Telechargé par leondiho

vsepr

publicité
La liaison chimique II:
la forme des molécules et
l'hybridation des orbitales atomiques
Le modèle VSEPR
• à partir d'une structure de Lewis, on peut prédire la structure
tridimensionnelle d'une molécule
• les liaisons et les doublets libres se repoussent et essaient de s'éloigner, autant
que possible, les uns des autres
• la forme géométrique de la molécule est en fait celle qui permet de
minimiser cette répulsion
• on appelle cette approche le modèle VSEPR (valence-shell electronpair repulsion model)
• le modèle VSEPR a deux règles:
• les liaisons doubles et triples équivalent à des liaisons simples (on
prendra compte du fait qu'elles sont plus volumineuses seulement
pour légèrement ajuster les angles autour d'un atome)
• si une molécule a plusieurs structures de résonance, le modèle
VSEPR est valable pour n'importe laquelle de ces structures
Le modèle VSEPR
La forme des molécules
• considère un atome central, A, qui contient n doublets libres E (n peut être
égal à zéro) et qui est lié à m atomes X (m est égal ou supérieur à deux)
• si m = 1, on a le diatomique AX qui est nécessairement linéaire
• la formule générale est AXmEn et on considère seulement les cas où
(m+n)  6 (il est très rare qu'on voit leur somme supérieure à six)
• les doublets libres et liaisons adoptent les géométries suivantes autour de
l'atome central:
• linéaire, si m + n = 2
• trigonale plane, si m + n = 3
• tétraédrique, si m + n = 4
• trigonale bipyramidale, si m + n =5
• octaédrique, si m + n = 6
La forme des molécules
La forme linéaire
• m + n = 2 (et m est forcément deux pour le cas non-trivial)
• afin de minimiser la répulsion entre les deux liaisons, on les place à 180o
l'un de l'autre
La forme trigonale plane
• m+n=3
• afin de minimiser la répulsion entre les liaisons et les doublets libres, on les
place à 120o l'un de l'autre, dans un plan
La forme trigonale plane
• dans l'ion nitrate, les trois angles
sont tous 120o car l'effet de
résonance rend les trois liaisons
N-O équivalentes
La forme des molécules
• quand on a des liaisons différentes ou des doublets libres, la géométrie idéale
est légèrement perturbée car les forces répulsives sont différentes
• en général, les forces répulsives décroissent dans l'ordre suivant:
• répulsion doublet libre-doublet libre
• répulsion doublet libre-doublet liant
• répulsion doublet liant-doublet liant
• autrement dit, les doublets libres sont plus diffus que les doublets liants et
demandent “plus d'espace”
• le doublet liant est plus compact car les deux noyaux attirent ces
électrons (plutôt que seulement un noyau dans le cas d'un doublet libre)
• une liaison triple est légèrement plus diffuse qu'une liaison double qui
est à son tour plus diffuse qu'une liaison simple
La forme trigonale plane
• N.B. on néglige les doublets libres
quand on décrit la structure d'une
molécule, mais on doit tenir compte
de ces doublets libres si l'on veut être
capable de prédire ou comprendre la
structure moléculaire
La forme tétraédrique
• m+n=4
• afin de minimiser la répulsion entre les liaisons et les doublets libres, on les
place à 109.5o l'un de l'autre, dans les coins d'un tétraèdre
La forme tétraédrique
La forme tétraédrique
• dans l'ammoniaque et l'eau,
les angles sont plus petits que
109.5o afin d'accommoder les
doublets libres diffus
La forme trigonale bipyramidale
• m+n=5
• afin de minimiser la répulsion entre les liaisons et les doublets libres, on adopte
la forme trigonale bipyramidale
• il y a deux types distincts de positions, soient les deux positions axiales et les
trois positions équatoriales
La forme trigonale bipyramidale
• les angles entre deux positions équatoriales sont de 120o
• les angles entre une position axiale et une position équatoriale sont de 90o
• un doublet libre préfère occuper une position équatoriale
La forme trigonale bipyramidale
La forme octaédrique
• m+n=6
• afin de minimiser la répulsion entre les liaisons et les doublets libres, on
les place à 90o l'un de l'autre dans les coins d'un octaèdre
La forme octaédrique
La forme octaédrique
La forme des molécules qui ont plus d'un atome central
• un atome central est un atome qui n'est pas situé à une extrémité d'une
molécule polyatomique
• pour une molécule avec plus d'un atome central, on décrit la géométrie autour
de chaque atome, un après l'autre, utilisant les mêmes principes que lorsqu'on
avait seulement un seul atome central
Les règles à suivre pour appliquer le modèle VSEPR
• écrire la structure de Lewis de la molécule, tenant compte des doublets
d'électrons qui entourent l'atome central (les doublets libres sur un atome
terminal n'influencent pas la géométrie)
• compter les liaisons (m) et les doublets libres (n) autour de l'atome central
• considérer les liaisons doubles et triples comme des liaisons simples
• une fois (m+n) déterminée, baser la forme moléculaire sur la forme linéaire si
(m+n)=2, la forme trigonale si (m+n)=3, la forme tétraédrique si (m+n)=4, ….
• si on a des doublets libres, les placer dans des positions afin de minimiser les
répulsions entre les doublets libres et les autres doublets (ex.; une position
équatoriale dans la bipyramide trigonale)
• N.B. il est impossible de prédire exactement les angles des liaisons si on a un
ou plusieurs doublets libres ou des liaisons qui ne sont pas toutes identiques
• Dessinez les structures 3D de
– SF4 (S est l'atome centrale)
– IF4+
_
– IF4
– IF2+
_
– IF2
Le modèle de la liaison de valence
• les structures de Lewis ne peuvent
pas expliquer les forces/longueurs
relatives des liaisons covalentes
(chaque liaison est tout simplement
deux électrons partagés entre deux
atomes)
• pour aller au-delà de la théorie de
Lewis, on utilise le modèle de la
liaison de valence (modèle LV)
• le modèle LV décrit la liaison
covalente comme le recouvrement
d'orbitales atomiques et les deux
électrons (de spins opposés) se
situent surtout dans cette région de
recouvrement
Le modèle de la liaison de valence
• pour le H2, on a le recouvrement
de deux orbitales 1s, une de
chaque H
• pour le HF, on a le recouvrement
d'une orbitale 1s sur l'H et d'une
orbitale 2p sur le F
• pour le F2, on a le recouvrement
de deux orbitales 2p, une de
chaque F
• la force et la longueur d'une
liaison covalente dépendent de la
nature des orbitales qui se
recouvrent
L'hybridation
• expérimentalement, on observe que les quatre liaisons dans le méthane (CH4)
sont équivalentes et qu'elles pointent aux quatre coins d'un tétraèdre
• ceci ne correspond pas à la notion qu'on a d'une orbitale 2s et de trois
orbitales 2p sur le C car on s'attendrait à avoir une liaison différente
(celle qui implique l'orbitale 2s du C) parmi les quatre
• également, on voudrait avoir des orbitales qui pointent aux quatre coins
d'un tétraèdre plutôt que selon les axes x, y, et z
• on utilise le concept d'hybridation pour expliquer la géométrie
tétraédrique autour du C
• l'hybridation est la combinaison d'orbitales atomiques d'un atome pour former
un ensemble de nouvelles orbitales atomiques, soit des orbitales hybrides
• dans le modèle LV, les orbitales hybrides, qui sont des orbitales atomiques
obtenues quand deux ou plusieurs orbitales non-équivalentes d'un même atome
se combinent, servent à la formation de liaisons covalentes
L'hybridation sp
• l'hybridation sp est utilisée pour
décrire les liaisons covalentes
autour de l'atome central dans une
molécule linéaire
• une excitation d'un électron de
l'orbitale s à une orbitale p est
nécessaire afin qu'on puisse, dans
chaque liaison, coupler un électron
de l'atome central avec un électron
de l'atome terminal
• cette dépense d'énergie est
compensée par l'énergie
libérée lors de la formation
des deux liaisons
L'hybridation sp
L'hybridation sp2
• l'hybridation sp2 est utilisée pour décrire les liaisons covalentes autour de
l'atome central dans une molécule trigonale plane
• pour former trois liaisons, on doit exciter un électron de l'orbitale s à une
orbitale p vide
L'hybridation sp3
• l'hybridation sp3 est utilisée pour décrire les liaisons covalentes autour de
l'atome central dans une molécule tétraédrique
• pour former quatre liaisons, on doit exciter un électron de l'orbitale s à une
orbitale p vide
L'hybridation sp3
• dans des molécules comme l'ammoniac et l'eau, on peut dire que les atomes
N et O sont hybridés sp3 et que les doublets libres sont des orbitales hybrides
sp3 doublement occupés (et qui ne peuvent donc pas former des liaisons
covalentes)
L'hybridation sp3d
• l'hybridation sp3d est utilisée pour décrire les liaisons covalentes autour de
l'atome central dans une molécule trigonale bipyramidale
• pour former cinq liaisons, on doit exciter un électron de l'orbitale s à une
orbitale d vide
L'hybridation sp3d2
• l'hybridation sp3d2 est utilisée pour décrire les liaisons covalentes autour de
l'atome central dans une molécule octaédrique
• pour former six liaisons, on doit exciter un électron de l'orbitale s à une
orbitale d vide et un électron de l'orbitale p à une orbitale d vide
L'hybridation
L'hybridation
• le concept d'hybridation est utilisé pour expliquer les géométries observées,
i.e., on n'utilise pas l'hybridation pour prédire une géométrie
• le concept d'hybridation ne s'applique pas aux atomes isolés (on l'utilise pour
expliquer le schéma des liaisons dans une molécule)
• l'hybridation est la combinaison d'au moins deux orbitales atomiques nonéquivalentes et les orbitales hybrides produites sont très différentes des
orbitales atomiques pures
• le nombre d'orbitales hybrides formées est égal au nombre d'orbitales
atomiques pures qui participent à l'hybridation
• l'hybridation nécessite un apport d'énergie qui est compensée par l'énergie
libérée durant la formation des liaisons
• les liaisons covalentes dans les molécules polyatomiques sont formées par le
recouvrement d'orbitales hybrides ou d'orbitales hybrides et d'orbitales non
hybrides (les liaisons obtenues suite à l'hybridation ne s'écartent pas du modèle
de la liaison de valence)
L'hybridation
• dans une molécule avec plus de un atome central, l'hybridation peut être
utilisée pour décrire les liaisons autour de chaque atome central
L'hybridation dans les molécules qui contiennent des
liaisons doubles et triples
• le concept d'hybridation est également utile
dans le cas des molécules qui ont des
liaisons doubles et triples
• prenant l'éthylène (C2H4) comme exemple:
• on a une liaison double entre les
deux carbones
• chaque carbone est impliqué dans
trois liaisons et possède aucun
doublet libre
• la structure autour de chaque
carbone est donc trigonale plane
• l'hybridation de chaque carbone est
donc sp2
• un électron se situe dans chaque
orbitale hybride sp2 et l'orbitale p
pure (2pz dans notre figure)
L'hybridation dans les molécules qui contiennent des
liaisons doubles et triples
• les trois orbitales sp2 de chaque carbone forment une liaison C-C et quatre
liaisons C-H
• les orbitales 2pz se recouvrent dans une façon latérale afin de former une
deuxième liaison C-C
L'hybridation dans les molécules qui contiennent des
liaisons doubles et triples
• une liaison  est une liaison covalente
formée par le recouvrement des extrémités
des orbitales
• le nuage électronique se concentre
entre les noyaux des atomes liés
• les liaisons formées par les
orbitales hybrides sp2 sont des
liaisons 
• une liaison  est une liaison covalente
formée par le recouvrement latéral des
orbitales
• le nuage électronique se concentre
au-dessus et au-dessous du plan
dans lequel se trouve les noyaux
des atomes qui sont liés
• la liaison formée par les orbitales
2pz est une liaison 
L'hybridation dans les molécules qui contiennent des
liaisons doubles et triples
• la structure de Lewis pour l'acétylène
(C2H2) indique qu'il y a une liaison
triple entre les deux carbones
• chaque carbone est impliqué
dans deux liaisons et ne possède
pas de doublets libres
• la structure autour de chaque
carbone est donc linéaire
• l'hybridation de chaque carbone
est donc sp
• un électron se situe dans chaque
orbitale hybride sp et dans
chaque orbitale p pure (2py et
2pz dans notre exemple)
L'hybridation dans les molécules qui contiennent des
liaisons doubles et triples
• les orbitales hybrides sp forment une liaison  C-C et deux liaisons  C-H
• les orbitales 2py et 2pz forment deux liaisons  entre les deux carbones
L'hybridation dans les molécules qui contiennent des
liaisons doubles et triples
O:
• les principes qu'on a vus pour les
liaisons doubles et triples entre
deux atomes de carbone
s'appliquent aussi aux liaisons
doubles et triples entre deux atomes
d'éléments différents
• dans le formaldéhyde (H2CO), le
carbone et l'oxygène sont hybridés
sp2
• parce que l'oxygène a six
électrons de valence, deux
des trois orbitales hybrides
sp2 sont déjà remplies avec
deux électrons (elles
deviennent donc des
doublets libres)
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire