doc 1_Représentations des Enfers

publicité
Les Enfers (illustration d’un manuscrit)
Il y a les Enfers, l'Empire des Morts. Là où vont tous les mortels lorsqu'ils quittent la vie et la terre, et qu'ils
deviennent des Ombres. L'entrée principale des Enfers se trouve dans un petit bois de peupliers noirs, près
de la mer. Conduites par Hermès, les Ombres parviennent jusqu'au fleuve Styx, au noir bouillonnement,
mais dont une partie coule au grand jour, dans la province grecque d'Arcadie. Styx, dont le seul nom fait
trembler les mortels puisqu'il veut dire "détester, haïr"…
Charon, le passeur, attend les Ombres. Dans sa barque délabrée, il les fait passer de l'autre côté. Et
Charon ne plaisante pas : il repousse à coups de rame ceux qui tentent par la ruse de se faire ramener du
côté des vivants. Sitôt débarquées, les Ombres affrontent Cerbère, le monstrueux chien à trois têtes. Il
dévore sur-le-champ quiconque tente de fuir !
On évite autant que possible les trois terribles Érinyes aux cheveux de serpents et aux larmes de sang.
Elles pourchassent férocement les pauvres Ombres fraîchement débarquées du Styx. Hadès est là, sur
son trône. Il faut passer devant lui, le Seigneur des Enfers, et devant son épouse Perséphone. À droite de
Perséphone est assise la vieille Hécate, la déesse des magiciennes, aussi déesse de la lune et maîtresse
des démons qui tourmentent les humains sur la terre.
Les racines qui pendent de la voûte des Enfers sont parmi les rares plantes qui poussent chez Hadès. Le
Maître des Ombres n'aime pas la verdure. Mis à part les asphodèles et les peupliers noirs et blancs, rien
ne pousse chez lui. Il supporte à la rigueur l'odeur de la menthe et du romarin que les humains font parfois
brûler en son honneur, là-haut sur la terre.
Le séjour des morts est très bien organisé. Au carrefour de trois routes, on arrive devant les trois juges des
Enfers : Minos, Éaque et Rhadamanthe. C'est là que tout se joue ; le sort de chaque ombre se décide. La
première route mène aux Asphodèles, ceux dont il n'y a rien à dire, les moins fortunés, les moins
intéressants. Aux Asphodèles, qui pourrait être le nom d'un charmant lieu de vacances, les Ombres errent
sans but. Elles ne sont pas tourmentées. Simplement, elles s'ennuient mortellement. Et pour l'éternité, ce
qui est encore plus ennuyeux. Beaucoup tenteraient de s'évader si Cerbère ne faisait pas terrible garde.
La deuxième route mène aux Champs Élysées. Rares sont ceux qui y parviennent : quelques grands héros
qui se sont rendus agréables aux dieux. Le soleil brille toujours, il n'y a pas de nuit parce que les Ombres
n'ont pas besoin de dormir. Dans les clairières, on chante et on danse au son de la lyre. Et ceux qui le
veulent peuvent même retourner sur terre grâce au fleuve de l’oubli, le Léthé : boire de son eau permet
d’oublier sa vie passée, et l’âme peut alors remonter à la surface pour se réincarner.
La troisième route mène au Tartare. Lieu terrible, lieu de la damnation éternelle. Là se retrouvent tous les
méchants et ceux qui ont défié les dieux. On y entre par une grande porte de bronze et les cris des
damnés raisonnent sans fin sur les hauts murs qui l'entourent. Nul ne peut s'échapper. Beaucoup de héros
de la mythologie s'y trouvent : Prométhée, Sisyphe, Ixion, Tantale, les Danaïdes, et tant d'autres…
François de Nomé – Les Enfers (la spécialité de ce peintre était le fantastique catastrophique)
donjon de Loches. Graffiti de l'Enfer
(relevé de Hervé Poidevin, auteur du blog lespierresdusonge.over-blog.com)
Deux petits personnages assez mal indiqués entre les deux circonférences (et qui n'ont pas
de crâne pointu) vont permettre d'identifier la scène. Mais pour poursuivre dans cette direction, il
nous faut faire d'abord un petit écart...
Une étude même sommaire de l'idée d'Enfer au Moyen-Âge, et de ses représentations,
fournit, semble-t-il, la clef du problème. Elle fait ressortir un motif qui, bien que relativement peu
exploité par les imagiers (du moins en reste-t-il peu de traces) a eu un constant retentissement : il
s'agit de la Roue d'Enfer ou supplice des orgueilleux. Ce motif s'inscrit dans une thématique de
description des peines de l'Enfer.
"Premièrement (...) J'ai vu des roues en enfer très hautes en une montagne situées, en la
manière de moulins continuellement en grande impétuosité, tournantes, lesquelles roues avaient
crampons de fer où étaient les orgueilleux pendus et attachés" (GUEGAN Bernard, Grant Kalendrier
et Compost des Bergiers, avec leur astrologie, transcription d'après l'édition troyenne de Nicolas le Rouge,
Paris, 1976)
…
la roue d'Enfer, Grant Kalendrier des Bergiers, fin du XVe siècle
Ces mots sont placés dans la bouche de Lazare ressuscité. Le récit d'où ils sont extraits est un Traité des
peines de l'Enfer annexé pour la première fois au Kalendrier dans sa deuxième édition par Guy Marchant
en 1493, un ouvrage destiné au peuple mais dont on retrouve notamment des exemplaires dans la Librairie
royale de Blois, et qui fit rapidement le tour de l'Europe. On y assure que Lazare explora pendant les
quatre jours de sa mort les secrets de l'au-delà, et en rapporta notamment un récit édifiant sur les supplices
réservés aux sept péchés capitaux. La diffusion du texte n'était pas une première : il avait été publié un an
plus tôt par Antoine Vérard dans son Art de bien vivre et de bien mourir. La version fournit quelques détails
supplémentaires: "Les orgueilleux fixés sur des roues ferrées reçoivent des flammes de soufre ardent d'un
diable nommé Léviathan, car ce dernier règne sur le vice d'orgueil sous la forme d'une bête de très haute
stature". La gravure montre clairement la roue pourvue de lames ou crochets de fer, ainsi que le démon qui
inflige le supplice.
…
la roue d'Enfer, Ars moriendi, fin du XVe siècle (source: Pierre Girard-Augry)
D'où provient cette curieuse idée de supplice? La roue "dont la partie d'en bas, en tournant, monte en haut
et aussitôt retombe en bas" est une image qui n'est pas sans évoquer les caprices de la Roue de Fortune.
Plus révélatrice est, en terme de filiation (ou d'emprunt), l'invocation d'une autorité antique : le texte
mentionne explicitement l'histoire de la Roue d'Ixion, tirée de la mythologie gréco-romaine (voir illustration
page suivante).
Ixion
Voici l'un des plus grands criminels des Enfers. Il est ligoté à cette roue infernale que l'une ou l'autre des
lugubres Parques de la Mort fait tourner, tourner, tourner… éternellement.
Sisyphe
Il est condamné à rouler une pierre monstrueuse au sommet d'une montagne, d'où elle redescend aussitôt.
Et cela pour l'Éternité. Mais certains disent que la pierre que remonte inlassablement Sisyphe, jour après
jour, n'est autre que le disque solaire.
Tantale
Tantale baigne pour l'éternité dans un cours d'eau limpide, la soif le dévore et chaque fois qu'il porte ses
lèvres à l'eau, elle se retire. La faim le tenaille et chaque fois qu'il tente d'attraper ces beaux fruits, ils
s'éloignent. Il demeure là à jamais, la gorge brûlante et desséchée, le ventre douloureux, et l'esprit fou de
désir inassouvi.
Les Danaïdes (à gauche, illustration d’un manuscrit ; à droite, tableau de John William Waterhouse, 1903)
Dans la mythologie grecque, les Danaïdes sont les cinquante filles du roi Danaos. Elles accompagnent leur
père à Argos quand il fuit ses neveux, les cinquante fils de son frère Égyptos. Après qu'ils ont proposé une
réconciliation, elles épousent leurs cousins et les mettent à mort le soir même des noces sous l'ordre de
leur père. Les Danaïdes sont condamnées, aux Enfers, à remplir sans fin un tonneau sans fond.
Prométhée
Dans la mythologie grecque, Prométhée (en grec ancien Προµηθεύς / Promêtheús, « le Prévoyant ») est
un Titan. Il est connu pour son intervention dans plusieurs mythes anthropogoniques1 : création des
hommes à partir d'argile et d'eau et vol du « savoir divin » (le feu sacré de l'Olympe) pour l'offrir aux
humains. Il sera puni par Zeus pour cette dernière action : il est enchaîné nu à un rocher dans les
montagnes du Caucase, où un aigle vient lui dévorer le foie chaque jour. Sa souffrance devient ainsi infinie,
car chaque nuit son foie repoussait, ce qui laisse supposer que les Grecs anciens avaient découvert que le
foie est l'un des rares organes humains à se régénérer spontanément en cas de lésion. Au fil des textes,
Prométhée atterrit aux Enfers, avec les autres suppliciés légendaires.
1
Liés aux origines de l’être humain, aux mythes de sa création.
Questions
1. Quel est le point commun entre tous les supplices infernaux ?
2. Le texte parle des sept péchés capitaux : quels sont-ils ?
3. Quels mots utiliseriez-vous pour décrire la première image ? Et le
tableau de la page d’après ? Utilisez les dictionnaires de synonymes en
ligne pour trouver le plus de mots possible, même si certains ont un sens
très proche ; indiquez sous votre réponse les adresses consultées
(seulement le nom du site, sans les www. et .fr/.net/.com/etc…) ; si vous
ignorez le sens d’un synonyme qui vous plaît, vous pouvez effectuer une
recherche pour ce mot.
Téléchargement
Flashcards connexes
Créer des cartes mémoire