Télécharger le diaporama de la soirée du 12 Mars

publicité
Flyer
ANTICANCÉREUX ORAUX
À DOMICILE:
ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE
ET MODE D’EMPLOI
Emmanuelle ARFE
Infirmière – Cadre de santé
Chargée de projet
PLAN CANCER 3
Sécuriser la prise en charge des patients
traités par anticancéreux oraux
Axe 3 : la formation des professionnels
Mettre à disposition des professionnels des formations continues sur les chimiothérapies orales.
Soutenir la formation des professionnels en matière de promotion de l’éducation thérapeutique
en chimiothérapie orale
Axe 4 : l’information du patient/éducation thérapeutique
Définir et diffuser auprès du public des modalités d’utilisation des chimiothérapies orales, la
prévention et la gestion des toxicités
Mettre à disposition des assurés des informations de bon usage sur les chimiothérapies orales
Développer l’éducation thérapeutique en cancérologie.
APPEL À PROJET INCA
A destination des patients de la Région Midi- Pyrénées
« Promouvoir l’éducation thérapeutique (ETP) en chimiothérapie orale :
soutien à la formation des professionnels de santé ».
Déposé par l’ICR-IUCT-O en réponse à l’AO INCa
Proposé en partenariat avec :
* Oncomip
* Le département universitaire de Médecine Générale
* les associations de professionnels de santé
* Le soutien de l’ARS
3 axes
Sensibilisation à la chimiothérapie orale
Formation à l’éducation thérapeutique
Construction d’un programme d’éducation thérapeutique
SOIREE D’INFORMATION
AUX ANTICANCEREUX ORAUX
1ère partie:
Apporter une information claire et pratique sur le
bon usage des anticancéreux oraux
Rôle de l’éducation thérapeutique dans la bonne
gestion des anticancéreux oraux
2è partie:
Table ronde: Répondre aux questions, échanger
THÉRAPEUTIQUES ORALES :
DE QUOI PARLE-T-ON ?
Dr.Karine SALIGNON
Oncologue Médicale
ANTICANCEREUX ORAUX EN VILLE
ANTICANCEREUX ORAUX EN OFFICINE
EXEMPLES DE BÉNÉFICES
Sein
Plus de 80% des patients préfèrent la chimiothérapie par voie orale. J Clin Oncol. 1997 Jan; Eur J Cancer. 2002 Fev
Plusieurs résultats laissent entendre que la forme orale obtiendrait de meilleurs résultats que son
pendant par voie intraveineuse ou permettrait d'augmenter l'effet d'autre médicament comme le
Taxotère®. Breast Cancer Res Treat. 2001 Oct; J Clin Oncol. 2002 Juin 15
Poumon
Anti EGFR
Rein
Sunitinib
ANTICANCEREUX ORAUX
Hormonothérapie
Chimiothérapie orale
Thérapies ciblées
L’HORMONOTHERAPIE
Bloquer la synthèse des hormones de l'organisme ou les
empêcher d’agir.
Les mécanismes d’action:
•
Blocage de la synthèse de l’hormone stimulante
•
Fixation « compétitive » sur le récepteur hormonal
•
Inhibition de la synthèse des hormones ou du dérivé
actif
EXEMPLE HORMONOTHERAPIE
HORMONOTHÉRAPIE
Liste non exhaustive
Anandron®
Androcur®
Arimidex®
Aromasine®
Casodex®
Distilbène®
Eulexine®
Fareston
Farlutal®
Femara®
Megace®
Tamoxifène
CHIMIOTHÉRAPIES ORALES
Traitements médicamenteux ayant pour but la
destruction des cellules cancéreuses par des
mécanismes non spécifiques
Traiter la maladie, en association avec la chirurgie
et/ou la radiothérapie
Stabiliser la maladie et ralentir son évolution
permettant une vie normale
Soulager le malade en réduisant le volume de la
tumeur (chimiothérapie palliative)
EXEMPLE de CHIMIOTHERAPIE ORALE
AGENTS CYTOTOXIQUES
(liste non exhaustive)
Alkéran
Belustine® Lysodren®
Celltop® Methotrexate®
Temodal®
Chloraminophène® Myleran®
Thalidomide
Endoxan® Navelbine®
Estracyt® Fludara®
Purinethol® Vercyte®
Revlimid® Xagrid®
Hexastat® Xeloda®
Hydrea® Zavedos®
LES THERAPIES CIBLEES
Traitements dirigés contre des cibles moléculaires qui
peuvent être des récepteurs cellulaires, des gènes,
des protéines, des enzymes
Spécificité d’action
Identification de la présence de
la cible (Ana-path. Bio. Mol.)
Effets secondaires spécifiques
à chaque molécule
EXEMPLE DE THERAPIE CIBLEE
THÉRAPIES CIBLÉES
(liste non exhaustive)
Iressa®
Glivec®
Nexavar®
Tarceva®
Tyverb®
Sutent®
Sprycel®
Votrient®
Afatinib
Crizotinib
Axitinib
Tasigna®
LES PRINCIPALES
TOXICITES
Dr. Nathalie CAUNES-HILARY
Oncologue Médicale
TOXICITES
DES CHIMIOTHERAPIES ORALES
Alopécie
Muqueuse
Mucite
Cardiaque
Cardiopathie-IVG
Toxicité cutanée
Hyperpigmentation,
Syndrome main-pied
Eruption cutanée
Reproduction
Stérilité
Hypofertilité
Toxicité digestive
Nausées
Vomissements
Gastrite
Diarrhée, constipation
Toxicité générale
Asthénie
Myotoxicité
Douleurs musculaires
Hématologique
Leuco-neutropénie,
Thrombopénie Anémie
Neurotoxicité
Paresthésies
FOCUS SUR LA NEUTROPENIE FEBRILE
•
Fièvre >38.3 C ou >=38 C à 2 reprises à 1 heure
d’intervalle sans prise de paracétamol
•
Moins de 500 neutrophiles ou <1000/mm3 et
attendus <500/mm3 dans les 48h.
EN PRATIQUE
DEVANT UNE FIEVRE
Faire réaliser une NFS + Plaquettes
En fonction de l’état clinique et d’absence de point d’appel
Maintien à domicile si:
Le médecin traitant peut assurer un suivi sur 48h
Une structure d’urgence est proche
Un entourage est présent à domicile
Contact téléphonique possible
Patient compliant
Voie orale possible
TRAITEMENT D’UNE NEUTROPENIE FEBRILE
À DOMICILE
En oncologie médicale
Amoxicilline/acide clavulanique 1g 3 fois par jour
Ciprofloxacine 750mg 2 fois par jour
Si allergie aux bétalactamines:
Clindamycine 600mg 3 fois par jour
Ciprofloxacine 750mg 2 fois par jour
Ne pas prescrire de paracétamol ou d’AINS
EN CAS DE NAUSEES, VOMISSEMENTS
Chercher d’autres étiologies
Traitement classique : Primpéran®, Vogalène®
Sétrons : Zophren®, Kytril® …
Anxiolytiques
Cortisone
Règles hygiéno-diététiques
EN CAS DE SYNDRÔME MAIN-PIED
Soins locaux
+/- avis spécialiste pour évaluation de la
poursuite du traitement
TOXICITES
DES THERAPIES CIBLEES ORALES
Cutanée
Folliculite
Eruption cutanée
Syndrome main-pied
Cardiovasculaire
HTA
Muqueuse
Pulmonaire
Aphtes, mucite
Pneumopathie
interstitielle
Digestive
Diarrhée
Rénale
Protéinurie
Générale
Asthénie
Biologique
Dyslipidémie, hyperglycémie,
dysthyroïdie
TOXICITE CARDIAQUE
OU PULMONAIRE
HTA, insuffisance cardiaque (rare) (Sutent®, Nexavar®)
Consulter un cardiologue si doute
Pneumopathie interstitielle (Tarceva®, Iressa® …)
Avis spécialisé
TOXICITE CUTANEE : fréquente
Eruption Acnéiforme Inflammatoire
Soins locaux avec émollient
Doxycycline ou Lymecycline en cas de surinfection +/- en systématique et
éviter Minocycline)
Toxicité péri-unguéale
Soins locaux
Pédicure ou dermatologue pour
geste local
Syndrome main-pied
Crème riche en urée
Dermocorticoïdes puissants
Antalgiques
SURVEILLANCE BIOLOGIQUE
En fonction du traitement spécifique
Prescrite dans un premier temps par l’oncologue
Vigilance du médecin traitant  modification posologique des
traitements ciblés
TOXICITE DE L’HORMONOTHERAPIE
ALOPÉCIE
XEROSE
GÉNÉRAL
Asthénie
Bouffées de chaleur
Prise de poids
GYNÉCOMASTIE
DIGESTIF
Nausées
SPHÈRE GÉNITALE
Aménorrhée
Hyperplasie endomètre
Cancer utérin
HYPERCHOLESTÉROLÉMIE
APPAREIL
LOCOMOTEUR
Douleurs articulaires
Ostéoporose
RISQUE THROMBO-EMBOLIQUE
FOCUS SUR…
Prise de poids
Activité physique adaptée, règles hygiéno-diététiques
Douleurs articulaires
Antalgiques palier 1 ou 2
Troubles des fonctions sexuelles
Consultation oncosexologie
Ostéoporose
Densitométrie osseuse, Bilan vitamino-calcique, Biphosphonates
Hypercholestérolémie
Règles hygiéno-diététiques, surveillance biologique, traitement si besoin
LES ANTICANCEREUX ORAUX
Arsenal thérapeutique innovant
Efficacité démontrée
Effets indésirables
Interactions médicamenteuses
Absence d’abord veineux
Observance pas garantie
Pas d’hospitalisation
Autonomie
Perception de solitude
Avancée majeure
dans la prise en charge
Risques liés à des
défauts de coordination
 IMPLIQUE DE REPENSER
LES ORGANISATIONS
DES OUTILS
D’APPROPRIATION
POUR LES
PROFESSIONNELS
Florence LOSTE
Chef de projet ONCOMIP
Dr.Camille LOUIT
Médecin généraliste ONCOMIP
LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DE MIDI-PYRÉNÉES
PRÉSENTATION
Assemblée générale
-72 établissements de santé + centres de radiothérapie
dont 33 établissements autorisés
-8 réseaux de santé
-6 associations de patients
-URPS médecins
Conseil d’Administration
Entité Décisionnelle
Historique
1999
Convention constitutive
2004
Association Loi 1901
Président : Bernard Couderc
2007
Fusion avec Hématomip
2008
Fusion avec Oncomip Pédiatrique
Bureau
Entité Exécutive
Présidente : Pr. Rosine Guimbaud
2010
Reconnaissance par l’Institut National du Cancer
2012
Présidente : Rosine Guimbaud
Cellule de Coordination
17 salariés
Entité opérationnelle - Dr. Eric Bauvin
Oncomip Pédiatrique - Dr. Anne-Isabelle Bertozzi
33
LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DE MIDI-PYRÉNÉES
PRÉSENTATION
1 Cellule de coordination
23 groupes de travail pluridisciplinaires
Près de 500 professionnels de santé
Missions
Amélioration de la qualité des pratiques en
cancérologie
 Référentiels
 Dossier Communicant de Cancérologie
 Evaluation
 Information
 Formation
 Missions de coordination des acteurs
34
Dossier Communicant de Cancérologie
Pour accéder au DCC, contacter oncomip : 05 31 15 65 00
Possibilité d’alimenter
le Dossier Médical
Personnel
Programme
Compte rendu de la
Personnalisé
de
Réunion de
soins
Concertation
Pluridisciplinaire
DOSSIER COMMUNICANT
DE CANCEROLOGIE – V3.0
Accès par le dossier patient
de l’établissement
Accès par carte CPS
Ou par compte et mot de passe
Ou par compte et mot de passe
Médecins et Pharmaciens
d’établissement
Infirmières
libérales (1)
Nouvelle version
Fiche RCP conforme au
standard et
personnalisable
Medimail
Pharmacien
d’Officine (1)
LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE DCC
Médecins
libéraux
(1) – Réflexion en cours
45
48
WEB KEE
http://www.iuct-oncopole.fr/education-therapeutique
60
DU COTE DES PATIENTS
Frédéric DESPIAU
Cadre de Santé
Département Oncologie Médicale
IUCT
SCÈNE DE VIE
« Oh docteur, ce week end c’était terrible: mal au
ventre, mal à la tête, j’ai pris ce que j’avais, c’est
mieux mais…. »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
Ne prendre aucun autre
médicament sans en référer
au médecin
SCÈNE DE VIE
« J’adore ma petite tisane de
millepertuis le soir!! »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
Les dangers de certaines interactions:
Phytothérapie, jus de pamplemousse,
tisanes…
SCÈNE DE VIE
« Je ne savais plus si je l’avais pris, vous comprenez
c’était l’anniversaire de mon fils!
Dans le doute en rentrant j’en ai repris un »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
En cas d’oubli, ne pas doubler la prise
suivante ou augmenter le nombre de
prise.
SCENE DE VIE
« Quand j’ai vu le prix sur la boîte!
Il m’en reste, je fais quoi des boites? »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
Rappeler de ne pas jeter les
traitements inutilisés ou les
emballages à la poubelle, et de
les rapporter au pharmacien.
SCENE DE VIE
« Je mange normalement mais j’ai de la diarrhée
depuis 3 jours? »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
DIARRHEE
• Eviter le café, les boissons glacées, le lait, les fruits et
légumes crus, les céréales, le pain complet et l’alcool
• Boire au moins 2 litres par jour
• Privilégier les féculents, les carottes et les bananes
SCENE DE VIE
« Je prends ce comprimé et j’ai toujours cette
sensation de nausée! »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
NAUSEES – VOMISSEMENTS
•
Boire lentement entre les repas des boissons
légèrement fraîches ou à température ambiante
•
Eviter les aliments frits, gras ou épicés. Manger
lentement
•
Faire plusieurs repas légers
SCENE DE VIE
« Cela fait 3 jours, j’ai le ventre ballonné
Je n’y arrive pas… »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
CONSTIPATION
•
Pratiquer une activité physique adaptée régulière
•
Privilégier les aliments riches en fibres
•
Boire au moins 2 litres d’eau par jour
SCENE DE VIE
« J’ai la bouche pâteuse, je ne peux rien garder dans la
bouche, ça fait mal! »
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
IRRITATION, ULCERATION DE LA BOUCHE
•
Utiliser une brosse à dent souple, un dentifrice doux et un bain de
bouche sans alcool
•
Privilégier une alimentation liquide, froide, dépourvue d’acidité
SCENE DE VIE
Cancérobobo
Suite à cette question,
quel sujet pouvez-vous aborder avec un patient traité
par un anticancéreux oral?
EDUCATION THÉRAPEUTIQUE
Dr. Camille VINSON
Pharmacienne
LES IMPASSES!!
Il me semble vous l’avoir
déjà dit?
Je sais mais c’est
impossible!
Pourquoi
vous ne l’avez pas
pris?
Je dois en prendre 3 à
chaque repas?
Il est marrant
mais c’est
pas simple!
J’ai beau lui
dire, c’est
toujours pareil!
Je
comprends
rien!
Deccache 1989
CANCER: UNE MALADIE CHRONIQUE
« Une maladie chronique est un problème de santé qui
nécessite une prise en charge pendant plusieurs années. »
Cancer: maladie chronique dans les faits
Grâce à l’avancée des prises en charge:
Diagnostic plus précoce, Soins de support…
Grâce à l ’évolution des thérapeutiques
Prolongation de la survie, Amélioration de la qualité de vie
EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT
Définition
Elle vise à aider les patients à acquérir ou
maintenir les compétences dont ils ont besoin
pour gérer au mieux leur vie avec une maladie
chronique [OMS]
Processus centré sur le patient, continu,
planifié, régulier, multi-professionnel, intégré à
la démarche de soins
Démarche construite avec et pour le patient
DES ETUDES
DEMONTRE QUE L’ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE A UN IMPACTSUR:
•
La prévention: facteurs de la récidive, complications Johnson J. Cancer Nursing 1982
• Les adjuvants de la thérapeutique: observance chimiothérapie,
hormonothérapie Diekmann JM. Cancer Nursing 1988
•
La gestion des effets secondaires Grahn and Johnson J. Scandinavian Journal of caring science 1990
•
La gestion des risques inhérents au traitement
•
Le niveau d’anxiété Todd k., Roberts s. Black c. European Journal of Cancer Care 2002; 11: 271–279
•
La connaissance de la maladie, du matériel, du traitement
•
L’habilité à communiquer à propos de leur maladie Grahn G European Journal of Cancer Care 1996
•
L’employabilité Taina Taskila-Abrandt and al. European journal of cancer 2004
Grahn G. European Journal of cancer care 1996
Grahn G., Danielson M. Ulander K. Cancer Nursing 1999; 22: 79-84
EDUCATION THÉRAPEUTIQUE
Objectifs pour le patient
Acquérir des
connaissances
compétences
sur la maladie
et le traitement
Arriver à faire
une place
acceptable
à cette maladie
dans sa vie
Comprendre
sa maladie
S’approprier
sa maladie
Trouver
une autonomie
Continuer à
se développer
Grandir
Evoluer
Utilisation d’un vocabulaire spécifique.
Adopter un rythme de vie prenant en
compte la fatigabilité.
Prioriser les symptômes.
Programme
personnalisé
d’ETP
La lutte contre le cancer
Identifier le rôle respectifs des
professionnels de santé
S’écouter.
Répondre aux sollicitations de
l’entourage.
Expliquer.
Appréhender le regard des
autres sur l’alopécie
Gérer l’inconnu du pronostic
DIAGNOSTIC EDUCATIF
PERSONNALISE
Que sait-il?
De sa maladie, du traitement, des recommandations, de ses représentations, de la
manière de chercher de l’aide…
Que fait-il?
Comment gère t-il les incidents, sa vie avec la maladie. Comment apprend-il? Cherchet-il à apprendre? Quel rôle a –t-il dans les soins?...
Que pense-t-il, que vit-il?
Quels sont les soutiens, que signifie la maladie pour lui, quel sentiment a-t-il envers la
maladie, comment se projette –t-il?…
Que devient-il?
Quelle stabilisation de son état de santé? Quelle est sa maîtrise des risques, Les
paramètres biophysiologiques sont-ils stables?...
DES SEANCES COLLECTIVES ou
INDIVIDUELLES
 Sensibilisation: Prendre conscience
 Information: Savoir
 Apprentissage: Savoir faire
 Motivation: Avoir envie
 Support psychosocial: être soutenu dans la recherche de ressources
EDUCATION ≠ INFORMATION
LIENS VILLE - HOPITAL
Organisation de sessions d’éducation
dans le cadre d’un programme structuré
d’éducation thérapeutique
Simplifier le schéma / traitements
associés
Inciter à l’utilisation de piluliers et carnets
de suivi
Elaborer des outils mnésiques
Mise en place de suivi téléphonique type
COACH – AMA
UNE ÉVOLUTION
DU SYSTÈME DE SANTÉ
Temps dédié en consultation et disponible pour
les professionnels de santé
Rémunération des actions d’information et
d’éducation
Continuité des soins et des interlocuteurs
Partage d’informations entre professionnels
Stratégies de communication avec les patients
EDUCATION THÉRAPEUTIQUE
POUR EN SAVOIR PLUS…
Emmanuelle ARFE
Infirmière – Cadre de santé
Chargée de projet
POUR EN SAVOIR PLUS…
Formation à l’éducation thérapeutique
40h, Formation inscrite au DPC, Payante
Sur votre territoire (Toulouse, Auch, Foix, Tarbes, Cahors,
Albi, Rodez, Montauban)
En ligne: http://www.iuct-oncopole.fr/education-therapeutique
Par Téléphone: 05 31 15 55 29
Par mail: [email protected]
CO-CONSTRUIRE UN PROGRAMME
d’ETP
UN PROGRAMME D’ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE
« ANTICANCÉREUX ORAUX »
co-construit par des professionnels libéraux, des
patients et des professionnels hospitaliers.
INSCRIPTION:
arfe.emmanuelle @iuct-oncopole.fr
TEL: 05 31 15 51 10
MERCI
A tous les professionnels
Qui exercent à l’hôpital, en libéral, en HAD, en
réseau…qui ont participé à l’élaboration de cette
présentation et permis sa diffusion
NOS PARTENAIRES
Réseaux territoriaux
Midi Pyrénées
NOS PARTENAIRES
MERCI POUR VOTRE ATTENTION
TABLE RONDE
2è partie
Table ronde – Questions / Réponses
M.Frédéric Despiau - Infirmier Cadre de Santé
Dr.Philippe AUFRERE – Pharmacien d’officine
Dr.Frédéric DEGRAEVE - Médecin généraliste HAD
Les orateurs de la 1ère partie
Téléchargement
Explore flashcards