Télécharger - Région Bretagne

publicité
Économie
circulaire
Ekonomiezhkelc’h
Encourager les initiatives innovantes
pour favoriser de nouveaux
modèles économiques
Mont a-du gant al luskoù
nevezus evit kas patromoù
ekonomikel nevez war-raok
Q
H
u’elles soient minières, organiques ou énergétiques, les
ressources naturelles sont aujourd’hui le carburant du développement économique mondial. Repenser leur utilisation,
pour découpler la croissance économique de leur extraction et de
leur épuisement, est un impératif. L’économie circulaire, inscrite au
cœur des débats européens, vise à répondre à ce défi en imaginant
de nouveaux modèles d’affaires et des écosystèmes territoriaux
mieux connectés, s’appuyant sur l’éco-conception, le recyclage
ou encore la réutilisation des ressources.
Ce nouveau modèle de production et de consommation s’intègre
dans la « Glaz économie », la stratégie de développement économique de la Région Bretagne. Il représente une formidable
opportunité de réduire nos impacts environnementaux pour
créer de nouvelles valeurs, positives sur un plan social, économique et environnemental.
Pour encourager le passage à l’action et démontrer ces
plus-values, la Région a lancé fin 2014 un appel à manifestation
d’intention. Plus d’une trentaine d’organismes publics et privés
ont candidaté, soulignant le dynamisme breton en la matière et
augurant un réseau régional des acteurs de l’économie circulaire.
Huit d’entre eux ont été retenus pour faire l’objet d’un accompagnement étroit durant une année.
Chacun de ces huit projets expérimente ces nouveaux modèles
économiques. S’illustrant dans une variété de configurations,
tous ont pour point commun de susciter l’innovation et de
développer la coopération.
Les fiches qui vous sont ici proposées vous présentent ces projets et les structures qui les portent, les défis qu’elles ont relevés
et les facteurs qui ont fait leur réussite. Ces supports visent à
faciliter le partage et l’échange ; je vous invite à les utiliser et à
les diffuser largement.
iziv an deiz ez a diorroadur ekonomiezh ar bed en-dro
diwar-goust an danvezioù naturel, pe e vefent tennet eus
minoù, pe e vefent organek peotramant energetek. Ret-holl
eo adwelet penaos e vezont implijet, kuit d’ar c’hresk ekonomikel
da vezañ e dalc’h anezho, rak tonket int da vont da hesk. Emañ
an ekonomiezh-kelc’h e-kreiz ar c’hendivizoù a zo bet en Europa.
Klask a ra diskoulmañ ar gudenn-se hag ijinañ patromoù nevez evit
an aferioù hag ekoreizhiadoù tiriadel, liammet gwelloc’h an eil re
ouzh ar re all, oc’h en em harpañ war an eko-danzen, an adaozañ,
peotramant an adimplij eus an danvezioù.
Ar patrom nevez-se evit produiñ ha beveziñ a gav e blas en
« Ekonomiezh-c’hlas », strategiezh Rannvro Breizh evit an diorren
ekonomikel. Sed aze un digarez eus ar c’hentañ da noazout nebeutoc’h d’an natur, abalamour da grouiñ talvoudoù nevez, evit mad
ar gevredigezh, an ekonomiezh hag an endro.
Evit broudañ an dud da begañ e-barzh, ha diskouez ar perzhioù
mat-se, e oa bet graet ur galv gant ar Rannvro e fin 2014, d’an
dud da embann o mennad. Ouzhpenn un tregont bennak a aozadurioù publik ha prevez a oa aet war ar renk, ar pezh a ziskouez
a-walc’h pegement a startijenn he deus Breizh war an dachenn-se.
Gant-se e c’haller soñjal e vo ur rouedad oberourien eus an ekonomiezh-kelc’h er rannvro. Miret ez eus bet eizh anezho hag a vo
skoazellet a-dost e-pad bloaz.
Pep hini eus an eizh raktres-se a arnod ar patromoù ekonomikel
nevez-se. A bep seurt a gaver enno, met gant an holl anezho e
kaser an neveziñ hag ar c’henlabour war-raok.
Er fichennoù-mañ e tiskouezer deoc’h petra eo ar raktresoù-se
hag ar frammoù a ren anezho, peseurt diaesterioù o doa ranket
talañ outo, ha petra en deus graet dezho ober berzh. Evit aesaat
al lodañ hag an eskemm eo an teulioù-se ; grit ganto ha skignit
anezho en-dro deoc’h kement ha ma c’halloc’h, mar plij.
Jean-Yves LE DRIAN
Président du Conseil régional de Bretagne
Prezidant Kuzul-rannvro Breizh
L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE À IMPACT POSITIF, C’EST QUOI ?
La pression exercée par les activités humaines sur les ressources planétaires à un rythme
supérieur aux capacités de renouvellement de la nature remet en question le système
linéaire de production et de consommation sur lequel est basé notre société. Aujourd’hui,
les biens sont trop souvent conçus dans une perspective d’usage unique, sans réelle prise
en compte des problématiques liées à la gestion des matières premières et à la fin de
vie de ces produits. Rompant avec cette logique, l’économie circulaire propose d’engager
un changement de paradigme pour passer dans une société où la notion de déchet n’existe
plus : tout est ressource. S’inspirant des écosystèmes naturels, ce nouveau modèle
économique repose sur la création de boucles de valeurs positives, à chaque utilisation
de la matière ou du produit de consommation. Son objectif est d’arriver à dissocier
la croissance économique de l’épuisement des ressources naturelles, tout en créant
de nouvelles valeurs économiques, sociétales et environnementales.
Un changement de perspective
pour un modèle responsable...
...au plus près des besoins et des réalités locales...
La transition du linéaire au circulaire débute par un changement
d’intention. L’économie circulaire à impact positif propose de
créer des projets bénéfiques pour l’humain, l’environnement
et l’économie. Ces nouveaux modes de production et de
consommation intègrent une gestion optimisée des matières
premières dès la conception et privilégient l’usage de produits
non-toxiques, facilement démontables. L’obsolescence des biens
devient ainsi une donnée essentielle de l’équation. La réparation,
la recyclabilité, les pratiques d’échange et de partage, le recours
aux énergies renouvelables sont fortement encouragés. Dans
ces nouveaux modèles, l’implication de toutes les sphères de
la société - citoyen, consommateur, collectivité, entreprise,
association- est nécessaire. La structuration des écosystèmes
avec une gouvernance agile est fondamentale.
EXTRAIRE
LES MATIÈRES
FABRIQUER
LES PIÈCES
Basée sur des notions de coopération entre les territoires et les
acteurs locaux, l’économie circulaire à impact positif encourage
l’expérimentation, l’intelligence collective et l’entrepreneuriat.
En produisant en lien direct avec les ressources disponibles
localement (matières premières, entreprises, savoir-faire...),
elle favorise le maintien et le développement de l’emploi local
(développement de filières de matières premières locales déjà
existantes ; développement de nouvelles filières de recyclage,
réparation,...), la relocalisation et la redynamisation des tissus
économiques locaux.
...et synonyme d’économies
Sobre en ressources, vertueuse sur le plan sociétal, l’économie
circulaire à impact positif a un autre atout : elle permet d’optimiser les coûts de production et donc d’économiser. Une étude
réalisée par la fondation Ellen MacArthur démontre que
si les secteurs de l’industrie manufacturière en
Europe adoptaient le modèle de l’économie
circulaire, cela permettrait d’économiser
600 milliards d’euros par an.
ASSEMBLER LES
COMPOSANTS
RECYCLER
ASSEMBLER
LES PRODUITS
RESSOURCES
NATURELLES
REFABRIQUER
DISTRIBUER
RÉPARER
UTILISER
RÉEMPLOYER
Illustration extraite de l’ouvrage
“Activer l’économie circulaire”,
éditions Eyrolles
© wiithaa
LA RÉGION ENGAGÉE AUX CÔTÉS DES TERRITOIRES
L’économie circulaire est une dynamique applicable à tout type
de ressource, de flux et d’organisation, ce qui en fait un thème
extrêmement transversal. Elle est à la croisée des politiques
environnementales, économiques et territoriales de la Région,
et trouve un écho favorable dans des démarches partenariales
et documents stratégiques récemment élaborés au niveau
régional (Stratégie Régionale du Développement Économique
et de l’Innovation, Plan Bâtiment Durable Breton, ... ) ou à venir
(Plan régional des ressources).
Souhaitant appuyer l’action régionale sur des exemples concrets
et encourager les dynamiques innovantes émergeant sur les territoires, la Région a lancé un Appel à manifestation d’intention
(AMI) fin 2014 dans la philosophie du « Cradle to Cradle »®. Le
cadre de cet AMI était défini par cinq critères d’expérimentation :
changement de paradigme, déploiement de boucles, maturité
du projet, création de nouveaux écosystèmes et potentiel de
démonstration.
Parmi les 35 projets ayant candidaté à l’AMI régional, 8 ont été
sélectionnés. Portées par une diversité d’acteurs (collectivités,
associations, entreprises...), ces initiatives pionnières en Bretagne
ont pu bénéficier pendant un an d’un accompagnement financier
et/ou méthodologique régional, notamment avec l’appui d’une
Assistance à maîtrise d’ouvrage.
LES 8 PROJETS PILOTES RETENUS DANS LE CADRE
DE L’APPEL À MANIFESTATION D’INTENTION
2
3
1
PROJET DU COLLECTIF
DES FESTIVALS
Éco-conception de décors et
aménagements pour les festivals
4
PROJET ECCO
Sensibilisation et
accompagnement d’entreprises à
l’économie circulaire
4
1
5
5
PROJET SEABAC
2
PROJET IEC
Expérimentation d’une
filière de gestion de bacs à
poissons innovants
Intégration des logiques
d’économie circulaire au sein des
PME et TPE
3
PROJET DU LIEU-DIT
Création d’un espace de
coopération et d’innovations
économiques et sociales
Construction d’équipements
scolaires et périscolaires
à impact positif
7
8
7
PROJET PARC D’ACTIVITÉS
Déploiement d’un système
industriel circulaire entre parcs
d’activités
6
PROJET ÉCOLE CRADLE
TO CRADLE ®
6
8
PROJET PERLUCINE
Développement d’une filière
de valorisation des coquilles
d’huîtres
CHRONOLOGIE DU PROJET
4 ateliers de sensibilisation au C2C
animés en intelligence collective
Février-mars
2014
Début de l’expérimentation
avec 8 projets pilotes
Nouvel AMI
Mai 2015
Janvier 2017
2013
Décembre 2014
Octobre 2016
Préfiguration de l’action régionale
sur l’économie circulaire
Lancement de l’AMI
Journée régionale
de restitution de
l’expérimentation
BUDGET
Budget global de l’AMI : 208 500 €
Soutien aux projets : 143 500 €
Assistance à maîtrise
d’ouvrage : 65 000 €
BILAN DE L’APPEL À MANIFESTATION D’INTENTION
L’accompagnement de projets sur une thématique
émergente a permis d’identifier des réussites et
des points de vigilance. Ils permettront de faire évoluer
les connaissances et les process, pour assurer le succès
de futurs projets d’économie circulaire, notamment dans
le cadre du futur AMI régional.
LES FACTEURS D’ENSEIGNEMENT DU PROJET
> Une maîtrise d’ouvrage dans les projets engagée dans
une perspective « tout est ressource ».
> Un nécessaire besoin de formation à l’économie
circulaire.
> Le succès de l’intelligence collective et une émulation
positive sur le territoire.
LES PRINCIPAUX DÉFIS RENCONTRÉS
> La capacité à réaliser un projet bénéfique pour tous
avec le même budget qu’un projet classique, voire
inférieur.
> La création de synergies entre les projets pilotes
d’univers très différents.
> L’étape nécessaire de définition des nouveaux modèles
économiques et d’identification de la plus-value
du projet.
> La mise en place de partenariats multiples et
la structuration de la gouvernance, nécessaires pour
pérenniser le déploiement des projets.
> La gestion des résistances au changement inhérentes
à l’intégration du changement de paradigme.
> L’innovation au cœur de la démarche, notamment
pour les modèles économiques et les partenariats mis
en place.
> La coopération et la fonction importante de
facilitateurs des chef·fe·s de projet comme clé
de succès.
CONTACT
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Projet
du Collectif des festivals
Éco-conception des décors et des aménagements des festivals
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
Le Collectif des festivals rassemble depuis 2005 les festivals engagés dans
les démarches de responsabilité sociale et environnementale et les aide à
expérimenter des solutions innovantes adaptées au contexte événementiel.
Les projets développés par le Collectif des festivals constituent également
un levier important pour sensibiliser le grand public.
Upcyclage, matériauthèque,
mutualisation, éco-conception,
économie collaborative, économie
de fonctionnalité
Ressources concernées
Les festivals ont d’ores et déjà une pratique « naturelle » du prêt de matériels avec les associations locales, les services techniques des communes ou
entre festivals.
Matériaux scéniques
Principaux partenaires
Festivals, artistes, régisseurs, école
des beaux arts, chantier d’insertion,
entreprise privée de collecte et
valorisation, fabricants produits,
ressourceries et recycleries,
services déchets et réemploi des
collectivités, facilitateurs
Face à deux contraintes – forte augmentation des dépenses budgétaires techniques et artistiques et une gestion non optimisée des décors après usage, il
a été proposé de présenter un projet d’économie circulaire à impact positif.
Public sensibilisé
Repenser les modes de production des décors
avec 3 festivals pilotes recevant 349 000 visiteurs.
230 personnes
OBJECTIFS
Créer collectivement en favorisant le croisement
de différents corps de métiers et structures locales.
BUDGET
Faire émerger le bénéfice pour l’ensemble des parties prenantes.
Budget total : 31 000 €
Améliorer à la fois l’accueil des publics et le bien-être des bénévoles
Participation
Région Bretagne : 18 500 €
maniant les décors.
Interroger la création d’un matériauthèque.
et accompagnement via
l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage
recrutée par la Région
Expérimenter et dupliquer pour les autres festivals volontaires.
“
Le projet porté par le Collectif des festivals est ambitieux. Interroger
la recyclabilité des matériaux et la mutualisation entre structures ouvrent
la voie vers des coopérations inédites. La recherche d’une solution
collective a permis de faire émerger la créativité
Thierry Burlot,
et des nouveaux modèles économiques
vice-président à l'environnement,
bénéfiques pour tous.
à la biodiversité et aux déchets
”
CHRONOLOGIE DU PROJET
Présentation du projet
aux festivals
Atelier
d’éco-innovation
Sensibilisation grand public
à l’économie circulaire
Avril 2015
Février 2016
Juillet-Août 2016
Octobre 2015
Mai 2016
Automne 2016
Atelier en intelligence
collective
Rédaction cahier des charges
pour prototypage
Fabrication des prototypes
et test
FOCUS
... sur les matériaux
Les ateliers en intelligence collective
ont fait émerger les 3 axes de travail
prioritaires pour le collectif :
> la signalétique
modulable selon les festivals
Atelier d’éco-innovation © Le Collectif des festivals
> les comptoirs d’accueil éco-conçus
> la filière des moquettes
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE APPLIQUÉE
À LA CRÉATION DE DÉCORS POUR LES FESTIVALS
Récup’
1
Éco-conception
des décors
7
Recyclage
des décors
en fin de vie
2
Création artistique
3
Fabrication
des décors
L’ÉCONOMIE
CIRCULAIRE
À IMPACT POSITIF
6
Réemploi,
transformation
4
Utilisation
sur un festival
5
Réutilisation des décors
sur plusieurs événements
Vente
Don
“
> Excellente appropriation du sujet et bel
engagement des chefs de projets du collectif
des festivals.
> Intégration rapide des enjeux du changement
de paradigme.
> Bonne mobilisation des différents festivals
bretons et facilitation pour la création
de nouveaux partenariats.
> Coopération forte lors des ateliers,
décloisonnement des métiers.
> Dynamisme territorial.
> Modèle économique circulaire envisageable.
POINTS DE VIGILANCE
> Distance entre les festivals pour le partage
des décors upcyclés.
> Définition des conditions des nouveaux
partenariats.
> Mise en place de la mutualisation et de
la logistique associée.
Ce projet a été le point de départ d’une synergie importante entre
différents types d’acteurs sur toute la Bretagne. C’est cela qui a permis
d’atteindre la créativité, de développer de nouvelles idées
et de les concrétiser. À nous tous de pérenniser ce réseau,
de faire vivre et revivre les décors
Cécile Talon,
des festivals... que beaucoup de
chargée d’accompagnement
Le Collectif des festivals
Bretons fréquentent.
”
CONTACT
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Collectif des festivals
Cécile Talon
02 99 84 26 13
[email protected]
Projet ECCO
Sensibilisation, information et accompagnement des entreprises
à une Économie circulaire en Cornouaille
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
Face aux forts enjeux auxquels font face les entreprises depuis plusieurs
années, la CCI Métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO) – délégation
de Quimper porte l’ambition de contribuer à réinventer l’économie du
territoire. Elle a initié en 2014 le projet ECCO (Économie circulaire en
Cornouaille) en proposant des actions concrètes au profit des entreprises
du territoire de la Cornouaille.
Blue Economy, Écologie industrielle
et territoriale (EIT), économie de
fonctionnalité, nouveaux modèles
économiques
Ressources concernées
Ressources locales non mobilisées,
flux de matières des entreprises
Principaux partenaires
UBO (Université de Bretagne
Occidentale), Quimper Cornouaille
Développement, Fondation ZERI,
Conseil départemental 29, Chambre
d’Agriculture 29
Public sensibilisé
1 193 personnes
BUDGET
La CCIMBO Quimper est pilote de ce projet expérimental pour le réseau des CCI
bretonnes. La réponse à l’appel à manifestation d’intention régional a donné une
nouvelle dimension au projet ECCO en engageant une démarche multi-partenaires (entreprises, collectivités, agriculteurs, associations...).
L’ensemble de ces actions a permis d’ouvrir le champ des possibles et de
développer en 2016 un nouveau projet sur le thème de la Blue Economy en
partenariat avec Gunter Pauli et la Fondation ZERI.
OBJECTIFS
Encourager le développement de nouveaux modèles économiques
en s’appuyant sur les ressources locales et les synergies multi-partenariales.
Organiser des ateliers et visites d’entreprises sur l’économie circulaire.
Budget total : 40 000 €
Participation
Région Bretagne : 10 000 €
“
Étudier la mise en place de nouvelles filières de valorisation à partir
des gisements de déchets/ressources à l’échelle du territoire.
Fédérer les différents acteurs de Cornouaille via notamment
un événement annuel (Rencontres de l’économie circulaire).
Ce projet interroge le développement de l’économie circulaire à l’échelle
d’un territoire ou comment faire converger une diversité de structures
vers une ambition commune ? La CCI joue le rôle de facilitateur pour créer
des liens, élément incontestable dans la réussite
Thierry Burlot,
des projets d’économie circulaire.
”
vice-président à l'environnement,
à la biodiversité et aux déchets
CHRONOLOGIE DU PROJET
Mission d’étude avec
la fondation ZERI
Lancement du programme ECCO
- 1res Rencontres de
l’Économie circulaire (EC)
2es Rencontres de l’EC
Octobre 2014
Septembre 2015
Janvier 2015
Formation des conseillers
entreprises de la CCIMBO
Quimper à l’outil Actif
Mai 2016
> Août 2016
Octobre 2015
> Juillet 2016
Ateliers ECCO : Marketing responsable
/ Économie de fonctionnalité / Achats
responsables /Gaspillage alimentaire
et déchets organiques / Synergies
inter-entreprise
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
Conférence avec Gunter Pauli sur la Blue Economy
© CCIMBO Quimper
Atelier inter-entreprises à Concarneau
© CCIMBO Quimper
FOCUS
... sur la Blue Economy Pour Gunter Pauli, industriel
écologiste et fondateur du concept,
l’économie bleue consiste à
« s’inspirer de la nature et des ressources
locales disponibles pour créer des produits
et des services utiles à la population,
bénéfiques pour la santé, sans impact
sur l’environnement, moins chers que
les standards du marché et
créateurs d’emplois ».
> Capacité de la CCI à fédérer à l’échelle territoriale
de nombreux acteurs et appropriation du
projet Blue Economy par un groupe de chefs
d’entreprises.
> Relation de confiance suite aux nombreuses
actions conduites par la CCI depuis plusieurs
années qui favorise la création de synergies.
> Croisement de différents outils qui permettent
de toucher des publics d’entreprises différents et
d’assurer une diversité.
> Une équipe projet très engagée et appui du
service communication qui contribue largement
au déploiement du projet.
POINTS DE VIGILANCE
> Ambiguité entre Blue Economy,
économie circulaire et EIT.
> Nécessaire montée en compétence d’ingénierie
sur l’approche systémique.
Le projet « Blue economy en Cornouaille » s’inscrit dans
la continuité de la démarche ECCO – Economie circulaire en Cornouaille,
amorcée depuis 2014 à la CCIMBO Quimper. Réinventer notre économie,
construire la Bretagne de demain, imaginer de nouveaux
modèles d’affaires à la fois rentables et non polluants
pour notre environnement :
Vincent Coppola,
directeur Entreprises et Territoires
tels sont nos objectifs.
CCIMBO Quimper
CONTACT
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
CCIMBO Quimper
Bruno Faou
02 98 98 29 09
[email protected]
Projet IEC
Intelligence Entreprises Co circulaires
Intégration des logiques d’économie circulaire au sein de PME et TPE
par des processus de co-développement à impact positif
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
Le projet du réseau d’entreprises ADE (Association pour le développement
économique) du Pays de Saint-Brieuc a eu pour objectif d’impulser et de
tester l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité au sein d’un
panel de PME et TPE, dans une logique d’ancrage territorial.
Eco-conception, économie
collaborative, économie de
fonctionnalité, design thinking
Ressources concernées
Flux et matières des entreprises,
intelligence collective
Principaux partenaires
Appel d’Air Consultants, entreprises
du Pays de Saint-Brieuc,
La Matrice (du réseau des cantines
numériques, situé à Saint-Brieuc)
Public sensibilisé
460 personnes
BUDGET
Le projet s’est développé volontairement sur un temps relativement court
(six mois) à travers l’animation de trois ateliers de quatre heures, animé en
intelligence collective. Ceux-ci visaient à :
> Faire émerger les bénéfices directs pour les entreprises qui s’engagent dans
le changement de paradigme vers une économie circulaire ;
> C erner et créer des opportunités économiques ouvrant à de nouveaux
marchés, repérer les freins et proposer des pistes de réflexion permettant
d’identifier les marges à investir.
Suite aux ateliers, trois projets ont vu le jour : l’un concernant l’éco-conception
de pinceaux, l’autre concernant les gobelets de machine à café, le dernier visant
à la création d’un fab-lab matériaux inter-entreprises. Au-delà de ces 3 projets, le programme IEC a impulsé une dynamique : les participants continuent
aujourd’hui leur cheminement et considèrent la question environnementale
comme une opportunité créatrice de bénéfices mutuels et de sens.
Budget total : 54 239 €
Participation
Région Bretagne : 20 000 €
OBJECTIFS
Encourager les entreprises participantes à développer
leurs projets selon le principe de l’économie circulaire et à plus long
terme, à transmettre cette expérience à d’autres entreprises.
Préparer les animateurs-facilitateurs de demain grâce à
“
une formation à la méthodologie développée dans le cadre de
ce projet, et essaimer sur les territoires et au sein des entreprises.
Très beau dynamisme
de ce groupe projet qui nous montre
que la voie de l’innovation conduite en intelligence collective sur
un temps relativement court offre des changements importants
de pratiques dans les entreprises et les relations
Thierry Burlot,
partenariales sur un territoire. vice-président à l'environnement,
”
à la biodiversité et aux déchets
CHRONOLOGIE DU PROJET
Phase de pré-montage
du projet et de préparation
des ateliers
Ateliers avec les entreprises
et prétotypage des propositions
Mars 2015 > Mai 2015
Août 2015 > Février 2016
Février 2015
Mai 2015 > Juillet 2015
Février 2016
Lancement du projet
(dont le nom était provisoire)
Phase de “casting” et de mobilisation
des chefs d’entreprises
Restitution officielle
des travaux de groupes
Prétotypage d’un projet
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
Atelier de restitution des travaux de groupe
© Appeld’aiR Consultants
FOCUS
... sur le design thinking
L’animation du projet IEC a été réalisée selon
le principe du design thinking, une approche
de l’innovation et du management qui s’appuie
sur un processus de co-créativité impliquant
des retours de l’utilisateur final. En designant
des méthodes et des outils selon la même
démarche qu’un designer, cette méthode
doit permettre de décloisonner et d’impulser
une dynamique permettant d’ouvrir
les champs des possibles.
> Savoir-faire en intelligence collective de
l’équipe projet.
> Réflexion alimentée par les échanges et
expériences déjà menées par les entreprises :
apport mutuel de solutions.
> Émergence de nouveaux projets dans les
entreprises et dépôt de brevet réalisé dans une
logique de préservation des ressources et de
développement de nouvelles activités.
> Essaimage du projet exponentiel sur le territoire
vers 45 structures locales.
> Développement de relations inter-entreprises.
> Animation du projet avec une méthode efficiente
et reproductible (3 ateliers de 4 heures).
POINTS DE VIGILANCE
> Suivi de projet porté par du bénévolat.
“
Lorsque une entreprise s’intéresse à la question de
l’intégration de l’environnement dans ses process, le pari est déjà
quasiment gagné. C’est en cela que IEC puise tout son intérêt.
Basé sur une démarche innovante, ce projet a permis de créer un
processus efficient et reproductible, en s’appuyant sur
la création de projets concrets qui rendent tangibles
l’économie circulaire auprès
Carine Ritan-Olivry,
consultante Appeld’aiR Consultants
des PME et des TPE.
”
et conceptrice du projet membre ADE
CONTACT
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Réseau ADE
Carine Ritan-Olivry
06 87 50 50 09
[email protected]
Projet Perlucine
Développement d’une filière de valorisation de coquilles d’huîtres
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
L’association Perlucine, créée à l’initiative d’une citoyenne, s’est donnée
pour objectif de développer une filière de valorisation de la coquille d’huître,
tout en participant à l’insertion professionnelle des personnes en difficulté.
Intelligence collective,
upcyclage, insertion sociale,
partenariats diversifiés
Ressources concernées
Coquilles d’huîtres, calcaire, nacre
Principaux partenaires
Usine de Kervellerin (UK),
entreprise Entre Mer &
Terre, comité régional de
la conchyliculture Bretagne,
communauté de communes Arc sud
Bretagne, communes d’Ambon et
de Damgan
Public sensibilisé
Laurence Nogues est partie du constat qu’aucune filière n’est constituée localement pour collecter et traiter les coquilles d’huîtres. Celles-ci représentent
cependant d’importants tonnages (plus de 600 tonnes par an) et sont hautement
valorisables.
L’originalité de ce projet porte sur la gouvernance mise en place : réunir des
partenaires - ostréiculteurs, collectivités, citoyens et structures touristiques
et de restauration - qui partagent le même constat de contraintes de gestion
des coquilles d’huîtres pour développer une ou plusieurs nouvelles filières de
valorisation. Les sites pilotes identifiés comme secteurs tests pour mettre en
œuvre la collecte et la valorisation sont situés sur les communes d’Ambon, de
Damgan, du Tour du Parc et de la Rivière de Pénerf. Ces secteurs pourront être
étendus à l’ensemble du territoire morbihannais.
500 personnes
OBJECTIFS
BUDGET
Valoriser les coquilles d’huître et les poches à huîtres.
Budget total : 49 000 €
Créer des emplois en lien avec l’insertion professionnelle.
Participation
Région Bretagne :
Interagir avec le grand public lors d’ateliers de créativité.
accompagnement via l’Assistance
à maîtrise d’ ouvrage recrutée par
la Région
Dispositif Bretagne Active
fonds de confiance : 20 000 €
“
La coquille d’huître est un sujet
emblématique pour la Bretagne. La nouveauté dans ce projet se situe
dans la gouvernance du projet : réunir des partenaires
qui ne se connaissaient pas et faire émerger collectivement
des solutions tout en intégrant l’insertion…
Thierry Burlot,
ce projet nous montre que l’innovation réside
vice-président à l'environnement,
à la biodiversité et aux déchets
dans la diversité. ”
CHRONOLOGIE DU PROJET
Convention de partenariat
avec la Région Bretagne
Partenariat avec
l’usine de Kervellerin
et Entre Mer et Terre
Juin 2015
Août 2015
Octobre 2014
Juillet 2015
Mars 2016
Création de
l’association Perlucine
Lancement de l’étude
de faisabilité
Restitution de l’étude
FOCUS
...sur le Cradle to Cradle ®
Le projet Perlucine utilise les 4 principes
du Cradle to Cradle :
> Changement de paradigme
(les déchets deviennent des ressources)
> Eco-innovation pour générer de la valeur
> Coopération avec la création d’un nouvel
écosystème de partenaires
> Bénéfices pour l’emploi
et la régénération des sols
Exploitation ostréicole (29) © Nicolas Job
MISE EN ŒUVRE DE LA VALORISATION
DES COQUILLES D’HUÎTRES ISSUES
DE LA COLLECTE AUPRÈS DES ENTREPRISES
3
Centre de
transfert.
Réception, tri,
stockage, inertage
4
Enlèvement par UK.
Chargement par
Perlucine
2
• Apport par les ostréiculteurs
5
Valorisation par
UK. Fabrication
de produits
• Collecte auprès des
campings, restaurants,
déchets ménagers
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
> Excellente coopération de l’équipe projet.
> Capacité importante à faciliter
le décloisonnement des métiers et à créer du lien.
> Développement de partenariats ayant
des valeurs communes.
> Forte adhésion des citoyens.
POINTS DE VIGILANCE
1
Coquilles d’huîtres :
Ostréiculteurs,
campings,
restaurateurs,
déchets ménagers
“
6
Commercialisation
amendement agricole
par Perlucine
> Poursuite de la structuration
du modèle économique.
> Clarification des accords partenariaux.
CONTACT
Le projet Perlucine doit permettre de passer
du déchet à la ressource tout en
développant l’insertion par l’activité
économique à la fois
locale et circulaire.
Pascal Mangin,
”
Chargé d’études Association Perlucine
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Association Perlucine
Laurence Nogues
09 52 86 49 64
[email protected]
Projet École
Cradle to Cradle® (C2C)
Construction d’équipements scolaires et périscolaires
à impact positif à Sainte-Hélène
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
Le projet de la Commune de Sainte-Hélène et plus largement de la
Communauté de communes Blavet Bellevue Océan (CCBBO) est de
concevoir une école, une cantine et une garderie à impact positif sur l’environnement et sur la santé. L’ensemble du bâtiment sera réalisé selon le
concept du Cradle to Cradle® (C2C), « créer et recycler à l’infini », tant dans
sa conception, son fonctionnement que dans son recyclage après usage.
Cradle to Cradle®,
éco-construction, éco-conception,
économie locale
Ressources concernées
Matériaux de construction, mobilier
Principaux partenaires
Communauté de communes
Blavet Bellevue Océan, conseil
d’architecture d’urbanisme et
de l’environnement du Morbihan,
réseau Bruded, mobilisation
citoyenne et entrepreneuriale
Public sensibilisé
+ 1 000 personnes
BUDGET
Budget total : 2 050 000 €
(construction : 2 000 000 € / étude
Économie circulaire : 50 000 €)
Participation
Région Bretagne : 20 000 €
Aide Contrat de partenariat
Région / Pays de Lorient :
550 000 €
Le projet, lauréat de l’appel à manifestation régional en 2015, a des objectifs
éducatifs et pédagogiques. Il se veut reproductible à des coûts équivalents à
un projet « plus classique » ; c’est toute l’intention du porteur de projet. Cette
école serait la première construite en France selon la méthode C2C, il est donc
essentiel que l’opération puisse être diffusée le plus largement possible pour
se généraliser. Ce projet a également vocation à devenir le lieu de formation et
d’expérimentation de nouvelles méthodes constructives pour l’ensemble des
métiers de la construction.
La collectivité fait face aux défis qu’entraîne un projet innovant ainsi qu’à la
complexité du changement de paradigme dans un projet multi-acteurs.
OBJECTIFS
Construire une école « zéro déchet » qui optimise l’usage des ressources.
Mener une démarche en intelligence collective
avec une approche multi-partenaires.
Développer un outil fédérateur, pédagogique et démonstrateur.
“
Ce projet est emblématique pour
notre région car il porte l’ambition d’un bâtiment démontable,
recyclable en fin d’usage dans une logique de gestion des ressources.
Il questionne la mise en place d’une matériauthèque.
Thierry Burlot,
Il est très fédérateur auprès de la population
vice-président à l'environnement,
et du tissu d’entreprises locales. à la biodiversité et aux déchets
”
CHRONOLOGIE DU PROJET
1er atelier participatif
Visites d’écoles, ateliers
participatifs et information
sur l’économie circulaire
Voyage apprenant aux Pays-Bas
ouvert aux élus, architectes,
bureaux d’études, entreprises
du bâtiment, etc.
Ouverture du pôle
scolaire et péri-scolaire
Janvier 2016
Janvier à décembre 2016
23 / 24 novembre 2016
Septembre 2018
Février 2016
Septembre 2016
2e semestre 2017
Délégation Maîtrise
d’Ouvrage à la CCBBO
Recrutement
de la Maîtrise d’Œuvre
Démarrage des travaux
Atelier participatif pour le projet d’école © Mairie de Saint-Hélène
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
Les partenaires ont créé un logo ainsi qu’un site internet
pour expliquer le projet : http://ecoleC2C.bzh
> Formation des équipes internes des structures
au « Cradle to Cradle® ».
> Fort intérêt et soutien important des diverses
structures engagées dans le projet : citoyens
engagés dans la transition, parents d’élèves,
associations et entreprises.
FOCUS
...sur l’éco-conception évolutive
dans le projet de l’école Sainte-Hélène
Le projet de Sainte-Hélène est basé
sur les principes d’éco-conception
et d’éco-construction :
le bâtiment sera réalisé à partir de matériaux
sains pouvant être recyclés à l’infini ou rendus
à l’environnement sans polluer en servant de
nutriments. Le confort et la santé des usagers
du bâtiment font également partie
intégrante de la réflexion.
“
> Engagement de l’équipe municipale et
intercommunale qui portent l’ambition de
ce projet innovant jusqu’à la labellisation.
> Réflexion menée sur la notion de nontoxicité des produits qui seront utilisés et
leur upcyclabilité, questions souvent absentes
des réflexions.
POINTS DE VIGILANCE
> Gestion des divergences de points de vue,
les projets innovants générant souvent
des résistances au changement généralement
dues à une méconnaissance.
CONTACT
Construire aujourd’hui une école à
impact positif pour l’environnement et la santé
avec la participation de tous,
c’est apprendre
Hélène Danel,
à construire demain.
adjointe au Maire de Sainte-Hélène
”
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Mairie de Ste-Hélène
Hélène Danel
06 60 64 65 99
[email protected]r
Projet Seabac
Expérimentation d’une filière de gestion complète
de bacs à poissons innovants pour la pêche
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
La société ICCI Seabird, forte de son expérience en chimie/plasturgie, a
proposé au port de pêche de Lorient une démarche éco-innovante pour la
reformulation de nouveaux bacs à poissons.
Éco-conception, économie de
fonctionnalité, bien-être au travail
Ressources concernées
Plastiques biopolymères
Principaux partenaires
Université Bretagne Sud, Institut
de Recherche Dupuy de Lôme,
Lab-STICC (laboratoire en sciences
et techniques de l’information,
de la communication et de la
connaissance), Université de
Technologie Belfort-Montbéliard
(UTBM), Audélor, port de pêche de
Lorient-Keroman, CARSAT, Surfrider
foundation Europe, Entre Mer et
Terre, association Perlucine
BUDGET
Budget total : 665 000 €
Participation
Région Bretagne : 10 000 €
Les bacs sont actuellement composés en PEHD (polyéthylène haute densité)
et leur taux de recyclage est relativement faible (18 % dont une majeure partie
en Asie). De plus, le port de pêche fait face à deux contraintes. L’une est économique : chaque année, 15% de bacs à poissons sont perdus et constituent autant
de déchets en mer. Il était donc nécessaire de mener une réflexion quant à leur
recyclabilité. L’autre est en lien avec la santé au travail : la manipulation répétée
des bacs tels qu’ils sont ajourd’hui conçus contribue au développement de TMS
(troubles musculo-squelettiques). Leur ergonomie doit donc être amélioré pour
éviter ces pathologies.
OBJECTIFS
Développer des nouveaux bioplastiques à partir
de matériaux biosourcés et s’assurer qu’ils soient compostables,
recyclables et/ou biodégradables en fin d’usage.
Concevoir un bac léger possédant un design
et une ergonomie adaptée au milieu et à l’usage.
Intégrer un système de traçabilité sur les bacs pour faciliter
leur gestion tout au long de leur cycle de vie.
“
Le projet développé par
la société Seabird peut intéresser
de nombreuses structures portuaires en Bretagne et
au-delà. Il y a un fort enjeu à structurer l’écosystème
des partenaires autour des bacs à poissons
Thierry Burlot,
pour permettre la faisabilité d’un nouveau
vice-président à l'environnement,
à la biodiversité et aux déchets
modèle économique. ”
CHRONOLOGIE DU PROJET
Test et validation
de la formulation
Phase préindustrielle avec
recherche « ergonomie et design »
des bacs et prototypage
2015-2016
2017
2014-2015
2016-2017
2017-2018
Recherche de la formulation
de nouveaux biopolymères
Phase pilote avec test de broyage
et de recyclabilité des matières
Industrialisation
FOCUS
... sur l’éco-innovation collaborative
La société Seabird déploie une méthodologie
d’éco-innovation collaborative avec un regard
croisé sur de multiples dimensions :
réflexion sur la nature des matériaux dans
la conception et en fin d’usage du bac à poissons,
santé au travail, ergonomie et design ainsi
que système de traçabilité du débarquement
du poisson à la consommation.
Cette nouvelle approche interroge également
la structuration du modèle économique
multipartenarial.
Ergo-Seabac © Seabird
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
CIRCULARITÉ DU PROJET SEABAC
1
Utiliser
des biopolymères
issues de la biomasse
et des coproduits
5
Valoriser les matières
(nouveaux produits
ou compostage)
2
Transformer
les biopolymères
en bioplastiques
3
Élaborer des produits
innovants
4
Réparer ou recycler
les produits en fin de vie
“
> Conception de produits biosourcés,
biodégradables et très ergonomes.
> Implication d’un grand nombre de partenaires.
> Possibilité de déployer un modèle exemplaire
d’économie de la fonctionnalité .
POINTS DE VIGILANCE
> Difficulté à s’intégrer dans le projet collectif
régional compte-tenu de la confidentialité de
la phase Recherche et Développement.
> Consolidation du nouveau modèle économique en
lien avec l’écosystème.
> Recherche de financement complexe.
Notre projet Seabac renouvelle le concept du bac à poissons :
c’est un nouveau rapport à la matière.
Notre bac est biosourcé, recyclable et compostable.
Notre but est d’avoir un impact positif
sur l’environnement,
la santé et l’économie
Marie Chauvel,
ingénieur Plasturgie et présidente Seabird
du territoire breton.
”
CONTACT
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Seabird
Marie Chauvel
02 30 91 98 30
[email protected]
Projet du Lieu-Dit
Création d’un espace partagé de coopération et d’innovations
économiques et sociales du Pays de Brest
REPÈRES
CONTEXTE
Thématiques investies
Depuis sa création, l’ADESS s’attache à structurer le réseau de l’Économie
Sociale et Solidaire (ESS), à développer l’interconnaissance des acteurs et
impulser des projets partagés.
Économie collaborative, économie
de fonctionnalité, réemploi,
recyclage
Ressources concernées
Biens matériels et services
Principaux partenaires
(liste évolutive et non exhaustive)
Brest Métropole, Les Ateliers
de Louis, Brest à Pied et à
Vélo, Chrysalide, Court-Circuit,
Les Partageurs, Les P’tits
Débrouillards, Sema’For, Vert
Le Jardin, La Pince, Un Peu d’R
Le collectif du Lieu-Dit s’est créé en 2015 et rassemble une dizaine de structures
souhaitant ainsi favoriser une économie de proximité en renforçant les synergies
entre les activités et proposant une offre de biens et services en centre ville
sur un lieu unique.
Les compétences en présence au sein du collectif sont très diverses : juridiques,
numériques, artistiques, culturelles, scientifiques, gestion-comptabilité, développement durable et environnement, circuits-courts, architecture, urbanisme
et mobilités, éducation populaire, etc.
Les travaux du collectif ont abouti à la création d’un groupe de travail et de
commissions ayant pour objectif de définir le projet de développement de ce
lieu unique qui incarnera la dynamique de l’ESS à l’échelle du Pays de Brest.
Public sensibilisé
190 personnes
BUDGET
Participation
Région Bretagne : 5000 €
et accompagnement via l’Assistance à
Maîtrise d’Ouvrage régionale recrutée
par la Région
Soutien Région Bretagne
au Pays de Brest : 4500 €
via l’Appel à projet Economie Sociale
et Solidaire
OBJECTIFS
Réunir, faire connaître et distribuer sur un même lieu
géographique une offre commerciale s’appuyant sur
les principes de l’économie circulaire et collaborative.
Renforcer les synergies et complémentarités entre les différents
membres et plus largement entre les acteurs économiques, et faire
émerger de nouveaux écosystèmes à forte valeur ajoutée.
Favoriser le pouvoir d’agir et les contributions des usagers.
Animer le lieu commun, développer le réseau et mutualiser
les projets, les compétences et les ressources.
“
Le collectif du Lieu-Dit se mobilise pour développer une dynamique commerciale
nouvelle favorisant la mutualisation, la création de valeur pour donner
une nouvelle image des objets upcyclés aux consommateurs. La démarche les conduit à structurer
Thierry Burlot,
une gouvernance collective agile et développer
vice-président à l'environnement,
des nouveaux concepts produits. à la biodiversité et aux déchets
”
CHRONOLOGIE DU PROJET
Groupes de travail et de réflexion
autour du collectif, du modèle
économique et de la structuration
en association
Accompagnement par l’AMO
pour la structuration de
la gouvernance
Début 2015
Fin 2015 / Mi 2016
2014
Juin 2015
Post 2016
Formalisation du collectif et
élargissement des partenariats
Création du Pôle de coopération
et d’innovations économiques et
sociales du Pays de Brest
Expérimenter
un écosystème de services BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
> Accélération du processus de construction
du groupe.
Le logo du Lieu-Dit symbolise les différents secteurs
d’activités investis dans le projet
Cloporte en métal créé à base
de matériaux de récupération
© ADESS
> Montée en compétence du collectif
sur l’économie circulaire à impact positif
pour une majorité des chefs de projet et
impacts directs sur les activités de chacune
des structures.
> Reconnaissance des talents et compétences des
différentes structures par les partenaires locaux.
> Potentiel important de création
de nouveaux écosystèmes.
POINTS DE VIGILANCE
FOCUS
> Dimension du « faire ensemble » : difficulté
à avancer à dix structures : cultures, attentes et
enjeux différents.
• Partage de locaux et espace multi-usages
> Pérennité des modèles économiques développés
dans le cadre du projet à consolider.
... sur l’économie collaborative dans
le projet du collectif du Lieu-Dit • Événementiels, communication mutualisés
• Échanges monétaires et/ou
non-monétaires inter-structures
> Moyens financiers actuels
du collectif insuffisants.
• Partenariats autour du réemploi
et de la récupération
CONTACT
“
L’Appel à Manifestation d’Intention
a permis à notre collectif d’avancer
Noa Soudée,
plus vite et plus loin sur la question
coordinatrice du projet à l’ADESS
de l’économie circulaire.
du Pays de Brest
”
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
Adess
Noa Soudée
02 98 42 42 76
[email protected]
Projet Parcs d’activités
Déploiement d’un système industriel circulaire
sur le parc d’activités de Bel Orient ( Bohal - 56 )
REPÈRES
CONTEXTE
La communauté de communes du Val d’Oust et Lanvaux (CCVOL) compte
6 parcs d’activités (80 entreprises, 1490 salariés) répartis sur son territoire. Seul un parc industriel a été labellisé avec le dispositif Bretagne
Qualiparc, outil destiné à améliorer l’attractivité des parcs.
Thématiques investies
Synergies inter-entreprises,
innovation, économie
environnementale, ingénierie
écologique
Ressources concernées
Flux de matière et de services,
chlorures pour la culture de
spartine, bois, déchets alimentaires
et déchets verts
Principaux partenaires
CCVOL, commune de Bohal, Abibois,
Armor Panneaux, brasserie Lancelot,
clinique des Augustines, ESAT de
St-Marcel, France Copeaux, scierie
Josso, Terre des Délices, Université
Rennes 1
Une forte concentration en chlorures dans les eaux usées du parc d’activités de
Bel Orient a motivé la CCVOL à envisager une étude de solutions alternatives.
Elle a dans ce cadre missionné le groupement Svitec-Sara Hernandez ConsultingEthnozzi pour étudier la construction de nouveaux modèles de transition
écologique. Le groupement s’est pour cela appuyé sur :
> les leviers de l’innovation en soutien aux politiques
environnementales et économiques locales ;
> les approches multi-acteurs et entrepreneuriales ;
> les analyses de faisabilité économique et environnementale.
Ces nouveaux modèles ont dans un premier temps été déployés à l’échelle du
parc d’activités de Bel Orient (traitement des eaux usées à l’aide de cultures de
spartine, valorisée localement), en tant que site démonstrateur, puis à l’échelle
des 6 parcs du territoire (valorisation d’une filière bois et d’une filière biodéchets).
Public sensibilisé
75 entreprises, 16 communes
OBJECTIFS
Faire la démonstration du coût de la non-action et du gain
BUDGET
économique et environnemental des boucles d’économie circulaire.
Budget total : 130 000 €
Identifier les effets d’échelle du déploiement
Participation Région
Bretagne : 60 000 €
des boucles pour assurer leur pérennité.
Apporter des orientations pour une tarification
et des subventions publiques plus incitatives.
et accompagnement par l’Assistance
à Maîtrise d’Ouvrage recrutée par
la Région
Faciliter les démarches de mise en œuvre des boucles
“
Ce projet nous montre qu’à partir d’une forte contrainte pour une entreprise,
il est possible de créer de nouvelles activités économiques. Il interroge
également sur l’échelle territoriale la plus pertinente pour développer
des synergies entre entreprises et le potentiel que
Thierry Burlot,
ces nouveaux modèles représentent pour les 1600 parcs vice-président
à l'environnement,
à la biodiversité et aux déchets
d’activités bretons. ”
CHRONOLOGIE DU PROJET
Lancement des enquêtes auprès
des entreprises et des tests
de valorisation des chlorures
Restitution de l’étude
de faisabilité des boucles
Septembre 2015
Juillet 2016
Juin 2015
Mai-Juin 2016
Lancement du diagnostic
Groupes de travail « Valorisation
des filières et création de boucles »
BILAN DU PROJET
FACTEURS DE SUCCÈS
> Travail de médiation indispensable pour faire
émerger des objectifs communs et structurer
un collectif.
Ateliers de co-construction des filières de valorisation avec les entreprises
de la CCVOL © Svitec
Expérimentation de culture
de spartines sur effluents de
charcuterie-salaisonnerie
dans la serre d’Ecobio (Univ. Rennes
1) © Svitec
> Improbable et audacieuse rencontre de
la sociologie, l’économie et l’innovation
écologique.
> Création d’une nouvelle activité économique
à partir d’une forte contrainte et impulsion de
nouveaux projets de boucles (bois, biodéchets).
> Méthode participative par groupes de travail avec
les différents acteurs.
> Démonstration des pertes liées à l’absence de
valorisation et des gains économiques possibles.
POINTS DE VIGILANCE
FOCUS
... sur la non-action Il existe une perte économique induite
par la non-valorisation de déchets.
L’étude liée à la mise en œuvre
des boucles a permis de démontrer
les gains économiques potentiels
pour la collectivité (86 000 € / an) et
les entreprises (32 500 € / an).
> Approche participative mise en place tardivement
au cours du projet.
> Entretiens bilatéraux assez chronophages.
> Interrogation quant à la continuité du projet à
l’issue de la prestation de médiation assurée par
le groupement.
“
Le modèle circulaire entre les parcs d’activités de la CCVOL
crée du lien entre les acteurs socio-économiques du territoire, il
mutualise les moyens et les ressources à des échelles
multiples, en apportant une plus grande performance
économique, environnementale
Véronique Texier,
et sociale.
”
gérante de Svitec et chef de projet
CONTACT
Région Bretagne
02 99 27 14 22
[email protected]
SVITEC
Véronique Texier
02 30 05 56 16
[email protected]
Téléchargement