Telechargé par sarah ayoubi

Memoire de fin de formation traitant des

publicité
ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE YAOUNDE
HIGHER TEACHERS TRAINING COLLEGE OF YAOUNDE
UNIVERSITE DE YAOUNDE I
THE UNIVERSITY OF YAOUNDE I
*****
****
Année académique 2008-2009
2008-2009 Academic year
****
N°: 07YI424
REALISATION D’UN SYSTEME
D’INFORMATION POUR LE MANAGEMENT
D’UN ETABLISSEMENT D’ENSEIGNEMENT
SECONDAIRE
Mémoire présenté et soutenu le 11 juin 2009
Par :
Licencié en Mathématiques
En vue de l’obtention du
DIPLOME DE PROFESSEUR DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GENERAL SECOND
GRADE
Filière : Informatique
Spécialité : Informatique Fondamental
Sous la direction de
Chargé de Cours
Remerciements
Remerciements
Je remercie :
Le chef de département : Mr Marcel FOUDA NDJODO
Les enseignants du département d’Informatique et des Technologies Educatives
mon père TEMO Maurice ;
ma famille : KENNE Gertrude, SIGNING Claude, YEMELI Modeste et les autres
Mes amis : ALENOU L, DOUANLA P, NDONGO I, BAYO, TEMCHING et les
autres
Le seigneur
Résumé
Résumé
Dans la plupart des systèmes éducatifs des pays en voie de développement, la définition
et le suivi des plans d’éducation est encore sujette à de nombreuses difficultés. Il en est de même
pour la gestion des établissements d’enseignement secondaire. Le Cameroun ne fait pas
exception à cette règle. Dans ce travail, nous construisons un Système d’Information et de
management d’un établissement secondaire au Cameroun. La mise en place de ce système ne
peut se faire sans que des questions soient posées. Ainsi, il est judicieux de se poser les questions
telles que : de quelles informations à besoins le planificateur et le gestionnaire de l’éducation
pour planifier et gérer au niveau de responsabilité qui le concerne ? qu’entend-on par SIME et
qu’en est’ il du SIME dans d’autres pays ? Comment peut-on construire un SIME de base au
niveau de l’établissement pour permettre une meilleure gestion de l’établissement et une
définition des plans d’éducation qui tiennent compte de tous les aspects du système éducatif.
Mots clés
Information, Management, Planification, Gestion, Système d’Information, Education, SIME.
Abstract
In the majority of the education systems of developing countries the definition and the
follow-up of the plans of education are still prone to many difficulties. It is the same for
management for the high-schools. Cameroon is not an exception to this problem. In this work,
we build a management Information system of a high-school in Cameroon. The building of this
system cannot be made without questions poses. Thus, it is judicious to raise questions such as:
which information will the planner and manager need education to plan and manage on theier
level of responsibility to which it is related? What is one knowledge about EMIS in other
countries? How can one build a basic EMIS on the level of high-school to allow a better
management of the establishment and a definition of educational plans which take into account
the aspects of the education system?
.
Key Words
Information, Management, Planification, Information System, Education, EMIS
Abréviations
Abréviations
BAD : Banque Africaine de Développement
BM : Banque Mondiale
CDS : Centre de Documentation Scolaire
CES : Collège d’Enseignement Secondaire
CET : Collège d’Enseignement Technique
EPT : Education Pour Tous
MINEDUB : Ministère de l’Education de Base
MINESEC : Ministère de l’Enseignement Secondaire
MINESUP : Ministère de l’Enseignement Supérieur
SAPP : Service des Activités Post et Périscolaires
SCM : Service de Comptabilité Matière
SI : Système d’Information
SIG : Système d’Information Géographique
SGBDR : Système de Gestion de Base de Données Relationnelles
SIME : Système d’Information pour le Management de l’Education
SIME-Et : Système d’Information pour le Management de l’Education au niveau de
l’Etablissement
SSMS : Service Social de la Médecine Scolaire
SSS : Service des Sports Scolaires
UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture
Table des matières
Remerciements ............................................................................................................................ i
Résumé ...................................................................................................................................... ii
Abstract ..................................................................................................................................... ii
Abréviations .............................................................................................................................. iii
Table des matières ..................................................................................................................... iv
Liste des tableaux ....................................................................................................................... v
Liste des figures .......................................................................................................................... v
Introduction .............................................................................................................................. 1
Chapitre1 : L’Information dans le management de l’éducation ......................................... 3
1.1 Management de l’éducation ................................................................................................. 4
1.2 Information dans l’éducation ............................................................................................... 9
1.3 Outils de mesure de l’état du système éducatif .................................................................. 16
1.4 Résumé ............................................................................................................................... 18
Chapitre 2 : Système d’information pour le management de l’éducation ........................ 19
2.1 Système d’information ....................................................................................................... 20
2.2 SIME .................................................................................................................................. 21
2.3 Etude de cas ........................................................................................................................ 30
2.4 Méthodologie et outils de réalisation d’un SIME ............................................................. 33
2.5 L’Information spatiale dans la planification de l’éducation............................................... 36
2.6 Résumé ............................................................................................................................... 37
Chapitre 3 : Réalisation d’un SIME-Et au Cameroun. ...................................................... 38
3.1 Étude de l’existant .............................................................................................................. 39
3.2 Fonctionnalités ................................................................................................................... 45
3.3 Conception ......................................................................................................................... 45
3.4 Architecture du SIME-Et ................................................................................................... 49
3.5 Implémentation................................................................................................................... 50
3.6 Présentation du prototype ................................................................................................... 51
3.7 Résumé ............................................................................................................................... 52
Conclusion ............................................................................................................................... 53
References bibliographiques ................................................................................................. 54
Tableaux et figures
Liste des tableaux
Tableau 1: Comparaison entre planification stratégique et opérationnelle (UNESCO, 2006) ...... 6
Tableau 2 : Type de données par établissement ........................................................................... 12
Tableau 3 : Type de données pour le district/département/région ............................................... 13
Tableau 4 : Type de données pour l’administration central ......................................................... 14
Tableau 5 : Données pertinentes dans le système éducatif ; source : Breither and Light, 2006) . 15
Tableau 6 :Indicateur du second cycle de l’enseignement secondaire (UNESCO, 2003) ........... 17
Tableau 7: Traitement de l'
information (Da Graça et Al, 2005) .................................................. 25
Tableau 8 : Brefs plans d’éducation de la Jamaïque (TOM Cassidy, 2005) ................................ 33
Liste des figures
Figure 1: Exemple d’un modèle de management ISO 9001:2000 ................................................. 5
Figure 2: Processus de planification (planification.doc) ................................................................ 7
Figure 3 : Cycle de vie de l’information ...................................................................................... 27
Figure 4: Intégration des données dans SIME.............................................................................. 27
Figure 5: Vue d'
ensemble du SIME ............................................................................................. 29
Figure 6 : SIME Ghanéen (InfoDev, 2006) ................................................................................. 31
Figure 7: Représentation d'
un établissement ................................................................................ 41
Figure 8 :Flot de l’information dans l’enseignement secondaire. ................................................ 43
Figure 9 : Sous système gestion des élèves .................................................................................. 46
Figure 10 : Sous système gestion du personnel ............................................................................ 47
Figure 11: Sous système gestion financière ................................................................................. 48
Figure 12: SIME-Et abstrait ......................................................................................................... 49
Figure 13: SIME-Et détaillé ......................................................................................................... 49
Figure 14: Formulaire de collecte des données 6ème .................................................................. 51
Figure 15: Saisie de données ........................................................................................................ 52
Introduction
Introduction
Le rôle de l’éducation est d’assurer une intégration socio économique et culturelle à une
grande majorité, voire à toute la population d’un pays. Il est à constater que l’accès à l’éducation
reste encore une préoccupation pour les pays du Sud. Ceci est dû au contexte socio économique
ambiant et aux politiques éducatives déployées dans ces pays. L’UNESCO à travers sa division
des politiques de stratégies éducatives dans le but d’aider les pays en voie de développement à
atteindre les objectifs de l’EPT de la conférence de Jomtien en 1990, à développé des stratégies
de planification et de management de l’éducation. Cette politique à été consolidée à Dakar en
2000.
Pour mettre en application les résolutions de Jomtien et de Dakar, des documents de
stratégie tels que « Outils d’information pour la préparation et le suivi des plans de l’éducation »
et « Plan national sectoriel de l’éducation : Un guide d’approche pour une planification axée sur
les résultats. »… publiés respectivement en 2003 et 2006 et des outils ont été développés pour
permettre aux pays en voie de développement d’atteindre les objectifs de l’EPT et de mieux
gérer leur éducation.
Pays en voie de développement, le Cameroun n’échappe pas au problème que
mentionnent les experts en éducation de l’UNESCO. Pour résoudre ces problèmes, les
responsables en charge de l’éducation au Cameroun avec l’appui de l’UNESCO, de la BM de la
BAD, élaborent des plans d’éducation. Ces plans d’éducation sont établis à travers les études
faites sur les informations recueillies auprès des établissements et des informations externes au
système éducatif mais qui ont un impact sur la planification de l’éducation.
Le processus de collecte des données et de traitement de l’information est d’une
complexité qui ne permet pas le plus souvent d’avoir des éléments fiables et permanents au
niveau de la formulation des plans. Dans le but d’aider les politiques à avoir des informations
Introduction
fiables et opportunes, il est nécessaire de disposer d’un système d’information et de management
de l’éducation compréhensif.
La justification du choix de ce sujet vient d’un constat simple : la gestion est
approximative dans les établissements scolaires du Cameroun, à cause de la mauvaise qualité
du processus de collecte des données, de diffusion et publication des informations. Proposer une
solution à ce problème sera pour nous une fierté d’avoir permis : au jeunes camerounais aspirant
à une éducation meilleure d’avoir un suivi de qualité, et au gouvernement de poursuivre sa
politique de formation des camerounais capables de s’intégrer dans le nouvel environnement
socio économique.
La finalité de ce travail est de proposer un SIME-Et qui permettra aux responsables
d’établissement de mieux gérer leur environnement en se basant sur des données fiables et sûres.
La base du système d’information de l’éducation est située au niveau de l’établissement, source
de données de l’éducation. Pour atteindre cette finalité, le premier objectif est de comprendre le
fonctionnement d’un Système d’Information de Management de l’Éducation. Le deuxième
objectif est de comprendre le fonctionnement d’un établissement, les problèmes que connaissent
les acteurs du SE à ce niveau et la nature des informations dont ils ont besoin pour leur
fonctionnement.
Ce document comporte trois chapitres. Le premier chapitre porte sur l’information dans le
mangement de l’éducation. Il est impossible de parler du SIME sans toutefois comprendre les
concepts clés que sont le management et l’information, de savoir de quelles informations l’on a
besoin pour planifier et gérer l’éducation. Le deuxième chapitre permettra d’avoir une bonne
compréhension sur le fonctionnement du SIME, de faire une étude de cas sur le Ghana et la
Jamaïque qui sont deux pays dont le SIME fonctionne le mieux en Afrique et dans les caraïbes.
La dernière étape de ce travail consiste à procéder à une présentation du système éducatif
camerounais dans le but d’identifier quels sont les acteurs et processus qui intervient dans la
gestion quotidienne d’un établissement d’enseignement secondaire, de comprendre quels sont les
problèmes rencontrés et de suggérer enfin un système d’information de management de
l’éducation au niveau de l’établissement : le SIME-Et.
L’information dans le management de l’éducation
Chapitre1 : L’Information dans le management de
l’éducation
Le management de l’éducation est une question complexe qui fait intervenir un ensemble
de notions dont la compréhension est nécessaire. Ce chapitre aura pour objectif de nous
permettre de comprendre les points suivants:
Qu’est ce que le management ?
Quelles informations pour planifier, et gérer le système éducatif ?
Quels outils pour faciliter ces processus?
Ainsi, ce chapitre pour répondre à ces questions comporte les sections suivantes :
1.1 Management de l’éducation ................................................................................................. 4
1.2 Information dans l’éducation ............................................................................................... 9
1.3 Outils de mesure de l’état du système éducatif .................................................................. 16
1.4 Résumé ............................................................................................................................... 18
Management de l’éducation
1.1 Management de l’éducation
Le management est un effort fourni pour coordonner l’ensemble des ressources humaines et
matérielles, pour atteindre un ensemble d’objectifs (Wako, 2003).
Dans une perspective conventionnelle, l’éducation est une simple transmission de
connaissances. Cette définition évolue très rapidement, et aboutit au credo du XXIème pour être
considéré comme : « l’éducation est la construction du processus d’intégration durable basé sur
les capacités et les besoins individuels » (Arrascaeta, 2007).
La définition de l’éducation (Arrascaeta, 2007), fait ressortir des aspects managériaux de
l’éducation. En considérant le terme ‘construction’,
on se rend compte qu’il s’agit d’un
ensemble, d’une fusion d’éléments qui agissent simultanément par des ‘processus’ pour
permettre aux organisations d’atteindre des objectifs. Les processus pour leur accomplissement
se fondent sur les capacités et les besoins humains, matériels, financiers disponibles.
De ces deux définitions, nous pouvons dire que le management de l’éducation est l’ensemble
des méthodes et moyens utilisés pour atteindre des objectifs de gestion et de planification.
Les méthodes sont constituées par l’ensemble des processus, tandis que les moyens sont
d’aspects matériels, financiers, technologiques et humains. Les deux points suivants permettront
de dire en quoi le management est important dans l’éducation et de définir les types de
management dans l’éducation.
1.1.1 Rôle du management dans l’éducation
La plupart des systèmes éducatifs prennent au sérieux leurs responsabilités lorsqu’il s’agit
de recruter des enseignants performants, d’élaborer les programmes et curricula de formation, de
mettre en place des meilleures méthodologies et processus d’apprentissage, d’acquisition des
infrastructures, et de suivi des élèves … Les efforts consentis dans l’élaboration de actions sus
mentionnées ne permettent pas toujours d’avoir des effets sur les apprenants. Ceci est
probablement la cause du fait que dans la plupart des cas, il n’existe pas de synergie entre les
différentes actions menées. Le management ou système de management renvoie à une approche
systématique pour gérer les processus et/ou les activités, les personnes, les ressources et les
infrastructures (Arrascaeta, 2007).
Management de l’éducation
Dans l’éducation le management permettra de coordonner les activités et processus entre les
différents acteurs du système. L’utilisation des moyens adéquats est un facteur qui permet
d’établir une symbiose entre les différents niveaux afin d’obtenir des résultats prévus.
1.1.2 Type de management dans l éducation
Le schéma ci-dessous illustre un exemple modèle de processus ISO 9001:2000 pour une
université, conçu par l’auteur à l’aide de l’IWA 2:2007.
Figure 1: Exemple d’un modèle de management ISO 9001:2000
Il s’agit d’un modèle de management d’une université. Mais une similarité avec
l’enseignement secondaire est que : pour la gestion des lycées et collèges, les responsables ont
besoins de planifier, gérer et évaluer l’organisation dont ils ont la responsabilité. Pour cette
raison, ils doivent pour l’obtention des résultats scolaires apporter des soutiens de diverses
natures sur les plans académiques, financiers, technologiques etc. Ils sont en interactions avec
l’extérieur pour de nombreuses raisons : besoins de financement, de technologies etc.
Dans ce schéma on note la présence de deux termes : planifier et gérer. Les mots qui
dérivent de ces verbes sont respectivement planification et gestion. La planification et la gestion
sont les formes de management.
Management de l’éducation
1.1.2.1 La planification
La planification peut être définie comme un processus à travers lequel on trace d’abord
les orientations futures et ensuite on précise les moyens et les méthodes pour les suivre
(UNESCO, 2006). Un plan est le produit du processus de planification. Pour être efficace, il doit
se baser sur une analyse détaillée et critique de la situation, repérer les problèmes et leurs causes
sur lesquelles de nouvelles politiques et de nouveaux programmes à mettre en œuvre sont censés
agir (UNESCO, 2003).
Il existe plusieurs types de planification : la planification stratégique et la planification
opérationnelle. Une définition étroite serait que la planification stratégique concerne les
responsables de haut niveau tandis que la planification opérationnelle est menée
par des
échelons inférieurs d’exécution. Le tableau ci-dessous présente une définition comparée entre les
deux termes.
Planification opérationnelle
Planification stratégique
Centre d’intérêt
Activités de routine
Réaliser les objectifs
But
Aboutir à une meilleure utilisation
Planifier le meilleur cours des
des ressources disponibles
actions
Récompense
Efficience, stabilité
Efficacité, impact
information
Situation actuelle
Gains futurs
Organisation
Bureaucratique, stable
Entreprenant, flexible
Recherche de la solution
S’appuie sur l’expérience
Recherche des innovations et
du passé
alternatives
Peu élevé
Elevé
Risque
Tableau 1: comparaison entre planification stratégique et opérationnelle (UNESCO, 2006)
De ce tableau il ressort que : la planification stratégique a pour but de fixer des objectifs à
atteindre dans de long terme, tandis que la planification opérationnelle permet d’atteindre à petit
pas les plans stratégiques. En cas d’erreur lors de la fixation des objectifs les risques sont
Management de l’éducation
immesurables, contrairement à la planification opérationnelle ou la rémédiation est possible, car
il ne s’agit que d’un segment d’action à réaliser.
Au niveau de l’établissement, en comparant les résultats d’une même classe sur deux
séquences, le responsable de l’établissement prendra des dispositions pour améliorer les résultats
à la séquence suivante.
La planification opérationnelle sert de base à la planification stratégique. Le schéma
suivant permet d’avoir une idée sur le processus de planification.
!! ! "
#$% & $' % ( #$% & $' %)" *
La planification opérationnelle est basée sur des actions détaillées, elle est à mener sur de
courtes durées. Compte tenu de l’environnement, les plans doivent être flexibles et spécifiques.
La planification stratégique porte sur de long horizon, sur l’organisation dans son ensemble.
Management de l’éducation
Dans le cadre du système éducatif, la planification porte sur les phases suivantes : analyse
du problème, formulation des politiques et programmation des actions.
L’analyse : il s’agit du diagnostic du système éducatif. Elle consiste à conduire la
collecte des données et une analyse des aspects portant sur l’éducation. Les
planificateurs évaluent les aspects internes (il peut s’agir de l’aspect académique à
travers les réussites, abandons et redoublement dans l’établissement), et externes
du fonctionnement de l’éducation. Cette analyse se fait en fonction de leurs
forces, faiblesses opportunités et menaces (en anglais SWOT : strengths,
weaknesses, opportunities, threats) par rapport au développement du système
éducatif.
Cette analyse a pour buts d’élucider les points forts et faibles de l’éducation, de dégager l’arbre
à problèmes et de construire des actions de rémédiation.
La formulation des politiques : une analyse attentionnée suivie d’une critique du
système éducatif permet de se poser des questions sur ce qu’il faudra faire pour
répondre aux problèmes posés, aux défis et aux opportunités. Les questions
posées comprennent les objectifs stratégiques que le système éducatif doit réaliser
et de manière générale les stratégies à mettre en place pour leur réalisation.
La formulation des politiques peut se faire de manière spécifique, mesurable, consensuelle,
réaliste, temporelle (connu sous l’acronyme SMART qui signifie en anglais ‘’specific,
measurable, agreed upon, realistic, timely’’). L’utilisation de l’outil SMART peut également
aider à l’ajustement des politiques et stratégies éducatives existantes ou à les mettre à jour à la
lumière de nouveaux développements.
La programmation d’action : il s’agit d’un processus par lequel on traduit les
déclarations politiques (options ou stratégies) en actions exécutables, mesurables
et responsables. De manière générale, la programmation d’action comprend la
formulation séquentielle des objectifs, des résultats, des stratégies, des
responsabilités et du calendrier de réalisation (quoi, pourquoi, comment, qui et
quand).
Le produit de ce processus est le plan d’action. Il s’agit d’une sorte de plan de travail ou plan
opérationnel décrivant les moyens, les actions, et les ressources requis sur les années à venir. Il
inclut également les méthodes et les indicateurs de suivi et évaluation des activités planifiées.
Management de l’éducation
1.1.2.2 La gestion
La gestion consiste à contrôler et à vérifier le système afin d’en détecter les lacunes et les
insuffisances. Le système éducatif dispose-t-il suffisamment de ressources financières,
matérielles et humaines pour fonctionner convenablement et donc produire les résultats
escomptés ? Accueille-t-il suffisamment d’élèves et répond-il en cela de manière adéquate à la
demande d’éducation ? Quelle éducation leur offre-t-il et avec quel succès ? Il est indispensable
que les ressources prévues pour la gestion soient utilisées à cette fin pour que les résultats
obtenus satisfassent les attentes des politiques.
Au niveau de l’établissement, les responsables de l’éducation doivent veiller à
l’application des plans d’action définis au haut niveau. La gestion de l’établissement peut se
faire à travers la définition des méthodes et moyens de fonctionnement internes par rapport aux
désidératas de la structure. Il est donc nécessaire pour l’établissement d’effectuer une analyse
SWOT de son système pour déceler les problèmes et envisager des solutions locales.
1.2 Information dans l’éducation
1.2.1 Rôle de l’information
L’évaluation du système éducatif ne peut se faire sans la présence de données pertinentes,
courantes et complètes (Breiter & Light, 2006). L’analyse de toute organisation, fut il un
système complexe tel que le système éducatif, ne peut se faire sans la présence de données
fiables, opportunes, pertinentes et complètes (Tom Cassidy, 2005). Une donnée est un élément
brut n’ayant subit aucune interprétation, il s’agit d’un fait discret et objectif. Les données sont
des chiffres ou des mots bruts qui n’ont pas été organisés, ni disposés de manière cohérente mais
qui peuvent être traités, interprétés et devenir de l’information. (Prax, 2000). Une donnée est
neutre et objective. Elle peut être de nature quantitative et qualitative. De manière directe, la
donnée ne permet pas de prendre des décisions, mais elle permet d’alimenter le système.
L’information est un ensemble de données formatées et structurées (Foray, 2000). Elle est aussi
considérée comme étant une collection de données organisées pour donner forme à un message
(Prax, 2000). L’information produit un nouveau point de vue sur des événements ou des objets,
rend visible ce qui était invisible (Bateson, 1973). Une information porte un message ; on y
associe un objectif. Pour Thomas Davenport, les informations sont des « données qui font la
différences ».
Information dans l’éducation
L’information a un émetteur qui le plus souvent est un être humain. Elle porte un message, une
finalité qui aide à la prise de décision.
Dans le système éducatif, l’information est d’une grande importance. La qualité
d’information dépend de la source des données, des méthodes d’analyses utilisées pour les
traiter. La grande qualité de l’information permettra aux managers, aux planificateurs, et aux
gestionnaires du système éducatif ; et ce à tous les niveaux, d’identifier les problèmes posés et de
proposer des solutions (UNESCO, 2006). L’exactitude et la pertinence des informations
décrivant les caractéristiques et les aspects du système éducatif auront pour effet de faciliter le
suivi et l’évaluation des objectifs fixés par les autorités en charge de l’éducation. L’information,
en fonction du niveau du système, répond à des préoccupations de diverses natures :
Au niveau de la salle de classe où les acteurs principaux sont l’élève et
l’enseignant, l’information permettra de déterminer le niveau scolaire des
élèves (faible,… très fort) leur état disciplinaire. Les données nécessaires à cette
étude sont les notes, l’état de présence quotidien, mensuel et trimestriel
enregistrés dans des registres de classes et cahiers de présence journalière.
L’enseignant est l’acteur le plus proche pour assurer cette tâche de suivi des
élèves.
L’information, au niveau administratif de l’établissement permettra au chef
d’établissement d’assurer, tout comme l’enseignant, la gestion quotidienne de
l’organisation dont il est le maître. Les données sur l’évolution académique des
élèves, sur le nombre et la qualification des enseignants. Elles permettront après
une étude de justifier le rendement obtenu dans chaque classe, les résultats
obtenus aux examens et concours etc. Les données environnementales et
démographiques de l’établissement, auront pour objectif de permettre au
responsable de l’établissement d’établir par exemple le ratio enseignant-élève,
d’établir les besoins financiers, matériels et humains. L’information au niveau de
l’établissement doit être détaillée afin de permettre aux acteurs de l’établissement
d’avoir au niveau micro une idée claire des problèmes qui ont cours dans leur
enceinte et pouvoir prendre des résolutions pointues et efficaces pour palier à
ceux-ci.
Au niveau du district, du département et des régions, les données sont de plus en
plus agrégées. Elles ne sont plus aussi détaillées comme ce fut le cas dans
l’établissement où l’on avait les données par élèves. Les données deviennent
Information dans l’éducation
globales ; on a par exemple le nombre d’élèves par école, le nombre de garçon et
de fille par école, par âge ?... Les informations issues de ces données permettront
d’évaluer les indicateurs de suivi évaluation de l’éducation
(besoins en
matériels, humains, financiers).
En l’absence de données et donc d’informations complètes, les planificateurs,
gestionnaires de l’éducation auront des difficultés à tirer des conclusions par rapport à
l’évolution du système éducatif. Il est important que les données collectées soient aussi
complètes que possibles [académiques, démographiques (élèves, enseignants, personnels
administratifs), financières, matérielles etc.]. Les informations tirées des diverses données
permettront à chaque responsable, chacun à son niveau de prendre des décisions en fonction des
problèmes qui auront été diagnostiqués.
1.2.2 Type d’information dans l’éducation
Comme mentionné ci-dessus, le rôle de l’information est fonction du niveau du système
éducatif dans lequel on se trouve. Il en est de même du type d’information dont aura besoin
chaque acteur pour bien mener la tâche qui lui est assignée. Les types d’informations pour le
chef d’établissement ne sera pas le même que celui du délégué départemental ou régional, ni
encore moins de celui du ministre de l’éducation.
Le lien qui existe entre le type de données et le type d’information fait ressortir le fait
qu’il ne serait pas évident de parler de l’un sans l’autre. Le type d’information est déduit d’une
étude des données recueillies à chaque niveau du système éducatif.
1.2.2.1 Type de données dans l’éducation
La base du système éducatif est l’établissement. Le type des données (qualitatives et
quantitatives) qui sont issues et de l’analyse qui sont faites à la base dépendra de la qualité de
toutes les décisions au niveau hiérarchique supérieur. Il faudra donc tenir rigueur à ce stade du
système éducatif pour que les décisions prises répondent effectivement aux problèmes réels du
« terrain ». Les tableaux suivants recensent les données par niveau dans l’éducation.
Information dans l’éducation
Au niveau de l’établissement
Les acteurs à ce niveau ont besoin des données recensées dans le tableau suivant :
Niveau
Etablissement
Acteur
Données
• Les données d’état civil (nom, âge, sexe, références des parents…) devant permettre le nombre
d’élèves par âge, par sexe… ;
Elève
• Les données scolaires (notes des évaluations de classes, de concours, d’examens) pour permettre
le calcul des taux d’admission, d’abandon et de redoublement qui sont les indicateurs d’efficacité ;
• Les enseignants par âge, sexe, niveau et type d’éducation ;
Enseignant
• Les enseignants selon leur qualification et leur ancienneté ;
• Les enseignants par discipline ;
• Les enseignants par classes ;
• Nombre de classe par niveau ;
Classes
• Taille de la classe ;
• Type de construction (béton, brique, planche, terre battue…) ;
Construction
et équipement
• âge des constructions ;
• nombre de tableaux, de table bancs ;
• les bibliothèques ;
• les cantines ;
• Le niveau d études : préscolaire (maternelle), primaire, secondaire, supérieur ;
• Le type d’éducation au niveau du secondaire (général, technique, professionnel) ;
• Les filières de formation dans l’enseignement professionnel ;
• Le statut de gestion (public/privé) ;
Etablissement
• L’emplacement (urbain/rural) ;
• La taille : c’est-à-dire classement des écoles en fonction des niveaux d’études proposés, du
nombre total d’élèves ; dans le primaire une distinction importante est à faire entre les écoles
disposant d’un cycle complet ou incomplet ;
• La distance école-domicile : cette notion (aire de recrutement de l’école) est importante surtout en
milieu rural
$+# $
,
" " %%- ! $ -'$+#!! . %'
Information dans l’éducation
Au niveau district/département/régional
Le niveau supérieur juste au dessus de l’établissement est en fonction du découpage
éducatif du pays dans lequel on se trouve. Il peut s’agir du district, du département ou de la
province/ région. Les données ne sont plus aussi détaillées qu’au niveau de base. Les données à
collecter à ces niveaux sont recensés dans le tableau suivant (UNESCO, 2003) :
Niveau
Régional et départemental
Acteurs
Données
• Répartition par année d’études, sexe et âge ;
• Répartition des redoublants par sexe et année d’études ;
• Pour la première année d’études : répartition des redoublants par sexe et âge ;
Elèves
• Nombre d’élèves pratiquant le double flux par année d’études ;
• Distance moyenne parcourue par les élèves ;
• Nombre d’élèves bénéficiant de la cantine ;
• Nombre d’élèves internes ;
• Répartition des enseignants par niveau de qualification et de certification, par année
d’études et par sexe ;
Enseignants et les non
enseignants
• Répartition des enseignants par âge et par sexe ;
• Nombre d’enseignants pratiquant le double flux ;
• Nombre d’enseignants dans des classes multi niveaux ;
• Nombre d’enseignants bénéficiant d’un logement de fonction ;
• Nombre de personnels non enseignants par catégorie, âge et sexe ;
• Nombre de salles de classe ;
Etablissements
• Nombre de salles de classe à réparer ;
• Nombre de cantines scolaires ;
• Nombre d’internats ;
• Répartition par âge simple et par sexe de la population de 3 à 29 ans par région, pour
Population
toutes les années depuis au moins dix ans avec des projections jusqu’à au moins dix ans.
• Repérage des migrations : entrées et sorties de chaque région et leur impact sur la
population scolarisable.
Tableau 3 : Type de données pour le district/département/région
L’orientation de l’éducation se fait au niveau le plus haut du système éducatif. Elle se fait
par la définition des politiques éducatives, des plans d’action, des objectifs à atteindre. Les
informations à ce niveau central permettront d’avoir une idée globale sur l’état du système
Information dans l’éducation
éducatif. Les données à collecter sont de nature très globale. Le tableau ci-dessous permet
d’illustrer les types d’informations qui peuvent être nécessaires au niveau national pour la
définition des objectifs (UNESCO, 2003).
Niveau
National
Acteur
Données
• Répartition par année d’études, sexe et âge ;
• Répartition des redoublants par sexe et année d’études ;
Elèves
• Pour la première année d’études : répartition des redoublants par sexe et âge ;
• Nombre d’élèves pratiquant le double flux par année d’études ;
• Répartition des enseignants par niveau de qualification et de certification, par année
Enseignants et
autres catégories de
personnel
d’études et par sexe ;
• Répartition des enseignants par âge et par sexe ;
• Nombre d’enseignants pratiquant le double flux ;
• Nombre d’enseignants dans des classes multi niveaux ;
• Nombre de personnels non enseignants par catégories, âge et sexe.
• Le budget de l’éducation dans l’ensemble du budget de l’état (budget voté et budget
Dépenses
d’éducation
exécuté) ventilé par niveau d’enseignement ;
• Les dépenses des collectivités locales, des organismes privés par niveau
d’enseignement ;
• Le Produit Intérieur Brut et le Produit National Brut.
établissements
• Nombre de salles de classe ;
• Places en internat et cité universitaire, en cantine scolaire et en restaurant universitaire.
Donnés sur la
• Répartition par âge simple et par sexe de la population de 3 à 29 ans par région, pour
population
toutes les années depuis au moins dix ans avec des projections jusqu’à au moins dix ans.
Tableau 4 : Type de données pour l’administration central
Dans ces tableaux on constate dans certains cas une récurrence des mêmes acteurs et des
mêmes types de données pour chaque niveau. Cela ne signifie pas qu’il s’agit exactement des
mêmes informations qui y seront extraites ; ceci à cause du fait que de façon croissante le détail
accordé à la collecte des données n’est pas le même. Pour des besoins d’objectivités par rapport
aux systèmes éducatifs divers, chaque pays en plus des données ci-dessus, définit des besoins
en informations qui lui sont propres et adaptés aux problèmes que pose son système éducatif.
Information dans l’éducation
Déterminer les types d’informations, dont à besoin chaque acteur ou niveau du système
n’est pas le point final de la tâche des planificateurs et gestionnaire de l’éducation. Ces derniers
doivent disposer des mesures permettant de capitaliser les avancés vers les objectifs à atteindre.
1.2.2.2 Usage et pertinence des données
Les différentes informations nécessaires au fonctionnement du système éducatif ne sont
pas en divergence avec les types de données. L’information dont à besoin chaque acteur à son
niveau d’action est recensé dans le tableau ci-dessous. Les informations doivent avoir leur début
au niveau de l’élève, de la classe et ensuite de l’école. De manière croissante, les détails accordés
aux informations doivent être agrégées au fur et à mesure que l’on passe au niveau supérieur du
système. La collecte des données individuelles sur les élèves, les salles de classe et les
établissements doit se faire avec de grandes précisions pour assurer leur complétude, leur
pertinence, leur fiabilité afin de faciliter d’ éventuelles analyses. Le tableau ci-dessous permet de
recenser les données, leurs usages et pertinences
Niveau
Acteur
Usage des données
Pertinence des données
Salles de
• Elèves ;
collecte
• Données détaillées, désagrégées ;
classes
• enseignants
• Notes individuelles
• Données disciplinaires
Etablisse
•Chef
Collecte
•Données des élèves agrégées
ment
d’établissement
évaluation
longitudinalement
•Administrateurs,
• Résultats scolaires
• Données disciplinaires
• Ressources humaines allouées
• Ressources financières désagrégés
Communa
• Parents
utés
• Leaders de la
Evaluation
• Données désagrégées par élèves
• Données administrative agrégées
communauté
District
•Administrateurs
Evaluation
• Données des élèves et administratives
/départem
agrégées longitudinalement ;
ent/ région
National
• Ministère de
Evaluation
• Données administratives agrégées
l’éducation ;
• Données financières et budgétisés par
• Organisations
unité
internationales ;
• Données de performances agrégées
• ONG
• Leader politique
$+# $
/
" %%- !
'% %' !
"$%!
#
!,!'0.
-" $'&(1
'2
$%"
2'3
445*
Outils de mesure de l’état du système éducatif
1.3 Outils de mesure de l’état du système éducatif
Les indicateurs de manière générale sont considérés comme des mesures destinées à
servir le pilotage (Landsheere, 1992). L’indicateur est une donnée statistique valide et directe
qui informe sur l’état de santé du système étudié. Ils informent également sur l’état et les
changements d’ampleur et de nature au cours du temps d’un fait social jugé important. « Les
indicateurs peuvent être définis de façon simple comme des données statistiques homogènes ou
composites traduisant les caractéristiques importantes d’un système, par exemple l’éducation, la
santé, l’économie (…) » (Darling-Hammond, 1994). Les indicateurs peuvent fournir des
informations permettant de mesurer l’état d’avancement vers la réalisation des objectifs fixés,
par rapport à des résultats antérieurs, ou par comparaison avec les résultats d’un autre système ou
d’un autre pays (O.Shavelson et al., 1989).
L’élaboration d’indicateurs doit s’accompagner d’efforts concertés permettant d’instruire
les usagers sur la pertinence, la signification et l’utilisation de certaines catégories d’indicateurs.
L’interprétation par le public, les éducateurs et les politiques doit se fonder sur une connaissance
du domaine d’étude ; ici le secteur éducatif. Ces derniers doivent avoir une idée précise sur
l’enseignement, l’apprentissage et le fonctionnement des établissements.
En éducation, les indicateurs informent sur la qualité et le fonctionnement du système
éducatif, sur les connaissances acquises par les élèves, sur leur savoir faire, et leur évolution
positive ou négative (…), (Landsheere, 1992). Les indicateurs doivent toujours être présentés
avec un exposé sur leurs significations, leurs limites et leurs interprétations (L.DarlingHammond, 1994). Aux différents niveaux du système, les indicateurs sont utilisés pour des
besoins de natures diverses. Ceci peut s’illustrer par :
Au niveau de la salle de classe, l’enseignant, à travers les résultats individuels des
élèves, pourra adopter des stratégies diverses pour un élève ou pour toute la
classe, avec pour objectifs d’améliorer leur connaissance (savoir, savoir faire,
savoir être).
L’administration de l’établissement, par l’étude des statistiques de résultats de
deux classes différentes en une discipline ou de manière générale, pourra avoir
des informations sur les causes de la réussite ou de l’échec dans une salle de
classe.
Outils de mesure de l’état du système éducatif
Les responsables de l’éducation au niveau du district ou du départemental à
travers les indicateurs appropriés pourront mesurer l’évolution des établissements
différents de leurs circonscriptions.
En fonction du niveau du système éducatif les catégories d’indicateurs varient. Les indicateurs
d’accès sont ceux utilisées au niveau supérieur de l’établissement. Les indicateurs d’efficacité
sont la propriété de l’établissement pour assurer sa gestion quotidienne. Le tableau 5 présente un
ensemble d’indicateurs qui doivent être recensés pour le suivi évaluation du système éducatif au
niveau de l’établissement (UNESCO 2003).
Indicateurs
Données
Relatifs à la population
• Caractéristiques des élèves présents à la rentrée : sexe, âge moyen,
accueillie
catégorie socioprofessionnelle, proportion d’élèves en retard, proportion
d’élèves étrangers, proportion de redoublants ;
• Caractéristiques des élèves entrant dans le lycée à la rentrée : sexe, âge,
proportion de redoublants, proportion d’élèves venant de l’enseignement
privé ;
• Origines scolaires des élèves entrant dans le lycée à la rentrée.
de ressources et de moyens
• Moyens horaires ;
• Caractéristiques des enseignants ;
• Effectifs des élèves par option.
de résultats
• Taux de réussite au baccalauréat par série ;
• Taux d’accès au baccalauréat ;
• Proportion de bacheliers parmi les sortants de l’établissement ;
• Situation des élèves sept mois après leur sortie du système éducatif ;
• Acquis des élèves en français, mathématiques, histoire-géographie et
langue vivante...
de fonctionnement
• Devenir des élèves en fin de seconde ;
• Proportion d’heures d’enseignement assurées effectivement à un élève ;
• Taille des divisions ;
• Importance des services liés à l’enseignement ;
• Importance des services liés à la vie scolaire ;
• Mouvement du corps enseignant ;
• Accidents dans l’établissement ;
• Statut des lycéens.
d’environnement
• Intensité des relations avec l’environnement économique ;
• Données socio-économiques par zone d’emploi.
$+# $ 5 %" $'
" !
%" , # " # %!
% . %'!
%"$
(
3 446*
Résumé
Le rendement interne de l’établissement porte sur le nombre d’année que met un élève
pour compléter un cycle particulier. Il est mesuré à partir du taux de flux : le taux de promotion,
le taux de redoublement et le taux d’abandon.
Les informations issues de l’analyse des indicateurs sus mentionnés permettront de gérer
de manière prévisionnelle l’établissement au niveau du second cycle de l’enseignement
secondaire. Connaitre le taux de réussite ou d’échec pour une année permettra au chef de
l’établissement d’allouer encore plus de ressources l’année suivante.
1.4 Résumé
Le propos de ce chapitre à été de présenter les notions de management et d’information.
Nous avons étudié les concepts de management, défini les raisons d’être du management de
l’éducation d’une part. D’autre part, il a été présenté le rôle et les types d’information dont ont
besoin les différents acteurs du système éducatif. Il a également été question de présenter un
outil qui permet d’évaluer et de suivre l’évolution du système.
Le chapitre suivant fera l’objet de l’étude du système d’information pour le management
de l’éducation (SIME). Une étude sera tout d’abord faite sur le concept général de système
d’information (SI), par la suite une présentation des études de cas dans quelques pays sera faite,
notamment les cas du Ghana et de la Jamaïque ; à la fin de ce chapitre, il sera présenté une
méthodologie et un outil utilisé pour la construction d’un SIME.
Système d’information pour le management de l’éducation
Chapitre 2 : Système d’information pour le
management de l’éducation
La complexité de la notion de système d’information en général et du management de
l’éducation en particulier nécessite de s’y attarder pour comprendre le fonctionnement d’un
système d’Information et de Management de l’Education. Ainsi, il se pose les préoccupations
suivantes :
qu’est ce qu’un système d’information ?
Qu’est ce qu’SIME ?
Le but d’un SIME
Une étude de cas pour comprendre le fonctionnement du SIME dans deux pays : le
Ghana et la Jamaïque
Les réponses à ces préoccupations se feront dans les sections suivantes :
2.1 Système d’information ....................................................................................................... 20
2.2 SIME .................................................................................................................................. 21
2.3 Etude de cas ........................................................................................................................ 30
2.4 Méthodologie et outils de réalisation d’un SIME ............................................................. 33
2.5 L’Information spatiale dans la planification de l’éducation............................................... 36
2.6 Résumé ............................................................................................................................... 37
Système d’information
2.1 Système d’information
Le concept de SI a émergé il y’ a de cela trois décennies (MELE, 1969), avec comme
toile de fond la crise socio-économique de la fin des industries dites ‘ mécaniques’ de la
deuxième révolution industrielle et l’entré dans l’aire du tertiaire. Le SI a tout d’ abord été
assimilé au système informatique (BOUZE, 1996). Les recherches sur ce sujet montrent qu’un
SI est bien plus qu’un parc informatique mis en réseau, mais qu’il est intrinsèquement lié à
l’organisation et aux flux économiques et sociaux qui
font vivre l’organisation.
Toute
organisation a une action sur les échanges qu’elle effectue avec son environnement. Compte
tenue du rôle majeur que joue une information dans l’organisation, il est important que celle-ci y
consacre une grande partie de son temps , de son effort, de son activité a collecter, stocker, traiter
et assurer la diffusion de l’information pour promouvoir un fonctionnement efficace et efficient
de son organisation : c’est le rôle du SI.
Des définitions diverses sont attribuées au système d’information. Elles le sont en
fonction du domaine dans lequel chaque auteur travaille. Un Système d’Information (SI) est un
ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données, procédures)
permettant d’acquérir, traiter, stocker, communiquer des informations dans les organisations
(Reix, 2000). Il s’agit également d’un ensemble d’éléments qui contribuent au traitement et à la
circulation des informations au sein de l’organisation (base de données, logiciels, procédures et
documents) y compris les Technologies de l’Information.” (Educnet, 2006). De façon technique,
un Système d’Information est un ensemble de composantes inter reliées qui recueillent de
l'
information, la traitent, la stockent et la diffusent afin de soutenir la prise de décision, la
coordination, le contrôle, l'
analyse et la visualisation au sein d’une organisation (Laudon, 2000).
« Le système d’information est un ensemble organisé de ressources technologiques et humaines
visant à aider la réalisation des activités de l'
organisation » (Nurcam et Rolland, 2006).
Un système d’information est également un arrangement de personnes, de données, de
présentation de l’information et des technologies de l’information qui interagissent pour
supporter et améliorer les opérations quotidiennes d’une organisation ainsi que pour supporter la
résolution des problèmes et les besoins de prises de décisions, du management et des usagers
(Jeffrey l Whitten et al, 2001).
Des définitions précédentes, qui semblent toutes exprimer les mêmes préoccupations, on
constate la récurrence d’un certain nombre de termes tels que : données, matériels, logiciels,
personnes, procédures. Ces termes semblent être les mots clés du système d’information.
Système d’information
Une attention particulière portée à la définition de (Jeffrey L Whitten, 2001) montre
qu’un système d’information est un « tout ordonné » interagissant dans le but d’aider au
« management » de l’organisation par des « opérations quotidiennes ».
Le « tout ordonné » est constitué par l’ensemble des personnes,
technologies,
informations et des procédures. « Management » renvoie ici à la gestion de l’organisation par la
résolution des problèmes de l’organisation, et l’assurance des prises de décisions pour un
rendement meilleur de l’organisation. L’ensemble des tâches qui sont réalisées tous les jours
constituent ce qui est ici considéré comme « opérations quotidiennes ».
Le concept de système d’information n’est pas un concept de vase clos, il intervient dans
des domaines différents. Il s’intègre de façons différentes pour former des sigles en fonction des
préoccupations de l’organisation. On aura ainsi SIM pour système d’information de
management, SIMS qui est l’acronyme de système d’information de management de la santé ou
du sport… le secteur éducatif n’est pas resté à l’écart de cette mouvance, il a intégré ce concept
dans son vocabulaire pour parler de SIME, acronyme de système d’information pour le
management de l’éducation. Cette notion de SIME fera l’objet d’étude de la section suivante.
2.2 SIME
La gestion centralisée de l’éducation n’est plus à l’ère du 21ème siècle un fait d’actualité.
Ceci pour des raisons de croissance rapide de la population, de demande en éducation... Le
recrutement, la formation, les affectations et la gestion des enseignants ; la demande en
infrastructures, fournitures, administrateurs, finance, la gestion des élèves etc. sont des
problèmes dont les résolutions ne peuvent plus seulement être trouvées auprès de
l’administration centrale. Le contrôle de la qualité de l’éducation devient donc un problème non
plus central de manière générale mais hiérarchisé du niveau le plus inférieur qu’est la base du
système éducatif (l’établissement), au niveau le plus haut qu’est le ministère :siège du SIME
(Wako, 2003).
La formulation des plans d’éducation pour améliorer la qualité de l’éducation doit se faire
en prenant appui sur des informations fiables et pertinentes issues de la base du SIME.
2.2.1 Pourquoi un SIME ?
Il n’existe pas de définition universelle pour l’acronyme SIME. Cet acronyme se définit
de façon différente en fonction des personnes et des pays. De même le but assigné au
SIME
SIME varie d’un pays à un autre. Pour certains, un SIME permet d’accroître la qualité des
données et des informations. Pour d’autres, il s’agit d’une informatisation du système
d’information statistique. Une autre catégorie pense qu’il s’agit d’un système d’information
pour des besoins administratif tout comme les systèmes de management de personnels, les
systèmes de management financier, Etc. Il est même réduit à l’ordinateur par certains (Tom
Cassidy, 2005).
L’absence de définition standard est une cause du développement anarchique et
incompréhensif des systèmes d’informations qui ne répondent pas aux besoins et attentes de
l’éducation. Les systèmes développés dans les pays ne sont pas la résultante d’un processus bien
élaboré, mais la résultante d’une combinaison désordonnée d’applications manuelles et
informatisées (Fernandez, 2005).
Le développement d’un SIME compréhensif dépend largement du succès de l’intégration
des différents types de données issues de différentes sources internes et externes, et des différents
niveaux du système éducatif. Elle dépendra également de la cohésion entre les sous systèmes
d’informations qui composent le SIME.
2.2.2 Définition de SIME
De nombreux auteurs ont tenté de donner une définition au SIME. Sans être toutes
formulées avec les mêmes mots, elles ont pour la plupart le même sens. Nous répertorions ici
quelques unes d’elles. Un SIME est un système:
de collecte, de stockage, d’extraction, de traitement, de diffusion de données
conçues spécialement pour les décideurs, les directeurs afin de planifier et gérer le
system éducatif de façon efficiente, effective et viable (AEPM ,2007).
de collecte, d’intégration, de traitement, d’entretien et de diffusion des données et
de l’information pour supporter la prise de décision, la formulation et l’analyse
des politiques, la planification, le suivi et le management à tous les niveaux du
système éducatif (Tom Cassidy, 2006).
de personnes, de technologies, de modèles, de processus, de procédures, de règles,
de réglementations, qui fonctionnent ensemble pour fournir aux leaders des
établissements, décideurs et managers un ensemble de données et informations
fiables, opportunes, pertinentes, non ambigües, compréhensibles, leur permettant
SIME
d’assumer leur responsabilité à tous les niveaux du système éducatif (Tom
Cassidy, 2006).
Un arrêt sur ces définitions permet de constater que le SIME est équivalent au SI. Le
« tout ordonné » est constitué des acteurs internes et externes(les élèves, les enseignants, les
chefs d’établissements, les responsables départementaux, régionaux et nationaux de l’éducation,
les parents d’élèves, les ONG…), les technologies (ordinateurs, SGBD…), les données et
informations (la qualité d’enseignant de la salle de classe, le nombre d’élèves filles de
l’établissement, les performances de l’établissement dans mon département, le taux de réussite
du département dans ma région, le niveau d’avancement vers les objectifs de l’EPT au niveau
national…), les processus et procédures (la gestion des élèves, la gestion des enseignants,
l’allocation des ressources matérielles, humaines, financières, le suivi évaluation des objectifs
…). La symbiose entre ce « tout ordonné » constitue le management pour l’obtention des
résultats efficaces à travers des règles de fonctionnement bien élaborées.
Une attention particulière sur certains termes de ces définitions permet d’y voir plus clair.
Nous avons donc :
données pertinentes : données ou informations permettant aux responsables et à
tous les niveaux du SE d’assumer correctement leurs responsabilités ;
données fiables : ce sont les données qui sont considérées comme exactes et justes ;
données non ambiguës : sont considérées comme des données qui ne présentent
pas de difficultés dans leurs significations et de doutes dans leurs interprétations ;
données opportunes : il s’agit des données qui sont disponibles avant ou pendant
que l’on a besoin d’elles ;
SIME compréhensif : un SIME sera dit compréhensif lorsqu’il pourra fournir un
accès à des données en quantités et en qualités. Ce SIME doit fournir des données
concernant tous les aspects du SE ; il s’agira par exemple des données sur les élèves,
les enseignants, les finances etc.
intégration : ceci fait référence à la compatibilité qu’il doit y avoir entre les données
de différentes sources. En d’autres termes il faut pouvoir établir le lien entre une
source de données et d’autres sources de données.
tous les niveaux : fait référence à un système qui tient compte des besoins de toute
nature pour servir à la fois les ministères, les régions, les départements et les
établissements.
SIME
2.2.3 But du SIME
Un SIME n’est pas un système de gestion de personnel, ou des finances, ni moins un
système de gestion administratif. Il s’agit d’un système de données et d’informations qui intègre
plusieurs types de données de diverses sources, de multiples niveaux dans le but d’aider les
gestionnaires, décideurs, les planificateurs dans la prise de décisions au travers des analyses
portées sur celles-ci en utilisant des outils appropriés.
En résumé, le SIME a pour but de renforcer les capacités de gestion, de planification et
de diffusion de l’information à tous les niveaux du système éducatif pour tous les centres de
réflexion et de décision. Pour ce faire, il doit (UNESCO, 2003):
améliorer les capacités de collecte, de traitement, de stockage, d’analyse et de
diffusion des données afin que les décideurs, administrateurs et gestionnaires
puissent se baser sur des données fiables et actualisées ;
centraliser et coordonner les efforts dispersés dans l’acquisition, le traitement,
l’analyse et la diffusion des informations sur la gestion de l’éducation ;
rationaliser la nature et le flux d’informations nécessaires aux prises de décision
en réduisant et en éliminant les duplications, et en comblant les lacunes dans
l’information ;
relier et rassembler les différents systèmes d’information existants ;
intégrer et synthétiser dans un seul système les données quantitatives et
qualitatives;
améliorer la collecte, l’utilisation et la diffusion des informations de gestion de
l’éducation pour répondre à l’évolution constante des besoins en informations.
2.2.4 Information dans le SIME
La donnée et l’information sont la substance première du fonctionnement du SIME. Le
processus de manipulation (collecte, stockage…diffusion) nécessite d’avoir un suivi attentionné
pour que les résultats attendus ne soient pas fauchés pour des raisons diverses (lenteurs dans la
collecte, mauvais traitement, moyens de diffusion obsolètes…). Pour palier à ces nombreux
désagréments, tous les responsables de l’éducation doivent avoir :
la même vision sur les informations dont ils ont besoin à tous les niveaux du
système ;
SIME
une même idée sur la façon dont devront circuler les informations et par
conséquent y joindre des personnes ayant une formation de base ;
des technologies appropriées aux fonctionnements du système ;
les mêmes pratiques par niveau (présentation des informations, calendrier de
traitement etc.) ;
L’information, dans le SIME pour permettre une gestion efficace du système, doit suivre un
ensemble d’étapes définit par :
Etapes impliquées dans le traitement de l’information
Identification des
• Comment les objectifs du système éducatif peuvent t’il être
besoins en information
atteints ?
• Etablir les indicateurs de mesure de l’EPT
• Quelles sont les difficultés du SE ?
Inventaire des sources
• Quelles sont les institutions qui gèrent les données ?
de données
• Comment les données sont elles gérées ?
Collecte des données
• Quels sont les techniques utilisées pour collecter les données
• Recensement scolaire : la collecte se fait par des
questionnaires qui permettent de recenser les données sur les
élèves, les enseignants, les classes…
• Enquête statistique : pour l’obtention des résultats extra
scolaires
• Sondage : pour mesurer les connaissances acquises par les
élèves ou s’enquérir des attentes des enseignants et des
parents
• Documents administratifs et de gestion : contenant les
informations sur les finances et le fonctionnement de
l’administration
• Données externes : elles concernent les données externes au
SE
Construction de la
• Quelle structure aura la BD ? en fonction de la complexité du
base de données (BD)
système la BD peut être simple ou relationnelle
• Comment seront identifiées les unités administratives (il est
important d’utiliser des codes de mêmes catégories pour
représenter les éléments)
• Qui entrera les données
Analyse des données
• Comment seront présentées les données (tables statistiques,
figures, cartes, textes analytiques …)
Publication et
• Comment seront distribuées les informations (publication
diffusion
écrites, mémorandum, internet, CD-ROM …)
1
2
3
4
5
6
$+# $ 7 ' $ ' . %'" #8%& . $' % ( $
$9$ ' #3 44/*
2.2.5 Cycle de vie de l’information dans le SIME
De la collecte des données au feedback, la manipulation des données est constituée de
plusieurs étapes. Les sept étapes suivantes constituent le cycle de vie de l’information (Wako,
2003).
SIME
La collecte des données : La majeure partie des données du système
d’information est collectée par des questionnaires conçus par l’administration
centrale du SIME. Les données collectées doivent satisfaire aux besoins des
gestionnaires et des planificateurs. La base de la collecte des données est
l’établissement ; les méthodes et moyens utilisés à ce niveau doivent être de
qualité. Le processus de collecte des données à cette échelle à une influence sur
les autres étapes du cycle.
Le traitement des données : Après la collecte des données, il est nécessaire de
les organiser en fonction des besoins afin qu’elles soient utilisées de manière
efficace. Le traitement des données est une étape très importante dans le cycle de
vie de l’information
L’analyse des données : Le traitement a permis de classer les données
en
fonction des besoins. Une étude approfondie et pointue des données permettra de
tirer des informations qui aideront à la prise de décision, à la planification et à la
gestion. Cette analyse doit se faire avec en idée le niveau du système dans lequel
on se trouve et les différents acteurs qui y sont représentés.
Le reportage : Le report des informations doit se faire en fonction des
destinataires. L’importance des détails doit être fonction également des
utilisateurs des données et des informations. Au niveau de l’établissement les
rapports doivent être suffisamment détaillés, tandis qu’au niveau national par
exemple les rapports ne doivent contenir que les informations globales.
La publication : Si les informations ne sont pas publiées, le travail précédent est
sans effet. La publication des informations permet aux utilisateurs d’en faire
usage pour des raisons diverses dans l’éducation. Des voies et moyens appropriés
doivent être utilisés pour atteindre les différents utilisateurs.
La diffusion : Elle se fait de façon large pour les acteurs internes et externes du
système éducatif. Elle permettra à la population d’avoir connaissance sur
l’évolution du système éducatif. Les média sont utilisés à cette fin.
Le feedback : Très important, le feedback permet d’évaluer ce qui à déjà été fait,
quels sont les résultats obtenus, qu’elles sont les problèmes qui restent à résoudre.
Des mécanismes d’évaluation du système doivent être élaborés à cette fin. Au
niveau de l’établissement par exemple le chef d’établissement par comparaison
des notes de deux séquences successives pourra vérifier si le niveau des élèves, de
la classes à évolué ou non.
SIME
Le cycle de vie de l’information est illustré par le schéma suivant :
La collecte des données
Le feedback
Le traitement des données
L’analyse des données
La diffusion
Le reportage
La publication
6
, # " : " # %& . $' %
2.2.6 Architecture d’un SIME
Comme il a été mentionné précédemment, un SIME est un ensemble constitué de
plusieurs éléments qui interagissent entre eux pour supporter des besoins de prise de décisions,
de planification et de gestion par le biais des opérations quotidiennes. L’architecture d’un SIME
fait ressortir tous ces éléments et les interactions qui existent entre eux. Les figures ci-dessous
permettent d’illustrer l’architecture du SIME
Données externes
Données internes
Données
démographique
Test
élève
tests
résultats
Données de survie
Données financières
Enseignants
enseignants
qualification
salaire
Budget
Budget et cout du
fonctionnement
au niveau du
district
; %'- $' % " ! " %%- ! "$%!
Multi source, multi niveau, multi année
SIME
2007
SIME
2008
• Exam
SIME• Enseignants
2009
• Exam
• Enseignants
Finance
• • Exam
• Finance
Données
• • Enseignants
d’établissement
Données
• • •Finance
Autres données
d’établissement
• Données
• d’établissement
Autres données
• Autres données
.
$!! ",3 445
SIME
Le SIME est multi niveaux, multi sources et multi années. Dans la base de données du
SIME, les données stockées sont à la fois les données internes et externes à l’éducation. Pour
l’élaboration des plans d’éducation les responsables disposent des données stockées sur plusieurs
années, qui leur permettent de comparer les résultats obtenus pendant un certain nombre
d’années.
Le SIME central est basé au ministère en charge de l’éducation. Son pilotage est assuré
par une équipe diversifiée qui collecte les données externes et internes au système éducatif et les
stockent dans la base de données du SIME. Les données sont stockées par années pour permettre
des études comparées.
La figure 6 présente la vue d’ensemble d’un model du SIME central. Les sources de
données sont les établissements d’enseignement maternel, primaire, secondaire et universitaire.
La base de données centrale se situe au ministère de l’éducation nationale. De manière
progressive, les données sont collectées au niveau de l’établissement, ensuite remontées vers le
niveau supérieur. Le niveau supérieur de l’établissement est fonction de la structure
administrative du pays. Au Cameroun, il s’agit en milieu urbain du département et ensuite de la
région, tandis qu’en milieu rural, il s’agit de l’arrondissement et ensuite le département et par la
suite la région et enfin le pays dans les deux cas.
SIME
!
Budgets
et finance
Planification
+
Monitoring
"
$
et évaluation
#
$
!
% !
1
&
!" $
" "
$
+
&
!
#
!
&
%
'
() ( *+,+
+ - . *(/
+
Aller et retour entre les
éléments du système.
/ :
"8 %! . +# "
(
.
$!! ",3 445*
+
+
+
+
0
+0 ! !
0 !
+
+
+
/
Étude de cas
Pour son fonctionnement, les organes du SIME demandent des informations au niveau
des établissements et d’autres institutions extra scolaires dont les données pourront permettre la
planification et la gestion de l’éducation. Une fois collectées et stockées dans la base de données,
les données sont consultées par chaque organe du SIME pour ses besoins.
2.3 Etude de cas
La volonté d’améliorer la qualité des systèmes éducatifs a entrainé ces dernières années
les politiques à mettre en œuvre des moyens devant leur permettre d’atteindre leurs objectifs.
Dans de nombreux pays d’Asie, d’Amérique, d’Europe et d’Afrique, des SIME ont été
développés de diverses manières.
En Afrique, les pays tels que le Ghana, le Nigéria, la Namibie et le Mozambique sont
parmi les premiers à penser à un SIME pour leur système éducatif. Le Ghana est le pays qui
présente le SIME le mieux réalisé (InfoDev, 2006). En Amérique Latine et aux Caraïbes,
plusieurs pays parmi lesquels le Brésil, le Pérou, la Jamaïque, le Chili, Bogota et bien d’autres
ont depuis de longues années pensé à mettre en place un SIME pour la gestion de leur éducation.
La Jamaïque dans cette zone est le pays dont le SIME est le plus compréhensif. Nous allons dans
la suite de cette section nous attarder sur les cas du Ghana et de la Jamaïque.
2.3.1 EMIS au Ghana
En ce qui concerne la planification, le SIME ghanéen est un meilleur exemple de pratique
en Afrique. Il existe une synergie entre l’histoire de l’éducation et le développement du SIME.
La formulation des plans d’éducation est basée sur un meilleur processus de collecte des
données. Très récemment, une politique de décentralisation, de collecte et d’analyse des données
a été initiée au niveau des districts. Les objectifs et les fonctions du SIME au Ghana sont de
permettre aux politiques de mesurer le degré de disfonctionnement du système et d’évaluer les
ressources budgétaires à allouer au système. Il permet également la définition des plans
d’éducation, la formulation des plans opérationnels, et le suivi évaluation du système éducatif à
travers les objectifs cibles prédéfinis. En collaboration avec le « PBME », le SIME transmet les
données à cette division qui après des analyses, reporte les informations au ministère. Localisé
dans le SRIMP, au courant des années 2006, de nouveaux locaux compte tenu de l’importance
accordée au sein du ministère sont accordée au SIME. La nouvelle structure du SIME fera
Étude de cas
intervenir toutes les divisions internes et externes du système éducatif. Les divisions du SIME
seront dotées de sous SIME permettant de collecter, et d’analyser les données. La figure cidessous représente le SIME ghanéen et la circulation du flot d’information.
SIME management
Autres sources de données :
WAEC, IPPD, GSS
CSSPS, institutions non
SIME MOEYS centre
Bureau SIME NCTE
Institutions universitaires :
Universités, Grandes
écoles, Institutions
professionnelles
Bureau SIME GES
NFED régional
Unité SIME régional GES
Bureau SIME NACVET
Instituts techniques et
vocationnels (public et privée)
Bureau district NFED
Ecoles de formations des
enseignants
Etablissement enseignement
secondaire (SSS, public et privée
Unité SIME district GES
5
Bureau SIME NFED
2$%- % ( %&
Education de base : maternelle,
primaire, JSS
:3 445*
Un regard sur ce schéma montre que le SIME ghanéen est décentralisé et concerne tous
les secteurs et niveaux de l’éducation. Le développement du SIME au Ghana s’est fait dans une
parfaite synergie avec le processus de réforme de l’éducation et des avancées technologiques. Il
est divisé en trois phases :
La première phase débute dans les années 80 quand des politiques de réforme de
l’éducation avec l’assistance de l’UNESCO sont mises en place. La finalité à
cette période était d’assurer une éducation de base pour tous. Pendant cette
période, les responsables de l’éducation se sont rendu compte qu’il fallait un
système qui leur permette de suivre les objectifs fixés. Des districts (26) et régions
(10) pilotes ont été sélectionnés pour des tests d’implémentation.
La seconde phase était basée sur la continuité de la phase précédente. Le
développement est mis sur l’acquisition et l’utilisation des technologies diverses.
Le but est de permettre une collecte des données au niveau de l’enseignement
Étude de cas
primaire et du premier cycle du secondaire pendant une durée de 7 ans (1997 à
2003). Des questionnaires sont conçus pour les autres secteurs de l’éducation.
Cette deuxième phase a permis aux administrateurs d’élaborer des processus de
collecte de données et de comprendre comment ils pouvaient les utiliser pour
planifier l’éducation.
La troisième étape dénommée ‘amélioration et développement’ a pour objectif de
donner une structure au SIME, des méthodes et moyens de fonctionnement.
Bien que le SIME ghanéen soit le mieux structuré en Afrique, il présente encore des faiblesses
qui trouveront probablement des solutions avec le temps. Ces difficultés sont à la fois d’ordre
technologiques (absence de ressource technologique), de qualification dans le processus de
collecte et analyse des données etc.
2.3.2 EMIS en Jamaïque
La Jamaïque est le premier pays au Caraïbe à avoir développé un SIME compréhensif.
Ses efforts ont débuté dans les années 1990. Le système encore en place est basé au niveau de
l’établissement, mais nécessite des mises à jour. Ce système est utilisé pour deux raisons.
Premièrement : le système est utilisé pour la production des profiles
d’établissement. Il s’agit d’un document de deux pages contenant des données et
des informations décrivant l’établissement. Les données et informations portent
sur les données d’inscription, les qualifications des enseignants et des
renseignements sur l’état des infrastructures. Ces profils contiennent également
des indicateurs de base tels que : le ratio enseignant-élève, la taille des classes, le
ratio garçon-fille.
L’objectif du développement des ces profils est de faciliter le partage des données
d’établissement, de manière à ce que le suivi des établissements soit plus direct.
Deuxièmement : l’utilisation du SIME a pour but de permettre aux responsables
de l’éducation Jamaïcaine de définir des brefs plans d’éducation. Un bref plan
d’éducation est un plan d’éducation immédiat, instantané, de courte durée.les
données et informations sont utilisées par un responsable pour résoudre un
problème immédiat. Entre 1994 et 1996, 17 brefs plans d’éducation ont été
générés par l’intermédiaire du SIME.
Méthodologie et outils de réalisation d’un SIME
Le tableau suivant présente 16 des 17 brefs plans d’éducation :
Nro
Bref plan d’éducation
1
Ratio enseignant-écolier dans l’enseignement primaire et les âges des écoliers
2
Les qualifications des enseignants et leurs âges
3
Taux de réussite aux examens et concours de l’école primaire
4
Le programme de nutrition du FAO dans les écoles primaire
5
L’effet du taux de nutrition sur les présences
6
L’analyse de l’impact des départs à la retraite et des enseignements forcés
7
Le ratio enseignant-élève dans l’enseignement secondaire
8
L’analyse des futurs besoins en enseignants
9
L’impact de la promotion automatique
10
L’offre el la qualification des enseignants du secondaire
11
Les infrastructures dans les établissements primaires et secondaires
12
Les résultats de concours par sexe, situation géographique et caractéristique de l’école
13
L’analyse des données d’inscription par classe d’âge dans le primaire
14
Le taux de fréquentation au niveau du primaire : a mettre à jour
15
Accommodation dans le primaire
16
Une comparaison entre trois écoles de trois pays des caraïbes au CXC.
$+# $ < + &! #$%! " -" $' % " #$ $. $=>
(
$!! ",3 44/*
Bien que la Jamaïque ait développé un SIME compréhensif, et des indicateurs permettant
de suivre l’évolution de son système éducatif, beaucoup reste encore à faire pour satisfaire les
attentes des politiques.
2.4 Méthodologie et outils de réalisation d’un SIME
2.4.1 Méthodologie
La construction d’un SIME compréhensif et effectif doit être structurée pour satisfaire
aux besoins immédiats et lointains pour le développement du système éducatif. Il s’agit d’un
processus complexe et coûteux. Ce processus est d’autant plus complexe que plusieurs
organisations interviennent dans l’éducation. Pour développer un SIME, il est donc important de
préciser quelles sont les types de données et d’informations qui seront collectées et fournies à
chacun aux différents niveaux internes et externes du système. Ces différents acteurs sont entre
autre le ministère en charge de l’éducation dans le pays, les responsables des autres ministères
(par exemple, finance, planification…), officiels des niveaux régional, départemental et de
l’établissement.
Méthodologie et outils de réalisation d’un SIME
Le
développement d’un SIME est basé sur les étapes de réalisation d’un système
d’information classique : la spécification des besoins, la conception, l’implémentation, le test et
la maintenance (Royce, 1970). Les explications que nous porterons sur ces différents termes
seront limitées dans le cadre de l’établissement.
La spécification des besoins : elle consiste à effectuer un état des lieux de ce qui
est présent. Les questions telles que : quelles sont les forces, faiblesses,
opportunités et menaces du système en place ? il s’agit d’effectuer une analyse
SWOT pour déterminer les problèmes du système et les classer par ordre
d’importance (élaborer l’arbre à problème). Pour l’établissement on peut effectuer
une analyse SWOT pour la gestion des enseignements, de la discipline, de la
gestion du personnel etc.
La conception : il s’agit à cette étape de fixer les objectifs à réaliser par ordre de
priorité, d’élaborer la démarche à suivre et de proposer une architecture du
système envisagé. Après un état des lieux et un diagnostic, s’il s’avère que le
processus de collecte et de traitement des données est la cause du mauvais
fonctionnement de l’établissement, alors l’un des objectifs sera de mettre en place
un système de gestion des données. On pourra également concevoir des
architectures pour la gestion de la scolarité, du personnel, des finances, des
enseignements …
L’implémentation : c’est la phase de traduction des composantes de
l’architecture en langages issues de plateformes d’implémentation (langage de
programmation, SGBD…), de la mise en commun des différents sous systèmes
conformément à l’architecture prévue pendant la phase de conception.
Le test : l’implémentation n’est pas suffisante, il faut après avoir réalisé le
système le tester pour s’assurer qu’il répond aux besoins pour lesquels il a été
conçu.
La maintenance : c’est l’une des phases le plus souvent négligées. Il convient
d’assurer la maintenance corrective et évolutive du système, pour qu’il soit
toujours en symbiose avec les avancées technologiques et qu’il réalise toujours les
opérations pour lesquelles il a été mis en place.
Dans la plupart des systèmes éducatifs et plus particulièrement au niveau de
l’établissement l’un des problèmes majeurs est la gestion des données dans son ensemble. Il est
Méthodologie et outils de réalisation d’un SIME
nécessaire de suivre les étapes de la section 2.2.4 pour que la gestion des données et du SIME
soit efficace et compréhensive.
2.4.2 Outils
Pour le fonctionnement du système d’information, les responsables centraux de
l’éducation doivent développer des outils adaptés aux réalités de leur système éducatif. De
nombreux outils ont a cet effet été mis en place. Nous pouvons citer Triade, EPSSim, Open
EMIS. Chacun de ces outils présente ses avantages. De ces trois outils, Open EMIS a été
développé par l’UNESCO, il est utilisé par plusieurs pour des besoins de gestion du système
éducatif. Open EMIS est un outil libre et gratuit, téléchargeable sur le site de l’organisation.
Open EMIS a été développé pour répondre aux besoins de collecte et d’expertise dans
l’élaboration des processus de collecte des données et de suivi évaluation du système éducatif
dans les pays en voie de développement. Il a également été conçu pour stabiliser les 18
indicateurs de l’EPT. Il intègre déjà un certain nombre d’indicateurs, et peut également permettre
la définition d’autres. Son but est de faciliter l’établissement d’un système d’information adapté
aux besoins nationaux et ce à tous les niveaux du système éducatif. Une fois adapté au système
éducatif national, Open EMIS permettra de (UNESCO, 2006):
Assurer une meilleure collecte, traitement des données, analyse et dissémination
des informations.
Créer une interface conviviale de saisie et de stockage des données.
Faciliter l’accès et la manipulation des données par les trois types d’utilisateurs :
les programmeurs, les gestionnaires de base de données et les utilisateurs finaux.
Modeler le partage des informations dans un environnement multi utilisateurs.
Echanger les informations avec d’autres systèmes.
Open EMIS n’est pas un remède qui permettra de guérir les problèmes du système
éducatif, il renforce les systèmes dont le fonctionnement était déjà en cours.
Information spatiale dans la planification de l’éducation
2.5 L’Information spatiale dans la planification de l’éducation
La circulation de l’information dans le système éducatif se fait de manière hiérarchique.
Elle est verticale, et se fait le plus souvent du niveau local (établissement) vers le niveau
supérieur (ministère). Le retour des informations se fait sous forme de décisions brutes sans
explication. La circulation spatiale et numérique agrégée des informations entre les données ne
se fait pas sans des pertes. Le regroupement numérique des données de niveau en niveau fait en
sorte qu’il soit difficile de savoir pour les planificateurs au niveau central de se rendre compte de
l’évolution particulière de chaque établissement.
En fait au niveau de l’établissement, les responsables, les enseignants savent quels sont
les problèmes réels de l’établissement, mais lorsque les données sont agrégées au niveau du
département, de la région, il devient difficile de déterminer l’établissement qui fait baisser les
indicateurs. Une évaluation des performances ne saurait donc se faire sans tenir compte de la
situation économique, environnementale, démographique… de l’établissement, de la région dans
laquelle on se situe.
La définition des plans d’éducation, les prises de décisions pour rehausser la qualité de
l’éducation doit également tenir compte des facteurs géo spatiaux, économiques et sociaux de
chaque division administrative. Ceci fait intervenir la notion de décentralisation et de système
d’information géographique dans la gestion du système éducatif.
2.5.1 Décentralisation dans le système éducatif
Contrairement à la centralisation qui consiste à ce que toutes les décisions soient prises
depuis le niveau central, la décentralisation consiste a transmettre une partie des pouvoirs au
niveau local. Dans le management de l’éducation, la définition des plans d’éducation, la prise de
décision, il est nécessaire de savoir quelles sont celles qui pourront être prises au niveau local. Le
processus de décentralisation dans l’éducation dépend de l’organisation administrative du pays.
Un système éducatif peut être centralisé, décentralisé ou mixte en fonction du degré d’autonomie
des collectivités.
Au Cameroun, le processus de décentralisation est en cours (Cameroun, 1996). La
création des régions permettra d’avoir une gestion plus directe du système éducatif. Dans les
systèmes décentralisés, les responsables locaux ont une responsabilité plus accentuée en matière
de gestion de l’éducation (Bray, 1999 et al)
Résumé
2.5.2 SIG dans la planification de l’éducation
Les SGBDR permettent de stocker les données contenues dans des tables de manière
relationnelle. Il en est de même de l’outil Open EMIS. Les informations contenues dans chaque
table individuelle décrivent un phénomène particulier de l’éducation. Bien que les SGBDR ne
contiennent pas les cartes, elles offrent des données de référence permettant d’analyser le
système éducatif (type d’infrastructure, voies d’accès à l’école…)
Il est donc important d’associer le SIME et le SIG pour que la matérialisation des
données, les comportements et tendances dans chaque espace ne soient plus laissés apparentes
lors de l’analyse globale des données contenues dans des tableaux (Kerski, Linn & Gindele,
2005).
Le terme SIG fait référence à un ensemble d’outils de management et d’analyse qui
permettent d’analyser des données structurées de manières géographique pour une analyse des
indicateurs. La cartographie dans le SIG permet d’établir les liens entre les différents éléments
du système (présentation des infrastructures dans un établissement, de la situation géographique
de l’école par rapport au ministère…). Le SIG permet également une localisation de tous les
établissements d’une région, les conditions d’accès… et aide à la prise de décision par rapport
aux besoins à mettre en place pour l’allocation des ressources diverses.
2.6 Résumé
La section ci-dessus a
permis de comprendre le fonctionnement d’un système de
management de l’éducation. Ceci a été possible à travers l’étude de la notion de système
d’information de manière générale et du SIME. Il a également été question de l’étude de deux
SIME les mieux développés en Afrique et aux caraïbes. Les deux derniers points de ce chapitre
ont été de présenter une méthodologie de réalisation d’un SIME, de présenter un outil déjà conçu
par l’UNESCO, qui peut être adapté aux systèmes des pays qui l’utilisent et enfin de montrer
quelle est l’importance des SIG dans le management de l’éducation.
Dans le chapitre suivant, il sera question de la construction d’un système d’information
pour le management de l’éducation au sein d’un établissement.
Réalisation d’un SIME-Et au Cameroun
Chapitre 3 : Réalisation d’un SIME-Et au Cameroun.
La construction d’un Système d’Information pour le Management de l’Education au
niveau de l’enseignement secondaire ne peut se faire sans une réponse aux questions suivantes :
•
Comment fonctionne l’enseignement secondaire au Cameroun ?
•
Quelles sont les fonctions du système éducatif ?
•
Quelle architecture pour le SIME-Et ?
•
Quels éléments pour sa construction ?
Les réponses à ces questions se feront en suivant les sections que comporte ce chapitre :
3.1 Étude de l’existant .............................................................................................................. 39
3.2 Fonctionnalités ................................................................................................................... 45
3.3 Conception ......................................................................................................................... 45
3.4 Architecture du SIME-Et ................................................................................................... 49
3.5 Implémentation................................................................................................................... 50
3.6 Présentation du prototype ................................................................................................... 51
3.7 Résumé ............................................................................................................................... 52
Etude de l’existant
3.1 Étude de l’existant
3.1.1 Présentation du système éducatif
Le système éducatif formel au Cameroun est dirigé par trois ministères : le MINEDUB
responsables de la politique éducative au niveau de l’enseignement maternelle et de base ; le
MINESEC et le MINESUP respectivement responsables de la définition des plans d’éducation
dans l’enseignement responsable au niveau du secondaire et du supérieur. Le secteur éducatif sur
lequel sera porté ce document est l’enseignement secondaire. De manière générale, la structure
administrative de l’enseignement secondaire peut se présenter de manière hiérarchique en quatre
grandes divisions : le ministère, la région, le département et l’établissement.
L’établissement constitue la base de tout le système éducatif. Dans l’enseignement
secondaire camerounais, on distingue les établissements du secteur privé et public dont le rôle est
d’assurer une éducation pour les enfants dont l’âge officiel varie entre 12 et 19 ans. Entre 12 et
15 ans les élèves sont au premier cycle de l’enseignement secondaire technique (Ière – 4ème année)
ou général (6ème -3ème), et de 16 à 19 ans ils sont au second cycle de l’un des deux types
d’enseignements.
Qu’il s’agisse d’un CET, CES ou lycée, la structure administrative, de même que le
fonctionnement de chaque établissement est la même (Cameroun, 2001).
3.1.1.1 Organisation d’un établissement d’enseignement secondaire
Les établissements d’enseignement secondaire comprennent les organes suivants
(Cameroun, 2001) :
Le conseil d’établissement (CEt) : il est chargé d’adopter le budget de
fonctionnement de l’établissement, d’adopter l’organigramme de l’établissement,
d’approuver les besoins en personnels, constructions, équipements et matériel
didactiques, d’assurer la bonne utilisation des infrastructures, des ressources
humaines,
financières
et
matérielles,
d’évaluer
les
performances
de
l’établissement…
L’assemblée générale des personnels (AGP) : elle est un cadre d’information et
d’échange sur les questions relatives à la vie de l’établissement.
Etude de l’existant
Le conseil des délégués des élèves (CDE) : il donne son avis et formule des
propositions relatives au travail, à la discipline des élèves, et de manière générale
à la vie de l’établissement.
Le conseil d’enseignement (CEn) : il est chargé des problèmes pédagogiques et
matériels liés à l’application des programmes d’enseignement dans les différentes
disciplines.
Le conseil des animateurs pédagogiques (CAP) : il analyse les activités
pédagogiques de l’établissement et veille à l’harmonie des évaluations par rapport
aux enseignements
Le conseil de classe (CC) : il est chargé d’examiner les questions pédagogiques
et éducatives intéressant la vie de la classe et le déroulement de la scolarité de
chaque élève, il décide en fin d’année de l’orientation, de l’admission, du
redoublement ou de l’exclusion des élèves.
Le conseil de discipline (CD) : il se charge de juger les élèves pour les faits et
actes répréhensibles graves commis par eux, dans une classe ou au sein de
l’établissement.
L’assemblée générale des clubs ou associations d’élèves (AGC ou AE) : est
chargée de créer et
développer au sein de l’établissement des activités à
caractères social, culturel et sportif
L’administration scolaire (AS) : chargée de la gestion de l’établissement.
Chacun de ses organes est constitué de membres et de services. Le schéma ci-dessous
illustre l’organisation d’un établissement. Ce document s’attarde sur la composition de
l’administration scolaire, dont la majeure partie des composantes fait partie des autres organes.
Le conseil d’établissement assure la gestion de tout l’établissement. Il est constitué d’au plus 28
membres dont 12 de droit et 16 élus par leur association ou corps de métier. Il s’agit d’une
composition diversifiée des acteurs du milieu socio-économique et professionnel, des
représentants des ONG et des associations locales de développement, du représentant des
autorités traditionnelles… L’AS assure la gestion opérationnelle de l’établissement. Chaque
acteur interne ou externe du système au niveau de l’établissement à une tâche qui lui est
assignée...
Etude de l’existant
Etablissement
AGP
CEt
/
+
CDE
CEn
AS
CC
CD
AGC ou AE
"
2
CAP
+
!
SCM
Direction
Censorat
SSS
7
Intendance/ Economat
Surveillance générale
SAPP
SSMS
CDS
Ateliers
-! %'$' % "8 % -'$+#!! . %'
L’établissement est constitué de plusieurs organes. Ces organes ont des fonctions
clairement définies, qui leur permettent d’assurer des rôles différents au sein de l’établissement.
Chacun des organes est constitué des membres qui font soit partie du personnel de
l’établissement, ou alors des personnes externes mais qui font partie du développement de
l’éducation. Les flèches foncées représentent les éléments qui font partie de la gestion du
système éducatif. Chacun des ces membres dispose des fonctions bien définies. Il est fait une
présentation sur chacun d’eux (Cameroun, 2001).
'
Etude de l’existant
La direction : sous la responsabilité du chef d’établissement, elle exécute les
décisions du ministre en charge de l’éducation et celles du Cet, note le personnel
sous son autorité, ordonne les dépenses, présente le projet de budget, assure la
qualité de la restauration dans l’établissement, veille au bon déroulement des
enseignements, au contrôle des connaissance, à l’orientation scolaire des élèves…
Censorats : un des censeurs est l’adjoint du chef d’établissement dans un lycée, il
est chargé de l’application des règlements pédagogiques et de la discipline, il
élabore les emplois de temps et les calendriers d’occupation des locaux et des
diverses installations à l’usage des élèves. Au sein d’un lycée technique, il est
assisté par le chef des travaux dans l’élaboration des activités des ateliers.
Surveillance générale : dans les CES et CET, il est le remplaçant du chef
d’établissement en cas d’absence. Dans les lycées il est spécialement responsable
du maintien de l’ordre et de la discipline ; il est assisté d’un ou plusieurs
surveillants de secteurs.
Ateliers : sous la responsabilité du chef d’établissement, le chef des travaux est
responsable de toutes les activités d’ateliers (achat de matériel, proposition des
fabrications…).
Intendance/Economat : c’est le service financier de l’établissement, à ce titre, il
est responsable de toutes les opérations financières.
Comptabilité matière : ce service assure ces fonctions conformément a la
réglementation ; au sein de l’établissement, il assure la gestion de tout le matériel,
des infrastructures etc.
CDS : il est chargé d’acquérir, classer et faire consulter les livres et tous sortes de
matériels didactiques utiles aux responsables, enseignants, aux élèves et à la
communauté éducative.
Orientation scolaire : il organise les tests psychotechniques et rassemble toutes
les informations nécessaires au CEt.
SSMS : ce service est chargé de veiller sur la santé physique, mentale et morale
des élèves
SAPP : ce service est chargé de coordonner les activités de coopération scolaire,
de l’assurance des élèves …
SSS : chargé d’organiser les enseignements physique et sportif, les compétitions
scolaires au sein et à l’extérieur de l’établissement. Il est placé sous la
responsabilité du professeur d’éducation physique et sportive.
Etude de l’existant
Chacun des acteurs au niveau de l’établissement pour son fonctionnement à besoin des
informations. Ces informations sont produites de manière hiérarchique au sein de
l’établissement.
3.1.1.2 Flot d’information au sein de l’établissement
De manière générale le flot d’information au sein de l’enseignement secondaire se
présente de la façon suivante :
Ministère
Région
.
!
Département
Etablissement
!
< &# '" # %& . $' % "$%! # %!
%"$ )
% . %'
Les données sont collectées au niveau de l’établissement. Des questionnaires sont conçus
à cet effet. Les chefs d’établissements replissent les questionnaires et les transmettent au niveau
du département. Après une étude des données, le département transmet une copie au niveau
régional qui après une étude sur les données agrégées, transmet les informations agrégées au
niveau du ministère. En retour le ministère à travers la définition des plans répondant aux
besoins d’éducation (recrutement, formation et affectation des enseignants, attribution des
ressources financières, matérielles et infrastructures …) renvoie par voie de communication les
objectifs à atteindre au niveau de l’établissement.
Au sein d’un établissement d’enseignement secondaire les données collectées concernent
les élèves, les enseignants, les ressources matérielles, les finances, les infrastructures etc. Les
données concernant les élèves sont soient collectées à travers leur état civil pour ce qui concerne
les données d’identification (sexe, âge, …) pendant les inscriptions, soit dans les salles de classe,
pour ce qui est du travail scolaire, absence et discipline. Les données concernant les enseignants
sont collectées par le conseil d’établissement ou la direction. Les données financières,
matérielles et infrastructurelles sont respectivement collectées par l’intendant ou économe pour
les finances et le comptable matière pour les deux derniers.
Etude de l’existant
3.1.2 Pourquoi un SIME-Et ?
La section précédente a présenté le système éducatif camerounais et la circulation de
l’information dans ce système. Comme tout système de l’Afrique subsaharienne, le système
éducatif camerounais présente encore un ensemble de problèmes à tous ces niveaux
d’interaction.
Au niveau de l’administration centrale, se pose un ensemble de problèmes parmi lesquels
on note (Tamukong, 2004) :
Une mauvaise allocation des ressources humaines : les enseignants et les autres
membres du personnel de l’éducation ne sont pas rationnellement réparties dans
les établissements. Certains enseignants en zone rurale se voient obligés
d’enseigner simultanément dans plusieurs classes à la fois et parfois plusieurs
disciplines dont il ne maitrise pas la méthodologie. Tandis que dans certaines
classes, on dispose de deux à trois enseignants par classe, d’autres classes n’en
n’ont aucun ou alors des enseignants à plusieurs fonctions et donc indisponible.
Une mauvaise allocation financière : à des établissements de natures différentes
sont parfois allouées les mêmes moyens financiers.
Disparités en quantité et qualité des infrastructures : on note un déséquilibre entre
le nombre d’établissements, et d’équipements en zone rurale et en zone urbaine.
La qualité des infrastructures n’est pas du même standard dans les zones rurales et
urbaines.
Le problème de qualification des enseignants et personnel : on note une présence
des personnels moins qualifiés dans la gestion des besoins éducatifs.
Au niveau de l’établissement, la gestion des élèves, la gestion des inscriptions, des
absences, des évaluations et résultats de tests sont encore jonchés de nombreuses difficultés… La
précarité des conditions d’enseignement de nutrition, de suivi académique… sont également des
problèmes que l’on rencontre dans les établissements.
On note également une absence de système d’information (Cameroun, 1996) efficient et
durable qui permette d’avoir un état réel du système éducatif au niveau de l’établissement
(ressources financières, matérielles, humaines, infrastructurelles…). Cette absence ne permet pas
la définition des plans qui résolvent les problèmes du terrain.
Fonctionnalités
Il est donc aisé de constater que le système éducatif camerounais bien qu’assurant depuis
des décennies la formation de nombreux cadres dans divers domaines présente encore des
difficultés de gestion pour atteindre les objectifs de l’EPT de Dakar 2006. De nombreuses
questions peuvent des lors se poser sur les procédures à mettre en œuvre pour l’amélioration des
conditions de management de l’éducation au Cameroun. Il s’agit par exemple de : comment
manager le personnel éducatif ? Comment collecter et traiter les données ? Comment définir les
besoins en informations ? Comment définir l’allocation des ressources matérielles, financières et
humaines dans les différentes régions, départements, établissements et même dans une classe ?
Comment gérer la salle de classe ?…
3.2 Fonctionnalités
Répondre aux nombreuses questions posées ci-dessus, revient à définir des éléments et
processus qui permettront d’améliorer la gestion, la planification du système éducatif. Comme il
a été mentionné au chapitre 2, l’information est la substance principale du management de
l’éducation. De même que l’information est l’intrant principal pour le management de
l’éducation, l’établissement est la base du système d’information. Il convient donc d’établir pour
tout le système éducatif un SIME efficace et efficient qui permette de manager toute l’éducation.
Nous définirons dans la suite les fonctionnalités que devront avoir le SIME au niveau de
l’établissement.
3.3 Conception
Il est question de concevoir l’architecture d’un système d’information compréhensif qui
permette une gestion d’un établissement d’enseignement secondaire. La conception de ce
système se fait par une conception des sous systèmes d’informations qui par la suite sont
fusionnés pour former le SIME de l’établissement. Le SIME-Et en interaction avec les systèmes
extérieurs est une fusion de sous systèmes qui interagissent entre eux.
3.3.1 Le sous système gestion des élèves (SSGE)
L’acteur principal au sein d’un établissement est l’élève. L’ensemble des initiatives prises
à tous les niveaux de l’éducation vise à son épanouissement mental et physique. Ceci montre
l’importance qu’il leur est accordé au sein de l’établissement. Une question simple pourra
permettre de résoudre le problème auquel ces derniers font face : quel est le
Conception
suivi dont bénéficie ces élèves pour fournir des résultats meilleurs ? Tenter de répondre à cette
question permettra d’élaborer tout un processus de gestion de ces derniers. La définition des
procédures de recrutement, de répartition dans les salles de classes en fonction des âges, sexe,
l’affectation des enseignants dans les salles de classes selon des critères bien définis, les
méthodes d’enseignements, d’évaluation est en tout état de cause pour le meilleur suivi de
l’élève.
Il est nécessaire à chaque étape de savoir si les méthodes utilisées sont les plus adéquates. Pour
cela des indicateurs de performance (indicateurs d’efficacité : Taux de promotion, d’abandon et
de redoublement ; d’accès etc.) doivent être définit à chaque niveau pour mesurer la qualité du
système mis en place. Le schéma suivant illustre le SSGE:
S 3+
Système de recrutement
des élèves
Système de répartition
et d’orientation des
Système de suivi des
enseignements et des évaluations
Système de répartition
des enseignants
&
? ! ! !,!'0.
3+
!' % " ! -#0: !
Le système de recrutement des élèves est chargé de l’élaboration des procédures
et conditions de recrutement des élèves dans les différentes classes de
l’établissement.
Le système de répartition des élèves repartit les élèves en tenant compte d’un
ensemble de facteurs basé sur l’année en cours et l’année précédente.
Le système de répartition a pour rôle d’affecter les enseignants dans les
différentes salles de classes, ceci en fonction des critères préalablement définis.
Conception
Le système de suivi des enseignements et de suivi des évaluations veille à ce que
les cours soient correctement dispensés, que les évaluations aient lieux dans les
normes requises.
La base de données du SSGE permet de stocker toutes les informations relatives
aux élèves (répartition par sexe, par tranche d’âge, les résultats individuels de
chaque élèves etc.).
3.3.2 Le sous système gestion du personnel (SSGP)
Le fonctionnement d’un établissement est assuré à la fois par le personnel administratif et
le personnel d’appui. Le personnel administratif est constitué par l’ensemble des responsables
nommés par la hiérarchie du système éducatif. Il s’agit du personnel qui forme l’administration
scolaire. Le personnel d’appui est recruté par le conseil d’établissement pour soutenir
l’administration dans ces diverses tâches. Ils peuvent être des enseignants vacataires, des agents
d’entretien etc. L’architecture du SSGP se présente comme suit :
SSGP
Système de gestion du
personnel administratif
Système de gestion du
personnel d’appui
/
Base de données du
SSGP
@4 ! ! !,!'0.
!' % "
! %% #
"
+
"
3.3.3 Le sous système de gestion des infrastructures (SSGI)
Ce sous système a la responsabilité de gérer toutes les ressources matérielles de
l’établissement. Il veille à la qualité et la quantité des infrastructures par rapport a la taille de
l’établissement (qualité et nombres de salles de classes, de bancs …)
3.3.4 Le sous système de gestion sanitaire (SSGS)
Il a pour responsabilité de s’assurer de l’état de la santé des élèves dès leur inscription
dans l’établissement.
Conception
3.3.5 Le sous système gestion finance (SSGF)
Le SSGF est le sous système responsable de la gestion des opérations financières au sein
de l’établissement. Il précise la nature des opérations effectuées, les sources de financement, les
types de catégories d’opérations effectuées, et les catégories d’opérations.
Son architecture se présente de la manière suivante :
SSGF
Nature des opérations
Sources de financement
Types de catégories d’opérations
Catégories d’opérations
Base de données du SSGF
@@ ! ! !,!'0.
!' % &%$% 0
L’interprétation de schéma montre qu’il existe une relation entre la nature des opérations,
les types de catégories d’opérations et les catégories d’opérations effectuées. Comme nature
d’opérations, on peut avoir les dépenses et les investissements. À une nature des opérations, on
associe des types de catégories d’opérations. Pour les investissements, on peut avoir les salaires.
On peut distinguer deux types de salaires : le salaire des vacataires et le salaire des plantons.
3.3.6 Le sous système gestion des ressources documentaires (SSGRD)
Ce sous système est en charge de la gestion de la bibliothèque et de toutes les autres
ressources documentaires de l’établissement
Architecture du SIME-Et
3.4 Architecture du SIME-Et
Le SIME-Et est la fusion de tous les sous systèmes qui ont été développés. De manière
globale, l’architecture du système d’information se présente suivant le schéma ci-dessous.
( +4+
30
@
3
3/
3(
3,
3+
A '$+!' $ '
Base de données du SIME-Et
Un SIME-Et détaillé de l’établissement sera illustré de la manière suivante :
Système de pilotage du SIME-Et
CEt
AGP
CDE
CEn
CAP
CC
CD
AGC
AS
Base de données établissement
.
Classes
Surveillance
Données externe
'
Censorat
Intendance/
économat
Direction
SC
CDS
Atelie
Enseignants
Fait partir de
@6
A '"-'$ ##-
Extérieur
Est en interaction avec la BD
Stocke les données internes dans la BD
Stocke les données externes dans la BD
Est en interaction avec l’extérieur
Implémentation
Le système de pilotage du SIME-Et est une équipe diversifiée, composée d’un groupe de
personnes faisant partie de l’établissement et du milieu extérieur. Cette équipe doit être
composée de spécialistes en gestion, en réseau, en système d’information et base de données, en
programmeurs, en statisticiens démographes.
La cellule de gestion est la seule responsable de la collecte et de la saisie des informations
dans la base de données.
Pour des besoins de gestion, chaque organe interroge la base de données pour extraire les
informations qui lui seront utiles.
La collecte des données se fait au niveau des acteurs qui se trouvent dans le cadre en
pointillé. Le fonctionnement du SIME-Et nécessite également des données externes à
l’établissement (situation démographique, sociale, économique…).
3.5 Implémentation
L’implémentation de tous ces sous systèmes et du système se fait à l’aide de SGBDR, ou
à l’aide de la programmation. L’outil Open EMIS permet d’implémenter certains de ces
modules. Les codes sources étant libres, des modifications peuvent y être apportées pour
l’adaptation aux réalités de chaque niveau du système éducatif. La maîtrise du langage C# qui a
été utilisé pour le développement de Open EMIS est à cet effet d’une nécessité pour les
programmeurs. Il n’est pas exclu qu’il utilise un autre langage qu’il maitrise le mieux.
La collecte des données au sein de l’établissement se fait avec des formulaires produits
par Open EMIS ou conçus spécifiquement par les responsables de l’établissement et répondant
aux besoins de l’école.
Une stratégie d’implémentation consiste à :
Penser l’organisation, les personnes, les technologies, les ressources (matérielles,
financières, documentaires, juridiques) qui vont intervenir ;
La formation du système de pilotage : pour qu’elle maitrise la procédure de
fonctionnement du système développé.
Commencer par ce qui est la priorité ;
Identifier les potentielles résistances ;
Présentation du prototype
Penser et suivre la demande en information et la manière de répondre à cette
demande ;
Travailler de façon séquencée
La maintenance (corrective et évolutive) pour s’assurer que le système répond
toujours aux attentes et que les outils ne sont pas obsolètes par rapport à l’avancée
technologique.
3.6 Présentation du prototype
Le prototype est appliqué au cas du Lycée de Nkol-Eton. Les données sont fictives et ne
reflètent pas la réalité. Elles servent d’illustration.
Le SIME-ET permet de :
localiser de l’établissement : le Lycée de Nkol-Eton est situé dans le département
du Mfoundi, région du Centre.
Le Lycée de Nkol-Eton est constitué de deux niveaux : le premier et le second
cycle ; il s’agit de sa structure éducative. Le premier cycle (niveau est constitué)
de 4 classes ayant des divisions, tandis que le second cycle est constitué de trois
classes constituées de divisions. La classes est par exemple « 6ème» et les
divisions correspondent au nombre de 6ème de l’établissement : « 6ème1, 6ème 2… »
Les dépenses du lycée de Nkol-Eton sont de deux natures : Investissement et
dépense courantes. Les sources de financement sont l’Etat, les ONG et l’APE. Les
dépenses courantes sont constituées par le salaire des agents d’appui et l’entretien.
Les agents d’appui sont les gardiens, les agents de nettoyage…
Les formulaires suivants ont été élaborés pour collecter les données au niveau des
salles de classes. D’autres formulaires peuvent être définis en fonction des
besoins.
@;
. #$
"
## ' " ! " %%- ! 50.
Résumé
Le lycée de Nkol-Eton est identifié par ses caractéristiques : elle concerne le
secteur (public), le nombre d’enseignant, la date d’ouverture, le nombre
d’enseignant ; ces informations sont remplies par l’utilisateur de la base de
données.
La liste des enseignants du Lycée de Nkol-Eton et leurs caractéristiques est saisie
par le gestionnaire de la base de données du sous système gestion du personnel.
les données saisies se fait en fonction du formulaire prédéfini. Le formulaire cidessous présente des données saisies
@/ $ ! " " %%- !
L’analyse des données concerne les données qui ont été saisie. Elle se fait de
plusieurs manières. En exportant dans Excel les données saisies, on procède au
calcul des indicateurs.
3.7 Résumé
Dans ce chapitre, il a été question de proposer un système de gestion d’un établissement
d’enseignement secondaire. Pour cela il à fallut comprendre le fonctionnement d’un
établissement d’enseignement secondaire et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien.
Conclusion
Conclusion
La gestion des établissements d’enseignement secondaire reste encore un problème dans
les pays du tiers monde. Le Cameroun faisant parti des pays en voie de développement, et donc
du tiers monde fait parti de ces pays. Son système éducatif bien que formant depuis de longues
années des intellectuelles n’est pas exempt de toutes reproche.
L’une de ces reproches est le suivi des élèves dans les établissements d’enseignement
secondaire. Pour aider à la résolution de certains de ces problèmes, ce mémoire présente un
système d’information et de management de l’éducation au niveau de l’établissement (SIME-Et).
Le SIME-Et construis ne permettra certainement pas de résoudre tous les problèmes du
système éducatif, ceci pour l’une des raisons que le système éducatif est dynamique, que nous
n’avons pas pu dans l’outil utilisé avoir un module qui gère spécifiquement les élèves.
Le prototype construit ici présente un établissement de la ville de Yaoundé (Lycée de
Nkol-Eton), les informations y relatives ne sont pas exactes, elles sont à titre indicatives.
L’expérimentation du SIME-Et ne s’est pas faite de manière concrète.
Les indicateurs de gestion pour un établissement d’enseignement secondaire, sont les
indicateurs d’efficacité (Taux d’admission, taux de redoublement, taux d’abandon). Sans ses
indicateurs, on parle de gestion à vue de l’établissement.
Un outil d’aide à la gestion des systèmes éducatifs a été conçu par l’UNESCO, pour aider
les pays à mieux gérer leur éducation. Il s’agit de Open EMIS qui à été utilisé dans ce mémoire
pour mettre en place le prototype.
Pour les travaux futurs, il sera question d’expérimenter le SIME-Et dans un établissement
d’enseignement secondaire du Cameroun pour en déceler les problèmes liés au déploiement et y
remédier afin que la gestion ne soit plus théorique, mais concrète.
Références bibliographique
References bibliographiques
Bray M., (1999), ‘Control of education: issues and tensions in centralisation and
decentralisation’, in R.F. Arnove and C.A. Torres eds., Comparative
education: The dialectics of the global and the local, Maryland, Rowman
and Littlefield.
Breiter A. & Light D. (2006), Data for school improvement: Factors for designing effective
information systems to support decision-making in schools. Educational
Technology & Society, 9(3), 206-217.
Kerski, J, Linn, S., & Gindele, R. (2005), Mapping standardised test scores with other
variables using GIS. International Research in Geographical and
Environmental Education, 14(3), 231-236.
Cameroun (1996), rapport national du Cameroun, par la commission national de la republique
du Cameroun pour l’UNESCO, Yaoundé
Cameroon, Republic of Cameroon, (2001), Decree No. 2001/ 041 on the organisation and
management of public schools in Cameroon, Yaounde, President Paul
Biya.
Carrizo, C., Sauvageot, C., & Bella, N. (2003), Information tools for the preparation and
monitoring of education plans (Education and Policy Strategies 5). Paris,
France: UNESCO Publishing.
Chang Gwang-Chol, (2006), Plan sectoriel de l'
éducation: Un guide d'
approche pour une
planification axée sur les résultats. UNESCO.
Références bibliographique
Darling-Hammond L. (1994), L’usage politique des indicateurs, in Evaluer l’enseignement.
De l’utilité des indicateurs internationaux, Centre pour la Recherche et
l’Innovation dans l’Enseignement (OCDE).
Fiske, E. B., (1996), Decentralisation of Education: Politics and Consensus, Washington DC,
World Bank.
Florestal, K. and Cooper, R., (1997), Decentralisation of Education: Legal Issues,
Washington DC, World Bank.
Jang-ik Lee, Perspectives on Information System for Educational Managers
Joseph A. Tamukong. Africa Development, Vol. XXIX, No. 2, 2004, pp. 134–157
Landsheere G, (1994), Le pilotage des systèmes d’éducation. Bruxelles : De Boeck-Wesmael
L.Carrizo C.Sauvageot, N.Bella (2003), Outils d'
information pour la préparation et le suivi
des plans de l'
éducation. UNESCO.
Michael Trucano (2006), Rethinking Education Management Information Systems: Lessons
from and options for less developed countries. InfoDev, Working paper,
No 6.
Moses Kurt (200), Information System for Education Management // Planing for
Technologies. - may/june 2000. - www.TechKnowlogia.org.
Mylène Leitzelman, Henri Dou (1998), Typology of Information Systems, Essai de typologie
des Systèmes d'
Informations, International Journal of Information
Sciences for Decision Making
Nathan J. Engler (2007), Spatial Analysis of the Effect of Absenteeism on Education Quality
in Maynas, Peru. A thesis presented to the University of Waterloo in
fulfillment of the thesis requirement for the degree of Master of
Environmental Studies in Planning.
Références bibliographique
Thomas Davenport et Laurence Prussak (1998), Working Knowledge, Havard Business School
Press.
Tom Cassidy 2005, Education Management Information System (EMIS) Development in
Latin America and the Caribbean: Lessons and Challenges.
UNESCO. (1990), Education for all: Meeting basic learning needs. Retrieved 02/27, 2007, from
http://www.unesco.org/education/efa/ed_for_all/background/jomtien_declaratio
n.shtml
UNESCO. (2006), Education Management Information System. Retrieved 03/06, 2007, from
http://portal.unesco.org/education/en/ev.php
URL_ID=10202&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
Wako Tegegn Nuresu (2003), Educational Management Information System (EMIS), an
Overview. Harare: NESIS/UNESCO,
Téléchargement
Explore flashcards