Windows XP est mort ! Vive Linux

publicité
Doc pour docs > Les TICE > Informatique basique > Logiciels utiles > Windows XP est mort ! Vive
Linux !
Windows XP est mort ! Vive Linux !
dimanche 6 avril 2014, par Sophie Bocquet
Ça y est, les mises à jour de Windows XP s’arrêtent, et là, le monde s’écroule dans la plupart des
établissements scolaires et des CDI. Qu’est ce qu’on fait maintenant ?
Ben oui, la plupart des établissements sont encore largement dotés en Windows XP.
Qu’est-ce que signifie l’arrêt des mises à jour ?
Windows XP est né en octobre 2001, il a pendant de longues années suivi les déploiements massifs de
matériel en établissement scolaires. Windows Vista n’étant pas particulièrement réussi, les dotations
matérielles arrivant dans cette version étaient souvent downgradées [1] pour revenir en XP, plus
malléable, plus rapide et plus adapté à nos architectures réseaux. Windows Seven commence à remplacer
les XP alors que Microsoft est déjà passé en 8... On commence une course contre la montre que l’on n’a
pas fini...
L’arrêt des mises à jour le 8 avril signifie que Microsoft ne livrera plus de correctif de sécurité à cette
date... Ne rêvons pas ! Avant ça Windows XP était déjà très vulnérable et c’est parce Microsoft n’arrive
plus à garder un produit stable et sécurisé qu’ils l’arrêtent. C̶’̶e̶s̶t̶ ̶p̶e̶u̶t̶ ̶ê̶t̶r̶e̶ ̶a̶u̶s̶s̶i̶ ̶u̶n̶e̶ ̶q̶u̶e̶s̶t̶i̶o̶n̶ ̶d̶’̶a̶r̶g̶e̶n̶t̶...
Autre problème qui s’annonce : certains logiciels ne seront plus compatibles avec Windows XP. Index
Education a déjà annoncé sur son site que les versions 2015 de EDT et Pronote ne fonctionneraient pas
sous XP. [2], Microsoft a annoncé aussi que Microsoft Security essential (l’antivirus Microsoft) ne serait
plus téléchargeable pour XP, et pour ceux qui l’ont déjà sur leur machine XP la fin des mises à jour est
programmée pour juillet 2015...
Alors quelles sont nos solutions ?
Trois options :
- Ne rien faire, laisser nos machines sous XP et attendre de nouvelles dotations en matériel neuf (non
recommandée)
- Upgrader [3] les machines en Seven : ce qui signifie payer une licence par machine (environ 60€) et
ajouter de la mémoire pour que les machines supportent le changement. Évidemment, rien ne vous assure
que vos ordinateurs, qui ont surement déjà un certain âge, supportent le choc....
- Passer les machines en Linux !
Kézako Linux ?
Ce nom, vous l’avez sûrement déjà entendu, mais qu’est-ce que c’est exactement ?
On entre dans un nouveau monde, un monde méconnu dans la plupart des établissements scolaires...
Linux est le noyau des systèmes d’exploitation libres de type UNIX « un système d’exploitation multitâche
et multi-utilisateur créé en 1969 [4] ». Derrière Linux, on trouve le personnage emblématique Linus
Torvald et toute la philosophie du logiciel libre.
Le principe du libre est fondé sur quatre libertés :
- la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
- la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;
- la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner
que de vendre des copies) ;
- la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter
toute la communauté.
L’utilisateur est indépendant, de tout éditeur, le partage et la mutualisation sont encouragés, voilà des
philosophies qui nous sont chères en tant que prof doc !
Pourquoi cette philosophie est-elle étrangère à nos fonctionnements quotidiens ? Pourquoi
n’enseignons-nous pas ces philosophies ? ça bouge : avec les biens communs, on sent que les choses
avancent dans la société, mais dans le monde de l’éduc ? Combien de profs font cours en utilisant une
machine sous Linux dans leur classe ? Combien de professeurs enseignent la philosophie du libre ?
Les logiciels libres sont développés de façon collaborative par des entreprise et des bénévoles.
Il existe beaucoup de distributions Linux, une distribution englobe le système d’exploitation et un
ensemble de logiciels.
Les principales distributions sont :
- Ubuntu (basée sur Debian)
- Kubuntu (basée sur Debian)
- Archlinux
- Kali Linux (Anciennement BackTrack, basée sur Ubuntu)
- Debian
- Fedora
- Gentoo
- Mageia
- Linux Mint (basée sur Ubuntu)
- openSUSE
- SUSE Linux Enterprise (basée sur openSUSE)
- Red Hat Enterprise Linux
- Slackware
(Source Wikipédia)
Si je veux me lancer, qu’est-ce que j’utilise ?
A mon sens, c’est une réflexion d’établissement. Pour pouvoir y réfléchir, il faut connaître les différentes
options pour faire son choix. Donc soit vous avez un "linuxien" dans votre établissement qui peut briefer
l’équipe, soit il faudra faire appel à un extérieur. Pourquoi pas un stage sur site ?
Avant de se lancer, il faut prendre en considération,
- l’âge des machines, leur puissance (RAM), un inventaire complet du parc informatique est recommandé.
- le serveur de fichiers : si votre établissement est équipé d’un serveur qui gère les sessions des élèves,
leurs documents... il faut que ce serveur reconnaisse les machines sous Linux
- de quels logiciels avez vous besoin ? existe-t-il un équivalent libre ? Si ce n’est pas le cas, Linux offre la
possibilité de "virtualiser" [5] les logiciels propriétaires pour les faire fonctionner.
Côté CDI
On a bien sûr le problème BCDI : si votre poste hébergeant BCDI est sous XP il va falloir y réfléchir...
BCDI ne fonctionne pas sous Linux (à moins qu’on le "virtualise"), rester sous XP est dangereux pour vos
données...
Si vous utilisez PMB, vous ne devriez pas être embêté de ce côté.
Côté logiciels, il existe des listes en ligne d’équivalence propriétaires libres.
Wikipédia propose un article dédié très riche : Correspondance entre logiciels libres et logiciels
propriétaires
Awasome est un moteur de recherche qui propose une alternative libre à partir du nom d’un logiciel
propriétaire. (Ne fonctionne pas pour tous les logiciels)
Il existe aussi des logiciels multiplateformes qui tournent sous Linux, Windows ou Mac. Ex : Xmind.
Et que dit notre ministère ?
La circulaire Ayrault [6] publiée le 19 septembre 2012 encourage les administrations publiques à donner
la préférence aux logiciels libres. L’article L123-4-1 [7] du code de l’Éducation stipule : "Les logiciels
libres sont utilisés en priorité" mais pour le service public de l’enseignement supérieur...
La mort de Windows XP a pour moi un grand avantage : celui de réveiller les équipes. XP n’est plus, il faut
prendre une décision et la prendre ensemble, nous poser des questions sur nos pratiques et sur nos
enseignements. Est-ce normal que les élèves soient formés sur des outils Windows exclusivement ?
Pourquoi ne pas leur proposer des choix multiples ? ils devront s’adapter tout au long de leur vie à de
nombreux outils, pourquoi les cantonnons-nous à un système d’exploitation, un type de catalogue, une
suite bureautique, un navigateur....?
Je suis parfaitement consciente que ça bouscule les usages, mais n’est-ce pas le bon moment ?
Source image : Tux By Larry Ewing , via Wikimedia Commons
Notes
[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Downgrade
[2] http://www.index-education.com/fr/actu-186-windows-xp.php
[3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Upgrade
[4] http://fr.wikipedia.org/wiki/Noyau_Linux
[5] http://fr.wikipedia.org/wiki/Virtualisation
[6] http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2012/09/cir_35837.pdf
[7]
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEG
IARTI000027747749&dateTexte=20130808&categorieLien=id#LEGIARTI000027747749
Téléchargement
Explore flashcards