6.1
FICHE PRE-CIBLAGE DES PROJETS
METTRE EN PLACE UNE UNITE DE CHIMIOTHERAPIE DE 4 LITS AU CH LCF
Etablissement
Centre Hospitalier LC FLEMING
ARS
Guadeloupe
Nom et Prénom du porteur
de projet
Dr. Louis JEFFRY
Fonction
Président de la CME
PH Gynéco-obstétrique
Téléphone de contact :
0690300318
Email de contact :
[email protected]
[email protected]
Expérience de coopération :
Oui
Les pays de la Caraïbe avec
lequel le projet se réalisera :
Sint-Maarten, Anguilla, St Eustache, St Kitts, Bonaire, Saba
Partenaires dans la Caraïbe
identifiés :
Sint-Maarten, Anguilla
Connexion sur le domaine
de l’e-santé :
Oui pour la téléconsultation, la téléassistance, la télé-expertise, les réunions de
concertation pluridisciplinaire
Si vous avez répondu
« oui » à la question
précédente, pourriez-vous
nous décrire comment votre
projet est-il relié à l’e-santé
et/ou à la télémédecine ?
En quoi consiste le projet ?
Dans le cadre de la télé-expertise pour le diagnostic en imagerie médicale, la
téléconsultation pour le suivi des patients, les réunions de concertation
pluridisciplinaire pour le partage des données patients et l’étude clinique des cas.
Mettre en place une unité de chimiothérapie de 4 lits au CH LCF
Faute de l’équipement nécessaire, le Centre Hospitalier envoie ses patients
Les éléments contextuels de
votre projet
effectuer leurs analyses et traitements en Guadeloupe, faute d’équipement.
Cette prise en charge délocalisée nécessite une logistique lourde que certains
patients ne peuvent prendre en charge, auxquels s’ajoutent les effets secondaires
plus ou moins importants des traitements.
Aujourd’hui, les médecins sont confrontés à un problème majeur : La majorité des
patients de St Martin refusent les traitements liés au cancer ou arrêtent en cours de
traitement.
Les raisons sont nombreuses : familiales, économiques ou religieuses mais elles
sont surtout liées à la pénibilité des traitements accentués par l’éloignement des
proches, les nombreux déplacements et nuitées à prévoir en Guadeloupe, une
organisation difficile pour certains à mettre en place vers une destination qui est bien
souvent étrangère. Certains patients partent directement vers la métropole.
De même des vacanciers nécessitant des chimiothérapies au cours de leur séjour
ne retiennent pas la destination de SAINT MARTIN compte tenu de l’absence de
structure adaptée.
Les pays limitrophes de Saint-Martin tels qu’Anguilla, St Kitts et Nevis, Saba et St
Les
besoins
de
santé
Eustache ne disposent pas de moyens pour la prise en charge de la chimiothérapie.
publique communs, entre les
Saint-Martin permettrait l’accès aux soins à un bassin de population de plus de
DFA et la Caraïbe, auxquels
100 000 habitants.
votre projet répond :
Les gouvernements de ces pays ont émis un intérêt à coopérer dans ce domaine
avec le centre hospitalier de Saint-Martin car en dehors des difficultés liées au
transport, leurs populations sont confrontées à la barrière linguistique en
Guadeloupe et en Martinique.
Le projet de prise en charge du cancer du sein permettrait l’accès et une prise en
charge humanisée du parcours de soins en chimiothérapie pour les patients de
Saint-Martin et des territoires alentours.
Par ailleurs, le centre hospitalier de Saint-Marin proposerait des formations aux
professionnels de santé des pays partenaires à la prise en charge et
l’accompagnement des patients du cancer.
Les DFA qui seront
partenaires de votre projet
Guadeloupe, Martinique, Guyane
Objectif général 1
Doter le territoire de St Martin et de St Barth d’une unité décentralisée pour la
dispense des traitements de chimiothérapie
Objectif général 2
Structurer une filière de prise en charge et d’accompagnement des patients atteints
du cancer du sein à Saint-Martin.
Objectif général 3
Constituer une équipe médicale structurée et compétente pour l’activité de prise en
charge du cancer du sein par la formation des professionnels de santé de SaintMartin
Objectif général 4
Développer la prévention sur le cancer du sein à Saint-Martin et dans les territoires
partenaires
Objectif général 5
Permettre aux territoires partenaires de disposer à proximité d’un service pour le
traitement des cancers par chimiothérapie.
Objectif général 6
Former les professionnels de santé des territoires partenaires à la prise en charge
et l’accompagnement des patients ayant ou ayant eu un cancer
Objectif général 7
La mise en place d’un dossier informatisé du patient inter-îles.
-
La valeur ajoutée de votre
projet pour votre
établissement :
-
-
-
-
La valeur ajoutée de votre
projet pour votre partenaire
caribéen :
Le développement d’une activité médicale de proximité et la coordination
d’une filière de soins
Augmentation du nombre de patients acceptant un traitement de
chimiothérapie et réduire les pertes de chances de la population saintmartinoise par :
L’accès à l’information des populations = augmentation de la prise en
charge du cancer du sein avec traitement suivi jusqu’au bout.
La réintégration de patients n’ayant pas mené à terme leurs soins ou
n’ayant pas intégré le parcours de soins.
Sécurisation de la prise en charge locale par la facilité d’accès aux soins
et au suivi post-opératoire
Fidélisation des patients (éviter la déperdition) en les rassurant :
Une simplification et une humanisation de la prise en charge pour le
patient par la possibilité de suivre l’intégralité de son protocole de soins à
Saint-Martin.
Une priorité donnée aux composantes affectives : Eviter la rupture
affective avec l’entourage.
La diminution des coûts liés à la prise en charge et aux transferts vers
d’autres centres supportés par le patient et par la Sécurité Sociale.
Une équipe formée à la prise en charge des patients atteints d’un cancer.
Formation des équipes de soins.
DU d’oncologie médicale pour trois médecins PH
IDE, Médecins hospitaliers, Médecins de ville)
Apprentissage de nouveaux protocoles :
Niveau de performance de KARNOFSKY : indice permettant d'évaluer la
capacité d'une personne à exécuter des actes habituels, d'apprécier le
progrès d'un patient après un procédé thérapeutique, et de déterminer la
capacité du patient à suivre un traitement. Il est employé le plus
généralement dans le pronostic de la thérapie de cancer, habituellement
après la chimiothérapie, et traditionnellement avant et après le traitement.
Formalisation de protocoles de prise en charge intra SXM -GPE
(personne stabilisée où on la transfère, quid de l’orientation, etc.)
Former les pays partenaires au suivi et à l’accompagnement de patients
cancéreux (surveillance, ETP…)
Une source de revenus assurée par la prise en charge de patients issus
de territoires limitrophes
-
Mise en place de campagnes d’information (prévention) régulières
Sur le territoire en partenariat avec Saint-Martin Santé
Au niveau des pays partenaires
-
Protocoles de prise en charge et de suivi harmonisés entre pays
partenaires
-
Proximité de la prise en charge des patients atteints de cancer
Une meilleure réponse aux attentes des patients et des structures de
santé
Une harmonisation des conditions de prise en charge + simplification de
la prise en charge
Une montée en compétences des équipes de soins (à SXM et dans les
territoires partenaires)
- Avec une meilleure information des professionnels de santé des
territoires partenaires – Quelle surveillance établir pour les patients sous
traitement
- Avec la formation de leurs équipes sur l’accompagnement des
patients
-
-
La structuration d’une filière de prise en charge des complications (CHU
ou pays d’origine)
-
L’organisation d’une filière unique de prise en charge du cancer du sein
avec constitution d’un dossier facilitant une éventuelle mutation. Dossier
unique patient inter-îles (cf. GCS Archipel 971)
Téléchargement

6.1 FICHE PRE-CIBLAGE DES PROJETS Mettre en place une unité