BLE ET ORGE - Chambres d`agriculture de Picardie

publicité
37
05 novembre 2013
 COLZA : Début des dégâts de larves d’altises, surveillez prioritairement les parcelles où les vols d’adultes
étaient importants. Vers la fin des vols de charançons du bourgeon terminal.
 BLE – ORGE : Activité des ravageurs stable. Maintenir la vigilance sur pucerons et limaces.
COLZA
STADES
réseau BSV colza Picardie (31 parcelles)
51%
47%
BSV n°34
BSV n°35
BSV n°36
39%
32%
29%
26%
14%
14%
7%
0% 0%
B3-B4
7% 6%
3%
B5-B6
26%
B7-B8
B9-B10
31 parcelles observées.
La quasi totalité des parcelles ont atteint
ou dépassé le stade 8 feuilles (B8), et près
de 60% le stade 9 feuilles (B9). Le climat est
plus frais cette semaine mais la croissance
continue. Des situations d’élongation sont
toujours observées. Elles sont présentes là où
la densité ou le choix variétal n’a pas été
optimal avec des facteurs aggravants comme
la précocité du semis et l’apport de matière
organique.
Un effet précédent prairie (retournée depuis
plus de 15 ans) sans apport de matière
organique a également été observé.
>10F
LARVES DE GROSSES ALTISES
3 parcelles ont présenté des dégâts de larve de grosse altise, avec 2, 5 et 100% (dans l’Aisne) de plantes
touchées. La surveillance des parcelles est de rigueur, en particulier celles ayant subi des vols importants d’adultes.
Après une période d’alimentation (morsures), les adultes pondent dans le sol. L’œuf éclot et le premier
stade larvaire (L1) rejoint le colza pour s’y développer. Ainsi, pendant l’hiver, la larve creuse des galeries
pour se nourrir et passer les différents stades larvaires (L2 et L3). La succession des stades dépend des
sommes de températures (cf. tableau). Les galeries dans les pétioles des feuilles ne présentent pas de
nuisibilité importante. Ce n’est que lorsque la larve atteint le cœur de la plante (cas de gel en sortie d’hiver
ou de biomasse faible) qu’elle devient nuisible.
La seule période de lutte efficace où les larves sont exposées est l’entrée d’hiver, lorsque les larves
quittent les feuilles sénescentes pour rejoindre des feuilles plus jeunes. Le risque est d’autant plus
important que la ponte est précoce (stade L3, le plus nuisible, atteint précocement), les températures
douces et la biomasse faible et inversement.
Pour décider d’une lutte, il est nécessaire d’observer les pétioles des plantes par une coupe longitudinale
et de se référer au seuil (70% de plantes avec galeries ou larves).
La lutte répétée contre les adultes pour lutter contre les larves n’est pas efficace. Les deux risques doivent
être gérer séparément.
1
Station
météo
St
Quentin
Beauvais
Abbeville
Date
théorique
début du
vol
Date théorique d'apparition du stade larvaire
ponte
eclosion
L1
mue L2
mue L3
24-sept
28/09/13
22/10/13
28/10/13
14/11/13
01-oct
05/10/13
31/10/13
25/02/14
24/03/14
08-oct
18/10/13
09/03/14
27/03/14
10/04/14
24-sept
28/09/13
21/10/13
27/10/13
08/11/13
01-oct
05/10/13
29/10/13
13/11/13
11/03/14
08-oct
17/10/13
20/11/13
15/03/14
30/03/14
24-sept
28/09/13
21/10/13
26/10/13
06/11/13
01-oct
05/10/13
29/10/13
11/11/13
10/03/14
08-oct
17/10/13
17/11/13
16/03/14
01/04/14
Dégâts de larve d’altise –(Cetiom)
Seuil de nuisibilité larve d’altise : 70% de plantes avec galeries ou larves
CHARANCON DU BOURGEON TERMINAL
2 parcelles (contre 7 la semaine dernière) présentent de faibles captures de charançons du bourgeon
terminal en cuvette : de 1 à 2 individus à Fricourt (80) et Nesles-la-Vallée (95). Ces deux parcelles présentaient
déjà des captures la semaine dernière. Les vols semblent donc s’estomper. Les colzas ayant en général une forte
biomasse, les risques de dégâts dans le cœur des plantes restent très limités.
AUTRES
Des macules de phoma sont toujours observées
dans certaines parcelles. Rappel : Il n’y a ni
nuisibilité directe de ces macules ni corrélation
entre leur présence et les attaques (nécroses) au
printemps. La biomasse importante des colzas
devrait limiter le risque cette année.
Des dégâts de larves de mouche du chou sont
signalés sur les pivots d’une parcelle dans
32
l’Aisne. Rappelons qu’il n’existe pas de moyen de
lutte efficace. La nuisibilité devrait être nulle à très
faible, au vu du bon développement de la majorité
des colzas cet automne. Il faudra rester attentif sur
les parcelles présentant des colzas chétifs : ils
peuvent être fragilisés au printemps (cf. BSV n° 35).
Dégâts de larve de mouche du chou sur pivot – (Cetiom)
BLE ET ORGE
STADE :
Stade de développement
50%
43%
45%
23 parcelles de blé et 6 parcelles d’orges
d’hiver ont été observées cette semaine.
Pourcentage de parcelles
40%
35%
35%
29-oct
30%
05-nov
25%
19%
20%
15%
12% 13%
19%
17%
15%
13%
13%
1 Feuille
2 Feuilles
10%
5%
La pluie freine les récoltes de betteraves voire
de maïs et donc les semis de blé à suivre, mais
les températures favorisent le développement
très rapide des blés levés. Alors que les
parcelles étaient majoritairement à 2 feuilles la
semaine dernière, avec 1 seule sur 5 au stade
début tallage, 43% des parcelles ont atteint
le stade début tallage cette semaine.
0%
Levée
3 Feuilles
Début Tallage
Stade
2
PARASITISME
Limaces
Les conditions humides et pas très froides pour la saison,
favorisent le maintien de ce ravageur. Dans 3 parcelles les
observateurs ont encore relevé 1 à 9 limaces grises / m²
(et 1 noire). Mais la situation reste stable dans
l’ensemble avec peu ou pas de nouveaux dégâts dans
les parcelles observées cette semaine et la semaine
dernière (pour pouvoir comparer). 9 parcelles sur 21
présentent des morsures sur 6% des pieds en moyenne.
Seule une parcelle subit des dégâts en nette hausse (26%
de pieds mordus) ce qui rappelle qu’il est nécessaire de
rester vigilent sur les derniers semis encore peu
développés. A contrario le risque de dégâts diminue sur
les blés les plus développés
.
Rappelons que le seuil de nuisibilité sur blé est de 20 limaces/m² présentes mais qu’en dessous (de 1 à 20
limaces/m²), il faut attendre les premiers dégâts avant d’intervenir. De plus, au-delà de début tallage, la plante
compense suffisamment pour pouvoir supporter la présence de moins de 20 limaces/m².
Rappels des seuils indicatifs :
Entre 1 et 20 limaces / m² le risque est faible, continuer le suivi à vue.
Entre 20 et 50 limaces / m² le risque est moyen
A plus de 50 limaces le risque est très fort. Il est nécessaire de faire baisser les populations par du travail du sol par
exemple avant d’envisager un semis qui sera trop difficile à protéger.
Attention : ces seuils sont valables pour le protocole de piégeage BSV. Si vous utilisez un autre protocole le
seuil peut être différent.
Pucerons
Les conditions climatiques (pluie et vent) ne sont pas favorables à l’activité des pucerons ni à leur
observation sur plante d’ailleurs mais ils restent présents.
•
•
•
Malgré le faible nombre de relevés de plaques engluées cette semaine (5), ces piégeages permettent de
constater que les vols ne sont pas tout à fait terminés avec 6 pucerons piégés en moyenne (0 à 25).
La présence de pucerons sur plante a été plus difficile à évaluer cette semaine avec les conditions climatiques
perturbées. La situation semble néanmoins assez stable avec 85% des 19 parcelles observées indemnes. Sur
les 15% de parcelles colonisées on observe en moyenne 16% de pieds porteurs.
Rappelons également, leur présence prolongée (plus de 10 jours) dans les témoins non traités de quelques
parcelles semées fin septembre.
Seuil de nuisibilité : 10 % de pieds touchés ou présence pendant plus de 10 jours jusque début tallage
Bulletin édité sur la base des observations réalisées par les partenaires du réseau Picardie : Acolyance, Agora, Arvalis, Asel, Bayer Cropscience, Bully Grains, Calipso, Calira, Capseine,
Capsom, CFA Le Paraclet, CER France 60, Cerena, les CETAS 02, les CETAS 80, Cetiom, Chambres d’Agriculture de l’Aisne, de l’Oise, de la Somme, Chambre d’Agriculture d’Ile de
: ces
seuilsCoop
sontdevalables
pourEtsleBitz,
protocole
de piégeage
ci dessus.
Si ,vous
utilisez
autre
protocole
France, Attention
Ets Charpentier,
Ets Compas,
Milly sur Thérain,
FREDON Picardie,
FREDON Nord
Pas de Calais
Inra, ITB
02-60-80,un
Maison
familiale
de Villersle
Bocage, Noriap,
Sanaterra, St Louis Sucre, Tereos, Ternoveo, Textilin, Ucac, Unéal, Valfrance, Vivescia, Van Robaeys Frères, le SRAL Picardie seuil
peut
être
différent.
M. Alain BECUE, M. Arnaud COLIN, Mme Marie DECAUX.
Bulletin rédigé par les animateurs régionaux des filières : Céréales : F. Dumoulin - Chambre d’Agriculture de l’Oise et E. Gagliardi - Arvalis Institut du Végétal. Colza : A. Vanboxsom –
Cetiom. M. Roux Duparque – Chambre d’Agriculture de l’Aisne. Maïs : V. Duval - Fredon Picardie et B. Carpentier - Arvalis Institut du Végétal. Protéagineux : V. Duval - Fredon Picardie et
A. Tournier - Chambre d’Ag. de l’Aisne. Lin : H. Georges - Chambre d’Ag. de la Somme et F. BERT – Arvalis. Betteraves : Ch. Chatain – Chambre d’Ag. de l’Oise et F. Courteaux - ITB 02.
Luzerne : T. Leroy – Chambre d’Ag. de la Somme
Directeur de la publication : Christophe BUISSET - Président de la Chambre Régionale d’Agriculture de Picardie - 19 bis rue Alexandre Dumas - 80 000 AMIENS Tél. : 03 22 33 69 00 Fax:
03 22 33 69 99
Publication gratuite, disponible sur les sites Internet www.draaf.picardie.agriculture.gouv.fr et www.chambres-agriculture-picardie.fr - Chambre d’Agriculture de Picardie –
Coordination et renseignements : Renée PREVOST - Tèl : 03 22 93 51 20 - E-mail : [email protected] Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec
l’appui financier de l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques, par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto
2018.
3
Téléchargement