DEVOIR : L’ETUDE CRITIQUE DE DOCUMENT
LA COMPLEXITE GEOECONOMIQUE DU MONDE( Ceci est un exemple de sujet corrigé qui ne concerne pas
directement notre cours, juste pour vous montrer ce qu’il faut faire. Regardez surtout l’intro, la conclusion
et le I pour comprendre la méthode à suivre. Le II et III suivent la même méthode)
Document : La richesse et le développement dans le monde
Consigne :
Après avoir présenté le document, vous remplirez le tableau pour expliquer la complexité géoéconomique
du monde. Pour cela, vous expliquerez dans un premier temps comment la richesse et le développement
sont mesurés dans le monde. Puis, vous démontrerez que le monde est coupé en deux selon une
opposition Nord-Sud toujours visible. Enfin, vous exposerez que malgré cette fracture toujours observable,
la lecture géoéconomique du monde du monde devient plus complexe. En conclusion, vous terminerez en
analysant de manière critique l’intérêt et les limites de ce document pour étudier la complexité
géoéconomique du monde.
Conseils :
- Pour réaliser votre introduction, vous ferez apparaître la présentation précise du document ainsi
qu’une question pour structurer votre réponse (problématique). Puis vous annoncerez votre plan.
- Pour répondre à la problématique et remplir le tableau, vous relèverez des éléments
cartographiques dans la légende puis les analyserez grâce à vos connaissances.
-
Veillez enfin à bien utiliser des mots clés, les définir, bien décrire, situer et caractériser
(homogénéité/hétérogénéité) les phénomènes spatiaux que la carte représente et à les expliquer
Introduction :
Présentation du document : Le document soumis à notre étude est une carte par anamorphose datant de 2011
dont l'élaboration a été possible grâce aux données fournies par le FMI et le PNUD (présentation du type de carte,
date et sources). Les figurés proportionnels indiquent le PIB des États et le dégradé de couleurs les différents
niveaux de l'IDH (présentation des grands titres de la légende). Il s'agit donc ici de comparer la richesse et le niveau
de développement à l'échelle mondiale (présentation du sujet de la carte). Si il y a un deuxième document, présenter le
à la suite puis le rattacher au sujet qui vous est posé, exemple : Les enjeux de l’agriculture mondiale= Ces deux cartes
évoquent le problème de la satisfaction des besoins alimentaires à diverses échelles ainsi que celui du modèle agricole par
lequel y parvenir.
( Si pas de source ni de date comme le croquis vu en classe= Ce document est un croquis de synthèse dont la source et la
date ne sont pas mentionnées. ( Critiques à reprendre en conclusion car ces problèmes méthodologiques ne permettent
pas d’établir le croquis comme une source fiable)
Problématique : En quoi cette carte permet-elle d'approcher la complexité géographique du monde au-delà d'une division
Nord-Sud devenue obsolète ? ( Si il y a deux cartes= En quoi ces cartes permettent-elles…= la problématique doit lier les
deux car elles cherchent à démontrer un même enjeu)
Annonce du plan (Attention ici il y a trois parties, lors du devoir il n’y en aura que deux et les titres vous seront déjà
donnés).Pour répondre à cette problématique nous expliquerons dans un premier temps comment la richesse et le
développement sont mesurés dans le monde. Puis, nous observerons que le monde est coupé en deux selon une
opposition Nord-Sud toujours visible. Enfin, nous verrons que malgré cette fracture toujours observable, la lecture
géoéconomique du monde du monde devient plus complexe.
Eléments cartographiques
(légende)
-
I- Mesurer la richesse
et le développement
dans le monde
1. PIB par Etat ; 2. IDH (doc 1)
…(doc 2 si il y en avait un)
(Attention ! Ici la légende est très
courte et donc les mêmes
éléments sont repris dans toute
les parties, ce ne sera pas le cas
pour les deux cartes de Vendredi
où vous aurez beaucoup plus
d’éléments ce qui évitera les
répétitions. Cependant, tous les
éléments de la légende ne seront
pas à reprendre forcément)
Analyses
-
(Définition des termes importants)
Pour mesurer la richesse et le développement,
deux indices sont communément utilisés : Tout
d’abord, la richesse est mesurée par le PIB. Le
produit intérieur brut sert à mesurer la richesse
produite par année dans un pays. Ensuite, on
utilise l’IDH pour mesurer le développement.
L’indice de développement humain cherche à
mesurer le niveau de bien-être de la population
sur une échelle de 0 à 1. Pour cela, on utilise 3
variables, le niveau de vie (PIB), le niveau de
scolarisation ( Tx d’alphabétisation des adultes +
tx de scolarisation) et la longévité (espérance de
vie à la naissance).
(Observation) A l’échelle mondiale, quatre seuils
sont retenus pour l’IDH : Faible en dessous de
0,50= Bangladesh, Moyen entre 0,52 et 0,70=
Chine, Elevé entre 0,69 et 0,78= Brésil, Très élevé
au-dessus de 0,78= Etats-Unis. Le PIB est lui
représenté par des rectangles proportionnels à
la richesse. Le plus gros représente les EtatsUnis.
(Description) A première vue, on observe une
dissymétrie entre des pays du Nord
géographique assez riches et développés et des
pays du Sud géographique plutôt pauvres et peu
développés. Cependant, cette carte prouve qu'il
n'y a pas de corrélation systématique entre
richesse et développement : certains pays
comme l'Inde, la Chine, l'Indonésie ont un PIB
élevé, mais un niveau de développement faible,
alors que d'autres, comme la Suisse ou la
Norvège, avec un PIB réduit, présentent un
niveau de développement élevé.
(Explication grâce au cours) Dans le cas de la
Chine la richesse s’explique par le dynamisme du
secteur industriel alors que le développement
est encore moyen à cause de l’éducation et de
l’espérance de vie qui ne sont pas encore très
élevés. A l’inverse la Suisse ne dispose pas de
secteurs très productifs (industriel, agricole ou
tertiaire) mais dispose de dispositifs sociaux très
performants dans le domaine scolaire et de la
santé.
(Attention! Si vous aviez une deuxième carte à
l’échelle nationale, comme ce sera le cas lors du
devoir avec une carte du Brésil, il faudra trouver
les éléments de la légende qui se rapporte au
GRAND I et en parler maintenant en
commençant par exemple par rapport à ce
sujet : A l’échelle nationale, nous pouvons
observer trois seuils de développement : Les
régions Nord et Nord-Est faiblement développée,
la région Centre-Ouest en situation intermédiaire
et les Régions Sud-Est et Sud avec un
développement assez élevé. Ces inégalités
s’expliquent par le fait que ces dernières
regroupent les grandes métropoles et les
secteurs les plus dynamiques (agriculture et
industrie d’exportation) au contraire du Nord et
du Nord-Est qui sont peu peuplés et peu
dynamiques économiquement.
-
II- Un monde coupé
en deux : une
opposition Nord-Sud
toujours visible
Limite Nord/Sud ; IDH très élevé ;
IDH faible ; 1.PIB
-
(Définition des termes importants)
La limite Nord/Sud est le nom donné à une ligne
imaginaire séparant les pays développés des
pays sous- développés ou en développement.
Elle est appelée ainsi car elle correspond à peu
près à l’équateur qui sépare l’hémisphère Nord
de l’hémisphère sud, bien que cette logique soit
remise en cause (Australie compris dans les pays
du Nord).
(Observation, explication, explication grâce au
cours) L'opposition entre pays riches et développés,
au nord, et les pays pauvres en développement au
sud reste visible si l'on retient les classes extrêmes.
Ainsi, les pays ayant un IDH très élevé, supérieur à
0,79, sont essentiellement situés au nord : il s'agit des
États-Unis, des pays d'Europe de l'Ouest et du Japon.
À l'opposé, les pays ayant un IDH inférieur à 0,51 sont
tous placés au sud (Nigeria, Bangladesh).
Cependant, Une coupure est moins simple à
distinguer concernant la richesse. Plusieurs pôles de
richesse sont renforcés par le procédé cartographique
de l'anamorphose : l'Afrique disparaît pratiquement
de la carte, alors que les pôles de la Triade, l'Inde et la
Chine dominent. (Pour expliquer ces phénomènes il
faudrait présenter ces trois pôles de la Triade mais
aussi l'émergence des deux poids lourds
démographiques chinois et indiens grâce au cours de
Terminale).
(Si vous aviez une carte du Brésil : A l’échelle
nationale, la fracture Nord/Sud est sous-jacente. Elle
n’est pas basée sur des critères géographiques
puisqu’ici ce sont les régions du Nord et Nord-Est qui
sont les plus faiblement développés, et celles du Sud
les plus développées. Ceci s’explique donc par le fait
que ces dernières régions ont un secteur de l’agrobusiness dynamiques qui exporte ces produits
agricoles à travers le monde. De plus, bien qu’il existe
toujours une extrême pauvreté dans les Favelas de
Rio et Sao Paulo, une vaste classe moyenne et
supérieure a émergée dans ces régions ce qui les
rapprochent des pays du Nord. A l’inverse,
l’agriculture familiale peu développée du Nord-Est et
la cueillette des indiens vivants encore dans la forêt
Amazonienne rapproche ces régions des pays du Sud.
-
III – Une lecture
géoéconomique
devenue plus
complexe
1. PIB ; 2. IDH ; Limite Nord/Sud
-
(Puisque les termes ont tous étaient déjà définis,
on passe directement à la description et
l’explication) L’observation d’une opposition
Nord-Sud devient aujourd'hui de plus en plus
contestable. Les IDH élevés se rencontrent aussi
bien au sud qu'au nord (Mexique, Russie,
Turquie), et il existe parmi les pays du Sud des
États avec des IDH très élevés (Argentine, Chili
quelques États du Moyen-Orient). La répartition
de la richesse ne respecte donc pas l'opposition
Nord-Sud, les pays émergents, notamment les
BRICS, sont des pôles incontournables. Ils
participent au G20 et deviennent des
contributeurs de premier plan du FMI. Ceci
s’explique par leur insertion dans les circuits
économiques mondiaux grâce à la
mondialisation.
(Avec une carte du Brésil : A l’échelle nationale,
nous pouvons constater que la logique Nord/Sud
économique est de plus en plus brouillée. En
effet la région du Centre-Ouest se trouve dans
une situation intermédiaire. Cette région
anciennement peu peuplée a connu un
important développement grâce à l’avancée du
front pionnier et au défrichage de la forêt
Amazonienne qui ont permis la création de
l’actuelle capitale du pays dans les années 1960,
Brasilia. Elle a donc remis en cause sa situation
de sous-développement et se trouve aujourd’hui
insérée dans les réseaux économiques
mondiaux. Cet exemple traduit bien la
complexité des rapports géoéconomiques
actuels.)
Conclusion :
(Résumé) La carte par anamorphose du PIB et de l'IDH dans le monde rend compte des inégalités importantes entre les
États. Néanmoins, la vision Nord-Sud est de moins en moins efficace pour décrire et expliquer ces écarts.
(Intérêt et Critique) Le document donne une image incomplète de la complexité géoéconomique du monde : elle est un
instantané qui ne permet pas d'appréhender la montée en puissance de certains États ni les écarts de richesse et de
développement à l'échelle intraétatique (ce qui aurait été le cas si une carte du Brésil vous avez été proposée).
Le tracé particulier de la limite Nord-Sud sur cette carte est de plus critiquable : Singapour, nouveau pays industrialisé
d'Asie, n'est pas indiquée au nord alors que Hongkong, province chinoise, l'est.
L'IDH ne permet pas d'aborder la complexité de la notion de développement. D'autres indicateurs, comme l'indice de
pauvreté ou l'indice de Gini, auraient pu être plus pertinents. De même, le PIB est un indicateur qui ne permet pas de
comparaison efficace : un PIB par habitant, indicateur relatif, aurait été plus utile.
Téléchargement

DEVOIR : L`ETUDE CRITIQUE DE DOCUMENT LA COMPLEXITE