LES MANCHOTS

publicité
LES MANCHOTS
Ne pas confondre pingouins et manchots
En ces temps où la désinformation règne, l'affaire Pingouin constitue un symbole par le fait qu'elle est universelle.
Pour le remarquer il suffit de se rendre sur n'importe quel moteur de recherche et de taper "pingouin". Une foule
de réponses apparaissent, mais une si faible proportion indique la vérité, à savoir : les manchots ne sont pas des
pingouins !!
Eh oui, l'oiseau qui marche maladroitement sur la glace, glissant et tombant à tout va, et jaillissant de l'eau avant
de s'écraser par terre, c'est le manchot !!
La confusion remonte à l'époque des grands navigateurs. Avant la découverte des manchots, le mot français
pingouin et le mot anglais penguin désignaient un même oiseau, le grand pingouin, aujourd'hui disparu. Ce
dernier possédait un point commun aux manchots : il ne volait pas. Alors, à la découverte des premières espèces
de manchots, les explorateurs ont tout de suite fait le lien avec les Alcidés de l'hémisphère Nord.
Les anglo-saxons attribuèrent donc le terme penguin aux deux espèces. Les autres langues suivirent l'exemple,
et le manchot fut ainsi popularisé par les récits des marins, en tant que pingouin.
Buffon, alias Georges-Louis Leclerc, un naturaliste français du XVIIIème siècle, s'aperçut de la supercherie, et
distingua les familles Sphéniscidés et Alcidés, concluant qu'elles avaient suivi une évolution différente pour
aboutir à des résultats proches. Buffon conserva logiquement le mot pingouin pour la famille des Alcidés, et
attribua aux "pingouins de l'hémisphère Sud dont parlent les marins", les Sphéniscidés, le mot manchot.
Mais seule la langue française alla dans le sens de cette initiative, puisque les anglais préférèrent le terme
penguin pour désigner les manchots. Ils inventèrent alors un nouveau mot pour nommer les pingouins : auk -et
great auk pour le grand pingouin. En allemand, et dans plusieurs autres langues, c'est aussi le mot penguin qui
désigne les manchots, et en espagnol, le dérivé pingüino. Cette appellation s'est finalement imposée dans le
monde scientifique.
La confusion est aujourd'hui entretenue par l'influence des langues étrangères, notamment vis-à-vis des produits
de consommation qui utilisent l'effigie du manchot.
Note : Le mot manchot a pour origine latine mancus, qui signifie estropié. Buffon appliqua ce terme, du fait de
l'atrophie des ailes qui empêche tout vol.
Le nom de pingouin s'appliquait à deux genres différents mais se rapportant au même ordre des alcidés.
Le grand pingouin ou pingouin
brachyptère (Plautus impennis), était
présent dans les îles du Nord, Islande,
Orkney, Terre-Neuve, ...
Cette espèce est aujourd'hui éteinte
(dernier spécimen vu le 3 juin 1844 sur
l'île Eldey en Islande). Il était de la taille
d'une oie, avec les ailes réduites à de
courts moignons. Il ne pouvait pas voler.
Son dos était noir, le ventre blanc, avec la
gorge brune et le contour des yeux
blancs, il avait le bec et les pattes noirs.
Le petit pingouin, type de genre alca,
est l'Alca torda de l'Atlantique nord. De la
taille d'un canard, il a également le ventre
blanc, le dos noir, avec une ligne blanche
sur chaque joue. Il niche parmi les
rochers, sous les pierres, et ne pond qu'un
oeuf. C'est un excellent plongeur, qui vit
de poissons, de crustacés et de
mollusques.
On peut également l'apercevoir en
Bretagne. Mais les marées noires (Amoco
Cadiz, Erika, ...) et la pêche intensive ont fortement réduit sa
population jusqu'à devenir espèce en voie de disparition. On
compterait une trentaine de couples en Bretagne.
Celui-là, malgré ses ailes étroites, en lame de sabre, vole bien et
longtemps.
Plautus impennis
Alca torda
Le manchot est un terme désignant plusieurs espèces de l'ordre des sphénisciformes. Ce sont des oiseaux
marins de l'hémisphère austral. Les gorfous sont aussi appelés « manchots à aigrettes ». Tous sont incapables
de voler à cause de leur adaptation à la vie aquatique.
EN BREF !
Les pingouins vivent dans l'hémisphère nord et ils peuvent voler ! Quant aux manchots, ils ne peuvent pas
voler et ils vivent dans l'hémisphère sud. Leurs ailes leur permettent de nager dans l'eau.
Donc, même si la ressemblance physique existe, ces oiseaux sont complètement différents.
Revenons aux manchots ! Non pas que les pingouins soient moins intéressants,
mais il se trouve que ce sont bien ces oiseaux qui glissent bêtement sur la
banquise qui nous amusent le plus !
Les manchots font partie de l’ordre des Sphénisciformes et de la famille des
Sphéniscidés. On en compte 18 espèces.
Ce sont des oiseaux marins et migrateurs aux caractéristiques physiques et à la
morphologie bien distinctes et singulières. Ils ont fait preuve d'une grande capacité
d'adaptation à leur environnement pour supporter des températures extrêmes et
pour pouvoir vivre en mer et s'y nourrir.
Ils sont présents du continent Antarctique à la ligne de l'Equateur.
Ce sont, parmi les oiseaux, les plus sociables et les plus grégaires avec un comportement social développé.
Sur terre, les manchots se rassemblent en colonies généralement formées à la saison de reproduction. Ces
colonies peuvent compter plusieurs centaines de milliers d’individus et couvrir des dizaines de kilomètres carrés.
Les comportements sont complexes et élaborés pour la parade nuptiale, le choix du partenaire et le maintien du
nid. Ils communiquent principalement par des vocalises.
Certaines espèces sont dites 'à risque' et l'ensemble des espèces est désormais protégé
Caractères physiques :
Taille et Poids
La morphologie des manchots est très variable d’une espèce à l’autre.
Au cours de l'année, en raison de la mue et du jeûne, son le poids peut subir de grandes variations.
Forme du corps
Ils ont un corps fusiforme et profilé, parfaitement adapté à la nage et à la plongée. Globalement, les manchots ont
une tête assez grande avec un long bec, un petit cou et un long corps allongé. Les ailes sont petites. La queue
est courte et en angle droit par rapport au corps.
Couleurs
Comme certains poissons, ce dos sombre et ce ventre clair les camoufleraient dans l'océan aussi bien lorsqu'ils
sont vus par au dessus ou par en dessous. De ce fait les prédateurs marins et les proies ne peuvent pas les
distinguer nettement.
Morphologie
Les ailes / nageoires / ailerons
Les ailes sont rigides, plates et fuselées. Elles sont idéales pour nager et
on peut les considérer comme des nageoires ; les manchots volent dans
l'eau.
Les os sont devenus plus plats et larges ; les articulations du coude et du
poignet ont quasiment fusionné. Les longues plumes situées à l'extrémité
des ailes ont laissé place à de courtes plumes.
Manchot adélie
La tête
La tête est caractéristique de chaque espèce de manchots.
Les yeux
La couleur de l'iris varie selon les espèces.
Les yeux sont protégés par une membrane nictitante (membrane semi transparente, qui peut recouvrir l'oeil chez les
oiseaux et les reptiles, pour modérer les effets d'une forte lumière ou pour chasser des particules de poussière, etc., de la
surface de l'oeil), parfois appelée troisième paupière. Ils sont adaptés à la vision sous-marine. En dehors de
l'eau, les manchots seraient myopes.
Les manchots ont la vision des couleurs et ils sont sensibles au violet, bleu et vert clair.
Le bec
Sa forme diffère selon le régime alimentaire. Il a tendance à être plus
long et fin pour les espèces se nourrissant principalement de
poissons et de calamars et plus court et épais pour celles se
nourrissant de krill. La langue râpeuse et les puissantes mâchoires
les aident à bien attraper et avaler les proies vivantes et glissantes.
Manchot empereur
La queue
Elle est courte et comprend de 14 à 18 plumes rigides. Pour les manchots adélie,
papou et à jugulaire, les plumes de la queue sont plus longues ; ils les utilisent
souvent comme support à terre.
Les pattes
Les courtes pattes palmées sont à l'extrémité du corps pour nager plus vite.
Cette position leur de se tenir droit sur terre et de marcher à deux pattes comme
des humains.
Les plumes
Des plumes lustrées recouvrent uniformément leur peau. Elles sont très courtes
(de 2cm à 8cm), larges et rapprochées pour empêcher l'eau d'être en contact
avec la peau et des touffes de duvets contribuent à leurs propriétés isolantes. La
densité des plumes chez les manchots est plus grande que pour la plupart des
autres oiseaux.
Manchot papou
Lissage des plumes
Le lissage des plumes est une activité importante et fréquente ; elle est
primordiale afin de les maintenir en bon état et de garantir
l'imperméabilisation et l'isolation thermique. Une glande à la base de leur
queue sécrète une huile que les manchots répartissent sur les plumes avec
leur bec. Ils se lissent les plumes pendant plusieurs minutes dans l'eau en
frottant leur corps avec leurs nageoires tout en tournant et se retournant dans
l'eau.
Mue
La plupart des espèces de manchots ont une mue complète (perte et renouvellement des plumes) chaque année,
souvent après la saison des amours.
Cette mue est essentielle car les plumes s'usent au cours de l'année par le contact avec le sol et l'eau, le
frottement avec les autres manchots et par le lissage régulier (nettoyage, réarrangement, huile). Les nouvelles
plumes poussent sous les anciennes, jusqu'à les pousser et les évincer. Les anciennes ne tombent pas avant
que la totalité des nouvelles aient poussé. La mue est irrégulière et peut donner des allures bizarres aux
manchots.
Etapes de la mue du manchot royal
Pendant cette mue, les plumes perdent leurs propriétés imperméables et isolantes. Aussi les manchots ne
rentrent pas dans l'eau tant que leur plumage n'a pas retrouvé ses conditions optimales. Ils sont donc contraints
au jeûne. Ils subsistent alors grâce à une couche de graisse qui fournit l'énergie nécessaire jusqu'à la fin de la
mue dont la durée varie de 13 à 34 jours selon les espèces.
Leurs comportements
Communication sonore
Ils communiquent entre eux par sons qu'on appelle vocalises. Ces vocalises
sont propres à chaque individu (un peu comme la voix ou les empreintes
digitales chez les humains). Elles permettent ainsi d'identifier chaque oiseau
et donc de se reconnaître entre eux. Ce facteur d'identification et de
reconnaissance est important étant donné la taille importante des colonies et
leur très grande ressemblance. Il est crucial pour que les parents
reconnaissent leur(s) poussin(s). Ces vocalises sont également utilisées lors
de la période nuptiale et dans le choix du partenaire.
Vocalise de manchots à jugulaire
Communication visuelle - comportements physiques
Leurs comportements physiques sont en complément des vocalises. Ils permettent de signaler la position du nid,
l'accouplement, les rituels autour du nid, la reconnaissance du partenaire et du poussin et la défense contre les
intrusions.
Sommeil
Ils dorment avec le bec replié sous une aile. Ceci ne leur est d'aucune utilité mais ce serait un héritage de leur
évolution depuis les oiseaux volants. Pour conserver de l'énergie pendant le jeûne, les manchots peuvent
augmenter leur temps de sommeil. Ainsi, pendant l'hiver Antarctique, quand la période d'obscurité peut durer plus
de 20 heures, les manchots empereurs, en petits groupes, lorsqu'ils couvent l'oeuf, passent la majorité du temps
à dormir.
Adaptation au milieu aquatique
Certaines espèces passent plus des trois-quarts de leur vie en mer. La majorité des espèces passent plusieurs
mois en mer, ne venant à terre que pour se reproduire et muer.
Vitesse des manchots
Ils se déplacent dans l'eau entre 10 et 20 km/h
Le petit manchot bleu a été flashé lui à 2,5 km/h.
Ils se déplacent beaucoup plus lentement sur la terre.
Morphologie pour la nage
Afin d'avoir le minimum de résistance dans l'eau, les manchots se mettent le plus
droit possible en recroquevillant leur tête dans leurs épaules. Les pattes et la queue
sont dans le prolongement du corps et les aident à se diriger.
Les manchots se meuvent dans l'eau avec leurs ailes utilisées comme nageoires.
Les mouvements des ailes ressemblent à ceux des oiseaux dans l'air: ils donnent
l'impression de voler dans l'eau.
Les ailes et la poitrine sont musculairement bien développées pour leur permettre de se propulser sous l'eau
(milieu plus dense et plus résistant que l'air) et leurs os sont plus solides et denses pour leur permettre de
surmonter la flottabilité.
Respirer en nageant
Bien que ce soit plus efficace et moins épuisant de nager sous l'eau qu'à la surface, ils doivent régulièrement
remonter à la surface pour respirer. Là ils sont capables de continuer à respirer tout en nageant rapidement.
Navigation
Des études sur les manchots adélie sembleraient indiquer qu'ils utilisent le soleil pour se diriger. Ils s'adapteraient
donc à la rotation du soleil dans le ciel.
Plongée
La plupart des proies des manchots vivent à faible profondeur. Ils n'ont donc généralement pas besoin de plonger
profondément ou pour de longues périodes. En général, la plongée dure moins d'une minute.
Mais les manchots papous et adélie ont des records de 7 minutes. Le manchot à jugulaire peut plonger à 70 m
mais la moyenne est à moins de 45m ; la moitié des plongées est à moins de 10 m pour une durée de 20 à 30s.
Les manchots empereurs, eux, pêchent des calamars et des poissons dans les eaux intermédiaires, ils plongent
donc plus profondément et restent plus longtemps immergés que les autres espèces. Le record de plongée est
de 535 m. La plongée la plus longue est de 21 minutes. Ces deux mesures sont des extrêmes ; la plupart des
plongées sont à moins de 21m et durent de 2 à 8 minutes.
Pendant les plongées, leur rythme cardiaque baisse. Les manchots adélie réduisent leur rythme cardiaque d'env.
90 pulsations par minute à 20. Le rythme cardiaque d'un manchot empereur baisse de 15%.
Sécrétion de sel
Comme d'autres oiseaux marins, les manchots ont des glandes au niveau du bec qui leurs permettent de se
débarrasser des excès de sel dans le corps. Ces secrétions de sel et de fluide apparaissent sous la forme de
gouttelettes sur le bec et sont rejetées en secouant la tête. Ces glandes sont tellement efficaces que les
manchots peuvent boire de l'eau de mer sans en être affectés.
Régime alimentaire
Leur régime alimentaire est principalement constitué de krill, de calamars et de poissons pélagiques, ainsi que de
petits céphalopodes et de plancton. Globalement, les espèces de petites tailles de l'Antarctique et des îles
subantarctiques se nourrissent de krill et de calamars. Les manchots royaux et empereurs mangent des poissons
et des calamars. Les espèces plus au nord mangent plus de poissons.
La quantité de nourriture nécessaire à un manchot est variable selon l'espèce, l'âge, la variété et la quantité de
nourriture disponible dans chaque région. Des études avaient montré qu'une colonie de 5 millions de manchots
adélie peut quotidiennement manger 8 millions de kilos de krill et de petits poissons.
Ils se nourrissent toujours en mer à l'exception des poussins qui le font par régurgitation par les parents.
Les manchots utilisent la vision pour attraper leurs proies avec le bec et l'avalent entier tout en nageant.
Le jeûne (RAMADAN chez les humains)
Tous les ans, les manchots subissent une période de jeûne. Ils se fabriquent au préalable une couche de graisse
qui leur fournira l'énergie nécessaire durant la période de disette. Plusieurs raisons sont à l'origine du jeûne :
La saison des amours
Ils jeûnent alors pendant des périodes prolongées. Ils ne quittent pas les nids d'où l'impossibilité de se
nourrir. Certains manchots jeûnent pendant toute la parade nuptiale, la nidification et la période d'incubation.
La mue
Ils doivent se passer de nourriture car la perte des plumes diminue les propriétés d'imperméabilisation et
d'isolation thermique et les empêche d'aller en mer pourchasser.
Les poussins
Les poussins jeûnent au moment ils sont prêts à perdre leur plumage juvénile pour leur plumage adulte.
Normalement, à cette époque, les parents ne les nourrissent plus. La croissance est arrêtée pendant cette
période de jeûne mais recommence dès que la mue est terminée.
Les prédateurs des manchots
En mer
Deux prédateurs prédominent : le phoque léopard (Hydrurga leptonyx) qui peut manger jusqu'à 15 manchots par
jour et l’orque (Orcinus orca). Il en existe d’autres, dans une moindre mesure tel notamment le requin blanc
Phoque léopard
Orque
Requin blanc
Sur terre (îles sub-antarctiques et Antarctique)
Les prédateurs sont des oiseaux qui ont l'avantage de voler par rapport aux manchots. Certaines espèces
attaquent en bande, d'autres se débrouillent par elles-mêmes. Comme les manchots sont regroupés en colonies,
ils ne peuvent s'attaquer qu'aux oeufs, aux poussins éloignés de la colonie et aux individus affaiblis par la
maladie.
Les principaux sont:
• Skua Antarctique (Catharacta antarctica) Ils travaillent souvent par paire, l'un distrait le parent à terre
pour que l'autre puisse plonger et s'emparer de l'oeuf ou s'attaquer au poussin.
• Pétrel géant antarctique (Macronectes giganticus)
• Grand bec-en-fourreau (Chionis alba) Ils essaient d'intercepter la nourriture lorsque le parent le régurgite
pour le poussin
• Caracara de Forster (Phalcoboenus australis) uniquement présents dans les îles Malouines ils
s'attaquent aux poussins.
• Pétrel de Wilson (Oceanites oceanicus)
• Goéland dominicain
Skua antarctique
Pétrel géant antarctique
Caracara de Forster
Pétrel de Wilson
Grand bec en fourreau
Goéland dominicain
Reproduction
Les manchots ne reviennent à terre que pour se reproduire et élever leur(s) poussin(s). La plupart des espèces
sont grégaires et forment alors de larges colonies à terre. Ils atteignent leur maturité sexuelle entre 3 et 8 ans.
Les saisons de reproduction diffèrent selon les espèces mais sont pour la plupart situées du printemps à l’été.
Seul le manchot empereur a un cycle de reproduction au cours de l’hiver austral, la période la plus froide de
l’hiver. Il se déroule comme suit :
(1)
1.
2.
3.
(2)
(3)
Arrivée au site de nidification des adultes, ils sont très synchronisés, et reviennent par milliers vers leur
colonie pour trouver un partenaire. Ils doivent pour cela marcher sur la banquise en longues colonnes,
durant des dizaines de kilomètres.
Lorsque les manchots sont arrivés sur le site de nidification, ils forment une colonie et se lancent à la
recherche d'un partenaire.
Parade et formation du couple Les rites nuptiaux commencent en général par des signaux visuels et
auditifs. Les mâles se manifestent en premier en préparant un nid et ensuite ils cherchent une femelle.
Comme ils sont monogames, un mâle ne s'accouple qu'à une seule femelle pendant une saison.
C'est la femelle qui choisit le partenaire et c'est souvent le même mâle que la saison précédente.
Une étude sur les manchots Adélie a montré que les femelles reformaient couple avec le même mâle que
l'année précédente dans les minutes suivant son arrivée au site de nidification. Si une femelle choisit un
mâle différent, c'est que généralement le mâle de la saison précédente n'a pas réussi à revenir au site de
nidification ou n'est pas arrivé à temps (il a posé un lapin).
(4)
4.
5.
6.
(5)
(7a)
7a & b
8.
10.
11.
(7b)
(8)
Eclosion des œufs Pour la plupart des espèces, les poussins naissent avec un fin duvet. Dans le cas
des manchots royaux, les poussins naissent nus et le duvet va pousser en quelques semaines. Les
plumes du duvet ne protègent pas les poussins de l'eau ; les poussins ne peuvent se rendre en mer
qu'après l'apparition du plumage juvénile. Le plumage adulte n'apparaît qu'au bout d'un an.
Dans chaque espèce, les couleurs (blanc, gris, noir ou marron) et les marques des poussins sont
complètement différentes de celles des adultes. Certains scientifiques avancent qu’ainsi les adultes ne
perçoivent pas les poussins comme étant des concurrents pour l'accouplement ou pour les sites de
nidification. La coloration peut également faire ressortir le comportement parental chez les adultes.
Protection et alimentation des poussins par les parents. Pour survivre, les poussins demandent une
grande attention de la part des parents. Les deux parents nourrissent le poussin en régurgitant. Les
parents ne nourrissent que leurs poussins et ils les reconnaissent à leur vocalise qui est également propre
à chaque poussin. Les poussins sont maintenus au chaud par le repli flasque de la peau abdominale utilisé
pour l'incubation.
(9)
9.
(6)
Accouplement
Ponte des œufs, les manchots empereur et royal ne pondent qu'un unique œuf, les autres au moins 2.
Chaque espèce a sa forme et couleur d'œuf. La taille et le poids de l'œuf varient selon les espèces.
Manchot empereur : taille à 12 cm ; poids de 515 g
Manchot Adélie : taille de 6 cm ; poids de 100 g
Les manchots empereur et royal sont les seuls à ne pas faire de nid.
Incubation par les parents. Pendant l'incubation, les deux parents alternent pour maintenir l'œuf au chaud.
Comme tous les oiseaux qui couvent, les manchots protégent l'oeuf par un repli flasque de la peau
abdominale. La partie intérieure de ce pli est une zone de peau sans plume fortement irriguée en veines et
vaisseaux sanguins. Gorgée de sang, la chaleur du corps est transférée à l'oeuf. Le temps d'incubation
varie d'une espèce à l'autre : cela va d'un mois (gorfou huppé) jusqu'à 62 à 67 jours (manchot empereur).
La température d'incubation est d'environ 36°C. La raison principale d'un échec est la mauvaise
synchronisation entre le mâle et la femelle lors de l'incubation. Le cas fréquent est celui où la femelle
revient après le départ du mâle, laissant l'oeuf se refroidir et dépérir. Un mâle quittera spontanément le nid
si la motivation de se nourrir est plus grande que celle de couver. Si, en moyenne, la moitié seulement des
œufs pondus donneront un poussin, le taux d’œufs perdus varie de 2,5 à 80% selon les années pour les
empereurs.
(10)
(11)
Poussins en crèche. Dans certaines espèces, à partir d'un certain âge, les poussins peuvent être
rassemblés dans des groupes appelés crèches. Les poussins sont alors mieux protégés des éléments et
des prédateurs. Les espèces tempérées ou sub-tropicales (gorfous Eudyptes, Spheniscus) ne forment pas
de crèche.
Mue et Indépendance du poussin. Un poussin dépend de ses parents pour survivre entre l'éclosion et l'âge
où ses plumes (imperméables) apparaissent. Cette période va de sept semaines pour le manchot adélie à
13 mois pour le manchot royal.
Dès que le poussin a des plumes (remplaçant le duvet juvénile perméable) il peut aller en mer et devient
indépendant de ses parents.
Les différentes espèces
Le manchot royal
Description
Il est le deuxième plus grand des manchots (le premier étant le manchot empereur, du même genre). Il est
grégaire en se rassemblant en colonies par milliers. Ces colonies sont occupées en permanence étant donné que
15 à 18 mois sont nécessaires pour élever l'unique poussin.
Le nom scientifique patagonicus fait référence à la Patagonie, région à proximité de leur première observation.
Classification
Nom scientifique: Aptenodytes patagonicus
Sous-espèces:
• Aptenodytes patagonicus patagonicus
• Aptenodytes patagonicus halli
Nom anglais: King Penguin
Caractéristiques physiques
Ventre blanc, dos gris argenté, tête noire. Une tache orangée part du niveau de
l'oreille, se transforme en une fine bande pour ensuite se terminer en un orange
clair sur la poitrine. Les pieds sont noirs. Le bec est long et fin. La mandibule a
une tache rose orangée qui se renouvelle à chaque saison des amours. Pour les
poussins, le duvet est épais et marron avec une impression de laineux et
cotonneux.
Les poussins furent considérés un temps comme une espèce distincte.
Population
Environ 1.600.000 couples qui vivent sur les îles autour le l'Antarctique. Cette
population a connu des périodes difficiles. Ainsi, sur l'île Géorgie du Sud, au
début du XXème siècle, la population fut quasiment exterminée pour produire de
l'huile et utiliser leurs plumes et l'industrie de la pêche avait fait baisser ses
stocks de nourriture. Aujourd'hui, elle a retrouvé une taille non critique et continue
à augmenter.
Comportement
Cette espèce est plutôt sédentaire. Le manchot royal nidifie dans de larges colonies
sur des plages, des moraines et des zones plates recouvertes de tussocks (c'est
une herbe qui pousse par touffes et dont la hauteur peut dépasser celle d'un homme)
à proximité de la mer.
Tussock
Le manchot empereur
Description
Le manchot empereur est le plus grand des manchots. Il ne se trouve que sur le
continent Antarctique. Les conditions climatiques y sont les plus dures sur Terre
et aucun autre animal ne vit dans un tel environnement. Son corps s'est adapté
pour résister à des températures atteignant -62°C. Il s'isole du froid en grande
partie grâce à quatre couches de plumes en forme d'écailles d'une épaisseur
totale de 12 mm (ce serait 85% de leur pouvoir isolant). Le reste est dû à la
couche de graisse. Les plumes ont également une forme coudée au point
d'attache dans la peau pour les maintenir.
D'autre détails anatomiques montrent leur adaptation : comparativement à leur
taille et aux autre espèces, ils ont un petit bec et de petits ailerons; une cavité
nasale récupérant une majorité de la chaleur émise et perdue lors de l'expiration ;
les artères et les veines sont rapprochées pour minimiser les échanges
thermiques aux extrémités (le sang qui revient du cœur réchauffe le sang qui
provient des extrémités) ; les ongles des pieds longs et durs permettent de tenir
sur la glace.
Classification
Nom scientifique: Aptenodytes forsteri
Le naturaliste Forster accompagnait le capitaine Cook (1772-1775) et fut l'un des premiers à décrire les
manchots. En hommage, le nom scientifique forsteri fut donné au manchot empereur.
Caractéristiques physiques
Son dos est noir tirant sur le bleu gris. La queue, la tête, le menton et la gorge sont noirs. Le ventre est blanc. La
partie supérieure du ventre est blanc jaune. Il y a une tâche orange à proximité de chaque oreille (moyen de le
différentier avec le manchot royal) La taille des plumes atteint 8cm.
Population
Elle est estimée à environ 300.000 couples soit une cinquantaine de
colonies qui vivent tout en mer autour de l’Antarctique (zone orange) et
nidifient sur le continent (zones vertes). Certains facteurs peuvent faire
craindre une baisse de la population à savoir :
- le réchauffement global de la Terre qui provoquerait une fonte de la
glace d'où une diminution des sites de reproduction.
- la présence humaine (scientifiques, touristes) de plus en plus importante
sur le continent Antarctique.
- la surpêche
- le trou dans la couche d'ozone augmentant la quantité d'ultra-violet
Le manchot papou
Description
C’est l'espèce la plus craintive et la plus colorée avec un bec orange et
des pattes entre l'orange et le rose. Ses noms français et scientifiques ont
pour origine la Papouasie Nouvelle-Guinée bien qu'il n'y ait aucun
manchot dans ce pays. Les manchots papous restent dans leur colonie
tout au long de l'année. Les colonies restent rarement au même endroit
d'une année à l'autre car à la fin de la saison de reproduction, l'activité des
oiseaux a détruit la végétation, par conséquent ils doivent se déplacer
l'année suivante.
Classification
Nom scientifique: Pygoscelis papua
Sous-espèces:
•
Pygoscelis papua papua 75%
•
Pygoscelis papua ellsworthii 25%
Nom anglais: Gentoo Penguin
Le mot gentoo fait référence aux habitants d'Inde qui portent des bonnets
blancs leur faisant ressembler aux bandes blanches de la tête du manchot
papou.
Caractéristiques physiques
Le dos et la queue sont noirs, le ventre est blanc avec une tête noire tachetée de plumes blanches. Une bande
blanche parcourt le dessus de la tête d'un oeil à l'autre créant une forme triangulaire au-dessus de chaque oeil.
Les yeux sont entourés par un anneau blanc. Le bec est rouge orangé au bout noir. Les pieds sont oranges. Ses
yeux sont rouges.
Population
Estimée à 320.000 couples cette espèce est présente sur les îles
sub-antarctiques et sur la péninsule Antarctique.
• Iles Malouines : environ 66.000 couples
• Ile Géorgie du Sud : environ 103.000 couples,
principalement sur l'île Bird
Elle est sur le point d'être classée 'vulnérable'. Les populations sur
la péninsule antarctique ont tendance à augmenter tandis que
celles des îles sub-antarctiques pourraient décroître. Par ex., la
population des îles Malouines aurait baissé de 45% en 60 ans.
Les menaces seraient les perturbations par les hommes, la
pollution locale et les interactions avec l'industrie de la pêche.
Comportement
Ils nidifient uniquement sur des sites sans neige au contraire des manchots adélie et à jugulaire. Les sites
peuvent être des plages, des vallées, des collines et des sommets de falaises. Ils peuvent également faire leur
nid au milieu des herbes Tussock. Le nid est fait de pierres, d'herbes Tussock et de mousse. Les colonies sont de
tailles restreintes comprenant de plusieurs dizaines de couples jusqu'à quelques centaines.
Ils pondent deux oeufs qui sont couvés pendant 37 jours par les deux parents. Les poussins sont protégés par
les parents pendant 25 jours avant qu'ils rejoignent les autres poussins dans des crèches. Les parents continuent
à nourrir leurs poussins jusqu'à ce qu'ils aient 80 jours.
Le manchot adélie
Description
Il est entièrement noir sur le dos, blanc sur le ventre, la tête est noire avec un anneau blanc autour de l'oeil. Son
nom provient du prénom Adèle de la femme de l'explorateur français Dumont d'Urville. Il fait partie des manchots
les mieux connus et étudiés.
Du fait de sa petite taille et pour éviter une trop forte déperdition de sa chaleur, ses plumes sont plus longues que
celles des autres espèces et elles recouvrent une grande partie du bec. En dehors de la période de reproduction,
ils sont en mer. Ils se reposent sur les icebergs et les glaces flottants dérivant au grès des courants marins. Ils
viennent à terre pour préparer le nid, donner naissance et élever ses poussins. Ils ont une espérance de vie
estimée entre 10 et 20 ans.
Classification
Nom scientifique: Pygoscelis adeliae
Caractéristiques physiques
La tête est noire avec un anneau blanc distinctif autour des yeux. Le dos et
la face extérieure des ailes et de la queue sont noirs. Le ventre et la face
intérieure des ailes et de la queue sont blancs.
Population
Estimée à 15 millions et composée de 2,5 millions de couples et 10 millions
de jeunes, elle est stable même si le réchauffement provoquerait une
diminution dans certaines colonies.
L'espèce est présente et commune sur toute la côte antarctique et les îles
voisines car c'est l'un des rares manchots (avec le manchot empereur) dont
la présence se limite à l'Antarctique et les eaux environnantes.
Reproduction
Les manchots Adélie se rassemblent en grandes colonies pour nidifier. Le
nid est constitué d'une cavité dans le sol entouré de petits cailloux. Ces
petits cailloux sont choisis avec attention et ramenés au nid. Certains les
volent sur les nids voisins. Les nids sont commencés par les mâles en début
de saison puis terminés par le couple une fois formé. En général, deux oeufs sont pondus. Les oeufs sont couvés
pendant 35 à 37 jours. Les poussins n'éclosent pas toujours en même temps. Le mâle et la femelle couvent et
élèvent ensemble les poussins.
Le Manchot à jugulaire
Description
Il est le deuxième manchot le plus nombreux principalement
présent sur les îles Sandwich du Sud (très peu visitées). Il est
facilement reconnaissable à la fine bande de plumes noires
autour du menton et de la gorge (d'où son nom). Globalement,
il a le ventre blanc et le dos noir. Cette espèce est réputée
pour son intrépidité, sa combativité et son agilité.
Classification
Nom scientifique
Pygoscelis antarctica / Pygoscelis
antarcticus
On l’appelle aussi manchot antarctique ou manchot barbu
Caractéristiques physiques
Le dessus et l'arrière de la tête, le dos et la queue sont noirs.
Le contour des yeux, le menton, les joues et le ventre sont
blancs. Une fine bande noire parcourt la tête au niveau du
menton et de la gorge. Le bec est noir
Population
Estimée à 7,5 millions de couples, elle est stable et
essentiellement présente aux îles Shetland du Sud, Orcades du Sud, Sandwich du Sud, Balleny, Géorgie du
Sud, Heard et Mc Donald, Bouvet, Scott et Pierre 1er.
Le manchot de Magellan
Description
C’est l’espèce la plus nombreuse du genre Spheniscus. . Son nom vient
de l'explorateur Magellan qui fut le premier européen à se rendre dans
l'extrémité sud du continent américain et voir cette espèce. En 1519,
Magellan a vu et décrit ces manchots. Lui et son équipage furent étonnés
de voir ces drôles de "canards" sans aile mais cela leur permit d'en
ramasser une grande quantité avant de partir à la découverte de l'océan
Pacifique.
Classification
Nom scientifique Spheniscus magellanicus
Nom anglais Magellanic Penguin
Caractéristiques physiques
Certaines parties de la tête sont nues (sans plume). Les pieds sont noirs
avec quelques taches roses.
Population
Estimée à 1.200.000 couples elle est sur le point d'être menacée. Les
raisons principales sont la pollution par le pétrole et le développement
industriel ainsi que la pression de l'homme du fait du ramassage des
oeufs, de la détérioration de l'habitat, du ramassage du guano, du
tourisme, de la surpêche, et des filets de pêche. Le manchot de Magellan vit essentiellement aux îles Malouines,
sur la côte sud hors Terre de Feu de l’Argentine dont principalement Punta Tombo, au Chili sur la côte sud : l’île
Chiloé et Punta Arenas ainsi qu’aux îles Juan Fernandez
Comportement
Il vit dans des terriers à proximité de la mer.
Le manchot de Humboldt
Description
Le manchot de Humboldt appartient au genre Spheniscus. Il se trouve
uniquement sur la côte Pacifique du Pérou et du Chili. Malgré la forte
chaleur y régnant (les côtes sont des déserts), les manchots peuvent y
vivre grâce au riche écosystème du courant froid de Humboldt d’où son
nom.
Classification
Nom scientifique : Spheniscus humboldti
Caractéristiques physiques
Le devant est blanc, le dos et la tête noir brillant. Une bande noire se
trouve sur la poitrine et le ventre; des taches noires sur sa poitrine
permettent de le différencier. La peau de la tête est rose et le bec noir.
Population
Elle est de l’ordre de 17.000 couples sur les côtes du Chili et du Pérou,
elle est vulnérable et très irrégulière. Les raisons sont multiples:
Le phénomène El Niño est catastrophique pour cette espèce
en provoquant à chaque fois une baisse importante de la population.
Les courants chauds provoqués par El Niño diminuent
considérablement le nombre de poissons consommés par ce manchot
et donc ils meurent de faim
La pression de l'homme est très importante : récolte des oeufs, surpêche, introduction de nouvelles
espèces prédatrices (chiens, rats), réduction de son habitat, exploitation du guano, pollution (la catastrophe
pétrolière de 2000 sur l'île San Cristobal peut avoir eue des conséquences indirectes), le tourisme et une
population humaine en augmentation dans l'archipel.
Certaines chauves-souris vampires vivant dans des grottes sur la côte iraient s'abreuver en sang sur les
manchots endormis.
Habitat
Il préfère être dans des terriers ou dans les rochers. Là où le guano accumulé est extrait, si les manchots ne
peuvent pas faire de terrier ils sont alors obligés de faire leur nid à l'extérieur en utilisant des petits cailloux, des
feuilles et des brindilles.
Le manchot des Galápagos
Description
C’est un animal de la zone tropicale vivant dans le climat désertique de l'archipel des Galápagos. C'est l'espèce
de manchot la plus septentrionale puisqu'il vit au niveau de la ligne de
l'Equateur. Ainsi, un manchot peut vivre sans glace ou neige grâce à la
présence de courants froids.
Classification
Nom scientifique Spheniscus mendiculus mendiculus qui signifie 'petit
coquin'.
C’est la plus petite espèce du genre Spheniscus
Caractéristiques physiques
Les marques sont similaires aux autres espèces du genre Spheniscus
mais la bande au niveau de la poitrine est légèrement plus tachetée et
indéfinie. Les mâles ont des couleurs plus éclatantes et des marques plus
larges. Cette espèce a plus de parties dénudées sur la tête que les autres
espèces du même genre.
Population
C’est une espèce qualifiée de ‘menacée’ car très changeante et en
fonction de la force de El Niño. Elle est estimée entre 2.000 et 15.000 et
se trouve uniquement sur certaines îles des Archipel des Galápagos.
Comportement
L’oiseau est généralement en mer pendant la journée et à terre pendant
la nuit afin d'échapper aux hautes températures diurnes. Les nids sont
faits dans des fissures et dans des terriers des dépôts volcaniques. Ils
sont constitués de feuilles et de plumes. Les couples sont plutôt solitaires ou alors ils sont regroupés en petits
groupes. Les prédateurs naturels des adultes sont le requin des Galápagos et le faucon des Galápagos, Le
serpent des Galápagos et le crabe 'Sally Lightfoot' s'attaquent aux oeufs et aux poussins.
Le manchot du Cap
Description
Le manchot du Cap est la dernière des 4 espèces du genre
Spheniscus. Il se limite aux régions de l'Afrique du Sud et de la
Namibie. C'est la première espèce de manchot à avoir été découverte
par les européens. Il est assez bruyant, et certains comparent
volontiers son cri au braiement d'un âne. Sa population est
constamment en déclin.
Classification
Nom scientifique Spheniscus demersus demersus qui signifie
'plonger'.
Nom anglais African Penguin
On l’appelle aussi manchot moyen ou manchot du cap de BonneEspérance
Caractéristiques physiques
Son dos est noir, le ventre blanc avec une unique bande noire et
quelques tâches noires. La tête est noire avec une bande blanche. Les
pieds sont noirs. La partie sans plume sous les yeux devient rouge en
cas de fortes températures.
Population
Elle est estimée à 180.000 adultes, sous la pression humaine, sa
population décroît en permanence ainsi que le nombre de sites de
nidification. En 1910, on comptait 1.450.000 adultes. Dans les années 1970, la population était estimée à 222.000
adultes. L’espèce est classée ‘vulnérable’ à cause de la pollution (flaques de mazout, huile et pétrole), de la
diminution de son habitat par la pression humaine et industrielle, du ramassage de ses œufs et du ramassage du
guano perturbant les colonies de manchots et détruisant les sites habituels de nidification.
Reproduction
Le nid est fait dans un terrier pour se protéger des prédateurs et des fortes chaleurs. Le manchot du Cap est
considéré comme le manchot ayant la parade nuptiale la plus élaborée.
Le petit manchot bleu
Description
C’est la plus petite espèce de manchots. Elle utilise une gamme de sons et de cris plus étendue que les autres.
Ces manchots vivent dans des terriers. Ils sont nocturnes : ils quittent la terre pour la mer juste avant le coucher
du soleil et ils reviennent pendant l'obscurité afin d'éviter les prédateurs. Les habitudes côtières de cette espèce
ont favorisé l'isolation de groupes et l'apparition de cinq sous-espèces.
Classification
Nom scientifique : Eudyptula minor
Sous-espèces :
Eudyptula
minor
novaehollandiae,
Eudyptula minor iredalei,
Eudyptula minor variabilis,
Eudyptula minor minor, Eudyptula minor chathamensis)
Nom anglais : Little Blue Penguin, Little Penguin, Blue
Penguin ou Fairy Penguin
Autre nom français : Manchot Pygmée
Caractéristiques physiques
Différentes variations de bleu indigo sur le dos, la tête et les
ailes. Le ventre est blanc.
Population
Estimée à environ 1.000.000, elle est considérée comme
stable avec peut-être une légère décroissance. En Australie
on essaie de protéger cette espèce que l'on écrase régulièrement comme chez nous les hérissons. Ils vivent sur
les côtes de la Tasmanie, de la Nouvelle-Zélande (50.000 individus) et la côte sud de l’Australie.
manchot à ailerons blancs
Le manchot à ailerons blancs
Description
Cette espèce ne se trouve qu'en Nouvelle-Zélande, elle est proche de l'espèce du Petit Manchot Bleu.
Classification
Eudyptula (minor) albosignata
Caractéristiques physiques
Idem au manchot bleu
Population
Estimée à 3750 couples, elle est menacée sur l'île du Sud
Le manchot à oeil jaune
Description
Le manchot à oeil jaune est le manchot le plus reclus : il vit dans les
forêts de la côte et dans une dense végétation plutôt que dans de
larges colonies. Comme le nom le suggère, il a les yeux jaunes et une
bande de plumes jaunes pâles sur la partie supérieure de la tête. Il vit
exclusivement dans la partie sud de la Nouvelle-Zélande. On dit qu'il a
un cri plus musical que les autres espèces de manchots.
Classification
Nom scientifique : Megadyptes antipodes
On l’appelle aussi manchot des antipodes
Population
Estimée à environ 5000 couples, cette espèce menacée a diminué de
40% sur les 40 dernières années du fait de l’introduction d'animaux
prédateurs et de la destruction des forêts où nidifie ce manchot, il est
alors obligé de nidifier dans des endroits non protégés.
Comportement
Cet oiseau est présent tout au long de l'année sur le terrain où sont
construits les nids. Les nids sont construits dans la végétation dense
à partir d'herbe tussock. Chaque couple de cette espèce est solitaire.
Le nid est isolé et construit à l'abri du regard des autres couples. En
fait, si deux couples venaient à être visibles l'un de l'autre, la saison
de reproduction serait sans résultat pour les deux couples. Pour vivre
heureux vivons…
La famille des Gorfous
Les gorfous ou manchots à aigrettes se distinguent des manchots par leurs plumes qui forment des sourcils. Ils
ont une taille qui varie de 50 à 70 cm selon les espèces.
Gorfou macaroni ou gorfou doré
Gorfou des îles Snares
Gorfou sauteur
Gorfou huppé
Gorfou des Fjordland
Gorfou de Schlegel
EK & ESD 11/07
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Créer des cartes mémoire