Guide maires 2011

advertisement
PRÉFET DU GARD
CABINET DU PRÉFET
SERVICE INTERMINISTÉRIEL DE DÉFENSE ET DE PROTECTION CIVILE
COMMISSIONS de SÉCURITÉ
Incendie / panique
Accessibilité
GUIDE PRATIQUE
à
l'USAGE des ÉLUS
2011
PRÉFET DU GARD
Mesdames et Messieurs les Maires,
J'ai l'honneur de vous présenter ce nouveau guide spécialement conçu à votre
attention (il se substitue à celui de 2005), qui présente principalement le dispositif de
prévention des risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public
(ERP).
Il vous permettra de mieux appréhender une réglementation spécifique, de cerner la
typologie des ERP, de connaître les différents acteurs de la prévention dans le département
ainsi que les instances de contrôle et de concertation susceptibles de vous assister dans
vos missions de police administrative.
Toutefois, malgré une réglementation complexe héritée des sinistres du passé, les
progrès faits tant dans la conception des bâtiments que des équipements et, sur le plan
humain, dans le domaine de la formation présagent de l’amélioration de la qualité de notre
sécurité.
Il présente aussi le dispositif mis en place pour assurer l'accessibilité des ERP aux
personnes en situation de handicap.
Enfin, il vous rappelle certaines procédures relatives aux installations qui ne relèvent
pas de la réglementation ERP mais qui font souvent l'objet de demande d'information
auprès de mes services.
Ce guide est là pour vous accompagner. Je vous en souhaite une bonne lecture.
Guide pratique 2011
Page 3/87
SOMMAIRE
1
Introduction
6
AUTORISATION DE TRAVAUX ................................................................................................................ 7
CONTACTS............................................................................................................................................... 8
POUVOIRS DU MAIRE .............................................................................................................................. 9
2
Les commissions départementales
10
CCDSA.................................................................................................................................................... 11
SYNOPTIQUE DES COMMISSIONS ....................................................................................................... 12
3
Commissions incendie / panique généralités
13
NOTION D'ERP ....................................................................................................................................... 14
CONTRÔLE DES ERP AU TITRE INCENDIE/PANIQUE............................................................................ 15
IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR...................................................................................................... 16
ERP : LISTE DÉPARTEMENTALE........................................................................................................... 17
4
Commissions incendie / panique fonctionnement
18
PRINCIPES GÉNÉRAUX ........................................................................................................................ 19
LA SOUS-COMMISSION DÉPARTEMENTALE ............................................................................................ 20
COMMISSIONS D’ARRONDISSEMENT COMMISSIONS COMMUNALES.................................................... 21
OBLIGATIONS DU MAIRE ...................................................................................................................... 22
OBLIGATIONS DES MAITRES D'OUVRAGE ET EXPLOITANTS ........................................................... 23
5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
24
AUTORISATION DE TRAVAUX COMPOSITION DU DOSSIER ............................................................. 25
AUTORISATION DE TRAVAUX COMPOSITION DU DOSSIER ............................................................. 26
ARTICULATION CCH ET CU .................................................................................................................. 27
SYNOPTIQUE DE L'INSTRUCTION D'UNE AT AVEC OU SANS PC CONCERNANT UN ERP ......................... 28
INSTRUCTION DOSSIER ERP CIRCUITS ADMINISTRATIFS................................................................. 29
DÉLAIS D'INSTRUCTION DOSSIER ERP - PC ET AT ............................................................................... 30
MODÈLE ARRÊTÉ DU MAIRE ACCORDANT AUTORISATION ..................................................................... 31
MODÈLE ARRÊTÉ DU MAIRE N'ACCORDANT PAS L'AUTORISATION......................................................... 32
6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
33
OUVERTURE AU PUBLIC D'UN ERP....................................................................................................... 34
OUVERTURE AU PUBLIC / SYNOPTIQUE ............................................................................................ 35
ER
VISITES DE RÉCEPTION / PIÈCES À FOURNIR POUR LES ERP DU 1 GROUPE ................................. 36
MODÈLE "ARRÊTÉ D’OUVERTURE" .......................................................................................................... 37
ER
VISITES PÉRIODIQUES / PIÈCES À FOURNIR POUR LES ERP DU 1 GROUPE ................................ 38
VÉRIFICATIONS TECHNIQUES RÉGLEMENTAIRES.......................................................................... 39
ERP / RECLASSEMENT ET CHANGEMENT DE TYPE......................................................................... 40
ERP : DÉCLASSEMENT EN HABITATION ................................................................................................. 41
ERP : DÉCLASSEMENT / EN HÔTEL MEUBLÉ OU CHAMBRE D'HÔTES ...................................................... 42
SUIVI D'UN ERP SOUS AVIS DÉFAVORABLE ........................................................................................ 43
LISTE DES INFRACTIONS ET SANCTIONS PÉNALES.......................................................................... 45
LETTRE DE MISE EN DEMEURE / MODÈLE ........................................................................................... 46
FERMETURE AU PUBLIC D'UN ERP....................................................................................................... 47
MODÈLE D'IMPRIME - "ARRÊTÉ DE FERMETURE"............................................................................... 48
7
Commissions incendie / panique ERP particuliers
49
ÈME
ERP DE 5 CATÉGORIE SANS LOCAUX À SOMMEIL ............................................................................... 50
ÈME
ERP DE 5 CATÉGORIE AVEC LOCAUX À SOMMEIL ............................................................................... 51
Guide pratique 2011
Page 4/87
8
ERP avec procédures particulières
52
MANIFESTATIONS EXCEPTIONNELLES OU UTILISATIONS EXCEPTIONNELLES DE LOCAUX.................... 53
TYPE CTS : CHAPITEAUX, TENTES ET STRUCTURES / TYPE SG : STRUCTURES GONFLABLES......................... 54
TRIBUNES ET GRADINS ........................................................................................................................ 55
ÉTABLISSEMENTS DE PLEIN AIR (TYPE PA) .............................................................................................. 56
EXPOSITIONS - FOIRES-SALONS TEMPORAIRES À VOCATION COMMERCIALE (TYPE T)............................... 57
PARCS DE STATIONNEMENT (TYPE PS)............................................................................................... 59
STRUCTURES D’ACCUEIL DES PERSONNES ÂGÉES ET PERSONNES HANDICAPÉES (TYPE J) ......................... 60
PETITS HÔTELS (TYPE PO).................................................................................................................... 61
CENTRES ÉQUESTRES ........................................................................................................................ 63
ÉTABLISSEMENTS PÉNITENTIAIRES ....................................................................................................... 64
GARES ACCESSIBLES AU PUBLIC (TYPE GA) ............................................................................................. 65
9
Commissions accessibilité
66
L'ACCESSIBILITÉ - GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................... 67
ACCESSIBILITÉ - AUTORISATION DE TRAVAUX................................................................................ 68
LES COMMISSIONS D’ACCESSIBILITÉ ................................................................................................ 69
BAGNOLS............................................................................................................................................... 69
LES CONTRÔLES D’ACCESSIBILITÉ.................................................................................................... 70
AUTORISATION DE CONSTRUIRE, D’AMÉNAGER OU MODIFIER UN ERP......................................... 71
10
Commission homologation enceintes sportives
72
ENCEINTES SPORTIVES - GÉNÉRALITÉS .......................................................................................... 73
ENCEINTES SPORTIVES - SYNOPTIQUE .......................................................................................... 74
11
Commission sécurité des occupants des terrains de camping
75
TERRAINS DE CAMPING - SÉCURITÉ DES OCCUPANTS .................................................................. 76
12
Commission pour la sécurité publique
77
COMMISSION POUR LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ................................................................................. 78
13
Établissements, installations, manifestations non ERP
80
INSTALLATIONS FORAINES .................................................................................................................... 81
AIRES DE JEUX....................................................................................................................................... 82
STRUCTURES FIXES OU AMOVIBLES - SOLIDITÉ À FROID .................................................................. 83
GRANDS RASSEMBLEMENTS............................................................................................................. 84
AUTRES MANIFESTATIONS ET BÂTIMENTS......................................................................................... 86
Guide pratique 2011
Page 5/87
chapitre 1
Introduction
1
Guide pratique 2011
Introduction
Page 6/87
chapitre 1
Introduction
PRÉFECTURE
DU GARD
AUTORISATION de TRAVAUX
FICHE 01
Les Établissements Recevant du Public (ERP) sont soumis à des textes
réglementaires très précis qui concernent à la fois la construction et l'exploitation des
bâtiments.
Les travaux qui conduisent à la création, l’aménagement ou la modification d’un ERP
sont soumis, au titre du Code de la construction et de l'habitation (CCH), à une
autorisation spécifique délivrée au nom de l’État par le Préfet ou le Maire.
Si ces travaux sont soumis à permis de construire au titre du Code de l'urbanisme
(CU), celui-ci vaudra autorisation de travaux au titre du CCH et les 2 procédures
seront conjointes.
L'autorisation de travaux porte à la fois sur la réglementation relative :
à la sécurité contre les risques d’incendie et de panique,
à l'accessibilité aux personnes handicapées.
Le dossier de demande est déposé en mairie. Il comprend un formulaire de
demande en 4 exemplaires, et pour chaque réglementation : un jeu de plans cotés
et une notice explicative.
Le service instructeur vérifie la complétude du dossier dans le mois qui suit son
dépôt. Dès lors, le délai d'instruction du dossier est de 5 mois.
Le service instructeur consulte les commissions compétentes afin qu’elles se
prononcent sur la sécurité incendie / panique et sur l'accessibilité aux personnes
handicapées.
A réception des avis des 2 commissions consultées, l'autorité compétente, le maire
en général, prend une décision, signe et notifie l'arrêté autorisant ou refusant les
travaux.
Les travaux ne peuvent être autorisés que s'ils sont conformes aux 2
réglementations.
Références réglementaires : Article L111.8, L123.1, R111-13 à 30 et R123.22 du
CCH
Guide pratique 2011
Page 7/87
chapitre 1
Introduction
PRÉFECTURE
DU GARD
CONTACTS
FICHE 02
Pour toute information relative aux "commissions de sécurité", vous pouvez contacter :
A – informations générales
la Préfecture
10 avenue Feuchères
30045 NÎMES CEDEX 9
Téléphone standard : 04.66.36.40.00
Service Interministériel de Défense et Protection Civile (SIDPC)
Bureau ERP
Téléphone : 04.66.36.40.54 et 40.63
B – pour la sécurité contre les risques d'incendie et de panique
le Service Départemental d'Incendie et de secours (SDIS)
982 avenue Joliot Curie
30900 NÎMES
Téléphone standard : 04.66.63.36 00
Groupement fonctionnel prévention
téléphone: 04.66.63.36.15
C – pour l'accessibilité des personnes handicapées
la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM)
89 rue Weber
CS 52 002
30907 NÎMES
Téléphone standard : 04.66.62.62.00
Service Habitat et Construction
Unité « Bâtiments durables »
téléphone: 04.66. 62.62.21
Guide pratique 2011
Page 8/87
chapitre 1
Introduction
PRÉFECTURE
DU GARD
POUVOIRS du MAIRE
FICHE
03
Le pouvoir de police générale
L'article L2212-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) confie au maire,
autorité de police générale sur le territoire de sa commune, le soin d'assurer la police
municipale et rurale sous le contrôle administratif du préfet du département.
La police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité
publiques (article L2212-2 du CGCT).
Elle comprend notamment le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire
cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux
ainsi que les pollutions de toute nature, tels que les incendies, les inondations, les ruptures
de digues, les éboulements de terre ou de rochers, les avalanches ou autres accidents
naturels, les maladies épidémiques ou contagieuses, les épizooties, de pourvoir d'urgence à
toutes les mesures d'assistance et de secours et, s'il y a lieu, de provoquer l'intervention de
l'administration supérieure.
Le pouvoir de police spéciale
"Le Maire assure, en ce qui le concerne, l'exécution des dispositions du présent chapitre"
(article R123-27 du CCH).
Le "présent chapitre" correspond aux articles R123-1 à R123-55 du Code de la construction
et de l'habitation, c'est-à-dire, à l'ensemble des règles de sécurité applicables aux ERP.
Le maire s’assure de l’application du règlement de sécurité (arrêté du 25 juin 1980 modifié et
arrêté du 22 juin 1990) contre les risques d'incendie et de panique dans les ERP.
Il dispose pour cela des moyens relevant du Service Départemental d'Incendie et de Secours
(SDIS) - articles L1424-3 et L1424-33 du CGCT.
C'est au maire qu’appartiennent les décisions d'autoriser ou de refuser la construction,
l'ouverture ainsi que la poursuite d'exploitation des ERP sur le territoire de sa commune.
En cas de carence du Maire, le Préfet peut user de son pouvoir de substitution, après mise
en demeure (article R123-28 du CCH).
La police des ERP est une police municipale spéciale.
Elle ne s'oppose pas aux pouvoirs de police générale. Néanmoins, le Maire ne peut user,
hors des cas d'urgence, de son pouvoir de police générale si celui-ci a pour effet de ne pas
respecter la procédure prévue par la police spéciale.
Guide pratique 2011
Page 9/87
chapitre 2
Les commissions départementales
2 Les commissions départementales
Guide pratique 2011
Page 10/87
chapitre 2
Les commissions départementales
PRÉFECTURE
DU GARD
CCDSA
FICHE 04
Référence – Décret du 8 mars 1995 modifié
Le décret n° 95-260 du 8 mars 1995 modifié relatif à la Commission Consultative
Départementale de Sécurité et d'Accessibilité (CCDSA) remplace le décret n° 85-988 du
16 septembre 1985.
Il apporte des modifications importantes :
- une obligation imposée aux pouvoirs publics en matière de sécurité ;
- les mises en examen des membres des commissions de sécurité ;
- une nécessaire clarification du contrôle de la solidité des structures ;
- une extension des compétences des commissions.
La CCDSA est instituée dans chaque département par arrêté préfectoral.
Le Préfet peut en outre créer des sous-commissions spécialisées, des commissions
d’arrondissement, des commissions communales ou intercommunales.
Le département du Gard dispose de 7 sous-commissions spécialisées thématiques :
• pour la sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les ERP et les IGH
• pour l’accessibilité aux personnes handicapées
• pour la sécurité des occupants des terrains de camping et de stationnement de
caravanes
• pour l’homologation des enceintes sportives
• pour la sécurité contre les risques d’incendie de forêt, lande, maquis et garrigue
• pour la sécurité des infrastructures et systèmes de transport visés à l’article 2 (7°)
• pour la sécurité publique
de 4 commissions d’arrondissement : une pour la sécurité incendie / panique et une pour
l’accessibilité dans les arrondissements d’Alès et du Vigan ;
de 6 commissions communales : une pour la sécurité incendie / panique et une pour
l’accessibilité dans les communes d’Alès, de Bagnols-sur-Cèze et de Nîmes.
La CCDSA se réunit à minima une fois par an et rend compte au préfet du fonctionnement
des sous-commissions spécialisées et des commissions communales et d’arrondissement.
Elle peut, de surcroit, être consultée par le préfet :
• sur les mesures prévues pour la sécurité du public et l'organisation des secours lors
des grands rassemblements ;
• sur les aménagements destinés à rendre accessibles aux personnes handicapées les
installations ouvertes au public et la voirie.
Guide pratique 2011
Page 11/87
chapitre 2
Les commissions départementales
PRÉFECTURE
DU GARD
SYNOPTIQUE des COMMISSIONS
FICHE 05
COMMISSION CONSULTATIVE DEPARTEMANTALE
DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE
CCDSA
7 sous-commissions
départementales spécialisées
incendie / panique
groupe de visite
secrétariat SDIS
ALES
2 commissions
d'arrondissement
secrétariat S/P
groupe de visite
LE VIGAN
ALES
BAGNOLS
NIMES
3 commissions
communales
accessibilité
secrétariat DDTM
ALES
2 commissions
d'arrondissement
secrétariat S/P
LE VIGAN
3 commissions
communales
ALES
BAGNOLS
NIMES
sécurité des occupants des terrains de camping
secrétariat SIDPC
homologation des enceintes et installations sportives
secrétariat DDCS
+ 500 places (équipements couverts) + 3 000 places (équipements PA)
risques d'incendie de forêt, lande, maquis et garrigue
secrétariat DDTM
sécurité des infrastructures et systèmes de transport
secrétariat DDTM
sécurité publique
secrétariat Cabinet du préfet
Guide pratique 2011
Page 12/87
chapitre 3
Commissions incendie / panique généralités
3 Commissions incendie / panique généralités
Guide pratique 2011
Page 13/87
chapitre 3
Commissions incendie / panique généralités
PRÉFECTURE
DU GARD
NOTION d'ERP
FICHE 06
Référence – Articles R123-1 et suivants du CCH et arrêté ministériel du 25 juin 1980 modifié
portant approbation des dispositions générales du règlement de sécurité contre les risques
d'incendie et de panique dans les ERP complété par l’arrêté du 22 juin 1990
DÉFINITION : Article R123-2 du code de la construction et de l'habitation
"… constituent des établissements recevant du public tous bâtiments, locaux enceintes dans
lesquels des personnes admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une
participation quelconque ou dans lesquels sont tenues des réunions ouvertes à tout venant
ou sur invitation, payantes ou non.
Sont considérées comme faisant partie du public toutes les personnes admises dans
l'établissement à quelque titre que ce soit en plus du personnel".
CLASSEMENT : les ERP sont classés en type (J, L, PA, …) selon la nature de leur exploitation
a) Établissements installés dans un bâtiment :
J
L
M
N
O
P
R
Structures d'accueil pour personnes âgées et personnes handicapées
Salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple
Magasins de vente, centres commerciaux
Restaurants et débits de boissons
Hôtels et pensions de famille
Salles de danse et salles de jeux
Établissements d'éveil, d'enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs
avec ou sans hébergement
Bibliothèques, centres de documentation
Salles d'expositions
Établissements sanitaires
Établissements de culte
Administrations, banques, bureaux
Établissements sportifs couverts
Musées
S
T
U
V
W
X
Y
b) Établissements spéciaux
PA
CTS
SG
PS
GA
OA
EF
REF
Établissements de plein air
Chapiteaux, tentes et structures
Structures gonflables
Parcs de stationnement couverts
Gares
Hôtels, restaurants d'altitude
Établissements flottants
Refuges de montagne
CATÉGORIE : les ERP sont classés en catégorie en fonction du nombre de personnes reçues.
ère
1 catégorie : au-dessus de 1500 personnes
2ème catégorie : de 701 à 1500 personnes
3ème catégorie : de 301 à 700 personnes
ème
4ème catégorie : 300 personnes et au-dessous, à l’exception ERP compris dans la 5
catégorie.
5ème catégorie : établissements dans lesquels l’effectif du public n’atteint pas le chiffre minimum fixé
par le règlement de sécurité.
GROUPES : les ERP sont réparties en deux groupes : le premier groupe comprend les
ère
e
e
e
établissements de 1 , 2 , 3 et 4 catégories ; le deuxième groupe comprend les établissements de
e
5 catégorie.
Guide pratique 2011
Page 14/87
chapitre 3
Commissions incendie / panique généralités
PRÉFECTURE
DU GARD
CONTRÔLE des ERP au titre INCENDIE/PANIQUE
FICHE 07
Le contrôle des établissements s'effectue lors de visites soit :
•
avant la première ouverture au public (visite de réception) à l'exception des ERP
de 5ème catégorie ne comprenant pas de locaux à sommeil
•
périodiquement suivant la fréquence définie au tableau ci-dessous
•
inopinément lors de visites organisées à la demande du préfet, du maire ou de la
sous-commission de sécurité
Les ERP de 5ème catégorie comportant des locaux à sommeil doivent être visités tous
les 5 ans.
ère
Les visites des ERP de 1 catégorie sont réalisées par la sous-commission départementale dans sa
formation plénière à savoir : la présidence est assurée par le représentant de M. le Préfet du Gard ;
les membres sont : 1 représentant de M. le Directeur des territoires et de la mer, 1 représentant de M.
le Directeur de la sécurité publique ou de M. le Colonel commandant le groupement de gendarmerie
et M. ou Mme le Maire de la commune concernée ou son représentant désigné.
ième
ième
Les visites des ERP de la 2
à la 5
catégorie avec locaux à sommeil de l’arrondissement de
Nîmes (hors ville de Nîmes) sont réalisées par le groupe de visite de la sous-commission
départementale (absence du Président). L’avis proposé par le groupe de visite sera validé lors de la
réunion mensuelle de la sous-commission départementale.
ième
ième
Les visites des ERP de la 2
à la 5
catégorie avec locaux à sommeil de l’arrondissement d’Alès
sont réalisées par un groupe de visite et l’avis proposé est validé lors de la réunion mensuelle de la
commission d’arrondissement.
ième
ième
Les visites des ERP de la 2
à la 5
catégorie avec locaux à sommeil de l’arrondissement du
Vigan sont réalisées en formation plénière de la commission d’arrondissement.
ième
ième
Les visites des établissements de la 2
à la 5
catégorie avec locaux à sommeil des commissions
communales d’Alès, de Bagnols-sur-Cèze et de Nîmes se font en formation plénière.
Guide pratique 2011
Page 15/87
chapitre 3
Commissions incendie / panique généralités
PRÉFECTURE
DU GARD
IMMEUBLE de GRANDE HAUTEUR
FICHE 08
Les Immeubles de Grande Hauteur (IGH) constituent une famille particulière. Est considéré
comme IGH tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé, par
rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de
secours et de lutte contre l’incendie :
•
à 50 mètres pour les immeubles à usage d’habitation
•
à plus de 28 mètres pour tous les autres immeubles.
Fait partie intégrante de l’immeuble de grande hauteur l’ensemble des éléments porteurs et
des sous-sols de l’immeuble.
La notion d'IGH s'applique aux habitations comme aux ERP. La construction et
l'exploitation de tels ouvrages requièrent des mesures de sécurité très contraignantes
contre les risques d’incendie et de panique.
Aucun IGH n'a été à ce jour construit dans le GARD.
Guide pratique 2011
Page 16/87
chapitre 3
Commissions incendie / panique généralités
PRÉFECTURE
DU GARD
ERP : liste DÉPARTEMENTALE
FICHE 09
Référence - Article R123-47 du CCH
Le préfet doit établir et mettre à jour chaque année la liste départementale des
ERP.
•
le préfet a délégué au SDIS l'établissement et la mise à jour de cette liste
•
son actualisation résulte de 2 sources d'information
•
elle est actualisée chaque mois, suite à l'examen des dossiers soumis en
sous-commission incendie / panique (étude et/ou visite)
•
elle est actualisée chaque année suite aux informations transmises par le
maire
•
elle peut être considérée comme fiable pour les établissements classés de la
1ère à la 4ème catégorie mais pas pour les 5èmes qui sont les plus nombreux et
dont la plupart ne sont pas soumis à visite d'ouverture ou périodique.
•
aucun texte ne prévoit que le propriétaire / exploitant informe le préfet ou la
commission de sécurité lorsqu'il procède à la fermeture de son établissement
ou au changement de son appellation.
•
cette liste est indispensable au SDIS, pour programmer les visites d'ouverture
et périodiques au cours d'une année.
•
outre un intérêt purement statistique, elle permet à l'Etat de fonder des
actions visant à améliorer sa productivité dans le cadre de sa modernisation.
Chaque année, au cours du premier trimestre, le Service Interministériel de
Défense et de Protection Civile (SIDPC) vous transmettra une copie de la liste
communale de vos ERP, arrêtée au 31 décembre de l'année N-1, pour
validation et/ou correction.
Guide pratique 2011
Page 17/87
chapitre 4
Commissions incendie / panique fonctionnement
4 Commissions incendie / panique fonctionnement
Guide pratique 2011
Page 18/87
chapitre 4
Commissions incendie / panique fonctionnement
PRÉFECTURE
DU GARD
PRINCIPES GÉNÉRAUX
FICHE 10
Référence - Articles L123-1 à L123-4 et R123-1 à R123-55 du Code de la Construction et de
l’Habitation (CCH)
Les commissions de sécurité contre les risques d’incendie et de panique examinent
exclusivement les dossiers des Établissements Recevant du Public (ERP).
Les commissions de sécurité interviennent à trois stades :
• dépôt de l’autorisation de travaux (AT) - voir fiche n° 01
• ouverture au public - voir fiches n° 23 à 26
• en cours d'exploitation - voir fiches n° 27 et 28.
Les commissions de sécurité sont un auxiliaire de l'autorité de police ayant pour
objectif premier la sécurité des personnes. Elles procèdent soit à l’examen sur dossier
soit, sur le terrain, à des visites.
Elles ont pour mission de relever :
•
tous les manquements à la réglementation dans les ERP quelle que soit leur
importance ;
•
les éventuels défauts ou carences en matière de sécurité qui pourraient causer des
atteintes corporelles aux personnes (ex : manque de moyens de secours, d’issues
de secours, de formation du personnel…) ;
•
les éléments favorisant la propagation d’un incendie dans l’établissement
(exemple : faible résistance au feu de certains éléments de construction) ;
•
les éléments rendant difficile voire impossible l’intervention des services de secours
(exemple : accès limité des engins de secours, évacuation insuffisante des
fumées…).
A l’issue de l’étude et de toute visite, la commission émet un avis FAVORABLE ou
DÉFAVORABLE dans le but d’apporter un conseil technique à l’autorité de police
compétente (généralement le maire) avant qu'il prenne sa décision et qu’il la motive.
La présence d'un élu est obligatoire pour qu'un dossier soit rapporté en commission et qu'un
avis puisse être émis par celle-ci (à défaut le dossier n'est pas examiné). En cas
d'empêchement, le maire peut faire parvenir au SDIS, un avis écrit motivé sur le dossier, au
plus tard la veille de la séance : n° de télécopie 04 66 63 36 17.
Par ailleurs le décret n° 2006-672 du 8 juin 2006 r elatif à la création, à la composition et
au fonctionnement de commissions administratives à caractère consultatif permet
aussi aux membres de celles-ci de prendre part aux débats au moyen d'une
conférence téléphonique ou audiovisuelle.
Guide pratique 2011
Page 19/87
chapitre 4
Commissions incendie / panique fonctionnement
PRÉFECTURE
DU GARD
La SOUS-COMMISSION départementale
FICHE 11
Références - Arrêté préfectoral créant et/ou modifiant la sous-commission pour la sécurité contre
les risques d’incendie et de panique dans les ERP et les IGH
PRÉSIDENT
(Préfet ou son
représentant)
MAIRE
(maire ou son
représentant : adjoint au
maire, conseiller
municipal)
• Anime et organise les débats de la sous-commission, en veillant au
respect de la règle de droit.
• Fait la synthèse des remarques.
• Soumet à délibération. Sa voix est prépondérante en cas de litige.
• Assure de l'établissement rapide de l'avis de la commission, assorti des
prescriptions et de sa transmission dans les délais réglementaires.
• Veille au suivi des avis de la commission, notamment pour les ouvertures,
pour les manifestations exceptionnelles ainsi que pour les établissements
faisant l'objet d'un avis défavorable
Autorité administrative titulaire du pouvoir de police
• Délivre l'autorisation de construire ou l'autorisation de travaux, après avis
des 2 sous-commissions (incendie / panique et accessibilité).
• Demande le passage des 2 sous-commissions avant d'autoriser, par
arrêté, l'ouverture au public, d'un établissement ou le déroulement d'une
manifestation.
• Chargé également du suivi des avis défavorables, il met en œuvre les
mesures de police, en veillant à la progressivité de celles-ci : démarches
de médiation auprès de l'exploitant, échéancier de travaux, arrêté de
poursuite d'exploitation provisoire, mise en demeure, sanctions pénales,
arrêté de fermeture.
PRÉVENTIONNISTE
(SDIS)
Rapporteur devant la sous-commission, il prépare le travail de celle-ci
• en étudiant les dossiers d'urbanisme et d'aménagement et en rédigeant
et présentant le rapport d'étude, qui sera validé ou amendé par la souscommission.
• en proposant le classement de l'établissement.
• en rédigeant et présentant à l'ensemble des membres de la souscommission, le rapport de visite, éventuellement étayé par une analyse
du risque et assorti de sa proposition d'avis.
POLICE
OU GENDARMERIE
Représentant des forces de l'ordre, le fonctionnaire assermenté
• est la caution juridique de la commission, si celle-ci rencontre des
difficultés à fonctionner normalement.
• rappelle à l'exploitant, les sanctions qu'il est susceptible d'encourir pour
non-respect des mesures prévues par le CCH en matière de sécurité et
peut constater ou faire constater, à l'issue de la sous-commission et à la
demande du maire, ces infractions.
•
DDTM
•
•
Guide pratique 2011
L'agent de la DDTM intervenant dans le cadre d'une délégation
individuelle formalisée et spécifique à cette mission, maîtrise les
aspects relatifs aux procédures d'autorisation d'urbanisme ; il éclaire la
sous-commission sur ces points.
Ce n'est pas un technicien du bâtiment et n'a donc pas compétence à
émettre un avis sur les choix techniques du constructeur.
Il connaît les procédures prévues par le CCH en matière de sécurité
Page 20/87
chapitre 4
Commissions incendie / panique fonctionnement
Commissions d’ARRONDISSEMENT
Commissions COMMUNALES
PRÉFECTURE
DU GARD
FICHE 12
Références - Arrêtés préfectoraux créant et/ou modifiant chacune des commissions
communales ou d’arrondissement pour la sécurité contre les risques d’incendie et de panique
dans les ERP et les IGH du département
Composition des commissions
COMMUNALE
ALES
ARRONDISSEMENT
BAGNOLS
NIMES
ALES
LE VIGAN
Maire ou son représentant
adjoint ou conseiller municipal
Sous-préfet
ou son représentant
Membres
SDIS
Police nationale
Maire ou son représentant
adjoint ou conseiller municipal
SDIS / DDTM
Gendarmerie ou Police
nationale
Secrétariat
Mairie
Sous-préfecture
Présidence
Rapporteur
(SDIS)
Groupement
territorial
CévennesAigoual
Groupement
territorial
Vallée du
Rhône
Groupement
territorial
GarriguesCamargue
Groupement territorial
Cévennes-Aigoual
Synthèse des compétences
Communes
d’Alès, Bagnols
et Nîmes
ERP de 1ère
catégorie et les
dérogations pour
toutes les
catégories
ème
Visite
Étude
Communes
arrondissement
Nîmes
Sous-Commission Départementale de Sécurité
Incendie/Panique
SCDSIP
Visite
Commission
communale
Commission
d’arrondissement
SCDSIP
Étude
Commission
communale
Commission
d’arrondissement
SCDSIP
ERP de 2ème à 5
catégorie
Guide pratique 2011
Autres communes
arrondissements
Alès et Le Vigan
Page 21/87
chapitre 4
Commissions incendie / panique fonctionnement
PRÉFECTURE
DU GARD
OBLIGATIONS du MAIRE
FICHE 13
• Avant l'ouverture vous devez :
1. transmettre au service instructeur les dossiers de permis de construire
(PC) ou d'autorisation de travaux (AT)
2. délivrer le permis de construire ou autoriser les travaux (non soumis au
PC) au nom de l'Etat
3. faire contrôler, par la commission de sécurité territorialement
compétente l'exécution des prescriptions et l'achèvement des travaux
avant de délivrer l'autorisation d'ouverture au public ERP à l'exclusion
de ceux classés en 5ème catégorie qui ne comportent pas de locaux à
sommeil.
4. prendre un arrêté autorisant l'ouverture au public pour tout ERP à
l'exclusion de ceux classés en 5ème catégorie qui ne comportent pas de
locaux à sommeil (possible si respect des règles de sécurité
incendie/panique et accessibilité
•
Pendant l'exploitation vous devez :
5. veiller au contrôle périodique des établissements après leur ouverture,
assisté de la commission de sécurité
6. participer ou vous faire représenter aux commissions de sécurité
relatives aux ERP de votre commune et notifier le procès-verbal à
l'exploitant
7. fixer les délais d'exécution des travaux de mise en conformité
demandés par la commission de sécurité
8. constater les infractions à la réglementation en vigueur et adresser à
l'exploitant une mise en demeure de réaliser les travaux
9. engager les poursuites pénales et prononcer la fermeture
administrative de l'établissement après mise en demeure non
respectée
10. retourner annuellement au Préfet la liste actualisée des ERP de votre
commune.
Guide pratique 2011
Page 22/87
chapitre 4
Commissions incendie / panique fonctionnement
PRÉFECTURE
DU GARD
OBLIGATIONS des MAITRES d'OUVRAGE et
EXPLOITANTS
FICHE 14
LE MAITRE D'OUVRAGE DOIT
1. respecter la procédure administrative du permis de construire ou de la
demande d'autorisation de travaux
2. constituer un dossier complet en s'assurant le concours de toute personne
compétente (architecte, maître d'œuvre)
3. prendre l'engagement à respecter les règles générales de construction et
notamment celles relatives à la solidité des ouvrages
4. solliciter suivant la catégorie de l'ERP, l'analyse préalable d'un organisme de
contrôle agréé
5. s'assurer du suivi des travaux dans le respect de la réglementation en vigueur
et recueillir tous les procès-verbaux relatifs au comportement au feu des
matériaux utilisés
6. solliciter, dès l'achèvement des travaux, le passage de la commission de
sécurité et d’accessibilité territorialement compétentes.
L'EXPLOITANT DOIT
1. maintenir l'établissement en conformité avec la réglementation en vigueur
2. faire procéder, par un organisme de contrôle agréé ou des techniciens
qualifiés, aux vérifications techniques des installations et équipements
techniques de l'établissement (électricité, éclairage, chauffage, désenfumage,
gaz, ascenseurs, moyens de secours et d'extinction…)
3. ouvrir et tenir à jour un registre de sécurité incendie en y annexant tous les
documents relatifs à la sécurité contre les risques d’incendie et de panique
4. solliciter la visite périodique de son établissement au titre de la sécurité
incendie / panique
5. se prêter aux contrôles inopinés ou périodiques auxquels il doit assister
6. déclarer en mairie tout changement à intervenir dans l'exploitation de
l'établissement (fermeture, changement de type, changement de
destination…) et déposer l'autorisation prévue à l'article L111-8 du CCH.
Guide pratique 2011
Page 23/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
5 Commissions incendie / panique procédure création ERP
Guide pratique 2011
Page 24/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
AUTORISATION de TRAVAUX COMPOSITION du
DOSSIER
FICHE 15
AUTORISATION de CONSTRUIRE, AMÉNAGER
OU MODIFIER UN ERP
Toutes les demandes d'autorisations (permis, autorisations de travaux) devront être
présentées à l'aide des formulaires, téléchargeables sur le site internet :
http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/formdomaines.htm
COMPOSITION du DOSSIER
Les dossiers transmis à la commission de sécurité doivent comporter les
éléments suivants - voir détail fiche suivante
une notice descriptive précisant les matériaux utilisés
des plans détaillés de l’ouvrage
l’engagement du maître d’ouvrage à respecter les règles de sécurité et de
solidité
La ou les solutions retenues pour l'évacuation des personnes de chaque
niveau de la construction en tenant compte des différentes situations
d'handicap (article GN 8 du règlement de sécurité contre les risques d'incendie
et de panique – arrêté du 25 juin 1980 modifié).
Ces plans et tracés, ainsi que leur présentation doivent être conformes aux normes
en vigueur.
Références réglementaires - Article R123-22 du Code de la Construction et de
l’Habitation (CCH)
Article GE 2 du règlement de sécurité pris par arrêté du 25 juin 1980 modifié
Guide pratique 2011
Page 25/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE DU
GARD
AUTORISATION de TRAVAUX COMPOSITION du
DOSSIER
FICHE 16
DOCUMENTS
A fournir
DEMANDE D’AVIS du service instructeur (bordereau d’envoi)
DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE (Imprimé Cerfa 460399)
ou AUTORISATION DE TRAVAUX (Imprimé Cerfa 100/7301)
NOTICE DE SÉCURITÉ, récapitulant les dispositions prises pour satisfaire aux
exigences du règlement de sécurité. Elle doit être signée par le Maître d’ouvrage ou du
responsable de l’établissement et ne pas être rédigée sous le timbre du bureau de
contrôle établissant le rapport final
(Articles R111-40 et R123-22 du Code de Construction et de l’Habitation et GE 2 de
l’arrêté du 25 juin 1980 modifié)
PLAN DE SITUATION
(Article R123-22 du Code de la Construction et de l’Habitation)
PLAN DE MASSE
(Article R123-22 du Code de la Construction et de l’Habitation)
PLAN DES DIFFÉRENTS NIVEAUX, sous-sol, rez-de-chaussée, rez-de-jardin et
étages,
PLAN DE COUPES ET FAÇADES.
Ces plans doivent être conformes aux normes en vigueur.
(Article R123-22 du Code de la Construction et de l’Habitation)
OPTIONNEL suivant situation
OBJET DE LA DEMANDE DE DÉROGATION avec justification aux atténuations
sollicitées et mesures compensatoires envisagées.
(Articles R123-13 du Code de la Construction et de l’Habitation et GN4 de l’arrêté du 25
juin 1980 modifié)
Déclaration ÉCRITE de l’EFFECTIF maximal des personnes admises,
déterminées par le maître d’ouvrage ou le chef d’établissement, concernant les structures
d’enseignement, les centre de vacances, administrations, banques, bureaux,
établissements sportifs couverts et en plein air, les musées et bibliothèques.
UN DIAGNOSTIC DE SÉCURITÉ de l’établissement établi par un organisme de
contrôle agréé.
(Article R123-13 du Code de la Construction et de l’Habitation et GE 7 de l’arrêté du 25
juin 1980 modifié)
UN ÉCHÉANCIER DE TRAVAUX notamment pour les dossiers d'autorisation de
travaux de mise en sécurité précisant les dates de début et de fin de chantier
Guide pratique 2011
Page 26/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
ARTICULATION CCH et CU
FICHE 17
RAPPEL :
Seuls le PC et le permis d'aménager tiennent lieu d'autorisation prévue à l'article L.111-8 du
CCH. La seule décision concernant une déclaration préalable pour un établissement
recevant du public (ERP) ne vaut pas autorisation au titre de la sécurité contre les risques
d’incendie et de panique.
Obligations du pétitionnaire
En cas d'un permis de construire, le pétitionnaire doit joindre le dossier spécifique permettant
de vérifier la conformité du projet avec les règles de sécurité incendie/panique et
d'accessibilité (pièces PC 39 et 40 ou PA 50 et 51).
En cas de travaux non soumis à PC, une demande d'autorisation de travaux doit être
déposée à la mairie, accompagnée des notices de sécurité contre les risques
d’incendie/panique et des plans du projet - voir fiches n°15 et 16.
En effet, lorsque des travaux portant sur un établissement recevant du public ne sont pas
soumis à permis de construire, il faut néanmoins recueillir l’avis de la commission de sécurité
territorialement compétente en utilisant comme support le dossier de demande d’autorisation
de travaux.
REMARQUE 1 Le service instructeur de la déclaration préalable n'a à intervenir ni
dans l'instruction ni dans la délivrance de cette autorisation. Déclarer incomplet un
dossier de déclaration préalable qui ne comporterait pas de notice de sécurité contre les
risques d’incendie et de panique serait illégal, de même que porter à deux mois son délai
d'instruction du fait qu'il s'agit d'un ERP.
REMARQUE 2 La décision concernant la déclaration préalable ne doit pas viser l'avis de la
commission de sécurité, ni faire état des prescriptions émises. Toutefois, il peut être indiqué
à titre d'observation (et donc après l'emplacement de la signature de la décision), que les
travaux ne pourront être exécutés qu'après l'autorisation de travaux délivré par le
maire au nom de l'État.
Rôle du maire
• réceptionne la demande d'autorisation de travaux du pétitionnaire et la transmet aux
secrétariats des commissions compétentes incendie / panique et d'accessibilité.
• en fin d’instruction, à réception des avis des commissions de sécurité contre les risques
d’incendie / panique et d'accessibilité, le maire prend une décision, rédige et signe
l'arrêté autorisant les travaux
•
notifie cette décision au pétitionnaire et lui transmets l'arrêté.
Références réglementaires - Articles L421-1 et L.425-3 du Code de l'Urbanisme.
Articles R111-19-13 à R111-19-26 et R 123-22 et R123-35 du CCH
Guide pratique 2011
Page 27/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
SYNOPTIQUE de l'INSTRUCTION d'une AT avec
ou sans PC concernant un ERP
FICHE 18
Pour souligner les différences entre l'instruction INCENDIE/PANIQUE et celle
concernant l'ACCESSIBILITÉ ; les 2 circuits sont mis en parallèle.
Dépot dossier en
MAIRIE
Communauté de
communes
Commune non
autonome
Commune
autonome
accessibilité
incendie / panique
DDTM
instruction
SDIS
Services
Aménagement
transmet dossier
communauté
communes
instruction
instruction
Groupement
commune
DDTM / SHC
pour instruction
Rapporteur
technicien ou élu
Rapporteur
technicien ou élu
Rapporteur
Rapporteur
Groupement
ou SDIS
DDTM
sous
commission
émet avis
sous
commission
émet avis
avis et rapport
avis et rapport
à la signature préfet qui
transmet au
à la signature préfet qui
transmet au
MAIRE
qui prend une décision
au titre du CCH
favorable
défavorable
à la délivrance du PC qui vaut
autorisation de travaux
communauté
communes
rejet demande
commune
autonome
DDTM
rédige
1 arrêté conjoint incendie/panique et accessibilité
Maire
signe un arrêté de
refus d'AT
Maire
signe l'arrêté et le PC qui vaut AT
mis à jour le 12 avril 2011
Guide pratique 2011
notification au demandeur
Page 28/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
INSTRUCTION dossier ERP CIRCUITS
ADMINISTRATIFS
PRÉFECTURE
DU GARD
FICHE 19
Le synoptique ci-dessous précise le cheminement administratif d'un dossier ERP
Préfecture
SIDPC
demandeur
suivi fichier départemental
suivi AD
Dépot dossier en MAIRIE
copie PV de chaque dossier
sous commission
départementale
instructeur mairie PC et AT
instructeur communauté cnes PC et AT
instructeur DDE PC et AT
mensuelle
F listing OdJ et convocations
A dossier d'étude ERP
G PV sous com dpt
H en retour PV de la sous com dpt + dossiers
SDIS Nimes
groupement fonctionnel prévention
H PV CAS
+ dossiers
F listing
OdJ
met à jour le fichier départemental ERP
B dossier d'étude ERP
E MàJ fichier ERP
SDIS gpts territoriaux
G PV CAS
F listing
OdJ
G PV CCS
examen des dossiers à présenter en
sous commission départementale
commission d'arrondissement
commission communale
CAS ALES
CAS LE VIGAN
organise et préside
commission mensuelle
OdJ
D convocations
C rapports d'étude + dossiers
OdJ
D convocations
C rapports d'étude + dossiers
CCS ALES
CCS BAGNOLS
CCS NIMES
organise et préside
commission mensuelle
dpt = départementale
CAS = commission d'arrondissement sécurité incendie/panique
CCS = commission communale sécurité incendie/panique
cnes = communes
gpts = groupements
MàJ = mise à jour
OdJ = ordre du jour
PV = procés verbal
Guide pratique 2011
Page 29/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
FICHE 20
DÉLAIS d'INSTRUCTION dossier ERP - PC et AT
dépôt en mairie
(autorisation et dérogation éventuelle)
début délai 5 mois si dossier complet
(pas de pièces manquantes)
récépissé délivré au demandeur
pré-analyse
identification autorité compétente
1 mois
R.111-19-22 CCH
maire
(service instructeur municipal)
étude de recevabilité du dossier
incendie/panique
éventuellement demande de pièces manquantes
réception pièces manquantes
éventuelles
début délai 5 mois
si pièces manquantes au dossier
secrétariat de la sous commission
SDIS
rapport d'étude
2 mois
R.111-19-23 CCH
réunion sous commission compétente
AVIS
non soumis à examen = avis favorable
service instructeur
dérogation
5 mois
R.111-19-22 CCH
le préfet
pas de dérogation
accorde autorisation
maire
refuse autorisation
maire
accorde autorisation
refuse autorisation
accorde autorisation
refuse autorisation
arrêté d' autorisation
arrêté de refus
d'autorisation
arrêté d' autorisation
arrêté de refus
d'autorisation
si pas d'arrêté dans les délais = autorisation tacite
Guide pratique 2011
Page 30/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
MODÈLE arrêté du maire Accordant
AUTORISATION
FICHE 21
Modèle à adapter à la situation locale
LE MAIRE
Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L2212-1 et
L2212-2 relatifs aux pouvoirs de police du Maire,
Vu le Code de la Construction et de l’Habitation,
Vu le décret n° 95-260 du 8 mars 1995 modifié relat if à la Commission Consultative
Départementale de Sécurité et d'Accessibilité,
Vu la demande d’autorisation de construire, d'aménager ou de modifier un ERP en date du
…,
Vu l’avis favorable de la commission de sécurité compétente en date du ………..
Vu l’avis favorable de la commission d’accessibilité compétente en date du ………..
ACCORDE L'AUTORISATION
Assortie des prescriptions suivantes
Prescriptions accessibilité : Les prescriptions d'accessibilité ci-jointes, émises par la
commission d’accessibilité aux personnes handicapées mentionnées dans son avis susvisé
devront être strictement respectées.
Prescriptions sécurité incendie / panique : Les prescriptions de sécurité ci-jointes, émises
par la commission de sécurité contre les risques d'incendie et de panique mentionnées dans
son avis susvisé devront être strictement respectées.
Article 1 : le demandeur peut contester la légalité de cette décision dans les deux mois qui
suivent la date de réception. A cet effet, il peut saisir le tribunal administratif de Nîmes
territorialement compétent d'un recours contentieux.
Article 2 : Ampliation de la présente décision est transmise à la préfecture du Gard, au
service départemental d'incendie et de secours et à la direction départementale des
territoires et de la mer.
Fait à …………..
, le …………..
Le Maire
Guide pratique 2011
Page 31/87
chapitre 5
Commissions incendie / panique procédure création ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
MODÈLE arrêté du maire N'accordant pas
l'AUTORISATION
FICHE 22
Modèle à adapter à la situation locale
LE MAIRE
Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L2212-1 et
L2212-2 relatifs aux pouvoirs de police du Maire,
Vu le Code de la Construction et de l’Habitation,
Vu le décret n° 95-260 du 8 mars 1995 modifié relat if à la Commission Consultative
Départementale de Sécurité et d'Accessibilité,
Vu la demande d’autorisation de construire, d'aménager ou de modifier un ERP en date du
…,
Vu l’avis défavorable de la commission de sécurité compétente en date du ………..
Vu l’avis défavorable de la commission d’accessibilité compétente en date du …….…
N'ACCORDE PAS l'autorisation de travaux
Pour les motifs évoqués par la(les) commission(s) consultée(s)
Article 1 : le demandeur peut contester la légalité de cette décision dans les deux mois qui
suivent la date de réception. A cet effet, il peut saisir le tribunal administratif de Nîmes
territorialement compétent d'un recours contentieux.
Article 2 : Ampliation de la présente décision est transmise à la préfecture du Gard, au
service départemental d'incendie et de secours et à la direction départementale des
territoires et de la mer.
Fait à …………..
, le …………..
Le Maire
Guide pratique 2011
Page 32/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
6 Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
Guide pratique 2011
Page 33/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
OUVERTURE au PUBLIC d'un ERP
FICHE 23
PRINCIPES GÉNÉRAUX et OBLIGATIONS
• Avant toute ouverture d’un ERP ou toute réouverture d’un ERP fermé
pendant plus de 10 mois, il est obligatoire que :
1. L’exploitant demande au maire une autorisation d’ouverture (hormis pour les
ERP 5ème catégorie sans locaux à sommeil)
2. Le maire doit alors saisir la commission de sécurité contre les risques
d’incendie et de panique territorialement compétente d'une demande de visite
au moins 1 mois avant la date d’ouverture au public
3. La commission de sécurité ou le groupe de visite procède à la visite de
réception dudit ERP et émet un avis transmis soit au maire si la visite a été
effectuée en formation plénière soit à la commission, pour validation, si la
visite a été effectuée par le groupe de visite, qui la transmet ensuite au maire.
4. Après réception de cet avis, au titre de la sécurité incendie/panique et au vue
de l'attestation ou de l'avis de la commission d'accessibilité, le maire autorise
ou non l’ouverture de l’ERP. Si l’ouverture est autorisée, le maire prend un
"arrêté d’ouverture"
5. Transmission de l’arrêté au service du contrôle de légalité de la préfecture (ou
de la sous-préfecture)
6. Notification de l’arrêté au pétitionnaire par le maire par voie administrative ou
par lettre recommandée avec accusé de réception
7. Ouverture au public par l’exploitant
À NOTER : si les étapes n° 3 et n° 4 ne sont pas re spectées, l’arrêté d’ouverture
n’est pas exécutoire.
Par ailleurs, des visites peuvent être effectuées par la commission de sécurité au
cours de la construction ou des travaux d’aménagement.
DOSSIER de demande d’autorisation d’ouverture
Avant toute visite, l’exploitant doit transmettre les pièces suivantes au secrétariat de
la commission de sécurité. En l’absence de l’un de ces documents, la
commission ne peut se prononcer:
Attestation du maître d’ouvrage
Attestation du bureau de contrôle lorsque son intervention est obligatoire.
Rapports relatifs à la sécurité des personnes contre les risques d’incendie
et de panique.
Références réglementaires - Articles 43, 46 à 49 du décret du 8 mars 1995 modifié
relatif à la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité.
Guide pratique 2011
Page 34/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
FICHE 24
OUVERTURE au PUBLIC / SYNOPTIQUE
EXPLOITANT
demande l'ouverture
saisine au moins 1 mois avant la date prévue
MAIRE
COMMISSION de SECURITE
ou groupe de visite
procéde à la visite
émet AVIS FAVORABLE
MAIRE
prend 1 arrêté
d'autorisation d'ouverture
au préalable le maire doit s'assurer
que le projet est conforme
aux règles d'accessibilité
émet AVIS DEFAVORABLE
MAIRE
demande à l'exploitant
des garanties
(mesures provisoires, trvx à
réaliser)
engagement de la
responsabilité du maire en
cas de sinistre
notifie par arrêté sa
décision à l'exploitant
ouverture LICITE
MAIRE
prend 1 arrêté
n'autorisant pas
l'ouverture
notifie par arrêté sa
décision à l'exploitant
ouverture ILLICITE
MAIRE
fait constater l'infraction et
sanctionne (cf fiche n° 33)
pas d'ouverture
EXPLOITANT
dépose un nouveau dossier ou
réalise travaux de mise en
conformité
Références réglementaires (sanctions pénales) - Articles L123-3 et L123-1,
articles R111-19-29 et R123-52 du CCH
Guide pratique 2011
Page 35/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
VISITES de RÉCEPTION / PIÈCES à FOURNIR
pour les ERP du 1er GROUPE
PRÉFECTURE
DU GARD
FICHE 25
DOCUMENTS A TRANSMETTRE AVANT LE JOUR DE LA VISITE
(art.48 du décret n° 95-260 du 8 mars 1995 modifié – arrêté du 25 juin 1980 modifié art. GN12, GE6,
GE7, GE9)
o Attestation du maître d’ouvrage certifiant avoir fait effectuer l’ensemble des
contrôles et vérifications techniques relatifs à la solidité conformément aux
textes en vigueur (art.46 du décret)
o
Attestation du contrôleur technique missionné par le maître d’ouvrage, faisant
apparaître le relevé des conclusions relatif à la solidité de l’ouvrage (art.46 du
décret)
o Rapport final de l’organisme de contrôle agréé relatif à la mission S, portant
sur la sécurité des personnes dans les constructions achevées, notamment
dans les domaines suivants (art.47 décret ):
1. dispositions constructives relatives à la protection contre les risques d’incendie et de
panique
2. moyens de secours
3. installations électriques
4. installations de chauffage
5. installation de gaz combustibles
6. ascenseurs et monte- charges
7. installation de fluides médicaux
8. conduits de fumée
9. portes automatiques
10. garde-corps et fenêtres basses
11. …
En l’absence de l’un de ces documents la commission ne peut procéder à la
visite et ne peut donc se prononcer (art.48 du décret du 8 mars 1995 modifié et circulaire
du 22 juin 1995 1.1.1c).
Guide pratique 2011
Page 36/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
MODÈLE "Arrêté d’ouverture"
FICHE 26
Le maire de………………………………
Vu le code général des collectivités territoriales,
Vu le code de la construction et de l'habitation et notamment les articles L 111-8-3, R 111-19-29 et R
123-46,
Vu le décret n° 95-260 du 8 mars 1995 modifié relat if à la commission consultative départementale de
sécurité et d'accessibilité,
Vu l'arrêté modifié du ministre de l'intérieur du 25 juin 1980, portant règlement de sécurité contre les
ème
risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public de la 1ère à la 4
catégorie, complété par l'arrêté du 22 juin 1990 pour les établissements recevant du public de la 5ème
catégorie,
Vu l'avis de la sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques d'incendie et de
panique dans les établissements recevant du public et les immeubles de grande hauteur (ou de la
commission de sécurité d'arrondissement ou de la commission communale de sécurité) du…………
Vu l'attestation d'accessibilité du ………………
ARRÊTE
Article 1er :
L'établissement….(nom de l’ERP), de type...(type de l’ERP)...et de …(catégorie de l’ERP).ème
catégorie, sis...........(adresse de l’ERP)................................................ est autorisé à ouvrir au public.
Article 2 :
L'exploitant est tenu de maintenir son établissement en conformité avec toutes les dispositions
concernant la sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les ERP et pour l'accessibilité
aux personnes handicapées.
Tous les travaux qui ne sont pas soumis à permis de construire mais qui entraînent une modification
de la distribution intérieure ou nécessitent l'utilisation d'équipements, de matériaux ou d'éléments de
construction soumis à des exigences réglementaires, devront faire l'objet d'une demande
d'autorisation. Il en sera de même des changements de destination des locaux, des travaux
d'extension ou de remplacement des installations techniques, et des aménagements susceptibles de
modifier les conditions de desserte de l'établissement.
Article 3 :
Le présent arrêté sera notifié à l'exploitant. Une ampliation sera transmise à :
⇒ M. le préfet (ou sous-préfet de l'arrondissement),
⇒ M. le commandant de la brigade de gendarmerie (ou M. le commissaire de police).
Fait à ..........................., le………
Guide pratique 2011
Page 37/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
VISITES PÉRIODIQUES / PIÈCES à FOURNIR
pour les ERP du 1er GROUPE
FICHE 27
DOCUMENTS A PRÉSENTER EN DÉBUT DE VISITE
(Code de la Construction et de l’Habitation art. R123-43, R123-44, R123-48
Arrêté du 25 juin 1980 GN12, GE6, GE7, GE9)
o Registre de sécurité comportant les renseignements indispensables aux
éléments de sécurité, notamment :
1. l’état du personnel chargé du service de sécurité
2. les diverses consignes, générales et particulières, établies en cas
d’incendie
3. les dates des divers contrôles et vérifications ainsi que les observations
auxquelles ceux-ci ont donné lieu
4. les dates des travaux d’aménagement et de transformation, leur nature
… (art. R123-51 du Code de la Construction et de l’Habitation)
Et/ou
o Rapport de vérifications des installations techniques, établi par une personne
ou un organisme agréé selon le tableau de périodicité (cf. fiche suivante récapitulatif des vérifications techniques réglementaires)
o Attestation de vérification des installations techniques, établie par un
technicien compétent selon le tableau de périodicité (cf. fiche suivante récapitulatif des vérifications techniques réglementaires).
Références réglementaires - Code de la Construction et de l’Habitation art. R12343 , R123-44 , R123-48 - Arrêté du 25 juin 1980 modifié GN12, GE6, GE7, GE9
Guide pratique 2011
Page 38/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
VÉRIFICATIONS TECHNIQUES
RÉGLEMENTAIRES
FICHE 28
Documents à présenter pour les ERP du 1er groupe de la 1ère à la 4ème catégorie
Registre de sécurité.
ANNUELLEMENT PAR UN TECHNICIEN COMPÉTENT :
Relevé des Vérifications
Compartimentage (clapet et portes CF),
Porte automatique, contrat d’entretien et contrôle,
Désenfumage naturel et mécanique,
Chauffage, ventilation, réfrigération, climatisation, conditionnement d’air,
installation d’eau chaude, nettoyage et ramonage,
Installations de gaz combustibles et les appareils d'utilisation,
Gaz médicaux,
Installations électriques,
Groupes électrogènes,
Éclairage de sécurité,
Ascenseurs (6 semaines, semestrielles, annuelles), escaliers mécaniques et
trottoirs roulants, contrat d’entretien,
Appareils de Cuisson ou de remise en température et dispositif d’extraction des
fumées
Moyens de Secours contre l'incendie (extincteurs, RIA, S.S.I. contrat d’entretien /
alarme, systèmes d’extinction automatique).
ANNUELLEMENT PAR UN ORGANISME AGRÉE :
Rapport de Vérifications Réglementaires en Exploitation (RVRE)
Escaliers mécaniques et trottoirs roulants.
-
TOUS LES 3 ANS PAR UN ORGANISME AGRÉE :
Rapport de Vérifications Réglementaires en Exploitation (RVRE)
si SSI A ou B
DésenFumage mécanique,
Moyens de Secours (SSI A ou B / alarme, systèmes d’extinction automatique).
Communications radioélectriques en mode relayé.
TOUS LES 5 ANS PAR UN ORGANISME AGRÉÉ :
Rapport de Vérifications Réglementaires en Exploitation (RVRE)
Ascenseur.
SI CHANGEMENT D’UN S.S.I. A OU B AVEC AU MOINS 1 ASSERVISSEMENT :
Essai foyer type obligatoire avant réception,
Rapport de Vérifications Réglementaires Après Travaux (RVRAT) de l’organisme
agréé
PV de réception technique du coordinateur SSI.
Lors des visites périodiques effectuées par les commissions de sécurité, toutes
dispositions doivent être prise par l’exploitant pour permettre le contrôle efficace des
moyens de secours.
A cet effet, la direction doit mettre en place le personnel compétent et le matériel
nécessaire aux essais de fonctionnement.
Guide pratique 2011
Page 39/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
ERP / RECLASSEMENT et CHANGEMENT de
TYPE
FICHE 29
1 - RECLASSEMENT d'un ERP
Il s’agit ici de revoir la catégorie (1ère à 5ème) à laquelle appartient l’ERP, suite à une
augmentation ou à une diminution de l’effectif reçu et admissible, constaté souvent
par la commission lors de la visite périodique de l’établissement.
Procédure de reclassement :
L’exploitant doit déposer en mairie un dossier spécifiant le nouvel effectif
total
Ce dossier est examiné par la commission compétente pour valider un
nouveau classement (déclassé en catégorie inférieure ou classé en
catégorie supérieure)
Le maire informe l’exploitant par la transmission de la copie du procèsverbal
L’exploitant est alors tenu à la réglementation relative à ce nouveau
classement (niveau de sécurité et périodicité des visites)
2 – CHANGEMENT de TYPE d'un ERP
Il s’agit ici d’un changement d’activité de l’ERP, par exemple un ERP de type S
(bibliothèque) se transformant en un ERP de type R (établissement d’enseignement)
Procédure de reclassement :
Si des travaux sont nécessaires, l’exploitant doit déposer une demande de
permis de construire ou une autorisation de travaux à la mairie.
Dans le cas contraire, l’exploitant est quand même tenu de déposer en
mairie un dossier spécifiant la nouvelle activité et les caractéristiques s’y
rapportant
Dans les 2 cas, le dossier est examiné par la commission compétente pour
validation
Le maire informe l’exploitant de la décision par la transmission de la copie
du procès-verbal ou d’un arrêté d’autorisation de travaux (ou de refus)
L’exploitant est alors tenu à la réglementation relative à ce changement de
type (niveau de sécurité et périodicité des visites)
Le SDIS met à jour le fichier départemental des ERP.
Guide pratique 2011
Page 40/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
ERP : DÉCLASSEMENT en habitation
FICHE 30
Le seuil à partir duquel les structures avec hébergement relèvent de la
réglementation des ERP est fixé comme suit :
•
•
hébergement pour personnes âgées ou handicapées : 7 personnes
autres bâtiment ou locaux d’hébergement :
16 adultes
7 mineurs (hors famille)
En dessous de ces seuils, les établissements relèvent de la réglementation
"Habitation " (arrêté du 31 janvier 1986).
Relèvent également de la réglementation "Habitation", les structures comportant des
unités de vie (cuisine, salon - chambre, salle de bains) apparentées à du logement
tels que :
•
les villages vacances, les résidences de tourisme, l’habitat de loisirs à gestion
collective…
•
toutefois, dans ces structures, les locaux à usage collectif de plus de 50
m² (salons, salles de jeux, salles polyvalentes, restaurants…) sont assujettis
à la réglementation des ERP.
Les foyers logements pour personnes âgées ou handicapées font l’objet d’une
évaluation réalisée par leur organisme de tutelle (ARS ou Conseil général) qui, selon
le niveau de dépendance des résidents (indicateurs GMP et GIR1/2), détermine la
réglementation applicable, « ERP » ou « Habitation ».
Cette information est transmise annuellement au Préfet.
Démarches de déclassement
L’exploitant doit mettre l'ancien ERP en conformité avec la réglementation
habitation (règlement de sécurité contre l’incendie dans les habitations pris
par arrêté du 31 janvier 1986)
Pour ce faire, si des travaux sont nécessaires, l’exploitant doit déposer une
demande de permis de construire ou une déclaration de travaux à la mairie
Le maire informera le SDIS du déclassement de l'ERP afin que celui-ci
mette à jour le fichier départemental des ERP
Guide pratique 2011
Page 41/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
ERP : DÉCLASSEMENT / en hôtel meublé ou
chambre d'hôtes
FICHE 31
Hôtel : déclassement en HÔTEL MEUBLÉ
Dépôt en mairie par l’exploitant des pièces suivantes transmises à la
commission de sécurité compétente :
-
copie d'inscription au registre du commerce spécifiant le caractère
"habitation" du bâtiment
copie d'un bail
attestation de paiement de la taxe d’habitation
attestation d'une durée de présence de locataires significative
Au vu de ces éléments, la commission rédige un procès-verbal de
déclassement de l’établissement et en transmet une copie au maire et à
l’exploitant.
Hôtel : déclassement en CHAMBRE D’HÔTES
L’exploitant doit déposer en mairie un dossier de déclassement de son
ERP avec descriptif de la nouvelle installation (nombre de chambres et de
public reçu, conditions hébergement…). Cette étape est primordiale afin de
vérifier que ce déclassement est réalisable
Ce dossier est examiné par la commission de sécurité compétente pour
valider ou rejeter le déclassement en chambre d’hôtes, avec rédaction
d’un procès-verbal d’avis
Le maire informe l’exploitant de la décision par la transmission de la copie
du procès-verbal.
ATTENTION
L’exploitant est tenu de mettre son ERP en conformité avec la réglementation
habitation (règlement de sécurité contre l’incendie dans les habitations pris par arrêté
du 31 janvier 1986).
Par ailleurs dans le cadre de ses pouvoirs de police, le maire peut avec le
concours du SDIS (préventionnistes) contrôler, lors d’une visite, l’exploitant et son
installation, afin de s'assurer de la sécurité.
INFOS UTILES
Pour toutes les procédures citées ci-dessus, le maire peut s’informer auprès du SDIS
- voir la fiche n° 02 .
Informations sur les chambres d’hôtes :
http://www.nîmes.cci.fr
http://www.gard.gouv.fr
Guide pratique 2011
Page 42/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
SUIVI d'un ERP sous AVIS DÉFAVORABLE
FICHE 32
Chaque établissement sous avis défavorable est un cas spécifique. L'avis de la
commission de sécurité, appuyé par une analyse du risque, doit guider le maire dans la
mise en œuvre de son pouvoir de police.
En tout état de cause, le principe de progressivité des mesures doit être retenu : la
fermeture d'un établissement constitue l'ultime étape, véritable constat d'échec tant pour
l'exploitant que pour l'autorité publique.
MESURES
VISITE par la
COMMISSION de sécurité
compétente
NOTIFICATION DE L'AVIS
DÉFAVORABLE
À LA COMMUNE
NOTIFICATION DE L'AVIS
DÉFAVORABLE À
L’EXPLOITANT
MESURES DE
MÉDIATION
Elles sont nombreuses et
doivent être privilégiées
aux autres voies plus
répressives
SANCTIONS PÉNALES
ACTIONS
En formation "groupe de visite", elle rend un rapport avec
une proposition d'avis (examiné ensuite lors d’une réunion
en formation plénière une fois par mois).
En formation "plénière", elle rend un compte rendu sur place
puis un procès verbal avec avis conclusif.
Le secrétariat de la commission de sécurité transmet à la
commune le procès verbal avec les prescriptions et/ou non
conformités, accompagné d'une lettre de demande de suivi.
Courrier du maire appelant l'attention de l'exploitant sur :
-
les non-conformités constatées
la nécessité d'y remédier (en réalisant les travaux ou en
effectuant le contrôle technique des installations).
-
Entretien avec l'exploitant
Cas simple : échéancier de travaux
Cas complexe : schéma directeur de mise en conformité
ou en sécurité où des priorités doivent être proposées
puis validées par la commission de sécurité compétente
Arrêté(s) provisoire(s) autorisant la poursuite de
l'exploitation. Cet arrêté vise l'échéancier de travaux, le
schéma directeur ainsi que le respect de ces derniers.
-
Contraventions :
- Prévues par les articles R152-4 et R152-5 du CCH pour
les ERP.
- Prévues par les articles R152-1, R152-2 et R152-3 du
CCH pour les IGH.
- Elles peuvent faire l'objet d'amendes de 1.500 euros par
infraction constatées, à 3.000 euros en cas de récidive.
Les sanctions pénales doivent être privilégiées à la
fermeture de l'établissement (CE 28/04/76 DAME
DEWITCH).
Guide pratique 2011
Page 43/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
-
ARRÊTÉ DE
FERMETURE
SAISINE DU TRIBUNAL
DE GRANDE INSTANCE
EN RÉFÉRÉ
D'HEURE EN HEURE
Sauf en cas d'urgence, nécessité du respect de la
procédure contradictoire, formalité substantielle.
- L'exploitant doit être « mis à même de présenter les
observations écrites, et s'il le demande, entendu avec
l'assistance d'un mandataire de son choix ».
- Le Maire doit, préalablement, sauf urgence, mettre en
demeure l'exploitant de respecter les règles de sécurité
(travaux, contrôles réglementaires à effectuer) dans un
délai qu'il aura fixé. La mise en demeure doit être visée
dans l'arrêté de fermeture.
- L'arrêté doit être motivé en droit (textes applicables
CGCT, CCH) et en fait (rappel des non conformités
majeures).
- Il doit uniquement s'appuyer sur les règles de sécurité
contre les risques d'incendie et de panique au nom du
principe d'indépendance des réglementations (conseil
d'État 10/05/95 DUQUESNE).
- La mesure prise par l'autorité de police doit être
proportionnée au danger : l'arrêté de fermeture doit être
partiel si les non-conformités ne portent que sur une
partie de l'établissement (Conseil d'État 26/06/96 M.
COUTREAU).
- L'autorité de police doit s'assurer de la permanence du
danger à la date de sa décision.
- Pour obtenir une décision de fermeture sous astreinte
financière
Elle ne peut être appliquée que lorsque les sanctions
pénales et l’arrêté de fermeture se sont révélés sans effet.
Le Conseil d'État reste opposé à l'utilisation de cette
procédure pourtant mise en œuvre en matière d'ERP (ex :
grande arche de la Défense avril 1999).
- L'exécution par la force est une voie d'exception. La voie
d'action normale doit rester la voie pénale.
En l'espèce, seule une situation d'urgence autorise le
EXÉCUTION
recours à l'exécution par la force (ex : apposition de scellés).
FORCÉE OU EXÉCUTION
L'exécution par la force doit être strictement limitée aux
D'OFFICE
mesures indispensables au rétablissement de la sécurité
(fermeture partielle)
(TC 1902 Sté immobilière St JUST).
Pour mémoire autres mesures relevant de réglementations différentes
PÉRIL GRAVE ET IMMINENT
(art L2212-4 du CGCT)
ÉDIFICES MENAÇANT RUINE
(art L2213-24 du CGCT)
Le maire prescrit l'exécution de mesures de sûreté
exigées par les circonstances.
Il informe d'urgence le représentant de l'État et lui
fait connaître les mesures qu'il a prises.
Le maire peut prescrire la réparation, démolition
des bâtiments ou édifices menaçant ruine.
Procédure de péril imminent (L511-3 du CCH) et
péril ordinaire (L511-2 et 3 du CCH)
Références réglementaires - Articles spécifiés pour chaque cas dans le tableau ci-dessus
Guide pratique 2011
Page 44/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
LISTE des INFRACTIONS et SANCTIONS
PÉNALES
FICHE 33
Le tableau ci-après récapitule les principales infractions qui peuvent être commises par
les propriétaires ou exploitants d’ERP et que les gendarmes ou policiers peuvent relever.
Textes de référence
Infraction à constater
ème
(amende contravention 5
classe – 2 mois de prison si récidive)
R152-6 et R123-21 al 3 du
CCH
Défaut de déclaration au maire de changement dans la direction
unique d’un groupe d’établissements.
R152-6 et L111-8 du CCH
Défaut d’autorisation de travaux.
R152-6 et R123-22 du CCH
Défaut d’envoi au maire des renseignements de détail concernant
les installations électriques, de gaz, d’éclairage, de chauffage et de
secours contre l’incendie.
R152-6 et R123-43 du CCH
Défaut de vérification périodique des installations ou équipements.
R152-6 et R123-44 du CCH
Défaut de présentation à la commission de sécurité des rapports
de vérifications techniques réglementaires.
R152-6 al 2 et R123-45 al 2
du CCH
Ouverture d’un ERP sans visite préalable par la commission de
sécurité (une infraction par jour d’ouverture)
R152-6 al 2 et R123-46 du
CCH
Ouverture d’un ERP sans autorisation municipale (une infraction
par jour d’ouverture)
R152-6 al 3 et R123-7 al 2 du
CCH
Établissement ne disposant pas de deux sorties au moins.
R152-6 al 3 et R123-8 du
CCH
Défaut d’éclairage électrique ou d’éclairage de sécurité.
R152-6 al 3 et R123-9 du
CCH
Stockage, distribution ou emploi de produits explosifs ou toxiques,
de liquides inflammables, sauf dispositions contraires du règlement
de sécurité.
R152-6 al 3 et R123-11 du
CCH
Défaut de dispositif d’alarme, d’un service de surveillance ou de
moyens de secours appropriés.
R152-7 et R123-45 et R12348 du CCH
Obstacle aux visites de la commission de sécurité.
R152-7 al 2 et R123-49 al 1
du CCH
Absence de l’exploitant ou de son représentant lors de la visite de
la commission de sécurité.
R152-7 al 2 et R123-51 du
CCH
Défaut de registre de sécurité.
Guide pratique 2011
Page 45/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
Lettre de MISE en DEMEURE / MODÈLE
FICHE 34
Lettre de mise en demeure du maire à l’exploitant avant fermeture
administrative
Madame, Monsieur,
La sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques
d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public et les immeubles
de grande hauteur (ou la commission de sécurité d'arrondissement ou la commission
communale de sécurité) a visité le............................... l’établissement...........................
type...........................catégorie...................
Il s'avère que l'état des locaux de votre établissement présente un danger
pour les personnes qui l’occupent. Des carences sur le plan de la sécurité incendie ont
ainsi été constatées : …………..(parties à développer)……………………………………..
Cette situation a conduit la commission de sécurité à émettre un avis
défavorable à la poursuite de l'exploitation de votre établissement ; vous trouverez cijoint le procès-verbal portant avis de cette commission.
Compte tenu de ce qui précède, je vous invite à fermer votre établissement
dans le délai de............, faute de quoi je serai amené à prononcer sa fermeture en
application de l'article R123-52 du code de la construction et de l'habitation.
Pour pouvoir ensuite rouvrir, vous devrez remédier aux anomalies
constatées. Je vous rappelle que tous les travaux qui ne sont pas soumis à permis de
construire mais qui entraînent une modification de la distribution intérieure ou
nécessitent l'utilisation d'équipements, de matériaux ou d'éléments de construction
soumis à des exigences réglementaires, devront faire l'objet d'une autorisation de ma
part. Il en sera de même des changements de destination des locaux, des travaux
d'extension ou de remplacement des installations techniques, et des aménagements
susceptibles de modifier les conditions de desserte de l'établissement. Je ne délivrerai
cette autorisation qu'après avoir recueilli l'avis de la commission de sécurité.
A l'issue de la réalisation de ces travaux, votre établissement ne pourra
rouvrir que s'il fait l'objet d'une nouvelle autorisation de ma part, délivrée après avis de la
commission de sécurité compétente.
Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, .............................
 Cette mise en demeure est notifiée par lettre recommandée avec accusé de
réception ou par voie administrative.
 Y adjoindre obligatoirement la copie du dernier procès-verbal de visite
spécifiant l’avis défavorable de la commission.
Guide pratique 2011
Page 46/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
FERMETURE au PUBLIC d'un ERP
FICHE 35
DEUX SITUATIONS
pour non respect des règles de
sécurité ERP
ARRETE de FERMETURE
pris par le MAIRE
en application de ses pouvoirs de police
autres raisons
(faillite, arrêt activité, immeuble menaçant ruine ...)
fermeture par l'exploitant
qui en informe le maire
ou constat lors d'une visite périodique
NOTIFICATION de l'arrêté à
l'exploitant
COPIE de l'arrêté au préfet et au
SDIS
Maire en informe le préfet et le SDIS
OBLIGATION : la fermeture d’un ERP doit faire l’objet d’une lettre ou d’un arrêté
de fermeture. Un établissement fermé depuis plus de dix mois doit faire l’objet
d’une visite d’ouverture.
Le seul constat de fermeture ne vaut pas arrêté ou information administrative (lettre).
Cette information est indispensable pour la mise à jour du fichier départemental
des ERP par le SDIS.
En cas de non exécution par l’exploitant d’un arrêté de fermeture, le maire peut
faire constater l’infraction et dresser un procès-verbal. L’exploitant encoure une
amende de 3.750 €.
Références réglementaires - Infraction à un arrêté de fermeture, articles L123-4 et
R123-52 du Code de la Construction et de l’habitation (CCH)
Guide pratique 2011
Page 47/87
chapitre 6
Commissions incendie / panique suivi de l'ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
MODÈLE D'IMPRIME - "Arrêté de FERMETURE"
FICHE 36
Arrêté du ……… prononçant la fermeture de l’établissement …………
Le maire,
Vu le code général des collectivités territoriales notamment son article L 2212-2,
Vu le code de la construction et de l'habitation et notamment ses articles R 123-27 et R 123-52,
Vu le décret modifié n° 95-260 du 8 mars 1995 relat if à la commission consultative départementale de
sécurité et d'accessibilité,
Vu l'arrêté modifié du ministre de l'intérieur du 25 juin 1980, portant règlement de sécurité contre les
ème
risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public de la 1ère à la 4
ème
catégorie, complété par l'arrêté du 22 juin 1990 pour les établissements recevant du public de la 5
catégorie,
Vu l’arrêté préfectoral n° 2011133-0032 du 13 mai 2 011 portant constitution et fonctionnement de la
commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité,
Vu l'avis défavorable à la poursuite de l'exploitation émis par la sous-commission départementale pour
la sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public et
les immeubles de grande hauteur (ou de la commission de sécurité d'arrondissement ou de la
commission communale de sécurité) le ............
Considérant que la lettre de mise en demeure adressée le ............ à M................................. exploitant
de...........................................................est restée sans résultat,
Considérant que l'état des locaux de l’établissement susnommé compromet gravement la sécurité du
public et fait obstacle à son maintien en exploitation du fait notamment de .............................................
(motivation à développer conformément à la loi du 11 juillet 1979 en cohérence avec l’analyse des
risques d’incendie de la commission de sécurité)
ARRÊTE
Article 1er :
L'établissement.................................., de type……..et de ….…catégorie, sis ………….….. à ................
sera fermé au public à compter de la notification du présent arrêté à l'exploitant de l'établissement.
Article 2 :
La réouverture des locaux au public ne pourra intervenir qu'après une mise en conformité de
l'établissement, une visite de la commission de sécurité et une autorisation d'ouverture délivrée par
arrêté municipal.
Article 3 :
La présente décision pourra faire l’objet d’un recours devant le tribunal administratif de Nîmes dans un
délai de deux mois à compter de sa notification. Elle peut également faire, dans les mêmes conditions
de temps, l’objet d’un recours gracieux auprès de l’autorité qui l’a délivrée.
Article 4 :
M. le commissaire de police (ou M. le chef de la brigade de gendarmerie) ainsi que l’exploitant de
l’établissement susvisé sont chargés, chacun en ce qui le concerne, d’assurer l'exécution du présent
arrêté qui sera notifié par voie administrative ou par lettre avec accusé de réception à l’exploitant. Une
ampliation sera également transmise à :
- M. le Préfet (ou Sous-Préfet de l'arrondissement)
- M. le directeur du service départemental d’incendie et de secours
- M. le directeur départemental des territoires et de la mer
Fait à ..........................., le ………
Guide pratique 2011
Page 48/87
chapitre 7
Commissions incendie / panique ERP particuliers
7 Commissions incendie / panique ERP particuliers
Guide pratique 2011
Page 49/87
chapitre 7
Commissions incendie / panique ERP particuliers
PRÉFECTURE
DU GARD
ERP de 5ème catégorie SANS locaux à SOMMEIL
FICHE 37
Les établissements à très faible capacité d’accueil sont classés en 5ème catégorie
(boulangerie, librairie, snack bar, auto école…).
Dans la grande majorité des cas, ces établissements ne présentent pas de risques
pour le public en matière de sécurité incendie et panique.
De fait, réglementation et jurisprudence du Conseil d’État n’imposent pas de visite de
ces établissements dès lors qu’ils ne disposent pas de locaux d’hébergement. Selon
l’article R123-45 du CCH, l’exploitant d’un petit établissement peut ouvrir au public
sans demander l’autorisation du Maire et sans déclaration d’ouverture.
Compte tenu de ce qu’il précède, il convient :
-
D’étudier les demandes de permis de construire et d’autorisation de travaux en
commission de sécurité.
Cette mesure permet de s’assurer d’une part du classement réel de
l’établissement et d’autre part d’établir les conditions de sécurité minimales tant
au moment de la conception que du fonctionnement futur de l’établissement.
-
De n’effectuer AUCUNE VISITE sur le terrain à l’exception de cas particuliers
pour lesquels la nécessité en terme de sécurité incendie a été clairement
identifiée.
En effet, en cas de danger avéré ou de fortes présomptions sur l’existence de
risques pour le public, le Maire peut demander une visite de la commission de
sécurité à titre exceptionnel.
Cette demande devra être clairement motivée pour permettre au secrétariat de
la commission de sécurité de déclencher cette visite de contrôle.
Remarque :
Ces dispositions réglementaires liées aux établissements de 5ème catégorie permettent
d’utiliser au mieux les commissions de sécurité en établissant une hiérarchisation des visites
selon le risque potentiel présenté par les établissements.
Dans l’absolu, la priorité est donnée aux établissements disposant de locaux à sommeil puis
à ceux des 4 premières catégories.
Guide pratique 2011
Page 50/87
chapitre 7
Commissions incendie / panique ERP particuliers
PRÉFECTURE
DU GARD
ERP de 5ème catégorie AVEC locaux à SOMMEIL
FICHE 38
Les établissements de 5ème catégorie avec locaux à sommeil concernent
principalement les petits hôtels, structures d'hébergement d’une capacité supérieure
à 15 personnes adultes ou à 6 enfants.
L’expérience démontre que les incendies dans ces établissements sont parmi les
plus meurtriers.
Si les différentes réglementations instaurées par les arrêtés du 23 mars 1965, du 4
novembre 1976 et du 22 juin 1990 imposaient des mesures de sécurité rétroactives,
aucune visite de commission de sécurité sur les lieux n’était obligatoire.
Ce n’est que depuis la parution de l'arrêté du 8 novembre 2004 (suite à l'incendie
du centre équestre de Lescheraines) que les commissions de sécurité doivent
obligatoirement contrôler les établissements de 5ème catégorie avec locaux à
sommeil. Avec le dramatique incendie de l’hôtel Opéra de Paris, le législateur a
souhaité mettre un terme définitif à l'insécurité dans certains hôtels.
Ainsi l’arrêté du 24 juillet 2006 renforce les règles de sécurité et les rend
applicables de manière rétroactive à tous les établissements.
Les établissements existants bénéficient d'un délai de 5 ans et 3 mois, soit jusqu'au
4 novembre 2011 (arrêté du 27 mai 2011 n° NOR : IOC E1114826A), pour se mettre
en conformité avec les obligations imposées par les articles PO8 à PO12 (travaux
d'encloisonnement de la cage d'escalier, mise aux normes des blocs portes,
extension de la détection incendie…). Ces travaux s’avèrent parfois complexes et
délicats à réaliser.
Aussi, il est impératif que le Maire de chaque commune effectue :
un recensement exhaustif des établissements de 5ème catégorie avec locaux à
sommeil.
une demande de passage des commissions de sécurité dans les établissements
recensés afin de faire un point précis du niveau de sécurité existant.
le suivi des avis et des prescriptions émises par les commissions notamment en
terme d’amélioration du niveau de sécurité tel que prévu par l’arrêté du 24 juillet
2006.
Remarque :
Certaines difficultés liées à la protection des cages d’escaliers peuvent faire l’objet
d’un examen spécial de la part de la sous-commission départementale pour la
sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les ERP et les IGH.
Les chambres d'hôtes ne sont pas considérées comme ERP si elles n'accueillent pas plus de 15
personnes dans un même lieu. Quelque soit l'effectif la loi de modernisation du tourisme de 2010 fait
obligation d'en faire déclaration en mairie.
Guide pratique 2011
Page 51/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
8 ERP avec procédures particulières
Guide pratique 2011
Page 52/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
MANIFESTATIONS EXCEPTIONNELLES ou
utilisations exceptionnelles de locaux
FICHE 39
Il arrive parfois qu’un Établissement Recevant du Public soit utilisé pour une activité
autre que celle pour laquelle il est autorisé (exemples : utilisation d’un gymnase pour
une soirée festive ou dansante, soirée « loto » dans une école, concert dans un
stade, une église, un temple, une cave vinicole...).
Ces manifestations exceptionnelles doivent faire l’objet d’une demande auprès de la
commission de sécurité compétente (Article GN6 du règlement de sécurité).
Délais :
- Pour des raisons pratiques et de délais d’instruction par les services d’incendie et
de secours,
Il est indispensable d’adresser le dossier à la commission de sécurité au moins un
mois avant la manifestation.
Dossier :
- Au vu des éléments du dossier, la commission de sécurité donne son avis sur
l’utilisation exceptionnelle de l’ERP.
Le Maire autorise ou non, cette manifestation sur la base de cet avis.
Il est important, qu’il s’assure que ce type de manifestation reste bien
occasionnelle et ne soit pas organisée de manière régulière et habituelle.
Dans le cas contraire des dispositions devront être prises pour que la manifestation
réponde en totalité au règlement de sécurité et que celle-ci soit une activité autorisée
de manière définitive par le Maire, après avis de la commission de sécurité.
Guide pratique 2011
Page 53/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
Type CTS : chapiteaux, tentes et structures /
Type SG : structures gonflables
FICHE 40
Il appartient au Maire d'autoriser, par arrêté, l'ouverture au public d'un établissement
provisoire (chapiteaux, tribunes…).
IMPLANTATION INFERIEURE à 6 MOIS
Les structures à partir de 50 m² (pour les surfaces inférieures se renseigner auprès
du SDIS) possédant une couverture souple à usage de cirques, spectacles,
réunions, bals, banquet, colonie de vacances, sports, événement commercial, féria
… et implantées pour une durée n'excédant pas 6 mois doivent avant toute
implantation dans une commune, obtenir l'autorisation du maire.
L'organisateur doit faire parvenir à la mairie, 1 mois avant la date d'ouverture au
public, les documents suivants :
•
•
•
•
L'extrait du registre de sécurité
Un descriptif des modalités d'implantation de la structure
Le type d'activité exercée et le plan des aménagements intérieurs
Un descriptif des installations techniques
La réglementation ne prévoit pas de consultation de la commission de sécurité
incendie/panique. Toutefois s'il le juge utile, le maire sollicite le passage de la
commission avant l'ouverture au public. L'opportunité de consulter la commission
dépendra de l'effectif du public et du type d'activité exercé.
DÉLAIS : Le délai de saisine de la commission est de :
•
•
2 mois pour les manifestations à vocation commerciale, foires, expositions, salons …
1 mois pour les autres manifestations.
IMPLANTATION SUPÉRIEURE à 6 MOIS
Pour les chapiteaux, tentes et structures et structures gonflables à implantation
prolongée, la procédure est identique à celle décrite ci-dessus, mais ils sont soumis
à obligation de visite de réception avant ouverture au public et à visite périodique.
PRÉCAUTIONS
L'établissement doit être évacué en cas de :
•
•
•
Précipitation de neige dépassant 4 cm
Vent dépassant 100 km/h (valeur indiqué sur l'extrait du registre de sécurité)
Circonstances exceptionnelles pouvant mettre en péril le public.
Il appartient à l'organisateur/exploitant de respecter ces consignes et au maire, qui a
un rôle d'information auprès des organisateurs, de prendre toutes mesures
nécessaires pour assurer la sécurité du public.
Guide pratique 2011
Page 54/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
TRIBUNES et GRADINS
FICHE 41
Les tribunes et autres gradins ne constituent pas à eux seuls des ERP. Ils
peuvent être fixes ou démontables et faire partie ou non des aménagements à
l’intérieur d’un ERP ou à l’air libre.
Les installations doivent être réalisées selon les règles fixées par le constructeur ou
par un organisme de contrôle agréé, et placées sur un sol capable d’en supporter la
charge.
Les éléments composant ces installations doivent être maintenus en bon état
d’utilisation. Des garde-corps doivent être installés pour éviter les chutes et pour
résister aux poussées de la foule. Le nombre et la largeur des circulations doivent
être suffisants pour permettre l’évacuation rapide du public. Les dessous doivent être
rendus inaccessibles au public et ne pas servir de lieux de stockage.
Le Maire doit pour ces installations :
- S’assurer que le responsable ou l’organisateur est en possession des documents
techniques justifiant de la solidité et de la stabilité de l’ensemble des
structures (document réalisé par un organisme de contrôle agréé).
- Demander l’attestation de montage des structures ainsi que les procès-verbaux
des matériaux employés.
Si elles sont installées dans un ERP, il peut demander le passage de la commission
de sécurité compétente.
L’exploitant ou organisateur doit :
Posséder tous les documents techniques (note de calcul, vérifications par un
organisme agréé, attestation de montage, procès-verbaux des matériaux, conformité
technique)
Présenter ces documents à la commission s’il y a lieu.
Guide pratique 2011
Page 55/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
Établissements de PLEIN AIR (type PA)
FICHE 42
Établissements où se déroulent des activités de plein air : tels que stades, terrains de
sports, pistes de patinage, piscines, hippodromes… lorsque l’effectif du public admis
est supérieur à 300 personnes (Arrêté du 6 janvier 1983 modifié).
Le Maire est tenu de faire visiter ce genre d’établissement par la commission de
sécurité avant ouverture, en vue de délivrer l’arrêté d’autorisation.
Par contre, ils ne sont pas soumis à visite périodique.
L’exploitant (qui peut être le Maire) :
Vérifie ou fait vérifier les mesures préconisées pour ce type d’établissement et en
particulier :
Les conditions d’accès, les installations électriques, l’éclairage, l’utilisation de
gradins, de sièges ou de bancs qui doivent être reliés entre eux par rangée au
moyen de systèmes rigides :
- Les rangées seront fixées au sol à leurs extrémités ou reliées de façon rigide
aux rangées voisines ;
- Chaque rangée comportera quarante places au plus entre deux circulations ou
vingt entre une circulation et une paroi.
Les rangées doivent être disposées de manière à laisser entre elles un espace
libre minimal de 0,35 m, les sièges étant en position occupée.
Guide pratique 2011
Page 56/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
EXPOSITIONS - Foires-Salons temporaires à
vocation commerciale (type T)
FICHE 43
Un arrêté du 18 novembre 1987 modifié, fixe des dispositions particulières pour
l’organisation d’expositions, foires expositions ou salons temporaires, à vocation
commerciale, lorsque l’effectif du public est égal ou supérieur à 100 personnes en
sous-sol, ou 100 personnes en étages, ou 200 personnes au total.
Ce texte détermine le dispositif de sécurité à mettre en place et précise notamment
les obligations respectives des propriétaires et concessionnaires, des organisateurs
des salons, foires expositions..., des chargés de sécurité, des exposants et locataires
de stands.
Délais :
Le délai de saisine de la commission est de 2 mois avant la date d’ouverture au
public pour ces manifestations. Lorsqu’il est saisi d’une demande pour l’organisation
d’une manifestation répondant aux caractéristiques ci-dessus, le Maire sollicite
l’avis de la commission de sécurité compétente sur dossier et doit faire
connaître sa décision à l’organisateur, au plus tard un mois après le dépôt de la
demande.
Il peut solliciter la commission pour réceptionner les installations avant l’ouverture au
public.
Les propriétaires et concessionnaires d’établissements : doivent mettre à la
disposition des organisateurs des installations conformes. A cet effet, ils doivent
au préalable établir et faire approuver par le Maire, après avis de la commission
de sécurité, un cahier des charges contractuel précisant les mesures de
sécurité propres aux locaux ou aux enceintes loués ainsi que les obligations
respectives du propriétaire ou concessionnaire et des organisateurs. Le cahier
des charges doit être annexé au registre de sécurité et remis à l’organisateur
de chaque manifestation.
Les exposants et locataires de stands : doivent respecter les cahiers des charges
et déclarer à l’organisateur l’utilisation de matériels à risques. Leurs
aménagements doivent être achevés lors de la visite de réception du chargé
de sécurité.
Guide pratique 2011
Page 57/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
L’organisateur : il lui appartient de demander au Maire l’autorisation de tenir une
activité de ce type deux mois avant son ouverture. La demande doit préciser la
nature de la manifestation, sa durée, son implantation, l’identité du ou des
chargés de sécurité et être accompagnée d’un dossier comportant l’attestation du
contrat le liant au propriétaire ou concessionnaire, le cahier des charges précité
ainsi que tous les documents relatifs à l’application des mesures de sécurité
adéquates.
Selon l’importance et la nature de la manifestation, il désigne un ou plusieurs
chargés de sécurité, et applique les mesures complémentaires éventuellement
prescrites par la commission de sécurité.
Il établit un cahier des charges entre l’organisateur et les exposants et locataires
de stands précisant notamment : l’identité et la qualification du chargé de
sécurité, les règles de sécurité à respecter ainsi que l’obligation de déposer une
demande en cas d’utilisation de matériels susceptibles de présenter un risque
particulier.
Ce cahier des charges spécifique à la manifestation sera tenu à la disposition de
la commission de sécurité et un extrait sera remis à chaque exposant.
Le chargé de sécurité : sous la responsabilité de l’organisateur, il a pour mission
de :
-
Participer à la rédaction du dossier de sécurité joint à la demande
d’autorisation et de faire appliquer les prescriptions formulées en retour.
-
Contrôler, dès le début du montage des stands et jusqu’à la fin de l’ouverture
au public, l’application des mesures de sécurité incendie : il est le
correspondant sécurité pour les exposants, les services de secours…
-
Rédiger, avant l’ouverture au public, un rapport final relatif au respect du
règlement de sécurité et des mesures complémentaires éventuellement
prescrites. Ce rapport prend position quant à l’opportunité d’ouvrir tout ou
partie de la manifestation au public.
Guide pratique 2011
Page 58/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
PARCS de STATIONNEMENT (type PS)
FICHE 44
Depuis la parution de l’arrêté du 09 mai 2006, les parcs de stationnement couverts
non liés exclusivement à un bâtiment d’habitation ou un bâtiment relevant du code du
travail sont considérés comme des établissements recevant du public.
Ces bâtiments étaient soumis auparavant à la réglementation des Installations
Classées pour la Protection de l’Environnement.
Les parcs disposant d’une capacité d’accueil supérieure à 1000 véhicules
relèvent de la sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques
d’incendie et de panique dans les ERP et les IGH.
Guide pratique 2011
Page 59/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
Structures d’accueil des personnes âgées et
personnes handicapées (TYPE J)
FICHE 45
Le problème de la dépendance des personnes âgées dans des structures très
diverses à conduit à une clarification de la situation en 2007.
Jusqu'alors, celles-ci pouvaient être accueillies dans des logements foyers qui sont
considérés comme des habitations à l'exception des pièces communes classées
ERP ou dans des établissements de type U « Établissements sanitaires ».
Un nouveau « type J » créé par la circulaire n° 200 7-36 du 15 mai 2007 prend en
compte les situations intermédiaires entre la personne autonome et celle totalement
dépendante.
Modalités de mise en œuvre :
- Le choix du classement relève de la responsabilité du gestionnaire et du
propriétaire.
- Une fois celui-ci établit, il doit être procédé à la mise en sécurité de l’établissement
en termes de fonctionnement et sécurité.
- cette phase a pris fin le 15 mai 2010.
Modalités de suivi :
Transmission au Préfet par le délégué territorial de l’Agence Régionale de Santé
(ARS) au plus tard le 30 novembre de chaque année du résultat du « girage » de
tous les établissements.
Vérification par la CCDSA de la réglementation incendie applicable et opposable
pendant un an aux commissions de sécurité.
Délai de 6 mois pour le rétablissement de la situation en cas de dépassement des
critères.
Pour les établissements neufs : engagement par écrit du gestionnaire sur le
respect des critères à l’admission et à son maintien dans le temps.
Guide pratique 2011
Page 60/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
PETITS HÔTELS (type PO)
FICHE 46
L’arrêté du 24 juillet 2006 modifié par l'arrêté du 27 mai 2011 et la circulaire du
01 février 2007 définissent les dispositions applicables aux petits hôtels à construire
ou à modifier et existants.
Pour les établissements existants, des prescriptions (obligation d’une détection
incendie dans les circulations, mise en place d’un 2ème escalier dans les niveaux
recevant plus de 50 personnes cumulées à partir de R+2, encloisonnement des
escaliers pour les établissements R+2, renforcement de l’isolement des chambres et
locaux à risques, renforcement de l’éclairage de sécurité si travaux électriques,
vérification des installations techniques...) sont applicables dans un délai de 5 ans
et 3 mois à compter de la date de publication de l’arrêté.
Modalités de mise en œuvre :
Travaux à réaliser avant le 04 novembre 2011 (arrêté du 27 mai 2011 n° NOR :
IOCE1114826A).
Les dérogations concernant l’encloisonnement des escaliers sont de la
compétence de la sous-commission départementale pour la sécurité contre les
risques d’incendie et de panique dans les ERP et les IGH.
Après analyse des risques, l’autorité de police, après avis de la commission de
sécurité, peut fixer des délais inférieurs.
Dans un entretien à la presse (10 mai 2011), le secrétaire d’état au Tourisme,
Frédéric Lefebvre, plaide pour un assouplissement de la réglementation incendie des
petits hôtels :
« Une première disposition, de portée générale, sera de n’appliquer la réglementation des
établissements neufs qu’à ceux à modifier structurellement.
…
Ensuite, nous allons adapter la réglementation de 2006 à la situation des hôtels classés en
établissements de 5ème catégorie. Ainsi, pour les hôtels existants, l’encloisonnement de
l’escalier ne s’appliquera qu’aux établissements dont le plancher bas de l’étage le plus élevé
accessible au public est situé à plus de 8 mètres du niveau d’accès des secours.
…
Par ailleurs, nous allons recréer une catégorie de très petits hôtels, recevant au plus 20
personnes, à laquelle sera appliquée une réglementation de sécurité adaptée.
…
En terme de calendrier, un arrêté modifiant l’arrêté du 24 juillet 2006 sera prochainement
publié… au mois de novembre… »
Guide pratique 2011
Page 61/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
Guide pratique 2011
Page 62/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
CENTRES ÉQUESTRES
FICHE 47
Les centres équestres sont des ERP en application de l'article R123-2 du CCH. Ils
sont classés en types, selon la nature de leur exploitation en application de l'article
R123-18 du CCH à savoir :
•
Type X (établissements sportifs couverts) : pour les manèges
•
Type PA (établissements de plein air) : pour les carrières
•
Type R : pour les établissements d'enseignement et colonies de vacances
Sont également concernés par la réglementation applicable aux petits
établissements classés en 5ième catégorie tous les centres équestres qui répondent
aux caractéristiques suivantes :
•
Les structures d'accueil de groupe (privées ou publiques), y compris les gîtes
d'étapes et les gîtes équestres,
•
Les structures d'hébergement d'enfants, dès lors que les chambres sont
aménagées dans des bâtiments distincts du logement familial ou lorsque le
logement familial permet d'accueillir soit plus de 7 mineurs, soit plus de 4
mineurs dans la même chambre.
En application de l'article R123-45 du CCH, l'exploitant demande l'autorisation
d'ouverture au maire, à l'exception des ERP de 5ème catégorie ne disposant pas de
locaux à sommeil.
La périodicité des visites de sécurité varie suivant le type et la catégorie de
l'établissement de 2 à 3 ou 5 ans.
Dans tous les ERP « centres équestres », y compris les petits établissements avec
locaux à sommeil, un registre de sécurité doit être tenu en application de l'article
R123-51 du CCH.
Référence - Arrêté du 23 décembre 1996 portant approbation de dispositions modifiant et
complétant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les
établissements recevant du public
Guide pratique 2011
Page 63/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
Établissements PÉNITENTIAIRES
FICHE 48
Conformément à l’arrêté du 18 juillet 2006 et à la circulaire n° 700020 du 12
janvier 2007, la sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques
d’incendie et de panique dans les ERP et les IGH est seule compétente pour donner
un avis dans le domaine de l’incendie et des risques de panique pour les
établissements pénitentiaires.
Ils ne sont pas classés en catégorie.
Pour l’examen des dossiers et pour les réunions et visites relatifs à ces
établissements, le directeur interrégional des services pénitentiaires territorialement
compétent est membre de droit de la sous-commission départementale avec voix
délibérative (article 13 du décret du 08 mars 1995). Le directeur régional peut se
faire représenter par une personne qualifiée : fonctionnaire ou agent de catégorie A.
Les établissements pénitentiaires doivent être visités périodiquement par la souscommission départementale (tous les 2 à 5 ans selon la capacité d’accueil).
La décision de fermeture relève du Préfet.
Guide pratique 2011
Page 64/87
chapitre 8
ERP avec procédures particulières
PRÉFECTURE
DU GARD
GARES accessibles au public (type GA)
FICHE 49
L’arrêté du 24 décembre 2007 définit les dispositions particulières applicables :
- Aux locaux des établissements recevant du public destinés aux transports :
Ferroviaires ;
Guidés ;
Remontées mécaniques mentionnées à l’article L342-7 du code du tourisme ;
- Autres locaux destinés à des fins autres que ferroviaires situés dans ces
établissements.
La seule commission de sécurité compétente est, dans tous les cas, la commission
consultative départementale de sécurité et d’accessibilité (CCDSA).
La mise en place d’organismes d’inspection de sécurité incendie peut être décidée
par arrêté conjoint du ministre de l’intérieur et du ministre chargé des transports
après avis de la commission centrale de sécurité. Les représentants de ces
organismes sont alors membres de droit de la commission de sécurité pour les
affaires les concernant.
A ce titre, ils participent aux travaux de cette commission, notamment lors de
l’examen des projets de construction ou d’aménagement et aux visites de réception
préalables à l’ouverture au public.
Les visites périodiques des gares sont effectuées par les organismes d’inspection
lorsqu’ils existent.
Le compte rendu de leurs visites est transmis au Préfet.
L’établissement peut toujours faire l’objet d’un examen particulier par la commission
de sécurité, notamment à la suite d’un avis défavorable délivré par un organisme
d’inspection.
Lorsque ces organismes n’ont pas été mis en place, la commission de sécurité
procède aux visites de ces établissements.
Les visites de contrôle des établissements en cours d’exploitation sont effectuées
selon les périodicités suivantes :
Deux ans pour les établissements des 1ère et 2ème catégories ;
Trois ans pour les établissements des 3ème et 4ème catégories.
Guide pratique 2011
Page 65/87
chapitre 9
Commissions accessibilité
9 Commissions accessibilité
Guide pratique 2011
Page 66/87
chapitre 9
Commissions accessibilité
PRÉFECTURE
DU GARD
L'ACCESSIBILITÉ - GÉNÉRALITÉS
FICHE 50
Les commissions d'accessibilité examinent les dossiers d'autorisation de
travaux se rapportant à un ERP, ainsi que les demandes de dérogations se
rapportant à l'accessibilité de la voirie et aux logements.
Les commissions interviennent :
• Lors de l'instruction des dossiers d'autorisation de travaux
• Avant l'ouverture au public de l'ERP
En phase d'instruction d'une demande d'autorisation, la commission a pour
mission de donner un avis à l'autorité compétente sur la conformité du projet par
rapport aux règles d'accessibilité.
En phase d'ouverture, la commission donne un avis à l'autorité compétente en ce
qui concerne la conformité de la réalisation par rapport à l'autorisation obtenue.
En l'absence du représentant de la commune (d’un élu) ou de son avis écrit, la
commission ne peut se prononcer.
Le décret n° 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la c réation, à la composition et au
fonctionnement de commissions administratives à caractère consultatif permet
aussi aux membres de celles-ci de prendre part aux débats au moyen d'une
conférence téléphonique ou audiovisuelle.
La sous-commission départementale pour l'accessibilité des personnes handicapées
est composée de 11 à 14 membres selon le type de dossier examiné :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Préfet / DDTM / DDCS
UDAR / APF / FNATH / FAFHV
Maire
Chambre des métiers
Chambre de Commerce et d'Industrie
Union des métiers de l'industrie hôtelière
Habitat du Gard
FNAIM
Conseil Général
Association des Maires
La sous-commission départementale se réunit une fois par mois, chaque dernier
vendredi matin.
Il existe aussi 3 commissions communales : Alès, Bagnols-sur-Cèze et Nîmes et 2
commissions d'arrondissement : Le Vigan et Alès.
Guide pratique 2011
Page 67/87
chapitre 9
Commissions accessibilité
PRÉFECTURE
DU GARD
ACCESSIBILITÉ - AUTORISATION de TRAVAUX
FICHE 51
Le dossier de demande d'autorisation de travaux est déposé en mairie en 4
exemplaires pour le formulaire et en 3 exemplaires pour les plans et notice.
Il comprend :
•
Un formulaire AT (téléchargeable sur le site internet de la DDTM)
•
Des plans : un plan coté en trois dimensions précisant les cheminements
extérieurs ainsi que les conditions de raccordement entre la voirie et les
espaces extérieurs de l'établissement et entre l'intérieur et l'extérieur du ou des
bâtiments constituant l'établissement.
Un plan coté en trois dimensions précisant les circulations intérieures
horizontales et verticales, les aires de stationnement et, s'il y a lieu, les locaux
sanitaires destinés au public.
•
Une notice expliquant comment le projet prend en compte l'accessibilité aux
personnes handicapées.
Les délais d'instruction sont de :
• 1 mois pour vérifier la complétude du dossier
• 5 mois d'instruction à compter du dépôt d'un dossier complet en mairie
dont 2 mois pour consulter la commission compétente
dont 1 mois pour l’instruction spécifique d'une demande de dérogation
La décision se prend sous la forme d'un arrêté autorisant ou refusant les
travaux.
En cas de refus de dérogation, l'autorité compétente est liée et doit refuser
l'autorisation de travaux.
Autorité compétente : le Préfet (si dossier relatif à un IGH ou un PC relevant de sa
compétence au titre du code de l’urbanisme) ou le maire (dans tous les autres cas).
Autorisation d'ouverture : délivrée par la même autorité que celle qui a délivré l'AT
(R111-19-29 du CCH)
Service instructeur : (R111-19-21 du CCH)
L'instruction de la demande d’autorisation de travaux est menée :
•
par le service chargé de l'instruction de la demande lorsque cette dernière
relève d’un permis de construire : mairie, communauté de communes, DDTM ;
•
par le maire lorsque les travaux ne relèvent pas d’un permis de construire ou
par le Préfet lorsque le maire a conclu une convention avec le Préfet.
Guide pratique 2011
Page 68/87
chapitre 9
Commissions accessibilité
PRÉFECTURE
DU GARD
FICHE 52
Les COMMISSIONS d’ACCESSIBILITÉ
Références - Arrêtés préfectoraux créant et/ou modifiant chacune des commissions
d’accessibilité du département.
Composition des commissions
LES 3 COMMISSIONS COMMUNALES
ALES
Maire, adjoint
ou un conseiller
municipal
Présidence
Membres
Secrétariat
SDIS
Rapporteurs
et visites (en
incendie/panique
BAGNOLS
NIMES
Maire, adjoint
ou un conseiller
municipal
Maire, adjoint
ou un conseiller
municipal
LES 2 COMMISSIONS
ARRONDISSEMENT
ALES
LE VIGAN
Sous-préfet
ou son
représentant
Sous-préfet
ou son
représentant
- maire
- exploitant
- SDIS ou
DDTM
- gendarmerie
- police
1 membre
de la souspréfecture
- maire
- exploitant
- SDIS ou
DDTM
- gendarmerie
- police
1 membre
de la souspréfecture
Groupement
territorial
CévennesAigoual
- exploitant
- exploitant
- SDIS ou
- SDIS ou DDTM
DDTM
- gendarmerie
- gendarmerie
- police
- police
- exploitant
- SDIS ou
DDTM
- gendarmerie
- police
Services mairie
Services mairie
Services mairie
Groupement
territorial
CévennesAigoual
Groupement
territorial
Vallée du
Rhône
Groupement
territorial
GarriguesCamargue
Groupement
territorial
CévennesAigoual
SOTUR
SOTUR
SOTUR
SOTUR
DDTM
Rapporteurs
et visites
SOTUR
(en accessibilité)
Répartition des compétences par commission
Communes
Alès, Bagnols et
Nîmes
Visite
Étude
ERP de 1ère Visite
catégorie Étude
IGH
ERP de
2ème à 5ème
catégorie
Visite
Étude
Guide pratique 2011
Arrondissement
d’Alès et du Vigan
Communes
arrondissement Nîmes
S.C.DA. (sous-commission départementale accessibilité)
S.C.DA. (sous-commission départementale accessibilité)
Commission
communale
compétente
Commission
communale
compétente
Commission
d’arrondissement
compétente
Commission
d’arrondissement
compétente
S.C.D.A.
S.C.D.A.
Page 69/87
chapitre 9
Commissions accessibilité
PRÉFECTURE
DU GARD
Les CONTRÔLES d’ACCESSIBILITÉ
FICHE 53
CONTRÔLE DES ERP AU TITRE DE L'ACCESSIBILITÉ
En matière d'accessibilité, 2 cas de figure :
• Pour les PC ou AT antérieurs à 2007 : seuls les ERP du 1er groupe font l'objet
d'une visite avant la première ouverture au public (visite de réception). Ils ne sont
pas soumis à des visites périodiques.
• Pour les PC ou AT postérieurs à 2007 : l’ouverture au public des ERP du 1er
groupe se fera sur déclaration de l’exploitant auprès de la mairie avec attestation
écrite de conformité du bureau de contrôle.
Guide pratique 2011
Page 70/87
chapitre 9
Commissions accessibilité
PRÉFECTURE
DU GARD
AUTORISATION de CONSTRUIRE, d’AMÉNAGER
ou MODIFIER un ERP
Guide pratique 2011
FICHE 54
Page 71/87
chapitre 10
Commission homologation enceintes sportives
10 Commission homologation enceintes sportives
Guide pratique 2011
Page 72/87
chapitre 10
Commission homologation enceintes sportives
PRÉFECTURE
DU GARD
ENCEINTES SPORTIVES - GÉNÉRALITÉS
FICHE 55
OBJECTIFS : Procédure permettant de s’assurer que les équipements concernés
répondent aux exigences de sécurité requises, notamment en matière d’accueil du
public à l’occasion des manifestations sportives qui y sont organisées.
À NOTER : Cette homologation est distincte de l’homologation fédérale des
terrains et des salles. En effet, ces dernières sont données par chaque fédération
en fonction des disciplines sportives pratiquées. De fait, elles ne sauraient avoir les
mêmes objectifs et la même valeur réglementaire. L'instruction est assurée par la
DDCS.
ENCEINTES SPORTIVES CONCERNÉES
•
•
Enceintes sportives de plein air dont la capacité d’accueil est comprise
entre 3 000 et 30 000 places
Enceintes sportives couvertes dont la capacité d’accueil est comprise
entre 500 et 8 000 places
Définitions :
Enceinte sportive : article R123-2 du Code de la construction et de l’habitation
est un établissement recevant du public dont l’accès est susceptible d’être
contrôlé en permanence et comportant soit des tribunes fixes, soit des
tribunes provisoires.
Tribune : ouvrage fixe, mobile ou démontable, comportant ou non un système
de gradins et destiné à recevoir des spectateurs assis.
La tribune est fixe lorsqu'elle reste installée plus de 3 mois consécutifs, sinon
il s’agit d’une tribune provisoire.
Capacité d’accueil : correspond au nombre de places assises individualisées
offertes aux spectateurs dans les tribunes fixes et/ou provisoires.
Si l’ERP comprend plusieurs équipements, la capacité d’accueil retenue pour
l’homologation sera celle :
• de chacun des équipements si les bâtiments sont isolés
• d’un ensemble d’équipements si les bâtiments ne sont pas isolés ou si
les équipements sont regroupés dans un même bâtiment.
Effectif maximal des spectateurs : nombre de places assises offertes aux
spectateurs dans les tribunes fixes et/ou provisoires, cumulé au nombre de
places debout susceptibles d’être offertes hors de ces tribunes.
Places debout : elles sont interdites dans les tribunes. Les zones réservées
aux spectateurs debout doivent se trouver dans les espaces de plain-pied ou
aménagés en ce sens, le long des espaces d’aires de jeux.
Guide pratique 2011
Page 73/87
chapitre 10
Commission homologation enceintes sportives
PRÉFECTURE
DU GARD
ENCEINTES SPORTIVES - SYNOPTIQUE
FICHE 56
EXPLOITANT
adresse sa demande d'homologation au moins 8 mois avant la date d'ouverture au public
PREFET
sollicite l'avis de la
SOUS COMMISSION HOMOLOGATION
ENCEINTES SPORTIVES
6 mois
maximum
rend son avis (favorable ou défavorable)
PREFET
si AVIS FAVORABLE
si AVIS DEFAVORABLE
ARRETE d'HOMOLOGATION
informe le pétitionnaire
transmet à l'
transmet à l'
EXPLOITANT
avec copie au maire
EXPLOITANT
dépose un nouveau dossier ou réalise
travaux de mise en conformité
mise à jour : 12 avril 2011
Références réglementaires - Loi du 13 juillet 1992, complétée par la loi du 16 juillet
1984 relative à l’organisation et la promotion des activités physiques et sportives,
chapitre relatif à la sécurité des équipements et des manifestations sportives.
Guide pratique 2011
Page 74/87
chapitre 11
Commission sécurité des occupants des terrains de camping
11 Commission sécurité des occupants des terrains de camping
Guide pratique 2011
Page 75/87
chapitre 11
Commission sécurité des occupants des terrains de camping
PRÉFECTURE
DU GARD
TERRAINS de CAMPING - SÉCURITÉ des
OCCUPANTS
FICHE 57
Aux termes des lois et règlements relatifs au classement des terrains de camping et de
l’information des usagers de ces installations trois procédures coexistent.
Réglementation pour la sécurité contre les risques d’incendie et de panique et pour
l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments classés ERP : buvette,
restaurant, boutique, discothèque…
Cette procédure relève de la commission compétente : CCDSA, sous-commission
départementale, commission d’arrondissement ou commission communale.
Réglementation relative au classement des campings au titre du tourisme conformément
à l’article D332-1 du Code du tourisme et à l'arrêté du 06 juillet 2010 fixant les normes et
la procédure des terrains de camping.
Réglementation relative à l’information, l’alerte et l’évacuation des usagers des terrains de
camping et de stationnement de caravanes prévue par l'article R125-15 du Code de
l'environnement relatif aux prescriptions permettant d’assurer la sécurité des occupants
des terrains de camping et de stationnement de caravanes soumis à un risque naturel ou
technologique prévisible.
Cette procédure relève de la sous-commission départementale de sécurité des
occupants de terrains de camping :
-
elle émet un avis sur les prescriptions permettant d’assurer la sécurité des occupants ;
-
elle n’a pas compétence pour formuler un avis sur l’exposition de l’installation aux
risques naturels ou technologiques ;
-
la liste des zones soumises à un risque est établie par le Préfet.
Le maire est tenu de faire prendre à l’exploitant (d’un camping répertorié) les mesures
nécessaires pour assurer l’information, l’alerte et l’évacuation des usagers en cas de
danger imminent.
Ces mesures sont spécifiées dans un cahier de prescriptions de sécurité rédigé
par le maire (si PLU) ou par le préfet (pas de PLU), soumis à l’avis de l’exploitant et de
la sous-commission et approuvé par un arrêté du maire (si PLU) ou du préfet (pas de
PLU). Il doit être mis à jour régulièrement.
Lorsque l’installation est transformée ou déclassée, le dossier du projet avec le
cahier de prescriptions doivent être soumis à l’avis préalable de la commission.
Guide pratique 2011
Page 76/87
chapitre 12
Commission pour la sécurité publique
12 Commission pour la sécurité publique
Guide pratique 2011
Page 77/87
chapitre 12
Commission pour la sécurité publique
PRÉFECTURE
DU GARD
COMMISSION POUR LA SÉCURITÉ PUBLIQUE
FICHE 58
Cette commission a été créée par le décret n° 2007- 1177 du 3 août 2007 pris pour
l'application de l'article L.111-3-1 du Code de l'urbanisme et relatif aux études de
sécurité publique. Il a été modifié par le décret n° 2011- 324 du 24 mars 2011 relatif
aux études de sécurité publique.
L'objectif de ce dispositif est de faire en sorte que la prévention de la malveillance
dans l'urbanisme et la construction soit prise en compte par les maitres d'ouvrage au
même titre que le développement durable, les qualités environnementales, urbaines
et sociales.
Sont soumis à l'étude de sécurité publique :
1° Lorsqu'elle est située dans une agglomération de plus de 100 000 habitants au
sens du recensement général de la population :
a) L'opération d'aménagement qui, en une ou plusieurs phases, a pour effet de
créer une surface hors œuvre nette supérieure à 70 000 mètres carrés ;
b) La création d'un établissement recevant du public de première ou de deuxième
catégorie au sens de l'article R. 123-19 du code de la construction et de
l'habitation ainsi que les travaux et aménagements soumis à permis de construire
exécutés sur un établissement recevant du public existant de première ou de
deuxième catégorie ayant pour effet soit d'augmenter de plus de 10 % l'emprise au
sol, soit de modifier les accès sur la voie publique.
Les dispositions ci-dessus s'appliquent également
d'enseignement du second degré de troisième catégorie ;
aux
établissements
c) L'opération de construction ayant pour effet de créer une surface hors œuvre
nette supérieure ou égale à 70 000 mètres carrés.
1° bis En dehors des agglomérations de plus de 100 000 habitants au sens du
recensement général de la population, les opérations ou travaux suivants
- la création d'un établissement d'enseignement du second degré de première,
deuxième ou troisième catégorie au sens de l'article R. 123-19 du Code de la
construction et de l'habitation ;
- la création d'une gare ferroviaire, routière ou maritime de première ou deuxième
catégorie ainsi que les travaux soumis à permis de construire exécutés sur une
gare existante de même catégorie et ayant pour effet soit d'augmenter de plus de
10 % l'emprise au sol, soit de modifier les accès sur la voie publique.
Guide pratique 2011
Page 78/87
chapitre 12
Commission pour la sécurité publique
2° Sur l'ensemble du territoire national, la réalisation d'une opération d'aménagement
ou la création d'un établissement recevant du public, situés à l'intérieur d'un
périmètre délimité par arrêté motivé du préfet ou, à Paris, du préfet de police, pris
après avis du conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance ou à
défaut du conseil départemental de prévention, et excédant des seuils définis dans
cet arrêté.
3° Sur l'ensemble du territoire national : celles des opérations des projets de
rénovation urbaine mentionnés à l'article 8 du décret n° 2004- 123 du 9 février
2004 relatif à l'Agence nationale pour la rénovation urbaine comportant la
démolition d'au moins 500 logements déterminées par arrêté du préfet ou, à Paris,
du préfet de police, en fonction de leurs incidences sur la protection des personnes
et des biens contre les menaces et agressions.
La commission est composée des membres ci-dessous selon le type de dossier
examiné :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Préfet
DDSP 30 / 84
Gendarmerie Nationale
Maire
SDIS
DDTM
Fédération promoteurs constructeurs
Syndicat national des aménageurs et lotisseurs
Fédération française du Bâtiment
La commission se réunit en tant que de besoin. Son secrétariat est assuré par le
bureau du Cabinet du Préfet.
Guide pratique 2011
Page 79/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
13 Établissements, installations, manifestations non ERP
Guide pratique 2011
Page 80/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
INSTALLATIONS foraines
FICHE 59
Les commissions de sécurité ne sont pas compétentes pour contrôler l’état des
manèges et des attractions foraines.
Ces installations sont soumises à une obligation générale de sécurité (Art. L221-1
du Code de la consommation) qui impose aux professionnels d’assurer la sûreté
de leur équipement tout au long de leur exploitation. Ces derniers doivent ainsi être
en mesure de prouver, par tout moyen, qu’il respecte cette obligation.
En outre, le Maire, si ces installations présentent un risque, peut subordonner
l’ouverture au contrôle d’un organisme habituellement consulté, étant précisé qu’il
n’existe pas d’agrément spécifique « matériel forain ».
La réglementation actuelle impose que les installations soient vérifiées par un
organisme de contrôle au moins tous les trois ans (contrôle technique initial et
périodique portant sur leur état de fonctionnement et sur leur aptitude à assurer la
sécurité des personnes).
Dans l’hypothèse où les exploitants seraient dans l’incapacité d’apporter les preuves
demandées, le Maire peut, sur la base de ces pouvoirs généraux de police,
interdire l’usage de ces matériels sur le territoire de sa commune.
Loi n° 2008-136 du 13 février 2008 relative à la sécurité des manèges, machines et
installations pour fêtes foraines ou parcs d’attractions et convention manèges du 17
août 2007 et ses annexes
Circulaire ministérielle n° IOCE1107345C du 14 mars 2011 relative à la
réglementation concernant la sécurité des manèges, machines et installations pour
fêtes foraines ou parcs d’attractions.
Guide pratique 2011
Page 81/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
AIRES de JEUX
FICHE 60
Pour le cas des aires collectives de jeux et installations sportives, la Direction
Départementale de la Protection de la Population (DDPP) a pour mission de
contrôler le respect des textes en vigueur et de relever les éventuelles infractions
commises. Elle peut, en outre, être utilement contactée pour tous conseils en la
matière, notamment vis à vis des normes de fabrication instituées par les décrets n°
94-699 du 10 août 1994 et du 18 décembre 1996.
Il appartient toutefois à l’exploitant de prendre toutes les dispositions nécessaires
pour que, dans des conditions normales d’utilisation ou dans d’autres conditions
raisonnablement prévisibles par lui, les services qu’il propose présentent la sécurité
à laquelle on peut légitimement s’attendre.
Les équipements aquatiques (arrêté du 17 juillet 1992), les équipements forains, et
les équipements destinés, par leurs caractéristiques, à un usage exclusivement
familial, ne sont toutefois pas soumis aux dispositions des présents décrets.
Guide pratique 2011
Page 82/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
STRUCTURES FIXES ou AMOVIBLES - Solidité
à froid
FICHE 61
Lorsqu'elle est sollicitée pour émettre un avis au regard des règles de sécurité, une
commission ne s'assure que de l'existence des documents attestant la solidité du
bâtiment et des structures :
Au moment du projet de construction : Il s'agit de l'engagement du maître
d'ouvrage à respecter les règles générales de construction ;
Au moment de l'ouverture de l'établissement : Il s'agit de l'attestation du maître
d'ouvrage relative à la solidité du bâtiment ou des structures et de l'attestation du
contrôleur technique agréé lorsque son intervention est obligatoire.
La commission prend seulement acte de la réalité de l’intervention d’un organisme
de contrôle agréé.
Guide pratique 2011
Page 83/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
GRANDS RASSEMBLEMENTS
FICHE 62
Est dénommé « Grand Rassemblement », toute manifestation rassemblant un grand
nombre de participants à l'instant « t ».
Bien que non déterminé règlementairement, le seuil de 10 000 personnes est
généralement admis, comme seuil à partir duquel on relève de la procédure Grand
Rassemblement (en fonction de différents critères, un seuil plus bas peut être retenu
notamment en présence de bovins). Il peut avoir lieu dans un établissement recevant
du public, sur la voie publique ou ses annexes, sur le domaine public (hors voirie).
Même s’il a lieu dans un ERP, la procédure est différente et les commissions de
sécurité ne sont pas compétentes.
Dans le cadre de vos pouvoirs de police générale, vous autorisez ou interdisez ce
type de manifestation, au regard du dossier qui vous est présenté, un an au plus et
1 mois au moins avant la manifestation (articles L2211-1 et L2212 du code
général des collectivités territoriales).
La circulaire ministérielle NOR/INT/E/88/00157/C du 20 avril 1988 relative à la
sécurité des grands rassemblements peut servir de base à la préparation et au suivi
de la manifestation.
De plus, pour les manifestations sportives, récréatives ou culturelles à but lucratif de
plus de 1.500 personnes, conformément au décret n° 97-646 du 31 mai 1997 , les
organisateurs doivent effectuer une déclaration au Maire (ou au Préfet dans le cas
d’une « rave partie »).
La notion de but lucratif (précisée par la circulaire NOR/INT/D/97/00141/C) n’exclut
pas un accès libre, s’il y a un bénéfice réalisé au travers d’un sponsoring ou de droits
de retransmission télévisée.
Il est indispensable que celle-ci soit accompagnée d’un dossier de sécurité
complet vous permettant d’analyser les mesures proposées et éventuellement les
faire compléter. Il doit comporter au minimum les éléments suivants :
Présentation de la manifestation et de son organisation (service d’ordre).
Plans d’implantation et d’aménagement des différents sites.
Plans d’accès des itinéraires de pénétration et de dégagement des services de
secours.
Guide pratique 2011
Page 84/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
Plans d’accès aux sites par les transports en commun et capacité des flux de
débarquement et embarquement, ayant une incidence sur la fluidité de la distribution
des secours.
Une notice de sécurité contre les risques d’incendie et de panique intégrant tous
les éléments défavorables avec les mesures prises pour les supprimer ou les
minimiser.
Une proposition d’un Dispositif Prévisionnel de Secours avec désignation d’un
interlocuteur unique responsable assurant l’interface entre l’organisateur et les
autorités d’emploi.
Un règlement général et des consignes de sécurité (cahier des charges,
procédures et schéma d’organisation de la sécurité).
Une notice des conditions d’hygiène (distribution d’eau potable gratuite,
conditionnement des produits offerts à la consommation, toilettes chimiques...).
Depuis le 1er janvier 2007, les secours à personnes et missions de sécurité civile,
devront être conformes à l’arrêté du 07 novembre 2006 relatif aux dispositifs
prévisionnels de secours.
Ce référentiel national, pris en application de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de
modernisation de la sécurité civile, est un outil d’aide à la décision et l’organisation
pour les différents partenaires en charge de la manifestation. Il préconise le
dimensionnement du dispositif et permet d’optimiser la sécurité du rassemblement
de population.
Seules les associations de sécurité civile, agréées conformément au décret du 27
février 2006, peuvent contribuer à la mise en place des dispositifs prévisionnels de
secours à personnes.
Enfin, le Préfet, conformément à l’article 3 du décret du 08 mars 1995 modifié,
peut consulter la Commission Consultative Départementale de la Sécurité et
l’Accessibilité, en formation plénière, pour avis et propositions en matière de
sécurité civile et d’organisation des secours lors des Grands Rassemblements.
Il vous appartient donc d’informer la préfecture dans le cas de Grands
Rassemblements prévus sur votre commune (Service Interministériel de Défense et
de Protection Civile).
En tout état de cause, pour certaines manifestations, le Maire de la commune
concernée et les services de l’État sont impliqués dans le dispositif de sécurité
publique et de secours, et leur étroite collaboration est indispensable afin d’assurer la
sécurité de tous.
Guide pratique 2011
Page 85/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
PRÉFECTURE
DU GARD
Autres MANIFESTATIONS et BÂTIMENTS
FICHE 63
Les propriétaires et exploitants des équipements et établissements ci-dessous, sont
tenus à une obligation générale de sécurité. Le Maire dispose pour ceux-ci de
pouvoirs de police générale lui permettant de prendre toutes les mesures
nécessaires pour assurer la sécurité (article L2212-2 du Code Général des
Collectivités Territoriales).
Les lieux de bains et baignades, les toboggans et les équipements de piscines
Équipements des établissements de baignades d’accès payant : arrêté du 17
juillet 1992. Conformément à la loi du 16 juillet 1984, des contrôles de la
sécurité de ces équipements peuvent être effectués par les DDCS et DDPP.
Les courses automobiles et de karting
Pour des raisons de sécurité, les compétitions ou manifestations sportives
organisées sur la voie publique sont soumises à déclaration, et pour beaucoup
d’entre elles à autorisation délivrée par les services préfectoraux. Les règles de
sécurité applicables font non seulement référence aux règles techniques
édictées par les fédérations sportives délégataires pour chacune des disciplines
concernées, mais également aux lois et règlements élaborés par les pouvoirs
publics (arrêté du 7 août 2006).
Les monuments historiques qui ne reçoivent pas de public
Les tunnels
Aucun tunnel n’est soumis à la commission (circulaire n° 2000-82 du 30
novembre 2000).
Les aires d’accueil des gens du voyage
Loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du
voyage. Décret n° 2001-569 du 29 juin 2001 relatif aux normes techniques
applicables aux aires d’accueil des gens du voyage.
Les bâtiments d’habitation
Arrêté du 31 janvier 1986. (sauf les locaux collectifs de plus de 50 mètres
carrés des logements foyers, des maisons familiales et de l’habitat de loisirs à
gestion collective).
Guide pratique 2011
Page 86/87
chapitre 13
Établissements, installations, manifestations non ERP
Les établissements situés dans des enceintes militaires
Arrêté du 03 novembre 1990 modifié.
Les immeubles dont l’accès est règlementé pour des motifs de sécurité de
défense ou qui ont pour vocation principale de participer à des missions de
défense nationale sont sous la responsabilité des généraux commandants de
région, des Préfets maritimes ou du Général commandant du soutien des forces
aériennes pour les armées et des directeurs centraux ou régionaux des services
dans les autres cas. Leur décision est prise, après avis de la commission
militaire de sécurité et du service constructeur.
Pour les autres immeubles militaires recevant du public (non « secret défense »), la
décision est prise par ces mêmes autorités, après avis de la commission « civile » de
sécurité et du service constructeur (article R.123-16 du CCH).
Guide pratique 2011
Page 87/87
Téléchargement