Telechargé par ali hammami

endoscopie

publicité
Centre Sectoriel de Formation en Électricité et en maintenance des
Équipements Biomédicaux
THEME
ENDSCOPIE
Rapport de stage de fin formation
Elabore par : Romdhane habib
Encadrer par : Mohamed lajimi
Lieu de stage : La société ‘’Afrique Médicale’’
Période de stage : 10 avril jusqu'à 17 Juin
2017
6
Sommaire
Remerciements
Ошибка! З
Cahier de charges
Ошибка! З
Introduction générale
Ошибка! З
chapitre 1 : L’endoscopie
6
1. Introduction………………………………………………………………………………..…….7
2. Définition… ……..… ……………………………………………………………………...….…8
3. Les typesd'endoscopie………...…………..………….…………………………………….........8
4. Les domaines d’application de l’endoscopie…….……………………………..….………..….9
chapitre 2 : Étude technique du fibroscope FUJINON
16
I.Description et principe des différents types d’endoscope souple :…………………………….17
1. Lefibroscope optique……………………………………………………………………..…….18
2. Lefibroscopevidéo………………………………………………………………………………21
II.Étude technique de la fibroscope vidéo marque Fujinon………………………………...…...25
1. Schéma synoptique del’endoscope……………………………………………………….……...26
2. Études des fonctions de captage et de traitement de signal vidéo…………………….……….29
III.
Étude détaillé du capteur CCD et de la carte d’interface
CCD………………………….Ошибка! Закладка не определена.
1.Le capteur CCD…………………………………………………………………………………...35
a) Definition d’un capteur CCD…..……………………………………………………………35
b)Principe de
fonctionneme........................................................................................................Ошибка! Закладка
не определена.
c)Les types des capteurs CCD
……..………………………………………………………….Ошибка! Закладка не определена.
chapitre 3 : Maintenance et désinfection
39
I. Maintenance ………………………………………………..……………….………… .….41
II. Desinfection.....................................................................................5O
2
Conclusion
58
Remerciement
Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l’équipe technique
de
La société Afrique Médicale
et l’encadreur responsable de l’encadrement au sein de la société
M Mohamed Lajimi
pour avoir assuré la partie pratique de celle-ci. Je remercie également
M Hatem aami
pour l’aide et les conseils concernant les missions évoquées dans ce
rapport qu’elle m’a apporté lors des différents suivis. Je tiens à
remercier tout particulièrement et à témoigner toute ma
reconnaissance aux personnes suivantes, pour l’expérience
enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles m’ont fait vivre durant ce
stage au sein de
La société Afrique Médicale
Monsieur Anwar , directeur de la société , pour son accueil et la
confiance qu’il m’a accordé dès mon arrivée dans la société , Mlle
Ilhemmed el aidresponsable du service technique sans oublier
sa participation au cheminement de ce rapport M Hichem M Achref M
3
Marwen , Mme faten pourleur accueil sympathique et leur
coopération professionnelle tout au long de ce stage
Cahier des
charges
Présentation du principe de fonctionnement del
équipement rencontré sur le lieu de stage
Analyse technique de l équipement (schéma
synoptique, schéma électronique détaillé de chaque
module, etc.)
4
Les opérations de la maintenance préventive et
corrective de cet équipement
Introduction générale
Dans le cadre de stage de fin de formation en maintenance des équipements
biomédicaux, il est demandé aux stagiaires d'accomplir une période de10
semaines de stage dans une société afin d'approfondir et d'élargir leurs
connaissances pratiques et théoriques.
Mon stage s'est déroulé au sein de la société Afrique Médicale spécialisée dans la
vente et le service après vente des endoscopes marqueFUJINON durant une
période s’étendant du 10/04/2017 jusqu’au 17/06/2017.
Ce stage m’a permis de découvrir pour la première fois le travail dans une société
ainsi bien d’explorer le domaine de vidéo scopie
Ce stage a été très intéressant car j’ai acquis de nombreuses compétences ainsi
que j’ai pu mettre en pratique certaines de mes connaissances, acquises lors de
ma formation.
J’ai pratiqué plusieurs opérations de maintenances et j’ai métrisé presque tous les
outils de maintenance concernant les endoscopes et aussi bien les machines de
désinfection des endoscopes
5
Une grande liberté m’est offerte a fin de pouvoir faire les testes, manipuler
l’équipement ainsi que pouvoir aux cours et aux séances d’encadrement au
centre durant le stage
Le seul problème qui m’a croiser c’est pour les endoscopes vidéo il est impossible
d’obtenir la documentation technique concernant surtout la partie vidéo
processeu
6
1
2
3
Chapitre 1
L’endoscopie
4
5
6
7
8
9
6
i.
Introduction
L'endoscopie est une méthode d'exploration et d'imagerie médicale ou
industrielle qui permet de visualiser l'intérieur de conduits ou de cavités
inaccessible à l'œil.
L'endoscope est composé d'un tube optique muni d'un système d'éclairage.
Couplé à une caméra vidéo on peut ainsi retransmettre l'image sur un écran.
L'endoscopie peut être utilisée, soit pour le diagnostic, soit pour traiter une
maladie (endoscopie opératoire).
Le terme endoscopie est introduit dans la langue française dès 1866 après
l'invention par Des ormeaux du premier endoscope en 1852
Après, le système technique de l'endoscope vient de s'améliorer dans les années
1930, avec la mise au point d’un tube semi-flexible destiné à étudier l’intérieur de
l’estomac (gastroscope).
Vers la fin des années 1950, l’introduction de faisceaux de fibres de verre
conduisant la lumière (fibres optiques) a permis de fabriquer des endoscopes
entièrement flexibles appelés fibroscopes, élargissant considérablement les
possibilités d’emploi de cette technique. Dans les années 1960, des arthroscopies
(exploration des articulations) sont réalisés avec des instruments de l'allemand
Karl Storz; la cœlioscopie (exploration de l’abdomen) se développe également en
gynécologie.
L’apparition de caméras miniaturisées et les progrès de la vidéo dans les années
1980 ont enfin ouvert la voie à la chirurgie endoscopique en permettant de
visualiser les manipulations sur un écran.
.
6
ii.
Définition
L'endoscopie est une technique d'exploration visuelle consiste à introduire un
appareil optique pour explorer les organes, et éventuellement pratiquer des
gestes médicaux.
L'endoscope est un tuyau souple et de petit diamètre qui contient, d'une part
des fibres optiques, d’autre part, un petit canal dans lequel sont introduites des
pinces permettant de réaliser des biopsies.
iii.
Les types d'endoscopies
Parmi les endoscopes, on distingue:
a. L'endoscope rigide : et notamment celui utilisé pour explorer la vessie et la
cavité abdominale. Cet instrument est fait d'un tube métallique de 5 à 8 mm de
diamètre dont la partie proximale (partie dans laquelle l'expérimentateur
regarde) est constituée d'un oculaire et la partie distale (partie qui est introduit
dans l'organisme) est munie d'un objectif.
b. L'endoscope souple : appelé également fibroscope dont le diamètre est
plus petit que le précédent et qui est constitué de fibres de carbone ou de fibres
de verre qui possèdent la capacité de transmettre la lumière dont l'origine est une
source de lumière froide. Cette variété d'endoscope est utilisée pour explorer de
façon " douce " c'est-à-dire non traumatisante, les différentes cavités de
9
l'organisme dont l'accès serait difficile avec un endoscope rigide
Qu'elle soit faite avec des instruments souples ou rigides, l'endoscopie est utilisée
soit à visée diagnostique après avoir examiné le patient, soit pour intervenir
chirurgicalement en permettant d'effectuer des interventions complexes sans
être obligé d'inciser (ouvrir) les parois du corps humain. Elle est également
utilisée pour traiter des tumeurs de certains organes creux comme la vessie, une
augmentation de volume de la prostate, une stérilité féminine, des polypes du
gros intestin ou de l'estomac. Ces interventions, auparavant, nécessitaient un
abord chirurgical classique, elles sont de nos jours de moins en moins pratiquées.
iv.
Les domaines d’application de l’endoscopie
1) La cœlioscopie
10
Principe

Permet de visualiser de l'intérieur des organes pelviens et abdominaux.
Objectifs

Diagnostic et bilan de certaines maladies gynécologiques (tumeurs
bénignes ou malignes, endométriose).

Explorer certaines causes d'infertilité.

Traitement chirurgical de l'appareil digestif et de l'appareil reproducteur.
2) La coloscopie
Principe

Permet de visualiser l'intérieur du côlon et de la muqueuse qui le tapisse.
Objectifs

Diagnostic et suivi sous traitement de certaines maladies coliques
chroniques, de nature notamment inflammatoire.
11

Dépistage du cancer du côlon, chez des personnes à risque de cancer
colique.

But thérapeutique : polypectomie, électrocoagulation de tumeurs,
hémostase lors d'hémorragie, réduction volvulus sigmoïde.
3) La cystoscopie
Principe

Permet de visualiser l'intérieur de la cavité vésicale en passant par l'urètre.
Objectif

Rechercher l'origine d'infections urinaires récidivantes ou de saignements
urinaires.
4) L'arthroscopie du genou et de l'épaule
12
Principe

Permet de visualiser l'intérieur d'une cavité articulaire (cartilages,
ménisques, ligaments).
Objectifs

Faire le bilan de lésions qui se situe à l'intérieur de l'articulation d'origines
dégénérative ou traumatique.

Réaliser un geste chirurgical local pour traiter les lésions.
5) La fibroscopie œso-gastro-duodénale : FOGD
Principe

Permet de visualiser l'intérieur de l'œsophage, de l'estomac, du duodénum
et de la muqueuse qui les tapisse.
Objectifs

But étiologique : rechercher la cause de douleurs digestives hautes ou de
saignements digestifs visibles ou non.
13

But thérapeutique : dilatation œsophagienne, pose de prothèse
œsophagienne, destruction des tumeurs inopérables, scléroses de varices
œsophagiennes, ablation de polypes et de corps étrangers.
6) L'hystéroscopie
Principe

Permet de visualiser l'intérieur de la cavité utérine et la muqueuse qui la
tapisse.
Objectif

Rechercher l'origine d'un saignement génital, chez une femme en période
d'activité génitale ou ménopausée
7) La laryngoscopie
Principe
14

Permet de visualiser l'intérieur de la cavité laryngée.
Objectif

Dépistage de tumeur, notamment en cas de symptômes comme une
dysphonie, une dysphagie, des douleurs,…
8) La fibroscopie broncho-pulmonaire
Principe

Permet de visualiser l'intérieur le larynx et les cordes vocales, la trachée, les
bronches et la muqueuse qui les tapisse.
Objectifs

But étiologique : recherche cancer, étude bactériologique, lavage bronchoalvéolaire, enlever un corps étranger.

But thérapeutique : désencombrement bronchique, pose d'une sonde
gastrique, installation d'un médicament intra-bronchique
15
Chapitre 2Étude
technique du
fibroscope FUJINON de
type EC250HL5
16
I. Description et principe des différents types
d’endoscope souple :
L’endoscope souple appelé également fibroscope ne ressemble pas à
l’endoscope rigide. Il est plus long et souple et il a un système de béquillage qui
lui permet de remuer pour arriver à des organes dont l’accès serait difficile avec
un endoscope rigide. Cette variété d’endoscope est utilisée pour explorer de
façon plus « douce » c’est-à-dire non traumatisante, les différentes cavités de
l’organisme comme l’œsophage, les bronches, le duodénum, le canal cholédoque,
le colon, la vessie etc.
Il existe deux types de fibroscope :
 Le fibroscope optique
 Le fibroscope vidéo
17
1. Le fibroscope optique
Poignée de
commande
18
 Description interne d’un fibroscope optique :
 Un oculaire
D’où le manipulateur regarde. Il est formé par des lentilles qui est connecté avec
le câble de fibre optique. Il a un système de réglage de vue pour chaque
utilisateur
 Une poignée de commande





la commande de béquillage droite/gauche
le frein de béquillage droite /gauche
La commande de béquillage haut/bas
Le frein de béquillage haut/bas
Valve d’aspiration : son rôle est d’aspirer liquides, air, ou débris par le canal
opérateur (en rouge)
 Valve d’insufflation air/eau : son rôle est de commander l’injection de l’eau
et de l’air (en bleu)
 Canal opérateur (canal à biopsie): permet le passage des accessoires tout en
assurant l’étanchéité
 Tube d’insertion
C’est la partie du fibroscope insérée en partie ou en totalité dans le corps, il est
constitué par une gaine étanche de longueur 40 à 160 cm et de 5 à 12 mm de
diamètre, qui enveloppe une tresse et englobe les câbles de béquillage et ces
canaux : fibre de lumière, fibre optique, canal opérateur (canal à biopsie), canal
air/eau, qui sont placés d’une manière très précise.
 Zone béquillable
19
C’est la partie mobile de fibroscope, elle est située à l’extrémité du fibroscope
Zone de béquillage
Elle est constituée par une gaine étanche et souple qui enveloppe une tresse qui
lui permet de se mobiliser facilement. Cette tresse est soudée avec les files de
béquillage qui s’allongent dans le tube d’insertion d’une manière très précise. Ce
système de câblage permet d’effectuer des mouvements grâce à la commande de
béquillage qui se trouve au niveau de la poignée.
Chaque fibroscope a un degré de mobilisation et des directions précises
 Extrémité distale (tête optique)
20
Dans la tête optique, il ya :
 Deux lentilles chacune est connectée avec une fibre de lumière pour éclairer




la zone examinée
Objectif formé d’une lentille et connecté avec le câble de fibre otique
Pipette air/eau : son rôle est de laver l’objectif et de nettoyer l’endroit de la
zone examinée
Canal opérateur et aspiration pour l’introduction du pince a biopsie aussi
bien pour aspirer les déchets.
Câble de raccordement à la source de lumière (connecteur)
C’est un long câble constitué par une gaine qui enveloppe une tresse et il englobe
tous les canaux et la fibre lumière (guide lumière)
A son extrémité on trouve la prise lumière (connecteur) qui doit être connecté à
la source lumière
Le connecteur est composée de :
 raccord d’aspiration qui reçoit une source d’aspiration externe
 connecteur eau qui reçoit le tube d’alimentation de la bouteille d’eau
 connecteur d’air qui reçoit la pompe d’insufflation qui se trouve dans le
générateur de lumière.
 prise de terre
21
2. Le fibroscope vidéo
22
L’endoscope vidéo est caractérisé par son champ de vision qui est plus grand que
celui de l’endoscope optique. Le champ de vision diffère d’un endoscope vidéo à
un autre selon la différence de leur capteur CCD. Le format et la restitution des
images vont déterminer la qualité de la procédure.
 Description interne d’un fibroscope vidéo
 Une poignée de commande
Elle a les mêmes caractéristiques que la poignée de commande déjà vu
chez l’endoscope optique mais juste elle a de plus
 Trois boutons de contrôle de l’image affichée dans le moniteur
Boutons de
contrôle de
l’image affichée
dans le
moniteur
 Tube d’insertion
23
Il a les mêmes caractéristiques que le tube d’insertion déjà vu dans l’endoscope
optique mais il englobe les câbles de béquillage, la câble CCD et ces canaux : fibre
de lumière, canal opérateur (canal à biopsie), canal air/eau, qui sont placés d’une
manière très précise.
 Extrémité distale (tête optique)
la seule différence avec l’endoscope optique est au lieu
de l’objectif on trouve une lentille avant le capteur CCD.
la lentille a pour rôle de laisser une grande quantité de
lumière entrer dans le capteur CCD, ainsi l’image sera
plus claire.
On a déjà vu dans l’endoscope optique que la pipette air/ eau (busé) est toujours
orientée vers l’objectif et on la retrouve dans l’endoscope vidéo toujours orientée
vers la caméra (capteur CCD).
 Le câble de raccordement
24
Il a les mêmes caractéristiques que la câble de raccordement de l’endoscope
optique mais il englobe la câble CCD, tous les canaux et la fibre lumière (guide
lumière).
A son extrémité, on trouve le connecteur qui doit être connecté à la source
lumière et la carte set up qui doit être connecté au vidéo processeur
Connecter de
lumière
Carte setup
25
II. Etude technique de la fibroscope vidéo marque
Fujinon
1. Schéma synoptique de l’endoscope
26
Génération de
lumière froide
Affichage
Captage et
transmission de
lumière et du
signal électrique
Lumière
Traitement
de signal
vidéo
27
L’endoscope possède 4 fonctions de base :
 la génération de lumière froide pour l’éclairement des cavités cette
fonction est assurée par le générateur de lumière
La generation de
lumière froide
Lumière
 la transmission de lumière, captage et transfert de signal électrique
vers le vidéo processeur pour le traitement
Lumière
Signal
électrique
La transmission
de lumière
Captage et
transfert de
signal électrique
Organe
éclairé
28
 le traitement du signal vidéo pour le rendre directement visualisable
sur écran
Signal
électrique
Traitement du
signal vidéo
Signal vidéo
brut
 affichage du signal vidéo reçu du vidéo processeur
Signal vidéo
brut
Affichage
Image
29
2. Études des fonctions de captage et de traitement de
signal vidéo
On va s’intéresser aux fonctions de captage et de traitement de signal
vidéo réalisés par le capteur CCD et le vidéo processeur:
Cette partie est composé principalement par :
 Un capteur CCD
 Un circuit d’interface CCD, conçu pour être connecté au capteur CCD
 Un circuit de prétraitement de signal, qui est connecté au capteur
vidéo CCD via l’interface CCD
Ce circuit comprend :
- un processeur vidéo : DSP
- les premiers moyens de traitement de signal pour générer, à partir
des signaux d'image générés par le capteur vidéo, un signal vidéo
brut non directement visualisable sur un écran vidéo,
- des moyens de synchronisation pour synchroniser le capteur vidéo
et les premiers moyens de traitement de signal
 Un circuit auxiliaire comprenant des seconds moyens de traitement de
signal pour générer à partir du signal vidéo brut, au moins un type de
signal vidéo directement visualisable sur un écran vidéo,
 Une fonction des commandes opérateur pour le pilotage des moyens
de traitement de signal
La représentation de schéma en bloc de cette partie est illustrée dans la
figure suivante :
30
31
 Description détaillé :
Le processeur vidéo comprend une carte de prétraitement (3) connectée
au capteur CCD (1) par l'intermédiaire du circuit d'interface (2) et une
carte auxiliaire (5) connectée à la carte de prétraitement 3.
 Le circuit d'interface (2) est destiné à remettre en forme des signaux
de synchronisation
 transmis par la carte de prétraitement par l'intermédiaire d'une liaison
électrique (20) et à améliorer l'adaptation d'impédance du signal
électrique délivré par le capteur CCD
le signal résultant étant transmis à la carte de prétraitement par
l'intermédiaire d'une liaison électrique 15 à haute impédance.
 La carte de prétraitement (3) supporte :
 un générateur d'horloges de synchronisation (18)
 un processeur numériquede traitement de signal vidéo(13),
synchronisé par le générateur (18).
Le processeur numérique reçoit par la liaison électrique (15), le signal
électrique généré par le capteur CCD couleur 1 et adapté par le circuit
d'interface( 2), et délivre sur une liaison 16 un signal vidéo brut
analogique non directement visualisable sur un écran vidéo, mais
présentant une puissance suffisante pour pouvoir être transmis par une
liaison à basse impédance présentant de ce fait une bonne immunité
aux parasites.
Le processeur (13) de traitement de signal est avantageusement
constitué par un DSP (Digital Signal Processor) vidéo, commandé par
un signal numérique série, par exemple de type TTL provenant de la
carte auxiliaire par une liaison (27).
Le générateur (18) synchronise également le capteur CCD 1 par
l'intermédiaire de la liaison (20).
32
La carte de prétraitement (3) est reliée à la carte auxiliaire (5) par un
câble multiconducteurs 10 comprenant les liaisons (23) d'alimentation
électrique de la carte (3) et du capteur CCD (1), la liaison de commande
(27) du processeur DSP (13), et la liaison (16) de transmission du
signal vidéo analogique brut délivré par le processeur DSP 13.
 La carte auxiliaire (5) supporte :
 un dispositif d'alimentation électrique (21)
 un processeur (24) par exemple de type microcontrôleur
 un circuit de correction analogique (48)
 un circuit de correction (48)
 des encodeurs (28), (31) délivrant respectivement des signaux vidéo
utiles (30), (33), c'est-à-dire directement visualisables sur un écran
vidéo.
 Le dispositif d'alimentation (21) qui est destiné à être relié à une
source d'énergie électrique externe (22), élabore les différentes
tensions continues d'alimentation, nécessaires au fonctionnement
des cartes( 3), (5) et du capteur CCD couleur (1).
Le microcontrôleur(24), commandé par une liaison (25), (26), provenant
d'un clavier de commande (7), délivre des signaux numériques série
(27), servant à commander le processeur DSP (13).
Le circuit de correction (48) reçoit par la liaison (16) le signal vidéo
analogique brut délivré par le processeur DSP (13), à partir duquel il
génère un signal vidéo utile qui est transmis par la liaison (49) aux
encodeurs (28), (31) constituants l'interface de sortie vidéo du
processeur DSP (13).
Le signal vidéo analogique brut délivré par le processeur DSP (13)
comprend une composante luminance Y et une composante
chrominance C , ces composantes étant dites brutes parce que non en
phases et bruitées notamment par des résidus d'horloge de
synchronisation (non filtrées), mais présentant une puissance suffisante
pour pouvoir être transmis par une liaison à basse impédance
présentant de ce fait une bonne immunité aux parasites.
33
Le circuit de correction analogique (48) effectue un filtrage de type
passe-bande, et une mise en phase des composantes Y et C du signal
vidéo analogique brut, et transmet le signal vidéo utile résultant par la
liaison 49 aux dispositifs d'encodage (28), (31).
Le dispositif d'encodage analogique (28) délivre un signal vidéo
analogique utile (30) de type vidéo composite, tandis que le dispositif
d'encodage numérique (31) délivre un signal vidéo numérique utile (33),
par exemple de type USB2, les signaux vidéo (30), (33) étant
directement visualisables sur un écran vidéo.
 Le clavier de commande (7 ) est un clavier simplifié de faible
encombrement comprenant une touche (34) permettant de paramétrer
automatiquement le fonctionnement du processeur DSP (13) en fonction
de la température de couleur de la lumière délivrée par l'extrémité
distale de l'endoscope, une touche (35) permettant d'activer une
fonction de paramétrage du processeur DSP (13), cette fonction étant
préprogrammée dans le microcontrôleur (24), et une diode 36 signalant
l'activation de cette fonction.
De cette manière, la caméra vidéo d'endoscopie intégrant le processeur
vidéo selon l'invention s'adapte automatiquement à la température de
couleur du générateur de lumière auquel est connecté le faisceau de
fibres d'éclairage ou de l'endoscope, et donc in fine, en fonction du type
de lampe d'éclairage (halogène, xénon, ...) du générateur de lumière.
La mise en œuvre optionnelle d'un ordinateur portable de type PC
équipé d'une entrée USB2 connectée sur la sortie (33) de la carte
auxiliaire du processeur vidéo (5) et d'un port RS 232 connecté sur
l'entrée( 25) du microcontrôleur( 24) de la carte auxiliaire, permet à
l'utilisateur d'exploiter directement le processeur vidéo à partir de
moyens de nature informatique et de bénéficier de toutes les
potentialités de paramétrage et de réglage du DSP vidéo (13).
34
III. Étude détaillé du capteur CCD et de la carte d’interface
CCD
1.Le capteur CCD
a) Définition d’un capteur CCD
Les capteurs CCD (Charge Coupled Device in english), ou encore(Dispositif à
Transfert de Charge en français.) sont des composants électroniques semiconducteurs qui permettent de transformer l’énergie lumineuse des photons en
électrons puis en un signal vidéo numérique par l’intermédiaire d’un système de
traitement.
La surface du capteur CCD est constitué soit de multitude de photosites soit des
petites cellules élémentaires microscopiques (de 7 à 20 millièmes de millimètres
35
de coté). Ces cellules appelées "pixel" sont sensibles à la lumière et sont alignées
verticalement et horizontalement et constituent la cible où va se former l'image.
Les capteurs CCD, captent la lumière sur les petits photosites situés à leur surface.
Ils tirent leur nom de la manière dont le nombre de charges est lu après une
exposition à la lumière. La photodiode (ou photosite) est l'élément optique
sensible à la lumière, elle est rectangulaire et c'est elle seule qui capture la
lumière transitant par l'objectif.
Un photosite est constitué de semi-conducteurs de silicium dont l’ordre de
grandeur est le micromètre
b) Principe de fonctionnement
 La conversion photons – charges électriques
Le retour de la lumière est assuré par une caméra CCD dont le principe est de
transformer une énergie lumineuse en une énergie électrique.
Les informations lumineuses frappent chacun des éléments du capteur qui
constitue la surface sensible du caméscope pour être transformées en courant
électrique variable, le signal vidéo
 L’accumulation des charges et leur transfert :
L’accumulation des charges permet de relever plus précisément les données
reçues.
Les électrons s’accumulent sur chaque pixel (ce qui forme des tas d’électrons)
et au bout d’un certain temps, dit "temps d’intégration", un processus de
comptage entre en action.
36
Ce comptage a lieu par transfert des tas d’électrons d’un pixel à l’autre, le long
d’une ligne de la matrice, et ce jusqu’à ce qu’ils arrivent à une sortie, où les
électrons sont comptés pixel par pixel.
Ainsi, la lumière est transformée en impulsion électrique (à ce stade nous
sommes toujours en analogique). Ces impulsions électriques sont alors envoyées
vers un convertisseur analogique/numérique intégré au processeur, qui va
convertir ce signal numérique en signal vidéo.
 Un convertisseur capable de générer un signal vidéo
Ces impulsions électriques sont alors envoyées vers un convertisseur
analogique/numérique intégré au vidéo processeur, qui va convertir ce signal
numérique en signal vidéo qui va donner l’image sur le moniteur
c) Les types des capteurs CCD
Il existe deux types du capteur CCD :
 Capteur CCD noir/blanc
 Capteur CCD couleur
 Le capteur CCD noir/blanc
37
Les CCD noir/ blanc captaient simplement une intensité lumineuse reçue et par
conséquent l’image rendue était alors en niveaux de gris.
Lorsque la lumière vient frapper un photosite, celui-ci délivre une impulsion
électrique proportionnelle à la quantité de lumière qu'il reçoit.
Cette impulsion analogique est convertie en numérique, on obtient alors une
valeur qui correspond à un niveau de gris sur un pixel de l’image.
 Le capteur CCD couleur
Les composantes couleurs de la scène sont obtenues en plaçant une mosaïque de
filtres colorés (dépôts en couche mince de substance à base d'oxydes de silicium),
de telle sorte que chaque cellule du capteur CCD ne perçoit qu'une des trois
composantes, généralement Rouge, Verte et Bleue.
On trouve sur la figure suivante quelques exemples de filtres.
Filtrecolonne
Filtre de Bayer
Filtre de Rockwell
filtres utilisés pour les capteurs CCD
Le filtre le plus utilisé dans les technologies actuelles est le filtre de Baye. Il
permet de calculer la valeur d'un pixel à partir d'un quadruplet de photosites,
38
donnant plus de poids à la composante verte, pour laquelle l'œil présente le
maximum de sensibilité.
Remarque :
Les limitations du capteur couleur CCD sont donc liées au fait qu'il faille au moins
trois cellules pour obtenir l'information couleur complète... d'où une perte de
résolution.
39
Chapitre 3 :
Maintenance et
Désinfection
40
I. Maintenance :
1. Maintenance préventive
La maintenance préventive du matérielle est un des éléments essentiels de la
bonne marche d’un service d’endoscopie.
Il faut donc prendre toutes les mesures qui s’imposent pour obtenir une durée
d’utilisation maximale du matériel au prix d’un minimum de frais de réparation.
a) gènérateur de lumière
Un certain nombre de vérifications doivent ensuite être faites avant de brancher
la source sur la prise de courant du réseau
 Le ventilateur :Les prises d’air du ventilateur ne doivent pas être
bouchées par de la poussière, par des dépôts divers ou par un linge placé
sur la source.
 Le voltage de la source :Il doit correspondre au voltage du secteur si
non, il faut utiliser le transformateur adéquat.
 Les lampes : On vérifie La présence de l’interrupteur qui coupe
automatiquement le circuit éclectique lorsque l’on ouvre le couvercle du
compartiment des lampes et aussi on vérifie la bonne fixation de la lampe
41
 Les fusibles : Il faut repérer l’emplacement des fusibles et vérifier leur
intégrité.
 Ces vérifications faites, la source de lumière peut être branchée sur la prise de
courant du réseau
Un fois la source est mise en marche on doit vérifier :
 Transmission de la lumière à La sortie de la source
 Réglage de l’intensité lumineuse :S’assurer que la lumière
transmise varie lorsque l’on appuie sur le bouton de commande de
réglage du flux lumineux.
 Ventilation :On doit entendre le ventilateur fonctionner.
 et lavage :
- On vérifie d’abord que la pompe d’insufflation et lavage fonctionne en
plaçant la pulpe du pouce sur la sortie d’air de la source; on doit sentir un
flux d’air de force suffisante.
- On le bon déroulement du fonction lavage
Après utilisation de la source il faut :
- Nettoyer si nécessaire la surface externe de la source avec une compresse avec
de l’alcool;
- La source sera ensuite rangée dans un endroit adapté évitent température et
hygrométrie trop élevées.
42
b) les fibroscopes
Il fout s’assurer que le fibroscope est en parfait état de marche avant chaque
séance d’endoscopie.
Pour le contrôle de fibroscope les vérifications suivantes sont alors faite :
 Contrôle de la gaine d’endoscope
II l faut rechercher systématiquement d’éventuels traumatismes survenus lors de
l’utilisation antérieure du fibroscope. Il peut s’agir de morsures de la gaine par le
patient mais aussi de coudure de la gaine coincée sur le bord d’une table ou lors
du rangement du fibroscope
 Contrôle de béquillage
La commande de béquillage est manipulée avec douceur sur toute sa course dans
les deux sens. On S’assure que la portion béquillable se déplace sans résistance et
sans ressaut jusqu’aux positions maximale dans les quatre directions de l’espace.
On contrôle que les freins fonctionnent biens. On contrôle aussi le degré de
béquillage qui doit rester constant qui diffère d’un endoscope à un autre selon le
type de fibroscope.
 Contrôle du canal opérateur
43
Une pince à biopsie fermée introduite dans le canal
à biopsie doit coulisser facilement et sortir sans
difficulté à l’extrémité distale de l’endoscope.
 Contrôle de la valve du canal opérateur
Cette valve doit être parfaitement étanche pour
Éviter la fuite d’air après insufflation des cavités digestives
indispensable pour l’examen endoscopique
 Contrôle de capuchon distal :
IL faut vérifier que le capuchon protecteur distal est bien fixé à l’extrémité du fibroscope. Il faut
contrôler aussi l’état de lentilles distal et nettoyer si nécessaire par une compresse non tissée et
alcool.
 Contrôle de l’insufflation d’air, l’injection d’eau et l’aspiration
Le fibroscope peut alors être relié à la source pour contrôler l’insufflation ;le
lavage Il faut vérifier qu’il n’y a pas de trace d’humidité au niveau du connecteur
de lumière avant de l‘adapter sur la source. Ensuite on immerge l’extrémité
distale du fibroscope propre.
44
-On obture ensuite le piston d’insufflation et l’on
note la sortie de bulles d’air avec un débit suffisant.
En cas d’insufflation insuffisante
- On appuie sur la valve air/eau, et on
note la sortie d’eau avec un débit
suffisant.
- On connecte la pompe d’aspiration à l’endoscope puis on immerge la parti
distale du fibroscope dans un récipient gradué plein d’eau propre on note
l’aspiration d’eau avec un débit suffisant.
45
Contrôle du système optique et l’éclairage
Pour contrôler le système optique et l’éclairage,
- Il faut d’abord relier le fibroscope à la source de lumière et au processeur.
- Ensuite il faut vérifier l’éclairage qui doit être optimal.
- Puis il vérifier l’image qui doit être claire et nette.
46
2. Maintenance corrective
Pannes
L’image est floue
Causes
possibles
1-Les lentilles de
l’oculaire sont saler
ou il existe une
humidité entre les
lentilles d’agentif.
-2-Les lentilles qui
se trouvent dans
l’extrémité distale
sont sales ou
l’humidité existe
entre ces lentilles
Réparation
-1-2-On démonte la poignée
de l’endoscope et la partie
externe et on met
l’endoscope dans un four à
température de 50° pour
faire sécher l’humidité.
-1- changement de loculaire
-2-changement de l’objectif
Fuite au niveau du
tube d’insertion
Le tube d’insertion
est morsuré ou
couduré
Changement du tube
d’insertion
Fuite au niveau de la
gomme
Morsure ou
coudure de gaine
Changement de gomme
47
Fuite au niveau du
canal opérateur
Les point noir dans
l’image sont
supérieurs à 20%
La faiblesse de
l’intensité lumineuse
Le canal opérateur
est troué a cause
Changement du canal
des mauvaises
opérateur
utilisation des pines
Une fibre optique
cassée donne un
point noir.
Cette panne à
plusieurs causes
essentiellement la
mauvaise
manipulation du
fibroscope
-1- Il y a plusieurs
fibres de lumière
cassées.
-2- La lentille de
fibre de lumière qui
est attachée à la
tête optique est
sale
Jeu au niveau du
système de béquillage Les fils du système
de béquillage
Le degré de
s’allongent
béquillage n’est pas
exact
Changement de fibres
optiques
-1- Changement de fibres de
lumière
-2-Nettoyage ou changement
de lentille
Raccourcissement des fils
grâce à un vis qui se trouve
dans le système de
béquillage
48
1-Les fils de
béquillage sont
déchirés à cause de
la mauvaise
utilisation du
Le déplacement de la système de
portion béquillable ne béquillage
-2-Les chaines du
s’effectue plus ( au
système de
moins à deux sens)
béquillage sont
rouillées à cause
d’une fuite qui se
trouve dans
l’endoscope
Changement du système de
béquillage qui nécessite le
changement
du tube d’insertion
du canal opérateur
et de la gomme
Absence ou
insuffisance de
l’insufflation d’air.
Nettoyage du canal air/eau
avec des brosses et des
produits spéciaux.
Si le nettoyage n’est pas
efficace il faut changer la
canal air/eau.
Absence ou
insuffisance de
L’injection d’eau
L’eau et l’air ne sont
pas dirigés vers
l’objectif dans
Le canal air/eau
bouché
Le buse est bouché
-1-Le buzze n’est
pas orienté vers
l’objectif ou le
Changement du buse
-1-Orientation du buzze
49
l’endoscope optique
ou vers le capteur CCD
dans l’endoscope
vidéo
capteur CCD
-2- Absence du
buzze ou buzze en
mauvais état
-2-Mise d’un nouveau buzze
Absence de l’image
dans l’endoscope
vidéo
-1-Le capteur CCD
ne fonctionne plus
-2- Le connecteur
du capteur CCD ne
fonctionne plus
-1-Changement du capteur
CCD
Une ou bien les
lentille qui se
trouvent dans le
capuchon protecteur
distal est/sont cassée
(s)
Mauvaise utilisation Changement de lentille(s)
Le capuchon
protecteur distal est
abimé
Mauvaise
utilisation
-2- Changement du
connecteur
Changement du capuchon
50
II. Désinfection :
Introduction :
Les endoscopes sont des instruments coûteux. Des restrictions budgétaires
empêchent souvent l'achat de plusieurs appareils. De ce fait, la pression
augmente pour réutiliser plus rapidement le même instrument. Ce n'est possible
qu'en réduisant la durée de la désinfection ou du nettoyage préalable, l'aprèstraitement (rinçage, séchage) et en omettant d'entretenir l'endoscope. Le risque
d'infections exogènes en est dès lors accru.
Les infections nosocomiales posent un problème persistant en milieu hospitalier.
Le problème est compliqué par la présence en milieu hospitalier de microorganismes multi résistants et par l'existence d'agents transmissibles non
conventionnels (ATNC).
Les produits d'entretien, les appareils de lavage et de désinfection des
endoscopes sont soumis à une constante évolution. Tout nouveau produit ou
appareil doit cependant être considéré à sa juste valeur dans les conditions
journalières de travail de chaque établissement. Le problème que l'on doit
craindre avant tout est la décontamination de l'endoscope.
L'hôpital est responsable non seulement des patients, mais également du
personnel chargé de manipuler les endoscopes, du personnel chargé du
nettoyage à l'endoscopie lui-même. Cela mérite également notre attention.
Leur but est de décrire et motiver les exigences de "Bonne Pratique Clinique" lors
de l'endoscopie - avant tout pour le patient, mais également pour protéger
l'endoscopieet le personnel - et d'instaurer un consensus à ce sujet.
51
a) Nettoyage :
Le but du nettoyage est d'éliminer les souillures visibles. Ainsi les microorganismes qui se trouvent sur ou dans les souillures sont eux aussi éliminés (de
manière passive) simultanément
Le nettoyage consiste en un lavage, visant à éliminer les matières organiques
(sang, selles, sécrétions respiratoires, etc....) et les germes éventuellement
présents sur ou dans ce matériel.
Ces matières organiques empêchent la pénétration des désinfectants ou les
inactivent dans certains cas.
Le principe du nettoyage conjugue deux effets, notamment une action physicochimique des produits et une action mécanique par brossage et l’écouvillonnage
de la lumière des canaux.
b) Désinfection :
52
Elimination ou destruction de tous les micro-organismes, mycobactéries
végétatives, virus non-lipidiques ou petits virus, virus de taille moyenne ou virus à
capside ou enveloppe lipidique, spores fongiques et quelques spores
bactériennes, mais pas toutes, à un niveau suffisant pour la sécurité d'emploi de
l'endoscope et de ses accessoires chez le patient. (Noter que ceci est la définition
d'un haut niveau de désinfection.). La désinfection concerne la réduction du
nombre de micro-organismes vivants avec élimination de tout germe pathogène.
Le désinfectant idéal est efficace contre un grand nombre d'organismes y compris
les virus véhiculés par le sang et les protéines prions. Il est compatible avec les
endoscopes, les accessoires et les unités de nettoyage d'endoscopes, il est non
irritant et sans danger pour l'utilisateur ou pour l'environnement.
Les désinfectants doivent être utilisés à la température correcte, et selon les
instructions des fabricants et en accord avec les recommandations actuelles de la
littérature scientifique.
Les désinfectants devraient être testés régulièrement avec les bandes réactives
ou kits fournis par les fabricants pour une optimisation maximale de leurs
produits
c) Stérilisation :
53
Des processus validés existent pour rendre un appareillage pur, purifié, libre de
toutes formes de micro-organismes viables ou réviviables. Elle concerne la
Disparition complète de toute forme vivante de microorganisme.
d) Appareils et produits utilisés :
 Appareil
La stérilisation, la désinfection, et, dans certains cas, le nettoyage également
peuvent s'effectuer dans des appareils ou des machines à laver ou des
stérilisateurs pour les endoscopes.
On peut dire en règle générale qu'un traitement dans de tels appareils est
préférable au traitement manuel. Lors du choix d'un appareil, il y a lieu de
vérifier
si une phase de nettoyage est prévue,
si le traitement garantit une désinfection suffisante, et, le cas échéant, jusqu'à
quel niveau,
et si une stérilisation est éventuellement possible.
Il faut en tout cas opter pour les appareils entièrement automatiques et en
aucun cas pour les semi-automatiques
54

Produit
Les produits utilisés pour le nettoyage, la désinfection ou la stérilisation des
endoscopes doivent être adaptés au but visé et ne peuvent endommager le
matériel.
Les produits utilisés lors d'un traitement manuel doivent répondre aux conditions
suivantes :
Comme produit de nettoyage, on utilise plutôt des
Détergents à action enzymatique;
On évite de préférence les poudres et les produits
colorés .
Bactinylgarcin
Si l'on vise une désinfection de haut niveau chimiostérilisation), seul le
glutaraldéhyde à 2 % pour un temps de trempage de minimum 3 heures à
température ambiante entre en ligne de compte
Une désinfection de niveau II (intermediatedisinfection) s'effectue de préférence
par trempage dans du glutaraldéhyde à 2 % durant 30 minutes (à températ
ure ambiante).
Pour une désinfection ordinaire (low-leveldisinfection), un temps de 10 minutes
suffit (à température ambiante).
Les produits utilisés dans les appareils doivent également être adaptés à ceux-ci.
Plusieurs produits entrent en ligne de compte à ce niveau. L'activité doit pouvoir
être vérifiée.
e) Le traitement manuel des l’endoscope :
55
Le test d'étanchéité
Le test d'étanchéité doit être effectué avant toute désinfection. Il permet de
déceler un blocage ou une perforation interne ou externe des canaux ou de la
gaine de l'endoscope. En effet, la surpression des liquides passant dans les canaux
durant la désinfection peut endommager l'instrument, entraînant des
conséquences financières importantes.
Le testeur d’étanchéité lié à un endoscope
 nettoyage
-Faire un test d'étanchéité et de blocage
-Nettoyer toutes les surfaces, écouvillonner les canaux et les valves.
-Utiliser un écouvillon à usage unique ou autoclavable et un chiffon ou un tissu à
usage unique.
- Renouveler la solution détersive pour chaque nouvelle procédure.
- Nettoyer et rincer le bac avant la procédure suivante.
56
- Suivre les mêmes procédures pour le retraitement de tous les accessoires que
pour celui de l'endoscope
 Le rinçage avant désinfection
Le rinçage est effectué dans un second bac de mêmes caractéristiques que le
premier.
L'endoscope doit être immergé dans de l'eau de distribution.
Les éléments de l'appareil sont rincés abondamment, tout comme lors du
nettoyage.
L'éponge de nettoyage et la seringue utilisées pour le canal du déflecteur sont
jetées ainsi que l'eau de rinçage est évacuée et le bac de rinçage est nettoyé
Désinfection
-Au début on connecte l’endoscope avec le kit de désinfection et on Immerger
l'endoscope et les valves dans une solution désinfectante
- Irriguer tous les canaux avec une seringue jusqu'à élimination complète de l'air.
- Purger toutes les lumières pour éliminer les blocages d'air.
- Suivre les recommandations des fabricants en ce qui concerne le temps de
contact avec la solution..
- Enlever la solution détersive en insufflant de l'air avant de rincer.
L'efficacité de la solution désinfectante doit être testée au moins
quotidiennement avec les bandelettes réactives du fabricant.
 Le rinçage après désinfection
Le rinçage consiste en une immersion complète de l'endoscope dans une eau
stérile et une irrigation soigneuse de tous les canaux avec renouvellement
régulier de l'eau afin d'éliminer tout résidu de désinfectant qui pourrait altérer le
57
fonctionnement de l'endoscope ou occasionner une irritation de la muqueuse
explorée ou une irritation de l'oeil de l'opérateur.
 Le séchage
C'est une phase très importante pour éviter tout risque de décontamination de
l'endoscope. Il doit être complet pour la partie externe de l'endoscope ainsi que
pour les canaux internes.
Le séchage manuel correct ne peut se faire qu'à l'aide d'un pistolet à air
comprimé médical, permettant de sécher tant les canaux internes que la face
externe.
Si le séchage des canaux internes est insuffisant, il est conseillé de rincer à l'alcool
ces canaux internes et ensuite de les sécher par insufflation d'air comprimé, en
repositionnant l'endoscope à la source de lumière
 stockage
- Désassembler l'endoscope et le ranger dans un placard bien ventilé.
- S'assurer que les valves sont sèches et les lubrifier si nécessaire.
- Ranger séparément
58
Conclusion
Ainsi, j’ai effectué mon stage de fin de formation de brevet technicien
supérieur en maintenances des équipements biomédicale au sein de
l’entreprise Afrique médicale.
Lors de ce stage de 10 semaines, j’ai pu mettre en pratique mes
connaissances théoriques acquises durant ma formation, de plus, je me
suis confronté aux difficultés réelles du monde du travail ; au contrainte
de temps et de plus ou moins le manque de la documentation technique
détaillée accessible dans le domaine de l’endoscopie
Je pense que cette expérience en entreprise m’a offert une bonne
préparation à mon insertion professionnelle car elle fut pour moi une
expérience enrichissante qui m’encourage à exercer mon futur métier de
« technicien supérieur » dans le domaine maintenance biomédicale
59
Téléchargement
Explore flashcards