Immunointervention chez l`enfant de la vaccination aux thérapies

advertisement
Vaccination
notions de déficit immunitaire chez l’enfant
M. Pasquet
PH hémato-oncologie pédiatrie
Toulouse
Les différentes possibilités
d’immunointervention thérapeutique
 Stimulation des réponses immunes
 Actives : Vaccination
 Passive adoptives (substitutives) : gammaglobulines
 Modulation
 Réorientation des réponses : gammaglobulines
 Déplétion ou inhibition
 Immunosuppresseur
 Cas particulier du déficit immunitaire
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent
 Mode d’action immunologique, physiopathologie, types de
vaccins et calendrier (cf cours Pr Massip)
 Nourisson et enfant entre 0 et 5 ans : acquisition immunité/
infections infantiles « banales »
 Protection vaccinale
 Directe et individuelle contre infections potentiellement graves
 Indirecte et collective/protection de la population générale
 Objectifs de la vaccination
 Élimination de l’agent infectieux (rougeole, polio) vaccination avec
un taux élevé de couverture et transmission strictement interhumaine
 Diminution de la circulation de l’agent infectieux (diphterie ou
tetanos), plusieurs rappels nécessaires
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent
 Vaccination à visée
 Préventive :
 diminution de l’incidence d’une maladie infectieuse, voire disparition (ex
polio),
 Diminution incidence cancer lié à un mécanisme oncogénique viral
(Gardasil° et HPV)
 Curative : non disponible chez enfant (hormis rage)
 Limites liées
 À la recherche pour curatif (vaccin et cancer)
 A l’éducation des population : recrudescence actuelle cas de
rougeole : >10 000 cas depuis 2008, 16 encéphalites et 3 DC
(Invs, 2011)
 Communiqué OMS en dec 2009, « le nombre des décès dus à la rougeole dans le monde a chuté de
78% entre 2000 et 2008, étant ramené selon les estimations de 733 000 décès en 2000 à 164 000
décès en 2008. »
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent
 Efficacité :
 Obtention d’une réponse rapide et durable
 2 ou 3 mois de vie : système immunitaire est relativement immature.
Toutefois, il est en mesure de générer une réponse immunitaire assez
complète, tant humorale que cellulaire.
 Lymphocytes B du nourrisson incapables de répondre aux antigènes T
indépendants comme les polysaccharides, jusqu’à l’âge de 2 ans
environ
 Début vaccination 2-3 mois
 Réponse aux ang thymo indépendants comme polysaccharides de
faible poids moleculaires sont conjugués à des antigènes protidiques
pour etre plus immunogène à un plus jeune age. Ex vaccin antiméningo conjugué
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent
 Efficacité
 Immunité acquise passive du nourisson : Transmission in-utero d’anticorps
maternels confère au nourrisson une protection de durée de 6 à 9 mois
environ. Ils peuvent avoir un effet inhibiteur sur la réponse immune.
 La qualité et l’intensité de la réponse humorale = persistance des
anticorps maternels spécifiques et à leur efficacité protectrice, qui sont
très variables d’une infection à l’autre.
 Les facteurs influençant les recommandations au sujet de l’âge
d’administration

L’interaction antagoniste potentielle entre la réponse du système
immunitaire et le transfert passif d’anticorps maternels;

La capacité d’un individu d’un âge donné à développer une réponse
immunitaire (maturité du système immunitaire);

Le risque, lié à l’âge, de développer la maladie ou ses complications.
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent
 Les nouveau-nés bénéficient d’un VACCIN HEXAVALENT,
une combinaison de 6 vaccins différents administrés
en une seule injection : polio, diphtérie-tétanoscoqueluche, Haemophilus influenzae de type b et
hépatite B. Ils bénéficient également d'un vaccin
combiné contre la rougeole, la rubéole et les
oreillons (RRO). Les vaccins combinés permettent un
meilleur confort de l’enfant en limitant le nombre
d’injections
 Calendrier vaccinal (cf cours Pr Massip)
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent :
quelques exemples vaccinaux
 Vaccination contre l’haemophilus influenzae b:




L’Haemophilus influenzae de type b est l’une des bactéries pouvant
provoquer une méningite. Jusqu’à la découverte et l’administration
généralisée d’un vaccin, il s’agissait d’une cause majeure de méningite
bactérienne chez l’enfant de moins de 5 ans.
L’Haemophilus influenzae de type b peut par ailleurs provoquer d’autres
types d’infections graves chez l’enfant comme l’épiglottite ou l’arthrite
Vaccin conjugué : meilleure réponse immunitaire chez l’enfant jeune
++
Nourrisson : Le calendrier de vaccination recommande l’administration
de quatre doses a 2, 3, 4 mois et une dose de rappel entre 13 et 18
mois.
Le vaccin contre l’Haemophilus influenzae de type b est inclus dans le
vaccin hexavalent.
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent :
quelques exemples vaccinaux
 Vaccination contre pneumocoque






Présence chez 5 à 25% des personnes en bonne santé, au niveau de la
bouche, du nez et du pharynx. Chez le jeune enfant, le pneumocoque
représente une cause importante d’otite moyenne, de pneumonie, de
méningite et de septicémie.
Jeune âge : déterminant majeur du risque d’infection pneumococcique :
50% des bactériémies et ¾ méningites survenant avant l’âge de 5 ans
affectent les enfants <1an. 1/3 OMA chez jeune enfant. Méningites à
pneumocoques peuvent provoquer de graves séquelles, voire le décès.
Capsule = virulence, 90 antigènes
Vaccin conjugué 7 puis 13 valences actuellement: schéma 2 injections +
1 rappel (anciennement 3 injections), efficacité bonne mais méningite à
sérotype vaccinal observées (en dehors de tout DI?)
Ineffiacité vaccin pneumo 23 <2 ans (vaccin polysaccharide « capsulaire »)
Gravité neuro-dev, surdité ++
Vaccination chez l’ enfant immunocompétent
 Inocuité
 « peur » actuelle du grand public/vaccination
 Incrimination dans dev maladies auto-immunes et
autisme : non prouvé
 Cas part de la vaccination d’un patient présentant une
maladie auto-immune : aggravation PTI chronique par
ex? données trop parcellaires, étude PGRx en cours
Généralités sur le déficit immunitaire de l’enfant
 Déficit du système immunitaire et de ses effecteurs
 Déficit
 Primitif, lié a une anomalie moléculaire identifiée
 Secondaire lié à une pathologie infectieuse (VIH) ou cancéreuse
 Survenue d’infections rares et graves dans la petite enfance
ou adulte jeune (DICV)
 Manifestations : infections, cancer, auto-immunité
 Infections
 Germes dits « opportunistes » pneumopathie a penumocystis jiroveci ou toxo cérébrale (déficit
T)
 Répétitions d’infections par des germes pathogènes « classiques » mais répétées et/ou graves
(déficit B)
Petite Migraine…
Incidence PID chez l’enfant: 1/5000
Examen clinique devant une suspicion de DI
 Anamnèse
 ATCDs familiaux, DC bas age, consanguinité
 Infection, sévérité, germe, hospitalisation, durée, ATB
 Vaccination complète et infection, réaction vaccinale (vaccins vivants)
 Signes associés : auto-immunité, cancer, eczéma
 Examen clinique
 retard de croissance ;
 anomalie de la peau et des muqueuses : éruption, candidose chronique, état






buccodentaire, télangiectactasies, aspect des cheveux (albinisme) et des phanères
(dystrophie) ;
anomalies des organes lymphoïdes : adénopathies, splénomé- galie, hépatomégalie,;
pathologie ORL : otites, sinusites ;
pathologie ophtalmologique : conjonctivites chroniques, uvéites, télangiectasies
conjonctivales ;
complications pulmonaires : toux chronique, bronchites ou pneumo-pathies
récurrentes, dilatation des bronches
troubles digestifs : appétit, transit, perte de poids, douleurs abdominales récurrentes ;
atteinte neurologique : ataxie, retard mental, microcéphalie
Les 10 signes cliniques d’alerte d’un déficit immunitaire
chez l’enfant
CEREDIH
• 1- Plus de 8 otites par an
• 2- Plus de 2 sinusites par an
• 3- Plus de 2 mois de traitement antibiotique par an ou la
•
•
•
•
•
•
•
nécessité d’un traitement antibiotique par voie IV
4- 2 pneumonies par an
5- Ralentissement de la croissance
6- Des épisodes de forte fièvre
7- Mycose cutanée ou muqueuse récidivante ou chronique
8- Diarrhée chronique
9- 2 infections sévères dans l’année
10- Cas d’immunodéficience connu dans la famille
Bilan biologique de « débrouilllage »
 NFS, Pq : neutropénie, lymphopénie, avec frottis (corps de
jolly)
 IgG, A, M
 Pas de sous classes avant 18 mois
 Sérologies vaccinales
 Après revaccination complète (tetanos, polio, pneumocoque
polysaccharidique), isohémaglutinines
 populations lymphocytaires
Classification « physiopathologique »
Déficit immunité
cellulaire
Déficit immunité
humorale
Autre déficit
identifiés
Déficit
immunité
inné
Défaut de
régulation de la
réponse immune
Déficit en
complément
Déficit
phagocyte
Vaccination et immunodépression
 Problématique de la vaccination chez l’immunodéprimé
 Inocuité
 Maladie vaccinale
 Aggravation de la maladie sous jacente (ex maladie auto-immune)
 Immunogénicité ?
 Intensité et durabilité de la reponse
 Alternatives : augmentation du nombre d’injections, Utiliser des vaccins plus
immunogènes – Améliorer la présentation de l’antigène: vaccination par voie
intra-dermique, nouveaux adjuvants
 Recommandations vaccinales chez l’enfant:
 Patient présentant un déficit immunitaire primitif
 Autres : patients infectés par le VIH, patients transplantés d’organe solide, greffés de moelle,
patients traités par immunosuppresseurs ..
Déficit immunitaire primitif de l’enfant et vaccination
 Exposition risque infectieux majeur avec risque vital : Intérêt
de la vaccination ++
 Principale cause de morbidité et de mortalité dans cette
population
 Moyens à disposition : mesures prophylactiques ++
 Chimioprophylaxie anti-infectieuse par ATB et/ou
antifongiques
 IgIV, vaccination
 Mesures environnementales
 Données de la littérature pauvres sur inocuité et efficacité
(mesures phrophylactiques), CEREDIH
Vaccination et déficit immunitaire
 Enfants avec déficit immunitaire combiné sevère
(SCID)
 Rappel déficit immunitaire associant un déficit cellulaire T et B
+/- NK
 Seul traitement curateur : AlloG ou thérapie génique (sauf
ADA)
 Pas de vaccination possible (impossibilité de réponse du
systéme immunitaire
 Vaccins vivants formellement CI (risque infectieux, ex
BCG : risque mycobactériose disséminée)
 Phrophylaxie en attente de greffe: isolement flux, Ig (deficit
humoral), Atb, antifongiques
Vaccination et déficit immunitaire
 Enfants avec un déficit humoral complet
 Ex : agamaglobulinémie de Bruton
 TTT : substitution à vie par Ig
 DTP et germes encapsulés : non CI mais non efficaces!
 Vaccins vivants : peu de données, en pratique non indiqués
car couverture par Ig, CI au polio oral et anti-amarile (risque
maladie vaccinale)
 Vaccins anti-grippal : Induit une réponse cellulaire
(pedersen et al. Scan J Immunol 2011) donc indiqué ++ ainsi
que entourage ++
Vaccination et déficit immunitaire
 Enfants avec un syndrome d’hyperIgM
 Ex : déficit en CD40L
 Intéraction B/T:
 Défaut de recombinaison de classe dans
les centres germinatifs
 Défaut de coopération : défaut
cellulaire (CD40 sur CPA)
 DTP et germes encapsulés : substitution
 Vaccin contre la grippe : intérêt potentiel
 Vaccins vivants CI si déficit T associé (pas si anomalie B
unique)
Vaccination du personnel soignant et de l’entourage des
patients immunodéprimés
 Intérêt de la vaccination de l’entourage
 Diminuer le risque de transmission virale donc morbidité et
mortalité
 Vaccin recommandés :
 grippe annuelle, hépatite B (obligatoire pour le personnel soignant)
 Varicelle : indiqué pour le personnel soignant non immunisé- à
envisager pour l’entourage non immunisé (mesures d’isolement)
 Rougeole-oreillons-rubéole : personnel soignant et entourage non
immun
 Haemophilus influenzae b pour les enfants en contact
 Polio orale, variole sont strictement CI dans l’entourage des patients
immunodéprimés
Ruef C. Immunization for hospital staff. Curr Opin Infect Dis 2004
Vaccins et immunodéprimé Conclusion
 Tenter de « quantifier » le déficit immunitaire pour
 1. poser les indications vaccinales:quelrisque pour quelle
maladie à prévention vaccinale?Ex: pneumo, grippe,
méningo, .....
 2. décider quand et comment vacciner
 3. contre-indiquer, sauf cas particulier, les vaccins vivants
et différer leur utilisation
 4. Evaluer la réponse vaccinale pour le suivi
 Immunogénicité diminuée: évaluer la réponse post-vaccinale
 Diminution rapide des anticorps: réévaluer à distance pour proposer des rappels
 5. prévoir de répéter les injections vaccinales après
restauration des fonctions immunes
 6. Nécéssité d’une vaccination de l’entourage et personnel
soignant
Vaccination/ vaccinations
P. Massip
DFGSM-3
Immunopathologie
2012-2013
Vaccination-immunisation-protection
Individuelle- collective
Totale ou partielle
Vaccinations
• Pratique courante…..
• Elément essentiel de prévention des maladies
infectieuses.
• Multiples vaccins,depuis Jenner et la vaccine
jusqu’aux antigènes vaccinaux élaborés par génie
génétique.
• Les progrés vaccinaux ont étés permis par les
avancées en immunologie et biologie moléculaire.
Vaccinations
• Recommandations de vaccinations pour chaque pays,
et OMS
• Politique de santé publique: bénéfice individuel et
collectif
• Recommandations pour des situations
particulières:voyages terrain particulier (asplèniques)
• Contestation de leur intérêt par une société
individualiste.
• Exagération des effets secondaires ou accidents:
adjuvants,maladies provoquées (SEP et vaccin Hbs)
Vaccination : Sémantique !
• Variolisation :
Chine ~ - 2000
• Vaccine :
E. Jenner (1796)
• Vaccination :
R. Dunning (1800)
L. Pasteur (1881)
• Vaccinologie :
J. Salk (1977)
Eléments d’immunologie
La vaccination joue sur la mémoire immunitaire ; elle permet la
mise en place rapide de moyens de défense spécifiques qui
prennent de vitesse le développement de l’infection.
L’efficacité d’un vaccin dépend de la réceptivité de l’hôte à
l’immunogène, de sa capacité à stimuler les moyens de
défense de l’organisme mais aussi de l’adaptation de la
réponse ainsi produite à neutraliser l’agent infectieux.
Evénements cellulaires
Les antigènes vaccinaux doivent franchir les barrières
naturelles isolant l’organisme du milieu extérieur (peau,
muqueuse…) et les facteurs de défense non spécifiques
susceptibles de détruire les corps étrangers avant que le
système immunitaire spécifique ne soit mis en jeu.
Les événements cellulaires font intervenir
Les cellules présentatrices d’antigène : macrophages, cellules
dendritiques, faisant intervenir soit le complexe majeur
d’histocompatibilité (CMH2 : protéines antigéniques, bactérie à
développement extracellulaire) ou, au contraire, les complexes
majeurs d’histocompatibilité de classe I pour les virus ou bactéries
qui infectent les cellules phagiques (CMH1).
Les lymphocytes T auxiliaires CD4 sont activés précocement soit
par des peptides antigéniques associés à des molécules HLA de
lasse II, soit par l’interleukine 1 produite par les macrophages
sensibilisés. Il s’ensuit une production autocrine d’interleukines,
notamment d’interleukine 2 et d’interféron gamma qui jouent un rôle
important dans le développement de la réponse immune.
Les événements cellulaires font intervenir
Les lymphocytes T cytotoxiques CD8 reconnaissent les fragments
protéiques d’origine virale présentés par les molécules de classe I du CMH. Les
lymphocytes T sont porteurs d’un récepteur pour l’antigène ; ils sont
susceptibles de détruire in vitro comme in vivo des cellules infectées par des
virus ou des bactéries à développement intracellulaire. Les lymphocytes CD4
sécrétants de l’interleukine 2 et de l’interféron gamma stimulent la réponse aux
antigènes viraux et le potentiel cytolytique de ces lymphocytes CD8.
Les lymphocytes B comportent des immunoglobulines de surface qui sont
capables de distinguer la conformation spatiale des antigènes. Le complexe
antigène-immunoglobuline est internalisé par endocytose. Puis ces
lymphocytes vont exprimer à leur surface un peptide associé au récepteur de
classe II du CMH. La présence de ces complexes est reconnue par certains
lymphocytes T auxiliaires qui contribuent (par l’intermédiaire des lymphokines)
à la différenciation de ces lymphocytes B en plasmocytes sécrétant des
anticorps. Des cellules B à mémoire sont également produites : elles expriment
des récepteurs IgG et IgA très spécifiques et spécialisés permettant une
réponse secondaire plus adaptée et plus rapide.
Réponse immunitaire
La réponse immunitaire implique donc dans tous les cas une
coopération cellulaire.
Elle est très dépendante du complexe majeur d’histocompatibilité (CMH)
et, par conséquent, des caractéristiques génétiques de l’individu : ceci
expliquerait la variabilité des réponses obtenues après inoculation d’un
même vaccin chez différents sujets.
Vaccination quelques
exemples
Variole
La vaccination a permis
l’éradication de la variole
• Dernier cas rapporté de variole : 1977
• L’éradication en a été rendue possible pour 3
raisons :
– Virus unique
– Réservoir humain
– Forte mobilisation internationale :
• Dépistage et isolement des cas
• Vaccination obligatoire
La vaccination contre la variole
n’est plus obligatoire depuis
1979, mais..
"En cas de guerre, de calamité publique,
d’épidémie ou de menace d’épidémie, la
vaccination ou la revaccination antivariolique peut
être rendue obligatoire (…) pour toute personne,
quel que soit son âge",
Art L.3111-8 du code de la santé publique 2001.
Exemples de maladies épidémiques
qui peuvent être « contrôlées » par la
vaccination…
• Variole
• Fièvre jaune
Originaire d’Afrique, la FJ a été
introduite dans le Nouveau Monde
au XVIIème siècle
Responsable d’épidémies
dramatiques jusqu’au début
du XXème siècle chez les
colons et les militaires.
(Ile de Gorée, 1881)
Originaire d’Afrique, la FJ a été
introduite dans le Nouveau Monde
au XVIIème siècle
• 1930 : début de la vaccination (FNV, 17D)
• Fin années 1960 : relâchement des
campagnes de vaccination et ré-apparition
de la FJ en Afrique puis en Amérique du Sud
Exemples de maladies épidémiques
qui peuvent être « contrôlées » par la
vaccination…
• Variole
• Fièvre jaune
• Poliomyélite
Il était une fois la poliomyélite...
à l’époque des hiéroglyphes
Il était une fois la poliomyélite...
Avant l'ère vaccinale,
la poliomyélite touchait
plus de 600 000
enfants par an dans le
monde et en enfermait
des milliers dans des
poumons d'acier
Poliomyélite - Maladie
 Formes paralytiques ≤ 1% des cas
Symptômes non spécifiques : environ 5% des cas
syndrome pseudo-grippal, gastro-entérite,
guérison en moins d'une semaine
Infection inapparente mais contagieuse dans
95% des cas
Vers une éradication de la poliomyélite
1988
1994
1998
2003
OMS, 15-01-2004
Poliomyélite, 1954
Les débuts de la vaccination
Première campagne de
vaccination de masse des
écoliers aux Etats-Unis avec
le premier vaccin inactivé
mis au point par Jonas Salk
en 1954,
puis Lépine en 1955.
Impact de la vaccination sur l’incidence de
la Poliomyélite en France
Diphtérie – épidémiologie en France
Diphtérie – Épidémie en Ex-URSS
Baisse de la Couverture
Vaccinale des Enfants :
faible épidémie touchant les
enfants
Dissolution
de l’URSS
Épidémie
touchant plus
de 50 000
personnes
(adultes++)
 Épidémie de Russie : 70% des cas chez les adultes de plus de 15 ans
 Taux de létalité : 2,8% en Russie, 23% en Lituanie & Turkménistan
Les différents types de
vaccins
Vaccins Vivants atténués
Vaccins vivants
BCG,
Poliomyélite oral (situations d’épidémie)
Rubéole, Oreillons, Rougeole,
Fièvre jaune,
Varicelle,
Rotavirus
Virus vivants atténués
Réplication in vivo du virus-vaccin
Réponses : interféron-, anticorps et CTL
Délai entre 2 vaccins vivants ≥ 4 semaines ( ?)
Vaccin utilisant une bactérie vivante
atténuée
• BCG.
• Bacille tuberculeux bovin, dont la pathogénicité est
réduite pour un sujet "normal"
• Immunité à médiation cellulaire.
• Protection limitée: aux formes disséminées et dans
le temps.
• Prémunition
Vaccins inactivés : Vaccins entiers
Coqueluche,
Poliomyélite injectable,
Hépatite A,
Rage,
Encéphalite japonaise,
Encéphalite à tiques d’Europe centrale,
Leptospirose
Vaccins inactivés : fractions antigéniques
•Tétanos : anatoxine,
•Diphérie : anatoxine,
•Coqueluche acellulaire : anatoxine+FHA±PME,
•H. influenzae b : polysaccharide*,
•Méningocoque : polysaccharide (A,C*,Y,W135),
•Pneumocoque : polysaccharide (13* à 23 valences),
•S. Typhi : polysaccharide,
•Grippe : HA, NA (split vaccines)
•Hépatite B : Ag HBs (recombinant génétique)
•HPV : pseudo-particule virale (protéïne L1)
*vaccins conjugués
Antigènes polysaccharidiques
(capsulaires)
• Ag Thymo-Indépendants
• Epitopes répétitifs : cross-linkage des m-Ig
• Production d’IgM (IgG2) ; pas de switch
• Pas de cellules-mémoire B
• inefficace < 2 ans
Antigènes polysaccharidiques «conjugués»
•Réponses IgG et IgAs
•Cellules B mémoire
•Efficace < 2 ans
•Protection contre infections invasives + réduction du portage
rhinopharyngé
Exemples :
•Vaccin anti-Hib
•Vaccin anti-pneumocoque
Vaccin anti-méningo C (ACYW135 )
Vaccins vivants atténués
•Réponse immune proche de l’immunité naturelle : une (ou deux)
dose(s) suffisante(s)
•Risque infectieux : réversion (polio), « BCGites », vaccine
généralisée.
•Risque d’échec par interférence avec les virus naturels
apparentés.
Vaccins tués inactivés
•Plusieurs doses sont nécessaires pour une immunisation
durable.
•Pas de risque infectieux .
•Parfois sensibilisants.
Impact de la vaccination sur la morbidité - USA
Nombre de cas
maximum
Nombre de cas
en 1997
Variation (%)
diphtérie
206.939 (1921)
5
-99,99
oreillons
894.134 (1941)
135
-99,98
rougeole
152.209 (1968)
612
-99,60
coqueluche
265.269 (1934)
55,519
-97,92
poliomyélite
21.269 (1952)
0
-100,00
rubéole
57.686 (1969)
161
-99,72
rubéole congénitale
20.000 (1964-65)
4
-99,98
tétanos
1.560
43
-97,24
242
-98,79
H. influenzae
MMWR, 1997 Morbid Wkly Report
(1923)
20.000 (1984)
Impact de la vaccination sur la morbidité
Données françaises
Avant 1950
Morbidité annuelle
(par million)
Poliomyélite
Coqueluche
Diphtérie
Tétanos
Tuberculose
100
2000 - 10 000
100 - 1000
>30
1000
Après 1992
Morbidité annuelle
(par million)
0
< 50
0
0.5
100-150
Les risques liés à une interaction
particulière entre un vaccin et un
organisme
MMWR 1996, 45 RR 12
Rougeole
Maladie naturelle
Eruption, T¡
100%
Thrombopnie
1/3000
Encphalite
1/1000
Apr
s vaccination
5%
1 / 30,000
1 / million
Oreillons
Polio Oral
Fivre jaune
R M
ning e
Paralysie
l
ta lit
2 / million
1 / 2,5 millions
~ 5 / 1 million
>60 ans: ~ 20/ 1 million
5%
1%
> 50%
Risque maladie /risque vaccinal > 1000
Risque d’effet secondaire grave <1/100 000
Evolution de la morbidité
et effets indésirables
MMWR Rep, 1997 Morbid Wkly
Nombre de cas
maximum
Nombre de cas
en 1997
Variation (%)
diphtérie
206.939 (1921)
5
-99,99
oreillons
894.134 (1941)
135
-99,98
rougeole
152.209 (1968)
612
-99,60
coqueluche
265.269 (1934)
55,519
-97,92
polio
21.269 (1952)
0
-100,00
rubéole
57.686 (1969)
161
-99,72
rubéole congénitale
20.000 (1964-65)
4
-99,98
tétanos
1.560
43
-97,24
H. influenza
20.000 (1984)
242
-98,79
(1923)
Effets indésirables post vaccinaux 11 365
• Vaccination coquelucheuse et atteinte cérébrale ?Effet du
couchage ventral des nourissons.
• Vaccination ROR et autisme ?Etude danoise Sur 537.303
enfants 82% de vaccinés :Aucun lien!
• Vaccins, aluminium et myofasciite ? 100 cas depuis 1993!
• Vaccination Hépatite B et sclérose en plaques ?
• Absence de lien entre la vaccination contre l’hépatite
B chez l’enfant et le risque de survenue ultérieure de
SEP, ..
• ..quels que soient le nombre d’injections et la marque
du vaccin
• Les résultats de l’analyse statistique d’un sous
groupe, a posteriori, présente les caractéristiques
d’un résultat statistique fortuit
Téléchargement