Objectif : Mettre en place un plan de déplacements urbains (PDU) dans
les villes à statut particulier du Bénin pour impacter sur la
consommation de produits pétroliers dans les transports
 Coût de l’opération : 400,2 millions de CFA
 Financement : GOUV/PTF + Communes
5.1.5 Production d’électricité d’origine renouvelable (offre
électrique)
Deux mesures ont été proposées pour l’amélioration de l’offre électrique.
Mesure 14 : Installer une centrale solaire de production d’électricité
connectée au réseau
La mesure consiste à installer une centrale solaire PV de 15 MW raccordée au
réseau. Elle contribuera à renforcer l’offre électrique de 21 GWh/an, permettant de
couvrir la consommation d’électricité de 18 000 ménages et de réduire, par
conséquent, la dépendance en énergie du Bénin. Les économies réalisées seront
SOFRECO – AF-Mercados EMI
161
AT RECASEB
de 20 ktep sur la durée du programme, soit 131 ktep sur la durée de vie du projet.
Ce projet permettra aussi d’éviter environ 51 kteCO2 sur la durée de vie du projet.
 Objectif : Intégrer les sources renouvelables dans le mix énergétique
pour la production d’électricité raccordée au réseau
 Coût total des deux opérations : 19 679 millions de CFA
 Financements : GOUV/PTF et Secteurs privés
Mesure 15 : Installer une centrale de production d’électricité à partir de la
biomasse
Ce projet consiste à réaliser à titre pilote une installation de production d’électricité
à partir de la biomasse agricole. L’installation sera connectée au réseau de la SBEE
et permettrait de réaliser des économies d’énergie primaire d’environ 34,27 ktep sur
la durée du programme et 171,33 ktep sur la durée de vie de l’installation. Cette
action permettrait aussi d’éviter environ 88,77 kteCO2 sur la durée du programme
quinquennal et d’éviter 6 MW de puissance électrique.
 Objectif : Intégrer les sources renouvelables dans le mix énergétique
pour la production d’électricité raccordée au réseau
 Coût de l’opération : 3 300 millions de FCFA
 Financement : GOUV/PTF + Privé
Le Tableau suivant présente en détail, les activités du programme décennal de
maîtrise d’énergie proposé.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
162
AT RECASEB
Tableau 8 : Programme décennal de développement de la PONAME
Axes d’interventions
stratégiques
Unité
Construction
(2021-2030)
Part du
Investissement Gouvernement
(millions de
et des PTF
CFA)
(millions de
CFA)
Part Secteur
privé
(millions de
CFA)
Economies
d’Energie
primaire
pendant le
programme
(ktep)
Economie
d’énergie sur
durée de vie
du projet
(ktep)
Emission de
CO2 évitée
(kte-CO2)
Gains
Réduction de
financiers
puissance
(millions de
(MW)
CFA)
Demande d’énergie
Secteur des ménages
Distribution de 1000 000
de LED
LBC
Réfrigérateurs efficaces et
S&L
1 500 000
3 741
3 741
0
109,2
179,5
282,9
20,6
38 644,4
Réfrigérateur
7 000
700
560
140
0,9
1,2
2,2
0,3
303,7
S&L Climatiseurs
Climatiseur
2 500
500
400
100
1,3
1,8
3,4
0,5
500,0
Promotion de kits solaires
PV
Kit solaire PV
100 000
8 000
6 400
1 600
224,3
224,3
52,0
9 122,1
Promotion des GPL
GPL
20 000
440
352
88
92,5
92,5
469,1
6 291,2
S&L Foyers améliorés
Norme Foyer
amélioré
20 000
80
64
16
33,0
33,0
154,7
1 887,4
Secteurs des services
Actions pilotes de
rénovation thermique de
60 bâtiments administratifs
Bâtiment
60
1 800
1 800
0
3,3
8,3
8,6
3,9
1 172,5
Audits énergétiques et
projets pilotes dans 60
bâtiments administratifs
Bâtiment
60
4 800
4 800
0
13,3
33,1
34,3
3,9
4 690,0
Solaire PV
55
990
990
0
12,6
25,2
32,6
5,5
4 451,0
5 000
975
975
0
10,3
15,5
26,8
1,0
3 660,2
Solaire PV sur 55 toits de
l'administration au fil du
soleil
Remplacement de 5000
lampes dans l'éclairage
public
LBC
Secteur industriel
Audits énergétiques dans
15 industries
Industrie
15
300
300
0
16,0
23,9
62,0
4,0
5 646,4
Système de gestion basée
sur l'ISO 50001
Industrie
10
100
100
0
3,4
5,1
13,2
4,0
1 201,4
SOFRECO – AF-Mercados EMI
163
AT RECASEB
Axes d’interventions
stratégiques
Unité
Construction
(2021-2030)
Part du
Investissement Gouvernement
(millions de
et des PTF
CFA)
(millions de
CFA)
Part Secteur
privé
(millions de
CFA)
Economies
d’Energie
primaire
pendant le
programme
(ktep)
Economie
d’énergie sur
durée de vie
du projet
(ktep)
Emission de
CO2 évitée
(kte-CO2)
Gains
Réduction de
financiers
puissance
(millions de
(MW)
CFA)
Secteur des transports
Plan de déplacements
urbains
PDU
1
Total Demande
400
400
0
60,0
96,1
187,0
15,5
22 827
20 883
1 944
580
740
1 329
44
77 586
Offre d'électricité
Centrale solaire PV de 15
MW
MW
1
19 679
15 743
3 936
20
131
51
15
1 764
Centrale solaire à
biomasse de 6 MW
MW
1
3 300
1 650
1 650
34
171
89
6
3 300
Total Offre
22 979
17 393
5 586
54
302
140
21
5 064
Total Général
45 806
38 276
7 530
634
1 042
1 468
65
82 650
SOFRECO – AF-Mercados EMI
164
AT RECASEB
Cadre logique du programme décennal
Le tableau suivant présente le cadre logique du programme décennal de maîtrise
d’Énergie au Bénin. Il détaille les activités, les objectifs visés, les résultats attendus,
les indicateurs d’impacts, les structures responsables de chaque activité et les
risques possibles de mise en œuvre.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
165
AT RECASEB
Tableau 9 : Cadre logique du programme décennal
Activités
Objectifs
Résultats
Moyens
Indicateurs
d'impacts
Responsables
et acteurs
associés
Risques de Mise en
œuvre
Mesures de mitigation
Manque de financement ;
Mauvaise qualité des
lampes ;
Défaillance du mécanisme
de distribution des LED ;
Sensibilisation défaillante
des ménages
Rigueur sur les
spécifications techniques ;
Preuve des certificats de
conformités ;
Faire une distribution par
zonage afin de garantir une
bonne évaluation ;
Louer les services d'une
agence de communication
pour l'élaboration et
l'exécution du plan de
communication
Demande d’électricité
Secteur des ménages
1 500 000 lampes
basse consommation
Investissement de
(LBC) de type LED
3 741 millions de
sont diffusées dans
CFA
les ménages du
Bénin.
Distribution de 1500 000
de LED
Renforcer la
transformation du
marché par l'élimination
des lampes de mauvaise
performance
Réfrigérateurs efficaces
Transformer le marché
des réfrigérateurs au
Bénin vers une
élimination progressive
des réfrigérateurs moins
efficaces
7 000 réfrigérateurs
Investissement de
efficaces sont rendus
700 millions de
accessibles à la
CFA
population
Economie
primaire de 0,9
ktep
Responsable :
ABERME
Acteur associé :
ANM, DGRE
Climatiseurs efficaces
Transformer le marché
des climatiseurs au
Bénin vers une
élimination progressive
des climatiseurs moins
efficaces
2 500 climatiseurs
Investissement de
efficaces sont rendus
500 millions de
accessibles à la
CFA
population
Economie
primaire de 1,3
ktep
Responsable :
ABERME
Acteur associé :
ANM, DGRE
Promotion de kits
solaires PV
Maîtriser la
consommation des
produits pétroliers des
ménages ruraux par la
promotion des kits
solaires PV au Bénin
La consommation du
pétrole lampant est
réduite au niveau
des ménages et 100
000 nouveaux
ménages bénéficient
de kits solaires PV
Economie
primaire de
224,3 ktep
Responsable :
ABERME
Acteur associé :
DGRE
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Investissements de
8 000 millions de
CFA
Economie
primaire
d'énergie de
109,92 ktep
Responsable :
ABERME,
Acteur associé :
SBEE, DGRE
Manque de financement ;
Système de norme et
étiquetage non rendu
obligatoire ;
Défaillance au niveau du
contrôle à l'importation ;
Défaut de sensibilisation
des consommateurs
Manque de financement ;
Système de norme et
étiquetage non rendu
obligatoire ;
Défaillance au niveau du
contrôle à l'importation ;
Défaut de sensibilisation
des consommateurs
Manque de financement ;
Mauvaise qualité des kits ;
Défaut de sensibilisation
des consommateurs
Rendre obligatoire le
système d'étiquetage ;
Rigueur dans le contrôle à
l'importation ;
Associer une agence de
communication
Rendre obligatoire le
système d'étiquetage ;
Rigueur dans le contrôle à
l'importation ;
Associer une agence de
communication
Associer les services d'une
ONG d'intermédiation
sociale
166
AT RECASEB
Activités
Objectifs
Promotion des GPL
Vulgariser les
techniques modernes de
cuisson par la promotion
des GPL dans les
ménages urbains
Promotion des foyers
améliorés
Transformer le marché
des foyers améliorés au
Bénin par une
élimination progressive
des foyers peu efficaces
Résultats
20 000 GPL sont
promus dans les
ménages urbains, la
demande du charbon
de bois est réduite et
la pression sur la
forêt a diminué
Un système de
Norme et Etiquetage
des foyers améliorés
est mis en place et
rendu obligatoire au
Bénin et 20 000
foyers améliorés sont
promus
Moyens
Indicateurs
d'impacts
Investissements de
440 millions de
CFA
Economie
primaire de 92,5
ktep
Investissements de
80 millions de CFA
Economie
primaire de 33
ktep
Responsables
et acteurs
associés
Responsable :
ABERME
Acteurs
associés :
DGRE,
DGFEC/MCVDD,
DGEC/MCVDD
Responsable :
ABERME,
Acteur associé :
DGRE,
DGEC/MCVDD
Risques de Mise en
œuvre
Mesures de mitigation
Manque de financement ;
Détérioration prématurée
des GPL ;
Défaut d'IEC sur la
promotion des
équipements
Associer les services d'une
ONG d'intermédiation
sociale
Manque de financement ;
Détérioration prématurée
des foyers ;
Défaut d'IEC sur la
promotion des
équipements
Associer les services d'une
ONG d'intermédiation
sociale
Secteurs des services
Actions de rénovation
thermique de 60
bâtiments administratifs
Réduire la facture
énergétique des
bâtiments administratifs
à travers l'optimisation
de l'efficacité de
l'enveloppe
Audits énergétiques et
Projets pilotes dans 60
bâtiments
Mettre en œuvre des
mesures de
démonstration des
économies d'énergie
dans les bâtiments
administratifs
Solaire PV sur 55 toits
de l'administration au fil
du soleil
Améliorer la
consommation
spécifique des grands
bâtiments en diversifiant
les sources d'énergie
SOFRECO – AF-Mercados EMI
60 bâtiments de
l'administration
Investissement de
publique ont
1 800 millions de
bénéficié d'une
CFA
rénovation thermique
Des audits
énergétiques sont
réalisés et projets
pilotes d'EE sont mis
en œuvre dans 60
bâtiments
énergiques
55 projets pilotes
d'installation de
panneaux solaires
PV sur les toits de
bâtiments
administratifs sont
réalisés
Economie
primaire de 3,3
ktep
Investissements de
4 800 millions de
CFA
Economie
primaire de 13,3
ktep
Investissement de
990 millions de
CFA
Economie
primaire de 12,6
ktep
Responsable :
ABERME
Acteurs
associés :
DGRE,
DGCH/MCVDD
CONTRELEC
Responsable :
ABERME
Acteurs
associés :
DGRE,
DGCH/MCVDD
CONTRELEC
Responsable :
ABERME
Acteurs
associés :
DGRE,
DGHC/MCVDD
Manque de financement ;
Manque d'expertise
locale ;
Manque de sensibilisation
des utilisateurs des
bâtiments
Manque de financement ;
Manque d'expertise locale
pour la suite ;
Manque de sensibilisation
des utilisateurs des
bâtiments
Manque de financement ;
Coût élevé du kWh
produit ;
Faible attractivité pour les
investisseurs privés
Faire appel aux experts
internationaux ;
Renforcer la capacité des
experts nationaux ;
Etablir un plan de
communication à exécuter
avant la mise en œuvre
Faire appel aux experts
internationaux ;
Renforcer la capacité des
experts nationaux ;
Etablir un plan de
communication à exécuter
avant la mise en œuvre
Rechercher l'appui des
PTF ;
Sensibiliser les acteurs du
privé sur les avantages du
projet
167
AT RECASEB
Activités
Objectifs
Eclairage public
performant
Résultats
Moyens
Indicateurs
d'impacts
Responsables
et acteurs
associés
Risques de Mise en
œuvre
Mesures de mitigation
Manque de financement ;
Manque de sensibilisation
des municipalités ;
Mauvaise qualité des
lampes ;
Rechute dans les
anciennes pratiques de
lampes de peu de
performance à la fin de la
durée de vie des LED
Rigueur dans les
spécifications techniques ;
Preuve des certificats de
conformités ;
Elaborer un plan de
communication et le mettre
en œuvre avant le
lancement du projet ;
Mettre en place, au niveau
national un mécanisme de
pérennisation des achats
Transformer le marché
de l'éclairage public vers
une élimination
progressive des lampes
peu performantes
5000 lampes de type
SHP sont
remplacées par des
LBC de type LED à
Cotonou, PortoNovo, Parakou et
Natitingou
Investissement de
975 millions de
CFA
Economie
primaire de 10,3
ktep
Responsable :
ABERME,
Acteurs
associés :
DGRE, SBEE,
Municipalités
Faire l'état des lieux des
industries grosses
consommatrices dans le
but de prendre des
mesures de réduction de
leur facture d'électricité
Des audits
énergétiques sont
réalisés dans 15
entreprises du
secteur industriel
Investissement de
300 millions de
CFA
Economie
primaire de 16
ktep
Responsable :
ABERME
Acteurs
associés :
DGRE, Ministère
de l'industrie
Manque de financement ;
Manque d'expertise
locale ;
Manque de sensibilisation
des industriels
Faire appel aux experts
internationaux Renforcer la
capacité des experts
nationaux Etablir un plan de
communication à exécuter
avant la mise en œuvre
Mettre en place un
système de gestion de
l'énergie basé sur la
norme ISO 50001
10 entreprises
industrielles sont
accompagnées dans
la mise en place d'un
système de gestion
de l'énergie basé sur
la norme ISO 50001
Economie
primaire de 3,4
ktep
Responsable :
ABERME,
Acteurs
associés :
DGRE, Ministère
de l'industrie
Manque de financement ;
Manque d'expertise
locale ;
Manque de sensibilisation
des industriels
Faire appel aux experts
internationaux ;
Renforcer la capacité des
experts nationaux ;
Etablir un plan de
communication à exécuter
avant la mise en œuvre
Manque de financement ;
Faibles capacités
techniques de la
municipalité ;
Manque de moyens
financiers de la
municipalité ;
Manque d'adhésion de la
municipalités
Faire appel aux experts
internationaux ;
Renforcer la capacité des
experts nationaux ;
Faire appel à des
partenaires au
développement ;
Etablir un plan de
communication à exécuter
avant la mise en œuvre
Manque de financement ;
Coût élevé du kWh
électrique ;
Faible attractivité des
investisseurs privés
Rechercher l'appui de
l'IPP ;
Sensibiliser les acteurs du
privé sur les avantages du
projet
Secteur industriel
Audits énergétiques
dans 15 industries
Système de gestion
basée sur l'ISO 50001
Investissement de
100 millions de
CFA
Secteur des transports
Plan de déplacements
urbains
Mettre en place un plan
de déplacements
urbains (PDU) dans les
villes à statut particulier
du Bénin pour impacter
sur la consommation de
produits pétroliers dans
les transports
Un plan de
déplacement urbain
Investissement de
est mis en place à
400,2 millions de
Cotonou, Porto-Novo CFA
et Parakou
Economie
primaire de 60
ktep
Responsable :
Municipalités,
Acteurs
associés :
DGEC/MCVDD,
ABE, DGTT/MIT
Optimiser le mix
énergétique par
l’intégration des sources
d’énergie renouvelables
pour la production
Une centrale solaire
PV de 15 MW est
construite et
raccordée au réseau
Economie
primaire de 131
ktep
Responsable :
SBEE,
Acteurs
associés :
DGRE,
Offre d'électricité
Centrale solaire PV de
15 MW
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Investissement de
19 679 millions de
CFA
168
AT RECASEB
Activités
d’électricité raccordée
au réseau
Responsables
et acteurs
associés
ABERME,
Secteur privé
Optimiser le mix
énergétique par
l’intégration des sources
d’énergie renouvelables
pour la production
d’électricité raccordée
au réseau
Responsable :
SBEE,
Acteurs
associés :
DGRE,
ABERME,
Secteur privé
Objectifs
Centrale à biomasse de
6 MW
SOFRECO – AF-Mercados EMI
Résultats
Une centrale
biomasse de 6 MW
est construite et
raccordée au réseau
Moyens
Investissement de
3 300 millions de
CFA
Indicateurs
d'impacts
Economie
primaire de
171,33 ktep
Risques de Mise en
œuvre
Mesures de mitigation
Manque de financement ;
Coût élevé du kWh
électrique ;
Faible attractivité des
investisseurs privés
Rechercher l'appui de
l'IPP ;
Sensibiliser les acteurs du
privé sur les avantages du
projet
169
AT RECASEB
Volet accompagnement du programme
Mesures d’accompagnement
Le volet « mesures d’accompagnement » fait la synthèse des actions qu’il faut pour
faciliter la mise en œuvre du programme décennal de maîtrise d’énergie.
Quatre grands types d’actions sont identifiées pour la mise en œuvre des mesures
d’accompagnement. La plupart de ces actions commenceront en 2020.
 La mise en place des conditions préalables à la mise en application de la
PONAME ;
 Les études techniques et préparation de projets ;
 Les actions de formation et de renforcement des capacités des acteurs ;
 Les activités de sensibilisation et de communication.
Le coût global de ce volet est estimé à 1,298 milliards de CFA. Il sera
essentiellement financé par les partenaires techniques et financiers (internationaux
et bilatéraux) dans le cadre de l’appui au Gouvernement du Bénin dans la mise en
œuvre de sa politique de maîtrise de l’énergie et par certains opérateurs du secteurs
privés. Le programme des mesures d’accompagnement est détaillé comme suit :
SOFRECO – AF-Mercados EMI
170
AT RECASEB
Tableau 10 : Tableau des mesures d'accompagnement de la PONAME
Coût en
millions
de FCFA
Mise en place des
conditions préalables
2020
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
20
Adoption de la PONAME
en Conseil des Ministres
Appropriation par les
différents acteurs
Etudes et préparation de
projets
Etude stratégique du mix
énergétique pour la
production d'électricité au
Bénin
Etude pour la mise en
place du mécanisme de
financement
Etude de la stratégie
d'optimisation de l'usage
des véhicules pour
l'économie de carburant
Formation et
renforcement des
capacités
Organiser un voyage
d'étude dans le domaine de
la maîtrise d'énergie pour
trois cadres (1 du ministère
de la DGRE, 1 de
l'ABERME et 1 de
l'UC/PDER)
Former les entreprises
privées à la mise en place
des ESE (3 formations)
20
262
90
120
52
466
20
72
SOFRECO – AF-Mercados EMI
171
AT RECASEB
Coût en
millions
de FCFA
Former en renforcer les
capacités des entreprises
industrielles au principe du
gestion de l'énergie basée
sur la norme ISO 50001 (3
formations)
Formation des formateurs
du système éducatif
béninois (3 formations)
Conception et mise en
œuvre des mesures
réglementaires favorables à
la maîtrise d'énergie
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
72
72
230
Sensibilisation et
communication
550
Elaboration et mise en
place des outils de
communication auprès du
public, décideurs publics et
partenaires au
développement
550
Total
2020
1 298
SOFRECO – AF-Mercados EMI
172
AT RECASEB
5.3.1 Mise en place des conditions préalables à l’application de
la PONAME
Cet ensemble d’activités comprend deux volets et coûtera 20 millions de CFA.
Dès son adoption, la PONAME devient un document de politique du Gouvernement,
qui permettra au Bénin d’améliorer son efficacité énergétique globale et l’intégration
des énergies renouvelables dans la maîtrise de la demande, avec pour objectif la
réalisation des gains économiques et sociaux, et la réduction de la pression sur
l’environnement lié à l’énergie.
La mise en œuvre et la réussite de cette politique appellent l’implication franche des
acteurs politiques au sommet de l’Etat. Ce document intervient dans un contexte
favorable au développement d’un programme de maîtrise d’énergie et, en tant que
tel, son élaboration doit connaître une :
 Adoption en Conseil de Ministres ;
 Appropriation par les différents acteurs.
Activité 1 : Adoption de la PONAME en Conseil des Ministres
Principales étapes :
 Validation au niveau sectoriel et national du document de la PONAME
 Organisation d’un Séminaire gouvernemental sur la PONAME
 Prise du décret d’adoption de la PONAME
Activité 2 : Appropriation par les différents acteurs
Principales étapes :
 Edition et diffusion du document de la PONAME
 Communication à travers les médias sur la PONAME
À travers ces actions, la PONAME pourra être considérée comme outil légal connu
du public.
 Objectif : Mettre en place les conditions d’applicabilité de la PONAME
 Coût global des deux opérations : 20 millions de CFA
 Financement : Gouvernement
5.3.2 Etudes techniques et préparations de projets
Cet ensemble comprend trois activités nécessitant un financement de 262 millions
de CFA.
Activité 3 : Etude stratégique du mix énergétique pour la production
d’électricité au Bénin
Cette étude porte sur le mix énergétique pour la production d'électricité au Bénin sur
la période 2021 – 2045. Elle servira à définir la matrice énergétique du pays aux
horizons 2021-2025 et 2045. Avec cet outil de planification stratégique, le Bénin
devrait assurer sa sécurité d’approvisionnement en énergie.
 Objectif : Doter le Gouvernement d’une stratégie à moyen et long terme
 Coût de l’opération : 90 millions de CFA
 Financement : partenaires techniques et financiers (PTF)
SOFRECO – AF-Mercados EMI
173
AT RECASEB
Activité 4 : Etude pour la mise en place du mécanisme de financement
L’une des principales barrières qui va à l’encontre du changement d’échelle est le
déficit de financement des activités de maîtrise d’énergie. Les mécanismes de
financement constituent la solution indiquée, mais il va falloir les identifier, les
concevoir et mettre en place les procédures de gestion qui leur conviennent. L’étude
commencera par s’assurer que l’ABERME dispose des moyens financiers adéquats
pour son fonctionnement, comme indiqué dans ses textes fondateurs. Ensuite, elle
précisera les champs couverts par le Fonds d’Appui à la Maîtrise d’Énergie (FAME)
et proposera un mode de financement pour les ESE.
La mission étudiera aussi la faisabilité de chacune des mesures incitatives liées à la
fiscalité et la suppression ou la baisse des taxes sur certains équipements efficaces.
Elle permettra de retenir les équipements concernés par ces régimes et d’envisager
les niveaux possibles d’augmentation ou de baisse de taxes sur ces équipements,
et surtout l’impact économique de cette fiscalité incitative.
 Objectif : Approche durable de développement de la maitrise de
l’énergie
 Coût de l’opération : 120 millions de CFA
 Financement : PTF
Activité 5 : Etude de la stratégie d’optimisation de l’usage des véhicules pour
l’économie de carburant
Elle consistera à réaliser une étude pour l’élaboration d’un plan d’information,
d’éducation et de communication à l’intention des usagers de véhicules, incluant des
ateliers de formation.
 Objectif : Maîtrise de la consommation de carburant des véhicules
 Coût de l’opération : 52 millions de CFA
 Financement : PTF
5.3.3 Formation et renforcement des capacités
Cinq activités sont prévues dans ce cadre pour un coût estimé de 466 millions de
CFA.
Tout comme dans le secteur public, les entreprises du secteur privé (bâtiments et
industries), ont également besoin de disposer en leur sein de personnes capables
de jouer le rôle d’homme énergie. L’état, à travers la mise en œuvre de la PONAME,
pourra accompagner la mise en place de ces compétences au sein des structures
privées afin qu’elles soient des répondants valables aux ESE dans le cadre de la
mise en œuvre des projets d’efficacité énergétique, et de leur suivi.
Des rencontres d’échanges et de concertation avec les acteurs clés de la maîtrise
d’énergie, la formation des hommes-énergie, la réalisation d’un diagnostic visant à
déterminer les axes de coopération entre l’ABERME et les centres de recherches
en maîtrise d’énergie combleront ces activités.
Activité 6 : Voyage d’étude dans le domaine de la maîtrise d’énergie
Il y a lieu de lancer un diagnostic des besoins de formation des acteurs clés dans le
domaine de la ME en vue d’établir un programme de renforcement de capacité sur
deux années dont la réalisation permettrait de développer les capacités de ces
acteurs au Bénin. A ce titre, une mission d’étude sera organisée dans un pays à
forte expérience dans le domaine de la maîtrise d’énergie pour un groupe de
SOFRECO – AF-Mercados EMI
174
AT RECASEB
responsables concernés par la ME, pour leur permettre de prendre connaissance
de l’expérience de ce pays sur le plan politique, de l’organisation institutionnelle et
règlementaire.
 Objectif : Renforcer les capacités des acteurs clés et opérateurs dans le
domaine de la maîtrise d’énergie
 Coût de l’opération : 20 millions de CFA
 Financement : PTF
Activité 7 : Former les entreprises privées à la mise en place et la gestion
des ESE
Il s’agira d’organiser trois formations pour les entreprises privées du secteur de
l’énergie au principe des ESE, du Contrat de Performance Energétique (CPE) et de
Mesurage et Vérification (M&V). Un Logiciel de conception d’énergie propre (Ex.
RETScreen Expert) et son utilisation leur sera présenté avec l’octroi d’une licence
pour une année d’utilisation.
 Objectif : Former et renforcer les capacités des entreprises au principe
des ESE, aux CPE et au M&V des économies d’énergie
 Coût de l’opération : 72 millions de CFA
 Financement : PTF
Activité 8 : Former et renforcer les capacités des décideurs des entreprises
industrielles au principe de gestion de l’énergie basée sur la norme ISO
50001
Les entreprises industrielles recevront trois formations sur la mise en place d’un
système de gestion de l’énergie (SGE) basé sur la norme ISO 50001. Les notions
sur le fonctionnement des ESE leur seront également enseignées pour les préparer
à accueillir ces entreprises et de pouvoir comprendre leur langage.
 Objectif : Former et renforcer les capacités des décideurs des
entreprises industrielles à la norme ISO 50001
 Coût de l’opération : 72 millions de CFA
 Financement : PTF
Activité 9 : Former les formateurs du système éducatif béninois
Les instituteurs, professeurs des lycées et collèges et d’universités spécialistes des
questions d’énergie seront formés à l’URE et à la préparation du matériel didactique
dans le domaine de la maîtrise de l’énergie à travers trois formations.
 Objectif : Former et renforcer les capacités des enseignants du système
éducatif béninois au principe à la préparation des fiches techniques
 Coût de l’opération : 72 millions de CFA
 Financement : PTF
Activité 10 : Concevoir et mettre en place des mesures réglementaires
favorables à la maîtrise d’énergie
Le dispositif règlementaire et institutionnel constitue la base d’une politique de ME.
Cette action devrait permettre d’élaborer le cadre règlementaire approprié (Ex. Loi
sur la Maîtrise d’énergie) et l’opérationnalisation du cadre institutionnel de la maitrise
de l’énergie au Bénin.
 Objectif : Renforcement du cadre réglementaire en place au Bénin
 Coût de l’opération : 230 millions de CFA
SOFRECO – AF-Mercados EMI
175
AT RECASEB
 Financement : PTF
5.3.4 Sensibilisation et communication
Cette mesure comprend une activité et coûte 550 millions de CFA.
Activité 12 : Elaboration et mise en place des outils de communication
auprès du public, des décideurs publics et des partenaires au
développement
La sensibilisation des consommateurs, décideurs et partenaires financiers à la
maîtrise d’énergie est une activité qui permet d’influencer les comportements en
faveur d’une utilisation rationnelle de l’énergie et à la prise de décisions aidant à
améliorer le sous-secteur. Pour le plan de communication, il sera fait appel à une
agence spécialisée en communication pour son élaboration et aux services de
spécialistes en communication pour la réalisation des activités de sensibilisation.
Cette activité couvrira toute la durée du programme.
 Objectif : Renforcement du cadre institutionnel
 Coût de l’opération : 550 millions de CFA
 Financement : PTF
SOFRECO – AF-Mercados EMI
176
AT RECASEB
CONCLUSION
A travers cette étude, il convient de remarquer que le Bénin dispose d’un potentiel
non négligeable d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable. La mobilisation
de ce potentiel servirait bien à sécuriser l’approvisionnement énergétique et à
réduire ses coûts. L’objectif de cette étude est de mettre à la disposition de l’État
béninois, des outils stratégiques nécessaires pour la mobilisation de ce potentiel au
plus tôt et à moindre coût pour le pays.
Dans son ensemble, l’étude s’est focalisée sur l’efficacité énergétique tant du côté
de la demande que du côté de l’offre.
Dans les analyses, les secteurs des ménages, des services et de l’industrie sont les
secteurs les plus intéressants en ce qui concerne la demande d’électricité tandis que
celui des transports est plus marqué par la consommation des produits pétroliers.
Du côté de l’offre énergétique, l’étude a notamment ciblé deux technologies
renouvelables de production d’électricité dont une seule, le solaire PV, a été étudiée.
Les axes d’intervention prioritaires proposés par la stratégie sont essentiellement :
 la maîtrise de la demande électrique ;
 la maîtrise de la consommation des produits pétroliers ;
 la promotion de l’utilisation rationnelle de la biomasse-énergie et la
vulgarisation des techniques modernes de cuisson ;
 l’amélioration de l’offre électrique;
 la sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs de la maîtrise
d’énergie ;
 le renforcement des cadres institutionnels, législatif et réglementaire du soussecteur de la maîtrise d’énergie ;
 le financement de la maîtrise d’énergie.
Ces axes ont été ensuite déclinés en programme de développement concret sur une
période de 10 ans et qui a fait l’objet d’un chiffrage relativement précis et d’un cadre
logique clarifiant les objectifs, les moyens, les impacts, les responsabilités et les
risques de sa mise en œuvre.
En conséquence de ce qui précède, la réussite du programme décennal proposé ne
pourra être effective que lorsque les conditions préalables suivantes seront réunies
:
1
2
3
Clarifier le cadre institutionnel existant pour la maîtrise de l’énergie afin
d’éviter l’éparpillement actuel des ressources : l’ABERME doit être
confirmée dans son rôle de structure opérationnelle de la PONAME,
chargée de la mise en œuvre et du suivi du programme et plus largement
de la politique de maîtrise de l’énergie au Bénin ;
Mettre en place un cadre réglementaire spécifique à la maîtrise de l’énergie
pour soutenir la politique de l’Etat dans ce domaine, par la prise de
dispositions réglementaires obligatoires et/ou incitatives ;
Rechercher des financements nécessaires à la mise en œuvre du
programme décennal de maîtrise de l’énergie à travers la mobilisation du
secteur privé, des fonds de la coopération internationale et des ressources
internes ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
177
AT RECASEB
4
5
Renforcer les capacités des parties prenantes (secteurs privé et public) sur
les aspects clés de la maîtrise de l’énergie ;
Renforcer le système d’information énergétique (SIE) actuel afin de
permettre un suivi et une évaluation efficace de la politique proposée.
Les axes qui ont été abordés dans l’analyse des mesures d’accompagnement
devront être financés par le gouvernement du Bénin et ses partenaires techniques
et financiers. Le plan d’accompagnement dont le coût a été estimé environ à 1,298
milliards de FCFA intègre essentiellement quatre catégories de mesures qui sont :




la mise en place des conditions préalables ;
les études et préparation de projets ;
la formation et renforcement de capacités ;
la sensibilisation et la communication.
Pour que les objectifs de la politique soient atteints, il est important qu’un portage
politique au plus haut niveau soit apporté aux différentes actions.
SOFRECO – AF-Mercados EMI
178
AT RECASEB
ANNEXES
ANNEXE 1 : Hypothèses de calculs
SOFRECO – AF-Mercados EMI
179
AT RECASEB
HYPOTHESES DE CALCULS
Consommation spécifique : 310,89 tep/GWh
Mesure 1 : Distribution de 1,5 million de Lampes LED
Réduction totale de l'appel de puissance (MW)
Répartition de la distribution par année
Année
2021
2022
21
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Total
0
0
0
0
0
0
0
0
1 500 000
Nombre à distribuer
500 000 1 000 000
Cumul des distributions
500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000 1 500 000
Economie sur la durée du programme (GWh)
351,31
Mesure 2 : Promouvoir les réfrigérateurs efficaces dans les ménages
Réduction totale de l'appel de puissance (MW)
Répartition de la distribution par année
Année
2021
2022
0,32
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Total
7 000
Nombre à distribuer
600
600
800
1 000
1 000
1 000
1 000
1 000
0
0
Cumul des distributions
600
1 200
2 000
3 000
4 000
5 000
6 000
7 000
7 000
7 000
Economie sur la durée du programme (GWh)
2,76
Mesure 3 : Promouvoir les climatiseurs efficaces dans les ménages
Réduction totale de l'appel de puissance (MW)
Répartition de la distribution par année
Année
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Total
Nombre à distribuer
200
300
500
500
500
500
0
0
0
0
2 500
Cumul des distributions
Economie sur la durée du programme (GWh)
200
500
1 000
1 500
2 000
2 500
2 500
2 500
2 500
2 500
0,5
4,2
SOFRECO – AF-Mercados EMI
180
AT RECASEB
Mesure 4 : Promouvoir les kits solaires PV dans les ménages
Émissions de CO2 évitées (kteCO2)
52,02
Répartition de la distribution par année
Année
Nombre à distribuer
Cumul des distributions
Economie sur la période (ktep)
2021
20 000
20 000
2022
20 000
40 000
2023
20 000
60 000
2024
20 000
80 000
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Total
20 000
0
0
0
0
0
100 000
100 000 100 000 100 000 100 000 100 000 100 000
224,31
Mesure 5 : Promouvoir les GPL dans les ménages
Quantité de bois sauvée (tonne)
131 067
Émissions de CO2 évitées (kteCO2)
469,07
Répartition de la distribution par année
Année
Nombre à distribuer
Cumul des distributions
2021
2022
4 000
4 000
2023
2024
4 000 4 000
8 000 12 000
4 000
16 000
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Total
4 000
20 000
0
20 000
0
20 000
92,51
0
20 000
0
20 000
0
20 000
20 000
Economie sur la période (ktep)
Mesure 6 : Promouvoir les foyers améliorés
Quantité de bois sauvée (tonne)
39 320
Emissions de CO2 évitées (kteCO2)
154,66
Répartition de la distribution par année
Année
Nombre à distribuer
Cumul des distributions
Economie sur la période (ktep)
2021
2022
2023
2024
2025
2026
2027
2028
2029
2030
Total
4 000
4 000
4 000
8 000
4 000
12 000
4 000
16 000
4 000
20 000
0
20 000
0
20 000
33,03
0
20 000
0
20 000
0
20 000
20 000
Mesure 7 : Actions pilotes de rénovation thermique de 60 bâtiments administratifs
Pourcentage d’économie estimé (%)
SOFRECO – AF-Mercados EMI
5
181
AT RECASEB
Rythme de réalisation des actions pilotes
Année
2021
2022
Rythme annuel (m²/an)
0
10 000
Cumul des réalisations (m²)
0
10 000
Economie sur la durée du programme (GWh)
2023
10 000
20 000
2024
0
20 000
2025
20 000
40 000
2026
20 000
60 000
2027
20 000
80 000
Mesure 8 : Audits énergétiques et projets pilotes dans 60 bâtiments administratifs
Pourcentage d’économie estimée (%)
Rythme de réalisation des actions pilotes
Année
2021
2022
Rythme annuel (m²/an)
0
10 000
Cumul des réalisations (m²)
0
10 000
Economie sur la durée du programme (GWh)
2023
10 000
20 000
2024
0
20 000
2023
0
5
2024
10
15
2029
20 000
120 000
2030
0
120 000
Total
120 000
2029
20 000
120 000
2030
0
120 000
Total
120 000
2029
0
55
2030
0
55
Total
55
Total
5 000
20
2025
20 000
40 000
2026
20 000
60 000
2027
20 000
80 000
Mesure 9 : Installation solaire PV dans 55 bâtiments publics à titre pilote
Production d’énergie estimée par bâtiment (MWh)
Rythme de réalisation des actions pilotes
Année
2021
2022
0
5
Rythme annuel de réalisation (bât)
0
5
Cumul des réalisations (bâtiment)
Economie sur la durée du programme (GWh)
2028
20 000
100 000
10,66
2028
20 000
100 000
42,64
137,1
2025
10
25
2026
10
35
2027
10
45
Mesure 10 : Remplacement de 5 000 lampes de type SHP par des LBC de type LED dans l'éclairage public
Réduction de l’appel de puissance (MW)
2028
10
55
40,46
0,98
Répartition de la distribution par année
Année
Nombre à distribuer
2021
0
0
2022
2 500
2023
2 500
2024
0
2025
0
2026
0
2027
0
2028
0
2029
0
2030
0
2 500
Cumul des distributions
Economie sur la durée du programme (GWh)
5 000
5 000
5 000
5 000
5 000
5 000
33,27
5 000
5 000
Mesure 11 : Audits énergétiques dans 15 entreprises industrielles
Pourcentage d’économie estimée (%)
SOFRECO – AF-Mercados EMI
15
182
AT RECASEB
Rythme de réalisation des audits
Année
2021
2022
Rythme annuel (audits/an)
0
0
Cumul des réalisations (audits)
0
0
Economie sur la durée du programme (GWh)
2023
3
3
2024
3
6
2025
4
10
2026
5
15
2027
0
15
2028
0
15
51,33
2029
0
15
2030
0
15
Total
15
2030
0
10
Total
10
Mesure 12 : Mettre en place un système de gestion de l'énergie basée sur la norme ISO 50001 dans 10 entreprises industrielles
Pourcentage d’économie estimée (%)
5
Rythme de réalisation des audits
Année
2021
2022
Rythme annuel (audits/an)
0
0
Cumul des réalisations (audits)
0
0
Economie sur la durée du programme (GWh)
SOFRECO – AF-Mercados EMI
2023
2
2
2024
2
4
2025
2
6
2026
2
8
2027
2
10
2028
0
10
10,92
2029
0
10
183
AT RECASEB
Mesure 13 : Mise en place d'un plan de déplacements urbains pour la ville de Cotonou
Emissions de CO2 pour le Bénin, en cas d'intervention du secteur de l'énergie (MteCO2)
Emissions du secteur de l'énergie (%)
Emissions du secteur de l'énergie (MteCO2)
Pourcentage d'émetteurs vivant à Cotonou (%)
Quantité émise à Cotonou (MteCO2)
Pourcentage de réduction des émissions (%)
Réduction des émissions sur la durée du programme (kteCO2)
Facteur d'émission moyen (teCO2/tep)
Réduction des émissions sur la durée du programme (ktep)
Réduction des émissions sur la durée de vie de l'opération (ktep)
26,3
47,40%
12,47
30%
3,74
5%
187
3,11
60,04
96,07
Mesure 14 : Installer une centrale solaire de production d'électricité connectée au réseau
Puissance (MW)
15
Production annuelle (GWh)
21
Nombre de ménages couverts
18 000
Formalisation et construction (Année)
2 ans à partir de 2021
Economie sur la durée du programme (GWh)
63
Economie sur la durée du programme (ktep)
20
Economie sur la durée de vie de l'installation (ktep)
131
Emission de CO2 évitée sur la durée du programme (kteCO2)
51
Mesure 15 : Installer une centrale électrique à biomasse connectée au réseau
Puissance installée : 6 MW
Production électrique : 36,75 GWh
Durée de mise en œuvre : 2ans, à partir de 2021
Puissance (MW)
Production sur 3 ans (GWh)
Economie de thermique sur la durée du programme (ktep)
Economie sur la durée de vie du projet (ktep)
Emissions évitées (kteCO2)
SOFRECO – AF-Mercados EMI
6
110,22
34,27
171,33
88,77
184
AT RECASEB
ANNEXE 2 : Proposition d’Unité de Coordination du Programme
(UCP)
Rôle et mission
Afin d’assurer le bon développement et le fonctionnement du programme de maîtrise d’énergie dans le
respect de la réglementation, il est recommandé la mise en place d’une Unité de Coordination du
Programme (UCP) du Programme Décennal de Maîtrise d’Energie (PDME), qui se réunit au besoin, et
dont le rôle majeur est de faciliter la mise en œuvre du programme prévu pour les différents secteurs
d’activité.
De manière spécifique, le rôle de l’UCP se résume comme il suit :







Proposer les réformes réglementaires et les procédures administratives nécessaires à la mise
en œuvre du PDME ;
Promouvoir le PDME auprès des différents bailleurs de fonds et des investisseurs potentiels
(investisseurs locaux, développeurs internationaux, etc.) ;
S’assurer que les mesures proposées soient cohérentes avec les objectifs nationaux de la
politique énergétique ;
Assurer la planification dynamique du PDME et veiller à l’atteinte des objectifs ;
Représenter un interlocuteur autonome que les acteurs du secteur peuvent saisir en cas de
différends liés à l’attribution d’un financement ;
Assurer le suivi et l’évaluation permanente de la mise en œuvre du PDME ;
Lancer et suivre les études ponctuelles nécessaires à la clarification de certains aspects
spécifiques liés à la mise en œuvre du PDME.
Organisation de l’Unité de Coordination
Composition
L’UCP sera composée d’une équipe légère, mais hautement qualifiée et provenant des structures de
l’administration publique. Pour qu’elle soit crédible vis-à-vis des interlocuteurs et surtout, des
développeurs. L’équipe doit être impartiale et faire preuve d’une bonne conduite de sa mission. Il est
recommandé que les profils suivants composent l’équipe :





Un Coordinateur de l’unité désigné par l’ABERME, ayant une longue expérience dans le
domaine de la maîtrise de l’énergie, une grande maîtrise des institutions nationales et des
relations avec les institutions internationales ;
Deux ingénieurs spécialisés en efficacité énergétique et énergie renouvelable, ayant
respectivement une bonne maîtrise des technologies efficaces et des énergies
renouvelables ;
Un ingénieur en génie électrique ayant une large expérience dans les réseaux de transport et
de distribution d’électricité ;
Un expert financier senior maîtrisant le montage financier et l’évaluation économique des
projets d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables ;
Un expert juriste avec une bonne expérience dans le domaine du partenariat Public Privé
(PPP).
Organisation
L’Unité de Coordination doit tenir ses réunions dans les locaux de l’ABERME pour bénéficier des
services des directions techniques et des unités d’appui de l’Agence. Toutefois, l’UCP doit être doté
d’un budget de fonctionnement dans un objectif d’efficacité et de performance. L’UCP doit rendre
compte à un Comité de pilotage (COPIL), qui doit être composé de représentants des institutions
suivantes :


La Présidence de la République ;
La DGRE ;
SOFRECO – AF-Mercados EMI
185
AT RECASEB
L’ABERME ;
La SBEE ;

Le Ministère en charge de développement ;

Le Ministère des finances ;

Le Ministère du Cadre de vie et du développement durable (MCVDD).
Le COPIL aura pour rôle de :






Approuver les procédures admiratives de mise en œuvre du PDME proposées par l’UCP ;
Faciliter le dialogue et la concertation avec les institutions publiques concernées par la mise
en œuvre du PDME ;
Résoudre les difficultés institutionnelles et juridiques que peuvent rencontrer les acteurs du
PDME notamment les autres parties prenantes ;
Evaluer de manière continue la mise en œuvre du PDME et entreprendre les ajustements en
cas de besoin.
Le COPIL sera présidé par la Présidence de la République.
Coût et financement de l’UCP
Le budget indicatif de fonctionnement et d’intervention de l’Unité de Coordination du Projet sera estimé
sur la période de 2020-2030. Selon les rubriques suivantes :
Indemnité du personnel

Frais de fonctionnement

Budget pour études et communication
Il est aussi recommandé que les 2/3 du budget soient pris en charge par les partenaires techniques et
financiers et le reste, par une contribution de l’Etat.

Programmation des activités de la Coordination
Le chronogramme suivant présente, à titre indicatif, la programmation des activités d’accompagnement
critiques à mettre en œuvre sur la période 2020-2021.
Programmation des activités de l'Unité de Coordination
2020
Activités
Se1
2021
Se2
Se1
Se2
Publication du PDME
Mise en Place de l'UCP
Recherche de financement pour l'UCP
Réformes réglementaires
Définition et publication des procédures administratives
Formation et début d’activité des acteurs de l'UCP et du
COPIL
SOFRECO – AF-Mercados EMI
186
Téléchargement
Explore flashcards