Telechargé par mery30dz

Brucellose des bovins et des petits ruminants

publicité
Rev. sci. tech. Off. int. Epiz.,
1986, 5 (3), 587-603.
Brucellose des bovins et des petits ruminants :
diagnostic, prophylaxie et vaccination*
R. F E N S T E R B A N K * *
Résumé : Les rapports reçus de quarante-huit pays constituent un très bon
échantillonnage montrant l'universalité des problèmes posés par la brucellose
et la diversité des moyens de lutte mis en application.
Parmi les quarante-huit pays, treize sont arrivés à l'éradication complète
de la maladie, dix-sept sont en cours d'assainissement plus ou moins avancé,
huit ont un plan de vaccination destiné dans un premier temps à faire baisser
la prévalence de la maladie et dix n'ont pas encore de plan de prophylaxie bien
défini ou en complète application.
Pour le diagnostic, les deux épreuves sérologiques les plus employées sont
le test au Rose Bengale et le ring test, avec recours à la fixation du complément ou à la séro-agglutination en cas de doute. Le besoin de recourir à des
épreuves sérologiques complémentaires plus sensibles et plus spécifiques et aux
examens bactériologiques s'est imposé dans des pays assainis où des réactions
sérologiques croisées posaient des problèmes.
Vingt pays pratiquent une prophylaxie sanitaire stricte et dix-huit une
prophylaxie mixte médico-sanitaire. La vaccination est pratiquée à peu près
exclusivement avec la souche B19, soit uniquement sur les génisses ou en plus
sur les adultes, en utilisant des doses réduites de vaccin par voie sous-cutanée
ou conjonctivale.
La brucellose des petits ruminants, moins universellement répandue mais
plus contagieuse que la brucellose bovine, est combattue dans dix-sept pays
par abattage et vaccination avec la souche Rev. 1, sauf dans un pays sur le
point d'arriver à l'éradication par l'application stricte d'une politique d'abattages.
L'épididymite contagieuse du bélier due à B. ovis, sans danger pour
l'homme, est une maladie rencontrée dans huit des pays ayant fourni un rapport. Ces pays appliquent une prophylaxie soit sanitaire stricte, soit mixte.
MOTS-CLÉS : Brucella - Brucellose - Maladies des bovins - Maladies des
caprins - Maladies des ovins - Prophylaxie - Revues - Services vétérinaires Techniques de diagnostic - Vaccination.
INTRODUCTION
La prévalence de la brucellose et les moyens mis en œuvre pour son éradication
ou la protection des cheptels assainis ont fait l'objet de rapports émanant de
quarante-huit pays (onze d'Afrique, huit des Amériques, onze d'Asie et d'Océanie
et dix-huit d'Europe), et un de la Communauté Economique Européenne. Cet
e
* Rapport présenté à la 5 4 Session Générale de l'OIE, Paris, 26-30 mai 1986 (Thème technique I).
** I N R A , Centre de Recherches de Tours, Station de Pathologie de la Reproduction, Nouzilly,
37380 Monnaie, France.
— 588 —
échantillonnage réalisé à partir de presque la moitié des Pays Membres de l'OIE est
très représentatif tant au plan géographique qu'épidémiologique, exprimant ainsi la
diversité des situations sanitaires et des modes de contrôle en application.
TABLEAU I
Liste des Pays Membres de VOIE
dont les rapports ont été analysés
Ethiopie
Finlande
France
Grande-Bretagne
Grèce
Iran
Irlande
Italie
Japon
Malaysia
Malawi
Mexique
Nigéria
Norvège
Nouvelle-Zélande
Oman
Afrique du Sud
Allemande (Rép. Dém.)
Allemagne (Rép. Féd.)
Arabie Saoudite
Argentine
Australie
Autriche
Burkina Faso
Canada
Centrafricaine (Rép.)
Chili
Chypre
Colombie
Corée (Rép.)
Cuba
Etats-Unis d'Amérique
Ouganda
Pologne
Portugal
Roumanie
Soudan
Sri Lanka
Suisse
Taïwan
Tchécoslovaquie
URSS
Uruguay
Vanuatu
Yougoslavie
Zaïre
Zambie
Zimbabwe
L'homme s'infecte au contact des animaux ou en consommant des aliments
d'origine animale. La brucellose constitue donc un problème de santé publique,
d'autant plus grave que la maladie humaine est souvent invalidante quand elle ne
peut pas être soignée correctement à son début. La brucellose animale constitue
également un problème économique sérieux, avec des pertes considérables et des
entraves au commerce international des animaux.
Ces raisons ont amené tous les pays à lutter contre ce fléau, ou tout au moins à
réfléchir aux actions possibles, en fonction de leurs moyens. Le résultat en est que
plusieurs pays sont maintenant déclarés indemnes de brucellose, ou sont en cours
d'éradication alors que d'autres, cependant conscients du problème, n'ont encore
rien pu entreprendre de coordonné. Il faut reconnaître qu'il s'agit d'une entreprise
difficile à cause des incertitudes du dépistage, longue à cause des recontaminations,
et coûteuse à cause des moyens mis en œuvre et des abattages qu'elle entraîne.
Comme chaque maladie infectieuse, la brucellose a des caractéristiques propres.
La plus importante nous paraît être sa contagiosité. L'avortement provoque
l'excrétion brutale de 10 à 10 bactéries alors que 15 millions de Brucella déposées
sur la conjonctive des génisses gestantes en infectent 95%. La quantité de Brucella
excrétées lors d'un avortement pourrait donc infecter de 60 000 à 600 000 génisses
gestantes. La maladie présente aussi un caractère multiplicatif très net puisque
15 x 10 Brucella inoculées à des génisses gestantes peuvent provoquer l'excrétion
de 10 à 10 bactéries en cas d'avortement ultérieur. Il faut, en plus, évoquer
l'excrétion plus discrète, mais non moins dangereuse, au moment du vêlage à terme
d'une vache infectée, pas toujours dépistée par la sérologie, et le danger des génisses
nées de mères brucelliques qui peuvent se révéler infectées elles-mêmes au moment
de leur premier vêlage, après une phase souvent prolongée de sérologie négative.
I2
6
12
13
l3
— 589 —
Cette contagiosité explique les recontaminations observées dans les troupeaux
qu'on croit assainis. Sans ces recontaminations, la prophylaxie par abattage des
réagissants serait très vite efficace. A l'inverse, si la vaccination était efficace à
100%, l'éradication serait acquise très rapidement par l'injection de vaccin à tous
les animaux. Ce n'est pas le cas et une campagne d'éradication de la brucellose est
une course entre son élimination par abattage et sa propagation qu'on peut éven­
tuellement freiner par la vaccination.
Les moyens de lutte contre la maladie sont le dépistage et la prophylaxie qui
inclut ou non la vaccination. Ces trois points seront examinés en intégrant les infor­
mations contenues dans les rapports et en les confrontant aux données scientifiques
les plus récentes.
LA BRUCELLOSE BOVINE
LE DÉPISTAGE
Il a pour but de rechercher l'infection brucellique, d'en connaître la prévalence
et la distribution et, pour les pays où l'éradication est acquise, de surveiller
l'absence de recontaminations. Il met en jeu des épreuves sérologiques et allergi­
ques, et la recherche de l'agent par bactériologie.
Le dépistage sérologique
Il utilise des épreuves de base, destinées au dépistage de masse, associées à des
épreuves complémentaires pour élucider le cas des réponses douteuses. Les prélève­
ments intéressent le sang, pris sur l'animal vivant et à l'abattoir (Canada), et le lait.
Le dépistage met en évidence les anticorps, témoins de l'infection. Celle-ci apparaît
après une période variable d'incubation, puis tend à devenir chronique, avec des
anticorps de classes IgG1, IgG2 et IgM (32) en proportions relatives différentes
selon le stade d'évolution de la maladie. Par ailleurs, la vaccination, souvent utili­
sée, est elle-même responsable de la formation d'anticorps des mêmes classes.
L'épreuve sérologique idéale doit établir un diagnostic précoce, identifier les infec­
tés chroniques et différencier les anticorps de vaccination de ceux d'infection. Elle
doit, de plus, être économique, simple et rapide à effectuer puisqu'elle s'adresse à
une très grande quantité de prélèvements. Aucune épreuve sérologique ne possède
toutes ces qualités.
La séro-agglutination lente en tubes (SAW), ancêtre des épreuves sérologiques,
est toujours largement utilisée puisqu'elle est l'épreuve de base pour douze pays, et
une épreuve complémentaire pour dix-sept autres. La preuve de son efficacité réside
dans le fait que la majorité des pays maintenant déclarés indemnes l'ont utilisée,
associée toutefois à la fixation du complément ou au ring test. La SAW met en évi­
dence les anticorps des classes IgG2 et IgM (32). On lui reproche de dépister parfois
tardivement les animaux récemment infectés et de ne pas bien détecter l'infection
chronique, ou de ne la déceler que par des titres bas et difficiles à interpréter (26,
39). Ce dernier défaut paraît particulièrement grave quand on connaît la chronicité
habituelle de la maladie.
La fixation du complément (FC) est utilisée comme test de base dans deux pays
(Malaysia et Nouvelle-Zélande, ce dernier pays l'ayant automatisé) et comme test
complémentaire pratiquement partout ailleurs. Détectant les anticorps des classes
— 590 —
IgG1 et IgM, ce test est considéré comme le plus sensible et le plus précis, permet­
tant une distinction relative entre anticorps vaccinaux et infectieux (2, 39). La FC
présente l'inconvénient d'être délicate et longue à exécuter et nécessitant le travail
d'un technicien entraîné, ce qui ne permet malheureusement pas souvent son utilisa­
tion comme épreuve de base.
Le test au Rose Bengale (RBT) est une agglutination rapide sur lame de sérum
pur avec un antigène coloré et à pH 3,6. C'est l'épreuve de base pour vingt-trois
pays sur les trente qui disent l'utiliser. On observe donc un large consensus sur l'uti­
lisation de cette épreuve. Ce consensus paraît justifié dans la mesure où le RBT est
un test économique, simple et rapide, donnant peu de faux résultats négatifs ou
positifs obligeant à une FC de contrôle (ou SAW + FC) (13). Les immunoglobulines responsables de la réaction sont les IgGl (9) comme pour la FC, et parfois les
IgM en fonction du mode de préparation de l'antigène (D. Levieux, communication
personnelle). Ce test dépiste l'infection plus précocement que la SAW (13), en
même temps que la FC (39), ou parfois avant la FC (20).
Le test de l'anneau ou ring test (RT) est également largement utilisé. Il détecte
les immunoglobulines du lait, soit provenant du sang par filtration (IgM), soit pro­
duites localement dans la mamelle (IgA), organe qui compte parmi les plus fré­
quemment infectés. Très efficace (35, 48), c'est une épreuve facile à réaliser et éco­
nomique. Le RT peut être réalisé à grande fréquence (mensuelle) aussi bien pour le
dépistage des troupeaux laitiers infectés (le RT a été le dépistage de base en Suisse,
en particulier) que pour la surveillance ininterrompue des troupeaux assainis. Le
succès remporté par ce test semble dû davantage à sa fréquence de réalisation qu'à
sa sensibilité (Grande-Bretagne) qui diminue avec la taille du troupeau. C'est un
test d'alerte précoce puisque la sérologie ne peut jamais être répétée aussi fréquem­
ment. L'addition de formol (concentration finale 0,2%) préserve le lait jusqu'à 14
jours et semble augmenter la sensibilité du test plutôt que la réduire (GrandeBretagne). Enfin, le RT peut être utilisé au niveau individuel.
Dépister les troupeaux à sérologie positive est facile en début de prophylaxie.
Avec les progrès de l'assainissement, ou une fois l'éradication acquise, apparaissent
de nouveaux problèmes qui doivent être traités d'une façon plus élaborée, et sou­
vent au niveau individuel. Outre les épreuves déjà classiques, au Rivanol, au
mercapto-éthanol (39, 42) et à l'antiglobuline de Coombs, de nouvelles épreuves
sont à l'étude (16, 44, 51). Parmi ces nouvelles épreuves encore à l'étude, l'ELISA
pratiquée sur le sérum ou le lactosérum (Grande-Bretagne) paraît très prometteuse.
D'autres difficultés apparaissent également avec la
réactions croisées entre Brucella et autres germes tels
sérogroupe 09, différentes Salmonella, Escherichia coli,
plus spécifique à cause de son pH 3,6 (13). L'addition
cet inconvénient de la SAW (Grande-Bretagne).
SAW et la FC en raison de
que Yersinia enterocolitica
etc. (11), le RBT paraissant
d'EDTA (43) semble éviter
Le dépistage allergique
L'infection à Brucella crée un état de sensibilisation qui peut être révélé par les
réactions d'hypersensibilité de type retardé provoquées par l'injection d'allergènes
extraits des Brucella. Parmi un grand nombre, les allergènes extraits selon le pro­
cédé de Bhongbhibhat et coll. (6) présentent l'avantage de ne pas provoquer la for­
mation d'anticorps dépistés par les tests sérologiques de routine ni de sensibiliser.
On peut donc répéter ce dépistage sans perturber les diagnostics sérologiques ou
— 591 —
allergiques ultérieurs. Ce test est proposé (21) pour le dépistage de routine et comme
test supplémentaire dans les troupeaux à problèmes. Quatre pays l'utilisent :
Nouvelle-Zélande, RFA, Tchécoslovaquie et URSS. La Nouvelle-Zélande lui recon­
naît une spécificité de 100% et une sensibilité de 60 à 68% et en prévoit l'utilisation
pour un diagnostic simultané de la tuberculose et de la brucellose.
Le dépistage bactériologique
La majorité des pays pratique la recherche bactériologique des Brucella. Cette
recherche est faite principalement à l'occasion des avortements dont la déclaration
est le plus souvent obligatoire. La décharge vaginale, le colostrum, l'avorton et le
placenta contiennent alors une très grande quantité de Brucella chez les animaux
infectés. L'excrétion dans le lait est recherchée soit au niveau individuel (vache à
sérologie négative, mais RT positif), soit à grande échelle comme complément des
autres examens (Etats-Unis). La recherche des Brucella peut être faite enfin à partir
de ganglions et d'organes prélevés à l'abattoir (Canada) ou du liquide de ponction
des hygromas fréquents (15) sur des animaux africains infectés (Burkina Faso).
Cette recherche a l'avantage de donner la preuve directe de la maladie, en cas d'iso­
lement. Elle nécessite de bons laboratoires et des techniciens bien entraînés. L'utili­
sation des milieux sélectifs est systématique. Il faudra se souvenir toutefois que le
biovar 2 de B. abortus requiert l'addition de sérum dans le milieu. Le milieu de
Kuzdas et Morse et le WE de Renoux, dont l'utilisation est souvent signalée, n'en
comprennent pas et ne permettent donc pas l'isolement de ce biovar. On leur préfè­
rera avantageusement le milieu de Farrell (19) qui en contient. La recherche et
l'identification bactériologique des Brucella, complémentaire des méthodes immunologiques, sont indispensables à une évaluation correcte du statut épidémiologique
des troupeaux ou groupes humains. L'identification des Brucella, espèces et biovars, a beaucoup progressé grâce à l'utilisation d'une série de bactériophages, étu­
diés dans plusieurs pays. Une identification correcte est donc devenue accessible à
des laboratoires non spécialisés. L'information apportée par le typage ou la mise en
évidence de caractères marqueurs rares permet de connaître et de tracer les sources
de l'infection.
PROPHYLAXIE
Le dépistage de la brucellose est obligatoire sur la totalité du territoire ou par­
tiellement dans des zones déterminées (provinces, régions naturelles) de trente-deux
pays. Il est partiel et repose généralement sur le volontariat ou sur l'intérêt porté à
certaines zones (bassins laitiers près des grandes villes, fermes d'Etat ou expérimen­
tales...) dans les seize autres pays. Un schéma de qualification, décrivant les critères
que doivent remplir les troupeaux pour être reconnus indemnes, existe dans vingtsix pays. Dans la très grande majorité des pays, l'avortement est soumis à déclara­
tion obligatoire et déclenche une cascade de diagnostics et de mesures de police
sanitaire.
En fonction de leur état sanitaire actuel et des modes de prophylaxie qui y sont
ou ont été adoptés, on peut classer les quarante-huit pays en cinq groupes (voir
Tableau II).
On observe que treize pays sont officiellement déclarés indemnes de brucellose
(colonne 1). La vaccination y est interdite ou n'y est pas pratiquée, bien qu'au
moins cinq d'entre eux l'aient utilisée en début d'éradication. Le dépistage continue
d'y être pratiqué avec vigilance. Quelques pays où le déplacement des animaux est
Prévalence déclarés
Vaccination
Non
Non encore fixée
Obligatoire
selon les zones
Rare
Recommandée
Obligatoire
A l'initiative
selon les selon les zones des éleveurs ou
zones
ou partout
des responsables
Mixte
Obligatoire
Autriche
Australie
Afrique du Sud
Arabie Saoudite
Burkina Faso
Canada Chypre Chili
Argentine
Ethiopie
Finlande
Corée Cuba
Colombie
Malawi
Grande-Bretagne
Grèce
Etats-Unis
Iran
Nigéria
Irlande Taïwan
France
Mexique
Oman
Japon Vanuatu Italie
Sri Lanka
Ouganda
Norvège
Yougoslavie
Malaysia
Uruguay
Rép. Centrafricaine
Pologne
Nouvelle-Zélande
Zaïre
Soudan
RDA
Portugal
Zambie
RFA
URSS
Zimbabwe
Roumanie
Suisse
Tchécoslovaquie
Pays
officiellement Très faible Très faible
Variable
Pas complètement
à moyenne
à moyenne selon les pays
déterminée
indemnes
et zones
Mode de prophylaxie Sanitaire
Abattage
Obligatoire
des réagissants
Modes de prophylaxie de la brucellose bovine selon les pays
TABLEAU II
— 592 —
— 593 —
très contrôlé ou qui sont géographiquement protégés (Norvège) pratiquent cepen­
dant un dépistage allégé. Dans sept autres pays (colonne 2), dont certains sont sur le
point de réussir l'éradication, la vaccination n'est pas pratiquée non plus, sauf de
façon exceptionnelle en Grèce.
Dix-huit pays pratiquent une prophylaxie mixte. Dans dix de ces pays (colonne
3), l'accent est mis sur l'abattage obligatoire des animaux infectés, la vaccination
n'étant pratiquée que dans certaines zones. Pour les huit autres pays (colonne 4), la
prophylaxie est essentiellement basée sur la vaccination des génisses, et même des
adultes, l'abattage des infectés n'étant obligatoire que dans des zones bien détermi­
nées.
Dans les dix derniers pays, la brucellose a été diagnostiquée parfois depuis fort
longtemps. Tous sont confrontés à des difficultés considérables en moyens humains
et/ou financiers, et à des pathologies « majeures » telles que peste bovine, péripneumonie et charbon bactéridien, qui font passer la brucellose au second rang car
elle ne tue pas les adultes (Ethiopie, Soudan). Souvent, le nomadisme (Soudan)
rend le dépistage illusoire, fût-ce par sondages. La présence de réservoirs sauvages
(Vanuatu) pose des problèmes encore mal ou pas du tout élucidés. La vaccination
est pratiquée dans tous ces pays, davantage à l'initiative individuelle que selon un
plan concerté, avec des hésitations sur le choix du vaccin à utiliser (Ethiopie) ou sur
le mode de son administration, envisagée par voie conjonctivale par le Burkina
Faso.
Ce classement présente fatalement un caractère artificiel. Il a l'intérêt de mettre
en évidence la diversité des moyens mis en œuvre et des résultats obtenus. Il n'est
pas possible de recourir partout à un seul et même plan de lutte, en raison de condi­
tions très variables selon les pays. La stratégie doit être choisie après une réflexion
approfondie et correcte (39), telle qu'elle apparaît dans plusieurs rapports, portant
d'abord sur les moyens humains, techniques et financiers disponibles.
Les hommes jouent un rôle déterminant dans la lutte. Il faut pouvoir compter
sur un état-major de vétérinaires et techniciens capables d'interpréter correctement
les résultats du dépistage et d'intervenir judicieusement sur le déroulement des opé­
rations. Les éleveurs ne supportent les contraintes qui leur sont imposées et ne com­
prennent les difficultés du dépistage et de l'assainissement que dans la mesure où ils
ont été suffisamment informés et motivés, notions sur lesquelles insistent particuliè­
rement les rapports du Canada, de Chypre et de la Tchécoslovaquie.
Les moyens techniques sont les laboratoires dont l'absence ou l'insuffisance
peuvent rendre vain le plan le mieux conçu. Sous cette rubrique, il convient d'évo­
quer aussi des stratégies particulières, telles que la définition d'une zone assainie
destinée à fournir des animaux sains de remplacement (Chili).
Les moyens financiers représentent un paramètre très important : le coût de la
prophylaxie est très élevé sur une longue période. Avant toute décision, une étude
économique doit être faite sur un modèle simple (14) ou plus élaboré (5, 27). Le
souci du meilleur rapport coût/bénéfice transparaît dans la majorité des rapports.
A l'inverse, l'absence de moyens suffisants est évoquée par plusieurs pays en voie
de développement pour expliquer l'absence actuelle de plan de lutte.
La prévalence de la maladie est un élément primordial, devant orienter le choix
du mode de prophylaxie, sanitaire seule, médicale seule ou mixte médico-sanitaire.
En tenant compte des différences de prévalence à l'intérieur d'un même pays, les
— 594 —
opérations peuvent être menées de façon diverse selon les zones ainsi déterminées
(Chili, Portugal). Les modalités d'élevage, les habitudes commerciales, le regroupe­
ment ou la dispersion des fermes, la taille des troupeaux, la proportion d'animaux
vaccinés, l'isolement des parturientes (RDA) sont des paramètres très importants
(27, 30, 40, 53) dont certains pays ont tenu compte, au même titre que le contrôle
des importations et des mouvements d'animaux, très strict dans la majorité des
pays à prophylaxie obligatoire. Il y a enfin les réservoirs sauvages qu'on connaît
souvent mal et parfois pas du tout (Vanuatu).
Au cours du déroulement des opérations, des modifications ont été apportées en
fonction des progrès de l'assainissement (interdiction de la vaccination par exem­
ple) ou avec l'apparition de nouvelles techniques (adoption du RBT, vaccination
des adultes, vaccination par voie conjonctivale, etc.). Cette flexibilité du plan initial
impose une nouvelle information approfondie des intervenants.
Cette réflexion débouche sur le choix entre trois modes d'intervention :
a) La prophylaxie sanitaire stricte vise à l'éradication par abattage des animaux
infectés. C'est la méthode la plus radicale et sans doute la plus économique lorsque
la prévalence est faible et les conditions favorables. Elle doit être exécutée avec une
grande rigueur et rapidement de façon à diminuer au maximum les recontamina­
tions. La lecture des rapports nous donne une réponse partielle à la question sou­
vent posée sur le seuil de prévalence au-dessous duquel la prophylaxie sanitaire est
techniquement et économiquement réalisable : trois pays ont réussi leur éradication
selon ce procédé avec au départ 10,5 à 11% des troupeaux infectés (Finlande), 20%
(Tchécoslovaquie) et 5% des animaux (Suisse). Ces informations n'incluent mal­
heureusement pas d'indications concernant la taille des troupeaux, leur dispersion,
les obstacles géographiques à la propagation de la maladie... qui sont autant de
paramètres influant très fortement sur les progrès de l'assainissement.
b) La prophylaxie médicale vise la diminution de la prévalence et le maintien à
son plus bas niveau par la vaccination généralisée. En fait, aucun des pays rappor­
teurs ne l'utilise seule sans au moins quelques abattages, imposés ou dirigés, même
si elle représente pour plusieurs pays d'Amérique Centrale ou du Sud la base de leur
action.
c) La prophylaxie mixte est l'association simultanée ou successive des deux pré­
cédentes, par l'abattage des réagissants et la protection des cheptels sains par la vac­
cination. La vaccination, obligatoire ou recommandée, s'adresse d'abord aux génis­
ses par inoculation de la souche B19 à l'âge de 3 à 8 mois, sauf en Arabie Saoudite
où le vaccin H38 est utilisé.
Les résultats de la vaccination sont nets : en dix années de vaccination intensive
dans certaines zones, la prévalence de la maladie est descendue de 7 à 3 % au Chili,
avec une couverture maximale de vaccination estimée à 72,9% des génisses, et de 17
à 3 % en Argentine, avec une couverture maximale de 79,4%. La prévalence géné­
rale est de 0,4% en Uruguay, après vingt années de vaccination ayant porté sur
95% des génisses. Ajoutons qu'en République Sud-Africaine, « la prévalence la
plus basse a été observée dans une province où le contrôle strict de la vaccination
des génisses avait été maintenu pendant de nombreuses années », ce qui correspond
très exactement à ce qui avait été observé aux Etats-Unis (29). La vaccination dimi­
nue donc la prévalence de la maladie et les recontaminations à un point tel que les
abattages deviennent moins nombreux et plus rentables. A cet égard, la vaccination
par voie conjonctivale (46), avec la possibilité de faire des rappels augmentant le
— 595
niveau de protection, devrait donner des résultats encore meilleurs. Elle est donc
particulièrement recommandable aux pays en voie de développement pour aborder
le contrôle de la maladie.
Au plan expérimental, et depuis quelques années, on procède à la vaccination
des adultes pour maîtriser les problèmes de recontaminations dans les troupeaux en
cours d'assainissement. On utilise alors la souche 19 à dose réduite, soit par voie
sous-cutanée (Cuba, Nouvelle-Zélande, République Sud-Africaine, Sri Lanka,
Etats-Unis) ou par voie conjonctivale (France, Italie). Les résultats ont été très nets
(42, 46).
Dans ce mode mixte de prophylaxie, la question se pose de savoir quand arrêter
la vaccination et conclure l'éradication par l'abattage des derniers réagissants. Il
existe un seuil de prévalence au-dessous duquel la vaccination coûte plus en abat­
tage de génisses indemnes (présentant des anticorps vaccinaux résiduels) que le
bénéfice qui en découle. Ce problème est évoqué par la Grande-Bretagne qui pense
ainsi avoir probablement abattu plus de génisses que nécessaire. Les experts de
l'OMS proposent de 1 à 5% des troupeaux comme seuil de prévalence et même
0,5% dans des conditions difficiles (grands troupeaux). Une fois de plus, la déter­
mination de ce seuil doit découler des conditions d'élevage.
VACCINATION
On dispose de trois vaccins : les vaccins tués 45/20 (37) et H38 (47) et la souche
vivante Brucella abortus B19 (8). Les vaccins tués ont l'avantage, de principe, de se
conserver mieux qu'un vaccin vivant. Le 45/20, utilisé en plus du B19 en Ethiopie,
France, Irlande, Malawi et Portugal, est non-agglutinogène, mais pose des problè­
mes de contrôle et d'efficacité, variable selon le mode de préparation. Le H38, uti­
lisé en Arabie Saoudite et en Ethiopie, est très efficace mais présente l'inconvénient
majeur d'être agglutinogène, posant des problèmes insolubles de dépistage parmi
les animaux vaccinés.
Il n'est donc pas surprenant que le B19 soit utilisé dans tous les pays qui prati­
quent la vaccination, sauf l'Arabie Saoudite. Ce large consensus est justifié dans la
mesure où ce vaccin fait l'objet depuis les années 1930 d'une somme considérable
d'études et de publications sur son efficacité (29, 33, 34, 36), les modalités de son
emploi (42, 46) et son contrôle (45).
La résistance induite par le B19 n'est pas complète, mais serait constante tout au
long de la vie économique des vaches (34, 36), bien que cette opinion ait été mise en
doute par la suite. Son utilisation a permis à de nombreux pays de diminuer la pré­
valence de la maladie jusqu'à un point où l'éradication devient réalisable (29), ainsi
que le montrent les résultats observés en Argentine, au Chili et en Uruguay.
L'inconvénient de l'utilisation du B19 est la persistance des anticorps vaccinaux
chez 1 à 2% des animaux, même ayant été vaccinés très jeunes (4 mois). Curieuse­
ment, aucun rapport ne mentionne cet inconvénient, sauf celui de la GrandeBretagne qui estime avoir abattu plus d'animaux que nécessaire, pour cette raison.
Deux nouveaux procédés de vaccination permettent de pallier ce dernier incon­
vénient en utilisant des doses réduites de B19. Le premier a été mis au point par
Nicoletti et coll. (42) pour éviter les nombreuses contaminations rendant impossible
l'éradication par abattages dans les très grands troupeaux américains. Il consiste à
injecter par voie sous-cutanée de 3 X 10 à 3 X 10 B19 aux génisses de 4 à 12 mois
8
9
— 596 —
aux Etats-Unis et, au Canada, aux animaux destinés à être exportés aux Etats-Unis,
et de 3 x 10 (Nouvelle-Zélande) et de 5 à 10 x 10 (Etats-Unis) aux adultes. La
réponse sérologique est diminuée en intensité et en durée, et l'immunité conférée
paraît équivalente à celle donnée par la vaccination classique.
8
8
L'autre procédé, mis au point par Plommet et coll. (46), consiste à inoculer
5 x 10 B19 par voie conjonctivale en deux fois à 6-12 mois d'intervalle. Les anti­
corps vaccinaux disparaissent complètement dans un délai maximal de 4 mois, quel
que soit l'âge des animaux et les vaccinations antérieures avec le B19 qu'ils ont
subies. Ce procédé lève donc totalement les contraintes d'âge de vaccination. En cas
d'urgence, il peut être utilisé en rappel chez des animaux ayant reçu la vaccination
classique à l'âge de 4 à 8 mois. Il induit une immunité supérieure à celle donnée par
la vaccination classique, du fait du rappel.
9
Pour toutes les maladies contagieuses, la protection d'un ensemble d'animaux
est fonction du pourcentage d'animaux vaccinés, mais pour certaines, un pourcen­
tage de 60 à 80% suffit à protéger contre l'extension de la maladie. Il ne paraît pas
en être ainsi avec la brucellose du fait du caractère très multiplicatif de la maladie.
Les études de Vanderwagen et coll. (53) montrent qu'une faille, même faible, dans
le nombre des animaux vaccinés permet à la maladie de se développer très vite.
Enfin, la vaccination doit être pratiquée régulièrement pendant suffisamment de
temps pour arriver à un abaissement de la prévalence tel que la prophylaxie sani­
taire seule soit techniquement et économiquement réalisable. Il est possible qu'une
vaccination quasi exhaustive d'une population bovine par la méthode conjonctivale
(comprenant donc un rappel qui renforce et prolonge l'immunité) conduise, à elle
seule, à un contrôle presque total de la maladie au bout de quelques années.
Abandonnant la bactérie entière, utilisée vivante ou tuée comme vaccin, la
recherche se penche actuellement vers l'isolement de la fraction de bactérie et même
des antigènes de cette fraction, responsables de la protection : c'est le vaccin « chi­
mique ». Poussant plus loin, il faudra caractériser les déterminants (épitopes) de ces
antigènes protecteurs. S'ils sont de nature polysaccharidique, on obtiendra, par
couplage avec une macromolécule, un vaccin « semi-synthétique ». S'ils sont de
nature protéique, la connaissance des séquences des acides aminés dans les peptides
obtenus par coupe enzymatique permettra d'obtenir un vaccin « synthétique »,
après couplage aussi avec une macromolécule. Enfin, des vaccins pourraient être
obtenus par génie génétique après clonage des gènes des antigènes protecteurs et
leur inclusion dans une bactérie non pathogène (E. coli). Dans tous les cas, on
recherchera une distinction non ambiguë entre les anticorps de vaccination et ceux
de l'infection.
LA BRUCELLOSE DES PETITS RUMINANTS D U E A
B.
MELITENSIS
L'infection à B. melitensis paraît moins largement répartie dans le monde que
celle à B. abortus. Dix-sept pays en signalent la présence sur leur territoire (Arabie
Saoudite, Argentine, Chypre, Ethiopie, France, Grèce, Iran, Italie, Mexique, Nigé­
ria, Oman, Ouganda, Portugal, Soudan, Sri Lanka, URSS et Yougoslavie). Treize
pays indiquent son absence (Australie, Canada, Cuba, Finlande, Grande-Bretagne,
Irlande, Nouvelle-Zélande, République Démocratique Allemande, République
Fédérale d'Allemagne, République Sud-Africaine, Suisse, Etats-Unis et Sri Lanka).
Dix-huit pays ne donnent pas d'indication sur la présence ou l'absence de la maladie.
— 597 —
Le dépistage est obligatoire et généralisé dans dix pays, partiel dans trois. Les
épreuves de SAW, FC et RBT sont utilisées comme pour les bovins. La FC est con­
sidérée comme le test le plus sensible et le plus spécifique, mais l'épreuve au Rose
Bengale, cependant estimée généralement comme moins sensible, est très largement
utilisée pour sa simplicité d'exécution et son faible prix de revient. Selon les pays, la
FC est utilisée comme épreuve principale de dépistage (Chypre) ou comme épreuve
complémentaire du RBT (France). La SAW est encore largement utilisée en dépit
du fait qu'elle est considérée comme le test le moins sensible (41, 54), en particulier,
lors de brucellose ancienne (31), même lorsqu'elle est faite en solution de NaCl à
5% au lieu de 0,85% ou avec un antigène préparé avec B. melitensis (1).
Ces trois épreuves, utilisées seules ou simultanément, donnent de bons résultats
au niveau du troupeau, mais ne permettent guère d'identifier individuellement plus
de 70% des animaux infectés (41). Ce fait explique les difficultés rencontrées dans
le dépistage, et par là, celles de l'éradication.
Le diagnostic allergique (22) est utilisé dans trois pays (Chypre, Suisse et
URSS). Il se prête très bien au dépistage de masse et évite de nombreuses prises de
sang et recherches de laboratoire. Bien que ne dépistant pas davantage tous les
infectés que les épreuves sérologiques, il a donné des résultats tout à fait satisfai­
sants à Chypre.
La prophylaxie sanitaire stricte, menée avec compétence et diligence à Chypre, a
donné des résultats impressionnants : l'infection a été réduite, entre 1973 et 1984,
de 99,7% chez les ovins et de 99,4% chez les caprins. C'est vraisemblablement un
des rares pays à être sur le point de réussir l'éradication de la brucellose des petits
ruminants par prophylaxie sanitaire seule. Des résultats non négligeables ont été
obtenus localement par ce mode de prophylaxie dans d'autres pays. Cependant, la
brucellose des petits ruminants paraît plus rebelle à ce mode d'intervention, avec
une contagiosité plus élevée et un dépistage individuel moins satisfaisant que celui
des bovins.
Tous les autres pays où l'infection à B. melitensis est signalée pratiquent la vac­
cination avec la souche Rev. 1, avec des résultats très encourageants (Grèce). La
souche vaccinale Rev. 1 (18) confère effectivement une immunité excellente (3, 17,
31). Son utilisation aurait même permis l'élimination de la maladie dans de très
grands troupeaux de moutons en URSS (52). La vaccination avec Rev. 1 présente
toutefois deux inconvénients (4) :
a) Elle sensibilise longtemps, perturbant ainsi le diagnostic allergique ultérieur.
b) Elle provoque la formation d'anticorps qui disparaissent très rapidement
chez la majorité des animaux, mais persistent chez certains d'entre eux parfois long­
temps. Ce dernier inconvénient peut être éliminé par l'utilisation de la voie conjonc­
tivale pour l'administration du vaccin (24).
ÉPIDIDYMITE CONTAGIEUSE D U BÉLIER D U E A
B.
OVIS
La maladie est signalée dans huit pays : Australie, Canada, Etats-Unis, France,
Nouvelle-Zélande, République Sud-Africaine, Roumanie et Uruguay. Les rapports
des autres pays n'en font pas état. Aucun cas de contamination humaine n'ayant
été signalé à ce jour, la lutte contre cette maladie ne se justifie que par ses inciden­
ces sur l'élevage ovin (baisse de la fertilité des mâles, quelques avortements).
— 598 —
Le dépistage est fait par FC ou immunodiffusion en gélose (29). Ces épreuves
semblent cependant manquer de sensibilité, d'où les recherches actuellement
menées pour mettre au point un test ELISA (50, 55). Le dépistage clinique par palpation doit être associé aux épreuves de sérologie. La recherche des B. ovis se fait
aisément sur milieu de Brown (7) à partir de la semence ou de morceaux d'organes
et de ganglions prélevés à l'abattoir.
La prophylaxie sanitaire seule est actuellement appliquée en Australie, au
Canada et en Roumanie. Elle est difficile, mais efficace (49). Les autres pays appli­
quent une prophylaxie mixte, en utilisant des vaccins à base de B. ovis tuées (38)
(Nouvelle-Zélande, Etats-Unis) ou le vaccin Rev. 1 (23, 25) (République SudAfricaine, France).
CONCLUSION
La lecture des quarante-huit rapports montre l'universalité et l'importance des
problèmes posés par la brucellose. Tous les pays sont concernés, ceux qui ont des
troupeaux infectés comme ceux qui n'en ont plus, mais qui doivent persévérer dans
une surveillance ininterrompue. Pour ces derniers, la moindre faille pour le dépis­
tage ou le contrôle du mouvement des animaux peut compromettre leur état
indemne.
Pour le diagnostic sérologique, les épreuves les plus utilisées sont le RBT, le RT
et la FC. Ce choix est justifié : les experts reconnaissent l'efficacité, c'est-à-dire la
sensibilité et la spécificité de ces trois tests. Cela est particulièrement vrai pour la
FC. Malheureusement, une réalisation technique délicate et longue et une demande
en laboratoires équipés et en personnel compétent font qu'elle ne peut guère être
utilisée comme épreuve de base. La FC est donc généralement un test complémen­
taire de référence, employé en cas de résultats douteux aux autres épreuves. En
revanche, le RBT et le RT sont très faciles à exécuter, d'un prix de revient modique
et ne nécessitent pas d'équipements sophistiqués. Ils sont donc tout naturellement
désignés pour les dépistages de masse.
Des problèmes se posent cependant à propos de l'antigène au Rose Bengale.
L'antigène actuel, préparé à partir de la souche B. abortus 99 (A> M) semble mal
détecter les anticorps d'infection à Brucella (M>A) (B. abortus biovar 5, B. melitensis biovar 1) (12). La question est actuellement à l'étude concernant la ou les
souches de préparation de l'antigène, ou des antigènes, et des sérums étalons de
contrôle.
La SAW est de plus en plus délaissée depuis que le RBT existe. Cela paraît justi­
fié également : l'épreuve est moins sensible et moins spécifique que les trois précé­
dentes. Curieusement, on observe un certain conservatisme pour cette épreuve, le
plus souvent dans les pays qui ont terminé leur éradication après l'avoir employée
régulièrement, associée il est vrai à la FC et au RT.
Les autres épreuves (test au Rivanol, à l'EDTA, etc.) ou celles actuellement
encore à l'étude (ELISA, IHLT, etc.) sont utilisées d'une façon beaucoup moins
intensive, et souvent pour des cas particuliers (troupeaux, animaux à problèmes).
Elles sont destinées avant tout à différencier les anticorps vaccinaux ou non spécifi­
ques de ceux dus à l'infection et à augmenter la sensibilité de détection. Leur emploi
correspond à des besoins nouveaux qui apparaissent en fin d'éradication et après
éradication.
— 599 —
Le diagnostic allergique est peu employé. Il a cependant donné de très bons
résultats à Chypre. Il devrait être utilisé plus fréquemment, en particulier chez les
petits ruminants.
La bactérioscopie, trop imprécise, devient progressivement obsolète. En revan­
che, de nouveaux milieux sélectifs, de nouveaux moyens d'identification et de
typage des Brucella sont de plus en plus utilisés pour donner un diagnostic précis
pouvant servir de base à des investigations épidémiologiques à développer.
Dans l'attente des vaccins du futur évoqués plus haut, et avec l'abandon pres­
que général des vaccins tués 45/20 et H38, les vaccins B19 et Rev. 1 sont pratique­
ment les seuls utilisés. L'emploi de ces vaccins vient de connaître un regain d'intérêt
en raison du développement des méthodes modernes de vaccination, à doses rédui­
tes ou par voie conjonctivale, qui en rendent l'utilisation plus compatible avec les
impératifs du dépistage et plus efficace par les rappels possibles par voie conjoncti­
vale.
Il existe encore de nombreuses lacunes à combler dans la connaissance de la bru­
cellose. De nombreuses équipes de scientifiques continuent leur travail de recher­
che. Il existe aussi des problèmes de standardisation à résoudre concernant les anti­
gènes de diagnostic, les vaccins, leur préparation et leur contrôle.
Toutefois, les connaissances et l'expérience dont on dispose actuellement sur la
maladie doivent permettre de lutter contre la brucellose avec des chances d'autant
plus importantes qu'une stratégie adéquate aura été mieux réfléchie et choisie. La
réussite des pays déclarés indemnes est suffisante pour nous en convaincre.
*
* *
Annexe
e
54 SESSION GÉNÉRALE DE L'OIE
RÉSOLUTION N° XII
BRUCELLOSE DES BOVINS ET DES PETITS RUMINANTS :
DIAGNOSTIC, PROPHYLAXIE ET VACCINATION
CONSIDÉRANT QUE
les infections à Brucella abortus et Brucella melitensis présentent un danger
pour la santé publique et occasionnent des pertes économiques pour l'élevage ;
plusieurs pays ont démarré ou terminé un programme d'éradication de la bru­
cellose ;
aucune épreuve sérologique ne permet une différenciation complète entre les
anticorps produits par l'infection naturelle de ceux induits par la vaccination ;
pour les bovins, les épreuves de diagnostic telles que la séro-agglutination lente
en tube, l'agglutination rapide sur lame avec un antigène tamponné tel que celui au
Rose Bengale, associées à la fixation du complément, ont fait la preuve de leur effi­
cacité depuis de nombreuses années ainsi que pour les petits ruminants les épreuves
au Rose Bengale, allergique et la fixation du complément ;
— 600 —
des programmes de vaccination permettent de maintenir la maladie à un bas
niveau ;
les vaccins vivants tels que les souches B19 et Rev. 1 ont montré leur efficacité,
LE COMITÉ
RECOMMANDE QUE
1. Un programme de lutte contre la brucellose prenne en compte la prévalence
de la maladie, la situation économique, l'espèce animale en cause et les méthodes de
conduite de l'élevage dans le pays concerné.
2. Les pays voulant entreprendre un programme de lutte contre la brucellose
adoptent les techniques confirmées de diagnostic.
3. Des techniques plus élaborées de diagnostic telles que ELISA, IHLT, aggluti­
nation en présence de EDTA puissent être utilisées pour la phase finale de l'éradica­
tion et la surveillance des troupeaux assainis.
4. La prophylaxie sanitaire par abattage soit reconnue comme méthode à privi­
légier pour l'éradication de la maladie.
5. Lorsque les circonstances économiques, épidémiologiques ou autres empê­
chent la mise en œuvre d'une prophylaxie basée exclusivement sur l'abattage, la
vaccination avec les vaccins vivants déjà cités soit utilisée pour réduire la prévalence
de la maladie, les études sur les doses et voies d'administration devant être poursui­
vies.
6. Pour le contrôle de la maladie soit mise en place une infrastructure vétérinaire
fonctionnelle prenant en compte :
a) des ressources adéquates en personnel, financement et transport ;
b) la surveillance des importations et de la circulation des animaux ;
c) la prévalence de la maladie et sa déclaration obligatoire.
(Adoptée par le Comité international de l'OIE le 29 mai 1986.)
*
* *
BIBLIOGRAPHIE
1. ALTON G . G . (1970). — Caprine brucellosis. FAO/WHO expert commitee on brucellosis,
Doc. BRUC/WP/707.
2. ALTON G . G . (1980). — The use and interpretation of the complement fixation test in the
diagnosis of animal brucellosis. Doc. WHO/BRUC/80.355.
3 . ALTON G . G . & ELBERG S . S . ( 1 9 6 7 ) . — Rev. 1
ten years study. Vet. Bull., 37, 7 9 3 - 8 0 0 .
Brucella melitensis vaccine. A review of
4 . ALTON G . G . , FENSTERBANK R., PLOMMET M . & VERGER J . M . ( 1 9 8 4 ) . — La brucellose
de la chèvre. Les maladies de la chèvre. Niort, 9-11 octobre 1984. INRA, Paris, France,
69-91.
— 601 —
5. AMOSSON S.H. (1983). — Economic and epidemiologic implications of national bovine
brucellosis programs. A case study. Thesis Ph. D. Texas A.M. University.
6. BHONGBHIBHAT N., ELBERG S.S. & CHEN T.H. (1970). — Characterization of Brucella
skin test antigens. J. inf. Dis., 122, 70-82.
7. BROWN G.M., RANGER C.R. & KELLEY D.J. (1971). — Selective media for the isolation
of Brucella ovis. Cornell Vet., 61, 265-280.
8. BUCK J.M. (1930). — Studies on vaccination during calfhood to prevent bovine infec­
tious abortion. J. Agric. Res., 41, 667-689.
9. CORBEL M.J. (1972). — Identification of the immunoglobulin class active in the Rose
Bengal plate test for bovine brucellosis. J. Hyg., Camb., 70, 779-795.
10. CORBEL M.J. (1973). — Studies on the mechanism of the Rose Bengal plate test for
bovine brucellosis. Br. vet. J., 129, 157-166.
11. CORBEL M.J. (1982). — Serological cross-reactions between Brucella species and orga­
nisms of other genera. Doc. WHO/BRUC/82.372.
12. CORBEL M.J. (1985). — Comparison of Brucella abortus and Brucella melitensis antigens
for the Rose Bengal Plate Test on sera from cattle infected with Brucella abortus biovar
5. Vet. Rec., 117, 385-386.
13. DAVIES G. (1971). — The Rose Bengal test. Vet. Rec., 88, 447-449.
14. DOMENECH J., COULOMB J. & LUCET P. (1982). — La brucellose bovine en Afrique Cen­
trale. IV. Evaluation de son incidence économique et calcul du coût-bénéfice des opéra­
tions d'assainissement. Rev. Elev. Méd. Vét. Pays trop., 35, 113-124.
15. DOUTRE M.P., FENSTERBANK R. & SAGNA F . (1977). — Etude de la brucellose bovine
dans un village de Basse-Casamance (Sénégal). I. Diagnostic sérologique et bactériologi­
que. Rev. Elev. Méd. Vét. Pays trop., 30, 345-351.
16. DUBRAY G. (1984). — Antigens of diagnosis significance in Brucella. In Brucella melitensis. Brussels, Seminar in the CEC program of coordination of research on animal patho­
logy, Martinus Nijhoff Pub., Dordrecht, 123-138.
17. ELBERG S.S. (1981). — Rev. 1 Brucella melitensis vaccine. II. 1968-1980. Vet. Bull., 51,
67-73.
18. ELBERG S.S. & FAUNCE F . (1975). — Immunization against Brucella infection. VI.
Immunity conferred on goats by a non-dependent mutant from streptomycin dependent
mutant strain of Brucella melitensis. J. Bact., 73, 211-217.
19. FARRELL I.D. (1974). — The development of a new selective medium for the isolation of
Brucella abortus from contaminated sources. Res. vet. Sci., 16, 280-286.
20. FENSTERBANK R. (1973). — Appréciation de la valeur de la réaction au Rose Bengale sur
les sérums de génisses infectées expérimentalement avec Brucella abortus. 4 1 Session
Générale du Comité de l'OIE, Rapport n° 109.
e
21. FENSTERBANK R. (1977). — Diagnostic allergique de la brucellose bovine. 2. Utilisation
du test allergique dans les troupeaux infectés. Ann. Rech. vét., 8, 195-201.
22. FENSTERBANK R. (1982). — Le diagnostic allergique de la brucellose. Bull. Acad. Vét.
France, 55, 47-52.
23. FENSTERBANK R., PARDON P. & MARLY J. (1982). — Efficacy of Brucella melitensis Rev.
1 vaccine against Brucella ovis infection in rams. Ann. Rech. vét., 13, 185-190.
24. FENSTERBANK R., PARDON P. & MARLY J. (1985). — Vaccination of ewes by a single
conjunctival administration of Brucella melitensis Rev. 1 vaccine. Ann. Rech. vét., 16,
351-356.
— 602 —
25. GARCÍA-CARILLO C. (1981). — Protection of rams against Brucella ovis infection by Brucella melitensis Rev. 1 vaccine. Zentr. Vet. Med., B28, 425-431.
26. GAUMONT R. (1965). — Sur le manque de signification des réactions d'agglutination de
faible titre en matière de brucellose. Bull. Off. int. Epiz., 63, 1047-1054.
27. HUGH-JONES M.E., ELLIS P.R. & FELTON M.R. (1975). — An assessment of the eradica­
tion of bovine brucellosis in England and Wales. Department of Agriculture and Horti­
culture, Early Gate, University of Reading, Reading, UK.
28. JONES L . M . , DUBRAY G. & MARLY J . (1975). — Comparison of methods of diagnosis of
Brucella ovis in rams. Ann. Rech. vét., 6, 11-22.
29. JONES L . M . & BERMAN D.T. (1976). — The role of living vaccine in prophylaxis. Int.
Symp. Brucellosis, Rabat 1975. Develop. Biol. Standard., 31, 328-334 (S. Karger, Basel).
30. KELLAR J . , MARRA R. & MARTIN W. (1976). — Brucellosis on Ontario: a case control
study. Can. J. comp. Med., 40, 119-128.
31. KOLAR J . (1984). — Diagnosis and control of brucellosis of small ruminants. Prev. Vet.
Med., 2, 215-225.
32. LEVIEUX D. (1974). — Immunoglobulines bovines et brucellose. II. Activité des IgGl,
IgG2 et IgM du sérum dans les réactions d'agglutination, de Coombs, de fixation du
complément et dans le test au Rose Bengale. Ann. Rech. vét., 5, 343-353.
33. MANTHEI C.A. (1968). — Application of research to bovine brucellosis control and era­
dication programs. J. Dairy Sci., 51, 1115-1120.
34. MANTHEI C.A., MINGLE C.K. & CARTER R.W. (1951). — Duration of immunity to bru­
cellosis induced in cattle with strain 19 vaccine. Proc. Am. Vet. Med. Assoc. 88th Ann.
Meet., 128-141.
35. MCCAUGHEY W.J. (1972). — Brucella milk ring test on churn samples: a three-year
study. Vet. Rec., 90, 6-10.
36. MCDIARMID A. (1957). — The degree and duration of immunity in cattle resulting from
vaccination with S.19 Brucella abortus vaccine and its implication in the future control
and eventual eradication of brucellosis. Vet. Rec., 69, 877-879.
37. MCEWEN A.D. & SAMUEL J . (1955). — Brucella abortus: heat stable protective antigen
revealed by adjuvant and present in a rough variant, strain 45/20: immunization experi­
ments in guinea-pigs. Vet. Rec., 67, 546-548.
38. MCGOWAN B. & HARROLD D.R. (1979). — Epididymitis in rams: studies on vaccine effi­
cacy. Cornell Vet., 69, 73-76.
39. NICOLETTI P. (1969). — Further evaluations of serological test procedures used to diag­
nose brucellosis. Am. J. vet. Res., 30, 1811-1816.
40. NICOLETTI P. (1980). — The epidemiology of bovine brucellosis. Adv. vet. Sci. comp.
Med., 24, 69-98.
41. NICOLETTI P. (1982). — Problems in the control of caprine brucellosis. Proc. 3rd Int.
Conf. Goat Prod. Dis., Tucson (USA), 433-434.
42. NICOLETTI P., JONES L . M . & BERMAN D.T. (1978). — Adult vaccination with standard
and reduced doses of Brucella abortus strain 19 vaccine in a dairy herd infected with bru­
cellosis. J. Am. vet. med. Assoc., 173, 1445-1449.
43. NIELSEN K. & DUNCAN R.J. (1982). — Demonstration that nonspecific bovine Brucella
abortus agglutinin is EDTA-labile and not calcium-dependent. J. Immunol., 129, 366369.
— 603 —
44. PLACKETT P., COTTEW G . S . & BEST S.J. (1976). — An indirect haemolysis test (IHLT)
for bovine brucellosis.
. vet. J., 52, 136-140.
45. PLOMMET M . & BOSSERAY N . (1977). — Le contrôle des vaccins antibrucelliques par le
dénombrement des Brucella dans la rate de souris, vaccinées ou non, inoculées par voie
intrapéritonéale. J. biol. Standard., 5, 261-274.
46. PLOMMET M . & FENSTERBANK R. (1979). — La vaccination antibrucellique des bovins
avec la souche B19 administrée par voie conjonctivale. Bull. Group. Tech. Vét., 79, 6B,
164.
47. RENOUX G . , ALTON G . G . & AMARASINGHE A. (1957). — Etudes sur la brucellose ovine
et caprine. XI. Comparaison chez la chèvre suédoise de la valeur immunisante d'un vac­
cin tué en excipient irrésorbable et de deux vaccins vivants. Arch. Inst. Pasteur, Tunis,
34, 3-17.
48. ROEPKE M . H . & STILES F . C . (1970). — Potential efficiency of milk ring test for detec­
tion of brucellosis. Am. J. vet. Res., 31, 2145-2149.
49. RYAN F.B. (1964). — Eradication of ovine brucellosis. Aust. vet. J., 40, 162-165.
50. SPENCER T.L. & BURGESS G . W . (1984). — Enzyme-linked immunosorbent assay for Brucella ovis specific antibody in ram sera. Res. vet. Sci., 36, 194-198.
51. STEMSHORN B . W . (1984). — Recent progress in the diagnosis of brucellosis. 3rd Int.
Symp. Brucellosis, Algiers, 1983. Develop. Biol. Standard., 56, 325-340 (S. Karger,
Basel).
52. ULASEVITCH P.S., ALIVERDIEV A.A. & YUSUPOV O . Y . (1975). — Immunization of sheep
with Brucella melitensis Rev. 1 vaccine. Veterinariya, Moscow, 12, 57-59.
53. VANDERWAGEN L.C., SHARP J . & MEYER M . E . (1977). — A retrospective study on the
relationships of vaccination status of reactor animals management practices at calving
and herd size to eradicating brucellosis in 79 dairy herds. Proceedings U.S. Animal
Health Assoc., 83-96.
54. WAGHELA S., WANDERA J . G . & WAGNER G . G . (1980). — Comparison of four serologi­
cal tests in diagnosis of caprine brucellosis. Res. vet. Sci., 28, 168-171.
55. WORTHINGTON R . W . , STEVENSON B.J. & D E LISLE G . W . (1985). — Serology and semen
culture for the diagnosis of Brucella ovis infection in chronically infected rams. N.Z. vet.
J., 33, 84-86.
Téléchargement
Explore flashcards