Famille des BALSAMINACEAE

publicité
1- ROSIDEAE à carpelles libres
Saxifragales
Fabales
Connarales
Podostemales
Nepenthales
Rosales
2- ROSIDEAE obdiplostémones à ovaire infère
Myrtales
Eleagnales
3- ROSIDEAE obdiplostémones à ovaire supère + disque nectarifère
Rutales
Sapindales
Geraniales
Polygalales
Cornales
Celastrales
Santalales
Balanophorales
Rhamnales
Proteales
Proteaceae
Acidonia, Adenanthos, Alloxylon, Aulax, Banksia, Beauprea, Bellendina, Brabejum,
Buckingamia, Cenarrhenes, Conospermum, Darlingia, Dryandra, Embothrium, Faurea,
Floydia, Franklandia, Garnieria, Gevuina, Grevillea, Hakea, Helicia, Heliciopsis,
Hicksbeachia, Hollandaea, Isopogon, Kermadecia, Knightia, Lambertia, Leucadendron,
Leucospremum, Lomatia, Macadamia, Malagasia, Mimetes, Musgravea, Neorites,
Opisthiolepis, Oreocallis, Orites, Orothamnus, Panopsis, Paranomus, Persoonia,
Petrophile, Placospermum, Protea, Roupala, Serruria, Sleumerodendron,
Sorocephalus, Spatalla, Sphalmium, Stenocarpus, Stirlingia, Strangea, Symphionema,
Synaphea, Telopea, Toronia, Triunia, Bleasdalea, Vexatorella, Virotia, Xylomelum
Proteales - 1 -
Ordre des PROTEALES
Une seule famille de plantes très ornementales de la flore australienne et d’Afrique du sud.
Famille des PROTEACEAE
Exemple : Banksia quercifolia
Arbuste à feuilles longues, coriaces, dentées, qu’on trouve surtout en Australie. Il porte des
inflorescences axilées par des bractées foliacées. Forme des épis très serrés, denses, de fleurs
petites mais très allongées.
Les fleurs ont un long tube périanthaire à 4 tépales, les filets des 4 étamines sont soudés aux
tépales, et les anthères sont opposées aux tépales. Un seul carpelle formant un ovaire supère
inséré au dessus d’écailles qui sécrètent du nectar. Long style qui fait saillie au dessus de la
fleur à la floraison. Lorsque les fleurs sont en bouton, il est collé aux anthères des étamines. Le
fruit est un follicule monosperme, la graine est ailée sans albumen, et dispersée par le vent.
Essentiellement de l’hémisphère sud : Afrique du sud, Amérique du sud. Elles sont très rares dans
l’hémisphère nord (une pointe en Abyssinie). Leur propagation date d’avant la séparation des
continents. C’est une famille très ancienne qui est née dans l’hémisphère sud, et qui l’a un peu
dépassé. Elle est passée dans l’hémisphère nord au crétacée, mais s’est ensuite repliée dans
l’hémisphère sud au tertiaire. On trouve des restes fossiles datant de l’éocène dans l’Alaska et du
miocène en Autriche. Ces variations sont dues aux fluctuations géologiques et climatiques
importantes.
Ce sont des arbres ou des arbustes, rarement des herbacées. Feuilles entières, alternes, ou quelques fois
composées pennées. Généralement dépourvues de stipules, épaisses, dures, souvent poilues. Les fleurs
sont soit solitaires soit en épis de cymes, ou encore en capitules. Souvent entourées de bractées qui
sont généralement vivement colorées. Elles sont bi ou uni sexuées, et alors en général dioïques.
Périanthe à 4 pièces qui peuvent être considérées comme des tétales ou des sépales en un seul cycle. 4
étamines épisépales, 1 carpelle à 1 ou plusieurs ovules. Fruit souvent un follicule, mais souvent
également une drupe. Graine exalbuminée.
Les fleurs sont généralement régulières, et peuvent être zygomorphes. Généralement 4 lobes au
périanthe, et 2 à 4 écailles à la base qui alternent avec les lobes. On les considère quelques fois comme
des pétales. Un carpelle à 1 ou plusieurs ovules. Pollen triporé. La pollinisation se fait par les insectes,
les oiseaux ou même par les petits mammifères. On trouve aussi des fruits en drupe ou en nucule, mais
toujours monospermes. Les graines sont ailées et sans albumen. Elles sont dispersées par le vent. Dans
le cas des drupes, elles sont dispersées par les oiseaux et les mammifères.
Anatomie :
Présence de vaisseaux ligneux qui forment des guirlandes caractéristiques de la famille. Dans certains
groupes, ces vaisseaux ont des perforations scalariformes attestant un type ancien. On peut trouver des
poches sécrétrices. Les espèces sont souvent adaptées aux milieux secs (xéromorphes) : réduction
foliaire, feuilles à cuticule épaisse, stomates enfoncés, parfois au fond d’une cavité. On note sur les
feuilles la présence d’un hypoderme (sous le derme) qui constitue un tissus supplémentaire de
protection de la feuille. Présence également dans certains cas de poils qui limitent la transpiration de la
feuille.
On regroupe les espèces en 2 sous familles :
-
Les GREVILLIEOIDEAE : les fleurs sont disposées par paires qui partagent une bractée
commune.
Les PROTEOIDEAE qui ont des fleurs solitaires ou des inflorescences de fleurs non appariées.
Proteales - 2 -
Chez la plupart des taxons, les fleurs sont rassemblées en capitules ou épis très denses et le fruit est un
follicule.
77 genres et 1600 espèces. On donne un échantillon des genres par ordre alphabétique, sans tenir
compte de la sous-famille :
Genre ACIDONIA : 13 espèces du SO Australien
Genre ADENANTHOS : 32 espèces du sud et de l’ouest de l’Australie. Feuilles glanduleuses, style
immense. Présence de glandes nectarifères à la base du style.
Genre ALLOXYLON : de Nouvelle Guinée
Genre AULAX : dioïque. 3 espèces sud africaines
Genre BANKSIA : son nom vient de Joseph Bank qui découvrit le genre en 1770 près de Sydney. 75
espèces d’arbustes qui sont surtout australiens (sud ouest). Epis denses et serrés, fruits plus ou moins
ligneux.
B. serrata : régions côtières. Ecorce très épaisse qui résiste au feu. Arbuste à tronc très court,
plus ou moins tordu. Fruits protubérants qui font penser à des nez ou à des mentons. Les
anglais les appellent « old man Banksia » car leur forme rappelle celle du visage d’un vieil
homme.
On trouve une espèce hybridée : la chandelle géante.
Genre BEAUPREA : 12 espèces de Nouvelle Calédonie.
Genre BELLENDINA : Tasmanie
Genre BRABEJUM : 50 espèces du SO du Cap. Ses graines grillées sont comestibles. Ersatz local de
café. Contiendrait des principes plus ou moins toxiques.
Genre BUCKINGALIA : 2 espèces au Queensland
Genre CENARRHENES : une espèce de Tasmanie. Segment périanthaire beaucoup plus large.
Genre CONOSPERMUM : Fleurs en corymbe, ressemble à une apiacée. 40 espèces australiennes.
Contiendrait des principes capables de soigner le SIDA.
C. longifolium : endémique du sud et de l’ouest de l’Australie. Pièces périanthaires très larges.
Genre DARLINGIA : 2 espèces au Queensland. Arbre à feuillage persistant. Fleurs blanc crème,
inflorescence en forme de goupillon. Feuilles jeunes découpées, mais devenant entières lorsqu’elles
sont adultes (hétérophyllie).
Genre DRYANDRA : 66 espèces du SO de l’Australie. Jonas Carlsson Dryander est un botaniste et
naturaliste suédois, de la Société Linnéenne qui s’occupait des collections de Banks. Les bractées des
inflorescences se lignifient et persistent lors de la fructification. Les fleurs sont jaunes ou orangées,
entourées de bractées aux tons plus contrastés.
Genre EMBOTHRIUM : 8 espèces des Andes du sud. Arbustes à feuilles persistantes. Chili,
Argentine.
E. coccineum : fleurs écarlates (inflorescence). Peut s’acclimater dans les pays tempérés, car le
climat des Andes est plus frais.
Proteales - 3 -
Genre FAUREA : 15 espèces d’Afrique du sud et de Madagascar. On exploite son bois.
F. saligna : donne des tanins et est utilisé pour des médicaments locaux.
Genre FLOYDIA : une espèce du NE de l’Australie. Inflorescence en forme de goupillon.
Genre FRANKLANDIA : 2 espèces du SO de l’Australie.
F. fuciflora : fleurs étoilées, tépales à l’horizontale, blanc crème, jaune ou rouge.
Genre GARNIERIA : 1 espèce de Nouvelle Calédonie.
Genre GEVUINA : 1 espèce arborescente en Australie, Nouvelle Guinée et Argentine.
G. avellana : du Chili et d’Argentine. C’est la « noisette du Chili ». Fleurs arachnéennes très
fines, blanches ou verdâtres. Epis floraux allongés. Donnent des graines comestibles au goût de
noisette.
Genre GREVILLEA : 261 espèces en Australie, Nouvelle Guinée, Nouvelle Calédonie et Tasmanie.
Du nom de Greville, fondateur de la Royal Horticulture Society. Souvent des arbustes en forme de
buisson, au feuillage persistant. Feuilles entières ou profondément découpées. Fleurs en grappe simple
ou composée, à l’extrémité des rameaux. Fleur jaune pâle, ou teintée de rouge, ou rouge ou encore
blanche. Fruit : follicule à deux graines.
G. rosmarinifolia : importé en 1824. Arbuste aux rameaux blanchâtres, à feuille de romarin,
vert foncé dessus, argentée dessous, piquante. Fleurs rouges, serrées, en grappe. On la trouve
chez nous surtout sur le littoral atlantique.
G. thelemanniana (= G. presii) : épi terminal de cymes à deux fleurs. Fleur un peu
zygomorphe. Fruit : follicule, graine exalbuminée.
G. asplenifolia : feuille linéaire, pubescente, soyeuse. Inflorescence rose.
G. robusta : Vient essentiellement d’Australie, d’Afrique du sud et de Californie, cultivée chez
nous en région méditerranéenne. Arbres à croissance rapide pouvant atteindre 30 à 40 m, mais
beaucoup moins chez nous. Rustique sur la Côte d’Azur et en Afrique du Nord. Ornementale
(feuillage). Bois clair, facile à travailler (ébénisterie).
Genre HAKEA : 140 espèces, essentiellement d’Australie, aussi en Tasmanie. Arbrisseau ou arbuste.
Connu depuis l’oligocène au Turkestan. Feuille coriace, persistante, de forme variable.
H. acicularis : feuille épineuse, à pointe aiguë.
H. dolichostyla : persiste dans les régions sèches et supporte des conditions dures.
H. florida : petit arbuste à branches pubescentes. Feuilles épineuses, fleurs blanches.
H. oleifolia : fleurs blanches.
H. saligna : feuilles ressemblant à celles d’un saule.
H. suavolens : rameaux pubescents jaunes rougeâtres. Feuilles pennées à folioles pointues.
H. laurina : apprécié en culture. Son port rappelle celui de l’eucalyptus. Feuilles lancéolées,
fleurs de couleur cramoisie, groupées en capitules sphériques d’où rayonnent les nombreux
styles de couleur jaune, comme une pelote d’épingles.
Genre HELICIOPSIS : 7 espèces d’Indo Malaisie. Feuilles entières ou lobées.
Genre HELICIA : 100 espèces en Indo Malaisie. On trouve toutes les formes depuis les buissons
jusqu’aux grands arbres. Fruit souvent drupacé, qui rappelle la noix, et qui peut être comestible.
Genre HICKSBEACHIA : 2 espèces d’Australie. Graines comestibles. Inflorescence en goupillon.
H. pinnatifolia : le rachis des feuilles composées est ailé. Les racèmes de fleurs apparaissent
sur les bois déjà vieux.
Proteales - 4 -
Genre HOLLANDAEA : 2 espèces de l’est de l’Australie. Inflorescence en forme de goupillon,
feuilles quelconques (ovoïdes).
Genre ISOPOGON : 30 espèces essentiellement d’Australie. Fleur blanc, crème, jaune, rouge ou rosé.
Forment des arbustes à feuilles persistantes. Feuillage découpé et épineux. Les bractées de
l’inflorescence tombent avant les fruits. Ce sont des espèces ornementales. Endémique de l’Australie
de l’ouest.
I. dawsonii : appartient aux Nouvelles Galles du sud. Arbuste ou même arbre. Fleurs jaunes,
teintées de rose. Fruits formant un cône gris argenté.
I. anemonifolius : fruit épineux, disposition curieuse des pétales (retournées).
Genre KERMADECIA : 4 espèces de Nouvelle Calédonie. Intéressant pour le bois.
Genre KNIGHTIA
Genre LAMBERTIA : Feuilles terminées par une pointe. Bractées qui axile chaque fleur plus grande
que la fleur.
Genre LEUCADENDRON : 70 – 80 espèces. Région du Cap. Peu utilisées en culture car résiste mal
au froid. Arbres et arbustes dioïques. Feuilles persistantes, généralement entières, glabres ou velues.
Fleurs groupées en capitules. Fruits : cônes entourés de bractées ligneuses.
L. argenteum : « arbre d’argent ». Très décoratif. Longues feuilles couvertes de poils argentés,
fleurs insignifiantes. Ne vit pas très longtemps.
L. discolor : rameaux pourpres, feuilles coriaces vertes, veinées de rouge. Peut faire jusqu’à 2
m de haut. Fleurs jaunes ou rouges. On le trouve jus qu’à 1000 m d’altitude en Afrique du Sud.
Genre LEUCOSPERMUM : 40 espèces d’Afrique du Sud, région du Cap. Arbustes à feuilles
persistantes, généralement très serrées. Graines lisses, blanches et brillantes. Fournissent du bois qu’on
peut travailler et des tanins. Rameaux dressés ou rampants. Inflorescence généralement orangé ou
rouge. Fruit : petite noix dure et écailleuse. Cultivé dans ses pays d’origine pour le commerce des
fleurs coupées.
L. ellipticum : fleurs orangées
L. glabrum : fleurs jaune d’or et rouge
L. conocarpum : petit arbre à tige laineuse, feuilles laineuses ou pas, fleur jaune d’or.
L. reflexum : inférieur à 3 m. Feuille laineuses gris bleu, fleurs cramoisies.
L. totum : passe du rose pâle ou cramoisi en fonction du degré de maturité.
Genre LOMATIA : 13 espèces de Tasmanie, Nouvelle Calédonie et Tahiti. Essentiellement des
arbrisseaux de 2 à 3 m, à feuilles opposées persistantes, simples ou pennées pouvant se trouver sur un
même pied.
L. ferruginea : fleurs jaune moucheté de rose foncé.
L. ilicifolia : feuilles simples ou bordées de dents épineuses. Peut avoir des feuilles très
profondément lobées. Fleurs blanches.
L. tinctoria : Petit arbrisseau de Tasmanie à fleurs jaunes dont on utilise la sève et l’écorce pour
teindre les tissus.
Genre MACADAMIA : 11 espèces, essentiellement d’Australie, dont une espèce est répandue en
culture : M. ternifolia, la noisette du Queensland, qui a une graine comestible.
M. ternifolia : 6 à 7 m de haut, feuilles persistantes, verticillées, à bords dentés. Grappes de
fleurs blanches. Fruits longs à mûrir (jusqu’à 9 mois). Fleurissent et fructifient toute l’année
sous les tropiques.
M. integrifolia : « noyer du Queensland ». Arbre de 20 m. Feuilles coriaces. Petites fleurs
blanches. Noix comestible.
Proteales - 5 -
M. tetraphylla : « macadamier ». Arbre d’aspect buissonnant. Longs épis pendants de fleurs
blanc ou rose. Feuilles dentées qui peuvent être épineuses. Les jeunes rameaux sont rose clair
et foncent avec l’âge.
Genre MALAGASIA : 1 espèce de Madagascar.
Genre MIMETES : 11 espèces d’arbustes persistants du sud de l’Afrique. Poussent sur des landes
pauvres en phosphore.
M. cucullatus : inflorescence brillante, jaune ou rouge.
M. fimbriaefolius : plus vigoureux que M. cucullatus.
Genre MUSGRAVEA : 2 espèces du Queensland.
Genre NEORITES : 1 espèce du nord de l’Australie
Genre OPISTHIOLEPIS : 1 espèce du Queensland
Genre OREOCALLIS : 2 espèces du Pérou et de l’Equateur
Genre ORITES : 8 espèces des régions tempérées d’Australie (est) et 3 espèces en Amérique du sud.
Plantes ornementales, certaines ont un bois intéressant.
Genre OROTHAMNUS : 1 espèce d’Afrique du sud
Genre PANOPSIS : 20 espèces d’Amérique tropicale. Bois intéressant.
Genre PARANOMUS : 18 espèces d’Afrique du sud.
Genre PERSOONIA : 90 espèces australiennes, buissons ou arbres. Certaines espèces ornementales.
Nommé en hommage à Christian Persoon qui a décrit P. levis. La plupart sont des arbres, généralement
à fleurs jaunes. Les fruits sont des baies comestibles bien qu’astringentes.
P. lanceolata : feuilles entières, lancéolées
P. pinnifolia : grappes de fleurs jaunes et baies charnues vertes à reflets rouges en hiver
P. linearis : petits arbres à feuilles linéaires, porte des fleurs isolées. Fruit : drupes
Genre PETROPHILE : 12 espèces d’Australie.
P. pulchella : appareil végétatif réduit à des phyllodes.
Genre PLACOSPERMUM : 1 espèce au Queensland
Genre PROTEA : 100 espèces tropicales et d’Afrique du sud, dont 69 endémiques du Cap. On les
trouve aussi en Afrique tropicale, du Congo et, à l’est, de l’Ethiopie jusqu’au Cap. Inflorescences avec
un cœur assez compact de fleurs plus ou mois plumeuses entourées de bractées vivement colorées, de
toutes les couleurs, quelques fois noirâtres. La floraison dure des mois. Feuilles généralement épaisses
et coriaces, pouvant être bordées de poils ou plus ou moins ondulées. Fruit indéhiscent.
P. aristata : arbuste de 2 à 4 m. Feuilles longues à pointe foncée. Inflorescence entourée de
bractées rose/rouge qui entourent des fleurs rosé velouté.
P. aurea
P. cynaroides : feuilles rondes, fleurs violacées entourées de bractées verdâtres, pourprées au
sommet. C’est l’emblème de l’Afrique du Sud.
P. cordata : capitules pourpres.
Proteales - 6 -
P. nana (ou mellifera) : inflorescence globuleuse qui met un an à se former. Lorsqu’elle
s’ouvre, il en coule un nectar sucré qui attire les abeilles. On l’utilise en médecine populaire
contre la toux et les infections pulmonaires.
Genre ROUPALA : 90 espèces. Tropicale du Mexique à l’Argentine. Bois, cultures ornementales,
composants médicinaux, tanins.
Genre SERRURIA : 65 espèces du Cap
Genre SLEUMERODENDRON : 1 espèce de Nouvelle Calédonie
Genre SOROCEPHALUS
Genre SPATALLA : 20 espèces du SO du Cap
Genre SPHALMIUM
Genre STENOCARPUS : 25 espèces du Pacifique ouest, 8 endémiques d’Australie. Fleurs avec des
ombelles d’ombellules, et le stigmate qui coiffe les fleurs.
S. salignus : on exploite son bois
S. sinuata
Genre STIRLINGIA : 6 espèces d’Australie
Genre STRANGEA : 3 espèces d’Australie
Genre SYMPHIONEMA : 2 espèces herbacées d’Australie
Genre SYNAPHEA : 10 espèces d’Australie
Genre TELOPEA : 5 espèces de l’est de l’Australie et de Tasmanie. Arbres de 10 à 12 m de haut.
Protégée. Emblème du nord des Galles du sud-ouest.
Genre TORONIA : 1 espèce de Nouvelle Zélande, la « rose kiwi »
Genre TRIUNIA : 4 espèces des régions chaudes d’Australie
Genre BLEASDALEA : (ex Turrilla) 5 espèces d’Australie
Genre VEXATORELLA : 4 espèces du Cap et d’Afrique du Sud
Genre VIROTIA : 6 espèces de Nouvelle Calédonie
Genre XYLOMELUM : 2 espèces du sud ouest et 2 espèces du sud est de l’Australie.
Proteales - 7 -
Téléchargement
Explore flashcards