L`évolution du territoire - Archives de la Ville d`Aubervilliers

publicité
Des Albertivillariens
face à la précarité
Une ville en mutation
Observatoire de la Société locale,
Anne Foussat
16/10/2010
L’héritage
• Des logements petits et insalubres
• (42 % de 1 et 2 pièces en 2007)
• et une forte proportion de parc social
• (39 % des ménages habite un logement social en 2007)
• Une population cosmopolite et précaire
• …et les suites de la désindustrialisation du
point de vue de l’emploi et du chômage
Une part importante de chômeurs
35,0%
Taux de chômage des 15 à 64 ans en 2007
30,0%
28,7%
27,7%
25,7%
%/Ens. Actifs
Source : RRP
%/Actifs 15 à 24 ans
25,0%
20,8%
20,0%
21,6%
20,3%
18,9%
16,3%
15,0%
10,8%
11,0%
10,0%
5,0%
0,0%
Ile-de-France
Seine-Saint-Denis
Plaine Commune*
Aubervilliers
* Plaine Commune = Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, Ile-Saint-Denis,
La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains, Villetaneuse
France
métropolitaine
Un accroissement du nombre d’emplois
Emplois occupés à Aubervilliers
Emplois des Albertivillariens &
11 00011 000
1 797
9 000 9 000
352
Source : RGP 1999 & RRP 2007
1 729
7 000 7 000
Emplois des
Albertivillariens
en 1999
5 000 5 000
accroîssement entre
1 019
1999 et 2007
901
1 657
3 000 3 000
783
148
58
1 000 1 000
-7
-3
-1 000 -1 000
-476
Agriculteurs Ouvriers
Ouvriers
Agriculteurs
exploitants
exploitants
Employés Professions
Professions Cadres,Cadres,
Artisans,
Employés
Artisans,
intermédiairesProfessions
ProfessionsCommerçants,
Commerçants,
intermédiaires
intellectuelles
Chefs d'entreprise
intellectuelles
Chefs d'entreprise
Emplois occupés dans la ville en 1999
supérieures
supérieures
INEGALITES TERRITORIALES – CONTEXTE REGIONAL
La pauvreté était davantage dispersée en 1984
Elle est plus prégnante en banlieue nord et sud-est en 2005
1984
2005
83 communes en D1
196 communes en D10
39 communes en D1
142 communes en D10
Brigitte Guigou, Mariette Sagot
Mixité sociale ou bipolarisation ?
Evolution des revenus des ménages fiscaux par Unité de Consommation et
par déciles à Aubervilliers
Source : INSEE (DGI) 9ème décile
1er décile
2 502 €
2008
25 491 €
25 001 €
2007
2 610 €
2006
2 546 €
2005
2 421 €
2004
2 361 €
23 060 €
2003
2 548 €
22 833 €
2002
2 552 €
22 934 €
2001
2 542 €
0€
5 000 €
24 197 €
23 512 €
22 633 €
10 000 €
15 000 €
20 000 €
Hors revenus de solidarité : AAH, API,
Minimum vieillesse, RAS,…
25 000 €
30 000 €
Une dépendance aux revenus de
solidarité
30,0%
% d’allocataires dont le revenu est constitué à 100 % de prestations sociales
versées par la Caisse d'Allocations Familiales en 2008
Source : CAF
24,9%
25,0%
20,0%
22,3%
19,6%
12,9%
15,0%
10,0%
5,0%
0,0%
Aubervilliers
Plaine Commune*
Seine-Saint-Denis
* Plaine Commune = Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, Ile-Saint-Denis,
La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains, Villetaneuse
Ile-de-France
Un accroissement de la population
Albertivillariens par tranche d'âges en 2007 &
variation depuis 1999
488
Source : RGP 1999, RRP 2007
75&+
60-74
251
T ranches d'âges
en progression
1999
+ 2007
2 039
45-59
2 128
30-44
15-29
3 374
0-14
2 287
0
5 000
10 000
15 000
20 000
Plus de diplômés et de non qualifiés
Effectifs Evolution du niveau de diplôme de la population de 15 ans et plus non scolarisée
50 000
1 916
4 156
3 333
1 485
2 433
3 667
Diplôme de niv
sup
2 666
40 000
8 670
4 788
Diplôme niv
BAC+2
7 972
30 000
20 000
7 307
9 321
BAC Brev
profes
32 639
25 607
27 613
CAP BEP
Aucun diplôme,
CEP, BEPC
10 000
Source : RGP, RRP
0
Aubervilliers
1990
Un écart avec
1999
% aucun diplôme,
l’Île-de-France
CEP, BEPC
Aubervilliers
55%
Ile-de-France
32%
Source : Insee, RP2007
2007
% BAC
plus 2 ou
14%
34%
Une population de plus en plus
cosmopolite
Effectifs
30 000
25 000
20 000
Evolution de la population étrangère à Aubervilliers
Source : RGP, RRP
27,0%
24,5%
34,1%
29,7%
35,0%
30,0%
29,7%
25,0%
20,0%
15 000
25 097
10 000
40,0%
17 700
18 319
20 052
18 734
5 000
15,0%
10,0%
5,0%
0,0%
0
1975
1982
1990
1999
2007
Rencontre européenne concernant la lutte contre la
pauvreté et l’exclusion sociale
Dossiers :
Epicéas – épicerie solidaire et maison des solidarités
Conseil local de prévention des exclusions et de promotion de l’économie solidaire
Coopaname – coopérative d’entrepreneurs
Foyers de travailleurs migrants
Village d’accueil de familles roms
Régie de de quartier Maladrerie – Emile Dubois
Epicéas – épicerie solidaire et maison des solidarités
Epicéas est une association créée en 2000, dont l’objectif initial est de gérer une épicerie sociale et de créer une maison des solidarités.
Cette structure est portée par la Ville d’Aubervilliers, le CCAS et des associations œuvrant dans le domaine de l’aide sociale, comme La Main
tendue, le Secours Catholique, le Secours Populaire, l’Association Solidarité Emploi d’Aubervilliers…
L’épicerie sociale, en partenariat avec la Banque alimentaire et l’Association nationale de développement des épiceries solidaires (ANDES),
propose une aide alimentaire à des personnes orientées par des travailleurs sociaux.
Les bénéficiaires peuvent faire leur achat (10% du prix réel des denrées) parmi une gamme de produits alimentaires et d’hygiène. En 2009, 701
ménages représentants 2 611 personnes ont bénéficié de cette prestation, alors qu’en 2008, les bénéficiaires étaient moins nombreux (566
ménages, soit 2 125 personnes).
Parallèlement à l’aide alimentaire, Epicéas, maison des solidarités, propose des activités d’insertion sociale : ateliers de valorisation de l’individu,
écrivains publics, ateliers linguistiques, permanences associatives, accès aux loisirs et à la culture…
L’association fonctionne avec une équipe de bénévoles, une coordinatrice salariée et des professionnels mis à disposition par le CCAS (conseillère
en économie sociale et familiale, agents administratifs…).
En développant dans de nouveaux locaux un nouveau dispositif d’hébergement d’urgence qui sera regroupé avec l’épicerie sociale et ses activités
d’insertion sociale, l’association Epicéas souhaite renouveler son projet de « Maison des Solidarités », en cohérence avec son objet associatif.
L’association propose ainsi une offre complémentaire, à destination de personnes en difficultés pour mieux agir contre l’exclusion sociale, avec la
création d’un Centre d’Hébergement.
Ouvert toute l'année, cet équipement permettrait d'offrir un hébergement semi-collectif, pour 35 personnes en situation de marginalisation et
d'exclusion de la vie sociale, avec pour objectif :
oAssurer un accueil en urgence, proposer un hébergement pour des hommes, femmes, seuls, en couple et/ou avec enfant(s) ayant recouru au
numéro vert (115), aux services sociaux, aux commissariats de police ou suite à l'intervention des maraudes.
oHébergement des personnes en chambres individuelles, adaptées à la taille du ménage, et équipées d’une salle d’eau et de toilettes.
oRestauration sur place par la mise à disposition d’une cuisine collective et une salle commune.
oProposer un accompagnement social individualisé, en partenariat avec les travailleurs sociaux orienteurs.
Conseil local de prévention des exclusionset de promotion de l’économie solidaire
Le volet « Agir pour tous » du contrat d’engagements municipal mars 2008 - mars 2014 d’Aubervilliers, prévoyait la création d’un Conseil local de prévention des exclusions
et de promotion de l’économie solidaire.
Le 17 octobre 2008, à l’occasion de la Journée Internationale du Refus de la Misère, le Maire d’Aubervilliers a créé le Conseil Local de Prévention des Exclusions et de
Promotion de l’Economie Solidaire (CLPEPES), en présence de Bernard Seillier, Président du Comité National de Lutte contre les Exclusions et d’élus du Conseil régional
d'Île-de-France.
Le pilotage du CLPEPES a été confié par Monsieur le Maire à Madame Christine Ratzel, Maire-adjointe chargée de l’économie solidaire et de la coopération décentralisée,
qui anime ce Conseil en concertation avec les autres élus municipaux.
Les travaux du CLPEPES doivent permettre de développer une politique locale prenant en compte les besoins des nos concitoyens les plus précaires, avec les objectifs
suivants :
o
valider les projets municipaux à caractère social et de lutte contre les exclusions
o
réaliser et diffuser un inventaire des dispositifs existant sur la ville
o
définir et mettre en œuvre des actions prioritaires
o
associer les habitants au débat municipal concernant la solidarité et l’exclusion
o
inscrire un volet économie sociale et solidaire dans les grands projets de la ville
o
soutenir les acteurs locaux de l’insertion par l’activité économique
o
développer l’accès aux droits et la concertation des intervenants
o
soutenir l’initiative des habitants et la création de dynamiques solidaires
o
favoriser la création d’activités et d’emploi pour des personnes en situation d’exclusion
Le CLPEPES est une instance de réflexion et d’élaboration de projets sur les questions de l’exclusion, de la pauvreté et du développement de l’économie solidaire.
Les travaux du CLPEPES ont pour vocation de mobiliser les élus et services municipaux, des représentants de l’Etat et des collectivités partenaires, les services publics
locaux, les acteurs associatifs et des habitants d’Aubervilliers.
Le CLPEPES participe à une meilleure connaissance des phénomènes et des processus d’exclusions sur le territoire. L’enjeu est de regrouper et coordonner l’ensemble
des acteurs locaux, au-delà des seuls dispositifs institutionnels.
Le CLPEPES a pour mission d’approfondir les connaissances sur la pauvreté, en utilisant et réactualisant les outils de mesure existants. Les travaux du CLPEPES
permettront d’élaborer un Plan local de lutte contre les exclusions, notamment dans le cadre de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale 2010.
Par ailleurs, les relations mises en place depuis mars 2008 avec les acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire ont permis d’affirmer un appui aux structures locales
d’insertion par l’activité économique et de soutenir le développement d’initiatives (microcrédit avec ADIGO, coopérative d’activités Coopaname, logements-relais avec
Realise, Foires des savoir-faire 2008 et 2009 avec Plaine Commune, mois de l’ESS 2009 avec l’Atelier, projet lauréat de l’appel à projet ESS 2009 de Plaine Commune…).
Outre la poursuite et le développement du CLPEPES, les thèmes prioritaires programmés pour l’année 2010 devront permettre de développer des solutions locales,
concrètes et durables en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, notamment sur les sujets suivants :
o
errance des jeunes adultes dans les quartiers
o
bilan des solutions d’accueil des familles rroms
o
développement du réseau d’écrivains publics
Coopaname – coopérative d’entrepreneurs
Née en 2004 à l’initiative du réseau Coopérer pour entreprendre, Coopaname est une coopérative d’activités et d’emploi (CAE) qui rassemble plus de 400
personnes dans l’ensemble de l’Ile-de-France.
Inventées il y a douze ans, les Coopératives d'Activités et d'Emploi sont nées d'un constat : la création d'une entreprise individuelle ou d'une société n'est
pas une solution adaptée à la plupart des personnes qui souhaitent "se mettre à leur compte" et qui visent avant tout à créer leur propre emploi.
Coopaname, solution d'entrepreneuriat collectif en Ile-de-France, propose à ses entrepreneurs-salariés de :
oNe pas être isolé, en les accompagnant dans la durée et en offrant un cadre favorable aux échanges et collaborations professionnelles.
oSe concentrer sur leur métier, en mutualisant toutes les questions administratives, comptables, fiscales, juridiques.
oSécuriser la démarche entrepreneuriale, avec un statut de salarié qui évite de créer sa propre entreprise et offre davantage de protection sociale.
oPermettre la multiactivité, car deux ou trois activités différentes peuvent faire un seul emploi salarié stable.
Le cœur de l'entreprise est constitué d'une activité d'accompagnement à la création d'activité portée par la poignée de fondateurs de la Coopérative. Cette
activité est financée par différents partenaires de Coopaname, principalement au titre du développement économique du territoire ou de l'aide au retour à
l'emploi. Les autres activités sont celles des entrepreneurs-salariés qui montent, lancent, développent et pérennisent leurs projets au sein de Coopaname.
Chacun se salarie, de manière stable, en fonction du chiffre d'affaires que son activité apporte à la Coopérative. Chaque activité contribue au financement
du projet commun à hauteur de 10 % du chiffre d'affaires qu'elle réalise. La réussite de chacun contribue à la construction d'un collectif fort, qui, en retour,
favorise les projets individuels.
Collectivement, les entrepreneurs-salariés de Coopaname s'offrent du droit du travail, de la sécurité, de la protection sociale, des mutualisations de
charges, des opportunités d'affaires auxquels ils ne pourraient prétendre s'ils étaient travailleurs indépendants ou gérants de leur propre société.
A partir de l’antenne pour le nord-est parisien installée à Aubervilliers, la plateforme d’incubation de Coopaname, créée en 2009, vise à accompagner dans
la durée et dans une dynamique coopérative, des projets portés par des jeunes de Seine-Saint-Denis, de 18 à 30 ans, dès la naissance de l'idée, jusqu’à la
réalisation du projet et la pérennisation des activités et des emplois qu’elles auront permis de créer.
Foyers de travailleurs migrants
Le Foyer de travailleurs migrants (FTM) est un type de logement social systématisé en France par l'État au milieu des années 1950, pour héberger les
travailleurs nord-africains. Héritiers de la politique de logement patronale ou philanthropique des travailleurs isolés mais aussi de l'encadrement colonial des
populations « indigènes », les foyers ont servi ensuite de mode de logement privilégié pour les immigrés isolés issus des anciennes colonies, maghrébins puis
sub-sahariens (Mali, Sénégal) dans les années 1960 et 1970.
Même si la population de ces foyers, rebaptisés « résidences sociales », évolue, en fonction des politiques menées par les organismes gestionnaires, les
résidents des foyers restent en grande partie des migrants isolés, dont la situation professionnelle et sociale est précaire, éloignés de leur famille et connaissant
mal leurs droits. En 2004, 140 000 personnes (dont 30 000 résidents de nationalité française) vivaient officiellement en France, dans 700 foyers de travailleurs
foyers, 45% des lits étant situés en Ile-de-France. La ville d’Aubervilliers compte 7 foyers et résidences sociales de travailleurs migrants, répartis sur 5 quartiers
et offrant une capacité d’accueil de 1 520 places, soit près de 2% de la population de la ville
Si l’entretien ou les réhabilitations se traduisent par une amélioration sensible des conditions de vie pour les résidents, elles signifient aussi une augmentation
des loyers, ainsi que des contraintes plus importantes sur la vie collective. Dans ce contexte, plusieurs priorités, comme la maîtrise de la « suroccupation » des
logements ou le vieillissement des résidents sont partagées par les organismes gestionnaires. D’une manière générale, la gestion des espaces collectifs amène
des questions spécifiques, comme la mise aux normes d’hygiène et de sécurité des cuisines collectives, le « contrôle » de l’usage des salles collectives, les
questions de sécurité et les intrusions extérieures.
Le vieillissement de résidents, pour qui les foyers sont devenus la résidence principale, est devenu une préoccupation majeure. La part des plus de 60 ans
correspond, dans certains établissements, à la moitié des résidents, avec des problématiques préoccupantes : accès à la retraite, précarité économique,
d’endettement, dépendance, santé mentale, isolement, perte des liens familiaux.
Depuis 2007, un partenariat actif animé par la ville s’est mis en place avec les trois organismes gestionnaires (ADOMA, AFTAM, ADEF). Dans la perspective
d’un développement de l’action publique locale en faveur des résidents des sept foyers de travailleurs migrants (FTM) d’Aubervilliers, le projet initié en 2007
propose de :
o
donner une vision d’ensemble de la situation sociale des résidents
o
développer l’information en direction des résidents
o
favoriser leur accès aux droits, notamment en matière de santé
o
mobiliser les services publics locaux
o
réunir les organismes gestionnaires
o
développer des solutions, en terme de complémentarité et de mutualisation.
Il s'agit d'intervenir dans le cadre d'un partenariat avec les organismes gestionnaires (ADOMA, AFTAM, ADEF), pour mettre en place des actions collectives et
des projets culturels, informer sur les initiatives locales et valoriser les lieux de vie collectifs.
Village d’accueil de familles roms
Dès 2002, plusieurs familles roms d’origines roumaines et bulgares sont arrivées sur le territoire de la commune et on dénombrait entre 500 et 600
personnes en 2005. Pendant l’année 2006, cinq bidonvilles installés par des familles roms étaient recensés à Aubervilliers. La situation de ces populations
combinait grande précarité et errance d’une commune à l’autre, au gré des expulsions.
Au regard de la dégradation progressive des conditions de vie sur ces camps de fortune, avec notamment l’incendie d’un camp le 15 janvier 2006, la
municipalité décidait d’engager une opération d’habitat adapté, pour permettre la sédentarisation, à terme, des familles souhaitant s’inscrire dans un
parcours d’intégration et d’accès au droit (logement, santé, emploi, scolarisation).
Le projet d’intégration, destiné à accueillir 80 personnes au maximum, prévoyait l’installation d’une zone d’habitation dans des bâtiments modulaires, sur le
site sis 52 rue Saint-Denis à Aubervilliers, appartenant à la ville. Ce projet conçu comme durable mais non définitif, prévu sur une période de trois ans,
programmait le départ des familles au fur et à mesure de leur parcours d’insertion, les lieux d’habitation étant progressivement démontés.
En conséquence, la délibération du Conseil municipal du 15 décembre 2005 :
o
acceptait le principe de l’installation en maîtrise communale d’un lieu de vie,
o
sollicitait la participation d’une subvention d’investissement au taux maximum,
o
sollicitait de l’Etat la mise en œuvre d’une MOUS d’accompagnement social,
o
demandait au Préfet le déplacement vers des solutions d’hébergement ou d’installation de l’ensemble des campements installé sur le territoire de la
commune.
La construction du site a été co-financée par la Ville d’Aubervilliers et le Conseil régional d’Ile-de-France, au titre de l’éradication des bidonvilles. En
concertation avec les familles résidentes, le nom de « Satu nou », qui signifie « nouveau village » en roumain, a été retenu pour désigner le village.
L’ensemble d’habitations modulaires, installé 52 rue Saint-Denis, qui a ouvert en juillet 2007, accueille actuellement 13 ménages, avec un total de 59
personnes (26 adultes et 33 enfants).
La délibération du Conseil municipal du 29 juin 2006 approuvait la mission de maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) et le marché public concernant la
construction du village.
Après une première période de 2007 à 2009, la MOUS d’accompagnement social et de relogement a été prolongée et confiée à l’association ALJ 93, qui
assure également la mission de gestion locative (quittances et suivi des loyers, maintenance technique, gardiennage…).
Des projets similaires se sont développés dans d’autres villes de Seine-Saint-Denis (Saint-Denis, Saint-Ouen, Bagnolet, Montreuil).
La qualification d’une partie de ce terrain en aire d’accueil des gens du voyage est programmée, la gestion en étant confiée par la Ville d’Aubervilliers et
l’agglomération Plaine Commune à ADOMA.
Régie de quartier Maladrerie – Emile Dubois
Créé en 1988, le Comité national de liaison des Régies de quartier (CNLRQ) se définit comme un réseau d'acteurs qui fonctionne sur le mode de la
réciprocité : échange et connaissance mutuelle, partage des compétences, des pratiques, transfert de savoir-faire. Les membres du CNLRQ, association
loi 1901, sont les Régies adhérentes, représentées par leur président et leur directeur.
Les objectifs du CNLRQ sont les suivants :
oAider les monteurs de projets de Régies de quartier par des expertises et des parrainages.
oSoutenir les Régies existantes en particulier par la qualification de ses acteurs.
oDévelopper qualitativement la mise en œuvre de la Charte par les Régies.
oSusciter et relayer les débats sur l'insertion et l'emploi.
Une Régie de quartier regroupe collectivités locales, logeurs sociaux et habitants du ou des quartiers qui composent son territoire. Ensemble, ils
interviennent sur la gestion urbaine de cet espace géographique et social sur lequel se fonde son action.
Sa mission technique est d'entretenir, d'embellir et de veiller sur le quartier. Elle se traduit par une activité économique qui favorise l'insertion sociale et
professionnelle d'habitants en difficulté et l'émergence de nouveaux services.
Les activités de la Régie sont le support d'une démarche de médiation et de sensibilisation qui poursuit auprès des habitants et des acteurs locaux une
mission sociale :
o
Améliorer les relations humaines,
o
Inventer des modes de gestion urbaine partagée,
o
Construire, en suscitant l'implication et la responsabilisation des habitants, une citoyenneté active sur le territoire de la Régie.
En 2001, la Ville d’Aubervilliers a décidé de soutenir la création d’une Régie de quartier, pour le quartier « Maladrerie - Emile Dubois ».
Les actions mises en place s’adressent à tous les habitants du quartier « Maladrerie - Emile Dubois », notamment les habitants les plus en difficulté
(jeunes adultes, femmes isolées, résidents du foyer de travailleurs migrants…). A partir de sa fonction économique, la Régie de quartier développe des
activités visant à favoriser le lien social entre les différentes composantes de la population.
Depuis sept ans, la Régie de quartier Maladrerie - Emile Dubois d’Aubervilliers met en œuvre un projet d’économie solidaire, au service de la restauration
du lien social et de l’égalité de traitement dans les quartiers populaires, sur la base des compétences et de l’investissement des habitants bénévoles et
salariés.
Les activités de nettoyage des parties communes, de services à l’habitant, de nettoyage de la voirie et de second œuvre représentent près de 30 000
heures annuelles de prestations, assurées par une vingtaine de salariés en insertion.
Ces emplois, basés sur le lien social et la commande publique, en concertation avec les collectivités et les bailleurs sociaux, sont des activités d’intérêt
collectif, qui permettent d’améliorer la qualité de l’habitat des personnes vivant sur le territoire économique et social du quartier et de la ville.
Téléchargement
Explore flashcards