Formation dans le cadre du projet SmAT-Scaling
sur la Gestion Durable des Terres et de l’Eau dans
un contexte de changement climatique dans les
pays du Sahel
26 au 28 Septembre 2015,
Hôtel du Cinquantenaire
(Sikasso)
World Agroforestry Centre (ICRAF)
West and Central Africa Regional Office
1
Table of content
1.
Notions de base en Gestion Durable des Terres et de l’Eau ................................................. 4
1.1 Introduction et objectifs................................................................................................................. 4
1.2 Agriculture et changement climatique ...................................................................................... 4
1.3 Intensification durable de l’agriculture dans un contexte de changement
climatique....................................................................................................................................................... 5
1.4 Projection vidéo et plénière ......................................................................................................... 5
2.
Sortie de terrain............................................................................................................................ 6
3. Gestion Durable des Terres et de l’Eau dans les zones aride et semi-arides : de la
théorie à la pratique ............................................................................................................................ 7
3.1
3.2
3.3
3.4
Agriculture de conservation et Régénération naturelle assistée (RNA) ...................... 7
Travaux dirigés et restitution ...................................................................................................... 8
Compte rendu et plénière .............................................................................................................. 8
Distribution des attestation et recommandations ............................................................... 9
4. Annexe : ...................................................................................................................................... 10
4.1 Liste des participants ......................................................................................................................... 10
4.2 Evaluation de l’impact de la formation............................................................................................ 11
4.3 Travaux de Groupes: ............................................................................................................................ 12
2
Meeting Minutes of the “SmAT-Scaling Training”
Date: 26-28 Septembre 2015
Time: 8.30 AM – 17.00PM
Venue: Hotel du Cinquantenaire
PARTICIPANTS:
JEROME E. TONDOH, IBRAHIM TOURE, ARINLOYE DJALAL, AISSATA SACKO, TRAORE LASSANA
,YOUSSOUF DOUMBIA, JOSUE GOITA, TOURE YACOUBA ,TOURE CHEICK OUMAR, SOGOBA
KATIE, NAMORY YARO, SANOGO JEAN, DEMBELE JEAN PAUL, DEMBELE MOUSSA,
ABDOULAYE BARRY, BOUBACAR KONTE, MODIBO KEITA, ASSOUMOUNE KONE, CISSE
DAOUDA, AMIDOU SOW, MAMADOU KONE, DANIEL COULIBALY, SIDI NDIAYE, COULIBALY
JEAN MARTIN, ABDOULAYE MARIKO, MAMADOU GUINDO, ISSA DAOU
Absents:
Rapporteur: Ibrahim TOURE
Agenda:



Jour 1:
o Accueil des participants
o Introduction et objectifs de la formation
o Agriculture et changement climatique
o Intensification durable de l’agriculture dans un contexte de
changement climatique
o Vidéo et plénière
Jour 2:
o Visite d’une parcelle de démonstration SmAT-Scaling (Badabala)
Jour 3:
o Résumé des jour 1 & 2
o Compte rendu de la sortie de terrain (Badabala) et leçons émergentes
o Partage d’expériences et approche pour sélectionner les technologies
CES
o Agriculture de conservation et Régénération naturelle assistée (RNA)
o Travaux dirigés : plan de GDTE de chaque partenaire SmAT-Scaling :
Analyse d’article et directives
o Compte rendu et plénière
o Distribution des attestations de participation et recommandations
3
1. Notions de base en Gestion Durable des Terres et de l’Eau
1.1 Introduction et objectifs
Après avoir souhaité la bienvenue à tous les participants, Dr. Tondoh a fait un tour de table
afin que chacun des participants puisse se présenter, dire quelques mots sur son background
et la zone du projet d’où il provient. Ce fut ensuite le tour des formateurs de dire quelques
mots sur leurs parcours académiques et professionnels. Le coordonnateur du projet SmATScaling, Dr. Arinloye a ensuite pris le parole pour souligner l’importance de cette formation
et les objectives quelle devrait atteindre, il a notamment souligné le fait que ceci est une
formation participative, une occasion pour les uns et les autres de partager leurs
expériences pratiques.
1.2 Agriculture et changement climatique
Dr. Tondoh dans cette première session a voulu tout d’abord attirer l’attention des
participants par rapport au contexte dans lequel nous nous trouvons, celui du changement
climatique. Il a dans son exposé illustré de façon succincte comment le changement
climatique impacte l’Agriculture en Afrique et plus particulièrement dans la zone du Sahel.
Pour ce faire Dr. Tondoh a ébauché le thème en 5 points, pour chacun des points il a donné
des exemples concrets qui ont permis aux participants de mieux jauger les conséquences du
changement climatique, et particulièrement sur l’Agriculture dans le Sahel :
 Caractéristiques du Sahel
o Qualités des sols, dégradations
o Variabilité climatique
o Multiples contraintes biophysiques (vents, pluies)
 Type d’agriculture dans le Sahel
o Familiale, subsistance, faible superficie
o Pluviale, peu d’intrants
o Présence des arbres, parcs agroforestiers
 Contraintes inhérentes à la production agricole
o Dégradation des sols-> faible productivité ->désertification des sols
o Dégradation de la végétation-> réduction de biomasse
o Dégradation des ressources en eaux->baisse qualité/quantité >pollution
 Conséquences du changement climatique
o Montée des températures, niveau des mers, irrégularités des
précipitations, sécheresses
o Catastrophes naturelles, baisse de la productivité ->insécurité
alimentaire
 Solutions pour une production agricole durable
o Agriculture climato-intelligente, intensification durable
o Réhabilitation/restauration des écosystèmes dégradés
4
1.3 Intensification durable de l’agriculture dans un contexte de changement
climatique
Durant cette deuxième présentation, Dr. Tondoh, à plutôt mis l’accent sur comment
adapter les pratiques agricoles à cette nouvelle donne qui est l’intensification de
l’Agriculture. Il a démontré que cette nouvelle tendance est difficilement réversible,
au vu de la croissance démographique, il y a une forte demande en production
agricole et une pression accrue sur les surfaces arables. Ceci conduit
malheureusement à une dégradation des terres. Selon Dr. Tondoh cette situation
nécessite une nouvelle approche, celle d’une agriculture écologiquement et
durablement intensive. Le tableau ci-dessous donne un aperçu du contexte actuel et
des mesures à adopter pour freiner la dégradation des terres et mettre en place des
pratiques favorables à une agriculture durablement intensive.
Contexte actuel : Agriculture intensive
Objectif : Agriculture durablement intensive
Intrants inorganiques, pesticides
Erosion, dégradation des sols
Restauration des terres dégradés
Gestion durable de l’eau et du sol
Gestion intégrée de la fertilité de sols
Terres pauvres en matières organiques
Forte production agricole, pression sur Adoption d’une agriculture climato-intelligente
les terres arables
Tableau 1 : Agriculture intensive vs. Agriculture durablement intensive
Toujours dans le cadre d’une agriculture durablement intensive, Dr. Tondoh à introduit le
concept d’une Agriculture Climato-Intelligente, comme étant une approche originale en
mesure de répondre aux multiples défis que sont la sécurité alimentaire, l’adaptation de
l’agriculture au changement climatique et de sa contribution à son atténuation. Les
principales pratiques sur lesquels repose l’Agriculture Climato-Intelligente (ACI), sont les
suivantes :




Agriculture de conservation
Agroforesterie
Système de culture sur couverture vivante (SCV)
Techniques de conservation de l’eau et du sol (CES)
1.4 Projection vidéo et plénière
Un documentaire sur « l’aménagement des champs pour une agriculture durable »
réalisé par l’ONG AMEDD fut projeté dans la salle par Mr. Ibrahim Touré. Cette
projection fut suivie par une série de vidéos sur « l’Introduction à la Gestion durable des
terres ». Ces films ont permis d’illustrer à l’aide d’exemples pratiques soutenus par les
témoignages des paysans, les pratiques qui ont facilité l’atteinte des objectifs suivants :
•
•
•
Gestion des eaux pluviales
Aménagement des versants
Lutte contre l’érosion
5
•
•
•
Conservation de la fertilité des sols
Amélioration du rendement des cultures
Restauration des terres dégradées
Les paysans de différents milieux se sont appropriés les technologies issues de la
recherche ou souvent de leurs propres initiatives, comme les cordons pierreux, les
cuvettes zaï, les demi lunes ainsi que les parcs agroforestiers. Grace à l’application
rigoureuse de ces technologies les paysans ont pu atteindre les objectifs cités ci-dessus.
Des terres incultes et dégradées on pu être restaurées, la gestion des eaux pluviales a
permis de limiter les effets néfastes de l’érosion. Que ce soit ceux du Mali, du Niger ou
du Burkina, les paysans interviewés furent unanimes sur les multiples résultats obtenus
après l’adoption des technologies comme le zaï ou les cordons pierreux. Souvent la
combinaison de ces deux technologies a permis la restauration de millions d’hectares
autrefois proies à une dégradation avancée.
Un dernier film intitulé « Les Dogons, cultivateurs du désert » fut projeté pour illustrer
l’environnement extrêmement hostile dans lequel les dogons arrivent à produire des
milliers de tonnes d’échalotes par an. Pour ce faire ils ont adoptés une pratique de
rationalisation de l’eau, chaque famille a droit à une quantité prescrite pour irriguer sa
parcelle d’échalotes.
La projection de ces différents films a suscité beaucoup d’intérêts chez les participants ;
pour certains des remarques, d’autres des contributions ou questions. Une séance
plénière fut ouverte pour permettre la libre expression des différentes pensées :



Jean Sanogo de la DRA Tombouctou a émis des réserves par rapport à la technologie
zaï qui selon lui n’est pas très pratique dans la région de Tombouctou à cause du
sable présent un peu partout.
Les participants des régions sud notamment ceux de Sikasso ont par contre confirmés
que les techniques décrites sont pour la plupart déjà en application dans leurs zones
d’interventions. Par contre dans certaines zones la rareté des pierres rend plus
difficile l’adoption de la technologie des cordons pierreux.
Lors des échanges, il apparut aussi que les tracteurs bien qu’étant un facteur
important dans l’accroissement de la productivité agricole, contribuent fortement à
la dégradation de nos terres déjà pauvres en matière organique. Il fut noté qu’une
forte implication des services techniques est nécessaire pour suffisamment informer
et sensibiliser les politiques et les paysans sur l’effet néfaste de l’introduction des
tracteurs dans les pratiques agricoles.
2. Sortie de terrain
La seconde journée de la formation consistait à faire une visite de terrain afin de
constater de visu les pratiques en cours dans le milieu paysans. La visite s’est effectuée
sur la parcelle de démonstration du projet SmAT-Scaling dans le village de Badabala à
une quinzaine de kilomètre de la ville de Sikasso.
La visite de terrain et les échanges qui y ont pris place avec les paysans, ont permis
d’identifier certaines difficultés mais aussi elles ont fait ressortir l’existence de certaines
6
initiatives paysannes afin d’enrichir leurs sols en matière organique. Les principaux
points abordés sont résumés ci-dessous :
Point 1 : Enrichissement des paysages cultivés à l’aide du Faidherbia albida :
o Initiative endogène
o Modèle de production massive des plants et distribution aux paysans volontaires
o Stratégies de mise à l’échelle de techniques de production et plantation de F.
albida
Point 2 : Rotation à base de jachères améliorées
o Jachère de courte durée (1-2 ans) de légumineuses arbustives (Cajanus cajan)
o Jachère de courte durée (1-2 ans) de légumineuses herbacées (Mucuna pruriens,
Lablab purpureus)
Point 3: irrigation des plants en saison sèche
o Adapter la technique d’irrigation à base de “bouteille” au contexte local
o Former les producteurs à l’utilisation rationnelle
o Mettre à l’échelle cette technique
A la fin de la visite, Dr. Tondoh a beaucoup insisté sur la pratique d’une jachère
améliorée, il a mis l’accent sur ses potentialités agro-écologiques à savoir : une biomasse
abondante, une couverture du sol avec un forte teneur en azote.
3. Gestion Durable des Terres et de l’Eau dans les zones aride et semi-arides :
de la théorie à la pratique
Après le résumé des activités des deux jours précédents par M. Ibrahim Touré ; Dr.
Tondoh a fait un bref compte-rendu de la sortie de terrain à Badabala, tout en soulignant
les leçons émergentes issues de cette visite:
•
Agriculture “intensive” à Badabala
•
Possibilité d’introduction accrue d’arbres dans les paysages cultivés
•
Possibilité d’agriculture de conservation à base de légumineuses de couverture
•
Amélioration des pratiques existantes
3.1 Agriculture de conservation et Régénération naturelle assistée (RNA)
3.1.1
Agriculture de conservation
La notion d’Agriculture de conservation fut introduite aux participants à travers une
vidéo illustrant comment cette nouvelle pratique a améliorée les rendements et les
revenues de milliers de paysans à travers le monde. La vidéo qui se situe dans le contexte
de la Zambie, donne les témoignages de plusieurs paysans qui font une démonstration
7
de l’application de cette pratique. Elle se base sur trois principes clés :
- une perturbation minimale des sols ;
- l’introduction des légumineuses en culture de Rotation ;
- laisser les résidus de cultures sur place afin d’avoir des sols recouverts ;
La vidéo a démontré que l’agriculture de conservation fournit 3 avantages qui font de
cette pratique un excellent outil pour une Agriculture Climato-Intelligente :
- elle améliore la production agricole ;
- elle favorise la résistance face au climat ;
- elle favorise la séquestration du carbone dans le sol.
3.2.1
Régénération naturelle assistée
Concernant la pratique de la régénération naturelle assistée (RNA), une vidéo intitulée
« Reverdir Mopti » fut projetée. Cette vidéo a suscité beaucoup d’intérêts au niveau des
participants, d’autant plus que la région de Mopti est une zone d’intervention du projet
SmAT-Scaling. Les paysans de cette zone avant l’adoption de la RNA subissaient un
certain nombre de contraintes écologiques. Ils manquaient de bois de chauffe, les terres
arables étaient stériles, l’érosion éolienne favorisait aussi l’avancée du désert.
A la fin de la séance vidéo, il fut noté que la RNA a amélioré les pratiques qui conservent
les services écosystémiques et celles qui réhabilitent les milieux cultivés. Les paysans de
la zone de Koro ayant adoptés la RNA peuvent maintenant se fournir en bois de chauffe,
lutter efficacement contre la désertification, tout en favorisant la durabilité de la
production agricole.
3.2 Travaux dirigés et restitution
Pour la séance de travaux dirigés, les participants divisés en trois groupes étaient chargés
des tâches suivantes :
- Analyse exhaustive des articles proposés :
o problématique
o objectifs
o approche méthodologique
o résultats
- Définition d’un plan d’intervention spécifique par site sur la base de cette analyse
Les restitutions des différents groupes sont disponibles en annexe.
3.3 Compte rendu et plénière
Durant cette session, les participants ont pu échanger sur leurs expériences dans leurs
zones d’interventions, ils ont aussi évoqués les difficultés et les challenges qui existent
sur certains de leurs sites. Parmi les difficultés évoquées, ont retient:
-Installation tardive de l’hivernage ou/et insuffisance des pluies
- Erosion éolienne
- Erosion favorisée par la divagation des animaux
-Atteinte du seuil de capacité de charge
8
3.4 Distribution des attestation et recommandations
Le module de formation a pris fin avec les mots de recommandation du coordinateur du
projet SmAt-Scaling Dr. Arinloye. Il a félicité les participants pour leur assiduité tout le
long de la formation et surtout leurs contributions durant les séances de discussions et
plénières. Ce fut une formation participative, il remercia aussi le formateur principal Dr.
Tondoh et son équipe pour la qualité de la formation. Dr. Arinloye termina en exhortant
les participants à faire bon usage des techniques apprises durant la formation.
La remise des attestations fut assez novatrice, chaque participant était chargé de
remettre une attestation à un autre, chacun évoquant les leçons apprises de l’autre. Ceci
a permis aux participants de s’encourager mutuellement et de clôturer la formation avec
allégresse.
9
4. Annexe :
4.1 Liste des participants
N0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
Nom & Prénoms
Jérôme E. Tondoh
Ibrahim Touré
Arinloye Djalal
Seydou Diawara
Aissata Sacko
Traore Lassana
Youssouf Doumbia
Josue Goita
Toure Yacouba
Toure Cheick Oumar
Sogoba Katie
Namory Yaro
Sanogo Jean
Dembele Jean Paul
Dembele Moussa
Abdoulaye Barry
Boubacar Konte
Modibo Keita
Assoumoune Kone
Cisse Daouda
Amidou Sow
Mamadou Kone
Daniel Coulibaly
Sidi Ndiaye
Coulibaly Jean martin
Abdoulaye Mariko
Mamadou Guindo
Issa Daou
Strucuture
ICRAF
ICRAF
ICRAF
ICRAF
ICRAF
Aga Khan Foundation
Aga Khan Foundation
World Vision
World Vision
Catholic Relief Services
Catholic Relief Services
Catholic Relief Services
DRA Tombouctou
DRA Sikasso
Secteur Agriculture
Secteur Agriculture
protection des vegetaux
ICCO
ICCO
NEF
NEF
MBSA
MBSA
IER
IER
Secteur Agriculture
World Vision
CRS
Origine
Bamako
Bamako
Bamako
Bamako
Bamako
Mopti
Sevare
Koro
koro
Sevare
Sevare
Sevare
Niafunke
Sikasso
Koutiala
Koro
Koro
Sikasso
Sikasso
Sevare
Sevare
Sikasso
Sikasso
Bankass/Mopti
Mopti
Koutiala
Koro
Bankass/Mopti
Email
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected],org
[email protected],org
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
[email protected]
10
Telephone
78110891
76036085
75193623
71682155
73064031
76031920
65010166
66525470
76158934
66667046
79352756
75204882
75452123/65140159
76166097/63705605
65540457/777084
69495932
76117627
76074937
79113332
66658103
76064480/67059406
69771980/79353011
73237687/66932182
65030806
76370444
79353370
Statut
Formateur
Formateur
Coordinateur
Chauffeur
Comptable/Admin
Participant
Chauffeur
Participant
Chauffeur
Participant
Participant
Chauffeur
Participant
Participant
Participant
Participant
Participant
Participant
Participant
Participant
Chauffeur
Participant
Participant
Participant
Participant
Chauffeur
Participant
Participant
4.2 Evaluation de l’impact de la formation
Oui
Non
Connaissance avant
formation
A. Particiaption à une formation similaire dans le passé
Connaissance après
formation
B. Maitrise du sujet à l’issue de la formation
11
4.3 Travaux de Groupes:
12
13
14
15