1
Questions de formation continue- Cas clinique en direct de l’unité (OJS 996)
Tremblements, paresthésies et syndrome de l’homme rouge persistants associés à la
perfusion de vancomycine
2
Question 1
3
Lequel des énoncés suivant se rapportant à la prévention et la prise en charge du syndrome
4
de l’homme rouge est VRAI?
5
a)
6
prise concomitante de tout autre antibiotique.
7
b) En raison de l’incidence élevée du syndrome de l’homme rouge, il est recommandé
8
de donner empiriquement un anti-histaminique, tel la diphenhydramine 50mg par voie
9
orale, 1h avant la perfusion de vancomycine chez tous les patients.
Il s’avère nécessaire de ralentir le débit de perfusion de la vancomycine lors de la
10
c) En cas de manifestations sévères (prurit et rash occasionnant un inconfort), la
11
vancomycine doit être cessée immédiatement et ne peut être reprise.
12
d) Chez un patient recevant de la morphine au besoin pour le contrôle de sa douleur, il
13
s’avèrerait prudent de diminuer le débit de perfusion de la vancomycine et ce, dès la
14
première dose.
15
Réponse : d
16
17
Question 2
18
Lequel des énoncés suivant se rapportant au syndrome de l’homme rouge est VRAI?
19
a)
20
ce syndrome.
Le métoclopramide, tout comme la ciprofloxacine et le tacrolimus peuvent précipiter
21
b)
22
réactions liées à la perfusion.
23
c) Une sensibilisation préalable à la vancomycine est nécessaire au développement de ce
24
syndrome.
25
d)
26
perfusion est court.
27
La présence d’impuretés dans la préparation parentérale est la cause première des
La probabilité de développer ce syndrome est d’autant plus grande que le temps de
Réponse : d
28
29
Question 3
30
Concernant la physiopathologie du syndrome de l’homme rouge, lequel des énoncés est
31
FAUX ?
32
a) Ce syndrome n’est pas considéré comme une réaction allergique puisqu’il n’implique
33
pas d’anticorps spécifiques à la vancomycine.
34
b) Ce syndrome est caractérisé par des rougeurs et du prurit localisés le plus couramment
35
au niveau du visage et du cou.
36
c) Ce syndrome est fréquemment mortel à cause de la cardiotoxicité sévère possible
37
pouvant mener à un arrêt cardiaque.
38
d) Ce syndrome est dû à l’activation des mastocytes par la vancomycine qui mènent à la
39
libération de médiateurs vasoactifs tel l’histamine.
40
41
42
43
Réponse : c
Téléchargement

Cas clinique en direct de l`unité (OJS 996)