ec 13 mg

publicité
Epreuve composée de SES n°13
Cette épreuve comprend trois parties.
1 - Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre
aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre du programme
de l'enseignement obligatoire.
2 - Pour la partie 2 (Étude d'un document), il est demandé au candidat de répondre à la
question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document,
de collecte et de traitement de l'information.
3 - Pour la partie 3 (Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé
au candidat de traiter le sujet :
- en développant un raisonnement ;
- en exploitant les documents du dossier ;
- en faisant appel à ses connaissances personnelles ;
- en composant une introduction, un développement, une conclusion.
II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la
présentation.
Première partie : mobilisation des connaissances (6 points)
1 / Pourquoi utilise-t-on l’IDH comme indicateur complémentaire du PIB? (3 points)
2 / Comment les institutions peuvent – elles favoriser la croissance économique? (3 points)
Deuxième partie : étude d’un document (4 points)
Question : Vous présenterez le document puis vous analyserez l’évolution de la productivité
du travail et de la croissance économique de 1950 à 2010.
Taux de croissance de la productivité horaire et du PIB
en France et au Japon (1950-2010)
Taux de croissance du PIB
(moyenne annuelle en %)
France
Japon
Taux de croissance du PIB par heure
(moyenne annuelle en %)
France
Japon
1950-1973
1973-1998
1998-2010
5,05
7,74
2,54
2,7
1,1
1,7
1950-1973
1973-1998
1998-2010
5,05
9,29
2,1
2,97
1,5
1,5
Source : A. Maddison, L’Économie mondiale, une perspective millénaire, OCDE 2002.
Document1
Page 1 sur 2
M. Gosse. Aix-Marseille
Troisième partie : raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)
À l’aide du dossier documentaire et de vos connaissances, vous montrerez comment le
progrès technique peut favoriser la croissance économique.
Document 1.
Défini comme un accroissement de la connaissance que les hommes ont des lois de la nature
appliquées à la production, le progrès technique a deux caractéristiques fondamentales.
D'une part, il transforme les autres facteurs, créant des opportunités d'investissement qui, sans
lui, n'existeraient pas. L’accumulation de capital humain est aussi dynamisée par l'extension
du savoir ce qui explique l'allongement des études et la croissance de la part de la population
qui y a accès.
D'autre part, il apparaît comme un bien public cumulatif car chaque découverte s'appuie sur
d'autres découvertes faites par le passé. Selon les mots de Newton, « Nous sommes des nains
montés sur des épaules de géants » : il suffit d'apporter une amélioration très mineure à un
résultat important pour obtenir un résultat plus fort encore. Ainsi Gutenberg, pour réaliser le
premier système d'imprimerie, a utilisé sa maîtrise de la métallurgie et de la mécanique. De
même, la réalisation des grandes innovations modernes, telles l'automobile ou l'avion, a
nécessité le rassemblement de connaissances de la plus grande diversité.
Source : D’après Dominique Guellec, Pierre Rallé, Les Nouvelles théories de la croissance, La Découverte, coll.
« Repères », 2003.
Document 2.
Croissance économique et effectifs de chercheurs dans quelques pays (1995-2009)
Taux de croissance annuels moyens (en % ; 19952009) (1)
Japon
États-Unis
France
Espagne
Italie
PIB
Facteur
capital
1,1
2,5
1,7
2,9
0,8
0,6
0,9
0,7
1,2
0,7
Facteur
travail
- 0,6
0,3
0,3
1,6
0,4
Productivité
globale des
facteurs
1,1
1,3
0,7
0
- 0,4
Nombre de
chercheurs pour
1000 actifs
occupés(2)
1995
2007
10,11
8,13
6,66
3,49
3,46
11,02
9,722(3)
8,39
5,94
3,69
(1) Les totaux des données des colonnes 3 à 5 peuvent ne pas être égaux aux données de la colonne 2 en
raison des arrondis
(2) Équivalent temps plein
(3) Donnée 2006
Source : OCDE
Document1
Page 2 sur 2
M. Gosse. Aix-Marseille
Téléchargement
Explore flashcards