QUESTIONS : (9,5 points)

advertisement
DOSSIER I : Conjoncture et décisions de politiques économiques
DOCUMENT 1 : Maroc : les nouveaux segments, leviers de croissance du marché de l'immobilier
Au cours des deux premiers trimestres de 2011, les prix de l’immobilier ont fortement progressé en
glissement annuel et plusieurs importants projets immobiliers devraient confirmer la tendance d’ici la fin
de l’année prochaine, alors que le logement social continue de susciter une forte demande…
La hausse enregistrée au deuxième trimestre a été stimulée par le segment résidentiel qui a représenté
près de 66% des ventes. L’immobilier résidentiel a progressé de 3,8% au cours du deuxième trimestre de
2010, porté par une augmentation de 5,4% des prix des appartements.
Le segment des logements sociaux continue également de figurer parmi les principaux leviers de
croissance du
marché de l’immobilier. D’après les médias locaux, les ventes d’appartements ont rapporté
jusqu’à 30% de bénéfices aux promoteurs spécialisés dans le logement social ou à bas prix, et ce, en
grande partie, grâce aux avantages fiscaux (exonération de l’impôt sur les gains en capital et des droits de
succession) visant à stimuler le secteur….
…Pour Omar Naciri, promoteur immobilier qui a exclusivement opté pour ce créneau en développant des
projets comme Casa Dia à côté de la forêt de Bouskoura, «il existe encore un très fort potentiel
pour le logement résidentiel haut standing ! Il y a un léger flottement depuis le début de la crise
internationale. Il est dû surtout au fait que les futurs acquéreurs espéraient faire de meilleures affaires.
Bien qu’opérant dans le haut de gamme, Omar Naciri n’échappe pas à une foultitude de tracasseries. «Le
problème numéro 1 pour la grande majorité des promoteurs qui font du logement résidentiel est la rareté
de la ressource foncière dans et aux abords des villes. Le deuxième souci, en lien direct avec le premier,
relève de la législation sur le foncier qui commence à dater et qui n’est plus en phase avec la réalité du
marché.
www.lavieeco.com, Edition du 11 Novembre 2011 et du 08 Décembre 2011
DOCUMENT 2 : La Chine autorise sa monnaie à davantage fluctuer, toujours sous contrôle
La valeur du yuan est déterminée par la banque centrale, qui fixe son taux quotidiennement, et non par la
loi de l'offre et de la demande comme c'est le cas pour la plupart des grandes monnaies de la planète. La
Chine affirme que son objectif est de rendre à terme le yuan totalement convertible et de se doter d'un
système de taux change flottant librement. L'élargissement de la bande de fluctuation de sa monnaie va
donc dans ce sens.
Pékin, principal détenteur d'actifs monétaires américains au monde, craint en effet une montée des risques
à l'encontre de la valeur de son portefeuille. Pour se prémunir des aléas monétaires liés aux fluctuations de
la devise américaine, les autorités chinoises cherchent à diversifier les points d'arrimage (ancrage) de leur
monnaie.
Les Etats-Unis, qui ont enregistré en 2011 un déficit commercial record avec la Chine, estiment comme
beaucoup de partenaires commerciaux de Pékin que le cours du yuan est sous-évalué, ce qui confère aux
produits chinois un
avantage compétitif indu.
www.lemonde.fr, Edition du 14 Avril 2012.
1
DOCUMENT 3 : Indicateurs macro-économiques – Maroc 2007-2011
Taux de croissance économique (xi)
Taux de chômage
Taux d’inflation (yi)
Solde de la balance courante en % du PIB
2007
2,7
9,8
2,5
- 0,1
2008
5,6
9,6
3,7
- 5,2
2009
4,8
9,1
1,0
- 5,4
2010
3,7
9,1
0,9
- 4,5
2011
5,0
8,9
0,9
-7,6
Rapport économique et financier accompagnant la Loi des finances 2012, www.finances.gov.ma
DOCUMENT 4 : Données du Budget général de l’Etat : Lois des finances 2011 et 2012
En Milliards de DH
Recettes fiscales
Recettes non
fiscales Recettes
d’emprunts
Dépenses
totales
Solde
budgétaire
Loi des Finances
2012 172,9
17,4
65,7
289,7
- 33,7
Loi des Finances
2011 159,7
12,7
54,2
242,4
- 15,8
Variation en %
8,3
37,0
21,2
19,5
…. ?.....
[…] Le choix volontaire d’une politique budgétaire au service de l’investissement, du développement et
du soutien au pouvoir d’achat, dans un contexte de chocs externes forts et coûteux, s’est réalisé, certes,
en permettant au pays de maintenir son trend de croissance et d’améliorer même sa notation à
l’international, mais il s’est traduit par une répercussion significative de l’augmentation des prix des
matières premières sur la charge de la compensation et partant sur le déficit budgétaire.
Lois des finances 2011- 2012 synthèse du rapport économique et financier, www.finances.gov.ma
DOCUMENT 5 :
En 2003, la politique monétaire a continué d'œuvrer pour la maîtrise de l’inflation ainsi que pour
l'amélioration des conditions de financement de l'économie, en vue de favoriser la croissance.
Au niveau de la mise en œuvre de la politique monétaire, la réalisation de l’opération de cession de 80% du
capital de la Régie des tabacs en juillet, pour un montant de 14 milliards de dirhams, couvert à hauteur de
11 milliards de dirhams par des apports en devises et de 3 milliards par des recours au crédit bancaire, a
influé sur l’évolution de la situation monétaire et de la liquidité du marché au cours de l’exercice 2003.
Dans ces conditions, et compte tenu de la chute du taux interbancaire, Bank Al-Maghrib a dû procéder, au
début du mois de septembre, à un nouveau relèvement du ratio de la réserve monétaire, de 14% à 16,5%,
qu’elle a, toutefois, assorti de l'augmentation du taux de rémunération des fonds constitués à ce titre de
0,50% à 0,75%, afin de ne pas décourager la mobilisation de l’épargne. En outre, Bank Al-Maghrib a
recouru, de nouveau, aux opérations de reprises de liquidités et initié, pour la première fois, des opérations
de swap de change.
Rapport de Bank Al-Maghrib 2003, www.bkam.ma
2
DOCUMENT 6 :
L’évaluation par le Conseil de la banque, sur la base des analyses prospectives et des prévisions d’inflation
et d’inflation sous-jacente, a fait ressortir l’absence de risques inflationnistes à moyen terme. En effet, la
prévision consensuelle moyenne sur l’horizon de six trimestres, bien qu’elle ait connu de légères révisions
à la hausse, est restée en ligne avec l’objectif de stabilité des prix.
….Dans ces conditions, et vu l’absence de tensions menaçant significativement l’objectif de stabilité des
prix à moyen terme, le Conseil de la banque a décidé de maintenir le taux directeur à 3,25% lors de ses
quatre réunions de l’année. Par ailleurs, tenant compte du caractère durable du besoin en liquidité sur le
marché monétaire, ainsi que de l’évolution observée et prévisible des facteurs de liquidité, le Conseil de la
banque a poursuivi le processus de réduction du ratio de la réserve monétaire, le ramenant de 8% à 6%, à
partir du 1er avril 2010. Cette baisse s’est ainsi traduite par une injection de liquidité de près de 8,2
milliards de dirhams.
Rapport de Bank Al-Maghrib 2010, www.bkam.ma
DOCUMENT 7:
Tableau 1 : Structure du PIB REEL (en %)
Secteurs
Primaire
Secondaire
Tertiaire
Total
2009
12,7
26
61,3
100
2010
13,4
25,3
61,3
100
2011
11
25,6
63,4
100
2012
11,9
25,4
62,7
100
Source : HCP
Tableau 2 : Equilibre du PIB aux prix courants (valeurs en millions de DH courants)
Rubriques
PIB
Variation du PIB en %
Consommation finale nationale
2009
522649
4,5%
396578
2010
575271
10,1
428178
2011
601558
4,6%
461412
2012
?
9,3%
503408
FBCF
149054
165301
187617
211631
9078
16712
17450
18976
197027
14,6%
224522
14%
271346
20,9%
301694
11.2 %
Source : HCP
Variation des stocks
Exportations de biens et services
Variation en %
3
TRAVAIL A FAIRE : (10,5 points)
1) Caractérisez les marchés, objet des documents 1 et 2, en complétant l’annexe 1.
2) En vous référant au document 3 :
a) lisez les chiffres soulignés ;
b) b1) déterminez l’équation de la droite d’ajustement de la forme y = ax + b selon la
méthode des moindres carrés, sachant que ∑ (xi - x) (yi - y) = 0,86 ; ∑ (xi - x)²= 5,33. (à retenir
deux chiffres après la virgule) ;
b2) vérifiez la réalisation du couple d’objectifs incompatibles croissance économique et
stabilité des prix sur la base du résultat obtenu. Commentez
1,5 pt
pts
0,25 pt
1 pt
0,75 pt
b3) calculez le taux de croissance économique prévisionnel pour un taux d’inflation de 2%. 0,5 pt
4) A partir du document 4,
a) calculez et expliquez la variation du solde budgétaire en 2012.
b) déduire les conséquences de l’aggravation du déficit budgétaire en 2012 sur :
b1) le budget de l’Etat ;
b2) l’économie nationale.
c) Déduire la nature de la politique budgétaire objet du document. Justifiez
0, 5 pt
0,5 pt
0,5 pt
0,5 pt
5) Complétez le tableau de l’annexe 2
1,5 pt
6) Précisez l’impact de la cession en 2003 de 80 % de la Régie des Tabac sur l’agrégat M3.
Justifiez.
7) Sur la base du document 7 :
1) Commenter la structure du PIB
2) Sur la base du tableau 2 :
a) Lire les chiffres soulignés.
b) Préciser les types d’opérations économiques réalisés par les agents économiques.
c) Compléter le tableau suivant :
Rubriques
Valeurs en 2012
Ressources :
0,5 pt
0,5 pt
0,5 pt
0,5 pt
1 pt
Total Ressources
Emplois :
Total emplois
4
Annexes à rendre avec la copie
ANNEXE 1 : Les marchés
Type de marché
Offreurs
Demandeurs
Evolution des prix
selon l’objet
Document 1
Document 2
ANNEXE 2 : Les instruments de la politique monétaire et leur manipulation
Instrument (s) de
Actions
Objectif
la politique
(manipulations)
intermédiaire
Objectifs finals
monétaire
Document 5
Document 6
5
DOSSIER II : Ouverture et stratégies sectorielles : quels liens ? (9,5 points)
DOCUMENT N°1: Soldes des postes de la balance des opérations courantes (2011-2013)
En millions de DH
2011
2012
2013*
Compte des transactions courantes
- Biens
- Services
- Revenus
- Transferts courants
- 64 608,1
- 157 160,8
+43 498,1
- 16 560,5
+ 65 615,1
- 82 445,9
- 172 517,5
+ 46 074,5
- 19 762,0
+ 63 759,1
- 66 165,6
……?……
+ 46 712,4
- 14 895,7
+ 73 317,7
Variation
2013/2012
...........?........
- 0,7 %
+ 1,4 %
- 24,6 %
+ 15,0 %
* Données provisoires
Balances des paiements 2011, 2012 et 2013, www.oc.gov.ma
DOCUMENT N°2 : Evolution du taux de couverture et de degré d'ouverture 2008-2012
60,00%
50,00%
40,00%
30,00%
50,20%
47,80%
48,90%
47,80%
42,80%
34,90%
20,00%
25,70%
29,30%
33,10%
34,50%
34,5 %
2011
2012
10,00%
0,00%
2008
2009
2010
Taux de couverture des biens
Taux d'ouverture
www.oc.gov.ma, consulté le 10/05/2014
6
DOCUMENT N°3: Émergence de nouveaux moteurs à l’export
En dépit de sa concentration sur les produits traditionnels, l’analyse de l’offre exportable nationale sur ces
dernières années révèle l’émergence de certains métiers qui contribuent significativement à la
modernisation du tissu industriel national....
En conséquence, les exportations de ces métiers mondiaux du Maroc (MMM) ont atteint près de 97
milliards de DH (MMDH) en 2012 contre près de 75,5 MMDH en 2008, ce qui correspond à un
additionnel de 21,56 MMDH et une croissance annuelle moyenne de 6,5%. Cette dynamisation a été tirée,
principalement, par les performances remarquables des secteurs de l’automobile (+98% entre 2008 et
2012), de l’aéronautique (+76%), de l’Offshoring (+70,2%) et, dans une moindre mesure, de
l’agroalimentaire (+11%).
L’évaluation des principaux indicateurs de compétitivité du Maroc montre que, malgré les efforts des
pouvoirs publics et en dépit de certaines réussites ponctuelles ou sectorielles, le Maroc n’arrive pas
encore à atteindre le niveau adéquat pour affronter la concurrence mondiale, et ce, en raison de la
Persistance de plusieurs handicaps structurels. Il s’agit d’une des principales conclusions d’une récente
étude de la DEPF. Il s’agit en particulier, précise-t-on, de l’inertie de l’offre exportatrice nationale, sa
concentration sur quelques produits et sur quelques marchés, la prédominance des produits à basse
technologie et à forte intensité de ressources naturelles et de main-d’œuvre, la faible qualification et
scolarisation des employés ainsi qu’une faible productivité comparativement à des pays concurrents
particulièrement asiatiques. Or, dans le contexte actuel, marqué par une crise économique profonde qui
affecte la zone euro, note l’étude, le renforcement de la compétitivité devient pour le Maroc un
impératif pour relever le défi de la croissance et du bien-être, ce qui nécessite l’association des efforts
de tous les acteurs socio-économiques pour développer une économie performante et compétitive.
www.lematin.ma, Edition du 22 mai 2013
QUESTIONS : (9,5 points)
8) En vous référant au document 1:
a) Calculez les données qui manquent dans le tableau.
b) Expliquez l'évolution du solde du compte des transactions courantes en 2013.
9) A partir du document 2 :
a) Lisez le chiffre encadré.
b) Comparez puis commentez l'évolution des taux de couverture et du degré d'ouverture.
10) A l'aide du document 3:
a) Relevez trois handicaps du commerce extérieur marocain.
b) Proposez trois solutions pour dépasser ces handicaps.
c) Expliquez le passage souligné.
d) Définir le terme souligné
e) Déduire la nature de stratégie industrielle marocaine.
f) Décrivez les externalités positives sur l’économie marocaine après son orientation sur les
nouveaux métiers mondiaux.
1 point
1 point
0,5 point
1 point
1,5 point
1,5 point
0,5 point
0,5 point
1 point
1 point
7
8
Téléchargement