Les acteurs clés

advertisement
LE NUCLEAIRE
LE SECTEUR EN BREF
30/01/2014- DRI - vp
Le Grand Carénage
EDF lance le programme "Grand Carénage", une opération de maintenance nationale et décennale sur toutes les
centrales nucléaires françaises.
Il consiste, lors des visites décennales :
 à remplacer les composants clés dans la perspective du fonctionnement de toutes les centrales françaises
jusqu’à 60 ans,
 dans le cadre des réévaluations périodiques de sûreté, à apporter des améliorations pour renforcer la
prévention et la robustesse face aux accidents graves et aux agressions externes (séisme, inondation, etc.).
 Démarré dès 2012, ce programme de grand carénage des 58 centrales d’EDF va monter en régime pour
atteindre son rythme de croisière en 2017. Il se poursuivra jusqu’en 2022
Les premières interventions d’envergure, comme le changement des générateurs de vapeur, sont déjà engagées.
D’autres vont suivre ; elles concernent de nombreuses parties des installations, comme le contrôle commande, la
rénovation des alternateurs, le remplacement des transformateurs, l’étanchéité des enceintes de confinement, le
remplacement d’équipements obsolètes. Une partie du programme d’investissement concernera les mesures dites
« post Fukushima » destinées à intégrer le retour d’expérience de l’accident japonais pour améliorer la robustesse
des installations vis-à-vis de situations extrêmes (inondations, tremblements de terre notamment).
30/01/2014- DRI - vp
Les acteurs clés
Acteurs institutionnels français
1. Services ministériels
L’énergie nucléaire est traitée par plusieurs administrations françaises qui traitent de l’énergie nucléaire, citons
principalement :
 le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie. Le ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie
et de l’Économie numérique auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie « élabore et
met en œuvre la politique de l’énergie et des matières premières, afin notamment d’assurer la sécurité
d’approvisionnement et la compétitivité de l’économie » ; la DGEC (Direction générale de l’industrie et du
climat), ainsi que la Mission Sûreté Nucléaire et Radioprotection (MSNR) au sein de la Direction générale de
la prévention des risques (DGPR) ;
 le ministère des Affaires Etrangères et Européennes ;
 le Secrétariat Général aux Affaires Européennes, ainsi que le Comité Technique Euratom pour la
coordination interministérielle face aux instances européennes ;
 le ministère en charge de la Recherche ;
 le ministère de la Défense.
2. Autorité administrative indépendante
ASN : L’Autorité de sûreté nucléaire est une autorité administrative indépendante créée par la loi du 13 juin
2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (dite "loi TSN"). Elle assure, au nom de
l’État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France pour protéger les travailleurs, les
patients, le public et l’environnement des risques liés aux activités nucléaires. Elle contribue à l’information
des citoyens. Elle a enfin une activité importante à l’international, contribuant à l’élaboration et à la diffusion
des meilleures principes et pratiques en matière de sûreté nucléaire.
3. Agences et établissements publics
ANDRA : créée en 1991, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs est un établissement
public à caractère industriel et commercial, dont les missions ont été complétées par la loi du 28 juin 2006
relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs. Placée sous la tutelle des ministères en
charge de l’énergie, de la recherche et de l’environnement, l’ANDRA est chargée de la gestion à long terme
des déchets radioactifs produits en France.
CEA : le Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives. Le CEA est un organisme de
recherche sur les énergies nucléaire et renouvelables, les technologies pour l'information et la santé, la
défense et la sécurité. Il a également des fonctions de représentation de l’Etat français, notamment à l’AIEA
ou avec les pays envisageant de se tourner vers le nucléaire.
AFNI : l’Agence France Nucléaire International a été créée en 2008 (décret du 9 mai 2008 publié au JORF
du 10 mai 2008) au sein du CEA. Son rôle consiste à aider les pays qui souhaitent se doter du nucléaire civil à
mettre en place l’environnement institutionnel humain et technique nécessaire à la mise en place d’une filière
électronucléaire respectant les normes les plus strictes en matière de sûreté, de sécurité, de non-prolifération
et de préservation de l’environnement.
30/01/2014- DRI - vp
IRSN : l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a été créé en 2001. Il est reconnu comme étant un
expert public sur le secteur du nucléaire.
Ses missions : développer une expertise publique en matière de recherche sur les risques nucléaires et
radiologiques.
CEFRI : il s’agit du Comité Français de certification des entreprises pour la formation et le suivi du
personnel travaillant sous rayonnements ionisants.
Ses missions: définir et gérer le système français de certification des ETT mettant à disposition du personnel
de catégorie A et B.
ADIA, Adecco, AXXIS, Crit, Gemo, Manpower, Randstad, Start People, Temis, Prowork….
PNB : le Pôle Nucléaire Bourgogne est un pôle de compétitivité à vocation mondiale. Il n'existe pas
aujourd'hui dans le monde de rassemblement équivalent d'industries et de compétences dans le domaine
nucléaire.
Il a pour ambition d'innover, de former et de fédérer pour accroître durablement le leadership de la filière
nucléaire française tout en développant la fertilisation croisée entre secteurs industriels de haute technicité
(aéronautique, énergie, transports).
4. Le Pôle de compétitivité du nucléaire : Pôle Nucléaire Bourgogne (PNB)
Qu’est-ce qu’un pôle de compétitivité ?
Les pôles de compétitivité en France sont des clusters (pôles)[1] reconnus individuellement par l'État et
définis par la loi de finances de 2005 comme le regroupement sur un même territoire d'entreprises,
d'établissements d'enseignement supérieur et d'organismes de recherche publics ou privés qui ont vocation à
travailler en synergie pour mettre en œuvre des projets de développement économique pour l'innovation.[2]
Bénéficiant de subventions publiques et d'un régime fiscal particulier, ils ont vocation à rendre l'économie
plus compétitive, créer des emplois, rapprocher la recherche privée et publique et développer certaines zones
en difficulté, tout en luttant contre les délocalisations.
5. Les associations régionales de prestataires du nucléaire
Les sociétés peuvent se regrouper en associations ou groupements non commerciaux.
Le but de ces associations ou groupements peut être suivant le cas d'aider leurs entreprises adhérentes dans
divers domaines (sécurité, technique …), de les promouvoir, de leur apporter un service de veille ou de
favoriser le renouvellement des compétences des salariés intervenant dans les centrales nucléaires.
30/01/2014- DRI - vp
GIP NO
L'association GIP NO (Groupement des Industriels Prestataires Nord-Ouest) regroupe les entreprises prestataires
qui assurent la maintenance des CNPE de Flamanville, Gravelines, Paluel et Penly
IFARE
L'association IFARE est issue d'entreprises implantées dans la Vallée du Rhône.
PEREN
L’association PEREN (Promotion de l’Emploi et des Ressources des Entreprises prestataires du Nucléaire) regroupe
une cinquantaine d’entreprises prestataires du nucléaire, et exerce ses missions sur les 5 CNPE du Val-de-Loire
Seine (Belleville, Chinon, Dampierre, Saint-Laurent, Nogent-sur-Seine). PEREN s'est également ouvert aux
entreprises prestataires du thermique (qui interviennent sur les sites de Bretagne, d'Ile de France et Pays de Loire).
GIE Atlantique
Le GIE Atlantique (Groupement d'Intérêt Économique Atlantique) concerne les centrales nucléaires de Blayais,
Golfech et Civaux.
Le GIE est un acteur permanent sur ces centrales dans les domaines de l'hygiène, de la sécurité, de la radioprotection
et de l'environnement des entreprises adhérentes
30/01/2014- DRI - vp
GIM Est
Le GIM Est est une association à but non lucratif, créée en 1991. L’objectif initial de l’association était d’aider les
entreprises régionales dans une reconversion vers les travaux de maintenance en exploitation et hors exploitation à
l’issue des travaux de construction du CNPE de Cattenom.
Les actions du GIM Est se déclinent principalement au travers de thèmes comme la formation, la sécurité, les
relations entre donneur d'ordres et entreprises prestataires.
Référentiel INTERIM « I »
Le référentiel de certification "I" spécifie les dispositions d'organisation devant être prises par les Entreprises
de Travail Temporaire (ETT) mettant à disposition du personnel de catégorie A ou B pour travailler dans
des installations nucléaires
SPE-I-0401 indice 9 : Spécification "I" du CEFRI concernant les entreprises de travail temporaire mettant à
disposition du personnel de catégorie A ou B travaillant dans les Installations Nucléaires
REG-C-0206 indice 10 : Cahier des charges pour la formation du personnel de catégorie A ou B travaillant
dans les Installations Nucléaires
PRO-C-0311 indice 6 : Procédure générale de certification des entreprises et entreprises de travail
temporaire
PRO-C-0308 indice 5 : Procédure de suspension et d'annulation de la certification
PRO-C-0309 indice 6 : Procédure de traitement des appels sur décision et des plaintes
http://www.cefri.fr/referentiel.php#formation
Répartition des ETT « qui forment » par région
Région des Entreprises de Travail Temporaire (ETT) demandeuses
RHONE-ALPES
47
CENTRE
31
HAUTE-NORMANDIE
PAYS DE LA LOIRE
CHAMPAGNE-ARDENNE
BOURGOGNE
BRETAGNE
AQUITAINE
IDF
MIDI-PYRENEES
LIMOUSIN
BASSE-NORMANDIE
12
1
25
NORD
POITOU
10
13
6
8
2 3
5
2 2
4
3
1
1
1
0
4
6
5 1
CDPI
Contrat Pro
CIPI
10
20
30
40
50
60
organismes agréés par IFARE (Information Formation Aide au Recrutement et Emploi)
30/01/2014- DRI - vp
Formations professionnalisantes
IRUP/ISTP
Préparation Professionnelle aux Métiers du Nucléaire
Technicien de Maintenance et Logistique Nucléaire
Technicien de Maintenance Spécialisé sur Site Nucléaire
Chargé de Maintenance en Environnement Nucléaire
Chargé de Maintenance en Environnement Nucléaire appliquée au Génie
Civil
Responsable d’Activité en Environnement Nucléaire
Ingénieur diplômé de l‘École des Mines de Saint Étienne, spécialité Génie des
Installations Nucléaires
formations spécifiques Nucléaires
ADSEARCH
QSP (Qualité sûreté prestataires)
ALSTOM POWER SERVICE
HN (Habilitation de niveau en assurance qualité)
APAVE
PR (Prévention des risques (classiques et Radioprotection)
APCO
PCR (Personne Compétente en Radioprotection)
ARDATEM
Incendie
AREVA NP
Formation au port des EPI (Équipement de protection individuel)
AVS
TRIHOM
SIFOP
D’autres organismes organisent également ces formations tels que : Techman Industrie, ANAFI PLUS, l’Institut de
Soudure, AFPMA Formation, INNOV Formation, IFMTS, ENDEL GDF Suez. Cette liste n’est pas exhaustive.
30/01/2014- DRI - vp
Téléchargement