1ES_-_2013-2014_-_Eco_4.3_eleve

publicité
A. Aoulmi – Lycée Pierre Corneille
Sciences économiques & sociales
2012 - 2013
Chapitre 7 - La monnaie et le financement
A l’issue de cette séquence de travail, vous devrez être capable de :
 Définir et expliquer les notions de masse monétaire, marché monétaire, banque centrale, prêteur en dernier ressort
 Présenter le processus de création monétaire par les banques commerciales
 Montrer l’importance de la banque centrale pour assurer la liquidité sur le marché monétaire et préserver le pouvoir d’achat de la monnaie
III. Qui crée la monnaie?
Sensibilisation
Document 1 – A la recherche des créateurs de monnaie - Manuel Hatier – Document 1 p. 148
A. Par quel processus la monnaie est-elle créée ?
1. Combien de monnaie en circulation ?
 La masse monétaire
Document 2 – Les agrégats monétaires  Manuel Hatier - Doc 3 - page 141 – Questions 2 et 3
 Les agrégats monétaires
Document 3 – La composition de la masse monétaire de la zone euro
Questions :
1. Quelle part en % représente M1 dans M3 ? Même
question pour M2.
2. Peut-on utiliser M2-M1 pour effectuer des
paiements ?
3. Quel est le critère qui permet de différencier les 3
agrégats ? Complétez le schéma.
En milliards d’euros, août 2010
…………………….
1114
Placements à terme
3671
Comptes sur livret
M3
M2
…………………….
3945
Comptes à vue
792
Billets et pièces
M1
Source : BCE
2. D’où vient la monnaie en circulation ?
 Le rôle des banques commerciales
Document 4 – Les crédits font les dépôts -  Manuel Hatier - Doc 2 - page 148 – Questions ci-dessous
Questions :
1. D’où la banque sort-elle la monnaie qu’elle a prêtée à l’entreprise ?
2. Expliquez le titre du document.
3. Pourquoi un crédit entre entreprises ou un crédit bancaire financé sur épargne ne sont-ils pas source de création monétaire ?
4. Dans quel cas de figure la masse monétaire s’accroît-elle ?
 Les trois acteurs de la création monétaire
Document 5 – Les 3 acteurs de la création monétaire
Les banques
Les opérations de crédit réalisées par les banques représentent […] une source majeure de création monétaire. Il s'agit de crédits accordés aux particuliers, aux
entreprises, mais aussi, parfois, à l'Etat. Lorsque le Trésor Public, banquier de l'Etat, veut financer le déficit budgétaire, il peut émettre des bons du Trésor qui
seront achetés par les banques. [Plus généralement, la banque crée de la monnaie chaque fois qu'elle monétarise un actif non monétaire, quand elle crée de la
monnaie en contrepartie d'un actif réel (immeuble, devises, actions, obligations …)].
La Banque centrale
Une Banque centrale crée deux sortes de monnaie. Il s'agit d'abord de la monnaie fiduciaire puisqu'elle détient depuis 1848 le monopole d'émission des billets
[…]. Aujourd'hui, c'est la Banque centrale européenne qui crée les billets en euros. Il s'agit ensuite de la monnaie scripturale qu'elle peut créer selon les mêmes
mécanismes que la création monétaire des banques. […] La Banque de France crée de la monnaie scripturale au profit des banques. […]
La Banque de France peut aussi créer directement de la monnaie au profit du Trésor Public en lui achetant des bons du Trésor. […]
Enfin, la Banque de France crée de la monnaie, en l'occurrence des euros, en contrepartie des devises étrangères apportées par les banques et provenant des
clients. […] s'il y a, par exemple, une importante demande d'euros en échange de dollars, la Banque de France va acquérir les dollars et donner les euros
demandés, augmentant ainsi la masse monétaire.
Le Trésor Public
[…] Le Trésor est l'agent financier de l'Etat, une sorte de "caissier" puisqu'il perçoit les recettes publiques […] et exécute les dépenses. C'est aussi le banquier de
l'Etat. Le Trésor crée la monnaie divisionnaire (monopole de fabrication des pièces), mais il peut aussi créer de la monnaie scripturale. Par exemple, lorsque le
compte chèque postal (CCP) d'un fournisseur de l'Etat (ou d'un fonctionnaire à qui l'Etat doit verser un salaire) est crédité, le Trésor crée sa propre monnaie
scripturale.
Jean-Yves Capul, L'économie et les sciences sociales de A à Z, Hatier, 2004
Question : Complétez le schéma suivant
1
A. Aoulmi – Lycée Pierre Corneille
Les …………………
aux agents non financiers
(…………………, ………………………………………)
Les achats de ……………………………………… ou
d'…………………………………………… pour financer les
……………………………… de l'…………
Sciences économiques & sociales
Les
BANQUES
créent de la ………………
……………………
portée à l'ac f d'agents non
financiers
(………………………,
……………………………, …………)
2012 - 2013
Les achats de …………………
aux agents non financiers (…………………,
………………………………………)
Les achats d'…………………… et d'……………………
émises par les entreprises
La BANQUE CENTRALE (Banque de France sous l'autorité de la B.C.E (……………………………………………………………………………) gère les comptes des banques ("banque des banques") et du
Trésor Public
L'émission des
…………… (B.C.E
aujourd'hui)
!
Les crédits
aux ………………
Les achats de …………………………………………………
ou d'…………………………………………… pour financer
les …………………………… de l'………………
Les achats de ……………………
aux …………………
La Banque Centrale crée de la monnaie …………………………… (billets) ou …………………………… ("centrale") portée à l'ac f du compte des banques ou du Trésor Public à la
Banque Centrale, donc au profit d'agents ……………………………………… Mais les banques et le Trésor Public font eux-mêmes circuler ce e monnaie vers des agents non
financiers : il y a donc bien créa on monétaire.
Le TRESOR PUBLIC incarne l'Etat dans ses ac vités monétaires et financières (personnalisa on financière de l'Etat) est chargé d'encaisser les rece es
(………………………………………………………) et d'exécuter les ……………………………… de l'Etat et est tulaire d'un compte à la Banque de France
La frappe de la monnaie
……………………………………………
(………………………)
Les versements aux agents non financiers détenteurs d'un ………………………………………… ……………………………… : le
Trésor Public crée de la …………………………………………………………
portée à l'ac f des tulaires
3. Quelles sont les limites de la création monétaire ?
Document 6 – Source et limites de la création monétaire -  Extrait vidéo - Aurélien Eyquem - Maître de Conférences (Associate professor) - Ecole Normale
Supérieure de Lyon - http://www.dailymotion.com/video/xnhpwp_creation-monetaire_school#.UStHb44dL4c, de 5’20 à 14’22
Question : Quels sont les trois types de « fuite » qui limitent le pouvoir de création monétaire des banques de second rang ?
B.
La banque centrale : un rôle clé dans la régulation de la création monétaire ?
1. Le contrôle de la création monétaire : quels moyens ?
Document 7 – La banque centrale crée et gère la monnaie fiduciaire
La création de monnaie scripturale engendre pour les banques un besoin d’argent liquide à peu près proportionnel à la quantité de monnaie créée ; on dit
qu’elles doivent se refinancer. Elles se procurent cet argent liquide sur le marché monétaire, en l’empruntant à d’autres institutions financières moyennant un
intérêt, contre des titres qu’elles laissent en dépôt. La banque centrale intervient sur ce marché monétaire. Elle peut faire varier la rémunération qu’elle
demande pour fournir de la liquidité aux banques. Ces opérations, dites d’open market, font varier les taux d’intérêt à court-terme et la quantité de billets de
banques en circulation. Autre instrument de contrôle, les besoins de liquidités des banques sont artificiellement accrus par les réserves obligatoires. Les banques
sont obligées de déposer auprès de la banque centrale, sans rémunération, une somme correspondant à une fraction des crédits qu’elles accordent.
A. Parienty, « A quoi servent les banques centrales ? », Alternatives Economique Poche, n°46, novembre 2010.
Questions :
1. Qu’est-ce que le refinancement ?
2. Quels sont les moyens dont dispose la BCE pour contrôler la masse monétaire en circulation ?
2. Le rôle de prêteur en dernier ressort ?
Document 8 – La banque centrale dans la crise
Les banques commerciales peuvent à tout moment manquer de liquidités pour assurer leurs activités quotidiennes (retraits de clients, opérations de
compensation entre les banques, etc.) (…) Lorsqu’une banque doit se refinancer, c’est-à-dire doit trouver des liquidités pour régler une dette, elle peut les
trouver sur le marché monétaire. Ce marché permet aux banques et aux grandes entreprises de prêter ou d’emprunter des montants élevés sur des durées
courtes (d’une journée à un an) et donc de placer leurs excédents de trésorerie de court terme ou au contraire de faire face à un déficit temporaire de liquidité.
C’est également sur ce marché que la banque centrale peut intervenir pour prêter des liquidités ou en « emprunter » (ce qui revient à les retirer du circuit).
En 2007, les premières manifestations de la crise des subprimes ont installé un tel climat de défiance qu’elles refusaient de se prêter mutuellement de l’argent
via le marché monétaire : de nombreuses banques se sont donc trouvées en situation de manque de liquidités, ne pouvant honorer leurs engagements par
incapacité à trouver la liquidité nécessaire alors même que les banques en question détenaient des actifs ayant une valeur supérieure aux engagements pris !
Afin d’éviter une vague de faillites bancaires, dommageable pour l’ensemble de l’économie, les banques centrales ont joué leur rôle de « prêteur en dernier
ressort » : elles ont « injecté » des liquidités, ce qui signifie qu’elles ont alimenté le marché interbancaire en liquidités. Leur action a consisté à accorder
massivement des prêts aux banques qui en avaient besoin, en échange d’actifs, servant de garantie. L’offre de liquidités aux banques commerciales figure parmi
les « activités normales » des banques centrales, même en l’absence de crise. Face au caractère exceptionnel de la situation, les banques centrales ont
cependant modifié les modalités d’octroi de la liquidité et les montants en jeu : elles ont accepté une gamme plus vaste d’actifs comme garantie, accordé des
prêts plus longs et plus importants, et élargi la liste des banques pouvant en bénéficier. Lorsque les banques centrales injectent des liquidités, elles ne donnent
donc pas de l’argent aux institutions financières, mais les prêtent en échanges d’actifs en garantie et d’un taux d’intérêt. Ce type d’opération se distingue donc
de celles destinées à renflouer des banques au bord de la faillite par un apport de capital.
Nicolas Couderc, Olivia Montel-Dumont, Des subprimes à la récession, comprendre la crise, La Documentation française, 2009.
Questions :
1. En quoi la crise de 2007 a-t-elle eu des effets particulièrement graves sur le marché monétaire ?
2. Pourquoi dit-on que la Banque centrale joue un rôle de « prêteur en dernier ressort » ?
2
Téléchargement
Explore flashcards