L`aménagement de la forêt de Bélizon

publicité
Office National des forêts
Département de Guyane
Direction Régionale de Guyane
Orientations Régionales Forestières
pour la Guyane
Unité Territoriale de Cayenne
Directives Régionales d’Aménagement
des forêts domaniales de Guyane
Aménagement forestier
Forêt Domaniale
de
BELIZON
2011 - 2035
Domaine forestier privé de l'Etat
Communes de Régina et Roura.
Surface : 121 835 ha
Série de production de bois d'œuvre tout en assurant la protection générale
des milieux et des paysages
Série de protection physique et générale des milieux et des paysages
Zone d’intérêt écologique
Altitude (m)
Supérieure
468
Moyenne
73 038 ha
60 %
47 981 ha
816 ha
39 %
1%
Inférieure
2
Date de rédaction : Novembre 2010.
1
0 – Renseignements généraux .......................................................................................................................................... 4
0.1 – Désignation et situation de la forêt ...................................................................................................................... 4
0.2 – Surface ................................................................................................................................................................ 5
0.2.1 - Superficie ...................................................................................................................................................... 5
0.2.2 – Répartition des surfaces par communes ....................................................................................................... 5
0.3 – Délimitation de la forêt ....................................................................................................................................... 5
0.4 – Découpage en unités de gestion : Secteurs forestiers, unités de desserte et parcellaire ...................................... 7
1 – Renseignements généraux .......................................................................................................................................... 8
1.1 – Facteurs abiotiques .............................................................................................................................................. 8
1.1.1 - Géologie........................................................................................................................................................ 8
1.1.1.1 – Les substrats .......................................................................................................................................... 8
1.1.1.2 – Les minéralisations ................................................................................................................................ 9
1.1.1.3 – Les carrières ........................................................................................................................................ 10
1.1.2 – Topographie et hydrographie ..................................................................................................................... 10
1.1.3 – Pédologie.................................................................................................................................................... 11
1.1.4 – Climat ......................................................................................................................................................... 12
1.1.5 – Les zones biogéographiques – régions naturelles....................................................................................... 13
1.2 – Facteurs biotiques.............................................................................................................................................. 15
1.2.1 – Flore ........................................................................................................................................................... 15
1.2.1.1 – Formations forestières ......................................................................................................................... 19
1.2.1.2 – Les habitats forestiers naturels « patrimoniaux » ................................................................................ 19
1.2.1.3 – espèces végétales protégées et remarquables ...................................................................................... 21
1.2.2 – Faune sauvage ............................................................................................................................................ 22
1.2.2.1 – Espèces animales protégées et remarquables ...................................................................................... 22
1.2.3 – Z.N.I.E.F.F ................................................................................................................................................. 24
1.3 – Relations entre facteurs abiotiques et biotiques : les unités géomorphologiques .............................................. 24
1.4 – Analyses des contraintes topographiques vis à vis de l’exploitation forestière ................................................. 26
1.5 –Inventaires forestiers .......................................................................................................................................... 26
1.5.1 – Anciens inventaires. ................................................................................................................................... 26
1.5.1.1 – Inventaires au 1/1000ème. ..................................................................................................................... 26
1.5.1.2 – Martelage en 1991 de la parcelle 25 de Counamari. ........................................................................... 28
1.5.1.3 – Martelage en 1991 du lot 2 de la vente amiable Barthod – secteur forestier de Maripa. ..................... 28
1.5.1.4 – Inventaire à 0,5% de la Montagne Maripa (secteur de Tibourou). ...................................................... 28
1.5.2 – Inventaires récents ...................................................................................................................................... 29
1.5.2.1 – Inventaires à 5% .................................................................................................................................. 29
1.5.2.2 – Diagnostic d’aménagement (DIAM) ................................................................................................... 29
1.5.2.3 – Diagnostic parcellaire (DIPA) ............................................................................................................. 30
1.5.2.4 – Désignation ......................................................................................................................................... 32
1.6 – Elaboration du schéma théorique de desserte .................................................................................................... 33
1.7 – Risques naturels d’ordre physique pesant sur le milieu .................................................................................... 33
1.8 – Risques d’incendie ............................................................................................................................................ 33
1.9 – Synthèse des analyses du milieu ....................................................................................................................... 33
2 – Analyse des besoins économiques et sociaux .......................................................................................................... 35
2.1 – Etat et évolution du marché du bois : la filière bois .......................................................................................... 35
2.1.1 – Localisation de l’offre et de la demande .................................................................................................... 35
2.1.2 – Perspectives d’évolution ............................................................................................................................ 36
2.2 – Produits forestiers autres que le bois d’œuvre et d’industrie ............................................................................. 36
2.2.1 – Réglementation applicable ......................................................................................................................... 36
2.2.2 – Descriptif des activités ............................................................................................................................... 36
2.3 – Population tirant traditionnellement leurs moyens de subsistance de la forêt ................................................... 36
2.4 – Activités cynégétiques ...................................................................................................................................... 36
2.4.1 – Réglementation applicable ......................................................................................................................... 36
2.4.2– Pratique de la chasse ................................................................................................................................... 36
2.4.3– Impact de la chasse ...................................................................................................................................... 37
2.5 – Activités piscicoles............................................................................................................................................ 37
2.6 – Développement urbain et agricole ..................................................................................................................... 37
2.7 – Accueil du public et tourisme ............................................................................................................................ 38
2.8 – Activités minières.............................................................................................................................................. 38
2.9 – Activités de recherche scientifique.................................................................................................................... 40
2.9.1 – Site de la parcelle 17 de Montagne Tortue ................................................................................................. 40
2.9.2 – Site de la parcelle 92 de Roche Fendée ...................................................................................................... 40
2.10 – Equipement général de la forêt ........................................................................................................................ 41
2.10.1 – Equipement de desserte ............................................................................................................................ 41
2.10.1.1 – Voiries publiques............................................................................................................................... 41
2.10.1.2 – Pistes forestières ................................................................................................................................ 41
2
2.11 – Equipement d’accueil du public ...................................................................................................................... 43
2.12 – Paysages .......................................................................................................................................................... 43
2.13 – Richesses culturelles ....................................................................................................................................... 43
2.14 – Statuts et règlements pour la protection du milieu .......................................................................................... 44
2.15 – Occupations foncières ..................................................................................................................................... 44
3 – Gestion passée .......................................................................................................................................................... 45
3.1 – Permis forestier ................................................................................................................................................. 45
3.2 – Dernier aménagement ....................................................................................................................................... 46
3.3 – activités minières ............................................................................................................................................... 47
4 – Synthèses : objectifs, zonages, principaux choix d’aménagement ........................................................................... 48
4.1 – Synthèse de l’analyse des titres 1 à 3 ................................................................................................................ 48
4.2 – Définition des objectifs principaux d’aménagement ......................................................................................... 49
4.3 – Définition de la série de production de bois d’œuvre tout en assurant la protection générale de milieux......... 50
4.4 – Définition de la série d’intérêt écologique (SIE) ............................................................................................... 50
4.5 – Définition de la série de protection physique et générale des milieux et des paysages ..................................... 51
4.6 – Découpage en série ........................................................................................................................................... 51
5 – Décisions : Directives et recommandations ............................................................................................................. 53
5.1 – Durée d’application de l’aménagement ............................................................................................................. 53
5.2 – Décisions relatives à la production de bois d’œuvre ......................................................................................... 53
5.2.1 – Essences commerciales .............................................................................................................................. 53
5.2.2 – Structures des peuplements commerciaux.................................................................................................. 54
5.2.3 – Critères d’exploitabilité .............................................................................................................................. 54
5.2.4 – Modèles sylvicoles ..................................................................................................................................... 54
5.2.5 – Opérations sylvicoles : programme d’assiette des coupes.......................................................................... 54
5.2.6 – Opérations sylvicoles : Inventaires............................................................................................................. 55
5.2.6.1 – Diagnostic d’aménagement (diam) : ................................................................................................... 55
5.2.6.2 – Inventaire avant exploitation : Désignation ......................................................................................... 55
5.3 – Décisions relatives à la production de bois d’industrie ..................................................................................... 55
5.4 – Décisions relatives à la conservation de la biodiversité .................................................................................... 55
5.4.1 – A l’échelle de la forêt ................................................................................................................................. 55
5.4.2 – A l’échelle de la parcelle ............................................................................................................................ 55
5.5 – Décisions relatives aux produits forestiers autres que le bois d’œuvre et d’industrie ....................................... 56
5.5.1 – Définition des produits concernés .............................................................................................................. 56
5.5.2 – Récoltes à usages professionnel et commercial .......................................................................................... 56
5.5.3 – Récoltes à usages domestiques ................................................................................................................... 57
5.6 – Décisions relatives aux usages traditionnels ..................................................................................................... 57
5.7 – Décisions relatives à la gestion foncière ........................................................................................................... 57
5.8 – Décisions relatives à l’accueil du public et au tourisme .................................................................................... 58
5.9 – Décisions relatives aux activités minières ......................................................................................................... 58
5.10– Décisions relatives à la recherche scientifique et au développement ............................................................... 59
5.11 – Décisions relatives à la gestion de l’équilibre faune/flore ............................................................................... 60
5.12 – Décisions relatives à l’équipement général ..................................................................................................... 60
5.12.1 – Les pistes forestières ................................................................................................................................ 60
5.12.2 – Le parcellaire............................................................................................................................................ 61
5.12.3 – La signalétique ......................................................................................................................................... 61
5.13 – Décisions relatives à la surveillance ................................................................................................................ 61
5.14 – Décisions en faveur de l’eau et des milieux aquatiques .................................................................................. 62
5.15 – Décisions relatives à la gestion des paysages .................................................................................................. 62
5.16 – Décisions relatives à la préservation des richesses culturelles ........................................................................ 62
5.17 – Décisions relatives à la gestion participative ou partenariale .......................................................................... 62
6 – Bilan économique et financier ................................................................................................................................. 63
6.1 – Prévisions en terme de dépenses ....................................................................................................................... 63
6.2 – Prévisions en terme de recettes ......................................................................................................................... 64
6.3 – Bilan financier pour la période 2011-2035........................................................................................................ 65
7 - Principales références bibliographiques.................................................................................................................... 67
3
0 – Renseignements généraux
0.1 – Désignation et situation de la forêt
Nom et propriétaire de la forêt :
La forêt de Bélizon, appartient au domaine privé de l’Etat.
Situation de la forêt :
Elle est située dans la partie Centre-est du département de la Guyane, sur les territoires communaux de
Régina et de Roura.
Bassin d'approvisionnement :
Cette forêt constitue la partie active du bassin d’approvisionnement du Centre-est guyanais.
Accès principal :
La forêt de Bélizon est située à 65 km au sud-est de Cayenne en suivant la route nationale 2 (RN2).
Les différents points d’entrée sont :
→ par voie terrestre :
- le PK 65,5 de la RN2 juste après le pont de la crique Tibourou (côté gauche de la route en direction
de Régina), secteur forestier de Tibourou,
- le PK 70,3, à partir de la crique Maripa, la forêt se répartie de part et d’autre de la RN2,
- à partir du PK 81 (passage busé 300 m avant la piste de Bélizon), la forêt ne demeure que sur la
partie droite de la route (secteur forestier de Counamari) et ce jusqu’au PK 98 (pont sur la crique
Jean Pierre) situé à 11 km du bourg de Régina.
→ par voie fluviale :
- sur l’Orapu, rive droite à partir de la crique Maripa,
- sur la Comté, rive droite à partir de la crique Roche Fendée jusqu’à la rivière Blanc (limite
commune avec la RN des Nouragues),
- sur l’Approuague, rive gauche sur 83 km, depuis la crique Jean Pierre jusqu’à la crique Arataye
(limite commune avec la RN des Nouragues).
La forêt située dans l’interfluve Orapu, Comté et Approuague, se répartie pour l’essentielle de sa surface de
part et d’autre des 70 kms de la piste forestière principale de Bélizon.
Le fleuve Approuague, dont la navigabilité est rendue délicate en raison de la présence de sauts (rapides)
importants, constitue néanmoins, une voie d’accès privilégié, notamment pour les orpailleurs clandestins et
plus classiquement pour les opérateurs touristiques. La Comté, dont le cours d’eau est de moindre
importance, constitue néanmoins une voie d’entrée à la forêt pour quelques chasseurs et surtout pour les
orpailleurs clandestins. L’Orapu quant à lui n’est fréquenté que par des chasseurs occasionnels.
Ce massif forestier a la particularité d’être au niveau du secteur forestier de Roche Fendée en contact avec
la réserve naturelle nationale des Nouragues.
4
Organisation administrative de la gestion :
La forêt est gérée par :
L'Office National des Forêts
Direction Régionale de Guyane
Unité territoriale de Cayenne
Triage de Régina nord.
Le plan de situation de la forêt figure en annexe 1.
0.2 – Surface
0.2.1 - Superficie
La contenance totale de la forêt est de 121 835 ha (calculée par SIG).
0.2.2 – Répartition des surfaces par communes
Secteur Forestier
Counamari
Grillon
Maripa
Montagne Tortue
Roche fendée
Tibourou
Total
%
Commune de Commune de
Régina
Roura
9 872
820
7 553
12 340
8 380
7 411
2 554
33 191
28 350
49
11 315
63 863
58 972
52 %
48 %
Surface
Totale
10 692
7 553
20 720
9 965
61 541
11 364
121 835
La forêt partage sa surface à part presque égale entre les communes de Régina (51,6%) et de
Roura (48,4%).
0.3 – Délimitation de la forêt
Pour une coordination et une cohérence des actions, le choix a été fait de travailler sur un massif de
plusieurs milliers d’hectares.
La forêt de Bélizon est le résultat du regroupement, autour de la piste forestière principale de Bélizon, des
anciennes forêts aménagées du bassin d’approvisionnement du même nom. De ce fait, la forêt de Bélizon
est constituée des anciennes forêts (ayant fait l’objet d’une première génération d’aménagement) de
Counamari, Grillon, Maripa, Montagne tortue, Tibourou et Roche Fendée. Dans le cas du secteur forestier
de Roche Fendée, il s’agit du premier aménagement.
Le périmètre de la forêt est inscrit depuis de nombreuses années dans le Schéma d’Aménagement Régional.
Suite aux consultations prévues avec les communes, dans le cadre de l’ordonnance n°2005-867 portant
actualisation et adaptation du droit domanial, du droit foncier et du droit forestier applicable en Guyane,
réalisées avant la signature des décrets déterminants les forêts faisant partie du domaine de l’Etat et
relevant du régime forestier ; les discussions avec les communes de Régina et de Roura n’ont pas amenées
de modification du périmètre de la forêt.
Toutefois, un projet de forêt communale sur Régina est en cours d’étude et le périmètre de la forêt pourrait
être modifié au niveau du secteur forestier de Counamari dans sa partie la plus proche de Régina.
5
Les limites du massif forestier (forêt production/protection) sont :
A l’est :
Au sud :
A l’ouest :
A nord :
- La crique Tibourou, depuis le pont sur la RN 2 jusqu’au point côté
18 sur :
- Du point côté 18, un affluent rive gauche de la crique Tibourou
jusqu’à la RN 2 sur :
- La RN 2 jusqu’au pont de la crique Jean-pierre sur :
- La crique Jean-pierre jusqu’à l’Approuague sur :
- L’Approuague jusqu’à la propriété privée (succession Maugata)
sur :
- Les limites de la propriété Maugata jusqu’à la crique Tortue sur :
- La crique Tortue jusqu’à l’Approuague sur :
- L’Approuague jusqu’à l’embouchure de la crique Arataye sur :
- La limite avec la réserve nationale des Nouragues sur :
- La rivière Blanc (également limite avec les Nouragues) jusqu’à la
jonction avec la Comté sur :
- La comté jusqu’à l’embouchure de la crique Roche Fendée sur :
- La crique Roche Fendée jusqu’au point côté 19, premier gros
affluent rive droite sur :
- Du point côté 19, l’affluent sur :
- La jonction entre les bassins versants de la Comté et de l’Orapu
sur :
- Un affluent rive gauche de l’Orapu jusqu’au point côté 17 sur :
- L’Orapu sur :
- La crique Maripa sur :
- La RN 2 sur :
Limites naturelles
Limites artificielles
Périmètre total
10,6 km
7,4 km
17,4 km
2,5 km
37,4 km
2,7 km
2,4 km
41,4 km
24,5 km
22,1 km
31,2 km
6,0 km
7,8 km
0,2 km
7,3 km
27,2 km
2,6 km
5,0 km
205,9 km
49,8 km
255,7 km
Les limites naturelles ont été privilégiées pour limiter les coûts d’ouverture et d’entretien.
Toutefois, les limites artificielles sont assez nombreuses, près de 20% du périmètre total, et ce pour deux
raisons principales :
- la présence de la RN2 sur 22,4 km du périmètre qui constitue une limite durable et bien visible,
- plus de la moitié (soit 24,5 km) de la limite avec la RN des Nouragues est constituée de lignes
de crêtes.
Pour l’heure, à part la RN 2, les limites artificielles ne sont pas matérialisées sur le terrain.
6
0.4 – Découpage en unités de gestion : Secteurs forestiers, unités de desserte et
parcellaire
Pour faciliter le repérage des équipes gestionnaires, la forêt de Bélizon a été découpée en secteurs
forestiers, eux-mêmes scindés en parcelles.
Tableau de la répartition des surfaces par secteur forestier :
Secteur Forestier
Counamari
Grillon
Maripa
Montagne tortue
Roche Fendée
Tibourou
Forêt de Bélizon
Surface
10 692
7 553
20 720
9 965
61 541
11 364
121 835
6 secteurs forestiers composent la forêt de Bélizon. Ces secteurs forestiers sont divisés en parcelles (381
parcelles pour l’ensemble de la forêt). Ces parcelles, qui constituent les unités de gestion élémentaires de la
forêt, devront rester en l'état à travers les différentes révisions d'aménagement, d'une part, et constituer de
véritables unités d'exploitation (c'est-à-dire sans obstacle interne), d'autre part.
Le parcellaire s’appuie essentiellement sur les limites naturelles du terrain telles que les cours d’eau et sur
les réseaux de desserte, afin de :
* dégager des unités rationnelles pour l’exploitation forestière ;
* réduire les coûts d’entretien des limites ;
* faciliter le repérage des parcelles.
La contenance des parcelles est en moyenne sur l'ensemble du massif de 319 hectares.
Pour la série de production les surfaces sont comprises entre 83 ha et 1165 hectares, et sur les séries de
protection et d’intérêt écologique entre 119 ha et 3158 hectares.
La carte des secteurs forestiers, des unités de desserte et du parcellaire ainsi que l’état détaillé du parcellaire
figure en annexe 2.
7
1 – Renseignements généraux
1.1 – Facteurs abiotiques
1.1.1 - Géologie
1.1.1.1 – Les substrats
La géologie du massif forestier se caractérise par la présence de trois grands types de terrains :
-
Les terrains sédimentaires récents représentés par les formations continentales que
constituent les alluvions et terrasses fluviatiles (9% de la superficie).
Les terrains métamorphiques anciens représentés par les schistes et gneiss qui occupent la
grande majorité du massif (65,7% de la superficie).
Les roches éruptives et cristallines (25,3% de la superficie) constituées essentiellement de
granites guyanais (18,3%) au nord de la Montagne Tortue.
Tableau récapitulatif des substrats géologiques présents sur la forêt :
Type
Terrains
sédimentaires
récents et
formations
continentales
Sous type
% surface
Quaternaire
marin et fluviomarin
Localisation et description
Anciennes vallées
6 596 ha
Formations
continentales
Cuirasses
latéritiques
Terrains
métamorphiques
anciens
Surface
5,4%
Terrasses des cours d’eau principaux
4 294 ha
3,6%
Schistes de
Paramaca
49 898 ha
40,9%
Schistes de
l’Orapu :
2 614 ha
2,2%
Schistes de
Bonidoro
20 924 ha
17,2%
Série de Cayenne 6 608 ha
5,4%
On peut distinguer deux niveaux
principaux de cuirassement :
- Un niveau vers 100 mètres
d’altitude sur les flancs nord et sud
de la Montagne Tortue et Maripa,
- Un niveau vers 250-300 mètres
d’altitude,
correspondant
aux
sommets de la Montagne Tortue et
Maripa.
Leur destruction a donnée naissance à
des éluvions latéritiques de dimensions
très variables noyés dans l’argile et qui
recouvrent les pentes.
Ils constituent des reliefs accidentés de
type « montagneux » avec les altitudes
les plus élevées du massif (+ de 400 m).
Les sommets sont en crêtes ou de forme
tabulaire si une cuirasse latéritique coiffe
la partie haute. Il s’agit des Montagnes
Tortue et Maripa.
Il s’agit de quartzites et conglomérats
(situés de part et d’autre de l’axe de la
RN2) qui forment des massifs fortement
accidentés en forme de crêtes allongées.
Ils forment des collines élevées,
allongées ou rondes, aux pentes peu
escarpées, séparées par des vallons plats.
Ce substrat est essentiellement situé vers
l’Approuague dans la partie aval des
criques Tortue et Ipoucin. Le relief est
essentiellement constitué de petites
collines rondes plus ou moins découpées.
8
Roches éruptives et Granites
guyanais
cristallines
22 409 ha
18,3%
Granites caraïbes 287 ha
0,2%
Migmatites
Cayenne
3,4%
de 4 132 ha
Gabbros
363 ha
0,3%
Dolérites
113 ha
0,1%
Diorites
3 587 ha
3,0%
Total
Ils sont essentiellement situés dans la
partie nord du massif. Ils constituent
l’extrémité est du grand massif
granitique Comté-Orapu. Ce type de
granite a un relief formé par de petites
collines assez basses entourées de zones
marécageuses. Par endroit, lorsqu’il est
affecté par des granitisations plus
récentes, il forme des petites crêtes sans
régularité et parfois aigües.
Très très peu représentés sur le massif, ils
constituent des reliefs de type colline.
Situés dans l’interfluve Comté-Crique
Roche Fendée, ils forment des reliefs très
ressemblant aux granites guyanais.
Ils sont représentés sur le massif
uniquement entre le Saut Aïcoupaye et la
crique Ipoucin. ‘une largeur maximale de
500 m, ils forment des reliefs aux
sommets arrondis.
Sur le massif, elles représentent une très
faible surface localisée entre le Saut
Athanase et Petit Mathias (sur
l’Approuague), avec une topographie de
type dôme et non de type classique en
filon.
Situés entre le Dégrad Brigitte et Bélizon
sur la Comté et dans la partie aval de la
crique Petit Approuague, ils forment des
reliefs plus irréguliers que les granites
guyanais. Les formations du quaternaire
qui les englobent sont importantes et
isolent bien les collines et petits plateaux
les uns des autres.
121 826 ha
Ce massif a la particularité d’avoir près de 65% de sa surface assise sur des roches métamorphiques de type
schistes.
Les quartzites et conglomérats sont très localisés à l’échelle de la forêt (secteur de Counamari) et peu
représentés en Guyane, ce qui leur confère un intérêt écologique tout particulier.
La description précise des substrats géologiques présents dans la bande côtière guyanaise se trouve dans les
Directives Régionale d’Aménagement.
La carte géologique figure en annexe 3.
1.1.1.2 – Les minéralisations
Les minéralisations aurifères sont les seules à faire l’objet d’une exploitation à grande échelle.
Les indices d’or primaire ou secondaire apparaissent essentiellement localisés dans la série de Paramaca et
dans l’ensemble détritique supérieur. Quelques gîtes secondaires, localisés sur des ensembles gneissiques,
migmatitiques ou des intrusions granitiques, sont cependant situés à proximité de métavolcanites de la série
de Paramaca, ce qui incite à les rattacher à une source située dans cette série.
La forêt de Bélizon fait partie des zones de la bande côtière, où les indices aurifères sont parmi les plus
importants. Les teneurs en or les plus élevées ont été recueillies dans la crique Ipoucin et dans la partie
septentrionale de la Montagne Maripa.
Les principaux sites concernés par des gissements d’or alluvionnaire sont :
- La crique Ipoucin sur la totalité de sa longueur, et ses affluents notamment la crique La Boue,
- La crique Benoit, dont la partie amont se situe dans la RN des Nouragues,
9
- La crique Tortue sur la partie longeant le piémont sud de la Montagne Tortue,
- La rivière Blanc, faisant limite avec la RN des Nouragues,
- Les têtes de l’Orapu,
- La crique Counamari et son affluent la crique Saut.
Le gîte le plus prometteur concernant les indices géochimiques de présence d’or primaire se situe sur le
secteur de la Montagne Maripa (secteur forestier de Tibourou) avec des prolongements vers le gîte des
Petites Montagnes Tortues (conglomérats aurifères) en contact avec la limite est et sud-est de la forêt
(secteur forestier de Counamari).
A noter, que les gîtes de bauxite associés aux cuirasses latéritiques ne combinent pas tous les critères
nécessaires pour les rendre économiquement fiables.
1.1.1.3 – Les carrières
Les zones riches en graviers latéritiques proches de la route nationale constituent et pourront constituer des
gîtes pour l’approvisionnement en matériau de construction.
1.1.2 – Topographie et hydrographie
Du Nord au Sud, on distingue :
-
-
-
-
Les forêts marécageuses, longeant les criques Orapu et Comté,
Les collines du massif granitique Comté-Orapu dont les altitudes maximales dépassent
rarement les 80 m, altitude entre 40 et 60 m,
La montagne Maripa, aux pentes assez fortes constituées de plusieurs sommets dont le plus
élevé culmine à 389 m d’altitude (parcelle 31 du secteur forestier de Tibourou),
La montagne Tortue, aux pentes fortes à très fortes par endroit, s’étendant sur plus de 30 km
d’est en ouest, constituée de plusieurs entités plus ou moins larges dont les altitudes se situent
entre 300 et 450 m (dans sa partie est et centrale) avec un point culminant à 468 m sur le
secteur forestier de Maripa – parcelle 45 ; puis des altitudes entre 250 et 280 m dans sa partie
ouest.
La zone granitique du secteur forestier de Counamari située entre les schistes, quartzites et
conglomérats de l’Orapu, comporte un relief de type terrasse basse inférieure à 40 m d’altitude
entourant des collines basses,
Les quartzites et conglomérats de l’Orapu forment des reliefs de type crêtes dans la partie est
de la forêt (leur extension maximale se situe en dehors du périmètre de la forêt de Bélizon),
Les zones en bordure de l’Approuague sont constituées de terrasses ne dépassant pas les 20 m
d’altitude avec par endroit des zones marécageuses importantes dans la partie aval de la crique
Counamari. Ces terrasses sont moins importantes et même quasi inexistantes dans les secteurs
forestiers de Montagne Tortue et de Roche Fendée,
La zone sur schistes de Bonidoro porte des petits plateaux et collines aux pentes localement
assez fortes,
Le piémont sud de la Montagne Tortue (secteur forestier de Maripa) est constitué, sur substrat
granitique, de plateaux moyens plus ou moins larges,
Au sud de la Montagne Tortue (secteurs forestiers de Montagne Tortue et de Roche Fendée) les
reliefs sur schistes de Paramaca sont de types plateaux complexes aux formes découpées,
présentant des pentes fortes à très fortes, se transformant par endroit en crête. Les talwegs sont
parfois profondément entaillés constituant des vallées encaissées. Quelques collines, aux pentes
assez fortes, ponctuent par endroits le paysage. Sur le versant nord de la Montagne Tortue, au
niveau du secteur forestier de Maripa, les pentes peuvent par endroits dépassées les 60%
associées à des talwegs très encaissés.
Les fourchettes des altitudes se situent entre 2 m pour les bords de l’Approuague, de la Comté et de l’Orapu
et 468 m pour le point culminant de la Montagne Tortue.
On trouve successivement toutes les situations : fond de vallon, flanc de colline, sommet tabulaire, les
pentes supérieures à 30 - 40% sont à l’échelle de la forêt assez importantes notamment au niveau des
Montagnes Tortue et Maripa (un peu plus de 30% de la surface totale du massif).
10
L'hydrographie se caractérise par un réseau peu dense et structuré à partir des reliefs centraux que sont les
Montagne Tortue et Maripa. Le réseau est constitué d’affluent de l’Approuague et de la Comté ainsi que
des têtes de criques et affluents de l’Orapu qui prennent leur source dans les montagnes précitées.
Les principaux cours d’eau outre le fleuve et criques limitrophes (Approuague, rivière Blanc, Comté,
Orapu et crique Tibourou) sont d’ouest en est : la crique benoît, la crique Akoupaïe, la crique Ipoucin, la
crique Tortue, la crique Roche Fendée, les têtes de l’Orapu, la crique Grillon, la crique Taouin, la crique
Petit Approuague et la crique Counamari.
La navigation sur le fleuve Approuague est rendue complexe par la présence de sauts et de rapides pour
certains difficilement franchissables en basses eaux.
La Comté est quant à elle, globalement (en saison des pluies) facilement navigable jusqu'à Saut Brodel en
amont du périmètre de la forêt.
L’Orapu n’est navigable que jusqu’à l’embouchure de la crique Grillon, au-delà cela devient très difficile.
La marée se fait sentir jusqu’à saut Mapaou sur l’Approuague, jusqu’à Saut Bief sur la Comté (bien avant
la forêt) et jusqu’à saut Bernard sur l’Orapu.
1.1.3 – Pédologie
Aucune étude pédologique globale et exhaustive n’est disponible sur le massif.
Néanmoins, une étude pédologique réalisée par l’ORSTOM dans les années 70 a aboutie à la réalisation
des cartes pédologiques de Régina NO – SO et NE de M. Delhumeau qui concernent la partie centrale et est
du massif.
De l’analyse de cette étude ressortent les éléments suivants :
- Dans la partie aval et de part et d’autre des principaux fleuves et criques se trouvent des sols
hydromorphes minéraux ou peu humifères profond sur alluvions argilo-limoneuses associés à
des sols à gley lessivés (Approuague jusqu’à saut Tourépé, Orapu et crique Petit Approuague).
Plus en amont, les sols deviennent à pseudogley à tâches et concrétions (Approuague au-delà
de Saut Tourépé, crique Counamari, crique Tortue, crique Ipoucin).
- les massifs de formation Paramaca (qui structurent la forêt de Bélizon) sont couronnés de
cuirasses massives de 4 m d’épaisseur plus ou moins démantelées en éléments allant du bloc de
plusieurs mètres cubes, à des glacis de gravillons et blocs de la taille du poing. Sur des surfaces
non négligeables elles ont encore un caractère de continuité. La présence de ces cuirasses est
un élément important car elle constitue l’un des paramètres essentiels de l’exploitabilité des
zones concernées par ces cuirasses. L’analyse de l’exploitabilité de ces zones est d’autant plus
importante que la végétation est riche en lianes avec un sous bois clair (habitat patrimonial :
forêt basses sur cuirasses latéritiques) contenant cependant de beaux arbres qui ont pu se
développer en profitant des fissures existantes entre les blocs pour atteindre la roche altérée
sous jacente. Ce type d’habitat est le domaine privilégié du gonfolo rose (2ème essence exploitée
en Guyane), ce qui rend important la bonne définition de ce type de zone qui cumul, présence
d’habitats patrimoniaux et ressource en bois très recherchée.
- Les sols sur conglomérats de l’Orapu sont peu épais, moins d’un mètre de profondeur avec des
racines localisées en surface. La texture est dominée par des sables grossiers complétée par des
limons grossiers et des sables fins. Leur cohérence est nulle mais leur porosité est bonne les
rendant extrêmement drainant d’où une évolution qui tendrait vers le type podzolique.
- Les sols sur quartzites de l’Orapu sont assez profonds généralement bien drainant. Ces sols
manquent de cohésion et de structure et leur propension au lessivage et à l’érosion les rend
assez impropres à toute mise en valeur. La végétation est dans son ensemble constituée
d’arbres de faibles diamètres et hauteurs.
- Les sols sur schistes de Bonidoro et Orapu sont en profondeur argilo-sableux à argileux et
deviennent moins sableux sur les pentes.
- Les sols sur dolérites ont une texture essentiellement argileuse aussi bien en surface qu’en
profondeur, un excellent drainage interne, leur structure est bien développée et leur porosité
très bonne. Néanmoins, ce sont des sols très fragiles qui font planer la menace d’une très grave
11
-
érosion à la moindre tentative de déforestation. La mise en valeur forestière est la seule
activité qui peut être envisagée sans risques.
Les sols sur schistes de Paramaca sont essentiellement des sols ferralitiques fortement
désaturés rajeunis. Leur caractère principal est leur richesse en limon (argilo-limoneux ou
limono-argileux) avec une richesse en limon plus importante sur les pentes. Ces sols se
rencontrent sur toutes les pentes les plus abruptes de la Montagne Tortue. Leurs pentes toujours
supérieures à 30% sont très sensibles à l’érosion qui est d’ailleurs active même sous forêt
(marche d’escalier à chaque racine, litière en paquets…).
Les meilleurs sols sont ceux développés sur les schistes de Paramaca, gabbros, diorite. Ils se situent
essentiellement sur les Montagne Tortue et Maripa. Toutefois, les fortes pentes et les cuirasses associées à
ces types de sol, les rendent bien souvent contraignant vis à vis de l’exploitation forestière.
La majorité du massif forestier est constituée de sols ferralitiques fortement désaturés.
La pédogenèse de la presque totalité des sols est une ferralitisation intense.
L’influence du type de drainage interne est plus fort, car il agit sur l’aération du sol, la réserve utile,
l’épaisseur du sol exploitable par les racines et la fertilité chimique (qui est conditionnée par un bon
équilibre air / eau) [LESCURE et BOULET].
Lorsque l’on réalise un inventaire des arbres sur ces différents types de sol, la répartition en diamètre
montre que les gros diamètres sont plus nombreux sur les sols à DVL (Drainage Vertical Libre) et les petits
sur les sols à DVB (Drainage Vertical Bloqué).
Pour les sols à DVB ou DVR (Drainage Vertical Ralenti), le profil type est plutôt de type :
- forêt à sous-bois plus dense, en position de pente forte aux abords de bas-fonds plats mais
également sur crête étroite,
- un sol avec une litière peu épaisse et discontinue et des horizons superficiels macroporeux
également peu épais,
- une infiltration de l’eau ralentie entraînant la formation d’une nappe perchée lors de fortes
pluies.
A noter, que l’on peut rencontrer localement des sols à drainage superficiel (DS).
1.1.4 – Climat
La forêt est soumise au climat équatorial qui caractérise la Guyane ; c’est à dire, uniformément chaud,
avec une forte humidité relative, une faiblesse des alizés qui la traversent et une pluviométrie importante.
Avec la particularité, toutefois, d’être située dans une partie du département parmi les plus arrosée de
Guyane.
La station météorologique de référence est celle de Régina.
Les précipitations :
Le régime pluviométrique fournit les données pluviométriques suivantes :
Régina :
° Précipitations moyennes annuelles
avec un maximum de 5094 mm en 1990.
: 3 806 mm
Les températures :
Les températures moyennes sont :
Régina :
° Température moyenne annuelle (1989-2006)
: 27 °C
12
Vents :
Les vents violents sont rares, toutefois, des phénomènes de micro-tornades (observés très localement)
peuvent être à l’origine de chablis dont la taille et l’importance restent modeste au niveau de la forêt.
A noter, toutefois, que la création de couloirs artificiels tels que les secteurs très impactés par l’activité
minière peuvent accentuer ces phénomènes et être à l’origine de chablis de taille très importante
(observation personnel sur le secteur forestier de Roche Fendée au lieu dit La Boue le long de la crique
Ipoucin, fortement impactée sur toute sa longueur).
Humidité :
Régina :
° Humidité moyenne vraie (1989-2006)
: 82%
1.1.5 – Les zones biogéographiques – régions naturelles
Le plateau des Guyanes fait partie de l’Amazonie au sens large et s’intègre dans le grand ensemble
floristique du « domaine guyano-amazonien ».
Les premières cartographies réalisées par De Granville puis Paget distinguaient 15 régions et 21 sous
régions naturelles reposant sur l’hétérogénéité du territoire guyanais, en superposant les informations
disponibles concernant la nature du substratum géologique, les caractéristiques du relief, les variations
climatiques et les dominantes phytogéographiques.
Une deuxième approche réalisée par l’ONF, a permis d’affiner ce premier découpage, grâce à l’utilisation
d’un modèle numérique de surface (SRTM – Shuttle Radar Topography Mission) qui représente plus ou
moins la surface de la canopée. Ce Modèle Numérique couvrant l’ensemble de la Guyane avec une
résolution spatial de 30 m dans le plan et une imprécision verticale de 11 m.
La typologie utilisée a permis de catégoriser de façon précise les principaux géo-morphotypes présents sur
le territoire guyanais. Une analyse de la répartition spatiale des types au niveau régional a été effectuée sur
SIG afin de définir les grandes unités de paysage et les grands massifs à partir de l’organisation des
modelés. La répartition hétérogène des types permet de distinguer de grands ensembles caractérisés par des
mosaïques de modelés caractéristiques définissant ainsi les grandes zones naturelles (biogéographiques).
La démarche a consistée à travailler à l’échelle des unités de modelés, par l’analyse des différents
géomorphotypes présents en Guyane, à en faire une typologie et à les cartographier - pour ensuite réaliser
les analyses aux échelles les plus larges.
Une segmentation du territoire guyanais a été réalisée aboutissant à une cartographie des unités
géomorphologiques sur toute la Guyane. Les unités géomorphologiques ainsi définies permettent une
stratification de l’espace forestier en unités de paysage.
Les régions naturelles sont définies, le plus souvent possible, sur des discontinuités environnementales
fortes.
La sous région naturelle est retenu pour exprimer les variations climatiques ou biogéographiques.
Sur l’ensemble de la Guyane, on distingue 5 grandes zones biogéographiques, 15 régions naturelles et 82
sous régions naturelles.
Pour le massif, on distingue trois zones biogéographiques, trois régions naturelles et huit sous régions
naturelles rattachées à des ensembles géologiques différents :
- Les terres basses ou plaines côtières sédimentaires :
− A4 : La région naturelle des vallées alluviales sédimentaires, sous région naturelle A4a des vallées
alluviales et sédimentaires de la Comté et de l’Orapu.
Les formations sédimentaires dominent tout naturellement la géologie de la région naturelle A4.
Les reliefs dominant sont de type collines et bas plateaux hydromorphes. L’altitude moyenne se situe
autour des 10 m (entre 2 et 17 m) sur les bords de l’Orapu et autour des 40 m pour la partie sur substrat
granitique (maximum de 79 m).
13
- La chaîne septentrionale ou synclinorium du nord :
− B3 : La région naturelle de l’Est sédimentaire et volcanique : divisée en trois sous régions au
relief tourmenté et à forte pluviométrie (concerne la plus grande partie du massif forestier) :
. B3(c) : Sous région de la Counana, de la crique Tibourou et de la crique Wapou, dont seule la
partie ouest concerne la forêt ;
. B3(d) : Sous région des Montagnes Cacao, Maripa, Tortue et Balenfois : il s’agit d’un vaste
massif sur schistes de Paramaca, le plus méridional de la chaîne, rattachée à la chaîne
septentrionale ou synclinorium du nord. C’est la zone naturelle la plus importante de la forêt
avec près de 58% de la surface.
. B3(e) : Sous région des Monts Inéry, des Petites Montagnes Tortues et de la Montagne Baugé.
Cette sous région concerne essentiellement le secteur de Counamari avec un particularisme
important lié aux Petites Montagnes Tortues.
- Le massif central ou domaine granito-gneissique central :
− C3 : La région naturelle du massif centre-est : vaste zone en forme de demi cercle, à l’est de la
dorsale de la Trinité ; quelques massifs de la série de Cayenne sur le flanc nord ; fort
gradient pluviométrique du nord-est au sud-ouest.
∙ C3(b) : Sous région de l’Orapu-Comté, de la Montagne Bagot et de Balata-Saut Léodate.
Cette sous région concerne essentiellement le nord nord-ouest du secteur de Roche Fendée ;
∙ C3(c) : Sous région du Haut Sinnamary et de la crique Arataye. Seule une petite partie,
correspondant à la partie aval de la rivière Blanc concerne la forêt ;
. C3(k) : Sous région de l’Approuague, de Grande Crique et de la crique Mataroni. Il s’agit de
la partie longeant l’Approuague constituant le piémont des Montagnes Tortues ;
. C3(m) : Sous région de la Savane roche Virginie et des criques Fromager et Gros Philippe.
Elle ne concerne qu’une faible surface au sud du secteur de Counamari.
Tableau récapitulatif des zones biogéographiques, des régions naturelles et sous régions naturelles
présentent sur la forêt de Bélizon.
Zones biogéographiques
A- Les terres basses ou
plaines côtières
sédimentaires
B - La chaine septentrionale
ou synclinorium du nord
Régions Naturelles
Sous Régions Naturelles
A4 - Vallée alluviale
sédimentaire
B3 - Région de l'est
sédimentaire et volcanique
A4a - Vallée alluviale et sédimentaire de la
Comté et de l'Orapu
B3c - Sous-région de la Counana, de la
crique Tibourou et de la crique Wapou
B3d - Sous-région des Montagnes Cacao,
Maripa, Tortue et Balenfois
B3e - Sous-région des Monts Inéry, des
Petites Montagnes Tortues et de la
Montagne Baugé
C - Le massif central ou
domaine granito-gneissique
central
C3 - Région du massif
centre-est
%
5 931
4,9%
90 075
73,9%
3 732
70 537
15 796
25 830
C3b - Sous-région de l'Orapu-Comté, de la
Montagne Bagot et de Balata-Saut Léodate
C3c - Sous-région du Haut Sinnamary et
de la crique Arataye
C3k - Sous-région de l'Approuague, de
Grande Crique et de la crique Mataroni
C3m - Sous-région de la Savane roche
Virginie et des criques Fromager et Gros
Philippe
Total forêt de Bélizon
Surface
(ha)
21,2%
11 585
1 864
12 137
244
121 835
100%
La carte des régions naturelles figure en annexe 4.
14
1.2 – Facteurs biotiques
1.2.1 – Flore
La forêt de Bélizon, comme la quasi-totalité du département, appartient au grand ensemble de la forêt
équatoriale, ombrophile, sempervirente qui recouvre le bassin amazonien et le plateau des Guyanes.
Cette forêt se caractérise par une très grande diversité végétale, que ce soit au niveau du département (plus
de 5500 plantes vasculaires dont plus de 1600 espèces d’arbres – atteignant plus de 10 cm de diamètre à 1,3
m regroupées en plus de 70 familles et recensées en Guyane), ou à l’unité de surface, les 550 tiges (en
moyenne 300 à 350) présentes sur 1 hectare, représentent plus de 150 espèces (jusqu’à 190) - PREVOST et
SABATIER (1993).
Il existe environ 90 espèces présentant un intérêt technologique reconnu. Elles représentent généralement
en forêt guyanaise sur sol ferme près de la moitié de la surface terrière du peuplement global (données du
pré-inventaire au 1/1000 réalisé entre 1962 et 1970).
La caractérisation du bois de ces espèces découle d'essais normalisés réalisés par le CIRAD-Forêt.
La liste des essences commerciales figure en Annexe 5.
Les données connues sur l’autécologie de ces essences figures dans les Directives Régionales
d’Aménagement.
La variabilité de la composition floristique peut être importante et est due notamment à la dynamique de
reconstitution du couvert faisant suite aux chablis, volis et pénétrations humaines.
Les rythmes phénologiques sont souvent très marqués ; les floraisons sont plus abondantes en périodes
sèches et les fructifications en saison des pluies. Le mode de dissémination est principalement la zoochorie
(83,4 % des espèces) associée à une production de fruits continue. Toutefois, des variabilités peuvent être
observées certaines années avec une production très faible.
La structuration (verticale et horizontale) des peuplements reste très complexe, aboutissant à une répartition
irrégulière des arbres dont les dynamiques individuelles de régénération, de croissance et de mortalité,
restent très variées.
Dans l’état des connaissances, au niveau de la forêt de Bélizon, les premiers inventaires forestiers et
botaniques réalisés donnent les résultats suivants.
Sur les placettes permanentes de la parcelle 17 du secteur forestier de Montagne Tortue (3 placettes pour 14
ha inventoriés) ; inventaire, avant exploitation, à l’espèce ou au genre de toute tige à partir de 10 cm de
diamètre.
Tableau I : Inventaires Forestiers toutes espèces – Placettes permanentes de la parcelle 17 du
secteur forestier de Montagne Tortue :
Nombre d’essence forestière
Nombre de tige de plus de 10
cm de diamètre dont :
- essences commerciales
- bourrage
Nombre de genres
Nombre de familles
Surface terrière en m2/ha
- essences commerciales
- bourrage
Volume du peuplement en
m3/ha
- essences commerciales
- bourrage
Biomasse du peuplement en
t/ha
Placettes Témoin (6 ha)
169
458
Placette traitée 1 (4ha)
152
509
Placette traitée 2 (4ha)
139
479
Moyenne
153
482
246
212
110
40
25,56
17,24
8,32
315
264
245
103
43
29,32
19,04
10,28
363,03
225
254
100
41
27,78
16,84
10,94
339,26
245
237
104
41
27,55
17,70
9.84
339,09
220,48
94,52
327,72
245,17
117,86
396,24
213,44
125,82
358,09
226,36
112,73
360,68
15
Plus de quarante familles végétales sont représentées (tableau I) parmi lesquelles les Légumineuses
dominent en nombre avec 38% des effectifs, notamment les Caesalpiniaceae (32%), suivies des Sapotaceae
(14%) et des Lecythidaceae (13%). Les quatre familles les plus représentées regroupent 64% des effectifs,
dont la moitié pour la famille dominante, les Caesalpiniaceae. Par ailleurs, un grand nombre de familles
sont représentées par un faible nombre d’individus.
Trois espèces, appartenant toutes à la famille des Caesalpiniaceae, dominent le peuplement et représentent
25,5% de l’effectif total des strates supérieures. Il s’agit de Eperua falcata (10%), Dicorynia guianensis
(8,5%) et Vouacapoua americana (7%). D’autres espèces sont également bien représentées, comme par
exemple Manilkara spp – Sapotaceae (4%), Eperua grandiflora- Caesalpiniaceae (3%), et Chrysophyllum
sanginolentum – Sapotaceae (3%).
Tableau 2 : Inventaires forestiers toutes espèces – MTO17.
Fréquences des familles et essences les plus représentées (N= 329 et DBH sup à 10 cm).
Famille (%)
Caesalpiniaceae (18% ST et 9% NT)
Sapotaceae (13% ST et 14% NT)
Mimosaceae (13% ST et 13% NT)
Lauraceae (8% ST et 7% NT)
Lecythidaceae (4% ST et 7% NT)
Burseraceae (5% ST et 5% NT)
Apocynaceae (5% ST et 5% NT)
Myristicaceae (4% ST et 3% NT)
Principales espèces représentées par famille
Angélique : Dicorynia guianensis
Wacapou : Vouacapoua americana
Gangui oudou : Tachigali sp
Balata franc : Manilkara spp
Niamboka : Pouteria spp
Oueko : inga spp.
Alimiao : Pseudopiptadenia spp.
Grignon franc : Ocotea rubra
Cédres : Ocotea spp
Mahos noirs : Eschweleria spp
Mahos rouges : Lecythis spp
Moni : Protium spp
Koumanti oudou : Aspidosperma sp
Samaati : Aspidosperma sp
Baaka mapa : Couma guianensis
Aroumapici : Ostheophleum platyspermum
Yayamadou montagne : Virola melinonii
Yayamadou kwatae : Virola kwatae
Gonfolo rose : Qualea rosea
Vochysiaceae (4% ST et 2% NT)
Autres (51% ST et 30% NT)
Note : ST = surface terrière et NT = nombre de tige
A noter que la zone de la Montagne tortue à la particularité d’abriter des peuplements forestiers avec des
densités très faibles de Wapa contrairement au reste de la forêt.
Les premiers inventaires forestiers (DIAM – DIagnostics d’AMénagement et DIPA – Diagnostics
PArcellaires) réalisés entre 1999 et 2006 confirment les résultats des inventaires botaniques, avec toutefois
une part plus importante le gonfolo rose.
Les 2 tableaux ci dessous font état pour les DIAM des principales essences présentes sur le massif.
16
Classement des 20 premières essences forestières :
Famille
essence
Angélique
Gonfolo rose
Grignon Franc
Balata Franc
Goupi
Wapa
Wacapou
Chawari
Alimiao
Cédre noir
Achiwa Kouali
Gonfolo gris
Maho noir
Maho cigare
Bougouni
Wapa courbaril
Anangossi
Cédre blanc
Maho coton
Dodomissinga
Caesalpiniaceae
Vochysiaceae
Lauraceae
Sapotaceae
Celastraceae
Caesalpiniaceae
Caesalpiniaceae
Caryocaraceae
Mimosaceae
Lauraceae
Vochysiaceae
Vochysiaceae
Lecythidaceae
Lecythidaceae
Mimosaceae
Caesalpiniaceae
Combretaceae
Lauraceae
Bombacaceae
Mimosaceae
% nombre tige
% volume
% nombre tige
supérieur ou
tige entre
entre 35 et 50 cm égal à 55 cm de 35 et 50 cm
de diamètre
diamètre
de diamètre
34,0%
22,4%
32,2%
15,3%
9,1%
16,5%
7,2%
6,4%
7,7%
7,3%
5,2%
7,7%
4,3%
4,5%
5,1%
0,4%
3,3%
0,5%
25,6%
3,1%
22,0%
0,1%
3,1%
0,2%
0,1%
2,4%
0,1%
0,1%
2,4%
0,1%
0,1%
2,0%
0,1%
1,0%
2,0%
1,2%
0,1%
1,9%
0,2%
0,1%
1,8%
0,1%
0,0%
1,8%
0,1%
0,1%
1,7%
0,1%
0,1%
1,6%
0,2%
0,1%
1,4%
0,1%
0,0%
1,4%
0,0%
0,1%
1,4%
0,1%
% volume
tige
supérieur
ou égal à 55
cm de
diamètre
22,1%
8,3%
6,6%
5,0%
4,4%
3,2%
2,4%
4,3%
2,8%
2,1%
1,2%
2,1%
2,3%
2,0%
1,8%
1,2%
2,6%
1,3%
1,4%
1,6%
Les deux familles les plus présentes sont les caesalpiniaceae (dominées par l’angélique) avec plus de 60%
du nombre de tiges (tous diamètres) suivies des vochysiaceae (dominées par le gonfolo rose) avec plus de
16%.
17
Concernant les essences commerciales majeures principales, l’analyse des DIPA réalisés sur la forêt donne la répartition suivante :
Secteur
forestier
Roche Fendée
Montagne Tortue
Maripa
Grillon
Counamari
Tibourou
Total forêt de Bélizon
Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance Abondance
en nombre en volume en nombre en volume en nombre en volume en nombre en volume en nombre en volume en nombre en volume en nombre en volume
de tige
des tiges
de tige
des tiges
de tige
des tiges
de tige
des tiges
de tige
des tiges
de tige
des tiges
de tige
des tiges
supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à supérieur à
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
55 cm de
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
DBH
Essence
Angélique
Gonfolo
rose
17,4%
19,5%
13,21%
13,01%
20,1%
21,3%
21,8%
21,7%
26,97%
29,39%
13,8%
17,5%
18,88%
20,42%
8,6%
8,8%
13,81%
14,99%
4,1%
4,1%
7,5%
7,6%
2,09%
1,90%
18,1%
17,6%
9,04%
9,15%
Wacapou
Balata
franc
4,2%
2,7%
12,39%
10,79%
4,9%
3,8%
4,6%
4,6%
6,23%
4,70%
6,7%
5,9%
6,51%
5,42%
3,9%
4,2%
5,32%
6,23%
3,7%
3,5%
1,5%
1,5%
6,08%
5,42%
11,9%
11,8%
5,40%
5,44%
Goupi
Grignon
franc
Gonfolo
gris
3,3%
3,3%
4,27%
4,07%
4,1%
3,9%
6,8%
6,8%
5,00%
4,95%
3,5%
3,7%
4,49%
4,46%
3,3%
4,0%
3,20%
3,16%
4,0%
4,6%
4,9%
4,9%
4,72%
5,90%
1,7%
2,1%
3,63%
4,10%
1,7%
2,0%
1,43%
1,74%
Amarante
0,2%
0,5%
1,0%
1,0%
0,8%
0,8%
1,28%
1,23%
1,1%
1,0%
1,21%
1,29%
0,03%
0,02%
0,02%
0,02%
0,23%
0,18%
0,9%
0,8%
0,27%
0,29%
L’angélique domine sur l’ensemble des secteurs forestiers avec en moyenne sur la forêt 19% du nombre de tige supérieur à 55 cm de diamètre, avec une présence très
importante sur le secteur forestier de Counamari.
Le Gonfolo rose est la deuxième essence commerciale mais avec plus de 2 fois moins d’effectif présent. Il existe une disparité entre les secteurs forestiers et l’essence ne
domine véritablement que sur Tibourou et Montagne tortue (1ère essence présente devant l’angélique).
Le wacapou est également bien présent mais avec la aussi une disparité entre secteur forestier. Le secteur forestier de Montagne Tortue étant le plus équilibré, puisque les
trois premières essences commerciales sont présentes dans des proportions quasi équivalentes.
On peut noter, une faible présence du gonfolo gris et une quasi absence de l’amarante.
18
1.2.1.1 – Formations forestières
La forêt marécageuse et forêt de flat (4,8%) :
Elle couvre les sols hydromorphes des fonds et des terrasses alluviales et occupe les vallées alluviales où
existe une nappe à faible profondeur. Le nombre d'espèces y est limité par rapport aux types suivants et la
flore est dominée par les palmiers et les monocotylédones à grandes feuilles. Cette formation comprend
principalement des palmiers : Toulouri (Manicaria saccifera) (inféodé à l’interfluve Approuague-Oyapock,
n’est présent en nombre qu’au sud du secteur de Counamari), Pinot (Euterpe oleracea), Patawa (Jessenia
bataua), et Bactris pliniana ; des monocothylédones : Ischonosiphon sp, Heliconia sp. et des Rapateaceae
(Rapatea ulei, Rapatea paludosa et Spathantus unilateralis). Chez les grands arbres dominent le Wapa
(Eperua rubiginosa et Eperua facalta), les mahos rouges (lecythis sp.), le Manil marécage (Symphonia
globulifera), le Yayamadou marécage (Virola surinamensis), et le Moutouchi marécage (Pterocarpus
officinalis).
La forêt ripicole (2%) :
Elle pousse sur les rives des fleuves et des criques importantes.
Les rives concaves des méandres comportent des essences de terre ferme ainsi que des essences inféodées
aux bas de pente humides : wapa rivière (Eperua rubiginosa), cacao rivière (Pachyra aquatica) et
yayamadou marécage (Virola surinamensis). On y observe de nombreuses épiphytes et lianes.
Les rives convexes des méandres sont couvertes d’une végétation basse dite « pri-pri » dominée par le
moucou moucou (Montrichardia arborescens), les pois sucrés (Inga sp.), d’où émergent quelques bois
canon (Cecropia sp.), bois fourmis (Triplaris weigeltiana) et autres yayamadou marécage (Virola
surinamensis). Très présente sur les bords de l’Approuague.
La forêt de terre ferme (92,3%) :
Elle s’étend sur les sols à drainage vertical libre ou superficiel. L’étage dominant, quasiment continu, est
composé d’arbres assez élancés, de tous les diamètres qui surplombent un sous-étage peu dense sur sol
profond et beaucoup plus impénétrable sur sol superficiel.
Dans les forêts de terre ferme on peut distinguer (de façon simplifiée) :
- Les forêts hautes sur plateaux et collines, avec une forte proportion de grands arbres, quelques
bois moyens, peu de petits bois et un sous bois dégagé. Les forêts sur migmatites caraïbes sont,
notablement, riches en Angélique (Dicorynia guianensis) souvent associée au Balata Franc
(Manilkara bidentata et Manilkara huberi) ainsi qu’au wacapou (vouacapoua americana) mais
en densité moins importante. Le palmier Patawa (Jessenia bataua) est abondant. Dans le sous
bois, les palmiers Counana (Astrocaryum paramaca) et Mourou mourou (Astrocaryum
sciophilum) sont assez abondants. Les forêts sur schistes de Paramacaca sont quant à elles
riches en Gonfolo rose.
- Les forêts à lianes sur plateaux, avec une voûte moins élevée et disjointe, un sous bois
broussailleux et difficile à pénétrer (les lianes formant des amas denses, difficilement
pénétrables), se trouvent essentiellement sur les zones d’affleurement de la cuirasse latéritique
(associés aux schistes de Paramaca). Les zones bien éclairées sont favorables à la croissance
d’espèces herbacées (herbes rasoirs).
- Les forêts sur pente, avec une composition floristique un peu différente de celle des plateaux, et
surtout un sous bois beaucoup plus dense.
Il existe en fait plusieurs types de forêt de terre ferme. Les variations, liées notamment au substrat
géologique et aux caractéristiques géomorphologiques, dans la composition et la structure de la forêt sont
observées.
1.2.1.2 – Les habitats forestiers naturels « patrimoniaux »
Parmi les différents types d’habitats naturels présents sur le massif, certains sont dits "habitats naturels
d'intérêt patrimonial". Leur valeur patrimoniale remarquable est, dans le cas du massif, fondée sur la rareté
de ces milieux à l'échelle de la Guyane.
19
Sont présents sur le massif les habitats patrimoniaux suivants :
Les forêts basses sur cuirasses latéritiques :
Les massifs tabulaires de gabbros et de laves basiques de la série dite « de paramaca » sont surmontés de
cuirasses latéritiques ou latéro-bauxitiques qui les ont protégées de l’érosion.
Ces zones de cuirassement portent des forêts basses, rabougries qui poussent sur un sol meuble très mince
voir même inexistant. Par endroit la cuirasse latéritique affleure. Elles sont riches en lianes, les palmiers
sont souvent absents et la strate herbacée est parfois très dense. On y trouve les mêmes essences d’arbres et
d’arbrisseaux que dans les forêts hautes de basse altitude, dans les mêmes proportions mais moins
développées à cause de la quasi-absence de sol. Parmi les arbustes, les Melastomataceae abondent, ainsi
que certaines Rubiaceae (Psychotria sp.pl. et Coussarea sp.pl, Faramea guianensis dans les zones
humides). Ce type de forêt se retrouve au sommet de la Montagne Maripa et de la Montagne Tortue.
Ces formations peuvent par endroits constituer des habitats peu étendus et surtout être imbriqués dans des
forêts sur cuirasse latéritique plus élevées (en raison de la fragmentation de la cuirasse qui laisse plus de
place à la pénétration des racines). La prise en compte de ce type d’habitat s’avère donc parfois délicate
compte tenu de cette imbrication. Dans le cadre de parcelle en production, il s’agira de bien localiser ces
formations au moment de l’inventaire avant exploitation et de spécifier sa présence dans le cahier des
clauses particulières.
Les forêts marécageuses perchées sur cuirasses latéritiques :
La proximité de la surface de la cuirasse ainsi que son imperméabilité, favorise l’existence dans le sous-bois
de mares temporaires, voire permanentes, qui constituent d’intéressants milieux pour les amphibiens.
Toutefois, à la saison sèche, ce type de milieu est parfois difficile à reconnaître puisque les mares sont
souvent asséchées.
Ces formations de surfaces très faibles sont imbriquées dans d’autres types d’habitats et leur prise en
compte s’avère donc parfois délicate compte tenu de cette imbrication. Dans le cadre de parcelle en
production, il s’agira de bien localiser ces formations au moment de l’inventaire avant exploitation
(désignation) et de spécifier sa présence dans le cahier des clauses particulières. Les forêts de terre ferme
sur schistes de Paramaca sont les plus propices à développer ce type de forêt.
Les forêts inondables des berges des rivières et des fleuves :
La physionomie de ce type de végétation sur sol périodiquement asphyxiant est caractérisée par peu de
grands arbres et une voûte disjointe facilitant la pénétration de la lumière dans le sous- bois. On peut
toutefois distinguer plusieurs physionomies pour ce type d’habitat.
En règle générale, ces formations ne dépassent pas 30 m de haut, le sous-bois peut être très dense et est
parfois envahi par des amas de lianes ligneuses recouvertes de mousses et d’épiphytes. Le sol ne présente
en général aucun relief sinon, par endroits, de petits monticules réguliers, à la base des troncs, refuges où
s’accumulent la plupart des plantes du sous-bois, laissant entre ceux-ci des cuvettes de formes variables
(appelées « Djougoung-peté ») communiquant souvent entre elles et pleines d’eau en saison des pluies.
Les petits bois sont particulièrement nombreux, tandis que les grands arbres sont relativement rares. La
strate herbacée est réduite, et souvent dominée par des fougères et des Marantaceae. Ceci s’explique par les
inondations fréquentes et les remaniements du sol à la suite des crues périodiques.
Du point de vue floristique, la voûte ne présente pas, apparemment, de caractéristiques exceptionnelles. Les
essences y sont variées (Caesalpiniaceae : essentiellement des wapas, Lecythidaceae : mahos rouges et
blancs, Vochysiaceae et Bombacaceae). Les palmiers sont très rares dans les flats inondables.
Certains types de forêts présents dans ces formations se caractérisent par une flore relativement pauvre, une
voûte également peu élevée et un sous-bois peu dense. On peut remarquer, parmi les arbrisseaux les plus
fréquents Rinorea sp, Paypayrola sp. (Violaceae) et Ixora sp. (Rubiaceae) aux grandes inflorescences
blanches très parfumées.
Ce type d’habitat présente un intérêt tout particulier pour certains poissons omnivores et phytophages se
nourrissant essentiellement de feuilles, de graines, d’invertébrés (apport allochtones). L’accès à ce type
d’aliments est plus aisé au cours des saisons des pluies lorsque le niveau des eaux permet l’accès aux berges
et aux sous-bois inondés. Il présente également un intérêt pour certains amphibiens qui se reproduisent, à la
saison des pluies, dans les mares près des berges dans les forêts temporairement inondées. Pour le massif,
ce type de forêt est essentiellement localisé le long de l’Approuague, de l’Orapu et de la Comté.
20
Les talwegs avec des chaos rocheux sur substrat volcanique :
Les chaos rocheux sont des blocs parfois important de granites de plusieurs dizaines de mètres cubes,
témoins d’éboulements anciens. La florule, de ces parois rocheuses relativement humides car maintenues à
l’ombre par la voûte forestière, présente d’intéressantes espèces saxicoles.
Les chaos rocheux peuvent représenter des sites favorables aux chauves-souris.
La forêt de Bélizon présente un grand massif schisteux d’origine volcano-sédimentaires ou ce type d’habitat
risque d’être fréquemment rencontré.
Les grottes et falaises :
Des abris sous roches sont fréquemment rencontrés dans les zones de cuirasse latéritique.
Ces abris hébergent de nombreuses espèces cavernicoles comme le coq de roche et de nombreuses chauvessouris. A noter, que ces abris sous roches constituent des sites potentiels d’occupations anthropiques. Leur
mise en protection répond donc à un double objectif de prise en compte de leur intérêt écologique mais
également archéologique. Ce type d’habitat présent sur la Montagne Tortue, l’est surtout sur la Montagne
aux Gouffres (secteur de Counamari) où il est constitué de blocs conglomératiques de tailles et en nombre
très importants.
En règle générale, tous ces habitats n’ont pas de potentiel sylvicole intéressant l’exploitation forestière.
Néanmoins, ils peuvent être concernés par celle-ci dans le cas où il existerait une proximité avec une zone
exploitée. De ce fait, il est intéressant de les recenser de façon à réaliser un état le plus exhaustif possible de
la diversité des habitats présents en forêt aménagée démontrant s’il en était besoin l’extrême biodiversité de
ces forêts et notre volonté concrète de la préserver.
Habitats patrimoniaux présents sur la forêt
Sauts et seuils rocheux de rivière
Les forêts basses sur cuirasses latéritiques
Les forêts marécageuses perchées sur cuirasses latéritiques
Les forêts inondables des berges des rivières et des fleuves
Les grottes et falaises
Les talwegs avec des chaos rocheux sur substrat granitique
Tous les habitats patrimoniaux de la forêt n’ont pas fait l’objet d’une cartographie. Toutefois, la carte de
situation des quartzites et conglomérats de l’Orapu qui constituent un des habitats des plus remarquables
présents sur la forêt figure en annexe 6. Ce sont les parcelles 17, 19, 21 et 25 du secteur de Counamari qui
sont concernées par cet habitat.
La liste des habitats patrimoniaux figure en annexe 7.
1.2.1.3 – espèces végétales protégées et remarquables
Le premier travail réalisé par le CSRPNG (Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de
Guyane) a permis d’identifier un certain nombre de plantes rares, endémiques, menacées et patrimoniales
de Guyane. Le terme « patrimonial » s’applique notamment aux taxons endémiques de Guyane (ou du
plateau des Guyanes), aux espèces en danger, menacées ou rares.
Toutefois, il parait nécessaire d’affiner ce travail car la classification d’un certain nombre d’espèces
notamment forestières, semble pour le moins incertaine au regard de notre connaissance de la forêt. En
effet, plusieurs de ces espèces forestières classées dans ces listes sont des espèces fréquemment rencontrées
en forêt lors de nos prospections ou inventaires forestiers.
Un premier arrêté ministériel, du 9 avril 2001, protège 83 espèces végétales dont essentiellement des
orchidées et arbustes, seules 15 espèces d’arbres dont 5 espèces de grands d’arbres (non recherchées par la
filière bois) y sont incluses.
D’un point général, il faut noter le sous échantillonnage de la forêt qui au regard de sa relative proximité
n’a fait l’objet que d’un nombre limité de prospections botaniques. Les localités les mieux renseignées sont
les bords de la route de Bélizon, plus particulièrement sur le secteur forestier de Grillon, les bords de
21
l’Approuague (autour de Saut Athanase), les criques tortue, Ipoucin, Roche Fendée et Counamari, les
bords de RN2 et la Montagne aux gouffres. Le site le plus documenté est celui du dispositif de recherche de
la parcelle 17 de Montagne tortue où des inventaires pluridisciplinaires ont été effectués.
Sur l’ensemble des données récoltées soit près de 1000 échantillons recensés dans la base Aublet 2 de
l’herbier de Cayenne, seules 2 espèces protégées ont été inventoriées.
Il s’agit d’Astrocaryum minus inventorié sur la Montagne aux gouffres et de Lecythis pneumatophora
inventorié sur les bords de l’Approuague au niveau du Saut Athanase.
L’Astrocaryum minus est un palmier épineux de sous bois, extrêmement rare puisque connu que de deux
régions du monde : en Guyane (avec 2 localités : le Mont Grand Matoury et les Petites Montagnes Tortues
dont fait partie la Montagne aux Gouffres) et la vallée de la rivière Jutai au Brésil, non loin de la frontière
péruvienne. Cette espèce est classée comme en danger critique d'extinction par l'UICN, et protégée par
l’arrêté préfectoral du 9 avril 2001.
Le Lecythis pneumatophora essentiellement présent dans les forêts ripicoles, n’est connu que de quelques
localités en Guyane. Sa situation dans des milieux non soumis à l’exploitation forestière, permet une
relative protection de l’espèce toutefois mise à mal dans les zones concernées par l’exploitation aurifère
alluvionnaire.
La description de ces 2 espèces protégées signalées en forêt de Bélizon figure en annexe 8.
1.2.2 – Faune sauvage
Elle se caractérise par une forte diversité et par le rôle prépondérant qu’elle joue dans la dissémination des
graines et fruits (plus de 80 % des essences forestières sont zoochores). Les chauves-souris, les oiseaux, les
singes, ainsi que les marsupiaux et les rongeurs prennent une part active dans la dissémination.
Les équilibres faune/flore et prédateurs/proies s’établissent naturellement sans qu’il soit besoin de réguler
les populations animales par des prélèvements.
1.2.2.1 – Espèces animales protégées et remarquables
Le tableau récapitulatif des espèces animales intégralement protégées figure en annexe 9.
Le singe Atèle (Kwata) est très présent sur la forêt de Bélizon et notamment sur les zones montagneuses
des Montagnes Tortues. Il est sensible à la perturbation de ces habitats de vie et la fragmentation due aux
activités minières légales et illégales importantes peut engendrée un dérangement important voire un
déplacement des populations.
1.2.2.2 – Autres espèces animales présentent dans la forêt
Le Tapir est également bien présent sur le massif eu égard à la présence de zones basses proches de
l’Approuague, de l’Orapu et de la Comté. La pression de chasse fut assez importante pendant plusieurs
années, mais la présence du point de contrôle de gendarmerie à l’entrée de la piste de Bélizon n’autorisant
l’accès qu’à des chasseurs faisant partie d’associations tend à mieux répartir les prélèvements.
22
Les espèces gibiers recherchées et chassées sont essentiellement :
Groupe
Primates
Ongulés
Rongeurs
Oiseaux
Reptiles
Espèces
Observations
- le singe hurleur (baboune) (Alouatta Hurlements facilitent le repérage.
seniculus)
- les capucins (macaques) dont :
* le capucin brun (Cebus apella)
* le capucin à tête blanche (Cebus
olivaceus)
- le pécari à collier (pakira) (Tayassu
tajacu)
- le pécari à lèvres blanches (cochon
bois) (Tayassu pecari)
- le cariacou (Mazama gouazoubira)
- la biche (Mazama americana)
- le tapir (maïpouri) (Tapirus terrestris)
- l’agouti (Dasyprocta leporina)
- le pac (Agouti paca)
- le hocco (Crax alector),
Espèce patrimoniale
- le marail (Penelope marail),
- l’agami (Psophia crepitans),
- le grand tinamou (perdrix) (Tinamus
major)
- le caïman à lunettes (Caiman
crocodylus),
- le caïman à front lisse (Paleosuchus
palpebrosus),
- les tortues terrestres (Geochelone
denticulata)
Les oiseaux :
Présence d’Agamis, de marails et de hoccos.
Les mammifères :
Pas d’études particulières sur les mammifères.
L’entomofaune :
Pas d’études particulières sur les insectes.
Les ophidiens :
Pas d’études particulières sur les serpents.
Les sauriens :
Pas d’études particulières sur les lézards.
Les amphibiens :
Pas d’études particulières sur les anoures.
Les premiers inventaires faunistiques réalisés sur la forêt restent, eu égard à l’importance de sa superficie,
bien en deçà des efforts d’inventaire nécessaires pour une caractérisation aboutie de la faune de ce massif.
On constate un défaut flagrant d’inventaire faunistique sur la forêt de Bélizon qui s’explique en partie par le
niveau élevé de perturbation (exploitation forestière et surtout orpaillage depuis de nombreuses années) qui
rend difficile voir impossible toute interprétation d’indices de présences/absences faunistiques.
23
1.2.3 – Z.N.I.E.F.F
Seule la ZNIEFF de type 2 de la Montagne Maripa (secteur forestier de Tibourou), dont la valeur
écologique n’est pas remise en cause, a été délimitée sur la forêt de Bélizon.
La fiche descriptive de cette ZNIEFF ainsi que leur carte de situation figure en annexe 10.
Le secteur de la Montagne aux Gouffres (qui peut être rattaché à celui de la Petite Montagne Tortue), qui
avait été oublié lors de la définition des premières ZNIEFF, fait l’objet d’une procédure de classement en
ZNIEFF de type I (réactualisation des ZNIEFF de Guyane en cours sur la période 2010-2012).
1.3 – Relations entre facteurs abiotiques et biotiques : les unités
géomorphologiques
Le manque de connaissances dans bien des domaines en forêt tropicale, tant sur le fonctionnement des
écosystèmes, que sur la répartition, l’abondance et le statut des espèces animales et végétales, rend difficile
l'appréciation des enjeux environnementaux au sein d'un massif forestier.
Aucun catalogue de stations forestières n'existe en Guyane.
Compte tenu de l’immensité du massif, il est inconcevable de réaliser avant aménagement toutes les études
de terrain qui permettraient d’identifier les zones représentatives de sa biodiversité.
L’objectif principal recherché est donc d’aider à la division de la forêt en grands objectifs.
L’intégration de tout ou partie de chaque type d’unités géomorphologiques au sein des séries d’intérêt
écologique ou de protection physique et générale des milieux et des paysages, participe au maintien et à la
conservation de la biodiversité au sein du massif forestier.
Pour la forêt de Bélizon peuvent être définies les unités géomorphologiques suivantes :
Unités géomorphologiques
Flats et terrasses
Terrasses alluviales et flats
Reliefs bas aux formes multiconvexes hydromorphes
Zones hydromorphes
Collines et bas plateaux
Collines et bas plateaux multiconvexes sur granites de forme circulaire à
elliptique
Collines et bas plateaux multiconvexes en lanière
Collines et bas plateaux multiconvexes de faible amplitude inférieure à 15 m
Collines et bas plateaux simples – demi oranges surbaissées
Collines et bas plateaux simples tronconiques
Hauts plateaux
Hauts plateaux multiconvexes en lanière
Hauts plateaux ovoïdes à elliptiques
Hauts plateaux simples et demi-orange
Hauts massifs et échines avec piémont
Hauts massifs multiconvexes
Hauts massifs de barre sur roches dures
Total général
Surface % de la surface
(ha)
de la forêt
200
6 280
2 096
8 576
0,2%
5,2%
1,7%
7,0%
14 980
592
785
767
12 161
29 285
12,3%
0,5%
0,6%
0,6%
10,0%
24,0%
22 700
17 389
579
40 659
18,6%
14,3%
0,5%
33,4%
19 059
24 247
43 306
121 835
15,6%
19,9%
35,5%
100%
Les hauts reliefs représentent près de 70% de la surface de la forêt avec notamment les hauts plateaux
(33,4%) et les hauts massifs et échines avec piémont (35,5%).
24
Le secteur de Roche Fendée, en partie en raison de son étendue plus importante, présente la plus forte
représentativité de chacune des unités géomorphologiques, seules les zones hydromorphes sont plus
importantes sur le secteur de Maripa (plus particulièrement le long de l’Orapu).
Quant à la part des unités géomorphologiques par secteurs forestiers :
- Le secteur de Counamari renferme essentiellement des hauts plateaux (55,7% de sa surface
avec 40,1% pour les hauts plateaux multiconvexes en lanière). 25% de surface porte des
collines et bas plateaux dont 13,7% de collines et bas plateaux multiconvexes sur granites de
forme circulaire à elliptique.
- Le secteur de Grillon porte en majorité des collines et bas plateaux (58% de sa surface) avec
plus particulièrement des collines et bas plateaux multiconvexes sur granites de forme circulaire
à elliptique (32%) et des collines et bas plateaux simples tronconiques (21,7%). C’est le secteur
forestier avec celui de Maripa qui porte le plus d’unités sur flats et terrasses avec près de 14%
de sa surface.
- Le secteur de Maripa porte quant à lui plutôt des hauts massifs avec 35,5% de sa surface
concernée dont 27,2% de hauts massifs multiconvexes, suivis des collines et bas plateaux
(27,1%) avec 14,5% de collines et bas plateaux multiconvexes sur granites de forme circulaire à
elliptique et 10,7% de collines et bas plateaux simples. Les hauts plateaux sont bien représentés
(25,5%) avec une part quasi égale entre les hauts plateaux multiconvexes en lanière et les hauts
plateaux ovoïdes à elliptiques. Les flats et terrasses sont assez bien représentés avec 12% de la
surface du secteur.
- Le secteur de Montagne tortue est dominé à 53,7% pour les hauts massifs dont 31,9% de hauts
massifs multiconvexes et 21,8% de hauts massifs de barre sur roches dures. Sur le reste de la
surface se répartissent à part quasi égale, les collines et bas plateaux (22,6%) constitués à
15,3% de collines et bas plateaux multiconvexes sur granites de forme circulaire à elliptique et
les hauts plateaux (21,7%) dont 13,1% de hauts plateaux multiconvexes en lanière. Les flats et
terrasses sont quasi inexistants avec 2% de la surface concernée.
- Le secteur de Roche Fendée est dominé par des hauts massifs (39,6%) et par les hauts plateaux
(37,3%). Ce sont les hauts massifs de barre de roches dures avec 21,2% et les hauts plateaux
multiconvexes en lanière avec 19,6% qui sont les mieux représentés. Les hauts massifs
multiconvexes (18,4%) et hauts plateaux ovoïdes à elliptiques (17,3%) sont également bien
présents. Les collines et bas plateaux représentent 18,4% de la surface du secteur avec
principalement, les collines et bas plateaux simples tronconiques (9,8%), plus présents dans le
nord du secteur et les collines et bas plateaux multiconvexes sur granites de forme circulaire à
elliptique (7,5%) bien représentés aux sud.
- Le secteur de Tibourou porte sur 38,8% de sa surface des hauts massifs dont 32,5% de hauts
massifs multiconvexes (une seule entité d’un seul tenant : la Montagne Maripa), suivent les
collines et bas plateaux (26,9%) et les hauts plateaux (25,2%). Les flats et terrasses sont
présents essentiellement sur les bords de l’Orapu.
La carte, ainsi que les tableaux détaillant par secteurs forestiers la représentativité de chaque unité
géomorphologique figurent en annexe 11 et 12.
25
1.4 – Analyses des contraintes topographiques vis à vis de l’exploitation
forestière
L’étude de la topographie et du réseau hydrographique de la forêt, permet d’établir une carte des contraintes
vis à vis de l’exploitation forestière. Cette carte s’appuie sur les pentes moyennes des versants des unités de
modelés et permet d’identifier les zones de la forêt où les pentes sont susceptibles de constituer des
contraintes vis-à-vis de l’exploitation forestière. Cette analyse ne permet pas de préjuger de la possibilité,
ou non, d’un accès, mais donne une indication sur les zones où une mise en valeur forestière sera difficile.
Pente moyenne
0-5%
5 - 10 %
10 - 20 %
20 - 30 %
30 - 45 %
% de la surface
3,7
10,9
52,5
32,7
0,2
100
Dans le cas de la forêt de Bélizon près de 33% de la surface constituent des zones à contraintes fortes à très
fortes.
Les zones basses des flats et terrasses des principaux fleuves (près de 4% de la surface) sont des zones
volontairement exclues des surfaces ouvertes à l’exploitation forestière.
En considérant, les forêts marécageuses, les forêts de terre ferme ayant des pentes supérieures à la
contrainte maximale pour l’exploitation forestière, les forêts basses sur cuirasses latéritiques, les nombreux
talwegs aux pentes fortes, ce sont près de 40% (en moyenne) de la surface des parcelles qui sont
inexploitables.
La carte des contraintes topographiques figure en annexe 13.
1.5 –Inventaires forestiers
1.5.1 – Anciens inventaires.
La carte de situation des anciens inventaires figure en annexe 14.
1.5.1.1 – Inventaires au 1/1000ème.
La campagne d’inventaire au 1000ème réalisée entre 1962 et 1970 par l’ONF sur la chaîne septentrionale
(3 053 800 ha) a concernée la forêt de Bélizon.
Les résultats par groupe d’essence et par substrats géologiques des inventaires au 1/1000ème figurent en
annexe 15.
Pour le massif, les layons d’inventaires 21 à 25 ont traversé les secteurs forestiers suivant :
Layon
21
22
23
24
25
Secteur Forestier
Roche Fendée
Grillon
Maripa
Montagne tortue
Counamari
Maripa
Tibourou
Counamari
26
Les résultats d’inventaire par hectare classés par substrat géologique pour les diamètres supérieur à 60
cm sont résumés dans les tableaux suivants :
Substrat géologique
Diorites
Schistes de Bonidoro
Migmatites guyanaises
Granites guyanais
Schistes Paramaca
Alluvions fluviatiles
Total
Surface
Nombre Volume
totale
de tige
ECM
1
inventoriée ECM par
par
en ha
hectare
hectare
7,1
8
7,6
11,6
36
7,7
78
8,9
9,6
5
9,3
8,4
4,8
8
45,6
46
41,2
58,3
47,8
36,8
47,3
Nombre Volume Nombre
de tige AEC par de tige
AEC par hectare
Totale
hectare
par
hectare
11,3
46,2
20,1
11
51,4
20,6
26,3
126,5
31,3
9,2
48,6
18,5
11,4
57,8
19,8
9,7
46,8
14,5
12,3
60,3
20,3
Volume
Totale
par
hectare
91,8
97,4
167,7
106,9
105,7
83,7
107,6
La surface totale inventoriée sur la forêt est de 78 ha. Les zones les plus intéressantes pour les essences
commerciales majeures (ECM) semblent être sur Granites guyanais, schistes de Bonidoro, schistes
Paramaca (qui est le substrat le plus représenté sur la forêt), et Diorites.
L’analyse de la répartition globale des essences (à partir de 20 cm de diamètre) sur l’ensemble de la forêt
montre une prépondérance des Mahos durs (soit les mahos noirs – Eschweilera spp) avec 15,4% du volume
et 17,7% du nombre de tige. Les Wapas sont deuxième en % du volume (8,4%) mais 5ème en nombre de tige
(7,7%).
L’angélique, 4ème en volume (7,8%) et 6ème en nombre de tige (8%) est la première des essences
commerciales.
Les koualis, dont le Gonfolo rose fait partie, n’est que 8ème en volume (4,9%) et 12ème en nombre de tige
(5%).
Tableau de la répartition en nombre de tige et en volume par ha selon les 27 groupes d’essences
utilisés lors de l’inventaire au 1000ème.
Essences
MAHOT DUR
WAPA
DIVERS BOIS DURS
ANGELIQUE
GAULETTE
BALATA DIVERS
ACACIA
KOUALIS
DIV. BOIS TENDRES
YAYAMADOU
BOIS PRECIEUX
SALI
CEDRES
WACAPOU
KOBE
ACAJOU-CARAPA
GOUPI
St MARTIN - COEUR D.
BALATA FRANC
GRIGNON FRANC
CHAWARI
MANIL PARCOURI
MAHOT TENDRE
MAPA
DODOMISSINGA
SIMAROUBA
COURBARIL
1
N/ha
28,9
12,7
16,1
5,9
18,9
13,1
10,6
4,2
8,8
4,7
4,3
8,2
4,8
3,1
3,2
4,3
1,8
2,2
1,3
0,6
0,7
1,3
1,1
1,5
0,6
0,7
0,2
V/ha
39,8
21,6
21,5
20,2
17,9
17,7
16,2
12,7
10,2
9,5
8,6
8,3
7,2
6,4
5,6
5,4
4,4
4,0
3,7
3,4
3,3
2,8
2,4
2,2
1,6
1,2
0,6
%V
15,4%
8,4%
8,3%
7,8%
6,9%
6,8%
6,2%
4,9%
4,0%
3,7%
3,3%
3,2%
2,8%
2,5%
2,2%
2,1%
1,7%
1,6%
1,4%
1,3%
1,3%
1,1%
0,9%
0,9%
0,6%
0,5%
0,2%
%N
17,7%
7,7%
9,9%
3,6%
11,6%
8,0%
6,4%
2,6%
5,4%
2,9%
2,6%
5,0%
2,9%
1,9%
1,9%
2,7%
1,1%
1,3%
0,8%
0,4%
0,4%
0,8%
0,7%
0,9%
0,3%
0,4%
0,1%
Essences commerciales majeures : il s’agit des principales essences exploitées aujourd’hui par la filière bois.
27
On trouvera en annexe 16 le classement par substrats géologiques des 27 groupes d’essences.
Tableau 1, à partir de 20 cm de diamètre et +, et tableau 2, pour les 60 cm de diamètre et +.
Si on s’intéresse uniquement aux diamètres exploitables, soit ici les 60 et +, avec 11% du nombre de tige
totale par hectare, l’angélique est définitivement l’essence commerciale la mieux représentée avec en
moyenne 32% du nombre de tige des ECM. Les koualis représentent 5% du nombre de tige sur la forêt et
sont vraiment plus nombreux sur schistes de Paramaca avec près de 10% du nombre de tige.
Substrat
Angélique
Autres ECM
(1)
Diorites
Schistes de Bonidoro
Migmatites guyanaises
Granites guyanais
Schistes Paramaca
Alluvions fluviatiles
Total substrat
N/ha
2,5
1,9
1,8
3
2,6
1,2
2,3
V/ha
12,5
12,4
17,3
20
14,8
8,6
14,8
N/ha
6,4
7,7
3,2
6,3
5,8
3,6
5,7
V/ha
33,1
33,6
23,9
38,3
33
28,2
32,5
Autres
essences
N/ha V/ha
11,3 46,2
11
51,4
26,3 126,5
9,2
48,2
11,4 57,8
9,7
46,8
12,3 60,3
Total
N/ha
20,2
20,6
31,3
18,5
19,8
14,5
20,3
V/ha
91,8
97,4
167,7
106,5
105,6
83,6
107,6
(1) autres ECM, c’est à dire non incluses les angéliques.
1.5.1.2 – Martelage en 1991 de la parcelle 25 de Counamari.
Un martelage a été réalisé en 1991 sur 25 ha de la parcelle 25 du secteur de Counamari. Les résultats de ce
martelage figurent en annexe 17.
Ils donnent un volume à l’hectare toutes essences de 42,9 m3 et un nombre de tige par hectare de 13,7.
Pour les essences commerciales majeures, on obtient 30 m3/ha et 9,8 tige/ha dont 14m3/ha et 4,7 tige/ha
pour l’angélique.
1.5.1.3 – Martelage en 1991 du lot 2 de la vente amiable Barthod – secteur forestier de Maripa.
Un martelage a été réalisé en 1991 sur 50 ha du lot 2 de la vente amiable Barthod. Les résultats de ce
martelage qui ne s’intéresse qu’aux essences commerciales figurent en annexe 18.
On note une bonne présence du gonfolo rose (9,7% du volume) et de l’angélique (8,9%), mais surtout du
balata franc qui est de loin l’essence commerciale la plus présente avec 19,6% du volume.
Si on compare avec les inventaires forestiers réalisés sur la forêt la dominance de l’Angélique et du Gonfolo
rose est confirmée. Par contre, le Balata franc est sur représenté sur cette parcelle. Le grignon franc avec
3,4% du volume est quant à lui sous représenté.
1.5.1.4 – Inventaire à 0,5% de la Montagne Maripa (secteur de Tibourou).
Un inventaire par échantillonnage a été effectué en 1970, au taux de 0,5%, en vue d’évaluer le volume de
bois exploitable de la Montagne Maripa.
Le tableau suivant présente les résultats moyens en nombre de tiges à l’hectare sur 24 ha inventoriés sur
substrat volcanites volcano-sédimentaires.
Bois ossature1
Autres bois
Nombre de tige par ha
20 cm<D<40 cm
2
113,5
Nombre de tige par ha
40 cm<D<60 cm
2
47,4
Nombre de tige par ha
D>60 cm
3.7
15,5
Il y a entre 3 et 4 tiges par hectare de gros bois (>60 cm) dans la catégorie Bois ossature (hors gonfolos).
Les Koualis et surtout les Gonfolo rose sont bien représentés sur ce secteur avec des diamètres atteignant
les 120 cm. L’angélique domine suivie du Balata franc.
28
1.5.2 – Inventaires récents
1.5.2.1 – Inventaires à 5%
Entre 1993 et 1997, 33 parcelles ont été inventoriées sur une surface cadastrale de 7953 ha et pour une
surface inventoriée de 373,5 ha. Cf. tableau en annexe 19. Tous les arbres, de toutes essences à partir de 20
cm de diamètre à 1,30 m ont été relevés.
Sur l’ensemble des secteurs forestiers seul celui de Roche Fendée n’a pas fait l’objet de ce type
d’inventaire.
Les résultats de ces inventaires font apparaître que sur les 52 familles présentes, les 5 premières
représentent plus de 60% du nombre de tiges et les 20 principales en comptent près de 90%.
La famille la plus représentée, et de loin, avec 21% du nombre de tiges est celle des Lecythidaceae, suivie
des Caesalpiniaceae (13,9%), des Chrysobalanaceae (10,6%), des Sapotaceae (8,5%) et des Mimosaceae
(7,2%). La dominance de ces familles est conforme à celle des forêts du nord de la Guyane, toutefois, le
classement est un peu différent dans le sens où les Lecythidaceae arrivent généralement en 2ème ou 3ème
position.
La dominance des Lecythidaceae, ainsi qu’une bonne place en 10ème position avec 2,1% du nombre de tige
des Vochysiaceae, différencie bien le massif de Bélizon de l’autre grand massif de l’est guyanais, celui de
Régina-St Georges qui est vraiment dominé par les Caesalpiniaceae et notamment l’Angélique.
Les Burseraceae et les Lauraceae sont également bien représentées en 6 et 7ème rang.
Le tableau récapitulatif des principales familles figure en annexe 20.
Pour les diamètres supérieur ou égal à 20 cm, 213 essences/espèces différentes ont été recensées. Ce sont
les Mahos noirs qui dominent avec 12,3% du nombre de tige, suivis des gaulettes (10,6%), des Mahos
rouges (7%) et des Wapas (6,7%). La première essence commerciale, l’Angélique, n’arrive qu’en 9ème rang
du nombre de tige avec 1,6% mais en 5ème rang en volume avec 3,6%. Le Wacapou et le Gonfolo rose
arrivent respectivement en 12 et 13ème position avec 1,3% et 1,1% du nombre de tige (9 et 11ème pour les
volumes avec 2,1% et 1,9%).
Le tableau récapitulatif des principales essences de diamètre supérieur ou égal à 20 cm figure en annexe 21.
Pour les diamètres supérieur ou égal à 60 cm, 173 essences/espèces dépassent ce diamètre. Là, ce sont les
Wapas qui dominent le peuplement avec 10,7% du nombre de tige et 9,3% du volume. Les mahos rouges et
noirs restent bien placés en 2 et 3ème rang. L’Angélique passe au 4ème rang pour le nombre de tige avec 5,9%
et en 2ème position pour les volumes avec 6,7%. Le Gonfolo rose et le wacapou sont bien placés en 7 et 8ème
position avec 3% et 2,9% du nombre de tige.
Le tableau récapitulatif des principales essences de diamètre supérieur ou égal à 60 cm figure en annexe 22.
1.5.2.2 – Diagnostic d’aménagement (DIAM)
Entre 2001 et 2008, 459 km de layon ont été parcourus correspondant à une surface cadastrale de 48 205 ha.
Tableau des Diam réalisés sur la forêt de Bélizon.
Surface cadastrale
Longueur de layon
Secteur forestier
(ha)
(km)
Counamari
2842
27
Maripa
5929
81
Roche Fendée
39434
351
Total
48205
459
Le secteur de Roche Fendée, accessible que depuis le début des années 2000, est celui où tout naturellement
les efforts de Diam ont été les plus importants.
L’analyse des résultats du DIAM permet de valider le zonage en séries proposé en conclusion des analyses
préalables, d’identifier les parcelles exploitables qui feront l’objet d’une Désignation avant mis en vente et
exploitation et de proposer un schéma de desserte.
29
136 parcelles ont donc fait l’objet d’un DIAM, inventoriées sur une bande de 20 m de large soit 918 ha
inventoriés en plein.
Le tableau des parcelles ayant fait l’objet d’un diagnostic d’aménagement figure en annexe 23.
Suite au DIAM, les décisions suivantes ont pu être prises :
- Les parcelles COU45, 46 et 47 ont été déclarées inexploitables en raison du faible potentiel en
essences commerciales couplé à un accès très difficile entre les parcelles 45 et 46.
- Les parcelles MAR74 et 75 ont été déclarées inexploitables en raison d’une ressource en bois
commerciaux très faible ainsi que du fait de la présence importante de zones hydromorphes
liées à des terrasses alluviales importantes.
- Les parcelles MAR69 et 70 ont été déclarées inexploitables en raison d’une part, d’une
ressource en bois commerciaux très faible et d’autre part de la présence d’un site d’occupation
amérindienne d’importance à cheval entre ces deux parcelles.
- La parcelle MAR88 a été déclarée inexploitable en raison d’une ressource en bois commerciaux
très diffuse. La forêt est très ouverte en raison de la présence de nombreux chablis.
- Les parcelles MAR4, 5, 6 et 8 ont été déclarées inexploitables en raison d’une ressource en bois
commerciaux très diffuse. L’exploitabilité est compromisse par de nombreuses zones
hydromorphes entourant les collines et petits plateaux exploitables.
- Les parcelles MAR9, 10, 11, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21 et 28 ont déjà faits l’objet d’une
première exploitation durant la période des permis forestier.
- La parcelle RFE94 a une ressource en bois commerciaux très faible, de plus, le col entre cette
parcelle et la parcelle 57 est très difficile.
- Les parcelles RFE95, 96, 97, 99 et 100 ont une ressource en bois commerciaux très diffuse.
L’accès global à l’ensemble de ces parcelles est difficile et coûteux, en raison notamment de
reliefs difficiles sur RFE97 (qui est une parcelle stratégique quant à la desserte des parcelles de
ce secteur). Il existe de grandes zones hydromorphes sur les parcelles 99 et 100.
- Les parcelles RFE 102, 103, 107, 108, 109, 115, 116 et 117 ont une ressource en bois
commerciaux très faible. Elles comportent de nombreux chablis avec un peuplement ayant de
nombreuses espèces héliophiles. Il y a suspicion de présence de sites amérindiens, avec une
probabilité plus importante plus on se rapproche de l’Approuague, liés à plusieurs de ces grands
zones ouvertes, avec une zone avérée sur la parcelle 116 (point coté 108 sur la carte au
1/50000ème avec la présence d’une zone de bambou associée à des tessons de poteries au sol).
- Les parcelles 85, 87, 88, 105, 106, 110, 111 et 112 ont été déclarées inexploitables en raison du
potentiel insuffisant en essences mobilisables par la filière bois dans les conditions du marché
actuel. Il existe quelques poches intéressantes mais isolées par la présence de nombreux chablis
entraînant la présence de peuplements en pleine dynamique de reconstitution. Les
investissements de desserte sont importants et les distances pour rejoindre la route nationale 2
(plus de 80 kms de piste forestière), compte tenu du niveau de richesse en bois commerciaux,
sont autant de critères qui militent pour la non ouverture à l’exploitation de ces parcelles. Dans
l’attente de la reconstitution des peuplements, ces parcelles seront classées en attente. A noter,
la présence dans la parcelle 87, d’un peuplement important d’Achiwa Kouali (Vochysia
neyratii), mais dont la seule présence ne justifie pas sa mise en exploitation compte tenu du
faible niveau de valorisation de cette essence aujourd’hui.
- La parcelle RFE81 a un accès très difficile, qui compte tenu des coûts supplémentaires
nécessaires pour y accéder ainsi que son niveau assez faible en bois commerciaux, ne justifient
pas sa mise en exploitation.
Les autres parcelles diagnostiquées présentent toutes les caractéristiques de zones exploitables, dont
l’exploitabilité et la richesse en bois commerciaux seront confirmées avant leur mis en exploitation lors des
Désignation.
Tous les Diam nécessaires aux choix d’aménagement sur la forêt de Bélizon sont réalisés.
1.5.2.3 – Diagnostic parcellaire (DIPA)
Des diagnostics parcellaires (inventaires avant exploitation) ont été réalisés entre 2001 et 2007 sur 102
parcelles sur l’ensemble des secteurs forestiers de la forêt de Bélizon. 102 parcelles ont fait l’objet d’un
30
DIPA pour une surface totale inventoriée de 26 206 ha. Le tableau récapitulatif de l’ensemble des
parcelles ayant bénéficié d’un DIPA figure en annexe 24.
Secteur forestier
Counamari
Grillon
Maripa
Montagne tortue
Roche Fendée
Tibourou
Total Bélizon
Nombre de parcelle
14
10
23
5
44
6
102
Surface cadastrale
2 120
2 403
4 208
1 616
14 377
1 482
26206
Le tableau suivant fait état pour les principales essences commerciales présentent sur la forêt avec leur
abondance en nombre de tige et en volume pour les diamètres supérieur ou égal à 55 cm de diamètre :
Essence
Angélique
Gonfolo rose
Wapa falcata
Wacapou
Mahots noirs
Balata franc
Goupi
Grignon franc
Alimiao
Bougouni
Yayamadou Kwatae
Anangossi
Cèdre noir
Chawari
Dodomissinga
Maho cigare
Cèdre blanc
Yayamadou montagne
Gonfolo gris
Kobé
Jaboty
Assao
Maho coton
Sali
St Martin Jaune
Ebene verte
Cèdre jaune
Wapa courbaril
Taapoutiki
Aroumapici
Gaan moni
St Martin Rouge
Ebene rouge
Wana kouali
Manil montagne
Dokali
Gaiac de Cayenne
Boco
Satiné rubané
Courbaril
Koualis
Kopi kouali
Amarante
Moutouchi montagne
Achiwa kouali
Doncédé
Wandékolé
Bagasse
BELIZON
Abondance en nombre de
Abondance en volume
tige supérieur à 55 cm de des tiges supérieur à 55
DHP
cm de DHP
18,88%
20,4%
9,04%
9,2%
7,64%
6,6%
6,51%
5,4%
6,18%
5,5%
5,40%
5,4%
4,49%
4,5%
3,63%
4,1%
2,96%
2,9%
2,20%
2,1%
2,06%
2,0%
2,02%
2,3%
1,97%
2,0%
1,77%
2,2%
1,55%
1,5%
1,40%
1,5%
1,28%
1,2%
1,26%
1,2%
1,21%
1,3%
1,10%
1,1%
1,07%
1,2%
1,01%
1,1%
0,98%
1,0%
0,81%
0,8%
0,80%
0,8%
0,78%
0,7%
0,76%
0,7%
0,67%
0,6%
0,66%
0,5%
0,65%
0,7%
0,57%
0,6%
0,53%
0,5%
0,50%
0,6%
0,49%
0,4%
0,49%
0,5%
0,45%
0,5%
0,45%
0,4%
0,37%
0,3%
0,35%
0,3%
0,35%
0,4%
0,30%
0,3%
0,29%
0,3%
0,27%
0,3%
0,25%
0,2%
0,24%
0,2%
0,21%
0,3%
0,19%
0,2%
0,18%
0,2%
Rang
d'abondance
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
31
Comme pour les inventaires passés, les DIPA confirment la dominance de l’Angélique avec 18,9% de
nombre des tiges supérieur à 55 cm de diamètre.
Le Gonfolo rose quant à lui, montre une présence plus importante, puisqu’il passe en 2 ème position avec 9%
du nombre de tige supérieur à 55 cm de diamètre. 4 secteurs forestiers sont riches en Gonfolo rose,
particulièrement les secteurs de Tibourou (18,1% du nombre de tige) et de Montagne tortue (13,8%), puis
ceux de Roche fendée (8,6%) et de Grillon (7,5%). Les secteurs de Counamari et Maripa sont beaucoup
moins riches en Gonfolo rose (2,1% et 4,1%).
Le Balata franc est bien présent avec 5,4% du nombre de tige, il domine dans les secteurs de Counamari
(6,1%) et surtout dans celui de Tibourou (11,9%) où il fait presque jeu égal avec l’Angélique.
Le wacapou arrive en 4ème position avec 6,5% du nombre de tige, il est particulièrement présent sur le
secteur de Montagne tortue avec 12,3%.
Le Grignon franc arrive en 8ème position avec 3,6%. Il est assez bien répartit sur l’ensemble de la forêt, sauf
sur le secteur de Tibourou où il n’atteint pas les 2% (1,7%).
Le Goupi est bien représenté en 7ème position avec 4,5% du nombre de tige.
L’Amarante, contrairement aux forêts de l’Ouest, est très peu présente et n’arrive quant 47 ème position avec
0,27% du nombre de tige supérieur à 55 cm de diamètre.
On trouvera en annexe 25, les tableaux récapitulatifs par secteur forestier de l’abondance des principales
essences commerciales inventoriées en DIPA.
Les parcelles déclarées exploitables en DIAM ont toutes été confirmé lors des DIPA.
1.5.2.4 – Désignation
Depuis 2007, l’inventaire avant exploitation se fait par Désignation (cf. Directives Régionales
d’Aménagement pour une description précise de cette procédure).
Le secteur forestier de Roche Fendée reste le dernier secteur non encore totalement inventorié et exploité. 8
parcelles de ce secteur ont fait l’objet pour le moment de ce type d’inventaire, pour une surface cadastrale
de 3276 ha soit une surface exploitable de 2328 ha.
Parcelle
RFE61
RFE65
RFE74
RFE76
RFE75
RFE80
RFE59
RFE92
Total
Surface cadastrale
267
648
500
291
197
272
453
648
3276
Surface exploitable
161
473
369
140
121
172
473
419
2328
Ces inventaires exclusivement axés sur les essences commerciales permettent de préciser le potentiel
commercial des peuplements forestiers.
Les résultats d’inventaires montrent une prépondérance de l’Angélique et du Gonfolo rose et une richesse
des peuplements proches des objectifs que l’on se fixe à savoir 4 à 5 tiges et 20 à 25 m3 par hectare
exploitable.
32
Tableau récapitulatif des résultats de Désignation sur les 8 parcelles inventoriées de Roche Fendée.
Essences
AG
BAF
GF
GFLG
GFLR
GP
VIO
WAC
Total ECMP
Total toutes
essences
Nombre tiges Volume
supérieur ou
supérieur ou
N55/ha
égal à 55 cm
égal à 55 cm
cadastral
2740
13468,86
1470
7040,94
1036
5864,91
454
2402,47
2844
13345,34
900
4145,22
62
245,73
931
3194,23
10437
49707,7
16375
78267,29
0,84
0,45
0,32
0,14
0,87
0,27
0,02
0,28
3,19
5,00
N55/ha
V55/ha
V55/ha
exploitable
cadastral
exploitable
1,18
4,1
5,8
0,63
2,1
3,0
0,45
1,8
2,5
0,20
0,7
1,0
1,22
4,1
5,7
0,39
1,3
1,8
0,03
0,1
0,1
0,40
1,0
1,4
15,2
4,48
21,4
7,03
23,9
33,6
1.6 – Elaboration du schéma théorique de desserte
Compte tenu de l’historique de la forêt de Bélizon et de sa participation active à l’approvisionnement de la
filière bois dans les dernières années, le réseau de desserte nécessaire au désenclavement de l’ensemble des
parcelles de la série de production est quasiment terminé.
Seules, 9 pistes de fin de réseau sur le secteur forestier de Roche Fendée sont encore à construire afin que le
réseau de desserte permette l’accès à l’ensemble des parcelles.
La carte de situation des dernières pistes de fin de réseau à construire figure en annexe 26.
1.7 – Risques naturels d’ordre physique pesant sur le milieu
Cf Directives Régionales d’Aménagement.
1.8 – Risques d’incendie
Cf Directives Régionales d’Aménagement.
1.9 – Synthèse des analyses du milieu
Les analyses préalables montrent :
D’un point de vue géologique :
La forêt est dominée à plus de 65% par les terrains métamorphiques anciens et plus particulièrement les
schistes de Paramaca (41%) d’origine volcano-sédimentaire.
Les quartzites et conglomérats de l’Orapu, qui sont très peu représentés à l’échelle de la Guyane, sont
présents d’une manière très localisés au niveau du secteur forestier de Counamari (Montagne de l’Epine
dite « Montagne aux gouffres »). Ce particularisme confère à cet endroit un intérêt écologique des plus
remarquables non seulement à l’échelle local mais également régional.
La mise en protection forte est exclusive de cette partie de la forêt s’avère indispensable afin de participer à
la préservation d’un habitat peu répandu en Guyane.
D’un point de vue des minéralisations :
La forêt de Bélizon fait partie des zones de la bande côtière où les indices aurifères sont parmi les plus
élevés de département.
Ce potentiel aurifère est un point très important qui aura une influence dans les choix d’aménagement. Cf.
paragraphe 2.8.
D’un point de vue floristique :
Malgré, son accessibilité facilitée par la piste de Bélizon ouverte depuis la fin des années 70, la forêt ne
dispose que de peu d’inventaires floristiques.
Toutefois, deux espèces végétales protégées ont été recensées sur la forêt, Astrocaryum minus et Lecythis
pneumatophora dont la 1ère est très rare et classée par l’IUCN en danger critique d'extinction.
33
La famille la plus représentée est celle des Lecythidaceae suivie des Caesalpiniaceae.
Du point de vue des habitats patrimoniaux :
La dominance sur la forêt de schistes de Paramaca entraîne la présence de forêts basses sur cuirasses
latéritiques avec par endroit la possibilité de forêt marécageuses perchées souvent associées à ce type de
substrat géologique. Une attention particulière devra être observée lors de la mise en inventaire puis en
exploitation des parcelles de la série de production situées sur ce substrat.
Les grottes et falaises associées aux quartzites et conglomérats de l’Orapu de la Montagne aux Gouffres
constituent les habitats les plus remarquables de la forêt de Bélizon (cf. géologie).
Du point de vue des ZNIEFF :
Il n’existe qu’une seule ZNIEFF de type II sur la Montagne Maripa, secteur forestier de Tibourou.
D’un point de vue géomorphologique :
Les hauts reliefs représentent près de 70% du massif de Bélizon avec une moitié sur hauts plateaux et
l’autre sur hauts massifs (Montagnes Maripa et Tortue). Une prise en compte de la diversité
géomorphologique sera recherchée lors de la définition des séries de protection.
Du point de vue des contraintes vis à vis de l’exploitation forestière :
Près de 33% de la surface de la forêt de Bélizon sont constitués de zones à contraintes fortes à très fortes
vis-à-vis de l’exploitation forestière. Ce sont notamment, les hauts massifs qui comportent le maximum de
ces zones. Une attention toute particulière devra être portée à la définition de ce type de zone (notamment
lors des inventaires avant exploitation avec la définition de l’exploitabilité des parcelles) et on cherchera
leur valorisation optimale, car elles coïncident avec les zones les plus riches en Gonfolo rose. A l’échelle
régionale, la ressource, pour les années à venir, dans cette essence (la 2 ème exploitée en Guyane) n’est pas
très importante, ce qui donne toute son importance à la valorisation optimale des peuplements à Gonfolo
rose de la forêt de Bélizon.
Au total, ce sont près de 40% de la surface, qui sont inexploitables, ce qui classe la forêt dans la moyenne
des forêts de la bande côtière.
Du point de vue des inventaires forestiers :
Parmi les essences commerciales domine l’Angélique, ce qui en soit est assez classique par rapport aux
autres forêts de la bande côtière. Par contre, le classement en deuxième position du Gonfolo rose est tout à
fait remarquable (si l’on considère les massifs forestiers accessibles sur la bande côtière, à ce jour) et
confère à la forêt de Bélizon un attrait particulier vis-à-vis de la deuxième essence exploitée en Guyane.
Cette particularité positionne la forêt de Bélizon parmi les seuls massifs de la bande côtière, proche des
centres de transformations, ayant un potentiel aussi important en Gonfolo rose.
Le Wacapou et le Balata franc sont également bien présents sur la forêt.
Du point de vue de l’élaboration du schéma de desserte :
L’essentiel de l’effort de desserte sur la forêt a déjà été réalisé dans les années passées, seules quelques
pistes de fin de réseau sur le secteur forestier de Roche fendée restent à construire.
34
2 – Analyse des besoins économiques et sociaux
2.1 – Etat et évolution du marché du bois : la filière bois
La quasi-totalité des bois exploités sur la forêt de Bélizon est destinée à l'industrie du sciage.
La Guyane compte une quinzaine d'entreprises d'exploitation forestière et/ou de sciage qui totalisent une
production annuelle de l’ordre de 65 000 m3 de grumes (dont plus de 60 % d'Angélique et de Gonfolos) et
25 000 m3 de sciages. Cette production est en nette augmentation sur les deux dernières années pour
dépasser en 2009 les 84 000 m3 grumes.
5 entreprises sont actuellement en possession d’un contrat de vente sur la forêt de Bélizon.
Entreprise
SENPG – Société d’Exploitation Nouvelle Patoz Guyane
SDL – Scierie Du Larivot
BSG – Bois et Sciages Guyanais
ADTBG – Abattage Débardage Transformation du Bois de Guyane
PUB SUD (pas un sigle)
% du volume exploité
sur la forêt
21%
43,5%
8,2%
26,3%
1%
Les ventes de bois se font sur pied à l’unité de produits, à l’amiable avec appel à la concurrence. Il peut
s’agir de contrats d’approvisionnement de longue durée (environ 5 ans), de courte durée (2 ans) ou annuels.
Au jour de la rédaction de l’aménagement quatre contrats d’approvisionnement de longue durée sont en
vigueur sur le massif.
L’un sur le secteur forestier de Montagne tortue datant de 2001 au profit de la société « Bois et Sciages
Guyanais », les trois autres, datant de 2005, sur le secteur forestier de Roche Fendée respectivement au
profit de la société « Scierie du Larivot » (2 contrats) et la « Société d’Exploitation Nouvelle Patoz
Guyane » (1 contrat).
Des ventes annuelles sont également en cours sur le secteur de Roche Fendée au profit de la société
« Abattage Débardage Transformation Bois Guyane » pour deux parcelles et à la société « Pub Sud » pour
une parcelle.
Les prix des bois à acquitter par l’acheteur sont des prix unitaires par catégories d’essences. Ces prix sont
liés au type de contrat et fonction de plusieurs critères liés à la richesse des parcelles et à leur exploitabilité
et évolutifs dans le temps. Ils sont en 2010, en moyenne de 16 euros par mètres cubes.
Le volume facturé est le volume de bois cubé et décompté bord de route sur parc à grume (m3 grume sous
écorce).
2.1.1 – Localisation de l’offre et de la demande
Depuis 1997, la forêt de Bélizon constitue le 1er bassin d’approvisionnement guyanais avec en moyenne
35% du volume mobilisé en Guyane (dépassant même les 50% en 2001 et 2003).
Depuis 2009, le bassin d’approvisionnement de Régina- St Georges fait jeu égal avec celui de Bélizon,
autour des 29% chacun.
35
2.1.2 – Perspectives d’évolution
Le potentiel en ressources disponibles pour les années à venir sur la forêt de Bélizon donne, une perspective
de 7 à 8 ans (en maintenant les prélèvements actuels), avec une diminution progressive du poids de la forêt
dans l’approvisionnement de la filière bois guyanaise.
Une fois, l’exploitation des trois contrats d’approvisionnement sur le secteur de Roche Fendée achevée,
l’ensemble de la forêt de Bélizon aura été parcourue par l’exploitation forestière, aboutissement de plus de
30 ans d’exploitation forestière continue sur ce massif. Compte tenu du cycle retenu entre deux passages en
coupes successifs, et de la fin d’exploitation annoncée sur la forêt dans les 10 ans, on ne repassera en coupe
sur les premiers secteurs exploités que d’ici 25 à 30 ans.
2.2 – Produits forestiers autres que le bois d’œuvre et d’industrie
2.2.1 – Réglementation applicable
La directive d’application régionale de septembre 2007 définie les conditions particulières d’application
pour la vente des autres produits forestiers en Guyane.
2.2.2 – Descriptif des activités
Ce type d’usage est peu pratiqué sur la forêt d’autant plus que l’accès à la forêt est réglementé depuis 2008,
par la mise en place d’un barrage de gendarmerie à l’entrée de la piste de Bélizon interdisant l’entrée à toute
personne non autorisée.
Des prélèvements de feuilles de palmiers « Toulouri » restent néanmoins pratiqués dans le secteur forestier
de Counamari sur la crique en limite de la parcelle 39.
Les besoins en bois de la population de Régina restent en quantité très modeste et peuvent être satisfaits
dans les zones de développement agricole autour du bourg de Régina.
Cf. Directives régionales d’aménagement.
2.3 – Population tirant traditionnellement leurs moyens de subsistance de la
forêt
Aucune zone de droits d’usage au sens du décret ministériel de 1987, n’a été promulguée sur le territoire de
la forêt. Il existe une zone de droits d’usage attribuée à la communauté Palikur de Favard (proche du bourg
de Roura) proche de la limite nord-est de la forêt entre les criques Tibourou et Counana. Toutefois, les
usages qui peuvent être exercés sur cette zone n’ont pas d’extension constatée sur la forêt de Bélizon.
A noter, la présence d’une petite communauté Palikur sur Régina, installée sur la rive gauche de
l’Approuague aux alentours de la crique Inéry, mais qui n’exerce pas d’activité particulière sur le massif.
2.4 – Activités cynégétiques
2.4.1 – Réglementation applicable
Cf Directives régionales d’aménagement.
2.4.2– Pratique de la chasse
Cf Directives régionales d’aménagement.
Il existe une « tradition » de chasse sur le secteur de Bélizon depuis la création de la piste principale en
1978.
Les secteurs de Tibourou et Counamari les plus proches de l’entrée de la route et accessibles en partie
depuis les années 70 par la RN2 ont subis une pression de chasse importante.
Aucun suivi ni étude ne permettent des quantifier les prélèvements effectués.
36
La situation du bourg de Régina à 120 km de Cayenne, couplée à une pression démographique faible
(moins de 800 habitants) font que la pression de chasse reste peu développée au regard de l’immensité du
territoire communale (+ 1 million d’ha). Les zones de chasse privilégiées concernent jusqu’à présent très
peu la forêt, seule les abords de la RN2 et la piste sud de Counamari font l’objet d’une chasse régulière.
Le fleuve Approuague constitue un axe de pénétration privilégié du territoire de chasse.
Le territoire de chasse peut être divisé en plusieurs zones :
- Une zone en amont au dessus des premiers sauts de l’Approuague (saut Tourépé et saut
Mapaou notamment).
- La RN2 vers Cayenne jusqu’au carrefour de la route de cacao.
L’accès à la forêt, par la piste de Bélizon, qui constituait un axe de pénétration privilégiée pour les
chasseurs, est maintenant réglementé depuis la mise en place d’un barrage de gendarmerie (dispositif mis
en place pour lutter contre l’orpaillage clandestin) à sa jonction avec la RN2.
Seules deus associations de chasseurs sont autorisées à pratiquer la chasse sur la forêt, à savoir l’association
« TCHO DANBWA » qui est la plus importante avec près de 100 chasseurs autorisés (mais le chiffre de 20
par mois n’est jamais dépassé. Il s’agit en fait d’un roulement autour des 100 autorisés) et l’association
« AMAZONE AOUROU » qui ne compte 9 chasseurs.
Les autorisations sont réexaminées et réactualisées chaque mois.
Les gendarmes sont autorisés à fouiller les véhicules empruntant la piste de Bélizon.
La population de chasseurs n'étant pas très importante, cela n’impose pas de se rendre sur des zones de
chasse très éloignées du bourg, à l’exception de la zone du moyen Approuague.
Il est à noter une pression de chasse, assez importante, mais difficilement quantifiable, exercée par toute
une population liée à l’orpaillage clandestin située en amont des premiers sauts de l’Approuague et plus
particulièrement sur le secteur forestier de Roche Fendée (les criques Tortue et Ipoucin et leurs affluents
respectifs étant les plus concernés).
Sur la forêt les espèces de gibier les plus chassées sont :
- le pécari à lèvres blanches, Tayassu pecari,
- le tapir ou maïpouri, Tapirus terrestris,
- le paca, Agouti paca,
- le hocco, Crax alector.
2.4.3– Impact de la chasse
A noter que si la présence/absence de certaines espèces particulièrement sensibles (atèles – Ateles paniscus
et hoccos - Crax alector) « semble » pouvoir être un indicateur de la pression de chasse, les populations et
peuplements de l’ensemble des espèces dépendent aussi largement des paramètres du milieu encore
difficilement quantifiables. La composition floristique, l’abondance de ressources-clés alimentaires, les
reliefs, l’inondabilité et la structure de la forêt, les équilibres interspécifiques, les pressions infectieuses
(microbiennes, parasitaires), sont autant de facteurs susceptibles d’influer sur les densités des espèces
animales. De ce fait, l’influence réelle de la chasse sur les populations animales ne pourra être clairement
mise en évidence que lorsque les facteurs de variation écologique seront mieux compris.
2.5 – Activités piscicoles
Cf. Directives Régionales d’aménagement.
L’Approuague reste un lieu privilégié pour ce type d’activité, mais aucun suivi ne permet de quantifier
réellement cette activité, qui semble être plus en rapport avec une pratique liée aux loisirs.
Les modes de pêche peuvent être assez diversifiés : Filets maillants et tramails de différents diamètres,
carrelets, sennes, nasses, lignes de fond, lignes avec flotteurs, nivrée…
2.6 – Développement urbain et agricole
Cf Directives Régionales d’aménagement.
37
Sur Régina, il existe deux types d’agriculture :
- Une agriculture non professionnelle de type « verger créole » associée à la culture du manioc et
à du petit élevage familial, souvent liée à une pluri-activité, (l’activité de la petite communauté
Palikur peut être associée à ce type d’agriculture),
- Une agriculture professionnelle, mise en œuvre essentiellement par la communauté Hmong, de
type maraîchère, fruitière et vivrière
En 1999, une étude prospective sur les 20 ans à venir, a montré que les besoins en terrains agricoles seraient
compris entre 800 et 1500 ha (1000 ha uniquement pour la communauté Hmong). Les espaces encore
inoccupés à vocation agricole, situés rive gauche de l’Approuague, sont évalués à 1 800 ha.
A court et moyen terme les espaces à vocation agricole semblent suffisants.
2.7 – Accueil du public et tourisme
Les infrastructures d’accueil existantes en forêt consistent essentiellement en campements touristiques
d’initiative privée, qui proposent un confort très sommaire à moyen (couchage en hamac généralisé). Des
activités diverses sont généralement associées à ces campements, chaque opérateur développant ses propres
itinéraires de découvertes (layons).
En matière d’accueil du public, seuls quatre sites d’initiative privée, organisant des sorties en forêt ainsi que
sur les criques et les fleuves, sont présents en forêt de Bélizon.
Il s’agit :
- sur l’Approuague, au lieu dit « Saut Mathias » sur une superficie de 4 hectare, du bail
emphytéotique accordé pour une durée de 30 ans à la société « Cisame ». Il s’agit d’une
structure d’accueil dont l’installation remonte à 1994, très bien organisé et parmi la mieux mise
en valeur de Guyane, avec notamment remontée de l’Approuague et découverte de ses
principaux sauts et ballade en forêt.
- Toujours sur l’Approuague, juste avant le Saut Mapaou, d’une structure d’accueil plus récente
« le Paradis d’Edèse » sur 4,8 ha sur le secteur de Maripa.
- Depuis le PK7 de la piste de Bélizon à 4kms sur la 1ère bretelle sud du secteur de Maripa se
trouve le site du Camp Bonaventure, développé sur la propriété privée de Deneuville. Même, si
le camp en lui-même n’est pas a proprement parlé dans la forêt de Bélizon (propriété privée),
beaucoup d’activité notamment de découverte se font sur la forêt. La Montagne Tortue voisine
et notamment les talwegs et le plateau tabulaire sont des zones privilégiées par l’opérateur.
- Sur la Comté, sur une superficie de 2 ha, du bail emphytéotique accordé pour une durée de 30
ans à la société Quimbe kio.
Des concessions d’occupations précaires sont accordées à des particuliers à titre de loisirs. Ces concessions
sont pour la plupart situées le long de l’Approuague au niveau du saut Mapaou et font l’objet de cycles
périodiques d’occupation et d’inoccupation. En 2010, ne reste active que les conventions d’occupation
précaire (maripa*004) accordée à Paul Néron et (maripa*008) accordée à Tavares Da Silva Manoel
chacune pour une durée de 3 ans renouvelables.
A signaler, que quelques carbets sur l’Approuague font l’objet d’une occupation permanente mais illicite.
Ces occupations n’ont que peu d’impact sur la forêt et restent localisées en bord de fleuve.
Dans ces conditions, on peut considérer que les sites véritablement dédiés à l’accueil du public au sein du
massif sont peu nombreux et l’ensemble de ces activités reste, à l’échelle de la forêt, très diffus.
La permanence d’une activité minière clandestine sur la forêt instaure une insécurité qui ne permet pas la
mise en place de nouveaux projets touristiques.
Les baux emphytéotiques touristiques en cours sur la forêt figurent en annexe 27.
2.8 – Activités minières
Cf Directives Régionales d’aménagement.
38
Les titres miniers en cours de validité sur la forêt en 2010 sont :
- 44 AEX (1 ha chacune) réparties sur 22 titulaires ;
- 14 PER (permis de recherche) répartis sur 8 sociétés pour un total de 405 ha. Les plus
importants sont ceux de la société CBJ France sur 234 ha le long de la RN2 depuis la Montagne
Maripa et les Petites Montagnes Tortues. Ces permis ont la particularité d’être les moins
impactés de la forêt de Bélizon. Il est important de noter le maintien de l’intégrité du secteur de
la Montagne aux Gouffres et des Petites Montagnes Tortues qui n’a fait l’objet à ce jour
d’aucune activité minière (à part des travaux de recherche peu impactants). ;
- 4 PEX (permis d’exploitation) répartis sur 3 sociétés et 4 permis. Il s’agit de la société CEMCI
sur la crique Ipoucin au lieu dit St Lucien (15,8 et 14,7 ha soit 30,5 ha au total), de la
compagnie minière cde Sikini avec 1 permis de 10 ha sur la crique Counamari et de la société
Somiral avec 1 permis de 25 ha sur la crique Benoît.
Vu le niveau du cours de l’or, qui ne semble pas vouloir aller à la baisse, l’activité minière sur la forêt ne
devrait pas fléchir dans les prochaines années.
La piste de Bélizon est le vecteur principal d’accès pour l’ensemble des sites miniers, lui donnant un
caractère stratégique pour la continuité et le développement de cette activité sur le massif de Bélizon et par
extension à d’autres zones bien au-delà. En effet, que ce soit pour l’approvisionnement en carburant ou en
denrées, l’accès à la piste de Bélizon permet de réduire les distances de rotation d’hélicoptère aux sites
miniers de l’intérieur de la Guyane (partie est).
La carte de situation des titres miniers figure en annexe 28.
Concernant le prélèvement de matériaux de construction de routes, aucune carrière n’est en activité dans le
périmètre de la forêt. Des prélèvements de latérites (en dehors de tous contrats de fortage), pour la réfection
de la RN2, ont été effectués sur le secteur de Tibourou. Ceux-ci très localisés aux abords de la route
nationale ne sont plus pratiqués aujourd’hui.
39
2.9 – Activités de recherche scientifique
Afin de compléter les données issues du dispositif de Paracou, l’ONF et le Cirad-Forêt ont mis en place
depuis l’année 2000 un réseau de placettes permanentes « Guyafor ». Ce réseau destiné à l'étude de
l’écosystème forestier tropical humide et plus particulièrement à l’acquisition de données sur la dynamique
forestière des forêts primaires et sur l’impact de l’exploitation pour le bois d’œuvre, permettra de fournir les
bases scientifiques nécessaires au développement d’un modèle de gestion forestière durable adapté au
massif guyanais.
La forêt de Bélizon participe à ce dispositif par la mise en place de deux dispositifs de recherche, l’un
permanent lié au dispositif Guyafor (parcelle 17 de Montagne Tortue), l’autre, dans le cadre d’un projet
d’étude de la dynamique du Gonfolo rose et du Wacapou (parcelle 92 de Roche Fendée).
2.9.1 – Site de la parcelle 17 de Montagne Tortue
Ce dispositif fait partie du réseau de placettes permanentes « Guyafor » mis en place en collaboration avec
le Cirad et couvrant d’ouest en est la bande côtière dans des situations variées caractérisées par un
croisement pluviométrie x substrat géologique. Le site de la parcelle 17 de Montagne Tortue participe à la
prise en compte de peuplements forestiers recevant une pluviométrie moyenne annuelle parmi les plus
élevée du département (3837 mm par an) et situés sur un substrat géologique du type volcano-sédimentaire
de la série de Paramaca présentant par endroit une cuirasse latéritique démantelée.
Entre novembre 2001 et avril 2002, trois placettes ont été implantées sur le terrain : un témoin de 6 ha et
deux placettes de 4 ha environ vouées à l’exploitation.
Tous les arbres de   10 cm (mesure de la circonférence au ruban, circonférence  31,5 cm) y sont
positionnés et numérotés. Des mesures périodiques seront réalisées sur ces placettes tous les 4 ans.
La placette témoin est située à l’intérieur d’une zone tampon plus vaste qui est restée non exploitée, portant
la surface totale de la zone non exploitée à 10,25 ha. La surface terrière totale du peuplement de la parcelle
témoin est de 27,95 m2/ha pour 2743 tiges dans la zone centrale (457 tiges/ha).
L’exploitation des deux autres parcelles a été réalisée en 2006, sous contrôle, de façon à présenter une
intensité de prélèvement de l’ordre de 4 tiges/ha (prélèvement objectif) dans des conditions d’exploitation
traditionnelles.
La surface terrière totale du peuplement de la parcelle exploitée n°1 est de 30,23 m2/ha pour 2047 tiges
(465 tiges/ha).
La surface terrière totale du peuplement de la parcelle exploitée n°2 est de 29,16 m2/ha pour 2013 tiges
(479 tiges/ha).
2.9.2 – Site de la parcelle 92 de Roche Fendée
Dans le cadre du programme DYGEPOP « Dynamique et Gestion des Populations » qui consiste à
concevoir et tester des outils et des itinéraires sylvicoles visant à améliorer qualitativement et
quantitativement les peuplements naturels à vocation de production en favorisant la dynamique des espèces
commerciales lors des opérations d’exploitation, un dispositif est en cours d’installation sur la parcelle 92
du secteur de Roche Fendée.
On a vu que la forêt de Bélizon avait la particularité de posséder des peuplements assez riches en
Vochysiaceae et notamment parmi les essences commerciales, en Gonfolo rose.
L’objectif du dispositif mis en place sur la parcelle 92 est d’étudier la dynamique du Gonfolo rose et du
Wacapou (l’angélique et le wacapou étant étudiés dans le cadre du même programme sur la forêt de
Régina-St Georges où les densités dans cette 1ère essence sont très élevées) espèces agrégatives, afin de
dégager les mécanismes responsables de l’installation et du maintien de fortes densités de tige de ces
espèces dans le peuplement.
Les perspectives pour la gestion forestière sont importantes pour l’approvisionnement de la filière bois,
afin de tirer le meilleur parti des peuplements à forte concentration de tiges commerciales sans entamer le
capital de renouvellement de ces populations, et même en l’améliorant pour la coupe suivante.
Arriver à concentrer la récolte sur des zones à vocation de production où la productivité commerciale des
peuplements aura été améliorée permettra de réduire la création de nouvelles pistes forestières, le coût du
transport de bois et la pénétration dans les massifs encore non perturbés.
40
De plus, les connaissances acquises en génétique et démographie contribueront à mieux dimensionner les
zones forestières à vocation de protection pour garantir la conservation in situ de la diversité génétique des
espèces exploitées en préservant des sous-populations viables et participant pleinement au renouvellement
des zones de production.
La carte de situation des dispositifs de recherche figure en annexe 29.
2.10 – Equipement général de la forêt
2.10.1 – Equipement de desserte
2.10.1.1 – Voiries publiques
La route nationale 2 traverse du pk 65 au pk 97,6, le secteur forestier de Tibourou du nord au sud (depuis la
crique Tibourou jusqu’à l’entrée de la piste de Bélizon) puis constitue la limite est du secteur forestier de
Counamari jusqu’à la crique Jean pierre.
Cette route qui est bitumée sur toute sa longueur, fait l’objet d’entretiens périodiques et de remises à niveau
qui tendent à lui donner les caractéristiques d’une route nationale.
Aucun réseau public secondaire ne vient se greffer sur la RN2.
Le réseau public est donc constitué de 32,6 kms de route nationale revêtue.
2.10.1.2 – Pistes forestières
Piste forestière principale :
La piste forestière principale de Bélizon constitue l’artère principale de la forêt et constitue un axe de 63,6
kms de long orienté est-ouest.
Les travaux de construction de cette piste commencent en 1979 et 10 ans sont nécessaires pour arriver au
PK 28,6, permettant l’accès à certaines parties des secteurs forestiers de Counamari, Tibourou, Maripa,
Montagne tortue et Grillon.
Le secteur forestier de Roche Fendée n’est rendue accessible qu’au début des années 2000 et les 63,6 kms
ne sont achevés qu’en 2006.
Pistes secondaires :
Ce sont près de 185 kms de pistes secondaires qui ont été ouvertes sur la forêt de Bélizon, dont les plus
importantes sont celles de Maripa sud avec 20,3 kms (secteur de Maripa), Montagne Tortue avec 18,5 kms
et de La Boue avec 17,1 kms (secteur de Roche Fendée).
Le tableau suivant fait état par secteur forestier de l’ensemble des pistes secondaires ouvertes sur la forêt.
41
Secteur forestier
Counamari
Piste secondaire
Piste Bardo
piste parcelle COU6
Piste sud Counamari
Grillon
Piste GRI27
Piste GRI9
Piste GRI18
Piste GRI5
Maripa
Piste Maripa PK7
Piste Maripa Sud
Piste MAR80 et 85
Montagne tortue
Piste Montagne Tortue
Roche Fendée
Piste de La Boue
Piste Ipoucin
Piste Jalbot
Piste RFE20
Piste RFE34
Piste RFE36
Piste rivière blanc
Piste RFE47 et 22
Tibourou
Camp Hervo
Piste Placer Tibourou
PS Tibourou Nord
PS Tibourou sud
Piste TIB4
Total Bélizon
longueur (km)
12,15
2,75
9,27
24,17
1,41
3,67
2,11
6,96
14,15
8,04
20,33
9,51
37,88
18,51
18,51
17,15
14,3
4,48
4,34
2,89
4,01
8,91
4,28
60,36
4,58
2,5
6,78
11,73
4,07
29,66
184,73
Pistes de fin de réseau :
Les pistes de fin de réseau qui sont avec les pistes à camion les axes finaux du réseau de desserte ne sont
misent en œuvre que depuis le début de la mise en place d’une exploitation forestière à faible impact soit
vers les années 2004. De ce fait, elles sont essentiellement concentrées sur le secteur de Roche Fendée.
Desservant que peu de parcelles, leurs longueurs cumulées ne dépassent pas les 50 kms.
Pistes d’orpaillage :
L’activité minière est très importante sur la forêt de Bélizon et plus particulièrement sur le secteur forestier
de Roche Fendée.
Dans le cadre de leur activité les orpailleurs ouvrent des pistes d’accès à leur site d’exploitation, d’autres
traversent la forêt pour accéder à des placers pour certains situés bien loin de la forêt (accès par la piste de
Bélizon à Saül). Plus de 180 kms de pistes ouvertes au bulldozer ou pour les quads traversent la forêt de
Bélizon.
42
Le tableau suivant fait état du réseau routier ouvert par secteur forestier sur la forêt de Bélizon.
Tableau récapitulatif de la longueur du réseau routier par secteur forestier et par type de piste.
Secteur
Forestier
Counamari
Route
Nationale 2
Piste
Principale
17,31
Piste
Secondaire
Piste de
Fin
Réseau
24,17
Piste à
camion
Sous total piste
forestière
2,27
Piste
d'orpaillage
26,44
11,67
Total
général
55,42
Grillon
10,03
14,15
0
1,25
25,43
1,17
26,6
Maripa
11,46
37,88
8,55
5,96
63,85
1,52
65,37
6,87
18,51
14,3
0,24
39,92
2,03
41,95
29,69
60,36
8,21
3,58
101,84
162,78
264,62
38,67
2,33
56,31
296,15
181,5
510,27
Montagne Tortue
Roche Fendée
Tibourou
15,31
5,57
29,66
3,44
Forêt de Bélizon
32,62
63,62
184,73
36,77
11,03
Près de 270 kms de pistes forestières ont été ouvertes pour l’exploitation de la forêt de Bélizon.
La carte et le tableau des équipements existants figurent en annexe 30 et 31.
2.11 – Equipement d’accueil du public
Il n’existe pas, pour l’instant, d’équipements d’accueil du public en forêt.
2.12 – Paysages
La montagne de l’Epine dite « montagne aux gouffres » située sur les parcelles 17, 19, 21 et 25 du secteur
forestier de Counamari présente un intérêt paysager non négligeable du fait de la clarté de son sous bois, de
la présence de gros rochers et de falaises, et surtout de sa position dominante sur la plaine située à l’ouest.
Ce site de part sa rareté au sein de la forêt constitue un site d’intérêt écologique des plus remarquables.
Quelques points de vue existent depuis le haut de la Montagne Tortue sur les secteurs de Maripa, Montagne
tortue et Roche Fendée, mais ils ne possèdent pas de caractère véritablement remarquable.
2.13 – Richesses culturelles
Peu de sites archéologiques ont été recensés sur la forêt de Bélizon. Seuls des sites d’occupations
amérindiennes ont été mis en évidence plus particulièrement au niveau de la Montagne Tortue (secteur
forestier de Montagne Tortue) et des sauts sur l’Approuague.
Le faible nombre de sites actuellement répertoriés ne reflète pas le niveau d’occupation qui a du être plus
important eu égard aux traces que l’on note lors de nos opérations d’inventaires.
Certains sites remarquables comme celui de l’éperon barré de la crique Tortue en sont l’exemple type.
Ce site a d’ailleurs fait l’objet d’une étude particulière dans le cadre du programme COUAC (ImpaCt des
OccUpAtions amérindiennes anciennes sur les propriétés des sols et la diversité des forêts de la frange
Côtière guyanaise 2008-2010) CNRS-Amazonie II.
Tout aménagement au niveau d’un site archéologique est soumis à la réglementation protégeant le
patrimoine archéologique, particulièrement par la loi 2001-44 du 17 janvier 2001.
La carte de situation des sites actuellement répertoriés, et situés dans le périmètre de la forêt sont
disponibles en annexe 32.
A l’instar des prospections botaniques, le massif reste largement sous échantillonné rendant non exhaustive
la liste des sites archéologiques présents sur la forêt. Les premiers travaux d’inventaires réalisés tendent à le
confirmer, puisque de nouveaux sites ont été identifiés.
43
2.14 – Statuts et règlements pour la protection du milieu
Il n’existe aucun statut de protection au sein de la forêt.
2.15 – Occupations foncières
Toutes les propriétés privées, qui sont peu nombreuses, en périphérie de la forêt de Régina-St Georges, ont
été exclues du périmètre de la forêt. Il s’agit des deux propriétés privées, des successions Hilaire et
Maugata, situées au sud-ouest du secteur de Montagne Tortue entre la crique Tortue et l’Approuague.
A noter que les services des domaines ont attribués, sans l’avis de l’ONF, un terrain à titre privé au camp
Bonaventure. Ce terrain de 5 ha situé sur la piste secondaire du PK7 du secteur forestier de Maripa est à
cheval sur les parcelles 30, 31, 38 et 39.
La carte de situation de cette propriété figure en annexe 33.
Plusieurs exploitants forestiers, entreprises ou associations intervenant sur la forêt disposent de contrats
administratifs d’occupation.
Il s’agit de :
- La société ATPA (travaux routiers) qui dispose d’un contrat administratif de 5 ans au niveau du
PK 7 (ancienne installation Vivert) sur environ 2 ha,
- La société Rubis Antilles Guyane (pétrolier) qui dispose d’un contrat administratif de 10 ans au
niveau du PK 10 pour le stock de carburant destiné aux orpailleurs légaux,
- La société SDL (Exploitant/scieur) qui dispose d’un contrat administratif de 5 ans sur
l’ensemble des installations du PK10 (carbets, hangar et parc de rupture de l’autre côté de la
route) soit environ 3 ha,
- L’association de chasseurs TCHO DANBWA qui dispose de 2 conventions d’occupation
précaires (renouvelable tous les ans) sur la piste secondaire de Maripa sud au niveau de la
crique Caïman et de la crique de la parcelle 51,
- La société ADTBG (exploitant forestier) dispose d’un contrat administratif d’1 an renouvelable
pour un carbet et une place de dépôt au niveau du PK35 de la piste de Bélizon sur 0,5 ha,
- La société Dwarka (travaux routiers) dispose également d’un contrat administratif d’1 an
renouvelable pour un carbet et une place de dépôt au niveau du PK35 de la piste de Bélizon sur
0,5 ha.
A noter, qu’il existe un projet d’installation d’une antenne de communication par la société Guyacom sur le
sommet de la Montagne Tortue (secteur de Maripa). Ce projet qui fera l’objet d’une convention
d’occupation ne devrait pas voir le jour avant mi 2011.
44
3 – Gestion passée
3.1 – Permis forestier
Secteur forestier de Counamari :
-
Permis SODERAK (Société de Développement Régional Approuague-Kaw) – permis forestier
420/Approuague - 1981 à 1991.
Dans le cadre de ce permis les parcelles 1, 2, 19 et 21 de Counamari furent concernées par des
prélèvements très faibles puisque seulement 2000 m3 furent déclarés provenant de
l’exploitation de ce permis. Sur ces 4 parcelles, les prélèvements ont été concentrés sur 500 ha
soit un prélèvement moyen de 4 m3/ha.
-
Vente Amiable Barthod du 1er mars 1993 sur les parcelles 1 à 4 de Counamari.
Secteur forestier de Maripa :
-
-
Permis 132/Comté sur 8700 ha entre 1987 et 1990, ainsi que la vente amiable de la crique
Taouin sur 375 ha entre 1987 et 1989 attribué à la société SOFOCA. Le bilan des trois années
d’exploitation de la SOFOCA figure en annexe 34. On y remarque une prépondérance du
gonfolo rose avec plus de 41% du volume exploité suivi de l’angélique avec 22% et loin
derrière le grignon franc avec 7%. Il n’est pas possible de déduire des volumes à l’hectare, étant
donné un morcellement du permis et de la vente amiable en bandes intensément exploitées le
long des pistes entrecoupées de vastes zones intouchées.
Ventes amiables de la crique Taouin attribuées à la société Barthod entre 1992 et 1994 sur 3
lots puis sur les parcelles 31 et 38. Le bilan de l’exploitation des lots 1 à 3 figure en annexe 34.
Vente amiable de la parcelle 16 de Maripa sur 185 ha en 1996 à la société MARIPA BELIZON.
Cette société installée au PK 10 de la piste de Bélizon n’a eu qu’une durée de vie limitée. 1166
m3 ont été exploités à savoir un prélèvement moyen à l’hectare de 6,3 m3, avec 42%
d’Angélique et 32% de Gonfolo rose.
Secteur forestier de Montagne Tortue et de Grillon:
-
Permis 133/Comté sur 9820 ha (dont 2630 ha sur Montagne Tortue) entre 1990 et 1994 attribué
à la société SOFICIEM. L’exploitation de permis n’a été que très partielle et l’on peut
considérer que seulement 1400 ha ont été réellement parcourus par l’exploitation (800 ha sur
Grillon et 600 ha sur Montagne Tortue). 17 712 m3 ont été prélevés soit un prélèvement moyen
à l’hectare de 12,7 m3. Les essences les plus prélevées avec près de 70% du volume sont le
Gonfolo rose (46,3%) et l’Angélique (22,9%). Le bilan complet figure en annexe 34.
Secteur forestier de Tibourou :
Le secteur de Tibourou, traversé du nord au sud par la RN2, fut le premier secteur forestier de la forêt de
Bélizon parcouru par l’exploitation forestière et ce dès 1968.
-
-
Permis 114/Comté attribué à la société Neyrat entre 1968 et 1978. Les déclarations effectuées
par cette exploitant font état de 30 000 m3 exploités dont environ 50% de Koualis (Gonfolos,
Moutende, Achiwa et Wana kouali), 25% de bois semi-durs (Angélique, Cèdres, Amarante et
Parcouri) et 25% de bois d’ébénisterie (St Martin rouge, Wacapou, Bois Serpent, Balata
franc…).
Permis 100/Orapu sur 4400 ha entre 1981 et 1985 attribué à la société des Docks des Bois de
Guyane. Les déclarations effectuées par cette société font état de 10 000 m3 exploités (selon le
rapport du Technicien Marchal qui indiquait que « l’exploitant se contente de parcourir une
bande de 2 km de large depuis la RN2, en n’exploitant que les très gros bois, principalement les
angéliques, pratiquant ainsi un super écrémage ».
Le secteur forestier de Roche Fendée, accessible que depuis le début des années 2000, n’a pas été concerné
par les permis forestiers.
45
La carte des permis forestiers figure en annexe 35.
3.2 – Dernier aménagement
La forêt de Bélizon est depuis de nombreuses années ouvertes à l’exploitation forestière.
Dans le cadre de la première génération d’aménagement forestier, les secteurs de Counamari (en 1993), de
Maripa (en 1994), de Montagne Tortue (en 1995), de Grillon (en 1997) et de Tibourou (en 1999) ont tous
fait l’objet d’un aménagement forestier.
Il s’agit du premier aménagement pour le secteur de Roche Fendée.
Pour les secteurs forestiers ayant fait l’objet d’un premier aménagement, toutes les parcelles de la série de
production ont été exploitées. On peut noter, l’exploitation des parcelles 21, 29 et 30 de Montagne Tortue
qui perdure encore (vente 2001). Cette situation sera réglée à la fin de la saison sèche 2011.
Pour le secteur de Roche Fendée, par anticipation à l’aménagement (afin de garantir un approvisionnement
continu de la filière) des ventes amiables et des contrats d’approvisionnement ont été signés avec plusieurs
entreprises.
La surface parcourue par l’exploitation durant la période 1995-2009 est résumée dans le tableau suivant.
Secteur forestier
Counamari
Grillon
Maripa
Montagne Tortue
Tibourou
Roche Fendée
Total exploitée
Surface parcourue (ha)
5 920
4 219
7 137
8 456
6 761
6 198
38 691
Sur le secteur de Roche Fendée 4 106 ha sont en cours d’exploitation.
Sur l’ensemble des parcelles exploitées et en cours d’exploitation de la forêt de Bélizon, soit 42 797 ha,
328 812 m3 ont été prélevés correspondant à un prélèvement moyen de 7,7 m3/ha.
Ce prélèvement est essentiellement concentré sur les trois principales essences commerciales avec 39% du
volume en angélique, 25,5% en gonfolo rose et 9% en grignon franc soit plus de 73% du volume exploité.
On constate une augmentation du prélèvement sur les dernières années qui profite au secteur de Roche
Fendée avec plus de 9 m3/ha en moyenne.
Sur l’ensemble de la forêt, il reste sur le secteur de Roche Fendée 19 258 ha à exploiter dont 13 573 ha font
déjà l’objet d’un contrat d’approvisionnement ou d’une vente amiable.
En considérant le prélèvement moyen annuel sur le secteur de Roche Fendée depuis les trois dernières
années (25 000m3), toutes les parcelles en production de la forêt de Bélizon auront été exploitées dans les 7
ans à venir.
46
3.3 – activités minières
L’exploitation aurifère, sur la forêt de Bélizon est très ancienne et remonte au 19ème siècle avec le premier
site de découverte de l’or en Guyane (par un amérindien) sur la crique Akoupaie (affluent de
l’Approuague).
Faute d’infrastructure routière, les premiers sites exploités ont été ceux accessibles par les fleuves et
notamment via l’Approuague sur la crique Tortue, la crique Ipoucin (avec les villages de St Lucien, Coco,
la Boue), la crique Counamari (village de Bardo et Bœuf mort) et par la Comté sur la rivière Blanc avec les
villages de Découverte et de Dégrad Jalbot.
Cette activité à plus ou moins perdurée, suivant la courbe de cotation du kilo d’or, pour reprendre de façon
très importante depuis le milieu des années 1990, comme le montre le graphique ci-dessous.
Près de 2100 ha ont été travaillés sur la forêt, dont plus des 3/4 sont situés sur le secteur forestier de Roche
Fendée. Plus de 90% de la surface impactée par l’activité minière est le fait d’entreprises légales. Cette
activité légale bien implantée notamment sur le secteur de Roche Fendée (Ipoucin) côtoye
malheureusement une activité d’orpaillage clandestin importante surtout autour de la crique Ipoucin (et
affluents) et de la rivière Blanc. Cette activité va bien au-delà de la forêt et a des ramifications importantes
dans la Réserve Naturelle Nationale des Nouragues notamment sur les têtes des criques Ipoucin, Benoît,
rivière Blanc et Mazin.
A noter que son impact est plus important en terme de pollution des cours que de surface travaillée.
Le secteur forestier de Roche Fendée fait partie, à l’échelle du Domaine Forestier Permanent, des secteurs
les plus impactés par l’exploitation aurifère.
La carte de situation de l’activité minière figure en annexe 36.
47
4
–
Synthèses : objectifs,
d’aménagement
zonages,
principaux
choix
4.1 – Synthèse de l’analyse des titres 1 à 3
De l’analyse des titres 1 à 3, il ressort :
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Une géomorphologie essentiellement constituée de hauts plateaux (33,4%) et de hauts massifs
avec piémont (35,5%). Avec une diversité plus importante sur le secteur de Roche Fendée qui
constitue le secteur le plus important en surface.
Une probabilité de présence important de 2 habitats patrimoniaux (forêt basse sur cuirasses
latéritiques et forêt marécageuse perchée sur cuirasses latéritiques) associés aux schistes de
Paramaca dominant sur la forêt.
Les schistes, principalement de type « Paramaca », représentent près de 65% de la surface, avec
des indices aurifères (inventaire minier du BRGM) parmi les plus importants de la bande
côtière.
Ces indices d’or primaire sont notamment importants sur le secteur de Tibourou (Montagne
Maripa) avec un prolongement vers les Petites Montagnes Tortues (quartzites et conglomérats),
entrainant un conflit important à venir avec une zone d’intérêt écologique majeur (Montagne
aux Gouffres).
La présence sur le secteur forestier de Counamari d’un substrat géologique très particulier
« Quartzites et conglomérats de l’Orapu » très peu représenté à l’échelle de la forêt et plus
globalement à l’échelle de la Guyane, qui lui confère un intérêt écologique majeur.
La présence de deux espèces protégées Lecythis pneumatophora et surtout Astrocaryum minus
qui est une espèce classée en danger critique d’extinction par l’IUCN.
Une dominance dans tous les inventaires forestiers de la principale essence commerciale de
Guyane : l’angélique avec en moyenne 19% du nombre de tige des 55 et +.
Une présence en deuxième position du gonfolo rose (2ème essence exploitée en Guyane) se qui
confère un attrait tout particulier à la forêt de Bélizon qui constitue la seule forêt en activité du
domaine forestier permanent avec un niveau aussi important en gonfolo. Le faible potentiel sur
pied dans cette essence, à l’échelle régionale, donne toute son importance à la valorisation
optimale des peuplements à Gonfolo rose de la forêt de Bélizon.
Une dominance toutes essences confondues des mahos noirs. Cette dominance en nombre de
tiges des lecythidaceae ainsi que la bonne présence des vochysiaceae (gonfolo rose) différencie
bien la forêt de Bélizon des autres massifs forestiers et surtout du grand massif voisin de
Régina-St Georges dominé par les Caesalpiniaceae (angélique).
Une pluviométrie importante qui est un critère à prendre en compte lors des phases
d’exploitation.
L’analyse des contraintes topographiques vis-à-vis de l’exploitation forestière montrent que
près de 33% de la surface sont constitués de zones à contraintes fortes à très fortes. Ceci nous
amène à réduire de 40% (en moyenne) la surface cadastrale afin d’obtenir la surface exploitable
sur chaque parcelle.
Le classement en attente suite au DIAM des parcelles 85, 87, 88, 105, 106, 110, 111 et 112 de
Roche Fendée compte tenu du potentiel insuffisant en ressources commerciales dans les
conditions du marché actuel.
Un réseau de desserte sur la forêt déjà bien structuré et suffisant avec seulement quelques pistes
de fin de réseau restant à construire sur le secteur de Roche Fendée.
Une part important de la forêt de Bélizon dans l’approvisionnement de la filière bois guyanaise
constituant, avant l’ouverture de la forêt de Régina-St Georges (qui monte en puissance),
pendant 13 ans le 1er bassin d’approvisionnement guyanais avec 35% du volume mobilisé en
Guyane.
Une perspective de continuité d’approvisionnement, en gardant le niveau actuel (autour des
25 000 m3 annuels) de prélèvements, limité aux 7 à 8 ans à venir.
Une activité minière légale et surtout clandestine importante plus particulièrement sur le secteur
de Roche Fendée, avec une importance stratégique de la piste de Bélizon pour
l’approvisionnement des sites miniers de l’est guyanais.
48
-
-
Une activité touristique peu développée, mais la présence du site d’accueil le mieux aménagé
et organisé de l’Approuague (voir de Guyane). Reste un potentiel touristique en lien avec le
fleuve Approuague (rive gauche) à développé, mais freiné par la présence d’une population
clandestine liée à l’orpaillage.
Un intérêt scientifique avec la participation à deux dispositifs de recherche Guyafor et
Dygepop.
Pas ou très peu d’usages traditionnels constatés sur la forêt.
4.2 – Définition des objectifs principaux d’aménagement
Le massif de Bélizon est défini comme un espace à vocation forestière permanente, où s’applique une
gestion durable et multifonctionnelle intégrée garantissant à long terme la permanence de l’état boisé et son
intégrité, tout en protégeant durablement des biotopes spécifiques et en maintenant des espaces d’activités
économiques et sociales.
Les analyses font apparaît :
- une surface a priori exploitable globalement assez contraignante vis à vis de l’exploitation
forestière.
- un potentiel important en ressource forestière exploitable dominé par les deux principales
essences commerciales de Guyane (l’angélique et le gonfolo rose).
- l’importance de ce massif pour l’approvisionnement de la filière bois guyanaise et notamment
en gonfolo rose mais limité aux 10 années à venir, compte tenu du niveau d’exploitation passé.
- un potentiel aurifère très important, amenant une activité minière très développée avec un
impact en terme de surface déforestée et de pistes créées non négligeables.
- Une redéfinition dans le cadre du SDOM, de la série d’intérêt écologique existante et son
reclassement en série de protection physique et générale des milieux et des paysages.
- L’identification et la cartographie précise d’un habitat des plus rares à l’échelle de la Guyane.
Cette nouvelle zone d’intérêt écologique majeure, sur la montagne aux Gouffres est associée à
la présence d’une espèce protégée d’intérêt majeur : l’Astrocaryum minus.
- Des usages traditionnels peu ou pas développés sur le massif.
- Une activité touristique essentiellement liée au fleuve Approuague, mise à part le camp
Bonaventure dont l’activité ne concerne que les 7 premiers kilomètres de la piste de Bélizon.
Dans ces conditions, l’objectif principal de la gestion forestière de ce massif sera la mise en valeur pour la
production durable de bois d’œuvre en satisfaisant au mieux les besoins, en produits (bois et produits
divers...) et en services (préservation de la biodiversité, protection des milieux et des paysages,
écotourisme...).
L’importance écologique de la forêt n’est pas oubliée et à cet objectif principal vient s’ajouter celui de la
préservation de la biodiversité qui reste un objectif important, puisque 40% de la superficie de la forêt est
mise en protection.
Cette protection est effective par :
- la mise en réserve d’une partie du massif, jouant un rôle de témoin de la diversité floristique,
topographique et géologique (prise en compte dans le cadre du découpage géomorphologique)
ainsi que d’accueil de la faune.
- la conservation des zones les plus élevées sur schistes Paramaca susceptibles de portés des
habitats forestiers patrimoniaux liés aux peuplements sur cuirasse,
- la protection des berges et des cours d’eau,
- la protection des zones humides,
- la protection de l’un des habitats les plus rares à l’échelle de la Guyane.
La prise en compte des différents enjeux concernant ce massif, en font un outil d’aménagement du territoire
et un atout du développement local.
49
4.3 – Définition de la série de production de bois d’œuvre tout en assurant la
protection générale de milieux
La définition de cette série se base notamment sur les contraintes topographiques (contraintes par rapport à
l’exploitation) et sur les potentialités en bois d’oeuvre.
Les analyses préalables ont permis d’identifier, à partir des connaissances déjà acquises sur le terrain et au
moyen des cartes topographiques et des images :
- Les zones non exploitables à cause de fortes contraintes topographiques : Inondables,
inaccessibles par piste forestière, fortes pentes inexploitables >40%,
- Les zones non exploitées volontairement : zones présentant des habitats patrimoniaux, zones a
priori exploitables mais mise en protection au titre du principe de précaution appliquée à la
conservation de la biodiversité, continuité des séries de protection entre forêts aménagées mais
également avec la réserve naturelle des Nouragues voisine.
- Les zones déjà exploitées et dont le potentiel en bois d’œuvre est prouvé.
4.4 – Définition de la série d’intérêt écologique (SIE)
Dans le cadre des réflexions sur la mise en place du SDOM (Schéma Départemental d’Orientation Minière)
une ré-expertise de l’ensemble des séries d’intérêt écologique des forêts aménagées de Guyane a été
réalisée.
Ce travail qui a consisté en un croisement des unités géomorphologiques avec les régions naturelles, les
espaces protégés et le niveau de conservation actuel des SIE, nous a amenés à déclasser les SIE des secteurs
de Maripa et de Montagne Tortue. En effet, la présence de sites miniers actifs associée à un intérêt
écologique non encore démontré (avec notamment une redondance avec les Nouragues classés dans la
même unité bio géographique) nous a permis d’envisager le déclassement de ces SIE vers la série de
protection physique et générale des milieux et des paysages.
Cette décision est appuyée par le fait qu’il s’agit des seules SIE impactées par des sites miniers actifs et
qu’il n’existe pas de données floristiques ou faunistiques qui peuvent venir justifier un classement fort en
SIE.
Néanmoins, dans le cadre des nouvelles investigations réalisées pour la rédaction de l’aménagement global
de la forêt de Bélizon, la ré-expertise du secteur forestier de Counamari couplée aux nouvelles données
géomorphologiques disponibles, ont permis de mettre en exergue la zone de la Montagne aux Gouffres dont
l’intérêt écologique est des plus remarquable.
En conséquence, il est impératif (compte tenu des nouvelles données en notre possession postérieur aux
discussions sur le SDOM) de classer en série d’intérêt écologique les parcelles incluant la montagne aux
Gouffres.
Les grès et quartzites (qui constituent la Montagne aux Gouffres) ne représentent que 1,2% du territoire
guyanais, ils ne sont présent que sur le sillon nord guyanais et ne sont véritablement représentés dans l’est
que sur les Petites Montagnes Tortues (dont fait partie la montagne aux Gouffres) et la Montagne des Trois
Pitons. Cf. annexe 37.
Les parcelles incluses dans cette zone d’intérêt écologique, ne représentent à l’échelle de la forêt qu’une
faible superficie (816 ha soit 1% de la forêt).
La montagne aux Gouffres avec l’ensemble formant les Petites Montagnes Tortues devront très rapidement
faire l’objet d’un classement en réserve. Leur statut de rareté à l’échelle de la Guyane, le justifie
pleinement.
L’emplacement de cette série d’intérêt écologique est un élément déterminant, lié à un habitat patrimonial
très rare à l’échelle de la Guyane.
50
4.5 – Définition de la série de protection physique et générale des milieux et des
paysages
La définition de la série de protection générale des milieux et des paysages a été définie selon les critères
suivants :
- participation à la prise en compte d’un maximum d’habitats selon la répartition des différentes
unités géomorphologiques (protection d’une diversité de biotopes et d’écosystèmes plus
représentatifs de la diversité stationnelle que de leur originalité),
- maintien de l’aspect fonctionnel de ces habitats pour la faune en faisant en sorte qu’elles
constituent une surface d’un seul tenant la plus vaste possible (réduire au maximum
l’accessibilité et particulière aux chasseurs).
- privilégier dans la mesure du possible un continuum entre les zones soustraites à l’exploitation
voisines (série de protection générale des milieux des forêts voisines de Coralie au nord et
Régina-St Georges au sud ainsi que la réserve naturelle des Nouragues à l’ouest),
- protection des principaux fleuves et notamment l’Approuague par la mise en protection de ses
principaux sauts (Mapaou, Athanas, Petit et Grand Mathias, Aïcoupaye). Ces sites étant
également des lieux privilégiés d’installation ou d’activité de tourismes et de loisirs.
4.6 – Découpage en série
Compte tenu des objectifs fixés, la forêt comportera 3 séries distinctes :
Série n°
1
2
3
Type de série
Objectif déterminant
Série de production, tout en Production de bois d'œuvre et d’autres
assurant la protection générale produits forestiers
des milieux et des paysages
Protection générale des milieux et des
paysages
Exercice de la chasse, de la pêche, de la
cueillette et récolte de bois d’œuvre et de
service pour l’usage des populations tirant
traditionnellement leurs moyens de
subsistance de la forêt
Série d’intérêt écologique
Conservation de milieux et d’espèces
remarquables
Conservation d’un habitat forestier
patrimonial des plus rares
Série de protection physique Protection physique (qualité de l’eau, …)
et générale des milieux et des et générale des milieux et des paysages
paysages
Protection d’un échantillon représentatif de
la biodiversité
Protection des milieux et d’espèces
remarquables
Exercice de la chasse, de la pêche, de la
cueillette et récolte de bois d’œuvre et de
service pour l’usage des populations tirant
traditionnellement leurs moyens de
subsistance de la forêt
Total
Surface
en ha
%
73 038
60
816
1
47 981
39
121 835
51
Tableau de la répartition des différentes séries par secteur forestier :
Secteur forestier Série de protection
physique et
générale des
milieux
Counamari
Grillon
Maripa
Montagne Tortue
Roche Fendée
Tibourou
Total
6 350
4 487
11 850
8 259
33 630
8 462
73 038
Série d'intérêt
écologique
816
816
Série de production
tout en assurant la
protection générale
des milieux et des
paysages
3 526
3 066
8 870
1 706
27 911
2 902
47 981
Total
10 692
7 553
20 720
9 965
61 541
11 364
121 835
Composition de chaque série en parcelle : Voir annexe 38.
Les parcelles 85, 87, 88, 105, 106, 110, 111 et 112 du secteur forestier de Roche Fendée classées en série de
production sont regroupées dans un groupe d’attente. En effet, la faiblesse de leur potentiel dans les
essences commerciales majeures principales (toutefois, intéressant dans les autres essences commerciales)
couplé à un coût d’investissement en infrastructure d’accès très élevé, ne permet pas leur mise en valeur
dans les conditions actuelles de valorisation du bois d’œuvre en Guyane.
La carte d'aménagement figure en annexe 39.
52
5 – Décisions : Directives et recommandations
5.1 – Durée d’application de l’aménagement
La fin du 1er cycle d’exploitation de la forêt dans les 10 années à venir nous amène à retenir une durée
d’aménagement de 25 ans.
Le premier plan concernant la forêt de Régina -St Georges sera donc appliqué de 2011 à 2035.
5.2 – Décisions relatives à la production de bois d’œuvre
L’aménagement forestier définit au niveau de la forêt les objectifs affectés à chaque parcelle ainsi que le
schéma de desserte.
Compte tenu du niveau d’exploitation de la forêt de Bélizon et la fin de son exploitation annoncée à
échéance de 10 ans, couplée au fait que les deux principales entreprises intervenant sur la forêt disposent de
contrats d’approvisionnement sur la forêt voisine de Régina-St Georges ne nous permet pas de définir un
échéancier précis de la réalisation des coupes.
La planification des interventions et les principes d’action en matière de coupes, de desserte forestière, de
programmation des inventaires parcellaires seront établis dans le cadre du Programme Régional de Mise en
Valeur forestière (PRMV).
5.2.1 – Essences commerciales
La liste des essences commerciales (annexe 5) découle des travaux du CIRAD sur la valorisation
technologique des bois de Guyane. Elle compte 90 essences dont les qualités technologiques sont
reconnues. Ces essences sont réparties en fonction de leur degré de valorisation en trois groupes :
- Les Essences Commerciales Majeures Principales (ECMP) : qui sont systématiquement
prélevées lorsqu’elles sont rencontrées sur les parcelles exploitées. Dans l’état actuel du
marché, elles constituent les principales "essences-objectif",
- Les Essences Commerciales Majeures (ECM) : qui font l’objet d’une exploitation au coup par
coup en fonction du développement de marchés,
- Les Autres Essences Commerciales (AEC) : qui sont peu valorisées malgré leur qualité
technologique.
La particularité du traitement réside dans le fait que cette diversité induit par essence, un faible nombre de
tiges mobilisables par hectare.
Néanmoins, l’Angélique et le Gonfolo rose très présents sur la forêt, compte tenu qu’il s’agit des premières
essences exploitées en Guyane, peuvent être considérées comme "essences-objectif" principales sur ce
massif.
53
5.2.2 – Structures des peuplements commerciaux
La structure diamétrique peut-être assimilée à une futaie irrégulière par pieds d’arbres. Le choix est fait
d’œuvrer pour le maintien de cette structure irrégulière en absence de connaissances scientifiques
suffisantes à ce jour pour envisager des actions sylvicoles. La théorie de la perturbation intermédiaire et du
renouvellement par chablis est un des éléments qui pousse vers ce choix, pour préserver une dynamique
proche du fonctionnement naturel.
5.2.3 – Critères d’exploitabilité
Le système de prélèvement est basé sur des coupes assises par contenance et caractérisé par trois
paramètres :
- Une durée de rotation entre deux coupes qui est fixée à 65 ans dans l'état des connaissances sur
la productivité des peuplements naturels après exploitation (étude de M. GAZEL sur les
placeaux du BAFOG, et les premiers résultats fournis par le dispositif du CIRAD en forêt de
Paracou ainsi que par les placettes permanentes de l’ONF-CIRAD), en considérant qu'il s'agit
du temps de passage de la classe de diamètre 40 à la classe 60 cm (ce temps est basé sur la
croissance moyenne des essences les plus recherchées).
- Un diamètre minimum d'exploitabilité (DME), fixé pour la plupart des essences à 55 cm, 45 cm
pour les bois précieux et le Wacapou.
- La composition du peuplement forestier en essences commerciales. En sachant, qu’un
peuplement peut être considéré comme exploitable lorsque le volume total des essences
commerciales est supérieur à 42m3/ha, correspondant à un volume présumé réalisable sur les 8
essences principales de 21,9 m3/ha.
5.2.4 – Modèles sylvicoles
L’état des connaissances ne permet pas de développer de véritable itinéraire sylvicole. Aussi, l’exploitation
forestière constitue à ce jour l’unique intervention sylvicole. Les pratiques d’exploitation actuelles
aboutissent à un prélèvement de 14 m³/ha exploité (soit 2,3 tiges/ha exploité), qui représentent 30% du
volume commercial existant sur la coupe. Dans le contexte économique actuel, il serait souhaitable
d’atteindre le seuil optimal de prélèvement de l’exploitation forestière de 20 à 25 m3/ha exploité (4 à 5 tiges
en moyenne), sans pour autant dépasser le seuil d’1/3 de la surface terrière impactée (d’après le CIRAD)
afin d'éviter des dégâts irréversibles aux peuplements compromettant la régénération naturelle et la
reconstitution du peuplement.
A ce niveau là, on reste en dessous des seuils écologiques, qui peuvent être évalués à 35 m3/ha exploité
(d’après les données de Paracou), au dessus desquels la dynamique des peuplements serait très perturbée.
5.2.5 – Opérations sylvicoles : programme d’assiette des coupes
L’exploitation est régie par la fixation d’un diamètre minimum d’exploitabilité et par un contrôle accru qui
incitera l’exploitant à ne négliger aucune portion de la parcelle et à valoriser une palette d’essences aussi
large que possible.
Les parcelles forestières sont mises en exploitation, de proche en proche, après vente des coupes de bois par
appel à la concurrence de coupes de bois sur pied à l’unité de produits.
Les coupes sont assises par contenance avec toutefois aucune garantie sur celle-ci.
On trouvera toutefois en annexe 40, la liste des parcelles non encore exploitées avec une information
permettant de savoir si elles ont déjà faits l’objet d’un inventaire et si elles sont déjà vendues.
Au total ce sont 13120 ha qui restent disponibles avec 10253 ha déjà vendus (dont 7 371 ha inventoriés) et
2 867 ha non vendus mais déjà inventoriés.
Compte tenu du niveau de prélèvement sur la forêt de Bélizon autour de 25 000 m3 par an on peut
considérer que :
- Un volume exploité annuellement sur Bélizon autour des 25 000 m3.
- Un prélèvement en volume en essences commerciales majeures de 20 m3/ha exploité lié à
l’amélioration des pratiques et au marquage des bois inventoriés (soit 12 m3/ha cadastral).
54
13120 ha x 12 m3 = 157 440 m3 / 25 000 m3 par an = 6 à 7 ans de stock en bois d’œuvre sur la
forêt de Bélizon.
Le « stock » en bois d’œuvre permettra l’approvisionnement de la filière pendant 6 à 7 ans, 10 ans
maximum en tenant compte des aléas des saisons des pluies successives qui ne se ressemblent pas.
-
5.2.6 – Opérations sylvicoles : Inventaires
5.2.6.1 – Diagnostic d’aménagement (diam) :
L’ensemble des diagnostics d’aménagement nécessaires à l’expertise de la série de production ont été
réalisés.
Dans le cadre de cet aménagement, aucun diagnostic d’aménagement ne sera programmé.
5.2.6.2 – Inventaire avant exploitation : Désignation
Avant chaque exploitation les parcelles feront l’objet d’un inventaire (désignation) dont les résultats seront
mentionnés au niveau du contrat de vente, avec notamment le nombre d’arbres réputés exploitables pour les
essences commerciales.
On prendra toutes les dispositions nécessaires pour que l’exploitation forestière soit non seulement une
récolte mais également un acte sylvicole.
Cet inventaire préalable vise non seulement à évaluer la ressource potentiellement exploitable et le
peuplement d’avenir qui permettra son renouvellement pour la prochaine rotation, mais aussi à estimer la
valeur écologique des écosystèmes et l’éventuelle présence de sites, de milieux ou d’espèces remarquables.
Suite à cet inventaire, les parcelles jugées impropres pour satisfaire les conditions nécessaires à
l’approvisionnement d’une unité de transformation pourront être transférées dans la série de protection
générale des milieux et des paysages.
La surface restante à inventorier sur la forêt est de 2 867 ha répartis sur 5 parcelles. Le planning de
réalisation de ces inventaires est défini et mise à jour chaque année au niveau du PRMV.
5.3 – Décisions relatives à la production de bois d’industrie
Les réflexions concernant l’exploitation de bois d’industrie, notamment sous forme de bois énergie, sont
récentes en Guyane.
En ce qui concerne la forêt de Bélizon, son éloignement des principaux centres de consommation couplé à
la non électrification du secteur allant du carrefour de Cacao à Régina, n’en font pas un massif prioritaire
pour ce type d’activité.
5.4 – Décisions relatives à la conservation de la biodiversité
5.4.1 – A l’échelle de la forêt
La prise en compte de la biodiversité à l’échelle de la forêt se base sur son découpage en unités
géomorphologiques et sur le résultat des diagnostics d’aménagement au cours desquels des sites d’intérêt
écologique ont été mis en évidence.
Une attention plus particulière devra être portée à la série d’intérêt écologique, qui devra être laissées en
état, en dehors de toute intervention humaine, afin de jouer pleinement son rôle de protection de cet
ensemble d’habitats qui constituent la Montagne aux Gouffres.
5.4.2 – A l’échelle de la parcelle
Certains habitats seront de par leurs caractéristiques, inaccessibles à l’exploitation forestière, il s’agit
notamment des talwegs encaissées avec des chaos rocheux ; il en est de même pour d’autres habitats
55
patrimoniaux plus fréquents, comme les forêts marécageuses ou les forêts inondables, ainsi que pour les
habitats situés sur les îlots de sauts.
Dans les zones tampons des cours d'eau permanents les opérations d'exploitation (abattage et débardage)
sont interdits ou limités. La taille des zones tampons varie de 30 à 100 m en fonction de la taille des cours
d'eau. Aucun arbre situé dans ces zones ne peut être récolté.
La protection de ces derniers habitats revêt toute son importance dans les secteurs forestiers où l’activité
minière est très développée afin de maintenir dans un état de conservation optimale des forêts marécageuses
ou inondables représentatives de ces secteurs.
Les modalités d’identification et de description d’un site d’intérêt écologique ou paysager sont décrites dans
le guide pratique d’aménagement annexé aux Directives Régionales d’Aménagement.
Dans tous les cas, le site d’intérêt écologique sera identifié, cartographié et localisé sur carte. Il ne sera pas
inventorié et devra être exclu de la surface exploitable, des règles particulières à adopter concernant sa
préservation au moment de l’exploitation seront proposées et incluses dans les clauses particulières de la
vente.
Si les caractéristiques du terrain le nécessitent, les limites des sites d’intérêt écologique pourront être
matérialisées par un layon et des marques de peinture bleue (couleur de la mise en réserve) afin d’éviter
toute perturbation ou destruction au moment de l’exploitation.
5.5 – Décisions relatives aux produits forestiers autres que le bois d’œuvre et
d’industrie
La récolte de ce type de produits est préférentiellement orientée vers les zones de réserves foncières
identifiées dans le cadre des Plans Locaux d’Urbanisme et particulièrement les zones de développement
agricole.
5.5.1 – Définition des produits concernés
Les produits forestiers autres que le bois d’œuvre et d’industrie susceptibles d’être prélevés en forêt sont :
- les bois pour la construction de pirogue,
- les autres bois : bois de feu, bois pour bardeaux, bois pour piquets,
- les produits végétaux à usage décoratif,
- les végétaux d’ornement,
- les plantes et parties de plantes diverses destinées à des usages pharmaceutiques, cosmétiques, à
l’herboristerie…
- les autres produits forestiers à usage alimentaire.
La plupart des espèces collectées sont d’une part, pas toutes identifiées d’un point de vue botanique ou
taxonomique et d’autre part, ne font pas l’objet d’une identification spécifique lors des inventaires
parcellaires. Dans l’attente de l’amélioration des connaissances écologiques sur ces espèces, nécessaire à
l’évaluation de l’impact de leur prélèvement, on adoptera, en fonction de la finalité du prélèvement des
règles de gestion différentes.
5.5.2 – Récoltes à usages professionnel et commercial
Dans le cadre d’usages à caractère professionnel et commercial, les produits ne seront cédés qu’à des
professionnels (artisans ou entreprises) en règle vis-à-vis de la réglementation du travail, fiscale et sociale.
Elles donneront lieu soit à une autorisation, un permis de récolte ou un contrat de vente et seront localisées
dans les parcelles exploitées pour le bois d’œuvre.
Ces récoltes pourront avoir lieu jusqu’à 5 ans après la décharge d’exploitation pour le bois d’œuvre, afin de
limiter dans le temps les perturbations de l’écosystème et de permettre sa reconstitution.
Toutefois, l’objectif n’est pas de développer ce type de vente au détail.
56
5.5.3 – Récoltes à usages domestiques
Les récoltes à usages domestiques, étant donné l’impact limité de ces prélèvements, sont compatibles avec
les objectifs des séries de production et de protection physique et générale des milieux et des paysages.
Même, si on a vu que ce type de prélèvement étaient très limité sur la forêt, on ne ferme pas la porte avec
l’objectif d’assurer une veille sur ce type de prélèvement et de vérifier l’adéquation entre les quantités
prélevées et les besoins d’autoconsommation.
Tableau synthétique des décisions quant aux prélèvements de produits forestiers
autres que le bois d’œuvre et d’industrie
Type de série
Récolte à usage
Récolte à usage
professionnel
domestique
et commercial
(usage traditionnel)
Série de production, tout en assurant
la protection générale des milieux et
Autorisée
Autorisée
des paysages
(sous réserve d’un
(mais, à privilégier dans
calage temporel avec les
les zones de réserves
activités d’exploitation
foncières proches des
forestière de bois
zones de vie)
d’œuvre)
Série d’intérêt écologique
Interdite
Interdite
Série de protection physique et
Interdite
Autorisée
générale des milieux et des paysages
5.6 – Décisions relatives aux usages traditionnels
Au niveau de la forêt, les activités exercées par les communautés tirant traditionnellement leur subsistance
de la forêt en raison de leur nature et de leur importance ne justifient pas d’un cantonnement sur des zones
précises et donc de la mise en place d’une série spécifique.
L’étude sur le zonage agriculture forêt réalisée sur Régina en 1999 a montrée que les populations
amérindiens se sont sédentarisées et rapprochés des villages. Cette même étude et d’autres, ont montré que
les activités agricoles de type abattis itinérants par le passé, se sont tout naturellement sédentarisés et
localisées dans des zones proches de ces villages. Compte tenu du fait que les documents d’urbanisme
prévoient suffisamment de réserves foncières dédiées à l’agriculture, aucune activité de type agricole
(abattis) ne sera autorisée au sein du périmètre de la forêt.
Par contre, les prélèvements de produits forestiers autres que le bois d’œuvre et d’industrie exercés au titre
des usages traditionnels seront autorisés (pour ceux qui n’interfèrent pas avec les objectifs de ces séries)
dans les séries de production et de protection physique et générale des milieux et paysage, mais interdits
dans la série d’intérêt écologique.
Une concertation régulière sera recherchée avec les autorités coutumières et les associations quant au suivi
et à l’évolution des usages traditionnels de manière à disposer d’informations actualisées sur les usages et
les attentes permettant de préciser les règles de gestion.
5.7 – Décisions relatives à la gestion foncière
L’ONF a sur les forêts domaniales qui lui sont confiées, compétence en matière foncière pour octroyer les
autorisations et concessions relatives à toute occupation et utilisation de l’espace forestier. S’agissant d’une
forêt à vocation forestière permanente reconnue, l’octroi de droits fonciers d’occupation et d’utilisation de
l’espace forestier ne peuvent relever que du régime des concessions forestières domaniales.
Toute demande de concession agricole ou de bail emphytéotique agricole dans le périmètre de la forêt fera
l’objet d’une décision défavorable.
57
Le principe de gestion durable initié par le schéma d’aménagement forestier de la zone nord de la Guyane,
impose la reconnaissance de la vocation forestière exclusive de cette forêt, qui est inscrite au domaine
forestier permanent guyanais soumis au régime forestier.
Les demandes d’installation de concessions pour activités de loisirs, à proximité du réseau routier
permanent ou des rivières, devront être compatibles avec les objectifs des différentes séries.
D’ores et déjà, aucune concession ne sera accordée au sein de la série d’intérêt écologique.
En série de protection physique et générale des milieux voir en série de production, l’avis sera motivé en
fonction de la nature du projet, de sa localisation dans le bassin versant concerné et des modalités d’accès
au site.
5.8 – Décisions relatives à l’accueil du public et au tourisme
Le développement touristique semble plus lié à une dynamique de projet qu’à un zonage prédéterminé (il
n’est d’ailleurs pas souhaitable ni forcément concevable de vouloir a priori cantonner le développement de
ces activités à des espaces prédéterminés).
Toutefois, un certain nombre de sites naturels remarquables (des criques, des sauts) sont déjà identifiés et
pour certain font l’objet d’une mise en valeur ou du moins d’une fréquentation régulière.
L’essentiel des campements touristiques existants (et à venir) sont installés sur le domaine privé forestier de
l’Etat. C’est l’ONF qui instruit les demandes et octroie les concessions d’occupations correspondantes.
Il existe diverses formules :
- bail emphytéotique de 30 ans
- bail commercial de 18 ans,
- contrat administratif de 18 ans,
- convention d’occupation précaire (3 ans renouvelables ; formule transitoire permettant le
démarrage d’une activité)
On veillera avant tout octroi de nouvelle concession, à la compatibilité du projet avec les objectifs de la
zone concernée.
Elles feront l’objet d’un examen très particulier. Pour toutes demandes d’installation dans la série d’intérêt
écologique un avis défavorable sera donné et elles seront orientées vers les autres séries.
L’implantation de concessions dans les séries de production de bois d’œuvre et de protection physique et
générale des milieux sera fonction de la nature du projet, de sa localisation et des modalités d’accès au site.
5.9 – Décisions relatives aux activités minières
Dans le cadre du Schéma Départementale d’Orientation Minière, la forêt fait partie des zones prioritaires
pour le développement de l’activité minière.
On a vu précédemment que l’expertise réalisée dans le cadre de la définition du SDOM a permis de mettre
en évidence que les séries d’intérêt écologique définies dans les premiers aménagements des secteurs
forestiers englobaient des habitats déjà bien représentés dans les zones du projet SDOM excluant
l’exploitation minière. De ce fait, le classement de ces séries, a été modifié et elles sont incluses maintenant
dans la série de protection physique et générale des milieux ou l’exploitation minière est soumise à des
contraintes fortes.
Une ré-expertise plus complète réalisée dans le cadre de la rédaction du présent aménagement a permis de
mettre en évidence la présence sur le secteur forestier de Counamari d’un site au plus grand intérêt
patrimonial méritant une exclusion de l’exploitation minière et justifiant pleinement la création d’une série
d’intérêt écologique et sa mise hors exploitation humaine.
Cette série d’intérêt écologique a pour vocation de devenir une Réserve Biologique Intégrale pour
confirmer la protection intégrale de la zone.
58
Le caractère exceptionnel de ce site à l’échelle de la Guyane, justifie pleinement ce classement et l’ONF
en tant que garant de la préservation de la biodiversité doit tenir bon qu’en au classement de cette série,
d’autant plus qu’un intérêt aurifère primaire a été mis en évidence (permis de recherche existant sur la zone,
comme le montre la carte en annexe 41).
Dans les autres zones soumises à une exploitation minière sous contrainte, la recevabilité d’une demande de
titre minier est corroborée à l’expérience et à la capacité des entreprises à maîtriser les impacts
environnementaux de leur activité et toute entreprise manifestant l’octroi d’un titre de recherche ou
d’exploitation minière, devra s’engager à suivre la charte des bonnes pratiques minières.
Les demandes de carrières seront examinées au cas par cas et ne seront autorisées que le long de la RN2 au
niveau de la série de production. Ce type de demande devra systématiquement faire l’objet d’une étude
d’impact.
Tableau synthétique des décisions quant aux activités minières
Type de série
Exploitation aurifère
Carrière
Série de production, tout en
assurant la protection générale
des milieux et des paysages
Possible dans les zones
Possible, mais privilégier les
autorisées à l’activité minière,
installations le long de la RN2,
aux seules entreprises ayant fait
aux entreprises ayant fait la
la preuve de leur expérience et de
preuve de leur capacité à
leur capacité à maîtriser les
maîtriser les impacts
impacts environnementaux et
environnementaux.
sous condition d’une
planification en phase avec les
activités d’exploitation et de
gestion forestière.
Série d’intérêt écologique
Interdite
Interdite
Série de protection physique et
Possible dans les zones
Interdite
générale des milieux et des autorisées à l’activité minière,
paysages
aux seules entreprises ayant fait
la preuve de leur expérience et de
leur capacité à maîtriser les
impacts environnementaux et
sous condition d’une
planification en phase avec les
activités d’exploitation et de
gestion forestière.
5.10– Décisions relatives à la recherche scientifique et au développement
Compte tenu que la fin du 1er cycle d’exploitation est annoncée pour les 10 ans à venir sur la forêt, il n’est
pas envisagé d’installer de nouveau dispositif sur la forêt de Bélizon.
Les études sur la dynamique des peuplements forestiers après exploitation seront poursuivies sur les
placettes de la parcelle 17 de Montagne Tortue à raison d’une campagne de mesures tous les quatre ans.
L’étude sur la parcelle 92 de Roche Fendée dans le cadre du projet DYGEPOP sera poursuivie et achevée.
Une première étude sur l’évaluation des abondances des espèces gibiers sur l’axe de la RN2 a déjà été
réalisée en 2000. Ce type d’étude mérite d’être poursuivi notamment sur le secteur de Maripa ou la
principale association de chasseurs, a des carbets. Néanmoins, sa réalisation est corroborée à la mobilisation
de fonds correspondants qui ne sont pour l’instant pas acquis.
59
5.11 – Décisions relatives à la gestion de l’équilibre faune/flore
Les fleuves et les routes forestières existantes facilitent la pratique d’une chasse commerciale ou de
subsistance qui raréfie la faune et perturbe de ce fait les stratégies de dissémination de nombreuses espèces
d’arbres et peut donc par endroits à long terme nuire au maintien de la biodiversité végétale.
Pour réduire cette raréfaction du gibier, le contrôle de la circulation automobile sur les routes forestières
semble la seule mesure efficace pouvant être rapidement mise en place.
La mise en place du barrage de gendarmerie à l’entrée de la piste de Bélizon interdisant l’accès à toute
personne non autorisée participe pleinement à l’objectif fixé.
Seules 2 associations de chasseurs étant autorisées à emprunter la piste, un de nos objectifs serait de réaliser
à chaque passage au barrage une enquête sur les lieux de prélèvements et sur le type de prélèvements
réalisés afin d’accumuler les éléments nécessaires à la mise en place d’une gestion de la faune sur nos forêts
aménagées.
Toutefois, l’application de cette mesure passe par une maîtrise complète de l’ONF sur l’usage du réseau
routier, ce qui n’est pas le cas pour la route nationale 2.
L’objectif est de limiter autant que possible l'impact de la chasse sur la faune et donc, en premier lieu, de
limiter la pénétration en forêt ; à cet effet des barrières seront posées à l’entrée des pistes principales et
secondaires se connectant avec la RN2.
De plus, le maintien d’un continuum forestier constitué d’une très grande variété d’essences et de milieu est
un facteur favorable au nourrissage et donc au développement des espèces gibiers. La préservation de
vastes zones de forêt primaire refuge (contiguës des zones exploitées) à partir desquelles se feront les
colonisations, couplée à diminution des pressions de chasse sur les zones exploitées (en raison de l’abandon
et de la fermeture progressive des pistes forestières sur l’ensemble de la forêt) devraient permettre
l’établissement d’une communauté animale en forêt après la fermeture des pistes forestières.
L'objectif est de préserver, autant que possible cet équilibre, pour cela à la fin de l’exploitation les pistes
secondaires à usage exclusif forestier seront condamnées physiquement par l’ouverture d’une tranchée au
niveau d’un passage obligé empêchant tout véhicule motorisé d’emprunter la piste. L'accès aux parcelles
sera de ce fait réduit, quand on sait qu’un chasseur parcours en moyenne une distance de 1,5 km depuis son
véhicule où son embarcation.
5.12 – Décisions relatives à l’équipement général
5.12.1 – Les pistes forestières
L’ensemble du réseau primaire et secondaire est existant, seules 9 pistes de fin de réseau restent à construire
pour un total de 24,9 kms.
parcelle
RFE78 - RFE119 RFE120
RFE72
RFE68
RFE63
RFE61
RFE65
RFE60
RFE92
RFE90 - RFE91
Total
longueur
5
1
2,7
2
1,8
3,7
1,8
2
4,9
24,9
La carte du réseau routier prévu figure en annexe 26.
60
La programmation des pistes forestières, qui est bien entendue liée au programme d’état d’assiette des
coupes, sera réalisée (et actualisée chaque année) au niveau du PRMV.
5.12.2 – Le parcellaire
Avant toute ouverture à l’exploitation des parcelles, les limites qui ne s’appuieraient pas sur des limites
naturelles (criques) ou sur des pistes créées, devront être impérativement matérialisées par un layon
(marqué à la peinture orange ou des plaques orange réparties régulièrement). Cette opération sera réalisée
au moment des travaux d’inventaires ou juste avant l’ouverture en exploitation des parcelles. Si le laps de
temps entre l’inventaire parcellaire et l’ouverture à l’exploitation de la parcelle dépasse les quatre années,
les limites devront être rafraîchies (reprise des layons et des marques orange) au moment de la mise en
exploitation effective.
5.12.3 – La signalétique
Des panneaux matérialisant l’entrée dans la forêt domaniale de Bélizon seront posés :
 Après le pont de la crique Tibourou, côté gauche en direction de Régina.
Point GPS : 379 925 – 477 771.
 Au niveau de la première piste secondaire de Tibourou (côté droit en direction de Régina).
Point GPS : 388 685 – 480 644.
 A l’intersection entre la crique Jean pierre et la RN2 (côté droit en direction de Régina).
Point GPS : 393 855 – 472 132.
 Sur la rivière Orapu, rive droite, à l’intersection entre l’Orapu et la crique Maripa..
Point GPS : 395 757 – 471 390.
 Sur l’Approuague, rive gauche, à l’embouchure de la crique Jean pierre.
Point GPS : 399 583 – 451 932.
 Sur l’Approuague, rive gauche, à la limite entre la réserve des Nouragues et la forêt.
Point GPS : 409 143 – 437 461.
 Sur la Comté, rive droite, à l’intersection avec la crique Roche Fendée.
Point GPS : 405 100 – 437 134.
 Sur la Comté, rive droite, à l’intersection avec la rivière Blanc.
Point GPS : 403 872 – 433 270.
Soit 8 panneaux au total.
L’ensemble de la signalétique mise en place devra rester en état durant toute la phase de mise en
exploitation des zones concernées et de la durée d’utilisation des pistes forestières.
5.13 – Décisions relatives à la surveillance
On veillera tout particulièrement au maintien de l’intégrité de la forêt et plus particulièrement sur les
périmètres le long de la route nationale 2.
On se reportera aux Directives Régionales d’Aménagement pour les principes généraux.
61
5.14 – Décisions en faveur de l’eau et des milieux aquatiques
On prendra toutes les dispositions pour que les impacts sur les milieux aquatiques soient les plus fiables
possibles et ce afin de participer au maintien de la qualité de l’eau.
Les dispositions de la loi sur l’eau seront notamment appliquées lors des travaux d’exploitation forestière et
d’équipement routier.
5.15 – Décisions relatives à la gestion des paysages
Même si la montagne de l’Epine dite « montagne aux gouffres » présente un intérêt paysager, sa mise en
valeur n’est pas souhaitable et sera proscrite en raison de l’intérêt écologique exceptionnel que recèle ce
site.
Les berges des fleuves et des criques et surtout du fleuve Approuague constituent également des points de
vision du paysage qu’il convient de préserver. L’ensemble des bords de l’Approuague est classé en
protection physique et générale des milieux participant pleinement à leur préservation. Pour les autres
criques de moindre importance, toute exploitation forestière ou abattage d’arbre seront proscris le long des
berges.
5.16 – Décisions relatives à la préservation des richesses culturelles
Le porté à connaissance grâce au travail de recensement entrepris par le service archéologique de Guyane
doit permettre de sauvegarder ce patrimoine fragile face aux aménagements contrôlés ou spontanés, dans
tous les cas destructeurs pour le sous-sol et son contenu.
Toute découverte devra faire l’objet d’une déclaration aux services archéologiques.
Cf Directive Régionale d’Aménagement.
5.17 – Décisions relatives à la gestion participative ou partenariale
On cherchera à inciter les exploitants à adopter des règles d'exploitation à faible impact (matérialisation des
pistes de débardage, abattage directionnel, optimisation des purges basses et hautes …) par le respect de la
charte d’exploitation qu’ils ont signés.
Nos programmes d’action seront présentés annuellement aux maires des communes concernées par la forêt
de Bélizon.
Une concertation (annuelle) avec les autorités coutumières et les associations (chasseurs notamment) sera
recherchée quant au suivi et à l’évolution des usages de manière à disposer d’informations actualisées sur
les usages et les attentes, permettant de préciser les règles de gestion.
62
6 – Bilan économique et financier
Les calculs portent sur la période de l’aménagement pour les concessions : 2011 – 2035, soit une durée de
25 ans et sur la période de fin d’exploitation des dernières parcelles de la série de production soit 10 ans
pour les calculs des revenus de la vente de bois.
Rappel des hypothèses utilisées pour le calcul des revenus bois :
- volume exploité annuellement sur la forêt de Bélizon : 25 000 m3,
- prélèvement moyen par hectare cadastral : 12 m3.
- Surface restante à exploitée : 13 120 ha.
Soit un volume présumé réalisable sur la période de 10 ans : 157 440 m3.
L’exploitation effective est difficilement quantifiable sur le moyen long terme (elle sera réactualisée chaque
année dans le cadre du PRMV).
6.1 – Prévisions en terme de dépenses
Travaux d’infrastructure :
Piste de
Fin Réseau
Longueur
Coût au
km
en euros
Coût
global
en euros
Coût sur
10 ans
%
subvention
Coût net
ONF
Sur 10 ans
Coût net
Annuel
ONF
622 500
80
124 500
12 500
24,9
25 000
622 500
Travaux d’inventaires forestiers :
Désignation
Total
inventaires
Surface
cadastrale à
inventorier
(ha)
Coût par
hectare de
l’inventaire
(en euros)
Coût total
(en euros)
Coût sur
10 ans
%
subvention
Coût net
ONF
Sur 10 ans
Coût net
Annuel
ONF
2 882
50
144 100
144 100
30
100 870
10 087
144 100
144 100
30
100 870
10 087
63
Frais de gestion (coût moyens annuels) : données ONF Guyane – PRMV 2010-2014.
Coût complet ONF
Prestations
Coût total par an
(en euros)
Entretien des infrastructures
200 000
Entretien piste de Bélizon.
Suivi des aménagements
10 000
Opérations de programmation et de
suivi
Gestion des coupes
80 000
En moyenne sur 10 ans, 20 % du
volume bois exploité à l’échelle
régional
Total gestion par an
290 000
Total prévision de dépenses ONF par an : 12 500 + 10 000 + 290 000 = 312 500 euros.
6.2 – Prévisions en terme de recettes
Minières :
Même si le développement de l’activité minière, compte tenu du niveau élevé du cours de l’or, semble resté
à la hausse, il est difficile de prévoir pour les années à venir le niveau exact des travaux qui seront réalisés
sur la forêt. Les redevances étant calculées sur les surfaces réellement ouvertes par l’opérateur. De ce fait,
les recettes minières ne seront pas intégrées dans le bilan financier.
Convention et contrat d’occupation :
Les recettes prévues pour les concessions seront :
Entreprise
Cisame
Quimbe kio
Paradis d’Edèse
COP
Rubis
ATPA
SDL
Total
surface
2 ha
2 ha
4 ha
4 x 2000 m2
Dépôt carburant
2 ha
3 ha
durée
30 ans
30 ans
30 ans
3 ans renouvelables
10 ans
5 ans
5 ans
Redevance par an
1218 euros
426 euros
2436 euros
720 euros
5500 euros
1218 euros
1827 euros
13 345 euros
Redevance sur la
durée de
l’aménagement
30 450 euros
10 650 euros
60 900 euros
18 000 euros
55 000 euros
6 090 euros
9 135 euros
190 225 euros
Vente de Bois :
Les revenus prévisibles de la forêt proviennent des ventes de bois et de la vente des menus produits
Compte tenu de la dispersion des arbres, des essences n'intéressant pas l'exploitant, des arbres jugés
défectueux à l'abattage, des arbres cassés et délaissés lors de l'exploitation, etc… l'on peut envisager un
volume vendu voisin de 12 m3/ha cadastrale.
Il a été introduit, dans le cadre de la vente de bois 2005, une augmentation des prix du bois de 10% par an
sur les contrats. Ce système devrait nous amener à un prix moyen de 18 €/m3 en 2011 à la fin des contrats
correspondants. Sans préjuger de nouvelles augmentations par la suite, il paraît cohérent d’utiliser pour les
10 ans à venir un prix moyen à 20 €/m3 pour approcher la recette bois prévisible.
64
Volume en ECM
présumé réalisable
Prix moyen au m3
Revenu vente de
bois
Revenu vente de
bois par an
157 440
20
3 148 800
314 880
Soit sur les 10 ans d’exploitation restants : 3 148 800 euros.
6.3 – Bilan financier pour la période 2011-2035
L’essentielle des activités durant cet aménagement se déroulant dans les 10 ans à venir, les dépenses et les
recettes ont été calculées pour les 10 ans à venir. Seules les autres recettes, concernant les concessions au
sens large sont calculées sur la durée du contrat signé avec l’occupant.
Le financement des travaux d'infrastructure routière et des inventaires sera à rechercher pour partie auprès
de l'Etat (F.I.D.O.M. et MINAGRI) et de l'Europe (FEADER).
Coût complet
Coût net ONF
Coût net annuel
ONF
Travaux d’infrastructure
622 500
124 500
12 500
Travaux d’inventaire
144 100
100 870
10 000
Frais de gestion
2 900 000
2 900 000
290 000
Total dépenses
3 666 600
3 125 370
312 500
Recettes bois
3 148 800
3 148 800
314 880
Autres recettes
190 225
190 225
13 345
Total recettes
3 339 025
3 339 025
328 225
Bilan financier
- 327 575
213 655
15 725
Le bilan financier est tout juste positif grâce aux subventions et à l’existence d’un réseau routier quasi
achevé sur l’ensemble de la forêt, permettant de réduire au minimum les travaux d’infrastructure. Par
contre, les travaux d’entretien de ces infrastructures constituent le plus gros poste de dépense.
65
Cet aménagement a été réalisé avec le concours des personnes suivantes : Hervé Quezel, Stéphane Guitet
et Jean Pierre Simonnet.
Etudié et rédigé par Olivier BRUNAUX
Responsable Aménagements Forestiers
Direction Régionale de l'O.N.F. Guyane
Etudié par Nicolas LECOEUR
Directeur Régional Adjoint
de l’O.N.F. Guyane
Présenté par Nicolas KARR
Directeur Régional de l’O.N.F. Guyane
Cayenne, ce jour
66
7 - Principales références bibliographiques
1-
23-
Carte géologique détaillée de la France – Département de la Guyane – Carte géologique à l’échelle
de 1/100 000 – B. Choubert – Feuille de Haute Comté et Notice explicative par J. Depagne et F.
Lelong, 1965.
Carte géologique détaillée de la France – Département de la Guyane – Carte géologique à l’échelle
de 1/100 000 – B. Choubert – Feuille de Régina et Notice explicative par G.C. Brouwer, 1961.
ORSTOM - Carte pédologique de Guyane – Régina NO, SO et NE au 1/50 000 par M. Delhumeau,
1974.
4- ONF - Note de service n°93-G-474- Guide des représentations cartographiques à l’ONF.
5- PREVOST M.F. et SABATIER D. , 1993. Variations spatiales de la richesse et de la diversité du
peuplement arboré en forêt guyanaise, in Coll. Phytogéographie tropicale : réalités et perspectives, MNHN,
Paris, 20 p.
6- La chasse en Guyane aujourd’hui : vers une gestion durable ? Projet du Groupement d’intérêt
Scientifique SILVOLAB – Programme Ecosystèmes Tropicaux du MATE – 1999-2002. Rapport d’activité
2000 – Pierre Grenand – Coordinateur scientifique.
7- Orientations régionales forestières – Guyane – 2002.
8- BOULET R., BRUGIERE J.M., HUMBEL F.X., 1979. Relations entre organisations des sols et
dynamique de l’eau en Guyane française septentrionale ; conséquences agronomiques d’une évolution
déterminée par un déséquilibre d’origine principalement tectonique. Science du sol (1) : 3-18.
9- CSRPN de Guyane, 1997. Typologie des habitats – Compte-rendu de réunion du 22 au 24 octobre 1997.
DIREN, 44p.
10- GRANVILLE (de) J.J., 1979. Végétation In Atlas des Départements Français d’Outre-Mer, IV – la
Guyane, CNRS, ORSTOM, Paris.
11- GRANVILLE (de) JJ., 1993. Les formations végétales primaires de la zone intérieure de Guyane
ORSTOM Cayenne: 40p.
12- GRANVILLE (de) J.J., 2001, Différents types de forêts, Guyane ou le voyage écologique, Ed. R. Le
Guen, Garbies, pp. 38-45.
13- HUMBEL F. X., 1978. Caractérisation, par des mesures physiques, hydriques et d’enracinement, de
sols de Guyane française à dynamique de l’eau superficielle. Science du sol (2) : 83-92.
14 -PAGET D., 1999. Etude de la diversité spatiale des écosystèmes forestiers guyanais. Réflexion
méthodologique et application. Nancy: ENGREF, 154 p.
67
Téléchargement
Explore flashcards