Herniaria latifolia Lapeyr. subsp. litardierei Gamisans

publicité
Angiospermes
1466*
* Herniaria latifolia Lapeyr. subsp. litardierei
Gamisans
L’Herniaire de Litardière
* Espèce prioritaire
Syn. : Herniaria litardierei (Gamisans) Greuter et Burdet
Angiospermes, Dicotylédones, Caryophyllacées
Caractères diagnostiques
Petite plante, poilue, plus ou moins prostrée, de 2 à 15 cm de
long.
Tiges feuillées à entre-nœuds de longueur variable, velues d’un
seul côté. Courtes stipules blanchâtres.
Feuilles elliptiques, cunéiformes vers la base. Stipules et feuilles
ciliées sur les marges.
Petites fleurs verdâtres (1,4 à 2 mm de long), à sépales portant
des poils raides, robustes, relativement longs (0,3 à 0,6 mm).
Le fruit, à une seule graine, est une capsule très petite, enveloppée
par le calice qui est très poilu.
Confusions possibles
Il s’agit d’un taxon vicariant du groupe Herniaria latifolia sensu
lato comportant la sous-espèce latifolia (poussant dans les massifs montagneux ibériques et peut-être du nord du Maroc) et la
sous-espèce corso-sarde litardierei qui a parfois été élevée au
rang d’espèce. Outre ses affinités très claires avec Herniaria
latifolia subsp. latifolia dont il se distingue par sa répartition
géographique et par ses feuilles le plus souvent glabres sur les
deux faces et ciliées sur les bords, l’Herniaire de Litardière n’est
pas sans évoquer certains taxons inclus dans Herniaria incana
Lam., en particulier Herniaria incana subsp. permixta (Jan ex
Guss.) Maire.
rampantes, dans les éboulis, les pelouses écorchées et très
rocailleuses et sur les crêtes balayées par les vents ; il se trouve
en Corse aux étages montagnard, cryo-oroméditerranéen et
alpin, sur des substrats siliceux ou sur poudingues.
Communautés végétales associées l’espèce
On le trouve en compagnie d’autres petites plantes alticoles des
pelouses écorchées comme la Sagine poilue (Sagina pilifera), ou
dans les rocailles siliceuses, en mosaïque avec les fruticées naines
cryo-oroméditerranéennes ; il fait partie de l’association de
pelouses cryo-oroméditerranéennes, le Paronychio-Armerietum
genistetosum lobelioidis (All. Sesamoido-Bellardiochloion
variegatae ou Sesamoido-Poion violaceae), et des groupements
de fruticées naines de la classe des Carlinetea macrocephalae, qui
se développent sur des sols maigres et sont fréquemment pâturés.
Caractères biologiques
Les connaissances concernant la biologie de cette espèce sont
très restreintes.
Il s’agit d’une plante vivace, rampante (type biologique : hémicryptophyte) dont la floraison et la fructification se déroulent de
juin à septembre.
Aspect des populations, sociabilité
Quelques habitats de l’annexe I
susceptibles d’être concernés
Cette plante, qui a été découverte récemment (en 1969), n’est
aujourd’hui connue en Corse que dans quelques localités montagnardes comprenant chacune de faibles effectifs (de moins de
dix individus à une soixantaine pour la plus grande population).
4090 - Landes oro-méditerranéennes endémiques à genêts
épineux (Cor. 31.7)
Caractères écologiques
Répartition géographique
Les connaissances concernant l’écologie de cette espèce sont
très restreintes.
Herniaria latifolia est une espèce des montagnes du centre et du
nord de la péninsule Ibérique et probablement du Maroc.
Écologie
La sous-espèce litardierei, l’Herniaire de Litardière, est endémique des montagnes de Corse et de Sardaigne et rare dans les
L’Herniaire de Litardière pousse en formant des petites touffes
95
Angiospermes
Propositions de gestion
deux îles. En Corse, sept populations localisées en haute montagne (entre 1300 et 2300 m d’altitude) ont été décrites et cinq
sont actuellement connues (en 1995) : trois dans le massif du
Rotondo (aux environs de la Punta Lattiniccia) et deux autres
dans les massifs de Bavella et de l’Incudine (Punta Muvrareccia
et plateau du Coscione). En Sardaigne, l’Herniaire de Litardière
n’est signalé que dans le massif du Gennargentu.
L’objectif de conservation à long terme de l’Herniaire de
Litardière est de maintenir dans chaque population des effectifs
d’au moins une centaine d’individus. Pour cela, il serait nécessaire d’assurer le suivi des différentes populations et éventuellement de procéder à des renforcements par des réimplantations
en milieu naturel, à partir des graines récoltées en 1995 et
conservées au CBNMP.
Expérimentations et axes
de recherche à développer
Il est nécessaire d’approfondir les connaissances encore trop lacunaires, sur l’écologie, la biologie et la dynamique de l’espèce
et de ses habitats.
Dans le prolongement des investigations conduites en Sardaigne
en 1995 (qui ont permis d’y retrouver une population et de
collecter des semences), il serait maintenant intéressant d’engager une collaboration avec des botanistes et des gestionnaires
sardes des espaces concernés par cette espèce.
Rare, très rare ou localisé
Disparu ou non revu depuis 1990
Statuts de l’espèce
Bibliographie
Directive « Habitats-Faune-Flore » : annexes II (espèce prioritaire) et IV
* ABOUCAYA A. (coord.), 1997.- Plans de gestion conservatoire des
espèces végétales de l’annexe II de la directive « Habitats » présentes en
Corse. Rapport inédit du conservatoire botanique national méditerranéen
de Porquerolles réalisé dans le cadre du programme Life 1994-97
« Conservation des habitats naturels et des espèces végétales d’intérêt communautaire prioritaire de la Corse », office de l’environnement de la
Corse/DIREN.
Espèce protégée au niveau national en France (annexe I)
Cotation UICN : monde : vulnérable ; France : vulnérable
Présence de l’espèce
dans des espaces protégés
* ABOUCAYA A., GUYOT I., PIAZZA C. et VIREVAIRE M., 1999.Plans de gestion conservatoire mis en place en Corse pour cinq espèces
végétales endémiques et prioritaires de la directive « Habitats ». Bulletin de
la société botanique du Centre-Ouest, NS, numéro spécial, 19 [Actes du
« Colloque sur les plantes menacées de France (DOM-TOM inclus) » Brest, octobre 1997] : 251-278.
Les populations sont toutes situées sur des terrains communaux
de haute montagne pour lesquels il n’existe aucune mesure de
protection réglementaire.
* AGENCE POUR LA GESTION DES ESPACES NATURELS DE CORSE et
CONSERVATOIRE BOTANIQUE NATIONAL MÉDITERRANÉEN DE PORQUEROLLES,
1989-1998.- Banque de données sur la flore rare, menacée et protégée de
Corse.
Évolution et état des populations,
menaces potentielles
* ARRIGONI P.V., 1984.- Piante endemiche della Sardegna : 145 Herniaria latifolia Lapeyr. ssp. litardierei Gamisans (1981). Bolletino della
Società Sarda di Scienze Naturali, 23 : 245-248.
Évolution et état des populations
* CONSERVATOIRE BOTANIQUE NATIONAL DE PORQUEROLLES et AGENCE POUR
CORSE, 1995.- Herniaria litardierei
(Gamisans) Greuter et Burdet. p. : 229. In OLIVIER L., GALLAND J.-P.,
MAURIN H. et ROUX J.-P., 1995.- Livre rouge de la flore menacée de
France. Tome I : Espèces prioritaires. Collection « Patrimoines naturels »,
volume 20. CBN de Porquerolles, MNHN, ministère de l’Environnement,
Paris, 486 p.
Toutes les populations corses possèdent de faibles effectifs (la
totalité des effectifs actuellement connus dans l’île n’atteint pas
200 individus), mais elles ne semblent pas directement menacées en raison de leurs habitats escarpés et difficiles d’accès,
localisés en haute montagne. Nous ne possédons pas de données
quantitatives anciennes qui permettraient d’évaluer l’évolution
des populations, les recensements précis de l’ensemble des stations de Corse et de Sardaigne ayant été effectués en 1995.
LA GESTION DES ESPACES NATURELS DE
- DANTON Ph. et BAFFRAY H., 1995.- Inventaire des plantes protégées
en France. Nathan, Paris ; AFCEV, Mulhouse, 294 p.
En Sardaigne, l’unique population connue comprend une vingtaine de pieds répartis sur quelques dizaines de mètres carrés.
* FRIDLENDER A. et GAMISANS J., 1996.- Herniaria latifolia Lapeyr.
subsp. litardierei Gamisans. In JEANMONOD D. et BURDET H.M. (éd.),
Notes et contributions à la flore de Corse, XII. Candollea, 51 : 537-539.
Menaces potentielles
* GAMISANS J., 1981.- Contribution à l’étude de la flore de la Corse, VIII.
Candollea, 36 : 6-8.
Le facteur essentiel de vulnérabilité provient donc de la petitesse
de l’aire de répartition et du faible nombre de populations de
cette plante (aussi bien en Corse qu’en Sardaigne).
* GAMISANS J., 1986.- Herniaria latifolia Lapeyr. subsp. litardierei
Gamisans. In JEANMONOD D., BOCQUET G. et BURDET H.M. (éd.),
Notes et contributions à la flore de Corse, I. Candollea, 41 : 31.
96
Angiospermes
* GAMISANS J., 1999.- La végétation de la Corse. Edisud, Aix-enProvence, 392 p.
Genève, 258 p.
- GAMISANS J. et MARZOCCHI J.F., 1996.- La flore endémique de la
Corse. Edisud, Aix-en-Provence, 208 p.
- GAMISANS J. et JEANMONOD D., 1993.- Catalogue des plantes
vasculaires de la Corse (seconde édition). In JEANMONOD D. et
BURDET H.M. (éd.), Compléments au Prodrome de la flore corse,
annexe 3. Conservatoire et jardin botaniques de la ville de Genève,
* LAMBINON J., 1992.- Herniaria latifolia Lapeyr. subsp. litardierei
Gamisans. In JEANMONOD D. et BURDET H.M. (éd.), Notes et contributions à la flore de Corse, VIII. Candollea, 47 : 287-288.
97
Téléchargement