Remboursement des sommes d’argent des victimes du placement
financier
Le gouvernement vole au secours des clients d’Icc-Services
Lentement mais sûrement, les milliers de clients de l’Ong Investment
Consultancy and Computering Services (Icc-Services) voient se
pointer à l’horizon la fin de leur calvaire. Ainsi, à la faveur d’une
importante séance de travail tenue le samedi 26 juin dernier au
palais de la Présidence entre le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi et les
ministres d’Etat, chargé de la coordination de l’action
gouvernementale, de l’économie et des finances, de l’intérieur et de
la sécurité publique, de la justice, de la législation et des Droits de
l’Homme, du Chef d’Etat major général des Armées, du directeur
national de la Bceao, du Procureur général près la Cour d’Appel de
Cotonou et des membres du cabinet présidentiel, le gouvernement a
fait l’option de s’impliquer davantage dans la résolution du « dossier
Icc-Services ». Ainsi, selon les explications du ministre Armand Coovi
Zinzindohoué, suite à l’incapacité affichée de la structure de
placement d’argent, Icc-Services, d’honorer ses engagements vis-àvis de ses clients, le gouvernement a décidé, à l’initiative du Chef de
l’Etat, de mettre place un comité de crise dirigé par le ministre d’Etat,
Pascal Irénée Koupaki en vue de la restitution des sommes d’argent
investies par les populations dans cette structure en cessation de
payement depuis le mois d’avril 2010. Ainsi, estimant que « le dossier
Icc-Services est sous contrôle », Armand Coovi Zinzindohoué explique
la prise de cette mesure par le souci du Chef de l’Etat, garant de
l’ordre public, de préserver les intérêts de ses compatriotes abusés
qui crient à l’escroquerie et à l’arnaque depuis le début de « l’épisode
Icc-Services ». Dans cette perspective, rassure le ministre
Zinzindohoué, « le dernier des béninois impliqué dans cette affaire se
verra remboursé ». Pendant ce temps, poursuit-il, les dirigeants de
Icc-Services en l’occurrence son président directeur général (Pdg),
Guy Akplogan, son directeur général (Dg), Ludovic Dohou et les chefs
d’agences interpellés par les forces de l’ordre continueront d’être
auditionnés et de séjourner dans les geôles de la prison jusqu’au
remboursement intégral de leurs dus aux clients, estimés par l’avocat
conseil de Icc-Services, Me Hervé Gbaguidi à plus de 200.000
personnes.
*Les structures de placement d’argent interdites de publicités et
leurs responsables convoqués
La traque aux structures de placement d’argent par le gouvernement
semble désormais une réalité. En effet, après une longue période
d’observation dans le cadre de l’affaire Icc-Services qui continue de
défrayer la chronique, le gouvernement vient d’interdire toute
publicité en faveur de ces structures dans les médias béninois.
A en croire le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique,
Armand Coovi Zinzindohoué, cette mesure vise préserver la
tranquillité au sein des populations en les mettant à l’abri des
escroqueries et autres duperies de la part de ces structures
désormais pointées du doigt comme des « vendeurs d’illusions ».
Et pour témoigner de la détermination du gouvernement d’assainir le
secteur du placement financier, pourtant réglementé par l’Union
économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (Uemoa), les
responsables des structures de placement d’argent sont convoqués
ce jour au ministère de l’intérieur et de la sécurité publique pour des
échanges avec Armand Zinzindohoué ; toute chose qui fait planer sur
ces derniers le spectre de l’arrestation à l’instar des dirigeants d’IccServices, qui suite à leur convocation dans les mêmes conditions,
demeurent toujours gardés entre les mains des forces de l’ordre.
Téléchargement

Le gouvernement vole au secours des clients d`Icc