UE Génétique médicale
Cours n° 5 – Pr Rochette – 16.01.2014
Typeur : HUNAUT Marine - SAFWAN Johanna
Correcteur : JAAFAR Ali
PENETRANCE ET EXPRESSIVITE
I. La pénétrance variable : Première approche
On a clairement déterminé dans ce cas une maladie autosomique
dominante avec pénétrance incomplète.
Cela sous-entend que chez le patient d/D non malade, un évènement
génétique est venu moduler l’expression du génome (autre mutation
par exemple), on parle alors de pénétrance variable (généralité) et
incomplète.
II. Calcul de la pénétrance
-
La pénétrance est une grandeur exprimée en %.
En cas de pénétrance complète le rapport est de 1.
La pénétrance incomplète est située entre 0 < p < 1
Tous les gens qui ont le génotype qui devrai conférer la maladie ne sont pas malades : Car il
existe des gènes modificateurs qui atténuent la maladie ou l’aggrave
-
Ce calcul concerne surtout les maladies dominantes :
=
o
o
 ′  
 ′    é 
Si P < 1 : somme des malades < somme des génotypes malades
Si P = 1 : somme des malades = sommes de génotypes malades
La pénétrance dépend de :
-
Facteurs génétiques
Facteurs environnementaux
La pénétrance est variable, mais elle varie moins dans les maladies récessives que dans les maladies
dominantes.
III. L’expressivité variable
Des maladies génétiques peuvent se présenter avec une symptomatologie variable. C’est ce que l’on
retrouve notamment dans la maladie de Wilson (surcharge en cuivre), dans laquelle on retrouve des
atteintes neurologiques et des atteintes hépatiques.
Il est difficile de séparer l’expressivité variable (symptomatologie différente) et pénétrance variable
(symptomatologie réduite ou nulle).
1
IV. Calcul de risque
Théoriquement le calcul de la probabilité se module par la pénétrance (sachant qu’en adaptant par
rapport à la pénétrance, si on trouve un risque de 0,4 au lieu de 0,5 par exemple, la prise en charge
sera exactement la même).
Figure 1 : Le risque chez le fœtus est de 0,5 si la pénétrance est égale à 1 (sauf
que la pénétrance est variable).
Figure 2 : Dans ce cas, la pénétrance est de 0,8, le risque ou probabilité d’être
atteint est donc de R = 0,5 x 0,8 = 0,4.
Figure 3 : Dans ce cas de maladie récessive liée à l’X, la probabilité d’être atteint
pour un garçon est de ½.
Figure 4 : Dans ce cas la probabilité d’être atteint pour un garçon est de ½.
Remarques :
-
Maladie dominante liée à l'X : R = 0.5 (pour un garçon).
Maladie récessive liée à l'X : R = 0.5 (pour un garçon).
2