Antigone et l`absurde - Communauté de Communes du Pays de

publicité
Une soirée théâtrale a été proposée lundi à la salle socioculturelle 03/07/2015
d'Ingwiller. Sur scène, deux troupes de jeunes comédiens ont présenté deux
pièces de théâtre, l'une traitant de tragédies absurdes, l'autre d'Antigone.
Organisée par l'animation jeunesse FDMJC de la communauté de communes du pays de Hanau, cette soirée a débuté
avec la troupe de Steinbourg « Les culottes à l'envers » et leur spectacle « Petites tragédies absurdes ». Sous forme de
petites pièces, les 10 comédiens âgés de 9 à 13 ans se sont frottés au théâtre de l'absurde et à la tragédie. A savoir si la
nuit monte ou descend, la différence entre ici ou là-bas et si au téléphone « C'est toi ou c'est moi ? », cette première
pièce a introduit de façon originale et décalée les personnages d'Antigone pour la seconde. Des bacheliers Intitulée «
Antigone Back in Black », elle a été mise en scène, tout comme la première, par Patrice Zolt. Cette pièce en un acte de
Jean Anouilh a été présentée par la troupe du pays de Hanau « Les planches brûlées », cette fois les 10 comédiens sont
des bacheliers. Certains d'entre eux font du théâtre depuis 8 ans, mais la pièce revisitée, d'une durée d' 1 heure 40 a
nécessité un gros investissement. Après 3 ans de théâtre Bénédicte a tenu le rôle d'Antigone. « Un rôle difficile à
s'approprier », dit-elle, « car les émotions à transmettre y sont nombreuses ». Tout en préparant son bac, elle s'est
beaucoup penchée sur le personnage, et a fini par le comprendre, ce qui lui a facilité la tâche. Présentée pour la première
fois au théâtre de l'Atelier à Paris en 1944, la pièce avait fait polémique. 71 ans plus tard, la troupe y a trouvé un
message très clair dans cette version contemporaine.
Sélectionnés pour le Festival Môm'en scène de Pfastatt, les jeunes comédiens y avaient déjà présenté les deux pièces, il
y a quinze jours. Ils se produiront une dernière fois samedi à 20 h à la maison des associations de Steinbourg.
Téléchargement
Explore flashcards