Telechargé par ousmane traore

fichier produit 1912

publicité
Université Oran 1 Ahmed Benbella, Faculté de Médecine, Département de Médecine,
Service d’Histologie-Embryologie
Dr Hamadouche H
Cour de Cytologie de la première année de Médecine
La cellule bactérienne
I. Généralités :
La cellule bactérienne est un microorganisme unicellulaire simple, qui se caractérise par :
 l’absence de noyau : l’ADN est libre dans le cytoplasme.
 Sa taille : qui varie de 1 à 10 µm.
 la présence d’un seul chromosome circulaire.
 l’absence de mitochondries.
 Son mode de reproduction : par scissiparité : donc il n’ya ni mitose, ni méiose.
II. Structure :
La cellule procaryote est constituée par :
- une membrane plasmique : composée de lipides et de protéines et pauvre en
glucides. Cette membrane est déporvue de cholestérol.
-un cytoplasme homogène, limité par une membrane plasmique, qui renferme des
ARN solubles (ARN messager et ARN de transfert), et ARN ribosomal.
-un nucléoïde : équivalent du noyau, occupe le centre du cytoplasme et est formé
d’une seule molécule d’ADN circulaire d’une longueur de 1mm représentant le
chromosome bactérien. Il n’est pas entouré d’une enveloppe qui le sépare du
cytoplasme. L’ADN code pour 5000 protéines différentes.
-des plasmides : ce sont des fragments d’ADN extra chromosomiques circulaires
et localisés dans le cytoplasme.
-des ribosomes : visibles dans le cytoplasme, le plus souvent groupés en
polyribosomes.
- -un mésosome : il s’agit d’une invagination de la membrane plasmique, sur
laquelle se fixe l’ADN bactérien. Il contient les enzymes de la chaine respiratoire,
et assure donc la fonction des mitochondries.
Structures inconstantes :
1-un flagelle : qui est une expansion membranaire mobile dont le nombre est de 1
à 8.
1
Année universitaire: 2019-2020
Université Oran 1 Ahmed Benbella, Faculté de Médecine, Département de Médecine,
Service d’Histologie-Embryologie
Dr Hamadouche H
Cour de Cytologie de la première année de Médecine
2-des pilis (poils) : qui sont des expansions membranaires rigides plus courtes que
le flagelle, utiles à l’adhésion.
3-une capsule : inconstante de nature polysaccharidique, amorphe , souvent très
mince.
III. La paroi bactérienne :
C’est une enveloppe rigide assurant l'intégrité de la bactérie, donc responsable de la
forme des cellules. Elle mesure 8 à 30µm d’épaisseur.
La partie commune à toutes les parois bactériennes est le peptidoglycane (ou muréine),
enveloppe la plus interne.
Elle est mise en évidence par la coloration de Gram (coloration de violet gentiane et de
fuchsine). On trouve des bactéries « gram + » et des bactéries « gram – » :
Les bactéries gram + retiennent le colorant, coloration violette. Leurs parois
possèdent une couche unique homogène d’un peptidoglycane, la muréine qui repose
sur la membrane plasmique, les deux constituent la paroi cellulaire. Ex : les
staphylocoques.
 Les bactéries gram – sont beaucoup plus perméables au colorant, coloration rose.
Leurs parois sont beaucoup plus complexes et constituées d’une couche fine de
peptidoglycanes qui repose sur la membrane plasmique entourée par une membrane
externe .Ex : Escherichia-coli.
IV. Reproduction : les cellules procaryotes se divisent très rapidement par scissiparité
dans un environnement nutritif suffisant.

Schéma d’une cellule bactérienne
2
Année universitaire: 2019-2020
Université Oran 1 Ahmed Benbella, Faculté de Médecine, Département de Médecine,
Service d’Histologie-Embryologie
Dr Hamadouche H
Cour de Cytologie de la première année de Médecine
V. Métabolisme : Le métabolisme d’une cellule est l’ensemble des réactions chimiques
qui se produisent au niveau de cette cellule. Pour réaliser ce processus, les bactéries,
comme toutes les autres cellules, ont besoin d’énergie. L’ATP est commune à toutes les
formes de vies, mais les réactions d’oxydo-réduction impliquées dans sa synthèse sont très
variées selon les organismes et notamment chez les bactéries. Les bactéries vivent dans
pratiquement toutes les niches environnementales de la biosphère. Elles peuvent ainsi
utiliser une très large variété de source de carbone et/ou d’énergie.
Les bactéries peuvent être classées selon leur type de métabolisme, en fonction des sources
de carbone et d’énergie utilisés pour la croissance, les donneurs d’électrons et
les accepteurs d’électrons.
L’énergie cellulaire des chimiotrophes est d’origine chimique alors que celle
des phototrophes est d’origine lumineuse. La source de carbone des autotrophes est le CO2,
tandis que des substrats organiques sont la source de carbone des hétérotrophes. Il est aussi
possible de distinguer deux sources possibles de protons (H+) et d'électrons (e-) : les
bactéries réduisant des composés minéraux sont des lithotrophes alors que celles réduisant
des substances organiques sont des organotrophes.
Les bactéries peuvent être divisées en quatre grands types nutritionnels en fonction de leurs
sources de carbone et d’énergie :




Les photoautotrophes utilisent la lumière comme source d’énergie et le CO2 comme
source de carbone.
Les photohétérotrophes se développent par photosynthèse. Ils assimilent le CO2 en
présence d’un donneur d’électrons.
Les chimioautotrophes utilisent des substrats inorganiques réduits pour l’assimilation
réductrice du CO2 et comme source d’énergie.
Les chimiohétérotrophes utilisent des substrats organiques comme source de carbone
et d’énergie.
.
Chez les organismes aérobies, l’oxygène est utilisé comme accepteur d’électrons. Chez les
organismes anaérobies, d’autres composés inorganiques comme le nitrate, le sulfate ou
le dioxyde de carbone sont utilisés comme accepteurs d’électrons. Ces organismes participent
à des processus écologiques très importants lors de la dénitrification, la réduction des sulfates
et l’acétogenèse. Ces processus sont aussi importants lors de réponses biologiques à la
pollution, par exemple, les bactéries réduisant les sulfates sont responsables de la production
de composés hautement toxiques à partir du mercure (méthyl et diméthylmercure) présent
dans l’environnement. Les anaérobies (non respiratoires) utilisent la fermentation pour fournir
de l’énergie à la croissance des bactéries. Au cours de la fermentation, un composé organique
(le substrat ou la source d’énergie) est le donneur
3
Année universitaire: 2019-2020
Université Oran 1 Ahmed Benbella, Faculté de Médecine, Département de Médecine,
Service d’Histologie-Embryologie
Dr Hamadouche H
Cour de Cytologie de la première année de Médecine
Cellule procaryote
4
Année universitaire: 2019-2020
Université Oran 1 Ahmed Benbella, Faculté de Médecine, Département de Médecine,
Service d’Histologie-Embryologie
Dr Hamadouche H
Cour de Cytologie de la première année de Médecine
Références bibliographiques :
1. Biologie Cellulaire. Abrégés. Marc Maillet.9ème édition, Masson2002.
2. Cours de Biologie Cellulaire : Pierre Cau, Raymond Seite. Edition ellipses.1999.
3. Cytologie & Physiologie cellulaire. M. Abdelali, H. Benzine-Challam, A.MadouiDekar.
Office des Publications Universitaires 2008.
4. La cellule et sa physiologie : M Bendjelloul. Office des Publications Universitaires 2011.
5. La cellule. Geoffrey M Cooper. Edition De Boeck. 1999.
6. fr.wikipedia.org/wiki/Bactérie
7. Structure et physiologie de la bactérie : Anatomie – Structure. Collégiale des enseignants
de bactériologie-virologie-hygiène. UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone 2014
5
Année universitaire: 2019-2020
Téléchargement
Explore flashcards