resumé

advertisement
Une quantité fondamentale à déterminer avec la plus grande précision en astrophysique
nucléaire pour rendre compte de la production d'énergie et de la synthèse des éléments
chimiques dans les étoiles et l'univers est le taux de réaction. Son calcul est l'un des buts
principaux dans l'étude des réactions de fusion thermonucléaire qui jouent un rôle
important dans la compréhension de l'origine et la composition de l'univers, non seulement
lors de la nucléosynthèse primordiale mais aussi lors de la naissance et de l'évolution des
étoiles. Aux énergies stellaires, l'effet de la barrière coulombienne est responsable de la
chute brutale des sections efficaces de ces réactions qui sont extrêmement difficiles, voire
impossibles à mesurer en laboratoire autour de la fenêtre de Gamow. Pour extraire,
néanmoins, le facteur astrophysique S(E) permettant de réduire la forte dépendance en
énergie des sections efficaces, l'on procède à l'extrapolation des valeurs mesurées aux
énergies plus élevées accessibles à l'expérience au moyen d'une théorie fiable des réactions
nucléaires. Nous avons appliqué cette méthode à la réaction 15N(p,?)12C impliquée dans le
cycle CNO froid de combustion de l'hydrogène en ajustant les données expérimentales
correspondantes dans le cadre du formalisme de la Matrice-R. Dans cette analyse, trois
niveaux excités du noyau composé 16O et un niveau large supplémentaire sous le seuil de la
réaction ont été considérés. Des ajustements satisfaisants ont été obtenus simultanément
pour les données de S(E) et des distributions angulaires avec les mêmes paramètres de 16O.
De nouvelles valeurs de ces derniers (énergie d'excitation, spin-parité, largeurs totales,
largeurs partielles et largeurs réduites) et du rayon de voie ont été déterminées. Notre
analyse rend compte de l'interférence entre niveaux de même spin et parité et de la forte
anisotropie des distributions angulaires expérimentales. Le taux de réaction a été calculé aux
températures stellaires à partir de facteur astrophysique à l'énergie zéro, S(0), et comparé à
ceux rapportés dans la littérature.
Téléchargement