Telechargé par bouchelaghem.chafiaa

Les antibiotiques.cours 3ème année médecine2018.2019

publicité
Université de Bejaia
Faculté de médecine
3ème année médecine 2019/2020
Dr. BOUCHELAGHEM
Pourquoi les antibiotiques sont
nécessaires??
•
•
•
•
•
•
Molécules efficaces
Faciles à administrés
Agissent rapidement
Les effets secondaires sont connus, mais pas toujours compris
Peu onéreux
Les médecins et les patients n’ont aucun doute sur leur
efficacité
• Les microbiologistes savent les tester
• Depuis 1998 seulement 7 molécules ont été mises sur le
marché
• Résistance en augmentation
Introduction
1928
1948
1. Définition
 Origine : naturelle / synthétique
 Activité :antibactérienne, à des concentrations tolérées par
l’organisme, bonne absorption et bonne diffusion dans l organisme
(toxicité modérée)
 Propriétés bactéricides/bactériostatiques
 Mécanisme d’action moléculaire: fixation de l’atb sur une cible =
inhibition étape (s) métabolique
• Spectre d action: ensemble des espèces bactériennes sur lesquelles l
atb est actif.
Origine des antibiotiques
Champignon ou bactérie
ATB naturel
Nouveaux dérivés par hémi-synthèse
Champignons
Pénicillium
Bactéries
Pénicilline G (Bêta-lactamines)
Micromonospora
Érythromycine (Macrolides)
Pristinamycine (Synergistines)
Lincomycine (Lincosamides)
Tétracycline, Chloramphénicol
Vancomycine (Glycopeptides)
Streptomycine, kanamycine,
tobramycine (Aminosides)
Daptomycine (Lipopetides)
Gentamicine (Aminosides)
Amycolatopsis
Paenibacillus
Rifamycine
Colimycine
Streptomyces
Exceptions: Sulfamides (colorants), quinolones (dérivés de la quinine), Nitro-imidazolés
2.Classification
Selon:
 la structure chimique et
 le mode d’action (cible bactérienne).
Classement par famille:
– Communauté de structure, de mécanisme, de toxicité et de propriétés
pharmacologiques.
– 10 familles et Quelques produits orphelins
Nomenclature
– Dénomination chimique (amino-penicillines)
– Dénomination commune internationale = DCI (amoxicilline,)
– Noms déposés (clamoxyl®,)
3.Principales cibles bactériennes des ATB
 Interférence avec le cycle réplicatif
 La plupart des ATB sont actifs sur les bactéries en phase de
multiplication
Les béta-lactamines
Les glycopeptides
La fosfomycine
antituberculeux
Paroi bactérienne
Membrane externe
Peptidoglycane
Membrane
cytoplasmique
Gram positif
Gram négatif
10
Peptidoglycane
pré-existant
3 étapes de biosynthèse du peptidoglycane
III. étape de polymérisation
Chaînes glycanes GlcNAc
L-Ala
D-iGln
D,D-transpeptidation
(PLP)
3 m-Dap
D-Ala
D-Ala
D-Ala
4
D-Ala
D-Ala
m-Dap
m-Dap
D-Ala
D-iGln
D-iGln
L-Ala
L-Ala
Transglycosylation
GlcNAc MurNAc
GlcNAc MurNAc
P
P
P
P
Membrane
P
Cytoplasme
UDP-MurNAc
UDP-GlcNAc
Mur
synthétases
P
Undécaprényl
-phosphate
P
L-Ala
L-Ala
D-iGlu
D-iGlu
m-Dap
MraY
P
P
P
MurNAc
MurNAc GlcNAc
UDP-GlcNAc
L-Ala
D-iGlu
m-Dap
MurG
m-Dap
D-Ala
D-Ala
D-Ala
D-Ala
D-Ala
D-Ala
UPD-MurNAc
Lipide I
Lipide II
-Pentapeptides
I. étape cytoplasmique
II. étape membranaire
11
Cibles des inhibiteurs de la synthèse du peptidoglycane
β-lactamines
Glycopeptides
Chaînes glycanes GlcNAc
Peptidoglycane
pré-existant
L-Ala
D-iGln
D,D-transpeptidation
(PLP)
3 m-Dap
D-Ala
D-Ala
D-Ala
4
D-Ala
D-Ala
m-Dap
m-Dap
D-Ala
D-iGln
D-iGln
L-Ala
GlcNAc MurNAc
Bacitracine
L-Ala
Transglycosylation
GlcNAc MurNAc
P
P
P
P
Membrane
P
Cytoplasme
UDP-MurNAc
GlcNAc
Mur
synthétases
Fosfomycine
P
Undécaprényl
-phosphate
P
L-Ala
L-Ala
D-iGlu
D-iGlu
L-Lys
MraY
P
P
P
MurNAc
L-Lys
MurNAc GlcNAc
UDP-GlcNAc
L-Ala
D-iGlu
MurG
m-Dap
D-Ala
D-Ala
D-Ala
D-Ala
D-Ala
D-Ala
UPD-MurNAc
LIPIDE I
LIPIDE II
-Pentapeptides
12
1. Les beta-lactamines
Structure et activité:
Elle se caractérise par une structure de base : noyau βlactame.
Mode d’action des β-lactamines
 Mécanisme d’action commun :Inhibition de la synthèse du peptidoglycane
 Analogie avec substrat naturel des PLP
 Liaison irréversible ATB – PLP
Porine
Transglycosylation
G
G
M
L-Ala
1
L-Ala
β-lactamines
D-iGln 2
Lipopolysaccharide
Membrane externe
M
1
D-iGln 2
m-Dap 3
m-Dap 3
D-Ala 4
D-Ala 4
D-Ala 5
Transpeptidation
(PLP)
D-Ala 5
Peptidoglycane
PLP
Gram négatif
 Arrêt de la multiplication et mort bactérienne
 Bactéricidie temps -dépendante
G
N-acétyl-glucosamine
M
Acide N-acétyl-muramique
15
Sous-familles des β-lactamines
R-HN
N
 Pharmacocinétiques variables
O
Cycle -lactame
 Spectre
o Toujours restreint aux bactéries extracellulaires
o Résistance naturelle des mycoplasmes (bactéries sans paroi = cible absente)
o Pour chaque molécule, dépend de :
 Franchissement de la membrane externe des Gram –
 Affinité pour les PLP des différentes espèces bactériennes
 Résistance aux ß-lactamases (naturelles ou acquises)
OH
R1-HN
S
S
R1-HN
N
N
O
COOH
Pénicilines
Pénicilline G
Ampicilline
Oxacilline
Ticarcilline
Pipéracilline
R2
O
H2
C
R-HN
COOH
Céphalosporines
plusieurs générations
C1G- céfalotine
C2G- céfamandole
C3G- céfotaxime
C4G- céfépime
C5G- ceftobiprole
N
N
O
R2
Monobactames
Aztréonam
R1
O
COOH
Carbapénèmes
Imipénème
Méropénème
Ertapénème
Doripénème
16
1.1 les pénicillines (---cilline)
1)Pénicillines G et dérivés
spectre:
 Bacilles à Gram (+)(Corynebacterium diphterie),
 cocci à Gram(+) (Streptocoques, souches de Pneumocoque
sensible),
 cocci à Gram (-) (Meningocoque, souches de Gonocoque
Sensible),
 anaérobies à Gram(+) et Treponema pallidum.
1.1 les pénicillines
• Chef de file :
– Benzylpénicilline : Pénicilline G 1944
• formes dites "retard" :
• Benzylpénicilline procaïne : Bipénicilline (semi-retard : 12
heures)
• Benzathine benzylpénicilline : Extencilline (long-retard : 15 jours)
• formes orales :
• Phénoxypénicilline (Pénicilline V) : Oracilline , Ospen 1958
1.1 les pénicillines
2)Pénicillines M : Pénicillines anti-staphylocoques
Spectre : celui de la pénicilline G ; moins actifs
ces produits ne sont pas inactivés par la pénicillinase
staphylococcique d'où leur indication:
les infections à staphylocoques producteurs de pénicillinase.
1.1 les pénicillines
2)Pénicillines M: Pénicillines anti-staphylocoques
Première molécule: Méthicilline(retiré du marché)
Oxacilline : Bristopen 1963
Cloxaciline : Orbénine 1976
Actuellement, on assiste à une augmentation de
souches de Staphylocoques résistantes aux
pénicillines M (MRSA) ou (SARM).
1.1 les pénicillines
3)Pénicillines A: Les aminopénicillines :
Ampicilline et dérivés
spectre:
– élargi à certains bacilles à Gram négatif ; inactivées par les pénicillinases, y
compris celle du staphylocoque.
– inactives sur le groupe KES et Pseudomonas aeruginosa.
L’activité de l’amoxicilline est la même que l’ampicilline,
elles traversant facilement la barrière hématoméningée
ne présentent aucun avantage par rapport à la pénicilline G sur les bactéries
pénicillino-sensibles
1.1 les pénicillines
3)Pénicillines A: Les aminopénicillines :
Les molécules
Ampicilline : Totapen 1965
Amoxicilline : Agram, Bristamox, Clamoxyl, Flémoxine,
Bacampicilline : Bacampicine, Penglobe
Métampicilline : Suvipen
Pivampicilline : ProAmpi
1.1 les pénicillines
4)groupe des acyl-uréido-pénicillines
• Spectre
– élargi à certains bacilles à Gram négatif
– inactivées par les pénicillinases, y compris celle du
staphylocoque
– actives sur Pseudomonas aeruginosa et sur certaines souches
productrices de céphalosporinases (en particulier Proteus).
1.1 les pénicillines
4)groupe des acyl-uréido-pénicillines
• Les molécules
– uréido-pénicillines :
• Azlocilline : Sécuropen
• Mezlocilline : Baypen 1980
• Pipéracilline : Pipérilline 1980
– carboxy-pénicilline :
• Ticarcilline : Ticarpen (H) 1981
1.1 les pénicillines
5)Groupe des amidino-pénicillines
• Spectre
– limité aux bacilles à Gram négatif
(Entérobactéries)
• La molécule
– Pivmécillinam : Sélexid 1982
1.1 les pénicillines
6)Les oxapénams ou clavams :
 Activité antibactérienne faible
 Inhibition compétitive de certaines bêta-lactamases
(substrats suicides)
 Associés à d’autres ß-lactamines, peuvent restaurer leur
activité
Amoxicilline

β-lactamase
Hydrolyse
de la ß-lactamine
 Bactérie résistante
Amoxicilline
+
Ac. clav
β-lactamase
Acide clavulanique

β-lactamase inhibée
Absence d’hydrolyse de
l’amoxicilline
 Bactérie sensible
1.1 les pénicillines
6)Les oxapénams ou clavams :
• Les molécules:
– Oxapénam: Acide clavulanique
• associé à l'amoxicilline : Augmentin, Ciblor 1984
• associé à la ticarcilline : Claventin 1988
– Pénicilline-sulfones
• Sulbactam : Bétamase (H) 1991
– associé à l'amoxicilline : Unacim 1992
• Tazobactam
– associé à la pipéracilline : Tazocilline (H) 1992
1.2 LES PÉNEMS : CARBAPÉNEMS
Spectre :
*large: bactéries G+ et G- y compris le pyocyanique et les anaérobies
*activité bactéricide très élevée
*Grande stabilité vis à vis de diverses bétalactamases (pénicillinases et
céphalosporinases)
• Les molécules
–
–
–
–
Imipénème: Tiénam (H) 1993
Ertapénème : Invanz 2001
Méropéneme
Doripéneme
1.3 Céphems et Oxacéphems (cef…)
• Ce sont tous des produits à large spectre, mais dont l'intérêt
réside surtout dans leur activité sur les bacilles à Gram
négatif.
• Les céphalosporines sont classées en catégories, selon
l'histoire "générations", leur spectre et surtout leur
comportement vis à vis des céphalosporinases.
1.3 Céphems et Oxacéphems
Protection du noyau bêta-lactame
Substitution
H
COOH
CH
CH2
CH2
CH2
CONH
H2N
Substitution
Augmentation de l’affinité
pour la cible bactérienne
S
Cycle
b-lactame
N
CH2
O
COOH
O
CO CH3
Substitution
Modification des
propriétés
pharmacocinétiques
1.3 Céphems et Oxacéphems
Céphalosporines de 1ère génération (C1G)
• Spectre :
– relativement résistantes aux pénicillinases ; détruites par les
céphalosporinases
– inactives sur Pseudomonas aeruginosa.
• Les molécules
– actives par voie orale:
•
•
•
•
Céfalexine : Céporexine, Kéforal, Céfacet 1970
Céfadroxil : Oracéfal 1976
Céfaclor : Alfatil 1981
Céfatrizine : Céfaperos 1983
– inactives par voie orale
• Céfalotine : Kéflin (H) 1968
• Céfapyrine : Céfaloject 1974 •
• Céfazoline : Céfacidal 1976
1.3 Céphems et Oxacéphems
Céphalosporines de 2ème génération (C2G)
• Spectre
– relative résistance à certaines céphalosporinases
– léger gain d'activité sur les souches sensibles.
– inactives sur Pseudomonas aeruginosa.
• Les molécules
–
–
–
–
Céfoxitine : Méfoxin (H) 1978
Céfamandole : Kéfandol (H) 1979
Céfotétan: Apacef (H) 1985
Céfuroxime : Cépazine (VO), Zinatt (VO) 1988
1.3 Céphems et Oxacéphems
Céphalosporines de 3ème génération (C3G)
• Spectre
– accentuent les avantages des précédentes :
• résistance accrue à l'inactivation par les céphalosporinases
• gain d'activité sur les souches sensibles.
• certaines (*) sont actives sur Pseudomonas aeruginosa.
• Les molécules
• Céphems :
–
–
–
–
–
–
–
–
Céfotaxime : Claforan (H) 1980
Cefsulodine (*): Pyocéfal (uniquement antipyocyanique) (H) 1981
Céfopérazone (*): Céfobis (H) 1982
Céfotiam : Pansporine (H) ; Taketiam, Texodil (VO) 1983
Ceftazidime (*): Fortum (H) 1986
Ceftriaxone : Rocéphine 1985
Céfixime : Oroken (VO) 1988
Cefpodoxime : Cefodox (VO), Orelox (VO) 1991
• Oxacéphems :
– Latamoxef : Moxalactam (H) 1981
1.3 Céphems et Oxacéphems
Les céphalosporines de 4e génération (C4G)
• céfépime, cefpirome
• très bonne activité sur les bactéries G-, activité sur les cocci
G+ plus importante que celle des C3G.
1.3 Céphems et Oxacéphems
Les céphalosporines de 5e génération (C5G)
Ceftaroline : alternatives intéressante dans les infections à SARM et SCN-RM
(bactériémies, endocardites, IOA),
Ceftobiprole : (co-infections SARM & BGN sensibles)
Indications limitées dans les infections de la peau et des tissus mous
1.3 Céphems et Oxacéphems
Les céphalosporines sont inactives sur
entérocoque et sur Listeria
1.4 monobactam
• leur noyau se compose uniquement du cycle bêta lactame
• L'aztreonam en est le seul représentant (forme parentérale)
• spectre : bacilles G- aérobis y compris le pyocyanique
1.Bêta-lactamines - synthèse
 Famille très vaste, la plus utilisée
 Propriétés pharmacocinétiques variables
o Biodisponibilité après absorption orale moyenne :
Pénicilline A > Céphalosporines > Pénicillines M
o Diffusion LCR médiocre
Céphalosporines > Pénicilline A > Pénicillines M
 nécessité d’augmenter les posologies
o Elimination urinaire, le plus souvent sous forme active
 Très bonne tolérance – Principaux effets indésirables :
o Manifestations allergiques (5-10% de la population, de l’éruption cutanée
au choc anaphylactique)
o Neurologiques (convulsions, imipénème ++, forte dose ++)
 Résistance en augmentation
(vancomycine, téicoplanine,)
(vancomycine, téicoplanine)
bactéricides vis à vis des cocci à Gram positif
 Macromolécules complexes
 Pharmacocinétique
o Pas d’absorption entérale
o Diffusion tissulaire bonne sauf dans le LCR
 Effets indésirables
o Intolérance veineuse
o Toxicité rénale et auditive  surveillance des concentrations sériques
 Indications : ATB de réserve
o Infections à staphylocoques méti-R
o Infections à Gram positifs chez les patients allergiques aux bêtalactamines
o Vancomycine PO: diarrhées et colites à Clostridium difficile
Fosfomycine
•Antibiotique à large spectre: bactéricide
•cocci Gram + et •bacilles Gram + et •Doit être utilisé par voie parentérale et en association
•fosfomycine-trometanol  forme orale=> Monuril, Uridoz
•Indication dans le traitement monodose de la cystite aigüe
chez la femme jeune
•inhibe la pyruvyl-transférase
Porines
Hypothèses de mécanismes de
résistance aux β-lactamines
:
• imperméabilité
Acides mycoliques
• β-lactamase
Arabinogalactanne
• PLP de faible affinité
• PLP
Peptidoglycane
Membrane
cytoplasmique
Mycobacteries
45
Porines
Acides mycoliques
Isoniaside
pyrazinamide
Arabinogalactanne
Squelette pariétal
Ethambutol
Peptidoglycane
Membrane cytoplasmique
Mycobacteries
46
Antibiotiques actifs sur la membrane bactérienne
Daptomycine
Colimycine
Daptomycine Ressemble à la colimycine
48
Antibiotiques actifs sur la membrane bactérienne
Mode d’action de la daptomycine
Daptomycine
Bactéricide sur les bactéries Gram positif
49
Antibiotiques actifs sur la membrane bactérienne
Mode d’action de la colistine
• Interagit avec le LPS (anionique)
• Se fixent sur la membrane
cytoplasmique
• altèrent la perméabilité
• Déstabilisation des membranes
des bactéries à Gram négatif
• Bactéricides
• Regain d’intérêt (BMR)
R par Modification du LPS
“the exact mechanism(s) by which colistin
ultimately kill bacterial cells is still unknown.”
50
Spectre d’action des antibiotiques qui ciblent la paroi bactérienne
β-lactamines
Isoniazide / Pyrazinamide
Ethambutol
Colistine
Glycopeptides
AM
Daptomycine
AG
ME
PG
PG
PG
Gram positif
Gram negatif
Mycobacteries
51
1)Aminosides
2) Macrolides-lincosamides-streptogramines
3) Cyclines
4) Chloramphénicol
5) Ac. Fusidique
6) Linézolide
• Sur la sous-unité 30 S
1. Aminosides ou aminoglycosides
 Principales molécules
- Amikacine
- Gentamicine
- Tobramycine
Glycoside
Aminocyclitol
Glycoside
Mécanisme d’action :
Pénètrent dans la bactérie par un mécanisme de transport actif qui nécessite la
présence d’oxygène.
Bloquent la synthèse protéique en se liant à la sous-unité ribosomale 30S, inhibent
l’élongation de la chaîne peptidique (en empêchant le transfert du peptidyl-ARNtr
depuis le site A vers le site P).
 Bactéricidie concentration dépendante
1. Aminosides ou aminoglycosides
 Spectre large : staphylocoques, Listeria, bactéries à Gram négatif
o Résistance naturelle (imperméabilité) : anaérobies, streptocoques et
entérocoques (bas niveau)
 Synergie avec ATB actifs sur la synthèse de la paroi
o Conservée pour streptocoques et entérocoques : bithérapie possible
o Résistance acquise  perte de synergie
 Activité préférentielle
o Amikacine : Gram négatifs
o Gentamicine : Gram positifs
 Pas d’absorption entérale : usage injectable ou local
 Toxicité rénale – toxicité auditive irréversible
 Traitements courts en association pour infections sévères
-La spectinomycine est utilisée dans les gonococcies.
-La streptomycine et la kanamycine sont réservées aux infections à mycobactéries
2.Tétracyclines
-Noyau à 4 cycles “hexagonaux”
-Inhibition de la synthèse protéique: interaction avec l’ARN16s de
la sous-unité 30s  encombrement stérique dans le site A
 l’ARNt-AA ne peut plus s’y fixer
 blocage de la synthèse peptidique
Bactériostatiques
Spectre large mais résistances fréquentes
Excellente biodisponibilité per os, bonne diffusion tissulaire
Principales indications
Infections à bactéries intracellulaires
Infections osseuses à bactéries sensibles
Contre-indiquées pendant la grossesse et chez l’enfant
Minocycline
• Sur la sous-unité 50 S
1. Les phénicolés
• Structure et activité:
Chloramphénicol : Produit naturel de Streptomyces venezuelae
Puis synthétisé en laboratoire.
EI : rares mais gravissimes : aplasies médullaires irréversibles
Remplacé par thiamphénicol (pas d’aplasies)
Très peu utilisés (dans les pays riches)
Bactériostatique à large spectre y compris Rickettsies et chlamydiae
pénètrent bien dans le système lymphatique et franchissent la barrière
méningée
1. Les phénicolés
Mécanisme d’action des phénicolés
En Algérie, ces molécules sont réservées aux
traitements des fièvres typhoïdes et paratyphoïdes et
dans certains cas de méningites purulentes à
Haemophilus et à Pneumocoque.
2. Macrolides et apparentés
Macrolides-Lincosamides-Streptogramines
Ces trois groupes d’ATB (dits MLS) de
structures chimiques différentes, sont
apparentés par leur :
 spectre d’activité,
 mécanisme d’action
 et les phénomènes de résistance.
2. Macrolides, lincosamides et streptogramines (MLS)
Macrolides
C14
Érythromycine
Clarithromycine (Zeclar®)
C15
Azithromycine
(Zithromax®)
C16
Spiramycine
2. Macrolides, lincosamides et streptogramines (MLS)
Lincosamides, Streptogramines
Clindamycine (Dalacine®)
Pristinamycine (Pyostacine®)
Association de deux composés
Pristinamycine II
(Streptogramine A)
Pristinamycine IA
(Streptogramine B)
2.MLS : Spectre d’activité
 Mécanisme d’action : liaison à la sous-unité 50S du ribosome, inhibition de
la synthèse protéique
 Bactériostatiques (sauf Pristinamycine)
2.MLS : Spectre d’activité
 Mécanisme d’action : liaison à la sous-unité 50S du ribosome, inhibition de
la synthèse protéique
 Bactériostatiques (sauf Pristinamycine)
 Spectre utile
o Gram + : staphylocoques, streptocoques
o Cocci Gram – (Neisseria spp.) et Campylobacter
o Certaines entérobactéries (Salmonella, Shigella) : Azithromycine
o Anaérobies : Clindamycine
o Bactéries intracellulaires : Legionella, Mycoplasmes, Chlamydia
 Naturellement résistants : entérobactéries, P. aeruginosa
 Résistance acquise fréquente
Sensibilité de diverses espèces aux lincosamides
Naturellement sensible
Naturellement résistant
Cocci à Gram +
Enterococcus faecalis
Bactéries anaérobies
Entérobactéries
Pseudomonas spp.
Acinetobacter spp.
Neisseria spp.
Haemophilus ssp.
Infections ostéo-articulaires cutanéo-muqueuses
Abcès du cerveau
Sensibilité de diverses espèces aux streptogramines
Naturellement sensible
Naturellement résistant
Cocci à Gram +
Enterococcus faecalis
Bactéries anaérobies
Bactéries à Gram -
Pristinamycine : ~ macrolides/lincosamides
Synercid : alternative aux glycopeptides pour
S. aureus Méti R , entérocoques résistantS à la vancomycine
3. Les oxazolidinones
•
•
•
Nouvelle classe d’antibiotiques : le linezolide est le premier dérivé.
Administration orale ou parentérale
Bactériostatique
•
Spectre: utilisé surtout pour le traitement des infections à SAMR,
pneumocoque résistant à la pénicilline et entérocoque résistant à la
vancomycine..
4.Acide fusidique
Acide fusidique (Inj, PO, local)
 Fucidine®
 Spectre : Gram +
 Utilisation : anti-staphylococcique
empêche la synthèse protéique en se fixant sur le
facteur d’élongation G.
bactéricide lent, bactériostatique à faibles doses.
5. Mupirocine
• produit de fermentation de Pseudomonas fluorescens
• inhibe la synthèse protéique par inhibition de l’incorporation
de l’isoleucine dans le polypeptide
• traitement locale des infections cutanées à staphylocoque et
streptocoques et surtout pour éliminer le portage nasal des
SAMR.
75
Antibiotiques agissant sur la synthèse
des acides nucléiques
• 1) Rifampicine
• 2)Sulfamides et Triméthoprime
• 3)Dérivés nitrés
• 4)Les quinolones
76
1. Rifampicine
 Fixation à l’ARN polymérase  inhibition de la
transcription et de la synthèse d’ARNm
Rifampicine
1. Rifampicine
 Spectre large
o Gram +, cocci Gram o Mycobactéries
o Bactéries intracellulaires
 Résistances d’apparition rapide par mutations: toujours en association
 Inducteur hépatique, Interactions +++
 Principales indications

Infections à mycobactéries:
En Algérie, la Rifampicine est réservée au
traitement de la tuberculose.
o Infections ostéo-articulaires à staphylocoque
2. Sulfamides et diaminopyrimidines
 Bactériostatiques par inhibition de
la synthèse d’acide folique: erreur
métabolique fatale au germe
 En association : synergiques et
bactéricides
Cotrimoxazole (Sulfaméthoxazole –
Triméthoprime) Bactrim®
 Spectre large mais augmentation
résistance acquise
 Résistance naturelle :
o P. aeruginosa
o Entérocoques
o Anaérobies
2.Cotrimoxazole : sulfamide+triméthoprime
 Excellente biodisponibilité per os
 Le cotrimoxazole est bactéricide, a une bonne pénétration
tissulaire y compris LCR et
 Principales indications
o Infections urinaires (après documentation de la sensibilité)
o Infections neuro-méningées à Listeria
 Effets indésirables
o Allergies
o Cytopénies
3. Dérivés nitrés
 Prodrogues dont certaines bactéries peuvent réduire le radical nitré en
produits toxiques pour l’ADN et l’ARN (substitutions de bases, cassures)
 Nitrofuranes (PO)
Infections urinaires non
compliquées
 5-nitroimidazolés (PO, IV)
Anaérobies
Nitrofurantoïne
Furadantine®
Métronidazole
Flagyl®
3.Nitro-imidazolés
 Excellente biodisponibilité et diffusion tissulaire
 Bactéricidie concentration dépendante
 Spectre
o Anaérobies stricts (Bacteroides, Clostridium)
o Helicobacter pylori
o Certains parasites
 Effets indésirables
o Effet antabuse avec l’alccol
o Troubles digestifs
o Neuropathie
3. Nitroimidazolés
84
4. Quinolones
Molécules de synthèse
Bactéricides
4.Les quinolones
Mécanisme d’action:
Bactéricides  bloquent la synthèse de l’acide nucléique
par inhibition des ADN topoisomérases II (Gyrase) et topoisomérase IV)
4.Les quinolones: Molécules et spectre d’activité
Structure
Molécules
Spectre
FQ 1ère génération
Ofloxacine (Péflacine®)
Ciprofloxacine (Ciflox®)
Large : Gram +, Gram -,
intracellulaires,
P. aeruginosa (Ciprofloxacine)
Résistant : Streptocoques,
anaérobies
FQ 2ème génération
(Anti-streptococciques)
Lévofloxacine (Tavanic®)
Idem Cipro + Streptocoques
Moxifloxacine
Idem Oflo + Streptocoques +
Anaérobies
! Résistances fréquentes par mutation des cibles
 En association en début de traitement d’infection sévère
 Après documentation microbiologique
(sauf infections urinaires hautes)
4.Les quinolones: Pharmacocinétique - Indications
 Excellente biodisponibilité per os
 Excellente diffusion tissulaire et intracellulaire
 Elimination urinaire sous forme active
 Principales indications : de plus en plus limitées
o Infections urinaires hautes (cystites : pas en 1ère intention)
o Infections génitales et digestives
o Légionellose grave
 Effets indésirables
o Photosensibilisation
o Tendinopathies
4.Les quinolones
Les antituberculeux
• Anti BK majeurs: de 1ère intention:
Izoniazide - Rifampicine – Pyrazynamide –Streptomycine –
Ethambutol
Sont bactéricides sauf Ethambutol
• Anti BK mineurs: de 2ème intention:
Ethionamide – Kanamycine – Ofloxacine –
Cycloserine
TRT en association et de longue durée (schémas
bien codifiés / cas )
cibles bactériennes des ATB
CONCLUSION
 Connaître les principales cibles bactériennes des antibiotiques
 Connaître le mécanisme d’action, le spectre des bêta-lactamines,
aminosides, macrolides, fluoroquinolones, imidazolés, glycopeptides
 Connaître les molécules de choix en fonction des groupes bactériens :
o Staphylocoques
o Streptocoques - Entérocoques
o Entérobactéries - P. aeruginosa
o Anaérobies
o Bactéries à multiplication intracellulaire
Conclusion
la connaissance fondamentale des AtB permettra une
prescription adaptée de ces derniers et contribuera à
lutter contre les BMR qui constituent un problème de
santé publique par leurs morbi-mortalité et leurs coût
en santé publique.
1) A quelles familles d’antibiotiques appartiennent les molécules suivantes ?
Ampicilline
Erythromycine
Vancomycine
Céfotaxime
Ticarcilline
Pipéracilline
Daptomycine
Minocycline
Colimycine
Imipénème
Gentamicine
Céfépime
Ofloxacine
Oxacilline
Rifampicine
Bactrim
Fosfomycine
Fucidine
1) A quelles familles d’antibiotiques appartiennent les molécules suivantes ?
Ampicilline
Erythromycine
Vancomycine
Céfotaxime
Ticarcilline
Pipéracilline
Daptomycine
Minocycline
Colimycine
Imipénème
Gentamicine
Céfépime
Ofloxacine
Oxacilline
Rifampicine
Bactrim
Fosfomycine
Fucidine
Bêta-lactamines
1) A quelles familles d’antibiotiques appartiennent les molécules suivantes ?
Ampicilline
Erythromycine
Vancomycine
Céfotaxime
Ticarcilline
Pipéracilline
Daptomycine
Minocycline
Colimycine
Imipénème
Gentamicine
Céfépime
Ofloxacine
Oxacilline
Rifampicine
Bactrim
Fosfomycine
Fucidine
Bêta-lactamines
Groupe des pénicillines
•Ampicilline : péni A
•Oxacilline : péni M
•Ticarcilline et Pipéracilline : pénicillines à spectre
large
Groupe des céphalosporines
•Céfotaxime : C3G
•Céfépime : C4G
Groupe des carbapénèmes
1) A quelles familles d’antibiotiques appartiennent les molécules suivantes ?
Ampicilline
Erythromycine
Vancomycine
Céfotaxime
Ticarcilline
Pipéracilline
Daptomycine
Minocycline
Colimycine
Imipénème
Gentamicine
Céfépime
Ofloxacine
Oxacilline
Rifampicine
Bactrim
Fosfomycine
Fucidine
Macrolides
Lincosamides
Streptogramines
C14
Clindamycine Dalacine® Pristinamycine
Erythromycine
Pyostacine®
Roxithromycine Rulid®
C15
Azithromycine Zithromax®
C16
Josamycine Josacine®
Spiramycine Rovamycine®
Kétolides
Télithromycine Kétec®
1) A quelles familles d’antibiotiques appartiennent les molécules suivantes ?
Ampicilline
Erythromycine
Vancomycine
Céfotaxime
Ticarcilline
Pipéracilline
Daptomycine
Minocycline
Colimycine
Imipénème
Gentamicine
Céfépime
Ofloxacine
Oxacilline
Rifampicine
Bactrim
Fosfomycine
Fucidine
Lipopeptides cyclique
Colimycine : peptide cationique
Usage systémique par voie injectable
Toxicité rénale
4) Quelles sont les antibiotiques qui ont pour cibles les différents
composants cités ci dessous
a. Transpeptidases = PLP
b. ADN-gyrase
c. ARN-polymérase
d. Ribosomes
bêta-lactamines
quinolones
rifampicine
macrolides, aminosides, tétracyclines
Cibles des antibiotiques
a. Paroi bactérienne
•
•
•
•
•
•
β-lactamines
Glycopeptides
Fosfomycine
Izoniazide
Pyrazinamide
Ethambutol
b. Synthèse
protéique
d. Membranes
• Lipopetides cycliques
•
•
•
•
•
•
Aminosides
Macrolides
Tétracyclines
Oxazolidinone
Phénicolés
Acide fusidique
c. Acides nucléiques
•
•
•
•
Sulfamides
Quinolones
Ansamycines
Dérivés nitrés
4) Quels sont les familles d’antibiotiques qui agissent
spécifiquement
- Sur les bactéries à Gram +
- Sur les bactéries à Gram -
Colistine
ME
Glycopeptides
PG
PG
Daptomycine
Gram positif
Gram négatif
ATB actifs uniquement si cibles directement accessibles :
•
Glycopeptides : peptidoglycane (PG) des Gram +
•
Daptomycine : membrane cytoplasmique des Gram +
•
Colistine : LPS des Gram –
8) Parmi les familles d’antibiotiques suivantes quelles
sont celles pour lesquelles on sélectionne fréquemment
des mutants résistants :
-
Les bêta–lactamines
Les macrolides
La rifampicine
Les quinolones
Les aminosides
La fucidine
La fosfomycine
8) Parmi les familles d’antibiotiques suivantes quelles
sont celles pour lesquelles on sélectionne fréquemment
des mutants résistants :
-
Les bêta–lactamines
Les macrolides
La rifampicine +++
Les quinolones +
Les aminosides
La fucidine ++
La fosfomycine +++
23) Parmi les antibiotiques suivants, quels sont ceux
actifs sur les bactéries intracellulaires ?
a. Bêta-lactamines
b. Aminosides
c. Macrolides et apparentés
d. Fluoroquinolones
e. Rifampicine
f. Tétracyclines
g. Chloramphénicol
h. Triméthoprime
23) Parmi les antibiotiques suivants, quels sont ceux
actifs sur les bactéries intracellulaires ?
a. Bêta-lactamines
b. Aminosides
c. Macrolides et apparentés
d. Fluoroquinolones
e. Rifampicine
f. Tétracyclines
g. Chloramphénicol
h. Triméthoprime
Téléchargement
Explore flashcards