LE CANCER DU POUMON
Le cancer du poumon primitif (dont le point de départ est dans le poumon mais qui peut faire
des métastases ailleurs) est lié au tabagisme dans près de 85% des cas. Il est de plus en plus
précoce en particulier chez la femme où on le découvre dès l’âge de 40 ans. L’existence de
cancer du poumon dans la famille est un risque majeur, il faut dans ce cas là bien sûr ne pas
fumer, faire une surveillance avec des dépistages systématiques qui comporte une fibroscopie
en auto-fluorescence, un scanner thoracique.
Les dernières études ont montré que le scanner thoracique est un bon moyen de dépistage
de cancer du poumon à un stade relativement précoce qui donne plus de chances au
malade. Il n’y a cependant pas de recommandation française sur le dépistage par scanner
thoracique pour deux raisons principales d’une part l’irradiation non négligeable qu’entraîne
le scanner et d’autre part le coût de ces examens répétés. Il est donc possible que dans les
années qui viennent le scanner thoracique soit considéré comme un examen utile chez le
fumeur et à la charge du malade. Actuellement cet examen semble utile au cas donc
d’antécédents familiaux de cancer et de tabagisme personnel, en cas d’hémoptysie
(crachement de sang), de toux rebelle ou d’image radiologique anormale. La vitesse
d’évolution des cancers est très variable sans traitement deux mois de survie à quelques
années selon le type de cancer. Les traitements actuels font des progrès en associant la
chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées nouvelles.
Le traitement du cancer du poumon ne peut se faire à mon avis que dans le cadre d’une
équipe pluridisciplinaire ayant accès à l’ensemble des thérapeutiques actuelles.
Personnellement je travaille avec l’hôpital Saint Joseph où il existe une équipe importante sur
place permettant de faire de la chirurgie thoracique et de l’échoendoscopie qui est un
examen essentiel dans le bilan et aussi en relation avec les centres de radiothérapie de Clairval
et de la Timone si nécessaire avec le centre d’essais thérapeutiques et d’innovations
thérapeutiques du Professeur BARLESI à l’hôpital Nord ou avec le centre du Pr MARQUETTE à
Nice pour la réalisation de thérapies très spécialisées tel que le Cyberknife. Contrairement à
ce que l’on peut penser chaque cancer du poumon est plus ou moins un cas particulier pour
lequel les décisions en groupe de réflexion collégiale sont à prendre très régulièrement, il me
paraît impossible de mettre des informations plus précises sur un site médical car elles ont très
peu de chances de correspondre au cas particulier du malade. Il existe bien sûr quelques
facteurs professionnels à certains cancers comme l’amiante mais si le tabac n’existait pas plus
de 80% des cancers du poumon disparaîtraient.
LE TABAGISME
Le tabagisme a de très nombreuses conséquences néfastes sur la santé et je me serai arrêté
de fumer beaucoup plus tôt encore si j’avais su tout cela plus tôt.
Le tabagisme entraîne bien entendu des risques cardiaques en particulier des maladies
coronaires, au niveau cardiaque l’arrêt du tabac semble avoir des bénéfices immédiats. Le
tabagisme entraîne de nombreux cancers tels que le cancer du poumon bien sûr mais aussi
du larynx, de l’œsophage, de la vessie. Le risque de cancer en général dépend bien sûr des
facteurs génétiques personnels mais restent proportionnel à la durée du tabagisme plus qu’à
sa quantité. Il est donc important chez des gens qui fument peu mais longtemps. La BPCO dont
on a parlé par ailleurs est proportionnelle au nombre de quantité de cigarettes fumées
quelque soit la durée du tabagisme.
Y a-t-il un moyen simple de s’arrêter de fumer ? La réponse est non mais cela reste tout à fait
possible avec l’aide des timbres, gommes et autres avec lesquels la dépendance à la nicotine
peut être réduite, ce qui est le plus difficile est la dépendance gestuelle. Il y a peu de preuves
scientifiques sur l’intérêt de l’acupuncture, l’homéopathie, l’hypnose, la cigarette électronique
ou tout autre traitement mais tout est mieux plutôt que de continuer à fumer. L’arrêt du tabac
doit être associé si possible à la modification générale de l’hygiène de vie et de la reprise
d’une activité sportive pour éviter la prise de poids. Par ailleurs on note que beaucoup de gens
s’arrêtent mais récidivent au bout de quelques mois lors d’une pression psychologique
particulière ce qui montre qu’il est possible de s’arrêter et qu’il faut rester vigilant. L’aide de la
consultation anti-tabac est importante et la motivation essentielle. Aides toi et le docteur
t’aidera.
Téléchargement

Cancer du poumon et tabagisme