Telechargé par oussama belqsir

Routes économiques à faible trafic Instructions sur les caractéristiques géométriques reft

publicité
ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS
DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
ET DE LA FORMATION DES CADRES
DIRECTION DES ROUTES
ET DE LA CIRCULATION ROUTIERE
ROUTES ECONOMIQUES A FAIBLE TRAFIC
INSTRUCTION SUR LES
CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES
INSTRUCTION SUR LES CARACTERISTIQUES
GEOMETRIQUES
SOMMAIRE
1– CATEGORIES DE TERRAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
2– NORMES APPLICABLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
3– NORMES FONDAMENTALES DU TRACE EN PLAN ET DU
PROFIL EN LONG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6
4– PROFIL EN TRAVERS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
4,1– Section courante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
4,2– Surlargeur en virage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8
4,3– Dévers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
4,4– Raccordement du dévers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
5– REGLES DE PROGRESSIVITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
6– REGLES DE COMPATIBILITE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
7– DEROGATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13
-3-
ROUTES ECONOMIQUES A FAIBLE TRAFIC
INSTRUCTION SUR LES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES
La présente Instruction est applicable aux Routes Economiques à
Faible Trafic (REFT), c’est à dire celles rangées dans cette catégorie
par décision du Directeur des Routes et de la Circulation Routière, en
principe des routes qui ne sont classées ni Nationales, ni Régionales
et dont le trafic initial n’excède pas 150 véh/j.
1– CATEGORIES DE TERRAIN
On considérera 3 catégories de terrain :
– le terrain plat : terrain dont la configuration permet, sans terrassements
importants, de ne pas faire usage de pentes de plus de 2%, sauf
éventuellement sur les rampes d’accès à des ouvrages d’art ;
– le terrain montagneux difficile : terrain où le couloir d’étude se
développe en montagne sur des flancs rocheux où la pente
transversale dépasse fréquemment 60%.
– le terrain ordinaire, de difficulté intermédiaire entre les terrains
ci-dessus.
2– NORMES APPLICABLES
2,1– En terrain plat, le tracé en plan et le profil en long seront
conformes aux stipulations de l’Instruction sur les Caractéristiques
Géométriques des Routes de Rase Campagne (ICG). Le profil en travers
sera conforme aux dispositions du paragraphe 4 de la présente
Instruction.
La faible largeur de chaussée et de plate-forme qui y est stipulée
-5-
n’est pas compatible avec un tracé tendu qui incite à la vitesse. Il est en
conséquence interdit de faire usage, en terrain plat, des normes des
Catégories Exceptionnelles et 1ère de l’ICG. S’il est fait usage de celles
de la 2ème Catégorie, les dispositions énoncées en 3.3 de l’ICG seront
rigoureusement appliquées.
2,2– En terrain ordinaire, les normes de la présente Instruction
s’appliquent intégralement, à l’exception des dérogations rendues
possibles ci-dessous en 7.
2,3– En terrain montagneux difficile, ces mêmes dérogations sont
permises.
3– NORMES FONDAMENTALES DU TRACE EN PLAN ET DU PROFIL EN
LONG
Le tracé en plan et le profil en long satisferont aux normes minimales
ci-dessous :
Caractéristiques
Normes
TRACE EN PLAN
Rayon de courbure :
- minimum libre
- minimum normal
- minimum absolu
75 m
30 m
15 m
PROFIL EN LONG
Rampes :
- maximum normal
- maximum absolu
7%
12 %
Raccordements en angle saillant
Rayon de courbure minimum
1000 m
Raccordements en angle rentrant
Rayon de courbure minimum
500 m
-6-
En ce qui concerne les rayons de courbure en plan, le rayon de 15 m
ne pourra être utilisé que si l’angle au sommet est inférieur à 150 gr.
Il y aura obligatoirement entre deux courbes circulaires un alignement
droit d’une longueur minimale de 20 mètres, quels que soient leurs
rayons et qu’elles soient de même sens ou de sens contraires.
Les rampes excédant le maximum normal ne pourront régner que
sur une longueur maximale variant progressivement de 2 km (minimum
normal) à 0,250 km (minimum absolu) ; il sera admis de disposer plusieurs
rampes supérieures au minimum normal, pourvu qu’elle soient séparées
par des “paliers” de 4% de pente maximale et d’une longueur minimale
variant progressivement de 0,5 km (après une pente au maximum normal)
à 1 km (après une pente au maximum absolu).
Pour les raccordements en angle saillant, l’usage de rayons inférieurs
au maximum normal est soumis au respect des règles de compatibilité
énoncées en 6 ci-dessous.
Lorsqu’il y a coïncidence entre un raccordement, saillant ou rentrant, et
une courbe en plan d’un rayon inférieur ou égal à 30 mètres, c’est-à-dire
que le sommet du raccordement se trouve sur la courbe, il pourra être fait
usage d’un rayon inférieur au minimum ci-dessus, abaissé jusqu’à 350
mètres en raccordement saillant et 200 mètres en raccordement rentrant.
4– PROFIL EN TRAVERS
4,1– Section courante
Le profil en travers des REFT sera normalement :
– 3,30 m de chaussée et 2 x 1,35 m d’accotements (6,00 m de
plate-forme).
La largeur de chaussée sera toutefois portée à 4,00 m (sur 6,00 m
de plate-forme) dans les rampes supérieures au maximum normal.
En terrain montagneux, en déblais ou en profil mixte, le ou les
-7-
accotements côté déblais pourront être remplacés par une murette de
pieds de talus et un caniveau dont la largeur sera incluse dans la largeur
de chaussée. La largeur de plate-forme ne pourra toutefois être inférieure
à 5,50 mètres que si :
– en tout point de la section considérée, dans les deux sens de
circulation, la distance de visibilité de l’axe sur l’axe, sur cible à
1,10 m au dessus du sol est au moins de 60 mètres,
– il y a entre le point considéré et le point de perte de visibilité, une
possibilité de croisement de deux poids lourds.
Pour les routes supportant un trafic voisin du maximum de 150 véh/j
dont la qualité du tracé en plan et en profil en long permet d’escompter
qu’elles seront ultérieurement élargies sans modification notable du
tracé, on pourra admettre:
4,00 m de chaussée plus (2 x 2,00 m) d’accotement
4,2– Surlargeur en virage
Il y aura lieu de donner aux chaussées étroites (chaussée de 3,30 m)
une surlargeur dans les virages de petit rayon, dimensionnée non pour
permettre le croisement des véhicules encombrants, mais seulement pour
permettre aux poids-lourds de suivre le tracé sans quitter la chaussée.
La surlargeur à donner est précisée au tableau ci-après.
Rayon
Surlargeur
75 m
30 m
15 m
10 m
0,24 m
0,58 m
1,15 m
1,73 m
-8-
Il en résulte qu’en terrain montagneux, on pourra être amené, sur
les sections sinueuses à adopter une largeur de chaussée constante
supérieure à 3,30 m pour éviter des surlargeurs très rapprochées, de
nature à compliquer et renchérir la construction.
4,3– Dévers
En section courante, la chaussée comporte en général deux versants
plans déversés à 2,5 % vers l’extérieur avec un raccordement parabolique
central de 1,00 m de largeur ; elle est prolongée par deux accotements
déversés à 4 % vers l’extérieur. Les chaussées pourront être entièrement
déversées d’un seul côté dans le cadre d’un système d’assainissement
au niveau de la chaussée. Les conditions climatiques et géotechniques
requises sont exposées dans le cadre du Catalogue des Structures de
Chaussée des Routes Economiques à Faible Trafic. Sans préjudice
de ces règles, le dévers unique ne doit pas avoir pour conséquence
de contre-déverser les virages déversés ; le raccordement du dévers
entre sections courantes à dévers unique et virages déversés est
soumis aux règles énoncées ci-dessous.
En virage, le dévers sera de:
– 2,5 % pour le minimum libre,
– 4 % pour le rayon minimum normal,
– 7 % pour le rayon absolu ; ce dévers pourra être ramené à 4 %
pour éviter des pentes excessives en bord de chaussée ou pour
faciliter les raccordements de dévers.
4,4– Raccordement du dévers
Il est évidemment nécessaire de ménager, sur une certaine longueur
un raccordement entre les profils en travers en alignement droit et en
virage déversé.
Ce raccordement s’effectuera toujours en dehors de la courbe
circulaire, dont le dévers est constant, en général sur les alignements
droits contigus, exceptionnellement, lorsque ceux-ci sont de longueur
-9-
insuffisante, sur des courbes de raccordement à courbure progressive
disposées de part et d’autre des courbes circulaires.
En commençant par relever le versant extérieur jusqu’à ce qu’il
atteigne le dévers de 2,5 % puis en faisant pivoter l’ensemble des 2
versants pour atteindre le dévers fixé.
La variation de dévers se fera, en principe, à raison de 2 % par
seconde de temps de parcours à la vitesse de référence, qui sera
prise égale à 40 km/h pour les routes hors catégories.
Ce taux de variation pourra être porté à 4 % au maximum.
L’introduction du dévers se fera linéairement.
Exceptionnellement, il sera fait usage de courbes de raccordement
à courbure progressive qui seront :
– entre une courbe déversée et une courbe non déversée, une
clothoïde,
– entre deux courbes déversées rapprochées de sens contraire,
une courbe en S, formée de 2 clothoïdes raccordées par leur
point d’inflexion,
– entre deux courbes déversées rapprochées de même sens, une
courbe en C, formée de 2 arcs de clothoïdes, raccordés par un
point de courbure commune minimale.
La courbure de la clothoïde au point de raccordement avec la courbe
circulaire est la courbure de celle-ci.
Le rayon de courbure maximal d’une courbe en C ne peut être
supérieur au rayon maximum des courbes déversées de la Catégorie, ni
inférieur à 1,4 fois le rayon de la courbe de plus grand rayon raccordée,
(ce qui implique que seules des courbes de rayon inférieur ou égal au
minimum normal peuvent être raccordées).
- 10 -
Pour éviter de donner aux usagers une impression inexacte sur la
courbe des virages, les dispositions du projet devront être telles que la
longueur de courbe circulaire subsistante soit au moins la moitié de
celle des courbes de raccordement qui l’encadrent. L’usage de courbes
à sommet (arcs de clothoïdes raccordées par un point de courbure
maximale commune) est en conséquence évidemment interdit.
Les courbes de raccordement-dévers auront en principe une longueur
telle que la variation du dévers soit celle imposée ci-dessus (2 % par
seconde de temps de parcours), mais pourra être réduite, pourvu que la
clothoïde, ou la demi-courbe en S soit telle que le ripage de la courbure
circulaire demeure au moins égal à 0,25 m, ou, dans le cas d’une courbe
en C, que le plus grand des ripages des deux courbes circulaires soit au
moins égal à 0,50 m.
Les dispositions de projet qui ne permettent pas de respecter ces
règles sont interdites.
Il est admis qu’une clothoïde placée entre une courbe non déversée
et une courbe déversée puisse avoir son point d’inflexion à l’extrémité
même de la courbe non déversée.
5– REGLES DE PROGRESSIVITE
Le tracé en plan respectera les règles ci-après :
– des courbes de rayon minimum libre peuvent être introduites en
tout point du tracé ;
– les courbes de rayon moindre seront obligatoirement précédées
dans les deux sens de parcours, par des courbes annonciatrices
comme suit :
– la succession typique sera 75 m, 15 m, les virages de rayon R
compris entre 15 et 75 m pourront être annoncés par des virages
dont le rayon ne pourra dépasser ni 5 R ni 125 m (on admettra
par exemple : 125 m, 30 m ou encore 100 m, 20m),
– la distance entre sortie de courbe annonciatrice et entrée de
- 11 -
courbe annoncée de rayon R ne pourra pas excéder :
400 m si R > 30 m
250 m si R ≤ 30 m
la courbe annoncée étant visible à mi-distance.
Les extrémités du projet si elles ont une signification physique définitive,
ainsi que les traversées d’agglomération étroites ou sinueuses pourront
être assimilées à une courbe au rayon minimum libre.
Les pentes supérieures au maximum normal pourront également y
être assimilées dans le seul sens de la montée.
6– REGLES DE COMPATIBILITE
Il y aura lieu, d’une manière générale, d’éviter que les caractéristiques
en plan, profil en long et profil en travers incitent les unes à des vitesses
de parcours interdites par les autres :
Sont notamment interdites les dispositions suivantes :
– les sections de plus de 2 km sans courbe de rayon inférieur ou
égal au minimum libre,
– les raccordements en angle saillant d’un rayon inférieur au minimum
normal dans les sections à tracé en plan rapide, c’est-à-dire que les
deux extrémités du raccordement devront se trouver à moins de
400 m d’une courbe de rayon au plus égal au rayon minimum libre
et devront être visibles d’au moins 200 mètres,
– dans le sens de la descente, les déclivités supérieures au maximum
normal, si le raccordement en profil en long qui y aboutit n’est pas
annoncé, quel qu’en soit le rayon, par une courbe en plan dans les
conditions précisées ci-dessus pour les raccordements au rayon
minimum normal ou absolu,
– dans le même sens de la descente, un virage de rayon inférieur
au minimum libre situé à moins de 200 m au delà de l’extrémité
d’une déclivité supérieure au maximum normal.
- 12 -
7– DEROGATIONS
Les présentes dérogations permises en terrain montagneux difficile.
7,1– Le rayon des courbes en plan dont l’angle au sommet est inférieur
à 150 gr peut être abaissé à 10 mètres ; dans ce cas, il sera autant que
possible traité comme un lacet, pour lequel on doit considérer comme
particulièrement recommandable un tracé en boucle conforme au
schéma ci-contre, qu’il est permis d’adapter à la configuration du terrain ;
un lacet se compose en principe de :
– deux éléments de courbe AB A’B’ et FG F’G’ dont le rayon sur
l’axe est d’au moins 15 mètres.
– deux éléments droits d’au moins 20 mètres,
– une courbe CDE C’D’E’ appelée tournant ;
- 13 -
LACET
Il y a lieu :
– de limiter à 6 % la pente dans le tournant,
– de donner la surlargeur à l’extérieur,
– de limiter le dévers à 4 % et de l’introduire de manière à ce que
sa présence ne résulte en des pentes localisées excessives ni
sur le bord intérieur, ni sur le bord extérieur.
7,2– Le rayon des raccordements en profil en long peut être ramené à
la moitié du rayon permis par les dispositions énoncées en 2 ci-dessus,
sauf toutefois en ce qui concerne les très petits rayons autorisés dans le
cas de coïncidence avec une courbe en plan de petit rayon, qui seront
conservés.
- 14 -
Téléchargement
Explore flashcards