Telechargé par zoedigi7

Pour sélever il faut sabaisser EBOOK

publicité
POUR S’ÉLEVER,
IL FAUT
S’ABAISSER
DEREK PRINCE
Note de l’éditeur: Ce livre est l’ensemble d’une série de
conférences. Nous avons volontairement conservé le style
vivant du langage parlé dans cette transcription, puisqu’il est
indissociable de la situation dans laquelle cet enseignement a
été donné.
ISBN 2-911537-49-1
Originally published in English under the title "The Way Up Is
Down", Audiotapes nr. 4086-4087.
French translation published by permission of Derek Prince
Ministries International USA, P.O. Box 19501, Charlotte, North
Carolina 28219-9501, USA.
Copyright by Derek Prince. All rights reserved.
Copyright French translation December 2001 by DPM
International. All rights reserved.
Traduit par Florence Boyer.
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ou
transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des
moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie,
l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la
permission écrite de l'éditeur.
Sauf autre indication, les citations bibliques de cette publication
sont tirées de la traduction Louis Segond "Nouvelle Edition".
Publié par Derek Prince Ministries France, année 2001.
Dépôt légal: 4e trimestre 2001.
Deuxième impression: dépôt légal, 1er trimestre 2006.
Couverture faite par Damien Baslé, tél./fax 04 75 59 77 44.
Imprimé en France
Pour tout renseignement, et pour obtenir un catalogue de
tous les livres et toutes les cassettes de Derek Prince
disponibles, merci de contacter:
DEREK PRINCE MINISTRIES FRANCE
Route d'Oupia, B.P.31, 34210 Olonzac FRANCE
tél. (33) 04 68 91 38 72 fax (33) 04 68 91 38 63
E-mail [email protected] * www.derekrpince.fr
BUREAUX DE DEREK PRINCE MINISTRIES
Derek Prince Ministries International/USA
P.O. Box 19501
Charlotte, NC 28219-9501 Etats-Unis
tél. (1)-704-357-3556
fax (1)-704-357-3502
Derek Prince Ministries Angleterre
Kingsfield
Hadrian way
Baldock SG7 6AN Angleterre
tél. (44)-1462-492100
fax (44)-1462-492102
Derek Prince Ministries Afrique du Sud
P.O. Box 33367
Glenstantia 0010 Pretoria
Afrique du Sud
tél. (27)-12-348-9537
fax (27)-12-348-9538
Derek Prince Ministries Australie
1st floor, 134 Pendle Way
Pendle Hill
New South Wales 2145
Australie
tél. (61)-2-9688-4488
fax (61)-2-9688-4848
Derek Prince Ministries Allemagne
Schwarzauer Str. 56
D-83308 Trostberg
Allemagne
tél. (49)-8621-64146
fax (49)-8621-64147
Derek Prince Ministries (IBL) – Suisse
Alpenblickstr. 8
CH-8934 Knonau
Suisse
Tél: (41) 44 768 25 06
Email: [email protected]
Derek Prince Ministries Canada
P.O. Box 8354
Halifax N.S. Canada B3K 5M1
tél. (1)-902 443-9577
fax (1)-902 443-9577
Derek Prince Ministries
Pays-Bas/EE/CIS
P.O. Box 349
1960 AH Heemskerk
Pays-Bas
tél. (31)-251 255044
fax (31)-251 247798
Derek Prince Ministries
Pacific du Sud
224 Cashel Street
P.O. Box 2029
Christchurch 8000
Nouvelle Zélande
tél. (64)-3-366-4443
fax (64)-3-366-1569
Derek Prince Publ. Pte Ltd
P. O. Box 2046
Robinson Road Post Office
Singapore, 904046
République de Singapour
tél. (65)-392-1812
fax (65)-392-1823
DPM – NORVEGE
PB 129 – Loddefjord
5881 Bergen
NORVEGE
Tél: 47-5593-4322
Fax: 47-5593-4322
E-mail: [email protected]
Du même auteur:
**"Ils chasseront les démons"
Ce livre de Derek Prince de 288 pages, qu'il a écrit en 1997,
constitue un manuel solide et biblique traitant le sujet délicat
de la délivrance d'une façon modérée, réaliste et équilibrée.
**"Alors viendra la fin... "
Derek Prince vous montrera comment aborder le sujet de la
prophétie dans la Bible. Il est très important pour les enfants
de Dieu de savoir comment les reconnaître.
**"Qui est le Saint-Esprit?"
Une étude sur la Personne la moins comprise de la Bible: le
Saint-Esprit.
**"Le remède de Dieu contre le rejet"
Peut-être que le rejet est-il la cause de la douleur la plus
profonde, formant l'une des blessures les plus sensibles et
vulnérables de l'homme. C'est une expérience courante de nos
jours, et de nombreuses personnes en souffrent. Dieu a-t-il
pourvu à une solution? Ce livre vous le montrera.
**"Prier pour le gouvernement"
D'une façon claire, Derek Prince montre pourquoi il est
logique de prier "avant toutes choses" pour ceux qui sont haut
placés (1 Tim. 2:1-2). Un enseignement simple et
compréhensible, afin de savoir comment et pourquoi prier
intelligemment pour le gouvernement.
**"Les actions de grâces, la louange et l'adoration"
Une étude profonde sur ce qu'un être humain peut connaître
de plus élevé: adorer et louer son Dieu
**"Le mariage: une alliance"
En traitant l'une des choses pouvant être la plus profonde et la
plus précieuse de la vie, Derek Prince explique ce que le
mariage est avant tout aux yeux de Dieu: une alliance. Tout
comme la Nouvelle Alliance de Jésus était impossible sans sa
mort, de même l'alliance du mariage est impensable si les
conjoints ne renoncent pas à leur propre vie.
**"Votre langue a-t-elle besoin de guérison?"
Tôt ou tard, chaque chrétien est confronté au besoin impératif
de contrôler sa langue, mais il n’y parvient pas. Derek Prince
apporte au lecteur l’enseignement biblique et les étapes
pratiques nécessaires pour discipliner la langue
**"Façonner l'histoire par la prière et le jeûne"
Par ce livre Derek Prince donne des exemples aussi bien de
l'histoire que de sa propre expérience, comme la combinaison
puissante du jeûne et de la prière peut effectuer parfois un
changement du cours de l'histoire pour une nation tout
entière.
**"Dieu est un Faiseur de mariages"
Comment se préparer au mariage? Quel est le plan de Dieu
pour le mariage? Qu'est-ce que la Bible dit sur le divorce?
Est-ce que la Bible permet de se remarier? Dans quelles
conditions? Vous trouverez des réponses claires et bibliques à
ces questions si pressantes, à partir d'une expérience
personnelle et de plus de cinquante ans de ministère.
**"Le chemin dans le Saint des saints"
Une étude profonde nous expliquant le chemin vers le but de
la vie chrétienne:la dépendance totale de Dieu.
**"Perles de la Parole "
158 méditations quotidiennes sur autant de textes bibliques.
Edition luxe, couverture rigide. Un cadeau précieux!
Et autres (décembre 2005 78 titres disponibles).
Ecrivez à notre adresse pour recevoir gratuitement un catalogue
de tous les livres et de toutes les cassettes de Derek Prince, des
lettres d'enseignement gratuites (France et DOM/TOM
uniquement) et pour être tenu au courant de toutes les nouvelles
éditions, et toute autre nouvelle de:
DEREK PRINCE MINISTRIES FRANCE
Route d'Oupia, B.P. 31, 34210 Olonzac FRANCE
tél. (33) 04 68 91 38 72 fax (33) 04 68 91 38 63
E-mail [email protected] * www.derekrpince.fr
SOMMAIRE
Première partie
Pour s’élever, il faut s’abaisser
Page
Seconde partie
S’abaisser, pour s’élever
Page 33
7
PREMIÈRE PARTIE
Pour s’élever, il faut s’abaisser
Dans ce livre, je vais vous parler, Dieu m’aidant,
d’une loi spirituelle. Nous sommes tous familiers de ce que
nous appelons les lois naturelles, physiques ou scientifiques.
Prenons un exemple simple et évident. Nous connaissons
bien la loi de la gravité; aucun de nous ne s’attend à ce que
les choses se passent autrement que selon cette loi. Personne
ne se jetterait du quatrième étage en s’attendant à autre
chose qu’à tomber. Il y a, bien sûr, d’autres lois physiques
avec lesquelles nous sommes familiers, comme les lois qui
gouvernent les moissons, les récoltes et les fruits que nous
récoltons de la terre. Il y a une science, l’agriculture, qui
étudie ces lois en détail.
Beaucoup de gens connaissant bien les lois
naturelles n’ont aucune vision, ou concept, de la loi
spirituelle. Je crois qu’il y a des lois spirituelles qui sont tout
autant définies, précises, certaines, et tout aussi impossibles
à transgresser que les lois naturelles. Les gens parlent de
transgresser la loi de Dieu, mais c’est vraiment une erreur.
Vous ne brisez pas la loi de la gravité, c’est la loi de la
gravité qui vous brise. Je pense qu’il en est de même avec
les lois spirituelles. Les gens parlent de briser les lois de
Dieu, mais il n’en est pas vraiment ainsi. C’est pour cela que
je vais vous parler d’une loi spirituelle qui, je le crois, est
active dans l’univers tout entier. Je pense qu’elle était à
l’œuvre avant que l’univers ne soit créé et qu’elle continuera
après la fin des temps. Je suis sûr que c’est une loi qui
affecte chacun d’entre nous; elle a un impact certain sur le
7
cours de notre vie. En fait, elle va déterminer dans une large
mesure notre succès ou notre défaite.
La loi spirituelle dont je vais parler est citée trois
fois dans le Nouveau Testament, et chaque fois de la bouche
de Jésus lui-même. Lisons Matthieu 23:12:
"Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque
s’abaissera sera élevé."
Vous voyez que c’est une loi entièrement
universelle. Toute personne, en quelque lieu, à tout moment,
qui s’élève sera abaissée. Et tout aussi universel est
quiconque s’humilie sera élevé.
D’autres passages de l’Ecriture disent la même
chose, mais avec des mots différents. Regardons un instant
deux passages du livre des Proverbes. Le Proverbe 16:18
nous dit (et c’est probablement l’un des versets les plus
familiers de l’Ecriture; beaucoup de gens ne connaissant pas
d’autres versets de l’Ecriture savent celui-là):
"L’arrogance précède le désastre, et un esprit
arrogant précède la chute."
La plupart des gens affirment que l’orgueil précède
la chute. C’est en principe véridique, mais ce n’est pas
exactement ce que l’Ecriture dit. En fait, elle dit quelque
chose de pire; elle affirme que l’orgueil précède le désastre.
Lisons maintenant le Proverbe 18:12:
"Avant le désastre, le cœur de l’homme s’élève;
mais l’humilité précède la gloire."
Avant de tomber, il y a l’orgueil; avant l’honneur, il
y a l’humilité. Je crois que c’est universel. Je ne pense pas
8
qu’il y a une chute dans une vie qui n’a pas été, en fin de
compte, causée par l’orgueil.
Je vais maintenant prendre le premier et
probablement le plus grand exemple de ce principe qui se
trouve dans un être créé; il ne s’agit pas d’un être humain. Je
vais regarder avec vous une image de ce qui est arrivé à cet
être créé. Laissez-moi faire quelques affirmations qui sont
probablement surprenantes pour certains d’entre vous. Quel
a été le premier péché de l’univers? C’est celui de l’orgueil.
Ce n’était ni l’ivrognerie, ni l’immoralité, ni le meurtre,
c’était l’orgueil. Pourtant beaucoup de gens qui seraient
horrifiés par l’ivrognerie, le meurtre ou l’immoralité tolèrent
l’orgueil et y voient à peine un péché. Ce péché d’orgueil a
conduit à la rébellion. Nous avons ici un principe que ce qui
vient de l’intérieur précède toujours et produit ce qui est
extérieur. L’état intérieur, qui était l’orgueil, s’est exprimé
extérieurement par la rébellion. Ce péché n’a pas eu lieu sur
la terre, mais dans le ciel. Il n’a pas été commis par un être
humain, mais par un ange. La cause de l’orgueil, c’était la
beauté et la sagesse qui avaient été données par le Créateur.
Malgré ce fait, ces choses données par le Créateur ont en fin
de compte produit de la rébellion contre le Créateur qui les
avait accordées.
Je suis sûr que beaucoup d’entre vous sont
conscients que j’ai en tête un passage d’Ezéchiel 28. C’est
l’un de ces passages prophétiques de l’Ancien Testament qui
révèlent non seulement l’avenir, mais également le passé.
Parfois je pense que nous oublions que la vision et le
ministère prophétiques ne sont pas uniquement en relation
avec l’avenir, les choses que nous ne pouvons pas savoir
parce qu’elles ne se sont pas encore produites, mais
également révèlent le passé, des choses que nous ne savions
pas parce que nous n’y étions pas et que nous n’avons aucun
moyen de les connaître à moins d’une révélation
prophétique. Dans Ezéchiel 28:1-19, le prophète parle de
9
deux personnes différentes, toutes deux en rapport avec la
ville de Tyr. La première est appelée le prince de Tyr, et la
seconde le roi de Tyr. La première personne était un être
humain, et il est sûr que la seconde n’en était pas un. Nous
allons lire Ezéchiel 28:2 et 9 pour voir l’identité de la
première personne:
"Fils d’homme, dis au prince de Tyr: Ainsi parle le
Seigneur, l’Eternel: Ton cœur a été arrogant, tu as dit: Je suis
dieu, je suis assis sur le siège des dieux, au cœur des mers!
Mais toi, tu es homme et non dieu, et tu prends ta pensée
pour la pensée de Dieu. [...] En face de ton meurtrier, dirastu encore: Je suis dieu? Tu resteras homme et non dieu sous
la main de celui qui te tue."
C’est donc une personne qui est un homme, et qui se
proclame dieu. C’est le prince de Tyr. Nous allons
maintenant lire ce qui concerne le roi de Tyr. Ce dernier
n’est pas un être humain. Ezéchiel 28:11-17 nous dit:
"Et la parole de l’Eternel vint à moi, disant: Fils
d’homme, élève une complainte sur le roi de Tyr, et dis-lui:
Ainsi dit le Seigneur, l’Eternel: Toi, tu étais la forme
accomplie de la perfection, plein de sagesse, et parfait en
beauté; tu as été en Eden, le jardin de Dieu; toutes les pierres
précieuses te couvraient, le sardius, la topaze et le diamant,
le chrysolite, l’onyx et le jaspe, le saphir, l’escarboucle et
l’émeraude, et l’or; le riche travail de tes tambourins et de
tes flûtes était en toi; au jour où tu fus créé ils étaient
préparés. Tu étais un chérubin oint, qui couvrait, et je t’avais
établi tel; tu étais dans la sainte montagne de Dieu, tu
marchais parmi les pierres de feu. Tu fus parfait dans tes
voies depuis le jour où tu fus créé, jusqu’à ce que l’iniquité
fut trouvée en toi. Par l’abondance de ton trafic, ton intérieur
a été rempli de violence, et tu as péché; et je t’ai précipité de
10
la montagne de Dieu comme une chose profane, et je t’ai
détruit du milieu des pierres de feu, ô chérubin qui couvrait!
Ton cœur s’est élevé pour ta beauté, tu as corrompu ta
sagesse à cause de ta splendeur; je t’ai jeté à terre, je t’ai mis
devant les rois, afin qu’ils te voient." (traduction Darby)
C’est vraiment une description claire et vivante, et je
suis certain qu’il est maintenant évident pour vous que nous
ne nous référons pas ici à un être humain. Laissez-moi
simplement faire ressortir quelques caractéristiques. Au
verset 12, il est dit que cette créature était "pleine de sagesse
et parfaite en beauté"; au verset 13, qu’elle avait été "en
Eden, le jardin de Dieu". Cela nous ramène directement au
livre de la Genèse. Le verset 14 nous dit que cette créature
était "un chérubin oint, qui couvrait (protégeait)"; cela nous
fait penser à l’image de l’arche du tabernacle qui avait un
chérubin de chaque côté du siège, ses ailes s’étendant sur le
lieu de la présence de Dieu. Il est aussi dit qu’elle était "sur
la sainte montagne de Dieu". Le verset 15 affirme qu’elle
était "parfaite dans ses voies depuis le jour où elle a été
créée". Nous parlons donc d’un être créé; pas d’un homme,
mais d’un chérubin. Le verset 16 dit que "par l’abondance de
ton trafic, ton intérieur a été rempli de violence, et tu as
péché". Je reviendrai au terme "trafic" dans un instant; c’est
un mot clé. Le verset 17 nous montre la racine du problème,
qui est que "ton cœur s’est élevé pour ta beauté, tu as
corrompu ta sagesse à cause de ta splendeur; je t’ai jeté à
terre".
La signification de la racine du mot "trafic" en
hébreu est "aller et venir, aller d’avant en arrière". Ce terme
est associé à la pratique du commerce, parce qu’un
commerçant est quelqu’un allant et venant pour aller
chercher ses marchandises, les vendre, suivre les marchés, et
ainsi de suite. Cependant, au départ, le sens original de ce
mot n’est pas exactement limité au commerce. Je voudrais
11
vous indiquer deux autres endroits dans la Bible où un mot
ayant exactement la même racine est utilisé. Lévitique 19:16
dit:
"Tu n’iras pas calomnier ceux de ton peuple."
Remarquez, à propos d’aller calomnier, que c’est la
racine du concept; elle circule. A partir de cela se
développent des choses qui arrivent quand une personne
circule. L’une de ces choses est le commerce, mais ici on se
réfère à la calomnie, aux histoires ou au fait de colporter des
ragots.
Lisons encore un exemple (et il y en a d’autres) dans
le Proverbe 11:13:
"Celui qui répand la calomnie dévoile les secrets."
Revenons à Ezéchiel 28:16:
"Par l’abondance de ton trafic, ton intérieur a été rempli de
violence (en circulant et en répandant la calomnie et les
ragots, tu as encouragé la rébellion)." (traduction Darby)
Je crois que c’est la bonne image. Je le redis: "En
faisant circuler la calomnie, en colportant les ragots, tu as
fomenté la rébellion. A cause de la rébellion, tu as été exclu
de la présence de Dieu."
Tout d’abord, prenons une image qui sort tout droit
de mon imagination. Attention, c’est de la spéculation et ce
n’est pas clairement affirmé dans l’Ecriture. Je pense qu’il y
a beaucoup de choses différentes qui concernent ce que je
dis, mais je vois un état dans le ciel avant que le péché
n’apparaisse avec des myriades d’anges glorieux. L’un des
chefs des anges était celui qui était connu en hébreu sous le
nom de Ben Shachar. Dans la Bible, il est traduit par "l’astre
12
brillant". En grec, c’est "étoile du matin", et en latin
"Lucifer". Dans la version King James, il est traduit par
"Lucifer", ce qui signifie "celui qui apporte la lumière".
C’est, bien entendu, "l’étoile du matin, celui qui amène
l’aurore". L’expression hébraïque signifie "la biche" ou "le
daim qui amène l’aurore". Cela évoque quelque chose de
rapide, de beau, de délicat et de gracieux. Parmi les anges
créés, il y avait donc celui-ci qui était ce que nous
appellerions "un archange" ou "un ange gouvernant". La
Bible révèle trois archanges, qui sont Gabriel, Michaël et
Lucifer.
C’est une théorie, et j’insiste là-dessus, mais il me
semble possible que chacun des anges ait été responsable
devant l’une des personnalités de la divinité, le Père, le Fils
et le Saint-Esprit, et que chacun d’entre eux commandait un
tiers des anges. S’il en était ainsi, alors, selon moi, Lucifer
était responsable envers la deuxième personne de la trinité,
le Fils de Dieu, le Fils éternel de Dieu, celui qui est appelé la
Parole, celui qui était dans le sein du Père. A cause de sa
sagesse et de sa beauté continuelles, et peut-être uniques,
Lucifer a pensé qu’il méritait une position plus élevée. En
fait, il estimait qu’il était aussi grand que son Seigneur. S’il
s’agissait effectivement du Fils de Dieu, je crois que cela
ajoute une signification particulière à tout le reste de
l’histoire du monde. Lucifer a donc promu la rébellion et
répandu la calomnie parmi les anges. Laissez-moi vous dire
que, si cela a fonctionné dans le ciel, c’est presque inévitable
que cela le sera aussi sur la terre. Je veux également aussi
vous affirmer qu’il n’a jamais changé de tactique. Celui qui
répand de fausses nouvelles est probablement aussi proche
de faire la volonté de Satan que n’importe qui sur terre.
Malheureusement, soyons honnêtes, les églises sont remplies
de telles personnes.
Mais qu’a-t-il donc dit? Eh bien, et c’est encore une
fois de la spéculation, je pense qu’il a dû prononcer quelque
13
chose comme: "Vous savez, vous, peuple, j’aimerais que
vous compreniez, vous, les anges, que le Seigneur (et il a dû
le dire d’un ton plutôt cynique) ne vous apprécie pas
vraiment. Ce que je veux dire, c’est que vous avez des
capacités. Vous pouvez faire plus que ce que l’on vous
donne. Maintenant, si vous voulez me suivre, je veillerai à ce
que tout votre potentiel soit développé." Et ainsi de suite.
"Pourquoi n’établissons-nous pas notre propre royaume?
Pourquoi devrions-nous servir ce dieu? Je crois que je peux
en être un aussi valable que celui que nous servons."
Apparemment, chose étonnante, dans la lumière étincelante
du ciel de gloire, dans un univers parfait qui n’avait jamais
été entaché par le péché, cette tactique a fonctionné. Cela me
fait vraiment peur dans un sens, parce que si cela a marché
dans le ciel, où le péché n’avait jamais été entendu, où Dieu
était révélé dans sa gloire et dans sa beauté, à combien plus
forte raison cela va fonctionner sur la terre; et cela a marché
depuis des centaines d’années.
L’une des choses que j’essaie de faire est de vous
révéler l’identité de l’ennemi et la manière dont il procède,
parce qu’il opère toujours de la même façon. Le résultat a
donc été la rébellion dans laquelle un tiers des anges créés se
sont tournés contre Dieu pour suivre Lucifer. Le chiffre d’un
tiers vient probablement du livre de l’Apocalypse qui dit que
le dragon a chassé un tiers des anges hors du ciel avec sa
queue; nous croyons généralement que c’est ce qui est arrivé
au commencement.
Une autre chose très effrayante, c’est la portée de
l’autorité. Dieu a donné l’autorité à Lucifer. Il la lui a
donnée sur un tiers des anges. Quand Lucifer est tombé dans
la rébellion, toute cette zone du ciel est tombée avec lui. Je
crois que c’était irrévocable. Je ne pense pas qu’il y a un
moyen de revenir pour les anges déchus. C’est vraiment une
pensée effrayante pour ceux d’entre nous qui ont de
l’autorité, qu’elle qu’en soit l’importance. Je pense que cela
14
doit continuellement nous avertir que les effets de notre
désobéissance ou de notre manque de loyauté peuvent être
irrévocables pour ceux qui sont en dessous de nous. Quant à
ceux qui sont sous l’autorité, je crois que c’est un
avertissement à examiner, à savoir quelle autorité nous
suivons. L’une des choses que nous avons dites est qu’il est
fort dangereux de se soumettre à un homme qui n’est soumis
à personne. Je crois que c’est un chemin qui mène
directement au désastre.
Il y a un passage parallèle que beaucoup connaissent
bien, j’en suis sûr, et qui est Esaïe 14:12. Ici, le nom de
Lucifer est en fait utilisé:
"Te voilà tombé du ciel, astre brillant, fils de
l’aurore! Tu es abattu à terre, toi, le vainqueur des nations!"
Ce qui est merveilleux, avec la prophétie, c’est
qu’elle révèle toujours non pas simplement les faits
extérieurs, mais la motivation intérieure, les faits internes
essentiels. Ici, on nous donne la motivation qui a poussé
Lucifer à se rebeller. Je dois vous dire que je m’émerveille
que Dieu ait su ce que Lucifer disait dans son cœur tout le
temps, et le fait qu’il l’a laissé faire. Pour qui sait combien
de temps (je ne sais pas comment on le mesurait) et combien
de temps a mis le processus. Il se peut que vous vous disiez
que vous allez vous en tirer, mais j’aimerais vous dire que
Dieu sait ce que vous faites et il peut vous laisser faire
pendant des mois ou des années; mais un jour, vous
découvrirez que Dieu savait.
Lisons la suite, Esaïe 14:13-15:
"Tu disais en ton cœur: Je monterai au ciel,
j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu, je
m’assiérai sur la montagne de l’assemblée à l’extrémité du
septentrion; je monterai sur le sommet des nues, je serai
15
semblable au Très-Haut. Mais tu as été précipité dans le
séjour des morts, dans les profondeurs de la fosse."
Remarquez le petit mot qui apparaît cinq fois. Le
terme de motivation de toute action est "je". Quelle est la
racine du mal de l’univers? C’est la volonté de la créature en
opposition à celle du Créateur. Remarquez l’apogée. Le
premier "je": monterai au ciel. Le deuxième "je": élèverai
mon trône au-dessus des étoiles de Dieu. Le troisième "je":
m’assiérai sur la montagne de l’assemblée. Le quatrième
"je": monterai sur le sommet des nues. Le cinquième, et c’est
l’apogée, "je": serai semblable (ou égal) à Dieu lui-même.
J’aime ici ma traduction qui dit que "je vais me rendre égal à
Dieu lui-même".
En hébreu, il y a cinq formes verbales principales.
L’une d’entre elles correspond à quelque chose de répétitif
ou avec une attention particulière. Ce n’est pas "je vais",
mais "je vais faire de moi". C’est mon but, mon dessein,
c’est mon intention permanente et ma conduite pour me
rendre l’égal du Très-Haut. Le résultat en a été la chute.
Vous souvenez-vous de ce que nous avons dit? Quiconque
s’élève sera abaissé. Cela ne rate jamais.
La réponse de Dieu à cette rébellion était quelque
chose à laquelle seul le Seigneur pouvait, selon moi, penser
(je vous donne certains de mes points de vue, de mes
intuitions ou de mes opinions, quel que soit le nom que vous
vouliez leur donner). Remarquez que la racine du problème
était l’orgueil. Je pense que Dieu a vu qu’il fallait traiter ce
problème définitivement afin que, une fois éliminé, il ne
revienne plus. Il a donc décidé de faire une nouvelle sorte de
créature qui a pour nom Adam (ou homme). Comme je
comprends l’Ecriture, cette créature a été faite comme
aucune autre. De toutes les créatures, il est dit que Dieu a
parlé, et elles ont été créées. Par la parole de sa bouche et
son esprit, il a créé les cieux et son armée, et tout était
16
dedans. Mais celle-là était différente et je vais lire juste un
verset, Genèse 2:7, qui est l’un de mes passages préférés. Je
pourrais prêcher longtemps sur ce sujet, mais je vais essayer
de ne pas le faire.
"L’Eternel Dieu forma l’homme…"
En hébreu, c’est un nom propre, Adam. Adam est
directement en relation avec le mot hébreu "terre", qui est
"adama". Il est aussi en rapport avec le terme hébreu
"rouge", qui est "adam", et avec "sang", qui est "dam". Ce
mot évoque donc immédiatement un contexte d’associations.
"L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de
la terre; il souffla dans ses narines un souffle de vie, et
l’homme devint un être vivant."
Je préfère la version qui dit "une âme vivante".
Comment pouvons-nous alors nous représenter ce qui s’est
produit? Je vais vous dire ce que je crois. Je pense que c’est
arrivé comme cela est raconté. La deuxième personne de la
trinité, celui qui a été la cible de la rébellion, est descendue
sur terre, s’est abaissée, a pris de la poussière, l’a mélangée
avec de l’eau, a formé de l’argile et a moulé la plus grande
pièce de poterie ou de sculpture que l’univers ait jamais vu.
C’était un corps parfait; beau, mais sans vie. Cet être éternel,
Dieu en personne s’est abaissé encore plus bas, a mis ses
lèvres divines contre celles d’argile et a soufflé dans ce
corps d’argile l’esprit de vie. L’esprit insufflé a changé cette
figure d’argile en une personnalité humaine vivante.
Comme vous l’avez probablement remarqué, je
m’intéresse à l’hébreu. Cette langue me captive parce qu’elle
contient les clés pour comprendre l’Ecriture. Deux mots sont
très intéressants. Celui pour "respiration" est "naphach"; ce
terme contient le son "P" et un son que les anglophones
17
n’ont pas et qui est produit dans la gorge par une respiration
continuelle. Les Ecossais peuvent le prononcer comme
"Loch", mais les Anglais ordinaires n’y parviennent pas. Les
langues sémitiques le possèdent et vous ne pouvez pas parler
correctement un tel langage tant que vous ne savez pas
prononcer ce son.
Pendant plusieurs années, j’ai enseigné la
phonétique en Afrique à des étudiants africains, et je leur
apprenais différentes sortes de lettres. La lettre "P" est
particulière; on l’appelle "explosive". Autrement dit, elle fait
une petite explosion. J’essayais de le démontrer à mes
étudiants; en tenant une feuille de papier devant ma bouche,
je disais un mot comme "pepper" ("poivre" en anglais,
n.d.t.). Chaque fois que je prononce le son "P", il y a une
explosion de mon souffle. "Pepper." Aucune lettre ne produit
cela à part le "P".
Ce souffle du Dieu tout-puissant a changé le corps
d’argile en un être vivant. L’homme est devenu une âme
vivante. Le mot pour "âme" est "nefesh"; dans tous les
termes hébreux, il y a trois consonnes, "ne", "fe" et "sh", qui
se retrouvent dans ce mot "nefesh". Le terme pour "esprit"
est "ruach". L’esprit est donc une sorte de souffle continuel,
irrésistible, incessant. L’esprit produit l’âme; l’âme est
"nefesh". L’âme est créée, elle est dépendante. L’esprit est
incréé et indépendant. Ainsi l’esprit insufflé "ruach" a
produit le "nefesh".
Si vous prenez ces trois sons et que vous vous
imaginez une personne en train de dormir, vous avez un son
qui ressemble au bruit d’une respiration. Qu’est-ce que cela
nous dit? Cela nous montre que l’âme est dépendante. Elle
doit inspirer avant d’expirer. L’esprit est continuel, éternel.
L’esprit expiré produit l’âme créée et dépendante.
C’est la première fois dans la Bible, dans ce passage,
que le mot "Jéhovah" ou "Yahweh" est utilisé. Tout au long
de Genèse 1, le mot est simplement "Elohim", terme pour
18
"Dieu". Mais "Jéhovah" ou "Yahweh", ou quelle que soit la
façon dont nous le prononçons, est un nom personnel pour
identifier Dieu comme une personne. De même, Adam est
un nom personnel, et non pas générique. A ce stade du récit
de la création, l’emphase est mise sur la personnalité. Un
Dieu personnel a créé un homme personnel pour une
communion personnelle entre eux.
Remarquez aussi certains autres points de cette
description. Dieu a dû s’abaisser pour créer l’homme. Il s’est
abaissé et pas élevé. Dieu s’est communiqué à l’homme et il
a soufflé son propre esprit dans le corps d’argile. L’homme
combine en lui-même le plus haut et le plus bas. Un élément
est de Dieu, l’autre est de la terre. Cela va peut-être nous
aider à comprendre certaines de nos luttes intérieures. Il y a
deux éléments en nous. L’un est d’en haut, l’autre d’en bas.
Je suis certain que je ne suis pas le seul dont les éléments
entrent parfois en conflit. Une partie de moi veut ce qui
appartient d’en haut, et l’autre veut ce qui vient d’en bas.
Vous voyez, l’un des traits du récit de la création dans la
Bible, c’est qu’elle explique ce que nous sommes et
pourquoi les choses se passent comme cela dans notre vie. Il
y a une réponse. Je ne crois pas qu’une autre version
alternative nous en fournit.
L’autre fait que je voudrais souligner, c’est que
l’homme est relié à deux mondes. A travers son esprit, il est
relié à Dieu, et à travers son corps, il est relié à la terre.
Laissez-moi récapituler ces éléments. Tout d’abord,
c’est un Dieu personnel qui a créé un homme personnel pour
une communion personnelle entre eux. Puis Dieu s’est
abaissé pour créer l’homme. Ensuite Dieu s’est communiqué
lui-même à l’homme. L’homme combine donc en lui-même
à la fois le plus élevé et le plus bas. Enfin, à travers son
esprit, l’homme est relié à Dieu. A travers son corps,
l’homme est relié au monde.
19
J’aimerais dire qu’il existe deux pensées clés en ce
qui concerne la relation qui a été établie entre Dieu et
l’homme à travers la création. La première, que j’ai déjà
mentionnée, c’est la communion. La deuxième, découlant de
ce que je viens de dire, est la dépendance. Le mot "nefesh"
implique la dépendance, quelque chose qui doit être reçu
avant de pouvoir donner. Je crois que cela est vrai.
Lorsqu’un bébé vient au monde, il se passe la même chose.
Autrement dit, quelqu’un doit faire fonctionner la
respiration. En un sens, cela nous ramène tout droit à la
vérité de la création.
Quel était le dessein de Dieu pour l’homme? Il est
affirmé très simplement dans Genèse 1:26. Avant que la
description de la création ne soit faite, le projet est donné:
"Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image,
selon notre ressemblance, et qu’il domine (il s’agit de
l’espèce humaine, et pas seulement d’un homme) sur les
poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur
toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre."
Il y a deux caractéristiques de l’homme dans le
dessein de Dieu. D’abord il devait visiblement représenter
Dieu comme aucune autre créature ne l’avait jamais fait; il
devait représenter la ressemblance avec le Créateur. Ensuite
il devait exercer l’autorité de la part de Dieu, l’autorité sur
toute la terre.
Tant que l’homme est resté dépendant, il a dominé.
C’est un paradoxe. Aujourd’hui, dans l’esprit de la plupart
des gens, le concept de domination représente
l’indépendance. Mais selon la provision éternelle de Dieu,
pour dominer, l’homme devait rester dépendant. Quand il a
cessé de l’être, il a arrêté de dominer.
Satan éprouve une haine particulière. Souvenezvous que Satan n’est pas son nom d’origine; dès le début il
20
se nommait Lucifer, "celui qui apporte la lumière". Quand il
a péché, il a perdu cette identité et il est devenu Satan. Le
mot "Satan" signifie "l’adversaire", "le résistant",
"l’opposant". Il est celui qui s’oppose sans cesse aux
desseins de Dieu et à son peuple. C’est pourquoi il est aussi
notre ennemi.
Il éprouve de la haine pour l’homme pour deux
raisons particulières. De toutes les créatures créées par Dieu,
l’homme est la cible numéro un de sa haine. D’abord,
l’homme a pris en lui l’image de Dieu. Satan ne pouvait pas
attaquer Dieu, mais il pouvait le faire de l’image de Dieu
dans l’homme. J’ai vu quelque chose de très parlant arriver il
y a quelques années. J’étais avec une jeune femme
chrétienne, mais peut-être pas aussi spirituelle qu’elle aurait
dû être. Elle avait été fiancée à un jeune homme qui l’avait
abandonnée, et portait sur elle les photos de ce jeune
homme. Quand elle a su qu’il l’avait laissée, elle a pris les
photos et les a déchirées. Elle déchargeait l’animosité qu’elle
avait contre l’homme sur son image. C’est l’une des raisons
pour lesquelles Satan nous hait, parce que nous portons
l’image de Dieu. Il ne peut pas attaquer Dieu, mais il a la
possibilité de prendre cette image de Dieu dans l’homme, la
salir, l’écraser et lever le poing vers Dieu. Quand vous voyez
quelqu’un défiguré et marqué par les résultats du péché, un
alcoolique ou quelqu’un ayant quelque part perdu sa dignité
humaine, souvenez-vous que c’est l’œuvre de Satan. Il met
en œuvre son inimitié contre Dieu sur cette créature.
Ensuite, la raison à la haine de Satan est, je le pense,
dans le fait que l’homme était destiné à prendre la place d’où
Satan était tombé. Il est donc en un sens son rival. Satan a,
comme nous le savons, provoqué la chute de l’homme par sa
ruse. Nous allons lire brièvement ce récit dans Genèse 3:1-5
(je ne vais pas m’étendre à ce sujet):
21
"Le serpent (nous découvrons que le serpent était
l’incarnation de Satan) était le plus rusé de tous les animaux
des champs que l’Eternel avait faits."
Souvenez-vous que le trait de caractère principal de
Satan, qui a toujours été souligné dans la Bible, c’est sa ruse.
Sa principale activité est de tromper.
"Il dit à la femme (notez qu’il est allé vers le canal le
plus faible, outrepassant ainsi la chaîne d’autorité divine):
Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les
arbres du jardin? La femme répondit au serpent: Nous
mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit
de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en
mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que
vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme: Vous ne
mourrez pas; mais Dieu sait que, le jour où vous en
mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme
des dieux, connaissant le bien et le mal. La femme vit que
l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était
précieux pour ouvrir l’intelligence. Elle prit de son fruit, et
en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès
d’elle, et il en mangea."
Nous n’avons pas besoin de lire la suite. Je voudrais
vous montrer trois manières dont Satan s’en prend à
l’homme, et surtout à la femme Eve. La première chose qu’il
a faite, c’est de remettre en question la parole de Dieu. Il a
dit: "Dieu a-t-il réellement dit?" Je pense que Eve a perdu la
bataille au moment où elle a tenu compte de cette question.
J’aimerais vous dire que cette tactique n’a pas changé. Dans
de nombreux domaines de l’église, vous serez confronté à
des gens qui vous diront: "Dieu a-t-il réellement dit?" Si
vous en tenez compte, vous êtes dans la même position
critique que celle d’Eve; vous ne pouvez pas vous permettre
22
de tenir compte de la remise en question de la parole de
Dieu.
Ensuite il a remis en question la bonté de Dieu. Il a
dit que Dieu savait que "lorsque vous en mangerez, vous
yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux connaissant
le bien et le mal". Qu’est-ce que cela implique?
L’implication, c’est que Dieu est injuste, despote, arbitraire,
et qu’il garde ses créatures en soumission en dessous de là
où elles devraient être. Le premier dessein de Satan était
donc de discréditer la parole de Dieu, et le deuxième était de
discréditer la bonté de Dieu. Et il est toujours le même.
Quelle était sa tentation? Quel appât avait-il donné?
C’est exactement la même motivation que celle qui a créé sa
chute. Il a dit que "vous serez comme Dieu", que "vous serez
l’égal de Dieu". Il s’était dit: "Qui sait, quand je serai
comme le Très-Haut." Il affirme maintenant: "Vous serez
comme Dieu." La motivation est donc semblable, et cela
fonctionne bien. L’homme est tombé par la tentation de
Satan. La même tromperie et la même motivation ont
provoqué la chute de Satan et ont causé celle de l’homme.
Laissez-moi vous donner sept conséquences de la
chute d’Adam, sans entrer dans les détails. Premièrement, la
communion directe entre Adam et Dieu a été rompue.
Deuxièmement, la source de la vie d’Adam a été coupée. Il
était comme une batterie qui ne serait plus rechargée. Il y
avait en lui une formidable ressource de vie divine, qui s’est
par la suite épuisée. Troisièmement, Adam est devenu sujet à
corruption, c’est-à-dire à la maladie, à la vieillesse, aux
rides, aux articulations raides ainsi qu’à bien d’autres choses
auxquelles nous ne voulons pas penser. Quatrièmement,
Adam est devenu sujet au harcèlement satanique. Je crois
qu’à partir de ce moment il a été l’objet d’une activité
démoniaque. Cinquièmement, Adam est devenu esclave au
lieu d’être roi. Il aurait pu être roi s’il était resté dépendant.
Il a choisi l’indépendance et il est devenu esclave. N’est-ce
23
pas vrai également de nombreuses personnes que nous
rencontrons aujourd’hui? Je pense en particulier aux
adolescents. Leur attitude consiste à ne vouloir obéir à
personne. "Personne ne va me dire ce que j’ai à faire. Je
serai indépendant." Et que devenez-vous? Vous devenez un
esclave. C’est véridique. Certains d’entre vous s’en sont
aperçu et se sont repentis. Je suis sûr que vous êtes content
de l’avoir fait. Sixièmement, le royaume d’Adam est devenu
sujet à ce qu’une traduction appelle "vanité", et d’autres
versions "futilité". C’est encore un autre exemple des effets
effrayants de la mauvaise utilisation de l’autorité. Quand
Lucifer s’est rebellé, un tiers des anges est tombé avec lui et
s’est laissé entraîner. C’est exactement le même principe
quand Adam a chuté; la terre entière a senti les
conséquences de sa désobéissance. Des épines et des
chardons sont apparus là où il n’y en avait jamais eu
auparavant. Tout ce qui est difficile, désagréable, qui
provoque des tensions et produit de la frustration est venu
sur cette terre à travers la désobéissance de son chef, Adam.
Septièmement, Adam s’est identifié à Satan dans sa
culpabilité de rébellion. Il est devenu un rebelle comme
Satan. C’est un fait essentiel, parce qu’il a fallu la sagesse de
Dieu pour trouver la solution.
Nous savons, par le livre de Job, qu’après cela Satan
avait encore accès à la présence de Dieu. Nous pourrions
peut-être lire quelques versets de Job 1. Vous savez, si
j’avais écrit une Bible, je n’aurais jamais écrit cela. Il y a
beaucoup de choses dans la parole de Dieu qui ne me
seraient jamais venues à l’esprit. Je n’aurais jamais imaginé
que Satan puisse encore avoir accès à la présence de Dieu.
Mais la Bible indique très clairement qu’il l’avait. Lisons
Job 1:6:
"Or, les anges vinrent un jour se présenter devant
l’Eternel (la traduction Segond dit "les fils de Dieu", mais il
24
n’y a aucun doute à avoir, il s’agit bien des anges) et Satan
vint aussi au milieu d’eux."
N’est-ce pas incroyable? De plus, pour moi, le texte
implique que la seule personne capable d’identifier Satan
était le Seigneur, parce que Paul dit qu’il s’est transformé en
ange de lumière. Les anges ne savaient apparemment pas
qu’il était au milieu d’eux.
Poursuivons avec Job 1:7:
"L’Eternel dit à Satan: D’où viens-tu? Et Satan
répondit à l’Eternel: De parcourir la terre et de m’y
promener."
Souvenez-vous, c’est comme cela que tout a
commencé, en se promenant, et ainsi est venue la suite. Nous
n’avons pas besoin d’aller plus loin. Vous vous demandez
comment Dieu peut encore tolérer Satan. Je suis sûr qu’il y a
beaucoup de raisons que je ne connais pas. Quand j’étais en
Afrique pour enseigner des jeunes Africains, c’est la
première question qu’ils me posaient. J’ai bien sûr essayé de
leur répondre, mais c’était un vrai casse-tête pour eux.
"Pourquoi Dieu a-t-il créé le diable?" Je réponds qu’il n’a
pas créé le diable, mais qu’il a créé Lucifer, et Lucifer s’est
transformé lui-même en Satan. "Bon, mais pourquoi Dieu
traite-t-il avec le diable?" Je vais vous proposer une raison.
C’est la miséricorde de Dieu envers l’espèce humaine. Vous
voyez, Satan, dans sa ruse, voulait entraîner l’homme,
l’espèce humaine dans sa faute avec lui. Je peux donc
m’imaginer Satan dire quelque chose comme ceci (c’est
simplement ma version de ce qui aurait pu se passer):
"D’accord, Dieu, je suis un rebelle. Je le sais, tu le sais. Il
n’y a pas à en discuter. Et ce lac de feu, là, c’est l’endroit où
je dois finir. Je le sais et tu le sais. Tu peux m’envoyer là
quand tu veux. Mais écoute, Dieu, tu es un Dieu juste. Tu ne
25
peux pas compromettre ta justice. Tu vois ces êtres
humains? Ils sont rebelles comme moi. Le jour où tu
m’envoies là, tu devras aussi les y envoyer." C’est le
problème que Satan a soumis à Dieu. Il ne savait pas que
Dieu avait une réponse. Et il en avait une avant que Satan ne
pose le problème.
Pour racheter l’espèce déchue, Dieu s’est abaissé
encore plus bas. Je veux que vous compreniez le principe
que je développe ici; plus vous descendez bas, plus vous
remontez haut. Chaque fois que vous vous élevez, vous
finissez plus bas. Dieu s’est identifié dans la personne de
Jésus-Christ à l’espèce déchue et a expié ses fautes. Une fois
que ces fautes ont été expiées, il n’a plus besoin de
compromettre sa justice pour consigner Satan à la place qui
lui revient et pour offrir à l’homme une issue. L’Ecriture dit,
dans l’épître aux Romains, qu’il sera juste et qu’il justifiera
celui qui croit en Jésus. C’était le problème. Comment
pouvait-il pardonner sans compromettre sa justice?
Comment pouvait-il épargner l’homme et envoyer quand
même Satan vers sa fin bien méritée? La réponse est à
travers Jésus. Lisons rapidement quelques passages comme
Hébreux 2:14-15; il y est parlé de Jésus et de son
incarnation:
"Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang
et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que,
par la mort, il anéantit celui qui a la puissance de la mort,
c’est-à-dire le diable, et qu’il délivre tous ceux qui, par
crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la
servitude."
Ce que je veux souligner, c’est que non seulement
Jésus a créé Adam, mais que dans la rédemption il s’est
identifié dans sa personne à l’espèce déchue. En faisant cela,
il est devenu expiation pour nos péchés.
26
Lisons encore 1 Pierre 2:24, qui est un beau verset:
"Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps
sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la
justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été
guéris."
Puis 1 Pierre 3:18:
"Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui
juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu."
C’est là en essence la signification de la croix. Le
fils sans péché de Dieu s’est identifié à l’espèce déchue
pécheresse. En tant que représentant, il a pris nos fautes sur
lui, a payé le prix, a été ressuscité d’entre les morts et a
permis à Dieu, sans compromettre sa justice, de nous
pardonner et de juger Satan.
Ce plan de rédemption va de façon étonnante encore
plus loin. Non seulement Jésus s’est identifié à nous, mais
par notre foi nous nous identifions à lui. Les plus bas sont
élevés vers le plus haut. Souvenez-vous que c’est le principe
que j’illustre depuis le début. Si vous voulez monter,
commencez par descendre. Ce qui est étonnant, ce n’est pas
simplement le fait que Dieu a pris une créature faite de
poussière, mais qu’il a également pris cette créature
dépravée, corrompue et déchue et qu’il lui a offert la plus
haute place dans l’univers. Lisons Ephésiens 2:4-6:
"Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du
grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par
nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ – c’est par
grâce que vous êtes sauvés –, il nous a ressuscités ensemble
et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en
Jésus-Christ..."
27
Vous voyez, ici, c’est notre identification avec
Jésus. Tout ce que Jésus a connu, nous sommes invités à l’y
rejoindre. Tout d’abord, nous devons nous identifier à lui
dans sa mort. Nous nous considérons comme morts, nous
sommes ensevelis avec lui. Comment? Par le baptême. Nous
sommes identifiés à lui dans trois autres aspects. Nous
sommes rendus vivants avec lui, nous sommes ressuscités
avec lui – ne vous arrêtez jamais là! – et nous régnons avec
lui. Dieu a littéralement et spécifiquement pris ce qui est le
plus bas, et en Christ l’a élevé au plus haut niveau, pour
nous asseoir avec lui sur le trône de l’univers.
Allons une étape plus loin. Non seulement Dieu a
fait cela (et continue à le faire, parce que ce n’est pas encore
terminé), mais il va faire de ces créatures déchues et
rachetées la démonstration de ce principe à l’univers pour
toute l’éternité. Vous voyez, mon but en disant cela est de
vous montrer que cette loi est si importante, que Dieu a tracé
un chemin pour que tout l’univers s’en souvienne pour
toujours. Autrement dit, Dieu nous dit de nous souvenir que
nous ne devons jamais nous élever nous-mêmes. Vous savez
ce qui arrive. Si vous vous humiliez, il vous élèvera. Je vous
dis franchement que, frères et sœurs, si nous avions cela à
l’esprit, nous nous éviterions beaucoup de problèmes. Je
crois que la racine derrière tout cela est avant tout l’orgueil.
Dieu fait beaucoup dans notre vie pour nous en délivrer.
Parfois nous ne reconnaissons pas la main du Tout-Puissant,
parce que Dieu nous met dans une situation où la seule issue
pour nous est de nous humilier. D’autres fois nous mettons
beaucoup de temps à le comprendre.
Regardons comment Dieu va utiliser ces créatures
déchues, mais rachetées, pour démontrer cette loi à l’univers
pour toujours. Nous allons lire trois passages situés dans
l’épître aux Ephésiens. Par certains côtés, cette épître aux
Ephésiens est un texte unique. Je pense, en un sens, qu’il
révèle les desseins éternels de Dieu passés et à venir avec
28
une clarté et une intégrité que nous ne trouvons dans aucun
autre passage de la Bible. Ce qui est intéressant, à propos de
cette épître, c’est qu’elle n’a été écrite que par Paul, alors
que la plupart des écrits de Paul ont été rédigés en
collaboration avec d’autres personnes. Mais l’épître aux
Ephésiens n’a été écrite que par Paul. En un sens, elle
contient la révélation unique que Dieu avait donnée à Paul.
Remarquez le premier verset:
"Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de
Dieu…"
Autrement dit, il avait seul la responsabilité de cette
lettre. Il poursuit au verset 2 par:
"Que la grâce et la paix vous soient données de la
part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ (l’épître
aux Ephésiens insiste aussi sur la paternité de Dieu par
rapport à Jésus)! Béni soit Dieu le Père de notre Seigneur
Jésus-Christ qui nous a bénis de toutes sortes de
bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!"
Souvenez-vous que cette épître a été écrite en
prison. C’est un autre exemple de la même vérité. Quand
vous descendez au plus bas, Dieu vous révèle le plus haut.
"En lui, Dieu nous a élus avant la fondation du
monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles
devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses
enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de
sa volonté..."
Soulignons ici l’idée que Dieu fait tout comme il
veut.
29
"... à la louange de la gloire de sa grâce (il souligne
encore une fois que tout est à la louange de la grâce de Dieu)
qu’il nous a accordée en son bien-aimé. En lui nous avons la
rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la
richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur
nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence..."
La grâce de Dieu est gratuite, elle est pleine de
bonté, et elle va toujours de pair avec la sagesse et
l’intelligence.
"... nous faisant connaître le mystère de sa volonté,
selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même
pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient
accomplis (quel est son bon plaisir?) de réunir toutes choses
en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur
la terre."
C’est là que nous entrons. Pensez à ce glorieux plan
qui se déroule d’éternité en éternité. Puis il dit:
"En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant
été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes
choses d’après le conseil de sa volonté..."
C’est une bonne vérité si vous pouvez la saisir. Dieu
fait les choses comme il l’entend. Vous savez, j’ai découvert
dans ma vie que j’étais très enthousiaste et concerné par
certaines choses qui n’ont jamais abouti. Mais celles que
Dieu considère importantes aboutissent. Nous devons
vraiment nous faire moins de souci, parce qu’il va les faire
réussir d’une façon ou d’une autre. Relisons cela:
30
"En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant
été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes
choses d’après le conseil de sa volonté..."
Pourquoi avons-nous été choisis? Le verset 12 nous
l’indique:
"... afin que nous servions à la louange de sa gloire,
nous qui d’avance avons espéré en Christ."
Nous sommes donc la première démonstration de ce
principe; si vous vous élevez vous-même, vous serez
humilié. Mais si vous vous humiliez, vous serez élevé.
Lisons maintenant Ephésiens 2:6-7:
"Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir
ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de
montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce
par sa bonté envers nous en Jésus-Christ."
Nous sommes la pièce maîtresse de la démonstration
de la grâce de Dieu.
Ephésiens 3:10 nous dit:
"... afin que les dominations et les autorités dans les
lieux célestes connaissent aujourd’hui par l’Eglise la sagesse
infiniment variée de Dieu."
N’est-ce pas incroyable? Nous sommes appelés à
être la démonstration suprême de la sagesse de Dieu pour
l’univers tout entier et pour l’éternité. Dieu nous a pris au
plus bas de l’échelle et il a fait de nous son chef-d’œuvre.
Loué soit Dieu. Amen!
31
SECONDE PARTIE
S’abaisser, pour s’élever
Je pense qu’il serait bon de commencer en
récapitulant brièvement le message. Le thème que j’ai
choisi, et que le Seigneur m’a donné, est une loi spirituelle
qui, je le crois, fonctionne dans l’univers tout entier. Je vous
ai fait remarquer qu’il y a des lois physiques que nous
reconnaissons tous, qui agissent dans toutes les
circonstances auxquelles elles s’appliquent, comme la loi de
la gravité. Aucune personne sensée ne s’attend que la loi de
la gravité cesse à sa convenance. Si vous passez par la
fenêtre du quatrième étage, ce n’est pas la peine de vous
attendre à ne pas tomber, parce que, c’est sûr, vous allez bel
et bien tomber.
Il y a une loi à l’œuvre dans cette situation. Je vous
ai fait remarquer qu’il y a aussi des lois morales et
spirituelles dans l’univers qui sont tout aussi universelles
dans leur application, en fait même davantage. Elles sont
tout aussi impossibles à transgresser. Si vous allez à
l’encontre de ces lois, vous ne les brisez pas, mais ce sont
elles qui vous brisent tout comme pour la loi de la gravité.
La loi particulière que j’ai choisie, et que je vais
continuer à traiter, est affirmée trois fois dans le Nouveau
Testament et, chaque fois, de la bouche de Jésus en
personne. C’est très simple. Celui qui s’élève sera humilié et
celui qui s’humilie sera élevé. C’est une loi universelle qui
s’applique à n’importe quelle situation dans n’importe quelle
vie à n’importe quel moment. Si vous vous élevez vousmême, vous serez humilié. Une autre traduction dit
"abaissé". Mais si vous vous humiliez, vous serez élevé.
32
Disons-le simplement: il faut s’abaisser pour être élevé. Si
vous essayez de vous élever, vous finirez par tomber.
Le grand exemple que nous avons pris était celui de
l’archange créé dont le nom originel était Lucifer, et qui était
peut-être le plus sage et le plus beau de tous les anges créés.
Selon moi, il avait la charge du tiers des anges de Dieu.
L’Ecriture, dans Ezéchiel 28 et ailleurs révèle que, à cause
de sa beauté et de sa sagesse, son cœur s’est enorgueilli et
l’orgueil conduit à la rébellion. Il ne s’est pas seulement
rebellé individuellement, mais il a fomenté la rébellion
contre Dieu parmi les anges qu’il avait à charge, et il a dirigé
un tiers des anges créés vers la rébellion. C’est à cause de
cela qu’il a été banni de la présence de Dieu.
J’aimerais m’attarder sur un aspect positif de cette
vérité. Le nom de Lucifer s’est changé en celui de Satan. Au
lieu d’être "le fils de l’aube", celui qui "apporte la lumière",
celui qui "annonce l’aurore", il est devenu Satan, "le
résistant", "l’adversaire", celui qui "s’oppose aux desseins et
au peuple de Dieu". Il est un exemple de l’aspect négatif de
cette vérité. Celui qui s’élève lui-même sera abaissé.
J’aimerais maintenant vous démontrer l’aspect
positif, celui qui s’humilie lui-même sera élevé. Il existe un
parfait contraste à cet égard entre Lucifer, qui est devenu
Satan, et Jésus, qui était et qui est par nature le Fils de Dieu,
Dieu lui-même. Satan s’est élevé, a glissé et est tombé. Jésus
s’est abaissé et il a été élevé. Si vous pouvez vous concentrer
sur ces deux êtres, vous verrez la plus parfaite illustration de
cette vérité, qui s’applique par ailleurs dans tous les
domaines de toutes les vies en tout temps et dans toutes les
situations. Laissez-moi vous le dire encore une fois: pour
monter il faut descendre.
Pour regarder l’aspect positif comme l’illustre Jésus,
je veux lire Philippiens 2, qui est un passage fort connu et
très beau, et que je n’arrive jamais à lire sans être
33
personnellement mis au défi par cette vérité. Philippiens 2:5
dit ceci:
"Ayez en vous les sentiments qui étaient en JésusChrist..."
Dans les versets 6 à 11, Paul explique ce qu’il veut
dire par les sentiments de Jésus-Christ:
"... lequel, existant en forme de Dieu, n’a pas
regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu..."
C’est ici que réside l’opposition radicale avec Satan
qui considérait être égal à Dieu comme une proie à arracher;
il l’a atteint, l’a saisi, a glissé et est tombé –
irrémédiablement.
"... mais s’est dépouillé lui-même..."
Une autre traduction dit: "... s’est vidé lui-même", ce
qui est plus littéral. L’un des grands cantiques de Charles
Wesley affirme qu’il s’est vidé de tout, sauf de l’amour.
"... en prenant une forme de serviteur, en devenant
semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple
homme, il s’est humilié lui-même en se rendant obéissant
jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est
pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné
le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de
Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous
la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est
Seigneur à la gloire de Dieu le Père."
Souvenez-vous que cette lettre de Paul a été écrite
en prison. Je ne crois pas qu’il avait beaucoup de confort ni
34
de commodités; l’une des choses qui m’émerveille, dans
l’inspiration de l’Ecriture, c’est le parfait équilibre de ce
texte que, j’en suis persuadé, Paul n’a pas prémédité. Il
n’était peut-être même pas conscient de ce qu’il écrivait.
Dans ce passage, nous voyons les sept étapes descendantes
et les sept ascendantes. Je voudrais faire une pause un
moment et vous les montrer. Regardez d’abord les sept
étapes descendantes (et sept, comme vous le savez, est
souvent dans l’Ecriture le chiffre de l’achèvement, de la
perfection, et aussi celui associé au Saint-Esprit).
Dans le verset 7, nous avons la première étape
descendante: il s’est dépouillé lui-même. Il a laissé de côté
tous les attributs de la divinité. La deuxième étape: il a pris
la forme d’un serviteur. Celui qui était le Seigneur est
devenu serviteur. Cependant, il y a différentes sortes de
serviteurs dans l’univers. Il aurait pu devenir l’égal des
anges et être serviteur. L’Ecriture dit, dans l’épître aux
Hébreux, qu’il a été fait de peu inférieur aux anges. La
troisième étape: il a été fait humain, il est devenu un homme
et non un ange. La quatrième étape: il a pris l’apparence
d’un homme. Il aurait pu prendre ce que j’appellerai la
perfection adamique. Il aurait pu apparaître comme Adam
est apparu dans sa majesté, sa beauté et sa gloire avant la
chute. Mais il n’est pas apparu ainsi. Quand il marchait dans
les rues de Nazareth, rien de spécial extérieurement ne le
distinguait des autres personnes de la ville. Quand Pierre l’a
enfin identifié comme le Messie et le Fils de Dieu, Jésus dit
que ce n’est ni la chair ni le sang qui lui ont révélé ces
choses. Il n’y avait rien dans son apparence extérieure pour
le rendre différent des autres hommes de son temps. La
cinquième étape: il s’est humilié lui-même. Non seulement il
était un homme de son temps, mais il était également un
homme humble de son temps. Il n’était pas prince, il n’était
pas riche, il n’était pas un leader politique, ni un chef
35
militaire. Il n’avait aucun de ces aspects, ni aucune de ces
fonctions qui impressionnent généralement les gens.
J’ai entendu parler, il y a des années de cela, d’un
frère en Angleterre à qui le Seigneur avait mis à cœur de
prier ainsi: "Seigneur, montre-moi tes mains." Et il a
continué à prier dans ce sens. Il ne savait pas pourquoi, mais
il priait: "Seigneur, montre-moi tes mains." Un jour, le
Seigneur a répondu à sa prière et lui a montré ses mains. Et
il a été surpris, parce qu’il s’imaginait voir les traces des
clous. Mais le Seigneur lui a montré ses mains, et c’étaient
celles d’un travailleur! C’étaient des mains calleuses à force
d’utiliser le marteau et la scie, et d’autres outils. C’était
simplement un travailleur, un homme humble.
La sixième étape: il est devenu obéissant jusqu’à la
mort. Non seulement il a vécu comme un homme, mais il est
également mort comme un homme. La septième étape: la
mort sur la croix. C’est finalement la dernière des
humiliations, la honte, le rejet et l’angoisse.
Ce sont donc les sept étapes qui mènent directement
au plus bas, à la place du criminel, du rejeté. Rejeté par les
hommes et même par Dieu le Père pour nous.
Dans le verset 9, regardez la première expression.
Quel est-elle? "C’est pourquoi." Vous voyez, c’est le résultat
d’une loi divine. Ce n’est pas un accident. Jésus n’a pas été
élevé parce qu’il était le Fils de Dieu, mais il l’a été parce
qu’il l’a mérité. Vous comprenez? Même Jésus était soumis
à cette loi. Il n’y a personne dans l’univers qui ne soit
soumis à cette loi. Celui qui s’humilie lui-même sera élevé.
Voyons maintenant l’élévation qui comprend aussi
sept aspects. La première étape: Dieu a élevé Jésus à la plus
haute place. La deuxième étape: il lui a donné le nom qui est
au-dessus de tout nom. Il n’y a qu’un seul nom qui est audessus de tout nom, et c’est celui de Jésus. La troisième
étape: au nom de Jésus, tout genou fléchira. Les quatrième,
cinquième et sixième étapes sont les différents endroits de
36
l’univers où les genoux vont fléchir. La quatrième étape:
dans le ciel. La cinquième étape: sur la terre. La sixième
étape: sous la terre. Les trois grands domaines de l’univers
vont tous reconnaître l’élévation de Jésus en fléchissant le
genou. La septième étape: toute langue confessera que JésusChrist est Seigneur à la gloire de Dieu le Père.
Ce sont sept étapes descendantes et sept
ascendantes. Jésus ne pouvait donc pas monter tant qu’il
n’était pas descendu. Je vous invite à méditer sur ce "c’est
pourquoi". Dieu lui a donné la plus haute place dans
l’univers. Pendant plusieurs années, j’ai cru que tout était
réalisé d’avance. Jésus faisait juste certaines choses et Dieu
n’avait plus qu’à l’élever automatiquement. Et j’ai réalisé
qu’il n’en était pas ainsi. Jésus devait remplir les conditions
pour être élevé. Et s’il devait les remplir, croyez-moi que
nous aussi nous devons les remplir.
Ce que je veux exprimer, c’est que ce principe, cette
attitude, doit être mis en œuvre dans nos vies. Paul introduit
ce passage en disant que notre attitude doit être la même que
celle de Jésus-Christ, puis il la décrit. Quelle est-elle? Elle
est celle de vouloir s’abaisser, s’abaisser et s’abaisser
encore.
Si vous avez une traduction comme la mienne, le
verset 12, qui est l’application à nos vies, commence par le
terme "donc". Cela va aussi fonctionner pour vous et moi.
C’est ce qu’il dit. Cela a fonctionné pour Jésus, cela doit
l’être aussi pour nous. L’attitude qui était en Jésus doit être
la même en nous.
"Ainsi donc, mes bien-aimés, de même que vous
avez toujours obéi..." (traduction Darby)
L’humilité amène à l’obéissance, et l’orgueil mène à
la désobéissance. L’orgueil était la source de la rébellion de
Satan.
37
"... travaillez à votre salut avec crainte et
tremblement non seulement comme en ma présence, mais
bien plus encore maintenant que je suis absent; car c’est
Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon
plaisir."
La mise en œuvre de notre salut avec crainte et
tremblement est celle de ce principe. Nous devons nous
humilier pour être élevés. Puis Paul montre quel genre de
conduite et de nature cela va produire. Nous le lisons avec le
verset 14:
"Faites
discussions..."
toutes
choses
sans
murmures
ni
L’homme spirituel loue, l’homme naturel se plaint.
Vous ne pouvez jamais être bien avec Dieu quand vous vous
plaignez. Souvenez-vous de cela.
"... pour être irréprochables et purs..."
Nous ne sommes pas irréprochables et purs, mais
nous pouvons le devenir.
"... des enfants de Dieu irrépréhensibles, au milieu
d’une génération perverse et corrompue..."
Je suppose que la plupart d’entre nous n’ont pas de
problème pour voir que nous vivons dans une génération
perverse et corrompue. Notre responsabilité, c’est d’être des
enfants de Dieu sans faute dans une telle génération.
"... dans laquelle vous brillez comme des flambeaux
dans ce monde, portant la parole de vie."
38
J’ai été très impressionné par cette vérité quand j’ai
commencé à faire mon émission de radio; si nous voulons
briller, l’une des choses que nous devons faire est d’apporter
la parole de vie. Nous ne pouvons pas vivre pour nousmêmes, pour notre plaisir, repliés sur nous-mêmes en
oubliant les besoins du monde et briller. Briller implique le
fait d’apporter la parole de vie à ceux qui ne la reçoivent pas.
"Ce sera mon sujet de gloire au jour de Christ de
n’avoir pas couru ni peiné en vain."
C’est une pensée très solennelle qui revient souvent
chez ceux qui sont sincèrement engagés dans le ministère.
Ce que je fais a-t-il de la valeur? Souvent, toute personne
dans le ministère reconnaît qu’elle est tentée de croire que
cela n’en a pas. Il est possible que ce soit sans valeur; c’est
un fait réel. Cela dépend de ce que nous produisons. Paul dit
que si je ne produis pas cela en vous, alors tout le travail que
j’ai accompli est vain. C’est une pensée solennelle. Je crois
qu’il est possible pour un homme de passer toute sa vie dans
le ministère pour les autres; mais s’il ne produit pas la bonne
attitude chez les gens, sa vie a été vaine.
Quand j’étais jeune prédicateur, je faisais très
attention à ce que je prêchais. Maintenant, je fais davantage
attention à ce que je produis, car on reconnaît l’arbre à ses
fruits. Cela ne sert à rien de produire de bons sermons et
d’avoir de bons programmes si nous ne produisons pas les
bonnes personnes.
Ce que je veux dire, c’est que l’humilité n’est pas
une émotion, ce n’est pas un sentiment passé; c’est une
décision de la volonté. Il faut la mettre en œuvre. Beaucoup
de gens ont une fausse idée de l’humilité. C’est le genre de
personne qui va à l’église le dimanche matin et qui se
demande: "Suis-je humble?" Ne vous inquiétez pas de vous
sentir humble. Décidez simplement de l’être. Prenez la
39
décision. Vous entendez des gens qui prient parfois:
"Seigneur, rends-moi humble." Je me demande si Dieu peut
le faire. Je pense qu’il n’y a qu’une personne qui peut vous
rendre humble, c’est vous. Si vous ne vous décidez pas à le
faire, cela n’arrivera pas.
Lisons deux passages situés dans les épîtres de
Jacques et de Pierre qui sont parallèles. D’abord Jacques
4:10:
"Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous
élèvera."
Voici encore le même principe. Remarquez qu’il dit
de s’humilier soi-même; c’est vous qui le faites.
Puis 1 Pierre 5:5-6:
"De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux
anciens."
C’est seulement le début de ce verset. Il y a une
certaine obligation pour le jeune de montrer du respect et de
la soumission envers l’ancien; mais ce n’est pas toute
l’application, car ce principe s’applique ensuite à tous, jeune
ou vieux.
"Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous
d’humilité, car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait
grâce aux humbles."
C’est encore le même principe. Dieu résiste aux
orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Vous voulez la
grâce? Humiliez-vous! Si vous venez à Dieu avec orgueil, la
Bible dit qu’il voit l’orgueilleux de loin, et que c’est là qu’il
le laisse. L’orgueil n’a jamais accès à la présence de Dieu.
Pierre continue avec le verset 6:
40
"Humiliez-vous donc (remarquez le "donc") sous la
puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps
convenable."
Souvenez-vous que c’est Dieu qui détermine le
moment où vous serez élevé. Jésus n’est pas sorti du
tombeau tout seul, il a attendu que le Père le fasse. L’un des
plus grands tests dans nos vies est de nous humilier et
d’attendre que Dieu nous réponde. En général, il ne répond
pas quand nous pensons qu’il doit le faire. La version que
j’ai lue disait: "Revêtez-vous d’humilité." La traduction
Philips (en anglais, n.d.t.) dit: "Portez le bleu de travail de
l’humilité", ce qui est une excellente interprétation, parce
que le mot grec qui est traduit par "se revêtir" signifie
précisément "mettre un certain type de tablier", qui était
uniquement porté par les esclaves. Toute personne qui le
portait indiquait ainsi immédiatement à tous qu’elle était
esclave. Pierre dit de porter le tablier de l’esclavage.
Montrez que vous êtes un serviteur, portez ce vêtement qui
vous distingue en tant que serviteur. Et il dit de s’humilier.
Autrement dit, devenez serviteur, cherchez à servir.
Il y a un passage dans la Bible où Dieu parle
d’humilier les gens; il se trouve dans Deutéronome 8. Je
crois que, si vous le regardez avec moi, vous verrez que ce
que Dieu a fait, c’est de créer les circonstances par lesquelles
Israël aurait l’opportunité de s’humilier. Je pense aussi que
le récit de l’Ecriture indique que la plupart d’entre eux ne
l’ont jamais fait. Lisons Deutéronome 8:2-3:
"Souviens-toi de tout le chemin que l’Eternel ton
Dieu t’a fait faire pendant ces quarante années dans le désert,
afin de t’humilier et de t’éprouver, pour savoir quelles
étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non
ses commandements (remarquez que l’humilité conduit
toujours à l’obéissance). Il t’a humilié, il t’a fait souffrir de
41
la faim, et il t’a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas
et que n’avaient pas connue tes pères, afin de t’apprendre
que l’homme ne vit pas de pains seulement, mais que
l’homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l’Eternel."
Dieu les a conduits dans le désert dans des
conditions très particulières, où toutes les choses auxquelles
ils étaient habitués n’avaient plus cours. Pourquoi les a-t-il
placés dans ces circonstances? Il l’a fait pour les humilier,
pour leur donner l’opportunité de s’humilier devant Dieu et
de se soumettre à sa volonté. Comme je l’ai déjà dit, mon
impression est que la plupart d’entre eux ne se sont jamais
humiliés, bien que les conditions aient été là. J’en conclus
que Dieu peut nous humilier en ce sens qu’il va créer une
situation dans laquelle nous avons besoin de le faire nousmêmes, mais que la décision finale nous revient. Humiliezvous. Laissez-moi vous dire que si vous demandez à Dieu de
vous rendre humble, il arrangera une occasion où vous aurez
à vous humilier. Ne vous plaignez pas ensuite, parce que
c’est la réponse à votre prière! "Seigneur, rends-moi
humble." Cela sonne bien, le dimanche matin à l’église, mais
le lundi matin, quand votre chef vous passe un savon pour
quelque chose qui n’est pas de votre faute, c’est la réponse à
la prière. Qu’allez-vous faire alors? C’est dans 1 Pierre 2:1921 que nous lisons la réponse:
"Car c’est une grâce que de supporter des afflictions
par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre
injustement."
C’est une belle traduction. Pourquoi devez-vous
faire cela? Ce n’était pas juste. Vous l’endurerez si vous êtes
conscient de la présence de Dieu.
42
"En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de
mauvais traitements pour avoir commis des fautes? Mais si
vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est
bien, c’est une grâce devant Dieu. Et c’est à cela que vous
avez été appelés..."
J’ai entendu Don Basham dire que beaucoup de
chrétiens ne réalisent jamais que cela fait partie de leur
appel. Vous avez été appelé à cela. A quoi avez-vous été
appelé? Vous avez été appelé à souffrir injustement.
Pourquoi? Pour cultiver l’humilité. Dieu arrangera les
circonstances; il vaut mieux être à l’écoute quand Dieu agit,
pour voir ce qu’il fait.
"... parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous
laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces."
L’humilité doit donc venir d’une décision de notre
volonté et doit être mise en œuvre non par des mots ou des
émotions. Jésus a dit que, et c’est l’un des passages dans
lesquels il cite ce principe, lorsque vous êtes invité à un
mariage, de ne pas vous asseoir pas à la place d’honneur,
mais de vous asseoir à l’écart. Alors il n’y aura qu’un
endroit où vous pourrez aller, vers le haut. J’aime les paroles
de John Bunyan que j’ai souvent citées: "Celui qui est en bas
n’a pas peur de tomber. Celui qui est en bas n’a pas
d’orgueil. Celui qui est humble aura toujours Dieu pour
guide." Vous ne pouvez pas descendre plus bas que terre. Si
vous y êtes déjà, il n’y a qu’une direction dans laquelle vous
pouvez aller, et c’est vers le haut. Quand il est dit de
s’humilier devant le Seigneur, c’est une question de relation
personnelle devant lui. L’une des meilleures choses que j’ai
jamais faites, c’est de m’étendre sur le sol devant le
Seigneur, d’être sur ma face et de lui dire: "Seigneur, je veux
que tu saches que je sais que c’est là ma place", et attendre là
43
jusqu’à ce que vous sentiez une libération dans votre esprit
venant du Seigneur.
J’aimerais maintenant vous parler de deux façons
pratiques pour que ce principe puisse s’appliquer dans nos
vies. Le premier, c’est quand nous venons à Dieu. Le
second, c’est lorsque nous progressons dans la vie
spirituelle. Je voudrais commencer en parlant de la façon
dont nous venons à Dieu. Lisons Matthieu 18:1-4:
"En ce moment, les disciples s’approchèrent de
Jésus, et dirent: Qui donc est le plus grand dans le royaume
des cieux?"
A votre avis, quelle était leur motivation? C’était:
"Suis-je qualifié?"
"Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au
milieu d’eux, et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous
convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants,
vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux."
Que voulait-il dire? Le verset suivant est une
explication (et il y a de nouveau un "donc"):
"Quiconque donc s’abaissera comme ce petit enfant,
celui-là est le plus grand dans le royaume des cieux."
Qu’y a-t-il dans un enfant qui soit humble? Les
enfants n’ont pas toujours une attitude très tendre; ils
peuvent être rouspéteurs, querelleurs, mais ils sont
enseignables. Ils n’ont pas d’idées préconçues ni de
préjugés; ils sont ouverts; ils ne sont pas conditionnés. J’ai la
conviction que c’est ce que Jésus a voulu montrer quand il a
dit que, si vous venez à Dieu et si vous voulez entrer dans le
44
royaume des cieux, vous devez être comme un petit enfant,
et qu’il n’y a pas d’autre moyen.
Lisons 1 Corinthiens 1:26-29; Paul y décrit le genre
de personne qui appartient à l’église de Corinthe. Laissezmoi souligner que cette église était charismatique.
"Considérez, frères, que parmi vous qui avez été
appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni
beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles."
Y a-t-il quelque chose de mal à être sage, puissant
ou noble? Non. Quel est le problème? Le problème est que
ces choses produisent normalement l’orgueil. Ce n’est pas la
sagesse, mais c’est l’orgueil qui vient de la sagesse. Ce n’est
pas le fait d’être noble, mais c’est l’orgueil qui en découle.
C’est pour cela que la proportion de telles personnes parmi
le peuple de Dieu est si infime. Non pas que Dieu ait
quelque chose contre la sagesse, la puissance ou le fait d’être
noble, mais parce que ces choses tendent à engendrer chez
les gens qui les possèdent la barrière de l’orgueil. Puis Paul
poursuit:
"Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour
confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du
monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses
viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont
point, pour réduire à néant celles qui sont (pourquoi? C’est
très simplement expliqué au verset suivant), afin que nulle
chair ne se glorifie devant Dieu."
Tout orgueil doit être exclu. Dieu fait son choix sur
ce fondement. Vous voyez, le principe est universel. Il y a
beaucoup de choses dans l’Evangile de Luc à propos de ce
principe, peut-être plus que dans n’importe quel autre
Evangile. Lisons Luc 18:18-25:
45
"Un chef interrogea Jésus, et dit: Bon maître, que
dois-je faire pour hériter la vie éternelle? Jésus lui répondit:
Pourquoi m’appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul.
Tu connais les commandements: Ne commets pas
d’adultère, ne commets pas de meurtre, ne commets pas de
vol, ne dis pas de faux témoignage, honore ton père et ta
mère. J’ai, dit-il, observé toutes ces choses dès ma jeunesse
(et je crois qu’il disait la vérité). Jésus ayant entendu cela lui
dit: Il te manque encore une chose: Vends tout ce que tu as,
distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux.
Puis viens et suis-moi. Lorsqu’il entendit ces paroles, il
devint tout triste, car il était très riche."
J’ai toujours été impressionné de voir que ce n’est
en général pas ainsi que les gens riches réagissent, mais en
présence de Jésus ses valeurs avaient soudainement changé.
"Jésus, voyant qu’il était devenu tout triste, dit:
Qu’il est difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans
le royaume de Dieu. Car il est plus facile à un chameau de
passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans
le royaume de Dieu."
Il y a pas mal de spéculation sur ce que Jésus veut
dire à propos du chameau qui passe par le chas d’une
aiguille, et je crois qu’il y a une réponse toute simple, claire
et évidente. Quand je vivais en Israël en 1946, j’avais des
amis, un couple marié. Lui était prêtre anglican, et sa femme
était juive chrétienne et fille d’un juif chrétien qui avait vécu
en Israël. Elle m’a raconté que son père se souvenait de
l’époque où la porte de Jaffa n’était pas ouverte. Elle s’est
étrangement ouverte pour laisser entrer le Kaiser au début de
ce siècle. Et il y avait une grande porte de fer qui fermait la
porte de Jaffa à la vieille ville. Elle était close chaque soir au
coucher du soleil et, bien entendu, cela a duré des années.
46
C’est seulement récemment que les gens peuvent sortir
durant la nuit. Si un voyageur venait sur un chameau à la
nuit tombée, on n’ouvrait pas cette lourde porte de fer. Mais
dans celle-ci il y en avait une plus petite, d’environ un mètre
vingt de haut sur soixante centimètres de large. On ouvrait
cette porte de mauvaise grâce, l’homme descendait de son
chameau, le débarrassait de tous ses bagages et de tout ce
qu’il avait sur lui, mettait le chameau sur ses genoux et le
faisait entrer; il pouvait à peine passer par cette ouverture.
Cette porte s’appelait le chas de l’aiguille. Quand Jésus
parlait d’un chameau passant par le chas d’une aiguille, il
n’utilisait pas quelque expression extravagante, mais parlait
bien de quelque chose de réel. Il disait qu’un homme riche
qui venait à Dieu devait venir comme ce chameau. En se
débarrassant de tout, il doit venir sur ses genoux. Il peut tout
juste passer, car il n’y a pas de place pour l’orgueil.
J’aimerais lire dans l’Ancien Testament, dans 2 Rois
5, et voir un instant l’histoire d’un homme qui pensait
pouvoir venir à Dieu en grande pompe. C’est le troisième
sermon que j’ai entendu quand j’ai rencontré des
pentecôtistes. C’était un message plein d’onction sur
Naaman. Je me suis toujours souvenu de l’image. Nous
allons juste regarder quelques aspects de l’histoire en
commençant par 2 Rois 5:1:
"Naaman, chef de l’armée du roi de Syrie, jouissait
de la faveur de son maître et d’une grande considération; car
c’était par lui que l’Eternel avait délivré les Syriens. Mais
cet homme fort et vaillant était lépreux."
Combien de personnes ont dans leur vie un "mais".
Cet homme avait tout, mais... Il était commandant de
l’armée, il était hautement respecté, c’était un vaillant soldat,
mais... Il avait cette maladie horrible, incurable et malsaine
qu’est la lèpre. Il y avait une petite fille juive dans sa
47
maison, qui avait été faite captive par les Syriens, et cette
enfant était vraiment une image de la grâce de Dieu. Au lieu
d’avoir du ressentiment envers ceux qui l’avaient capturée,
elle se sentait concernée par eux. Lisons les versets 3 à 5:
"Et elle dit à sa maîtresse: Oh! si mon seigneur était
auprès du prophète qui est à Samarie, le prophète le guérirait
de sa lèpre! Naaman alla dire à son maître: La jeune fille du
pays d’Israël a parlé de telle et telle manière. Et le roi de
Syrie dit: Va, rends-toi à Samarie (il ne voulait pas perdre
l’un de ses meilleurs soldats), et j’enverrai une lettre au roi
d’Israël. Il partit, prenant avec lui dix talents d’argent, six
mille sicles d’or, et dix vêtements de rechange."
Il est venu à Dieu en grande pompe. La version de
ma Bible dit ici que dix talents d’argent représentent environ
trois cent quarante kilos d’argent et six mille sicles d’or à
soixante-huit kilos d’or. A quatre cents dollars l’once (plus
de vingt-huit grammes), je n’arrive même pas à me
représenter combien cela fait. Mais c’était une somme
énorme. Il est parti avec la lettre pour le roi d’Israël et celleci disait (verset 6):
"Maintenant, quand cette lettre te sera parvenue, tu
sauras que je t’envoie Naaman, mon serviteur, afin que tu le
guérisses de sa lèpre."
Il y a vraiment de l’humour dans cette histoire. Le
roi d’Israël était choqué. Il a demandé ce qu’il pouvait faire
et a déchiré ses vêtements. Il pensait qu’il était en train de lui
chercher querelle, c’est tout. Dans les versets 8 et 9, nous
lisons:
"Lorsque Elisée, homme de Dieu, apprit que le roi
d’Israël avait déchiré ses vêtements, il envoya dire au roi:
48
Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements? Laisse-le venir à moi,
et il saura qu’il y a un prophète en Israël."
Oh! comme j’aimerais que le peuple de Dieu dise
cela aujourd’hui! Merci, Seigneur, quand il le peut.
"Naaman vint avec ses chevaux et son char, et il
s’arrêta à la porte de la maison d’Elisée."
Que pensez-vous qu’Elisée a dit? "Entrez, vous êtes
le bienvenu! Asseyez-vous!" Non, Elisée ne va même pas
jusqu’à la porte. Que faisait-il? De quoi s’occupait-il? Il
s’occupait de l’orgueil. C’est tout un art que de traiter
l’orgueil. Lisons les versets 10 et 11:
"Elisée lui fit dire par un messager (quelle insulte!
C’est le client le plus important depuis cinq ans! Quel
médecin moderne ferait cela?): Va, et lave-toi sept fois dans
le Jourdain; ta chair redeviendra saine, et tu seras pur.
Naaman fut irrité et il s’en alla en disant: Voici, je me disais:
Il sortira vers moi, il se présentera lui-même, il invoquera le
nom de l’Eternel, son Dieu, il agitera sa main sur la place et
guérira le lépreux."
Vous voyez, Naaman était comme beaucoup d’entre
nous. Il avait tout programmé, sûr de la façon dont Dieu
allait agir. Je suis certain que vous n’avez jamais fait cela,
n’est-ce pas? "Tu sais, Seigneur, je sais comment cela va se
passer." Mais rien ne se produit. Vous ne savez même pas si
Dieu est là ou pas.
Le verset 12 poursuit:
"Les fleuves de Damas, l’Abana et le Parpar, ne
valent-ils pas mieux que toutes les eaux d’Israël?"
49
Combien d’entre vous ont vu le Jourdain? Il n’est
pas très beau et il est très boueux. J’ai été baptisé dans le
Jourdain en 1942 et, quand j’étais dans l’eau, je me suis
enfoncé jusqu’aux chevilles dans ce liquide vaseux. Je
comprends vraiment la réaction de Naaman. Quelle
suggestion ridicule! Aller dans ce courant boueux alors que
nous avons des courants clairs comme le cristal en Syrie qui
descendent des montagnes...
"Ne pourrai-je pas m’y laver et devenir pur? Et il
s’en retournait et partait avec fureur."
Il y a une excellente traduction pour les événements
historiques. Lisons le verset 13:
"Mais ses serviteurs s’approchèrent pour lui parler,
et ils dirent: Mon père, si le prophète t’eût demandé quelque
chose de difficile, ne l’aurais-tu pas fait?"
Il l’aurait sûrement fait. S’il avait dû s’avancer avec
tout l’or et l’argent pour payer des honoraires, il n’aurait pas
hésité. Le problème, c’est que c’était trop facile, trop simple.
Et ça l’est encore pour beaucoup de gens aujourd’hui.
"Combien plus dois-tu faire ce qu’il t’a dit: Lave-toi
et tu seras pur!"
Heureusement que Naaman avait le bon sens
d’écouter ses serviteurs. Il commençait à apprendre
l’humilité. Le verset 14 conclut:
"Il descendit alors et se plongea sept fois dans le
Jourdain, selon la parole de l’homme de Dieu, et sa chair
redevint comme la chair d’un jeune enfant et il fut pur."
50
Pensez à ce qui était en jeu. Il est là dans son
uniforme militaire avec ses quatre étoiles, ses épaulettes, ses
médailles, et il doit tout enlever. Qu’y a-t-il sous tout cela? Il
y a la lèpre. Il doit la montrer à ses serviteurs, aux gens qui
sont sur le rivage, à tous. Qu’a-t-il appris? Il a appris
l’humilité. Pour moi, il y avait aussi une autre leçon, celle
qu’il n’y a rien de telle que l’obéissance totale. Combien de
fois lui a-t-on dit de plonger? Sept fois. Que pensez-vous
qu’il se serait passé s’il avait dit au bout de cinq fois: "Bon,
rien ne se passe, cela ne fonctionne pas, je peux tout aussi
bien m’arrêter."? Ma conviction personnelle est que rien ne
s’est produit avant la septième fois, puis tout a changé.
Souvenez-vous que Dieu a dit "sept fois"; il ne voulait pas
dire six ou huit fois! Il est très précis et il demande une
obéissance précise. Il a donc été comme un jeune garçon. Il
pensait venir à Dieu en grande pompe mais, gloire à Dieu, il
a voulu apprendre. Combien n’ont pas ce désir?
Voyons maintenant ce principe quand nous
progressons dans la vie spirituelle. Nous n’apprenons pas
tout du premier coup. Si quelque chose pouvait concourir à
abaisser un professeur de philosophie d’Eton et de
Cambridge, et croyez-moi, le Seigneur a créé la situation,
Dieu avait la situation bien en main. J’ai dû m’humilier. Je
suis allé aussi bas que possible. Cela m’a demandé beaucoup
de temps de réaliser que Dieu a vraiment pris des risques
avec moi. Quand je regarde aujourd’hui en arrière, si j’étais
Dieu, je n’aurais jamais commencé ce projet. Nous
n’apprenons donc pas tout quand nous venons à Dieu. Il faut
un processus continuel d’humiliation.
Cela s’applique particulièrement dans le domaine de
la direction. La grande qualification pour diriger dans
l’Eglise de Jésus-Christ est la volonté de s’humilier. Lisons
Matthieu 20:20-28:
51
"Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de
Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour lui faire une
demande."
Elle se prosterne, mais elle n’est pas très humble. Il
y a beaucoup d’attitudes extérieures qui peuvent suggérer
l’humilité; cette dernière est avant tout un état intérieur.
"Il lui dit: Que veux-tu? Ordonne, lui dit-elle, que
mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l’un
à ta droite et l’autre à ta gauche (c’est une demande
relativement simple). Jésus répondit: Vous ne savez pas ce
que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois
boire? Nous le pouvons, dirent-ils (ils ne savaient pas ce
qu’ils disaient). Et il leur répondit: Il est vrai que vous boirez
ma coupe; mais pour ce qui est d’être assis à ma droite et à
ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu’à
ceux à qui mon Père l’a réservé. Les dix ayant entendu cela
furent indignés contre les deux frères."
Pourquoi croyez-vous qu’ils étaient indignés? Parce
qu’ils étaient jaloux. Personne n’en est ressorti avec la bonne
attitude.
"Jésus les appela, et dit: Vous savez que les chefs
des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent.
Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque
veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur. C’est
ainsi que le Fils de l’homme est venu; non pour être servi,
mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de
plusieurs."
La règle du Royaume est que, si vous voulez
monter, il faut descendre. Plus vous descendrez bas, plus
vous arriverez haut. C’est progressif. Vous entrez dans le
52
Royaume en vous humiliant. Lorsque vous êtes dans le
Royaume, si vous voulez une promotion, vous devez
descendre; vous devenez le serviteur de tous. Cette règle
continue donc à s’appliquer tout au long de la vie chrétienne.
J’ai remarqué par expérience qu’il existe des
différences subtiles dans la façon dont les gens m’abordent.
Je me souviens, par exemple, d’une femme qui est venue
vers Lydia et moi et a dit: "Je veux vous aider." Je ne dis pas
qu’elle n’était pas sincère, mais cela s’est avéré un désastre.
Lydia a dit après coup que, ce qu’elle voulait vraiment,
c’était moi. Je pense à quelqu’un d’autre qui m’a dit qu’il
voulait travailler avec moi. Quelque chose en moi me disait
de faire attention. Je pense encore à d’autres qui m’ont dit:
"Frère Prince, je veux vous servir."
Vous savez, j’ai découvert que ce sont eux qui sont
une bénédiction. Il existe une grande diversité de langage
pour s’approcher des gens. Je crains les gens qui veulent
m’aider, parce que même s’ils sont sincères ils veulent en
tirer quelque chose pour eux-mêmes. Cela peut être mal
compris. Je veux dire que c’est une question d’attitude de la
personne qui vient. Pour être une bénédiction pour
quelqu’un, il faut s’humilier. Je doute que vous puissiez
vraiment être une bénédiction tant que vous ne voudrez pas
vous humilier, parce que l’orgueil se trouve sur le chemin de
la bénédiction que Dieu veut faire de vous.
J’aimerais regarder l’exemple de Paul dans 2
Corinthiens 12:7-10:
"Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause
de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde
dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et
m’empêcher de m’enorgueillir."
Bien entendu, il y a beaucoup à dire sur cela, et je ne
vais pas essayer d’en rajouter. Je veux simplement montrer
53
que Dieu aime tant son peuple qu’il fera tout son possible
pour l’empêcher de devenir orgueilleux. Parfois, ce dont
vous vous plaignez à Dieu et qui vous gêne est la preuve de
son amour et de son attention envers vous. Paul dit:
"Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de
moi."
Certains pensent que toute personne spirituelle voit
toujours ses prières exaucées. Selon ce critère, Paul n’était
pas spirituel, car il a prié trois fois. Il a eu une réponse et
savez-vous laquelle? Il a dit: "Non." Certaines personnes ne
réalisent pas que le fait de dire "non" est aussi une réponse.
"Et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance
s’accomplit dans la faiblesse."
C’est la révélation. Vous voulez la puissance de
Dieu? Elle se manifestera dans votre faiblesse et Paul y met
un "donc" (remarquez tous les "donc" que nous trouvons):
"Je me glorifierai donc bien plus volontiers dans
mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur
moi. C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les
outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les
détresses, pour Christ; car quand je suis faible, c’est alors
que je suis fort."
Pourquoi se réjouit-il dans la faiblesse, dans les
insultes, dans les épreuves, dans les persécutions? Qu’ontelles fait? Elles l’ont humilié, elles l’ont abaissé. Il dit que,
chaque fois que je m’abaisse, je reçois davantage de Dieu.
Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. Quand je me
vante de mes infirmités, la gloire de Dieu repose sur moi.
Mais quand je me confie en mes propres capacités, mon
54
intelligence, mon expérience et ma force, alors Dieu se
retire.
Vous avez probablement entendu l’histoire de
Charles Simpson quand il prêchait en Nouvelle Zélande. Il
avait eu une réunion formidable. Tout s’était bien déroulé.
L’onction était répandue, les gens répondaient. En rentrant là
où il résidait, il s’est dit: "C’était vraiment moi." Et il
continue à raconter comment le Seigneur a dit au SaintEsprit de lui montrer son moi réel. Le soir suivant, il n’y eut
pas d’onction, pas de bénédiction; les mots sonnaient creux.
Il est retourné chez lui en réalisant que Dieu lui avait montré
comment il était vraiment. Quand nous nous confions en
nous-mêmes, en nos propres forces, sur notre sagesse Dieu
dit: "O.k., continue, mais sans moi. Vois ce que tu peux
faire."
Le principe est résumé dans Jean 3:30 par une
phrase simple de Jean-Baptiste, homme qui avait appris et
appliqué ce principe. En parlant de sa relation avec Jésus, le
Messie, pour qui il avait préparé le chemin. Il dit:
"Il faut qu’il croisse et que je diminue."
C’est la façon de progresser. Il faut toujours
diminuer, afin que Jésus puisse grandir en nous.
J’ai été impressionné par une phrase de Moody,
l’évangéliste. Il disait qu’en tant que jeune homme au
service du Seigneur, il pensait que Dieu stockait ses dons sur
des étagères, et que les meilleurs étaient sur celles du haut et
qu’il fallait s’élever pour les atteindre. Mais il a réalisé plus
tard que les meilleurs dons étaient sur les étagères du bas et
qu’il fallait se baisser pour aller les chercher. C’est une très
belle façon d’exprimer ce principe.
J’aimerais, pour finir mon message, aller un peu
plus loin dans l’application de ce principe, et vous montrer
que nous devons l’appliquer non seulement à notre relation
55
avec Dieu, mais également avec les autres. Pendant
longtemps, dans les différents domaines de l’église, nous
avions tous les mots qui convenaient envers Dieu. Nous
n’avons cependant pas vu que cela ne fonctionnait pas avec
Dieu si cela ne l’était pas avec les gens. Le test de ce que
nous sommes dans notre relation avec Dieu est la façon dont
nous nous comportons avec les autres. Cela s’applique tant à
l’humilité qu’aux autres aspects de la vie chrétienne. Je vais
vous donner deux passages du Nouveau Testament à ce
propos. Lisons tout d’abord Philippiens 2:3:
"Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire,
mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme
étant au-dessus de vous-mêmes."
C’est ainsi que nous devons nous comporter avec les
autres.
Lisons ensuite Ephésiens 5:21:
"Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte
de Christ."
Quelle est donc la preuve de notre crainte de Christ?
C’est le fait de nous soumettre les uns aux autres. Si nous
disons que nous sommes soumis à Dieu et que nous ne nous
soumettons pas aux autres, nous nous trompons nousmêmes, car la preuve de notre soumission envers Dieu est
notre attitude et notre relation avec les autres.
J’aimerais vous donner deux beaux exemples pour
terminer, tous deux issus du livre de la Genèse. Le premier
est Genèse 13:5-15. Il s’agit de la relation entre Abraham et
Lot, son neveu. Le nom d’Abraham n’ayant pas encore été
changé, nous lisons donc le nom d’Abram.
56
"Lot, qui voyageait avec Abram, avait aussi des
brebis, des bœufs et des tentes. La contrée était insuffisante
pour qu’ils demeurent ensemble, car leurs biens étaient si
considérables qu’ils ne pouvaient demeurer ensemble."
Aucun pâturage ne pouvait fournir de la nourriture
pour tous leurs troupeaux, et il n’y avait pas assez d’eau
dans un seul endroit pour tout leur bétail.
"Il y eut querelle entre les bergers des troupeaux
d’Abram et les bergers des troupeaux de Lot. Les Cananéens
et les Phérésiens habitaient alors dans le pays."
Pourquoi croyez-vous que cette dernière phrase se
trouve là? Cela ne fait vraiment pas partie du récit, n’est-ce
pas? Quel est l’intérêt de dire que les Cananéens et les
Phérésiens étaient aussi dans le pays? Qu’est-ce que cela
signifie? Cela veut dire qu’il est très dangereux pour le
peuple de Dieu de se quereller quand l’ennemi est dans les
environs. Si cela était vrai à l’époque, c’est vrai encore
aujourd’hui. Nous ne pouvons pas nous offrir le luxe de nous
quereller parce que, croyez-moi, les Cananéens, les
Phérésiens et plein d’autres "iens" sont aux aguets; et ils
exploiteront toute division ou mésentente parmi le peuple de
Dieu.
"Abram dit à Lot: Qu’il n’y ait pas, je te prie, de
dispute entre moi et toi, entre mes bergers et tes bergers; car
nous sommes frères. Tout le pays n’est-il pas devant toi?
Sépare-toi donc de moi; si tu vas à gauche, j’irai à droite; si
tu vas à droite, j’irai à gauche."
Souvenez-vous que Lot était le neveu d’Abraham;
il était par conséquent plus jeune. Pourtant Abram était
l’homme que Dieu avait appelé; Lot l’avait simplement
57
suivi sans un réel appel. Abram était l’homme que Dieu
avait choisi pour être le père de sa nation particulière pour
engendrer le peuple d’où sortirait le Messie. Il était l’élu
de Dieu. Quelle humilité de dire à son neveu: "Tu choisis
en premier. Quel que soit le chemin que tu choisis, j’irai
de l’autre côté." Croyez-vous qu’il prenait un risque?
Croyez-vous qu’il aurait pu perdre son héritage?
Supposons que Lot ait choisi le pays que Dieu avait prévu
pour Abraham. Que se serait-il passé? C’est là l’essence
de l’humilité, le fait de ne pas faire ce genre de calcul.
Que se passera-t-il si je me soumets à untel? Si Dieu vous
le demande, ce qui arrive n’est pas votre affaire, mais la
sienne. Seule votre soumission peut libérer la grâce de
Dieu dans cette situation. C’est toujours un risque. Faire
tout ce que Dieu vous dit comporte toujours un risque.
Dieu nous demande toujours de faire des choses risquées,
mais le risque est bien plus grand de ne pas les faire. Je
me souviens d’une femme qui m’a dit: "Je crois que le
Seigneur me demande de faire quelque chose. Si j’en étais
absolument sûre, je le ferais." Je lui ai répondu que si elle
était absolument certaine, il n’y aurait plus la foi. Vous
devez prendre un risque. Dois-je vous rappeler le risque
que la plupart d’entre vous ont pris? C’est celui de se
marier! Croyez-moi, c’est un risque! Peut-être n’êtes-vous
pas assez honnête pour le reconnaître, mais c’est un
risque. C’est aussi un engagement. Vous vous dites que
c’est un risque de vous engager envers un homme ou une
femme. C’est en effet un très gros risque. Mais il est
beaucoup plus risqué d’entrer dans le mariage sans
s’engager. En fait, je dirais que c’est le moyen le plus sûr
d’avoir des problèmes.
Dieu n’a pas fait les choses pour que nous n’ayons
pas de problèmes dans la vie. Franchement, pour ma part, je
58
ne veux pas vivre sans risques. J’apprécie un peu
d’animation. Parfois je pense que j’en ai plus que ce que je
voudrais.
Revenons à Abraham et à Lot. Quel a été le résultat?
Abram lui dit de choisir: "Si tu vas à gauche, j’irai à droite."
Et vice versa. Lisons la suite:
"Lot leva les yeux et vit toute la plaine du Jourdain
qui était entièrement arrosée. Avant que l’Eternel eût détruit
Sodome et Gomorrhe, c’était jusqu’à Tsoar comme un jardin
de l’Eternel, comme le pays d’Egypte. Lot choisit pour lui
toute la plaine du Jourdain, et il s’avança vers l’orient. C’est
ainsi qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Abram habita dans
le pays de Canaan, et Lot habita dans les villes de la plaine
et dressa ses tentes jusqu’à Sodome. Les gens de Sodome
étaient méchants, et de grands pécheurs devant l’Eternel
(remarquez le verset suivant). L’Eternel dit à Abram après
que Lot se fut séparé de lui: Lève les yeux, et du lieu où tu
es regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident,
car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta
postérité pour toujours."
Quand il s’est humilié, quand il a laissé Dieu
décider, Dieu lui a dit: "Maintenant je peux te montrer ce
que j’ai pour toi." Tant qu’il n’avait pas franchi cette
étape décisive, il ne pouvait pas voir son héritage. Dieu a
merveilleusement bien œuvré. Il dit que si nous nous
humilions, il s’occupera des conséquences. N’essayez pas
de le mettre en œuvre vous-même. Ne vous décidez pas et
ne dites pas que vous vous humilierez si... Ce n’est pas là
de l’humilité. "Seigneur, je vais faire ce que mon pasteur
demande si j’obtiens ce que je veux." Ce n’est pas ce que
Dieu veut. Il désire que vous vous engagiez à faire ce que
votre pasteur a dit. Point final. C’est un engagement, c’est
un risque. Il n’y a pas d’autre moyen. Cela me bénit
59
vraiment de voir comment Abram a fait confiance à Dieu
et les résultats qui en ont découlé. Nous devons faire cela.
Jésus a fait confiance à Dieu. Il est mort, le Père l’a
ressuscité. Si le Père ne l’avait pas ressuscité, il ne serait
jamais sorti du tombeau. Il s’est humilié, Dieu l’a élevé.
Vous vous humiliez, Dieu vous élève. N’essayez pas de vous
élever vous-même, n’essayez pas de faire le travail de Dieu.
Quand vous vous en mêlez, Dieu se retire.
Voyons un autre exemple, qui est celui de Jacob, et
que nous lisons dans Genèse 33. Vous devez en savoir un
peu plus sur le contexte de la vie de Jacob pour apprécier
cela. Au début de sa vie, Jacob, dont le nom signifie
"trompeur" ou "supplanteur", a trompé son frère Esaü; il a
obtenu le droit d’aînesse. Je ne dirais pas qu’il l’a trompé,
mais qu’il l’a simplement acheté contre un bol de soupe.
C’était plutôt futé. Ensuite, en prétendant être Esaü, il a
trompé celui-ci ainsi que son père en volant sa bénédiction.
Je suis sûr que vous connaissez l’histoire. Il n’a rien obtenu
à part l’exil. Pendant vingt ans, il a dû fuir le pays que son
père lui avait promis. Après vingt ans de service pour son
oncle Laban, ayant acquis des femmes, des enfants, des
troupeaux et du bétail, l’Eternel lui a dit qu’il était temps de
retourner au pays. Alors il s’est mis en route pour la Terre
promise, et quand il est arrivé à la frontière, il a envoyé tout
ce qui lui appartenait devant, ses femmes, ses enfants, ses
troupeaux et son bétail. Et il est dit que Jacob est resté seul.
Lisons Genèse 32:25 à 33:1-4:
"Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui
jusqu’au lever de l’aurore. Voyant qu’il ne pouvait le
vaincre, cet homme le frappa à l’emboîture de la hanche; et
l’emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu’il
luttait avec lui."
60
Cet homme, je crois que c’était Dieu. Jacob le
croyait aussi car, le lendemain, il dira qu’il a vu Dieu face
à face. C’était la deuxième personne de la divinité, celui
qui a été manifesté dans l’histoire humaine comme Jésus
de Nazareth. Remarquez la combinaison de douceur et de
puissance. Jacob ne voulait pas abandonner, alors
l’homme l’a touché à l’emboîture de la hanche, et la lui a
démise. Jacob était maintenant sans ressources. Il ne
pouvait rien faire d’autre que demander grâce.
"Il dit: Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. Et
Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne
m’aies béni. Il lui dit: Quel est ton nom? Et il répondit:
Jacob (supplanteur, trompeur). Il dit encore: Ton nom ne
sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté
avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.
Jacob l’interrogea, en disant: Fais-moi, je te prie,
connaître ton nom. Il répondit: Pourquoi demandes-tu
mon nom (c’était un mystère)? Et il le bénit là."
Jacob avait non seulement la bénédiction du père,
mais également celle de Dieu.
"Jacob appela ce lieu du nom de Péniel; car, dit-il
j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. Le soleil
se levait, lorsqu’il passa Péniel. Jacob boitait de la hanche."
Et Jacob a boité tout le reste de sa vie. J’ai
entendu dire que Dieu n’envoyait jamais la maladie sur
personne, et je sais que dans un certain sens c’est vrai;
mais nous sommes devant le fait que Dieu a rendu Jacob
boiteux pour la vie. Pourquoi? Parce qu’il n’y avait aucun
autre moyen de l’humilier. Je vous le dis, si Dieu vous
aime vraiment et que vous ne voulez pas vous humilier,
61
Dieu devra peut-être faire des choses radicales dans votre
vie.
Je me souviens d’une fois où Charles Simpson, un
autre frère et moi-même parlions d’un jeune homme que
nous estimions tous dans le Seigneur. C’était un jeune
homme avec un potentiel énorme pour le ministère, mais il
était rempli d’une sorte d’exubérance et de confiance en lui.
Il avait beaucoup de succès. Je me souviens que Charles a
dit: "Il ne boite pas." Quel dommage d’être obligé de dire
cela!
Jacob a rencontré l’ange qui était Dieu et il a reçu la
bénédiction. Etait-ce suffisant? Non. Jacob avait encore une
rencontre à faire, celle avec son frère Esaü. Il avait entendu
dire que son frère venait pour le rencontrer avec quatre cents
hommes armés; la dernière fois qu’il l’avait vu, celui-ci
voulait le tuer. Alors je suppose que Jacob était nerveux.
Poursuivons notre lecture:
"Jacob leva les yeux et regarda; et voici Esaü arrivait
avec quatre cents hommes. Il répartit les enfants entre Léa,
Rachel et les servantes. Il plaça en tête les servantes avec
leurs enfants, puis Léa avec les enfants, et enfin Rachel avec
Joseph (pourquoi Rachel et son enfant étaient-ils à l’arrière?
Parce que c’étaient ceux dont il se souciait le plus). Luimême passa devant eux; et il se prosterna à terre sept fois
jusqu’à ce qu’il soit près de son frère."
Qu’est-ce que cela était? C’était de l’humilité.
Pourquoi s’est-il prosterné sept fois? Il y a en fait
beaucoup de raisons, mais pour moi le nombre sept
indique toujours que le Saint-Esprit est là. Le Saint-Esprit
a travaillé en Jacob. C’est l’homme que Dieu a choisi,
celui qui a le droit d’aînesse, celui qui a la bénédiction de
son père, celui qui a la bénédiction de l’ange. Quand il
rencontre son frère, il se prosterne sept fois. Savez-vous
62
comment je vois cela? Je comprends cela comme étant la
preuve qu’il avait la bénédiction. Je suis persuadé que
c’est le résultat de ce qui s’est produit entre Jacob et
l’ange. Tant qu’il n’avait pas rencontré l’ange, il ne
pouvait pas se prosterner. Mais il s’est prosterné sept fois.
Que s’est-il passé?
"Esaü courut à sa rencontre, il l’embrassa, se jeta à
son cou, et le baisa et ils pleurèrent."
Nous n’avons pas besoin d’aller plus loin. Vous
voyez, vous pouvez être l’élu de Dieu, vous pouvez être
celui que Dieu a béni, vous pouvez être le plus spirituel de
votre famille, de votre communauté, d’un endroit, mais
savez-vous ce qui prouvera que vous êtes le plus spirituel?
Ce sera quand vous pourrez vous prosterner devant celui
qui est charnel. Alors les problèmes et les barrières qui
n’avaient pas pu tomber autrement pourront se résoudre
par l’humilité. Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait
grâce aux humbles. Voulez-vous la grâce de Dieu? Que
devez-vous faire? Vous devez vous humilier. Vous devez
le faire devant Dieu et devant qui d’autre? Vous devez
également le faire devant les hommes, ceux qui sont
autour de vous, votre femme, vos enfants.
Je me souviens de ce qui s’est produit, il y a des
années de cela, au début des années cinquante, quand j’avais
environ trente-six ans et Lydia et moi élevions nos huit
filles. J’étais très en colère après l’une de nos filles qui avait
à peu près quatorze ans à cette époque, et je n’étais pas prêt
à changer d’attitude. Vous savez ce qui s’est passé? J’ai eu
une étrange sensation dans la poitrine, comme une pression.
Dans le livre de l’Ecclésiaste, vous ne le savez peut-être pas,
il est dit que la colère demeure dans la poitrine des insensés;
je suis resté ainsi environ quarante-huit heures. Je savais
qu’il n’y avait qu’un seul moyen de m’en débarrasser.
63
Savez-vous lequel? Celui d’aller voir ma fille et de lui
demander pardon. Je l’ai fait et j’en suis heureux. Je crois
que si je ne l’avais pas fait, la bénédiction se serait retirée de
mon ministère. Il y a des situations où la seule solution est
de s’humilier. Vous pouvez examiner la situation sous tous
les angles, prier tant que vous voulez, mais à la fin Dieu
vous dit de vous humilier. Si vous êtes spirituel, prouvez-le.
N’attendez pas que la chair fasse ce que l’homme spirituel
doit faire. C’est votre responsabilité.
Alors quel est le principe? Disons-le ensemble:
"Celui qui s’élève lui-même sera abaissé, mais celui qui
s’humilie sera élevé." Qu’allez-vous faire?
64
Téléchargement
Explore flashcards