Que sait-on des effets secondaires de la vaccination

publicité
Comment est évaluée la sécurité
des vaccins au cours
des essais cliniques
Odile Launay
Colloque Sécurité des vaccins
Paris, 4 octobre 2016
Liens d’intérêt
• Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GSK
bio, Pfizer
• Invitations à des congrès ou des journées scientifiques: GSK
bio, sanofi pasteur MSD, Abbott, Pfizer, MSD, Gilead
• Autres :
- 2002 - en cours: investigateur coordonnateur pour des essais
vaccinaux MSD, GSK bio, spmsd, sanofi pasteur, Pfizer :
financement organismes d’appartenance
- 2002 - en cours: coordinatrice du CIC Cochin Pasteur et du
réseau national d’investigation clinique en vaccinologie (IREIVAC)
- 2007-2016: vice-présidente du Comité Technique des
Vaccinations (Haut Conseil de la Santé Publique)
Le vaccin
un médicament particulier
Le vaccin est un médicament particulier par 4
aspects principaux :
1. son mécanisme d’action (mise en jeu du système
immunitaire)
2. son processus de fabrication (médicament
biologique)
3. ses indications d’utilisation (prévention, enfants ou
personnes fragiles) +++
4. l’impact de son utilisation (vaccinés et non
vaccinés)
Ces spécificités vont influer sur les essais à mettre en place et la
surveillance des effets secondaires
Les réactions inflammatoires à la
vaccination: la réactogénicité
•
Correspond à la mise en jeu de la réponse immunitaire
innée, effets secondaires fréquents le plus souvent
bénins
•
Réactogénicité locale au site d’injection:
rougeur, chaleur, douleur, induration
•
Réactogénicité générale:
douleurs articulaires, douleurs musculaires, fièvre,
céphalées
Les réactions allergiques à la
vaccination
•
Exceptionnellement graves
•
Choc anaphylactique : < 1/million
•
Souvent dirigée contre d’autres substances
contenues dans le vaccin (traces d’antibiotique,
protéines de l’ œuf)
La surveillance des effets
secondaires des vaccins
Phase I
Phase II
Phase III
Phase IV
Tolérance
Immunogénicité
Immunogénicité
Tolérance
+/- challenge
Efficacité
Sécurité
Pharmacoépidémiologie
1ere
administration
chez l’homme
Définition de
dose et du
calendrier
Études « pivot »
pour le dossier
d’enregistrement
Etudes PostAMM
N = dizaines
N = centaines
N = milliers
N > 10 000
Innocuité des vaccins
Etudes
de
Phase
III
Nombre de sujets enrolés dans les études cliniques de Phase III
Rotateq®
70 000
Sujets
sains
Prevenar®
39 000
FluMist®
38 000
Zostavax®
40 000
Gardasil®
28 000
Varivax®
11 000
Pedvax
HIBTM
6 000
Recombivax
Hep B
1 200
1980’s
2000’s
Surveillance post AMM (1)
Inconvénients liés à la méthodologie des essais
cliniques :
• nombre limité de sujets, critères d’inclusion stricts :
- population générale?
- effets indésirables rares?
- interactions?
• études limitées dans le temps : risque à long terme?
Surveillance post-AMM des effets indésirables
indispensable pour l’évaluation du rapport
bénéfice/risque
Surveillance post AMM (2)
Systèmes de surveillance et d’information: recueil des
données de pharmacovigilance:
• Responsabilité de l’ANSM
• Déclaration des professionnels aux centres régionaux de
pharmacovigilance
• Depuis juin 2011: déclaration par les patients également
Plan de Gestion de Risque (PGR):
• Système de suivi renforcé de pharmacovigilance imposé lors
de la mise en place d’un nouveau programme de vaccination
Surveillance post AMM (3)
Impact épidémiologique de la
vaccination
• Mesure de l’impact à long terme de la protection
conférée par un vaccin
- incidence et mortalité de la maladie à
prévention vaccinale dans la population
générale
- réceptivité de la population aux agents
infectieux
• Permet de vérifier l’adéquation de la sélection des
souches du vaccin avec les souches circulantes (ex:
pneumocoque, grippe)
Politique vaccinale
InVS
ANSM
CNR
Experts cliniciens
Comité Technique
des Vaccinations
Haut Conseil
de Santé Publique
EPIDEMIOLOGIE
PHARMACOVIGILANCE
Apport des données de pharmacovigilance
Vaccinations et maladies autoimmunes
•
•
Certaines maladies auto immunes peuvent être
déclenchées par une infection et de façon beaucoup
plus rare par la vaccination
Ex: syndrome de Guillain Barré et vaccination
grippe
- maladie auto-immune des nerfs périphériques par le système
immunitaire stimulé par une infection bactérienne ou virale
- transitoire
- fréquence annuelle :10 à 20 cas par million de personnes
- fréquence augmentée de 1-6 cas par million de personnes
vaccinées, de 40 à 70 cas en cas d’infection grippale
- le risque lié à l’infection est ainsi 10 à 40 fois plus important
justifiant la vaccination
Vaccinations et maladies autoimmunes
•
2e exemple: SEP et vaccination : démonstration de l’absence de lien
Les études, rétrospectives pour le vaccin HBV et prospectives pour HPV
permettent d’exclure le risque
•
3e exemple: vaccination Pandemrix et narcolepsie: un lien reconnu
- pathologie rare, susceptibilité génétique (HLA DQB 1 06:02
- excès de cas déclarés avec la pandémie H1N1 2009
- risque attribuable au vaccin 5-7 cas / 100 000 enfants/adolescents vaccinés
- rôle de l’infection? De l’adjuvant?
Conclusion
• La surveillance de la sécurité des vaccins
constitue une priorité:
- lors du développement de nouveaux
vaccins
- mais aussi après leur mise sur le marché
• Elle est indispensable pour évaluer en
temps réel la balance bénéfice risque des
vaccins et répondre aux questions
nombreuses sur ce sujet
Téléchargement
Explore flashcards