Rapport Final Inventaires de references_CMK

advertisement
Unité de Coordination des Projets Environnementaux (UCPE)
-----------------
Project Managed Resource Protected Areas
MRPA
----------------Réf: 01-13/DP/UCPE/MRPA
-----------------
ETABLISSEMENT DE LA SITUATION DE
REFERENCE DU SITE MRPA EN VALEURS DE LA
BIODIVERSITE ET ECOLOGIQUE, CULTURELLE,
SOCIALE ET ECONOMIQUE
Cas du site MAHAVAVY KINKONY
----------RAPPORT FINAL
-----------
Décembre 2013
1
Tables des matières
Tables des matières ................................................................................................................................ 2
Liste des tableaux .................................................................................................................................... 5
Liste des figures ...................................................................................................................................... 8
Liste des cartes ..................................................................................................................................... 10
1.
CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L’ETUDE .................................................................................. 14
1.1.
CONTEXTE GENERAL ................................................................................................................ 14
1.2.
OBJECTIFS DE L’ETUDE ............................................................................................................ 15
2.
LOCALISATION ET CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA NAP CMK ............................. 16
3.
METHODES D’INVENTAIRES ECOLOGIQUES .......................................................................... 19
3.1.
3.1.1.
Inventaire des formations forestières ................................................................................ 19
3.1.2.
Inventaire de la végétation aquatique ............................................................................... 20
3.1.3.
Analyse des données ........................................................................................................ 20
3.2.
INVENTAIRE DES PRIMATES ET CARNIVORES ............................................................................. 25
3.2.1.
Méthodes d’inventaire ....................................................................................................... 25
3.2.2.
Analyses des données ...................................................................................................... 26
3.3.
INVENTAIRE DES MICROMAMMIFERES ........................................................................................ 28
3.3.1.
Méthode d’inventaire ......................................................................................................... 28
3.3.2.
Analyse des données ........................................................................................................ 29
3.4.
INVENTAIRES DES CHIROPTERES .............................................................................................. 29
3.4.1.
Les méthodes d’échantillonnage ....................................................................................... 30
3.4.2.
Evaluation de l’abondance et densité relatives des chiroptères ....................................... 30
3.5.
INVENTAIRE DES REPTILES ET D’AMPHIBIENS.............................................................................. 30
3.5.1.
Méthode d’inventaire de la faune terrestre ........................................................................ 30
3.5.2.
Analyse des données ........................................................................................................ 31
3.5.3.
Cas de l’herpetofaune aquatique....................................................................................... 34
3.6.
INVENTAIRE DES OISEAUX ......................................................................................................... 35
3.6.1.
Méthodes d’inventaire ....................................................................................................... 35
3.6.2.
Analyse des données ........................................................................................................ 36
3.7.
INVENTAIRE DES INSECTES ....................................................................................................... 37
3.7.1.
Méthodes d’inventaire ....................................................................................................... 37
3.7.2.
Détermination des insectes et conservation des spécimens ............................................ 40
3.8.
4.
METHODES D’INVENTAIRE FLORISTIQUE ....................................................................... 19
INVENTAIRE DES POISSONS....................................................................................................... 40
3.8.1.
Méthodes d’inventaire ....................................................................................................... 40
3.8.2.
Méthode de mensuration ................................................................................................... 41
3.8.3.
Analyse des données ........................................................................................................ 41
METHODOLOGIE D’ENQUETES SOCIO-ECONOMIQUES ...................................................... 43
2
5.
VALEURS DE REFERENCES BIOECOLOGIQUES .................................................................... 45
5.1.
5.1.1.
CHOIX DES SITES D’INVENTAIRE ................................................................................................ 45
Choix des sites d’inventaire de la flore et végétation ........................................................ 45
5.1.2.
Choix des sites d’inventaires des oiseaux, Micromammifères, Lémuriens, Reptiles,
Amphibiens et Arthropodes ............................................................................................................... 47
5.1.3.
Choix des sites d’inventaires des Poissons, Amphibiens et Reptiles aquatiques ............. 50
5.1.4.
Localisation des sites d’inventaires des Chiroptères......................................................... 53
5.2.
6.
7.
FLORE ET VEGETATION ............................................................................................................. 55
5.2.1.
Composition floristique globale.......................................................................................... 55
5.2.2.
Site de Makary ................................................................................................................... 55
5.2.3.
Site de Tsiombikibo ........................................................................................................... 64
5.2.4.
Site de Morafeno Kingana ................................................................................................. 72
5.2.5.
Site d’Ampitsopitsoka ........................................................................................................ 83
5.2.6.
Potentialités en bois .......................................................................................................... 91
5.2.7.
Comparaison des résultats obtenus avec les autres études antérieures dans le CMK .... 92
5.3.
MICROMAMMIFERES .......................................................................................................... 92
5.4.
OISEAUX ............................................................................................................................... 96
5.5.
ARTHROPODES ................................................................................................................. 102
5.6.
CHIROPTERES ................................................................................................................... 114
5.7.
LEMURIENS ........................................................................................................................ 118
5.8.
REPTILES ET DES AMPHIBIENS....................................................................................... 123
5.9.
POISSONS .......................................................................................................................... 138
ANALYSE DES TENDANCES .................................................................................................... 153
6.1.
ANALYSE DE LA PERTE EN COUVERTURE FORESTIERE .............................................................. 153
6.2.
ANALYSE DES TENDANCES SUR LES DIFFERENTS TYPES D’ECOSYSTEMES ................................. 154
6.3.
ANALYSE DE LA TENDANCE DE LA BIODIVERSITE FAUNISTIQUE .................................................. 162
RESULTATS DES ENQUETES SOCIO-ECONOMIQUES ......................................................... 166
7.1.
TAILLE DE L’ECHANTILLON ET REPARTITION DES MENAGES ENQUETEES ..................................... 166
7.2.
PROFILS SOCIOECONOMIQUES DES HABITANTS DE L’AIRE PROTEGEE ........................................ 166
7.3.
DETERMINATION DE L’INDICE DE PAUVRETE DE LA NAP ............................................................. 176
7.4.
DEPENDANCE DES COMMUNAUTES AUX RESSOURCES NATURELLES DE LA NAP .......................... 181
8. PROPOSITIONS D’ACTIVITES POTENTIELLES D’AMELIORATION DE LA CROISSANCE
ECONOMIQUE .................................................................................................................................... 188
8.1.
PRINCIPES GENERAUX............................................................................................................ 188
8.2.
L’AUGMENTATION DE LA PRODUCTION AGRICOLE ..................................................................... 189
8.3.
LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES MARAICHERES ................................................................. 190
8.4.
L’ORGANISATION DE LA PECHE ................................................................................................ 190
8.5.
LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE RAPHIA .............................................................................. 191
8.6.
LE DEVELOPPEMENT DE L’ECOTOURISME ................................................................................. 191
3
9.
CIBLES DE CONSERVATION ET PROPOSITION DE SUIVI ECOLOGIQUE .......................... 193
9.1.
ENJEUX ET OBJECTIFS D’UN SUIVI PARTICIPATIF ....................................................................... 193
9.2.
APPROCHES .......................................................................................................................... 194
9.3.
METHODES DE SUIVI............................................................................................................... 195
10.
UTILISATION DE L’OUTIL METT : DONNEES SUR LES MENACES ................................... 201
4
Liste des tableaux
Tableau 1 : Types d’écosystèmes caractéristiques de chaque site ...................................................... 45
Tableau 2 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau du site Makary ......................................... 50
Tableau 3 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau du site Tsiombikibo .................................. 51
Tableau 4 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau du site Morafeno Kingany ........................ 51
Tableau 5 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau d’Ampitsopitsoka ..................................... 51
Tableau 6 : Liste des gîtes diurnes des Chiroptères ............................................................................. 53
Tableau 7 : Répartition globale des taxons dans le CMK ..................................................................... 55
Tableau 8. Les espèces caractéristiques de la forêt dense sèche de Makary ..................................... 56
Tableau 9. Répartition des individus par classes de hauteur dans la forêt dense sèche de Makary ... 57
Tableau 10. Diagramme montrant les répartitions des individus dans la Forêt sèche de MAKARY
suivant la classe des diamètres ............................................................................................................ 58
Tableau 11. Liste des principales espèces de la forêt galerie à Makary .............................................. 59
Tableau 12. Liste des espèces caractéristiques des savanes à Makary .............................................. 62
Tableau 13. Principales espèces de la formation lacustre à Makary .................................................... 64
Tableau 14 : Principales espèces de la forêt dense sèche de Tsiombikibo ......................................... 64
Tableau 15 : Répartition des espèces dans la forêt sèche de Tsiombikbo par classe de hauteur ..... 65
Tableau 16 : Répartition des espèces dans la forêt dense sèche de Tsiombikibo par classe de
diamètre ................................................................................................................................................. 66
Tableau 17 : Principales espèces des savanes de Tsiombikibo. .......................................................... 68
Tableau 18 : Composition floristique de la forêt galerie de Tsiombikibo ............................................... 70
Tableau 19 : Principales espèces de la forêt dense sèche de Morafeno Kingana ............................... 72
Tableau 20 : Principales espèces de la forêt littorale de Morafeno Kingana ........................................ 75
Tableau 21 : Principales espèces des savanes de Morafeno Kingana ................................................ 77
Tableau 22 : Composition floristique des marécages de Morafeno Kingana........................................ 79
Tableau 23 : Composition floristique des mangroves de Morafeno Kingana........................................ 80
Tableau 24 : Répartition des individus par classe de hauteur dans les mangroves de Morafeno
Kingana.................................................................................................................................................. 80
Tableau 25 : Répartition des individus par classe de diamètre dans les mangroves de Morafeno
Kingana.................................................................................................................................................. 81
Tableau 26 : Liste des principales espèces caractéristique de la forêt dense sèche à Ampitsopitsoka
............................................................................................................................................................... 84
Tableau 27 : Répartition des individus dans la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka suivant la classe de
diamètre ................................................................................................................................................. 85
Tableau 28 : Les espèces recensées dans la mangrove d’Ampitsopitsoka par ordre d’importance .... 87
Tableau 29 : Répartition des individus dans la mangrove d’Ampitsopitsoka suivant la classe de
hauteur................................................................................................................................................... 87
Tableau 30 : Répartition des arbres suivant la classe de diamètre dans la mangrove d’Ampitsopitsoka
............................................................................................................................................................... 88
Tableau 31 : Liste des espèces dominantes dans la formation savanicole d’Ampanasina .................. 90
Tableau 32 : Potentialités en bois dans le Complexe Mahavavy Kinkony ............................................ 91
Tableau 33 : Liste des espèces de petits mammifères non-volants présents ...................................... 93
Tableau 34 : Résultats de capture des petits mammifères non-volants des lignes de trous-pièges .... 94
Tableau 35 : Résultats de capture dans les pièges Sherman............................................................... 95
Tableau 36. Richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes aquatiques. ................... 103
Tableau 37. Richesse qualitative et abondance absolue des arthropodes du sol et de la litière dans les
trois sites.............................................................................................................................................. 103
Tableau 38. Indice de la diversité de Shannon et équitabilité des arthropodes du sol et de la litière
dans les trois sites. .............................................................................................................................. 104
Tableau 39. Indice de similarité de Jaccard des arthropodes du sol et de la litière............................ 104
Tableau 40. Richesse qualitative et abondance absolue des fourmis dans les trois sites. ................ 105
Tableau 41. Indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité des fourmis dans les trois sites. ........ 106
5
Tableau 42. Indice de similarité de Jaccard des fourmis dans les trois sites. .................................... 106
Tableau 43. Richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes qui vivent sur les
végétations. ......................................................................................................................................... 107
Tableau 44. Indice de la diversité de Shannon et la valeur de l’équitabilité des arthropodes qui vivent
sur les végétations. .............................................................................................................................. 107
Tableau 45. Indice de similarité de Jaccard des arthropodes qui vivent sur les végétations. ............ 108
Tableau 46. Richesse qualitative et abondance absolue des arthropodes nocturnes. ....................... 108
Tableau 47. Indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité dans les deux sites. .......................... 109
Tableau 48. Présence et absence des lépidoptères Rhopalocères dans les trois sites. .................... 109
Tableau 49. Richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes capturés par le piège
malaise. ............................................................................................................................................... 110
Tableau 50. Indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité des 3 sites. ........................................ 111
Tableau 51. Indice de Jaccard des arthropodes volants capturés par le piège malaise. ................... 111
Tableau 52. Structure biologique de la communauté des arthropodes des trois sites. ...................... 112
Tableau 53. Lépidoptères diurnes recensés dans la forêt d’Analamanitra en 2006 et en 2013. ........ 113
Tableau 54 : Liste des espèces de Mégachiroptères, leurs endémicités et Statut UICN ................... 114
Tableau 55 : Liste des espèces de Microchiroptères avec leur endémicité et leur statut UICN ......... 114
Tableau 56 : Densité et abondance des chiroptères ........................................................................... 116
Tableau 57 : Richesse spécifique des léumuriens par site ................................................................. 118
Tableau 58 : Statut de conservation des espèces lémuriennes recensées ........................................ 119
Tableau 59 : Nombre de groupes de lémuriens rencontrés ................................................................ 120
Tableau 60 : Abondance relative des espèces lémuriennes ............................................................... 121
Tableau 61 : Résultats de capture de lémuriens dans les trois sites .................................................. 122
Tableau 62 : Densité approximative des lémuriens rencontrés (ind/km²) ........................................... 122
Tableau 63 : Indice de similarité de Jaccard ....................................................................................... 123
Tableau 64 : Tableau récapitulatif de la richesse spécifique et des stauts des espèces d’amphibiens et
réptiliennes .......................................................................................................................................... 126
Tableau 65 : Liste des espèces d’amphibiens et réptiliennes rencontrées ........................................ 127
Tableau 66 : Valeurs de l’indice de similarité des espèces d’amphibiens et réptiliennes ................... 129
Tableau 67 : Nombre des espèces communes des espèces d’amphibiens et réptiliennes ............... 129
Tableau 68 : Valeurs de l’indice de Shannon H’ et l’equitabilité E ainsi que les variances par site ... 130
Tableau 69 : Résultats de test statistique de la diversité par site ....................................................... 130
Tableau 70 : Nombre d’individus des espèces d’amphibiens et réptiliennes par site ......................... 131
Tableau 71 : Répartition des individus d’amphibiens et réptiliennes recensés suivant les types
d’écosystèmes par site ........................................................................................................................ 131
Tableau 72 : Nombre d’individus et abondance relative de chaque espèce d’amphibiens et réptiliennes
par site ................................................................................................................................................. 132
Tableau 73. Liste des espèces présentes dans la NAP CMK après compilation de toutes les données
disponibles ........................................................................................................................................... 136
Tableau 74 : Paramètres physico-chimiques de l’eau à Makary......................................................... 139
Tableau 75 : Paramètres physico-chimiques de l’eau à Tsiombikibo ................................................. 140
Tableau 76 : Paramètres physico-chimiques de l’eau à Morafeno Kingany et à Ampitsopitsoka ...... 140
Tableau 77 : Présence et absence des espèces piscicoles et leurs richesses spécifiques ............... 142
Tableau 78 : Richesse spécifique et taux d’endémisme des espèces pisicoles par site .................... 144
Tableau 79. Evaluation de l’estimation de l’effectif des populations piscicoles des stations .............. 145
Tableau 80. Production piscicole du lac Kinkony en fonction de chaque espèce............................... 147
Tableau 81. Production piscicole des plans d’eau du site 1 en fonction de chaque espèce .............. 148
Tableau 82. Production piscicole des stations du site 2 en fonction de chaque espèce .................... 148
Tableau 83. Production piscicole des stations du site 3 en fonction de chaque espèce .................... 149
Tableau 84. Production piscicole des stations du site 4 en fonction de chaque espèce .................... 151
Tableau 85. Evolution de la dégradation forestière dans la NAP CMK .............................................. 153
Tableau 86. Groupes de grands lémuriens observés durant les deux sessions d’inventaire à
Mahavavy-Kinkony .............................................................................................................................. 162
6
Tableau 87. Nombre d’individus observés durant les deux sessions d’inventaire à Mahavavy-Kinkony
............................................................................................................................................................. 162
Tableau 88. Capture des chiroptères dans le Complexe Mahavavy Kinkony..................................... 163
Tableau 89. Estimation des individus capturés et ressources de revenus sur les chiroptères dans le
Complexe Mahavavy Kinkony ............................................................................................................. 163
Tableau 90. Estimation des individus capturés et ressources de revenus sur les chiroptères dans le
Complexe Mahavavy Kinkony ............................................................................................................. 163
Tableau 91. La tendance de la population des espèces aquatiques dans le CMK ............................ 165
Tableau 92 : Tableau de répartition des ménages énquêtés. ............................................................. 166
Tableau 93 : Tableau de répartition des habitants par Commune en 2011 (projection). .................... 167
Tableau 94. Ethnies dominantes par Commune ................................................................................. 169
Tableau 95. Appartenance à une religion par Commune ................................................................... 170
Tableau 96. Désignation de lieu sacré par Commune ........................................................................ 170
Tableau 97. Désignation de lieu tabou par Commune ........................................................................ 171
Tableau 98 : Niveau d’éducation du chef de ménage par Commune ................................................. 171
Tableau 99 : Types d’activités principales pratiquées par Commune ................................................. 172
Tableau 100. Types d’activités secondaires pratiquées par Commune ............................................. 172
Tableau 101 : Sources d’eau utilisées par ménage par Commune .................................................... 173
Tableau 102 : Ménages n’utilisant pas de latrine par Commune ........................................................ 173
Tableau 103. Pourcentage des ménages utilisant les services de santé par Commune ................... 174
Tableau 104 : Taux de mortalité infantile par Commune ................................................................... 174
Tableau 105 : Type d’énergie utilisée pour l’éclairage par ménage par Commune............................ 175
Tableau 106 : Fréquence de prise de repas par jour d’un ménage par Commune ............................ 175
Tableau 107. Pourcentage des ménages consommant du riz avec un mets d’accompagnement par
Commune ............................................................................................................................................ 176
Tableau 108 : Taux d’appartenance à une VOI par Commune ......................................................... 176
Tableau 109 : Identification des indicateurs utilisés dans le calcul de l’IP .......................................... 178
Tableau 110 : Situation de la pauvreté au niveau des communes du CMK ....................................... 178
Tableau 111 : Indice de la pauvreté des communes du CMK basées sur les ménages enquêtés .... 179
Tableau 112 : Contribution des dimensions socio-économiques dans la mesure de l’IP par commune
............................................................................................................................................................. 179
Tableau 113 : Répartion des revenus totaux annuels des ménages par commune ........................... 180
Tableau 114 : Répartition des differentes cultures au sein du NAP ................................................... 182
Tableau 115. Types d’énergie utilisés pour la cuisson par Commune ............................................... 183
Tableau 116 : Utilisation des ressources naturelles par les ménages pour la construction de leurs
habitats ................................................................................................................................................ 184
Tableau 117. Principaux Types d’éssences forestières recensés et leurs usages par les ménages . 185
Tableau 118 : Pourcentage des ménages utilisant la forêt comme lieu de pâturage par Commune 186
Tableau 119 : Quantités des produits prélevés dans la forêt et nombre de ménages pratiquant la
collecte................................................................................................................................................. 187
7
Liste des figures
Figure 1 : Dispositif d’un placeau .......................................................................................................... 19
Figure 2 : Schéma explicatif du relevé linéaire de Gautier.................................................................... 20
Figure 3 : Profil Schématique de la végétation...................................................................................... 24
Figure 4 : Exemple de diagramme de recouvrement de la végétation ................................................. 24
Figure 5 : Piège-bac contenant une solution de formol de 2 % enterré jusqu’à sa bordure supérieure 37
Figure 6 : Dispositifs Winkler (à gauche, sifter et à droite, extracteur Winkler) .................................... 38
Figure 7 : Parapluie japonais ................................................................................................................. 38
Figure 8 : Dispositifs d’un piège lumineux ............................................................................................. 39
Figure 9 : Technique d’utilisation de filet à papillon .............................................................................. 39
Figure 10 : Piège-Malaise...................................................................................................................... 40
Figure 11 : Répartition des espèces floristiques selon leur endémicité ................................................ 55
Figure 12 : Forêt dense sèche de Makary............................................................................................. 56
Figure 13 : Répartition des individus suivant la classe des hauteurs dans la FDS de Makary............. 57
Figure 14 : Diagramme montrant les répartitions des individus dans la Forêt sèche de MAKARY
suivant la classe des diamètres ............................................................................................................ 58
Figure 15 : Diagramme de recouvrement de la Forêt sèche de MAKARY ........................................... 59
Figure 16 : Répartition des arbres recensés dans la forêt galerie de Makary suivant la classe de
hauteur................................................................................................................................................... 60
Figure 17 : Répartition des arbres recensés dans la forêt galerie de Makarysuivant la classe de
diamètre ................................................................................................................................................. 61
Figure 18 : Diagramme de recouvrement de la Forêt galerie de MAKARY .......................................... 61
Figure 19 : Diagramme de recouvrement des savanes de MAKARY ................................................... 63
Figure 20 : Formation savanicole à Makary .......................................................................................... 63
Figure 21 : Diagramme de répartition des espèces dans la forêt sèche de Tsiombikibo par classe de
hauteur................................................................................................................................................... 66
Figure 22 : Diagramme de répartition des espèces dans la forêt sèche de Tsiombikibo par classe de
diamètre ................................................................................................................................................. 67
Figure 23 : Diagramme de recouvrement dans les forêts densse sèches de Tsiombikibo .................. 68
Figure 24 : Diagramme de recouvrement des savanes de Tsiombikibo ............................................... 69
Figure 25 : Diagramme de recouvrement de la formation marécageuse de Tsiombikobo .................. 70
Figure 26 : Diagramme de répartition des individus dans la forêt galerie de Tsiombikibo par classe de
hauteur................................................................................................................................................... 71
Figure 27 : Diagramme des individus par classe de diamètre dans la forêt galerie Tsiombikibo par
classe de diamètre ................................................................................................................................ 71
Figure 28 : Diagramme de recouvrement de la forêt galerie de Tsiombikibo ....................................... 72
Figure 29 : Diagramme de la répartition des individus recensés à Morafeno Kingana par classe de
hauteur................................................................................................................................................... 73
Figure 30 : Diagramme de répartition des individus par classe de diamètre dans la forêt dense sèche
de Morafeno Kingana ............................................................................................................................ 74
Figure 31 : Diagramme de recouvrement de la forêt dense sèche de Morafeno Kingana ................... 74
Figure 32 : Diagramme de la répartition des individus recensés dans la forêt littorale de Morafeno
Kingana par classe de hauteur .............................................................................................................. 76
Figure 33 : Diagramme de la répartition des individus par classe de diamètre dans la forêt littorale de
Morafeno Kingana ................................................................................................................................. 76
Figure 34 : Diagramme de recouvrement de la forêt littorale de Morafeno Kingana ............................ 77
Figure 35 : Diagramme de recouvrement des savanes de Morafeno Kingana..................................... 78
Figure 36 : Diagramme de recouvrement de la formation marécageuse à Morafeno Kingana ............ 79
Figure 37 : Diagramme de la répartition des individus recensés dans les mangroves de Morafeno
Kingana par classe de hauteur .............................................................................................................. 81
8
Figure 38 : Diagramme de la répartition des individus recensés dans les mangroves de Morafeno
Kingana par classe de diamètre ............................................................................................................ 82
Figure 39 : Diagramme de recouvrement des mangroves à Morafeno Kingana .................................. 83
Figure 40 : Mangroves de Morafeno Kingana ....................................................................................... 83
Figure 41 : Histogramme de distribution de différentes classes de hauteur des individus recensés
dans la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka ......................................................................................... 85
Figure 42 : Histogramme de distribution de différentes classes de diamètre des individus recensés
dans la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka ......................................................................................... 86
Figure 43 : Diagramme de recouvrement de la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka........................... 86
Figure 44 : Histogramme de distribution de différentes classes de hauteur des individus recensés
dans la mangrove d’Ampitsopitsoka ...................................................................................................... 88
Figure 45 : Histogramme de distribution de différentes classes de diamètre des individus recensés
dans la mangrove d’Ampitsopitsoka ...................................................................................................... 89
Figure 46 : Diagramme de recouvrement de la mangrove d’Ampitsopitsoka ....................................... 89
Figure 47 : Taux de recouvrement de la savane d’Ampitsopitsoka ...................................................... 91
Figure 48 : Courbes cumulatives des espèces de petits mammifères inventoriés ............................... 93
Figure 49 : Courbes cumulatives des espèces d’oiseaux forestières inventoriées dans les quatre sites
............................................................................................................................................................... 96
Figure 50 : Taux d'endémicité des espèces d’oiseaux terrestres recensées........................................ 97
Figure 51 : Regroupement des espèces d’oiseaux terrestres inventoriés suivant le type d’habitats ... 97
Figure 52 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensées à Tsiombikibo... 98
Figure 53 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensées à Makary .......... 99
Figure 54 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensés à Morafeno
Kingany .................................................................................................................................................. 99
Figure 55 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensés à Ampitsopitsoka
............................................................................................................................................................. 100
Figure 56. Représentation graphique de la structure biologique. ....................................................... 112
Figure 57 : Courbe cumulative des espèces de chiroptères recensées ............................................. 116
Figure 58 : Classement des espèces de chiroptères recensées ........................................................ 117
Figure 59 : Courbes cumulatives des espèces lémuriennes ............................................................... 120
Figure 60 . Dendrogramme selon la richesse lémurienne spécifique par site .................................... 123
Figure 61. Courbe cumulative des espèces inventoriées dans le site Makary ................................... 125
Figure 62. Courbe cumulative des espèces inventoriées dans le site Tsiombikibo ............................ 125
Figure 63. Courbe cumulative des espèces inventoriées dans le site Morafeno Kingany .................. 125
Figure 64 : Dendrogramme de similarité par site des espèces d’amphibiens et réptiliennes ............. 129
Figure 65 : Classe d’abondance des espèces pisicoles par site......................................................... 145
Figure 66. Tendance du rythme de degradation des forêts de la NAP CMK par rapport à ceux de la
Région Boeny et du PN Ankarafantsika .............................................................................................. 153
Figure 67. Illustrations relatives à l’exploitation des forêts sèches ..................................................... 155
Figure 68 : Photo de rizière et habitation temporaire à l’intérieur de la forêt d’Andohaala, Makary
(gauche), forêt Analamanitra, Tsiombikibo (droite). ............................................................................ 156
Figure 69 : Photo montrant les défrichements pour l’extension des espaces cultivables. Makary ..... 156
Figure 70 : Des villages aux abords de la forêt sèche ........................................................................ 157
Figure 71. Menaces sur les mangroves .............................................................................................. 158
Figure 72. Menaces sur les lacs .......................................................................................................... 158
Figure 73. Assèchement des formations raphières ............................................................................. 159
Figure 74. Menaces sur les savanes ................................................................................................... 159
Figure 75. Menaces sur les forêts galeries ......................................................................................... 160
Figure 76. Evolution de la population actuelle de Pteropus rufus sans tenir compte des naissances
annuelles dans le complexe Mahavavy Kinkony ............................................................................... 164
Figure 77 : Pyramide d’âge de l’ensemble des ménages pour le district de Mitsinjo ......................... 167
Figure 78. Répartition du revenu total annuel des ménages du CMK selon les sources .................. 181
Figure 79 : Activités de charbonnage .................................................................................................. 183
9
Figure 80 : Types d’habitats à Antongomena Bevary ......................................................................... 184
Liste des cartes
Carte 1 : Carte de localisation du Complexe Mahavavy Kinkony ......................................................... 18
Carte 2. Localisation des sites de relevé floristique dans le CMK ........................................................ 46
Carte 3. Itinéraire d’inventaire des Lémuriens....................................................................................... 48
Carte 4. Itinéraire d’inventaire des Oiseaux .......................................................................................... 49
Carte 5. Localisation des sites d’inventaire des herpetofaunes aquatiques ......................................... 52
Carte 6. Localisation des sites d’inventaire des Poissons .................................................................... 53
Carte 7. Localisation des grottes pour l’inventaire des Chiroptères ...................................................... 54
Carte 8. Rythme de dégradation forestière ......................................................................................... 154
Carte 9. Evolution des feux dans le Complexe Mahavavy Kinkony .................................................... 161
Carte 10 : Densité de population de la NAP Complexe Mahavavy Kinkony ....................................... 168
10
RESUME EXECUTIF
BIODEV Madagascar Consulting a été mandaté par le projet Managed Resources Protected
Areas (MRPA) pour la réalisation d’un inventaire de référence sur les plans bioécologique,
socio-économique et culturel dans le Complexe Mahavavy Kinkony (CMK) qui se situe dans
la Région de Boeny. En effet, cette étude entre dans le cadre des actions menées par MRPA
en vue de la création définitive de cette Nouvelle Aire Protégée (NAP).
Les spécialistes par taxa en bioécologie ont inventorié les végétations et les animaux
(Vertébrés et invertébrés) dans les sites représentatifs des écosystèmes dans le CMK entre
autres : forêt dense sèche, forêt de galerie, forêt littorale, mangrove, savane, lac, rivière,
marais, mer, grotte… Les méthodes utilisées pour les inventaires rapides de la faune sont
celles standards utilisés par les experts biologistes à Madagascar. Les taxa considérés sont :
lémuriens, micromammifères, mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles, chiroptères,
poissons et arthropodes. Les résultats obtenus montrent que CMK est riche en biodiversité
et mérite un programme de conservation soutenu et durable justifiant un des critères
d’éligibilité d’appuis du MRPA.
-
Valeurs de références bioécologiques :
Pour l’ensemble du Complexe, 199 espèces floristiques réparties dans 75 familles et 154
genres ont été inventoriées. Parmi ces espèces, 69 sont endémiques malgaches dont deux
endémiques locales (Securinega antsingiensis et Erythrophleum couminga). Parmi les
espèces endémiques régionales, on peut citer la famille des EBENACEAE avec 5 espèces
qui sont toutes vulnérables selon UICN, FABACEAE avec 8 espèces endémiques dont
Manjakabenitany et Komanga sont en danger selon UICN et Manariboty est vulnérable.
Trois (03) espèces de Micromammifères ont été recensées au cours de cette expédition
dans le CMK dont 2 espèces d’Afrosoricida (Tenrecidae) et une espèce de Rongeur allogène
(Muridae). Aucune espèce de Microgale spp. (Oryzorictinae) pour les Afrosoricida, ni de
Rodentia (Nesomyidae) n’a été repertoriée.
Le nombre d’espèces ornithologiques rencontrées lors de cette étude est de 116, alors
qu’Asity après ses nombreuses expéditions de suivi écologique a dénombré un total de 147
espèces pour la NAP CMK. Cette avifaune est assez importante aussi bien quantitativement
que qualitativement. Parmi les 116 espèces recensées, près de la moitié sont endémiques
soit à Madagascar (34 espèces) soit à la région des îles Mascareignes (23 espèces). Outre
le taux d’endémicité spécifique, quatre groupes parmi les sept qui sont endémiques de
Madagascar et des îles voisines à savoir la sous-famille des Couinae regroupant les Couas,
la famille des Leptosomidae, la famille des Bernieridae et celle des Vangidae, sont
représentés dans le Complexe. Parmi les soixante et une (61) espèces terrestres recensées,
seule Lophotibis cristata présente un statut de conservation de l’UICN (Presque menacée).
On a recensé 168 arthropodes aquatiques réparties dans 14 familles, 2777 arthropodes du
sol et des litières réparties dans 67 familles, 2229 fourmis appartenant à 19 genres, 198
arthropodes vivant sur les végétations réparties dans 26 familles, 314 arthropodes nocturnes
inclues dans 13 familles, et enfin 67 individus répartis dans 27 familles et 30 espèces de
lépidoptères rhopalocères.
Le présent inventaire révèle la présence de 12 espèces de Chiroptères dont 2 espèces de
Mégachiroptères appartenant à l’unique famille des Pteropodidae et 10 espèces de
11
Microchiroptères. En ce qui concerne leur statut de conservation selon la liste rouge de
IUCN, une espèce est déjà considérée comme « vulnérable », et une autre « presque
ménacée ». Dix (10) espèces ne se rencontrent qu’à Madagascar, soit un taux d’endémicité
de l’ordre de 83%.
Au total, huit espèces de lémuriens ont pu être répertoriées, dont quatre espèces nocturne,
deux espèces diurnes, et deux espèces cathémérales. Concernant leurs statuts de
conservation (UICN, 2013), deux espèces sont « vulnérables » (Propithecus deckeni et
Eulemur mongoz), une espèce « en danger » (Propithecus coronatus), deux espèces sont
« moins concernées » (Microcebus murinus et Cheirogaleus medius) et deux espèces « à
données insuffisantes » (Microcebus myoxinus et Eulemur rufus). Les recherches
antérieures sur les lémuriens confirment la présence de neuf (09) espèces de lémuriens
dans le Complexe Mahavavy Kinkony. La seule espèce qui n’a pas été recensée dans cette
étude est Hapalemur occidentalis. Sa présence a été enregistrée uniquement dans la forêt
de Belakoza (Antseza) alors que ce dernier n’a pas fait l’objet de visite au cours de cette
étude.
Cette expédition a permis de recenser 31 espèces herpétofauniques dont 7 espèces
d’amphibiens et 24 reptiles dans le CMK. Mais en compilant les résultats de tous les travaux
d’inventaire menés dans le CMK depuis 2002, 41 espèces herpetofauniques y ont été
identifiées dont 38 terrestres et 4 aquatiques. Parmi lesquelles, 8 sont des amphibiens et 34
reptiles. Une espèce de tortue d’eau douce Erymnochelys madagascarensis est classée En
Danger Critique (CR) et un Caméléon Furcifer rhinoceratus est classée Vulnérable (VU)
selon la classification IUCN.
Au total, 59 espèces de poissons appartenant à 38 familles différentes ont été inventoriées
dans l’ensemble des sites étudiés. Seules quatre espèces sont endémiques, soit un taux
d’endémicité de 10%. Elles comprennent deux espèces de CICHLIDAE (Paretroplus petiti et
Paretroplus kieneri), une espèce d’APLOCHEILIDAE (Pachypanchax omalonotus) et une
espèce d’ARIIDAE (Arius madagascariensis). Les stocks de poissons et les productions
piscicoles par site sont estimés dans ce rapport.
-
Analyse des tendances et menaces :
En 23 ans (1990 à 2013), la NAP CMK a perdu 7530 ha de forêt, soit environ 20% de sa
superficie forestière actuelle. On a observé une diminution constante de ce taux de
déperdition forestière pendant la période de 1990 à 2010. En effet, si le taux de défrichement
annuel entre 1990 et 2000 était de 0.71%, il est descendu à 0.4% entre 2005 et 2010. La
situation s’est inversée depuis 2010 car l’on assiste actuellement à un taux de déforestation
de l’ordre de 1% par an.
La NAP CMK fait face à de nombreux types de pressions entraînant une destruction
progressive des écosystèmes et des habitats et une perte de la biodiversité faunistique.
Parmi les types de pressions les plus observés figurent les exploitations illicites des
ressources, la transformation des zones forestières en terrains de cultures, la transformation
des zones humides en rizières, les feux, …
12
-
Cibles de conservation et propositions de suivi :
Le suivi écologique participatif ou communautaire est un outil efficace pour la
responsabilisation de la population locale dans la gestion de la biodiversité et des ressources
naturelles se trouvant dans la NAP. Pour cela, il faut suivre l’approche suivante : une
coordination des actions de suivi par un organisme d’appui, la Mise en place d’une équipe de
suivi au sein de chaque CoBa, une Formation de l’équipe locale de suivi, une Analyse
participative des résultats et un Partage des résultats. La méthodologie spécifique utilisée
pour faire le suivi dépend des espèces cibles de conservation et du type d’habitat.
-
Valeurs de références socio-économique et culturelle:
La NAP CMK abrite sept (7) Communes. 53 Fokontany sur 58 de ces Communes se
trouvent à l’Intérieur du périmètre de l’aire protégée. En 2011, la projection de la population
du district de Mitsinjo montre une population totale s’élevant à 89 901 habitants. Près de
94% de ces populations se trouvent dans la nouvelle aire protégée, estimée à 84.462
habitants. Il s’agit d’une population dominée par la jeunesse, très cosmopolite et
culturellement très hétérogène. Les populations adultes sont peu instruites bien qu’une
tendance de scolarisation globale des enfants soit constatée. L’économie est basée sur
l’agriculture et la pêche.
Le calcul de l’Indice de Pauvreté pour le cas de CMK est de 74,75%. Les trois dimensions
socio-économiques reflétant les besoins fondamentaux qui définissent la situation de
pauvreté (santé, éducation et conditions de vie) ont le même poids (1/3) dans la mesure de
l’indice. Dans le cas de notre étude, l’IP est largement conditionné par la dimension
« condition de vie » (64%) suivi de la dimension « éducation » (24%) et enfin la dimension
« santé » (11%). Pour les 74,75% de la population qui sont classées dans la catégorie
pauvre, 64% des manques sont attribuées à une condition de vie précaire.
Concernant les revenus, une première partie des ménages (49%) se trouve à un niveau de
revenu annuel inférieur à 720.000 ariary/an (soit l’équivalent de $US 0,90 par jour) alors que
les institutions onusiennes définissent le seuil de pauvreté pour un ménage donné avec un
revenu inférieur à 1,25 USD/jour ; une seconde partie des ménages (35%) affiche un revenu
annuel supérieur à 1 200 000 ariary. Cette dernière s’explique par le fait que la plupart de
ces ménages exercent une activité plus rémunératrice comme la pêche.
-
Proposition d’amélioration de la croissance économique :
Le mode de vie de la population dans le CMK a une grande dépendance vis-à-vis de la NAP.
Les actions à mener ne visent pas à rompre le lien de la population avec les ressources
existantes mais cette liaison doit répondre à l’adage malgache «tery omby ririnina ka atao
izay tsy hahafaty ny reniny no tsy hahafaty ny zanany », c’est-à-dire que les actions ne
doivent pas porter des prejudices ni à la mère (NAP) ni à l’enfant (Population locale). Sans
faire un inventaire exhaustif des activités ou une liste priorisée dans le cadre des
interventions, la proposition sera focalisée sur 5 activités principales : L’augmentation de la
production agricole, Le développement des cultures maraîchères, L’organisation de la
pêche, Le développement de la filière raphia et Le développement de l’écotourisme.
13
1. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L’ETUDE
1.1.
CONTEXTE GENERAL
En 2003, Le Gouvernement Malgache s’est engagé à l’occasion du Sommet Mondial pour
l’Environnement à Durban de tripler l’étendue de ses aires protégées pour avoir une
superficie de 6 millions d’hectare qui représente environ 10% du territoire de Madagascar.
Sur la base de cette Vision Durban, le pays a développé son système d’aires protégées
SAPM suivant la Convention de la Diversité Biologique et la définition de l’aire protégée
selon l’UICN : mettre en place un système d’aires protégées plutôt que de créer des
sites protégés particuliers ou de mettre en défense une superficie spécifique.
Pour ce faire, la Commission Technique en charge de cette Vision Durban a beaucoup
réfléchi sur l’élargissement d’un éventail d’aires protégées sur la base des catégories
(objectifs de gestion) et des types de gouvernance selon la classification de l’UICN. En effet,
les catégories et les types de gouvernance de l’UICN sont reconnus comme étant des
instruments précieux pour développer le système des aires protégées flexible, faisable et
efficace. 1
Madagascar National Parks (MNP) est le gestionnaire historique du réseau des aires
protégées à Madagascar. Toutefois, son rôle se limite à l’administration des AP classées
uniquement dans trois catégories à savoir I (Réserve naturelle intégrale), II (Parc National) et
IV (Réserve Spéciale).
Pour le Ministère de l’Environnement et des Forêts (MEF), MNP n’aura pas la capacité de
créer et de gérer tout seul cette extension. C’est pour cette raison que les nouvelles aires
protégées (NAP) seront constituées, promues et gérées par une pluralité de promoteurs. Et
corollairement, la plupart de ces NAP sont répertoriées dans les catégories V (Paysage
harmonieux protégé) et VI (Réserve des ressources naturelles).
D’un autre côté, les aires protégées de catégorie V et VI se distinguent des autres
classifications par la possibilité d’utilisation des ressources naturelles par les populations
locales. Elles sont d’ailleurs considérées comme des aires protégées moins strictes, puisque
les interventions humaines telles que la foresterie, l’agriculture, la pêche voire l’habitation,
sont autorisées en fonction des règles de gestion. De par cette particularité dans les objectifs
de gestion, le MEF veut mettre en place un sous-réseau des NAP de catégorie V et VI, qui
a pris l’appellation de Managed Resources Protected Areas (MRPA) ou réseau d’aires
protégées de ressources naturelles gérées.
Le but ultime du MRPA est d’étendre le réseau des aires protégées à Madagascar en
développant un sous réseau des AP de catégorie V et VI dans le cadre de la gestion
conjointe du gouvernement local et des communautés, et des AP intégrées dans les cadres
régionaux de développement.
De cet objectif principal découlent de multiples objectifs secondaires dont la conservation de
la biodiversité, la réduction de la pauvreté dans les NAP, la recherche de croissance
économique et l’autonomisation financière du MRPA.
Le projet MRPA vise surtout donc la création de plusieurs nouvelles aires protégées de
catégories V et VI de l’IUCN et dont la superficie ciblée atteint actuellement environ
1.527.151 ha. Cinq (5) Nouvelles Aires Protégées de catégories V et VI font actuellement
1
Les aires protégées de Madagascar : Bâtir le système à partir de la base. 2005
14
partie du sous-réseau, appelé MRPA cibles qui seront bénéficiaires du projet MRPA. Parmi
lesquelles, figure la NAP Complexe Mahavavy Kinkony qui se situe dans la Région de
Boeny.
N’étant actuellement que dans sa phase de démarrage, le projet MRPA doit disposer d’une
situation de référence sur les plans biologique, écologique, culturel, social et économique de
cette nouvelle aire protégée. Cet état initial du site est indispensable pour la planification, le
suivi et évaluation des actions qui y seront menées.
En effet, ces informations de base permettront d’établir les indicateurs avec leurs valeurs de
référence à mi-parcours et en fin de projet conformément au cadre de résultats stratégiques
du projet MRPA. Un système de suivi adapté de ces indicateurs doit également être établi
pour alimenter régulièrement le cadre de résultats stratégiques du projet, y compris l’outil
METT ou Management Effectiveness Tracking Tool.
Aussi, le Cabinet BIODEV Madagascar Consulting a été mandaté par le projet MRPA pour la
réalisation de la mission intitulée : inventaires de références des sites du projet MRPA :
Complexe mahavavy Kinkony. Le présent document constitue le dernier livrable du Cabinet
dans le cadre de cette prestation.
1.2.
OBJECTIFS DE L’ETUDE
Les Termes de référence mentionnent précisément le principal objectif de l’étude, comme
étant de : Réaliser un inventaire de référence du site Complexe Mahavavy Kinkony
(CMK) au démarrage du projet MRPA
Les objectifs spécifiques de la prestation sont de :
−
Etablir l’état des valeurs de la biodiversité et des valeurs écologiques du site
−
−
Etablir l’état des valeurs culturelles, sociales et économiques du site
Déterminer les valeurs de base, les valeurs d’objectifs à mi-parcours et en fin de
projet des indicateurs du cadre de résultats stratégiques liés à ces états
Proposer un système de suivi adapté permettant d’alimenter régulièrement ce cadre
de résultats stratégiques y compris l’outil METT
−
Le mandat du cabinet consiste ainsi à réaliser une étude qui aboutira à la production d’un
dossier complet comprenant :
−
les situations de référence de la Nouvelle Aire Protégée CMK sur les plans
bioécologique, socioculturel et économique ;
−
les valeurs des indicateurs du projet selon le cadre de résultats stratégiques ;
−
un système de suivi pour l’alimentation du cadre de résultats stratégiques.
15
2. LOCALISATION ET CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA
NAP CMK
Le Complexe Mahavavy Kinkony (CMK) est à cheval entre les Communes rurales de
Mitsinjo, de Matsakabanja, d’Antongomena-Bevary, de Bekipay et d’Antseza, dans le District
de Mitsinjo de la Région Boeny. Le chef-lieu de la sous-préfecture de Mitsinjo est relié à la
ville de Mahajanga par une route nationale secondaire d’environ 70 Km à partir de Katsepy.
Ce dernier n’est accessible qu’en bac d’une durée d’environ 40mn de traversée à partir de la
ville de Mahajanga. La route reliant Katsepy à Mitsinjo n'est praticable que pendant la saison
sèche. La grande majorité des fokontany du District ne sont accessibles que partiellement
toute l’année.
CMK appartient au climat tropical climatique sub-humide à humide et chaud de la côte Ouest
de Madagascar. Il est notamment caractérisé par la présence de deux saisons distinctes qui
sont la saison pluvieuse et la saison sèche. La saison chaude et humide se distingue par les
pluies abondantes s’étalant de novembre à avril et la période sèche et fraîche sous
l’influence de l’alizé, allant du mois de mai au mois d’octobre. La région occidentale
malgache est sous la dépendance du régime de Mousson, avec des pluies estivales et un
hiver austral sec et particulièrement, le CMK fait partie de l’étage sec situé à l’abri de l’Alizé.
CMK se caractérise par sa richesse en écosystèmes très variés dont des zones humides
comme les lacs et rivières, les écosystèmes marins, les mangroves, les forêts ripicoles et la
forêt caducifoliée de l’Ouest. Il est délimité au nord par la baie de Marambitsy, à l’ouest par
le canal de Mozambique, au sud par le lac Kinkony et à l’est par la baie de Boeny et la fleuve
de Mahavavy. Il couvre une superficie de 300 000 ha dont la forêt dense sèche occupe 76
400 ha, les mangroves s’étendent sur une aire de 21 750 ha tandis que les rivières et lacs se
répartissent sur une surface de 30 000 ha. Le lac kinkony représente la moitié des surfaces
des lacs et rivières confondus dans le complexe (15 000 ha).
Ayant obtenu un statut de protection temporaire dans la catégorie V, CMK est
particulièrement connu de par l’existence d’oiseaux rares comme Amaurornis oilivieri (EN).
Par ailleurs, ses estuaires constituent le principal lieu de refuge des flamants et d’autres
espèces d’oiseaux d’eau endémiques telles qu’Anas bernieri (EN) et Haliaetus vociferoides
(CR).
Kinkony constitue l’un des plus grands lacs de Madagascar et héberge d’importantes
ressources piscicoles dont quelques espèces endémiques de poissons. La forêt sèche de
Tsiombikibo et les forêts de galeries longeant la rivière de Mahavavy abritent environ huit
espèces de lémuriens.
La richesse floristique est marquée par la présence de certaines espèces à statut vulnérable
ou en danger selon la classification de l’IUCN, telles que Borassus madagascariensis
(vulnérable), Dalbergia humbertii (En Danger), Dalbergia glaberrima (Vulnérable), Dalbergia
chlorocarpa (Vulnérable), Commiphora pervilleana (En Danger) et Milletia aurea (En
Danger).
A part sa richesse en biodiversité, CMK comprend également une vaste zone de production
rizicole et de canne à sucre. On y trouve d’ailleurs l’une des grandes industries sucrières de
Madagascar (Namakia), sans parler des activités d’élevage extensif et de pêche.
Le potentiel éco-touristique de CMK est aussi relativement important, notamment pour
l’observation des oiseaux ainsi que ses plages et ses richesses culturelles.
16
Cette richesse tant en biodiversité qu’en zones productives constitue à la fois un atout et une
menace pour le CMK. En effet, l’ensemble du site est exposé de manière permanente aux
pressions d’origine anthropique qui ne se limitent plus aux exploitations directes et
irrationnelles des ressources naturelles par les communautés locales mais pourraient
s’étendre vers l’exploitation industrielle des ressources surtout minières.
17
Carte 1 : Carte de localisation du Complexe Mahavavy Kinkony
18
3. METHODES D’INVENTAIRES ECOLOGIQUES
3.1.
METHODES D’INVENTAIRE FLORISTIQUE
3.1.1. Inventaire des formations forestières
Etude quantitative et qualitative de la végétation
Pour les études quantitative et qualitative des paramètres écologiques et floristiques de la
végétation, la méthode des placeaux de Braun-Blanquet (1965) a été utilisée. Les trois
critères d’homogénéité pris en compte sont : l’uniformité des conditions écologiques
apparentes, l’homogénéité physionomique et l’homogénéité de la composition floristique
(GOUNOT, 1969).
La dimension des placeaux de relevés floristiques est considérée comme une surface
suffisamment représentative de chaque type de formation et doit être supérieure à l’aire
minimale. Un placeau prend la forme d’un rectangle de 20 m x 50 m, soit une surface totale
de 0,1ha subdivisée en 10 carrés (placette) de 10m x 10 m. Tous les individus d’arbres
rencontrés dans chaque placette sont recensés.
Figure 1 : Dispositif d’un placeau
Les paramètres considérés pour l’analyse floristique sont :
-
Nom vernaculaire : nom local de chaque espèce ;
Noms scientifiques : nom latin de l’espèce ;
Diamètre à hauteur de poitrine : diamètre mesuré à 1m 30 du sol ;
Hauteur maximale : hauteur totale d’un individu ligneux ;
Hauteur du fût : hauteur du tronc jusqu’à la première ramification ;
Affinités biogéographiques
Type biologique
Statuts UICN, CITES
Les paramètres écologiques pris en compte sont :
-
Coordonnées géographiques ;
19
-
Pente ou inclinaison d’une surface ;
Exposition ;
Position topographique.
Etude structurale de la végétation
Sur le plan vertical, la méthode de relevé linéaire de Gautier (1994) a été employée. Elle
consiste à relever la tranche qui se trouve à la verticale d’une ligne rectiligne placée dans
une surface de végétation jugée homogène. Pour ce faire, un échenilloir gradué a été
déplacé suivant une ligne de transect de 50 m de longueur (cf. figure suivante). Les mesures
se font tous les un mètre. La hauteur de chaque point de contact de la masse végétale avec
l’échenilloir a été notée. La méthode linéaire de Gautier permet de mettre en évidence la
stratification et le recouvrement de la forêt par rapport à la surface du sol.
Figure 2 : Schéma explicatif du relevé linéaire de Gautier
3.1.2. Inventaire de la végétation aquatique
La végétation d’un lac, d’un étang ou d’un marais n’est jamais homogène
(ANDRIANASETRA, 1999). L'hétérogénéité de cette formation nous a amené à choisir la
méthode d'échantillonnage par transect (DUVIGNEAUD, 1980).
Suivant une ligne de transect, des placettes de 50cm² sont mis en place. L’inventaire des
espèces ont été effectués à partir d’une berge vers la proximité du lac s’il s’agit d’une
formation lacustre. Dans le cas d’une formation marécageuse, des zones de concentration
de végétation ont été choisies pour les travaux d’inventaire.
3.1.3. Analyse des données
3.1.3.1. Analyse des caractéristiques floristiques
Richesse floristique :
La richesse floristique indique le nombre de familles, de genres et d’espèces. Une liste
floristique globale est obtenue après la détermination des échantillons d’herbiers non
identifiés sur terrain. La biodiversité s’obtient par un cumul des relevés effectués au niveau
des différents points d’inventaire. La biodiversité est ensuite donnée par site. Cette
démarche permet d’établir la liste des espèces végétales recensées par points d’inventaire
et par site.
20
Densité absolue d’une espèce :
La densité absolue d’une espèce indique le nombre moyen de tiges à l’hectare de l’espèce
en question. Exprimée en nombre de tige par hectare, elle s’obtient à partir de la formule
suivante (BROWER et al, 1990):
D (ha) = Nbi x 10 000/S
Où :
D : Densité d’une espèce ou d’un groupe d’espèces
Nbi : nombre d’individus de l’espèce ou du groupe d’espèces recensés
S : surface d’inventaire (1000 m²)
Densité relative d’une espèce :
La densité relative d’une espèce correspond à la part en pourcent du nombre de tiges par
hectare de l’espèce ou du groupe d’espèces considéré par rapport au nombre total de tiges
par hectare toutes espèces confondues.
La densité relative d’une espèce D % est calculée selon la formule suivante :
D% = (Dsp1/Σ Dsp) x 100
Dont Dsp1 est la densité (nombre d’individus) de chaque espèce.
Une densité relative élevée signifie que l’espèce ou le groupe d’espèces est présent en
grand nombre, tandis qu’une densité relative basse indique le contraire i.e l’espèce ou le
groupe d’espèces en question n’est rencontré qu’en nombre limité.
Fréquence relative :
La fréquence absolue d’une espèce ou d’un groupe d’espèces indique dans combien
d’échantillons elle est relevée. Elle correspond au taux des échantillons où l’espèce
considérée est rencontrée. La fréquence relative d’une espèce se calcule comme suit :
Fr = (Fi/ΣFi) x 100
Où Fi est la fréquence de chaque espèce.
Ce paramètre exprime la répartition d’une espèce ou d’un groupe d’espèces dans la zone
inventoriée. Une fréquence relative élevée signifie que l’espèce ou le groupe d’espèces en
question est bien répartie dans le site inventorié, et s’est donc trouvé dans un grand nombre
d’échantillons. Une fréquence relative basse indique par contre que l’espèce ou le groupe
d’espèces en question est relativement rare et ne s’est rencontré que sur quelques-uns des
échantillons (BURREN.C ; 2006).
Dominance de l’espèce :
C’est le rapport entre la surface recouverte par l’espèce et la surface totale des relevés. Une
espèce ayant un taux de recouvrement le plus élevé, est en général, dite dominante
(LEMEE, 1978). Mais, certaines espèces sont dites aussi dominantes soit parce qu’elles sont
caractéristiques du paysage végétal par la taille, le nombre et la forme, soit parce qu’elles
exercent une action indispensable sur l’habitat (GODRON et al, 1983).
21
Dans le cadre de cette étude, la surface terrière des espèces est utilisée pour définir les
espèces dominantes.
Indice de valeur d’importance de l’espèce ou IVI :
L’IVI permet de connaître l’importance de l’espèce. Elle s’obtient par la formule suivante :
IVI = (D% + Fr + Dom) / 3
Où,
•
•
•
D% est la densité relative,
Fr est la fréquence relative,
Dom est la dominance relative de chaque espèce
Notons que plus IVI est grand, plus l’espèce est importante.
Indice de diversité floristique :
L’indice de diversité considéré ici est celui de SHANNON WEAVER qui est le plus
couramment utilisé dans la littérature, il est basé sur :
H’ = - Σ ((Ni / N) * log2 (Ni / N))
Où
Ni : nombre d'individus d'une espèce donnée, i allant de 1 à S (nombre total d’espèces).
N : nombre total d'individus.
H’ est minimal (=0) si tous les individus du peuplement appartiennent à une seule et même
espèce. H’ est également minimal si, dans un peuplement chaque espèce est représentée
par un seul individu, excepté une espèce qui est représentée par tous les autres individus du
peuplement. L’indice est maximal quand tous les individus sont répartis d’une façon égale
sur toutes les espèces (Frontier, 1983).
L’indice de Shannon est souvent accompagné de l’indice d’équitabilité « J » de Piélou
(1966), appelé également indice d’équirépartition (Blondel, 1979), qui représente le rapport
de H’ à l’indice maximal théorique dans le peuplement (Hmax). Cet indice peut varier de 0 à
1, il est maximal quand les espèces ont des abondances identiques dans le peuplement et il
est minimal quand une seule espèce domine tout le peuplement. Insensible à la richesse
spécifique, il est très utile pour comparer les dominances potentielles entre stations ou entre
dates d’échantillonnage.
3.1.3.2. Analyse structurale
Structure horizontale :
La structure horizontale d’une forêt correspond à la hauteur des arbres, au diamètre, surface
terrière, …
Analyse de la distribution des diamètres et des hauteurs des arbres :
Les individus observés sur les parcelles sont regroupés en classes de diamètre et de
hauteur. Cette distribution est représentée sous forme d’histogramme. La distribution des
diamètres et des hauteurs des arbres permet de distinguer le type d’une formation végétale.
22
Les classes de hauteur considérées sont celles utilisées par ROLLET en 1983 à savoir :
classe I: [0-2[, classe II: [2-4[m, classe III: [4-8[m, classe IV : [8-16[m, et classe V: [16-32[m.
Les classes de diamètre considérées sont: classe I: [0-5[cm, classe II: [5-10[cm, classe III:
[15-20[cm, classe IV : [20-25[cm, classe V : [25-30[cm, classe VI : [30-35[cm et classe VII:
>35cm (FFEM, 2007).
Si la courbe obtenue est régulière avec l’allure en « J » inversé, la régénération du
peuplement est bonne avec une santé normale ; dans le cas contraire, le peuplement
présente une perturbation et sa santé est mauvaise (Mori & Boom 1987).
Analyse de la distribution de la surface terrière (G) et du biovolume
(V) dans les différentes parcelles d’étude
La surface terrière « G » est le recouvrement basal représenté par la surface occupée par
les parties aériennes à hauteur de poitrine dans le cas des arbres (GOUNOT, 1969). Elle
s’exprime en m²/ha.
La surface terrière d‘un peuplement est la somme des surfaces terrières de tous les arbres
qui le composent, elle est donnée par la formule :
G= ∑Gi
Où
G: surface terrière du peuplement
Gi : surface terrière de chaque individu
La surface terrière de chaque individu (Gi) est donnée par la formule ci-après :
Gi=π
π. di2/4
Avec,
di : diamètre de l’i-ème individu
N : abondance totale d’espèces ligneuses dans la parcelle étudiée
i : individus
Le biovolume traduit le potentiel en bois d’une formation. Il est exprimé en mètres cube par
hectare et est donné par la formule suivante :
Vi = 0,53 H(fût)i x Gi
Avec,
Vi : biovolume occupé par chaque individu (m3),
H(fût)i : hauteur de chaque fût (m)
0,53 : coefficient de forme.
i : individu
Structure verticale
Rappelons que la structure verticale de la forêt correspond aux différentes strates. Ici, elle
concerne surtout le recouvrement de la voute forestière ou au profil schématique de la
23
végétation. La réalisation du profil schématique de la végétation se fait sur Excel selon la
méthode de CHATELAIN en 1996. Ainsi, un graphe qui correspond au profil schématique de
la végétation est établi en projetant en ordonnées la hauteur des arbres et en abscisses les
50 points équidistants de un mètre comme en montre la figure suivante.
Figure 3 : Profil Schématique de la végétation
Points de contact.
Points de non contact.
En calculant le rapport entre la surface recouverte par les plantes et la surface totale du
relevé, on peut connaître le recouvrement par intervalle de hauteur de chaque formation
étudiée. Ce recouvrement est une expression en pourcentage de la continuité de la
couverture végétale (Guinochet, 1973).
Une échelle de recouvrement a été élaborée par GODRON et al. (1983). Celle-ci correspond
à l’ouverture de la strate considérée. Le recouvrement donne aussi un indice sur la
perturbation de la forêt.
− Recouvrement global supérieur à 90% : strate fermée ;
− Recouvrement global compris entre 75 à 90% : strate peu ouverte ;
− Recouvrement global compris entre 50 à 75% : strate semi ouverte ;
− Recouvrement global compris entre 25 à 50% : strate ouverte ;
− Recouvrement global compris entre 10 à 25% : strate très ouverte.
Plus la strate est ouverte, plus le degré de perturbation du peuplement est élevé ; plus la
strate est fermée, plus le degré de perturbation du peuplement est faible.
Figure 4 : Exemple de diagramme de recouvrement de la végétation
Hauteur (m)
]4 à 6]
12
]2 à 4]
40
]0 à 2]
58
0
20
40
60
80
100
Fréquence (%)
24
3.1.3.3. Etude de la régénération naturelle
La régénération naturelle est le processus par lequel les plantes se multiplient dans une
formation végétale sans intervention sylvicole (ROLLET, 1983). Cette étude permet de
connaitre l’aptitude des individus à se régénérer et l’état de santé de la population végétale.
Elle est basée sur l’analyse du taux de régénération et la représentation de la structure
démographique de la population.
La méthode consiste à compter les individus régénérés et les individus semenciers dans le
placeau établi selon la méthode de BRAUN BLANQUET. Les individus semenciers sont ceux
qui ont un dhp≥10cm et les individus régénérés ayant un dhp≤10cm.
Les données obtenues servent à calculer le taux de régénération des espèces suivant la
formule de ROTHE (1964). A partir des valeurs du taux de régénération, on peut estimer le
potentiel de régénération. Le taux de régénération exprime le pourcentage des individus
régénérés (Nr) par rapport aux individus semenciers (Ns).
La formule de ROTHE (1964) est la suivante :
TR (%) = Nr/Ns x100
Où TR : Taux de régénération
Nr : Nombre d’individus régénérés
Ns : Nombre d’individus semenciers ou matures
Suivant la valeur du TR, trois cas sont possibles:
− Si TR < 100% : la formation végétale se régénère difficilement;
− Si 100 < TR < 1000% : la formation végétale peut renouveler son peuplement;
− Si TR >1000% : la formation végétale a un très bon potentiel de régénération.
3.2. INVENTAIRE DES PRIMATES ET CARNIVORES
3.2.1. Méthodes d’inventaire
3.2.1.1. Observation directe
Cette méthode permet d’inventorier les Lémuriens et les Carnivores. La technique repose
sur des observations répétitives directes des animaux de 6h 30 à 11h le matin, de 15h 30 à
17h 30 l’après midi puis de 19h à 22h la nuit. Il s’agit de noter toutes les espèces observées
le long des pistes existantes à l’intérieur de la forêt.
Chaque individu ou groupe d’une espèce est recensé soit par la vue (observation directe de
l’animal), soit de façon indirecte par le mouvement de certaines parties de tiges et de feuilles
dû à leur déplacement ou par l’écoute des bruits et des cris émis (vocalisation) par l’espèce
lors de son activité. Les traces d’activités de certaines espèces sont aussi prises en compte
pour confirmer leur présence.
A chaque contact avec un individu ou un groupe, les détails suivants seront enregistrés :
25
-
Nom de l’espèce
Nombre d’individus ou effectif
Temps et date de la rencontre
Distance estimative de l’animal par rapport à la piste
La hauteur estimative de l’animal par rapport au sol
Coordonnées géographiques du point de rencontre
Activités de l’animal et composition du groupe (si possible)
3.2.1.2. Capture-relâche
Cette technique sert surtout à inventorier les espèces nocturnes de petite taille comme les
genres Microcebus et Cheirogaleus. Elle permet en même temps d’obtenir des informations
sur les habitats préférentiels de ces différents taxa.
Le long de chaque transect, un nombre total de 40 pièges « Sherman » a été posé pour cinq
nuits pièges consécutives. La distance maximale entre deux piège a été de 20 m. Chaque
piège est installé dans un endroit fixe et marqué par un « flag », qui se trouve à une hauteur
de 1 à 2 m au dessus du sol dans la végétation, sur un tronc d’arbre, une branche ou sur
une liane. Des tranches de banane sont utilisées comme appât. Les pièges sont contrôlés
deux fois par jours : à l’aube, pour la collecte des espèces capturées et à la fin de l’après
midi, pour relâcher chaque animal au même endroit de sa capture.
Chacun des pièges à succès a été remis à sa place initiale, puis il fallait renouveler les
appâts de tous les pièges et d’assurer l’ouverture et le bon fonctionnement de ces derniers.
Une « nuit piège » est définie par un piège ouvert pendant 12 heures, de la fin de l’après
midi jusqu’à l’aube suivante.
3.2.1.3. Enquêtes
Des enquêtes sous forme de dialogues sont également menées auprès des assistants et
guides locaux afin d’obtenir un maximum d’informations sur la présence éventuelle de
certaines espèces de lémuriens en leur montrant les photos des espèces qui pourraient être
présentes dans la zone selon certains ouvrages. Pour cela, des planches colorées et des
photos illustrées dans le livre de Mittermeier et al. (2010) sont utilisées.
3.2.2. Analyses des données
Les données brutes obtenues sont transcrites sur Excel. Les paramètres utilisés pour
l’analyse des résultats sont l’effort d’échantillonnage représenté par les courbes cumulatives
des espèces, l’abondance relative, la densité et l’indice de similarité entre les différents sites.
Notons que les espèces recensées à partir des enquêtes seront exclues des analyses.
3.2.2.1. Courbe cumulative des espèces
Les courbes cumulatives des espèces de chaque site d’étude expriment la valeur de l’effort
d’échantillonnage. Ces courbes ont pour but de voir l’exhaustivité de la richesse spécifique
d’un site quelconque. En effet, les courbes cumulatives représentent le nombre cumulé des
espèces rencontrées en fonction du nombre de jours de recensement. L’allure des courbes
permet d’estimer la représentativité des relevés par rapport au nombre d’espèces qui
pourraient être présentes dans le lieu d’échantillonnage. L’allure horizontale (plateau) de la
courbe signifie que la plupart des espèces sont déjà recensées et que la durée
d’échantillonnage est plus ou moins satisfaisante.
26
3.2.2.2. Calcul de l’abondance relative
L’abondance relative d’une espèce (exprimée en pourcent) dans un milieu donné est le
nombre d’individus de l’espèce par rapport au nombre total d’individus de toutes les espèces
observées :
Ar = ni/N
Avec,
Ar : abondance relative
ni : nombre d’individus d’une espèce donnée
N : nombre total d’individus observés
3.2.2.3. Calcul de la densité
Les informations obtenues pendant les observations (nocturne et diurne) permettront
d’évaluer la densité de la population des mammifères recensés. La moyenne de toutes les
distances (calculée pour chaque espèce prise séparément) fois deux (pour inclure les deux
côtés du transect) multipliée par la longueur du transect parcourue donne la surface couverte
par le transect.
Comme indiquée par la formule ci-dessous (Whitesides et al., 1988), la densité des animaux
peut être ainsi calculée en divisant le nombre d’individus observés par kilomètre parcouru et
par deux fois la distance perpendiculaire.
D = n / 2WL
Avec,
D : densité de l’espèce
n : nombre d’individus d’une espèce,
W : distance perpendiculaire moyenne de tous les individus d’une espèce par rapport au transect
L : longueur du transect.
Les individus ou espèces recensés à partir des vocalisations ne sont pas inclus dans le
calcul de la densité.
3.2.2.4. Analyse de similarité entre les sites
Basée sur la présence et l’absence des espèces dans chaque site, l’indice de Jaccard
permet de déterminer le degré de similarité entre les différentes stations d’échantillonnage.
Cet indice de similarité de Jaccard, donné par la formule ci-après et traité avec le logiciel
SYSTAT 10.0, est ainsi exploité afin d’établir les relations entre les communautés de
lémuriens des différentes stations.
=
Avec,
I: Jaccard: indice de similarité de Jaccard
a: richesse spécifique présente dans la station d’échantillonnage 1,
b: richesse spécifique présente dans la station d’échantillonnage 2,
c: nombre d’espèces communes aux deux stations d’échantillonnage.
27
Plus l’indice de Jaccard est proche de 1, plus la composition spécifique des deux milieux à
comparer est proche. Il vaut 1 lorsque les deux sites présentent la même composition
spécifique.
3.3.
INVENTAIRE DES MICROMAMMIFERES
3.3.1. Méthode d’inventaire
3.3.1.1. Trou-piège ou « pit-fall »
La méthode par piégeage à l’aide de trou-piège ou « pit-fall-traps » sert surtout à capturer les
insectivores. Dans chaque site d’inventaire, trois lignes de pièges ont été dressées dans
différents types de microhabitats de différents reliefs, pendant six (6) jours de piégeage.
Chaque ligne de piège est composée de 11 seaux en plastique d’une contenance de 15
litres, enfoncés dans le sol à un intervalle de 10 m. Une barrière en plastique d’une longueur
de 100 m à une hauteur de 60 cm est érigée le long de la ligne et traverse le milieu de
l’ouverture de chaque seau. La base de la barrière est enfoncée dans le sol ou recouverte
par des litières ou des débris végétaux dans le but d’empêcher les animaux de traverser
librement sous la barrière, ainsi de conduire les animaux pour tomber dans les seaux. La
visite des pièges s’est faite tous les matins et les après-midi.
Le terme « jour-piège » est utilisé pour définir la durée de piégeage qui correspond à 24
heures. Le nombre total de jour-pièges dans chaque site correspond au produit du nombre
de pièges par ligne, le nombre de lignes et le nombre de nuits de piégeage. Les résultats
obtenus sont analysés pour le calcul du rendement de piégeage (RP en %) qui est obtenu à
partir de la formule:
N
RP = ( NP
) *100
où
N est le nombre d’individus capturés
Np, le nombre de nuits-pièges
3.3.1.2. Les « Live-traps »
80 pièges standards «shermann» (22,5 x 8,6 x 7,4 cm) ont été mis en place dont 40 pièges
par ligne au niveau de chaque station d’inventaire. Ces pièges sont placés alternativement
sur le sol et en hauteur dans les branchages des arbres à une hauteur moyenne de 1,5m et
distant de 10m.
Chaque piège placé au sol est appâté avec du beurre de pistache, et celui placé en hauteur
par un morceau de banane. Les appâts sont renouvelés tous les jours vers 16 heures. Les
pièges sont laissés ouverts pendant 5 jours successifs pour chaque site et visités 2 fois par
jour dont une pendant la matinée et la seconde vers la fin de l’après midi. Les animaux
capturés sont ramenés au campement pour identification et sont relâchés à l’endroit de
capture à la tombée de la nuit. Une nuit piège est définie comme un piège maintenu ouvert
pendant 24 heures.
Pour ces deux techniques, les pièges seront contrôlés tous les jours à l’aube et vers la fin de
l’après midi. Les animaux piégés seront relâchés à l’endroit où ils sont capturés.
28
3.3.2. Analyse des données
3.3.2.1. Analyse de la diversité spécifique
L’indice de Shannon H’ permet de mesurer la diversité spécifique :
H’= -∑ (ni/N) log (ni/N)
où
ni : effectif de l’espèce ;
ni : effectif total des individus recensés.
Cet indice est utilisé pour considérer à la fois la présence et l’absence des espèces du milieu
et l’abondance relative de chaque espèce ainsi que la répartition des micromammifères au
sein du site. Il augmente avec la diversité : plus sa valeur est élevée, plus la diversité
spécifique du milieu est en équilibre et en répartition homogène.
Quand des sites ont le même nombre d’espèces, H’ est plus faible dans ceux où quelques
espèces dominent par rapport à ceux où toutes les espèces ont des densités similaires. Cet
indice est analysé séparément pour les données des deux techniques de piégeage.
3.3.2.2. Analyses biogéographiques
L’indice de Horn est utilisé pour établir les relations entre les communautés de
micromammifères des sites du CMK. Cet indice est obtenu en utilisant les indices de
Shannon calculés précédemment.
L’indice de Horn pour deux communautés a et b est calculé comme suit :
R0=H’4-H’3/H’4-H’5
Dont H’3= -∑(xi+Yi/Na+Nb log xi+Yi/Na+Nb )
H’4= -∑( xi/Na+Nb log xi/Na+Nb) -∑( Yi/Na+Nb log Yi/ /Na+Nb)
H’5= (Na Ha’+Nb Hb’)/(Na+Nb)
Avec,
xi et yi les abondances des espèces dans les deux sites a et b
Na et Nb : le nombre total d’individus dans les sites a et b
H’a et H’b : les indices de Shannon calculés respectivement pour les sites a et b
3.4.
INVENTAIRES DES CHIROPTERES
Comme les chiroptères sont nocturnes et ont de grandes mobilités et de larges territoires, la
méthode « distance sampling » et la méthode de recensement par comptage au sol
permettent d’obtenir des valeurs non biaisées du nombre d’individus de mégachiroptères et
microchiroptères se rapportant à une surface déterminée.
29
3.4.1. Les méthodes d’échantillonnage
La méthode « distance sampling » (Bunkland et al. 1993) par «Line transect » a été utilisée,
étant donné que le nombre de contact est très faible pour l’observateur. Il est adopté pour
localiser les gites de mégachiroptères et microchiroptères où les individus y sont localisés à
leurs places initiales pendant le jour. Elle consiste à mettre en place un itinéraire échantillon
virtuel de quelques kilomètres de longueur à partir des pistes routières et navigables déjà en
place dans le site d’étude. Les paramètres relevés sont le nom des espèces qui occupent les
gîtes, le nombre d’individus, les localités géographiques des gites. La distance
perpendiculaire du gîte est relevée par traitement cartographique au bureau. Pour le présent
cas, la fonction de détection des individus est g(x)=1. Le dénombrement se déroule au
niveau du gîte des chiroptères pendant le jour par comptage directe des individus observés.
3.4.2. Evaluation de l’abondance et densité relatives des chiroptères
On utilisera l’indice kilométrique d’abondance (I.K.A) qui est le nombre d’individus obtenu par
longueur de l’itinéraire exprimée en kilomètre, qui est la valeur maximale obtenue.
L’estimation de la densité des mégachiroptères et microchiroptères se fait par le programme
« Distance 6.0 ».
3.5.
INVENTAIRE DES REPTILES ET D’AMPHIBIENS
3.5.1. Méthode d’inventaire de la faune terrestre
Trois méthodes ont été appliquées durant cet inventaire pour la faune herpétologique
terrestre : l’observation directe, la fouille systématique des lieux de refuge et la méthode par
trous pièges (Pit-fall traps). Ces méthodes sont les plus utilisées par les herpétologistes à
Madagascar.
3.5.1.1. Observation directe
L’observation directe est une méthode permettant d’inspecter les animaux dans leur habitat
naturel durant leurs activités ou leurs repos. De jour comme de nuit, un itinéraire bien
déterminé (souvent des pistes déjà existantes ou en créant des nouvelles) est suivi. Tous les
lieux susceptibles d’être des habitats des reptiles et des amphibiens sont soigneusement
observés (à partir du sol jusqu’à la canopée). Les endroits plus ou moins humides tels que le
long des bordures de ruisseaux, les cours d’eaux et les rivières sont principalement des
cibles pour orienter la recherche des animaux surtout les amphibiens. Il faut que les
microhabitats traversés par les transects soient représentatifs de chaque site d’inventaire.
Un transect de longueur moyenne de 1 km par jour a été rigoureusement recensé.
3.5.1.2. Fouille systématique des microhabitats
La fouille systématique des microhabitats est complémentaire de la première méthode. Elle
consiste à déloger les amphibiens et les reptiles de tous les endroits susceptibles d’être des
lieux de refuge. Les cibles pour cette méthode sont des animaux discrets qui restent dans
leur cachette pendant le jour. Les principaux endroits fouillés sont les niches écologiques
comme des bois morts en décomposition, les dessous des écorces des bois desséchés, les
aisselles de feuilles engainantes, les trous souterrains ou sur les troncs d’arbres tombés, les
litières ou débris de végétaux épais, etc.
30
3.5.1.3. Piégeage par trou-piège ou « Pitfall-traps »
Ce type de piège est communément utilisé avec les spécialistes en Micromammifères. Il est
ici choisi comme dispositif pour capturer les espèces fouisseuses et les espèces terrestres
difficiles à observer ou à capturer directement à la main.
3.5.1.4. Enquête
Cette méthode est utile pour avoir plus d’informations sur la présence ou l’absence d’une
espèce donnée, pour trouver leurs dortoirs et leurs lieux de refuges ainsi que pour
l’identification des pressions et menaces qui pèsent sur les espèces (collecte d’animaux,
destruction des microhabitats, …).
Tout individu rencontré est déterminé sur terrain en prenant toutes les informations qui les
concernent (date et heure d’observation, lieu de capture, habitat, altitude, biologie et
écologie de l’espèce).
3.5.2. Analyse des données
Les différentes analyses suivantes serviront à exploiter les données récoltées : abondance
relative, indice de similarité de Jaccard, indice de diversité de Shannon Wiener et
équitabilité.
3.5.2.1. Abondance relative
Cette méthode est utilisée pour avoir une idée sur l’effectif de chaque espèce et identifier
celle la plus abondante dans un habitat donné et celle qui est très rare. L’abondance relative
(Ar) d’une espèce est estimée à partir de la formule suivante :
 ni 
Ar =   × 100
 N
Où ni = nombre d’individus d’une espèce donnée dans un habitat donné
N = nombre total d’individus de toutes les espèces observées dans ce même habitat.
L’abondance relative est exprimée en pourcentage (%).
3.5.2.2. Similarité des sites
La comparaison de la richesse spécifique entre les différents sites est analysée à partir des
coefficients de similarité de Jaccard. Ces coefficients servent à évaluer le degré de
ressemblance de la composition des sites en espèces herpétofauniques. Ainsi, ils ne
tiennent pas compte de l’abondance mais de la présence ou de l’absence d’une espèce
donnée dans les sites visités. La formule de l’indice de Jaccard (J) est la suivante :
J=
C
(N1 + N2 ) − C
Où N1 = richesse spécifique dans le site 1
N2 = richesse spécifique dans le site 2
C = nombre d’espèces communes aux deux sites.
31
Pour cette analyse, plus l’indice i tend vers 1, plus la composition spécifique de ces deux
sites se rapproche. L’indice égal à 1 indique que la composition spécifique de deux sites à
comparer est totalement similaire.
3.5.2.3. Indice de Shannon Weaver
L’utilisation de l’indice de Shannon Weaver (H’) ou indice d’hétérogénéité permet d’évaluer la
diversité spécifique d’un site donné. Cet indice H’ sert à déterminer le degré d’hétérogénéité
d’une communauté. Il considère à la fois l’abondance et la richesse spécifique.
Cet indice de Shannon Weaver (H’) se traduit par la formule suivante :
H' = −∑ pi log(pi )
avec
pi =
ni
N
Où pi = proportion du nombre total d’individus d’une espèce i
ni = nombre d’individus d’une espèce i
N = nombre total des individus de toutes les espèces observées
La valeur de cet indice augmente avec la diversité, c’est-à-dire un site à H’ élevé est plus
diversifié qu’un autre site ayant un H’ plus faible.
3.5.2.4. Equitabilité
L’équitabilité (E) sert à vérifier l’équilibre de la diversité biologique d’un milieu. C’est le
rapport de la diversité observée (c’est-à-dire distribution du nombre d’individus par espèce)
sur la diversité théorique maximale (ou l’équirépartition des effectifs entre les espèces
présentes).
E=
H'
Hmax
avec
Hmax = log S
Où H’= indice de Shannon Wiener
S = nombre total des espèces observées
La valeur de E varie de 0 à 1. Elle tend vers 0 quand la quasi-totalité des effectifs est
concentrée sur une seule espèce. Elle tend vers 1 lorsque toutes les espèces observées ont
la même abondance traduisant une diversité biologique en équilibre et une répartition
homogène de tous les individus de la communauté.
3.5.2.5. Analyse statistique des données
Les méthodes d’analyses expliquent le choix des tests statistiques utilisés pour vérifier les
différentes hypothèses à tester et montrent les principes de calcul pour chaque test effectué.
Pour l’analyse des données ainsi que pour la représentation des principaux résultats, les
logiciels SYSTAT (Version 10), EXCEL sous Windows et PAST sont utilisés. Les principaux
résultats analysés sont :
-
Le nombre des espèces inventoriées dans chaque site
La diversité dans chaque site
32
Test du Khi-deux
Le test du Khi-deux consiste à comparer les valeurs observées d’une distribution à des
valeurs attendues ou théoriques. Il est utilisé pour déterminer s’il y a ou non une différence
significative entre le nombre d’espèces d’amphibiens et de reptiles dans les deux sites et voir
également s’il y en a entre les espèces différentielles de deux sites.
La valeur de χ² est obtenue en utilisant la formule ci- dessous :
m
χ =∑
2
i =1
(oi − Ei ) 2
Ei
Avec Oi = valeur observée,
Eі = valeur théorique
Pour tester l’hypothèse nulle, il faut :
-
-
Calculer les valeurs des fréquences attendues sous Ho
Calculer la valeur du χ² ci-dessus
Déterminer le degré de liberté : ddl = (l-1) (c-1) où l=nombre de lignes, c=nombre de
colonnes
Voir la valeur du χ² sur la table pour la valeur de ddl ainsi donnée avec un seuil de
signification α=0,05 ou encore voir la probabilité d’erreur pour que χ² calculé soit
inférieur à la valeur correspondante dans la Table.
Prendre une décision : rejeter l’hypothèse nulle si χ² calculé > χ² table
Test de la diversité
Le Test t permet de comparer deux groupes qui ont une distribution normale. Pour cette
analyse, le test t associé avec l’indice de Shannon (H’) sera utilisé pour déterminer s’il y a ou
non de différence significative en terme de diversité biologique des amphibiens et des
reptiles dans les deux sites en question (Magurran, 1988).
Pour tester l’hypothèse nulle H0 (Il n’y a pas de différence significative entre la diversité
biologique des amphibiens et des reptiles dans les deux sites comparés), il faut :
-
Calculer les valeurs de la Variance de H’ pour chaque site par la formule :
VarianceH'=
∑
(
) − (∑
)
−
−1
(2 )
Cette variance est calculée pour chaque site
-
Calculer la valeur de t ci-dessus à l’aide de la formule suivante :
t=
-
# $% − # $
&'()# $% + '()# $
Déterminer le degré de liberté ddl ainsi donnée avec un seuil de signification α=0,05
33
ddl=
-
-
('()# $% + '()# $ )
'()# $%
%
. +-
'()# $
.
Voir la valeur de t sur la table pour celle de ddl (degré de liberté) ainsi donnée avec
un seuil de signification α=0,05
Prendre une décision : rejeter l’hypothèse nulle si t calculé > t table ou accepter dans
le cas contraire
3.5.3. Cas de l’herpetofaune aquatique
3.5.3.1. Pour les crocodiles
L’inventaire par observation nocturne est une méthode déjà utilisée depuis longtemps pour
les inventaires et les suivis des populations crocodiliennes. Elle est adaptée à l’inventaire
des rivières malgaches par Ottely & al. en 2008 pour mettre en œuvre le plan d’action pour
la gestion de Crocodylus niloticus à Madagascar. Le comptage des crocodiles se fait le long
d’une section du lac et de la rivière sélectionnée. Une fois la nuit tombée, le comptage
consiste à dénombrer les crocodiles grâce aux reflets de leurs yeux éclairés par une lampe
projecteur longue portée alimentée par une batterie. Le dénombrement se fait soit sur une
embarcation telle qu’une pirogue, soit lors d’une randonnée pédestre si la navigabilité est
impossible à certains endroits.
Les coordonnées de début et de fin de la section visitée ainsi que l’emplacement des
crocodiles observés sont enregistrées à l’aide d’un GPS (Global Positionning System). A part
les coordonnées géographiques, la taille de chaque individu observé est estimée. Les
individus dont la taille ne peut pas être estimée sont marqués ES (Eye Shine). L’unité utilisée
ici correspond à une unité de mesure anglo-saxonne et dont l’intervalle est suffisamment
petit afin de donner beaucoup plus de précisions sur la taille aux différents stades de
développement des individus.
D’autres données écologiques relatives à l’emplacement du crocodile observé dans l’eau, la
description de l’habitat où il a été observé, la distance minimale d’approche avant que celuici ne disparaisse sous l’eau et les traces sur les berges sont aussi enregistrées dans une
feuille de donnée.
3.5.3.2. Pour les tortues d’eau douce
La récolte des données écologiques suit le contexte scientifique d’échantillonnage pour que
les données puissent être archivées dans les bases de données sur la biologie, écologie et
la population. Trois méthodes sont employées :
−
Observation directe
−
Enquête et suivi des pêcheurs
−
Méthode de piégeage et marquage-recapture.
L’observation directe sert à inventorier les espèces reptiliennes aquatiques répertoriées dans
chaque site d’échantillonnage. Il s’agit de comptage des espèces vues durant l’observation
dans le Lac ou autres zones humides. Le suivi des pêcheurs a permis de collaborer avec
eux pour le comptage, la mesure et le marquage des individus qu’ils capturent.
34
La méthode de marquage-recapture a été appliquée afin de déterminer la taille de la
population en utilisant des pièges. La capture des tortues d’eau douce se fait par des pièges
de type nasse appâtés de peau de Zébu.
Tous les individus capturés sont marqués par une petite encoche sur la carapace marginale
(des codes seront attribués sur chaque carapace marginale). Les individus sont ensuite
relâchés au même endroit de capture. Une session de recapture est ensuite conduite.
Les données sont analysées par le LOGICIEL MARK version 5 pour estimer le nombre
d’individus présent dans chaque site ainsi que sa densité. Il s’agit d’une analyse binaire en
marquant 1 l’individu présent et 0 l’absent à chaque occasion de capture. La structure de la
population est aussi analysée : sex-ratio, classe d’âge.
3.6.
INVENTAIRE DES OISEAUX
3.6.1. Méthodes d’inventaire
3.6.1.1. Liste de Mac Kinnon
Cette méthode consiste à établir la liste de toutes les espèces vues ou entendues le long
d’un sentier quelconque parcourant tous les types d’habitat et de micro habitat du site.
Chaque liste, dite de Mac Kinnon, contient un nombre déterminé d’espèces (entre 8 et 20) et
chaque espèce ne peut être enregistrée qu’une seule fois dans une même liste.
Le nombre minimal de liste par site d’étude est d’environ 40 listes et afin de pouvoir
comparer les différents sites, il peut être standardisé. Cette méthode permet d’obtenir à la
fois des données semi-quantitatives sur l’abondance relative des populations d’oiseaux et la
richesse spécifique du site. Au fur et à mesure que les listes sont remplies, la richesse
spécifique du site peut être déterminée et l’abondance relative de chaque espèce est définie
par le nombre de liste dans lesquelles elle a été recensée. Cette méthode est surtout utilisée
pour les espèces forestières dont l’observation directe, permettant le calcul de l’abondance
absolue, est difficile.
3.6.1.2. Méthode de « look-see»
Pour les oiseaux aquatiques, l’inventaire se fait par application de la technique de «look-see
method » (bibby et al, 2000). Pour cela, tous les individus de chaque espèce rencontrée au
niveau de la zone aquatique sont identifiés et dénombrés à l’aide d’une paire de jumelles
(Perennou, 1991).
3.6.1.3. Observations générales et recherches actives
Cette méthode consiste à marcher le long d’un sentier quelconque en notant tous les
oiseaux vus ou entendus. Les observations se sont déroulées durant la période où les
oiseaux sont les plus actifs, soit entre 5h30 et 11h 30 du matin. Les prospections sont
complétées vers 16h de l’après midi car certaines espèces sont encore actives à partir de
cette heure jusqu’au coucher du soleil.
Ces observations ont été faites après l’établissement des Listes de Mac Kinnon et le
comptage directe des oiseaux d’eaux et ont permis de compléter les données sur la richesse
spécifique des sites d’études pour les espèces qui n’auront pas été observées et
enregistrées par les deux précédentes méthodes.
35
Une paire de jumelle est indispensable pour pouvoir identifier certains individus ou groupes
d’oiseaux survolant la canopée. Leurs comportements, leur nombre ainsi que leur
morphologie sont notés. Pour les oiseaux entendus, les cris non reconnus sont enregistrés
et ensuite comparés avec des sons préenregistrés de référence à l’aide d’un programme
d’identification vocale, en utilisant le logiciel Soundmid VD suite 3.0.
3.6.1.4. Observations nocturnes
Pour le cas des oiseaux nocturnes, les observations sont menées à partir de 19h jusqu'à
22h30. Les recherches s’effectuent de la même façon que dans la journée, c'est-à-dire que
les itinéraires sont aléatoires. Ces recherches permettent de recenser les rapaces nocturnes
et certains oiseaux qui s’avèrent discrets pendant la journée.
3.6.2. Analyse des données
3.6.2.1. Abondance relative des oiseaux
L’abondance relative est exprimée par l’indice d’abondance IA qui est la fraction entre le
nombre de listes où l’espèce a été répertoriée et le nombre total de listes, suivant la formule
ci-après :
IA = nombre de listes avec contact / nombre total de listes
Les espèces sont ensuite classées suivant leur indice d’abondance (Bibby et al. 1992) :
−
IA ≤ 0,1
: espèce rare (catégorie A)
−
0,11 ≤ IA ≤ 0,20
: espèce occasionnelle (catégorie B)
−
0,21 ≤ IA ≤ 0,40
: espèce assez fréquente (catégorie C)
−
0,41 ≤ IA ≤ 0,60
: espèce fréquente (catégorie D)
−
0,61 ≤ IA≤ 0,80
: espèce commune (catégorie E)
−
IA ≥ 0,81
: espèce abondante (catégorie F)
3.6.2.2. Analyse biogéographique
Les compositions spécifiques des différents sites seront comparées à partir des coefficients
de similarité de Jaccard. Ces coefficients servent à évaluer le degré de ressemblance de la
composition des sites en espèces aviaires. Ainsi, ils ne tiennent pas compte de l’abondance
mais seulement de l’absence ou de la présence d’une espèce recensée dans les sites
examinés.
Ces coefficients seront ensuite traités avec un logiciel de statistique BD pro afin d’obtenir un
dendrogramme basé sur l’affinité de l’avifaune forestière des sites considérés. La formule
d’indice de similarité de Jaccard (Magurran, 1988) est la suivante :
I Jaccard =
C
( N1 + N2 ) − C
Avec,
N1 : Nombre d’espèces recensées dans le site 1
36
N2 : Nombre d’espèces recensées dans le site 2
C : Nombre d’espèces communes dans les 2 sites.
3.6.2.3. Effort d’échantillonnage
Cette partie illustre le rapport entre le nombre de jours de recensement et le nombre cumulé
des espèces répertoriées durant la période d’inventaire. Toutes les espèces sont recensées
si la courbe atteint un plateau après quelques jours. Autrement dit, il resterait encore des
espèces non recensées si la courbe demeure ascendante durant toute la période
d’inventaire.
3.7.
INVENTAIRE DES INSECTES
3.7.1. Méthodes d’inventaire
Les insectes forestiers sont inventoriés au niveau de différents types de micro-habitats de
chaque station. Sept méthodes sont appliquées pour ce taxon : l’échantillonnage dans le
milieu aquatique, le piégeage à l’aide des piège-bacs, l’utilisation de dispositifs Winkler, la
collecte générale, le piégeage nocturne, la capture à l’aide du filet à papillon et l’emploi des
pièges Malaise.
3.7.1.1. Echantillonnage des insectes aquatiques
A l’aide d’une passoire, les spécimens d’insectes aquatiques sont échantillonnés sur trois
lignes de transects de 50 m de long dans des ruisseaux de chaque station. Il s’agit
d’effectuer des fouilles systématiques des microhabitats se trouvant à la surface et au fond
de l’eau. Les spécimens capturés sont conservés dans un flacon étiqueté contenant de
l’alcool 70°. Quelques paramètres physiques de l’eau comme la profondeur, la température,
la vitesse de courant, la largeur du ruisseau sont également relevés.
3.7.1.2. Piège-bacs
Ce type de piège est destiné à la capture des Insectes du sol et de la litière (Scorpions,
Myriapodes, Coléoptères, etc.). Le principe consiste à l’interception des animaux qui
rampent sur le sol. Dans la pratique, on a enterré une boîte en plastique correspondant à un
piège-bac de façon que sa bordure affleure le niveau du sol. Puis, une solution savonneuse
avec quelques gouttes de formol (2 %) a été versée jusqu’au tiers de la boîte. Cette solution
de préservation sert à tuer les individus capturés et à éviter le fait que les uns soient mangés
par les autres (Prédation). Dans chaque station d’étude, 30 pièges-bacs sont installés. La
distance entre deux boîtes successives est de 10 m. La durée de piégeage est fixée à 72
heures.
Figure 5 : Piège-bac contenant une solution de formol de 2 % enterré jusqu’à sa bordure
supérieure
37
3.7.1.3. Winkler extraction
Cette méthode consiste à filtrer les litières et à extraire les Insectes humicoles à l’aide d’un
ensemble de « dispositifs Winkler ». Les litières sont ramassées pendant 2 min dans trois
placettes de dimension de 1mx1m. Pour chaque placette, les litières sont collectées et
filtrées à travers un tamis en grille calibré de 1cmx1cm. Avant de passer au tamisage, les
prélèvements de litière sont émiettés pour faire sortir les insectes de leurs nids comme des
morceaux de tiges et de bois pourris par exemple. Un sac en tissu de cinq litres est rempli de
litière tamisée. Ces échantillons sont ramenés au campement pour l’extraction à l’aide d’un
extracteur de Winkler pendant une période de 48 h.
Figure 6 : Dispositifs Winkler (à gauche, sifter et à droite, extracteur Winkler)
3.7.1.4. Collecte générale : Capture à la main et parapluie japonais
Une grande variété d’espèces plus ou moins sédentaires (Scorpions, Myriapodes,
Dictyoptères etc.) peut être capturée directement à la main en utilisant une paire des pinces.
Sur une piste de 1 km de long, on a collecté les individus rencontrés dans les différents
types d’habitats. En même temps, le parapluie japonais a été employé pour récolter par
battage les Insectes vivant sur les végétations (branches des arbres, les arbustes, …) sur
100 m de piste.
Figure 7 : Parapluie japonais
3.7.1.5. Piège lumineux
Le piège lumineux est employé pour la capture des espèces nocturnes à l’état imago
(Lépidoptères, Coléoptères, Dictyoptères, etc.). Sur un drap blanc de dimension 2x3m², étalé
verticalement entre deux supports latéraux, est suspendue une ampoule de 160w, générée
38
par un petit groupe électrogène. La période de capture par nuit commence juste à partir de la
tombée de la nuit jusqu’à 22 heures. Une nuit de piégeage par station est effectuée.
Figure 8 : Dispositifs d’un piège lumineux
3.7.1.6. Filet à papillon
Le filet à papillon sert à chasser les espèces les plus actives, notamment les Odonates et les
Lépidoptères-Rhopalocères. Tout au long d’un transect situé généralement au bord d’une
rivière et des zones clairières au niveau de la crête, on a capturé les insectes en vol ou au
repos par un coup de filet à demi-rotation. Les animaux capturés sont pincés au niveau du
thorax entre le pouce et l’index, placés dans des papillotes ou dans les boites à insectes.
Figure 9 : Technique d’utilisation de filet à papillon
3.7.1.7. Malaise
Ce type de piège est utilisé particulièrement pour la capture des insectes volants. Le principe
est basé sur l’interception des insectes en vol. Le piège conçu en voiles moustiquaires de
maille (1mm2) est installé perpendiculairement à la direction du vent. Au sommet latéral des
voiles s’ouvre un trou communiquant avec une bouteille contenant une solution savonneuse
additionnée de quelques gouttes de formol. Cette bouteille sert à la récupération des
spécimens. Sur chaque station d’étude, trois malaises sont installées à un endroit plus ou
moins ouvert et représentatif où la composition floristique est suffisamment diversifiée. Le
piégeage a duré 72 heures.
39
Figure 10 : Piège-Malaise
3.7.2. Détermination des insectes et conservation des spécimens
Une partie de la détermination de spécimens a pu être effectuée sur terrain en utilisant une
loupe et en consultant des ouvrages spécifiques à chaque groupe d’Insectes. Il importe de
noter que l’identification des espèces d’insectes, groupe très diversifié, devient souvent
complexe. Pour cette raison, le nom de l’espèce peut être remplacé par une morpho espèce.
Les spécimens de références (n individus morts par station et par taxons) sont
conservés dans des papillotes, dans des boîtes de montage et dans des piluliers+alcool
70%.
3.8.
INVENTAIRE DES POISSONS
3.8.1. Méthodes d’inventaire
3.8.1.1. Données auprès des pêcheurs
Les inventaires se font ici par comptage des produits auprès des pêcheurs en fonction du
matériel utilisé et des zones de pêche. Ce comptage consistait à déterminer la composition
spécifique de chaque lac et fleuve, basée sur les descriptions faites respectivement par
Arnoult (1959), Kiener (1959, 1963), Loiselle (1993), De Rham et Nourissat(2002) dans leurs
ouvrages.
3.8.1.2. Pêches expérimentales
La pêche expérimentale permet de vérifier et d’approfondir les résultats obtenus auprès des
pêcheurs. Elle s’est déroulée durant trois à quatre jours par station, sur une base de cinq
heures de pêche par engins de pêche à filet et pour les nasses. Au minimum trois matériels
par types sont utilisés au niveau des stations. Les matériels sont posés simultanément dans
l’eau au niveau de chaque station.
Plusieurs types d’engins de pêche sont utilisés, à savoir : filets maillants, éperviers, nasses,
filets sennes.
Filets maillants : les filets maillants sont fabriqués à l’aide de cordes en nylon, de dimension
voisine de 75 x 1 m. Les vides de mailles sont espacés de 40 à 70 mm, ce qui fait que ces
filets ne retiennent qu’une gamme de poissons d’assez grande taille. La pêche se pratique
pendant le jour en laissant en place le filet pendant 5 h de suite (pose à 8 h et levée à 13 h)
de pêche.
40
Eperviers : c'est un engin de pêche projeté du bord de l'eau; son utilisation n'est
généralement efficace qu'en eau peu profonde. Les vides de maille utilisés varient de 15 mm
à 30 mm selon la gamme de taille de poisson recherchée. Ce matériel peut être utilisé avec
ou sans appât. Mais l’utilisation des appâts comme les sons de riz est très praticable pour
attirer le maximum de poissons à l’endroit où la pêche sera effectuée.
Nasses : ce sont des pièges en forme de cage ou de panier fabriquées au moyen de
matériaux divers. Elles comportent une ou plusieurs ouvertures, appâtées (son de riz,
manioc) ou non, déposées en général sur le fond. Leurs dimensions varient de 20 x 30 cm à
40 x 80 cm de diamètre, de maille de 15 à 40 mm. Elles sont simplement placées sur les
bords des lacs et des fleuves ou au milieu des plantes aquatiques. La pêche s’est déroulée
pendant le jour et la nuit, le temps de pose des nasses dans l’eau est de 11 h de temps, de
18 h à 5 h la nuit et de 6 h à 17 h le jour.
Filets sennes : deux types de filets sennes sont utilisés par les pêcheurs pendant le jour:
filets sennes du large et filets sennes de la bordure. Il est similaire au filet maillant encerclant
et utilisé au moyen d’une pirogue et d’un dispositif effrayant ou non. La seule différence est
dans l’usage d’une poche à mailles petites de 5 mm à 15 mm, permettant d’attraper
plusieurs gammes de taille de poissons pélagiques.
3.8.2. Méthode de mensuration
Etant donné que la plupart des espèces piscicoles, surtout les espèces de la famille des
CICHLIDAE sont morphologiquement semblables (De Rham et Nourissat, 2002), les
données morphométriques sont nécessaires afin d’identifier les stades de développement
des individus capturés. La longueur totale de l’animal (LT), de l’extrémité de la mâchoire
inférieure jusqu’à la nageoire caudale la plus longue est mesurée à l’aide d’un pied à
coulisse et son poids (P) est pris à l’aide d’un pesola. Cette méthode a été utilisée afin de
déterminer le stade de développement de chaque individu capturé. La gamme des longueurs
des individus capturés est comparée avec celle de la taille maximale des adultes observée
de chaque espèce (Kiener, 1963).
3.8.3. Analyse des données
3.8.3.1. Richesse spécifique
La capture par unité d’effort est un indice relatif à l’abondance du stock exploité (King, 1995).
Elle permet d’analyser la disponibilité du poisson par rapport à un certain type d’engins de
pêche et de déterminer le nombre d’unité d’exploitation qu’une pêcherie peut supporter en
fonction du matériel utilisé (Ferraris, 1993). Elle consiste également à calculer le nombre de
chaque espèce de poissons capturés (la prise) par unité d’effort de pêche déployé (en heure
de pêche) dans chaque site. Cette prise par unité d’effort exprime le rendement moyen pour
une sortie d’un matériel de pêche utilisé au cours d’une heure.
3.8.3.2. Abondance relative
L’abondance relative est le nombre d'individus d'une espèce donnée par rapport au nombre
total d'individus de toutes espèces confondues. Elle est exprimée en pourcentage et se
calcule avec la formule suivante :
/0 = 1234567689:79;97<87$ <:668=è?6
× EFF
123456@2@AB7689:79;97<85é?6:8é8
41
L’abondance relative (AR) des espèces dans chaque site est catégorisée comme suit
d’après la classification de Jolly (1965):
-
AR ≥ 15% : Espèce dominante
5 ≤ AR ≤ 15% : Espèce influente
1 ≤ AR ≤ 5% : Espèce Rare
AR ≤ 1% : Espèce très rare
3.8.3.3. Taux d’endémisme
Le taux d’endémisme est le pourcentage du nombre d’espèces de poissons endémiques
présentes par rapport au nombre total des espèces piscicoles recensées dans un site donné.
Il est un des indicateurs et éléments d'appréciation de la biodiversité.
GA<H7′6:7é39836 =
:2345676868=è?686:7é39J<68
:23456@2@AB76868=è?6856?6:8é68
3.8.3.4. Estimation de la taille des populations de poissons
La taille (n) des populations peut être estimée en utilisant les données sur les captures et
l’effort de pêche déployé. C’est le cas de la méthode de De Lury (1958) qui basée sur les
principes suivants :
-
-
Les captures de poissons sont faites dans des systèmes de pêcheries closes (c'est-àdire pas de migration).
Tous les individus de poissons ont une équiprobabilité d’être capturée.
Lors d’une pêche successive effectuée dans un même secteur bien délimité, sans y
réintroduire les poissons pêchés et si l’effort et les conditions de pêche demeurent
identiques, il y a une diminution progressive du nombre de poissons capturés.
Le nombre de poissons capturés à chaque passage est proportionnel au nombre de
poissons à celui du même secteur juste avant le passage.
La méthode consiste à effectuer plusieurs pêches successives au même endroit ou
dans un même secteur avec un effort de pêche rigoureusement constant et sans
remettre les poissons capturés à l'eau. Dans ces conditions, une proportion constante
k du peuplement est capturée à chaque pêche. Les prises cumulées et les captures
avant la première, la seconde .... la nème pêche sont respectivement désignées par
X1, X2, ... Xn, et Y1, Y2, …Yn avec N l'effectif initial, les captures successives sont :
Y1= k(N-0)
et
X1= 0
Y2= k (N-X2)
et
X2=Y1
Donc, Yn= k (N-Xn)
Xn= Yn-1
Sur un graphique où les captures sont portées en ordonnée et les captures cumulées en
abscisse, les points représentatifs de chaque pêche sont alignés sur une droite de pente k
qui coupe l'axe des X au point d'abscisse N. En réalité, les points ne sont jamais
rigoureusement alignés et pour obtenir la meilleure estimation de N, il est nécessaire de
rechercher la droite d'ajustement qui représente au mieux l'ensemble des points
représentatifs des n pêches successives. La méthode la plus courante est celle des
moindres carrés, ce qui revient à calculer l'équation de la droite de régression de Y en X,
d’équation Y=aX+b, les points n'étant pas pondérés. Pour estimer l’effectif initial des
individus, il suffit de trouver la valeur de X dans le cas où Y = 0.
42
4. METHODOLOGIE D’ENQUETES SOCIO-ECONOMIQUES
La collecte de données socioéconomiques a poursuivi deux techniques : l’enquête-ménage
et le focus-group au sein des communautés.
Méthodologie d’enquête-ménage :
Le protocole d’enquête socioéconomique se concentre sur deux rubriques fondamentales :
(1) l’utilisation des ressources naturelles par les populations locales, (2) le profil et l’indice de
pauvreté des populations concernées par la NAP du MRPA.
→ Rubrique N° 01 : Utilisation des ressources naturelles dans la NAP.
Les données recueilles par ménage comprennent :
− Valeurs culturelles : existence des sites sacrés dans la NAP et leur importance
auprès des populations. Quelles sont les pratiques rituelles ? Les pratiques
identifiées sont-elles source de dégradation directe et indirecte des écosystèmes ?
Quels sont les éléments de l’écosystème requis pour ce faire et éventuellement leur
importance (à partir de leur fréquence et de leur abondance), etc.
− Valeurs économiques : les informations détaillées relatives aux activités économiques
menées dans la NAP telles que l’agriculture, la pêche, la chasse, l’élevage, la collecte
des produits forestiers (ligneux et non ligneux), la coupe de bois, le charbonnage,
l’exploitation minière, la main d’œuvre pour le compte d’un employeur à l’intérieur de
la NAP ;
− Valeurs sociales : coupe de bois pour usage domestique, l’organisation sociale de la
communauté,…
→ Rubrique N° 02 : Mise à jour du profil et de l’indice de pauvreté relatifs aux sites
de MRPA.
Le profil et l’indice de pauvreté de chaque région d’appartenance des MRPA cibles ont été
fournis par le PRODOC. Pour la région Boeny, l’indice de pauvreté a été de 62,9% en milieu
rural en 2010. Puisque la mise à jour de ces profil et indice de pauvreté constitue la
substance de l’étude, le questionnaire traite les rubriques suivantes, lesquelles sont
composées par les éléments de conditions d’accessibilité aux besoins fondamentaux :
− Thème 1 : Nutrition ;
− Thème 2 : Morphologie d’habitat et éventuellement de la précarité (nature des
matériaux, gabarit, et son environnement) ;
− Thème 3 : Education ;
− Thème 4 : Santé primaire ;
− Thème 5 : Eau potable ;
− Thème 6 : Equipements sanitaires ;
− Thème 7 : Mode d’habillement ;
− Thème 8 : Mode d’utilisation de l’énergie ;
− Thème 9 : Possession de biens durables.
L’enquête également s’intéresse d’une façon particulière au « revenu des ménages ». Parmi
les opportunités recherchées, se trouve le fait de savoir si les ménages recourent à une
seule source de revenu pour survivre et principalement si cette source est dépendante de
l’utilisation des ressources naturelles de la NAP (terre, eau, forêt, etc.). On cherche aussi à
connaître que font les ménages (tous les membres de la famille incluant femme et enfant à
43
charge) pour pallier à l’insuffisance éventuelle des sources principales de revenus. Par
ailleurs, il est aussi nécessaire de s’intéresser à l’utilisation du revenu aux dépenses de
consommation, ainsi qu’aux biens (équipements) du ménage en tant qu’indicateurs de
richesse ou de pauvreté.
Focus-group ou réunions communautaire :
Outre l’enquête-ménage, l’étude socioéconomique a donné une importance à l’approche par
des séances de focus-group, notamment avec des groupements des femmes du village, les
comités de gestion des ressources naturelles, et quelques individus appartenant à toutes les
catégories sociales au sein du Fokontany.
Le focus-group a permis de recueillir les différentes valeurs que donnent les communautés
locales pour la NAP.
− Les principales activités génératrices de revenus menées à l’intérieur de la NAP :
valeurs d’usage direct et indirect ;
− Les pratiques cultuelles et culturelles dans la NAP et leur importance pour les
populations locales : permettant de dégager les valeurs d’existence ;
− Les activités dans la NAP menées surtout par les femmes, et la place de ces
dernières dans la communauté
− Les éventuelles organisations au sein des communautés en matière de gestion des
ressources naturelles ;
− L’existence de conflit récurrent dans l’utilisation des ressources naturelles, et les
solutions prises pour les résorber ;
− Les appréciations des relations avec les autorités administratives (CIREF) et le
promoteur de site ;
− Les aspirations des populations locales pour leur développement local ayant un lien
avec l’utilisation des ressources naturelles.
Ainsi dans chaque fokontany a été organisée au moins une réunion de focus group.
44
5. VALEURS DE REFERENCES BIOECOLOGIQUES
5.1.
CHOIX DES SITES D’INVENTAIRE
Le choix des sites d’inventaire bioécologique est basé essentiellement sur les différents
types d’écosystèmes existants (forêt sèche, forêts de mangrove, lacs, marais) dans la zone
d’étude. Par ailleurs, les sites d’inventaire pré-identifiés sont jugés représentatifs de
l’ensemble de la NAP.
En effet, une carte d’occupation des sols avec la différenciation des grands types
d’écosystèmes de la NAP a été élaborée. Cela a permis en même temps d’avoir un aperçu
global des conditions de terrain (formations végétales, écosystèmes, itinéraire, Communes
et fokontany les plus proches, …) et plus particulièrement sur la localisation des sites à
étudier. Les zones n’ayant jamais fait l’objet d’expéditions scientifiques sont également
favorisées.
Une fois sur terrain, les équipes d’inventaire se sont efforcées de se rapprocher autant que
possible de ces sites dont les coordonnées géographiques sont préalablement enregistrées
à l’aide d’un GPS.
5.1.1. Choix des sites d’inventaire de la flore et végétation
Quatre sites ont été choisis pour l’inventaire floristique au niveau du complexe Mahavavy
Kinkony. Chaque site est caractérisé par différents types d’écosystèmes qui lui sont propre.
En plus des analyses bibliographiques et travaux cartographiques, le choix des sites repose
également sur :
−
Le manque d’informations floristiques du site
−
La nécessité de continuer des inventaires dans certains sites
−
L’homogénéité de la formation
−
La représentativité de chaque formation par rapport à l’ensemble du complexe.
Tableau 1 : Types d’écosystèmes caractéristiques de chaque site
N° site
1
2
3
Nom sites
Makary
Coordonnées GPS
S 16°14’053’’
E045°93’400’’
16 m
→
→
→
→
écosystèmes
Lac Kinkony
Forêt dense sèche
Savane
Foret galerie
Tsiombikibo
S 16°05’315’’
E045°81’283’’
19 m
→
→
→
→
Forêt dense sèche
Savane
Marécage
Foret galerie
Morafeno Kingana
S 15°78’290’’
E045°93’354’’
12 m
→
→
→
→
→
Forêt dense sèche
Foret littorale
Savane
Marécage
Mangrove
45
N° site
4
Nom sites
Ampitsopitsoka
Coordonnées GPS
S 15°79’843’’
E045°76’306’’
11 m
→
→
→
→
écosystèmes
Forêt dense sèche
Savane
Mangrove
Marécage
Source : BIODEV, 2013
En tout, 26 relevés répartis dans plusieurs types d’écosystèmes ont pu être effectués dans le
Complexe Mahavavy Kinkony
NB : Boeny Aranta a été prévu comme étant le troisième site à étudier avant la descente sur
terrain, mais en raison de l’insécurité galopante qui y règne et suivant les instructions des
agents locaux de l’association Asity, l’équipe a décidé de remplacer ce site par Morafeno
Kingana. D’autant que ces deux endroits présentent à peu près les mêmes types
d’écosystèmes et sont relativement proches géographiquement.
Carte 2. Localisation des sites de relevé floristique dans le CMK
46
5.1.2. Choix des sites d’inventaires des oiseaux,
Lémuriens, Reptiles, Amphibiens et Arthropodes
Micromammifères,
Les milieux aquatiques du Complexe Mahavavy-Kinkony ont déjà fait l’objet de nombreuses
investigations scientifiques de par leur importance particulière pour la conservation des
zones humides et notamment des oiseaux d’eaux endémiques. Les informations relatives
aux milieux terrestres demeurent en revanche largement insuffisantes.
Ainsi, afin de couvrir les divers habitats du Complexe Mahavavy-Kinkony au cours de cette
étude, quatre sites ont été sélectionnés intégrant le système lacustre, le complexe forestier,
les savanes et les mangroves.
→ Analamanitra et Tsiombikibo:
Le village d’Analamanitra se situe à la périphérie de la forêt de Tsiombikibo,
qui constitue le plus grand bloc forestier de l’Aire Protégée. Ce site a permis
de recenser à la fois la faune de la forêt sèche caducifoliée de Tsiombikibo, la
forêt galerie d’Ankakisima, la forêt de Rafia et les savanes qui bordent ces
deux forêts.
→ Makary :
Ce village borde le Lac Kinkony dans sa partie orientale ; en même temps, il
jouxte la forêt sèche caducifoliée d’Anala et celle de Bemaratoly mais aussi la
forêt galerie qui longe les bords du fleuve de Mahavavy depuis Anaboregny.
→ Kinkony :
Le Lac Kinkony constitue le deuxième plus grand Lac de Madagascar après
celui d’Alaotra. Ce milieu présente un intérêt particulier pour l’étude de la
faune aquatique dulçaquicole et plus particulièrement l’avifaune aquatique.
→ Ampitsopitsoka :
La particularité de ce site réside dans l’importance de la forêt de mangrove.
En effet, il se situe au milieu des mangroves qui s’hérissent le long du Delta
de Mahavavy sur plusieurs kilomètres. Ce site est donc primordial pour le
suivi des espèces qui sont spécialisées pour les milieux euryhalines et pour
les oiseaux marins.
→ Morafeno Kingany :
Ce site présente à la fois un complexe forestier incluant la forêt sèche
caducifoliée, la forêt littorale et les mangroves près du village d’Ankopasy.
C’est un milieu adéquat pour l’étude des espèces aviaires marines vu qu’il
présente plusieurs « Kinga » qui sont immergés et émergés au fil des
marrées.
47
Carte 3. Itinéraire d’inventaire des Lémuriens
48
Carte 4. Itinéraire d’inventaire des Oiseaux
49
5.1.3. Choix des sites d’inventaires des Poissons, Amphibiens et Reptiles
aquatiques
Le choix des sites a été basé ici sur la présence de différents types d’habitats afin d’avoir
des données quantitatives, fiables et représentatives du milieu. Quatre sites ont ainsi été
choisis au cours de la présente investigation, à savoir: Makary, Tsiombikibo, Morafeno
Kingany et Ampitsopitsoka.
Plusieurs stations ont été installées au niveau de chaque site et dont le nombre a été choisi
en fonction de la taille de ce dernier. A titre d’exemple, cinq stations ont été nécessaires au
niveau du lac Kinkony (13 900 ha), pour quadriller tous les habitats possibles en vue de
capturer le maximum d’espèces de poissons de tailles différentes, alors qu’une station a été
suffisante pour chacun des lacs satellites et marais.
Le choix de la station de capture repose sur les deux principes suivants: premièrement
l’endroit doit être un habitat probable pour les poissons comme la présence des plantes
aquatiques, deuxièmement l’utilisation des matériels de pêche doit être possible au niveau
de l’endroit choisi.
Les tableaux ci-après donnent le nombre et la liste des différentes stations d’échantillonnage
de la faune aquatique au niveau de chaque site d’étude avec leurs coordonnées
géographiques respectives.
→ Site Makary :
Tableau 2 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau du site Makary
Dénominations
Stations
MAK
Coordonnées géographiques
Longitude
Latitude
Altitude
Lac Kinkony (Makary)
16°14.790’
045°89.412’
15 m
ND
Lac Kinkony (Noyau dur)
16°14.885’
045°91.034’
16 m
MOR
Lac Kinkony (Morafeno)
16°14.386’
045°91.798’
9m
AMPT
Lac Kinkony (Ampatsifaito)
16°14.573’
045°91.540’
11 m
AMBO
Lac Kinkony (Amboanjo)
16°14.414’
045°91.368’
14 m
MAH
Fleuve
Mahavavy
Amarokotoka)
16°12.374’
045°97.282’
11 m
AND
Marais Androkoroko
16°17.669’
046°01.697’
28 m
ANKB
Marais Ankera be
16°17.222’
046°00.882’
42 m
ANKK
Marais Ankera kely
16°17.235’
046°01.912’
45 m
AMPR
Marais Amparihikely
16°10.824’
045°58.791’
25 m
TSIR
Rivière Tsiribihy
16°18.855’
045°96.783’
12 m
BEV 1
Marais Bevoay
16°13.837’
045°74.774’
21 m
MAR
Lac Marakora
16°08.467’
045°55.047’
11 m
MIA
Marais Miamba
16°08.423’
045°55.036’
13 m
AMBT
Marais Ambatovaky
16°07.369’
045°54.765’
15 m
ANJ
Marais Anjanaboro
16°09.342’
045°54.993’
15 m
(baiboho
Source : BIODEV, 2013
50
→ Site Tsiombikibo
Tableau 3 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau du site Tsiombikibo
Coordonnées géographiques
Dénominations
Stations
ANKM
Marais Ankamobe
16°07.005’
045°80.347’
14 m
FALY
Marais Faly
16°07.286’
045°79.245’
14 m
BEV 2
Marais Bevoay
16°07.345’
045°78.981’
17 m
KAKS
Rivière Kaksima
16°07.543’
045°81.404’
16 m
BERV
Marais Berevo
16°06.976’
045°80.963’
15 m
ANDRF 1
Andrafia 1 (cours d’eau)
16°04.579’
045°80.663’
24 m
ANDRF 2
Andrafia 2 (cours d’eau)
16°04.494’
045°80.649’
11 m
ANDRF 3
Andrafia 3 (cours d’eau)
16°04.530’
045°80.409’
23 m
ANDRF 4
Andrafia 4 (cours d’eau)
16°04.582’
045°80.367’
27 m
ANDRF 5
Andrafia 5 (cours d’eau)
16°04.589’
045°80.384’
31 m
KAMJ
Lac Kamonjo
16°05.915’
045°81.947’
10 m
Longitude
Latitude
Altitude
Source : BIODEV, 2013
→ Site Morafeno kingany
Tableau 4 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau du site Morafeno Kingany
Coordonnées géographiques
Dénominations
Stations
MORF
Estuaire marin (Morafeno)
15°78.337’
045°93.551’
14 m
AMBN 1
Estuaire
(Ambondro)
15°77.990’
045°92.740’
9m
KAOP 1
Estuaire marin (Kaopasy)
15°77.732’
045°92.238’
9m
KAOP 2
Mangrove à Kaopasy
15°46.4289’
045°54.262’
7m
AMBN 2
Marais d’Ambondro
15°46.553’
045°55.510’
2m
AMBN 3
Mangrove à Ambondro
15°48.4863’
045°56.4362
10 m
Longitude
marin
Latitude
Altitude
Source : BIODEV, 2013
→ Site Ampitsopitsoka
Tableau 5 : Liste des stations d’échantillonnage au niveau d’Ampitsopitsoka
Coordonnées géographiques
Dénominations
Stations
ANTF
Mangrove Antafiandolo
15°48.299’
045°42.511’
6m
KELV
Mangrove Kelivoly
15°79.843’
045°76.311
5m
AMPTS
Marais Ampitsondrona
15°48.552’
045°42.293’
7m
KAZ
Mangrove Kazingo
15°47.558’
045°44.231’
4m
ARTK
Estuaire
kely)
15°48.283’
045°42.478’
6m
Longitude
marin
(Aranta
Latitude
Altitude
Source : BIODEV, 2013
51
Carte 5. Localisation des sites d’inventaire des herpetofaunes aquatiques
52
Carte 6. Localisation des sites d’inventaire des Poissons
5.1.4. Localisation des sites d’inventaires des Chiroptères
L’itinéraire échantillon pour l’identification des gîtes diurnes des Chiroptères est la route
principale RP12, d’une longueur de 20 km localisée entre les coordonnées géographiques
suivantes :
→ Début de l’itinéraire : S 15°56.635’ et E 45° 50.524’
→ Fin de l’itinéraire : S 16°04.342’ et E 45° 54.230’
Les gîtes sont localisés à partir des enquêtes auprès des habitants et sont visités pendant le
jour. Leurs coordonnées géographiques figurent dans le tableau suivant.
Tableau 6 : Liste des gîtes diurnes des Chiroptères
Longitude
latitude
Altitude
(m)
Mangabe/Maromitoky
15°56'34,2"
45°50'30,2"
19
Cave
Tsiandrora
16°01'18,1"
46°00'31,9"
59
Cave
Madiromasy
16°01'11,3"
46°00'38,7"
50
Perchoir 1
Antobi-panihy
16°02'49,0"
45°55'07,6"
28
Perchoir 2
Antobi-panihy
16°02'50,9"
45°55'00,1"
11
Ambato Mahavavy
15°59'23,5"
45°53'56,9"
11
Cave
Ambovokalanoro
16°03'44,7"
45°47'35,3"
32
Cave
Alakalanoro/Anaboraingy
16°02'47,5"
45°56'58,9"
31
Nature du gîte
Ecole publique
Ecole publique
Nom des gîtes diurnes
Source : BIODEV, 2013
53
A l’exception des 2 gîtes diurnes localisés dans les villages « Ecoles publiques », les 4 gîtes
sont localisés dans les « forêts sèches » mais compte tenu que les chiroptères peuvent
parcourir jusqu’à 30 à 60 km par nuit et peuvent survoler au dessus de l’eau, ils peuvent
couvrir tout type d’écosystème.
Carte 7. Localisation des grottes pour l’inventaire des Chiroptères
54
5.2.
FLORE ET VEGETATION
5.2.1. Composition floristique globale
5.2.1.1. Richesse floristique globale du CMK
Pour l’ensemble du Complexe, 199 espèces réparties
r arties dans 75 familles et 154 genres
ge
ont été
inventoriées. Le tableau ci-dessous
dessous montre l’importante richesse en Dicotylédones
Dicotylédones du site
avec 177 espèces (soit 88%),, viennent ensuite les Monocotylédones
ones avec 20 espèces (10%)
et 2 espèces de Ptéridophytes.
téridophytes.
Tableau 7 : Répartition globale des taxons dans le CMK
DICOTYLEDONES
MONOCOTYLEDONES
PTERYDOPHYTES
TOTAL
Nombre de Famille
70
3
2
75
Nombre de genre
134
18
2
154
Nombre d’espèce
177
20
2
199
Source : BIODEV, 2013
La famille des Fabaceae est la plus représentée avec 15 genres
enres et 19 espèces. Puis en
seconde place vient la famille des Euphorbiaceae représentée par 10 genres et 14 espèces.
5.2.1.2.
Taux d’endémicité
d’
global
Pour les 199 espèces inventoriées, 69 sont endémiques malgaches dont deux endémiques
locales (Securinega antsingiensis et Erythrophleum couminga). Parmi les espèces
endémiques régionales, on peut citer la famille des EBENACEAE avec 5 espèces qui sont
toutes vulnérables
érables selon UICN, FABACEAE avec 8 espèces endémiques dont
Manjakabenitany et Komanga sont en danger selon UICN et Manariboty est vulnérable.
vulnérable
Figure 11 : Répartition des espèces floristiques selon leur endémicité
1%
25%
74%
endémique régionale
endémique nationale
5.2.2. Site de Makary
Le site de Makary est caractérisé par la présence du Lac Kinkony, les forêts denses sèches
d’Andoala, d’Antanimavo et Ambalia, des savanes à Bismarchia nobilis et des forêts de
galerie longeant la rivière de Mahavavy.
55
a) Forêt dense sèche
-
Composition floristique :
Les relevés floristiques effectués dans la forêt dense sèche de Makary a permis d’identifier
78 espèces réparties dans 41 genres et 26 familles. Dans cette formation forestière, les
Familles des FABACEAE et des EUPHORBIACEAE sont les plus représentées avec
respectivement 15 et 8 espèces. Alors qu’au niveau genre, Dalbergia (FABACEAE) qui
regroupe 6 espèces et Dyospyros (EBENACEAE) avec 4 espèces sont les plus représentés.
Tableau 8. Les espèces caractéristiques de la forêt dense sèche de Makary
Étiquettes de lignes
Euclinia suavissima
Strychnos madagascariensis
Commiphoragrandifolia
Dalbergia peltieri
Diospyrosferrea
Grevealavanalensis
Ficus cocculifolia
Gardeniadecaryi
Tabernaemontanacoffeoides
Tamarindusindica
Dominance Abondance
relative
relative
0,28
0,04
0,13
0,08
0,08
0,11
0,11
0,07
0,05
0,08
0,02
0,07
0,04
0,03
0,02
0,04
0,01
0,05
0,04
0,02
Ce tableau indique que les espèces comme Eucliniasuavissima (RUBIACEAE), Strychnos
madagascariensis (LOGANIACEAE), Commiphoragrandifolia (BURSERACEAE) et
Dalbergia peltieri (FABACEAE) caractérisent la forêt dense sèche de Makary
Figure 12 : Forêt dense sèche de Makary
-
Structure horizontale
•
Distribution suivant la classe des hauteurs
Le tableau suivant rend manifeste que la répartition des arbres suivant les classes de
hauteur se fait de façon très irrégulière. En effet, la plupart des arbres inventoriés se trouvent
dans les classes de [6-8m[ et [4-6m[ de hauteur, soit respectivement 245 et 264 individus,
56
alors
lors que les arbres de petite taille ayant une hauteur inférieure à 2 m ne comptent que 38
individus ce qui représente 3,69% de l’ensemble des plantes inventoriées.
inventoriée .
Tableau 9. Répartition des individus par classes
classes de hauteur dans la forêt dense sèche de Makary
Classe
Hauteur
[0-2[
[2-4[
[4-6[
[6-8[
[8-10[
[10-12[
[12-14[
[14-16[
[ +16[
Total
général
S1 FDS R1
S1 FDS R2
S1 FDS R3
9
41
89
89
63
21
54
71
4
16
35
69
107
31
16
27
28
2
13
21
87
68
16
12
17
25
441
331
259
Total
général
38
97
245
264
110
49
98
124
6
1031
Cette distribution hétérogène des individus recensés dans cette formation forestière est
mieux illustrée par la figure suivante.
suivante L’allure irrégulière de l’histogramme indique une
perturbation
tion de la forêt suivant la classe de hauteur.
300
245
264
250
Effectif
200
150
97
110
100
50
98
124
49
38
6
0
Classe DHP
Figure 13 : Répartition des individus suivant la classe des hauteurs dans la FDS de Makary
•
Distribution suivant la classe des diamètres
En ce qui concerne la répartition des arbres
arbre recensés suivant leur diamètre, le
l tableau qui
suit met en évidence une forte abondance des individus de petits diamètres (Dhp inférieur à
10 cm) par rapport aux gros arbres. En effet, les résultats révèlent la présence 443 individus
de petit taille ce qui représente 43% de l’ensemble des individus recensés.
57
Tableau 10. Diagramme montrant les répartitions des individus dans la Forêt sèche de
MAKARY suivant la classe des diamètres
Classe Dhp
[0-5[
[5-10[
[10-15[
[15-20[
[20-25[
[25-30[
[30-35[
[35-40[
[40-45[
[40-50[
[ +50 [
Total général
Total
S1 FDS R1 S1 FDS R2 S1 FDS R3 général
70
60
80
210
83
81
72
236
118
56
41
215
56
68
21
145
13
47
23
83
46
11
57
7
7
2
16
18
11
6
35
15
1
16
14
2
16
1
1
2
441
331
259
1031
Il est aussi remarqué une diminution du nombre d’arbres suivant l’augmentation du
diamètre. Plus l’arbre devient gros plus leur nombre diminue comme l’illustre la figure
suivante.. Ce phénomène est caractéristique d’une forêt peu perturbée.
pertu
250
236
215
200
Effectif
145
150
83
100
57
35
50
16
16
16
2
0
[5-10[ [10-15[
[10
[15-20[ [20-25[ [25-30[ [30-35[ [35-40[ [40-45[ [40-50[ [ +50 [
Classe Dhp
Figure 14 : Diagramme montrant les répartitions des individus dans la Forêt sèche de
MAKARY suivant la classe des diamètres
-
Structure verticale
La forêt dense sèche de Makary est une forêt relativement ouverte
ouvert avec un taux de
recouvrement globale de l’ordre de 33%. D’après la figure suivante, cette formation forestière
présente
ésente 3 strates biens distinctes :
•
Strate inférieure de 0 à 4 m de Haut, jugée « Ouverte » avec un taux de
recouvrement globale d’environ 45%. Elle est composée essentiellement
essentiellement par les
58
individus jeunes des grands arbres telles que Commiphora grandifolia
(BURSERACEAE), Malleastrum rakotozafii (SAPINDANCEAE) et Ormocarpopsis
aspera (FABACEAE) ;
compris entre 4 m et
Strate supérieure regroupant les individus ayant une hauteur comprise
8m. C’est
’est la strate la plus dense avec un taux de recouvrement de 47% (Strate
Ouverte). Elle est caractérisée par Greveala vanalensis (MALVACEAE),
(MALVACEAE) Diospyros
ferrea (EBENACEAE), Commiphora grandifolia (BURSERACEAE) et Gardenia
decaryi (RUBIACEAE))
•
Strate supérieure constituée par les arbres de plus de 8m Haut couvrant 28% de la
surface de relevé.
Hauteur (m)
•
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
Recouvrement (%)
Figure 15 : Diagramme de recouvrement de la Forêt sèche de MAKARY
b) Forêt galerie
-
Composition floristique
En tout, 29 espèces appartenant à 27 genres et 20 familles ont été recensées dans la forêt
Galerie de Makary. Les familles des FABACEAE, des COMBRETACEAE et des
EUPHORBIACEAE sont les plus représentées avec 3 espèces chacune. Au niveau genre,
cette forêt est caractérisée
sée par Ficus (MORACEAE) et Terminalia (COMBRETACEAE) qui
comptent 2 espèces chacun.
D’après le tableau suivant, Ziziphus jujuba (RHAMNACEAE), Ficus pyrifolia (MORACEAE),
Terminalia mantaly(COMBRETACEAE)
(COMBRETACEAE) caractérisent cette formation forestière. Ces espèces
espè
sont considérées comme caractéristiques
caractéristique car elles sont à la fois abondantes et dominantes.
Tableau 11. Liste des principales espèces de la forêt galerie à Makary
Espèces
Ziziphusjujuba
Ficus pyrifolia
Terminaliamantaly
Tamarindusindica
Abondance Dominance
relative
relative
0,35
0,27
0,12
0,2
0,07
0,08
0,03
0,08
59
Abondance Dominance
relative
relative
Ceibapentandra
0,03
0,07
Alchorneaalnifolia
0,06
0,02
Ficus cocculifolia
0,02
0,05
Bosciaplantefolia
0,02
0,03
Borassus madagascariensis
0,01
0,03
Malleastru
Malleastrumrakotozafii
0,04
0
Ilexmitis
0,03
0,02
Espèces
-
Structure horizontale
•
Distribution suivant la classe des
de hauteurs
La figure suivante montre que les arbres appartenant à la classes de hauteur [6 – 8m[ et [8 –
10m[ sont les plus abondantss avec respectivement 80 et 87 individus,, alors
a
que les arbres
inférieurs à 2 m de haut et les grands arbres supérieurs à 16 m se font rare dans cette
formation forestière car au maximum 4 individus ont été recensés dans ces 2 classes de
hauteur. L’allure
’allure de l’histogramme indique
indique une perturbation structurale suivant les hauteurs.
80
90
87
80
70
Effectif
60
48
44
50
30
40
46
37
30
20
10
4
3
0
[0-2[
[2-4[
[4-6[
6[
[6-8[
[8-10[ [10-12[ [12-14[ [14-16[ [ +16[
Classe de hauteur
Figure 16 : Répartition des arbres recensés dans la forêt galerie de Makary suivant la classe de
hauteur
•
Distribution suivant la classe des diamètres
La figure montrant la répartition des individus d’arbres suivant la classe de Dhp ci-dessous
ci
met aussi en évidence la perturbation structurale de la forêt. En effet, la raréfaction des
arbres ayant un diamètre compris entre 25 cm et 40cm indique une surexploitation jadis de
cette forêt.
60
167
180
160
140
effectif
120
100
70
80
60
40
50
33
19
5
20
11
8
0
[5-10[ [10-15[ [15-20[ [20-25[ [25-30[ [30-35[ [35-40[ [ +40 [
Classe de Hauteur
Figure 17 : Répartition des arbres recensés dans la forêt galerie de Makarysuivant la classe de
diamètre
-
Structure verticale
Hauteur (m)
après renseigne sur le taux de recouvrement dess différentes strates observées
La figure ci-après
dans la forêt galerie de MAKARY. La strate inférieure est très développée, ainsi que la strate
moyenne. La strate supérieure est dominée par des espèces de grande taille.
]14 ...
]12-14]
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
Recouvrement (%)
Figure 18 : Diagramme de recouvrement de la Forêt
Forêt galerie de MAKARY
Les trois strates se caractérisent comme suit :
→ La strate inférieure de 0 à 2 m de haut est composée en majeure partie des espèces
de régénération et quelques
quelque espèces comme : Malleastrum rakotozafii et
Monanthotaxis boivinii.
boivinii C’est la strate la plus dense ayant un taux de recouvrement
de 55%.
→ La strate moyenne comprise entre 2 et 8m de haut est caractérisée par les arbustes
et les arbres à diamètre moyen.
moyen Elle
lle est constituée majoritairement par la famille des
61
RHAMNACEAE et des EUPHORBIACEAE. Cette strate présente un taux de
recouvrement égal à 47%.
→ La strate supérieure et les émergeants regroupent les grands arbres supérieurs à 8m
de haut. Elle est constituée essentiellement par les espèces de la famille des
FABACEAE. Cette strate couvre environ 25% de la surface de relevé.
c) Formations savanicoles
-
Composition floristique globale
L’inventaire floristique dans les formations savanicoles fait état de 9 espèces réparties dans
8 familles et 9 genres. Parmi les familles recensées, POACEAE est la plus représentative de
cette formation avec 2 espèces.
D’après le tableau suivant, les savanes de Makary sont dominées par Aristida rufensens
(POACEAE), Ziziphus jujuba (RHAMNACEAE) et Bismarckia nobilis (ARECACEAE)
Tableau 12. Liste des espèces caractéristiques des savanes à Makary
Recouvrement
(%)
6,9865
Bismarckia nobilis
ARECACEAE
3,3755
plantefolia
BRASSICACEAE Boscia
3,6895
Diospyros
ferrea
EBENACEAE
5,652
Tamarindus indica
FABACEAE
5,8875
madagascariensis
LOGANIACEAE Strychnos
11,932
jujuba
RHAMNACEAE Ziziphus
1,727
Tacca
leontopetaloïdes
TACCACEAE
60
Arsitida
rufensens
POACEAE
20
Panicum
sp
POACEAE
Famille
-
genre
espèce
Caractéristique physionomique
De façon générale, la formation savanicole de Makary est une formation jugée « ouverte »
avec un taux de recouvrement globale d’environ 30%. Elle est constituée par 3 strates :
•
Strate herbacée de 0 à 2 m de haut composée essentiellement par les POACEAE
comme Aristida rufensens. C’est aussi la strate la plus dense avec un taux de
recouvrement de 50% ;
•
Strate moyenne de 2 à 6m, jugée comme ouverte avec un taux de recouvrement de
26%. Cette strate regroupe les espèces de moyenne taille comme Ziziphus jujuba
(RHAMNACEAE) et Dyospyros ferrea (EBENACEAE)
•
Strate supérieure comprise entre 6 à 12 m de haut. Elle est très éparse et ouverte ne
couvrant que 13% de la surface totale de relevé. C’est dans cette strate que
Bismarckia nobilis (ARECACEAE) est abondante.
62
HAuteur (m)
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
RECOUVREMENT (%)
Diagramme de recouvrement des savanes de MAKARY
Figure 19 : Diagramme
Figure 20 : Formation savanicole à Makary
d) Formation lacustre
Le lac Kinkony a une superficie d’environ 13.900 ha et une profondeur moyenne de 4 m qui
peut atteindre 8 m en période de crue (EIES NAP CMK). Seuls le noyau dur du lac et ses
environs étaient favorables pour des inventaires floristiques.. Ceci est dû au fait que les
autres lacs satellites étaient asséchés durant notre passage.
De ce fait, Les relevés ont été entrepris respectivement
respectivement dans la végétation aquatique et au
niveau des rives du lac.
-
Composition floristique globale
La formation lacustre de ce site est constituée globalement par 25 espèces réparties dans 21
genres et 16 familles. La famille la plus représentative est
est celle des POACEAE avec 2
espèces alors que le genre Polygonum
olygonum est le plus représenté avec 3 espèces recensées
63
D’après le tableau suivant, les espèces qui caractérisent ce lac sont : Phragmites
mauritianus (POACEAE) Salvinia hastata (SALVINIACEAE), Cyperus compactus
(CYPERACEAE).
Tableau 13. Principales espèces de la formation lacustre à Makary
-
Familles
Noms scientifiques
Fréquence
(%)
Recouvrement
(%)
POACEAE
Phragmites mauritianus
0,38
35
SALVINIACEAE
Salvinia hastata
0,26
12
CYPERACEAE
Cyperuscompactus
0,04
7
ONAGRACEAE
Ludwigiaabyssinica
0,14
4,5
POLYGONACEAE
Polygonumglabrum
0,15
3
CONVOLVULACEAE
Ipomeafimbrisepala
0,16
2
NYMPHAECEAE
Azollasp
0,1
2
CONVOLVULACEAE
Ipomoeaaquatica
0,06
2
Caractéristiques physionomiques
Cette formation lacustre de Makary ne présente pas de strates bien définies mais la
concentration maximale de feuillage se trouve au niveau de l’eau avec un taux de
recouvrement de 55%. Parmi les espèces dominantes, on peut citer Echinochloa pyramidalis
(PONTEDIERACEAE), Nymphea stellata (NYMPHEACEAE) et Pistia stratioites (ARACEAE).
On note aussi la présence de Phragmites mauritianus (POACEAE), une espèce qui atteigne
plus de 3m de haut et qui couvre 35% de l’aire de relevé.
5.2.3. Site de Tsiombikibo
Le site de Tsiombikibo renferme plusieurs types d’écosystèmes : forêt dense sèche, savane,
forêt galerie, formation marécageuse.
a) Forêt dense sèche
-
Composition floristique
La forêt de Tsiombikibo, principal bloc forestier du complexe couvre une superficie d’environ
21.600 ha. Deux relevés floristiques y ont été effectués et les résultats font état de 50
espèces réparties dans 49 genres et 32 familles, dont les principales sont énumérées dans
le tableau qui suit.
Tableau 14 : Principales espèces de la forêt dense sèche de Tsiombikibo
Espèces
Capurodendron
gracilifolium
Dominance (%)
Abandance (%)
228,67
0,001
Erythrophleum couminga
0,66
0,037
Diospyros cupulifera
0,20
0,003
Ravenala
madagascariensis
0,14
0,003
Dalbergia peltieri
0,20
0,045
64
Espèces
Dominance (%)
Abandance (%)
Commiphora arofy
0,15
0,0150
Stereospermum
euphorioides
0,22
0,015
0,082
0,033
Terminalia boivinii
0,11
0,007
Albizzia gummifera
0,12
0,009
Euclinia suavissima
0,18
0,003
Adenia olaboensis
0,08
0,001
Strychnos
madagascariensis
0,07
0,007
Cynamosma fragrans
Source : BIODEV, 2013
Cet ecosystème forestier de Tsiombikibo est caractérisé par une forte dominance des
Capurodendron gracilifolium (228,6%). Viennent ensuite Erythrophleum couminga,
Stereospermum euphorioides, Dalbergia peltieri, avec respectivement une valeur de
dominance de l’ordre de 0,66%, 0,22% et 0,20%.
-
Structure horizontale
•
Répartition des individus suivant la classe des hauteurs
La plupart des arbres formant la forêt sèche de Tsiombikibo ont une hauteur variant de 8 à
10 m. Ce sont surtout les arbres de la strate moyenne. Quelques émergeants atteignant plus
de 16m de hauteur ont été aussi observés dans les relevés. L’allure irrégulière de
l’histogramme indique l’existence de perturbations structurales des hauteurs.
Tableau 15 : Répartition des espèces dans la forêt sèche de Tsiombikbo par classe de hauteur
Sites
S2 FDS R1
S2 FDS R2
[0-2[
10
2
[2-4[
16
19
[4-6[
11
46
[6-8[
42
44
[8-10[
67
86
[10-12[
17
17
[12-14[
60
39
[14-16[
25
25
[ +16[
1
3
Source : BIODEV, 2013
65
180
153
160
140
Nombres
120
99
100
86
80
59
35
40
20
Individus
50
60
34
12
4
0
[0-2[
[2-4[
[4-6[
[6-8[ [8-10[ [10-12[[12-14[[14-16[ [ +16[
Classe des hauteurs
Figure 21 : Diagramme de répartition des espèces dans la forêt sèche de Tsiombikibo par classe
de hauteur
•
Répartition des individus selon la classe des diamètres
Pour le site de Tsiombikibo, la forêt dense sèche est marquée par l’abondance des
individus ayant un diamètre compris entre 10 et 15cm, cette classe est composée
généralement par des individus jeunes et des arbustes.
Les arbres de gros diamètre (20 à 30 cm) ne sont pas négligeables dans la formation. On
note même la présence d’une dizaine d’individus ayant plus de 40 cm de diamètre.
L’allure irrégulière de l’histogramme indique également une perturbation de la forêt en ce
qui concerne les diamètres des arbres.
Tableau 16 : Répartition des espèces dans la forêt dense sèche de Tsiombikibo par classe de
diamètre
Classe des diamètres
S2 FDS R1
S2 FDS R2
[0-5[
33
47
[5-10[
32
41
[10-15[
92
107
[15-20[
9
18
[20-25[
60
27
[25-30[
-
25
[30-35 [
5
-
[30-35[
-
5
[35-40[
-
3
[ +40 [
9
10
Source : BIODEV, 2013
66
250
199
Nombres
200
150
100
80
87
73
Individus
50
27
25
5
5
3
19
0
Classe de diamètre
Figure 22 : Diagramme de répartition des espèces dans la forêt sèche de Tsiombikibo par classe
de diamètre
-
Structure verticale
La strate supérieure est constituée d’arbres de 8 à 14 m de hauteur avec une densité
moyenne de 1550 individus par hectare. Les Dalbergia sont les espèces dominantes de
cette strate.
La strate moyenne est formée à son tour de jeunes arbres et arbustes de 2 à 8 m de
hauteur. Cette strate est caractérisée essentiellement par Commiphora marchandii, Dypsis
madagascariensis, Cedrelopsis grevei, Terminalia taliala, Terminalia mantaly et Terminalia
boivinii.
Les individus régénérés dont la hauteur est inférieure à 2m occupent la strate inférieure.
Cette strate est surtout composée par : Thilachium angustifolium, Diporidium ciliatum et
Bridelia pervilleana.
67
]10-12]
Hauteur (m)
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
RECOUVREMENT (%)
Figure 23 : Diagramme de recouvrement dans les forêts densse sèches de Tsiombikibo
b) Savanes
Les savanes de Tsiombikibo
o sont dominées par Aristida rufescens, Bismarckia nobilis,
Ziziphus jujuba et Tamarindus indica. Trois
rois sites ont fait l’objet d’inventaire dans cette
formation végétale à Tsiombikibo.
Tsiombikibo
-
Composition floristique
Les relevés effectués dans les formations savanicoles
sa
ont fait état de 19 espèces,15 genres
et 09 familles. Aristida rufescens, Bismarchia nobilis et Ziziphus jujuba sont les espèces les
plus dominantes. Les familles les plus associées aux graminées sont FABACEAE et
ANACARDIACEAE. Les principales espèces figurent dans le tableau ci-après.
après.
Tableau 17 : Principales espèces des savanes de Tsiombikibo.
Tsiombikibo
Nom vernaculaire
Recouvrement
(%)
Aristida rufescens
52,62
Bismarchia nobilis
0,53
Zyzyphus jujuba
0,27
Dalbergia spp
0,14
Tamarindus indica
0,08
Poupartia cafra
0,07
Albizzia gummifera
0,06
0,06
Source : BIODEV, 2013
68
-
Caractéristiques physionomiques
Hauteur (m)
Dans l’ensemble, on note un recouvrement élevé d’environ 45% de la strate inférieure qui
est caractérisée par les herbacées
herbacé
dont Aristida rufescens et les individus régénérés de
Bismarckia nobilis.. La strate moyenne est recouverte à 20% par des arbres et arbustes telles
que Zyzyphus jujuba et Dalbergia spp.
spp. Les gros arbres de 6 à 10 m de hauteur comme
Bismarchia nobilis et Tamarindus
amarindus indica sont éparpillés sur toute la surface de relevé et
constituent la strate supérieure avec un taux de recouvrement de 7%.
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
50
RECOUVREMENT (%)
Figure 24 : Diagramme de recouvrement des savanes de Tsiombikibo
c) Marécages de Tsiombikibo
Le
e marécage de Tsiombikibo est constitué essentiellement par une formation à Raphia.
-
Composition floristique
Treize (13) espèces réparties dans 13 genres et 10 familles ont été recensées dans la
formation marécageuse de Tsiombikibo lors de cette expédition
on dont la liste est dressée
dans le tableau suivant.
-
Caractéristiques physionomiques
La formation présente trois strates bien distinctes.
o
La strate inférieure (0 à 4m) est constituée par des individus de régénération
de Raphia et de fougère ainsi que de quelques autres espèces.
o
La strate moyenne (4 à 8m) est caractérisée par des jeunes individus de
Raphia et d’autres espèces d’arbres comme Barringtonia racemosa.
racemosa
o
La strate supérieure (8 à 12m) est composée principalement par des Raphias
69
]12-14]
Hauteur (m)
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
70
80
RECOUVREMENT (%)
Figure 25 : Diagramme de recouvrement de la formation marécageuse de Tsiombikobo
d) Forêt galerie de Tsiombikibo
-
Composition floristique
Une forêt de galerie a été observée dans le site de Tsiombikibo. La
a rivière qui alimente le lac
dans cette zone a toutefois été asséchée durant notre passage. Le relevé effectué dans
cette formation révèle la présence de 22 espèces, 19 genres et 14 familles. La forêt galerie
est caractérisée essentiellement par l’abondance de la famille des FABACEAE. La forêt
galerie de Tsiombikibo est très riche en grands arbres. Elle abrite de nombreuses essences
de la forêt comme Commiphora, Cedrelopsis, Dichapetalum et Dipsys.
Dipsys
Tableau 18 : Composition floristique de la forêt galerie de Tsiombikibo
Tsiombiki
Espèces
Dominance (%)
Commiphora
marchandii
0,005
Cedrelopsis grevei
0,026
Dypsis
madagascariensis
0,0006
Rourea orientalis
0,007
Dichapetalum bojer
0,012
Argyrodaphne sp
0,022
Dalbergia greveana
0,002
Dalbergia chlorocarpa
0,026
Mimusops occidentalis
occid
0,007
Pandanus dauphinensis
0,010
Eugenia scotii
0,0009
Source : BIODEV, 2013
70
-
Structure horizontale
Répartition suivant la classe de hauteur
o
Un pic de 168 individus ont été recensés pour les espèces ayant une hauteur comprise entre
8 et 16 m. Quelques émergeants y ont été observés (16 m et plus) tandis que la strate
herbacée est quasiment absente. L’allure générale de l’histogramme montre une
perturbation sur les hauteurs des individus.
168
200
150
100
50
0
46
9
5
[0-2[
[2-4[
[4-8[
[8-16[
[16-32[
Figure 26 : Diagramme de répartition des individus dans la forêt galerie de Tsiombikibo par
classe de hauteur
Répartition suivant la classe de diamètre
o
Le diagramme de répartition de la classe de diamètre montre l’abondance des individus
ayant un diamètre compris entre 10 à 15 cm et 20 à 25 cm. Ces 2 classes sont constituées
essentiellement par de jeunes individus et d’arbustes. On note aussi la présence des
espèces regénerées ayant un diamètre inférieur à 5 cm dans cette formation. Il en est de
même pour les espèces dont le DHP depasse les 35 cm. L’allure irrégulière de
l’histogramme indique une perturbation structurale des diamètres des individus de la forêt
galerie de Tsiombikibo.
60
50
50
50
40
34
29
28
30
19
20
10
7
6
5
0
0
[0-5[
[5-10[ [10-15[ [15-20[ [20-25[ [25-30[ [30-35 [ [30-35[ [35-40[ [ +40 [
S2 G R1
Figure 27 : Diagramme des individus par classe de diamètre dans la forêt galerie Tsiombikibo
par classe de diamètre
71
-
Structure verticale
Elle présente trois strates bien distinctes avec les émergeants :
→ La strate supérieure est constituée par de gros arbres de diamètre supérieur à 12 m.
Elle présente une voute encore bien fermée.
fermée
→ La strate moyenne, composée de jeunes arbres et des arbustes dont
d
la hauteur
totale ne dépasse pas les 12 m.
→ La strate inférieure, formées d’espèces herbacées et des individus de régénération.
Hauteur (m)
]12-14]
]8-10]
]4-6]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
70
Recouvrement (%)
Figure 28 : Diagramme de recouvrement
recouvrement de la forêt galerie de Tsiombikibo
5.2.4. Site de Morafeno Kingana
Le site Morafeno Kingana est constitué par différents types de formations végétales : forêt
dense sèche, forêt littorale, savanes, formations marécageuses et mangroves.
a) Forêt dense sèche d’Antsira
-
Composition floristique
Le relevé floristique réalisé dans la forêt d’Antsira a permis de répertorier 37 espèces qui
sont réparties dans 23 familles et 29 genres. Le tableau ci-dessous
ci
présente les principales
espèces recensées.
Tableau 19 : Principales espèces de la forêt dense sèche de Morafeno Kingana
Espèces
Abondance (%)
Dominance (%)
Terminalia boivini
0,10
0,02
Allophyllus cobbe
0,09
0,07
Commiphora arofy
0,07
0,02
Diporidium ciliatum
0,07
0,01
Diospyros tropophylla
ropophylla
0,06
0,03
Rhopalocarpus similus
0,05
0,01
72
Espèces
Abondance (%)
Dominance (%)
Commiphora marchandii
0,05
0,03
Dipsys madagascariensis
0,04
0,02
Bridelia pervilleana
0,04
0,01
Tamarindus indica
0,04
0,01
Vitex perrieri
0,03
0,009
Source : BIODEV, 2013
-
Structure horizontale
o
Répartition des arbres suivant la classe des hauteurs
La majorité des individus recensés atteignent 4 à 8m de hauteur. Il est remarqué que les
arbres ayant une hauteur supérieure à 12m sont faiblement représentés avec seulement 1 à
2 individus recensés danss un placeau d’inventaire.
Cette situation pourrait s’expliqu
xpliquer par le fait qu’avant l’installation de la VOI à Morafeno,
cette forêt était la cible d’exploitation et de fabrication de charbon.
44
45
39
40
35
Effectif
30
23
25
20
15
10
10
7
13
2
5
1
0
[0-2[
[2-4[
[4-6[
[6-8[
[8-10[ [10-12[ [12-14[ [14--16[
Classe de Hauteur
Figure 29 : Diagramme de la répartition
répartition des individus recensés à Morafeno Kingana par classe
de hauteur
o
Répartition des arbres suivant la classe des diamètres
En général, les arbres ayant un diamètre compris entre 10 à 15 cm sont les plus abondants
avec environ 31% du total des individus recensés. Par contre, les individus de grands
diamètres (dhp supérieur à 25cm) sont presque absents. Ceci pourrait être dû à l’exploitation
antérieure dans la zone de Morafeno. Ce fait est confirmé par l’allure irrégulière de
l’histogramme qui indique une perturbation suivant la classe de diamètre.
73
43
45
40
34
32
35
Effectif
30
25
20
14
14
15
10
0
5
0
0
2
0
[0-5[
[5
[5-10[
[10-15[ [15-20[ [20-25[ [25-30[ [30-35[ [35-40[ [ +40 [
Classe Dhp
Figure 30 : Diagramme de répartition des individus par classe de diamètre dans la forêt dense
sèche de Morafeno Kingana
-
Structure verticale
L’analyse du profil écologique de la couverture
couverture forestière montre que la forêt dense sèche de
Morafeno Kingana est ouverte. En effet, le taux moyen de la couverture végétale toutes
strates confondues est de l’ordre de 27,62%.
]14 ...
]12-14]
Hauteur (m)
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
RECOUVREMENT (%)
Figure 31 : Diagramme de recouvrement de la forêt dense sèche de Morafeno Kingana
Trois strates y ont été distinguées :
o
o
Une strate inférieure de 0 à 4m est très ouverte avec un taux de
recouvrement de 23%. Elle est caractérisée par les individus d’Allophyllus
d
cobbe, Commiphora arafy et des individus
us de régénération.
Avec un taux de recouvrement de 41%, la strate moyenne est la plus dense.
Elle est
constituée par des arbres et arbustes tels que Memecylon
delphinense,, Strychnos madagascariensis, Capurodendron gracilifolium,
74
Baudouinia fluggeiformis. La hauteur des individus dans cette strate varie de
4 à 8 m.
o
Une strate supérieure, de 8 à 14 m de hauteur, constituée essentiellement par
des gros arbres.
b) Foret littorale
-
Composition floristique
La formation littorale se trouve sur le front de mer de Morafeno. Au cours du relevé, 31
espèces réparties dans 26 familles et 28 genres ont pu être identifiées. Elle est caractérisée
essentiellement par la famille des FABACEAE avec 4 espèces. Les genres Dalbergia,
Strychnos et Diospyros sont les plus représentés ayant 2 espèces chacun.
Selon le tableau suivant, Strychnos madagascariensis (LOGANIACEAE), Ficus pyrifolia
(MORACEAE), Boscia plantifolia (BRASSICACEAE) sont les espèces les plus importantes.
Tableau 20 : Principales espèces de la forêt littorale de Morafeno Kingana
Dominance
(%)
Abondance
(%)
Pachypodium rutembergianum
0,008
0,100
Trilepisum madagascariensis
0,004
0,060
Capparis chrysomea
0,002
0,045
Poupartia caffra
0,020
0,010
Flacourtia ramounthii
0,039
0,070
Boscia plantifolia
0,046
0,065
Uncarina decaryi
0,001
0,040
Ficus sp
0,004
0,005
Tamarindus indica
0,016
0,040
Garcinia verrucosa
0,025
0,010
Dalbergia greviana
0,006
0,010
Ficus pyrifolia
0,057
0,060
Strychnos madagascariensis
0,092
0,040
Espèces
Source : BIODEV, 2013
-
Structure horizontale
o
Répartition suivant les classes des hauteurs
La figure suivante indique que les individus ayant une hauteur comprise entre 10 à 12m sont
les plus abondants. Viennent ensuite ceux qui se trouvent entre 6 à 8m. Les individus ayant
moins de 4m da hauteur sont moins représentés. En outre, des grands arbres atteignant une
hauteur de plus de 14m sont également remarqués.
75
60
50
50
39
Effectif
40
35
33
27
30
20
Individus
8
10
4
4
1
0
Classe des hauteurs
Figure 32 : Diagramme de la répartition des individus recensés dans la forêt littorale de
Morafeno Kingana par classe de hauteur
L’allure irrégulière de l’histogramme montre l’existence de perturbations suivant les hauteurs
des arbres dans la forêt littorale de Morafeno.
o
Répartition suivant les classes de diamètre
La plupart des arbres sont répartis dans les classes de 10 à 15 cm et 20 à 25 cm de
diamètre avec respectivement 53 et 40 individus. Par rapport à la forêt dense sèche, la forêt
littorale est plus riche en grands arbres ayant un diamètre supérieur à 40 cm.
L’histogramme représenté par la figure suivante montre une allure irrégulière indiquant des
perturbations de la forêt. En effet, la formation littorale à Kingany a été sujette à une
exploitation antérieurement.
60
53
40
40
24
30
16
10
10
[30-35[
20
26
22
[25-30[
Effectif
50
Individus
10
[ +40 [
[20-25[
[15-20[
[10-15[
[5-10[
[0-5[
0
classe de diamètre
Figure 33 : Diagramme de la répartition des individus par classe de diamètre dans la forêt
littorale de Morafeno Kingana
76
-
Structure verticale
C’est une formation pluristratifiée avec une voute plus ou moins fermée. La figure ci-dessous
ci
montre 3 strates bien distinctes :
o
o
o
La strate
te inférieure de hauteur variant entre 0 à 2m est constituée
principalement par des espèces régénérées. Cette strate est constituée par
les individus de Cinnamosma fragrans, Strychnos decussata,
decussata et Acuminata
urera.
La strate moyenne est composée par
pa des arbres
rbres ayant une hauteur variant
entre 4 à 8m. Elle est constituée essentiellement par Diospyros ferrea,
Commiphora arofy,
arofy Diospyros cupelifera
La strate supérieure d’une hauteur variant entre 8 à 12m est constituée par
des gros arbres tels que Strychnos madagascariensis,
dagascariensis, Strychnos decussata,
et Baudouinia fluggeiformis
]10-12]
Hauteur (m)
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
RECOUVREMENT (%)
Figure 34 : Diagramme de recouvrement de la forêt littorale de Morafeno Kingana
c) Savanes de Morafeno Kingana
-
Composition floristique
Les relevés effectués dans la
a formation
formatio savanicole de Morafeno font état de 12 espèces
réparties dans 9 genres et 7 familles. La savane de Morafeno est caractérisée par les
l genres
Aristida et Bismarckia.. D’autres espèces ligneuses se trouvent associées à ces plantes dont
Anacardium occidentale, Strychnos madagascariensis, Boscia plantefolia.
plantefolia Les principales
espèces recensées dans la formation savanicole de Morafeno Kingana sont les suivantes
avec leurs taux de recouvrement respectifs.
Tableau 21 : Principales
Principales espèces des savanes de Morafeno Kingana
Nom vernaculaire
Recouvrement
(%)
Aristida spp
45
Cynodon dactylon
10
77
Recouvrement
(%)
Nom vernaculaire
Hyparrhenia rufa
5
Bismarckia nobilis
25
Anacardium occidentale
7
Boscia plantefolia
3
Phylla nodiflora
1
Source : BIODEV, 2013
-
Caractéristiques
téristiques physionomiques
Les savanes de Morafeno Kingana est une formation très claire.
claire La
a fréquence des arbres et
arbustes reste faible. D’après la figure ci-dessous,
ci dessous, elles présentent 3 strates. :
o
Strate inférieure regroupant les individus de 0 à 2m de hauteur.
hauteur Cette strate
est essentiellement caractérisée par les espèces herbacées telles que
Aristida rufescens, Aristida congesta, Aristida barbicolis, Cynodon dactylon,
Hyparrhenia rufa et des individus régénérés de Bismarckia nobilis.
nobilis Les
espèces classées dans cette strate recouvrent plus de 50% de la surface de
relevé.
o
Strate moyenne de 2 à 6m de hauteur. Elle est constituée principalement par
des arbustes tels que Anacardium occidentale, Boscia plantefolia et couvre en
moyenne 25% de la surface de relevé.
o
Strate supérieure regroupant les individus atteignant plus de 6m. Elle est
composée essentiellement par les individus de Bismarckia nobilis.
nobilis
Hauterur (m)
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
RECOUVREMENT (%)
Figure 35 : Diagramme de recouvrement des savanes de Morafeno Kingana
78
d) Marécages de Morafeno Kingana
Ayant une vaste superficie, les marécages de Morafeno Kingana se trouvent à la limite de la
forêt dense sèche.
-
Composition floristique
On y a trouvé 9 espèces réparties dans 9 genres et 7 familles. Raphia farinifera
farinifera, Fougères,
Anacardium sont les espèces les plus représentées.
représentées Le tableau suivant indique la
composition floristique des marécages de Morafeno Kingana.
Tableau 22 : Composition floristique des marécages de Morafeno Kingana
Noms scientifiques
Recouvrement
(%)
Raphia farinifera
75
Pandanus dauphinensis
15
Anacardium occidentale
21
Capparis chrysomeia
2
Cyperus aequalis
4
Cyperus articulatus
4
Source : BIODEV, 2013
-
Caractéristiques physionomiques
La formation marécageuse de Morafeno Kingana présente trois strates bien evidentes. La
strate inférieure de hauteur variant entre 0 à 2m est composée par les individus regénérés et
les espèces telles que Cyperus aequalis, Cyperus articulatus,
articulatus, les fougères. La strate
moyenne de 2 à 4m est trèss éparse. Elle est constituée en grande partie par Anacardium
occidentale.. La strate supérieure de 4 à 8m, avec des émergents atteignant 10m de hauteur
est moyennement dense, et composée en majorité par Raphia farinifera.
Hauteur (m)
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
20
40
60
80
100
RECOUVREMENT (%)
Figure 36 : Diagramme de recouvrement de la formation marécageuse à Morafeno Kingana
79
e) Mangroves
-
Composition floristique
Deux relevés floristiques ont été réalisés pour l’étude des mangroves de Morafeno Kingana.
Le premier a eu lieu au bord de la forêt dense sèche d’Antsira, tandis que le second s’est
déroulé sur le bord du fleuve de Kopasy.
Pour les mangroves d’Antsira, les inventaires font état de 7 espèces. On note la présence de
Xylocarpus granatum dans cette formation alors qu’elle n’a pas été recensée dans la surface
de relevé. Rhizophora micronata, Heritera litoralis et Avicennia marina sont les espèces les
plus dominantes dans cette formation.
Quant aux mangroves de Kopasy, 7 espèces ont été recensées. Cette formation est
caractérisée par Heritera litoralis, Avicennia marina et Rhizophora micronat.
Tableau 23 : Composition floristique des mangroves de Morafeno Kingana
Antsira
Kopasy
Dominance
(%)
Abondance
(%)
Avicennia marina
0.266
0,040
0,866
0,144
Ceriops tagal
0,099
0,172
0,448
0,328
Lumnitzera racemosa
0,118
0,137
0,175
0,072
Bruguiera gymnorhiza
0,301
0,104
0,079
0,022
Rhizophora micronata
0,850
0,393
0,747
0,247
Xylocarpus granatum
-
-
0,092
0,027
Heritera litoralis
0,357
0,124
0,867
0,157
Sonneratia alba
0,133
0,032
-
-
Espèces
Dominance Abondance
(%)
(%)
Source : BIODEV, 2013
-
Structure horizontale
o
Répartition des individus selon la classe des hauteurs
Le tableau et la figure ci-dessous donnent un aperçu de la répartition des individus de la
formation marécageuse par classe de hauteur dans les 2 sites de relevés.
Tableau 24 : Répartition des individus par classe de hauteur dans les mangroves de Morafeno
Kingana
Classe des hauteurs
(m)
Antsira
Kopasy
[0-2[
24
4
[2-4[
62
40
[4-6[
28
13
[6-8[
10
8
80
Classe des hauteurs
(m)
Antsira
Kopasy
[8-10[
10
10
[10-12[
27
24
[12-14[
39
38
[14-16[
23
33
[ +16[
26
52
Source : BIODEV, 2013
120
102
100
Effectif
78
77
80
60
56
51
41
40
28
18
20
Individus
20
0
Classe des hauteurs
Figure 37 : Diagramme de la répartition des individus recensés dans les mangroves de Morafeno
Kingana par classe de hauteur
Toutes les classes de hauteur sont représentées. Par rapport aux autres classes, on peut
dire que la classe de 2 à 4m renferme la majorité des individus de mangroves dans le site
Morafeno Kingana. L’allure irrégulière de l’histogramme indique une perturbation structurale
suivant la hauteur.
o
Répartition des individus selon la classe des diamètres
Dans son ensemble, on note l’importance des individus jeunes ayant un diamètre inférieur à
5cm dans le site Morafeno Kingany. Ceci montre que la régénération est importante. Par
ailleurs, le recul des tannes notamment à Kopasy favorise le bon développement des
individus de mangroves. D’après l’allure générale de l’histogramme, on note une faible
perturbation structurale selon les diamètres.
Tableau 25 : Répartition des individus par classe de diamètre dans les mangroves de Morafeno
Kingana
Classe de diamètre
Antsira
Kopasy
[0-5[
230
64
[5-10[
5
108
[10-15[
0
21
81
Classe de diamètre
Antsira
Kopasy
[15-20[
9
14
[20-25[
5
15
Source : BIODEV, 2013
350
300
294
Effectif
250
200
150
113
Individus
100
50
21
23
20
[10-15[
[15-20[
[20-25[
0
[0-5[
[5-10[
Classe de diamètre
Figure 38 : Diagramme de la répartition des individus recensés dans les mangroves de Morafeno
Kingana par classe de diamètre
-
Structure verticale
Les mangroves de Morafeno Kingany sont composées par 3 strates :
-
Une strate inférieure de 0 à 2m qui est caractérisée par les individus jeunes et ayant
un taux de couverture égal à 69%.
-
Une strate moyenne regroupant les individus ayant une hauteur allant de 2 à 6 m et
un taux de couverture de l’ordre de 39%
-
Avec un taux de recouvrement de 24,66%, la strate supérieure est composée par les
individus atteignant une hauteur comprise entre 6 à 12m de hauteur.
82
Hauteur (m)
]12--14]
]10--12]
]8--10]
]6
]6-8]
]4
]4-6]
]2
]2-4]
]0
]0-2]
0
20
40
60
80
Recouvrement (%)
Figure 39 : Diagramme de recouvrement des mangroves à Morafeno Kingana
Les jeunes plants à hauteur ne dépassant pas 2 m occupent toujours plus de 60% de la
couverture végétale. Dans tous les milieux, des individus à hauteur comprise entre 4 à 6m
6
couvrent en moyenne plus de 37 % de la surface.
Figure 40 : Mangroves de Morafeno Kingana
5.2.5. Site
e d’Ampitsopitsoka
a) Forêts denses sèches
-
Composition floristique
La forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka compte 39 espèces réparties dans 34 genres et 26
Familles. Parmi les espèces inventoriées, la famille des FABACEAE est la plus représentée
(4 espèces).
). Viennent ensuite les familles de BRASSICACEAE (3 espèces) et celles des
EUPHORBIACEAE, COMBRETACEAE, MYRTACEAE, OCHNACEAE, et RUTACEAE avec
2 espèces chacune.
Au niveau genre, Dalbergia (FABACEAE), Diporidiuim (OCHNACEAE), Eugenia
(MYRTACEAE),
Rhopalocarpus
Rhopalocarpus
(RHOPALOCARPACEAE),
et
Terminalia
(COMBRETACEAE) sont les plus importants avec 2 espèces recensées pour chacun.
83
L’abondance et la dominance relative des espèces indiquent que cette formation forestière
est caractérisée par Grevea lavanalensis(MALVACEAE), Strychnos madagascariensis
(LOGANIACEAE) et Ziziphus jujuba (RHAMNACEAE)
Tableau 26 : Liste des principales espèces caractéristique de la forêt dense sèche à
Ampitsopitsoka
Espèce
Grevealavanalensis
Strychnos madagascariensis
Ziziphusjujuba
Anacardium occidentale
Brideliapervilleana
Noroniaboinensis
Ravenala madagascariensis
Terminaliaboivinii
Allophylluscobbe
Dalbergia greveana
Doratoxylonpervillei
Securinegasp.
-
Dominance Abondance
relative
relative
0,13
0,18
0,09
0,12
0,08
0,11
0,06
0,09
0,04
0,05
0,04
0,05
0,04
0,05
0,04
0,05
0,03
0,04
0,03
0,04
0,03
0,04
0,03
0,04
Structure horizontale
•
Répartition par classe de hauteur
Selon la figure ci-après, la classe de hauteur [6-8m [ est la plus abondante avec 30 individus
recensés. Elle est suivi par la classe [10-12m [ (25 individus) et celle comprise entre 4 et 6m
(22 individus). Par contre, les classes de diamètre [2 – 4 m[ et [14 – 16m[ sont les moins
peuplées avec respectivement 3 et 6 individus.
L’allure générale de cet histogramme montre une distribution hétérogène des arbres suivant
la classe de hauteur. Ceci indique que la forêt présente une perturbation structurale suivant
la hauteur.
84
30
30
25
22
25
19
Effectif
20
15
11
11
10
6
3
5
0
[0-2[
[2-4[
[4-6[
[6-8[
[8-10[
[10-12[ [12-14[ [14--16[
Classe hauteur
Figure 41 : Histogramme de distribution
distribution de différentes classes de hauteur des individus recensés
dans la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka
•
Répartition par classe de diamètre
D’après le tableau suivant, la classe de diamètre [10–15cm[
[10
renferme le plus grand nombre
d’arbres. Il est aussi remarqué
emarqué que les individus ayant un DHP inférieur à 10 cm sont moins
nombreux, elle ne représente que 30% des individus recensés dans cette zone.
Tableau 27 : Répartition des individus dans la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka suivant
s
la
classe de diamètre
Classe
dhp
Effectif
[0-5[
[5-10[
[10-15[
15[
[15-20[
[20-25[
[25-30[
[30-35[
[35--40[
17
21
47
27
7
3
2
1
Total
général
2
127
[ +40 [
Par contre, en observant l’allure de l’histogramme suivant qui dresse la distribution des
différentes
érentes classes de diamètre des individus recensés, on aperçoit un semblant d’équilibre
de la population végétale de la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka.
d’Ampitsopitsoka
85
Effectif
47
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
27
7
3
2
2
1
[10-15[ [15-20[ [20-25[ [25-30[ [30-35[ [35-40[
[ +40 [
Classe Dhp
Figure 42 : Histogramme de distribution de différentes classes de diamètre
diamèt des individus
recensés dans la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka
-
Structure verticale
L’analyse du profil écologique et de la couverture de la voute forestière de la forêt dense
sèche à Ampitsopitsoka fait apparaître un milieu « ouvert », avec un taux
ux de recouvrement
global, toutes strates confondues de l’ordre de 35%.
L’histogramme ci-après
après montre clairement l’existence de trois strates :
•
•
•
Strate inférieure avec une hauteur maximale de 4 m,
Strate moyenne comprise entre 4 m et 10m
Strate supérieur
ur regroupant les individus supérieurs à 10 m de haut
Hauteur (m)
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
RECOUVREMENT (%)
Figure 43 : Diagramme de recouvrement de la forêt dense sèche d’Ampitsopitsoka
Ce graphe montre une dominance de la strate moyenne avec un taux de recouvrement de
l’ordre de 41%, viennent ensuite la strate inférieure (38%) et la strate supérieure
supérieur qui ne
couvre que 28% des surfaces de relevé.
86
b) Mangrove
-
Composition floristique globale
Huit espèces ont été inventoriées dans la mangrove d’Ampitsopitsoka. Ces espèces sont
réparties dans 5 familles et 8 genres. Cette formation végétale est représentée surtout par la
famille des RHIZOPHORACEAE avec 4 espèces.
Selon le tableau suivant, cette formation végétale est caractérisée essentiellement par
Rhizophora mucronata (RHIZOPHORACEAE), Avicennia marina (AVICENNIACEAE)et
Ceriops tagal (RHIZOPHORACEAE).
Tableau 28 : Les espèces recensées dans la mangrove d’Ampitsopitsoka par ordre d’importance
Abondance Dominance
relative
relative
Espèces
-
Rhizophora mucronata
0,24
0,31
Avicennia marina
0,16
0,23
Ceriops tagal
0,24
0,09
Heritieralittoralis
0,12
0,17
Xylocarpusgranatum
0,07
0,09
Sonneratia alba
0,07
0,06
Lumnitzeraracemosa
0,06
0,03
Bruguieragymnorhiza
0,04
0,01
Structure horizontale
•
Distribution suivant la classe des hauteurs
D’après le tableau ci-après, les 3 relevés réalisés dans la mangrove ont permis de
dénombrer 994 individus toutes espèces confondues, soit une densité de 3223 individus par
hectare.
Tableau 29 : Répartition des individus dans la mangrove d’Ampitsopitsoka suivant la classe de
hauteur
Classe
Hauteur
S4 M R2
S4 M R3
S4 M R4
Total
général
[0-2[
50
5
69
[2-4[
51
14
69
15
135
[4-6[
19
12
16
47
[6-8[
24
62
11
97
[8-10[
63
35
11
109
[10-12[
26
19
22
67
[12-14[
23
27
27
77
[14-16[
36
49
41
126
[+16[
Total
général
163
37
77
277
455
314
225
994
87
Parmi ces individus, 227 ont une hauteur supérieure à 16m,
16 , soit environ 23% de l’ensemble
des individus inventoriés. Par contre, Les arbres de taille moyenne
ne entre 4 m et 6m de haut
sont très rares et ne représentent que 4,78% des individus recensés.
recensés
L’histogramme suivant montre clairement une distribution inégale des arbres suivant la
classe de hauteur. On note par exemple un très faible effectif des arbres
arbre appartenant à la
classe [4-6m
6m [ par rapport aux autres classes de hauteur.
hauteur
277
300
250
Effectif
200
135
150
97
100
126
109
69
77
67
47
50
0
[0-2[
[2
[2-4[
[4-6[
[6-8[
[8-10[
[10-12[
[12-14[ [14-16[
[ +16[
Classe hauteur
Figure 44 : Histogramme de distribution de différentes classes de hauteur des individus recensés
dans la mangrove d’Ampitsopitsoka
•
Distribution suivant la classe de diamètre
En ce qui concerne la classe de diamètre, le tableau suivant met également en évidence la
diminution de l’effectif des arbres quand ils gagnent en diamètre. En effet, une très grande
partie des individus recensés dans la mangrove se trouve dans la classe de diamètre
inférieure à 5cm, soit environ 57,64% de l’ensemble des individus dénombrés, alors que les
arbres ayant un DHP entre 20 et 25 cm ne comptent que 59 individus , soit un taux de
5,93%.
Tableau 30 : Répartition des arbres suivant la classe de diamètre dans la mangrove
d’Ampitsopitsoka
Classe
Dhp
Total
général
S4 M R2
S4 M R3
S4 M R4
[0-5[
224
189
160
573
[5-10[
130
108
20
258
[10-15[
29
6
35
[15-20[
39
10
20
69
[20-25[
Total
générall
33
7
19
59
455
314
225
994
88
L’histogramme ci-dessous
dessous qui donne la répartition des individus ayant un dhp supérieur à
10cm montre une allure en "J inversé" caractéristique des forêts légèrement perturbées,
perturbée
avec ou sans coupe sélective.
573
600
500
Effectif
400
258
300
200
69
35
100
59
0
[0-5[
5[
[5-10[
[10-15[
[15-20[
[20-25[
Classe Dhp
Figure 45 : Histogramme de distribution de différentes classes de diamètre des individus
recensés dans la mangrove d’Ampitsopitsoka
-
Structure verticale
Hauteur (m)
La méthode de Gautier a permis de dresser
dresser le profil structural de cette formation forestière
comme affiché dans la figure ci-après.
ci
]14 ...
]12-14]
]10-12]
]8-10]
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
Recouvrement (%)
Figure 46 : Diagramme de recouvrement de la mangrove d’Ampitsopitsoka
Cet histogramme démontre une forte discontinuité de la canopée de la mangrove. Cette
ouverture se reflète dans la structure de la strate moyenne qui est très fourni, avec un taux
de recouvrement atteignant 60% alors que les strates supérieures
supérieur
sont discontinues,
89
mentionnant un taux de recouvrement allant de 38 à 50%. Cette formation végétale présente
des individus émergents pouvant aller au-delà de 16m de hauteur mais très éparses. En
effet, l’ouverture de la strate supérieure laisse passer une certaine quantité de lumière,
favorisant le développement de la strate inférieure.
Ainsi, on peut distinguer les 3 strates suivantes au niveau de la mangrove d’Ampitsopitsoka :
-
Strate 1 de 0 à 4 m de hauteur : elle est assez ouverte avec un taux de recouvrement
estimé à 49%. Cette strate renferme généralement tous les jeunes individus des
strates supérieures.
-
Strate 2 ou strate moyenne de 4 à 10 m : elle est assez fournie avec un
recouvrement de l’ordre de 60%.
-
Strate 3 ou strate supérieure de 6 à 14 m : non seulement elle est discontinue mais
présente également un taux de recouvrement assez bas de l’ordre de 42%. Elle
renferme les individus matures des différentes strates.
-
les émergents de 14 m et plus : très éparse, elle est constituée par très peu
d’espèces mais des individus de très grande taille. Les individus pouvant atteindre
cette hauteur est très fréquente dans le Noyau dure (S4 M R2).
c) Formation savanicole
-
Composition floristique
L’inventaire de la savane d’Ampitsopitsoka a permis de recenser 17 espèces réparties dans
16 genres et 11 familles. Comme dans toutes les formations savanicoles, la famille des
POACEAE est la plus représentée avec 3 espèces. Alors qu’au niveau genre, Dyospyros
(EBENACEAE) est le plus fréquent.
Le tableau montrant le recouvrement des différentes espèces ci-dessous prouve que Aristida
sp (POACEAE) et Bismarckia nobilis (ARECACEAE) sont les espèces les plus dominantes
avec un recouvrement globale respectivement de 53% et 45%. Viennent ensuite les espèces
associées telles que Cynodonsp (POAEAE), Boscia plantefolia (BRASSICACEAE) qui
couvrent 8% de la surface de relevé.
Tableau 31 : Liste des espèces dominantes dans la formation savanicole d’Ampanasina
Recouvrement
(%)
Aristida
57
Bismarckianobilis
18
Cynodon
8
Bosciaplantefolia
8
Strychnos madagascariensis
7
Hyparhenhia
6
Anacardium occidentale
6
Baudouiniafluggeiformis
6
Espèce
90
-
Caractéristiques physionomiques
physionomique
L’analyse de la structure verticale de cette formation végétale montre que la savane à
Aristida et à Bismarkia d’Ampitsopitsoka
itsopitsoka est une formation relativement fermée.
fermé
L’histogramme révèle la présence de 3 strates
s
bien distinctes :
La strate inférieure, de 0 à 2 m de haut, elle est la plus dense avec un taux de
couverture égale à 57%. Cette strate est composée en grande partie par les plantes
herbacées comme les POACEAE qui sont représentées
représentée par Aristida sp.
•
Strate moyenne regroupant les individus ayant une hauteur maximale comprise entre
2m et 4m. Elle est assez éparse et ne couvre que 18% de la surface de relevé. Cette
strate regroupe les arbres de taille moyenne comme Uncarina decaryi
(PEDALIACEAE) et des individus jeunes de Bismarckia nobilis (ARECACEAE)
•
Strate supérieure de 4 à plus de 8m de haut, c’est une strate très éparse ne couvrant
couvr
que 8% de la surface de relevé. Cette strate est constituée essentiellement par
Bismarckia nobilis (ARECACEAE).
Hauteur (m)
•
]6-8]
]4-6]
]2-4]
]0-2]
0
10
20
30
40
50
60
RECOUVREMENT (%)
Figure 47 : Taux de recouvrement de la savane d’Ampitsopitsoka
5.2.6. Potentialités en bois
La potentialité en bois est déduit à partir de la surface terrière et du biovolume de la station.
Cela permet de ressortir
rtir l’espace occupé par les arbres ainsi que la productivité en bois du
site.
Tableau 32 : Potentialités en bois dans le Complexe Mahavavy Kinkony
Site
S1 FDS
S1 G
S2 FDS
S2 G
S3 FL
S3 FDS
S3 M
S4 FDS
S4 M
Surface terrière (Gi)
7,592
44,442
231,807
2,257
1,322
0,640
5,401
0,718
12,561
Biovolume (V)
97,636
2,600
2575,463 28,991
15,971
5,527
28,734
6,620
69,753
Source : BIODEV, 2013
Ce tableau montre que la surface terrière est très différente suivant less sites et les types
d’écosystèmes. Ceci est sûrement
sûremen dû à la richesse et à la composition floristiques
floristique ainsi qu’à
la différence des conditions climatiques qui influent sur la morphologie de chaque espèce.
91
Le site 2 est le plus riche en matière de surface terrière et de biovolume.
5.2.7. Comparaison des résultats obtenus avec les autres études antérieures dans
le CMK
Toutes les données et informations disponibles durant les travaux entrepris antérieurement
dans la NAP CMK doivent être intégrées dans cette situation de référence. En effet,
plusieurs recherches et études ont été déjà menées dans le Complexe Mahavavy Kinkony
depuis quelques années dont ci-après quelques publications officielles concernant la flore.
L’étude d’impact environnemental et social relative à la création de la NAP CMK a
répertoriée 147 espèces floristiques au niveau des écosystèmes terrestres.
D’après la Monographie Environnementale et Forestière de la Région BOENY, plusieurs
types de formations caractérisent la NAP du CMK, à savoir : les forets denses sèches, les
différentes formations à Bismarckia nobilis, les savanes et les formations à Mokonazy.
Le plan d’aménagement et de gestion complexe zones humides Mahavavy-Kinkony
parle aussi des caractéristiques globales de la zone. D’après ce plan d’aménagement, 25%
de la superficie totale de la NAP est occupée par la forêt dense sèche.
Le Plan d’affaire pour la nouvelle aire protégée du CMK mentionne la présence de 121
espèces réparties sur 96 genres et 90 familles dans l’écosystème terrestre du Complexe
Mahavavy-Kinkony. Ce dernier est caractérisé par une multitude d’écosystèmes
interdépendants. Quatre principaux écosystèmes dans le Complexe Zone Humide
Mahavavy-Kinkony ont été identifiés, à savoir l’écosystème lacustre et fluvial, maritime et
côtier, forestier et celui de la mangrove.
Pour ce qui est du Suivi écologique de la flore aquatique dans le CMK, activité périodique
effectuée par le gestionnaire de la NAP, au total 59 espèces de plantes aquatiques et semiaquatiques (angiospermes) et une espèce d’algue Chara braunii (Characeae) sont
recensées dans le complexe Mahavavy Kinkony.
5.3.
MICROMAMMIFERES
5.3.1. Courbe cumulative des espèces
L’effort d’échantillonnage dans chaque site peut être représenté par une courbe cumulative
des espèces. Cette courbe est obtenue en additionnant le nombre d’espèces nouvellement
observées tout au long des jours d’échantillonnage. L’allure des courbes montre que le
plateau est atteint dans tous les sites, ce qui signifie
que le nombre de jours
d’échantillonnage est largement suffisant pour inventorier les micromammifères du CMK.
92
nombre d'espèce
2
1
0
0
33
66
99
132
nuits-pièges
site 1
165
198
site 2
nombre d'espèce
2
1
0
0
80
160
site 1
240
320
nuits-pièges
site 2
site 3
400
480
site 4
Figure 48 : Courbes cumulatives des espèces de petits mammifères inventoriés
a) Afrosoricida, b) Rongeurs.
5.3.2. Richesse spécifique
Trois (03) espèces de Micromammifères ont été recensées au cours de cette expédition
dans le CMK dont 2 espèces d’Afrosoricida (Tenrecidae) et une espèce de Rongeur allogène
(Muridae). Aucune espèce de Microgale spp. (Oryzorictinae) pour les Afrosoricida, ni de
Rodentia (Nesomyidae) n’a été repertoriée. Les 3 espèces sont présentes dans les quatre
sites étudiés.
Tableau 33 : Liste des espèces de petits mammifères non-volants présents
Espèces
Site 1
Site 2
Site 3
Site 4
Setifer setosus
+
+
+
+
Tenrec ecaudatus
+
+
+
+
Afrosoricida
Muridae
93
Espèces
Site 1
Site 2
Site 3
+
+
+
+
1
1
1
1
Nombre total d’espèces de
petits mammifères endémiques
2
2
2
2
Nombre total d’espèce de petits
mammifères
3
3
3
3
Rattus rattus*
Nombre total
Rongeurs
d’espèces
de
Site 4
Source : BIODEV, 2013
*espèce allogène
Aucune différence n’est observée entre les sites en ce qui concerne la composition
spécifique. On note l’absence de la sous-famille des Oryzorictinae (Microgale spp.) qui
pourrait s’expliquer par le fait d’une part que l’inventaire s’est déroulé en pleine saison
sèche, et d’autre part par l’état de dégradation avancé de la forêt. Certaines espèces
pourraient également être très discrètes ou rares rendant ainsi leur recensement très difficile.
L’inventaire mené en 2006 a déjà prouvé la présence d’une espèce de la famille de
Soricidae (Suncus murinus) dans ce complexe Mahavavy-Kinkony. Bien qu’ayant une
distribution large (Goodman et al., 2003), cette espèce introduite n’a été ni capturée ni
observée au cours de cette investigation.
Tenrec ecaudatus est connue de la région mais absente également durant cette session
d’inventaire à cause surtout de la saison étant donné qu’elle est encore en état de torpeur
hivernale qui commence généralement au mois d’avril jusqu’en octobre (Soarimalala, 2011).
De plus, T. ecaudatus continue d’être chassée par la population locale pour sa chair comme
complément alimentaire.
Setifer setosus a été recensé dans tous les sites. Cette espèce fréquente tous les habitats
forestiers existants sur l’île. Elle est assez commune dans les savanes anthropogéniques
(Soarimalala, 2011). En effet, elle a été observée près des habitations plutôt qu’à l’intérieur
de la forêt
5.3.3. Abondance relative des petits mammifères
Les tableaux suivants résument les résultats de capture des petits mammifères dans les
différents sites explorés. Une seule espèce appartenant à la famille des Tenrecidae a été
obtenue dans les lignes des trous-pièges. Le site 1 montre un taux de capture le plus élevé.
Aucun rongeur n’a été inventorié avec ces trous-pièges.
Tableau 34 : Résultats de capture des petits mammifères non-volants des lignes de trous-pièges
Sites
Site 1
Site 2
Site 3
Site 4
Ligne de piège
L1
L2
L3
L1
L2
L3
L1
L2
L3
L1
L2
Nombre de trous-pièges
66
66
66
66
66
66
66
66
66
66
66
1
1
-
-
1
-
1
-
-
1
-
d’espèces 1
1
-
-
1
-
1
-
-
1
-
L3
66
Afrosoricida
Setifer setosus
Nombre
-
94
Sites
Site 1
Site 2
Site 3
Site 4
Ligne de piège
L1
L2
L3
L1
L2
L3
L1
L2
L3
L1
L2
Nombre de trous-pièges
66
66
66
66
66
66
66
66
66
66
66
Nombre
d’individus
1
d’Afrosoricida capturés
1
-
-
1
-
-
-
-
1
-
Nombre total
capturés
2
1
1
1
1
0,5
0,5
0,5
L3
66
d’Afrosoricida
d’individus
Taux de capture (%)
-
Source : BIODEV, 2013
Pour les pièges standards, le deuxième site donne le taux de capture le plus élevé (1,4%)
contre seulement 0,6% pour le quatrième site, comme l’indique le tableau suivant. Seule
l’espèce introduite Rattus rattus a pu être capturée à l’aide de ce type de piège.
Tableau 35 : Résultats de capture dans les pièges Sherman
Site
Nombre de nuits-pièges
Site 1
Site 2
Site 3
Site4
480
480
480
480
6
7
6
3
6
7
6
3
1,2
1,4
1,2
0,6
Muridae
Rattus rattus*
Nombre
rongeurs
total
d’individus
Taux de capture (%)
de
Source : BIODEV, 2013
L’espèce introduite Rattus rattus a une grande facilité d’adaptation dans plusieurs types
d’habitats existants à Madagascar (Carleton et al., 2000 ; Soarimalala, 2011). Pratiquement,
la plupart de la végétation naturelle de l’île a été défrichée ou modifiée par des activités
anthropiques. Ces habitats sont souvent envahis par une proportion importante de ce
rongeur introduit. Ce fait pourrait être directement lié aux activités humaines dans les forêts
dont l’accès est généralement plus aisé et qui sont davantage soumises aux pressions de
dégradation. Selon les études de Lehtonen et al. (2001), R. rattus préfère largement les
habitats dégradés et ouverts. Cela expliquerait leur abondance relative assez élevée.
5.3.4. Comparaison avec les résultats des études antérieures
Suncus murinus a été l’unique espèce de Micromammifères recensée durant l’inventaire
mené en 2006 dans ce Complexe Mahavavy-Kinkony mais qui a été absente au cours de
cette étude.
95
5.4.
OISEAUX
5.4.1. Richesse spécifique globale
Au total, 116 espèces aviaires ont été inventoriées durant cette prospection. Cette richesse
spécifique inclut toute la communauté aviaire du Complexe Mahavavy-Kinkony sans
distinction d’écosystèmes ni d’habitats. Cette avifaune est assez importante aussi bien
quantitativement que qualitativement. En effet, près de la moitié sont endémiques soit à
Madagascar (34 espèces) soit à la région des îles Mascareignes (23 espèces). Outre le taux
d’endémicité spécifique, quatre groupes parmi les sept qui sont endémiques de Madagascar
et des îles voisines à savoir la sous-famille des Couinae regroupant les Couas, la famille des
Leptosomidae, la famille des Bernieridae et celle des Vangidae, sont représentés dans le
Complexe.
5.4.2. Les oiseaux forestiers
5.4.2.1.
Effort d’échantillonnage
Les courbes cumulatives des espèces terrestres recensées sont établies afin de mesurer si
les efforts de recensement ont été suffisants ou non.
60
Nombre d'espèces
50
40
30
20
10
0
0
1
2
3
4
5
Jour de recensement
Makary
Analamanitra
Figure 49 : Courbes cumulatives des espèces d’oiseaux forestières inventoriées dans les quatre
sites
Ces courbes montrent une phase ascendante durant les deux premiers jours d’inventaire
correspondant à l’établissement de la richesse spécifique des différents sites étudiés.
L’obtention des plateaux à partir du troisième jour de prospection signifie que la majorité
des espèces ont été inventoriées. Les cinq jours d’inventaire ont ainsi permis de relever
presque toutes les espèces aviaires des sites visités incluant tous les types d’habitats à
savoir la forêt sèche caducifoliée, la forêt galerie, les mangroves et les savanes.
5.4.2.2.
Richesse spécifique
Soixante et une (61) espèces terrestres ont été recensées durant cette étude. Parmi
lesquelles, seule Lophotibis cristata présente un statut de conservation de l’UICN (Presque
96
menacée). Plus de 80% de ces espèces sont endémiques dont 29 espèces propres à
Madagascar et 14 communes avec les îles voisines et enfin trois espèces sont introduites
et deux autres sont des espèces migratrices.
3%
10%
5%
48%
34%
Endémique malgache
Endémique des iles de l'ocean Indien
Introduites
Migratrices
Figure 50 : Taux d'endémicité des espèces d’oiseaux terrestres recensées
Suivant le type d’habitat auquel chaque espèce est adaptée, les oiseaux terrestres peuvent
être subdivisés en deux grandes catégories. D’un côté, les espèces qui dépendent
essentiellement de la forêt rassemblent 62% des espèces inventoriées (soit 38 espèces).
De l’autre côté, celles inféodées aux milieux ouverts comptent 20 espèces, ce qui constitue
33% de la communauté aviaire du CMK.
5%
33%
62%
sp forestiéres
Figure 51 : Regroupement des espèces d’oiseaux terrestres inventoriés suivant le type d’habitats
5.4.2.3.
Résultats observés au niveau de chaque site
97
a) Tsiombikibo
Le complexe forestier de Tsiombikibo est riche de 47 espèces dont 22 endémiques de
Madagascar et 16 endémiques de la région. C’est le seul site où l’espèce Lophotibis cristata
a été observée.
2%
7%
12%
38%
19%
22%
R
O
AF
F
C
A
Figure 52 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensées à Tsiombikibo
R : espèces rares, O : espèces occasionnelles, AF : espèces assez fréquentes, F : espèces
fréquentes, C : espèces communes et A : espèces abondantes
Concernant l’abondance des espèces, seule Neomixis tenella est classée comme
abondante. La majorité des espèces observées dans ce site font partie de la classe
d’abondance faible (60% des espèces). Les espèces rares ou occasionnelles regroupent
celles qui ont été rencontrées à moins de 10 reprises comme Lophotibis cristata, et quelques
rapaces telles que Accipiter francesi et Falco zoniventris.
b) Makary
Ce site affiche la plus grande richesse spécifique en oiseaux terrestres, soit 49 espèces
recensées. Parmi lesquelles, 22 sont endémiques de Madagascar et 12 autres ne se
rencontrent que dans la région de l’Océan Indien.
98
0%
8%
12%
30%
25%
25%
R
O
AF
Figure 53 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensées à Makary
R : espèces rares, O : espèces occasionnelles, AF : espèces assez fréquentes, F : espèces
fréquentes, C : espèces communes et A : espèces abondantes
Du point de vue abondance, comme à Tsiombikibo, la majorité des espèces se regroupe
dans la catégorie de faible abondance. Aucune espèce n’est classée comme étant
abondante et les espèces fréquentes et communes comme Hypsipetes madagascariensis,
Nectarinia souimanga, Neomixis tenella et Dicrurus forficatus ne constituent que 20% de la
faune aviaire du site.
c) Morafeno Kingany
Pour ce site, la richesse spécifique s’élève également à 47 espèces dont 23 espèces
endémiques nationales et 15 espèces endémiques régionales.
2% 0%
9%
30%
27%
32%
R
O
AF
Figure 54 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensés à Morafeno
Kingany
R : espèces rares, O : espèces occasionnelles, AF : espèces assez fréquentes, F : espèces
fréquentes, C : espèces communes et A : espèces abondantes
Le taux de rencontre avec la plupart des espèces inventoriées demeure faible. La majorité
d’entre elles appartiennent aux catégories des espèces occasionnelles et rares telles que
99
Falco zoniventris et Vanga curvirostris. Aucune espèce ne peut être considérée comme
abondante et seule Newtonia brunneicauda est commune au niveau de ce site.
d) Ampitsopitsoka
Ce site, qui est plutôt riche en mangrove qu’en milieu forestier, présente la plus faible
richesse spécifique parmi tous les sites inventoriés. En effet, seules 41 espèces terrestres y
ont été observées. Néanmoins, le taux d’endémicité reste toujours élevé puisque 16 espèces
(soit 39% environ) sont endémiques de Madagascar et 15 (soit 37%) sont restreintes dans la
Région de l’Océan Indien.
Du fait de la difficulté d’accès au niveau des mangroves, seules 20 listes ont pu être établies
pour l’estimation de l’abondance relative des espèces. Cependant, des observations directes
au niveau des systèmes forestiers avoisinants ont été entreprises afin de compléter les
données sur la richesse spécifique du site.
La majorité des espèces affichent toujours un faible taux de rencontre ne dépassant pas cinq
contacts et seules les espèces bruyant comme Nectarinia souimanga, Neomixis tenella et
Hypsipetes madagascariensis ont pu être enregistrées à plusieurs reprises et constituant
ainsi les espèces communes et fréquentes.
Des recherches actives, avec émission en play-back des cris, portant sur l’espèce
Xenopirostris damii ont été aussi menées, mais n’ont donné aucun résultat.
En revanche, une espèce appartenant à la famille endémique malgache des VANGIDAE,
Tylas eduardi, n’a été recensée qu’au niveau de ces mangroves.
0%
13%
8%
38%
15%
26%
R
O
AF
F
C
A
Figure 55 : Pourcentage de l'indice d'abondance des espèces d’oiseaux recensés à
Ampitsopitsoka
R : espèces rares, O : espèces occasionnelles, AF : espèces assez fréquentes, F : espèces
fréquentes, C : espèces communes et A : espèces abondantes
100
5.4.2.4.
Distribution des espèces suivant les différents types de milieu
a) La forêt sèche caducifoliée
Ce milieu représente l’un des plus importants écosystèmes de la NAP Complexe MahavavyKinony et constitue également la plus grande partie des milieux inventoriés. Ce type d’habitat
dispose d’une richesse spécifique élevée atteignant 56 espèces. Parmi lesquelles, 28 sont
endémiques de Madagascar et 19 endémiques régionales représentant successivement
50% et 34% de l’ensemble considéré.
b) La forêt galerie
Même si elle n’est pas très importante en termes de superficie, la forêt galerie a une
importance considérable pour la faune aviaire. En effet, ses particularités floristiques et
géographiques (formée surtout par des espèces floristiques à feuilles persistantes, et longe
les plans et cours d’eau, …) font qu’elle offre des conditions de vie beaucoup plus clémentes
par rapport à la forêt sèche caducifoliée.
Les inventaires menés dans les forêts d’Ankakisima et Anaboregny ont permis de relever la
présence d’un total de 39 espèces, avec respectivement 30 et 33 espèces pour les deux
sites. Vingt espèces sont endémiques de Madagascar et 12 autres endémiques régionales
représentant respectivement 51% et 31% de l’ensemble.
De façon générale, la majorité des espèces terrestres recensées dans les quatre sites
étudiés présentent un taux de rencontre rare ou occasionnelle. Les quelques espèces qui
font exception sont celles ayant une plus forte tolérance à la dégradation de l’habitat à savoir
Dicrurus forficatus, Hypsipetes madagascariensis, Nectarinia souimanga, Neomixis tenella et
Newtonia brunneicauda.
Les autres espèces, trop dépendant du milieu forestier, souffrent de la réduction progressive
de leur habitat ce qui se reflète au niveau de leur abondance.
Concernant les mangroves, ce milieu présente des habitats très spécifiques ce qui fait que
seules quelques espèces peuvent s’y développer. Néanmoins, ces espèces, du fait
seulement de leur endémicité, ont une importance considérable.
5.4.3. Les oiseaux aquatiques
Comme il a été déjà mentionné auparavant, les milieux aquatiques du CMK ont déjà fait
l’objet de nombreuses expéditions ornithologiques. Seuls deux sites ont été prospectés pour
compléter les données sur les oiseaux d’eau au cours de cette étude. Le milieu lacustre
dulçaquicole du système lacustre a été inventorié près du village de Makary tandis que les
milieux euryhalins et marins ont été étudiés à Ampitsopitsoka.
Au total, 1516 oiseaux ont été observés durant cette prospection. Ces spécimens sont
répartis sur 51 espèces et 15 familles. A Makary, lors du recensement mené sur le Lac
Kinkony, 414 individus appartenant à 34 espèces différentes et 12 familles ont été
dénombrés. Sur ces 34 espèces, 5 ne se rencontrent qu’à Madagascar et 2 autres sont
endémiques régionales. Au total 4 espèces, à savoir Ardea humbloti, Ardeolla idae,
Amaurornis olivieri et Charadrius thoracicus présentent un statut de conservation selon
UICN.
Les espèces les plus fréquemment observées sont Plegadis falcinellus et
Dendrocygna viduata comptant respectivement 152 et 109 individus. Pour l’espèce
Amaurornis olivieri qui constitue l’espèce la plus menacée du CMK, trois couples ont été
101
observées dont l’une d’entre elles avait à leur charge trois oisillons totalisant ainsi 9
individus.
Concernant le milieu marin et dulçaquicole, 1102 individus ont été dénombrés à
Ampitsopitsoka, répartis sur 32 espèces appartenant à 10 familles différentes. Trois espèces
sont endémiques de Madagascar tandis qu’une espèce seulement, à savoir Egretta
dimorpha, se rencontre dans les îles voisines. Phoniopterus minor, Dendrocygna viduata et
Tringa nebularia sont les plus abondantes comptant respectivement 138, 246 et 189
individus.
5.4.4. Comparaison avec les résultats des études antérieures
Le nombre d’espèces rencontrées lors de cette étude est de 116, alors qu’Asity après ses
nombreuses expéditions de suivi écologique a dénombré un total de 147 espèces pour la
NAP CMK.
Cette différence est due à :
-
La période d’inventaire qui coincidait avec la saison sèche durant laquelle les oiseaux
d’eaux sont moins nombreux
L’effort déployé pendant cette période d’inventaire rapide qui ne représente qu’une
partie des efforts effectués pendant les séries d’inventaires menées dans le cadre du
programme de suivi écologique de la zone par Asity. D’autant plus que cette
expédition a été consacrée en grande partie aux habitats foretsiers.
5.5.
ARTHROPODES
5.5.1. Richesse globale de la NAP
Cet inventaire de la faune des arthropodes dans quatre sites du Complexe Mahavavy
Kinkony a permis d’avoir des données de référence sur la richesse qualitative et quantitative
de ce taxa suivant leur micro habitat.
On a recensé 168 arthropodes aquatiques réparties dans 14 familles, 2777 arthropodes du
sol et des litières réparties dans 67 familles, 2229 fourmis appartenant à 19 genres, 198
arthropodes vivant sur les végétations réparties dans 26 familles, 314 arthropodes nocturne
inclues dans 13 familles, et enfin 67 individus répartis dans 27 familles et 30 espèces de
lépidoptères rhopalocères.
5.5.2. Arthropodes aquatiques
Pour les arthropodes aquatiques, la famille des Atyidae, appartenant à l’ordre des
Décapodes, appelés localement Tsivakia, sont les plus capturés dans trois stations de
Makary et de Tsiombikibo (le lac Kinkony, Kamonjo et dans le marais d’Ankera). Au total, 14
familles d’insectes ont été échantillonnées avec 168 individus.
Le tableau ci-après montre la richesse qualitative (nombre de Familles NF) et l’abondance
absolue (AA) des arthropodes aquatiques.
102
Tableau 36. Richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes aquatiques.
Site
s
Ordres
Makary
NF
Araneae
Tsiombikibo
AA
NF
AA
3
3
0
0
Décapodes
2
60
2
51
Hémiptères
3
45
0
0
Coléoptères
4
4
0
0
Psocoptères
2
5
0
0
14
117
2
51
Nombre total
5.5.3. Arthropodes du sol et de la litière
•
Richesse qualitative et abondance absolue
Le tableau ci-après montre la richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes du
sol et de la litière identifiés jusqu’au niveau « ordres » dans les trois sites.
Tableau 37. Richesse qualitative et abondance absolue des arthropodes du sol et de la litière
dans les trois sites.
Site
s
Makary
(site 1)
Ordres
Tsiombikibo
(site 2)
Morafeno
Kingany (site 3)
NF
AA
NF
AA
NF
AA
Araneae
10
72
7
45
6
20
Acari
1
13
1
4
1
3
Scorpions
0
0
0
0
1
1
Orthoptères
2
18
2
7
2
38
Hyménoptères
6
1050
3
572
4
547
Colèoptères
9
107
5
11
5
92
Diptères
4
16
2
7
2
2
Hémiptères
5
10
3
5
2
2
Dictyoptères
2
14
2
3
2
7
Mantodea
0
0
1
1
1
1
Lépidoptères
1
1
0
0
1
1
Psocoptères
1
1
0
0
0
0
Thysanoures
1
1
0
0
0
0
Dermaptères
0
0
0
0
1
1
Diplopodes
0
0
0
0
1
3
Diploures
0
0
0
0
1
1
Nombre total
42
1303
26
655
30
719
NF : Nombre des familles pour chaque ordre
AA : Abondance absolue
103
Pour les arthropodes du sol, 2777 individus répartis dans 16 ordres ont été collectés dans
les trois sites. L’ordre des hyménoptères est le plus abondant avec 1050 individus capturés à
Makary, 572 à Tsiombikibo et 547 à Morafeno Kingany. Ils renferment surtout les fourmis,
appartenant à la famille des Formicidae. L’ordre des Coléoptères et celui des Araneae
semblent également abondants dans ces sites. Le site de Makary est le plus riche
quantitativement avec 1303 individus collectés, suivi de Morafeno Kingany (719 individus) et
de Tsiombikibo (655 individus). Au total, 67 familles ont été trouvées dans les trois sites.
•
Indice de la diversité de Shannon et Equitabilité :
Le tableau ci dessous montre l’indice de la diversité de Shannon et d’équitabilité des
arthropodes du sol et de la litière dans les trois sites.
Tableau 38. Indice de la diversité de Shannon et équitabilité des arthropodes du sol et de la
litière dans les trois sites.
Sites
Makary
Tsiombikibo
Morafeno Kingany
Indice de Shannon (H')
1.143
0.75
1.116
Equitabilité (E)
0.306
0.23
0.328
La richesse qualitative de Makary est verifiée avec la valeur de l’indice de Shannon qui est
égale à 1,143. Cet indice H’ est de 1,116 pour Morafeno Kingany et de 0,75 pour
Tsiombikibo. A Makary, les familles sont plus diversifiées (42) par rapport aux autres sites
(Morafeno Kingany : 30 familles et Tsiombikibo : 26 familles).
Pour l’équitabilité, plus sa valeur est élevée, plus la diversité biologique du milieu considéré
est en équilibre. Les valeurs obtenues indiquent une distribution uniforme des individus à
l’intérieur des familles des arthropodes du sol et de la litière au sein de ces sites. Ceci est dû
au fait que la famille des Formicidae renferme beaucoup d’individus par rapport aux autres
familles dans ces sites.
•
Indice de similarité de Jaccard :
Le tableau suivant montre l’indice de similarité de Jaccard des arthropodes du sol et de la
litière des sites de prospections.
Tableau 39. Indice de similarité de Jaccard des arthropodes du sol et de la litière.
Indice de Jaccard
Makary
Tsiombikibo
Morafeno
Kingany
Makary
1,000
0,218
0,309
Tsiombikibo
0,218
1,000
0,170
Morafeno Kingany
0,309
0,170
1,000
104
C A S E
Label
Num
0
5
10
15
20
25
+---------+---------+---------+---------+---------+
Makary
1
Morafeno
3
Tsiombiko
-+-----------------------------------------------+
-+
|
2
-------------------------------------------------+
Figure 56. Courbe de similarité des arthropodes du sol et de la litière dans les trois sites.
Ces valeurs de J non proche de 1 signifient que les sites sont loins d’être similaires.
Toutefois, Makary et Morafeno Kingany semblent plus proches avec leurs 17 familles
communes parmi les 67 familles identifiées dans les trois sites. Makary et Tsiombikibo ont
des familles beaucoup plus distinctes, 12 familles sont communes pour les deux sites.
5.5.4. Fourmis capturés dans les trou-pièges, pièges malaises et le
parapluie japonaise
•
Richesse qualitative et abondance absolue :
Le tableau ci-après montre la richesse qualitative et l’abondance absolue des fourmis dans
les trois sites. La richesse qualitative est considérée comme le nombre de genres dans la
famille de Formicidae.
Tableau 40. Richesse qualitative et abondance absolue des fourmis dans les trois sites.
Genre
ss
Site
s
Makary
NG
Morafeno
Kingany
Tsiombikibo
AA
NG
AA
NG
AA
Camponotus
1
25
1
6
1
14
Crematogaster
1
50
1
2
1
41
Aphaenogaster
1
45
1
50
1
26
Bothroponera
1
2
0
0
1
1
Leptogenys
1
2
0
0
0
0
Tetramorium
1
215
1
35
1
3
Monomorium
1
4
0
0
1
2
Mystrium
0
0
0
0
1
102
Nylanderia
0
0
1
2
0
0
Solenopsis
1
53
1
1
1
4
Pheidole
1
671
1
334
1
341
Paratrechina
1
18
1
9
1
12
Paraparatrechina
0
0
1
112
0
0
Cardiocondyla
1
2
0
0
0
0
Technomyrmex
1
1
1
8
1
15
Tetraponera
0
0
1
14
1
2
Lioponera
0
0
1
1
0
0
Platythyrea
0
0
1
2
0
0
Pristomyrmex
0
0
1
2
0
0
Nombre total
12
1088
14
578
12
563
NG : Nombre de genres dans la famille de Formicidae, AA : Abondance absolue
105
Au total, 2229 individus appartenant à 19 genres ont été échantillonnés dans les trois sites.
Makary enregistre la plus forte abondance en fourmis (1088 individus) tandis que
Tsiombikibo renferme le plus grand nombre de genres (14 genres).
Le genre Pheidole est le plus abondant dans tous les sites. Viennent ensuite respectivement
Tetramorium pour Makary, Paraparatrechina pour Tsiombikibo et Mystrium pour Morafeno
Kingany.
•
Indice de la diversité de Shannon et Equitabilité :
Le tableau suivant montre l’indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité des fourmis
dans les trois sites étudiés.
Tableau 41. Indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité des fourmis dans les trois sites.
Sites
Makary
Tsiombikibo Morafeno
Indice de Shannon (H')
1.255
1.378
1.331
J' ou E
0.505
0.522
0.535
Le site de Tsiombikibo est le plus diversifié en fourmis (H’= 1,378), il renferme 14 genres
parmi les 19 identifiés. La répartition des genres de fourmis à l’intérieur de la famille des
Formicidae est plus ou moins uniforme pour les trois sites.
•
Indice de similarité de Jaccard :
Le tableau ci-dessous présente l’indice de similarité de Jaccard des fourmis dans les trois
sites. Makary et Morafeno Kingany ont une valeur de J relativement élevée (J= 0,714)
prouvant leur similarité. Ils renferment dix genres de fourmis communs. Morafeno et
Tsiombikibo renferment aussi de nombreux genres de fourmis identiques. Makary et
Tsiombikibo sont les plus distants dans cette courbe car ils n’ont que 8 genres communs
parmi les 19 identifiés.
Tableau 42. Indice de similarité de Jaccard des fourmis dans les trois sites.
Indice de Jaccard
Makary
Makary
Tsiombikibo
Morafeno K
1,000
0,444
0,714
Tsiombikibo
Morafeno K
0,444
1,000
0,529
0,714
0,529
1,000
CASE
0
5
10
15
20
25
Label Num +---------+---------+---------+---------+---------+
Makary
1 -+-----------------------------------------------+
Morafeno 3 -+
Tsiombikibo 2 -------------------------------------------------+
Figure 57. Courbe de similarité des fourmis dans les trois sites.
106
5.5.5. Arthropodes vivant sur les végétations
•
Richesse qualitative et abondance absolue
En tout, 198 individus d’Arthropodes vivant sur les végétations répartis dans 10 ordres ont
été collectés au cours de cette expédition et dont la richesse qualitative et l’abondance
absolue par site figurent dans le tableau qui suit.
Tableau 43. Richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes qui vivent sur les
végétations.
Makary
Ordres
NF
AA
Tsiombikibo
Morafeno K
NF
NF
AA
AA
Araneae
4
15
4
11
4
14
Hyménoptères
2
55
1
6
1
19
Hémiptères
5
36
0
0
1
1
Coléoptères
3
9
1
1
1
1
Orthoptères
1
1
0
0
0
0
Lépidoptères
1
2
0
0
0
0
Psocoptères
0
0
0
0
1
1
Dictyoptères
2
11
1
1
2
10
Mantodea
1
2
0
0
1
1
Odonates
1
1
0
0
0
0
20
132
7
19
11
47
Nombre total
L’ordre des hyménoptères et les araneae sont les plus abondants avec respectivement 55 et
15 individus capturés à Makary, 6 et 11 individus à Tsiombikibo et 19 et 14 individus à
Morafeno Kingany.
Le site de Makary est le plus riche en nombre d’individus collectés (132) suivi de Morafeno
Kingany (47) puis de Tsiombikibo (19). Au total, 26 familles ont été trouvées dans les trois
sites.
•
Indice de la diversité de Shannon et Equitabilité :
La richesse qualitative de Makary est verifiée par la valeur de l’indice de Shannon qui s’élève
à 2,261 alors que cet indice est faible pour les autres sites (1,847 pour Morafeno Kingany et
1,722 pour Tsiombikibo) comme l’indique le tableau ci-après. Les familles sont plus
diversifiées (20) à Makary qu’à Kingany (10 familles) et à Tsiombikibo (7 familles).
Tableau 44. Indice de la diversité de Shannon et la valeur de l’équitabilité des arthropodes qui
vivent sur les végétations.
Sites
Makary
Tsiombikibo
Morafeno Kingany
Indice de Shannon (H')
2.261
1.722
1.847
Equitabilité (E)
0.742
0.885
0.77
Quant à l’équitabilité, les valeurs obtenues montrent que la distribution la plus uniforme des
individus à l’intérieur des différentes familles d’arthropodes est enregistrée à Tsiombikibo (E=
0.885), contrairement à celle des deux autres sites où plusieurs individus sont groupés à
107
l’intérieur d’une famille. Rappelons que plus la valeur de E est élevée, plus la diversité
biologique du milieu considéré est en équilibre.
•
Indice de similarité de Jaccard :
Le tableau ci-dessous montre l’indice de similarité de Jaccard des arthropodes qui vivent sur
les végétations. Les valeurs de J sont généralement faibles. Makary et Morafeno n’ont que 8
familles communes parmi les 26 identifiées. Makary et Tsiombikibo sont les plus distants
dans cette courbe, en n’ayant que 4 familles communes.
Tableau 45. Indice de similarité de Jaccard des arthropodes qui vivent sur les végétations.
Indice de Jaccard
Makary
Tsiombikibo
Morafeno K
Makary
1,000
0,167
0,391
Tsiombikibo
0,167
1,000
0,286
Morafeno K
0,391
0,286
1,000
CASE
0
5
10
15
20
25
Label Num +---------+---------+---------+---------+---------+
Makary
1 -+-----------------------------------------------+
Morafeno 3 -+
|
Tsiombikibo 2 -------------------------------------------------+
Figure 58. Courbe de similarité des arthropodes qui vivent sur les végétations dans les trois sites.
5.5.6. Arthropodes nocturnes
•
Richesse qualitative et abondance absolue :
Un total de 314 individus d’Arthropodes nocturnes appartenant à 5 ordres et à 13 familles a
été collecté dans les deux sites. Parmi ces différents ordres, les coléoptères, les diptères et
les lépidoptères sont les plus nombreux. Pour les coléoptères, la famille des Scarabaeidae
est la plus abondante à Makary et celle des Cerambycidae à Morafeno Kingany.
Tableau 46. Richesse qualitative et abondance absolue des arthropodes nocturnes.
Ordres
Diptères
Coléoptères
Hémiptères
Orthoptères
Lépidoptères
Nombre total
Site
s
Makary
NF
AA
1
2
1
2
1
7
10
46
1
5
33
95
Morafeno Kingany
NF
AA
4
28
2
178
1
3
0
0
1
10
8
219
Morafeno Kingany est le plus riche quantitativement (219 individus) en arthropodes
nocturnes. En revanche, les deux sites présentent une richesse qualitative presque
identique, soit respectivement 7 familles pour Makary et 8 pour Morafeno.
108
•
Indice de la diversité de Shannon et Equitabilité :
On constate du tableau suivant que les arthropodes nocturnes sont plus diversifiés à Makary
(H’ = 1.482) qu’à Morafeno Kingany (H’= 0.871) même si ce dernier renferme beaucoup plus
d’individus. Ceci s’explique par le fait qu’aucun orthoptère n’a été collecté à Morafeno
Kingany.
Tableau 47. Indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité dans les deux sites.
Sites
Indice de Shannon
(H')
Equitabilité (E)
Makary
Morafeno Kingany
1.482
0.761
0.871
0.419
La répartition des individus à l’intérieur des différentes familles est uniforme à Makary (E=
0.761) par rapport à celle de Morafeno Kingany (E= 0.419). Ce dernier ayant 173 individus
inclus dans la famille de Cerambycidae parmi les 219 individus capturés.
5.5.7. Arthropodes volants
Pour les papillons diurnes, 30 espèces appartenant à l’ordre des Lépidoptères et au sous
ordre de Rhopalocères ont été obtenus dans l’ensemble de la NAP. La forêt de Tsiombikibo
est le plus riche en espèces (N= 18), suivi de Makary (N= 12). Les espèces trouvées à
Morafeno Kingany et Ampitsopitsoka sont presque identiques, respectivement 7 et 8
espèces. Le tableau suivant indique la présence (1) ou l’absence (o) des différentes espèces
de papillons diurnes dans chaque site.
Tableau 48. Présence et absence des lépidoptères Rhopalocères dans les trois sites.
FAMILLES
SOUS FAMILLES
GENRES
ESPECES
MKR
TBK
MFK
AMP
PIERIDAE
COLIADINAE
Eurema
floricola
1
0
0
1
PIERIDAE
COLIADINAE
Catopsilia
florella
1
1
0
0
PIERIDAE
COLIADINAE
Eurema
brigittta
1
1
0
0
PIERIDAE
COLIADINAE
Eurema
desjardinsi
0
1
1
1
PIERIDAE
PIERINAE
Colotis
evanthe
1
0
0
0
PIERIDAE
PIERINAE
Colotis
zoé
1
0
0
0
PIERIDAE
PIERINAE
Colotis
guenei
1
0
0
0
PIERIDAE
PIERINAE
Belenois
creona
1
1
0
0
PIERIDAE
PIERINAE
Mylothris
phileris
0
0
1
1
PIERIDAE
PIERINAE
Leptosia
alcesta
0
0
0
1
NYMPHALIDAE
NYMPHALINAE
Neptis
saclava
1
1
0
0
NYMPHALIDAE
NYMPHALINAE
Junonia
rhadama
1
1
0
0
NYMPHALIDAE
NYMPHALINAE
Junonia
epiclelia
0
1
0
0
NYMPHALIDAE
LIMENITINAE
Neptis
kikideli
1
1
0
0
NYMPHALIDAE
LIMENTINAE
Neptis
sp
0
0
1
0
NYMPHALIDAE
LIMENITINAE
Eurytela
dryope
0
1
0
0
NYMPHALIDAE
LIMENITINAE
Byblia
anvatara
0
0
0
1
NYMPHALIDAE
HELICONIINAE
Phalanta
phalanta
1
1
0
1
NYMPHALIDAE
HELICONIINAE
Acraea
ranavalona
0
1
0
0
109
FAMILLES
SOUS FAMILLES
GENRES
ESPECES
MKR
TBK
MFK
AMP
NYMPHALIDAE
HELICONIINAE
Acraea
turna
0
1
1
0
NYMPHALIDAE
DANAINAE
Danaus
chrysippus
1
0
1
1
LYCAENIDAE
LYCAENINAE
Leptotes
pyrithons
0
1
0
0
LYCAENIDAE
LYCAENINAE
Leptotes
rabefaner
0
0
1
0
LYCAENIDAE
LYCAENINAE
Zizula
antaressa
0
1
0
0
PAPILIONIDAE
PAPILIONINAE
Papilio
epiphorbas
0
1
0
0
PAPILIONIDAE
PAPILIONINAE
Papilio
delalandei
0
0
1
0
PAPILIONIDAE
PAPILIONINAE
Pharmacophagus
antenor
0
0
0
1
HESPERIIDAE
HESPERIINAE
Fulda
lucida
0
1
0
0
HESPERIIDAE
HESPERIINAE
Malaza
sp
0
1
0
0
NYMPHALIDAE
CHARAXINAE
Charaxes
antambolona
0
1
0
0
Nombre total d'espèces trouvées
MKR : Makary
TBK : Tsiombikibo
12
18
7
8
MFK : Morafeno Kingany AMP: Ampitsopitsoka
D’autres insectes volants sont aussi capturés à l’aide des filets de capture, ils appartiennent
à l’ordre des Odonates, à la famille des Libellulidae puis des Diptères, de la famille des
Therevidae et des Hyménoptères, de la famille des Halictidae.
5.5.8. Arthropodes volants capturés par le piège malaise
•
Richesse qualitative et abondance absolue
Au total, 67 individus appartenant à 7 ordres et à 27 familles ont été échantillonnés dans les
trois sites. L’ordre des Lépidoptères est plus abondant à Makary, les Diptères plus nombreux
à Tsiombikibo et les Hyménoptères dominent à Morafeno Kingany.
Makary renferme un plus grand nombre d’individus (33) par rapport aux deux autres sites (21
individus à Tsiombikibo et 13 individus à Morafeno Kingany) et il est aussi le plus riche
qualitativement, avec 15 familles identifiées.
Tableau 49. Richesse qualitative et l’abondance absolue des arthropodes capturés par le piège
malaise.
Sites
Ordres
Hyménoptères
Makary
NF
Morafeno
Kingany
Tsiombikibo
AA
NF
AA
NF
AA
2
2
6
8
2
6
Diptères
5
10
5
10
2
4
Coléoptères
3
4
1
1
1
1
Hémiptères
2
2
0
0
0
0
Lépidoptères
1
11
1
2
1
2
Neuroptères
1
3
0
0
0
0
Strepsiptères
1
1
0
0
0
0
15
33
13
21
6
13
Total
110
•
Indice de la diversité de Shannon et équitabilité :
Les insectes volants capturés à l’aide du piège malaise sont plus diversifiés à Tsiombikibo
(H’= 2.4) par rapport aux deux autres sites où l’on enregistre respectivement une valeur de
H’ de 2.303 pour Makary et 1.738 pour Morafeno Kingany.
Tableau 50. Indice de la diversité de Shannon et l’équitabilité des 3 sites.
Sites
Makary
Tsiombikibo
Morafeno Kingany
Indice de Shannon (H')
2.303
2.4
1.738
Equitabilité (E)
0.85
0.936
0.97
La répartition des individus à l’intérieur des différentes familles est uniforme à Morafeno
Kingany, soit une valeur de l’équitabilité la plus élevée de l’ordre de 0,97. Ceci s’explique par
le fait que dans ce site, trois ou deux individus sont inclus dans une famille. Seule la famille
des Cleridae renferme un seul individu d’où la distribution des individus est en équilibre.
•
Indice de similarité de Jaccard
D’après le tableau ci-après, les valeurs de J sont généralement très faibles, ces sites ne sont
donc pas du tout similaires. Les familles sont très différentes d’un site à un autre. Makary a
11 familles propres, 7 pour Tsiombikibo et 2 pour Morafeno Kingany.
Tableau 51. Indice de Jaccard des arthropodes volants capturés par le piège malaise.
Indice de Jaccard
Makary
Makary
Tsiombikibo
Morafeno Kingany
1,000
0,120
0,105
Tsiombikibo
0,120
1,000
0,188
Morafeno
Kingany
0,105
0,188
1,000
CASE
0
5
10
15
20
25
Label Num +---------+---------+---------+---------+---------+
Tsiombikibo 2 -+-----------------------------------------------+
Morafeno 3 -+
|
Makary
1 -------------------------------------------------+
Figure 59. Courbe de similarité des arthropodes volants capturés par le piège malaise.
5.5.9. Structure biologique de la communauté des arthropodes
Le tableau ci-après montre le niveau d’appartenance à la chaîne alimentaire de tous les
arthropodes identifiés dans les trois sites, à savoir les phytophages, les polyphages, les
détritiphages, les pollinisateurs, les prédateurs et les parasites.
111
Tableau 52. Structure
tructure biologique de la communauté des arthropodes des trois sites.
Groupes biologiques
Nombre d'individus
Pourcentage
Phytophages
345
10.31
Polyphages
111
3.31
Détritiphages
2456
73.31
Pollinisateurs
195
5.82
Prédateurs
202
6.03
41
1.22
Parasites
Figure 60. Représentation graphique de la structure biologique.
La plupart des arthropodes recensés sont des détritiphages (soit 73,31%)
31%) c'est-à-dire
c'est
qu’ils
vivent dans la matière organique en décomposition.
dé
Ce sont les hyménoptères, plus
précisément les fourmis qui vivent dans le sol et dans la litière, qui sont les plus abondants
dans ce groupe biologique.
Quelques familles inclues dans la chaine trophique sont énumérées ci-dessous
ci dessous :
Les polyphages qui sont à la fois des détritiphages et/ou phytophages
- Dictyoptères : Blattidae, Blaberidae
- Orthoptères : Gryllidae, Stenopelmatidae
Les detritiphages qui sont des décomposeurs de matières organiques
- Coléoptères : Tenebrionidae, Passalidae, Elateridae
Elate
- Hyménoptères : Formicidae
- Diptères : Calliphoridae, Sciaridae
Les parasites qui vivent au moyen du sang des autres animaux
- Diptères : Culicidae, Phoridae
- Hyménoptères : Diapriidae
Les phytophages qui vivent au dépend des feuilles d’arbres
- Coléoptères
éoptères : Cerambycidae, Scarabaeidae, Chrysomelidae
112
-
Hémiptères : Cicadellidae, Lygaeidae
Orthoptères : Acrididae
Les pollinisateurs qui mangent du nectar et/ou qui vivent au dépend des fleurs
- Hyménoptères : Vespidae, Sphecidae
- Lépidoptères : Nymphalidae, Papilionidae, Pieridae
Les prédateurs qui contribuent au maintien de l’équilibre de l’écosystème.
- Coléoptères : Carabidae, Staphylinidae
- Diptères : Asilidae
- Dictyoptères : Mantidae
- Hyménoptères : Sphecidae, Braconidae
- Arachnides : Salticidae
- Scorpiones : Buthidae
5.5.10. Compilation des données disponibles sur les arthropodes
Les seules données disponibles sur les Arthropodes de CMK avant cette étude
correspondent aux résultats des inventaires des Lépidoptères diurnes dans la forêt
d’Analamanitra en 2006 (Rabarisoa et Randriamanindry, 2006). Ci-après le tableau
comparatif de la richesse spécifique obtenue durant ces deux périodes d’investigation.
Tableau 53. Lépidoptères diurnes recensés dans la forêt d’Analamanitra en 2006 et en 2013.
Familles
Genres
Espèces
2006
2013
Acreidae
Pardopsis
punctatissima
1
0
Agaristidae
Royhia
zea divisa
1
0
Danidae
Danaus
chrysipus
1
0
Danidae
Graphium
cyrnus cyrnus
1
0
Hespriidae
Coeliades
rama
1
0
Hespriidae
Togiades
insularis
1
0
Hespriidae
Malaza
sp
0
1
Hespriidae
Fulda
lucida
0
1
Lycaenidae
Lolans
cobaltina
1
0
Lycaenidae
Syntaricus
pirutus
1
0
Lycaenidae
Leptotes
pyrithons
0
1
Lycaenidae
Zizula
antaressa
0
1
Nymphalidae
Acraea
turna
0
1
Nymphalidae
Acraea
ranavalona
0
1
Nymphalidae
Charaxes
antambolona
0
1
Nymphalidae
Eurytela
dryope
0
1
Nymphalidae
Precis
goudoti
1
0
Nymphalidae
Precis
epiclelia
1
0
Nymphalidae
Precis
radama
1
0
Nymphalidae
Neptis
saclava
0
1
Nymphalidae
Neptis
kikideli
0
1
Nymphalidae
Junonia
rhadama
0
1
Nymphalidae
Junonia
epiclelia
0
1
Nymphalidae
Phalanta
phalanta
0
1
113
Familles
Genres
Espèces
2006
2013
Papilionidae
Papilio
antennor
1
0
Papilionidae
Papilio
epiphorbas
0
1
Pieridae
Gideona
lucasi
1
0
Pieridae
Eurema
desjardinsi
0
1
Pieridae
Eurema
brigitta
0
1
Pieridae
Catopsilia
florella
0
1
Pieridae
Belenois
creona
0
1
Pieridae
Mylothris
phyleris
1
0
Satyridae
Henotesia
exocellatta
1
0
Satyridae
Henotesia
ankaratra
1
0
16
18
Nombre total d'individus
Au total, 16 espèces de lépidoptères ont été capturées en 2006, avec trois espèces de la
famille des Nymphalidae, alors que que 18 espèces ont été échantillonnées en 2013.
Aucune espèce de Lycaenidae n’a été identifiée en 2006 et aucune espèce de Satyridae en
2013.
5.6.
CHIROPTERES
5.6.1. Richesse spécifique
Le présent inventaire révèle la présence de 12 espèces de Chiroptères dans le Complexe
Mahavavy Kinkony. Elles sont reparties dans 2 sous-ordres : les mégachiroptères et les
microchiroptères.
Deux espèces de mégachiroptères appartenant à l’unique famille des Pteropodidae ont pu
être observées dont leur nom, leur endémicité et leur statut de conservation sont indiqués
dans le tableau suivant.
Tableau 54 : Liste des espèces de Mégachiroptères, leurs endémicités et Statut UICN
Espèces de
mégachiroptères
Pterofus rufus
endémique
Madagascar
Rousettus madagascariensis
endémique
Madagascar
Endémicité
Distribution
Habitats
Statut UICN 2003
Forestier
et Vulnerable A2acd
plantation dans
les villages
Forestier
et Near Threatened
plantation dans
les villages
Quant aux Microchiroptères, les 10 espèces suivantes ont été recensées dans l’ensemble du
site.
Tableau 55 : Liste des espèces de Microchiroptères avec leur endémicité et leur statut
UICN
Espèces de
microchiroptères
Emballonura atrata
Endémicité
endémique
Distribution
Madagascar
Statut UICN
2003
Habitats
Forestier
aérien
et
Least Concern
114
Espèces de
microchiroptères
Endémicité
Taphozous mauritianus
Triaenops menamena
endémique
Nycteris
madagascariensis
endémique
Myzopoda schliemanni
endémique
Mops leucostigma
Myotis goudoti
endémique
Eptesicus matroka
endémique
Scotophylus tandrefana
endémique
Miniopterus manavi
endémique
Distribution
Statut UICN
2003
Habitats
Madagascar, Afrique et de Forestier
nombreuses
îles
de aérien
l'océan indien occidental
Forestier
Madagascar
aérien
Forestier
Madagascar
aérien
Forestier
Madagascar
aérien
Forestier
Madagascar et Comores
aérien
Forestier
Madagascar
aérien
Forestier
Madagascar
aérien
Forestier
Madagascar
aérien
Forestier
Madagascar
aérien
et
Least Concern
et
et
et
et
et
et
et
et
Least Concern
Data deficient
Least Concern
Least Concern
Least Concern
Least Concern
Data deficient
Least Concern
Source : BIODEV, 2013
Citation: IUCN 2013. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2013.1. <www.iucnredlist.org>. Downloaded on 22 October
2013.
En ce qui concerne leur statut de conservation selon la liste rouge de IUCN, une espèce est
déjà considérée comme « vulnérable », et une autre « presque ménacée ». Huit espèces
sont classées dans la catégorie « least concern », tandis que 2 espèces, Nycteris
madagascariensis et Scotophylus tandrefana sont « Data deficient ».
Quant à l’endémicité, 10 espèces ne se rencontrent qu’à Madagascar, soit un taux
d’endémicité des chiroptères dans le Complexe Mahavavy Kinkony de l’ordre de 83%. Il
s’agit des 2 espèces de mégachiroptères (Pteropus rufus et Rousettus madagscariensis) et
8 espèces de microchiroptères. Les deux espèces non endémiques sont Taphouzous
mauritianus qui se trouve à la fois à Madagascar, en Afrique et dans de nombreuses îles de
l’océan Indien et Mops leucostigma présente à Madagascar et en Comores.
5.6.2. Effort d’échantillonnage
La courbe cumulative des espèces de chiroptères recensées durant les jours d’observation
est illustrée par la figure ci-après.
115
Nombre d'espèces recensées
14
12
10
8
6
4
2
0
J1
J2
J3
J4
jours d'observation
Effectif des espèces recensées
Figure 61 : Courbe cumulative des espèces de chiroptères recensées
La courbe n’a pas atteint le plateau ce qui signifie que d’autres espèces pourraient encore
être présentes dans cette NAP. Toutefois, avec 12 espèces dénombrées dans le site, on
peut dire que la zone d’étude est moyennement riche en chiroptères en se référant à des
inventaires menées sur 17 sites de Madagascar ( Reserve spécial d’Ankarana, Anjohibe au
nord ouest de Mahajanga, Parc National d’Ankarafantsika, Réserve spéciale de Namoroka,
Parc National de Bemaraha, Kirindy (CFPF), Parc National de Zombitse-Vohibasia, Parc
National Isalo, Saint Augustin Sarodrano, Réserve spécial de Tsimanampetsotsa, Itampolo,
Parc
national
Péninsule
de
Masoala,
Parc
National/Réserve
spéciale
d’Analamazaotra/Mantadia, Tampolo/Ivoloina, Parc National de Ranomafana, Aire de Fort
Dauphin.
Les résultats des inventaires antérieurs représentent un nombre maximum de 19 espèces
recensées à Namoroka et un nombre minimum de 6 espèces recensées à
Tsimanampetsotsa dont la moyenne est de 12,5 espèces (S.M.Goodman, 2011).
5.6.3. Densité et abondance
L’estimation de la densité relative de chaque espèce de chiroptères permet d’avoir un
indicateur objectivement vérifiable de l’effectif de la population au moment de l’inventaire et
les chiffres obtenus permettent de comparer l’évolution de la population dans le temps.
L’IKA ou Indice Kilométrique d’Abondance permet également de comparer l’abondance de
chaque espèce de chiroptère dans le temps. Ces valeurs permettront de suivre l’état de la
population des chiroptères et d’évaluer la tendance de la population dans le temps.
Les valeurs de densité et d’abondance des différentes espèces de Chiroptères recensées
dans le CMK figurent dans le tableau ci-après.
Tableau 56 : Densité et abondance des chiroptères
Espèces de chiroptères
Densité (ind/km²)
IKA
(Indice kilométrique d'abondance)
Pteropus rufus
37,50
35,15
Rousettus madagascariensis
5,68
50
Emballonura atrata
3,83
11,5
116
Espèces de chiroptères
Densité (ind/km²)
IKA
(Indice kilométrique d'abondance)
Taphozous mauritianus
28,41
250
Triaenops menamena
0,57
5
Nycteris madagascariensis
1,14
5
Myzopoda schliemanni
1,59
7
Mops leucostigma
0,80
3,5
Myotis goudoti
0,68
3
Eptesicus matroka
3,05
25
Scotophylus tandrefana
1,70
7,5
125,00
45
Miniopterus manavi
Source : BIODEV, 2013
Le rangement de ces espèces par ordre croissant de l’indice kilométrique d’abondance
donne une médiane de l’IKA de 9,5. A partir des valeurs moyennes des quartiles (IKA
moyen), la valeur moyenne inférieure est égale à 3 et représente 25% du nombre d’espèces
de chiroptères recensées. La valeur supérieure est égale à 9.
Ces chiffres permettent d’adopter l’échelle suivante :
-
IKA moyen < 3 : l’espèce est peu abondante (rare)
3 < AR moyen < 9 : l’espèce est abondante
AR moyen > 9 : l’espèce est très abondante
Espèces très abondantes
Espèces abondantes
Espèces
Figure 62 : Classement des espèces de chiroptères recensées
D’après ce graphique, le premier groupe d’espèces de chiroptères (IKA moyen inférieur à 3)
renferme 9 espèces, dont 1 espèce de mégachiroptères (Pteropus rufus) et 8 espèces de
microchiroptères (Eptesicus matroka, Emballonura atrata, Scotophylus tandrefana,
Myzopoda schliemanni, Nycteris madagascariensis, Triaenops menamena, Mops
leucostigma et Myotis goudoti). Elles sont classées « peu abondante » ou rare dans le site.
117
Le second groupe, ayant une valeur d’IKA moyen comprise entre 3 et 9 regroupe deux
espèces de chiroptères, dont une espèce de mégachiroptères (Rousettus madagascariensis)
et une espèce de microchiroptères (Miniopterus manavi). Elles sont abondantes dans le
CMK.
Le troisième groupe dont la valeur d’IKA moyen est supérieure à 9 ne renferme qu’une seule
espèce de microchiroptères (Taphozous mauritianus). C’est donc l’unique espèce
considérée comme très abondante dans le site.
5.7.
LEMURIENS
5.7.1. Richesse spécifique
Au total, huit espèces de lémuriens ont pu être répertoriées dans le Complexe Mahavavy
Kinkony au cours de cette expédition, dont :
→ quatre espèces sont nocturnes, à savoir : Microcebus myoxinus, Microcebus
murinus, Cheirogaleus medius (famille des CHEIROGALEIDAE) et Lepilemur sp.
(famille des LEPILEMURIDAE)
→ deux espèces diurnes que sont Propithecus deckeni et Propithecus coronatus
(famille des INDRIIDAE)
→ deux espèces cathémérales, Eulemur mongoz et Eulemur rufus (famille des
LEMURIDAE).
La forêt de Makary renferme quatre espèces (Microcebus murinus, Propithecus deckeni,
Propithecus coronatus et Eulemur mongoz), contre six espèces chacune pour les forêts de
Tsiombikibo (Microcebus murinuss, Microcebus myoxinus, Propithecus deckeni, Lepilemur
sp, Eulemur mongoz et Eulemur rufus) et de Morafeno Kingany (Microcebus murinuss,
Microcebus myoxinus, Cheirogaleus medius, Propithecus coronatus, Eulemur mongoz et
Eulemur rufus).
Deux espèces sont présentes dans la forêt sèche d’Ampitsopitsoka dont l’une a été
recensée durant l’observation directe (Eulemur mongoz) et l’autre issue d’entretiens avec la
population locale (Propithecus coronatus).
Notons que dans le quatrième site d’échantillonnage d’Ampitsopitsoka qui se trouve à
plusieurs kilomètres du campement, l’effort d’échantillonnage était trop faible (une seule
observation directe). Ainsi, il sera exclu des analyses ultérieures.
Tableau 57 : Richesse spécifique des léumuriens par site
Famille
CHEIROGALEIDAE
Espèces
Nom vernaculaire
Microcebus myoxinus
Tilitilivahy, tsidy
Microcebus murinus
Tilitilivahy, tsidy
S1
+
S2
S3
+
+
+
+
Cheirogaleus medius
LEPILEMURIDAE
INDRIIDAE
S4
+
Lepilemur sp.
+
Propithecus deckeni
Tsibahaka
+
Propithecus coronatus
Tsibahaka
+
+
+
*
118
Famille
Espèces
LEMURIDAE
Nom vernaculaire
Eulemur mongoz
Gidro, Dredrika
Eulemur rufus
Gidro
S1
S2
S3
S4
+
+
+
+
+
+
6
6
4
TOTAL
1
Source : BIODEV, 2013
S1 : Makary,
S2 : Tsiombikibo,
+: espèce observée
S3 : Morafeno Kingany
*
S4 : Ampitsopitsoka
: espèce présente par les résultats des enquêtes
5.7.2. Statut de conservation des espèces
Concernant les statuts de conservation des espèces (UICN, 2013), le Complexe Mahavavy
Kinkony comportent deux espèces lémuriennes « vulnérables » (Propithecus deckeni et
Eulemur mongoz), une espèce « en danger » (Propithecus coronatus), deux espèces sont
« moins concernées » (Microcebus murinus et Cheirogaleus medius) et deux espèces « à
données insuffisantes » (Microcebus myoxinus et Eulemur rufus) comme en résume le
tableau suivant.
Tableau 58 : Statut de conservation des espèces lémuriennes recensées
Famille
CHEIROGALEIDAEs
LEPILEMURIDAE
INDRIIDAE
LEMURIDAE
Espèces
STATUT IUCN
Microcebus myoxinus
DD
Microcebus murinus
LC
Cheirogaleus medius
LC
Lepilemur sp.
Propithecus deckeni
VU
Propithecus coronatus
EN
Eulemur mongoz
VU
Eulemur rufus
DD
Source : BIODEV, 2013
LC
DD
VU
EN
: Least concern ou espèce à préoccupation mineure
: Data Deficient ou donnée insuffisante
: Vulnerable
: Endangered ou espèce en danger
5.7.3. Courbes cumulatives des espèces
Les courbes cumulatives des espèces mettent en évidence que toutes les espèces ont été
répertoriées durant les quatre premiers jours d’échantillonnage. Ce plateau obtenu à partir
du quatrième jour semble indiquer une faible diversité en primates du Complexe.
119
Nombre des espèces
7
6
5
4
3
2
1
0
Makary
Tsiombikibo
Morafeno
kingany
0
1
2
3
4
5
Jours d'échantillonnage
Figure 63 : Courbes cumulatives des espèces lémuriennes
5.7.4. Groupes de lémuriens rencontrés
Dans la forêt de Makary, on a observé six groupes de Propithecus deckeni, cinq groupes de
Eulemur mongoz et trois groupes mixtes composés de Propithecus coronatus et Propithecus
deckeni. Notons que ces groupes mixtes ont été rencontrés respectivement dans la forêt
d’Andohaala (deux groupes) et dans la forêt galerie d’Analabe (un groupe).
Dans la forêt Tsiombikibo, cinq groupes de Propithecus deckeni, quatre groupes d’Eulemur
rufus et trois groupes d’Eulemur mongoz ont été recensés, alors qu’à Morafeno Kingany,
neuf groupes de Propithecus coronatus, trois groupes d’Eulemur rufus et un seul groupe de
E. mongoz ont été répertoriés. Enfin, dans la forêt d’Andimaka Ampitsopitsoka, seul un
groupe d’Eulemur mongoz a été identifié. Le nombre d’individus observés par groupe varie
de 2 à 5 en moyenne mais peut atteindre jusqu’à 10 individus pour E. rufus comme l’expose
le tableau ci-après.
Tableau 59 : Nombre de groupes de lémuriens rencontrés
Sites
Makary (Andohaala)
Makary (Analabe)
Tsiombikibo
Morafeno Kingany
Ampitsopitsoka
(Andimaka)
Espèces
Propithecus deckeni
Propithecus coronatus et
Propithecus deckeni
Nombre de
groupes
observés
6
Nombre d'individus
observés par groupe
3à6
2
3à4
5
2à4
1
3
Eulemur rufus
4
2à7
Eulemur mongoz
3
2
Propithecus deckeni
Propithecus. coronatus
Eulemur mongoz
5
9
1
2à5
2à5
5
Eulemur rufus
3
6 à 10
1
2
Eulemur mongoz
Propithecus coronatus et
Propithecus deckeni
E. mongoz
Source : BIODEV, 2013
120
5.7.5. Abondance relative et fréquence d’observations des
espèces
Pour les Cheirogaleidae, Microcebus a été observée dans tous les sites visités sauf à
Makary, avec une abondance relative variant de 45 à 48%. Cette espèce n’a pas été
répertoriée durant les observations directes dans le premier site. Sa présence a par contre
été prouvée par la méthode de capture. Concernant Cheirogaleus medius, elle a été
recensée seulement à Morafeno Kingany avec un faible taux de rencontre de 0,8%.
Pour les Lepilemuridae, Lepilemur sp. a été rencontrée uniquement dans la forêt de
Tsiombikibo, soit une abondance relative faible de 3%.
Chez les Indriidae, Propithecus deckeni a été vue à Tsiombikibo et Makary avec un taux de
rencontre variant de 18 à 66%. Cette espèce est abondante surtout à Makary. Par contre,
elle est absente dans la forêt de Morafeno Kingany. Quant à Propithecus coronatus, sa
fréquence d’observation est respectivement de 12 et 31% à Makary et Morafeno Kingany.
Cette espèce semble absente dans la forêt de Tsiombikibo.
Pour les Lemuridae, Eulemur mongoz a été observée dans les trois sites avec une
fréquence d’observation allant de 4 à 21%. Un faible taux de rencontre a été constaté à
Morafeno Kingany et Tsiombikibo (4 et 7%). Eulemur rufus a été recensée dans les forêts de
Tsiombikibo et Morafeno Kingany. Les fréquences d’observation varient entre 17 et 24%.
Mais cette espèce est absente dans la forêt de Makary durant cet inventaire.
Tableau 60 : Abondance relative des espèces lémuriennes
Effectif
A.r
(ind/km)
Ar (%)
-
-
-
Propithecus deckeni
28
2,8
66
Propithecus coronatus
5
0,5
12
Eulemur mongoz
9
0,9
21
Microcebus spp.
42
8,4
48
Lepilemur sp.
3
0,2
3
Propithecus deckeni
16
3,2
18
Eulemur rufus
21
4,2
24
Eulemur mongoz
6
1,2
7
Microcebus spp.
54
10,8
45
Cheirogaleus medius
1
0,2
0,8
Propithecus coronatus
37
4,1
31
Eulemur rufus
21
2,3
17
Eulemur mongoz
5
0 ,6
4
Site
Espèces
Microcebus spp.
MAKARY
TSIOMBIKIBO
MORAFENO KINGANY
Source : BIODEV, 2013
5.7.6. Capture
Les résultats de piégeage des petits lémuriens nocturnes sont présentés dans le tableau cidessous. Au total, 29 individus de microcèbes ont été capturés dans les trois sites. Le taux
121
de capture est élevé dans la forêt de Tsiombikibo (10,5%) par rapport aux deux autres sites
où l’on enregistre un faible taux respectivement de 1% à Makary et 3% à Morafeno Kingany.
Tableau 61 : Résultats de capture de lémuriens dans les trois sites
Sites
Espèces
Effectifs
Nombre de
Taux
de
Nuit-piège
piège
capture (%)
40
200
1
Makary
Microcebus murinus
2
Tsiombikibo
Microcebus
murinus,
Microcebus. myoxinus
21
40
200
10,5
Microcebus
murinus,
Microcebus myoxinus
6
40
200
3
29
120
600
14,5
Morafeno Kingany
Total
Source : BIODEV, 2013
5.7.7. Densité
Microcebus spp détient la valeur de densité la plus élevée, soit respectivement 360 ind/km²
à Tsiombikibo et 840 ind/km² à Morafeno Kingany (360 et 840 ind/km²). Elle semble absente
à Makary. Par contre, c’est dans ce dernier site que l’on enregistre une densité la plus
élevée pour Propithecus coronatus et de P. deckeni.
Tableau 62 : Densité approximative des lémuriens rencontrés (ind/km²)
Sites
Espèces
Makary
Tsiombikibo
Morafeno Kingany
Microcebus spp.
0
840
360
Cheirogaleus medius
-
-
50
Lepilemur sp.
-
50
-
64
200
40
-
300
233
Propithecus coronatus
357
-
514
Propithecus deckeni
280
228
-
Eulemur mongoz
Eulemur rufus
Source : BIODEV, 2013
Aucun individu de Microcebus n’a été observé directement dans la forêt de Makary alors que
deux individus de Microcebus murinus ont été capturés à l’aide du dispositif de piégeage.
Soit les microcèbes sont encore en hibernation durant cette session ou bien elles sont
devenues rares à cause des perturbations d’origine anthropique comme les feux de brousse.
5.7.8. Similarité entre les trois sites
La figure suivante qui présente le dendrogramme de similarité des espèces de lémuriens
dans les trois sites (Makary, Tsiombikibo et Morafeno Kingany) rend manifeste l’existence de
deux groupes bien distincts : le premier groupe est constitué par la forêt de
Morafeno Kingany tandis que le deuxième est formé par les forêts de Tsiombikibo et de
Makary à 0,79 unité métrique euclidienne (u.m.e.).
122
La valeur élevée de la distance métrique indique une différence significative de la
composition spécifique de ces forêts. La présence de Cheirogaleus medius et l’absence de
Propithecus deckeni à Morafeno Kingany expliquent cette différence.
Dans le deuxième groupe formé par Makary et Tsiombikibo, la valeur de la distance métrique
est proche de la moyenne (0,61u.m.e) et l’indice de Jaccard (0, 571) montre que peu
d’espèces sont communes entre ces deux sites. En effet, l’éloignement de ce sous-groupe
est dû à l’absence d’Eulemur rufus, Lepilemur sp. et Microcebus myoxinus dans la forêt de
Makary.
Tableau 63 : Indice de similarité de Jaccard
Makary
Tsiombikibo
Makary
1.000
Tsiombikibo
0.571
1.000
Morafeno Kingany
0.375
0.500
Morafeno Kingany
1.000
Source : BIODEV, 2013
Figure 64 . Dendrogramme selon la richesse lémurienne spécifique par site
5.7.9. Compilation avec les données disponibles sur les lémuriens
Les recherches antérieures sur les lémuriens confirment la présence de neuf (09) espèces
de lémuriens dans le Complexe Mahavavy Kinkony (RABARISOA Rivo et
RANDRIAMANINDRY Jean Jacques, 2006 ; DREF Boeny, 2012). La seule espèce qui n’a
pas été recensée dans cette étude est l’Hapalémur occidental ou Hapalemur occidentalis.
Cette espèce préfère un habitat particulier comme les forêts contenant des bambous (Petter
and Peyrièras, 1970 ; Tattersal, 1982). Sa présence a été enregistrée uniquement dans la
forêt de Belakoza (Antseza) alors que ce dernier n’a pas fait l’objet de visite au cours de
cette étude.
5.8.
REPTILES ET DES AMPHIBIENS
5.8.1. Richesse spécifique du complexe
En combinant tous les résultats obtenus avec les différentes méthodes, cette intervention a
permis de recenser 31 espèces herpétofauniques dont 7 espèces d’amphibiens et 24 reptiles
123
dans le CMK. Le site de Tsiombikibo en est le plus riche avec un total de 27 espèces, soit 7
amphibiens et 20 reptiles. Viennent ensuite le site de Makary comptant 2 espèces
d’amphibiens et 15 reptiles et le site de Morafeno Kingany 14 espèces (une espèce
d’amphibiens et 13 reptiles).
Vingt neuf (29) espèces soit 93,5% sont des espèces terrestres et semi aquatiques, tandis
que 2 espèces (6,5%) sont aquatiques, à savoir le Crocodile, Crocodylus niloticus et une
tortue terrestre Erymnochelys madagascariensis.
Dans son ensemble, les espèces d’amphibiens et de reptiles recensées lors de cette mission
d’inventaire sont des formes typiques de la forêt sèche de l’ouest malgache. La majorité de
ces espèces sont en effet endémique de la région sèche du Nord Ouest jusqu’ au Sud Ouest
même dans le Sud de Madagascar, qu’on appelle dans l’ensemble l’écorégion Ouest.
Toutefois des espèces ubiquistes qui s’adaptent aux différents types d’habitats et de milieux
sont aussi présentes. On peut citer entre autres le cas des serpents Mimophis mahfalensis
(Biby mora), le Dromicodryas bernieri (Marolongo ou Merekava), Trachylepis elegans,
Trachylepis gravenhorstii, …
Les amphibiens sont très peu représentés dans cette région ; seulement 7 espèces presque
à large distribution dans l’Ouest de Madagascar a été inventoriée dans les 3 sites, les plus
communes sont Laliostoma labrosa, Hoplobatrachus tigerinus, Boophis doulioti et
Ptychadena mascariensis. Une situation qui n’est pas étonnante du fait de l’aridité de cette
partie occidentale de l’île. Certaine de ces espèces sont fouisseuses et plus connues dans
l’ouest malgache et qui s’adaptent aisément aux conditions sévères imposées par les milieux.
Ces espèces s’enfouissent dans le sable ou sous des humus et divers débris pour trouver de
l’humidité et dès qu’il y a un peu de pluie ou lorsque la nuit est très fraîche, elles sortent de
leur refuge. Parmi les 31 espèces de reptiles répertoriées, on remarque la prévalence des
espèces bien adaptées à la condition extrême comme les espèces de Trachylepis spp.,
Zonosaurus spp., Furcifer spp.
5.8.2. Courbe cumulative des espèces
Une richesse de 31 espèces des reptiles et amphibiens dans un milieu est relativement
élevée et mentionne l’importance de cette région. La durée de l’échantillonnage dans un site
est similaire à celle des inventaires menés par de nombreux biologistes. On peut affirmer
que cette durée a été suffisante pour répertorier sinon toute, au moins la majorité des
espèces du site. Cependant, deux raisons pourraient expliquer cette richesse spécifique. La
période d’inventaire est un facteur non négligeable qui dicte la présence ou l’absence d’une
espèce dans un endroit donné. Raxworthy en 1988 qui travaille beaucoup sur les reptiles et
amphibiens a suggéré que les climats comme la précipitation et la température sont les
facteurs clés limitant l’activité des reptiles et amphibiens. De ce fait, la saison de pluie serait
donc la période la plus favorable à l’inventaire de ces groupes. Beaucoup d’espèces ont été
donc inactives et même hibernent pendant la saison sèche qui les rend introuvable et reste à
savoir.
La diversité des habitats et des microhabitats est aussi un des facteurs écologiques qui
dictent la répartition des espèces dans l’espace et dans le temps. Il y a des espèces qui
exigent des habitats et microhabitats très spécifiques pour leur développement.
Des échantillonnages dans plusieurs sites s’avèrent donc nécessaires pour que
l’échantillonnage soit largement représentatif e l’ensemble. Pendant cette étude bien que 3
sites aient fait l’objet d’inventaire, on a travaillé dans le même habitat comme la forêt dense
sèche en générale mais beaucoup d’autres habitats relativement importants n’ont pas pu
être visités.
Ces deux raisons expliquent l’allure des courbes cumulatives des espèces suivantes pour
les trois sites. Ces courbes montrent que les plateaux de saturation n’ont pas été atteints
124
surtout pour les reptiles. D’une manière générale, l’obtention de plateau de saturation signifie
que toutes les espèces sont inventoriées.
16
14
Nombre d'espece
12
10
Amphibiens
8
Reptiles
6
4
2
0
J1
J2
J3
J4
J5
J6
Jour d'inventaire
Figure 65. Courbe cumulative des espèces inventoriées dans le site Makary
25
Nombre d'espece
20
15
Amphibiens
Reptiles
10
5
0
J1
J2
J3
J4
J5
J6
Jour d'inventaire
Figure 66. Courbe cumulative des espèces inventoriées dans le site Tsiombikibo
14
Nombre d'espece
12
10
8
Amphibiens
6
Reptiles
4
2
0
J1
J2
J3
J4
J5
J6
Jour d'inventaire
Figure 67. Courbe cumulative des espèces inventoriées dans le site Morafeno Kingany
125
5.8.3. Statut et endémicité
Parmi les 31 espèces identifiées, deux sont classées menacées selon la liste rouge de
l’IUCN. Ce sont la tortue d’eau douce Erymnochelys madagascariensis (en Danger Critique)
et le caméléon Furcifer rhinoceratus (Vulnérable). Six espèces sont inscrites dans l’Annexe
de la CITES dont une dans l’Annexe I (Acrantophis madagascariensis) et 5 dans l’Annexe II
telles que Furcifer spp., Phelsuma kochi et Erymnochelys madagascariensis.
Vingt sept espèces (soit 87%) sont endémiques de Madagascar. La plupart des espèces
sont confinées dans la forêt dense sèche caducifoliée de l’Ouest de Madagascar. Certaines
espèces possèdent une distribution plus restreinte comme Furcifer rhinocaretus.
Tableau 64 : Tableau récapitulatif de la richesse spécifique et des stauts des espèces
d’amphibiens et réptiliennes
Sites
Makary
Tsiombikibo
Kingany
TOTAL
Nombre d’Amphibiens
2
7
1
7
Nombre de Reptiles
15
20
13
24
Espèces aquatiques
2
0
0
2
Espèces endémiques
15
24
11
27
Espèces CITES
3
5
2
6
Espèces en danger critique (CR)
1
0
0
1
Espèces Vulnérables (Vu)
1
0
0
1
Source : BIODEV, 2013
Le tableau suivant montre la liste des espèces identifiées avec leur endémicité et leurs
statuts de conservation IUCN et CITES.
126
Tableau 65 : Liste des espèces d’amphibiens et réptiliennes rencontrées
Classe
Amphibiens
Amphibiens
Amphibiens
Amphibiens
Amphibiens
Amphibiens
Amphibiens
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Reptiles
Famille
Hyperolidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Microhylidae
Boidae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Chamaeleonidae
Chamaeleonidae
Chamaeleonidae
Gekkonidae
GeKkkonidae
Gekkonidae
Gekkonidae
Gekkonidae
Gerrhosauridae
Gerrhosauridae
Iguanidae
Genres et espèces
Heterixalus luteostriatus
Ptychadena mascarienensis
Laliostoma labrosa
Hoplobatrachus tigerinus
Mantidactylus curtus
Boophis doulioti
Scaphiophryne calcarata
Acrantophis madagascariensis
Dromicodryas bernieri
Ithycyphus miniatus
Leioheterodon madagascariensis
Leioheterodon modestus
Liophidium torquatum
Madagascarophis colubrinus
Mimophis mahfalensis
Furcifer rhinoceratus
Furcifer oustaleti
Furcifer lateralis
Blaesodactylus ambonihazo
Phelsuma kochi
Hemidactylus frenatus
Hemidactylus mercatorius
Lygodactylus tolampyae
Zonosaurus karsteni
Zonosaurus laticaudatus
Oplurus cuvieri
Makary
Tsiombikibo
0
1
0
0
0
1
0
0
1
0
1
0
1
0
1
0
1
0
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
0
1
1
1
1
Kingany
0
0
0
0
0
1
0
1
1
0
1
1
0
0
1
0
1
0
0
1
1
0
1
1
1
1
Statut
IUCN
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
VU
LC
LC
DD
LC
LC
LC
LC
LC
LC
LC
Statut
Méthode
Endémicité
CITES
ANNEXE I
Annexe II
Annexe II
Annexe II
Annexe II
FO
OD
OD
OD
OD
OD
PF
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
OD
E
NE
E
NE
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
E
NE
E
E
E
E
E
127
Classe
Famille
Genres et espèces
Makary
Tsiombikibo
Kingany
Statut
IUCN
Reptiles
Reptiles
Scincidae
Scincidae
Trachylepis elegans
Trachylepis gravenhorstii
1
0
1
1
1
0
LC
LC
Reptiles
Crocodylidae
Crocodylus niloticus
1
0
0
LC
Reptiles
Podocnemidae
Erymnochelys madagascariensis
1
0
0
CR
Statut
Méthode
Endémicité
CITES
OD, PF
OD
Quota
1600
Annexe II
E
E
OD
NE
PG
E
Source : BIODEV, 2013
128
5.8.4. Analyse de la similarité des sites
Les valeurs de l’indice de Jaccard résumées dans le tableau suivant montrent un degré de
similarité plutôt faible entre Tsiombikibo-Makary et Tsiombikibo-Kingany.
Tableau 66 : Valeurs de l’indice de similarité des espèces d’amphibiens et réptiliennes
Makary
Morafeno
Kingany
Tsiombikibo
Makary
Tsiombikibo
0.467
Kingany
0.600
0.481
Source : BIODEV, 2013
Tableau 67 : Nombre des espèces communes des espèces d’amphibiens et réptiliennes
Makary
Tsiombikibo
12
Makary
Tsiombikibo
12
Kingany
11
Morafeno
Kingany
11
13
13
Source : BIODEV, 2013
Dix (10) espèces sont communes pour les trois sites d’intervention. Le site Tsiombikibo est
plutôt différent par rapport aux deux autres sites. Les sites Makary est Morafeno Kingany
sont plus similaires avec une valeur de l’ordre de 0,6. Cette interprétation est vérifiée par le
dendrogramme de similarité et les valeurs de distances euclidiennes (1-Jaccard).
TSIOMBIKIBO
0,730
KINGANY
0,515
MAKARY
0.0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8
Distances
Figure 68 : Dendrogramme de similarité par site des espèces d’amphibiens et réptiliennes
D’après cette figure, Makary et Kingany sont plus proches avec une distance de 0,515. En
revanche Tsiombikibo est différent avec une distance euclidienne élevée de l’ordre de 0,730.
129
Ce site se différencie des deux autres par le type d’habitat et l’état de la forêt. Le nombre
d’espèces recensées y est plus élevé.
5.8.5. Analyse de la diversité
En utilisant l’indice de Shannon-Weaver H’, l’indice de diversité le plus élevé est observé
dans le site de Tsiombikibo (2,93) tandis que la valeur la plus faible s’observe dans le site
Kingany (2,03). Notons qu’un H’ faible signifie que les individus observés ne sont pas bien
repartis entre les espèces.
Tableau 68 : Valeurs de l’indice de Shannon H’ et l’equitabilité E ainsi que les variances
par site
Sites
Makary
Tsiombikibo
Kingany
Indice de Shannon H’
2,77
2,93
2,03
Equitabilité E
0,9
0,89
0,79
0,010
0,008
0,035
Variance
Source : BIODEV, 2013
Concernant l’indice d’équitabilité E, c’est dans le site Makary que la valeur de E est la plus
élevée, soit proche de 1 ce qui indique une population stable et non encore saturée. Par
contre dans le site Morafeno Kingany, il semble qu’il y a un léger déséquilibre de population,
certaines espèces sont plus dominantes que d’autres. D’une manière générale, les trois sites
ont des indices de E presque identiques qui se rapprochent de 1. Ceci indique que la
répartition des individus de la communauté herpétofaunique est presque homogène ou les
trois sites sont encore en continuation. Autrement dit, les 3 sites d’étude ne sont pas encore
saturés par les populations herpétofauniques, et la communauté dans chaque site tend à
avoir une composition spécifique plus ou moins homogène.
5.8.6. Test statistique T de la diversité
Les résultats des tests statistiques comparant deux à deux les 3 sites en ce qui concerne la
diversité spécifique sont synthétisés dans le tableau ci-après. La différence est significative
entre Tsiombikibo - Kingany et entre Makary – Kingany. C'est-à-dire que la diversité est
statistiquement différente. Par contre, la différence entre Makary et Tsiombikibo n’est pas
significative.
Tableau 69 : Résultats de test statistique de la diversité par site
Sites
DDL
Makary-Tsiombikibo
Tsiombikibo-Kingany
Makary-Kingany
109,35
51,44
52,491
T
-1,67
4,47
3,33
P
0,09
>0,001
0,0015
Non significative
Significative
Significative
Signification
Source : BIODEV, 2013
130
5.8.7. Analyse quantitative
a) Résultats quantitatifs dans chaque site
Parmi les 170 individus échantillonnés durant cet inventaire, 34 (ou 20%) sont des
amphibiens et 136 (ou 80%) sont des reptiles. Un total de 42 individus (2 amphibiens et 40
reptiles) ont été répertoriés à Makary, parmi lesquels 9 sont des espèces aquatiques (Tortue
et crocodile). Quatre vingt quatorze (94) dont 29 amphibiens et 65 reptiles ont été trouvés à
Tsiombikibo et 34 individus dont 1 amphibien et 33 reptiles ont été inventoriés à Kingany.
Tableau 70 : Nombre d’individus des espèces d’amphibiens et réptiliennes par site
Site
Makary
Tsiombikibo
Kingany
Total
4
29
1
34
Reptiles
38
65
33
136
Total
42
94
34
170
Amphibiens
Source : BIODEV, 2013
Selon les types d’écosystèmes visités, le tableau ci-dessous montre le nombre d’individus
rencontrés durant cette mission d’inventaire. La forêt dense sèche est la plus riche en
amphibiens et reptiles. Les individus vivant dans les milieux aquatiques semblent moins
nombreux.
Tableau 71 : Répartition des individus d’amphibiens et réptiliennes recensés suivant les
types d’écosystèmes par site
Site
Makary
Tsiombikibo
Kingany
Espèces aquatiques
9
0
0
Espèces semi aquatiques (amphibiens)
4
29
1
Forêt dense sèche
29
39
33
Forêt galérie
0
30
0
Source : BIODEV, 2013
b) Abondance relative
L’abondance relative reflète la taille de la population pendant la saison d’inventaire. On
constate une rareté des espèces du fait que cette observation a été conduite pendant la
saison sèche, période non favorable à l’inventaire des amphibiens et des reptiles dans la
région Ouest malgache. De nombreuses espèces ne sont pas encore actives et restent dans
leurs cachettes en attendant la saison de pluie.
L’abondance relative est généralement très faible vu que la plupart des espèces ont été
représentées par un seul individu. Seules les espèces ubiquistes et celles qui demeurent
actives pendant toutes les saisons sont bien représentées, à l’instar de Furcifer oustaleti,
Trachylepis elegans et Hoplobatrachus tigerinus.
131
Tableau 72 : Nombre d’individus et abondance relative de chaque espèce d’amphibiens et réptiliennes par site
Famille
Nombre d’individu
Abondance relative (%)
Makary
Tsiombikibo
Tsiombikibo
Kingany
Genres et espèces
Kingany Makary
Hyperolidae
Heterixalus luteostriatus
0
1
0
0.00
1.06
0.00
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Microhylidae
Boidae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Chamaeleonidae
Chamaeleonidae
Chamaeleonidae
GeKkonidae
GeKkonidae
GeKkonidae
GeKkonidae
GeKkonidae
Ptychadena mascarienensis
Laliostoma labrosa
Hoplobatrachus tigerinus
Mantidactylus curtus
Boophis doulioti
Scaphiophryne calcarata
Acrantophis madagascariensis
Dromicodryas bernieri
Ithycyphus miniatus
Leioheterodon madagascariensis
Leioheterodon modestus
Liophidium torquatum
Madagascarophis colubrinus
Mimophis mahafalensis
Furcifer rhinoceratus
Furcifer oustaleti
Furcifer lateralis
Blaesodactylus ambonihazo
Phelsuma kochi
Hemidactylus frenatus
Hemidactylus mercatorius
Lygodactylus tolampyae
2
0
0
0
2
0
0
1
0
2
0
1
0
2
0
3
0
1
3
2
1
4
1
1
14
2
9
1
2
2
1
2
5
1
2
3
2
10
1
2
6
0
0
8
0
0
0
0
1
0
3
1
0
1
1
0
0
1
0
2
0
0
0
1
0
9
4.76
0.00
0.00
0.00
4.76
0.00
0.00
2.38
0.00
4.76
0.00
2.38
0.00
4.76
0.00
7.14
0.00
2.38
7.14
4.76
2.38
9.52
1.06
1.06
14.89
2.13
9.57
1.06
2.13
2.13
1.06
2.13
5.32
1.06
2.13
3.19
2.13
10.64
1.06
2.13
6.38
0.00
0.00
8.51
0.00
0.00
0.00
0.00
2.94
0.00
8.82
2.94
0.00
2.94
2.94
0.00
0.00
2.94
0.00
5.88
0.00
0.00
0.00
2.94
0.00
26.47
132
Famille
Nombre d’individu
Abondance relative (%)
Makary
Tsiombikibo
Tsiombikibo
Kingany
Genres et espèces
Kingany Makary
GeKkonidae
Gerrhosauridae
Gerrhosauridae
Iguanidae
Scincidae
Scincidae
Crocodylidae
Geckolepis typica
Zonosaurus karsteni
Zonosaurus laticaudatus
Oplurus cuvieri
Trachylepis elegans
Trachylepis gravenhorstii
Crocodylus niloticus
0
1
2
4
3
0
5
1
2
3
3
7
2
0
0
1
1
1
11
0
0
0.00
2.38
4.76
9.52
7.14
0.00
11.90
1.06
2.13
3.19
3.19
7.45
2.13
0.00
0.00
2.94
2.94
2.94
32.35
0.00
0.00
Podocnemidae
Erymnochelys madagascariensis
3
0
0
7.14
0.00
0.00
42
94
34
100
100
100
TOTAL
Source : BIODEV, 2013
133
Face à la diversité des espèces de reptiles et d’amphibiens dans la partie Ouest de
Madagascar, une seule saison d’inventaire ne permet pas d’obtenir la taille exacte de
chaque taxon surtout pendant la saison sèche. Cependant, l’application de la
technique de dénombrement suivant la fréquence d’apparition a permis d’apprécier
la tendance de la taille de chaque taxon. Cette technique consiste à compter le
nombre d’individus de chaque espèce observée ou abondance relative.
Une grande différence d’abondance relative est remarquée chez de nombreuses
espèces, c’est-à-dire que certaines sont très abondantes, tandis que d’autres le sont
moins. Ainsi, plusieurs taxons répertoriés dans chaque site ne sont représentés que
par un seul individu.
Les causes probables sont :
•
•
•
c)
soit ces espèces seraient rares ou même très rares dans cette
région ;
soit la période d’inventaire n’est pas favorable pour la plupart des
espèces herpetofauniques,
soit ces espèces sont discrètes ou utilisent des microhabitats très
spécifiques ce qui les rend difficiles à observer ;
Résultat du piégeage
Au total, 495 nuits-pièges (165 dans chaque site) ont été réalisés dans les trois sites
d’étude. Deux individus seulement appartenant à 2 espèces différentes dont un
amphibien et un reptile ont été capturés par ce dispositif. Soit un taux de capture ou
un rendement de piégeage très faible de moins de 2%.
Cependant, l’une de ces deux espèces n’a pas été recensée par les deux autres
techniques d’inventaire. Il s’agit de l’amphibien Scaphiophryne calcarata. C’est une
espèce fouisseuse.
Le rendement de piégeage a été donc très faible, mais il est presque similaire aux
résultats obtenus dans d’autres forêts de l’Ouest et du Sud-Ouest de Madagascar
pour la même période d’inventaire.
5.8.8. Compilation
antérieures
avec
les
résultats
des
études
En 2002, des inventaires multidisciplinaires terrestres et aquatiques ont été conduits
dans le complexe Mahavavy Kinkony. Les reptiles aquatiques ont été les principales
cibles de ce travail dans le but d’identification des sites importants pour la
conservation et pour la délimitation de la NAP CMK. Un total de 20 espèces
d’Amphibiens et de Reptiles a été recensé dont 4 aquatiques et 16 terrestres.
L’inventaire mené en 2005 a ensuite permis de dénombrer 29 espèces dont 28
terrestres et semi-aquatiques et 1 aquatique.
Le présent inventaire fait état de 31 espèces dont 3 aquatiques. Une série de suivis
écologiques sur les espèces aquatiques surtout Erymnochelys madagascariensis a
été également menée dans quelques zones humides de la NAP CMK depuis 2005.
134
Au total, 41 espèces herpetofauniques ont été inventoriées dans cette NAP jusqu’à
ce jour dont 38 terrestres et 4 aquatiques. Parmi lesquelles, 8 sont des amphibiens
et 34 reptiles. Une espèce de tortue d’eau douce Erymnochelys madagascarensis
est classée En Danger Critique (CR) et un Caméléon Furcifer rhinoceratus est
classée Vulnérable (VU) selon la classification IUCN.
Le tableau suivant résume la liste des espèces présentes dans la NAP CMK.
135
Tableau 73. Liste des espèces présentes dans la NAP CMK après compilation de toutes les données disponibles
Présent inventaire
1
1
1
1
0
1
Inventaire en 2005
1
1
1
1
1
1
Inventaire zones
humides en 2002
1
1
1
0
0
0
Suivi écologique
2005 et 2010
0
0
0
0
0
0
Mantidactylus betsileanus
Boophis doulioti
Scaphiophryne calcarata
Acrantophis madagascariensis
0
1
1
1
1
0
1
1
0
1
0
0
0
0
0
0
Boidae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Colubridae
Chamaeleonidae
Chamaeleonidae
Chamaeleonidae
Sanzinia madagascariensis
Dromicodryas bernieri
Ithycyphus miniatus
Leioheterodon madagascariensis
Leioheterodon modestus
Liophidium torquatum
Madagascarophis colubrinus
Mimophis mahafalensis
Furcifer rhinoceratus
Furcifer oustaleti
Furcifer lateralis
0
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
1
1
1
0
1
1
0
1
0
1
1
0
1
1
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Chamaeleonidae
Gekkonidae
Gekkonidae
Gekkonidae
Brookesia stumpffi
Blaesodactylus ambonihazo
Phelsuma kochi
Phelsuma mutabilis
0
1
1
0
1
0
1
0
0
0
1
1
0
0
0
0
Famille
Hyperolidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Mantellidae
Genres et espèces
Heterixalus luteostriatus
Ptychadena mascarienensis
Laliostoma labrosa
Hoplobatrachus tigerinus
Mantidactylus curtus
Mantidactylus ulcerosus
Mantellidae
Mantellidae
Microhylidae
Boidae
136
Famille
Gekkonidae
Gekkonidae
Gekkonidae
Gekkonidae
Genres et espèces
Hemidactylus frenatus
Hemidactylus mercatorius
Lygodactylus tolampyae
Geckolepis typica
Présent inventaire
1
1
1
1
Inventaire en 2005
0
1
1
0
Inventaire zones
humides en 2002
1
1
1
0
Suivi écologique
2005 et 2010
0
0
0
0
Gekkonidae
Gerrhosauridae
Gerrhosauridae
Iguanidae
Scincidae
Scincidae
Blaesodactylus sakalava
Zonosaurus karsteni
Zonosaurus laticaudatus
Oplurus cuvieri
Trachylepis elegans
Trachylepis gravenhorstii
0
1
1
1
1
1
1
0
1
1
1
0
0
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Scincidae
Amphiglossus intermedius
0
1
0
0
Scincidae
Amphiglossus sp
0
1
0
0
Podocnemidae
Erymnochelys madagascariensis
1
0
1
1
Pelomedusidae
Pelomedusa subrufa
0
0
1
1
Pelomedusidae
Crocodylidae
Pelusios castanoides
Crocodylus niloticus
0
1
0
1
1
1
1
1
TOTAL
31
29
20
4
NOMBRE TOTAL ESPECES
41
137
5.9.
POISSONS
5.9.1. Caractéristiques physico-écologiques des sites
La connaissance des habitats et des biotopes fréquentés par les espèces est d’une
importance capitale pour la compréhension des exigences écologiques des poissons, et
partant, de ses conditions de survie. Globalement, les valeurs des différents paramètres
physico-chimiques de l’eau (cf. tableau suivant) sont propices à la vie piscicole.
La température de l’eau mesurée au niveau des plans d’eau étudiés varie de 22,1°C
(Ankamobe, site 2) à 30,8°C (Berevo, site 2). Les conditions thermiques de l’eau pourraient
s’expliquer par le fait que la durée totale d’insolation est relativement courte à cause de
l’ombre du rivage par la présence des boisements riverains et des plantes aquatiques,
s’opposant à la pénétration de la lumière (Ankamobe). A Berevo, les plantes aquatiques sont
rares et le niveau de l’eau est très bas, la température de l’eau est corrélée à la température
de l’air.
Au niveau de chaque station visitée, la valeur de la turbidité est très faible du fait de la
couleur rougeâtre de l’eau pour la plupart. Les plantes aquatiques et semi-aquatiques les
plus observées sur les plans d’eau sont formées par la famille des POACEAE (Phragmites
sp.) et des PONTEDERIACEAE (Eichornia crassipes).
138
Tableau 74 : Paramètres physico-chimiques de l’eau à Makary
SITES
Stations
Température
(°C)
Conductivité
(mV)
Turbidité
(cm)
27,2
176
37
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
30
150
83
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
MOR
28,7
26
47
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
AMPT
28,5
36
45
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
AMBO
28,3
34
43
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
MAH
29,7
39
47
claire
Sable
Peu profond, lotiques
Absent
AND
29,3
47
15
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
ANKB
29,6
36
20
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
ANKK
29,8
32
18
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
AMPR
29,6
47
13
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
TSIR
29,8
33
5
rougeâtre
Argile
Peu profond, lotiques
Absent
BEV 1
29,8
49
18
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
MAR
28,3
5
25
claire
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
MIA
28,7
9
23
claire
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
AMBT
28,5
34
21
claire
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
ANJ
28,2
27
15
rougeâtre
Argile
Peu profond, lentiques
Macrophytes
MAK
MAKARY
ND
Couleur de
l’eau
Substrats
Faciès
Couverture
végétale
Source : BIODEV, 2013
139
Tableau 75 : Paramètres physico-chimiques de l’eau à Tsiombikibo
TSIOMBIKIBO
SITES
Stations
ANKM
FALY
BEV 2
KAKS
BERV
ANDRF 1
ANDRF 2
ANDRF 3
ANDRF 4
ANDRF 5
KAMJ
Température
(°C)
27,1
28,4
29,1
28,7
30,8
26,7
22,5
22,1
22,3
22,3
28,7
Conductivité
(mV)
78
272
295
131
47
105
136
269
252
284
193
Turbidité
(cm)
86
53
9
33
16
38
25
47
62
58
26
Couleur de
l’eau
rougeâtre
claire
verdâtre
claire
claire
claire
claire
claire
verdâtre
verdâtre
rougeâtre
Substrats
Argile
Argile
Argile, sable
Argile, sable
Argile
Sable
Sable
Sable
Sable, argile
Sable, argile
Argile, sable
Faciès
Peu profond, lentiques
Profond, lentiques
Peu profond, lentiques
Profond, lotiques
Peu profond, lentiques
Peu profond, lotiques
Peu profond, lotiques
Peu profond, lotiques
Peu profond, lotiques
Peu profond, lotiques
Profond, lentiques
Couverture végétale
Macrophytes
Macrophytes
Absent
Absent
Absent
Plantes tombantes
Plantes tombantes
Plantes tombantes
Plantes tombantes
Plantes tombantes
Absent
Source : BIODEV, 2013
Tableau 76 : Paramètres physico-chimiques de l’eau à Morafeno Kingany et à Ampitsopitsoka
AMPITSOP
ITSOKA
MORAFENO
KINGANY
SITES
Stations
MORF
AMBN 1
KAOP 1
KAOP 2
AMBN 2
AMBN 3
ANTF
KELV
AMPTS
Température
(°C)
Conductivité
(mV)
Turbidité
(cm)
Couleur de
l’eau
Substrats
Faciès
Couverture végétale
29,6
-
173
-
19
-
rougeâtre
rougeâtre
rougeâtre
rougeâtre
claire
rougeâtre
rougeâtre
Sable
Sable
Sable
Argile
Sable
Argile
Argile
Profond, lotiques
Profond, lotiques
Profond, lotiques
Peu profond, lotiques
Peu profond, lentiques
Peu profond, lotiques
Profond, lotiques
Absent
Absent
Absent
Mangrove
Absent
Mangrove
Mangrove
-
-
-
rougeâtre
Argile
Profond, lotiques
Mangrove
28,4
28
17
claire
Argile
Peu profond, lentiques
Absent
140
SITES
Stations
Température
(°C)
Conductivité
(mV)
Turbidité
(cm)
Couleur de
l’eau
Substrats
Faciès
Couverture végétale
KAZ
-
-
-
rougeâtre
Argile
Profond, lotiques
Mangrove
ARTK
-
-
-
rougeâtre
Argile
Profond, lotiques
Mangrove
Source : BIODEV, 2013
141
5.9.2. Présence et absence des espèces au niveau de chaque site
Au total, 59 espèces de poissons appartenant à 38 familles différentes ont été inventoriées
dans l’ensemble des sites étudiés. La liste des espèces répertoriées dans chaque site est
dressée dans le tableau ci-après. Parmi ces espèces, 21 (soit 35,59 %) sont enregistrées au
niveau du site 1 ; 20 espèces (33,90%) dans le site 2 ; et les sites 3 et 4 affichent
respectivement 33 espèces (55,93 %) et 36 espèces (61%).
La majorité des poissons inventoriés au niveau des sites 3 (Morafeno kingany) et 4
(Ampitsopitsoka) est formée par des espèces euryhalines. Les endémiques ne sont
présentes qu’au niveau des sites 1 (Makary) et 2 (Tsiombikibo) sauf pour Arius
madagascariensis qui a été recensée également au niveau du marais d’Ambondro à
Morafeno kingany (site 3).
Tableau 77 : Présence et absence des espèces piscicoles et leurs richesses spécifiques
Familles
SITE 1
SITE 2
SITE 3
SITE 4
Anguilla marmota
1
1
0
1
Anguilla bicolor
1
1
0
1
ANTENNARIIDAE
Leiognathus aquulus
0
0
1
1
APLOCHEILIDAE ( a )
Pachypanchax omalonotus
0
1
0
0
ARIIDAE ( a )
Arius madagascariensis
1
1
1
0
BOTHIDAE
Arnoglossus laterna
0
0
0
1
Caranx sp.
1
1
1
1
Selar crumenophtalmus
0
0
0
0
CARCHARHINIDAE
Carcharinus leucas
0
0
1
1
CHANIDAE ( b )
Chanos chanos
1
1
0
1
Paretroplus petiti ( a )
1
0
0
0
Oreochromis mossambicus ( b)
1
1
1
0
Paretroplus kieneri ( a )
1
0
0
0
(b)
1
1
0
1
Oreochromis macrochir ( b )
1
1
0
0
Tilapia rendalli ( b )
1
1
1
1
Tilapia zilli ( b )
1
1
1
1
Sardinella melanura
0
0
1
0
Macrura kanagurta
0
0
1
0
CYPRINIDAE
Cyprinus carpio ( b )
1
1
0
0
DASYATIDAE
Dasyatis varnak
0
0
1
1
DREPANEIDAE
Drepane punctata
0
0
1
1
DUSSUMIERIDAE
Pellonulops madagascariensis
1
1
0
1
ELEOTRIDAE
Eleotris fusca ( c )
0
0
1
1
ELOPIDAE
Elops machnata
1
1
0
0
GADIDAE
Merlangius merlangus
0
0
1
0
ANGUILLIDAE ( c )
CARANGIDAE
CICHLIDAE
CLUPEIDAE
Espèces
Oreochromis niloticus
142
Familles
SITE 1
SITE 2
SITE 3
SITE 4
Gerres oyena
0
0
1
0
Glossogobius biocellatus
1
1
1
1
Glossogobius giurus
1
0
0
1
Pomadasys spp.
0
0
1
1
Hemiramphus far
0
0
1
0
Zenarchopterus dispar
0
0
0
1
Gnathodentex aurolineatus
0
0
1
1
Lethrinus reticulatus
0
0
1
1
Lethrinus sp.
1
0
0
0
MEGALOPIDAE
Megalops cyprinoides
1
1
1
1
MONODACTYLIDAE
Monodactylus sp.
0
0
1
0
Mugil robustus ( c )
0
0
1
1
Liza macrolepis ( c )
0
0
1
0
Agonostomus monticola
0
0
0
1
Mugil macrolepis ( c )
0
0
0
1
MULLIDAE
Pseudupeneus barberinus
0
0
1
0
MURAENESOCIDAE
Muraenesox cinereus
0
0
1
1
OPHICHTHIDAE
Myrichthys maculosus
0
0
1
0
OSTEOGLOSSIDAE
Heterotis niloticus ( b )
1
1
0
1
PLECTORHYNCHIDAE
Pseudopristipoma nigrum
0
0
0
1
Polydactylus astrolabi
0
0
1
0
Polydactylus plebeius
0
0
1
0
Polyteridus sp.
0
0
0
1
PRISTIGASTERIDAE
Pellona ditchela
0
0
1
0
SCATOPHAGIDAE
Scatophagus tetracanthus
0
1
0
1
Epunephelus spp.
0
0
1
1
Ambassis sp.
1
1
0
1
Kuhlia rupestris
0
1
0
0
Kuhlia sp.
0
0
0
1
SILLAGINIDAE
Sillago sihama
0
0
1
1
SPHYRAENIDAE
Sphyraena spp.
0
0
1
1
TERAPONTIDAE
Therapon jarbua
0
0
1
1
TETRAODONTIDAE
Chelonodon patoca
0
0
1
1
21
20
33
36
GERREIDAE
GOBIIDAE
HAEMULIDAE
HEMIRAMPHIDAE
LETHRINIDAE
MUGILIDAE
POLYNEMIDAE
SERRANIDAE ( c )
Espèces
TOTAL
Source : BIODEV, 2013
(a) désigne les espèces endémiques ; (b) désigne les espèces introduites;
(c) désigne les espèces communes ; le reste constitue des espèces euryhalines;
(1) désigne la présence et (0) l’absence de l’espèce dans le site.
143
5.9.3. Richesse spécifique et taux d’endémisme
Cet inventaire a permis de recenser au total 59 espèces piscicoles. La richesse spécifique
est la plus élevée au niveau du site 4 (Ampitsopitsoka) tandis qu’elle est la plus basse à
Tsiombikibo (site 2).
Seules quatre espèces endémiques ont été recensées, soit un taux d’endémicité de 10%.
Elles comprennent deux espèces de CICHLIDAE (Paretroplus petiti et Paretroplus kieneri),
une espèce d’APLOCHEILIDAE (Pachypanchax omalonotus) et une espèce d’ARIIDAE
(Arius madagascariensis).
La composition spécifique n’est pas similaire entre les quatre sites. Cette situation s’explique
par deux raisons principales. D’abord, les types d’habitats au niveau des sites se distinguent
en deux groupes: les marais, les lacs, le fleuve et la rivière pour les sites 1 et 2; les
mangroves et les estuaires marins au niveau des sites 3 et 4. Les types d’écosystèmes
lacustres des deux premiers sites ont une certaine ressemblance, seul le niveau de
perturbation au niveau des plans d’eau les différencie.
D’autre part, les poissons surtout ceux endémiques ont des exigences écologiques strictes
et bien déterminées, en particulier du point de vue de la qualité de l’eau et des habitats. Ils
cherchent en général des eaux claires, calmes avec des plantes aquatiques spécifiques
qu’ils utiliseront comme sites de refuge et de nidification.
Tableau 78 : Richesse spécifique et taux d’endémisme des espèces pisicoles par site
SITE 1
SITE 2
SITE 3
SITE 4
Richesse spécifique : 59
21
20
33
36
Nombre d’espèces endémiques
3
2
1
0
14,29
10
3,03
0
Taux d’endémisme (%)
Source : BIODEV, 2013
5.9.4. Abondance relative des espèces
A partir des valeurs d’abondance relative illustrées par la figure suivante, on peut classer les
différentes espèces recensées en espèces dominantes, influentes, rares ou très rares. Les
espèces dominantes sont les plus observées dans l’ensemble du CMK.
Les espèces Oreochromis macrochir, Caranx sp., Elops machnata et Scatophagus
tetracanthus sont classées très rares au niveau des 11 stations de Tsiombikibo (Site 2).
Deux espèces (Eleotris fusca et Glossogobius biocellatus) sont très rares à Morafeno
kingany (site 3 à six stations).
144
868091
EFFECTIFS
100
50
43 43
20 26
35
161525
4
21
12 12
2
18
915 11
SITE 2
SITE 3
SITE 4
0
SITE 1
TRES RARE
RARE
TOTAL
SITES
Figure 69 : Classe d’abondance des espèces pisicoles par site
5.9.5. Evaluation de stock en poissons
Les résultats de capture en fonction de l’effort de pêche déployé permettent d’estimer la taille
des populations ou le stock
tock de poissons (n)
( ) de chaque plan d’eau étudié. C’est une
estimation globale de l’effectif des poissons capturés de chaque site, sans étudier chaque
espèce séparément.
L’estimation de la taille des populations (n)
( ) est obtenue en considérant l’ensemble de
d
résultats des captures (prise par unité d’effort), à partir des données de tous les matériels de
pêche utilisés lors de la pêche expérimentale effectuée dans une surface de 100 m2 de
chaque site. L’équation de la droite de régression de Y en X obtenue est
es utilisée pour
estimer l’effectif initial des individus de chaque site, en déterminant la valeur de X dans le
cas où la valeur des individus capturés Y=0.. Les résultats figurent dans le tableau
t
suivant.
Du fait que les captures des poissons au niveau des rivières Tsiribihy et Kaksima, du fleuve
delta de Mahavavy ainsi que des estuaires marins et des
des cours d’eau des mangroves ont été
réalisées avec des systèmes de pêcheries ouvertes, l’estimation du
d stock en poissons dans
ces endroits n’est pas faisable.
faisable
Tableau 79. Evaluation de l’estimation de l’effectif des populations piscicoles des stations
k
Sites
n
Stations
(%)
(ind/ 100 m )
Stock
(ind/ha)
Kinkony
12,05
38 648
3 864 800
Androkoroko
43,21
36
3 600
0,08
37
7 055
3 705 500
Ankera kely
34,75
33
3 300
Amparihikely
39,68
47
4 700
Bevoay
46,91
44
4 400
Marakora
55,88
236
23 600
3,23
171
17 100
20,13
52
5 200
Ankera be
MAKARY
2
Miamba
Ambatovaky
145
k
Sites
Stations
(%)
n
2
(ind/ 100 m )
Stock
(ind/ha)
Anjanaboro
23,45
13
1 300
Ankamobe
22,32
82
8 200
Faly
46,45
29
2 900
Bevoay
28,44
22
2 200
Kaksima
38,11
27
2 700
Berevo
34,52
14
1 400
Andrafia
33,63
32
3 200
Kamonjo
23,27
225
22 500
MORAFENO KINGANY
Ambondro
50,73
23
2 300
AMPITSOPITSOKA
Ampitsondrona
35,59
16
1 600
TSIOMBIKIBO
k (%) : capture moyenne à chaque pêche
n : estimation des stocks de poissons
D’après ce tableau, le lac Kinkony et le marais d’Ankera be sont les lacs les plus peuplés
parmi toutes les stations visitées. Etant donné que le lac Kinkony a une capacité de charge
la plus élevée (13 900 ha) et que les ressources disponibles y sont abondantes par la forte
présence des plantes aquatiques, les conditions bio-écologiques du milieu sont favorables
au développement des espèces piscicoles.
Le marais d’Anjanaboro n’a approximativement que 1300 individus/ha, il a l’effectif le plus
faible de toutes les stations. Dans ce lac, les pêcheurs locaux utilisent des matériels de
pêches destructrices comme le « Fidoboka ». En plus, les plantes aquatiques y sont très
rares.
La taille des populations piscicoles au niveau des lacs satellites et marais est très faible par
rapport à celle observée dans le lac Kinkony. Même si la majorité des pêcheurs font partie
de l’association des communautés locales ou Vondron’Olona Ifotony (VOI), ces membres ne
respectent pas toujours les règlements en vigueur comme l’interdiction de l’utilisation de
vides des mailles très étroites et le non respect de la période de fermeture de pêche. Les
pêches aux filets sennes et maillants de 100 à 800m de longueur et à maillage très serré
(inférieur à 15 mm) sont les plus pratiquées dans ces plans d’eau permettant la capture des
individus jeunes, donc le renouvellement de la composition spécifique est excessivement
compromis.
Les plans d’eau sont donc très perturbés par les activités de pêche. En plus, les plantes
aquatiques y sont très rares et les exigences écologiques des espèces ne sont pas
respectées car le niveau de l’eau observée est très bas, ce qui augmente la température de
l’eau et entraine un manque d’oxygène pour les poissons.
146
5.9.6. Production piscicole
a. Production du lac Kinkony (site 1)
Le Tableau ci-après montre que parmi les stations du lac Kinkony, la production piscicole
moyenne des sites varie de 27 à 738 individus/heure. La station à Makary est la plus
productive. Les espèces Tilapia rendalli et T. zilli prédominent dans ce plan d’eau, allant
jusqu’à 39% des captures totales. Les zones de pêche présentes au niveau de chaque site
ont des influences directes sur ces résultats.
Les espèces Oreochromis macrochir et Oreochromis niloticus ont été inventoriées dans les
cinq stations du lac. Fréquentant plusieurs types de microhabitats, elles sont capturées par
les différents types de matériels utilisés au niveau des zones de pêche.
Tableau 80. Production piscicole du lac Kinkony en fonction de chaque espèce
Espèces
MAK
ND
Ambassis sp.
MOR
AMPT
AMBO
Moyenne
1
-
1
-
1
1
Anguilla bicolor
4
-
-
-
-
4
Anguilla marmota
5
-
-
-
-
5
Caranx sp.
1
-
1
1
-
1
Cyprinus carpio
37
-
20
7
-
21,33
Glossogobius biocellatus
9
3
2
7
13
6,8
Glossogobius giurus
3
-
-
-
-
3
Heterotis niloticus
26
-
10
33
8
19,25
Lethrinus sp.
1
-
1
-
-
1
Megalops cyprinoides
1
-
-
-
-
1
130
5
115
134
58
88,4
Oreochromis macrochir
Oreochromis mossambicus
-
11
-
-
-
11
178
4
151
62
136
106,2
Paretroplus kieneri
-
4
-
-
-
4
Paretroplus petiti
9
-
3
2
6
5
Pellonulops madagascariensis
1
-
-
-
-
1
Tilapia rendalli
201
-
88
95
106
122,5
Tilapia zilli
131
-
198
127
91
136,75
Production (individu/heure)
738
27
590
468
419
668,18
Oreochromis niloticus
b. Production des autres stations du Makary (site 1)
La production piscicole des autres plans d’eau situés dans le site 1 varie de 9 à 235
individus/heure (cf. tableau suivant). Le marais d’Anjanaboro est le moins productif, tandis
qu’au niveau du lac Marakora, la production est la plus élevée. Les espèces Tilapia rendalli
et T. zilli sont recensés au niveau des 11 plans d’eau. Elles sont aussi les plus capturées et
les plus abondantes dans les stations visitées.
147
TSIR
BEV 1
MIA
AMBT
ANJ
-
1
1
-
-
1
-
-
-
-
A. marmota
-
-
-
-
1
1
1
-
-
-
-
Ambassis sp.
-
-
-
-
-
-
-
-
1
-
-
Arius m.
7
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
C. carpio
-
-
5
3
3
-
-
3
1
1
-
C. chanos
2
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
E. machnata
3
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
G. biocellatus
-
-
1
-
1
1
-
1
3
1
-
G. giurus
-
-
2
-
-
-
-
-
-
-
-
H. niloticus
-
2
1
1
3
4
6
6
1
1
3
O. macrochir
15
-
3
2
-
-
-
17
O. mossambicus
11
1
2
1
1
3
-
O. niloticus
11
4
6
1
-
13
4
P. petiti
-
-
-
-
-
-
Pellonulops m.
-
-
103
12
18
T. rendalli
1
11
1
1
T.zilli
2
16
23
Production
(individu/heure)
52
34
148
MAR
AMPR
-
ANKK
AND
A. bicolor
ANKB
Espèces
MAH
Tableau 81. Production piscicole des plans d’eau du site 1 en fonction de chaque espèce
1
-
1
-
-
14
1
6
-
-
3
3
1
29
-
-
-
9
-
7
11
19
59
6
7
2
7
8
13
15
132
9
9
3
29
42
75
46
235
26
35
9
c. Production des stations de Tsiombikibo (site 2)
D’après le Tableau qui suit, le marais de Berevo est le moins productif des stations à
Tsiombikibo avec 12 individus/heure et le lac Kamonjo en est son antipode avec 167
individus/heure. Dix-huit espèces parmi les 20 espèces inventoriées dans le site sont
abondantes et capturées à Kamonjo.
FALY
BEV 2
KAKS
BERV
ANDR 1
ANDR 2
ANDR 3
ANDR 4
ANDR 5
A. bicolor
1
-
-
-
-
-
-
-
-
-
3
A. marmota
1
-
-
-
-
-
-
-
-
-
2
Ambassis sp.
12
-
-
-
-
-
-
-
-
-
17
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
3
Arius m.
KAMJ
Espèces
ANKM
Tableau 82. Production piscicole des stations du site 2 en fonction de chaque espèce
148
ANKM
FALY
BEV 2
KAKS
BERV
ANDR 1
ANDR 2
ANDR 3
ANDR 4
ANDR 5
C. carpio
2
-
-
-
-
-
-
-
-
-
2
C. chanos
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
2
Caranx sp.
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
1
Elops m.
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
1
G. biocellatus
2
-
-
-
-
-
-
-
-
-
14
H. niloticus
KAMJ
Espèces
23
-
-
-
-
-
-
-
-
-
13
Kuhlia r.
-
-
-
-
-
3
5
18
7
5
-
Megalops c.
-
-
-
3
-
-
-
-
-
-
2
O. mossambicus
-
-
-
2
-
-
-
-
-
-
-
O. macrochir
7
4
-
-
-
3
1
1
11
4
1
O. niloticus
4
2
-
1
-
-
-
-
-
-
4
Pachypanchax o.
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
4
Pellonulops m.
-
-
-
18
-
-
-
-
-
-
32
Scatophagus t.
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
1
T. rendalli
2
8
7
-
3
7
4
1
8
2
28
T. zilli
6
15
12
-
9
13
4
3
16
5
37
Production
(individu/heure)
60
29
19
24
12
26
14
23
42
16
167
d. Production des stations de Morafeno Kingany (site 3)
A Ambondro a été observée à la fois la production la plus élevée et la plus faible. Le marais
à Ambondro est le moins productif, soit 16 individus/heure et l’estuaire marin du côté
d’Ambondro affiche l’effectif le plus élevé de 104 individus/heure.
KAOP
1
KAOP
2
AMBN
2
AMBN
3
Arius madagascariensis
-
-
-
-
-
2
Caranx sp.
-
6
-
-
-
-
Carcharinus leucas
-
-
2
-
-
-
Chelonodon patoca
-
6
-
8
-
-
Dasyatis varnak
-
-
1
-
-
-
Drepane punctata
-
-
6
2
-
-
Eleotris fusca
-
1
-
-
-
-
Epunephelus spp.
-
-
1
-
-
-
Gerres oyena
-
-
-
-
-
1
Glossogobius biocellatus
-
1
-
-
-
-
Gnathodentex aurolineatus
-
-
5
-
-
-
Espèces
MORF
AMBN
1
Tableau 83. Production piscicole des stations du site 3 en fonction de chaque espèce
149
AMBN
1
KAOP
1
KAOP
2
AMBN
2
AMBN
3
-
5
-
-
-
-
Kuhlia sp.
-
-
-
21
-
-
Leiognathus aquulus
-
14
-
-
-
-
Lethrinus reticulatus
-
-
4
3
-
1
Liza macrolepis
-
-
-
-
-
1
35
-
-
-
-
-
Megalops cyprinoides
-
2
-
-
-
-
Merlangius merlangus
-
7
-
-
-
-
Monodactylus sp.
-
18
-
-
-
-
Mugil robustus
-
9
-
-
5
5
Muraenesox cinereus
-
-
1
1
-
1
Myrichthys maculosus
-
-
-
-
-
1
Oreochromis mossambicus
-
-
-
-
2
-
Pellona ditchela
-
3
-
-
-
-
Polydactylus astrolabi
-
2
-
-
-
-
Polydactylus plebeius
-
-
3
2
-
-
Pomadasys spp.
Macrura kanagurta
MORF
Hemiramphus far
Espèces
-
-
3
5
-
2
Pseudupeneus barberinus
23
12
-
-
-
-
Sardinella melanura
2
-
-
-
-
-
Sillago sihama
-
16
-
-
-
-
Sphyraena spp.
-
-
-
-
-
2
Therapon jarbua
-
2
-
-
-
-
Tilapia rendalli
-
-
-
-
12
-
Tilapia zilli
-
-
-
-
3
-
60
104
26
42
22
16
Production (individu/heure)
e. Production des stations à Ampitsopitsoka (site 4)
Les productions à Aranta kely et à Antafiandolo sont respectivement de 184 et 101
individus/heure. Au niveau des autres stations à Ampitsopitsoka, elles sont très basses
variant de 11 à 14 individus/heure.
La station à Antafiandolo abrite plusieurs espèces euryhalines à production moyenne et les
espèces à Aranta kely ont la production la plus élevée. Au niveau des trois autres stations, le
nombre d’espèces présentes ainsi que leurs productions sont faibles
150
ART
K
AM
PTS
KAZ
KEL
V
ANT
F
Tableau 84. Production piscicole des stations du site 4 en fonction de chaque espèce
Agonostomus monticola
3
-
-
-
-
Ambassis sp.
1
-
3
-
12
Arnoglossus laterna
2
-
-
-
1
Caranx sp.
3
-
-
-
16
Carcharinus leucas
1
-
-
-
-
Chanos chanos
3
-
-
-
-
Chelonodon patoca
-
-
-
-
15
Dasyatis varnak
1
-
-
-
-
Drepane punctata
-
-
-
-
15
Eleotris fusca
2
5
-
1
-
Epunephelus spp.
2
4
-
2
-
Glossogobius biocellatus
2
2
-
1
-
Glossogobius giurus
3
-
-
-
-
Gnathodentex aurolineatus
3
-
-
-
-
Heterotis niloticus
-
-
2
-
-
Kuhlia sp.
1
-
-
-
-
Leiognathus aquulus
1
-
-
-
21
Lethrinus reticulatus
5
1
-
3
-
Megalops cyprinoides
5
-
1
-
-
Mugil macrolepis
9
-
-
-
-
Mugil robustus
13
-
-
-
29
Muraenesox cinereus
1
-
-
-
-
Oreochromis niloticus
Espèces
-
-
1
-
-
Pellonulops madagascariensis
32
-
-
-
35
Polyteridus sp.
1
-
-
-
-
Pomadasys spp.
4
-
-
-
5
Pseudopristipoma nigrum
-
1
3
-
Scatophagus tetracanthus
1
-
-
-
-
Sillago sihama
-
-
-
-
7
Sphyraena spp.
2
-
-
-
-
Therapon jarbua
-
-
-
-
28
Tilapia rendalli
-
-
5
-
-
Tilapia zilli
-
-
2
-
-
Zenarchopterus dispar
-
1
1
-
101
14
11
184
Production (individu/heure)
14
151
5.9.7. Classement par taille du peuplement ichtyque
Lors des pêches expérimentales effectuées au niveau des cinq stations du lac Kinkony, les
espèces capturées à Makary (Paretroplus petiti, Glossogobius biocellatus, Heterotis
niloticus, Cyprinus carpio et Oreochromis mossambicus) sont de grande taille (> 200mm).
Seule Pellonulops madagascariensis a une taille de 48mm. Au niveau des autres stations, la
plupart des individus sont entre 50 à 100 mm. Les populations piscicoles y sont donc
formées par des individus jeunes adultes de taille moyenne.
Concernant les autres plans d’eau du site Kinkony, la taille minimale des individus notée est
de 25mm pour Pellonulops madagascariensis et la taille maximale est de 921 mm pour
Anguilla marmota. La première espèce est morphologiquement de petite taille même pour
les individus adultes et elle est longue pour la deuxième espèce. Ces plans d’eau abritent
des individus de taille moyenne de 48 à 100 mm et les individus de grande taille (supérieur à
200 mm) sont les Heterotis niloticus, Cyprinus carpio, Paretroplus petiti, Channos channos,
Arius madagascariensis et les ANGUILLIDAE, GOBIIDAE.
Au niveau du site 2, les individus adultes dont la taille se trouve entre 29 à 75 mm sont les
plus abondants. Seules Heterotis niloticus, Cyprinus carpio et les espèces de la famille des
ANGUILLIDAE ont une taille supérieure à 200 mm.
Les individus mesurés au niveau des sites 3 et 4 sont pour la plupart de grande taille,
excepté les espèces de poissons naturellement de petite taille comme Ambassis sp. et
Pelonullops madagascariensis.
5.9.8. Compilation des données avec celles obtenues durant les
études antérieures
Les données qualitatives concernant la richesse spécifique de l’ichtyofaune présentées dans
ce travail sont représentatives de chaque site car elles sont obtenues à partir de comptage
direct des produits par les engins de pêche utilisés au niveau des différentes zones de
pêche. Chaque site étudié comporte deux sortes de populations piscicoles, à savoir les
populations des espèces introduites et les populations des espèces indigènes englobant les
espèces endémiques, les espèces euryhalines et les espèces communes. Les introduites
prédominent les plans d’eau, induisant la modification du système biologique de plusieurs
espèces endémiques ainsi que le biotope (destruction de l’habitat).
Le présent recensement a montré que le peuplement piscicole du CMK est constitué par 38
familles et 59 espèces. Les espèces endémiques Paretroplus kieneri et Pachypanchax
omalonotus ne sont répertoriées respectivement que dans les lacs Kinkony et Kamonjo.
Paretroplus petiti est listée dans le lac Kinkony et les marais de Miamba et d’Ambatovaky.
Celle d’Arius madagascariensis est à Mahavavy, Kamonjo et marais d’Ambondro. Ces
espèces semblent trouver leurs besoins écologiques dans ces plans d’eau du fait que les
racines des plantes submergées qui s’y trouvent leur servent d’abris et de lieux de ponte.
En 2006, 30 espèces piscicoles ont été répertoriées dans 30 stations dans le complexe
Mahavavy-kinkony. Elles ont été recensées au cours de cette étude, excepté Pachypanchax
betsiboka et Paratilapia polleni, espèces rencontrées seulement au niveau du lac Tsiambara
qui n’a pas fait l’objet de visite au cours de cette investigation à cause de l’insécurité qui
règne dans cette zone.
D’autres espèces dénombrées au cours de cette étude sont localisées dans les mangroves
et les estuaires marins d’Ampitsopitsoka et de Morafeno kingany, des sites qui ne faisaient
pas partie des zones étudiées en 2006.
152
6. ANALYSE DES TENDANCES
6.1.
ANALYSE DE LA PERTE EN COUVERTURE FORESTIERE
Une analyse multidate des cartes disponibles sur l’ensemble de la zone a permis de voir
l’évolution de la couverture végétale de la NAP CMK durant ces dernières décénnies. Pour
ce faire, les données SIG de ONE sur la déforestation entre 1990 et 2010 ont été exploitées
et comparées avec l’image satellite LANDSAT datant de 2013. Les resultats ainsi obtenus
sont résumés dans le tableau et la figure qui suivent.
Tableau 85. Evolution de la dégradation forestière dans la NAP CMK
Année
Surface Perdue (Ha)
Surface perdue
annuellement (Ha)
1990 à 2000
3846
384
2000 à 2005
1372
274
2005 à 2010
978
195
2010 à 2013
1333
444
Taux annuel (%)
CMK
Boeny Ankarafantsika
0,71
0,55
0,40
1,03
1,1
0,81
0,5
0,05
0,9
0,13
En 23 ans (1990 à 2013), la NAP CMK a perdu 7530 ha de forêt, soit environ 20% de sa
superficie forestière actuelle. On a observé une diminution constante de ce taux de
déperdition forestière pendant la période de 1990 à 2010. En effet, si le taux de défrichement
annuel entre 1990 et 2000 était de 0.71%, il est descendu à 0.4% entre 2005 et 2010. La
situation s’est inversée depuis 2010 car l’on assiste actuellement à un taux de déforestation
de l’ordre de 1% par an.
D’après la figure suivante, l’évolution du taux de défrichement annuel dans la NAP CMK suit
l’évolution du taux de dégradation forestière dans l’ensemble de la Région BOENY ainsi que
celle du parc national d’Ankarafantsika, le parc le plus proche. Il est remarqué que la
déforestation dans la NAP est inférieure à celle de la région mais supérieure à celui du parc
Ankarafantsika.
1,20
1,00
0,80
0,60
NAP
0,40
Boeny
Ankarafantsika
0,20
0,00
1990 à
2000
2000 à
2005
2005 à
2010
2010 à
2013
Figure 70. Tendance du rythme de degradation des forêts de la NAP CMK par rapport à ceux
de la Région Boeny et du PN Ankarafantsika
153
Carte 8. Rythme de dégradation forestière
6.2.
ANALYSE DES TENDANCES SUR LES DIFFERENTS TYPES D’ECOSYSTEMES
• Exploitation dévastatrice des forêts sèches
Les forêts denses sèches du Complexe Mahavavy Kinkony sont en situation critique suite à
la dégradation inquiétante et continue des végétations qui les composent. Presque la totalité
de la forêt visitée est sujette à des exploitations illicites, des coupes sélectives, des feux de
forêts et de végétation pour les transformer par la suite en terrains cultivables. Les
fragmentations considérables de la forêt sont aussi très marquées grâce à l’existence de
plusieurs chemins charetables qui traversent le massif forestier. De plus, plusieurs
installations humaines ou habitations ont été observées à l’intérieur des forêts visitées.
Les bois morts naturellement servent de bois de chauffe pour les communautés riveraines
tandis que les bois de valeur ainsi que les grands arbres sont collectés par les expoitants en
faisant des coupes sélectives ou illicites. La récolte de Dioscorea n’est pas à exclure car on
a pu constater la présence de plusieurs trous à l’intérieur des forêts.
L’exploitation des essences forestières sans aucune étude préalable ni étude d’impact
environnemental constitue une menace pour la forêt sèche du CMK. Une considération
particulière de cette situation s’avère necessaire comme le cas de l’exploitation de
Motrobeatinana dans la partie de Morafeno Kingana pour la fabrication d’huile essentiel.
154
Chemin charétable à l’intérieur de la forêt (Site I)
Feux de forêt à l’intérieur du noyau dur d’Andohala (Site I)
Coupe sélective des gros arbres (Site II)
Prélèvement por le bois de chauffe et Charbon (Site IV)
Construction Pirogue par des villageois (Site III)
Bois carré en palissandre (Site II)
Figure 71. Illustrations relatives à l’exploitation des forêts sèches
• Transformation des zones forestières en terrains de cultures
Le niveau de pauvreté des populations et la forte dépendance de l’économie de subsistance
sur l’utilisation des ressources naturelles, sont autant de facteurs favorisant l’existence des
pressions sur l’aire protégée de Mahavavy Kinkony.
Parmi les principales pressions sur l’aire protégée figure en premier lieu la pratique de la
culture sur brûlis au niveau des forêts sèches. Cette activité consiste à exploiter un terrain en
155
coupant des arbres sur une superficie donnée et en brûler ensuite ce terrain pour pouvoir le
cultiver pendant deux ou trois ans, avant de le laisser en jachère. Dans le cas où le feu n’est
pas contrôlé, une grande partie de la couverture forestière peut être détruite. Cette pratique
a réduit par conséquent, de façon alarmante, la surface de la forêt et a entraîné la
fragmentation forestière.
Cette situation s’explique en partie par l’affluence des migrants en provenance
essentiellement de la Région Melaky (au Sud) et de Marovoay (Est). Ces nouveaux venus
s’installent provisoirement dans des campements de fortune, s’accaparent ensuite des zones
forestières pour en faire des champs de culture.
Figure 72 : Photo de rizière et habitation temporaire à l’intérieur de la forêt d’Andohaala,
Makary (gauche), forêt Analamanitra, Tsiombikibo (droite).
Figure 73 : Photo montrant les défrichements pour l’extension des espaces cultivables. Makary
Le défrichement consiste à couper des arbres sur une surface donnée pour pouvoir
construire une ou plusieurs habitations comme l’illustre la photo ci-dessus. De plus, le
défrichement des forêts est opéré par la pratique à court terme de cultures vivrières tels que
le riz, le maïs seulement durant la saison de pluie. Ce défrichement est observé à l’intérieur
de la forêt où le sol est encore fertile. En outre, les villages étendent petit à petit leur zone
d’exploitation et leurs terres de culture nécessitant d’avantages de défrichements pour
l’occupation de l’espace. Ce mode d’exploitation constitue une menace permanente pour les
animaux sauvages par la destruction de leurs habitats.
• Extension des villages de plus en plus vers les lisières forestières
Les défrichements n’ont pas uniquement pour objectifs d’étendre les champs de culture. Ils
visent également à accaparer les terrains pour la création de nouvelles zones d’habitation.
156
En effet, la pression humaine prend toujours de l’ampleur, due à la croissance
démographique. Les villages s’élargissent et se rapprochent des formations forestières. Des
groupuscules de quelques toits de maisons se forment peu à peu et grossissent pour devenir
des Fokontany peuplés.
Figure 74 : Des villages aux abords de la forêt sèche
• Menace sur les Mangroves.
Les mangroves constituent une ressource en bois de contruction et de clôture ainsi qu’une
ressource en produit halieutique pour la population environnante. Selon la population locale,
les bois de mangrove sont coupés illicitement par des exploitants venant de Majunga ou des
immigrants à des fins commerciales.
Pour les mangroves se trouvant au front de la mer, l’ensablement est le facteur principal
causant la mort des espèces car la racine des individus sont enfuis dans le sable. Des
érosions de la rive sont aussi constatées sur les formations de mangrove bordant des
fleuves.
Coupe à l’intérieur d’un Mangrove (Site IV)
Construction cage avec bois de Mangrove (site III)
157
Trace de coupe de bois de Mangrove (Site III)
Ensablement au bord de la mer (Site III)
Figure 75. Menaces sur les mangroves
• Menace sur les Lacs.
En période sèche, le lac se tarit et les populations en profitent pour modifier l’usage des
zones marécageuses. Les berges des lacs sont transformées en terrains de culture pouvant
entraîner la modification des paramètres écologiques du site.
Ce changement par l’action humaine ne cesse d’accroitre au fil des années car les besoins
en riz ne cessent d’augmenter avec un acroissement de la population locale. On note aussi
l’envahissement de bararata dans le lac.
Conversion de la rive du Kinkony en riziculture (Site I)
Envahissement de Bararata (Site I)
Figure 76. Menaces sur les lacs
• Les marécages à Raphia
La principale menace pesant sur les formations raphières sont les feux car les Raphia ne
supportent pas les feux. De plus, un manque d’eau n’est pas à exclure car les espèces ont
besoin de beaucoup d’eau pour pouvoir se développer normalement.
158
Dans le site II (Tsiombikibo), quelques espèces fruitières (Manguier, citronnier, …) poussent
sous les raphias. Cette culture de raphia avec les arbres fruitiers est entreprise par les
habitants d’Analamanitra. On peut aussi noter la divagation des zébus dans cette zone,
entrainant la mort des jeunes pousses des Raphia.
Formation raphière (Site III)
Les feuilles des Raphia commence à séchées à cause du
manque d’eau (site II)
Figure 77. Assèchement des formations raphières
• Les savanes.
Les feux de brousses sont une des activités les plus dévastatrices des savanes. C’est durant
la saison sèche que l’on rencontre souvent cette pratique. L’objectif du feu est
principalement pour acquerir un renouvellement de pâturage ou pour faciliter le désherbage.
A cause de l’insuffisance de formation en gestion des fleu pour la population locale, la
propagation de ces derniers n’est pas contrôlée, entraînant généralement une dérive et
provoquant les feux de forêts et les feux de brousses.
Conversion des savanes en terrain de culture (Site II)
Touffe espacée d’herbe après plusieurs passage de feux
sur savane (Site II)
Figure 78. Menaces sur les savanes
159
• Menaces sur les forêts de galerie
Les forêts de galerie sont les plus menacées par les feux car elles se trouvent généralement
sur un sol fertil. Plusieurs formations sont déjà transformées en terrain de culture. On note
aussi la présence de l’exploitation de charbon entrainant la perte de Ziziphus qui est le plus
exploité en la matière.
Four à charbon à l’intérieur de la forêt (Site III)
Chemins reliant des terrains de culture et un village sur
savane (Site IV)
Figure 79. Menaces sur les forêts galeries
160
Carte 9. Evolution des feux dans le Complexe Mahavavy Kinkony
161
6.3.
-
ANALYSE DE LA TENDANCE DE LA BIODIVERSITE FAUNISTIQUE
Pour les Lémuriens :
Les seules données disponibles et comparables concernent les groupes de Lémuriens. Pour
voir les tendances des populations de lémuriens du Complexe Mahavavy-Kinkony, les
résultats de Rabarisoa & Randriamanindry en 2006 sont pris comme référence.
Tableau 86. Groupes de grands lémuriens observés durant les deux sessions d’inventaire
à Mahavavy-Kinkony
Groupes
Propithecus deckeni
2006
2013
11
11
Propithecus coronatus et Propithecus deckeni
3
Eulemur mongoz
3
9
Eulemur rufus
1
7
Propithecus. coronatus
9
Total
15
39
Le nombre des groupes observés passe de 15 en 2006 à 39 en 2013. Notons d’une part la
présence de trois groupes composé chacun par un mélange d’individus de Propithecus
coronatus et Propithecus deckeni observés durant la présente session d’inventaire. D’autre
part, le nombre de groupes pour Propithecus deckeni demeure identique pendant ces deux
investigations.
Pour les espèces qui mènent une vie solitaire, le nombre d’individus observés
respectivement en 2006 et 2013 dans le Complexe Mahavavy-Kinkony figure dans le tableau
ci-après. L’effectif des individus observés a connu une augmentation pour les microcèbes
mais semble constant pour les cheirogales.
Tableau 87. Nombre d’individus observés durant les deux sessions d’inventaire à
Mahavavy-Kinkony
Espèces
2006
2013
Microcebus spp.
42
96
Cheirogaleus medius
1
1
Lepilemur sp.
-
3
Pour les Chiroptères
Pour les mégachiroptères, il est constaté au cours de cette étude une faible abondance
relative de l’espèce endémique Pteropus rufus contrairement à l’autre espèce endémique
Rousettus madagascariensis. L’état de la population de cette dernière a un lien avec la
tradition malgache où « il est tabou de capturer les chauves-souris dans leurs gîtes diurnes »
et le gîte correspond aussi à un lieu sacré « Madiromasy » qui peut être traduit littéralement
en « Tamarin sacré ».
162
Par contre, Pteropus rufus a une population peu abondante qui coïncide d’une part à la
chasse de cette espèce en tant que gibier très apprécié par les consommateurs. Cette
espèce n’est pas capturée dans le gîte diurne car c’est tabou, mais par contre il est capturé à
l’aide des filets aux alentours de ces gîtes. La capture des individus de Pteropus rufus
s’effectue clandestinement pendant la période de soudure qui coïncide avec la fermeture des
usines de production de sucre, allant du mois de décembre de l’année en cours au mois de
février de l’année suivante.
Les microchiroptères à leurs tours ne sont pas chassés, ni consommés par la population.
Toutefois, pour les espèces occupant les habitations notamment les écoles publiques, des
perturbations de leurs gîtes sont remarquées. Il s’agit d’Emballonura atrata et Miniopterus
manavi. En général, les individus ne sont pas tués mais sont chassés par la technique
d’omission des plafonds pour les deux gîtes visités, ce qui entraîne la recherche de
nouveaux gîtes diurnes. Certaines menaces sur les chiroptères sont à noter et représentées
par le tableau suivant.
Les enquêtes menées au hasard auprès des personnes
responsables de site ont permis d’avoir les résultats suivants.
Tableau 88. Capture des chiroptères dans le Complexe Mahavavy Kinkony
Espèces de chiroptères
Nombres
Nombre
de
d’individus
chasseurs capturés par nuit
Pteropus rufus
5
Fréquence
moyenne de
capture
3 à 6 individus /jour 2jours/semaine
Prix unitaires
de vente
800 Ar à 1000
Ar
Les individus capturés sont mis en vente clandestinement aux habitants aux alentours et
dans le village de Namakia.
Tableau 89. Estimation des individus capturés et ressources de revenus sur les chiroptères dans le Complexe
Mahavavy Kinkony
Espèces de
chiroptères
Nombres moyen
d’individus
capturés/
semaine
Pteropus rufus
9
Nombre moyen
d’individus
capturés pendant
la saison de
capture
108
Ressource
moyen de
revenu par
semaine (Ar)
Ressource
moyen de
revenu pendant
la saison (Ar)
8100
97 200
Pour évaluer la diminution de la population de Chiroptères suite à cette pratique de la chasse
pour les 5 années à venir, et ceci sans tenir compte des naissances car le nombre de couple
est ignoré, on se base sur le nombre moyen des individus capturés pendant la saison de
chasse.
Tableau 90. Estimation des individus capturés et ressources de revenus sur les
chiroptères dans le Complexe Mahavavy Kinkony
Nombre
capturés
moyen
d'individus
Effectif de la population
Année 1
Année 2
Année 3
Année 4
Année 5
108
216
324
432
540
800
692
584
476
368
163
Effectifs de la population
900
800
700
600
500
400
300
200
100
0
y = -108x + 908
R² = 1
Année 1
Année 2
Année 3
Année 4
Année 5
Année de capture
Effectif de la population
Linéaire (Effectif de la population )
Figure 80. Evolution de la population actuelle de Pteropus rufus sans tenir compte des
naissances annuelles dans le complexe Mahavavy Kinkony
Cette courbe de régression montre une diminution de la population des individus adultes de
Pteropus rufus dans les 5 années à venir. Soit moins de 400 individus adultes en 2017.
L’évaluation de cette tendance régressive est basée seulement sur la chasse sans tenir
compte des naissances qui s’effectuent suivant deux modèles dont le premier est le type
mono-œstrus où la grossesse est unique pendant la saison estivale, la seconde du type poly
œstrus à naissances multiples durant une saison de reproduction limitée chez Pteropus
rufus.
-
Pour les poissons :
La surexploitation des produits halieutiques par l’utilisation de filets aux mailles très serrées
et non réglementaires est très fréquemment adoptée au niveau des plans d’eau.
Les enquêtes et observations faites auprès des pêcheurs et des vendeurs ont permis de
connaître la quantité maximale de poissons obtenus par les pêcheurs, soit 7 kg par jour. La
surexploitation tend également à ne plus prendre en compte les périodes de reproduction,
c’est-à dire la période de fermeture de pêche.
Ainsi, le non renouvellement des stocks à cause de la pêche de juvéniles immatures et des
femelles gravides affectent sur la production piscicole. Par ailleurs, la destruction d’origine
anthropique des habitats aquatiques et des couvertures végétales au niveau du bassin
versant sont notables et constituent une forte pression pour l’ichtyofaune dulçaquicoles et en
particulier les endémiques. Les berges des lacs sont transformées en terrain de culture
entrainant la modification des paramètres écologiques des sites.
-
Pour les herpétofaunes :
Concernant particulièrement les herpétofaunes aquatiques, les résultats obtenus jusqu’ici
prouvent l’importance des écosystèmes aquatiques sur la biodiversité de la région. La valeur
écologique de cette biodiversité et la tendance de la population des espèces aquatiques sont
synthétisées dans le tableau suivant.
164
Tableau 91. La tendance de la population des espèces aquatiques dans le CMK
Année
2005
2010
2011
Mai 2013
(SPGCM)
Présent
inventaire
Erymnochelys
madagascariensis
Pelusios castanoides
16
6
0
0
3
22
0
0
0
0
Pelomedusa subrufa
0
0
0
0
0
Crocodylus niloticus
5
4
0
Traces
d’existence
6
Ce tableau montre la variation du nombre d’individus capturés ou vus durant les différentes
périodes de suivi écologique depuis 2005. Il est très difficile de tirer une conclusion sur la
tendance de la population à partir de ce tableau pour les raisons suivantes :
-
Le nombre de sites visités est très différent d’une session à une autre
L’effort d’échantillonnage n’est pas le même
Le suivi a été effectué pendant différentes saisons
La durée d’échantillonnage n’est pas identique.
165
7. RESULTATS DES ENQUETES SOCIO-ECONOMIQUES
7.1.
TAILLE DE L’ECHANTILLON ET REPARTITION DES MENAGES ENQUETEES
Le Complexe Mahavavy Kinkony appartient à la catégorie V selon la classification de
l’UICN « Paysage terrestre et marin protégé ». Une des particularités de cette catégorie
réside dans le fait que ce type de paysages se retrouve souvent dans une zone habitée. Et,
c’est le cas du Complexe Mahavavy Kinkony. Il abrite sept (7) Communes2. 53 Fokontany
sur 58 de ces Communes se trouvent à l’Intérieur du périmètre de l’aire protégée.
Les enquêtes socio-économiques sont portées sur 1105 ménages répartis dans 24
fokontany et six (6) communes. Le tableau ci-après présente la répartition de ces
échantillons au niveau des communes.
Tableau 92 : Tableau de répartition des ménages énquêtés.
Nombre de
fokontany
Pourcentage concernés
COMMUNES
Nombre de ménages
enquêtés
ANTONGOMENA BEVARY
268
24,3
4
ANTSEZA
165
14,9
4
BEKIPAY
99
9,0
4
KATSEPY
40
3,6
1
MATSAKABANJA
291
26,3
6
MITSINJO
242
21,9
5
89 901
100,0
24
Total général
Source : enquête BIODEV, Octobre 2013
7.2.
PROFILS SOCIOECONOMIQUES DES HABITANTS DE L’AIRE PROTEGEE
7.2.1. Une population inégalement répartie
En 2011, la projection de la population du district de Mitsinjo montre une population totale
s’élevant à 89 901 habitants. Près de 94% de ces populations se trouvent dans la nouvelle
aire protégée, estimée à 84.462 habitants.
2
Le District de Mitsinjo comporte 7 communes avec 58 fokontany
166
Tableau 93 : Tableau de répartition des habitants par Commune en 2011 (projection).
Effectif des habitants
Superficie
(en km²)
5 439 (6,1%)
ND
ANTONGOMENA BEVARY
19 701 (21,9%)
419
47,02
ANTSEZA
10 350 (11,5%)
456
22,70
BEKIPAY
7 641 (8,5%)
724
10,55
KATSEPY
4 827 (5,4%)
ND
MATSAKABANJA
21 475 (23,9%)
530
40,52
MITSINJO
20 468 (22,8%)
724
28,27
89 901
4601
19,54
COMMUNES
AMBARIMANINGA
Total général
Densité
Source : BIODEV, (calcul basé sur données de District de Mitsinjo (2008))
On constate que les familles habitant cette zone sont peu nombreuses en comparaison avec
la taille de ménages en milieu rural. Elle est de l’ordre de 5,2.
7.2.2. Une population dominée par la jeunesse
La pyramide des âges de l’ensemble des ménages enquêtés montre la dominance de la
tranche d’âge entre 19 et 39 ans, un constat valable aussi bien pour le sexe masculin que
pour le sexe féminin.
Figure 81 : Pyramide d’âge de l’ensemble des ménages pour le district de Mitsinjo
Pyramide d'âge de la populatin
60 et +
40 à 59
19 à 39
12 à 18
6 à 11
1à5
0à1
-1000
-800
-600
-400
-200
Femme
0
200
400
600
800
1000
Homme
167
Carte 10 : Densité de population de la NAP Complexe Mahavavy Kinkony
168
L’âge moyen du chef de ménage est de 39 ans et il est constitué par 68% d’homme
contre 32% de femmes. La répartition par sexe des membres de famille au niveau de
chaque ménage est presque quasi égale et 40% de ses membres constituent la
population active.
Les sections qui suivent présentent le profil sociodémographique des populations
habitant l’aire protégée. Ces profils vont permettre de déterminer l’indice de pauvreté
multidimensionnelle de la zone.
7.2.3. Populations très cosmopolites et culturellement très
hétérogènes
La population de la NAP se caractérise par une multiplicité d’ethnies. Il n’est pas rare que
l’on rencontre au sein d’un Fokontany des familles venant de toutes les Régions de
Madagascar (du Sud en passant par les Hautes Terres et jusqu’au Nord Ouest). Toujours
est-il que les populations Sakalava (de Maroambitsy) sont majoritaires et representent
l’éthnie originaire de la région (« tompontany ») qui affichent presque la moitié de la
population. Les Antesaka, les Tsimihety et les originaires de l’Androy qui se considèrent
comme des « tompontany » mais qui sont statués comme des « valovotaka » ou anciens
migrants ou migrants définitifs ont commencé à peupler progressivement les parties Nord de
l’aire protégée dans les années 60 à 80. Une partie de ces anciens migrants ont conquis les
bas-fonds pour s’adonner à l’agriculture en général et à la riziculture en particulier, espaces
souvent délaissés par la population autochotone au profit des activités de l’élévage bovin.
Par contre, les nouveaux migrants, « les mpihavy » ou migrants saisonniers représentant
24% de la population, sont d’origines diverses et commencent à affluer dans la région ciblée
au cours des années 2000 jusqu’à la période actuelle. Ces nouveaux migrants dont
l’occupation principale est la pêche et des activités dépendant de la forêt (charbonnage,
coupe du bois,…), sont souvent taxés par la communauté locale (autochtone) comme
précurseur principal de la dégradation des ressources naturelles. Les nouveaux migrants
composés par les gens venus des hautes terres (Merina et Betsileo), orientés vers les
activités de pêche, surtout lacustre, assurent notamment la collecte, le conditionnement
(séchage) et la commercialisation des produits concernés. Ces derniers sont caractérisés
par leur mobilité élevée dans l’espace. Les originaires du Sud s’adonnent à l’exploitation des
ressources forestières qui ne requièrent pas beaucoup de moyens financiers et de moyens
matériels.
Tableau 94. Ethnies dominantes par Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakamb
anja
Mitsinjo
Ensemble
Sakalava
55,2 %
50,3 %
73,7 %
47,5 %
57,4 %
47,5 %
54,8 %
Antesaka
22,4 %
24,2 %
8,1 %
22,5 %
14,4 %
9,1 %
16,4 %
Antandroy
13,8 %
1,8 %
3,0 %
5,0 %
20,6 %
2,9 %
10,1 %
Tsimehety
1,9 %
5,5 %
3,0 %
17,5 %
2,1 %
16,9 %
6,4 %
Autres
6,7 %
18,2 %
12,2 %
7,5 %
5,5 %
23,6 %
12,3 %
Source : BIODEV, 2013
169
7.2.4. Mélange de la religion avec les pratiques traditionnelles
La majorité des gens se disent croyants. Seulement 14,6% ne conçoivent pas l’existence du
Créateur. Cependant, plus de la moitié de ces croyants demeurent encore attachés aux
traditionnelles ancestrales et effectuent des prières et des cultes auprès des monuments
emblématiques dans leur localité.
Tableau 95. Appartenance à une religion par Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakamb
anja
Mitsinjo
Ensemble
Non pratiquant
6,7 %
23,6 %
29,3 %
7,5 %
16,5 %
9,9 %
14,6 %
Pratiquant
93,3 %
76,4 %
70,7 %
92,5 %
83,5 %
90.10 %
85.4 %
50 %
37 %
54,5 %
65 %
47,1 %
29,3 %
43,7 %
Pratiquant mais les
traditionnelles
Source : BIODEV, 2013
Le respect des cultures traditionnelles fait la spécificité du complexe Mahavavy-Kinkony.
Deux grandes cérémonies rituelles et culturelles, propres à la population autochtone
(sakalava), sont organisées périodiquement : le « Fitampoha » ou bain des reliques des rois
se pratique tous les cinq ans. Le rite est en étroite relation avec l’écosystème lacustre tandis
que le « Fanompoa » constitue une grande fête annuelle des sakalava et se déroulent
pendant les mois de juillet à septembre. Signalons également, la pratique annuelle d’une fête
propre au Sakalava Antalahotsy dans la ville de Katsepy appelée SOBAHYA.
Dans la partie Sud du complexe, les sites sacrés et les lieux tabous (fady) sont nombreux et
diffèrent d’un endroit à un autre tel qu’ils sont présentés dans le tableau ci-après. En-est-il
que le respect de ces sites par la population attachée culturellement au système traditionnel
et le respect du système royal representé par l’Ampanjaka constituent, de visu, un atout non
negligeable à la conservation et à la préservation des ressources qui y sont liées.
Au niveau de l’ensemble du site, 31% des ménages fréquentent un lieu sacré tandis que
23% des ménages respectent les lieux tabous « fady » suivant les convictions personnelles.
Les lieux sacrés sont variés suivant les villages.
Tableau 96. Désignation de lieu sacré par Commune
Lieu sacré
Forët naturelle
ANTONGOMENA
ANTSEZA BEKIPAY KATSEPY MATSAKABANJA MITSINJO ENSEMBLE
BEVARY
0,0%
0,0%
37,5%
0,0%
0,0%
12,5
0,0%
12,1%
21,2%
Autres
33,2%
0,6%
Non concerné
39,9%
87,3%
Bord de l’eau, lacs
Mangrove
2,2%
24,6%
15,4%
1,7%
6,4%
10,7%
0,0%
9,1%
3,3%
4,4
0,0%
0,0%
1,0%
5,0%
9,6%
0,4%
11,0%
77,8%
45,0%
64,3
94,6%
69,0
Source : BIODEV, 2013
170
De même, les lieux dits tabous sont variés dont les plus importants sont constitués par le
doany et certains plans d’eau.
Tableau 97. Désignation de lieu tabou par Commune
Lieu tabou
ANTONGOMENA
BEVARY
ANTSEZA BEKIPAY KATSEPY MATSAKABANJA MITSINJO ENSEMBLE
Forêt naturelle
1,5
0,0
1,0
37,5
14,8
2,1
6,2
Sommet de
montagne
0,0
0,0
1,0
0,0
0,0
0,0
0,1
Bord de l’eau, lacs
17,9
0,0
0,0
12,5
7,9
0,0
6,7
0,0
0,0
0,0
0,0
0,4
0,9
0,0
0,0
5,0
6,9
0,0
8,9
100,0
98,0
45,0
68,0
97,5
77,1
Mangrove
0,7
Autres (doany, ..)
28,4
Non concerné
51,5
Source : BIODEV, 2013
7.2.5. Populations adultes peu instruites et une tendance de
scolarisation globale des enfants
En moyenne, 31,4% des générations adultes dans les sites n’ont jamais fréquenté l’école. A
l’échelle nationale, le taux d’alphabétisation en milieu rural se situe à 71,4% en 2011. La
comparaison révèle que la réalité dans le Complexe Mahavavy Kinkony est très proche de la
situation nationale. Le tableau suivant illustre par Commune les niveaux d’instruction des
chefs de ménages.
Tableau 98 : Niveau d’éducation du chef de ménage par Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
70,5 %
61,8 %
49,5 %
70 %
68,7 %
76,4 %
68,1 %
N’ont pas fréquenté
l’école
29,4 %
38 %
50,5 %
30 %
31,3 %
23,6 %
31,4 %
Ne sait pas lire
25,4 %
15,2 %
4%
35 %
29,6 %
5,4 %
19 %
Ne sait pas écrire
26,9 %
15,2 %
8,1 %
40 %
31,3 %
7%
20,7 %
Sait lire
48,9 %
61,2 %
49,5 %
47,5 %
55,7 %
75,6 %
58,4 %
Sait écrire
48,9 %
61,2 %
48,5 %
45 %
55,7 %
73,6 %
57,7 %
Sait peu lire
25,7 %
23,6 %
46,5 %
17,5 %
14,8 %
19 %
22,6 %
Sait peu écrire
24,3%
23,6 %
43,4 %
15 %
13,1 %
19,4 %
21,.5 %
Ayant
l’école
fréquenté
Source : BIODEV, 2013
171
Mais, les parents deviennent à présent plus conscients de l’importance du savoir et envoient
leurs enfants à l’école. L’enquête fait état quand même de 37% d’enfants de moins de 8 ans
qui ne soient pas scolarisés pour l’ensemble du site. Cette proportion d’enfant non scolarisé
varie de 25% (commune de Katsepy) à 54% (commune de Mitsinjo).
7.2.6. Economie rurale basée sur l’agriculture et la pêche
L’agriculture constitue la principale activité pour 54,8% des populations. Pour 33,10% des
ménages, c’est la pêche, deuxième activité qui fournit le plus de sources de revenus
conséquents. Une partie des ménages sont en même temps des agriculteurs et des
pêcheurs. Les pêcheurs stricts se trouvent localisés dans la partie nord du complexe où lles
terres agricoles font défaut.
Tableau 99 : Types d’activités principales pratiquées par Commune
Antongomena
Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
Agriculture
26,9%
58,8
81,8%
92,5%
55,3%
64,9%
54,8%
Pêche
58,2%
29,1%
13,1%
0%
36,1%
18,2%
33,10%
Autres activités
14,9%
12,1%
5,1%
7,5%
8,6%
16,9%
12,10%
Source : BIODEV, 2013
La pêche se pratique en mer et en lac et le long des canaux. Par contre, de moins en moins
de pêcheurs exercent au niveau des mangroves. L’utilisation de filet est très répandue aussi
bien en mer qu’en eaux douces. La dimension des mailles des filets n’est guère homogène.
Elle s’élargit de 15 mm à 40mm. Les filets à mailles entre 20mm à 25 mm sont les plus
utilisés par 72% des pêcheurs. Ils servent essentiellement dans la capture des crevettes.
Les autres activités se repartissent en taux quasi insignifiant entre le salariat (public et privé),
l’élevage, le transport, l’exploitation forestière, le commerce en gros et en détail, et
l’artisanat. C’est au niveau de la Commune de Mitsinjo que l’on enregistre un fort taux de 4%
de ménages pratiquant l’exploitation forestière. Notons que 4% sont également des
collecteurs des produits locaux (agricoles et halieutiques).
L’élevage vient souvent en complémentarité avec l’agriculture et la pêche pour 25,2% de
ménages. L’élevage est dominé par les bovins dont les techniques demeurent en semiextensif. Pour une frange de 10,3%, les petites boutiques constituent des générateurs de
revenus complémentaires pour la famille
Tableau 100. Types d’activités secondaires pratiquées par Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
13,8%
24,2%
45,5%
50%
16,5%
36,4%
25,2%
Agriculture
13,8
22,4%
3%
7,5%
9,6%
12,4%
12,5%
Petits commerces
9,3%
7,3%
11,1%
5%
11,3%
12,8%
10,3%
Elevage
Source : BIODEV, 2013
172
7.2.7. Problèmes
d’assainissement
d’approvisionnement
en
eau
potable
et
Les populations utilisent généralement deux types de sources d’approvisionnement en eau
qu’elles varient selon les circonstances :
−
−
−
Le plus courant demeure le puits communautaire (vovo iombonana), utilisé pour la
cuisine (préparation de repas, cuisson, lavage de vaisselle, etc.) et pour
l’alimentation.
Le fleuve et le lac servent pour la lessive, le toilettage. En outre, les enfants en allant
et revenant de l’école se désaltérèrent sur une pièce d’eau sableuse apparemment
limpide.
Et les eaux pluviales que l’on récupère pendant les saisons de pluie et lors de
passage de cyclones.
Tableau 101 : Sources d’eau utilisées par ménage par Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
Puits
communautaire
94,8%
41,8 %
76,8 %
0%
46 %
70,2 %
63,6%
Puits par foyer
2,2%
0,6%
3,0 %
0%
1%
0,8 %
1,4 %
Lac/ Rivière
0%
57 %
20,2 %
100 %
38,5 %
14,5 %
27,2%
Borne fontaine
3%
0%
0%
0%
14,4%
11,2%
7%
Source : BIODEV, 2013
A côté, la situation de l’assainissement est tout aussi préoccupante. Les lieux d’habitation se
caractérisent par une absence unanime de latrines. Le partage de WC entre les riverains ne
constitue que 2% des ménages. Les écoles primaires publiques des fokontany sont
équipées de latrines. Quelques riverains les plus proches y accèdent, cependant certains
lieux d’aisance semblent bien secs et inutilisés.
Tableau 102 : Ménages n’utilisant pas de latrine par Commune
Antongomena
Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
98,9%
95,2%
100%
100%
98,3%
78,1%
93,8%
Source : BIODEV, 2013
Près de 76% des ménages font leurs besoins dans la forêt avoisinante de leur lieu
d’habitation et 16% le font dans les tanety à défaut de forêt de proximité.
173
7.2.8. Situation sanitaire
Eu égard à la consommation d’eau impropre et le milieu sanitaire insalubre, l’état de santé
de la population présente les caractéristiques de pathologie banales des populations des
zones côtières de Madagascar. Les maladies les plus fréquentes sont les maladies
diarrhéiques, le paludisme et les infections respiratoires. Les examens sanitaires sont
quasiment assurés par les services publics. Malheureusement, les 2/3 des ménages ne font
pas des contrôles sanitaires systématiques auprès de ces établissements dont les raisons
évoquées semblent l’éloignement, l’insuffisance des moyens et surtout l’insouciance de son
état de santé. Pour se soigner, les habitants empruntent généralement deux voies :
−
−
La première alternative est l’automédication, qui consiste à se soigner par soi-même
en utilisant leurs connaissances traditionnelles, et les médicaments disponibles dans
les petites épiceries de Fokontany.
Une grande partie des populations fréquentent tout de même les centres de santé de
base, lorsque surviennent les maladies communautaires (plus alarmantes et graves).
Tableau 103. Pourcentage des ménages utilisant les services de santé par Commune
Antongomena
Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
95,5 %
99,4%
100%
85%
94,5%
97,9%
96,4%
Source : BIODEV, 2013
Le taux de mortalité infantile, moins de 5 ans, qui est un indice de développement humain,
constitue aussi un élément très significatif dans la mesure de la pauvreté. Au niveau des six
Communes, le taux de mortalité se situe en général à 5%. Pour le pays, le taux global se
trouve à 58% en 2012, bien qu’il soit en régression depuis 2008. 3
Tableau 104 : Taux de mortalité infantile par Commune
Antongomena
Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
4,1%
8,5%
4%
0%
6,9%
3,3%
5,2%
Source : BIODEV, 2013
7.2.9. Accès à électricitié quasiment nul
Toutes les localités ne sont pas accessibles au réseau d’électricité. Plus de 90% de foyers
se servent de la lampe à pétrole pour l’éclairage. Le reste utilise des lampes à piles. Cette
3
Base de données de la Banque Mondiale/ :
http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SH.DYN.MORT. Date de consultation / 05 novembre
2013.
174
situation est révélatrice de la précarité de conditions de vie des gens dans cette nouvelle aire
protégée.
Tableau 105 : Type d’énergie utilisée pour l’éclairage par ménage par Commune
Lampe à pétrole
Lampe à pile
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
98,9 %
91,5 %
98 %
92,5 %
96,9 %
88,4 %
94,7 %
1,1%
7,9%
1%
7,5%
2,1%
2,5%
2,9%
Source : BIODEV, 2013
7.2.10. Régime alimentaire
consommation de riz
caractérisée
par
une
forte
L’insécurité alimentaire constitue également un indice de pauvreté. Elle peut être appréciée
par la qualité de l’alimentation, sa régularité, sa disponibilité et son accès. Il est intéressant
de voir si les populations d’une aire protégée sont exposées à une situation élevée en
matière d’insécurité alimentaire, laquelle peut impacter sur l’intégrité des ressources (risque
élevé de pressions sur les habitats et les espèces.
La consommation de riz, en tant que base alimentaire de la population malagasy, peut servir
de référence pour apprécier l’état de pauvreté. On peut poser comme hypothèse que les
pauvres ont des difficultés de manger du riz. La situation de référence a relevé que bon
nombre des ménages dans le site consomment régulièrement du riz trois fois par jour.
Seulement une minorité de 12% sont contraints à réduire à deux repas la consommation
journalière de la famille.
Tableau 106 : Fréquence de prise de repas par jour d’un ménage par Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
Chef de ménage
mange 3 fois par
jour
99,3%
100%
100%
100%
98,6%
97,5%
98,9%
Reste de la famille
mange 3 fois par
jour
100%
100%
100%
100%
99,7%
96,7%
99,2%
Consommation de
riz à chaque repas
78,7%
98,8%
99%
100%
79%
92,6%
87,4%
Source : BIODEV, 2013
La consommation régulière de riz dans la matinée (vary sosoa ou vary maina) pour tous les
membres de la famille tout au long de l’année peut être interprétée comme une capacité de
celle-ci à accéder à la ressource (riz).
Quant à la quantité de riz consommé, elle varie selon la prise. On augmente les quantités à
midi par rapport aux repas de soir et de la matinée. La consommation par individu est en
moyenne de 0,57 Kapoaka à midi. Elle varie de 0.24 Kp à 0.57 Kp par personne par prise le
matin et le soir. Bien souvent, le riz se mange accompagné, notamment le soir.
175
Tableau 107. Pourcentage des ménages consommant du riz avec un mets
d’accompagnement par Commune
Antongomen
a Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakambanja
Mitsinjo
Ensemble
Matin
85,8 %
98,8%
99 %
95%
84,9 %
92,1 %
90%
Midi
84,7 %
100 %
99 %
100%
85,6 %
95 %
91,3%
Soir
98,1 %
100 %
100 %
100%
99 %
98,8 %
99%
Source : BIODEV, 2013
7.2.11. Des communautés peu impliquées dans les VOI
Le degré d’appartenance des populations au VOI n’est guère élevé dans le site. Il se situe à
une moyenne de 12%. A Katsepy et à Mitsinjo, les taux de non intégration sont les plus bas.
Cette statistique démontre combien même les populations locales se désintéressent de la
vie associative là où il existe pourtant de VOI. D’autre part, le faible taux s’explique tout
simplement par l’absence d’unité Locale de gestion des ressources naturelles dans la
localité.
Tableau 108 : Taux d’appartenance à une VOI par Commune
Antongomena
Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakamban
ja
Mitsinjo
Ensemble
29,5%
12,10%
9,1%
0%
8,6%
0%
12%
Source : BIODEV, 2013
7.3.
DETERMINATION DE L’INDICE DE PAUVRETE DE LA NAP
7.3.1. Méthodologie de calcul
Tel qu’il a été spécifié dans le TdR, la mise à jour des profils et indice de pauvreté relatifs au
site MRPA est largement sollicitée sans qu’aucune méthode de détermination soit spécifiée
ou des indications de détermination soient données au Cabinet pour les réaliser. Or, il
s’avère que les approches et théories de définition de la pauvreté et de détermination des
indicateurs de mesure diffèrent selon les institutions internationales qui effectuent des études
sur la matière. Par exemple, les perceptions de la Banque Mondiale et du PNUD sont très
divergentes mais les grilles d’analyse adoptées ansi que les propositions et
recommandations qui en découlent sont presque similaires.
Les analystes sur la pauvreté acceptent que la pauvreté soit un phenomène complexe ayant
un caractère pluridimensionnel (selon le PNUD)4 ou une dimension multiple, de nombreuses
facettes (selon la Banque Mondiale)5. La Banque Mondiale utilise des séries d’indicateurs ou
4
5
Vaincre la pauvreté humaine (PNUD, 2000)
World development report : attacking poverty (World Bank,2000)
176
« pistes de réflexion » possibles pour asseoir ses analyses. Elle distingue deux types de
pauvreté : la pauvreté absolue et la pauvreté relative. La première correspond à un niveau
de revenu nécessaire pour assurer la survie des personnes tandis que la deuxième repose
sur la façon dont les revenus sont repartis. Grosso modo, les types de pauvreté définis par la
Banque mondiale sont centrés sur l’aspect monétaire.
Le PNUD définit également la pauvreté en distinguant trois types : « l’extrême
pauvreté « liée à la satisfaction des besoins alimentaires, « la pauvreté générale » liée à la
satisfaction des besoins essentiels non alimentaires et « la pauvreté humaine » liée à
l’existence des capacités humaines de base (éducation, santé maternelle, qualité de
l’alimentation,..). Sans toutefois minimiser l’aspect monétaire de la pauvreté, l’analyse du
PNUD axe ses reflexions sur l’aspect développement humain de la pauvreté. Les mesures
de la pauvreté utilisées ne se diffèrent pas de celles inscrites dans le cadre de l’IDH
(Indicateur du Développement Humain) basé sur la longevité, instruction et conditions de vie
décente mais cette institution onusienne les privilégie beaucoup plus sous l’angle des
manques, des privations.
Dans le calcul des indicateurs de pauvreté, la traduction des insuffisances des composantes
de ces indicateurs se présentent comme suit : en termes de longévité, la composante est
représentée par le pourcentage de personnes risquant de décéder avant l’âge de 40 ans
(P1) et le manque d’instruction est traduit par le pourcentage d’adultes analphabètes (P2).
Quant au manque de conditions de vie décentes au niveau économique en général, il est
représenté par un sous-indicateur composite comprenant trois variables : le pourcentage
d’individus privés d’accès à l’eau potable (P31), celui des personnes privées d’accès aux
services de santé (P32), et celui des enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition
(P33). Le sous-indicateur composite P3 s’obtient en calculant la moyenne arithmétique des
trois variables P31, P32, P33 »6 ; On procède au calcul de l’indicateur en faisant la moyenne
arithmétique des trois indicateurs des composants P1, P2 et P3.
La formule suivante a été adoptée dans le processus de calcul :
K(L, N) =
% O
∑ ∑Q (
O SR% PR% P
UVW
T(X )
W
avec
i=1 à n, i désigne un individu de la population et n la taille de l’échantillon)
j=1 à k, oùj désigne un besoin essentiel et k le nombre total des besoins essentiels
X représente une matrice de besoins essentiels (se soigner, se loger, s’instruire,…)
z le vecteur des seuils minima (z=(z1, z2, …zk) correspondant à ces besoins essentiels
ième
Xij représente la quantité du j
besoin essentiel de l’individu i
g est une fonction économique définie sur [0, ∞[ qui peut être considérée comme une
fonction de privation ressentie par la personne i lorsque la quantité de l’attribut j possedé est
inférieur ou égal au niveau de subsistance. g (0)=1 et g(t)=0 pour tout >1.
C’est cette dernière approche que le Cabinet BIODEV a procedé pour la détermination de
l’Indice de Pauvreté au niveau des sites MRPA où il intervient. Toutefois, les indicateurs
définis par le PNUD ne sont pas figés mais peuvent être adaptés selon les conditions socioéconomiques des pays. L’essentiel est que les indicateurs utilisés peuvent définir le
« developpement humain » avancé par le PNUD.
Le Cabinet a pris les composantes définies dans le tableau ci-après pour procéder au calcul
de l’IP.
6
1997, PNUD ; Rapport mondial sur le développement humain.
177
Tableau 109 : Identification des indicateurs utilisés dans le calcul de l’IP
Dimensions
Santé
Indicateurs
Pondération
1/3
Santé du ménage
Mortalité infantile
Nutrition
1/6
1/6
1/6
Education
1/3
Niveau d’éducation des parents
Niveau de scolarisation des enfants
1/6
1.6
Niveau de vie
1/3
Mode d’éclairage
Sources d’énergie utilisée
Accès à l’eau potable
Assainissement
Habitation
Biens de transport et de communication
1/18
1/18
1/18
1/18
Source : BIODEV, 2013
Un ménage est consideré comme pauvre si la somme pondérée est supérieure à 30% (la
valriable z dans la formule ci-dessus) de l'ensemble des privations considérées
7.3.2. Résultats
Le calcul de l’IP pour le cas de CMK est de : 74,75%.
Les commentaires des résultats sont orientés vers la comparaison du chiffre obtenu avec
celui avancé par MRPA dans son document PRODOC d’une part et les caractéristiques
régionales propres au site avec la détermination des composantes qui ont contribué
fortement à la détermination de la valeur obtenue d’autre part. La comparaison peut être
étendue vers les valeurs pour chaque commune intégrée dans le Complexe.
•
Comparaison entre la valeur calculée et celle inscrite dans le document MRPA
PRODOC.
L’indice de pauvreté pour la région de Boeny est de 62,9%. Dans le document cité cidessus, aucune méthode n’a été mentionnée sur la façon de détermination de l’indice
preséntée mais toute chose égale par ailleurs, la comparaison des deux valeurs (celle du
PRODOC et celle calculée par le cabinet) montre une situation de pauvreté beaucoup plus
prononcée pour le CMK par rapport à l’ensemble de la région.
Tableau 110 : Situation de la pauvreté au niveau des communes du CMK
COMMUNE
Ambarimaninga
Antongomena Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakabanja
Mitsinjo
Complexe Mahavavy-Kinkony
Riche
Moyen
Pauvres
0%
45%
35%
40%
45%
30%
22%
25,0%
20%
30%
45%
30%
40%
21%
30%
39,6%
70%
20%
10%
20%
10%
45%
40%
28,8%
Extrêment
pauvre
10%
5%
10%
10%
5%
4%
8%
6,7%
Total
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
Source PNUD, PRODOC
178
Par contre, les valeurs de l’IP par commune accusent une grande différence entre les deux
sources. Dans le PRODOC, la situation de pauvreté de la popualtion, comprenant les
pauvres et les extrêmement pauvres, concerne 15% à 49% pour les communes concernées
sauf le cas de la commune d’Ambarimaninga qui affiche une situation de pauvreté de la
population de 80%, une valeur plus proche de celle trouvée par le Cabinet pour les
communes ciblées. Il est à signaler que la commune d’Ambarimaninga n’est pas integrée
dans la délimitation de la NAP.
Les résultats trouvés pour les communes du CMK montrent des valeurs comprises entre
46% à 89%. Les explications que l’on peut fournir pour justifier l’existence de telle grande
différence sont de deux sortes :
•
•
Tout d’abord, telle l’explication avancée pour aborder ce chapitre sur l’indice de
pauvreté lorsqu’on a développé la démarche méthodologique, la mesure de la
pauvreté peut se faire de plusieurs manières. La différence des résultats trouvés
provient de méthodes non identiques utilisées par les analystes.
Les composantes prises en compte dans le calcul peuvent également variées. Par
exemple, le besoin « instruire » peut être interprété de plusieurs façons : soit le taux
de scolarisation ou le taux de déperdition scolaire ou le niveau de scolarisation atteint
par les enfants de moins de 8 ans ou le taux d’analphabetisme ou le niveau scolaire
atteint par chef de ménage ou par les membres de la famille, etc.
Tableau 111 : Indice de la pauvreté des communes du CMK basées sur les ménages enquêtés
COMMUNE
ANTONGOMENA BEVARY
ANTSEZA
BEKIPAY
KATSEPY
MATSAKABANJA
MITSINJO
Total CMK
Effectif total
268
165
99
40
291
242
1105
NB>30%
239
109
77
32
258
111
826
IP
89,18%
66,06%
77,78%
80,00%
88,66%
45,87%
74,75%
Source : BIODEV, 2013
•
Contribution des dimensions/sous-indicateurs dans l’établissement de lP
Les trois dimensions socio-économiques reflétant les besoins fondamentaux qui définissent
la situation de pauvreté (santé, éducation et conditions de vie) ont le même poids (1/3) dans
la mesure de l’indice. Dans le cas de notre étude, l’IP est largement conditionné par la
dimension « condition de vie » (64%) suivi de la dimension » éducation » (24%) et enfin la
dimension « santé (11%). Pour les 74% de la population qui sont classées dans la catégorie
pauvre, 64% des manques sont attribuées à une condition de vie précaire.
Tableau 112 : Contribution des dimensions socio-économiques dans la mesure de l’IP par
commune
COMMUNE
ANTONGOMENA BEVARY
ANTSEZA
BEKIPAY
KATSEPY
Santé
13%
10%
9%
11%
Dimension
Education Conditions de vie
26%
61%
22%
68%
25%
66%
25%
63%
Total des
Besoins
100%
100%
100%
100%
IP
89,18%
64,24%
75,76%
80,00%
179
COMMUNE
Santé
12%
10%
11%
MATSAKABANJA
MITSINJO
Total CMK
Dimension
Education Conditions de vie
27%
61%
19%
71%
24%
64%
Total des
Besoins
100%
100%
100%
IP
88,66%
45,87%
74,30%
Source : BIODEV, 2013
Une recommandation est proposée au MRPA pour qu’il établisse une méthode unique de
détermination de l’IP afin de permettre une comparaison des valeurs trouvées entre les
différents sites. La méthode utilisée par le cabinet BIODEV peut être prise en considérantion
dans ce sens là.
7.3.3. La dimension monétaire de la pauvreté
Quoi que la dimension monétaire n’ait pas été prise en compte dans la mesure de la
pauvreté presentée ci-dessus, cet aspect mérite d’être analysé par le biais du niveau de
revenu engendré par les activités entreprises par la population au niveau de la NAP. Une
question se pose également sur la composition de ce revenu ainsi que les activités qui
apportent le plus d’argent pour les ménages.
Le tableau ci-après montre la répartition des ménages selon le niveau de revenus totaux
annuels obtenus pour les communes concernées dans le CMK.
Tableau 113 : Répartion des revenus totaux annuels des ménages par commune
COMMUNE
ANTONGOMENA
BEVARY
ANTSEZA
BEKIPAY
KATSEPY
MATSAKABANJA
MITSINJO
Total CMK
Revenu annuel (10 3Ar)
Moins de 720
[720 - 1200]
Plus de 1200
TOTAL
100%
35,2%
50,3%
69,9%
67,5%
45,3%
57,0%
49,2%
17,0%
17,4%
10,8%
10,0%
15,1%
19,1%
16,2%
47,8%
32,3%
19,4%
22,5%
39,6%
23,8%
34,6%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
Source : BIODEV, 2013
A l’observation du tableau ci-dessus, il montre deux aspects bien distincts : la population de
la NAP est divisée en deux dont :
•
•
une première partie des ménages (49%) se trouve dans une situation de pauvreté
avec un niveau de revenu annuel inférieur à 720.000 ariary/an (soit l’équivalent de
$US 0,90 par jour) alors que les institutions onusiennes définissent le seuil de
pauvreté pour un ménage donné avec un revenu inférieur à 1,25 USD/jour ;
une seconde partie des ménages (35%) affiche un revenu annuel supérieur à
1 200 000 ariary.
Cette dernière s’explique par le fait que la plupart de ces ménages exercent une activité plus
rémunératrice comme la pêche.
180
La répartion de ce revenu par catégories d’activités se présente comme suit pour l’ensemble
du site :
CMK
1% 1%
4%
9%
12%
6%
Agriculture
Elevage
Pêche
Para-agricole
67%
Commerce et artisanat
Prelevement RN
Salaire
Figure 82.. Répartition du revenu total annuel des ménages du CMK selon les sources
On constate que la grosse
osse partie du revenu est issue de la pêche (67%), vient ensuite
l’agriculture (12%), puis le commerce et l’artisanat (9%), l’élevage (6%), les activités parapara
agricoles (4%), les prélèvements éffectues dans la NAP comme la chasse, la cueillette, etc.
(1%). Ces répartitions traduisent le milieu naturel où se trouve la population, un milieu
généralement aquatique (marin et continental).
Au niveau des communes, seules les communes de Katsepy et de Bekipay enregistrent des
revenus issus de la pêche moins de 50%.
50%
7.4.
DEPENDANCE DES COMMUNAUTES
COMMUN
AUX RESSOURCES NATURELLES DE LA NAP
7.4.1. Une Agriculture dominée par les cultures vivrières
Près de 70% des ménages pratiquent l’agriculture. En premier lieu, la riziculture occupe la
première place au niveau de l’ensemble du complexe
complexe notamment en termes de superficies
exploitées. 52% des terres cultivées des ménages sont constituées par les rizières, 46% par
les cultures annuelles sur tanety et 2% par les cultures perennes.
Les conditions agropédoclimatiques du site lui confèrent une vocation rizicole importante.
Comme cela est constaté pour le cas de la région de l’Ouest de Madagascar, deux systèmes
de riziculture, sont présents : le vary jeby pratiqué pendant la saison sèche dans les vallées
alluviales (de mai à octobre) et le vary
vary asara cultivé pendant la saison de pluie (de novembre
jusqu’au mois de juin). Au sein du NAP, la riziculture n’intéresse que 32% des ménages.
Dans l’ensemble, la riziculture demeure une activité traditionnelle où le niveau
d’intensification est très faible
ble pour ne pas dire nul. Le rendement moyen est de 2,3 à 2,5
T/Ha7 et se trouve à un niveau appréciable vu la technque utilisée par les producteurs. Ce
niveau s’explique d’ailleurs par la fertilité assez bonne des rizières, fertilité apportée
notamment par
ar les dépôts limoneux issus des crues et de l’érosion en nappe des tanety.
7
MEFR Boeny 2012
181
Une partie de la production rizicole constitue une source de revenu des ménages (cf.
chapitre sur les revenus). Un ménage possède en moyenne 1,2 parcelle de rizières sur 1,48
ha.
En second lieu, la riziculture est suivie par les cultures vivrières représentées notamment par
les maïs et manioc, qui sont considéres par les ménages agricoles comme des cultures
d’appoint et se font généralement à petite échelle. Les ménages possèdent en moyenne 3,4
parcelles de ces cultures sèches. 21% des ménages sont intéressés par la production de
manioc sur une superficie moyenne de 1,02 hectare (variant de 0,02 à 5 ha) tandis que la
production de maïs n’est pratiqué que par un infime exploitant (1,7%) sur une superficie
moyenne de 0,95 ha (variant de 0,03 à 12 ha). En tant que culture exigeante en eau, la
production de maïs se trouve localisé dans les baiboho et les zones de défriche où l’eau est
disponible (pas d’inondation, pas de sécheresse).
Les cultures annuelles sont représentées par les cultures de rente comme le café, la canne à
sucre (commune de Matsakabanja) et les arbres fruitiers notamment les manguiers (visible
dans toutes les communes) et les cocotiers (commune de Katsepy).
La pratique de la culture maraîchère se trouve très localisée (communes de d’Antogomena
Bevary, Matsakabanja et de Mitsinjo). Elle est liée notamment à l’existence de
consommateurs urbains.
Le tableau ci-après résume les situations des productions agricoles absées sur la déclaration
des ménages enquêtés au niveau du site d’étude.
Tableau 114 : Répartition des differentes cultures au sein du NAP
Type de Culture
Superficies
totales
(Ha)
% Ménages
pratiquant
enquêtés
Superf. moy. par
ménage
(Ha)
1,48
Superficie
minimum par
ménage
(Ha)
0,06
Superficie
maximale par
ménage
(Ha)
15,00
Riz
523
32,0
Manioc
226
21,0
1,02
0,02
5,00
Maïs
225
1,7
0,95
0,03
12,00
Patate douce
7
0,3
0,64
0,06
1,90
Cultures
maraîchères
3
0,5
0,43
0,01
2,00 ( ?)
Arbres fruitiers
10
0,3
0,51
0,01
1,50
Cultures de rente
11
0,2
5,50
2,00
9,00
Source : BIODEV, 2013
7.4.2. Un élevage dominé par le bovin mais en regression
En tant que zone propice à l’élevage bovin, ce type d’élevage constitue les pratiques les plus
courantes au niveau de chaque commune. L'achat de bœufs constitue encore un objectif, en
tant que mode de capitalisation principal des différentes catégories socio-professionnelles de
la région. Au niveau du village, chaque lignage a son propre zone de pâturage. 7%
seulement des ménages déclarent qu’ils possèdent de « kijana » dans la forêt. Ce chiffre est
loin de la réalité car c’est une pratique courante dans la région et qu’au cours des interviews,
182
une grande partie des enquêtés n’a pas répondu à cette question. Les éleveurs envoient
généralement leurs troupeaux dans ces « kijana » au cours de la saison sèche avec une
durée de séjour variant de 1 à 3 mois. L’envoi des animaux dans la forêt n’est pas seulement
une question d’alimentation mais c’est une mesure prise par les éleveurs pour assurer la
sécurité de ses biens face aux actes des dahalo.
7.4.3. Le bois mort et le charbon comme énergie de cuisson
L’activité de charbonnage se répand progressivement pour gagner toutes les Communes de
répartition de l’aire protégée. Sont éparpillés à l’intérieur de la forêt plusieurs fours
traditionnels de charbon (en moyenne 3 fours/an avec une production moyenne de 40 sacs
par fours). Notons que ces installations sont plus nombreuses à Matsakabanja. Les
productions de charbon sont commercialisées localement.
La coupe de bois d’énergie ne concerne que peu de ménages (0,8% pour l’ensemble du
site). Ce faible pourcentage est à lier au type d’énergie utilisé par les ménages (cf tableau
ci-après)
Pour l’énergie de cuisson, plus de 75% des ménages utilisent les bois morts. Le charbon de
bois est la principale source d’énergie domestique utilisée par environ 24% des ménages.
Notons que les habitants de Bekipay sont peu consommateurs de charbon, en comparaison
avec ceux des autres Communes.
Tableau 115. Types d’énergie utilisés pour la cuisson par Commune
Antongom
ena Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakam
banja
Mitsinjo
Ensemble
Bois morts
66,8%
89,7%
97 %
87,5%
70,1%
71,5%
75,6%
Charbon
33,2%
10,3%
3%
12,5%
29,9%
28,1%
24,3%
Source : BIODEV, 2013
Figure 83 : Activités de charbonnage
7.4.4. Les ressources naturelles comme principaux matériaux de
construction
La quasi-totalité des maisons d’habitation sont fabriquées à l’aide des ressources naturelles
comme les bambous et les falafa dans certaines Communes comme Antongomena Bevary
et Matsakabanja. Les villageois ont donc surtout recours à des matériaux disponibles
localement tant pour les murs que la toiture. Seules les populations dans les grandes zones
urbaines comme Mitsinjo utilisent d’autres types de matériaux pour leurs murs, la toiture
utilisée demeure toutefois issue de ressources naturelles locales.
183
Tableau 116 : Utilisation des ressources naturelles par les ménages pour la construction
de leurs habitats
Matériaux de
construction
Antongom
ena
Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakam
banja
Mitsinjo
Ensemble
Ketikety 8 pour les
murs
97,8%
36,4%
35,4%
92,5%
99%
9,1%
63,7%
0%
41,2%
41,4%
7,5%
0,7%
77,3%
27,2%
99,3%
99,4%
99%
97,5%
100%
95,9%
98,6%
0%
21,8%
22,2%
0%
0%
9,1%
7,2%
Rotso-peta
les murs
pour
Herana et falafa
pour la toiture
Matériaux
récupération
de
Source : BIODEV, 2013
Figure 84 : Types d’habitats à Antongomena Bevary
7.4.5. L’exploitation illicite des bois
Les coupes intensives et illicites pour les bois de construction des maisons et pirogues,
pèsent sur les forêts du complexe Mahavavy-Kinkony. La coupe des grands arbres modifie
la structure forestière et supprime les refuges des animaux. La coupe de bois est peu
contrôlée à l’intérieur de la forêt, du fait de sa vaste étendue. Ces exploitations illicites sont
favorisées par l’existence de nombreuses pistes et des voies de communication passant à
l’intérieur de la forêt.
Les résultats de l’enquête auprès des chefs de ménage révèlent qu’environ 4% d’entre eux
pratiquent l’exploitation forestière parmi leurs principales activités notamment pour la
Commune de Mitsinjo mais la coupe des bois est pratiquée par 15% des ménages.
8
Pétioles séchées de raphia.
184
L’exploitation forestière semble atteindre un niveau particulièrement alarmant dans la forêt
sèche d’Ampitsopitsoka dans la Commune de Matsakabanja. Cette situation a été d’ailleurs
prouvée par les résultats des inventaires floristiques dans cette zone où l’existence d’arbres
de diamètre supérieur à 15 cm est très rare. La forêt dense d’Ampitsopitsoka est très ouverte
et ne dispose plus que de deux strates, inférieure et moyenne. Cette dégradation de la forêt
d’Ampitsopitsoka se reflète également sur sa richesse spécifique en faune notamment en
Lémuriens. En effet, une seule espèce de Primates (Eulemur mangoz) a été répertoriée
dans ce site contre 4 à 6 espèces dans les autres forêts comme à Makary, Tsiombikibo et
Morafeno Kingany.
Les espèces forestières utilisées par les ménages sont variées (53 espèces déclarées mais
il se peut qu’une même espèce peut s’appeler différemment d’un endroit à un autre). Le
tableau ci-après recense les espèces les plus prisés.
Tableau 117. Principaux Types d’éssences forestières recensés et leurs usages par les
ménages
Espèces forestières
Nom vernaculaire
Nom scientifique
AFIAFY
Nombre de
Habitation +
pieds
Bois de
coupés
construction
468
x
Usages
Clôture
Enclos pour
animaux
Pirogue
Commiphora sp2
131
BONARA
Albizia lebbeck
101
x
FALAFA
600
x
HONKO
573
x
62
x
1 446
x
200
x
214
x
x
x
KIFIATRY
753
x
x
x
MAIVANATY
140
x
MANONOMBY
122
x
x
x
x
x
x
Rhizophora mucronata
HONKO VAVY
Ceriops tagal
KARATSAKA
KATRAFAY
Cedrelopsis grevei
x
MOKONAZY
Ziziphus jujuba
456
NATO
Capurodendron
gracifolium
1 020
SARIGAVO
Alchomea alnifolia
281
x
SATRANA
Bismarckia nobilis
2 0763
x
SILY
Sapium melanostrictum
115
x
SOFIN'AKOMPA
Gardenia decaryi
500
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
VALIHA
150
x
VARILAO
324
x
Total
Autres
x
ATIKONJO
HONKO LAHY
Charbon +
bois
d’énergie
x
x
x
29 275
Source : BIODEV, 2013
7.4.6. La forêt comme lieu de divagation des troupeaux
L’utilisation de la forêt comme lieu de pâturage est courant dans la NAP Mahavavy Kinkony
comme partout à Madagascar. En effet, les éleveurs laissent paître librement leurs
troupeaux dans les zones forestières notamment en dehors des saisons de travaux de
185
champs. Environ 7% des ménages enquêtés ont recours à ce genre de pratique, ce chiffre
atteint jusqu’à 17% pour le Fokontany de Beantsiva dans la Commune de Katsepy.
Tableau 118 : Pourcentage des ménages utilisant la forêt comme lieu de pâturage par
Commune
Antongome
na Bevary
Antseza
Bekipay
Katsepy
Matsakamb
anja
Mitsinjo
Ensemble
2,2%
4,8%
6,1%
17,5%
8,2%
9,1%
6,6%
Source : BIODEV, 2013
La divagation des chèvres et zébus dans la forêt détruit le sous bois et rompt l’équilibre
écologique et biologique du milieu. Ces animaux détériorent en broutant et détruisent la forêt
en piétinant les essences forestières du sous-bois limitant ainsi la régénération des plantes.
Ce sont les espèces d’oiseaux terrestres et spécialistes des sous-bois ainsi que les
lémuriens, qui sont généralement les plus touchées par la perturbation de leur habitat
naturel.
L’entretien ou la recherche de nouveaux terrains de pâturage semble également être à
l’origine des feux de brousse qui sont très impressionnants dans cette zone. La mission sur
terrain a d’ailleurs été témoin de plusieurs parcelles en plein feux sur la route vers
Matsakabanja. Ces feux non contrôlés atteignent très souvent les zones forestières et
constituent de ce fait la plus importante menace d’origine anthropique sur la viabilité des
ressources naturelles de la NAP.
7.4.7. La forêt comme lieu de collecte de divers produits servant
de compléments alimentaires
Aucune statistique n’est disponible concernant le nombre de ménages qui s’adonnent à la
chasse. Etant donné qu’il s’agit d’une activité interdite, aucun ménage n’avoue en avoir
pratiqué mais la délaration de faire des chasses se limite à un ou deux chefs de famille.
Toutefois, la pression sur la faune est prouvée par la présence de quelques pièges à
lémuriens, notamment dans la forêt galerie de Makary et dans la forêt d’Ampitsopitsoka. Les
lémuriens sont chassés pour la propre consommation des ménages. Le comportement des
animaux lors de chaque observation induit de forte présomption de chasse. Les espèces les
plus concernées par la chasse sont surtout les lémuriens, les chyroptères de grande taille et
les oiseaux. Les chasseurs utilisent en général des pièges traditionnels pour capturer ces
animaux.
Le prélèvement d’igname sauvage est également l’apanage des ménages (environ 4,5% des
ménages) vivant à proximité immédiate de la lisière forestière (communes d’Antogomena
Bevary, Katsepy et Matsakabanja) avec une fréquence de 3 fois par mois (valeur médiane).
186
7.4.8. La forêt comme lieu de collecte de divers produits végétaux
et de produits non ligneux
En dehors des compléments alimentaires cités ci-dessus, la forêt se trouve comme un
espace de collecte de produits végétaux utilisés pour l’artisanat ou pour la médication et de
produits non ligneux comme le miel destiné pour les pratiques cultuelles des Sakalava.
Tableau 119 : Quantités des produits prélevés dans la forêt et nombre de ménages
pratiquant la collecte
Produits
Quantités prélevées
Miels
62 litres
Katrafay
Végétaux pour l’artisanat
Plantes medicinales
Source : BIODEV, 2013
%
des
ménages
concernés la pratique de
collecte
3,3%
Nd*
5%
584 bottes
Nd*
7,1%
8,3%
Communes concernées
5
communes
sauf
Antogomena Bevary
3 communes sauf Antseza,
Bekipay, Mitsinjo
Toutes communes
2 communes sauf Antseza,
Bekipay, Mitsinjo
*Nd = Non disponible
187
8. PROPOSITIONS
D’ACTIVITES
POTENTIELLES
D’AMELIORATION DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE
8.1.
PRINCIPES GENERAUX
Les actions proposées pour développer la croissance économique de la NAP et de surcroît
pour améliorer le bien-être de la population doivent se reposer sur les principes suivants :
•
Les activités doivent être cohérentes avec les valeurs sociales et culturelles locales
c’est-à-dire les activités ne doivent pas être à l’encontre des us et coutumes qui
prévalent dans le site. Ces dernières ont été démontrées que leurs pratiques n’ont
pas portées des préjudices sur l’état des ressources ni également sur la valeur
écologique et la valeur de la biodiversité de la NAP;
•
Les activités doivent tenir compte des spécificités des femmes et des groupes
marginalisés ou vulnérables (groupe des pauvres). Cela interpelle que les activités
proposées doivent donner les priorités aux groupes cités précédemment. Cette
priorité accorde non seulement l’attribution de ces activités à ces groupes mais
surtout la facilitation de ces groupes à les acquérir, à les maîtriser ;
•
Les activités doivent être également tenir compte des objectifs du NAP ainsi que le
statut auquel la NAP est soumise (catégorie V) : la conservation des ressources, la
mise en exergue de la valeur écologique de la NAP, l’existence d’une biodiversité
exceptionnelle, l’harmonisation avec les besoins, le mode de vie de la population. Les
activités
•
Les activités proposées doivent s’intégrer, voire s’aligner aux plans d’action définis
par le PAG.
A côté de ces principes généraux, il faut egalement voir quelles sont les attentes de la
population vis-à-vis de la NAP pour déterminer les propositions d’activités. Grosso modo,
l’attente se résume en deux axes principaux :
1. Assurer une alimentation en qualité et en quantité pour l’ensemble de la population.
Cette assurance permet d’attenuer la pression exercée par cette population au
niveau des ressources existantes en diminuant les activités prédatrices comme la
chasse, la cueillette des produits végétaux, des produits non ligneux,etc.
2. Assurer un revenu conséquent pour les ménages pour améliorer leur niveau de vie.
Certes, le mode de vie de la population dans le CMK a une grande dépendance vis-à-vis de
la NAP. Telle qu’il a été décrit dans le principe ci-dessus, les actions ne visent pas à rompre
le lien de la population avec les ressources existantes mais cette liaison doit répondre à
l’adage malgache «tery omby ririnina ka atao izay tsy hahafaty ny reniny no tsy hahafaty ny
zanany », c’est-à-dire que les actions ne doivent pas porter des prejudices ni à la mère
(NAP) ni à l’enfant (Population locale).
Sans faire un inventaire exhaustif des activités susceptibles de répondre aux principes cités
précédemment ou une liste priorisée dans le cadre des interventions, la proposition sera
focalisée sur 5 activités principales :
•
•
L’augmentation de la production agricole
Le développement des cultures maraîchères
188
•
•
•
L’organisation de la pêche
Le développement de la filière raphia
Le développement de l’écotourisme
8.2.
L’AUGMENTATION DE LA PRODUCTION AGRICOLE
8.2.1. Objectifs
La situation actuelle montre une agriculture à faible productivité liée à une pratique culturale
traditionnelle caractérisée par un mode d’exploitation extensif de l’espace.Cependant, face à
l’accroissement de la population, les ménages agricoles n’ont que deux possibilités pour
satisfaire ses besoins alimentaires : soit ils récourent à l’acquisition de nouvelles terres
obtenue à partir du défrichement des forêts (hatsaka, tavy), de l’aménagement des bords
des lacs ou les bords des divers plans d’eau, etc., soit ils augmentent le rendement actuel en
utilisant des techniques de production plus performantes.
Les actions proposées sont basées sur la dernière alternative sans toutefois banir la
première. En effet, l’introduction d’innovations techniques comme les techniques culturales
améliorées (variétés améliorées, utilisation d’intrants, maîtrise de l’eau, lutte phytosanitaire,
mecanisation,…) nécessite une certaine conditionnalité d’application comme, par exemple,
l’existence d’un niveau d’instruction adéquat des paysans concernés. De telle condition ne
peut être satisfaite en vue de la réalité. La proposition serait limitée alors à des applications
de techniques, à la portée des paysans, sans mobiliser beaucoup de ressources
(financières, humaines et logistiques). Pour combler le déficit de production, l’aménagement
de nouveaux terrains est proposé mais sera éffectué sous contrôle pour ne pas trop
perturber l’écosystème en question.
8.2.2. Activités proposées
Les activités proposées en matière d’augmentation de la production agricole concernent :
-
Amélioration de la gestion de l’eau au niveau des bas-fonds
Amélioration des variétés des principales cultures (riz, manioc, maïs, patate douce)
adaptées aux régions
Utilisation de la fumure organique
Utilisation des techniques de lutte contre les ravageurs et les maladies par le biais de
laméthode « ady gasy »,
Pratique des sarclages ou de la lutte contre les mauvaises herbes
Introduction des petits matériels agricoles et/ou des matériels attelés simples
(charrue, herse, sarcleuse)
8.2.3. Conditions de réalisation
Les realisations de ces activités reposent sur :
-
L’implication des services techniques locaux et régionaux (Direction Régionale de
l’Agriculture) ;
L’incitation aux ONG locales pour la formation des producteurs, la diffusion et le suivi
de ces techniques
L’implication du promoteur du site dans le suivi de l’application et la mise en place de
ces techniques.
189
8.3.
LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES MARAICHERES
8.3.1. Objectifs
La production des cultures maraîchères est limitée dans le CMK et elles sont localisées
surtout au niveau de quelques communes plus particulièrement dans les communes où la
demande est tangible (autour de l’usine de sucrerie, au niveau du chef lieu de District).
Cependant, le développement de ce type de cultures dans toute la NAP peut apporter
l’amélioration de l’alimentation des ménages, la diversification de la production et il constiue
egalement une source supplémentaire de revenu.
Les cultures maraîchères, en tant que cultures de case peuvent être initiées par les femmes.
D’ailleurs, cette catégorie de personnes assure la commercialisation des produits
smaraîchers au niveau des marchés locaux.
8.3.2. Actions proposées
-
Formation des femmes productrices sur les techniquqes de production des cultures
maraîchères ;
Appui des producteurs en matière de lutte contre les maladies et les ravageurs des
cultures.
8.3.3. Conditions de réalisation
-
Implication des opérateurs économiques dans l’approvisionnement en semences
maraîchères et en intrants des producteurs ;
Sensibilisation des femmes dans l’utilisation des produits maraîchers en matière
culinaire ;
Implication des ONG locaux pour la formation technique, la diffusion des techniques
et le suivi technique des producteurs.
8.4.
L’ORGANISATION DE LA PECHE
8.4.1. Objectifs
Les activités de pêche qu’elles soient continentales ou marines constiuent les principales
sources de revenu des ménages dans le CMK. Cependant, l’absence de contrôle, l’utilisation
de matériels de pêche non reglémentaires (utilisation de moustiquaires, des filets à petite
maille), le non respect des saisons de pêche instaurées pour la région,… conduisent vers
des situations de surpêche et menacent entre autres les espèces en question.
8.4.2. Actions proposées
-
Organisation de la filière
Sensibilisation des pêcheurs sur les matériels utilisés et les périodes de pêche
reglémentaires ;
Mise en place d’organe de contrôle avec une implication des pêcheurs ou des
groupes de pêcheurs
190
8.4.3. Conditions de réalisation
Implication des ONGs locaux pour la sensibilisation avec l’appui technique de la
direction/service régionale de la pêche ;
-
8.5.
LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE RAPHIA
8.5.1. Objectifs
Le raphia constitue une source de revenu négligeable pour les populations riveraines des
zones raphières (communes de Matsakabanja (fokontany d’Antsakomanera), de Mitsinjo
(fokontany d’Antogomena Betsina). Depuis quelques années, le prix du raphia est devenu
ininteressant pour la population mais cet aspect économique n’a pas enrayer les dégâts
efféctués par la population sur cette ressource (cf. § menaces sur les raphières). Cependant,
un Plan d’Aménagement et de Gestion des Ressources a été élaboré en 2008 sous la
direction du PSDR qui a fixé le quota annuel de prelèvement à 0,25
kg/fibres/pied/prélèvement dont le but est de préserver la ressource. En tant, le raphia
constitue une matière première principale pour l’artisanat, son développement, notamment
pour les femmes dans le CMK, contribue à l’amélioration du niveau de vie des ménaages sur
les ventes des produits artisanaux aussi bien pour les touristes que pour les locaux hors de
cette zone.
8.5.2. Actions proposés
Organisation et structuration de la filière ;
Amélioration de la commercialisation par la recherche de nouveaux marchés ;
Formation des femmes sur l’utilisation du raphia (recherche de nouveaux produits
artisanaux, diversification des produits,…) ;
Sensibilisation de la population sur la préservation et le développement de l’espèce.
-
8.5.3. Conditions
Implication des ONG locaux assistés par les services techniques régionaux pour la
formation, suivi et sensibilisation de la population dans la préservation et l’utilisation
des raphias;
Sollicitation des institutions concernées en matière de commercialisation (exemple
Chambre de commerce,…) pour la fourniture, la mise en disponibilité des
informations économiques sur le produit et la promotion des produits artisanaux ;
-
-
8.6.
LE DEVELOPPEMENT DE L’ECOTOURISME
8.6.1. Objectifs
Les activités touristiques tiennent une grande place dans le CMK dans la mesure où elles
sont déjà pratiquées dans le site. Les influences des touristes sont encore limitées sur
quelques sites (Ampitsopitsoka, Makary). Des infrastructures d’accueil gérées par des
associations locales existent à Makary. Les potentialités touristiques sont énormes et les
intérêts que peuvent porter les touristes à l’endroit de cette NAP revêtent un double aspect : l
-
De nature écologique avec la richesse écologique et la biodiversité, l’existence de
divers écosystèmes (paysages) où le tourisme écologique est à développer ;
191
-
De nature sociale et culturelle avec la découverte de la vie sociale non influencée
par la culture occidentale, les traditions et les diverses cultes pratiquées par
certaines ethnies (notamment les Sakalava de Marambitsy), l’existence de sites
historiques, etc.
L’écotourisme proposé comme activité potentielle d’amélioration du bien-être des ménages
et de la croissance économique de la région vise, certes, une catégorie spécifique de
touristes (« naturaliste ») qui ne cesse d’augmenter par le fait que la recherche de l’exotisme
en est la raison principale. Le promoteur du site ASITY Madagascar a élaboré, dans ce sens,
des supports vidéo montrant les différents aspects de la beauté écologique et culturelle de la
NAP.
8.6.2. Actions proposées
-
Organisation de la filière ;
Promotion du tourisme par la mise en connaissance au public des sites à visiter ;
Sensibilisation de la population sur le tourisme ;
Formation de la population (femmes et surtout les jeunes) sur les activités
touristiques et la capacité de satisfaire les attentes des touristes ;
Mise en place d’infrastructures d’accueil dans les différents sites touristiques
8.6.3. Conditions de réalisation
Une des conditions sinequanon pour le développement de cette activité est l’implication et
l’intégration de la population dans toutes les activités que ce soit par le biais des initiatives
individuelles ou des formes de partenariat avec des opérateurs venant de l’extérieur de la
NAP.
192
9. CIBLES DE CONSERVATION ET PROPOSITION DE SUIVI
ECOLOGIQUE
9.1.
ENJEUX ET OBJECTIFS D’UN SUIVI PARTICIPATIF
Le suivi écologique participatif ou communautaire est un outil efficace pour la
responsabilisation de la population locale dans la gestion de la biodiversité et des ressources
naturelles se trouvant dans la NAP.
La plupart des programmes environnementaux comptent beaucoup sur les experts pour le
suivi écologique et la gestion des ressources naturelles. Mais il ne faut pas oublier que ces
études ne pourront être réalisées sans l’aide ou la participation riveraine. De plus, ces
méthodes participatives réduisent considérablement le coût pour la réalisation d’un projet de
suivi écologique et facilitent sa compréhension par les villageois. La participation de la
communauté aux activités de suivi ne fera que renforcer son enthousiasme et son
engagement à vouloir poursuivre les efforts de conservation.
Toutefois, il est important de rappeler que le suivi participatif ne constitue pas un
remplacement du suivi scientifique puisqu’il n’est pas scientifiquement rigoureux et donc ne
pourra pas présenter une image complète de la santé écologique, et peut ne pas être
applicable pour certaines espèces ou microhabitats. Le suivi participatif constitue plutôt un
complément important pour les autres efforts de suivi et devrait être intégré dans le plan de
suivi et d’évaluation des zones de conservation.
Il faut également remarquer que dans les revues et les littératures scientifiques, les
méthodes de suivi sont trop complexes pour que les populations locales les comprennent à
cause de leur faible niveau d’instruction. Ces méthodes trop complexes risquent ainsi de
réduire leur participation et leur implication totale dans les activités de suivi.
Mais, même si des méthodes plus simples risquent de réduire la crédibilité scientifique des
résultats, le véritable objectif, est de promouvoir une meilleure compréhension de la santé
des ressources forestières et des impacts des activités de gestion par toutes les parties
prenantes.
Les principaux objectifs de ce programme de suivi participatif seront donc de :
-
Impliquer totalement la communauté de base dans la gestion des ressources
naturelles de la NAP en l’intégrant systématiquement dans les activités de suivi
écologique ;
Sensibiliser la communauté de base sur l’importance de la mise en œuvre de
manière urgente d’un plan de gestion et de conservation des ressources naturelles ;
Renforcer de manière rigoureuse la capacité de la population locale dans la gestion
de la biodiversité en général et les actions de suivi écologique en particulier ;
Effectuer un suivi écologique des espèces cibles de conservation afin de connaître
l’évolution de leur état dans le temps et de prendre les mesures adéquates pour
empêcher leur extinction dans la région ;
193
-
Fournir des informations nécessaires de manière permanente aux dirigeants de la
communauté pour leur permettre de prendre des décisions raisonnables basées sur
des preuves et de développer une approche objective de gestion adaptative.
9.2.
APPROCHES
9.2.1. Coordination des actions de suivi par un organisme d’appui
Habituellement, le processus est initialement facilité par une ONG (organisation non
gouvernementale) ou par un organisme étatique. Toutefois les responsabilités doivent être
progressivement transmises aux communautés jusqu’à ce qu’elles soient capables
d’effectuer le suivi d’une manière indépendante.
Pour CMK ayant fait l’objet de cette étude, ce rôle de coordination incombe à Asity qui est le
promoteur de la NAP.
D’une manière générale, la gestion communautaire présente d’importants avantages par
rapport aux études scientifiques professionnelles en termes de coût et de compréhension
des résultats de suivi par la communauté. Toutefois, lorsque cela est possible, il est
préférable de combiner le suivi communautaire avec le suivi professionnel minimal afin
d’assurer que les résultats communautaires soient scientifiquement valides et ainsi d’éviter
de fournir des informations erronées sur les efforts de gestion.
Pour cela, l’organisme d’appui devra assurer outre la gestion de la logistique, la mise en
place d’une équipe de spécialiste pour la formation et la supervision des actions de l’équipe
locale de suivi. Cette équipe scientifique sera également le gestionnaire des bases de
données issues des travaux de suivi.
9.2.2. Mise en place d’une équipe de suivi au sein de chaque CoBa
La première étape du processus est de rencontrer les dirigeants des COBA afin de leur
informer sur les tenants et aboutissants du programme de suivi. En effet, les objectifs du
programme devraient faire l’objet de discussions intenses avec tous les intervenants locaux.
Une équipe locale de suivi devrait ensuite être instaurée au sein de chaque Communauté de
Base pour assurer, sous la supervision de l’équipe scientifique, les activités de suivi
écologique proprement dites.
Les membres de cette équipe locale doivent avant tout être des volontaires. Les guides
locaux ayant accompagné les équipes d’inventaire au cours de cette étude peuvent déjà
composer cette équipe locale de suivi dans la mesure où ils connaissent les stations visitées
et ont déjà un aperçu des techniques utilisées lors de cette expédition. Toutefois, sa
composition doit toujours être élargie à d’autres volontaires issus de la communauté.
9.2.3. Formation de l’équipe locale de suivi
La formation de ces volontaires issus des membres de la communauté s’avère nécessaire et
devrait se faire de manière rigoureuse par une équipe scientifique de l’organisme d’appui. La
formation doit se dérouler suivant la disponibilité des apprenants. En outre, elle doit se faire
de manière simple et facilement compréhensible par tous en utilisant autant que possible
des photos et diagrammes visuels.
194
Outre les explications sur les méthodes d’observation ou de recensement, le formateur
donnera également des indications précises sur les paramètres à noter et le mode de
remplissage des formulaires de suivi.
Il faudrait rechercher la contribution de la population locale depuis l’élaboration du
programme de suivi. En effet, son implication ne doit pas se limiter seulement à l’exécution
des tâches dont la programmation a été établie unilatéralement par les intervenants
extérieurs.
Pour cela, l’équipe locale de suivi devra également donner sa validation quant aux espèces
indicatrices à suivre, la fréquence de suivi, les techniques de suivi, le budget et la diffusion
des résultats. Il en est de même pour l’identification des sites de suivi. Le processus de suivi
écologique participatif débutera donc par une réunion avec tous les membres de l’équipe
locale de suivi dans le but de choisir les espèces indicatrices, les sites de suivi et la période
de suivi.
Si certains indicateurs ou sites présentent un intérêt particulier pour la communauté, ils
doivent être incorporés dans le programme de suivi. Les méthodes devraient par conséquent
être accessibles à tout le monde sans tenir compte de leur niveau d’éducation. L’approche
est focalisée sur l’évaluation des ressources naturelles les plus importantes
9.2.4. Analyse participative des résultats
Dès que la collecte des données s’achève, l’équipe entière devra enregistrer les données
issues des formulaires dans un tableau. Pour chaque site, les indicateurs seront totalisés et
comparés. L’utilisation des moyennes et des pourcentages est déconseillée car beaucoup de
personnes ne comprennent pas ces notions. Les résultats devront être discutés d’une
manière participative, et les conclusions préliminaires seront tirées de ces données, la
séance étant dirigée par un scientifique. Si des données existent déjà, elles seront
comparées aux résultats récemment obtenus afin de dégager des tendances qui devront par
la suite faire encore l’objet d’intenses discussions en vue de dégager des mesures
adéquates.
9.2.5. Partage des résultats
Des séances de restitution des résultats avec tous les autres membres de la communauté
devront être organisées à la fin de chaque période de suivi. Pour cela, les données
récapitulatives, les tendances et les conclusions doivent être notées par chaque volontaire
pour servir éventuellement de référence lors de ces séances. En effet, les membres de
l’équipe locale de suivi doivent aussi être formés pour être des pairs éducateurs ayant une
forte aptitude à présenter à toute la communauté les résultats de l’étude.
Ces séances pourront avoir la forme d’un forum public pour débattre, discuter et réfléchir sur
les résultats de l’étude. Il peut également être utilisé comme un forum pour transmettre
d’autres messages liés à la NAP à l’ensemble de la population.
9.3.
METHODES DE SUIVI
La méthodologie spécifique utilisée pour faire le suivi dépend des espèces cibles de
conservation et du type d’habitat. Les sites (transects) permanents de suivi doivent être
marqués par des flags et repérés par un GPS.
195
9.3.1. Suivi des lémuriens
But
Il s’agira d’un suivi permanent des cibles de conservation dans son habitat naturel et d’un
inventaire périodique des autres groupes de lémuriens. Le but est d’évaluer la viabilité des
espèces ainsi que de leurs habitats dans les années à venir, en récoltant les informations sur
la densité de l’espèce, la dynamique de sa population et l’état de son habitat.
Méthode de suivi
La méthode la plus simple consiste en la réalisation des observations directes le long des
transects dans la forêt tout en enregistrant les paramètres de suivi : nombre d’individus
observés avec leur âge (adulte, jeune, nouveau-né) et sexe, nom de l’espèce, activités et
comportement, …
La périodicité du suivi est de 02 fois par an :
-
Vers la fin de la période de reproduction (Janvier-Mars) pour évaluer le taux de
natalité et l’effectif de chaque groupe rencontré ;
Avant l’entrée de la période de reproduction (Août-Septembre) pour évaluer le taux
de mortalité et l’effectif réel de chaque groupe en une année.
Les observations seront réalisées au moins par deux membres de l’équipe locale de suivi
sous la supervision de l’équipe scientifique qui assurera ultérieurement l’analyse approfondie
des données ainsi obtenues.
Parallèlement à cette méthode d’observation directe, l’équipe scientifique sous la conduite
de Asity peut également appliquer de manière périodique le suivi de quelques groupes ou
individus de lémuriens par le système de « radio-tracking ». En effet, il s’agit de la meilleure
technique de suivi permettant d’obtenir des informations scientifiquement fiables sur
l’évolution de la situation bioécologique des lémuriens. Toutefois, la maîtrise de cette
méthode par les membres de l’équipe locale de suivi s’avère peu probable dans l’immédiat,
mais peut être envisageable à plus long terme après plusieurs séances de formation
pratique sur terrain.
Espèces à suivre
Tous les Lémuriens du Complexe Mahavavy Kinkony
9.3.2. Suivi des micromammifères
But
Le but est de suivre l’évolution de la densité et de la diversité spécifique des
micromammifères. Il s’agit donc de piéger tous les individus dans les sites de suivi, de les
marquer et de suivre les marquages pendant quelques années.
Méthode de suivi
La méthode de suivi des espèces cibles de conservation pour les micromammifères sera
basée sur la capture-marquage-recapture.
Cette technique consiste à faire des captures à l’aide de différents types de pièges vivants
(Trous-pièges, pièges standards), à marquer tous les individus capturés par l’intermédiaire
d’une marque persistante et à relâcher les animaux capturés.
196
L’application de cette méthode par l’équipe locale ne doit poser aucun problème majeur dans
la mesure où il s’agit d’une technique simple ne nécessitant pas un grand effort intellectuel.
D’autant plus que ces animaux sont inoffensifs.
Le suivi doit se faire chaque année durant la période de pluie où la plupart des petits
mammifères sont très actifs.
Les captures seront réalisées par deux membres de l’équipe locale de suivi. Les données
ainsi obtenues seront transmises à l’équipe scientifique qui assurera leur traitement.
La réalisation de ces activités nécessite les matériels suivants :
-
Matériels de piégeages : seaux plastiques avec la barrière, pièges « Sherman »
Matériels de marquage : peinture à l’huile,
Matériels de collecte de données : fiches de collecte, …
9.3.3. Suivi des populations d’oiseaux
But
Le suivi des espèces aviaires consiste à suivre de près l’évolution de deux éléments liés
directement et indirectement aux espèces cibles. Le premier est l’abondance des espèces
cibles et le deuxième les menaces qui pèsent sur leurs populations. Le suivi de ces deux
paramètres permettra ainsi d’une part d’évaluer la viabilité des espèces cibles et d’autre part
de définir le mode de gestion adéquat afin d’assurer la pérennité de la faune aviaire.
Méthode de suivi
Il s’agira de faire une série d’inventaires utilisant des techniques permettant d’évaluer
l’abondance des espèces rencontrées. Les oiseaux seront identifiés à l’œil nu ou à l’aide
d’une paire de jumelles, ou encore par leurs cris. Couplée à l’inventaire faunistique,
l’intensité des différentes pressions devrait aussi faire l’objet d’une étude périodique afin
d’évaluer la vitesse de dégradation des différents habitats que procurent la forêt.
Les travaux de suivi devront se faire deux fois par an : durant la saison humide, qui coïncide
à la période de reproduction des oiseaux, et durant la saison sèche pendant laquelle les
diverses pressions sont les plus ressenties.
Participeront à ce suivi deux membres de l’équipe locale de suivi qui auront besoins comme
principaux matériels, deux paires de jumelles et les fiches de collecte de données.
9.3.4. Suivi de l’herpetofaune
But
Le but est de connaître l’évolution de l’abondance des espèces d’herpétofaune considérées
comme cibles de conservation. Il s’agira donc d’estimer la densité de l’espèce dans le site
afin de connaître si sa population est stable, croissante ou en diminution.
197
Méthode de suivi :
La méthode de suivi de l’herpétofaune consiste également en la réalisation d’une série
d’inventaires par l’utilisation des pièges pit-fall et les fouilles des microhabitats le long de
transects bien définis.
Pour l’herpetofaune en général, le suivi d’une population doit se faire tous les ans, durant la
période où les Amphibiens et les Reptiles sont plus actifs c’est à dire entre les mois
d’octobre et février.
Sa réalisation nécessite également la participation d’au moins deux membres de la
Communauté de Base disposant des matériels adéquats comme les fiches de collecte de
données, vernis à ongle ou peinture à l’huile pour le marquage des animaux, …
Espèce à suivre :
Les cibles sont définies comme des éléments ou groupements importants liés directement
aux rôles stratégiques du milieu, mais avoir d’autres spécificités que les autres groupes,
ainsi exposés à des pressions significatives. Etant donné que les ressources à mobiliser
dans la gestion sont limitées (humaines, matérielles et financières), la priorisation des cibles
s’avère nécessaire. Seuls les éléments importants dans le suivi sont gérés comme
l’endémicité, le cycle biologique, les menaces et pression qui pèse sur l’espèce. Après
l’analyse de la spécificité des éléments biologiques et par regroupement, la population de
tortue d’eau douce Erymnochelys madagascariensis a été sélectionnée comme cible de
conservation pour la faune herpétologique du complexe.
La raison de ce choix a été basée sur le fait que :
• Cette espèce est endémique de la région Ouest de Madagascar mais son aire de
répartition ne cesse pas de diminuer
• Cette espèce est menacée principalement par la consommation locale et la
destruction des habitats (lieu de reproduction et lieu de ponte)
• Elle est Critiquement en danger (CR) selon la classification de l’IUCN
• Inscrite dans l’Annexe II de la CITES
• Bon indicateur du changement de l’habitat notamment le lac Kinkony
• L’atteint de l’âge de reproduction est très lent
• Facile à identifier et facile à détecter
• La taille de la population dans les sites est suffisante pour être sujet de suivi
9.3.5. Suivi des habitats
Comme les habitats des espèces figurent également parmi les cibles de conservation, leur
suivi périodique s’avère indispensable.
But
Le but du suivi des habitats est :
198
-
D’observer de façon périodique l’évolution de la flore et la végétation du site (richesse
spécifique, densité des espèces, abondance des espèces, etc)
De repérer les indices de dégradation des habitats afin d’évaluer les pressions et
menaces sur eux
Méthode de suivi :
Le suivi des habitats s’effectuera dans des parcelles permanentes de suivi. Les placeaux
visités lors de cette étude peuvent déjà servir de parcelles de suivi.
Le suivi des habitats s’effectuera tous les ans et sera réalisé par quatre membres de la
Communauté de Base.
Ce suivi écologique des habitats doit inclure l’inventaire global et le suivi des espèces rares
et menacées, ainsi que les espèces envahissantes. Les informations à collecter
comprennent leurs caractéristiques, leur distribution, leur milieu et leur croissance dans la
NAP.
Il s’agira également de faire un suivi phénologique, c’est-à-dire le suivi des différents stades
de développement tout au long de l’année (feuillaison, floraison et fructification) d’espèces
reconnues pour leur importance écologique et économique.
En parallèle, les données météorologiques (température, pluviométrie, hygrométrie) doivent
être enregistrées de manière permanente, afin de cerner l’influence des facteurs climatiques
sur les espèces et leur développement. L’intérêt de ce programme de suivi météorologique
s’agrandit, étant donné les risques encore peu connus que représentent les changements
climatiques globaux pour la biodiversité et sa gestion dans le moyen et long termes. Pour
cela, l’organisme d’appui devra mettre à la disposition de l’équipe locale de suivi les moyens
matériels adéquats.
Pour les agents de conservations, la méthode de suivi la plus facile à effectuer est la
méthode d’inventaire rapide mais c’est à eux d’établir les paramètres à suivre de façon à ce
qu’ils puissent effectuer un suivi complet de tous les sites. Ils peuvent par exemple réduire le
nombre d’individus par classe de diamètre à suivre, réduisant ainsi la surface et le temps
d’intervention (vu l’importance du site en surface) tout en notant les coupes et les noms des
espèces coupées.
Choix des espèces ou groupe d’espèces à suivre
Parmi les écosystèmes visités, les lacs, les marécages à raphia et les forêts de galerie sont
les plus menacées par la conversion des terrains en zone de culture. Ils méritent donc une
attention particulière en matière de suivi sans délaisser pour autant les forêts et les
mangroves qui sont sujettes à des coupes et victimes des feux.
9.3.6. Suivi des arthropodes
Les fourmis qui vivent dans le sol et dans la litière sont importants pour le programme de
suivi de par leur stabilité relative, leur diversité modérée et leur sensibilité au micro climat
(Alonso et Agosti, 2000). Ils apparaissent aussi comme des candidats idéals utilisés comme
un groupe indicateur car ils sont divers, trouvés abondamment dans la plupart des habitats
terrestres dans le monde, et facilement collectés (Majer, 1983).
Beaucoup d’espèces de fourmis ont des faibles tolérances et donc répondent rapidement
face au changement de l’environnement (Kaspari et Majer, 2000). En plus, les fourmis jouent
199
un rôle écologique important car ils fonctionnent dans différents niveaux trophiques, comme
en tant que prédateurs et proies, comme des détritivores, des mutualistes et des herbivores
(Alonso, 2000).
Aussi, le nombre et la composition des espèces de fourmis dans un endroit peuvent indiquer
la santé d’un écosystème (Kaspari et Majer, 2000). Cinq champs où les fourmis fournissent
une information précieuse pour la gestion basée sur le suivi écologique sont à souligner
(Underwood et Fisher, 2006) :
-
pour détecter la présence d’espèces invasives,
pour voir la tendance parmi les espèces menacés ou en danger,
pour voir la tendance parmi les espèces clés,
pour évaluer l’action de gestion de la terre et pour évaluer un changement de
l’écosystème à long terme.
9.3.7. Propositions de suivi pour les chiroptères
Les chiroptères sont très sensibles aux différents types de perturbations, par conséquent ils
peuvent constituer des indicateurs de l’état de dégradation d’un milieu. Vu les menaces qui
pèsent sur ce groupe surtout les pressions par la chasse des megachiroptères à des fins
alimentaires, un programme de suivi écologique de Chiroptère s’avere important.
-
Suivi écologique par les agents de conservations et la population locale
Un programme de suivi ecologique des endroits hébergeant des chiroptères est necessaire
dans le CMK. Des visites périodiques (trimestrielles) des agents de conservation dans les
grottes et dans les abris-chiroptères sont recommandées et une simple identification des
espèces peut être confiée à des agents de conservation après avoir suivi une formation sur
terrain. Toutefois, le comptage du nombre de population devrait se faire au niveau de leurs
perchoirs ou dans leurs caves. Le suivi et le comptage des mégachiroptères peuvent
également être confiés à la population locale.
-
Suivi écologique par des spécialistes
Malgré la participation des agents de conservation et de la population locale dans le suivi
écologique de chiroptères, l’intervention des spécialistes en la matière s’avère necessaire
pour valider et contrôler la véracité des données collectées. Une possibilité de découverte de
nouvelles espèces dans CMK serait possible tout comme une éventualité de disparition
d’une espèce déjà déterminée. L’intervention des spécialistes pourrait être utile une fois par
an.
200
10.
UTILISATION DE L’
’OUTIL METT : DONNEES SUR LES MENACES
Présence ou
absence
dans la NAP
1. Développement résidentiel et commercial au sein d’une aire protégée
Menaces aux Aires Protégées
1.1. Habitations et installations
Oui
Observations
Estimation d’environ 18.000 toits (année, 2013) dans 53 Fokontany se trouvant à
l’intérieur de la NAP.
Menace potentielle à cause de l’accroissement de la population (environ 3% par an)
surtout pour les villages/fokontany au bord des forêts.
Estimation de 500 toits/an nouvellement crées
1.2. Zones commerciales et industrielles
Oui
La sucrerie COPLAND de Namakia étend les plantations industrielles de canne à
sucre après la mise en fonctionnement de l’usine par les chinois.
Au cours de la récolte de la canne à sucre, une pratique courante consiste à brûler
les cannes pour se débarrasser des parties urticantes des feuilles.
Observation d’unité d’extraction d’huile essentielle de mandravasarotra dans la forêt
de Morafeno Kinanga (commune d’Antongamena Bevary)
1.3. Infrastructures touristiques et récréatives
Oui
Infrastructure simple localisée à Makary et constituée par des abris tentes ou aires
de camping et de réfectoire
2. Agriculture et aquaculture dans une aire protégée
Forte menace pour la NAP à cause de la transformation des forêts, des bords des
lacs en terrains de cultures
2.1. Cultures annuelles et pérennes de produits non ligneux
2.2. Culture de plantes médicinales
Oui
Les tanety dénudés occupés par des cultures pluviales non accompagnées de
mesures de protection du sol favorisent l’érosion du sol provoquant l’envasement des
lacs et des estuaires.
Oui
On a recensé 3 ménages (0,3% de l’ensemble des enquêtés) pendant l’enquête. Par
contre, la cueillette est pratiquée par les ménages
201
2.3 Plantations de bois et de pulpe
Non
Absence de plantation de bois.
2.4 Fermes d’élevage et pâturage
Oui
Pratique de « kijana » dans la forêt par 6,6% des ménages enquêtés. Près de 3%
des ménages laissent leurs troupeaux dans la forêt pour plus de 3 mois.
Pratique de l’élevage de chèvre
2.4 Aquaculture en mer et en eau douce
Non
Activité inexistante dans la NAP. .
3. Production d’énergie et exploitation minière dans une aire protégée
3.1 Forage pétrolier et gazier
Non
3.2 Mines et carrières
Oui
Activité inexistante dans la NAP.
Existence de plusieurs carreaux miniers dans la NAP, mais pas encore formellement
exploités par les détenteurs des permis miniers.
Existence de projet de prospection pétrolière
4. Transport et Corridors de service dans une aire protégée
4.1 Routes et chemins de fer
Oui
4.2 Lignes d’utilité publique et de service (y compris, câbles
électriques et téléphoniques)
Non
4.3 Canaux et voies navigables
Oui
4.4 Voies aériennes
Non
Des liaisons journalières par taxi-brousse s’éffectuent entre Katsepy et Soalala
(distante de 60km) avec un taux de traffic de 8 voitures/jour
Les rivières Mahavavy sont navigables sur une longueur de 45 km environ
Existence d’un bac non motirisé à Mitsinjo qui assure la traversée de la rivière
Mahavavy avec une fréqunce de 8 fois/jour
Exemple : le village de Morafeno Kingana possède près de 20 pirogues
5. Utilisation et dégâts causés aux ressources biologiques dans une aire protégée
5.1 Chasse
Oui
Existence de la pratique de chasse aux lémuriens et à certaines espèces d’oiseaux
(terrestres et aquatiques), de chasse de tenrecs, de sangliers, de chauve-souris au
niveau des forêts et des lacs La chasse est destinée soit pour la consommation
propre de la famille soit pour la vente auprès des hoteliers (Mitsinjo, Katsepy,
202
Namakia).
La population n’a pas « voulu » fournir des données statistiques sur le nombre des
animaux capturés mais on a observé une capture de 4 gibiers/chasseurs/chasse
éffectuée
Existence de ventes de gibier (canards sauvages) sur le marché de Makary et
Mitsinjo (1 fois/jour de marché)
5.2 Récolte de plantes et de produits végétaux (hors
grumes)
Oui
Collecte de plantes médicinales (exemple mandravasarotra avec une quantité de
20kg environ par cuisson)
5.3 Coupe d’arbres et récolte de bois
Oui
Plusieurs utilisations des arbres dont la population en dépende : construction des
maisons (200 feuilles de satrana/maison pour la confection de toits), source
d’énergie pour la cuisson
La menace est potentielle en l’absence de normes et de règlements pour tout
abattage des arbres, ainsi que des mesures pour favoriser la restauration, pour
garantir durablement les besoins futurs en bois de construction.
5.4 Pêche, massacre et récolte de ressources aquatiques
Oui
Activités importantes dans la NAP avec des pratiques ne respectant pas les normes
(utilisation d’outils non indiqués, de matériels inadéquats) .
6.1 Activités récréatives et tourisme
Oui
Bird watching (tourisme ornithologique à Ampitsopitsoka), tourisme balnéaire (Boeny
Aranta), pratique de la chasse touristique, tourisme culturel (rites sakalava à
Mahavavy).
6.2 Guerre, instabilité civile et exercices militaires
Non
Non applicable
6.3 Recherche, éducation et autres activités liées à un
travail dans les aires protégées
Oui
La NAP fait l’objet d’études scientifiques, (notamment suivis écologiques) notamment
concernant les différents écosystèmes existants et les espèces qui s’y trouvent
6.4 Activités des gestionnaires des aires protégées
Oui
Construction de points d’eau
6.5 Vandalisme délibéré, activités destructrices ou menaces
à l’encontre du personnel et des visiteurs de l’aire protégée
Non
6. Intrusions et perturbations humaines dans une aire protégée
Non applicable
7. Modifications du système naturel
203
7.1 Feux et suppression des feux (y compris incendies
volontaires)
Oui
Feux de forêt, feux de brousse sont décelés dans la NAP avec diverses raisons
(défrichement pour étendre les terrains de culture, pâturage, …)
7.2 Barrages, modifications hydrologiques et gestion/
utilisation de l’eau
Non
Existence de petits reseaux hydro-agricoles
7.3a Fragmentation accrue dans l’aire protégée
Non
7.3b Isolement par rapport à d’autres habitats naturels (par
exemple, déforestation, barrages sans passages efficaces
de l’eau pour la faune sauvage)
Non
7.3c Autres effets de lisière sur les valeurs des parcs
Non
7.3d Perte d’espèces emblématiques (par exemple, grands
prédateurs, espèces pollinisatrices, etc.)
Oui
Pertes de vorofaly (oiseau enémique)
Pertes de tortue d’eau douce
Perte de lémuriens
8. Espèces invasives et autres espèces et gènes problématiques
8.1 Plantes invasives non natives/ exotiques (mauvaises
herbes)
Oui
8.1a Animaux invasifs non natifs / exotiques
Oui
8.1b Pathogènes (natifs ou non, mais qui créent des
problèmes nouveaux/ accrus)
Non
8.2 Matériel génétique introduit (par exemple, organismes
génétiquement modifiés)
Non
Menaces de tsikafokafona sur les zones humides
Menaces de plantes d’étranglement dans les forêts
Invasion de poissons non natifs fibata (Orphicephalus striatus) et par Procambarus
sp
dans les zones humides
Invasion de Rattus rattus dans les forêts
9. Pollution pénétrant dans ou originaire de l’aire protégée
9.1a Déchets et eaux usées des installations de l’aire
protégée (par exemple, toilettes, hôtels, etc.)
oui
Dechets solides qui se jettent directement dans les zones humides en aval
204
9.2 Eaux usées industrielles, minières ou militaires et
écoulements (par exemple, écoulement d’eau de mauvaise
qualité en provenance de barrages, parexemple,
température anormale, eau désoxygénée, autre pollution)
Oui
9.3 Ecoulement provenant de l’agriculture ou de la foresterie
(par exemple, excès d’engrais ou de pesticides)
Oui/Non
Provenant de la sucrerie de COPLAND
Non pour l’ensemble du site sauf pour les plantations industrielles de canne à sucre
9.4 Détritus et déchets solides
Non
Non applicable
9.5 Polluants d’origine aérienne
Non
Non applicable
9.6 Excès d’énergie (par exemple excès de chaleur, de
lumière, etc.)
Non
Non applicable
10.1 Volcans
Non
Non applicable
10.2 Séismes/Tsunamis
Non
Non applicable
10.3 Avalanches et glissements de terrains
Non
Non applicable
10.4 Erosion et dépôts de sédiments (par exemple,
modifications de la ligne côtière du tracé d’un cours d’eau)
Oui
Erosion des berges de lacs, ensablement des lacs, érosion côtière
10. Evénements géologiques
11. Changements climatiques et conditions climatiques extrêmes
11.1 Evolution et altération de l’habitat
Oui
11.2 Sècheresses
Oui
11.3 Températures extrêmes
Non
Assèchement progressif des plans d’eau
12. Menaces culturelles et sociales spécifiques
12.1
Perte
de
liens
culturels,
de
connaissances
Non
Attachement de la population autochtone aux valeurs traditionnelles avec la
présence d’Ampanjaka
205
traditionnelles et/ ou de pratiques de gestion
12.2 Détérioration naturelle de valeurs importantes de sites
culturels
12.3 Destruction de bâtiments, de jardins, de sites de
patrimoine culturel, etc.
Non
Non
Non applicable
206
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Andrianarijaona, N. 2007. Le complexe Mahavavy-Kinkony devient aire protégée.
Madagascar Tribune N° 5471.
Andreone, F, Bungard, M. & Freeman, K., 2007. Amphibiens menacés de
Madagascar. Regione Piemonte- Museo Regionale di Scienze Naturali-Torino (Italie),
Madagascar Fauna Group, The Living Rainforest, St. Louis Zoo. 33 pp.
Andreone, F., Glaw, F., Nussbaum, R. A., Raxworthy, C. J., Vences, M. &
Randrianirina, J. E., 2003b. The amphibians and reptiles of Nosy Be (NW
Madagascar) and nearby islands: a case study of diversity and conservation of an
insular fauna. Journal of Natural History, 37 (17): 2119-2149.
Andreone, F., Cadle, J. E., Cox, N., Glaw, F., Nussbaum, R. A., Raxworthy, C. J.,
Stuart, S. N., Vallan, D. & Vences, M., 2005. Species review of amphibian extinction
risks in Madagascar: Conclusions from the Global Amphibian Assessment.
Conservation Biology, Vol 19, N° 6: 1790-1802.
Arrignon, J. 1977. Aménagement écologique et piscicole des eaux douces. Ecologie
fondamentale appliquée. Gauthier-villars. Bordasd.Paris : 320 p.
Arnoult, J., 1960. Sur une nouvelle espèce de poisson Malgache (CICHLIDAE),
Paretroplus kieneri n. sp. Bull. MNHN. Sér. 2, 32 (4) : 305-307.
Arnoult, J. 1959. Poissons des eaux douces. Faune de Madagascar, ISRM,
Tananarive, 10: 1–169.
Arnoult J., 1957. Poisson d’eau douce. Faune de Madagascar. Institut de Recherche
Scientifique. Tananarive : 162p.
Benstead, JP. et al. 2003. Conserving Madagascar’s Freshwater Biodiversity.
BioScience 53 : 1101-111.
Benstead, JP. et al., 2000. River conservation in Madagascar. In P. J Boon, B.R.
Davies, and G. E. Petts, eds., Global Perspectives on River Conservation: Science,
Policy and Practice. Wiley, New York. 203-229.
Birdlife International. 2006. Programme de suivi écologique dans le complexe des
zones humides de Mahavavy Kinkony collecte de données écologiques sur la faune
et la flore terrestres. Rapport final. 79p
BirdLife International Madagascar Programme (BIMP). 2002. Inventaire de la faune
ichtyologique du complexe Mahavavy-Kinkony. Rapport non publié.
BirdLife International Madagascar Programme (BIMP). 2005. Suivi de la faune
ichtyologique du complexe Mahavavy-Kinkony. Rapport non publié. Asity
Madagascar, Antananarivo.
Boulenger, G. A. 1912. Descriptions of three new African cichlid fishes of the genus
“Tilapia”, preserved in the British Museum. Ann. Mag. Nat. Hist. (Ser. 8) 138-140.
Bora, P., Randrianantoandro, C., Randrianavelona, R., Hantalalaina, E. F.,
Andriantsimanarilafy, R. R., Rakotondravony, D., Ramilijaona, O. R., Vences, M.,
Jenkins, R. K. B., Glaw, F. & Köhler, J., 2009. Amphibians and reptiles of the Tsingy
de Bemaraha plateau, western Madagascar : checklist, biogeography and
conservation. Herpetological Conservation and Biology, 5 (1): 111-125.
Camp. 2001. Rapport version finale sur les Poissons d’eau douce pour l’évaluation et
plans de gestion pour la conservation de la faune de Madagascar : Juillet 2002. 448p.
Cansela da Fonseca.1968. Théorie de l’information et diversité spécifique.
Bull.Mus.natn.Hist. Paris, 2è série.38 :961-968.
Clifford, H.F., Stephenson, W. 1975. An introduction to numerical classification.
Academic press. New York. Evaluation de stock et structure du peuplement
ichtyologique des lacs Kinkony, Maliolio et Tsiambara dans la région de BoenyMadagascar. 48p.
De Rham, P. 1996. Les Cichlidés endémiques de Madagascar, des poissons peu
connus et menacés. Biogéographie de Madagascar: 423-440.
Decelière, VC. et Guillard. J. 2008. Assessment of the pelagic fish populations using
CEN multimesh gillnets: Consequences for the characterization of the fish
207
-
-
-
-
communities. Knowledge and Management of aquatic ecosystems (KMAE). N°389,
05: 1-14.
D’Cruze, N., Olsonn, A., Henson, D., Kumar, S. & Emmett, D., 2009. The amphibians
and reptiles of the lower Onilahy river valley, temporary protected area in southwest
Madagascar. Herpetological Conservation and Biology, 4 (1): 62-79.
D’Cruze, N. , Köhler, J., Franzen, M. & Glaw F., 2008. A conservation assessment of
the amphibians and reptiles of the Forêt d’Ambre Special Reserve, north
Madagascar. Madagascar Conservation & Development, Vol 3: 44-54.
D’Cruze N., Sabel J., Green K., Dawson J., Gardner C., Robinson J., Starkie, G.,
Vences, M. & Glaw, F., 2007. The first comprehensive survey of amphibians and
reptiles at Montagne des Français, Madagascar. Herpetological Conservation and
Biology, 2 (2): 87-99.
FAO/ONU. 1970. L'écologie des pêches dans les plaines inondables africaines.
Documents techniques du CPCA.
Frontier, S. 1977. Réflexions pour une théorie des écosystèmes. Bull. Ecol., 8, 445–
464.
Frontier, S. 1976. Utilisation des diagrammes rang-fréquence dans l’analyse des
écosystèmes. Recherche Océanographique, 1(03): 35-48.
- Garcia, G. 1999. Ecology and conservation of the Madagascar side-nicked turtle Erymnochelys
madagascariensis. Dodo 35:172-73.
-
-
-
-
-
-
-
Garden, T. A., Barlow, J. & Peres, C. A., 2007. Paradox, presumption and pitfalls in
conservation biology: The importance of habitat change for amphibians and reptiles.
Biological Conservation, 138: 166-179. Available at www.sciencedirect.com
Glaw, F. & Vences, M., 2007. A fieldguide to the amphibians and reptiles of
Madagascar (third edition). Vences & Glaw Verlag, Cologne.
Glaw, F. & Vences, M., 2008. Les amphibiens, pp. 311-340. Dans : Paysages
naturels et biodiversité de Madagascar. Ed. J. M. Betsch. Publications scientifiques
du Muséum. Paris, WWF, 694pp.
Goodman S. M., 2008. Protection de la nature: Introduction, pp. 515-522. Dans :
Paysages naturels et biodiversité de Madagascar. Ed. J. M. Betsch. Publications
scientifiques du Muséum. Paris, WWF, 694pp.
Goodman S. M. & Benstead J. P., 2005. Short Communication. Updated estimates of
biotic diversity and endemism for Madagascar. Oryx, 39 (1): 73-77.
Günther, A. 1866. Catalogue of fishes in the British Museum. Catalogue of the
Physostomi, containing the families Salmonidae, Percopsidae, Galaxidae,
Mormyridae,
Gymnarchidae,
Esocidae,
Umbridae,
Scombresocidae,
Cyprinodontidae, in the collection of the British Museum. Cat. Fishes i-xv + 1-368.
HAMILTON, F. [Buchanan] 1822. An account of the fishes found in the river Ganges
and its branches. Edinburgh & London. Fishes Ganges i-vii + 1-405.
Harper, G. J., Steininger, M. K., Tucker, C. J., Juhn, D. & Hawkins, F., 2007. Fifty
years of deforestation and forest fragmentation in Madagascar. Environmental
Conservation, 34 (4): 1-9.
Jaccard, P. 1908. Nouvelles recherches sur la distribution florale. Bulletin de la
Société vaudoise de Sciences Naturelles, 44 : 223-270.
JEPPESEN, E. et al. 2006. Habitat distribution of fish in late summer: changes along
a nutrient gradient in Danish lakes. Ecol. Freshwater Fish, 15: 180–190.
JOLLY, GM. 1965. Explicit estimates from capture-recapture with both death and
immigration. Stochastic model. Biometric: 52-225.
Kiener, A. et Mauge, M. 1966. Contributions à l’étude systématique et écologique des
poissons CICHLIDAE endémiques de Madagascar. Zoologie tome XL. Fascicule 299.
Kiener, A. et Vindard. 1972. Fishes of the continental waters of Madagascar IN:
BATTISTINI, R. et G RICHARD-VINDARD (EDS): 477-479.
Kiener A., 1963. Poissons, pêches et piscicultures à Madagascar. Paris, Edit Centre
Techn. Forestier, trop. 1963. Publication N°24 du Centre Technique Forestier
Tropical : 160p.
208
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Kiener, A. 1963. Poissons, pêche et pisciculture à Madagascar. PUBL. 24 CFTT.
NOGENT SUR MARNE: 244 P. Evaluation de stock et structure du peuplement
ichtyologique des lacs Kinkony, Maliolio et Tsiambara dans la région de BoenyMadagascar Page 49
Kiener, A. et Thereizien, Y. 1963. Principaux poissons du Lac Kinkony. Bulletin de
Madagascar. 204: 1-46.
KIENER, A., 1963. Poissons, pêche et pisciculture à Madagascar : Poissons curieux,
espèces d’aquarium et poissons fossiles. Place du poisson dans le folklore et dans
l’art malgache. Publication C.T.F.T. 31-176.
Kuchling, G. 1993 b. Possible biennial ovarian cycle of the fresh water turtle. c. Journal of
Herpetology. 27: 470-72.
Kuchling, G. & Mittermeier, R.A. 1993. Field data on status and exploitation of Erymnochelys
madagascariensis. Chelonian Conservation and Biology 1:19-30.
Kuchling, G. 1988. Biology of population structure, reproductive potential and increasing
exploitation of the fresh water turtle Erymnochelys madagascariensis. Biological
conservation 43:107-13.
Kuchling, G. & Mittermeier, R.A. 1987. Biologie et status d’Erymnochelys madagascariensis et
commentaire sur d’autre cheloniens de Madagascar. In Priorites en matiere de conservation
des especes a Madagascar. eds. R.A.Mittermeier, L.H. rakotovao, V. Randrianasolo,E.J.,
Sterling, and D. Devitre. Pp 121-24. Ocasional Papers IUCN. Species survival commission 2.
gland: IUCN.
Lacepede, B. G. E. 1802. Histoire naturelle des poissons. Hist. Nat. Poiss. i-xliv + 1728
Legendre, L. & P. Legendre. 1984. Ecologie numérique : Le traitement multiple des
données écologiques. Tome 1, Edition Masson, 2e Edition. 260p.
Legendre, L. & Legendre, P., 1979. Ecologie numérique : La structure des données
écologiques. Tome 2, Edition Masson. 247p.
Legendre, J., 1918. Habitat, mœurs et élevage de la perche malgache. LAVAL. IMPRIMERIE L. BARNEOUD ET Cie.
Lehtinen, R. M., Ramanamanjato, J.-B. & Raveloarison, J. G., 2003. Edge effects and
extinction proneness in a herpetofauna from Madagascar. Biodiversity and
Conservation, 12: 1357-1370.
Loiselle, PV. 1992. The cichlids of Jurassic Park-part 4. CICHLID NEWS: Do
Madagascar’s Cichlids have a future? 5 (2):18-23.
Lorenzoni, M. et al. 2006. Native and exotic fish species in the Tiber river watershed
(Umbria–Italy) and their relationship to the longitudinal gradient.
Lowe-M.C Connell, R.H. 1987. Ecological studies in tropical fish communities.
Cambridge University Press, Cambridge, UK: 382 p.
Mauge, A. L. 1984. Diagnoses préliminaires d'Eleotridae des eaux douces de
Madagascar. Cybium 98-100.
Megson, S., Mitchell, P., Köhler, J., Marsh, C., Franzen, M., Glaw, F. & D’Cruze, N.,
2009. A comprehensive survey of amphibians and reptiles in the extreme north of
Madagascar. Herpetology Notes, Vol 2: 31-44.
Mittermeier, R. A., Louis, E. E. Jr., Richardson, M., Schwitzer, C., Langrand, O.,
Rylands, A B., Hawkins, F., Rajaobelina, S., Ratsimbazafy, J., Rasoloarison, R. M.,
Roos, C. Kappeler, P. M. & Mackinnon, J. 2010. Lemurs of Madagascar. Third
edition. Conservation International, Arlington. USA
Mori, A., Ikeuchi, I. & Hasegawa, M., 2005. Herpetofauna of Ampijoroa,
Ankarafantsika Strict Nature Reserve, a dry forest in northwestern Madagascar.
Herpetological Natural History, 10 (1) : 9–38.
Müller P., Velo, A., Raheliarisoa, E.-O., Zaramody, A. and Curtis, D.J. (2000).
Surveys of sympatric lemurs at Anjamena, north-west Madagascar. African journal of
ecology : 38, 248-257.
Myers, N., Mittermeier, R. A., Mittermeier, C. G., Da Fonseca, G. A. B. & Kent, J.,
2000. Biodiversity hotspots for conservation priorities. Nature, Vol 403: 853-858.
209
-
-
-
-
-
-
-
-
New Hampshire Volunteer Lake Assessment Program (VLAP). 2000. Chemical
parameter explanations. Environmental fact sheet. New Hampshire department of
environment services (NHDES).
New Hampshire Volunteer Lake Assessment Program (VLAP). 2008. Aquatic Plants
and Their Role in Lake Ecology. Environmental fact sheet. New Hampshire
department of environment services (NHDES). WD-BB-44.
Nicoll, M.E., and Langrand, O. 1989. Madagascar: revue de la conservation et des aires
protégées. Gland: WWF.
Nisbet et Verneaux. 1970. Composantes chimiques des eaux courantes : Discussion
et proposition de classes en tant que bases d’interprétation des analyses chimiques.
Annales de limnologie: 161-190.
Nourissat, J.C. & P. De Rham. 2002. Les cichlides endémiques de Madagascar,
SAGRAFIC, SL. BARCELONE. 190p.
Pedrono, M. & Smith, L.L. 2003. testudinae, Land tortoise. In The Natural history of
Madagascar. Eds. Goodman, S. 2003 pp. 951-56. -Pedrono, M. & Smith, L.L.
Petter, J.-J and Peyrièras, A. 1970. Observations éco-éthologiques sur les lémuriens
malgaches du genre Hpalemur. La terre et la vie. 24 : 356-382.
Prance, G.T., 1989. Rates of loss of Biological diversity: A Global view. In: The
Scientific Management of Temperate Communities for Conservation (I. F.Spellerberg,
F. B. Goldsmith and M.G. Morris eds.).Blackwell Scientific Publications,
Rabarisoa Rivo & Randriamanindry Jean Jeacques, 2006. Programme de suivi
écologique dans le Complexe des zones humides de Mahavavy Kinkony. Collecte de
données écologiques sur la faune et la flore terrestres. Rapport final. BirdLife
International Madagascar Programme.
Rabearivony, J., Thorstrom, R., De Roland, L.-A. R., Rakotondratsima, M.,
Andriamalala, T. R. A., The Seing, S., Razafimanjato, G., Rakotondravony, D.,
Raselimanana, A. P. & Rakotoson, M., 2010. Protected area surface extension in
Madagascar: Do endemism and threatened species remain useful criteria for site
selection?. Madagascar Conservation & Development, Vol 5: 35-47.
Rakotondravony, H. A., 2006. Aspect de la conservation des reptiles et des
amphibiens dans la région de Daraina. Madagascar Conservation & Development,
Vol 1 : 15-18.
Ralison, J. M. 2008. Les lémuriens des forêts sèches malgaches. Dans Malagasy Nature. eds.
M. J. Raherilalao, S. M. Goodman, A. P. Raselimanana, M. Razafimpahanana, V. Soarimalala
& L. Wilmé. Volume-1. 2008.
-
-
-
-
-
-
Raminosoa, N. 2004. Etude bioécologiques des poissons endémiques dans 4 « hot
spots » da Madagascar : Rivière Nosivolo, Lac Kinkony, Lac Itasy et Lac Alaotra.
Thèse de doctorat d’état ès-sciences naturelles. Département de Biologie Animale.
Université d’Antananarivo.
Raminosoa, N., 1979. Contribution à l’étude écologique et biologique de Paratilapia
polleni (BLEEKER, 1868) (POISSON TELEOSTEEN CICHLIDAE) dans le marais de
Manganosy. Mém. D.E.A. S.B.A., E.E.S.S. C.U.R. Tana, Univ. De Madagascar : 93p.
Raminosoa, N., 1993. Aménagement et exploitation rationnelle des lacs malgaches :
Informations hydrobiologiques, écologiques et sur les pêches. D.R.H., Programme
Sectoriel Pêche. Rapport du projet SAT1 – MAG/92/T02. 3B : 71-154.
Raselimanana, A. P., 2008. Herpétofaune des forêts sèches malgaches. Dans : Les
Forêts Sèches de Madagascar. Malagasy Nature. Journal International sur l’Histoire
Naturelle de Madagascar et des Iles Voisines, Vol 1: 46-72.
Raselimanana, A. P. & Rakotomalala, D., 2008. Les caméléons, pp. 367-382. Dans :
Paysages naturels et biodiversité de Madagascar. Ed. J. M. Betsh. Publications
scientifiques du Muséum. Paris, WWF, 694pp.
Rasoloariniaina, J. R. 2010. Evaluation de stock et structure du peuplement
ichtyologique des lacs Kinkony, Maliolio et Tsiambara dans la Région de Boeny –
Madagascar. Mémoire de DEA. Département de Biologie Animale, Faculté des
Sciences, Université d'Antananarivo. 79p.
210
-
-
-
-
-
-
-
-
Raxworthy, C. J., 2008: Introduction aux reptiles, pp. 341-366. Dans : Paysages
naturels et biodiversité de Madagascar. Ed. J. M. Betsch. Publications scientifiques
du Muséum. Paris, WWF, 694pp.
Sparks, J.S. et Stiassny, M.L.J. 2003. Introduction to the freshwater fishes of
Madagascar. In GOODMAN, SM. et BENSTEAD, JP. The natural history of
Madagascar: 849–863.
Tattersal, I. 1982. The Primates of Madagascar. Colombia University Press, New
York.
IUCN 2013. IUCN Red List of Threatened Species. International Union for
Conservation of Nature (IUCN), Species Survival Commission (SSC), Cambridge,
UK, and Gland, Switzerland.
IUCN, 2012. IUCN Red List of Threatened Species. www.iucnredlist.org.
Vallan, D., Raherisoa, V. H. & Dolch, R., 2004. Does selective wood exploitation
affect amphibian diversity? The case of An’Ala, a tropical rainforest in eastern
Madagascar. Oryx, Vol. 38: 410-417.
Vallan, D., 2002. Effects of antropogenic environmental changes on amphibian
diversity in the rain forest of eastern Madagascar. Journal of Tropical Ecology, 18:
725-742.
Vallan D., 2000. Conséquences de la fragmentation de la forêt d’Ambohitantely sur
les populations d’amphibiens. Dans : Monographie de la forêt d’Ambohitantely. Eds.
J. Ratsirarson & S. M. Goodman. Recherches pour le Développement, Série
Sciences Biologiques, 16 : 107-130. Antananarivo : CIDST.
Vieites, D. R., Wollenberg, K. C., Andreone, F., Köhler J., Glaw, F. & Vences, M.,
2009. Vast underestimation of Madagascar’s biodiversity evidenced by an integrative
amphibian
inventory.
PNAS
Early
Edition,
6
pp.,
www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.0810821106.
Whitehurst A. S., Sexton J. O. & Dollar L., 2009. Land cover change in western
Madagascar’s dry deciduous forest: a comparison of forest changes in and around
Kirindy Mite National Park. Fauna & Flora International, Oryx, 43 (2): 275-283.
211
Téléchargement