Mécanismes physiopathologiques Cellules sanguines et inflammation

advertisement
UE 2.5 S3
07.09.2010
Mécanismes physiopathologiques
Cellules sanguines et inflammation
1ère ligne de défense
Peau
Bactéries et virus ne peuvent infiltrée que par les pores ou coupures et abrasions.
Sécrétions
pH faible diminuant la possibilité de laisser se multiplier les bactéries
sueur et sébum
Mucus
Contient de la mucine et des sels inorganiques suspendus dans l’eau (salive, bronches, GI etc…).
Travail obligatoire avec les cellules ciliées.
2ème ligne de défense (immunité innée)
1. protéines antimicrobiennes
Lysozymes
(Salive, sécrétions muqueuses, certaines cellules du système immunitaire). Les lysozymes cassent la
chaîne carbohydrate de cellulose de la paroi bactérienne (polysaccharide). Les bactéries éclatent
ensuite par leur pression interne.
Interféron
Sont produits par les cellules infestées par un virus et diffusent dans les cellules voisines, induisant
alors la production de substances chimiques inhibant la réplication virale. Les interférons
augmentent la capacité de phagocytose des cellules phagocytaires.
Le complément
-
augmente la vasodilatation
attire les phagocytes sur le lieu d’infection
aide à l’opsonisation
induit la lyse des bactéries gram – et des cellules infectées
aide à la destruction des Complexes Immuns circulants
1
UE 2.5 S3
07.09.2010
2. cellules phagocytaires
a) les monocytes macrophages
Peuvent vivre des années dans les tissus
-
tapissent les poumons, intestins, muqueuses
déploient des dendrites dans les ganglions lymphatiques pour s’y ancrer (cellules
dendritiques)
sont transportés par la lymphe jusqu’au lieu de l’infection afin de combattre une infection
Le macrophage son origine : le monocyte
-
-
cellules de 15 à 20 micromètre de diamètre
cytoplasme gris ciel d’orage au MGG
membrane plasmique irrégulière
Nombreuses granulations azurophiles : les lysosomes
 représentent 2 à 10% des GB
restent qqs heures (4 à 5) dans le sang périphérique
passent dans les tissus et maturent en macrophage
dans les tissus, ces macrophages deviennent des phagocytes géants
ces cellules géantes sont riches en lysosome et en enzyme corrosives
s’ils doivent combattre une substance étrangère particulièrement grande, les macrophages
fusionnent entre eux : cellule géante à plusieurs noyaux.
Les monocytes-macrophages
Pyrogens
IL-1/TNF alpha
Régulation hypothalamique
Fièvre (inflammation aigue) par phénomène de vasoconstriction et de contraction musculaire.
2
UE 2.5 S3
07.09.2010
Les fonctions des monocytes macrophages
-
fonctions métaboliques
ingèrent et dégradent les chylomicrons (digestion des graisses)
dégradent les protéines
-
fonctions immunologiques
dégradation et présentation de l’Ag aux lymphocytes
-
fonction de détoxification
dégradation et présentation de l’Ag (cible bactérienne par exemple) aux lymphocytes
(mécanismes d’opsonisation, phagocytose)
capture des poussières atmosphériques
élimination des cellules nécrosées (au cours de la cicatrisation)
élimination des GR âgés
L’ensemble des fonctions immunologiques qui caractérisent les macrophages permet de les désigner
comme les inducteurs indispensables de l’immunité en jouant un rôle de premier plan dans la
résistance de l’hôte envers les agents pathogènes.
b) polynucléaires neutrophile
Catégories et spécialités
-
-
le polynucléaire neutrophile
spécialisés dans les réactions bactériennes
le polynucléaire éosinophile
participe aux réactions d’hypersensibilité immédiates et phénomènes d’allergie
intervient dans la destruction des parasites
le polynucléaire basophile
rôle dans les manifestations allergiques de type immédiat
Propriétés :
Propriétés de diapédèse: Capacité du PN (macrophages aussi) de quitter le milieu sanguin en passant
entre les cellules endothéliales.
Propriétés de chimiotactisme: Des molécules telles que l’IL8 sont capables d’attirer les cellules
phagocytaires (les macrophages aussi ont des propriétés de chimiotactisme).
Propriétés de phagocytose: Les PN sont capables de détruire les agents étrangers (de même pour les
macrophages).
3
UE 2.5 S3
07.09.2010
Circulation :
-
-
durée de vie : 24h
restent 6 à 8h dans le sang périphérique
ss forme circulante
ss forme marginée (démarginalisation par corticoïdes, infection)
meurent sur place : forment le pus
Fonction :
-
-
-
Le polynucléaire neutrophile
Action bactéricide
o Granulations primaires: MPO, Hydrolases,lysosyme
o Granulations secondaires: Lysosyme , collagénase
Le polynucléaire éosinophile (système digestif, poumons..)
Participe aux réactions d’hypersensibilité immédiates et phénomènes d’allergie
Intervient dans la destruction des parasites
o ECP( Eosinophile Cationic Protein)
o MBP (Major Basic Protein)
protéines contenues dans les cristalloides
Le polynucléaire basophile (poumons)
Rôle dans les manifestations allergiques de type immédiat
Possèdent des récepteurs pour le fragment Fc des IgE
o Quand contact avec un Allergènes pour la deuxième fois =>Pontage et fixation
entrainant la dégranulation du PB, responsable des manifestations d’allergie.
Conséquences :
-
Polynucléaire meurent sur place : pus
L’acide chlorhydrique libéré entraine aussi des dommages tissulaires inflammatoires
4
UE 2.5 S3
07.09.2010
3. les lymphocytes NK (Natural Killer)
-
-
c’est le plus agressif des systèmes de défense
classés dans les lymphocytes (mais sans en être vraiment)
leur fonction est de :
détruire les cellules infectées
détruire les cellules cancéreuses
aider à la régulation des autres réponses immunes
Les cellules NK tuent spécifiquement les cellules qui ne possèdent pas ou pus le Killer
Inhibiting marker (KIR)
ces cellules ne st pas phagocytaires
les NK s’attachent aux cellules anormales reconnues, relarguent la perforine (enzyme qui
perfore les membranes cellulaires) et entraine la lyse cellulaire.
L’inflammation (rappel)
L’immunité innée : conclusion
Elle est souvent suffisante pour neutraliser la plupart des menaces journalières => 2ème ligne de
défense.
3ème ligne de défense
Quad les 2 premières lignes sont dépassées, la 3ème ligne de défense entre en jeu. C’est le système de
réponse immune adaptée.
Cette ligne de défense :
-
est spécifique
éduque des lymphocytes dirigés contre un « envahisseur » spécifique
entraine la fabrication d’Ac qui ont pour « cible » un Ag étranger spécifique
Les cellules impliquées dans la 3ème ligne de défense :
-
les lymphocytes
cellules à haut rapport nucléocytoplasmique
7 micromètre de diamètre
Forme régulière et arrondie
Chromatine dense sans nucléole
Cellules responsables de fonctions spécifiques immunitaires
5
UE 2.5 S3
07.09.2010
Deux catégories principales:
-
-
Les lymphocytes B:
 Responsables de l’immunité humorale (ethy. « humeur ») et capables de fabriquer des
anticorps.
Les lymphocytes T:
 Participent à la réponse immunitaire humorale en stimulant ou en freinant la
production d’anticorps par les lymphocytes B.
 Sont également impliqués dans l’immunité cellulaire et sécrètent des cytokines et
lymphokines.
les macrophages : cellules présentatrices d’Ag
Pourquoi les Ac ?
-
Sont spécifiques et reconnaissent la cible
Opsonisent la cible
La cible est alors plus facilement reconnaissable par les cellules de la deuxième ligne de
défense: Polynucléaires et macrophages.
Le système immunitaire devient beaucoup plus efficace et bien ciblé
6
UE 2.5 S3
07.09.2010
Le bilan biologique
La numération
-
Recueil du sang total sur tube EDTA
Rôle EDTA : chélate le Ca
Les marqueurs de l’inflammation et de l’infection
-
La CRP : C Reactiv Protein
La PCT : Procalcitonine
La VS : Vitesse de sédimentation
PCT >1microgramme/L : marqueur plus spécifique de l’infection bactérienne
CRP : marqueur de l’inflammation >10mg/L jusqu’à 200 ou 400mg/L
7
UE 2.5 S3
07.09.2010
La vitesse de sédimentation: Test non spécifique de l’inflammation.



Il consiste à mesurer le temps que mettent les GR à sédimenter.
En présence d’une augmentation des molécules de l’inflammation (en particulier le
fibrinogène), les GR ont tendance à coller entre eux, les amas de GR sont plus lourds que les
GR seuls et « tombent plus vite »
Le résultat est exprimé en mm (millimètres)/h
Lors d’une infection bactérienne
-
Les macrophages relarguent l’IL6. Cette dernière entraine l’augmentation de synthèse de la
CRP (C reactive Proteine) par le foie.
La CRP (protéine de l’inflammation) aide les polynucléaires à la diapédèse et à atteindre leur
cible.
La PCT (procalcitonine) augmente lors d’infection bactérienne sans que l’on sache si la
procalcitonine intervient dans le réaction contre l’hôte pathogène. Rôle réel encore peu
connu dans ce domaine.
 L’ensemble des réactions immunologiques entraînent l’augmentation de
fabrication des cellules sanguines par la moelle osseuse.
 Le GM-CSF , hormone de croissance de la lignée granuleuse par exemple, atteint
la moelle et sollicite la fabrication de nouvelles cellules de la lignée granuleuse
pour intervenir dans l’infection:
L’HEMATOPOIESE
8
Téléchargement