Débats argumentés scientifiques et civiques conduisant à la

advertisement
Débats argumentés scientifiques et civiques conduisant à la simulation de
négociations sur le changement climatique
PRINCIPES
Le débat argumenté scientifique et civique conduisant à la simulation de la négociation sur le
changement climatique telle qu’elle se déroulera au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015,
constitue un outil pédagogique destiné à faire comprendre aux élèves les grands enjeux liés au
changement climatique, les principaux acteurs concernés par ces enjeux, y compris bien entendu les
élèves eux-mêmes, et à stimuler leur engagement de futurs citoyens dans les débats et les actions
liés à ce phénomène.
Une simulation est un exercice pédagogique organisé sous la forme de jeu de rôle dans lequel on
reproduit la structure d’un événement, avec ses procédures et ses acteurs. Une simulation est une
représentation imparfaite de la réalité qui permet néanmoins d’identifier des acteurs clés, des temps
forts, une dynamique de l’événement.
Les objectifs pédagogiques des simulations visent les apprentissages suivants :
 comprendre les aspects d’un enjeu débattu ;
 comprendre la complexité des jeux d’acteurs ;
 apprendre à défendre ses positions en usant d’arguments ;
 apprendre à s’exprimer clairement à l’oral ;
 comprendre les enjeux intellectuels d’un événement international ;
 apprendre à devenir citoyen par la participation à des échanges entre acteurs aux intérêts
divergents ;
 développer la culture du compromis.
CALENDRIER ET MISE EN OEUVRE
 juin ou début septembre : se faire connaître
Pour vous accompagner au mieux, pour faire connaître votre travail, pour pouvoir communiquer
avec la COP 21 (cf. ci-dessous), il est indispensable que vous signaliez au coordonnateur
académique pour l’éducation au développement durable la mise en place ou le projet de mise en
place du débat argumenté scientifique et civique conduisant à la simulation de la négociation sur le
changement climatique : philippe.guizard@ac-montpellier.fr
 Septembre : phase de recherche
C’est une phase particulièrement adaptée à un travail pluridisciplinaire. Les élèves sont invités à
opérer des recherches sur les points suivants (il s’agit d’une liste non exhaustive et de propositions,
les thèmes restent à la discrétion de l’initiateur du projet) :
 le changement climatique replacé à diverses échelles de temps ;
 les causes du changement climatique ;
 les manifestations en cours du changement climatique ;
 les dynamiques du changement climatique ;
 les représentations du changement climatiques selon les groupes sociaux, les acteurs et les
époques





les effets du changement climatique sur les écosystèmes, la répartition de la population
mondiale, l’économie, la santé humaine, les modes de déplacements, de production
d’énergie, d’habitats, etc. ;
les actions possibles pour lutter contre le changement climatique : des Etats ou ensemble
d’Etats jusqu’au citoyen ;
les grandes conférences internationales déjà tenues sur le changement climatique : contexte,
décisions, limites ;
la conférence de Paris-Le Bourget 2015 : organisation, acteurs, enjeux ;
…/…
 Octobre : préparation du débat
Armés par ces informations scientifiques, les élèves peuvent préparer le débat en adoptant le point
de vue d’un acteur de la conférence ou associé à la conférence. Les élèves poursuivent leurs
recherches mais en les orientant vers l’acteur dont ils joueront le rôle. A titre d’exemples, on peut
envisager les acteurs suivants :
 un représentant de l’ONU chargé de mener le débat
 la France
 l’Union européenne
 les Etats-Unis
 la Chine
 un autre grand pays industriel confronté à des choix énergétiques : Japon, Allemagne, …
 une ou des puissances émergentes : Brésil, Union indienne, Indonésie, Turquie, Afrique du
Sud, …
 un grand pays producteur d’énergie fossile : Russie, Arabie saoudite, Koweït, Venezuela, …
 un ou des pays pauvres
 un Etat insulaire menacé : Maldives, …
 des organisations paysannes du Nord ou du Sud
 des associations mobilisées pour la défense de l’environnement
 des entrepreneurs industriels
 des scientifiques, que l’on peut consulter à tout moment durant le débat pour disposer d’une
information scientifique (économistes, climatologues, géographes, biologistes, médecins, …)
 des journalistes
 …/…
 Novembre : la tenue du débat
Le débat peut s’organiser autour d’un thème, semblable à celui qui animera la conférence de Paris :
« Quelles actions communes mener pour lutter contre le changement climatique ? ». Chaque
participant, en fonction de l’acteur qu’il représente, formule des propositions, précise ce qu’il n’est
pas prêt à faire, écoute les arguments des autres participants. Il est pertinent de demander de
formuler, en fin de débat, des propositions concrètes issues d’un compromis.
Le débat peut s’organiser dans le cadre de la classe mais peut aussi donner lieu à des moments de
communication en se déroulant en public, en présence d’élèves de l’établissement, des familles, des
partenaires, …

Novembre : après le débat mais avant la conférence de Paris-Le Bourget (30 novembre – 11
décembre 2015)
Les débateurs, en fin de débat, se mettent d’accord sur deux ou trois mesures fortes qui seront
transmises à la COP21 par une procédure précisée par le coordonnateur académique EDD durant le
premier trimestre de l’année scolaire 2015-2016. Ces mesures figureront également sur le site
académique EDD.
Les élèves sont invités à réaliser un document destiné à montrer qu’ils ont compris les enjeux de la
COP 21 et qu’ils ont écouté les arguments produits par les autres acteurs du débat. On peut ainsi
leur proposer de rédiger un texte de synthèse en répondant à la question suivante : « Quels sont les
principaux enjeux de la COP21 et quelles principales postures seront vraisemblablement adoptées
durant la conférence ? ».
 Après la conférence et durant le reste de l’année
Les élèves peuvent suivre l’actualité de « l’après-conférence » : analyses de la conférence, mise en
œuvre par les participants des mesures adoptées, obstacles rencontrés, …
Le ou les professeur(s) peu(ven)t s’appuyer sur ce moment de réflexion et d’apprentissage pour
engager les élèves et plus largement l’établissement dans une démarche globale d’éducation au
développement durable, combinant à la fois les enseignements et les actions ou les projets.
Dans cette perspective, il est possible de saisir deux leviers proposés par l’académie afin de
poursuivre et d’amplifier le travail déjà réalisé :
 participer aux journées académiques de l’éducation au développement durable (JAEDD)
durant lesquelles les élèves présentent à d’autres élèves les actions ou dispositifs élaborés
durant l’année ; ces journées, qui en seront à leur quatrième édition, se dérouleront en mai
2016 ; des informations sur ces journées figurent le site académique (http://eedd.acmontpellier.fr/)
 s’engager dans une démarche globale d’établissement conduisant à l’attribution du label
académique « Etablissement en démarche de développement durable (E3D) » ; une
formation d’établissement est possible sur ce thème, elle doit être demandée par le chef
d’établissement à la DAFPEN (« Vers le label E3D : établissement en démarche de
développement durable »)
Pour ces débats scientifiques et civiques simulant les négociations de la conférence internationale
sur le changement climatique, comme pour la mise en œuvre d’une démarche globale
d’établissement, vous pouvez également vous appuyer sur le réseau associatif. En effet, il existe en
Languedoc-Roussillon de nombreuses associations œuvrant pour l'éducation au développement
durable et disposant d'éducateurs qualifiés, avec qui les enseignants peuvent construire des projets
pédagogiques dans une complémentarité de compétences. Ces associations sont organisées en
réseaux aux échelles départementales (Gée Aude - www.geeaude.org / MNE RENE 30 - www.mnerene30.org / COOPERE 34 - www.coopere34.org / REEL48 - www.reel48.org / TRAM'66 www.tram66.org) et régionale (GRAINE LR - www.grainelr.org) ; ces sites Internet permettront à tous
d'identifier de nouveaux partenaires associatifs selon des critères thématiques ou territoriaux. Ces
associations peuvent vous aider à concevoir ou à accompagner les projets, mais c’est à vous de voir à
quelles conditions, y compris financières, elles peuvent apporter leur concours.
On trouvera dans le BO n°5 du 29 janvier 2015 –Annexe 3 d’autres éléments concernant le débat
scientifique et civique conduisant à une simulation de négociations sur le changement climatique.
Vous trouverez en annexes des propositions de ressources pour vous aider dans la mise en place des
débats scientifiques et civiques conduisant à la simulation de négociations sur le changement
climatique : propositions de Sophie Sarran, formatrice académique et de l’IRD (Institut de recherche
pour le développement).
Téléchargement