BARBARIN Claire
BERTHAUD Aurélie
DEFFRADAS Alice
2A
Sciences de la Vie et de la Terre
Compte-rendu de la sortie au musée Lecoq :
Le système nerveux
I.
La composition du système nerveux
Le système nerveux commande la contraction des muscles de notre corps, autrement dit, il est indispensable lors de
l’envoi, de la réception et du traitement des influx nerveux.
Les influx nerveux permettent de contrôler les gestes du corps, ainsi que de communiquer. C’est la raison pour
laquelle tous les muscles et les organes du corps dépendent d’eux pour fonctionner. Trois systèmes travaillent donc
tous ensemble pour remplir cette mission : les systèmes nerveux central, périphérique et autonome.
A. Le cerveau
Il est bon de rappeler que le cerveau est le quartier général du système nerveux central. Plus de 10 milliards de
cellules transmettent et reçoivent des messages des différentes parties de l'organisme. Le cerveau contrôle toutes
nos pensées et la plupart de nos mouvements. Du point de vue anatomique, le cerveau est divisé en quatre parties,
ou lobes : le lobe frontal, le lobe occipital, le lobe pariétal, et le lobe temporal.
1) Le lobe frontal
Le lobe frontal, situé sous l'os frontal, est responsable de la coordination motrice volontaire. Il contient les aires qui
contrôlent la coordination musculaire et les mouvements rythmiques de la tête et du cou, comme la mastication, le
léchage et la déglutition. Le lobe frontal renferme également les centres de la pensée la plus évoluée, c'est-à-dire la
mémoire, le raisonnement et la conceptualisation associative.
2) Le lobe occipital
Le lobe occipital jouxte l'os occipital et contient les centres responsables de la vision.
3) Le lobe pariétal
Le lobe pariétal est situé dans la partie supérieure, médiane du cerveau, contre les os pariétaux. Il contient les centres
qui traitent les impulsions nerveuses liées au sens du toucher. C'est là que sont analysées et traitées les informations
liées à la température, à la texture, à la taille, à la forme et au poids.
4) Le lobe temporal
Le lobe temporal est situé sur le côté de chaque hémisphère cérébral, sous l'os temporal, et contient les centres de
traitement et de corrélation des sens auditif (ouïe) et olfactif (odorat).
B. Le système nerveux central
Le système nerveux central est responsable de l'émission des influx
nerveux et de l'analyse des données sensitives. Il comprend l'encéphale
et la moelle épinière.
L'encéphale est l’ensemble de trois parties : une de taille importante, le
cerveau ; une plus petite, le cervelet ; et le tronc cérébral, qui relie le
tout à la moelle épinière (cf. schéma ci-dessus)
Ce dernier est relié à l'extrémité supérieure de la moelle épinière (au
travers du trou occipital du crâne) et est responsable de l'envoi des
influx nerveux, du traitement des données transmises par les influx
nerveux et de la création des processus de pensée, au plus haut niveau.
La moelle épinière est le centre des nerfs, situé dans la colonne
vertébrale et assurant la transmission des informations ainsi que
l’activité réflexe, entre le cerveau et les différentes régions du corps.
C. Le système nerveux périphérique
Le système nerveux périphérique est responsable de la transmission
des influx nerveux vers/ou à partir des nombreuses structures de
l'organisme. Il comprend de nombreux nerfs crâniens et spinaux
(avant appelés nerfs rachidiens) qui sortent de l'encéphale et de la
moelle épinière.
Le système nerveux somatique est la partie du système périphérique
qui commande les mouvements et la position du corps et permet de
percevoir par la peau diverses sensations (toucher, chaleur, douleur)
et de découvrir par les autres organes des sens le milieu environnant
(vision, audition, olfaction). Il est constitué de neurones sensitifs et de neurones moteurs.
D. Le système nerveux autonome
Le système nerveux autonome, également appelé système
nerveux végétatif, est composé des systèmes sympathique et
parasympathique et est responsable de la régulation et de la
coordination des fonctions vitales de l'organisme. Parmi tous
ces composants, l'encéphale constitue l'organe principal du
système nerveux, situé à l'intérieur de la boîte crânienne. Il
régule notamment la respiration, la digestion, les excrétions,
la circulation (battements cardiaques, pression artérielle).
1) Le système nerveux parasympathique
Le système nerveux parasympathique est en règle générale
responsable de la mise au repos de l'organisme. Il agit par
l'intermédiaire d'un neurotransmetteur, l'acétylcholine, et
ralentit le rythme cardiaque, stimule le système digestif et
limite les contractions des sphincters (muscles qui contrôlent
l’ouverture et la fermeture d’un orifice naturel).
2) Le système nerveux sympathique
Le système nerveux sympathique, ou système nerveux
orthosympathique, apporte dans l'organisme l'adrénaline et
la noradrénaline. Il augmente l'activité cardiaque et
respiratoire, dilate les bronches et les pupilles, contracte les
artères, fait sécréter la sueur. En revanche, il freine la
fonction digestive.
II.
Comment fonctionne l’information nerveuse dans le cas d’un mouvement ?
L’ensemble des informations issues du monde extérieur comme du milieu intérieur sont analysées en permanence
par le système nerveux pour donner naissance à la perception, à la mémoire, et, lorsque c’est nécessaire, induire des
comportements moteurs (→ motricité) et des pensées. Ces différentes fonctions du système nerveux résultent de
l'activité des cellules qui le composent.
A. Grâce aux neurones…
Le neurone est la cellule principale du système nerveux, aussi l’information nerveuse passe-t-elle dans cette cellule
particulière. Elle a la particularité de posséder des prolongements appelés « axones ». Ainsi, d’un neurone à l’autre,
les axones vont se relier entre eux pour que l’information puisse passer de neurone en neurone.
L’information va donc passer de manière électrique le long des axones. Toutefois, entre deux neurones reliés entre
eux, il existe un endroit particulier qui va permettre l’acheminement de l’information d’un neurone au suivant : c’est
le point de jonction.
L’axone et le neurone vont se connecter par une liaison chimique. Ce point de rencontre s’appelle la synapse.
L’information électrique qui arrive le long d’un axone va libérer une substance chimique présente dans un petit sac :
ces molécules vont traverser la fente synaptique pour stimuler les réceptifs présents dans les neurones suivants qui
vont régénérer l’information électrique issue du neurone précédent, lequel va permettre de continuer sa course.
B. … puis grâce au cortex moteur
Le cortex moteur est la zone du cerveau qui se situe à l’arrière du lobe frontal. Il fait partie des parties du cerveau qui
sont impliquées dans le mouvement.
Celui-ci transite par le tronc célébré, circule par la moelle épinière et emprunte le réseau nerveux jusqu’au muscle
voulu.
Stimulé par l’infirmation nerveuse, le muscle se contracte mais d’autres muscles de notre corps telle que la paroi de
l’estomac échappe à notre volonté, car ils sont directement contrôlés par des régions profondes du cerveau. Ainsi,
pendant la digestion, l’estomac se contracte sans que nous en ayons conscience. Ces contractions involontaires
permettent d’assurer le bon fonctionnement de l’organisme même pendant le sommeil.
III.
Explication d’un phénomène : la neurogenèse
Pendant très longtemps on a pensé que le tissu nerveux était un des seuls tissus qui ne pouvait pas se régénérer, ce
qui provoquait ainsi la perte de mémoire. n fait 1400 neurones apparaissent chaque jour dans le cerveau d’un adulte
comme l’on prouvé des études datant de 1998.
La perte de certains souvenirs est due à cette création de nouveau neurones, plus spécifiquement ceux qui naissent
dans l’hippocampe (petite structure nerveuse où siège la mémoire dans le temps et dans l’espace). Les nouveaux
neurones sont créés à partir de cellules souches stockées dans le cerveau et qui ont la particularité de se diviser en
deux.
Dans l’hippocampe, l’apparition des neurones se fait dans une sous-région appelée le gyrus denté. Ils fabriquent des
connexions avec les neurones déjà existants et donc ils tissent, en quelque sorte, une toile où de nouveaux souvenirs
peuvent s’inscrire. C’est leur insertion dans les réseaux de mémorisation qui provoque la disparition de souvenir déjà
établie.
La neurogenèse est très active après la naissance et pendant les premières années de vie. Ce n’est pas le seul
phénomène qui explique l’amnésie infantile mais c’est un des mécanismes clé.
La création de nouveaux neurones entraîne la reconfiguration des réseaux de la mémoire. Or, pour se remémorer
quelques chose, il faut réactiver le réseau de neurones sur lequel il a été inscrit à ce moment-là. La neurogenèse fait
alors peut être obstacle à la réactivation du réseau.
Les évènements les plus marquants ne peuvent disparaître pour autant car ils sont inscrits autre part dans le cerveau
et se consolide avec le temps.
IV.
Lexique de quelques parties du cerveau
Le cervelet : partie de l'encéphale située dans la partie arrière et inférieure. Le cervelet contrôle l'équilibre et la
coordination des mouvements. Il coordonne les impulsions nerveuses et les ordres provenant du cerveau.
Le bulbe rachidien : partie inférieure du tronc cérébral et sert de site de connexion entre le cerveau et la moelle
épinière. Il contient de nombreux centres nerveux chargés de la régulation des fonctions fondamentales involontaires
comme le rythme cardiaque, la respiration ou la température corporelle. Il a une fonction essentielle pour la
transmission des influx nerveux entre la moelle épinière et les hémisphères cérébraux.
L'hypothalamus : petit noyau de neurones situé à la base du cerveau. Il a un rôle important car il est responsable de
nombreuses fonctions, comme le sommeil et l'éveil, les pulsions sexuelles, la soif et la faim. Il contrôle également
l'activité endocrinienne de l'organisme en assurant la régulation de l'hypophyse, et joue un rôle important dans les
émotions, la douleur et le plaisir.
Téléchargement

Le système nerveux La composition du système nerveux