En Asie centrale, la vallée de Chimgan en Ouzbequistan, à 1200 m d’altitude, Crataegus azarolus y
est très répandu à l’état spontané. Dans ces steppes
subdésertiques appelées Bogara, l’azérolier sauvage
couvre de vastes étendues. En 1930, le botaniste
russe Bogoughewsky en excursion pomologique y observe une aubépine à très gros fruits pentagonaux. Il
s’agit d’une forme remarquable : Crataegus azarolus
var. turkestanica.
j a r d i ns
en
marche
Nous avons découvert en
Amérique du Nord une phénoménale diversité dans
le genre Crataegus. De
l’Europe de l’est au Japon,
les aubépines nous réservent autant de surprises.
Partout les populations
autochtones pratiquent la
cueillette et transforment
les fruits, parfois industriellement : conserves,
farines, pommes d’amour ,
biscuits, thés et infusions
digestives... Cultivées en
vergers, les formes sélectionnées produisent chaque année plus de 55 kg
de fruits par plante.
En moyenne altitude, sur ce flan de colline rocheux à la frontière du Kazakhstan
Crataegus azarolus var. turkestanica forme un grand arbuste. À gauche, gros fruits
«anguleux», fleurs à étamines roses et
feuilles profondément dentées.
Point de départ du voyage, la
plaine inondable du Danube
dans la région de Visegrad
en Hongrie. Crataegus nigra
prospère dans ces vallées
verdoyantes qui connaissent
les écarts de températures
importants d’un climat continental, néamoins protégé du
froid Sibérien par les Carpates. Avec ses rameaux inermes, sa floraison précoce,
ses jeunes feuilles couvertes
de duvet et ses fruits noirs,
l’aubépine de Hongrie présente des qualités esthétiques uniques.
newsletter n° 54 printemps 2015
Aubépines
orientales
Plus au sud dans les montagnes du Parc National de Tzumerka-Peristeri à l’ouest de
la Grèce, l’aubépine Crataegus heldreichi,
bénéficie d’un climat doux mais tolère
une importante amplitude de température. Cette espèce xérophile présente une
feuille duveteuse coriace et une écorce
couleur sable caractéristique. C’est une
aubépine qui s’accorde bien à un jardin
de style méditerranéen.
Premier épisode de notre
trek asiatique, le voyage
qui nous conduit des rives
de la Mer Méditerranée à
celles de la Mer Noire.
Ces paysages marquent
un changement important :
l’apparition des premières
espèces d’aubépines fruitières, avec en tête de file
Crataegus azarolus, l’azérolier, et Crataegus orientalis, l’aubépine orientale.
Avec Crataegus ambigua,
l’aubépine russe, le genre
se déclinent en de nombreuses variétés sur un
territoire qui s’étend de
l’Iran aux contreforts des
montagnes de l’Altaï.
Des formes d’azéroliers
ont été cultivées dans tout
le bassin méditerranéen
pendant des siècles pour
leur pulpe riche en flavonoïdes (source d’antioxydants), en vitamines A et
C. L’importante teneur des
fleurs en huiles volatiles
permet de réaliser des infusions pour luter contre
l’hypertention et les troubles du sommeil. L’abandon des vergers d’azéroliers au XXe siècle est due
à la normalisation des productions fruitières.
La racine du mot azérolier
vient du terme arabe qui
désigne l’aubépine.
© jardins en marche
à la Crimée
Endémique en Turquie, Crataegus tanacetifolia (à gauche) se démarque grâce
à son feuillage pubescent nettement argenté. À sa floraison en bouquets denses succède une récolte abondante de
fruits jaune orangé. Une forme qui a fait
l’objet de sélections particulièrement
fructifères dans son pays d’origine (Crataegus tanacetifolia ‘Konya’)...
Dans une région montagneuse à proximité de Sokolyne en Crimée, Crataegus
schraderiana est installée sur les pentes
et dans les vallées calcaires. Ses fruits
charnus à goût de prune se consomment
crus, cuits ou séchés. Crataegus shraderiana est une espèce répertoriée par
Heinrich Adolf Schrader, botaniste allemand né en 1767 et mort en 1836.
боярышник
(«aubépine» en caractères cyrilliques)
De Moscou
à Novossibirsk
bord de la Volga. Trônant
sur la place historique du
Kremlin de Kazan, un sujet
remarquable d’Aubépine
Russe qui porte encore
ses fruits fin octobre et
quelques feuilles bien jaunes (à droite).
En pénétrant en territoire
sud sibérien dans l’Oblast
de Tcheliabinsk, à l’approche des frontières du
Kazakhstan,
Crataegus
sanguinea apparaît plus
fréquemment en lisière
claire de bois d’altitude et
dans les haies le long des
jardins. L’Aubépine Sanguine est aussi célèbre
en Russie que ce qu’elle
est inconnue en Europe...
Ses vertus médicinales et
son parfum dans le thé et
les patisseries ont fait de
la récolte de ses fruits une
activité traditionnelle.
Présente dans tout le sud de la Sibérie, rejoignant au sud de sa zone de répartition la Mongolie et
l’extrème nord de la Chine , l’Aubépine Sanguine, Crataegus sanguinea, atteint le 65° Latitude
Nord dans certaine partie de la Sibérie (le cercle polaire arctique se situant à 66°33’ Latitude
Nord). Sa résistance au froid est tout simplement incroyable. Elle forme un arbuste compact et
buissonnant de 2 m, qui s’adapte à tous les climats pouvu qu’il ne soient pas trop... chauds. Elle
fleurit et fructifie abondamment plantée dans nos jardins. Vous pouvez déguster ses fruits crus,
cuits ou séchés et infusés dans le thé comme en Russie.
© jardins en marche
Épisode 2 : au travers des
territoires russes et du
sud de la Sibérie en direction de Novossibirsk.
Le voyage est en ligne
droite d’ouest en est. Sur
des centaines de kilomètres s’étendent de petites
exploitations agricoles.
Crataegus ambigua est
fréquente sur le bord des
routes. Passage par Kazan, ville universitaire
à 800 km de Moscou au
À mi-chemin entre Asie de l’ouest
et Europe de l’est l’aubépine russe,
Crataegus ambigua forme un petit
arbre particulièrement florifère au
port horizontal. En milieu d’été, ses
branches souples, ondulées, se couvrent de baies charnues ponctuées
de lenticelles blanches, qui persistent après la chute des feuilles.
Très profondément découpées et
dentées, ses feuilles prennent des
reflets jaune doré en automne.
les collines qui se succèdent offrent les conditions
idéales aux écosystèmes
de climat froid. On y rencontre Crataegus dsungarica (des Dzungar, tribues
de Mongolie), une aubépine dont la zone s’étend
jusqu’aux reliefs montagneux
subdésertiques
d’Oulan-Bator.
Sur les versants russes de l’Altaï Crataegus wattiana (syn. C. altaica) se développe en situation exposée aux forts contrastes thermiques. Elle fait partie du groupe des aubépines intermédiaires entre les formes orientales et les formes asiatiques. Elle forme souvent un petit
arbre mais le broutage fréquent où les conditions difficiles la transforment en buisson compact
(photo de droite). Ses feuilles dentées (5-7 cm) débourrent avant l’éclosion de grandes fleurs
blanc crème. Cette floraison précoce est suivie de grappes de fruits rouges, mûrs en juillet.
Son écorce remarquable se desquame par plaques en spirale. Ses jeunes rameaux acajou puis
argentés sont dépourvus d’épines.
photos des végétaux © jardins en marche / cartes / paysages /
vues aériennes / sources Google Earth & Google Maps
A l’est du lac Baïkal, le
Kraï de Transbaïkalie est
une région de Sibérie
frontalière avec la Chine.
Le long de ces immenses
vallées et jusqu’en Chine,
Crataegus dahurica forme
des groupes de grands
arbustes sans épine où la
faune locale apprécie de
se réfugier. Ses baies de
1 cm passent en mûrissant
du jaune au rouge et sont
gobées par les oiseaux au
milieu de l’été. Ses feuilles
pleines se colorent de
jaune en septembre. Crataegus dahurica est une
Typique au sud de la Sibérie, Crataegus dsungarica présente une
feuille fine dentée plus ou moins
profondément lobée. L’abondance de ses fruits brillants est à
l’image de ses petites fleurs , si
nombreuses qu’elles recouvrent
l’arbuste (au dessus).
aubépine rare récemment
mise en culture. Sa vigueur, sa résistance, sa
précocité, sont des atouts
dans un jardin.
© jardins en marche
à Vladivostok
Épisode 3 : à la poursuite
d’une aubépine caractéristique du massif de l’Altaï,
Crataegus wattiana. L’exploration nous conduit
jusqu’aux rives du fleuve
Angara, seul émissaire
du lac Baïkal. La ville
d’Irkoutsk trône sur ce
site naturel remarquable.
Riches en alluvions, les
vallées, les «fjords» et
Contournement de Valdivostok
pour accéder à la côte la plus
orientale de Sibérie. Vue sur la
mer du Japon depuis le Jardin
Botanique sur la péninsule Mouraviov-Amourski, le plus grand
jardin botanique à l’extrême-est
de la Russie. Crataegus chlorosarca, le plus oriental des Crataegus, est bien représenté dans
les collections. C’est une aubépine extraordinaire, tout à fait atypique; de forts rameaux érigés
sans épines, des grandes feuilles
profondément dentées, des bouquets de fleurs à étamines roses
en avril et des baies rouge sombre, puis noires...
Samedi 21 mars
Dimanche 22 mars 9h / 18h
Foire aux plantes rares, Parc du Château de Saint-Priest (Rhône 69)
Entrée 5 €. Tarif pour les deux journées : 8 € Renseignements : 04 78 20 61 97
www.foireauxplantesrares.fr
Vendredi 10 avril
Samedi 11 avril
Dimanche 12 avril 10h / 18h
Fête des plantes au domaine de Saint-Jean de Beauregard (Essonne 91)
Entrée 13 €. Renseignements : 01 60 12 00 01
www.domsaintjeanbeauregard.com
Dimanche 19 avril 10h / 18h
Fête des plantes au Château de Nexon (Haute-Vienne 87)
Organisée par les Amis des Fleurs de Nexon
Entrée 3 €. Renseignements : 05 55 58 18 51
Samedi 2 mai
Dimanche 3 mai 10h/18h
Retrouvez toutes les aubépines citées dans cette
publication à la pépinière ou sur nos stands, à
l’occasion des manifestations de printemps.
Suite du voyage cet été, avec la fabuleuse
diversité des aubépines de Chine...
rendez-vous à suivre
Printanières de la Brande aux Jardins de la Brande, Fouleix (Dordogne 24)
Entrée 4,50 €. Renseignements : 05 53 07 47 85
www.jardinsdelabrande.com
Samedi 9 mai
Dimanche 10 mai 10h / 19h
Journées des plantes à l’Arboretum de la Sédelle, Villejoint / Crozant (Creuse 23)
Conférences, exposition, visites de l’arboretum, ventes de plantes.
Entrée 6 €. Renseignements : 05 55 89 83 16 et http://arbosedelle.free.fr/
Dimanche 24 mai 10h / 19h
Fête des plantes de printemps au Jardin de Liliane
Saint-Laurent-sur-Gorre (Haute-Vienne 87)
Entrée 4 €. Renseignements : 05 55 48 14 29
www.jardindeliliane.com
Samedi 13 juin
Dimanche 14 juin 10h / 19h
Fête des plantes de printemps au Domaine du Péré
Prissé la Charrière (Deux-Sèvres 79)
Entrée 6 €. Renseignements : 05 49 09 71 32
www.fetedesplantespere.fr
jardins en marche / 5 le montabarot 23400 saint dizier leyrenne
05 55 64 43 98 / 06 71 20 87 86 / www.jardins-en-marche.fr