Presse arménienne : Revue du 15 mars 2017

advertisement
A LA MEMOIRE DES 1 500 000 VICTIMES ARMENIENNES
24 avril 2017 : 102e anniversaire du génocide arménien de 1915
perpétré par le gouvernement Jeune-Turc
102 ans de déni : ça suffit !
-------------------------------------------------------------------
VEILLE MEDIA
Vendredi 17 mars 2017
Retrouvez les informations sur notre site :
http://www.collectifvan.org
Rubrique Info Collectif VAN :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1
et Rubrique News (Revue de Presse) :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=4&page=1
-----------------------------------------------------------------SOMMAIRE
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN
[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] vous propose une
revue de presse des informations parues dans la presse
francophone sur les thèmes concernant le négationnisme, le
racisme, l'antisémitisme, le génocide arménien, la Shoah, le
génocide des Tutsi, les crimes perpétrés au Darfour, la Turquie,
l'Union européenne, l'occupation de Chypre, etc... Nous vous
suggérons également de prendre le temps de lire ou relire les
articles mis en ligne dans la rubrique Info Collectif VAN et les
traductions regroupées dans notre rubrique Actions VAN. Par
ailleurs, certains articles en anglais, allemand, turc, etc, ne sont
disponibles que dans la newsletter Word que nous générons
chaque jour. Pour la recevoir, abonnez-vous à la Veille-Média :
c'est gratuit ! Vous recevrez le document du lundi au vendredi
dans votre boîte email. Bonne lecture!
17/03/2017 - Seda Mavian - NAM
Décès d'Artur Sargsyan, le "porteur de pain" des Sasna Dzerer
10/03/2017 - CRIF
Retour sur la tuerie de Toulouse : Le drame de l'école Ozar
Hatorah
17/03/2017 - Collectif VAN
Collectif VAN : l'éphéméride du 17 mars
17/03/2017 - Ambassade de France en Arménie
Presse arménienne : Revue du 15 mars 2017
Resident Forever de Lyang Kim
Agenda - Paris : Projection du documentaire Resident Forever
Centre National de la Mémoire Arménienne
Agenda - Décines/double exposition de Maurice Cuquel (RSF)
16/03/2017 - Le Vif
L'Europe de l'Ouest, réservoir de voix pour Erdogan
17/03/2017 - France Soir
Hollande et Merkel jugent "inacceptables" les propos d'Erdogan
sur le nazisme
17/03/2017 - 7su7
Un photomontage de Merkel en Hitler en Une d'un quotidien turc
16/03/2017 - L'Orient le Jour
Téléréalité: Ankara veut interdire les émissions de rencontres
amoureuses
15/03/2017 - L'Orient le Jour
La Turquie, fâchée avec l'Autriche, bloque des partenariats de
l'Otan
17/03/2017 - NAM
Les tensions s’aggravent au Patriarcat d’Istanbul
17/03/2017 - L'Orient le Jour
Voile dans l’UE : Erdogan dénonce une « croisade » contre l’islam
16/03/2017 - Métro
Crise diplomatique Pays-Bas/Turquie – Mark Rutte a gagné les
élections mais perdu « l’amitié de la Turquie »
16/03/2017 - Le Figaro
Le secrétaire d'État américain se rendra en Turquie le 30 mars
16/03/2017 - Le Soir
Rotterdam autorise une manifestation de Turcs contre la police
17/03/2017 - Marie Jégo
En Turquie, scènes d’hystérie collective après les tensions avec les
Pays-Bas
16/03/2017 - Marie Chemin - Arte
La campagne AKP en terres kurdes
15/03/2017 - Œil sur le front Libération
Un patron du FN à Nice suspendu du parti pour des propos
négationnistes
INFOS COLLECTIF VAN
Retour sur la tuerie de Toulouse : Le drame de l'école
Ozar Hatorah
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous
présente cet article de Marc Knobel, historien, directeur des
études au Crif, publié sur le site du Crif (Conseil Représentatif des
Institutions Juives de France) le 10 mars 2017.
Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France)
Publié le 10 Mars 2017
#Crif - Le drame de l'école Ozar Hatorah de Toulouse par
Marc Knobel
Retour sur l'horreur du 11 au 19 mars 2012
Le 11 mars 2012, dans le quartier tranquille de Montaudran, à Toulouse,
le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans, gare sa moto sur une
esplanade. Il est en civil. Quelques jours auparavant, il avait mis sa moto
en vente sur un site Internet, une Suzuki 650 cm3. Sans doute avait-il
rendez-vous avec un acheteur potentiel. Justement, un homme arrive en
scooter et s’arrête à sa hauteur. Bizarrement, il garde la visière de son
casque rabattue. Sortant une arme à feu de sa poche, il tire, quasiment à
bout portant, ne laissant au militaire aucune chance de s’échapper. Imad
Ibn-Ziaten est abattu froidement par cet inconnu. La balle a traversé la
pommette gauche, jusqu’à l’aplomb de l’œil.
Quelques jours plus tard, le jeudi 15 mars, à Toulouse encore, le soldat de
première classe Mohamed Farah Chamse-Dine Legouad, 24 ans, retire de
l’argent dans un distributeur. Il est accompagné par deux camarades. Un
homme à scooter, casqué et vêtu de noir ralentit, s’approche des
militaires par derrière et ouvre le feu. Il abat Mohamed Legouad et son
ami Abel Chennouf. Quant à Loïc Liber, il est touché à la moelle épinière1 .
C’est encore à Toulouse, dans le quartier Jolimont, que le lundi 19 mars,
peu avant 8h30 du matin, à l’heure où les élèves de l’école Ozar Hatorah
s’apprêtent à entrer en cours, que l’homme casqué gare son scooter. Il
s’avance d’un pas tranquille, sort une arme et ouvre le feu sur un groupe
de personnes massées devant l’établissement. Un professeur de religion
du collège, Jonathan Sandler, 30 ans, est atteint au ventre. Il s’écroule au
pied de son fils Arieh, 5 ans, mortellement touché lui aussi. Le tueur fait
quelques pas dans la cour, ouvre le feu à nouveau. La fille du directeur de
l’école, Myriam Monsonego, 7 ans, tente de s’échapper. Elle ne fait que
quelques foulées, avant d’être atteinte d’une balle dans le dos. Le tueur
tire alors sur le petit Gabriel Sandler, 4 ans. Puis, il revient vers Myriam,
l’empoigne férocement par les cheveux et l’achève d’une balle dans la tête,
avant de prendre la fuite sur son deux-roues. Un autre adolescent est
grièvement blessé. Les enfants crient dans tous les sens.
C’est l’horreur. Des élèves et des membres du personnel emmènent les
victimes dans la salle de prière. La plupart des élèves prient, d’autres
pleurent. L’agitation règne un peu partout. Un jeune de 16 ans, secouriste,
tente vainement de réanimer l’un des enfants. Le désespoir se lit sur les
visages. Lorsque, quelques minutes plus tard, les parents viennent
chercher leurs enfants, ceux-ci se blottissent dans leurs bras, en larmes
ou hébétés.
À 9 heures du matin, l’alerte est donnée par la préfecture pour sécuriser
tous les établissements de confession juive et les synagogues du
département. À 10 h 15, le procureur de la République de Toulouse
confirme que le tueur « a tiré sur tout ce qu’il avait en face de lui, enfants
et adultes ». Au même moment, Nicolas Sarkozy donne une interview sur
Radio France Outre-mer (RFO), quand il apprend la nouvelle : la tragédie
de Toulouse le frappe de plein fouet. Aussitôt, il donne ses instructions : 1.
Claude Guéant, son ministre de l’Intérieur, suivra les opérations depuis
Toulouse. 2. Il recevra ensemble les représentants des communautés
juive et musulmane, pour manifester l’unité nationale. 3. Il interrompra
enfin pendant quelques jours toutes ses activités de campagne
électorale2 . Sur le champ, le chef de l’État se rend à Toulouse : « C’est
une tragédie nationale», déclare-t-il en demandant « une minute de
silence dans toutes les écoles de France à la mémoire de ces enfants
martyrisés ». Sur place arrivent François Hollande, accompagné de Manuel
Valls, Pierre Moscovici et Élisabeth Guigou, puis en fin d’après-midi,
François Bayrou.3 A 16 h 30, une conférence de presse est organisée par
les représentants de la communauté juive de la région. La voix troublée
par l’émotion, Nicole Yardeni, présidente du CRIF Midi-Pyrénées, raconte
les images de la tuerie qu’elle vient de visionner: « On voit un homme
casqué très déterminé, très calme, très professionnel, au sens nazi du
terme. Qu’on puisse poursuivre des enfants dans une école. Pour les
abattre. (Silence) Ces enfants, ce sont nos enfants, mais ce sont aussi les
enfants de tous. Nous parlons comme Juifs, mais pas seulement. Ce qui
nous inquiète, nous inquiète pour tout le monde. »
À 17 heures, une cérémonie religieuse est organisée. La synagogue est
pleine à craquer. Plus tard, à Paris, une marche silencieuse entre
République et Bastille rassemble plusieurs milliers de personnes,
préfigurant celle du dimanche suivant, à laquelle appellent les
responsables des communautés juive et musulmane4 . L’opinion publique
est donc sous le choc. La classe politique décrète une trêve dans la
campagne. Mercredi 21 mars, vers 1h du matin, Mohamed Merah appelle
Ebba Kalondoa, rédactrice en chef de France 24. Il est alors 1 h du matin,
et la jeune femme vient de terminer son service quand son assistante lui
transmet l’appel de Mohamed Merah. Le présumé tueur se montre très
clair, très précis et très calme, et affirme avoir filmé les tueries et qu’elles
seront bientôt sur la Toile : « Il m’a dit : ‘‘Bonsoir madame, j’appelle pour
revendiquer les attentats à Montauban et à Toulouse.’’ […] Il était très à
l’aise avec le langage de la violence. Il parlait des actes, il parlait des
opérations très techniques, presque militaires. Il disait ‘‘les cibles’’, il était
très détaché par rapport à l’humanité de ses victimes. […] Il disait : ‘‘J’ai
tiré deux coups pour la première victime, vous pouvez demander à la
police parce qu’ils ont dû se demander pourquoi il n’y a pas les douilles
sur les lieux, c’est parce que je les ai ramassées.’’ Il a dit que deux choses
pouvaient l’arrêter : soit on l’attrape et il ira en prison la tête haute, soit il
rencontrera la mort avec un sourire. […] Il a mis en garde en disant qu’il y
aurait d’autres attentats. Il a reparlé de Toulouse, mais aussi de Lyon,
Marseille et Paris. Il a répété sans cesse que ce n’était que le début5(...)
Lire la suite avec les notes de bas de pages ICI ou dans le PDF cijoint.
TÉLÉCHARGER :
#Crif - Le drame de l'école Ozar Hatorah de Toulouse par Marc Knobel
http://www.collectifvan.org/pdf/07-45-27-17-03-17.pdf
http://www.crif.org/fr/actualites/crif-le-drame-de-lecole-ozar-hatorah-detoulouse-par-marc-knobel
Presse arménienne : Revue du 15 mars 2017
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous
propose de lire cette Revue de Presse parue sur le site de
l'Ambassade de France en Arménie le 17 mars 2017.
Ambassade de France en Arménie
Revue de la presse arménienne du 15 mars 2017
Arménie-Russie
Visite du président Sarkissian à Moscou/ Les quotidiens suivent avec
attention la visite officielle du président Sarkissian à Moscou, couvrant la
rencontre, le premier jour de sa visite, avec les étudiants et le corps
enseignant du MGIMO (Institut des relations internationales de Moscou).
Dans une allocution, le Chef de l’Etat arménien a fait l’éloge des relations
arméno-russes, qui ont atteint selon lui aujourd’hui leur plus haut niveau.
Ces relations « sans précédent » sont basées sur la confiance mutuelle et
se traduisent par un dialogue politique intense, une coopération étroite
dans les domaines économique, militaire, scientifique, technique etc. Les
deux pays coopèrent également en marge des organisations
internationales, dont l’UEE, OTSC. Le chef de l’Etat arménien a quelque
peu mis en cause l’OTSC, dans le cadre de laquelle les engagements ou
les intérêts des partenaires ne sont pas toujours respectés, ce qui ne
contribue pas à renforcer l’autorité de l’organisation. Par ailleurs, le
président arménien a blâmé l’Azerbaïdjan pour le non-respect des
engagements de Vienne et de Saint-Pétersbourg, tout en affirmant que
l’Arménie, en tant que garant de sécurité du HK, continuera de déployer
des efforts, avec les coprésidents du groupe de Minsk, pour parvenir à un
règlement négocié du conflit. M. Sarkissian a mis en garde contre toute
tentative de guerre, rappelant que l’Arménie est en mesure de donner une
réponse appropriée.
Plusieurs quotidiens reprennent la proposition du président Sarkissian,
exprimée dans un article paru dans Izvestia (cf. revue du 14.03), en vue
de mettre en place un « complexe militaro-industriel commun russoarménien » à Gumri. Selon lui, cela contribuerait à moderniser la base
militaire russe, servirait de « plate-forme » pour les exportations russes
d’armes vers les Etats voisins et créerait des emplois dans la deuxième
plus grande ville d’Arménie qui fait face à un chômage important.
Politique intérieure
« L’Arménie préélectorale s’est transformée en Sicile »/ L’ensemble
des quotidiens rend compte d’un incident armé dans un village de la
région d’Armavir, Djrarat (à 20km d’Erevan), entre des partisans du parti
Républicain et de l’alliance Ohanian-Raffi-Oskanian. Trois habitants du
village, dont un jeune de 17 ans, ont été blessés, l’un par un tir de fusil et
l’autre par un coup de poignard, puis emmenés dans un hôpital. Ceux-ci
étaient des affidés de l’alliance d’opposition Ohanian-Raffi-Oskanian. Ils
auraient été attaqués par des dizaines de loyalistes du parti Républicain.
Le Comité d’enquête a déclaré qu’un homme a été arrêté dans le cadre de
ces attaques violentes et qu’une enquête criminelle était lancée. L’alliance
Ohanian-Raffi-Oskanian a dénoncé des motifs politiques et accusé le parti
au pouvoir de « banditisme», en le mettant en garde contre des «
conséquences politiques imprévisibles ». L’alliance a prétendu que le parti
Républicain essaye de «maintenir les citoyens dans une atmosphère de
peur et de les dissuader de voter pour les forces de l’opposition ».
Cet acte violent s’est produit deux jours après un autre incident dans le
même village entre des partisans du parti Républicain et de l’alliance
Ohanian-Raffi-Oskanian. A la suite d’un rassemblement de campagne de
Seyran Ohanian, le maire de ce village, membre du parti Républicain,
aurait menacé par une arme à feu des affidés de l’alliance, tandis qu’un
officier de police, Lernik Yeranossian, frère d’un chef adjoint de la police,
les auraient insultés et tiré en l’air… Les quotidiens estiment que si le
premier incident avait été puni, le deuxième n’aurait pas eu lieu. De l’avis
des quotidiens, soit la police ne maîtrise pas la situation, soit elle n’a pas
l’intention d’intervenir. Selon Joghovourd, une chose est certaine, les
promesses des autorités de tenir des élections parfaites volent en éclat car
on ne tient pas des élections « parfaites » au prix du sang des électeurs…
Le parti Républicain, par la voix de son vice-président, Armen Achotian, a
aussitôt rejeté les accusations de l’alliance de l’opposition, estimant qu’il
n’a pas besoin de conduire sa campagne en violant la loi. M. Achotian a à
son tour accusé le bloc d’Ohanian d’exploiter les tensions dans le village
en question pour augmenter ses chances électorales… Le PM Karen
Karapetian a, quant à lui, condamné cet incident violent, notant que les
coupables, de quelque parti qu’ils soient, seront punis.
Ambiance de peur dans les régions ?/ Dans un entretien avec
Jamanak, le N°2 de l’alliance Yelk, Aram Sarkissian, ancien PM et
président du parti République, dit avoir constaté, au cours des dix
premiers jours de campagne électorale et de tournées dans les régions
une ambiance de peur, qui est notamment apparente dans les régions. M.
Sarkissian dit avoir été particulièrement choqué par « l’ambiance de
terreur » dans la ville de Kadjaran dans la région du Siounik, où les
électeurs seraient ouvertement menacés de licenciement pour avoir
participé aux rassemblements de l’opposition…. Il estime urgent de
combattre ces méthodes d’« esclavage » dans les régions et l’usage de la
ressource administrative via les maires ou les directeurs d’entreprises.
Par ailleurs, Jamanak croit savoir que le président du Comité des recettes
d’Etat, Vardan Haroutiounian, aurait demandé à ses collaborateurs d’«
assurer » des voix pour le parti Républicain. Un employé du Comité aurait
affirmé au quotidien, sous le couvert de l’anonymat, qu’il leur a été
demandé, sous menace de licenciement, de présenter les données de
passeports de tous les membres de leur famille…
Questions régionales
Les compagnies aériennes d’Iran vont augmenter le nombre de
vols en direction de l’Arménie à l’occasion de la fête du Novrouz
Bayram/ Les responsables de l’aviation civile arménienne ont confirmé
que du 15 mars au 4 avril, 67 vols réguliers et irréguliers en provenance
des villes iraniennes de Sari, Machad, Tabriz et Téhéran vont desservir
Erevan. Durant la période de fêtes en moyenne 22 vols hebdomadaires en
provenance d’Iran desserviront l’Arménie. / Arminfo
France-Arménie
La Quinzaine de la francophonie a démarré/ Hayots Achkhar,
Hayastani Hanrapetoutioun, Aravot, 168.am, Arminfo, Armenpress,
Mediamax, plusieurs sites d’information et des chaînes de télévision ont
couvert la conférence de presse de l’Ambassadeur de France et du
Conseiller culturel pour annoncer le lancement de la Quinzaine de la
Francophonie organisée par cette Ambassade, du 15 au 30 mars, dans le
cadre des célébrations qui se déroulent dans tout le pays sous l’égide du
Ministère des Affaires étrangères de la RA. Aux côtés de l’Ambassade de
France, cinq représentations diplomatiques partenaires (la Suisse, le
Canada, la Grèce, la Lituanie et le Liban) se sont jointes à elle pour
célébrer la Francophonie. L’Ambassadeur et le Conseiller culturel ont
présenté la programmation « riche et dense » de cette Quinzaine, qui
concerne de nombreux domaines (du cinéma, de l’édition, de l’économie,
de la gastronomie, de la musique, du théâtre…) et qui privilégiera, cette
année, la thématique des nouvelles technologies et du numérique, à
travers cinq événements : une conférence sur la e-réputation, une table
ronde sur le livre numérique, un concours de langue française sur le
lexique d’internet, une rencontre économique sur l’innovation numérique
et, enfin, un concert de smartphones. Dans le cadre de la Quinzaine de la
Francophonie 2017, un festival du cinéma francophone aura lieu à Erevan,
organisé du 20 au 26 mars en partenariat avec l’Ambassade du Canada en
Russie. Le festival présentera un programme contemporain (films de 2012
à 2016) et varié (drames, comédies, documentaires…). L’Ambassadeur a
également présenté l’opération Goût de France, qui est célébrée en
Arménie pour la troisième année. A Erevan, six restaurants participeront à
cette opération en proposant, le 21 mars et autour de cette date, un
menu français de qualité. Près d’une trentaine de partenaires se sont
mobilisés autour de l’Ambassade de France pour l’organisation de cette
Quinzaine de la Francophonie. L’Ambassadeur a été interrogé par les
journalistes sur la récente visite du président Sarkissian en France qu’il a
qualifiée d’« excellente » et organisée à très haut niveau, et qui devait
permettre de resserrer les liens entre les deux pays notamment dans le
domaine des échanges économiques et commerciaux. Interrogé sur le
règlement du conflit du HK, l’Ambassadeur a rappelé la position de son
pays, à savoir que le conflit n’a pas de solution militaire et que la France
soutient toute mesure qui contribuera à la diminution de la tension dans la
zone du conflit.
L’Ambassadeur de France s’est entretenu avec le Ministre des
situations d’urgence/ Le 14 mars, l’Ambassadeur de France,
accompagné de l’attaché de sécurité intérieur résident à Tbilissi, M. Bruno
Balduc, s’est entretenu avec le Ministre des Situations d’urgence David
Tonoyan. Selon un communiqué du Ministère, les interlocuteurs ont
discuté de la coopération dans le domaine de la gestion des risques, de
l’échange d’expérience et de possibilités de formation des spécialistes
arméniens. Les parties sont convenues d’élargir la coopération bilatérale
en matière de gestion des situations d’urgence. / Arminfo, Armenpress
Rédaction : Meri Hakobian
TÉLÉCHARGER :
Revue de la presse arménienne du 15 mars
2017http://www.collectifvan.org/pdf/02-07-32-17-03-17.pdf
http://www.ambafrance-am.org/
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=95909
Collectif VAN : l’éphéméride du 17 mars
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique
Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du
Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une
date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les
thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du
Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de
nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).
Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans
la Rubrique Actions VAN, en cliquant ici
Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)
http://www.collectifvan.org/article.php?r=3&id=51673
Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)
http://www.collectifvan.org/article.php?r=3&id=55304
Ça s’est passé un 17 mars (les événements sont classés du plus
ancien au plus récent) :
17 mars 1190 -- Des émeutes éclatent contre les juifs d'York
(Angleterre). La population est excitée par des croisés, des bourgeois et
des gentilshommes. Les juifs se réfugient dans le château de la ville,
assiégé durant six jours par la foule armée. La veille, les juifs les plus
décidés se suicident. Les survivants ouvrent les portes le 17 mars afin
d'accepter le baptême. Ils sont tous, sans exception, massacrés par les
émeutiers. 50 juifs ont été tués, la communauté juive d'York n'existe plus.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal
17 mars 1863 -- La Sublime Porte approuve la Constitution nationale
arménienne, organisme élu réglant la vie de la communauté arménienne
dans l'Empire ottoman. Mais il faudra attendre le traité de San Stefano (3
mars 1878) et le Congrès de Berlin (13 juin-13 juill. 1878) pour que la
Turquie s'engage à appliquer les réformes dans ses six vilayets (provinces)
arméniens.
Net Arménie.com : L'Arménie médiévale et moderne
17 mars 1877 -- Empire ottoman : à la suite de la promulgation en 1876
d'une Constitution, ouverture de la première session du Parlement.
Wikipedia : 17 mars
17 mars 1905 -- Russie : à l'instigation du clergé, des passants juifs sont
molestés dans la rue à Saratov, sur la Volga.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal
17 au 22 mars 1915 -- Empire ottoman. Zeytoun : 5 000 soldats de la
IVe armée arrivent à Zeytoun depuis Alep, sous les ordres du général
Hursid. Le 25 mars, ils encerclent la ville.
** (Kévorkian, 2006:726-727 ; Dündar, 2006:242-243). Raymond
Kevorkian, L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (19151916), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].
Mass Violence : L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc
(1915-1916)
17 mars 1915 -- Donald Bloxam, dans Le Grand Jeu du Génocide (2005),
pense que la décision finale pour le génocide fut faite non en mars 1915,
comme le dit Taner Akçam, mais plus tard. De toutes façons, lui aussi lie
le processus à des moments clefs de la campagne des Dardanelles.
Comme Akçam, Bloxham pense que les réunions critiques du comité
central CUP avec le Dr Behaettin Shakir, à la mi-mars 1915, étaient
associées avec les attaques anglo-françaises du 5-17 mars 1915 sur les
forts à l’avant des Dardanelles.
Imprescriptible.fr : Gallipoli et le Génocide Arménien
17 mars 1916 -- Empire ottoman. Camp de concentration de Ras ul-Ayn
(Syrie) : en cinq jours, l’opération visant à la liquidation systématique des
40 000 internés encore présents dans le camp est organisée par le
kaimakam Kerim Refik bey, Adıl bey, le directeur des Déportés, un
Stambouliote « éduqué », et les Tchétchènes locaux, dont le chef est le
maire de Ras ul-Ayn, Arslan bey.
*** (Kévorkian, 2006:805). Raymond Kevorkian, L’extermination des
Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916), Encyclopédie en ligne
des violences de masse, [en ligne].
Mass Violence : L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc
(1915-1916)
17 mars 1916 -- Le gouvernement russe fit connaître par des aidemémoires adressés aux ambassadeurs de France et d’Angleterre à
Pétrograd, que le consentement de la Russie était lié à l’exécution des
accords lui attribuant Constantinople et les Détroits. Et, peu après,
l’adhésion définitive du gouvernement russe s’effectua par la voie d’un
échange de lettres entre M. Sazonow, ministre des affaires étrangères de
Russie, et M. Paléologue, ambassadeur de la République française à
Pétrograd, le 13/26 avril 1916. Mandelstam, André. La Société des
Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone,
1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : Les accords secrets interalliés sur la Turquie et leur
modification pendant la Conférence de la Paix
17 mars 1918 -- Récit d'une Arménienne déportée d'Erzeroum jusqu'à
Mossoul, Bagdad et Bassorah : M. Roux, Chargé du Consulat de France en
Mésopotamie, à M. Stéphen Pichon, Ministre des Affaires étrangères ;
Dépêches n° 60. Confidentiel, Bassorah, le 17 mars 1918, (Reçu : Cabinet,
14 mai ; Direction politique, 16 mai) : « En 1915, le 18 avril, les mollahs
se réunirent en conseil à la mosquée et assurèrent au peuple turc que, si
les Arméniens ne sont pas chassés d'Erzeroum, les Russes entreraient
dans la ville. Lorsque les Arméniens apprirent ces nouvelles, ils allèrent
chez Kiamil pacha, gouverneur de la ville, qui leur répondit : « Je ne puis
rien faire, si vous vous retirez, ce sera pareil pour vous ». De là, les
Arméniens partirent au consulat d'Allemagne qui ne les a pas écoutés et a
engagé les musulmans à accomplir leur dessein. » Archives du ministère
des Affaires étrangères, E-Levant 1918-1929, Arménie, tome 1, folios 4-6
v. Beylérian, Arthur. Les Grandes Puissances, l'Empire ottoman et les
Arméniens dans les archives françaises (1914-1918), recueil de
documents, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983.
Imprescriptible.fr : Archives française
17 mars 1920 – Le Times des 17, 18, 19 février et des 3, 8, 15, 17 mars
1920 revient sur les tristes événements en Cilicie et surtout les massacres
de Marach et le guet-apens d’Ourfa, Paillarès, Le Kémalisme devant les
Alliés, p. 108- 116.
Imprescriptible.fr : Situation politique vis-à-vis de la Turquie des trois
principales Puissances alliées depuis l'armistice et jusqu'au traité de
Sèvres
17 mars 1942 -- Un nouveau transport de 1 000 hommes et femmes du
camp de concentration de Theresienstadt arrive au camp de transit
d'Izbica (Pologne). 300 jeunes juifs sont sélectionnés pour être envoyés
au camp de travail de Janowice. Les 700 juifs restants sont soit fusillés,
soit déportés au camp d'extermination de Belzec. De ce transport, seules
3 personnes survivent encore en 1945, lors de la libération.
-Les SS liquident le ghetto d'Ilya, au nord de Minsk (R.S.S de Biélorussie).
900 juifs sont massacrés. Joseph Rodblatt, président du Conseil juif, dirige
la résistance armée. Il réussit à se réfugier dans la forêt avec un groupe
de jeunes gens.
-Après la mise en service du camp d'extermination de Belzec (Pologne),
deux transports, l'un provenant de Lublin et l'autre de Mielec, y arrivent
avec plus de 6 000 déportés juifs. Le camp fonctionnera jusqu'en juin
1943. Les cadavres des fosses communes sont brûlés à partir de
l'automne 1942. Au printemps 1943, les baraques sont détruites et
l'ensemble du camp rasé.
-La Gestapo pend 17 juifs à Leczyca (Pologne).
-Début de la déportation des juifs de Lublin (Pologne) au camp
d'extermination de Belzec. 15 000 juifs environ sont frappés par cette
mesure. 1 500 juifs sont déportés quotidiennement.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal
17 mars 1942 -- Nombre de Juifs en Aveyron : 441 Français et 477
étrangers dont 247 Polonais.
ajpn.org : Repères chronologiques 1905 à 1945
17 mars 1943 -- Les nazis assassinent 1 500 juifs du ghetto de Lwow
(Galicie, R.S.S. d'Ukraine), dans une carrière de sable.
-Un nouveau transport avec 2 800 juifs de Salonique (Grèce) est formé
pour être envoyé au camp d'extermination d'Auschwitz. Mais ces juifs sont
finalement déportés à Birkenau, où ils sont assassinés.
-964 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de
Westerbork (Pays-Bas) à destination du camp d'extermination de Sobibor.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal
17 mars 1943 -- En février 1943, Manouchian est versé dans les FTPMOI, groupe des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée de
Paris : il s'agit de groupes armés constitués en avril 1942 sous la direction
de Boris Holban, Juif originaire de Bessarabie. Le premier détachement où
il est affecté comporte essentiellement des Juifs roumains et hongrois et
quelques Arméniens. Le 17 mars, il participe à sa première action armée,
à Levallois-Perret, mais son indiscipline lui vaut un blâme et une mise à
l'écart.
Wikipedia : Missak Manouchian
17 mars 1988 -- Guerre Iran-Irak : l'Irak bombarde à l'arme chimique la
ville kurde d'Halaba en Irak.
Wikipedia : 17 mars
17 mars 1998 -- France : c’est à l’initiative du PS, et singulièrement de
Philippe Mahoux, que le Sénat a adopté le 17 mars 1998 une résolution
relative au génocide des Arméniens de Turquie. Le Sénat y « invite le
gouvernement turc à reconnaître la réalité du génocide perpétré en 1915
par le dernier gouvernement de l’empire ottoman ». Cette résolution avait
pour objectif d’œuvrer à la réconciliation entre les peuples arménien et
turc, et de favoriser le développement de la démocratie et de la paix dans
la région.
Suffrage universel.be
17 mars 1999 -- France : Hubert Védrine, Ministre des Affaires
Étrangères intervient le 17 mars 1999 devant la Commission des Affaires
Étrangères et de la Défense du Sénat. Qualifiant le génocide de 1915 de
"massacres abominables", "d'atrocités", "d'une barbarie programmée" qui
marquent "de manière indéniable l'Histoire", le ministre a justifié son refus
d'inscrire la proposition de loi à l'ordre du jour du Sénat par des raisons
"d'opportunité". Le gouvernement redoute que "son adoption serve avant
tout ceux que tentent le repli sur soi, le nationalisme autoritaire et la
répudiation des valeurs de progrès et d'ouverture ". La France veut voir la
Turquie, " ce grand pays évoluer dans le sens de la modernité, de la
stabilité, d'un respect accru des droits de l'homme, d'un renforcement de
la démocratie et de la reconnaissance des droits des minorités ", a ajouté
Hubert Védrine. Le ministre a également mis en avant le fait qu'un tel
vote ne servirait pas les objectifs de Paris de voir éliminer "les
antagonismes" existants de " la Méditerranée à la Caspienne ". M. Védrine
a notamment mentionné "la situation particulièrement tendue dans le
Caucase" où "l'esprit de surenchère pourrait trouver de nouveaux
arguments dans le vote du Parlement français". Déclarant que ni le
gouvernement, ni le Président de la République ne pensaient qu'il
"appartient à la loi de proclamer la vérité sur cette tragédie historique", le
Ministre des affaires Étrangères a rappelé que le Sénat avait la "faculté"
d'inscrire la proposition de loi "à son ordre du jour complémentaire".
Le Génocide des Arméniens et sa reconnaissance par la France
17 mars 2003 -- M. Mounir Bouchenaki, devenu Sous-Directeur général
pour la culture de l’UNESCO, informé de la reprise de la destruction du site
de Djoulfa en novembre 2002, envoie une deuxième réponse à
l’Organisation Terre et Culture, en date du 17 mars 2003. Il est écrit une
nouvelle fois que le Secrétariat suit attentivement la situation et reste en
contact avec les autorités compétentes d’Azerbaïdjan. Or, aucune mission
ne se rend sur place. Aucune dénonciation officielle ne vient mettre un
terme aux destructions entreprises. La nécropole de l’ancienne Djoulfa est
entièrement détruite par des militaires azerbaïdjanais, armés de pelles,
masses et bulldozers. Il ne reste rien des 3.000 tombes, stèles et croix de
pierre de cette nécropole. Cette nécropole unique a été totalement
anéantie. Aucune déclaration émanant de l’Unesco n’a été entendue sur le
sujet, alors même que cette organisation a fait adopter par ses membres
lors de sa 32e session en octobre 2003 une Déclaration concernant « la
destruction intentionnelle du patrimoine culturel ». Cette déclaration
définit la notion de « crime contre le patrimoine mondial ».
COMMUNIQUÉ de L’organisation Terre et Culture - LA DESTRUCTION DU
CIMETIERE DE L’ANCIENNE DJOULFA ET L’UNESCO : SEPT ANS
D’ATERMOIEMENTS.
17 mars 2006 -- Berlin : la manifestation est autorisée, pas le
négationnisme turc. Le tribunal administratif suprême du land de BerlinBrandenburg (Oberverwaltungsgericht (OVG) Berlin-Brandenburg) a rendu
vendredi 17 mars 2006 un jugement digne de Salomon. Sommé de
trancher sur le recours de la police berlinoise face à la décision mardi du
tribunal administratif autorisant les organisations ultras nationalistes
turques à manifester samedi 18 mars 2006 à la gloire de Talaat Pacha, le
jugement rendu (Az. : OVG 1 s 26.06) indique que l’interdiction de la
police était levée tout en avertissant que « toute expression négationniste
oralement ou par voie d’affiche » était interdite car « dire que le génocide
commis en 1915 contre les Arméniens est un mensonge constitue une
infraction punissable relevant des dispositions de l’article 189 du code
pénal » et est en conséquence susceptible d’être poursuivi. Rappelons que
l’article 189 sanctionne en effet « l’insulte aux morts ».
En conséquence, la manifestation est autorisée mais le négationnisme du
génocide des Arméniens est interdit. L’ordonnance de la cour appelle en
outre la police à observer sur ce point la plus grande vigilance.
Explicitement les ultras nationalistes turcs vont pouvoir manifester, sans
toutefois pouvoir remettre en cause le génocide des Arméniens par voie
de banderoles, tracts ou discours.
Berlin : La manifestation est autorisée, pas le négationnisme turc
Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=52656
L’EUROPE/TURQUIE
Un photomontage de Merkel en Hitler en Une d'un
quotidien turc
7su7
Par: rédaction
17/03/17 - 11h08 Source: Belga
Angela Merkel affublée d'une petite moustache et d'un uniforme nazi: un
journal progouvernemental turc a publié en Une vendredi ce
photomontage de la chancelière allemande dépeinte en Hitler, en pleine
crise entre Ankara et l'UE.
"Une Hitler au féminin", titre le quotidien Günes avec une croix gammée,
le mot-dièse #FrauHitler, mais aussi la mention "la Tante moche" barrant
le photomontage d'Angela Merkel qui occupe les trois-quarts de la Une du
journal.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé l'Allemagne et les PaysBas de "pratiques nazies" après que les deux pays eurent interdit la tenue
sur leur territoire de meetings en faveur d'un référendum sur l'extension
de ses pouvoirs.
"En embrassant les organisations terroristes (...), l'Allemagne monte toute
l'Europe contre la Turquie", écrit Günes en sous-titre. Le journal se fait
ainsi l'écho des accusations du pouvoir turc reprochant à Berlin d'abriter
des séparatistes kurdes et des putschistes présumés impliqués dans la
tentative de coup d'Etat manqué du 15 juillet.
"Les comparaisons au nazisme sont absurdes"
La chancellerie allemande avait réagi à ces accusations en appelant la
Turquie à "garder la tête froide". Le porte-parole de la chancelière, Steffen
Seibert, a affirmé que "les comparaisons au nazisme sont toujours
absurdes et déplacées car elles reviennent à minimiser les crimes contre
l'humanité du national-socialisme".
Sur son site internet, Günes a publié un autre photomontage de la
chancelière avec une moustache en brosse effectuant le salut nazi, sous le
titre: "Il n'y a pas de différence avec Hitler".
La Turquie avait condamné une Une du journal allemand Bild qui
revendiquait dire "la vérité en face" au président Erdogan, le proclamant
persona non grata en Allemagne et dénonçant sa "folie du pouvoir". Cet
article est "le produit d'une mentalité alimentée par le racisme et la
xénophobie", a affirmé dans un communiqué le ministère turc des Affaires
étrangères.
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3107551/2017/03/
17/Un-photomontage-de-Merkel-en-Hitler-en-Une-d-un-quotidienturc.dhtml
Crise diplomatique Pays-Bas/Turquie – Mark Rutte a
gagné les élections mais perdu « l’amitié de la
Turquie »
Métro
16/03/2017
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, engagé dans une crise
diplomatique avec les Pays-Bas, a affirmé jeudi que le Premier ministre
néerlandais Mark Rutte avait remporté les législatives mais « perdu
l’amitié de la Turquie ». « Rutte, votre parti est peut-être arrivé en
première position aux élections, mais vous devez savoir que vous avez
perdu l’amitié de la Turquie », a déclaré M. Erdogan au cours d’une
allocution.
Le président turc en a également profité pour critiquer l’arrêt rendu cette
semaine par la Cour de Justice de l’Union européenne estimant qu’une
entreprise pouvait interdire le port du voile au travail. Il a estimé qu’il
s’agissait d’une « croisade » contre l’islam. « Qu’en-t-il de la liberté
religieuse? Qui a pris cette décision? C’est la Cour de justice de l’Union
européenne. Chers frères, ils ont lancé une croisade contre le croissant »,
symbole de l’islam, a déclaré M. Erdogan dans un discours en pleine crise
diplomatique avec l’Europe.
Parallèlement, François Hollande et Angela Merkel ont jugé
« inacceptables » les propos du président turc Recep Tayyip Erdogan qui a
dénoncé le « nazisme » en Allemagne et aux Pays-Bas. « Le président de
la République et la chancelière considèrent que des comparaisons avec le
nazisme ou des déclarations agressives contre l’Allemagne ou d’autres
Etats membres sont inacceptables », est-il indiqué dans ce communiqué
publié à l’issue d’une conversation téléphonique entre les deux dirigeants.
source: Belga
http://fr.metrotime.be/2017/03/16/news/crise-diplomatique-paysbasturquie-mark-rutte-a-gagne-les-elections-mais-perdu-lamitie-de-laturquie/
Le secrétaire d'État américain se rendra en Turquie le
30 mars
Le Figaro
Mis à jour le 16/03/2017 à 20:23 Publié le 16/03/2017 à 20:20
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson se rendra en Turquie le 30
mars, a annoncé aujourd'hui le ministre turc des Affaires étrangères
Mevlut Cavusoglu sur la chaîne de télévision Haberturk.
La Turquie est actuellement engagée dans une campagne référendaire par
laquelle le pays doit décider le 16 avril s'il accepte d'élargir les pouvoirs du
président Recep Tayyip Erdogan.
Cette campagne a provoqué des tensions entre la Turquie et plusieurs
pays européens membres eux aussi de l'Otan notamment les Pays-Bas,
l'Allemagne et l'Autriche.
Ces pays ont annulé plusieurs meetings électoraux auxquels devaient
participer des ministres turcs pour convaincre les membres de la diaspora
turque de voter en faveur des pouvoirs élargis pour Erdogan.
Pour l'instant, les Etats-Unis se sont tenus à distance de cette crise entre
ses alliés.
La Turquie est également engagée dans une opération militaire dans le
nord de la Syrie et souhaite participer à l'offensive prévue par les rebelles
syriens appuyés par les Etats-Unis contre Rakka, capitale de fait de l'Etat
islamique dans le pays.
Cette demande pose des problèmes aux insurgés syriens et pose la
question de l'implication des milices kurdes YPG (Unités de protection du
peuple) qui ont démontré leur efficacité dans la lutte contre les djihadistes.
Les autorités turques ne souhaitent pas que les YPG soient associées à
cette opération stratégique car elles estiment que ces dernières sont des
émanations du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en lutte pour
l'indépendance des Kurdes.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/03/16/9700120170316FILWWW00366-le-secretaire-d-etat-americain-se-rendra-enturquie-le-30-mars.php
Rotterdam autorise une manifestation de Turcs
contre la police
Le Soir
Rédaction en ligne
Mis en ligne jeudi 16 mars 2017, 21h44
Le maire de Rotterdam a autorisé jeudi une manifestation de protestation
contre la police néerlandaise, qui avait dispersé pendant le week-end des
manifestants devant le consulat de Turquie à l’aide de chiens et de canons
à eau. Le rassemblement de samedi était né du refus par les Pays-Bas
d’accueillir sur leur sol deux ministres turcs, qui désiraient s’exprimer lors
de meetings politiques en faveur du président turc Recep Tayyip Erdogan.
Une crise diplomatique sans précédant avait éclaté entre les deux pays,
alors que les Néerlandais se préparaient à des élections législatives. « La
manifestation a été demandée pour défendre les droits des Turcs », a
expliqué Lennart de Jong, porte-parole du maire de la ville. Celle-ci aura
lieu entre 17H00 et 19H00 (16H00 et 18H00 GMT) dans le centre de cette
ville portuaire, qui compte une importante communauté turque.
http://www.lesoir.be/1461955/article/actualite/fil-info/fil-infomonde/2017-03-16/rotterdam-autorise-une-manifestation-turcs-contrepolice
En Turquie, scènes d’hystérie collective après les
tensions avec les Pays-Bas
Vaches hollandaises renvoyées, oranges massacrées, cyberattaques,
tweets et éditoriaux rageurs : la crise avec La Haye prend un tour aussi
ridicule que haineux.
LE MONDE | 17.03.2017 à 06h40 | Par Marie Jégo (Istanbul,
correspondante)
LETTRE D’ISTANBUL
Ulcérés par le refus des Pays-Bas d’autoriser deux ministres turcs à
animer à Rotterdam des meetings en faveur du oui au référendum
constitutionnel organisé par Ankara le 16 avril, les partisans du président
Recep Tayyip Erdogan ont perdu l’entendement.
Mercredi 15 mars, la municipalité d’Istanbul a annulé son jumelage avec
Rotterdam. « Impossible d’avoir une relation fraternelle avec ces genslà », a fulminé le chef de l’Etat.
Dans la foulée, l’association des producteurs de viande rouge a annoncé le
renvoi aux Pays-Bas de quarante vaches frisonnes. « La race Holstein est
assez répandue dans notre pays mais elle commence à poser de sérieux
problèmes », a confié Bülent Tunç, qui dirige l’association, à l’agence de
presse officielle Anadolu.
La crise a gagné Twitter, avec le piratage, par des hackers pro-Erdogan,
de nombreux comptes à travers le monde, dont ceux, entre autres, de
l’Unicef, du journal allemand Die Welt, de la BBC pour l’Amérique du Nord,
de l’agence Reuters au Japon, de Russia Today en langue espagnole, du
Parlement européen, d’Amnesty international ou de Starbucks Argentine.
« Voici une petite claque ottomane pour vous », disaient les messages en
turc postés sur les comptes piratés avec force croix gammées.
Le renvoi des vaches hollandaises, les cyberattaques, les saillies rageuses
de M. Erdogan sur le « fascisme débridé dans les rues de l’Europe »
risquent de marquer un point de non-retour dans la relation entre Ankara
et l’Union européenne (UE), à un mois du vote référendum sur
l’élargissement des pouvoirs du « mucahit » (combattant), l’un des
surnoms du président turc.
Détestation de l’Occident
On est loin de l’islam politique retenu qui servait de vitrine au Parti de la
justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) à son arrivée au
pouvoir en 2002. L’heure est à la synthèse islamo-nationaliste, à
l’agressivité, à la détestation de l’Occident. L’idée, ressassée à l’envi par la
presse pro-gouvernementale, est que l’Europe – dégénérée, corrompue et
hypocrite – n’est plus une référence civilisationnelle aux yeux des Turcs.
« Nous savions qu’ils n’allaient pas nous accepter et de toutes les façons
nous n’avions pas l’intention de les rejoindre », écrit l’éditorialiste Ibrahim
Karagül dans le quotidien pro-gouvernemental Yeni Safak (édition du
15 mars). Et c’est tant mieux car « de nombreux...
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/03/17/enturquie-scenes-d-hysterie-collective-apres-les-tensions-avec-les-paysbas_5095919_3214.html#2LVjhqOD2qMlTDZh.99
TURQUIE
Les tensions s’aggravent au Patriarcat d’Istanbul
NAM
Le refus du vicaire général du patriarcat, l’archevêque Aram Ateshian de
renoncer mercredi à l’élection en tant que Locum Tenens et sa collusion
avec le bureau du gouverneur d’Istanbul, qui a jugé le processus illégal,
ont intensifié les tensions au sein du Patriarcat.
Immédiatement après l’élection de l’archevêque du Patriarcat Karekin
Bekdjian comme Locum Tenens l’archevêque Aram Ateshian a produit une
lettre signée par le vice-gouverneur d’Istanbul accusant que le processus
électoral pour un nouveau patriarche, qui a commencé en Octobre de
l’année dernière, était “juridiquement impossible“. Peu de temps après le
vote jeudi, le bureau du gouverneur a diffusé sa lettre à la presse.
La décision de l’archevêque Aram Ateshian de se retirer après l’élection du
suppléant a été acceptée le mois dernier à Etchmiadzin, où Sa Sainteté
Karekin II, catholicos de tous les Arméniens, avait convoqué l’archevêque
Ateshian et le président du Conseil religieux du patriarcat, l’évêque Sahak
Mashalian qui avait abandonné plus tard pour protester contre les
interférences de l’archevêque Ateshian dans le processus électoral.
Dans une interview à l’hebdomadaire Agos, publiée jeudi, l’évêque
Mashalian a dit que l’avis du bureau du gouverneur avait fait
dysfonctionné le Patriarcat. Il a ajouté qu’une réunion devrait avoir lieu au
bureau du gouverneur immédiatement, un sentiment repris par le
nouvellement élu Locum Tenens, l’Archevêque Bekdjian.
L’évêque Mashalian a également soulevé la possibilité d’une collusion
entre l’archevêque Ateshian et le bureau du gouverneur, en disant que le
fait que l’avis ait été révélé après l’élection soulève des questions sans
réponse.
“Il ya deux possibilités“, a déclaré l’évêque Mashalian à l’hebdomadaire
Agos. “Ou [l’avis du gouverneur] est venu plus tôt et il n’aurait pas été
révélé si l’archevêque Ateshian avait été élu ; Ou il a été conçu comme un
avis qui serait révélé si l’archevêque Ateshian devait perdre. Nous ne le
savons pas. Cependant, le problème est que cette annonce a causé une
tempête dans notre église une fois de plus. “
L’évêque Mashalian a dit que la situation devrait être manipulée de
manière calme pour empêcher les affrontements avec l’état et de
restaurer « notre liberté de culte.“
Cependant, les événements des 24 dernières heures ont créé une
situation où le Patriarcat n’a pas de chef religieux, selon l’évêque
Mashalian.
“Son Eminence Karekin est notre deghabah élu (mot arménien pour
Locum Tenens). Et selon la même loi, Son Eminence Aram n’est plus le
vicaire. Maintenant, après cette interférence inappropriée et intempestive,
nous avons un vicaire qui n’est pas un vicaire et un deghabah qui n’est
pas un deghabah “, a souligné l’évêque Mashalian.
“La résignation de Son Éminence Aram résoudrait tout“, a ajouté l’évêque
Mashalian qui a cité la réunion à Etchmiadzin le mois dernier, lorsque
toutes les parties ont accepté une transition en douceur vers l’élection
d’un patriarche à Istanbul.
Pendant ce temps, plus de révélations ont été révélées au sujet de la
réunion tendue de jeudi et de l’élection.
Selon l’hebdomadaire Agos, après que les votes aient été comptés et il
soit devenu clair que l’archevêque Bekdjian avait gagné, l’archevêque
Ateshian a fait cette annonce et est sorti hors de la pièce, seulement pour
revenir quelques minutes plus tard avec l’avis du gouverneur à la main.
Après la révélation de l’avis, l’évêque Mashalian, les archevêques Ateshian
et Bekdjian se seraient retirés dans un bureau voisin, d’où des cris ont été
entendus.
Des sources qui ont entendu l’échange échauffé entre les principaux clercs
du Patriarcat d’Istanbul ont dit à l’hebdomadaire Agos que l’évêque
Mashalia a exhorté l’archevêque Ateshian à accepter les résultats de
l’élection et aller au bureau du gouverneur pour expliquer la décision de
l’Assemblée de bureau.
« Il [l’État] piétine notre vie religieuse. C’est de l’interférence. Cette
élection est arrivée. Nous devons aller au bureau du gouverneur et dire
que l’archevêque Bekdjian est notre deghabah. Vous êtes celui qui devrait
le faire » aurait dit l’évêque Mashalian à l’archevêque Ateshian qui a
répondu : “Je suis sur mon siège jusqu’à ce que l’état me donne la
permission“.
vendredi 17 mars 2017,
Stéphane ©armenews.com
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=139174
La campagne AKP en terres kurdes
Arte
16 mars 2017 | @Marie Chemin
A l'approche du référendum qui prévoit de renforcer les pouvoirs
du président, chaque voix compte alors que les pronostiques
annoncent une possible victoire du "Non" d'une courte tête. Un
scénario que souhaitent éviter coûte que coûte les équipes
d'Erdogan sur le terrain. Le "Evet", "Oui" en truc, est la priorité et
encore plus dans les régions où le chef de l'Etat ne fait pas
l'unanimité.
A Diyarbakir, les membres de l'AKP battent le pavé quotidiennement dans
une ville où six quartiers restent sous couvre-feu, 24 heures sur 24,
depuis le 28 novembre 2015. Une ville symbole de la reprise du conflit
entre l'Etat et les membres du PKK. Symboles aussi de la répression
policière et du démembrement du parti pro kurde, le HDP, autrefois perçu
comme un souffle d'espoir pour une grande partie de la population kurde.
Diyarbakir, une ville et une province cruciales donc pour les partisans du
"Oui" comme du "Non". Une bataille politique pas si ingagnable par le parti
d'Erdogan car dans le sud-est du pays, l'AKP espère trouver dans les
plaies ouvertes d'une guerre sans fin, les voix nécessaires pour remporter
le scrutin historique du 16 avril prochain.
@Marie Chemin - Dernière màj le 16 mars 2017
http://info.arte.tv/fr/la-campagne-akp-en-terres-kurdes
ANTISEMITISME/NEGATIONNISME
Un patron du FN à Nice suspendu du parti pour des
propos négationnistes
Œil sur le front Libération
15 mars 2017
Par LIBERATION
Ancien dirigeant de Nissa Rebela, branche locale du mouvement
identitaire et depuis fin 2015 conseiller régional FN en Paca, Benoît
Loeuillet a été suspendu du parti d'extrême droite pour avoir tenu des
propos négationnistes dans un documentaire tourné en caméra cachée.
Benoît Loeuillet, ex-dirigeant identitaire devenu en 2015 patron du FN à
Nice a été suspendu du parti d’extrême droite et du groupe régional FN de
Paca, a annoncé mercredi 15 mars l’équipe de la députée du Vaucluse et
conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marion Maréchal-Le
Pen. En cause : des propos négationnistes que l’homme tient dans un
documentaire diffusé mercredi soir sur C8, et tourné en caméra cachée.
Ce documentaire, intitulé la Face cachée du Front national, et tourné
pendant deux mois début 2017, visait au départ, selon ses auteurs, à
comprendre l’attraction qu’exerce le FN sur les jeunes. Les auteurs avaient
demandé au parti une autorisation de tournage, qu’ils n’auraient jamais
eue.
Dans une scène, le journaliste Quentin Pichon, coauteur du documentaire
avec Céline Crespy, discute avec Benoît Loeuillet dans une librairie qu’il
gère à Nice, la Librairie du Paillon. Benoît Loeuillet présente plusieurs
livres qu’il vend, dont des livres d’Adolf Hitler ou de Robert Faurisson,
régulièrement condamné pour négationnisme. Il tient alors ces propos :
«Je ne sais pas trop quoi penser de la thèse révisionniste. C’est compliqué.
Bon, après, je pense qu’il n’y a pas eu autant de morts. Il n’y a pas eu 6
millions.» Puis il enchaîne : «Il n’y a pas eu de morts de masse comme ça
a été dit», citant comme «preuve» le rapport «Leuchter», du nom d’un
Américain qui a écrit à la fin des années 80 un document devenu une
référence pour négationnistes.
A noter que, dans le même documentaire de C8, on voit aussi Philippe
Vardon, ex-figure des identitaires niçois lui aussi désormais conseiller
régional FN en Paca mais aussi membre de l’équipe de campagne de
Marine Le Pen, ironiser lors d’un tractage : «Ça commence à être
inquiétant : tous les mecs qui me serrent la main, ils sont noirs.»
Dans un communiqué, le Front national a annoncé mercredi vouloir
convoquer «très prochainement» Benoît Loeuillet «devant les instances
disciplinaires du mouvement en vue de son exclusion». «Lorsqu’il a
demandé à adhérer au Front national puis sollicité une investiture aux
élections régionales de décembre 2015, Benoît Loeuillet n’a bien sûr
jamais exprimé de telles idées qui, rappelons-le, n’ont pas leur place au
Front National. Cette affaire est l’occasion de le rappeler avec fermeté»,
ajoute le communiqué signé par Nicolas Bay, secrétaire général du Front
National. Et de conclure : «Le Front national espère que Benoît Loeuillet
aura l’honnêteté de démissionner de son mandat de conseiller régional
qu’il a obtenu grâce au FN.»
L’affaire tombe mal pour le FN, alors qu’un autre documentaire, cette fois
d’Envoyé spécial et diffusé jeudi sur France 2, vient encore écorner la
stratégie de dédiabolisation du parti d’extrême droite. Dans ce
documentaire, réalisé en partenariat avec Mediapart et l’hebdomadaire
Marianne à partir de l’ouvrage «Marine est au courant de tout», des
journalistes Marine Turchi et Mathias Destal, un ancien du Groupe Union
Défense (GUD), qui a compté dans ses rangs Axel Lousteau et Frédéric
Chatillon, raconte les soirées et l’atmosphère qui règne dans les soirées où,
selon lui, les évocations d’Adolf Hitler étaient permanentes. «Le
négationnisme est omniprésent, et ils rigolaient sur Auschwitz, qu’il y
avait un stade de foot, une piscine pour les juifs. Et qu’ils n’étaient pas
gazés du tout, ils étaient juste morts de maladies, d’épuisement…»
http://oeilsurlefront.liberation.fr/en-bref/2017/03/15/un-patron-du-fn-anice-suspendu-du-parti-pour-des-propos-negationnistes_1555819
RUBRIQUE AGENDA
RASSEMBLEMENTS-COLLOQUES-EXPOSITIONS- SPECTACLESPARUTIONS
Agenda - Paris : Poutine de A à Z - Rencontre avec
Vladimir Fédorovski à l'UMAF
Agenda - Paris : Poutine de A à Z - Rencontre avec Vladimir
Fédorovski à l'UMAF - Collectif VAN - www.collectifvan.org L'Union Médicale Arménienne de France vous convie à une
rencontre au Yan's Club (75013) le Vendredi 17 mars 2017 à
20h30 avec Vladimir Fédorovski, autour de son dernier ouvrage,
Poutine de A à Z. Après le débat, possibilité de dîner sur
réservation (0145892048).
Publié le 3 mars 2017
UMAF
Vendredi 17 mars 2017 à 20 heures 30 : Vladimir Fédorovski
Yan's Club
5 avenue Reille, 75014 Paris
Réservations au Yan's Club
01 45 89 20 48
Nous recevrons pour cette soirée exceptionnelle le grand écrivain Vladimir
Fédorovski
Vladimir Fédorovski est un écrivain et ancien diplomate russe1, né le 27
avril 1950 à Moscou, d'origine ukrainienne, et aujourd'hui français. Il a
d'abord été élève à l'Institut d'État des relations internationales de Moscou
(MGIMO). Ayant acquis une parfaite connaissance des langues anglaise,
française et arabe, il a commencé par travailler comme attaché à
l'ambassade soviétique de Mauritanie, avant d'être nommé dans les
années 1970 interprète au Kremlin, assistant Léonid Brejnev dans ses
rencontres avec les dirigeants des pays arabes. En 1977, il est nommé à
l'ambassade soviétique à Paris et en 1985, passe un doctorat d'État en
histoire sur le rôle des cabinets dans l'histoire de la diplomatie française.
De retour à Moscou, il travaille au ministère des affaires étrangères
comme chef de cabinet du vice-ministre Vladimir Petrovski (qui écrit les
discours de Léonid Brejnev et du ministre Gromyko), et fait la
connaissance d'Alexandre Iakovlev, conseiller de Gorbatchev et futur
inspirateur de la perestroïka ; Fédorovski sera ensuite nommé conseiller
diplomatique pendant la période de la glasnost. Partisan de Gorbatchev, il
est porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques pendant le
putsch de Moscou d'août 1991, s'opposant à la ligne « dure » du Parti
communiste.
Devenu écrivain, il enseigne à HEC depuis 1992, a été fait officier des Arts
et des Lettres et a obtenu la nationalité française en 1995. Membre de la
Société des auteurs de Normandie, il est également conseiller historique
au Mémorial de Caen pour la période de la guerre froide, et a été distingué
de plusieurs prix littéraires dont le prix d'histoire André Castelot en 2006.
Il a publié son premier roman en 1997, Les Deux sœurs (Lattès), puis une
série romanesque de l'histoire russe en trois volumes (Le Roman de SaintPetersbourg, Le Roman de Moscou, et Le Roman de la Russie insolite) de
2003 à 2004 ; il dirige par ailleurs la collection « Le Roman des lieux
magiques » des Éditions du Rocher et est Président d'honneur de la
Fédération Française des Salons du livre.(Source: Wikipedia)
Nous attendons des précisions sur les thèmes qu'il voudra aborder,
probablement les relations de la France et l'Europe avec la Russie de
Vladimir Poutine.
Pensez à réserver vos places pour cette soirée exceptionnelle en
appelant le Yan's Club.
http://www.umaf.fr/index.php?post/2017/01/21/Vendredi-17-mars-2017%C3%A0-20-heures-30-%3A-Vladimir-F%C3%A9dorovski
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=95784
Agenda - Paris : Projection du documentaire Resident
Forever
Agenda - Paris : Projection du documentaire Resident Forever Collectif VAN - www.collectifvan.org - Jean Douchet et Jackie
Raynal présenteront et animeront la première séance du film
Resident Forever de Lyang Kim, le 22 mars à 13h au Cinéma St
André des Arts. Venez découvrir ce film poétique et poignant qui
montre les frontières dans le Caucase, et leurs habitants stoïques
malgré la pression du conflit armé. Née pendant la guerre du HautKarabagh dans un village frontalier de l'Arménie, Maria nous guide
au long des frontières de son pays. Dans de splendides paysages,
la menace du conflit et la tension sont permanentes. Comment ces
habitants vivent-ils avec la peur ? Rester ou partir ?
1ère séance de Resident Forever
mercredi 22 mars à 13:00 - 15:00
Cinéma le Saint-Andre des Arts
30, rue Saint-Andre des Arts, 75006 Paris
Jean Douchet et Jackie Raynal présenteront et animeront la première
séance du film RESIDENT FOREVER de Lyang Kim, le 22 mars à 13h au
Cinéma St André des Arts. Venez découvrir ce film poétique et poignant
qui montre les frontières dans le Caucase, et leurs habitants stoïques
malgré la pression du conflit armé.
"J'ai trouvé le film d'une grande sensibilité et d'une grande beauté. Je l'ai
ressenti comme l'évidence d'un conflit entre les frontières que trace la
nature qui offre aux humains la possibilité heureuse de s'accomplir et
celles que ces mêmes humains établissent entre eux pour se détruire."
Jean Douchet
En savoir plus :
https://web.facebook.com/events/441581726173462/?active_tab=about
---------------------------------Date de sortie : 22 mars 2017 (1h 29min)
De Lyang Kim
Genre: Documentaire
Nationalités : français, sud-coréen, arménien
Synopsis et détails
Née pendant la guerre du Haut-Karabagh dans un village frontalier de
l'Arménie, Maria nous guide au long des frontières de son pays. Dans de
splendides paysages, la menace du conflit et la tension sont permanentes.
Comment ces habitants vivent-ils avec la peur ? Rester ou partir ?
Resident Forever Bande-annonce
Resident Forever
Resident Forever Bande-annonce VO
Allocine.fr - Resident Forever
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=252427.html
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=95905
Agenda - Décines/double exposition de Maurice
Cuquel (RSF)
Expos: Maurice Cuquel (RSF) “À l’ombre de la mémoire
arménienne” et “Arménie terre de résilience” - Collectif VAN www.collectifvan.org - Le CNMA est heureux de vous présenter
une double exposition de Maurice Cuquel(Reporters sans
frontières) "À l’ombre de la mémoire arménienne" et "Arménie : la
résilience en héritage" du 31 mars au 28 avril 2017 à l’occasion du
mois commémoratif du génocide des Arméniens. Un regard sur le
souvenir de 1915 et un autre sur la société arménienne
contemporaine par un observateur empathique. Vernissage le
vendredi 31/03 à 20h00 avec en clôture,"Musique et poésie
d'Arménie" avec Lilith Guégamian et Saté Khachatryan. Un voyage
en mots et en musique. Entrée libre (Centre National de la
Mémoire Arménienne, 32 rue du 24 avril 1915, 69150 Décines).
Centre National de la Mémoire Arménienne
Expos photo : Maurice Cuquel, “À l’ombre de la mémoire
arménienne” et “Arménie terre de résilience” du 31 mars au 28
avril 2017
Le CNMA est heureux de vous présenter une double exposition de Maurice
Cuquel(Reporters sans frontières) à l’occasion du mois commémoratif du
génocide des Arméniens.
Un regard sur le souvenir de 1915 et un autre sur la société arménienne
contemporaine par un observateur empathique.
Vernissage le vendredi 31/03 à 20h00 avec en clôture,"Musique et
poésie d'Arménie" avec Lilith Guégamian et Saté Khachatryan. Un
voyage en mots et en musique. Entrée libre.
Centre National de la Mémoire Arménienne,
32 rue du 24 avril 1915,
69150 Décines
À l’ombre de la mémoire arménienne
Poser son regard sur celui d’un autre. Plonger dans sa mémoire et fixer les
instants de recueillement centenaire d’un peuple d’orient.
Cent ans après, les vivants d’aujourd’hui se rassemblent. En ce mois
d’avril 2015, Erevan, capitale de l’Arménie, si grise en hiver s’orne d’un
violet vif, couleur du myosotis. La fleur de mémoire, symbole des
commémorations, fleurit au printemps.
1915 – 2015. Face aux ombres du passé, le regard se pose, s’éteint et
devient silencieux. Comment témoigner de ces fantômes de la mémoire
qui hantent les descendants de rescapés ? Comment faire exister cette
sourde tragédie qui pèse sur l’Arménie d’aujourd’hui ?
Maurice Cuquel, par ses photos, s’inscrit dans la continuité de tous ceux et
celles qui ont voulu témoigner, raconter, alerter. Non comme rescapé ou
survivant, mais comme témoin lucide d’un regard porté sur un présent qui
se souvient. Attentif aux fragilités et fractures d’une société arménienne
piégée dans son passé et recluse dans une identité survivante des crimes
et des atrocités. Aux carrefours d’une langue et d’une église millénaires, la
famille arménienne commémore son arménité blessée.
Témoigner donc…
D’un souvenir collectif, de celui d’un peuple qui se recueille. Les images de
Maurice Cuquel, pudiques et respectueuses, s’inscrivent dans la lignée de
ses précédents travaux sur le centre de torture S21 au Cambodge, qui
nous parle de ces peuples meurtris par l’histoire, en quête de
reconnaissance et d’espérance. Un regard aiguisé et proche, dévoilant les
ombres et reflets du teint triste de l’Arménie d’aujourd’hui mais laissant
aussi entrevoir les instants de dignité éphémère d’un peuple éternel.
Par son travail, Maurice Cuquel nous dévoile ce qui fait lien et constitue les
racines de l’identité mémorielle arménienne. Il livre surtout un
témoignage universel à tous ceux et celles pour qui le devoir de mémoire
contribue à fonder notre commune humanité.
Guillaume De Chazournes
Arménie : la résilience en héritage
En parcourant les images de cette Arménie d’aujourd’hui, on découvre les
visages, les ombres et les mouvements d’une société tiraillée entre un
héritage traumatique et une modernité parfois subie, rarement choisie.
Cette tension entre un présent brutal et un avenir incertain, où se côtoient
dans un même univers les imposantes limousines noires et les vieilles
Lada du passé soviétique. Deux mondes qui s’ignorent dans un même
pays contraint à l’unité.
L’Arménie d’aujourd’hui nous dit l’attente et l’espérance. Celle qui
l’autoriserait enfin à décider de son propre chemin, sans subir les intérêts
de ses puissants voisins ou de ses oligarques contemporains. Un pays qui
parviendrait à sortir de l’enfermement pour choisir enfin le destin de ses
habitants.
Car entre ces murs de gris, ces mémoires douloureuses et ces regards
anxieux, les photos de Maurice Cuquel nous révèlent les scènes de vie et
la poésie du quotidien à Erevan. Ni fatalisme ni résignation dans le
présent de ce peuple déjà millénaire. Derrière les lignes et les cassures
des paysages urbains de la grande métropole se laissent entrevoir les
espaces de mouvement et de lumière résonnants avec l’espérance et la
profonde détermination des arméniens d’aujourd’hui.
Comme cette dame aux bras levés face à l’immensité du mont Ararat, ces
images nous plongent dès le début dans l’intime complainte et les
tensions violentes traversant une société en pleine mutation. En quête de
la résilience de ceux qui n’oublient pas mais qui avancent, le quotidien de
l’Arménie semble porté par l’écho des mots du poète Paul Valéry : « Le
vent se lève, il faut tenter de vivre. »
Guillaume De Chazournes 2016
http://www.cnma.fr/wordpress/expos-photo-maurice-cuqel-a-lombre-dela-memoire-armenienne-et-armenie-terre-de-resilience-du-31-mars-au28-avril-2017/
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=95899
Agenda - Paris : Exposition du sculpteur Raffy
Sarkissian
Agenda - Paris : Exposition du sculpteur Raffy Sarkissian Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous
annonce l'exposition du sculpteur Raffy Sarkissian qui reçoit
également la céramiste Annie Ezgulian le samedi 1er et dimanche
2 avril de 14h à 18h30 dans le cadre du Printemps des Arts du 15e
(Atelier (fond de cour, 1er étage à droite), 145 rue Saint Charles,
75015 Paris (code d'entrée 27541).
Exposition
Samedi 1er et dimanche 2 avril de 14h à 18h30
Printemps des Arts du 15e
Exposition du sculpteur Raffy Sarkissian qui reçoit également la
céramiste Annie Ezgulian .
Rens. : 01 45 75 55 61 pour Raffy et 06 50 71 11 89 pour Annie.
Infos : http://raffysarkissian.wix.com/arts
et
http://www.ceramicattitude.com
Atelier (fond de cour, 1er étage à droite)
145 rue Saint Charles
75015 Paris (code d'entrée 27541)
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=95759
Agenda - Journée de la mémoire de l’Holocauste :
Expositions et événements en France
Agenda - Journée de la mémoire de l’Holocauste : Expositions et
événements en France - Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le
Mémorial de la Shoah étend son activité et son travail de
prévention du racisme, de l’antisémitisme et des génocides audelà de ses murs. En France, de nombreuses villes accueillent une
partie de la programmation et du Mémorial.
Mémorial de la Shoah
---------------------------------------Expositions et événements en France
Le Mémorial de la Shoah étend son activité et son travail de
prévention du racisme, de l’antisémitisme et des génocides audelà de ses murs. En France, de nombreuses villes accueillent une
partie de la programmation et du Mémorial.
------------------Les Justes de France
Exposition à Marciac
mardi 21 mars 2017 dimanche 26 mars 2017
Durant la Seconde Guerre mondiale, le silence qui entourait la persécution
dont les Juifs étaient victimes semblait signifier que l’Europe avait sombré
dans la peur et l’indifférence ou la collaboration.
En savoir plus Ici
http://www.memorialdelashoah.org/evenements-et-expositions/hors-lesmurs/expositions-et-evenements-en-france.html
------------------SHOAH ET BANDE DESSINÉE
du 19 janvier au 30 octobre 2017
L'exposition
La mémoire contemporaine réserve une place particulière à la Shoah, un
événement sans précédent dans l’Histoire. Le propre de tout événement
est d’être historicisé, médiatisé, bref de devenir sujet de fiction. Le
génocide des Juifs d’Europe ne pouvait y échapper. Non sans prudence,
erreurs et tâtonnements, parfois avec génie, la bande dessinée s’est donc
emparée de la Shoah.
C’est ce parcours historique et artistique dans ce qu’il est convenu
d’appeler le 9e art que vous invite à explorer l’exposition Shoah et bande
dessinée, en interrogeant les sources visuelles de ces représentations,
leur pertinence, leur portée et leurs limites.
Il appartenait logiquement au Mémorial de la Shoah de s’emparer du sujet,
de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de cet art, populaire s’il
en est, et ce dans toute sa diversité, des comics à la bande dessinée
franco-belge, des romans graphiques aux mangas.
Autour de cette exposition, de nombreuses rencontres sont organisées au
Mémorial, dont celle du 22 janvier 2017 sur le thème « Pourquoi les
super-héros n’ont-ils pas libéré Auschwitz ? » avec la présence
exceptionnelle de Chris Claremont, l’homme qui fit de Magneto (X-Men)
un rescapé de la Shoah.
http://expo-bd.memorialdelashoah.org/expositions.html
http://www.memorialdelashoah.org/evenementsexpositions/commemorations/manifestations-commemoratives-avocation-pedagogique.html
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=95487
Agenda - Appel à la diaspora : « Ensemble au service
de la démocratie en Arménie ! »
Collectif VAN - www.collectifvan.org - L’Initiative « CitoyenObservateur », dont le but principal est de favoriser l’instauration
des principes de liberté, de concurrence et de justice dans
l’institution électorale en Arménie, a décidé de se préparer
sérieusement à l’élection législative du 2 avril prochain qui aura
une importance décisive pour le devenir de l’Arménie. L’Initiative
“Citoyen-Observateur” est menée par trois ONG : le Centre AntiCorruption Transparency International, l’Union Droit en Europe, et
le Club de la presse Asparez, dans le but d’assurer la surveillance
des élections arméniennes nationales et locales ainsi que le
contrôle de leur conformité aux normes constitutionnelles et
démocratiques internationales. Cet objectif inédit est de contrôler
tous les bureaux de vote d’Arménie, soit près de 2000 bureaux de
votes, en mobilisant près de 4000 observateurs. À cette fin, une
vaste campagne de « recrutement » d’observateurs est lancée de
façon à associer à l’Initiative « Citoyen-Observateur » non
seulement un plus large volant de nationaux et de résidents
d’Arménie, mais aussi les Arméniens de la diaspora. Le Collectif
VAN diffuse ci-dessous l'appel de l’Initiative « CitoyenObservateur » et espère vivement qu'il retiendra votre attention.
« Ensemble au service de la démocratie en Arménie ! »
L’Initiative « Citoyen-Observateur » d’Arménie
Nous vous adressons ce présent courrier au nom de l’Initiative « CitoyenObservateur » dont le but principal est de favoriser l’instauration des
principes de liberté, de concurrence et de justice dans l’institution
électorale en Arménie. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, permetteznous de nous présenter.
Créée en 2013, l’Initiative “Citoyen-Observateur” est menée par trois
ONG : le Centre Anti-Corruption Transparency International, l’Union Droit
en Europe, et le Club de la presse Asparez, dans le but d’assurer la
surveillance des élections arméniennes nationales et locales ainsi que le
contrôle de leur conformité aux normes constitutionnelles et
démocratiques internationales.
L’Initiative a exercé sa première mission durant l’élection du conseil
municipal de Yèrèvan en mai 2013. Par la suite, de 2013 à 2016, elle est
intervenue dans plus de 80 localités urbaines et rurales lors des élections
locales.
Forts de cette expérience, nous pouvons aujourd’hui affirmer qu’en cas de
contrôle public effectif des bureaux de votes, on peut réduire au minimum
les violations électorales et protéger ainsi les droits des électeurs
arméniens.
Le référendum constitutionnel du 6 décembre 2015 en a fourni un
exemple éclatant, lorsque l’Initiative a réussi à rassembler 28 ONG et à
mobiliser plus de 1000 observateurs répartis dans quelques 520 bureaux
de vote dans toute l’Arménie, permettant la prévention d’un grand
nombre de fraudes et leur enregistrement quand elles ont eu lieu. Notons
que l’exercice de notre mission s’est accompagnée d’une formation des
volontaires et qu’à ce jour près de 1500 personnes ont été formées par
nos soins à l’observation électorale.
C’est la raison pour laquelle notre Initiative a décidé de se préparer
sérieusement à l’élection législative du 2 avril prochain, laquelle, vous le
savez, aura une importance décisive pour le devenir de l’Arménie.
Et de fait, nous nous sommes fixés pour objectif inédit de contrôler tous
les bureaux de vote d’Arménie, soit près de 2000 bureaux de votes, en
mobilisant près de 4000 observateurs. Nous sommes conscients qu’il
s’agit là d’un programme ambitieux, mais nous le croyons réalisable pour
peu que nous réussissions à augmenter sensiblement le nombre des
observateurs.
Pour y arriver, nous avons décidé de lancer une vaste campagne de «
recrutement » d’observateurs de façon à associer à l’Initiative « CitoyenObservateur » non seulement un plus large volant de nationaux et de
résidents d’Arménie, mais aussi nos compatriotes de la diaspora.
Il s’agit d’enregistrer un maximum de volontaires prêts à suivre la
formation à distance que nous leur délivrerons d’ici l’échéance, prêts à
venir en Arménie à la fin du mois de mars (idéalement le 26 ou le 27 mars
de façon à être présents aux préparatifs des trois derniers jours de mars),
prêts, le jour du vote du 2 avril, à observer le cours du scrutin du matin
au soir avec leurs collaborateurs d’Arménie ainsi que le processus du
dépouillement des bulletins, et prêts, enfin, à rester sur place encore deux
à trois jours pour participer aux processus post électoraux.*
Nous vous proposons de participer à cette vaste campagne en vous
engageant vous-même et en diffusant notre appel aux membres de votre
association et autour de vous, c’est-à-dire à vos amis et connaissances et
plus généralement aux milieux arméniens de votre pays. Pour s’engager
en tant qu’observateur volontaire, il faut s’inscrire sur le site suivant :
http://citizenobserver.am/observers/registration
En espérant que notre proposition, sous le vocable de « Ensemble au
service de la démocratie en Arménie ! » retiendra votre attention et
deviendra l’occasion d’une collaboration nouvelle, singulière et
enthousiaste entre l’Arménie et la Diaspora, nous vous adressons nos
meilleures et compatriotiques salutations,
Les membres de l’Initiative « Citoyen-Observateur » :
Centre Anti-Corruption Transparency International
Sona Ayvazyan, Directrice-Exécutive
Club de la presse Asparez
Lèvon Barsèghyan, Président
Union Droit en Europe
Loussiné Hakobyan, Présidente
Site officiel de l’initiative « Citoyen-Observateur » :
www.citizenobserver.am
Pour nous joindre : citizenobserver2017@gmail.com
* Nous vous prions de noter que les frais de voyage et de séjour en
Arménie durant la semaine de l’observation sont à la charge des
volontaires de la diaspora, hormis les frais inhérents à la mission
d’observation en elle-même.
http://www.citizenobserver.am/
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=95210
Agenda - Paru : Génocide. Anatomie d’un crime et
Genèse du droit international d'Yves Ternon
Agenda - Parution : Génocide. Anatomie d’un crime et Genèse du
droit international d'Yves Ternon - Collectif VAN www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous annonce la parution
des ouvrages d’Yves Ternon Génocide. Anatomie d’un crime, éd.
Armand Colin, 2016, et Genèse du droit international. Des pères
fondateurs aux conférences de La Haye, éd. Karthala, 2016.
*******
Génocide - Anatomie d'un crime d'Yves TERNON - Préface
d'Annette Becker
Editeur : Armand Colin
Année : 2016
Imprimeur/Fabricant : 95-Domont : Dupli-print
Description : 14 x 22 cm, 304 pages
Collection : Le temps des idées
Notes : Contient 4 articles publiés précédemment dans la "Revue
d'histoire de la Shoah" et 3 exposés faits lors de conférences, de colloques
ou d'enseignement dispensé par le Mémorial de la Shoah. - Bibliogr. p.
288-292. Index
Sujets : Racisme - Histoire - Génocide -- 20e siècle
ISBN : 9782200614423
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale
apostolique arménienne, Paris
Prix : 23,90 euros
Achat possible sur : Amazon
Présentation
Génocide. Ce néologisme, créé par Rafael Lemkin en 1943 pour signifier la
destruction des Juifs d’Europe, assassinés pour ce qu’ils étaient,
n’appartient hélas pas au passé. Avant la Shoah, le monde avait été
témoin du génocide des Arméniens en 1915 ; plus près de nous, en 1994,
les Tutsi furent également les victimes de ces destructions de masse.
Yves Ternon s’est consacré depuis les années 1960 à l’étude de la
médecine allemande sous le national-socialisme. Il est depuis devenu un
historien de premier plan sur la question du crime de génocide.
Cet ouvrage, qui constitue la synthèse de ses recherches sur la question,
est consacré dans un premier temps à « décortiquer » les sources
idéologiques, juridiques et historiques ; dans un second temps, aux
paramètres ayant conduit à leur application visant à la destruction du
peuple arménien de l’Empire ottoman, des Juifs d’Europe et des Tutsi du
Rwanda.
La préface de l’historienne Annette Becker revient sur le parcours d’Yves
Ternon, parcours ayant abouti à cette réflexion autour de la genèse du
racisme biologique et du crime de génocide.
Une réflexion nécessaire à l’heure où le monde est de nouveau plongé
dans d’autres formes de violences.
Analyse scientifique. Le terreau idéologique : "Penser, classer, exclure.
Origine du racisme biologique". L'infraction criminelle : "Qu'est-ce qu'un
génocide ?" Méthode de travail : "Approche comparée des génocides
avérés du XXe siècle : génocide des Arméniens. Génocide des Juifs
d'Europe Génocide des Tutsi au Rwanda". Dossiers criminels. Le rôle de la
guerre dans l'accélération du processus génocidaire. "Violations des lois et
coutumes de guerre au cours des guerres des Balkans (1912-1913)". "Le
génocide des Arméniens de l'Empire ottoman (1915-1916). Cent ans de
recherche". Première étape de la mise en application du racisme
biologique par purification de la race allemande : "L'Aktion T4. De l'usage
des chambres à gaz par l'organisation SS". Les méfaits de l'ethnisme : "Le
génocide des Tutsi au Rwanda (avril-juillet 1994)
http://www.armand-colin.com/genocide-anatomie-dun-crime9782200614423
----------------------------------Genèse du droit international : Des Pères fondateurs aux
conférences de la Haye Broché – 18 avril 2016
de Yves Ternon (Auteur)
Détails
ISBN : 9782811114534
Nombre de pages: 480
Hauteur: 215 mm
Largeur: 135 mm
Date de parution: 2016
Date de publication: 18/04/2016
Editeur: Karthala
Prix : 27,00 €
Résumé
Comme le développe Yves Ternon dans cet ouvrage, le droit international
est l’œuvre de Pères fondateurs. Pour chacun d’eux, son élaboration se
situe dans un espace politique et un mouvement de pensées qui
influencent leur œuvre. Ce droit, ils l’ont construit avec les philosophes,
les publicistes et autres témoins de leur temps, tout en demeurant
attachés aux intérêts de leur nation.
Description complète
Pendant plus de vingt siècles, les jurisconsultes ont débattu du droit.
Traitant des lois naturelles, ils faisaient référence aux principes moraux du
monde civilisé et à la nécessité pour les États de s’accorder sur des règles
qui leur permettraient de coexister dans la paix. Après qu’Athènes eut
ébauché les premières règles d’un droit international privé, Rome rédigea
un jus gentium, ensemble des droits accordés aux peuples étrangers, un
droit que Justinien codifia pour le monde chrétien.
Au XVIe siècle, le théologien catholique espagnol Vitoria pose la première
pierre de l’édifice d’un droit des gens, expression de la renaissance de
l’humanisme. Au XVIIe siècle, Grotius fixe les règles de ce droit dans la
guerre et dans la paix, alors qu’au terme de la guerre de Trente Ans, la
paix de Westphalie tente d’établir un équilibre européen. Les
jurisconsultes du XVIIIe siècle incluent le droit des gens dans le droit
naturel, puis Vattel, dans un ouvrage écrit en langue française – et non
plus en latin – dissocie ces deux droits, au nom de la raison. Les Lumières,
les Révolutions américaine puis française, l’Empire napoléonien imposent
les principes des droits de l’homme : on commence à parler d’un droit
international.
Au XIXe siècle, conscients de la nécessité de contenir les violences de
guerre, les jurisconsultes posent les fondements d’un droit pénal
international. Au terme de congrès et de conférences, ils les font adopter
par de plus en plus de nations. Néanmoins, à la veille de la Première
Guerre mondiale qui ouvre un siècle de violences extrêmes, ce droit n’est
qu’une ébauche.
Comme le développe Yves Ternon dans cet ouvrage, le droit international
est l’œuvre de ces Pères fondateurs. Pour chacun d’eux, son élaboration
se situe dans un espace politique et un mouvement de pensées qui
influencent leur œuvre. Ce droit, ils l’ont construit avec les philosophes,
les publicistes et autres témoins de leur temps, tout en demeurant
attachés aux intérêts de leur nation.
Yves Ternon, historien, s’est spécialisé dans l’étude des crimes de masse
et a initié une approche comparée des trois génocides qui ont marqué le
XXe siècle : des Arméniens de l’Empire ottoman, des Juifs dans l’Europe
occupée par les nazis et des Tutsi du Rwanda. Il a notamment publié : Les
Arméniens. Histoire d’un génocide ; L’État criminel (ces deux livres aux
Éditions du Seuil) ; Guerres et génocides au XXe siècle (chez Odile Jacob).
http://www.karthala.com/
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=95363
Agenda - Parution-Événement : Mémorial du 24 avril
par Téotig
Agenda - Parution-Événement : Mémorial du 24 avril par Téotig Collectif VAN - www.collectifvan.org - Événement ! Les Éditions
Parenthèses annoncent la parution de la traduction du livre
référence de Téotig qui a rendu un nom et un visage aux victimes
arméniennes de la rafle du 24 avril 1915 dans l'actuelle Istanbul.
Ce témoignage capital avait été publié en 1919 à Constantinople
pour la première commémoration de cette date fatidique. Un siècle
plus tard, cet irremplaçable Mémorial garde sa valeur de symbole.
Il s’agit ici du document de référence sur la rafle et l’exécution de
761 personnalités, prémisse du génocide perpétré à l'encontre du
peuple arménien par le gouvernement Jeune-Turc.
Publié le 22 novembre 2016
Éditions Parenthèses
Quatre ans après la nuit tragique de la rafle du 24 avril 1915 à Istanbul,
marquant le début du génocide des Arméniens par la Turquie ottomane,
un groupe d’intellectuels survivants se donne la mission de commémorer
solennellement le souvenir des disparus. Il est alors demandé à Téotig,
écrivain et éditeur réputé pour la qualité de ses biographies lui-même
rescapé d’années de déportation, de préparer une publication à l’occasion
de la première Commémoration de cette date fatidique, en 1919, au
lendemain de l’armistice.
Le « Mémorial du 24 avril » se compose de deux parties, l’une purement
biographique (intellectuels de la capitale Istanbul déportés et éliminés —
écrivains, poètes, enseignants, avocats, députés —, médecins, soldats,
artisans, ecclésiastiques de province), par région et ville. Une seconde
partie comprend deux témoignages de rescapés, concernant les deux
centres principaux où l’élite a été déportée puis exécutée :
« Vers Ayache » de Puzant Bozadjian, décrit les arrestations et la
déportation au fin fond de l’Anatolie ; « Souvenirs de Tchanguere » de
Mikael Chamdandjian, s’attache particulièrement aux derniers jours de
deux poètes emblématiques disparus, Daniel Varoujan et Roupen Sevag.
Un siècle plus tard, cet irremplaçable Mémorial garde sa valeur de
symbole. Il s’agit ici du document de référence sur la rafle et l’exécution
de 761 personnalités, prémisse de l’élimination de tout un peuple.
Téotig
Mémorial du 24 avril
Traduit de l’arménien par Alice Der Vartanian et Houri Varjabédian
Collection : Diasporales
16,5 × 23 cm, 176 pages, photographies, index, 2016.
ISBN 978-2-86364-300-6
Prix : 23 €
Éditions Parenthèses
72, cours Julien —13006 Marseille
téléphone : 0 495 081 820
info@editionsparentheses.com
http://www.editionsparentheses.com/Memorial-du-24-avril
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=94984
Agenda - Paru : Une enquête sur l'assassinat des 3
militantes kurdes à Paris
Agenda - À paraître, une enquête sur l'assassinat des 3 militantes
kurdes à Paris - Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Dans le
10e arrondissement de Paris, derrière la lourde porte du 147 rue
La Fayette, se trouve un crime impuni, protégé par la raison d’Etat.
Le 9 janvier 2013, trois femmes kurdes ont été tuées au premier
étage de l’immeuble, dans un petit appartement. Elles ont été
exécutées de plusieurs balles dans la tête. Sakine Cansiz était une
des fondatrices de la guérilla kurde du Parti des travailleurs du
Kurdistan (PKK) et avait créé la branche des femmes de
l’organisation; Fidan Dogan était en charge du lobbying du
mouvement en France et Leyla Saylemez était une jeune militante.
Pendant plusieurs mois, Laure Marchand a enquêté dans plusieurs
pays et a eu accès à des sources turques et françaises inédites qui
lui ont permis d’établir des liens entre le suspect numéro 1 et le
MIT, les services secrets turcs."
Publié le 07 décembre 2016
Actes sud
Triple assassinat au 147, rue La Fayette
Laure MARCHAND
Solin
Hors collection
Janvier, 2017 / 11,5 x 19,5 / 192 pages
ISBN 978-2-330-06889-9
prix indicatif : 22, 00€
Genre : Essais, Documents
Triple meurtre au 147 rue La Fayette
Dans le 10e arrondissement de Paris, derrière la lourde porte du 147 rue
La Fayette, se trouve un crime impuni, protégé par la raison d’Etat.
Le 9 janvier 2013, trois femmes kurdes ont été tuées au premier étage de
l’immeuble, dans un petit appartement. Elles ont été exécutées de
plusieurs balles dans la tête. Sakine Cansiz était une des fondatrices de la
guérilla kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et avait créé la
branche des femmes de l’organisation; Fidan Dogan était en charge du
lobbying du mouvement en France et Leyla Saylemez était une jeune
militante.
Depuis trois ans, les éléments à charge contre les services secrets turcs,
suspectés d’avoir commandité leur exécution, se sont accumulés sur le
bureau de la juge d’instruction qui a bouclé son enquête. Mais un seul
accusé, Ömer Güney, sera jugé lors du procès en assises qui s’ouvrira à
Paris en décembre 2016.
Malgré des faits accablants, les autorités politiques françaises ne
réclament aucun compte à la Turquie. Alors que le courage des
combattantes kurdes du PKK contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie est
salué dans le monde entier, la mort de leurs camarades en plein Paris est
recouverte d’un linceul de silence. Car les autorités françaises ont choisi
de renforcer leur alliance stratégique avec Ankara. Faisant fi de leurs
engagements à lutter contre le terrorisme. L’instruction a conclu que
Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez avaient été victimes d’un «
acte terroriste ». Sur le sol français, cyniquement, les victimes du
terrorisme n’ont donc, à l’évidence, pas toute la même valeur.
Pendant plusieurs mois, j’ai enquêté dans plusieurs pays et j’ai eu accès à
des sources turques et françaises inédites qui m’ont permis d’établir des
liens entre le suspect numéro 1 et le MIT, les services secrets turcs.
http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/triple-assassinat-au-147rue-la-fayette
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=95114
Agenda - Paru : Exils arméniens, Du Caucase à Paris
Agenda - Paru : Exils arméniens, Du Caucase à Paris - Collectif
VAN - www.collectifvan.org - "Exils arméniens, Du Caucase à
Paris" vient de paraître aux Éditions Belin, sous la signature
d'Anouche Kunth. Cette jeune chercheuse publie ici sa thèse
menée sous la direction de Claire Mouradian, et brillamment
soutenue à l'EHESS le 8 juillet 2013. Cet ouvrage magistral et
passionnant retrace le destin des grandes familles arméniennes
issues des marges caucasiennes de l'Empire russe et fuyant les
convulsions de la révolution bolchevique. Leurs trajectoires
croisent en France celles des Arméniens de Turquie, rescapés du
génocide de 1915.
Editions Belin
Anouche Kunth
Exils arméniens
Du Caucase à Paris
Collection : Contemporaines
Editeur : Belin
Directeur de collection : Henry Rousso
23.00 €
ISBN 978-2-7011-9838-5
"Une histoire d'exils, de l'Arménie à la France"
Les convulsions de la révolution bolchevique jettent hors de Russie plus
d'un million de réfugiés, qui croient leur fuite temporaire. Elle va s'avérer
irréversible, la perte de la patrie se conjuguant bientôt avec celle des
droits nationaux. Parmi ces « sans-droits », quelques centaines de
grandes familles arméniennes, issues des marges caucasiennes de
l'Empire des Romanov. Banquiers et industriels, artistes, professeurs
d'université, hommes politiques : tous, vers 1920, s'enfuient avec femmes
et enfants, par crainte des violences que le nouveau régime de Moscou
inflige à ses « ennemis de classe ». Hors de Russie, et tout
particulièrement en France où convergent des dizaines de milliers d'exilés,
leurs trajectoires croisent celles des Arméniens de Turquie, persécutés
quant à eux pour des motifs ethno-confessionnels.
L'histoire des exils arméniens s'écrit ici à hauteur d'hommes et de femmes
en fuite, de familles soudées face au danger, parfois séparées, plongées
dans l'opacité après le renversement de l'ordre ancien. Que faire ? Où
aller ? Quel projet poursuivre en ces temps de chaos et d'incertitude ?
Comment préserver ses ressources et recréer un ordre pour soi ? Les
parcours de ces anciens sujets d'empires donnent à penser ce que
reconstruit l'exil, lieu de mise à l'épreuve individuelle et de réélaboration
des destinées collectives.
Anouche KUNTH est historienne, chargée de recherche au CNRS
(Migrinter). Ses travaux actuels, consacrés au monde arménien en exil,
abordent l'événement génocidaire depuis la dispersion massive et forcée
des survivants. Elle est l'auteur, notamment, de Arméniens en France, du
chaos à la reconnaissance, Toulouse, L'Attribut, 2010, co-écrit avec Claire
Mouradian.
http://www.editions-belin.fr/ewb_pages/f/fiche-article-exils-armeniens27735.php?lst_ref=1
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=94815
Agenda - Paru : "L'Arménie à l'épreuve du feu. Forger
l'Etat à travers la guerre"
Agenda - Paru : "L'Arménie à l'épreuve du feu. Forger l'Etat à
travers la guerre" - Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Le
Haut-Karabakh est depuis plus de 25 ans l'objet d'un conflit armé
entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Situation étrange que celle de
cette enclave à majorité arménienne placée en Azerbaïdjan par les
premiers dirigeants soviétiques : véritable bombe à retardement,
elle aura lancé la longue série des mouvements nationaux
ébranlant l'URSS à la fin des années 1980. (...) Grâce au conflit
gelé du Haut-Karabakh, Moscou reste l'arbitre de la rivalité entre
l'Arménie et l'Azerbaïdjan et, plus largement, maîtresse du jeu au
Caucase du sud." Préfacé par Gérard Chaliand et publié par les
Éditions Karthala, cet ouvrage capital est signé Taline Papazian,
docteure en science politique et chargée de cours à Sciences Po
Paris. Le présent ouvrage constitue sa thèse de doctorat en
science politique, brillamment soutenue le 25 janvier 2011 à l’IEP
de Paris.
Publié 17 octobre 2016
L'Arménie à l'épreuve du feu. Forger l'Etat à travers la guerre
Par Taline Papazian
Préface de Gérard Chaliand
26€ - Karthala
Le Haut-Karabakh est depuis plus de 25 ans l'objet d'un conflit armé entre
l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Situation étrange que celle de cette enclave à
majorité arménienne placée en Azerbaïdjan par les premiers dirigeants
soviétiques : véritable bombe à retardement, elle aura lancé la longue
série des mouvements nationaux ébranlant l'URSS à la fin des années
1980. Mais tandis que l'URSS se décompose, la question du Karabakh
explose. Le présent ouvrage démontre comment la guerre fournit contre
toute attente des ressorts idéologiques, politiques et militaires favorables
à la reconstruction de l'Etat arménien. C'est paradoxalement au moment
où le cessez-le-feu s'installe dans la durée, depuis le milieu des années
2000, que la pérennité de l'Etat arménien semble la plus sournoisement
menacée. Dans la guerre ouverte comme dans l'absence de paix véritable,
l'Arménie est soumise à l'épreuve du feu. Après avoir remporté la
première manche, c'est désormais la consolidation de l'Etat dans sa
dimension non plus guerrière mais de gouvernance qui sera le gage de
son succès. Le conflit du Karabakh et ses rapports intrinsèques avec les
aléas de l'Etat arménien s'inscrivent dans l'histoire longue des
nationalismes du sud de l'Europe depuis le début du vingtième siècle, à la
croisée des intérêts des puissances européenne, américaine, russe et
turque. Crise politique régionale aux implications internationales dont le
règlement est perpétuellement différé, elle condense les enjeux
géopolitiques contemporains de l'ancienne aire soviétique : grâce au
conflit gelé du Haut-Karabakh, Moscou reste l'arbitre de la rivalité entre
l'Arménie et l'Azerbaïdjan et, plus largement, maîtresse du jeu au Caucase
du sud. Si le Haut-Karabakh se rattache aux conflits ethno-territoriaux
légués par l'URSS, sa portée géostratégique est plus large : il est la clé
d'un déblocage des relations géopolitiques entre les trois pays du Caucase
du sud (Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan) et leurs partenaires
internationaux : Union Européenne, Etats-Unis, Russie, Turquie et Iran.
Taline Papazian est docteure en science politique et chargée de cours à
Sciences Po Paris. Outre l’espace post-soviétique contemporain, ses
travaux portent également sur les usages de la violence armée dans les
espaces impériaux ottomans et russes.
Table des matières
Préface
Remerciements
Introduction
Première partie : Le conflit du Karabakh : problème national,
affaire d’État
1. La question du Haut-Karabakh, d’un syndrôme du nationalisme
à la redéfinition politique de la nation
2. Violence physique et souveraineté politique : aux origines d’une
filiation
3. Un État arménien indépendant, réponse à la question du
Karabakh
L’État, aboutissement du mouvement du Karabakh
Stratégie de gouvernement et topoï nationaux : les ambiguités de l’État
arménien
L’« État des Arméniens » (Hayots bédaganoutiun)
Refonder l’État, l’entreprise politique du MNA
Subordonner les questions nationales aux intérêts de l’État
La « normalité », sens contesté de la refondation de l’État
Idéologie et pratique de la « normalisation »
Nation-État, un rapport au cœur de nouveaux clivages idéologiques
Deuxième partie : La guerre et l’État
4. La guerre, épreuve de l’État arménien
Le contrôle des forces armées, enjeu de l’affirmation du nouvel ordre
étatique
Les fonctions de l’État : assurer la sécurité à l’intérieur
En vue d’affronter l’hostilité extérieure
Du dire au faire : gagner du temps sur la guerre
Situation d’hostilité et décision de guerre : les difficultés d’une réalité
politique
Au-delà des positions de principe, l’irréductibilité de l’ennemi ?
La guerre pour le Haut-Karabakh, épreuve de la souveraineté de l’État
arménien
5. Faire la guerre, bâtir l’armée
Espace de la guerre et territoire de l’État
De l'autodéfense des volontaires à la guerre moderne : faire la guerre et
construire l’armée
Les bases d’une armée régulière
Les officiers supérieurs de l’armée soviétique : l’expérience d’une tradition
militaire d’État dans l’organisation de l’armée nationale
Le combattant volontaire, du défenseur de la liberté au contractuel d’État
Le financement de la contrainte : l’État en quête de ressources
La participation directe de l’État à l’effort de guerre
Effets sur l’État d’une quête de ressources pour la guerre
6. En l’absence de paix, « garder la poudre au sec »
Le renforcement de l’institution militaire, gage de l’État arménien
La guerre, l’armée et l’État
La conscription, problème exemplaire des forces et faiblesses de l’armée
nationale
L’Armée, institution fédératrice de la société
La modernisation de l’armée en situation de ni guerre ni paix
Troisième partie : Trajectoire d’un État forgé dans le conflit
7. Contrainte et capital dans l’Arménie en conflit : entre
implication et déresponsabilisation
Un capital longtemps au service de la contrainte
Le conflit du Karabakh, facteur du déséquilibre ou prétexte à
l’immobilisme ?
8. Guerre et paix : pratiques de pouvoir et institutions
républicaines
Le conflit du Karabakh, domaine réservé du pouvoir exécutif
La situation d’exception, révélatrice de la nécessité d’un pouvoir exécutif
autonome
Le conflit du Karabakh, objet de lutte pour un monopole politique
Le conflit du Karabakh et la Constitution de la République d’Arménie
9. Des représentations conflictuelles de l’État arménien
Cause ou prétexte de la crise de 1997-1998
Clé de la normalité de l’État : Levon Ter Petrossian ou la conviction du
libéralisme
Moteur d’un État-nation : Vazgen Sargsian du père de l’armée au chef de
la nation
Sceptre du pouvoir : Robert Kotchorian de l’enclave assiégée à l’État
forteresse
Ni sans, ni sens : Serge Sargsian, « le dernier des Mohicans » ?
Conclusion : La forge refroidie, l’État achevé ?
Annexes
Sources et bibliographie
http://www.karthala.com/hommes-et-societes/3089-l-armenie-a-lepreuve-du-feu-forger-l-etat-a-travers-la-guerre-9782811115616.html
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=94712
Agenda - Paru : Un siècle de génocides. Des Hereros
au Darfour (1904-2004)
Agenda - Paru : Un siècle de génocides. Des Hereros au Darfour
(1904-2004) - Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Le XXe
siècle restera celui de l'épouvante. Il a commencé avec
l'anéantissement des Hereros en 1904 et l'éradication des
populations arméniennes de l'Empire ottoman pour se terminer
avec l'extermination des Tutsis du Rwanda et les nettoyages
ethniques dans l'ex-Yougoslavie et du Darfour. Entre ces deux
moments, le monde aura été le témoin de la famine ukrainienne,
de l'immense tragédie de la Shoah, de la disparition d'une partie
du peuple cambodgien." Un siècle de génocides. Des Hereros au
Darfour (1904-2004), de Bernard Bruneteau, vient de paraître
chez Armand Colin.
Publié le 22 septembre 2016
Armand Colin
Un siècle de génocides
de Bernard Bruneteau
Armand Colin
2016-09-14
PRIX 16,99 €
EAN ebook 9782200616731
Le XXe siècle restera celui de l'épouvante.
Il a commencé avec l'anéantissement des Hereros en 1904 et l'éradication
des populations arméniennes de l'Empire ottoman pour se terminer avec
l'extermination des Tutsis du Rwanda et les nettoyages ethniques dans
l'ex-Yougoslavie et du Darfour. Entre ces deux moments, le monde aura
été le témoin de la famine ukrainienne, de l'immense tragédie de la Shoah,
de la disparition d'une partie du peuple cambodgien.
Cet essai met en perspective les entreprises exterminatrices les plus
marquantes du XXe siècle en donnant un caractère opératoire au concept
de génocide défini en 1944 par Raphael Lemkin. Leur histoire montre que
le génocide se fonde sur le ciblage stigmatisant d'un groupe à partir de la
définition aussi arbitraire que délirante qu'en donne le perpétrateur. Aussi
l'auteur s'attache-t-il en permanence à répondre à deux questions :
qu'est-ce qui détermine l'intention ultime du génocide? qu'est-ce qui
autorise le génocide à se présenter comme une "solution"?
Nota CVAN : nous avons fait le choix de reproduire le texte de la 4e de
couverture du livre, plus complet que celui présenté en ligne.
http://numerique.armand-colin.com/703887/Un-siecle-degenocides.ebook
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=94530
DOSSIERS PERMANENTS
Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN
Récapitulatif des principaux faits et articles négationnistes relevés
depuis 2006.
SOMMAIRE : http://www.collectifvan.org/article.php?id=21105
Ephémérides
La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6
décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une
date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les
thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du
Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de
nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).
Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)
Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)
SITES INTERESSANTS
Visitez notre page de liens : http://www.collectifvan.org/liens.php?r=7
QUELQUES INFORMATIONS SUR LE SITE DU COLLECTIF VAN
Rubrique Info Collectif VAN
Retrouvez toutes les traductions de la presse anglophone ou
turcophone dans notre rubrique Info Collectif VAN
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1
Le Collectif VAN met en ligne régulièrement des traductions de la presse
anglophone et turcophone. Oeuvres de militants, de sympathisants du
Collectif VAN et de prestataires, ou émanant de sites externes (tel celui de
la FEAJD), ces traductions visent à mettre à la disposition du plus grand
nombre, les informations essentielles à la bonne compréhension de
l'actualité.
Vous retrouverez également dans la Rubrique Info Collectif VAN :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1
- nos informations ou communiqués de presse, ainsi que ceux de certaines
organisations externes.
- le sommaire bi-quotidien de notre Revue de Presse du jour.
- la Revue de la presse turque en français (ni traduite ni commentée de
notre part).
- la Revue de la presse arménienne préparée par l'Ambassade de France
en Arménie.
Rappel :
Vous avez en haut de page, un module Recherche pour retrouver un
article. Attention, le champ de saisie ne doit comporter qu'un seul mot.
Essayer de cibler en choisissant plutôt des noms propres, pour éviter un
trop grand nombre d'occurrences.
Appel aux dons :
Aidez-nous à poursuivre notre mission d'information et de vigilance !
Envoyez vos dons :
Par chèque bancaire à l'ordre du "Collectif VAN"
A adresser à : Collectif VAN - BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux France
Votre avantage fiscal :
Si vous êtes imposable, 66% du montant de votre don sont déductibles de
vos impôts sur le revenu (de l’année suivante), dans la limite de 20% de
vos revenus imposables. Un don de 100€ ne vous coûtera en réalité que
34 €.
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1
Utilisez au mieux le site du Collectif VAN
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le site du Collectif VAN
met à jour quotidiennement des dizaines d'articles. Sachez
naviguer dans les rubriques !
Rubrique News
Depuis le 20 octobre 2015, la page News du site www.collectifvan.org a
cessé d'être alimentée mais elle constitue une source d'archives pour les
informations quotidiennes qui y ont été postées depuis le lancement du
site en mars 2006. La revue de presse - collectée 5 jours par semaine par
la webmaster du Collectif VAN à partir des médias en ligne francophones
- est donc à suivre uniquement dans la Veille-Média du Collectif VAN et
sur les réseaux sociaux de notre association très active sur Facebook et
Twitter.
Info Collectif VAN
Toutes les traductions, résumés, informations propres au Collectif VAN
sont en ligne à l'accueil dans la Rubrique Info Collectif VAN
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1
Tout sur VAN
Mieux connaître le Collectif VAN : rendez vous à la rubrique Tout sur
VAN.
http://collectifvan.org/rubrique.php?r=1&page=1
Tout sur VAN : vous y trouverez également les courriers des
lecteurs
Les courriers des sympathisants du Collectif VAN nous font chaud au coeur
et nous confortent dans la certitude que notre approche du combat que
nous menons, est juste. Et comme ça fait toujours du bien de relire de
temps en temps leurs encouragements et dans la mesure du possible,
nous mettons en ligne les mails reçus, du plus récent au plus ancien (en
ne gardant que les initiales des sympathisants) :
http://www.collectifvan.org/article.php?r=1&id=6137
http://www.collectifvan.org/article.php?r=1&id=2203
http://www.collectifvan.org/article.php?r=1&id=538
Salle de Presse
Tous les articles de la presse française rendant compte des actions
réalisées par le Collectif VAN sont en ligne dans la rubrique Salle de
presse.
http://collectifvan.org/rubrique.php?r=2&page=1
Communiqués
Les Communiqués du Collectif VAN se trouvent dans la rubrique
Communiqués.
http://collectifvan.org/rubrique.php?page=1&r=9
Actions VAN
Tous les articles présentant les actions organisées et réalisées par le
Collectif VAN sont mis en ligne dans la rubrique Actions VAN.
http://collectifvan.org/rubrique.php?r=3&page=1
Agenda
Les annonces parlant des événements culturels à venir (réunions
publiques, manifestations, conférences, concerts, projections de films,
expositions, parution d'ouvrages, etc.), sont mises en ligne dans la
rubrique Agenda.
http://collectifvan.org/rubrique.php?r=5&page=1
Photothèque
De nombreux photos-reportages sont disponibles en ligne dans la rubrique
Photothèque
http://collectifvan.org/rubrique_photo.php?r=6
Veille-Media
Toutes les Veilles-Media à télécharger sur :
http://www.collectifvan.org/rubrique_veille.php?r=9&page=1
MEDIAS
Quelques émissions TV & radios
où les citoyens peuvent intervenir
Soyez un citoyen actif et participez aux débats dans les médias.
Quelques coordonnées :
TF1 - 1, quai du point-du-jour 92656 Boulogne cedex
Tel : 01 41 41 12 34 / 0803 809 810 — Fax : 01 41 41 28 40
Internet : www.tf1.fr
France 2 - 7, esplanade Henri-de-France 75907 Paris cedex 15
Tel : 0825 033 333 Fax : 01 56 22 98 74
Internet : www.france2.fr
Email : mediateurinfo@france2.fr
France 3 - 7, esplanade Henri-de-France 75907 Paris cedex 15
Tel : 0825 033 333 Fax : 01 56 22 75 02
Internet : www.france3.fr
Email : com@france3.fr
mediateurinfo@france3.fr
Canal + - 85-89 quai André Citroën 75711 Paris cedex 15
Tel : 01 44 25 10 00 Fax : 01 44 25 12 34
Internet : www.cplus.fr
France 5 - 8, rue Marceau 92785 Issy-les-Moulineaux cedex 9
Tel : 01 55 00 74 74 — Fax : 01 55 00 77 00
Internet : http://www.france5.fr/
Email : http://www.france5.fr/contact/
Ecrivez à Alain Le Garrec, médiateur des programmes sur :
http://www.france5.fr/contact/W00069/2/71909.cfm
Arte - 2a rue de la Fonderie 67080 Strasbourg cedex
Tel : 03 88 14 22 55 — Fax : 03 88 14 22 00
Internet : www.arte-tv.com
Email : communication@arte-tv.com
M6 - 89, av. Charles de Gaulle 92575 Neuilly/Seine cedex
Tel : 0825 06 66 66 - Fax : 01 41 92 66 10
Internet : www.m6.fr
iTélé - 6 allée de la Deuxième DB 75015 Paris
Tel : 01 53 91 50 00— Fax : 01 53 91 50 01
Internet : www.itelevision.fr
LCI - 54 av. de la Voie Lactée 92656 Boulogne cedex
Tel : 01 41 41 23 45— Fax : 01 41 41 38 50
Internet : www.lci.fr
Quelques émissions TV :
France2 :
Relations.france2
Participez
"On n'est pas couché"
Chaque samedi soir, en deuxième partie de soirée, retrouvez Laurent
Ruquier entouré de Natacha Polony et Aymeric Caron.
Vous voulez donner votre avis ?
Contactez l'émission au 01 41 11 11 11
On n'est pas couché
Participez au débat sur le Forum.
Ce soir (ou jamais !) de Frédéric Taddéï.
Tous les vendredis, en direct à 22h30
Participez au débat sur le Forum.
Mots croisés avec Yves Calvi
Tous les lundis, en deuxième partie de soirée, Mots croisés provoque et
nourrit le débat citoyen avec ceux qui font l’actualité.
Une fois l'émission terminée, continuez le débat sur le Forum.
Quelques émissions Radio :
Europe 1www.europe1.fr
Semaine de 10h30 à 12h00
Jean-Marc Morandini
Coup de pied dans le PAF chaque matin : Jean-Marc Morandini nous dit
tout sur le monde du petit écran au travers de reportages et d’enquêtes
dans les coulisses de la télé. Egalement en studio chaque matin, une star
du petit écran ou un patron de chaîne répondra aux questions de JeanMarc Morandini et des auditeurs. A découvrir aussi, le zapping de la télé
de la veille et les commentaires des auditeurs qui donnent leurs coups de
cœur et leurs coups de gueule sur le répondeur de l’émission au 01 42 32
42 32 ou en direct au 01 42 32 15 15.
RTLwww.rtl.fr
En semaine de 13h00 à 14h00
Pierre-Marie Christin"Les auditeurs ont la parole"
Pierre-Marie Christin présente de 13h00 à 14h00, “Les Auditeurs ont la
Parole”. Réagissez à l'actualité par téléphone (32 10) ou sur internet.
Entre 10H et 14H, une standardiste prend votre témoignage. Avant 10H et
après 14H, vous pouvez laisser vos messages sur le répondeur, sans
oublier de laisser vos coordonnées téléphoniques si vous voulez participer
à l'émission.
France Interwww.radiofrance.fr
Le téléphone sonne
En semaine de 19h20 à 20h00
Si vous voulez poser une question, témoigner et/ou intervenir à
l'antenne...
- le téléphone 01.45.24.70.00 dès 17h
- Internet, en utilisant le formulaire de la page "Pour intervenir".
- le SMS+ pour réagir pendant l'émission, de 19h20 à 20h : sur votre
téléphone mobile, saisir le code " TEL " suivi d'un espace, votre question
puis valider et envoyer au 6 20 30. (0.35€ par message plus le prix du
sms)
Le lundi, mardi, jeudi et vendredi à 19h20, nous vous invitons à réagir sur
un thème de l'actualité, à poser vos questions aux invités du téléphone
sonne. Vous pouvez également, après la diffusion, réécouter l'émission
dans son intégralité.
Là-bas si j'y suis
En semaine, à 15h
Exprimez-vous sur le répondeur de « Là-bas si j’y suis » : 01 56 40 37 37
ou par mail : labassijysuis@radiofrance.com.
RMCwww.rmcinfo.fr
BOURDIN & Co Le 1er show radio d'info
Du lundi au vendredi de 6h à 10h.
Découvrez une nouvelle façon de traiter l'info du matin avec "Bourdin
&Co" ! Finis les journaux austères et redondants. Voilà enfin un espace de
liberté où auditeurs, politiques et journalistes sont logés à la même
enseigne. Jean-Jacques Bourdin agite, provoque, polémique, et vos
réactions ne se font jamais attendre! Un ton débridé et sincère pour des
échanges parfois musclés mais toujours respectueux. Pour intervenir :
Appelez le 3216 (0,34€/min).
=============================================
L'association des auditeurs de France Culture
L'association des Auditeurs de France Culture (aafc), créée en 1984,
rassemble les personnes qui veulent manifester leur intérêt pour cette
chaîne de radio dont les émissions sont écoutées et appréciées au delà de
nos frontières.
L'objet de l'association est de regrouper les auditeurs de France Culture
pour favoriser des rencontres et coordonner les actions visant à :
- l'évolution de la chaîne dans le maintien de sa qualité ;
- la préservation de son identité et de sa spécificité ;
- l'amélioration de sa technique et de son confort d'écoute ;
- son ouverture aux différents aspects de la culture ;
- son rayonnement et développement de son influence ;
- sa pérennité.
L'Association se déclare attachée au caractère de service public de France
Culture et ne saurait en aucun cas se substituer à lui. Elle se veut
pluraliste et indépendante de tout engagement politique, confessionnel,
syndical et philosophique.
Association des auditeurs de France Culture
83 boulevard Beaumarchais
75003 Paris
Téléphone : 01 42 09 03 67
Courriel : aafc@free.fr
=============================================
----------------------------------------------------------------------------------Collectif VAN
[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org
Les Infos Collectif VAN sur :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?page=1&r=0
Téléchargement