Telechargé par Orlin Kitio

accra-ditation

publicité
GROUPE FRANCOPHONE D’HEMATOLOGIE CELLULAIRE
Mercredi 08 février 2012
LE PLUS
D’UNE ACCREDITATION
EN HEMATOLOGIE
Docteur Béatrice VEYRAT
L.A.B.M PIEDIMONTE-VEYRAT
39000 LONS LE SAUNIER
1
REFORME DE LA BIOLOGIE MEDICALE
Réforme Contrainte ou un « plus » ?
La subir ou en tirer profit ?
L’Ordonnance du 13 janvier 2010 relatif à la Biologie Médicale
comporte 2 mesures phares :
- La réaffirmation du rôle du Biologiste au sein du parcours de
soins en reconnaissant le caractère Médical de la profession
- L’accréditation des laboratoires, qui oblige à apporter des
preuves tangibles de la qualité et des analyses réalisées , de la
fiabilité des résultats et de la compétence du personnel
2
REFORME DE LA BIOLOGIE MEDICALE
 Remplacer l’image :
Biologiste
Prescripteur
« Doseur »
« à la pêche » aux signes biologiques
 Par l’image :
Biologiste :
Les renseignements
cliniques pertinents obtenus,
m’ont permis d’adapter mon
interprétation au cas de ce
patient
Prescripteur :
L’interprétation du biologiste
et les échanges avec les
autres professionnels de
santé m’ont permis d’adapter
au mieux le traitement de ce
patient
3
INTERPRETATION DES COMPTES RENDUS
D’EXAMENS DE BIOLOGIE MEDICALE
Le CSP L 661-2
indique que cette interprétation est obligatoire
(Exigence reprise dans le SH-REF 02 du COFRAC)
 Valeur ajoutée +++
Qui appartient pleinement au biologiste qui possède cette
compétence et les connaissances, pour apporter à son
collègue prescripteur une aide diagnostique ou thérapeutique
- « Aide diagnostique » les différents types d’anémies ,
leucémies, syndromes myélodysplasiques, les « vrais
thrombopénies », etc.
- « Aide thérapeutique » pour les suivis des traitements,
grâce à la fiabilité des résultats quantitatifs (leucopénie,
thrombopénie, « valeur de l’hémoglobine », etc…)
4
FIABILITE DES RESULTATS
 Maîtrise des appareils et des fournisseurs
*
 5.3.2 Il doit être démontré que le matériel est capable d'atteindre
les performances requises et qu'il est conforme aux
spécifications se rapportant aux analyses concernées.
Validation des méthodes
GUIDE SH GTA 04 : Portée Flexible A standard / Portée Flexible B
PORTEE A :
DECLARATION D’APTITUDE DE LA METHODE
Utilisation d’une notice fournisseur sans modification.
Vérification dans son environnement propre des performances de la
technique qu’il utilise par rapport à des critères et à des limites qu’il
s’est fixé.
PORTEE B :
VALIDATION DE LA METHODE
MODELE DE DOSSIER :
- Fiche type Quantitatif SH FORM 43
- Fiche type Qualitatif SH FORM 44
5
FIABILITE DES RESULTATS
Données nécessaires : « fiches techniques »
- Remarques : CV répétabilité, reproductibilité, donnés par le fournisseur,
quelquefois difficile à atteindre en interne (nombre important d’échantillons..)
- Comparaison avec les références des sociétés savantes
- Certains fournisseurs proposent désormais des recommandations de
spécifications à atteindre, pouvant aider le biologiste à valider ses critères
- Attention : ne pas valider la totalité des performances annoncées par le
fabricant
- Valeurs de référence : revues bibliographiques reflétant l’état de l’art adapté à
la technique utilisée
Apporter la conclusion sur la conformité de l’appareil pour une utilisation
en routine, selon les performances données, vérifiées et retenues
« Aide » des fournisseurs pour la vérification des méthodes :
- Dossier clef-en-main « payant »
- CD ROM
- Ingénieur d’application
Connaissance du dossier par le personnel
6
FIABILITE DES RESULTATS
*
 Méthode de mesure de l’appareil
 +++ connaître et vérifier les performances de l’appareil
- Vérifier ses performances, mais aussi ses limites, ses points
faibles
- Connaître les interférences analytiques
- Déterminer les critères de repasse, de vérification sur lame
7
FIABILITE DES RESULTATS
*
-Exemple : fiabilité des résultats des plaquettes basses
- Mode de lecture optique, impédance
- Agglutination des plaquettes, quel chiffre rendre ?
- Vérification sur lame, comptage en cellules !
- Ne pas rendre résultats sous réserve
- Exemple : fiabilité de détection des fausses leucopénies
- « Alarme de l’appareil » en cas de leucoagglutination
- Que met en place le laboratoire pour déceler ce genre
d’anomalies ?
- Exemple : détection des agglutinines froides
8
MAITRISE DES PROCESSUS ET DES RISQUES
*
 Maîtrise des locaux et de l’environnement : chapitre 5.2
 Température, hygrométrie, luminosité, consommation d’énergie, etc.
*
 Maîtrise du processus pré analytique : Chapitre 5.4
 Etat de jeun




*
Prélèvement
Remplissage des tubes
Transport : température, délais
Manuel de prélèvement : communication, preuves de la prise de
connaissance, de l’application
*
 Maîtrise du processus analytique : Chapitre 5.5
 Mode opératoire
 Maintenances : traçabilité des appels téléphoniques du SAV
 Enregistrements
 Gestion de la documentation externe (fiches techniques, fiches de
sécurité, fiches de stress)
 Evaluation des fournisseurs
9
MAITRISE DES PROCESSUS ET DES RISQUES
*
 Assurer la qualité du processus analytique : chapitre 5.6
 CQI du fournisseur , ou autre
 2 ou 3 niveaux : que préconise le fournisseur ?
 CQI de fin de journée
 CQI à passer à chaque changement de lot de flacon de réactif ?
 « Ciblage des CQI », « bon » ? « trop large » ?
 Tester le CQI avant de le passer en routine si changement de lot
 CQI « lecture manuelle des lames », « lecture en cellule »
10
MAITRISE DES PROCESSUS ET DES RISQUES
*
 Assurer la qualité du processus analytique : chapitre 5.6
 EEQ sur le marché :
Cas cliniques sur lames
Les fournisseurs d’EEQ font partie des fournisseurs critiques, il faut
les évaluer
Les EEQ doivent être adaptés aux besoins (payants ≠ bons, ex VS)
*
 Incertitudes de mesure :
- Ordre d’idée sur les plaquettes basses < 10000
- Ordre d’idée sur l’hémoglobine basse = « seuil de transfusion »
- « Outils » lorsqu’il y a des différences entre les résultats de
laboratoires
11
MAITRISE DES PROCESSUS ET DES RISQUES
*
 Maîtrise du processus post analytique : chapitre 5.7
 Durée de conservation des échantillons (Manuel de prélèvement)
 Procédure de validation
Middleware
Logiciel d’aide à la validation
 Procédure d’élimination
*
 Maîtrise du compte rendu des résultats: chapitre 5.8
 Critères d’alertes cliniques (traçabilité)
 Commentaires (renseignements cliniques) :
- Formule vérifiée sur lame
- Formule « modifiée » = traçabilité
- Conseils = Immunophénotypage conseillé
12
MAITRISE DES PROCESSUS ET DES RISQUES
*
 Maîtrise des compétences : chapitre 5.1
 Article L 4352-1 « La réalisation technique d’un examen de biologie
médicale est sous la responsabilité d’un biologiste »
 +++ compétences des techniciens et des biologistes
- Définir les référents, les titulaires et les suppléants
- Définir et suivre les plans de formation
 Comment maintenir la compétence lecture de lame ? (10 lames, note
seuil à 8/10 ? à 10/10 ?
13
CONCLUSION
*
Démarche qualité =
simplification et standardisation des processus
 Gestion documentaire
 Choix et maîtrise de la technique d’analyse
 Implication de l’ensemble du personnel
 De la direction à l’agent d’entretien
 Qualification, compétence, reconnaissance
 Travail de longue haleine
14
CONCLUSION
 Maintien de l’accréditation (audits COFRAC, écarts
critiques ou non)
Processus d’amélioration continue de la qualité des résultats et de la
traçabilité MAIS nécessitant un travail important de suivi : c’est une
histoire sans fin
 +++ Accréditation = garantie de la compétence des opérateurs et
de la fiabilité du matériel
 +++ Prestations de conseils aux patients et aux médecins, au delà
du simple commentaire de résultat

- - - obligation, temps, prix
15
16
Accréditation d’un laboratoire
d’Hématologie cellulaire
Méthodes automatisées
Marie Loosveld
8 Février 2012
GFHC, Paris
Laboratoire d’Hématologie, CHU Timone, Marseille
Pr P. E. Morange
Portée d’accréditation = Liste de compétences
Nature de
l'échantillon
biologique
Liquide(s)
biologique(s)
d'origine humaine :
sang et dérivés (*)
Nature de
l'examen
Hémogramme
NFP (Numérationformule-plaquettes,
avec cellules
anormales et
paramètres associés)
Principe de la
méthode
Méthode automatisée
de type qualitatif et
quantitatif
Principe général :
- Impédancemétrie,
- Cytométrie en flux,
- Cytochimie,
- Spectrophotométrie,
- Fluorescence,
- Radiofréquence,
- Calcul
Référence
de la
méthode
Remarques
Méthodes reconnues
(A)
Méthodes reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Kits réactifs
commercialisés
Analyseur/Automate
SH INF 50
Processus préanalytique
« Le laboratoire doit disposer de procédures documentées et
d'informations pour les activités préanalytiques afin de
garantir la validité des résultats des examens. L'identité
des personnes participants au processus préanalytique doit
être enregistrée ».
Processus préanalytique
Informations cliniques pertinentes
• Age, sexe, grossesse, origine ethnique
• Pathologie : Hémopathie …
• Clinique : splénomégalie, ADP, fièvre,
• Conditions de vie
• Traitement
• Quelle est la question posée par le clinicien?
Permet une réponse adaptée
Ces données doivent suivre le
macroprocessus métier du LBM jusqu'au
rendu d’un résultat validé et interprété
Processus préanalytique
Critères d’acceptation des échantillons biologiques
• Quantité d’échantillons biologiques
• Modalités de recueil et conservation (nature des tubes…)
• Informations/Identifications rattachées
• Conditions d’acheminement
Processus préanalytique
En cas d’échantillons biologiques non conformes:
« Les échantillons primaires qui ne sont pas
identifiés correctement ne sont ni acceptés,
ni traités par le laboratoire ».
« ….dans le cas d’un échantillon primaire irremplaçable ou critique (LCR,
biopsie…), le laboratoire peut choisir de procéder à l’examen dans les
meilleurs délais mais de ne délivrer le résultat qu’après avoir obtenu de
la
personne responsable du prélèvement la confirmation qu’il/elle assume
la responsabilité de l’identification… »
EN ISO 15189
Garantir la qualité des résultats
« Le laboratoire doit garantir la qualité des examens
en les réalisant dans des conditions définies.
Le laboratoire doit concevoir des procédures de
contrôle de qualité permettant de vérifier que la
qualité prévue des résultats est bien obtenue ».
EN ISO 15189
LAB GTA 06: les contrôles de qualité en BM
SH GTA 04: vérification/validation des méthodes en BM
SH GTA 14: évaluation des incertitudes de mesure en BM
Garantir la qualité des résultats
• Automate
• Personnel
• Contrôle qualité
- CIQ
- EEQ
• Incertitude de mesure
• Fiche d’écart
Garantir la qualité des résultats
AUTOMATE
Achat / choix d’un automate : Définir ses besoins
Nombre automate selon activité / back up
Etaleur / Colorateur
Choix d’une technologie
Technique automatisée de formule leucocytaire:
Méthode optique
Méthode colorimétrique
Méthode immunologique
Garantir la qualité des résultats
• Automate
• Personnel
• Contrôle qualité
- CIQ
- EEQ
• Incertitude de mesure
• Fiche d’écart
Garantir la qualité des résultats
PERSONNEL
• Formation du personnel
• Evaluation et surveillance de la compétence
Garantir la qualité des résultats
PERSONNEL
Formation du personnel
 Evaluation et surveillance de la
compétence

Seules les personnes formées et validées peuvent rendre des
résultats
Garantir la qualité des résultats
• Automate
• Personnel
• Contrôle qualité
- CIQ
- EEQ
• Incertitude de mesure
• Fiche d’écart
Garantir la qualité des résultats
CONTRÔLE INTERNE DE QUALITE
Principe
• Maitrise interne de la qualité :
– Ensemble des procédures destinées à surveiller les
performances du laboratoire
• Surveiller en continu les opérations et les résultats de mesure
pour décider si les résultats sont suffisamment fiables pour
être communiqués
Prouver la maîtrise analytique MAIS
Ne remplace pas la maitrise de l’ensemble du processus analytique
(PRE, ANA, POST)
Garantir la qualité des résultats
CONTRÔLE INTERNE DE QUALITE
• CIQ fournis par le fabricant de l’automate,
indispensable car sert au SAV pour identifier l’origine
d’une panne
• Moyenne mobile si processus suffisamment
stable
• Contrôle intermachine
• Validation technique des résultats: Cytogramme
• Corrélation multiparamètrique à maitriser
Limites des CIQ
« Les erreurs détectées à l’aide des échantillons
de contrôle doivent être le reflet de celles
qui se produisent avec les échantillons de patient »
« La valeur du fournisseur est une indication et
ne doit pas être utilisée pour interpréter »
Valeur cible : 15 déterminations pendant
au moins 15 jours
Exploitation des CIQ
• Interprétation immédiate : Règles 12s, 22s, 13s, R4s
– Détecter en temps réel des résultats déviants
– Détecter une tendance pour prévenir la dégradation
du processus
– Utiliser ET qui estime la dispersion habituelle autour
de la moyenne
• Interprétation différée :
• Interprétation à long terme :
Exploitation des CIQ
• Interprétation immédiate :
• Interprétation différée : Règles 41s, 10x
– Courbes de Levey Jennings
– Permet des actions préventives et correctives
• Interprétation à long terme :
Exploitation des CIQ
• Interprétation immédiate :
• Interprétation différée :
• Interprétation à long terme :
– Surveiller la pérennité des résultats,
– Témoigner de l’efficacité du système,
– Calcul des Incertitude de mesure (IM) avec EEQ
CIQ
Sang patient
GR
Plaq
GB
CIQ
Advia 120, Siemens
Dans la vraie vie ….
GB
cible
Qualification
(10 utilisations)
4 jours
30 utilisations
17 jours
51 utilisations
25 jours
Moy
6.57
6.71
6.63
6.64
ET
0.43
0.14
0.12
0.12
Moy+2ET
7.42
6.99
6.87
6.88
Moy-2ET
5.72
6.43
6.39
6.40
CAT en cas de CIQ hors norme
Type d’erreur
Humaine
Vérifier
Actions correctives
La transcription manuelle
des résultats du CIQ
Refaire la transcription si
erreur et ré-analyser selon
les règles
- Lot,
Qualité des
contrôles utilisés - pollution,
- agitation correcte,
- reconstitution,
- conservation
- bonne utilisation selon
PF4 et PF6
Lot en cours
Changement de lot
Nouvelle agitation
Nouvelle reconstitution
Appliquer les procédures
CAT en cas de CIQ hors norme
Automate
-Mauvaise calibration
-Réactif (manque ou
altéré)
- Hydraulique :
Bouchage
Poubelle refluante
Prise d’air
(Alarme de l’automate)
- Identifier la raison pour
laquelle la calibration
précédente a été
défectueuse. Refaire une
calibration correcte
- Changer les réactifs
- Lavage complet
Vider la poubelle
Vérifier le bon état des
principaux tuyaux
Garantir la qualité des résultats
CONTRÔLE INTERNE DE QUALITE

CIQ fournis par le fabricant de l’automate,
indispensable car sert au SAV pour identifier l’origine d’une panne
Moyenne mobile si échantillonnage
patient assez large et stable
 Contrôle intermachine
 Validation technique des résultats:
Cytogramme
 Corrélation multiparamètrique à maitriser

Moyenne mobile Plaquettes du 10/11/2011
Moyenne mobile GB du 19/10 au 09/11/2011
Garantir la qualité des résultats
CONTRÔLE INTERNE DE QUALITE
CIQ fournis par le fabricant de l’automate,
indispensable car sert au SAV pour identifier
l’origine d’une panne
 Moyenne mobile si processus suffisamment
stable
 Contrôle inter machine
 Validation technique des résultats:
Cytogramme


Corrélation multiparamètrique à maitriser
Contrôle inter-machines
Contrôle inter-machines
Automate 1
Automate 2
Interprétation
Garantir la qualité des résultats
CONTRÔLE INTERNE DE QUALITE

CIQ fournis par le fabricant de l’automate,
indispensable car sert au SAV pour identifier l’origine d’une panne
Moyenne mobile si processus suffisamment
stable
 Contrôle inter machine
 Validation technique des résultats:
Cytogramme


Corrélation multiparamètrique à maitriser
Cytogrammes
• Hb, VGM, TCMH, GR, CVGR :
Volume
Conc en
Hb
Cytogrammes
• Leucocytes, Formule leucocytaire :
Taille
Taille
Densité chrom, segmentation
perox
Validation technique : exemples
Validation technique : exemples
GR
GB
Plaq
Garantir la qualité des résultats
CONTRÔLE INTERNE DE QUALITE

CIQ fournis par le fabricant de l’automate,
indispensable car sert au SAV pour identifier l’origine d’une panne
Moyenne mobile si processus suffisamment
stable
 Contrôle inter-machine
 Validation technique des résultats:
Cytogramme
 Corrélation multi-paramètrique à maitriser

Corrélation multi-paramétrique
• VGM paramètre stable
• Paramètres quantitatifs calculés
– TCMH = Hb / GR
– CCMH = Hb / Ht
– Ht = VGM / GR
• Paramètres quantitatifs mesurés :
–
–
–
–
Numération GR
VGM
Hb
CHCM
Garantir la qualité des résultats
 Automate
• Personnel
• Contrôle qualité
- CIQ
- EEQ
• Incertitude de mesure
• Fiche d’écart
Garantir la qualité des résultats
Evaluation externe de qualité- Comparaisons
interlaboratoires

Contrôles externes ponctuels :
– Essai d’aptitude ou EEQ.
– Résultat d’une détermination en aveugle
– Contrôle d’exactitude

Comparaisons inter laboratoire (CIL )
- Données de CIQ dont résultats sont soumis à un organisme
externe pour comparaison
- Contrôle de justesse
CVI (PI) = CV labo/CV pool
Compare notre précision à celle du Pool

Comparaisons inter laboratoire (CIL )
justesse
SDI = z = (moy labo-moy pool)/SD pool
Compare notre moy à celle du pool
fidélité
Limites du CIQ externalisé
Valeur cible est connue
Personnel technique n’a pas accès aux valeurs
Même échantillon utilisé pour les deux termes (IM)
• Utiliser 2 CIQ différents : fournisseur automate + fournisseur
externe
Garantir la qualité des résultats
• Automate
• Personnel
• Contrôle qualité
- CIQ
- EEQ
• Incertitude de mesure
• Fiche d’écart
Garantir la qualité des résultats
Incertitude de Mesure
( u C) = √u2 (CIQ)+ u2 (EEQ)
Ou
( u C) = √u2 (CIQ)+ u2 (CIQ externalisé)
•u2 (CIQ) : représente la variance (carré de l'écart-type) de
l'ensemble des résultats du contrôle interne de qualité (CIQ) ;
•u2 (EEQ) : variance liée à la justesse (biais).
•u2 (CIQ externalisé) : variance liée à la justesse (biais).
Garantir la qualité des résultats
Incertitude de Mesure
• Moyenne qui lisse le biais…
E
= Moyenne des Biais
= ET des Biais (est ajouté pour compléter le calcul de l’IM)
SH GTA 14
Polynucléaires Neutrophiles
Automate
Microscope
Mois
Bas
Norm
Haut
Janvier
2,7
1,8
2,2
Février
2,8
1,9
0,7
Mars
2,5
2,1
1,3
Avril
2,4
2,1
1,5
Mai
2,5
1,8
1,5
Juin
2,4
1,9
1,2
Juillet
2,9
2,3
1,2
Août
3,2
1,9
1,4
Sept
2,6
1,8
1,3
Octobre
2,6
1,9
1,2
Nov
2,6
1,8
1,3
Déc
2,7
1,7
1,1
Moy
2,6
1,9
1,3
Garantir la qualité des résultats
• Automate
• Personnel
• Contrôle qualité
- CIQ
- EEQ
• Incertitude de mesure
• Fiche d’écart
Résultat aberrant,
non visible à l’écran
Validation technique dans une ambiance trop bruyante,
trop de discussion parasite
Sensibiliser le personnel avec retour des fiches
d’écart à la revue de direction
Conclusion
Vérification de méthode en Hématologie
Exemple de l’Hémogramme automatisé
Delphine Mercier-Bataille
CHU Marseille
Vérification/Validation des
procédures analytiques
NF EN ISO 15189
Vérification/Validation des
procédures analytiques
Vérification/Validation des
procédures analytiques
FICHE TYPE QUALITATIF
Vérification (portée A) / validation (portée B)
d’une méthode de biologie médicale
FICHE TYPE QUANTITATIF
Vérification (portée A) / validation (portée B)
d’une méthode de biologie médicale
Référence : SH FORM 44
Indice de révision : 00
Date d’application : 15/04/11
Référence : SH FORM 43
Indice de révision : 00
Date d’application : 15/04/11
VERIFICATION
VALIDATION
• Portée A
• Méthode fournisseur
• Portée B
• Méthode non normalisée
Environnement du LBM
Exigences satisfaites
(caractéristiques des
performances)
Hémogramme
• Vérification / Validation ?
• Quantitatif / Qualitatif?
FICHE TYPE QUANTITATIF
Vérification (portée A) / validation (portée B)
d’une méthode de biologie médicale
FICHE TYPE QUALITATIF
Vérification (portée A) / validation (portée B)
d’une méthode de biologie médicale
Référence : SH FORM 43
Indice de révision : 00
Date d’application : 15/04/11
Référence : SH FORM 44
Indice de révision : 00
Date d’application : 15/04/11
Hémogramme
• Vérification / Validation ?
• Quantitatif / Qualitatif?
FICHE TYPE QUANTITATIF
Vérification (portée A) / validation (portée B)
d’une méthode de biologie médicale
FICHE TYPE QUALITATIF
Vérification (portée A) / validation (portée B)
d’une méthode de biologie médicale
Référence : SH FORM 43
Indice de révision : 00
Date d’application : 15/04/11
Référence : SH FORM 44
Indice de révision : 00
Date d’application : 15/04/11
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
DESCRIPTION DE LA METHODE
Analyte/Mesurande :
GB – GR – Hb – Hte – VGM - CCMH –
PQ – PNN…
Hémogramme et paramètres dérivés
Principe de la Mesure :
Méthode automatisée de type quantitatif
Principe général des techniques :
- Impédancemétrie
- Cytométrie en flux
- Cytochimie
- Spectrophotométrie
- Fluorescence
- Radiofréquence
- Calcul
 SH INF 50
DESCRIPTION DE LA METHODE suite
Méthode de mesure :
Type d'échantillon primaire
(urine, sang, …) :
Diffraction – Oxydoréduction – MPO
GB-GR-PQ
Hb
Formule
Sang
Type de récipient, Additifs
(tubes, …) :
Tube EDTA microtainer, 2,5mL, 5mL…
Prétraitement de
l'échantillon (centrifugation,
dilution,…) :
Agitation si passage manuel
G/L, Tera/L, g/L, Fl, L/L…
Unités :
Intervalles de référence :
England JM, Bain BJ. Total and differential leukocyte
count. Br J Haematol 1976;
CLSIDocumentC28A3,Wayne, PA, 2008
Marquage CE (Oui/Non) :
Oui
Codage C.N.Q. (s'il existe) :
S.O
Instrument (analyseur
automatique, etc.) :
Advia 2120i, Siemens
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
MISE EN ŒUVRE
Opérateur(s) habilité(s) ayant
A. G. Technicien référent
réalisé la vérification de méthode V. B. Biologiste responsable
:
technique
Procédure de validation :
00ANAP01
Procédure de gestion de la portée
flexible :
00ANAP02
Période d'évaluation :
Du 4.10.10 au 30.10.10
Date de mise en service :
Autorisation de mise en service
par :
Après la fin de la validation
Le biologiste responsable
technique
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
MAITRISE DES RISQUES
Données d'entrée
Type d'échantillon primaire
(urine, sang, Type de
récipient (tubes, …), Additifs :
Prétraitement de l'échantillon
(centrifugation, dilution, …) :
Main d'œuvre (habilitation du
personnel) : Préciser les
références des procédures et
enregistrements.
Conditions ambiantes
requises (ex : Température,
organisation des locaux,
éclairage,…) :
Référence du
réactif (référence
fournisseur, version) :
Matériau de référence :
Equipements :
Exigences métrologiques*
(Exigences informatiques*
spécifiques
Points critiques à maîtriser
Modalités de maîtrise
Maitrise des risques
Facteurs non quantifiables  Déterminer des actions préventives et correctives
Résultat
erroné
 Processus analytique, gestion des ressources humaines…
PREANALYTIQUE
POSTANALYTIQUE
Résultat erroné
ANALYTIQUE
PREANALYTIQUE
Milieu
POSTANALYTIQUE
Méthode
Moyens
Moyens
Main d’œuvre
Main d’œuvre
Matière
Résultat erroné
Méthode
Main d’œuvre
Milieu
Moyens
Matière
ANALYTIQUE
PREANALYTIQUE
Milieu
Moyens
POSTANALYTIQUE
Méthode
Délai d’acheminement
Erreur d’anticoagulant
Moyens
Main d’œuvre
Main d’œuvre
Matière
Prélèvement coagulé
hémolysé
Identification erronée Méthode
Résultat erroné
Main d’œuvre
Milieu
Moyens
Matière
ANALYTIQUE
PREANALYTIQUE
Milieu
Moyens
POSTANALYTIQUE
Méthode
Délai d’acheminement
Erreur d’anticoagulant
Moyens
Main d’œuvre
Main d’œuvre
Matière
Prélèvement coagulé
hémolysé
Identification erronée Méthode
Résultat erroné
Modes opératoires obsolètes
Main d’œuvre
Milieu
Erreur de manipulation
Validation technique
inappropriée
Température
Poussière
Luminosité
Moyens
Maintenance Automates
ANALYTIQUE
Défaut Informatique
Matière
Réactifs et matériels
défectueux
Gestion des stocks
PREANALYTIQUE
Milieu
Moyen
POSTANALYTIQUE
Méthode
Moyen
Délai d’acheminement
Erreur d’anticoagulant
Défaillance informatique
Main d’œuvre
Prélèvement coagulé
hémolysé
Identification erronée
Matière
Main d’œuvre
Interprétation biologique
Erreur de saisie
Résultat erroné
Méthode
Modes opératoires obsolètes
Main d’œuvre
Milieu
Erreur de manipulation
Validation technique
inappropriée
Température
Poussière
Luminosité
Moyens
Maintenance Automates
ANALYTIQUE
Défaut Informatique
Matière
Réactifs et matériels
défectueux
Gestion des stocks
MAITRISE DES RISQUES: PHASES PREANALYTIQUE ET ANALYTIQUE
Données d'entrée
MATIERE
Echantillons, prétraitement
Points critiques à maîtriser
Identification erronée
Tube coagulé ou hémolysé
Délai acheminement
Agitation (mode manuel)
Modalités de maîtrise
PREANALYTIQUE
Manuel de prélèvement
Catalogue des analyses
GESTION RH
Habilitations techniciens
ANALYTIQUE
Procédure d’acceptation CQ
CAT Violation des règles de
Westgard
GESTION MATERIEL
Procédures de maintenance
Contrat avec le fournisseur
MOYENS
Automates
Informatique
CQ non gérés
Maintenances automates
METHODE
Système documentaire
Procédures
Procédures obsolètes
Mauvaise connaissance des
M.O
AMELIORATION QUALITE
Système efficace
d’information
Révision des procédures
MAIN D’OEUVRE
Main d'œuvre (habilitation du
personnel) :
Erreur de manipulation
Validation technique
inappropriée
GESTION RH
Fiches de poste
Fiches d’habilitation
Formation continue
Température
Poussière
Luminosité
GESTION MATERIEL
Métrologie
Procédures d’entretien
MILIEU
Conditions ambiantes requises
MAITRISE DES RISQUES: PHASES PREANALYTIQUE ET ANALYTIQUE
Données d'entrée
MATIERE
Echantillons, prétraitement
MOYENS
Automates
Informatique
Points critiques à maîtriser
Identification erronée
Tube coagulé ou hémolysé
Délai acheminement
Agitation (mode manuel)
CQ non gérés
Maintenances automates
Modalités de maîtrise
PREANALYTIQUE
Manuel de prélèvement
Catalogue des analyses
GESTION RH
Habilitations techniciens
ANALYTIQUE
Procédure d’acceptation CQ
CAT Violation des règles de
Westgard
GESTION MATERIEL
Procédures de maintenance
Contrat avec le fournisseur
METHODE
Système documentaire
Procédures
Procédures obsolètes
Mauvaise connaissance des
M.O
AMELIORATION QUALITE
Système efficace
d’information
Révision des procédures
MAIN D’OEUVRE
Main d'œuvre (habilitation du
personnel) :
Erreur de manipulation
Validation technique
inappropriée
GESTION RH
Fiches de poste
Fiches d’habilitation
Formation continue
Température
Poussière
Luminosité
GESTION MATERIEL
Métrologie
Procédures d’entretien
MILIEU
Conditions ambiantes requises
MAITRISE DES RISQUES: PHASES PREANALYTIQUE ET ANALYTIQUE
Données d'entrée
MATIERE
Echantillons, prétraitement
Points critiques à maîtriser
Identification erronée
Tube coagulé ou hémolysé
Délai acheminement
Agitation (mode manuel)
Modalités de maîtrise
PREANALYTIQUE
Manuel de prélèvement
Catalogue des analyses
GESTION RH
Habilitations techniciens
ANALYTIQUE
Procédure d’acceptation CQ
CAT Violation des règles de
Westgard
GESTION MATERIEL
Procédures de maintenance
Contrat avec le fournisseur
MOYENS
Automates
Informatique
CQ non gérés
Maintenances automates
METHODE
Système documentaire
Procédures
Procédures obsolètes
Mauvaise connaissance des
M.O
AMELIORATION QUALITE
Système efficace
d’information
Révision des procédures
Erreur de manipulation
Validation technique
inappropriée
GESTION RH
Température
Poussière
Luminosité
GESTION MATERIEL
Métrologie
Procédures d’entretien
MAIN D’OEUVRE
Main d'œuvre (habilitation du
personnel) :
MILIEU
Conditions ambiantes requises
Fiches de poste
Fiches d’habilitation
Formation continue
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
Bibliographie
Vérification sur site
Portée de type A
Validation
Portée de type B
Spécificité analytique
Oui
Non
Oui
Fidélité (répétabilité et fidélité intermédiaire)
Oui
Oui
Oui
Justesse (approche de la)
Oui
Oui, dès que possible
Oui
Intervalle de mesure
(Limite de quantification et limites de linéarité)
Oui
Si besoin
Oui
Incertitudes/facteurs de variabilité et
évaluation
Oui
Oui
Oui
Contamination entre échantillons (s'il y a lieu)
Oui
Oui, pour les paramètres
sensibles
Oui
Stabilité réactifs (après ouverture, embarqués)
Oui
Non
Oui
Robustesse
Non
Non
si besoin
Interférences (lipémie, hémoglobine
plasmatique, bilirubine, médicaments)
Oui
Si besoin
Oui
Intervalle de référence « ex- valeurs normales »
Oui
à vérifier dès que possible, si
justifié
Oui à établir
PARAMETRES A VERIFIER ET/OU A
CONNAITRE
Comparaison avec une méthode de référence
Comparaison avec méthode déjà utilisée au
labo ou autre méthode du laboratoire
(appareil en miroir, EBMD)
Analyse des discordances
Oui (si existe)
Non
Oui (si possible)
Oui (si existe)
Oui (si possible)
Oui
Oui
Oui
Oui
Le dossier doit conclure sur l'avis d'aptitude de la méthode ou du système analytique.
SH GTA 04
EVALUATION DES PERFORMANCES DE LA METHODE
Répétabilité (Within-subject variation ou CVw): même échantillon passé X fois
dans mêmes conditions
SH GTA 04
Hémoglobine 17,5g/dL: Sang de sujet sain
Hémoglobine 6,8g/dL: Sang de sujet sain dilué
CV (%)= ET x 100 / m
Ech
(N)
Moyenne[1]
Ecarttype
CV (%)
CV (%)
fourniss
CV (%) limite
RICOS
Concl[3]
Hb
6,8g/dL
20
6,805
0,07
1
0,8
2.8
CONFORME
Hb
17,7g/dL
20
17,46
0,13
0,7
0,8
2.8
CONFORME
Validation des performances
CVw = 2.8
C. Ricós, Scand J Clin Lab Invest 1999
Fidélité intermédiaire (Between-subject variation ou CVb) : même
échantillon dans conditions différentes (CIQ)
Du
01.10.10
au 30.10.10
Niveau 1 : Leucocytes bas
Niveau 2 : Leucocytes normaux
Niveau 3 : Leucocytes hauts
CV (%)= SD x 100 / m
Ecarttype
CV (%) limite
RICOS
Conclusion4
2.52
5.3
CONFORME
0.16
2.16
5.3
CONFORME
0.34
1.97
5.3
CONFORME
Ech
(N)
Moy2
Leucocytes
niveau 1
30
3.58
0.09
Leucocytes
niveau 2
30
7.34
Leucocytes
Niveau 3
A ajouter
30
17.24
CV
(%)
CV (%)
fournisseur
Validation des performances selon RICOS
Imprécision: I < 0.5 CVw  0.5 x 10.9 = 5.3
TABLES DE RICOS
Justesse
•
APPROCHE 1 – INEXACTITUDE DE LA METHODE/ UTILISATION DES EEQ
Inexactitude (%) = (x - V) x 100
V
•
APPROCHE 2 – ETUDE DE JUSTESSE : UTILISATION DE CIQ EXTERNALISES
biais (%) = (m - V) x 100
V
•
Valeur cible = Moyenne des
résultats des participants
ou du groupe de pairs
Valeur cible = Valeur vraie
proposée par le fournisseur
APPROCHE 3 – ECHANGES INTER-LABORATOIRES D’ECHANTILLONS
Inexactitude (%) = (xn - Vn) x 100
Vn
Valeur cible = Moyenne des
résultats des participants
SH GTA 04
MOY BIAIS
Justesse (approche de la) : Exemple des leucocytes
Cas des contrôles internes externalisés
Val
Labo
Cible
(grpe
de
pairs)
Moy
(toutes
tech)
Biais (%)
/gr de pairs
Biais
(%)
/moy
génér
ale
Biais (%)
Limite
RICOS
Ech
Nbre
(N)
GB Bas
10
3.48
3.36
3.3
3.57
S.O
5.6
GB Normal
11
8.02
7.83
7.8
2.42
S.O
5.6
GB Haut
12
18.9
18
17.9
5
S.O
5.6
Conclusions : Selon RICOS
Biais: B = <0,25 (CVw² +CVb²) ½  0.25 x (10.92 + 19.62)1/2 = 5.6
Concl4
CONFORME
CONFORME
CONFORME
VALIDATION DES PERFORMANCES DE LA METHODE
GB
RICOS
Labo
CVb
19.6
2.16
I = 0.5*10.9
5.45
2.04
5.6
2.28
14.6
2.42
Biais
ET
Performance (RICOS)
Limite souhaitable
Imprécision (I)
< 0.5 CVw
Biais (B)
Erreur totale (ET)
<0,25 (CVw² +CVb²)
<1.65I+B
1/2
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
COMPARAISON DE METHODES (Lymphocytes) : EN CAS DE CHANGEMENT D’AUTOMATE
Données bibliographiques (fournisseurs,
publications,…) :
Méthode précédente, autre méthode utilisée
dans le laboratoire, appareil en miroir ou
EBMD :
Coulter Gen’S
Nombre de mesures :
40
Intervalle de comparaison adaptée à
l'activité du laboratoire :
0.4 – 5 G/L
Méthode d'exploitation des résultats :
Droite de régression
Equation de la droite de régression :
Y = 0.94 x + 0.17
Diagramme des différences et/ou des
rapports :
Conclusions et dispositions
CONFORME
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
INTERVALLE DE MESURE (indispensable en portée B)
Mode de détermination
Limite inférieure de linéarité
(de quantification)
Profil de fidélité
Données fournisseur
Globules blancs: 0.02 G/L
Plaquettes: 5 G/L
Globules rouges: 0 T/L
Hb:0 g/L
Réticulocytes: 0.2 %
Limite supérieure de linéarité Globules blancs: 400 G/L
Plaquettes: 3500 G/L
Globules rouges: 7 T/L
Hb: 225 g/L
Réticulocytes: 24.5%
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
INTERFERENCES
Vérification bibliographique : Données fournisseurs
Hémolyse  GB
Lactescence  Hb
Cryoglobulines  PQ
Agglutinines Froides  CCMH
Défaut de lyse des GR  GBp
Vérification :
Cf GRAPHES
PLAN
1. Description de la méthode
2. Mise en œuvre
3. Maitrise des risques
4. Evaluation des performances
5. Incertitudes de mesure
6. Comparaison de Méthodes
7. Intervalles de mesure
8. Interférences
9. Contamination
Contamination inter-échantillons
Plaquettes hautes: H1, H2, H3
Plaquettes basses: B1, B2, B3
contamination (%) = (mB1 – mB3) x 100
(mH – mB3)
Exemple Plaquettes
B = 13 G/L
H = 760 G/L

(12 – 12) x100
757-12
=0
CONTAMINATION
(indispensable en portée B et pour les paramètres sensibles en
portée A)
Inter échantillon
PLAQUETTES
LEUCOCYTES
GR
0%
0%
0%
Inter réactif si nécessaire
SANS OBJET
Vérification bibliographique :
SANS OBJET
Vérification :
SANS OBJET
Conclusion
ADAPTER le SH FORM 43
Analyse et maitrise des risques
Accréditation en Hématologie
Cellulaire :
Techniques non automatisées
Laboratoire Hématologie
CHU TIMONE Marseille
Cofrac 1-1740
Isabelle Arnoux
GFHC
8 Février 2012
Nature de
l'échantillon
biologique
Liquide(s)
biologique(s)
d'origine humaine :
sang et dérivés (*)
Nature de
l'examen
Hémogramme –
NFP (Numérationformule-plaquettes,
avec cellules
anormales et
paramètres associés)
Principe de la
méthode
Méthode automatisée
de type qualitatif et
quantitatif
Principe général :
- Impédancemétrie,
- Cytométrie en flux,
- Cytochimie,
- Spectrophotométrie,
- Fluorescence,
- Radiofréquence,
- Calcul
Référence
de la
méthode
Remarques
Méthodes reconnues
(A)
Méthodes reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Kits réactifs
commercialisés
Analyseur/Automate
SH INF 50
Nature de
l'échantillon
biologique
Liquide(s)
biologique(s) d'origine
humaine :
sang et dérivés (*)
Liquide(s)
biologique(s)
d'origine humaine :
sang et dérivés (*)
Nature de
l'examen
Principe de la
méthode
Hémogramme – NFP
Méthode automatisée
(Numération-formuleplaquettes, avec cellules
anormales et paramètres
associés)
de type qualitatif et
quantitatif
Principe général des
techniques
Hémogramme -
Méthode manuelle
FP (Formule
sanguine avec
recherche,
identification et
quantification de
cellules anormales
et numération
plaquettaire)
de type qualitatif et
quantitatif
Identification
morphologique et
numération en cellule
sur frottis, après
coloration, par
microscopie optique
Référence de
la méthode
Remarques
Méthodes reconnues
(A)
Méthodes reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Kits réactifs
commercialisés
Analyseur/Automate
Méthodes
reconnues (A)
Méthodes
reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Nature de
l'échantillon
Liquide(s)
biologique(s)
d'origine humaine :
sang et dérivés (*)
Liquide(s)
biologique(s)
d'origine humaine :
sang et dérivés (*)
Tout liquide
biologique d'origine
humaine (*)
moelle osseuse, LCR,
LBA, autres liquides (*)
Tout échantillon
biologique d'origine
humaine (*)
tissus (ganglion, rate,
…), organes (*)
Nature de
l'examen
Principe de la
méthode
Référence de
la méthode
Remarques
NFP (Numérationformule-plaquettes,
avec cellules anormales
et paramètres associés)
Méthode automatisée
de type qualitatif et
quantitatif
Principe général des
techniques
Méthodes
reconnues (A)
Méthodes
reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Kits réactifs
commercialisés
Analyseur/Automate
Hémogramme -
Méthode manuelle
FP (Formule
sanguine avec
recherche,
identification et
quantification de
cellules anormales
et num plaquettaire)
de type qualitatif et
quantitatif
Identification
morphologique et
numération en cellule,
après coloration, par
microscopie optique
Hémogramme –
Recherche,
identification et/ou
numération de
cellules (avec
cellules anormales,
blastes, neuroblastes,
histiocytes, …)
Examen
cytologique :
myélogramme,
adénogramme,
splénogramme (*)
Méthode manuelle de
type qualitatif et/ou
quantitatif
Principe général des
techniques :
- Identification
morphologique et
numération en cellule
sur frottis, après
coloration, par
microscopie optique,
-Cytochimie
-Cytométrie de flux
Méthodes
reconnues (A)
Méthodes
reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Méthodes
reconnues (A)
Méthodes
reconnues,
adaptées ou
développées (B)
Les techniques non automatisées
« Pour les examens qui reposent sur une
lecture réalisée par un opérateur (formules
leucocytaires) il appartient au LBM d’évaluer
régulièrement la qualification des opérateurs
réalisant cette tâche. Il peut s’agir d’un
recours à des doubles lectures par différents
opérateurs. Les risques doivent être maitrisés
au minimum pour les étapes critiques ».
Les techniques non automatisées

Formule sanguine leucocytaire au
microscope

Myélogramme

Kleihauer
Pour les étapes critiques…
Qualité de l’étalement
 Coloration :

◦ Qualité des colorants : pH
◦ Temps de coloration

Reconnaissance cellulaire : compétence

◦ Analyse de forme/taille/couleur
Limite à chaque compétence :
◦ connaître et maitriser

Erreur de saisie
Pour les étapes critiques…
Qualité de l’étalement
 Coloration :

◦ Qualité des colorants : pH
◦ Temps de coloration

Reconnaissance cellulaire : compétence

◦ Analyse de forme/taille/couleur
Limite à chaque compétence :
◦ connaître et maitriser

Erreur de saisie
Habilitation

Formation à la cytologie
◦ Temps de formation
◦ Temps d’habilitation
◦ Conserver dans le dossier personnel les
preuves de l’habilitation :
 Graphes automates et résultats validés

Participer au développement
personnel continu


Contrôles inopinés :
◦ Vérification des compétences fonction de
l’activité réelle
◦ Nominatif et retour immédiat
◦ Difficile à tracer
Contrôles organisés :
◦ Lames de tests
◦ Garder toute la traçabilité
◦ Faire retour après analyse des résultats


Contrôles inopinés :
◦ Vérification des compétences fonction de
l’activité réelle
◦ Nominatif et retour immédiat
◦ Difficile à tracer selon la norme ISO 15189
Contrôles organisés :
◦ Lames de tests
◦ Garder toute la traçabilité
◦ Faire retour après analyse des résultats
CQ Lames « cytologie »
Le coefficient de variation de la répartition leucocytaire est
fonction de 2 paramètres:
le nombre de cellules comptées
le pourcentage respectif des populations leucocytaires.
Table de Rümke
Variation des valeurs
relatives d'une pop
leucocytaire selon
le nombre de cellules
comptées
(adaptée du CD-ROM
"Das interaktive
Handbuch
der Hämatologie")
Polynucléaires Neutrophiles
Automate
Microscope
Mois
Bas
Norm
Haut
Janvier
2,7
1,8
2,2
Février
2,8
1,9
0,7
Mars
2,5
2,1
1,3
Avril
2,4
2,1
1,5
Mai
2,5
1,8
1,5
Juin
2,4
1,9
1,2
Juillet
2,9
2,3
1,2
Août
3,2
1,9
1,4
Sept
2,6
1,8
1,3
Octobre
2,6
1,9
1,2
Nov
2,6
1,8
1,3
Déc
2,7
1,7
1,1
Moy
2,6
1,9
1,3
Pour les étapes critiques…



Coloration :
◦ maîtriser le ph des tampons,
◦ les temps de coloration
Reconnaissance cellulaire : compétence
◦ Analyse de forme/taille/couleur
Limite à chaque compétence :
◦ connaître et maîtriser

Erreur de saisie

Connaître et accepter les limites de chacun
pour ces techniques spécialisées

Connaître son recrutement de patients

Avoir accès aux cytogrammes des
automates aux moments de la validation
biologique
Pour les étapes critiques…



Coloration :
◦ maîtriser le ph des tampons,
◦ les temps de coloration
Reconnaissance cellulaire : compétence
◦ Analyse de forme/taille/couleur
Limite à chaque compétence :
◦ connaître et maîtriser

Erreur de saisie


Après saisie informatique des résultats,
mise en place d’un contrôle opposé
Attention au compte-globule relié au SIL
Une saisie manuelle impose une validation
biologique

Logiciel d’aide à la validation

Validation biologique
Analyse de risque

Diagramme ISHIKAWA (Règle des 5 M)
SH GTA 14
Préanalytique : de l’étalement à la coloration
Microhématocrite Moyen
Lame
Coloration
Milieu
Méthode
Geste d’étalement++
MGG++
Réactif, pH++
Matière
Bruit
Risque d’erreur de tube++
Main
d’oeuvre
Habilitation
Résultat
Microscope
Moyen
Milieu
Méthode
Optique
Huile à immersion
Matière
Main
d’oeuvre
Conditions ambiantes
Bruit++
Habilitation
du personnel++++
Analytique : identification cellulaire
SH GTA 14
Postanalytique : de la saisie à la validation
Saisie informatique
contrôlée
Age, Clinique,
Antérieurs,
Esprit critique
Littérature
Moyen
Milieu
Conditions ambiantes ,
calme, RCP
Méthode
Matière
SIL,
Papier, Imprimante
Compte rendu transmis
Qualification, Formation,
Main
d’oeuvre Congrès, Spécialiste de BM
Résultat
Les techniques non automatisées



Formule sanguine leucocytaire au
microscope
Myélogramme ou autres liquides
biologiques
Kleihauer
Pour les étapes critiques…
Phase préanalytique
 Formation et contrôle des compétences
Difficulté du diagnostic cytologique
 Standardisation des conclusions
Saisie du résultat


Informations cliniques pertinentes :
◦ Age, sexe, grossesse, origine ethnique
◦ Pathologie : Hémopathie …
◦ Clinique : splénomégalie, ADP, fièvre,
◦ Traitement
◦ Quelle est la question posée par le
clinicien?
Permet une réponse adaptée
Ces données doivent pouvoir suivre le
macroprocessus métier du LBM jusqu'au
rendu d’un résultat validé et interprété
Informations cliniques pertinentes :
Pour les étapes critiques…
Phase préanalytique
 Formation et contrôle des compétences
Difficulté du diagnostic cytologique
 Standardisation des conclusions
Saisie du résultat


Des années de formation…
et encore..
Il restera toujours des diagnostics difficiles
Participer à RCP
 Rôle de prestation de conseil
 Médicalisation de la profession


« Doubles lectures inopinées » pour avis:
◦ Vérification de la concordance des % de
chaque type cellulaire obtenue par 2 lecteurs
◦ Difficile à tracer
Table de Rümke

« Doubles lectures inopinées » pour avis:

Contrôles organisés : EEQ (Lames)
◦ Vérification de la concordance des % de chaque type
cellulaire obtenue par 2 lecteurs
◦ Difficile à tracer selon la norme EN 15189
◦ Formule leucocytaire
◦ Myélogramme
◦ Proposition diagnostic cytologique
«Pour un spécialiste de Biologie
Médicale l’item « JE NE SAIS PAS »
ne devrait pas exister.
Vous devez obligatoirement faire
des HYPOTHESES …à partir
desquelles vous pourrez parler
avec un clinicien… »
CTCB EN.CRHEM 02-11--11

« Doubles lectures inopinées » pour avis:

Contrôles organisés : EEQ (Lames)

◦ Vérification de la concordance des % de chaque type
cellulaire obtenue par 2 lecteurs
◦ Difficile à tracer selon la norme EN 15189
◦ Formule leucocytaire
◦ Proposition diagnostic cytologique
Relecture dans le cadre des protocoles par des
référents nationaux :
◦ FRALLE
◦ ELAM

Habilitation
Pour les étapes critiques…
Phase préanalytique
 Formation et contrôle des compétences
Difficulté du diagnostic cytologique
 Standardisation des conclusions
Saisie du résultat


Standardisation des conclusions : Ecriture
d’un dictionnaire des conclusions
◦ Cytologie de Rémission Complète
◦ Bonne activité médullaire
◦ Cytologie d’hémopathie aiguë

Utiliser la terminologie des classifications
reconnues :
◦ OMS
◦ ADICAP

Saisie par secrétariat / validation par
biologistes
Les techniques non automatisées



Formule sanguine leucocytaire au
microscope
Myélogramme ou autres liquides
biologiques
Kleihauer
SH GTA 01
Pour les étapes critiques…

Phase préanalytique : prélèvement++

Phase analytique : cytochimie délicate

Phase post analytique : lecture au
microscope
Pour les étapes critiques…

Phase préanalytique : prélèvement++

Phase analytique : cytochimie délicate

Phase post analytique : lecture au
microscope
Analyse de risque

Diagramme ISHIKAWA (Règle des 5 M)
Verrerie propre
Témoins
+/-
Application
et Minutie
Réactifs qualifiés
Habilitation
SH GTA 14
Pour les étapes critiques…

Phase préanalytique : prélèvement++

Phase analytique : cytochimie délicate

Phase post analytique : lecture au
microscope
Témoin neg
(Adulte)
Témoin pos
(BB)
Témoin 50%
Patient
ACCREDITATION
Une « évaluation par nos pairs »
Points forts de compétence
Points qui restent à améliorer
La preuve d’une qualité
 Utile au patient et au clinicien
 Prouvée et pragmatique
 Inscrite dans le temps
Accreditation of hematology
in the core lab of Ghent University Hospital
Veronique Stove
26 november 2012
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
1
Core lab Ghent University Hospital
University Hospital with 1062 beds
1600 orders/day (600 000/jaar) + 800 POC
3000 tubes/day
Accreditation
since 1998
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
2
2
700 CBC orders on 01/06/2010
100
# Requests
Frequency
80
60
40
20
0
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Hemato
Time of arrival
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
3
3
Flowchart
DM96 (CellaVision)
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
4
4
Accreditation according to Standard NBN
EN ISO 15189
Procedure:
- Accreditation structure is based on the Law of July 20, 1990.
- Application for accreditation: BELAC
- Since August 1, 2006, the only Belgian Accreditation Body
- It was established by the provisions of the Royal Decree of January 31,
2006 and is placed under the responsibility of the Federal Ministry of
Economy
- BELAC has signed all agreements of EA (European co-operation for
Accreditation), ILAC (International Laboratory Accreditation Cooperation)
and IAF (International Accreditation Forum).
- BELAC accreditation certificates are internationally recognized.
- Proof of competence to audit team with technical experts and quality experts
- Reporting correct patient results
- Supplying high-quality patient care
- Presence of a functional quality system
- ...
-Accreditation for a period of max. 5 years, with yearly control-audits.
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
5
5
Accreditation of our new EXPERTline
(Sysmex)
Automation:
Integration of the hematology
analysers into 1 platform
(2010)
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
6
Cellavision
SIS
EXPERTline (Sysmex)
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
7
7
1) Validation files
- hematology parameters (2 instruments)
- expert system
- smear/stainer instrument
- tube sorter
- sedimentation rate instrument
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
8
Validation procedures
CE labeled methods:
Evaluation of inaccuracy (bias)
Evaluation of imprecision (intrarun + day tot day /
between run)
Evaluation of reference values CE
Determination of total error and comparison with
acceptable error
Method comparison between currently used and new
instrument
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
9
9
Criteria
RBC
WBC
Platelets
Hemoglobin
Hematocrit
C
Imprecision
(in %)
Bias
(in %)
Acceptable
Error (in %)
WIV-LP
in %
2
1.6
1.7
4.4
4.0
5.5
4.6
1.4
1.4
5.6
5.9
1.8
1.7
10.0
15.0
4.0
4.0
0.7
8.1
10.5
5.2
8.9
10.5
14.0
5.5
1.2
9.1
19.8
7.4
13.2
19.8
15.4
7.8
1/3 AF
1/3 AF
1/3 AF
1/3 AF
14.6
13.4
4.1
4.1
5.0
2.3
22.4
37.1
16.0
27.9
37.1
38.5
16.8
5
--37.1
---
2
2
2
2
4
MCV
2
Granulocytes
2
Immature granulocytes
3
Lymfocytes
2
Monocytes
2
Eosinophils
2
Basophils
2
Reticulocytes
2
5
Ret-He
10
9
Erythroblasts © 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
10
C=2 : Westgard website
(update 2006).
bias + 1.65 x imprecisie.
C=3 : analogous with
related parameter
Immature granulocytes :
cfr eosinophils
5.0
C=4 : WIV year report
2007
C=5 : expert opinion
C=10 : rule of 1/3 (= 1/3
van AF) for imprecision
according to Laessig &
Ehrmeyer; can also be
used for bias, when no
other rules are available.
10
10
Reference values
1) CLSI:
- calculation
- “verification”: n= 20
2) Multicentre
reference values:
regional
“same platform”
3) A posteriori
Hoffmann,
Bhattacharya
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
11
11
2) Standard Operating Procedures &
Internal Quality Control management
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
12
Timing of internal quality control
Quality control material
Before and after maintenance procedures (open and closed
sampling mode)
At the end of daily routine (evening)
Patient sample
Weekly comparison of open and closed sampling mode on both
analysers
Moving average (XBarM)
Daily check for drifts
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
13
13
Defining limits of IQC (e-check, Sysmex)
Upper (stop) limit
Acceptable error
Target e-check (defined by Sysmex)
User mean (defined by first lab results)
Westgard (alert) rules
Lower (stop) limit
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
14
14
3) Personnel
- Records of education and qualification
- Authorization to perform specific
tasks
- Assessment of competency after
training and re-evaluation
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
15
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
16
16
4) External quality assurance
(Scientific Institute of Public Health)
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
17
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
18
18
5) Automation and accreditation
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
19
Improved traceability of tubes
REQUESTS:
• CBC
• ESR
• Tacrolimus
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
20
20
Impact of automation on TAT
Routine TAT = STAT TAT
P90 decreases for all samples
RBC
Median TAT (minutes)
Routine_XE2100
90,0
STAT_XE2100
Routine_HST
STAT_HST
60,0
30,0
0,0
p25
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
p50
p75
p90
21
21
MCV Delta check
| Current – Previous result |
> 5%
Average
Parameter
TAT
(p50 percentile)
Chemistry
44 min
Coagulation
39 min
Hematology
15 min
Change in MCV indicates
Transfusion
Sample mishandling
Sample mix-up
Example
(93 – 87) / 93 = 7%
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
22
22
6) Some remarks of last Belac audits ...
- Verification of calculated, reported parameters
- Determination of own reference values
- Carry-over validation on SP-1000i
- Tuning for automated microscopy
- Back-ups for all raw data
- Remarks concerning SOPs
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
23
Thank you for your attention
© 2008 Universitair Ziekenhuis Gent
24
Téléchargement
Explore flashcards